Madame - Revue de presse

256 vues

Publié le

Publié dans : Divertissement et humour
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
256
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
80
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Madame - Revue de presse

  1. 1. Théâtre Halhs desvEilo[EDt ru .t ET t5 2005 ((Madame)t Weissert Philipp auec Da rhdàtre tn sea!ronddien reste urai tbeàtre à aui du l1 faut le soutigner,bien I souvent dansle Offpour I desraisons économiques, on vlefi Jouerun one man showqu.ia plùs de rapport âvecle caféthéâtre le câ_ ou bar€tque le théâtrec est à dire unepiècequi a un dé- cor, des lumières,un jeu drâmaiique, misene scè- ùne Le Théâtre Mantois du dé- veloppe des créationsqui oeuvetuse louer oans oes àppârtemenis, des média- rhèques. toulespehtes des sâlles, maisqui restent des æuvres théâtrâles non bra- dées. CeciestunPâsversla démocratisâtion la diffu- èt sionculturelte, estimpor- il tantdela souligner. Loeuvre mrse en scèn€ adaptée duroman deDidier Coupil est u_n bijoù d écr- sonnom.On lâ suitautav€rs tùe et sonadaÛaùon mr- eI Mai si le trait est subtil, le desâvie dorée puissâchute L€ récil colle à ce siècle, se en scène sont il faut jeu l€sttoutâutânt la scé- dansles campsde concen- ùâversé par des épisodes et Iatoùer une parfaiteréus nographie merveilleuse-trâtion dontelle parviendrâ marquanas seteminant Pâr est à et sitQLinteçrélâtionestma- mentbienétudiée, plâteau survivre marquéedans sa note actualité le brûlânte. gnflque. €npentedouce lâissant filtrer châiI et sonesprit et enfin la Un splendide trâvâil théâ- Cest le portrait dune 1âlumièrc,cesportants en- suite de sa vie dans la trâl qiri nousmonlrequeIon f€mmenéeen 1900et Pas- fermantlâcteur,ces mlr|s chambre dun grândhôtelpâ- peutfairc du vrai théâtremê- sionnée lart commela par potsdessinant Icspace, tout risienoù ellemèneune vie me avecun seulacteur.A ne fâmilleGuggenh€im. ré- Le èstmagnifiquemdt fait. dùne certame mânière re cit estfait p3runhommese- Lacteur seulen scène fail cluse.vie de fasteer vie de mant parfors rroublc Ie com- passer sans difiicultéle tex souffrance auprès dun nari J. ttLhel Gt|r|ler me rorsqu se râre oe rr ie On suil la vi€ de cettedâ- peu fréquentable. ponc- Théâtre Hâlles lEh Vie ds À teniures qui deviennent mequi avouluùnjour perdre tuéepar desntes,le bain,la
  2. 2. aleL
  3. 3. 2l mals 7OO4r Vu,0u. vous AuThéâtres Halles nelrauersée cava du20sièclc â tâge dLrsiècLe. h€inl ?) er . est dârs sâ gâlcric Cc $onologuc, jolimcff éclâirc 2000,eue fèt)ir quelle dét.)uvdra Ro*o, pci.- pa: lâll.e!* Verg4âud et nds en tre déso.lrâis aussi ch€ri qu€ s€èn. târ Jérôde Imsrd er Eudc l2bnse, *Jore.sùr ù Mêdâne I de grânds pieds: mû"scule cspâqc sccruqùc nl]rnâ1- suf scàe, €lle esrircar Etâir il utile de d{vélir l âcteur né" pâr u! honlne, ur coné- (à l exception dljï petrte culol ilart l! I héâtre du Manrois. te bondieusafde) de le dÉ dlis1939, ii ralrr. :$nrrn..ti.n fâi!. A per dds des vdiles un peu ! .r. 1, Lh .p, Werrsen kircl ? Pasgrav.. !.s! dejàLxr ûraânf F !:,,r tersonne. gralrd bonheur tliat! là lour l, rP d. lbuiir) .ompagnje simtlemenl. au ioen. d€ ce par exemp,,. tc e eecnci: tr théâl.e de lintirlrité. soûs la fet presqù. rouioursécrir pâr voùrâdnirable dd La|}ea:a.:}.- Didier Goupil à la troisièmefer- pellatlir]re-claird sonn€ (er r l impadàit. ieaps de Iindéfiri). oin;or, c*i* l
