Mémoire Open Data Claude Hanclot

4 094 vues

Publié le

Claude Hanclot: Développements et contraintes de l’open data
dans les collectivités territoriales

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
4 094
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 559
Actions
Partages
0
Téléchargements
39
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mémoire Open Data Claude Hanclot

  1. 1. Université Jean Moulin - Lyon 3 Faculté des Lettres et Civilisations Département Information Communication Claude Hanclot Développements et contraintes de l’open data dans les collectivités territoriales Quelle implication du secteur culturel et des métiers de l'information-communication ? Validation des Acquis et de l'Expérience Master 2 Sciences Humaines Mention Information et Communication Spécialité Information et Documentation Novembre 2014
  2. 2. Remerciements Je tiens tout d’abord à remercier mon directeur de mémoire, Christian Cote, dont les échanges et les conseils ont guidé la rédaction de ce mémoire. Je le remercie vivement de m'avoir proposé un sujet encore neuf, porteur d'enseignements pour les métiers de l'information et l'avenir de mon parcours professionnel. Ce travail m'a permis de prendre conscience des nouveaux enjeux liés aux données en général et aux données publiques en particulier. Mes remerciements s’adressent également aux nombreux acteurs de l'open data qui ont accepté de me recevoir, de s’entretenir avec moi, sous forme d'entretiens formalisés ou d'échanges plus succincts. Ils ont donné de leur temps et ont fait preuve de pédagogie pour expliquer au mieux leur travail. Leurs témoignages ont véritablement nourri ce mémoire. Je remercie également les professionnels de l'information (documentalistes et archivistes) qui, en répondant au questionnaire que je leur ai transmis, m'ont permis de compléter les informations recueillies lors des entretiens. Enfin je remercie mes proches et mes amis, pour leur compréhension, leur patience et leur soutien, ainsi que pour leur aide précieuse lors de la relecture de ce mémoire. 2
  3. 3. L'OPEN DATA Table des matières Introduction et méthodologie...............................................................................................................7 1 Open data : quels sont les enjeux ?................................................................................................10 1.1 Le contexte général.................................................................................................................10 1.1.1 Les pays impliqués..........................................................................................................10 1.1.1.1 Les États-Unis ........................................................................................................10 1.1.1.2 L’Europe dans le mouvement open data.................................................................11 1.1.1.2.1 Le rôle moteur de l'Union européenne............................................................11 1.1.1.2.2 Le Royaume-Uni précurseur en Europe..........................................................16 1.1.1.2.3 Les autres pays européens...............................................................................18 1.1.2 Les scientifiques comme pionniers ................................................................................19 1.1.3 Les nouveaux usages des technologies de l'information.................................................22 1.1.4 La dimension politique ..................................................................................................23 1.1.4.1 La France dans l'open data : une volonté de l'État..................................................23 1.1.4.1.1 La France dans le numérique ..........................................................................23 1.1.4.1.2 Une action continue depuis 1978....................................................................23 1.1.4.2 La transparence et ses limites..................................................................................28 1.1.4.3 Les bénéfices politiques de l'open data...................................................................31 1.1.5 Une dimension philosophique ?......................................................................................34 1.1.6 Une dimension idéologique ?.........................................................................................35 1.1.6.1 L' influence libérale.................................................................................................36 1.1.6.2 L'influence libérale-libertaire..................................................................................36 1.1.6.3 L'approche participative..........................................................................................37 1.1.6.4 L'idée de bien commun...........................................................................................37 1.1.7 La dimension économique..............................................................................................38 1.1.7.1 L'économie numérique............................................................................................39 1.1.7.2 Quel modèle économique pour la donnée publique ?.............................................40 1.1.7.3 Du producteur de données au réutilisateur..............................................................43 1.1.7.4 Les entreprises dans l'open data..............................................................................44 1.2 Les collectivités locales et l'open data....................................................................................45 1.2.1 L'open data à l'échelle territoriale...................................................................................45 1.2.2 La présence des collectivités territoriales dans l'open data.............................................46 1.2.3 Les principales caractéristiques des plateformes............................................................48 1.2.4 Les données.....................................................................................................................58 1.2.4.1 Le nombre de données.............................................................................................58 1.2.4.2 Les données en fonction de leur typologie .............................................................59 1.2.4.3 Le choix des données..............................................................................................61 1.2.4.4 Des données brutes ?...............................................................................................63 1.2.4.5 Des données de qualité ?.........................................................................................64 1.2.4.6 Des données homogènes ?......................................................................................65 1.2.4.7 Des ensembles cohérents de données ?...................................................................65 1.2.5 Les services proposés à partir des données.....................................................................66 1.2.6 La mise en œuvre d'un projet open data..........................................................................67 1.2.6.1 Un projet pour la collectivité...................................................................................67 1.2.6.1.1 Le temps du projet...........................................................................................67 3
