Quand le démon aime 
Miguel Ángel Guerrero Ramos
Copyright © Miguel Ángel Guerrero Ramos 
© edition- La Lluvia de una Noche 
Titre original: Cuando el demonio ama 
Traduct...
À tous les bons amis de la vie. 
...Dieu n'a pas épargné les anges qui ont péché, mais s'il les a précipités dans les abîm...
Synopsis: 
Ce roman est sur les conséquences de la luxure et la passion débridées. Un roman mystique et érotique qui racon...
Quand le démon aime 
1 
Il était minuit, une minuit de délires infinies et réverbérants, de feu intense, de secrets avec i...
douloureuses, aussi douloureuses que un vide de passion dans l'âme. Quoi qu'il en soit, au-delà de mes souvenirs, j'étais ...
coeur avec une étrange éternité délirante et manifeste, une prémonition de vie et mort, une prémonition sombre et profonde...
infini, un amouri... qui oublie l'existence du monde tandis qu'il aime ". 
Bien sûr, ces deux flammes inextinguibles, c'es...
regardais ce grain de beauté très fasciné. Comme hypnotisé par l'unicité du point maximum de l'univers. Puis, elle se leva...
se habilla, d'un moment à l'autre, d'obscurité. Une obscurité avec le couleur de la sang ambrée. 
Mais: qui était-elle ? Q...
A ce moment-là, en ce moment-là extrêmement intense de séduction et de vie, et de parfums infinies de un incendie liquide ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Quand le démon aime (Chapitre 1)

348 vues

Publié le

Roman erotique.

Publié dans : Médias sociaux
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
348
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Quand le démon aime (Chapitre 1)