  4. 4. Vtlm*xx ffiaï$*s Madamefti*n) est la oel,le chapelle !]sât8des d: Hallls dAugnon ires : farue plaisirs est belle de raft,rés, saii|,:êt. envalerr pi*es slle k, dé:icalesct iitimisles. leterte tidiel têst ds Gouprl. qui est l*adane". ncus donncsoir lelà."!lada*e lâte si&le elle .rin! la r di ", â se*itdedx nadage dâ$lesânt*l litlii virgi,ur nariqri pâsse irrrria sâfs d,Ihédorisî* fâscismê loccupatiin. â sôrs flle a ænnr deshurnanisati0n de la dos cam|s conæntraiion eilFretourune san. vie. â vie la Ëlie connu laæiûtue a aussi moderne (l€r coulêursRofhko de srdûrrt samarcne et vBrs Iabstraclion), lapêinture clrs€râ pefte ,rsrn" sâslfvie. texte ciselé qui sa et Le esl de petrtesphra$es elsâm légères path$ cêst qreleïhéâlre Mad0is el r,lrl du n$s Pas mais p}i ledorne. dém0tions, deléinotion, delesaâs, une |nais clcrégraphie tas Iacleur dâns pans sublile, decûstumes, sedrapera les du,{cû,dispanîtra dans !éidieblanrhe lutt0ra nep?s pe.d€...âgit ou por. sy li réetlements@tâde dm tÈs illéfËssanl qri,sulu tordétâché ôfejan,], tax c}Iiqu€, raan:{c h0neurs tous les sihl* oar qui duXX" uesel lérues ulefenrle :rrend ilains "t)&,tet ladtt caf sous dourle sèrait dr fuires q*ifi*!r: savie ar-dsssus ses d dans plrspetitchanhrc la drnpalace. cela cesl deutres :ttxie. leil et bbn clmçr Csst comédiôit rr lxr{lPhilit! qui Weisi€ri, saiimei:lre sensibilité sa ariser.,,ceMadtxe. de JR
  5. 5. MADAMEDAprès le roman "Femmedu monde"de Didier GoupilThéâtre Hallesdu 8 au 30juillet 2OO5 desMise en scène: JérômeImatd et Eudesl,abrusseAvec : PhilippWcissertPhilipp lveissert raconte"Madame",cstte femme "du monde",qui a survécuarrxévèirementsde "ci monde"appelésle vingtième siècle.Il utilise la troisièmepersonne,maisil est"Madame",presque pudiquemelt dtaÉ dun tissu nu, qui selt de vêtement,maisaùssiderempartà la souffrance. tissub llant, moire, avecson reflet qui ne peutpas concemer Un"Madame".Elle est fragile, délicateet suflisammentforte pour durer,oui saforce estdansladuée. Elle aime la peinture.Elle a découvertRothko à New York. . Cestlà quellepuisesaforce de sùlvie. Cestdansla peintureqùe seréfugie saltaie vie de femme,seulespace dedévoilementet de fratemié.Philipp Weissertnoussurprcnd.Sonpersonnage Ienvahità tel point quil estreellementc€ttefemmèbouleversante solitude.It faudrait lui donneruneautrechance,un autresiècle,lui d€tendrela main pour 1arclever de sesblessures dâme,lui donnerla possibilitéde viwe, moimlongtompspeut-être,maisplus souvent.Cette sensibiliæ,cetæintimité de femmeestdautantplus troubtantequ elles sont interpretées un homme Poùrtantrien nesttravestiet la nudié paràu corpsrejoint la nudité de lâme.Ce spectacle a ernuau{elâ de lindignation Lémotion mde sentir "Madame"en moi comme un leiftnotiv de la difncuhé à sortir de sortpropreisolement.Déçidemment siècledemier serabien difficil€ à rcparcr,mais soyonsoptimistÊs ceIl y a encorodes peintreset despoètes pour donnerenvie à Madamede durer.ClaudeKmif festival d Avignon 2005 comRevue-sDeçtacle-

×