  4. 4. 1.2.6.1.2 Le portage politique du projet.........................................................................68 1.2.6.1.3 Des publics visés ?..........................................................................................68 1.2.6.2 La mise en place d'une organisation........................................................................70 1.2.6.2.1 Le personnel et les services impliqués............................................................70 1.2.6.2.2 Les difficultés de mise en œuvre.....................................................................72 1.2.6.2.3 Former à la culture de la donnée dans les services..........................................73 1.2.6.3 La collecte, le traitement et la diffusion des données..............................................74 1.2.6.3.1 La collecte........................................................................................................74 1.2.6.3.2 Le traitement ...................................................................................................76 1.2.6.3.3 La diffusion.....................................................................................................76 1.2.6.4 Les choix technologiques........................................................................................77 1.2.7 Les atouts de l'open data pour les collectivités locales...................................................80 1.2.7.1 Un outil de gestion interne......................................................................................80 1.2.7.1.1 Une évolution du système d'information ?......................................................80 1.2.7.1.2 Améliorer la qualité des données....................................................................82 1.2.7.1.3 L'utilisation des données en interne.................................................................83 1.2.7.1.4 Valoriser le travail des agents de la collectivité..............................................84 1.2.7.1.5 L'open data facteur d'économies publiques ?..................................................85 1.2.7.2 Un outil de coopération...........................................................................................85 1.2.7.2.1 Une coopération possible entre collectivités...................................................86 1.2.7.2.2 Un partenariat avec les universités : l'exemple de Nantes...............................89 1.2.7.2.3 Quel partenariat avec les entreprises privées ?................................................90 1.2.7.2.4 La plateforme d'action territoriale publique du territoire de Vannes...............91 1.2.7.2.5 Une coproduction possible avec les citoyens..................................................92 1.2.7.2.6 L'organisation de temps forts...........................................................................94 1.2.7.3 Un outil de communication ? ................................................................................95 1.2.7.4 Un outil qui favorise l'attractivité du territoire ?.....................................................97 1.2.8 Les précautions à prendre.............................................................................................102 1.2.8.1 Quels choix juridiques ?........................................................................................102 1.2.8.2 Et le principe d'égalité ?........................................................................................103 1.2.8.3 Les comités d'éthique ou d'experts........................................................................104 1.2.9 Quel bilan ?...................................................................................................................104 1.2.9.1 L'open data encore largement méconnu ...............................................................105 1.2.9.2 Renforcer l'animation et les médiations................................................................106 1.2.9.3 Renforcer la coopération entre collectivités..........................................................108 1.2.9.4 Une évaluation nécessaire.....................................................................................109 1.2.9.4.1 L'évaluation réalisée par le département de Loire-Atlantique.......................109 1.2.9.4.2 Évaluer la démarche......................................................................................112 1.2.9.4.3 Évaluer la qualité des données......................................................................114 1.2.9.4.4 Évaluer les retombées de l'open data.............................................................114 Conclusion de la partie 1..................................................................................................................117 2 L'open data culturel......................................................................................................................121 2.1 Le projet Europeana..............................................................................................................122 2.2 La British Library et la BnF précurseurs..............................................................................123 2.2.1 La British Library..........................................................................................................123 2.2.1.1 La position du gouvernement britannique.............................................................123 2.2.1.2 Le choix de la licence ...........................................................................................123 2.2.1.3 Des formats traditionnels au linked open data .....................................................123 2.2.1.4 La British Library et les bibliothèques locales......................................................124 4
  5. 5. 2.2.1.5 Un renouvellement de la consultation des données..............................................124 2.2.1.6 La demande des entreprises et du public...............................................................125 2.2.1.7 Les relations avec Amazon...................................................................................125 2.2.1.8 La British Library est optimiste sur les bénéfices et l'avenir du web sémantique.126 2.2.2 La BnF engagée dans l'open data..................................................................................126 2.2.2.1 Le projet data.bnf.fr...............................................................................................126 2.2.2.2 Le choix des licences.............................................................................................127 2.2.2.3 Renforcer la visibilité des documents et des données...........................................127 2.2.2.4 Le développement de partenariats.........................................................................128 2.2.2.5 Répondre aux attentes du public et des professionnels.........................................129 2.3 En France, le ministère de la culture donne les orientations................................................130 2.3.1 L'ouverture des données publiques culturelles..............................................................131 2.3.1.1 Partageons notre patrimoine..................................................................................131 2.3.1.2 Le Guide Data Culture..........................................................................................132 2.3.1.3 Feuille de route open data du ministère de la culture............................................134 2.3.1.4 Open data : ouverture et partage des données publiques culturelles.....................135 2.3.1.5 Le premier hackaton culturel ................................................................................137 2.3.2 Silicon Valois pour favoriser l'innovation culturelle ...................................................137 2.3.3 L'exception culturelle française à l'ère du numérique...................................................138 2.3.4 Une cartographie du domaine public culturel...............................................................139 2.3.5 Les enjeux du web sémantique.....................................................................................140 2.3.5.1 La publication d'une feuille de route.....................................................................140 2.3.5.2 L'organisation de rencontres..................................................................................142 2.4 Les collectivités territoriales dans l'open data culturel et touristique...................................143 2.4.1 Les données mises en ligne...........................................................................................143 2.4.2 Des expériences d'open data culturel menées dans l'Ouest de la France......................148 2.4.2.1 L'expérience de Rennes ........................................................................................148 2.4.2.2 L'expérience menée sur le territoire de Nantes.....................................................152 2.4.3 Un focus sur certains établissements culturels..............................................................155 2.4.3.1 Les bibliothèques...................................................................................................155 2.4.3.1.1 La bibliothèque de Rennes Métropole...........................................................155 2.4.3.1.2 La bibliothèque départementale de Saône-et-Loire.......................................159 2.4.3.1.3 La Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (BNU)..................160 