  1. 1. Quand le démon aime Miguel Ángel Guerrero Ramos
  2. 2. Copyright © Miguel Ángel Guerrero Ramos © edition- La Lluvia de una Noche Titre original: Cuando el demonio ama Traduction: Le auteur Couvrir: La lluvia de una noche Août - 2014
  3. 3. À tous les bons amis de la vie. ...Dieu n'a pas épargné les anges qui ont péché, mais s'il les a précipités dans les abîmes de ténèbres et les réserve pour le jugement. (2 Pierre: chapitre 2, verset 4)
  4. 4. Synopsis: Ce roman est sur les conséquences de la luxure et la passion débridées. Un roman mystique et érotique qui raconte l'histoire d'Adrian et son chemin éthéré et inévitable vers la perdition. Un roman qui se déroule dans l'atmosphère sombre de la traite des personnes et dans le relief infini d'une peau féminine. Quand le démon aime, c'est à dire, quand le chemin de la luxure est le même chemin qui fréquente le démon. Le même chemin qui parfois nous permet de découvrir qui nous sommes réellement. Le même chemin que entre les différents parfums de la vie, nous permet découvrir le sentence inévitable et profonde que nous avons sur notre âme, sur toutes les intensités du coeur.
  5. 5. Quand le démon aime 1 Il était minuit, une minuit de délires infinies et réverbérants, de feu intense, de secrets avec inconnus et immenses tessitures de vie et mort, une minuit de pulsions singuliers et oui, je était là, me défiant à moi-même, en essayant de me faufiler furtivement et silencieusement à l'intérieur d'une église catholique, avec les nerfs un peu incontrôlés au sein de leurs propres essences et la foi limitée de mon intérieur, me couvrant de la tête aux pieds. Je pensais dans Cristina. Je pensais dans elle avec une grande intensité. Je pensais dans ce moment-là, quand je retirai mes craintes et décidai à avouer, d'une fois pour toutes, tous les sentiments qui étaient dans les plus secrets palpitations de mon coeur. Un coeur qui palpitait pour elle, pour son essence coquette et pour sa douceur de femme avec yeux de magie de printemps. Je pensais, de manière similaire, et sous cette-là nuit intense, en ces mots douloureux, qu'elle m'a dit à ce moment-là. À ce moment de grande confession. Sûr, elle chercha que ses paroles laissassent de ses lèvres avec une douceur atténuante, mais en tout cas, je dois dire, ces paroles furent très
  6. 6. douloureuses, aussi douloureuses que un vide de passion dans l'âme. Quoi qu'il en soit, au-delà de mes souvenirs, j'étais là, sous une minuit de délires infinies et secrets inaccessibles, en face d'une église catholique, chassant une vague de parfum floral incertain et inconnue et à la recherche d'une nouvelle chance à l'amour. Tout pour cette habitude étrange de penser qu'il ya toujours des possibilités pour chacun dans la vie. Cette habitude de penser que les lumières ne sont pas seulement aux étoiles, les ailes aux oiseaux, les mystères à la lune, les fleurs aux jardins et les rêves à un oreiller confortable et mou ou à un monde d'illusions éblouissant et écrasante. Oui, tout par cela étrange habitude de penser que l'impossible est seulement un mot, un mot trop abstrait et donc trop vague et trop vide. Ce que je veux dire, plus exactement, est que Cristina et ses cheveux de magie soyeuse et indéchiffrable, et ses hanches sensuelles, et ses yeux en amande, et elle entièrement, font partie maintenant d'un passé errant et impalpable qui court par les sentiers du oubli comme le flux d'une rivière qui descend le long des bords plus inconnues de la passion. Ce que je veux dire qui est à ce moment-là, tandis que je pensais à tout cela sous la lumière intemporel d'une lune énigmatique et de sourire doux, tout ce qui comptait pour moi était une chose : passer sur les murs de l'église catholique réellement mystérieuse, qui était en face. Une méta plein de passion que je tenté et obtenu avec beaucoup d'effort. Oui, sous une nuit sans fin, après avoir pris l'élan nécessaire, en moins d'un clin d'oeil, et après de quelques tentatives, je suis parvenu à passer le mur de l'église sans avoir été repéré par le typique voisin fouineur qui, pour une raison ou une autre, qui reste souvent sans dormir. Et, ce faisant, je sentis un faisceau de lumière incertaine, une pièce inattendue de l'infini, un battement de
  7. 7. coeur avec une étrange éternité délirante et manifeste, une prémonition de vie et mort, une prémonition sombre et profonde, bien que fortuite, que a exhorté me pour culminer cet étrange chemin d'impossibles qui avait été légèrement accomodé avec les regards du désir. Ce chemin qui m'a conduit à tomber nouvellement en la magie du amour, dans une irréalité qui est douce et imprévue, et qui très probablement je les raconterai en détail tout au long de cette histoire. Un chemin qui, d'ailleurs, peut être la meilleure représentation que je peux penser pour l'impossible, parce tout l'impossible je me l'imagine comme un chemin, une route qui ne figure pas sur une carte, mais que, après tout, il est disponible à la franchir à tout moment. En d'autres mots, l'impossible est simplement un manque ou une vide incommensurable dans notre imagination. L'impossible est la forme adoptée par nos craintes. D'une manière ou d'une autre, le fait en question est que ce chemin qui m'a amené à cette église est le même chemin, la même route infinie de la vie qui m'a conduit à tomber en amour à nouveau. Une route qui m'a amené à tomber dans mille amours par une paire d'yeux de feu. Une paire de yeux pleins de convoitise et une lumière troublante de chimère interdite et mystérieuse. Une paire d'yeux qui me volèrent la respiration tangible du corps et la respiration corporalement irrespirable de l'âme quand je les ai vus pour la première fois. En fait, je me souviens encore le fulgido et intense moment du destin dans lequel ces yeux-là me découvrirent sur ce plan particulier de l'existence. Ces yeux-là de feu me disaient : " Cette église emballée des vitraux, des croix et des portraits de Saints est un bon endroit pour un amour féroce, pour un amour volcanique, un amour moite et chaud, un amor de obscurité et mort, un amour de nombreuses hallucinations, un amour