2.4.3.2 Les archives...........................................................................................................161 2.4.3.2.1 Les archives municipales de Toulouse..........................................................161 2.4.3.2.2 Les archives départementales du Rhône........................................................164 2.4.3.3 Les musées............................................................................................................165 2.4.3.3.1 Le muséum d'histoire naturel de Toulouse....................................................165 2.4.3.3.1.1 Le fonds Trutat.......................................................................................165 2.4.3.3.1.2 Le projet Phoebus..................................................................................166 2.4.3.3.2 Le musée des Augustins................................................................................166 2.4.3.4 Des applications qui valorisent les collections de musées ...................................167 2.4.3.4.1 L'application Musambule en Provence-Alpes-Côte d'Azur...........................167 2.4.3.4.2 Le service de recherche « Les musées de France » .......................................169 2.4.4 Open data et tourisme...................................................................................................170 2.4.4.1 La plateforme SITRA............................................................................................173 2.4.4.2 La plateforme « Bouches-du-Rhône Tourisme »...................................................174 2.4.4.3 La plateforme « open data tourisme » du département du Var.............................176 Conclusion de la partie 2..................................................................................................................177 5
  6. 6. 3 Quels enjeux pour les métiers de l'information-communication ?...............................................178 3.1 Vers de nouveaux métiers liés à la donnée dans les collectivités territoriales ?...................178 3.2 Le positionnement des métiers de l'information-communication dans l'open data..............180 3.2.1 Les bibliothécaires........................................................................................................181 3.2.2 Les documentalistes......................................................................................................183 3.2.3 Les archivistes...............................................................................................................190 3.2.4 Les professionnels de la communication......................................................................196 3.2.5 Les journalistes.............................................................................................................198 3.3 Un rapprochement des métiers de l'information ?................................................................201 3.3.1 La problématique du rapprochement dans les publications professionnelles...............201 3.3.2 Une collecte de témoignages sur ce sujet......................................................................204 3.3.2.1 Le regard de bibliothécaires .................................................................................205 3.3.2.2 Le regard de documentalistes................................................................................205 3.3.2.3 Le regard d'archivistes...........................................................................................206 3.3.2.4 Le regard de professionnels de la communication................................................207 3.3.2.5 Le regard de journalistes.......................................................................................208 3.3.2.6 L'exemple du laboratoire de data-journalisme au journal Sud-Ouest...................208 3.3.2.7 Regards croisés entre professionnels de l'information du Conseil général du Puy- de-Dôme.............................................................................................................................209 3.4 La formation des professionnels de l'information................................................................212 3.4.1 De nouveaux besoins en formation ..............................................................................212 3.4.2 Les offres de formation.................................................................................................215 3.4.2.1 Les formations universitaires................................................................................215 3.4.2.2 L'exemple d'un Centre Régional de Formation aux Carrières des Bibliothécaires (CRFCB)............................................................................................................................217 3.4.2.3 L'exemple de l'Institut de Journalisme de Bordeaux Aquitaine (IJBA)................217 3.4.2.4 Les organismes de formation professionnelle.......................................................218 3.4.2.5 Les formations organisées par les associations professionnelles..........................219 3.4.2.6 Les journées d'étude, colloques, rencontres... ......................................................220 3.4.2.7 De nouvelles formes de formation .......................................................................221 3.4.3 Partager les formations entre métiers de l'information ?..............................................221 Conclusion de la partie 3..................................................................................................................223 Conclusion........................................................................................................................................224 Les sigles utilisés..............................................................................................................................228 Glossaire...........................................................................................................................................232 6
  7. 7. Introduction et méthodologie La société numérique et le partage de l'information A l'origine de mutations importantes, la société numérique progresse dans le monde et en France. Pour Claudy Lebreton, auteur d'un rapport1 sur ces enjeux : « ce que promet la société du numérique qui se dessine sous nos yeux, c'est une toute autre façon de nous représenter et de concevoir l'espace, le temps, la planète, le vivant, les relations humaines... ». Le numérique permet d'accroître de manière considérable les connaissances disponibles, transforme notre rapport à l'information et les usages que nous en faisons. Le numérique pourrait être aussi, dans un contexte de crise, une possibilité de développement économique2 . L'idée selon laquelle, la production de données serait une nouvelle source de revenus et facteur d'innovations, est assez largement répandue au sein de la Communauté européenne et en France. Les données sont considérées comme un secteur stratégique. L'information reste synonyme de pouvoir. Cependant, il semblerait que la plus grande richesse ne soit plus aujourd'hui de la posséder, mais de la partager. Être un maillon de la chaîne de diffusion, favoriser une meilleure circulation de l'information et en être un acteur, devient dans ces conditions, un enjeu. Une majorité se dégage autour de l'idée, que l'information publique doit pouvoir être accessible, dans une logique de transparence. Cette démarche n'est pas nouvelle, puisque la France s'est dotée, dès 1978, d'un texte allant dans ce sens. L'open data s'inscrit dans ce mouvement et l'accélère, en favorisant la réutilisation des données. A l'heure des villes intelligentes et du big data, les collectivités publiques peuvent difficilement ignorer ce mouvement. Certains pensent d'ailleurs, comme Charles Népote3 , qu'elles n'ont plus le choix : « si les acteurs publics n'ouvrent pas eux- mêmes leurs données, d'autres le feront à leur place ». Qu'est-ce qu'une donnée publique ouverte ? L'open data désigne à la fois une donnée ouverte facile à réutiliser, un mouvement d'ouverture des données ou une demande adressée à ceux qui les détiennent4 . Les pouvoirs publics encouragent, en France, l'utilisation du terme données ouvertes. Un texte paru au journal officiel, concernant le vocabulaire de l'informatique et du droit, va dans ce sens5 . Contrairement à l'information, une donnée n'est pas interprétée, c'est un fait brut. Lorsqu'elle est diffusée, elle est structurée et factuelle. Une donnée publique est mise en ligne par un acteur public ou son délégataire. Il n'y a pas de définition juridique de la donnée ouverte. Elle doit cependant être 1 Rapport « Les territoires numériques de la France de demain », septembre 2013 http://www.territoires.gouv.fr/IMG/pdf/Territoires_et_numerique_Rapport_Lebreton.pdf 2 Pour un New Deal numérique : repenser la société et l'économie grâce au numérique http://www.broadband78.fr/wp- content/uploads/2013/04/etude_pour_un_new_deal_numerique.pdf 3 Alternatives Économiques N°313 de mai 2013 4 Simon Chignard, Conférence à Clermont-Ferrand du 14 mai 2013 5 Voir le texte officiel du 3 mai 2014 http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do? cidTexte=JORFTEXT000028890784&. Considérant la date de parution de ce texte, on trouvera le plus souvent le terme open data dans le mémoire. De plus, les personnes rencontrées, dans le cadre de mes entretiens, ont généralement utilisé le terme open data. 7
  8. 8. qualifiée d'une certaine manière6 : « l'ouverture doit être réalisée au niveau technique (donnée brute, exploitable, de manière automatique avec un format ouvert), juridique (licence clarifiant les droits et obligations) et économique (peu ou pas de redevance limitant l'utilisation, une tarification maximale au coût marginal). Selon l'association anglaise Open Knowledge Foundation7 : « un élément de connaissance est libre, si n'importe qui peut l’utiliser, le réutiliser et le redistribuer, en respectant sa paternité et en conservant son statut de connaissance libre pour les réutilisations ». Le groupe de travail Open Government Working Group, créé en 2007 à Sébastopol en Californie, a défini huit principes8 qui ont été portés à dix par la Sunlight Foundation9 : « les données doivent être complètes, primaires, opportunes, accessibles, exploitables par les machines. L'accès doit être non discriminatoire. Les formats doivent être non propriétaires. Les données doivent être libres de droits, accessibles de façon pérenne en ligne et il ne doit pas y avoir de coût d'utilisation ». Considérant ces critères, il y a aujourd’hui des données plus ou moins ouvertes. L'objet du mémoire L'objet de ce mémoire est de voir quels sont les développements et les contraintes de l'open data dans les collectivités territoriales, mais aussi, de s'interroger sur la participation des secteurs de la culture et du tourisme. L'implication des métiers de l'information dans les projets open data, sera également étudiée. La première partie présentera le contexte général de l'open data et l'engagement des collectivités territoriales françaises aujourd'hui. Après avoir rappelé les origines de l'open data et la participation des pays moteurs dans ce processus, les enjeux seront présentés dans leur dimension politique, philosophique, idéologique et économique. Nous observerons, dans un deuxième temps, le travail concret réalisé par les collectivités territoriales. Un état des lieux sera présenté et nous nous arrêterons sur les principales caractéristiques des plateformes, des données et des services proposés. Nous verrons pourquoi l'open data implique des choix politiques, nécessite des moyens financiers, humains, techniques et impose la mise en place d'une organisation spécifique. Les bénéfices potentiels internes et externes seront montrés. Nous nous apercevrons que la mise en œuvre de tels projets implique de prendre des précautions et peut soulever des interrogations. Nous terminerons cette première partie, en montrant tout l'intérêt d'une démarche d'évaluation. La deuxième partie concerne l'open data culturel. Nous verrons que les grands projets européens et nationaux, en particulier au Royaume-Uni et en France, sont moteurs dans le processus d'ouverture des données publiques. Le rôle spécifique joué par le ministère de la culture sera plus précisément étudié. Des exemples d'établissements culturels (bibliothèques, archives, musées) de collectivités territoriales ayant ouvert des données publiques seront également présentés. Nous nous arrêterons plus longuement sur quelques expériences de l'Ouest de la France, parce que cette région est particulièrement dynamique dans ce domaine. Enfin, nous verrons comment le secteur touristique peut aussi utiliser l'open data et quels avantages cela lui procure. La troisième partie engage la réflexion sur les liens entre open data et métiers de l'information (bibliothécaires, documentalistes, archivistes, journalistes, professionnels de la communication). Nous nous interrogerons sur la pertinence des « nouveaux métiers », lors de la mise en place des projets open data. Nous verrons comment les métiers de l'information, qui ont été marqués par des évolutions fortes ces dernières années avec le développement du numérique, se positionnent. Ce 6 Les informations sont extraites de l'ouvrage de Simon Chignard, Open data : comprendre l'ouverture des données publiques, Éditions Fyp, 2012 7 Voir les sites http://okfn.org/ et http://fr.okfn.org/ 8 Voir les 8 principes sur : http://www.opengovdata.org/home/8principles 9 Voir les 10 principes sur http://sunlightfoundation.com/policy/documents/ten-open-data-principles/ 8
  9. 9. sera l'occasion de se demander si le numérique et l'open data ne favorisent pas de nouvelles formes de rapprochement entre ces métiers, qui ont en commun la gestion de l'information. Enfin, nous verrons en quoi la formation est, dans ce contexte, déterminante et quels sont les évolutions en cours. La méthodologie utilisée La principale source d'information utilisée repose sur une série d'entretiens (40)10 , menés dans toute la France, avec des personnes fortement impliquées dans les projets open data. Ils ont été réalisés sur place ou par téléphone. Leur objet a concerné des sujets d'analyse différents, comme la mise en place d'un projet open data au sein d'une collectivité territoriale, l'étude d'une mise à disposition de données publiques dans une structure culturelle ou touristique, une problématique plus ciblée concernant l'attractivité du territoire, le data-journalisme, la formation.... Des échanges plus courts (téléphoniques ou mails), destinés à compléter certains sujets, ont été réalisés. Le choix des personnes interrogées a été motivé par l'originalité du projet mis en œuvre et parfois, par des opportunités géographiques, en particulier en Auvergne. L'objectif était aussi d'avoir une vue d'ensemble du sujet à considérer. De très nombreux extraits de ces échanges figurent dans ce mémoire. Concernant l'étude de l'implication des métiers de l'information dans les projets open data et les besoins en formation, deux enquêtes en direction des documentalistes et des archivistes ont été réalisées. Les questionnaires ont été diffusés par le biais de réseaux professionnels. Le nombre limité de réponses obtenues ne permet pas de tirer des conclusions générales. Il donne un ordre de grandeur, concernant l'implication de ces professions dans l'open data et fournit des exemples. Une veille permanente a également été effectuée en 2013 et 2014 sur le thème de l'open data. Peu d'ouvrages traitent de cette question, mais les revues professionnelles prennent désormais en considération cette thématique et les articles en ligne sont très nombreux. Des outils d'automatisation de la veille comme Mention ou des outils collaboratifs comme Twitter, Diigo ou Scoop-it ont été utilisés, afin de faciliter et enrichir le travail de veille documentaire. Enfin, les journées de formation et d'information, les colloques m'ont permis d'échanger avec les participants sur ces questions et de bénéficier d'interventions, souvent de grande qualité. 10 Voir la retranscription de l'ensemble des entretiens. Ils ont été rassemblés dans un document indépendant. 9