  8. 8. infini, un amouri... qui oublie l'existence du monde tandis qu'il aime ". Bien sûr, ces deux flammes inextinguibles, c'est-à-dire, les deux yeux de feu que j'ai mentionné, étaient les yeux d'une femme aussi belle que mystérieuse. Les yeux d'une femme qui dégageait un désir fervent par les pores de sa peau. Tandis que je marchais furtivement à l'intérieur de l'église sombre et mystérieuse dans laquelle j'entrai d'un moment à l'autre, et dans un instant plein de vapeurs nocturnes de sensualité incontrôlée, je uniquement rappelais ces yeux qui rayonnaient feux crépitants et hallucinés de passion. Des yeux de sex et douce tempête. Oui, je rappelais ces yeux quand je pénétrai dans la lumière somnolente et livide de nombreuses bougies qui réverbéraient partout et déformaient et projetaient légèrement mon ombre au-dessus de une essence mystique de désir. Je rappelais ces yeux, et je rêvais profondément avec eux, jusqu'à ce que, très bientôt, je me trouvai avec elle, oui, dans cette église-là. C'est-à-dire, je me trouvai avec toute la passion. Avec la femme de mes rêves. Elle était à côté de l'autel, apocryphe et lascive. Nue et couchée face vers le haut. Sûrement, elle sentit comment je me approchais, mais son corps mince et de fine nacré semblait ne pas avoir de nouvelle de cela. Je ne dis rien. Elle ne dis rien. Je me suis approché. Elle semblait être dans un état de transe. Je la touchai, mais elle suivit en silence. Me donna égale. Elle gardait les yeux fermés. Ses paupières regardaient longs. Ses lèvres humides et sensuelles semblaient avoir la texture et la couleur du sang ambre. Bientôt, après un bref moment de une inspection légère, je découvre un grain de beauté sur l'un de ses seins. Je
  9. 9. regardais ce grain de beauté très fasciné. Comme hypnotisé par l'unicité du point maximum de l'univers. Puis, elle se leva soudainement, et me serra dans ses bras. Pour une raison quelconque, je sentais que je la connaissais à elle, à la femme de feu intense, il ya longtemps, même si j'étais pas au courant de son nom. Peut-être pour cette raison ne me dérangea pas tellement, pour la première fois de ma vie, découvrir ou savoir exactement quel genre d'amour était celui-la. Je décidai donc de l'embrasser. Et je l'ai embrassée, se cachant, au départ, toute mon anxiété, toutes les saisies incertains de mon être. Elle, de son côté, et une fois les peaux étaient déjà suffisamment magnétisées, elle se consacra à m'enseigner avec son parfum doux et une fine danse de caresses audacieuses, que les baisers ne sont pas uniquement aux lèvres et les caresses à la peau. Elle m'a aussi montré que l'éternité n'est pas seulement un fugace demain ou un temps de essence éphémère, là, dans ce lieu-là. Là, sous le regard inflexible d'un Christ voyeuriste qui nous regardaient sans regarder et certaines Maries choquées et remplis d'une profonde rougeur. Et ainsi, avec tant de passion et tant de désir, je dois dire, je dois dire, je ne remarquai pas l'étrange phénomène. Tout autour de moi, au même temps qu'elle et moi nous dédiions à la tâche magna d'aimer, prit une étrange tonalité rouge, rouge comme les lèvres de feu de ma belle amant intense et inconnue. Mais : comment put-il se produire un phénomène tellement bizarre et ainsi sorti de nulle part ? La vérité, je ne sais pas. La seule chose que je peux assurer, c'est que dans cette église, alors que j'étais dédié à l'amour avec cette femme-là de yeux mystérieux et chaudes, tout autour de moi
  10. 10. se habilla, d'un moment à l'autre, d'obscurité. Une obscurité avec le couleur de la sang ambrée. Mais: qui était-elle ? Qui était cette femme qui m'a donné son corps comme si c'était un labyrinthe de solution incertaine, aussi incertaine que la vie ? Exactement elle voulait avec moi ?... Quelle chose ? Combien de secrets se cachaient dans ses yeux de feu ? « Pourquoi es-tu venue ? », dit soudain le murmure de sa voix lascive. « Par le harcèlement d'un doute cruel », j'ai répondu à elle alors que je caressais ses cheveux parfumés de femme mystérieuse. « Quel type de doute ? ». « Il n'est pas important ». « Sûr que oui, mon cher. Une bonne amante doit être conscient des doutes qui envahissent le corps qu'elle aime ». Elle, je dois admettre, me parlait comme si me connût de toute une vie. Elle parlait, en fait, avec une grande véhémence de mystère et le magie d'une libellule nocturne. « Je veux vous poser une question », je lui ai dit à elle, alors que je caressais ses cheveux parfumés. Alors que je caressais les contours les plus sombres de l'existence. Alors que je caressais la vie. « Comment pouvez-vous voulez être au courant de mes doutes, sans même le savoir mon nom ? ».
  11. 11. A ce moment-là, en ce moment-là extrêmement intense de séduction et de vie, et de parfums infinies de un incendie liquide et pulsatile, elle m'a brûlé avec le feu crépitement de ses yeux alors qu'elle et la magie insoupçonnée de leur être m'ont dit : « Voilà où vous avez tort. Non seulement je suis la seule personne dans ce monde qui connaît votre nom réel, Non, je connais aussi, mon cher, cet essence qui est le plus profonde, sublime et intense de vos doutes ». 2 Il n'y a aucun doute là-dessus. Celui-la était un monde coloré de merveilles, un monde inoubliable et rêvé sous les conceptions de la passion et digne de être représenté avec les plus belles aquarelles de la vie. Et tout ce que je demandais le ciel, au destin, au le démiurge de la vie, était rêver à nouveau avec lui, à distinguer de cette manière, et avec toute la clarté du cas, ses teintes irrésistibles et prismatiques de séduction infinie.

×