  10. 10. 1 Open data : quels sont les enjeux ? 1.1 Le contexte général 1.1.1 Les pays impliqués 1.1.1.1 Les États-Unis L'open data ne peut être séparé de la culture politique anglo-saxonne. Ce n'est sans doute pas un hasard, si les États-Unis ont joué un rôle déterminant, en tant que précurseurs et ont été à l'origine de la diffusion de l'idée de l'open data dans le monde. L'importance accordée au principe de reddition des comptes (accountability), ainsi que la place donnée aux groupes d'opposition dans la vie politique anglo-saxonne, ont sans doute joué un rôle11 . Nous verrons que les enjeux idéologiques sont également à prendre en compte. En effet, la volonté peut être forte de limiter la place de l'État, par rapport à l'initiative privée et de dénoncer ainsi le big government. Dès 1966, les États-Unis se dotent d'une loi sur le libre accès aux documents administratifs avec le Freedom of Information Act, amendé en 2007, par l’Open Government Act. Cependant, c'est à Barack Obama que l'on doit le véritable démarrage de la dynamique actuelle. Le premier jour de son mandat, il signe trois mémorandums, dont deux d'entre-eux sont consacrés au gouvernement ouvert12 . En mars 2009, le projet data.gov est lancé et il est mis en ligne le 21 mai 2009. En décembre 2009, la directive du gouvernement ouvert est publiée et pose les trois piliers de la coopération entre l’État et les citoyens : la transparence du gouvernement, la participation et la collaboration. Avec l'Open Governement Initiative, Barack Obama souhaite « créer un niveau d’ouverture du gouvernement sans précédent », dans le but de « renforcer la démocratie, promouvoir son efficacité et son effectivité au sein du gouvernement ». Partant de la défaillance du mode de gouvernance (Washington is broken), il souhaite créer les conditions d'un nouveau type d'action publique.13 Les principes du gouvernement ouvert - le gouvernement comme plateforme14 - sont définis par Tim O'Reilly et Carl Malamud en 2007 à Sébastopol, en Californie. L'open source et le web 2.0 doivent, selon eux, s'appliquer à la gestion des affaires publiques. Ils vont montrer que l'open data est un nouvel espace public au service des citoyens, un outil qui favorise la transparence et la démocratie. Au-delà de la question technique, il y a dans l'esprit de Tim O'Reilly, une dimension politique, qui d'ailleurs est revendiquée. Ainsi, les pratiques du pouvoir doivent évoluer et devenir plus flexibles, plus participatives, plus ouvertes et interopérables, plus transparentes. L'État se conçoit désormais comme une ressource pour les citoyens qui veulent agir. Il doit leur apprendre à créer et mettre à leur disposition des ressources qualifiées et utiles. Celles-ci ne sont plus seulement des aides, des services ou même des données, mais de plus en plus des logiciels, du code informatique ou des plateformes. Des chantiers ont été ouverts, parmi lesquels MyGov, qui prétend refonder les relations entre le gouvernement fédéral et les citoyens, grâce à un ensemble de sites et de services développés avec les citoyens et Open Data Initiatives, qui entend prendre appui sur la 11 C'est le point de vue développé par Simon Chignard dans son ouvrage Open data, Fyp Éditions, 2012 12 Voir l'article « Comment l’open data est devenu un objet politique... », données ouvertes, 30 avril 2012 http://donneesouvertes.info/2012/04/30/comment-lopen-data-est-devenu-un-objet-politique/ 13 Simon Chignard, Open data, Fyp Éditions, 2012, p. 33 14 Voir le site d'O'Reilly http://ofps.oreilly.com/titles/9780596804350/defining_government_2_0_lessons_learned_.html 10
  11. 11. généralisation de l’ouverture des données publiques, pour stimuler la création de nouvelles entreprises et de nouveaux services.15 En mai 2013, par décret présidentiel, le gouvernement américain a décidé d'accélérer sa politique open data et a posé officiellement les grands principes concrets de sa politique16 . 1.1.1.2 L’Europe dans le mouvement open data 1.1.1.2.1 Le rôle moteur de l'Union européenne « L’échelon national n’est assurément pas l’échelon pertinent pour appréhender la révolution numérique : seule l’Union européenne (UE) a la masse critique pour peser dans le cyberespace », peut-on lire dans le rapport d'information « L'Union européenne, colonie du monde numérique ? »17 n° 443 (2012-2013) de Catherine Morin-Dessailly, fait au nom de la commission des affaires européennes du 20 mars 2013 . L’Union européenne considère que les technologies de l'information et de la communication relèvent de choix géopolitiques18 et qu'elles représentent une richesse économique. Elle a fait du numérique, un des axes majeurs de sa stratégie et a chiffré, dans une étude19 , l'ouverture et la réutilisation des données publiques à 40 milliards de gains directs annuels. Ces chiffres sont remis en cause par beaucoup aujourd'hui, mais ils sont toujours cités dans les communiqués officiels de l'Union européenne. Un communiqué de presse du Parlement européen indiquait en 2013 : « la réutilisation des données publiques peut permettre aux entreprises de l'Union européenne d'économiser des milliards ».20 L'open data a fait partie de « l’agenda digital » de Neelie Kroes, commissaire européenne à la société numérique de 2009 à 2014. L'agenda numérique pour l'Europe21 rappelle que « la stratégie numérique pour l'Europe (DAE), lancée en mai 201022 , a pour objectif de relancer l'économie européenne et d'aider les citoyens et les entreprises d'Europe à tirer le meilleur parti des technologies numériques ». Cette stratégie comporte 101 actions, regroupées autour de sept domaines prioritaires23 . Les technologies de l'information et de la communication doivent être 15 Voir le blog d'Henri Verdier http://www.henriverdier.com/2012/10/de-lopen-data-lopen-government-les.html 16 Voir l'article « L’administration Obama structure officiellement sa politique publique liée à l’Open Data », Le MagIT du 14 mai 2013 http://www.lemagit.fr/technologie/gestion-des-donnees/2013/05/14/ladministration-obama-structure- officiellement-sa-politique-publique-liee-a-lopen-data/ 17 Voir le rapport d'information de Catherine Morin-Dessailly « L'Union européenne, colonie du monde numérique ? », 20 mars 2013 http://www.senat.fr/notice-rapport/2012/r12-443-notice.html 18 Voir le rapport d'information de Catherine Morin-Dessailly « L'Europe au secours de l'Internet : démocratiser la gouvernance de l'Internet en s'appuyant sur une ambition politique et industrielle européenne », 8 juillet 2014 http://www.senat.fr/rap/r13-696-1/r13-696-1.html 19 Voir le texte de Graham Vickery « Review of recent studies on PSI re-use and related market developments » http://assets.sunlightfoundation.com.s3.amazonaws.com/policy/papers/Review-of-recent-studies-on-PSI-re-use-and- related-market-developments%20copy.pdf 20 Communiqué de presse du 25 avril 2013 du Parlement européen http://www.europarl.europa.eu/news/fr/pressroom/content/20130422IPR07539/html/La-r %C3%83%C2%A9utilisation-des-donn%C3%83%C2%A9es-publiques-peut-permettre-de-faire-des- %C3%83%C2%A9conomies 21 Voir le site Digital Agenda for Europe http://ec.europa.eu/digital-agenda/ 22 Voir la communication de la commission au Parlement européen, au Conseil, au Comité économique et social européen et au Comité des Régions « Une stratégie numérique pour l'Europe », 19 mai 2010 http://eur- lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=COM:2010:0245:FIN:fr:PDF 23 Voir également « L'agenda numérique européen », note du Centre d'analyse stratégique, Mai 2011 11
  12. 12. utilisées pour affronter les grands enjeux de société, parmi lesquelles, la « promotion de la culture et le développement des contenus ». Elles devront également permettre « d'assurer une meilleure transparence de l'action publique et une relation plus suivie entre les citoyens et les acteurs publics ». Dans ce cadre, il est précisé que « l'ouverture et la réutilisation des données publiques constitueront un volet important de cette action ». En 2012, de nouvelles priorités ont été établies pour 2013-201424 : • Créer un nouvel environnement réglementaire stable pour le haut débit ; • Créer de nouvelles infrastructures de services publics numériques ; • Lancer une grande coalition sur les compétences et les emplois numériques ; • Proposer une stratégie de l'Union européenne en matière de cybersécurité et une directive ; • Mettre à jour le cadre du droit d'auteur ; • Donner un coup d’accélérateur à l’informatique en nuage ; • Lancer la nouvelle stratégie industrielle électronique. Suite au Conseil européen des 14 et 15 mars 201325 , les axes prioritaires ont été réaffirmés et il a été décidé que le marché unique numérique devait être opérationnel d'ici 2015. Le mouvement des données ouvertes est encadré au niveau européen par la directive 2003/98/CE du 17 novembre 2003, appelée également directive PSI,26 qui « fixe un ensemble minimal de règles, concernant la réutilisation de documents existants détenus par les organismes du secteur public des États membres ». Cette directive incite les administrations à ouvrir leurs données. La revue Archimag relève que « sous son impulsion, de nombreux pays européens ont ouvert leur propre portail au niveau national ou à défaut, aux niveaux régional et local »27 . Par ailleurs, la directive INSPIRE du 14 mars 2007 « vise à établir en Europe une infrastructure de données géographiques pour assurer l’interopérabilité entre bases de données et faciliter la diffusion, la disponibilité, l'utilisation et la réutilisation de l’information géographique en Europe »28 . En décembre 2011, la Commission européenne a adopté une communication sur l'Open Data29 . Il a été décidé de créer un portail facilitant la recherche des données de la Commission, de travailler avec les États membres sur les formats de données et l'interopérabilité entre les sites existants, de créer un portail pan-européen open data. La directive 2013/37/UE30 du 26 juin 2013 a modifié la directive 2003/98/CE. La révision de la http://www.strategie.gouv.fr/content/l%E2%80%99agenda-numerique-europeen-note-d%E2%80%99analyse-223 24 Voir le communiqué de presse de la Commission européenne du 18 décembre 2012 http://europa.eu/rapid/press- release_IP-12-1389_fr.htm 25 Voir les conclusions du Conseil européen des 14 et 15 mars 2013 http://europa.eu/rapid/press-release_DOC-13- 3_fr.htm 26 Voir sur le site de la Commission européenne « European legislation on re-use of public sector information » http://ec.europa.eu/information_society/policy/psi/rules/eu/index_en.htm 27 Voir l'article « Opportunité des données publiques », Archimag guide pratique N° 46, septembre 2012 28 Voir la présentation de la directive Inspire sur le site de l'IGN http://inspire.ign.fr/directive/presentation 29 Voir la communication de la Commission européenne de 2011 sur l'open data http://ec.europa.eu/information_society/policy/psi/docs/pdfs/opendata2012/open_data_communication/fr.pdf 30 Directive 2013/37/UE du 26 juin 2013 http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do? uri=OJ:L:2013:175:FULL:FR:PDF et http://www.europarl.europa.eu/oeil/popups/printficheglobal.pdf? id=599454&l=fr 12
  13. 13. directive de 2003 a été l'une des principales mesures de la « stratégie numérique pour l'Europe »31 . Des études ont été commandées et les États ont été consultés. La France a répondu en décembre 2010 à la consultation publique. Cette nouvelle directive « met l'accent sur les avancées récentes de l'open data à travers l'Europe des 27 et propose un cadre juridique harmonisé à l'échelle de l'Europe, propice au développement de l'ouverture et de la réutilisation des données publiques en France, comme dans les autres pays européens »32 . Pour Ivailo Kalfin, en charge du dossier, « les nouvelles règles sur la réutilisation des informations pourraient donner un coup de pouce à l'économie digitale et stimuler l'innovation »33 . Les aspects économiques sont donc mis en avant. Cependant, selon Virgine Fauvel, journaliste à La Gazette des communes34 et le groupe français de l'Open Knowledge Foundation35 , cette directive apporte des progrès, mais aussi des déceptions, en particulier chez ceux qui voulaient voir disparaître l'exception culturelle. Les principaux points de la directive de 2013 sont les suivants : ✔ Elle réaffirme que « les documents produits par les organismes du secteur public des États membres constituent une réserve de ressources vaste, diversifiée et précieuse, dont peut bénéficier l'économie de la connaissance » (art.1). Les politiques d'ouverture des données sont utiles aux acteurs économiques et aux citoyens. Elles peuvent donc « jouer un rôle important pour lancer le développement de nouveaux services, reposant sur des modes innovants de combinaison et d'utilisation de ces informations, stimuler la croissance économique et promouvoir l'engagement social » (art.3). La réutilisation apporte une « valeur ajoutée aux réutilisateurs, mais aussi à l'organisme public lui-même » grâce en particulier, au « retour d'information des utilisateurs » (art.4). ✔ Il est fait obligation de rendre « tous les documents réutilisables, à moins que des règles nationales ne limitent ou n'excluent cet accès » (art.8). « Le champ d'application de la directive est étendu aux bibliothèques, y compris aux bibliothèques universitaires, aux musées et aux archives ». Par contre, « d'autres catégories d'établissements culturels (orchestres, opéras, ballets, théâtres) devraient continuer à être exclus du champ d'application, en raison de leur spécificité de spectacle vivant (art. 18). Il est réaffirmé le rôle important de la numérisation dans ce processus et les textes de références déjà pris dans ce domaine sont rappelés36 (art. 19). 31 Voir Revision of the PSI directive http://ec.europa.eu/digital-agenda/news/revision-psi-directive et Digital Agenda: Commission's Open Data Strategy, Questions & answers European Commission - MEMO/11/891 du 12/12/2011 http://europa.eu/rapid/press-release_MEMO-11-891_en.htm?locale=en 32 Voir l'article « Publication de la directive du 26 juin 2013 révisant la directive PSI », Etalab, 28 juin 2013 http://www.etalab.gouv.fr/article-publication-de-la-directive-du-26-juin-2013-revisant-la-directive-psi- 118776870.html 33 Voir l'article « Les députés approuvent l'accès aux données publiques pour stimuler l'innovation », site du Parlement européen, 13 juin 2013 http://www.europarl.europa.eu/news/fr/headlines/content/20130610STO11409/html/Les-d %C3%A9put%C3%A9s-approuvent-l'acc%C3%A8s-aux-donn%C3%A9es-publiques-pour-stimuler-l'innovation 34 Voir les articles de Virginie Fauvel « Open data : la révision de la directive de 2003 approuvée par le Conseil de l’UE », La Gazette des communes, 16 avril 2013 http://www.lagazettedescommunes.com/163047/open-data-la- revision-de-la-directive-de-2003-approuvee-par-le-conseil-de-lue/ et « Open data : nouvelle directive adoptée par le Parlement européen », La Gazette des communes, 19 juin 2013 http://www.lagazettedescommunes.com/172065/open-data-nouvelle-directive-adoptee-par-le-parlement-europeen/? utm_source=quotidien&utm_medium=Email&utm_campaign=20-06-2013-quotidien 35 Voir l'article « Une analyse de la nouvelle version de la directive EU sur les informations publiques », OKF France, 22 avril 2013 http://fr.okfn.org/2013/04/22/une-analyse-de-la-nouvelle-version-de-la-directive-eu-sur-les- informations-publiques/ 36 Voir les textes juridiques en lien avec cet article : JO C 81 E du 15/03/2011 p. 16 http://eur- 13
  14. 14. ✔ « Pour faciliter la réutilisation, les organismes du secteur public doivent, dans la mesure du possible et s'il y a lieu, mettre les documents à disposition dans des formats ouverts et lisibles par une machine, les présenter accompagnés de leurs métadonnées, à un niveau de précision et de granularité maximales, dans un format qui assure l’interopérabilité » (art. 20). ✔ « Lorsque la réutilisation de documents est soumise à des redevances prélevées par des organismes du secteur public, ces redevances devraient, en principe, être limitées aux coûts marginaux ». Si celles-ci sont supérieures, elles sont « fixées selon des critères objectifs, transparents et vérifiables, et le total des recettes (…) ne devrait pas dépasser les coûts afférents à la collecte, à la production, à la reproduction et à la diffusion, tout en permettant un retour sur investissement raisonnable » (art. 22). Ces dispositions s'appliquent aux bibliothèques, musées et archives (art. 23). Il est indiqué que « les États membres devraient définir les critères de fixation des redevances supérieures aux coûts marginaux » (art. 25). ✔ « En ce qui concerne une éventuelle réutilisation du document, les organismes du secteur public peuvent, s'il y a lieu, imposer des conditions par le biais d'une licence, consistant par exemple à citer la source ou à indiquer si le document a été modifié de quelque manière par le réutilisateur » et « il convient que les États membres encouragent à terme, l'utilisation des licences ouvertes » (art. 26). ✔ Lors de la définition des principes de réutilisation des documents, des accords d'exclusivité peuvent être établis pour la prestation d'un service d'intérêt général (art. 29). « La durée du droit d'exclusivité pour la numérisation des ressources culturelles ne devrait, en général, pas dépasser dix ans » (art. 31). ✔ La protection des données à caractère personnel et le droit de propriété sont garantis par les articles 8 et 17 de la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne37 . Gérald Santucci, responsable de l'unité « partage des connaissances » à la direction générale pour les réseaux de communication, les contenus et la technologie de la Commission européenne, précise qu'il existe des divergences entre cette directive et d'autres textes internationaux relatifs à l'open data38 : « les objectifs et critères de la nouvelle directive ne se recoupent pas nécessairement avec les grands principes définis par la Charte pour l'ouverture des données publiques du G839 » . La question de la protection des données privées est un enjeu important au niveau européen. Jules Lastennet, contributeur sur le site nouvelle-europe.fr40 , résume sur les inquiétudes qui peuvent exister à ce sujet : « l’open data pose de sérieuses questions en ce qui concerne la protection des données privées, la propriété intellectuelle et la sécurité nationale. Sans cadre législatif précis et partagé par l’ensemble des États membres de l’Union européenne, ces principes risquent d’entrer en conflit avec la politique de l’open data, pouvant alimenter la méfiance des pouvoirs publics ou des lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:C:2011:081E:FULL:FR:PDF – JO L 283 du 29/10/2011 p. 39 http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2011:283:0039:0045:FR:PDF – JO C 169 du 15/06/2012 p. 5 http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:C:2012:169:0005:01:FR:HTML 37 Voir la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne du 18 décembre 2000 http://www.europarl.europa.eu/charter/pdf/text_fr.pdf 38 Voir le compte-rendu de la semaine européenne de l'open data qui s'est tenu à Marseille du 25 au 28 juin 2013, Blog du Monde http://internetactu.blog.lemonde.fr/2013/08/30/ou-en-est-lopen-data/ 39 Voir la Charte du G8 pour l'ouverture des données publiques du 18 juin 2013 http://fr.scribd.com/doc/148580461/Charte-du-G8-pour-l-Ouverture-des-Donnees-Publiques-Francais 40 Voir l'article de Jules Lastennet « Open data : la nouvelle révolution scientifique », Nouvelle Europe, 12 avril 2013 http://www.nouvelle-europe.eu/open-data-la-nouvelle-revolution-scientifique 14
  15. 15. fournisseurs d’informations ». Un règlement relatif à la protection des personnes physiques, à l'égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données, a été adopté par le Parlement européen et le Conseil en 201441 . Plusieurs plateformes européennes, relatives aux données publiques en Europe sont actuellement en ligne avec des objectifs différents : ➢ PublicData.eu42 est une plateforme expérimentale, mise en place en juin 2011, qui est le résultat d'un grand projet de recherche43 . Ce projet étudie les conditions et les spécifications techniques nécessaires, pour faire fonctionner un portail pan-européen, avec des données publiques intégrant des données des États membres, ainsi que des collectivités territoriales. Les aspects relatifs aux linked data sont examinés. ➢ Open-data.europa.eu44 est un portail des institutions européennes et a comme objectif de publier des données publiques des institutions et agences de l’Union européenne (plus précisément, des références aux données publiées sur différents sites des institutions et organes de l'Union européenne). Ce site mis en ligne fin 2012, est conçu comme point d'entrée unique. Il compte 6091 jeux de données. Il s’agit principalement de données en provenance d’Eurostat. La Commission a fixé l’objectif de retrouver un tiers de toutes les données publiques structurées disponibles par l'intermédiaire du portail de données pan- européen d'ici à 2015. ➢ L'ePSI Plateform.eu45 est une plateforme qui vise à donner des informations sur la politique de l'open data et la réutilisation des données en Europe. Ce n'est pas un site donnant accès aux données, mais plutôt un site d'échange d'informations. Il est entièrement financé par la Commission européenne, mais entretenu par un consortium, sur la base d'un contrat de service suite à un appel d'offre. Les conférences et événements organisés sur l'open data sont signalés. Un tableau de bord permet de mesurer et d'évaluer l'état d'avancement de l'open data en Europe46 ➢ cohesiondata.ec.europa.eu47 est une plateforme qui fournit des informations sur les résultats obtenus dans chaque État membre, fondées sur les rapports soumis à la Commission par les autorités nationales. Elle montre comment l’argent est distribué entre les pays, les catégories de régions, les différents fonds et la répartition par objectif thématique. La plateforme propose plusieurs cartes interactives accompagnées de données sur le contexte socio-économique et les enjeux spécifiques des régions européennes. ➢ lapsi-project.eu48 est un portail dédié aux aspects juridiques (droits d'accès et réutilisation, licences...) de l'information du secteur public. 41 Voir la résolution législative du Parlement européen du 12 mars 2014 sur la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil relatif à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données (règlement général sur la protection des données) http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?type=TA&reference=P7-TA-2014-0212&language=FR&ring=A7- 2013-0402 42 Voir la plateforme expérimentale PublicData.eu http://publicdata.eu/ 43 Voir le projet de recherche lod2 http://lod2.eu/Welcome.html 44 Voir le portail des institutions européennes Open-data.europa.eu http://open-data.europa.eu/ 45 Voir la plateforme ePSI http://epsiplatform.eu/ 46 Voir l'état d'avancement de l'open data en Europe sur le site http://epsiplatform.eu/content/european-psi-scoreboard 47 Voir la plateforme sur la politique de cohésion https://cohesiondata.ec.europa.eu/ et le communiqué de la Communauté européenne du 23 juillet 2014 http://ec.europa.eu/regional_policy/newsroom/detail.cfm? id=1577&LAN=FR&lang=fr 48 Voir le portail http://www.lapsi-project.eu/ 15
  16. 16. ➢ Share PSI 2.049 est une plateforme dédiée à l'échange d'expériences sur la mise en place de politiques open data dans le secteur public européen. Le projet LOD250 devrait donner lieu à un portail de recherche de données publiques européennes, à partir de données liées. La Commission européenne a lancé une consultation51 en septembre 2013 sur « les meilleures façons d'assurer l'ouverture d'un plus grand nombre de données publiques ». Elle a pour but de mettre en œuvre la nouvelle directive, de manière opérationnelle. L’Union européenne organise par ailleurs chaque année, l'« european data forum » qui rassemble des industriels et des scientifiques autour de la question de la donnée. La première rencontre a eu lieu à Copenhague en 2012. 1.1.1.2.2 Le Royaume-Uni précurseur en Europe A l'image des États-Unis, le Royaume-Uni a très tôt investi les potentialités économiques et politiques de l'open data. Il s'agit donc d'un mouvement fortement marqué, dès son origine, par le monde anglo-saxon. Le droit à l'information est garanti au Royaume-Uni par le Freedom of Information Act (FOI)52 . Le numérique est mobilisé aujourd'hui pour répondre à cet objectif, pour faciliter l'accès à la connaissance, mais aussi pour réaliser des économies dans le secteur public. Ainsi, un plan numérique53 a été publié en 2012, faisant des services publics en ligne un mode de diffusion privilégié. 14 actions ont été retenues devant permettre une épargne annuelle allant jusqu’à 1,8 milliard de Livres. En 2006, le journal britannique The Guardian, plutôt classé à gauche, lance une campagne en faveur de la libération des données publiques. Dans un entretien pour « Regards sur le numérique »54 , Mickael Cross, à l'origine de la campagne free our data témoigne : « Nous étions frustrés par les problèmes que nous avions pour faire sortir les données des agences du gouvernement et par les tentatives de certaines entreprises de vendre ces données publiques. Nous avions beaucoup de contacts avec des universitaires et des petites entreprises qui se retrouvaient dans une compétition injuste avec ces agences. Les autorités locales essayaient de protéger ces informations et de générer des revenus avec. En mars 2006, nous avons décidé de lancer une campagne : écrire un article chaque semaine sur ce sujet pour faire prendre conscience des enjeux. Le gouvernement s’est progressivement lancé dans une politique de l’open data ». En janvier 2010, un projet open data55 est lancé par Gordon Brown, sous l’impulsion de Tim Berners-Lee, auteur de la formule « Libérez les données brutes maintenant ! (Raw data now !) ». 49 Voir la plateforme http://www.w3.org/2013/share-psi/ 50 Voir le projet LOD2 http://lod2.eu/Welcome.html 51 Voir le communiqué de presse « Consultation sur les meilleures façons d’assurer l’ouverture d’un plus grand nombre de données publiques », 30 août 2013 http://europa.eu/rapid/press-release_IP-13-798_fr.htm?locale=en 52 Freedom of information guidance for practitioners http://www.justice.gov.uk/information-access-rights/foi-guidance- for-practitioners 53 Government Digital Strategy: reports and research http://publications.cabinetoffice.gov.uk/digital/ 54 Voir l'article d'Arthur Jauffret « « C'est une période excitante pour l'open data » : entretien avec Michael Cross », Regards sur le numérique, 25 février 2011 http://www.rslnmag.fr/post/2011/2/25/_c-est-une-periode-excitante-pour- l-open-data_entretien-avec-michael-cross.aspx 55 Voir la plateforme britannique http://data.gov.uk/ 16
  17. 17. Selon lui, le prochain enjeu est celui des données libres et liées, le web de données56 . Le site anglais est considéré pour beaucoup aujourd'hui, comme un modèle. Le gouvernement de David Cameron a fait de la transparence gouvernementale, dès son entrée en fonction en mai 2010, un axe fort de sa politique, décidant avec son projet « Big Society » ou « société civile forte » de « rendre le pouvoir aux citoyens ». Dans un contexte de restrictions budgétaires, cet objectif est de transférer une partie des responsabilités de l’État et donc du service public vers les acteurs de l'économie sociale et caritative également appelée « tiers secteur ».57 Comme le montre l'article de juillet-août 2012 de l'Institut de la gestion publique et du développement économique : « Royaume-Uni : open government, l'information au service de la performance ? », au-delà des arguments économiques, la mise en ligne des données avait plusieurs objectifs : ✔ « Rendre compte directement à l'usager contribuable » de la politique menée par le gouvernement, en facilitant l'accès aux données concernant les dépenses publiques. ✔ Permettre à « l'usager-client » de faire un choix éclairé, dans un contexte de privatisations et de volonté de mettre fin aux situations de monopole public58 . ✔ Favoriser la mise en concurrence entre les services « sous la pression de l'usager-client ». Parmi les jeux de données et applications, le choix de proposer des données dites sensibles, axées sur la sécurité a été retenu par le Royaume-Uni : le site police.uk59 repère les crimes et délits par catégorie et par ville. Le programme Open Justice60 inventorie les délits commis, par zone géographique et rend compte de leur évolution statistique. Il semble que ces informations, de nature à soulever des interrogations, rencontrent un certain succès. Il existe également des applications plus conventionnelles, liées en particulier aux transports, comme celle permettant de suivre les rames du métro de Londres en temps réel61 ou le site Fix My Street62 , réalisé par l'entreprise mySociety, permettant aux citoyens de signaler immédiatement à leur commune, les problèmes qu'ils rencontrent. Même si l'open data anglais est avec près de 10 000 jeux de données au premier rang mondial et fait des efforts pour rendre le site plus clair, il semble que les bénéfices attendus ne soient pas encore observables. Le rapport du NAO63 d'avril 2012 constate que le gouvernement a rempli ses engagements en matière de transparence, mais fait état d'un faible taux de connexions. Par ailleurs, la commission des Finances du Parlement souligne la difficulté pour les citoyens à s'approprier les 56 Tim Burners Lee, TED, 2009 http://www.ted.com/talks/lang/fr/tim_berners_lee_on_the_next_web.html 57 Voir les articles « Royaume-Uni open government, l'information au service de la performance ? », « Royaume-Uni : le projet Big Society », « Royaume-Uni développement du troisième secteur », Gestion Publique Réactive, Institut de la gestion publique et du développement économique (articles archivés) 58 La publication du livre blanc sur « l'ouverture des services publics » a théorisé ce point de vue. Open public services : white paper http://files.openpublicservices.cabinetoffice.gov.uk/OpenPublicServices-WhitePaper.pdf 59 Voir le site http://www.police.uk/ 60 Voir le site http://open.justice.gov.uk/ et l'article de Rick Muir « Open justice : Empowering victims through data and technology », Ippr.org, 5 juin 2012 http://www.ippr.org/publication/55/9191/open-justice-empowering-victims- through-data-and-technology 61 Voir l'article d'Edouard Malsch « Une application pour suivre les rames du métro de Londres en temps réel », UrbaNews.fr, 7 août 2013 http://www.urbanews.fr/2013/08/07/34441-une-application-pour-suivre-les-rames-du- metro-londonien-en-temps-reel/ 62 Voir le site http://www.fixmystreet.com/ 63 Voir le rapport sur le site http://www.nao.org.uk/ et l'article d'Elise Garet « Le National Audit Office (NAO) britannique évalue les progrès vers la transparence du gouvernement britannique », Serdalab, 20 avril 2012 http://www.serdalab.com/article/2012/4/20/le-national-audit-office-britannique-evalue-les-pr 17
  18. 18. données brutes. Il a par ailleurs été mis en place une institution, l'Open Data Institute (ODI)64 chargée d'accompagner le gouvernement dans ses politiques d'ouvertures de données et d'épauler les entreprises qui souhaitent créer de nouveaux services. 1.1.1.2.3 Les autres pays européens La plupart des pays européens sont désormais impliqués dans le mouvement open data. La plateforme ePSI, déjà mentionnée, permet de voir quels sont ces pays et de quelle manière ils suivent les critères de la directive européenne PSI : mise en œuvre, pratique de la réutilisation, formats utilisés, politique tarifaire, accords d'exclusivité, PSI locale, événements et activités. Chaque État se voit attribuer un certain nombre de points, selon qu'il remplit tel ou tel critère favorisant l'open data. La note maximum est de 700 points. Extrait de la plateforme ePSI – The PSI Scoreboard 64 Voir le site Open Data Institute http://www.theodi.org/ et l'article de Cyrille Chausson « La Grande-Bretagne ouvre officiellement son Open Data Institute », LeMagIT, 3 décembre 2012 (article payant) 18
  19. 19. Vingt-huit pays sont actuellement concernés. Les scores sont compilés dans un graphique interactif qui permet de faire une comparaison entre les pays. La France se situe en troisième position avec 505 points, à égalité avec les Pays-Bas, derrière le Royaume-Uni et l'Espagne65 . Extrait de la plateforme ePSI – The PSI Scoreboard Homer66 est un projet européen qui vise à harmoniser les politiques d'ouverture des données de 8 pays européens (Chypre, Espagne, France, Grèce, Italie, Malte, Monténégro, Slovénie). Né en 2011, ce réseau permet aux experts de partager leurs expériences et les bonnes pratiques. Il travaille à un guide opérationnel, à l'harmonisation des licences, à la fédération des portails de données publiques (via un moteur commun) et tente de mesurer les impacts socio-économiques de l'ouverture des données67 . 1.1.2 Les scientifiques comme pionniers Les questions relatives à la circulation et au partage des connaissances ne sont pas nouvelles, dans le domaine scientifique, comme en témoigne l'article paru dans la Nouvelle Europe d'avril 2013, qui rapporte les propos de Robbert Dijkgraaf, professeur de physique mathématique à l’université d’Amsterdam et de Princeton : « au XVIIe siècle, la science était en accès libre et les informations voyageaient dans le monde par le biais des universités. L’open data du XXIe siècle est donc un 65 Classement à la date du 30 octobre 2014 66 Projet Homer http://www.homerproject.eu/ 67 Voir le billet de Hubert Guillaud « Où en est l'open data ? », Le Monde, 30 août 2013 http://internetactu.blog.lemonde.fr/2013/08/30/ou-en-est-lopen-data/ 19
  20. 20. moyen de réinventer notre passé grâce aux nouvelles technologies »68 . Aujourd'hui, devant les risques d'une privatisation des connaissances, les scientifiques qui travaillent dans le domaine de la recherche publique ont mis en avant le concept de données ouvertes. Seul le partage des données entre chercheurs peut permettre, selon eux, de mener à bien l'analyse et la compréhension des grands problèmes contemporains. Le sociologue Robert King Merton (1910-2003), père de la sociologie des sciences, a très tôt démontré le bénéfice de l'ouverture des données scientifiques. Chaque chercheur doit, selon lui, contribuer au « pot commun » et renoncer au droit de propriété intellectuelle, pour permettre l'avancée de la connaissance69 . Le principe d'ouverture des données publiques aurait été proposé pour la première fois en 1995 par des chercheurs qui travaillaient sur le changement climatique70 . Ainsi, le comité sur les données géophysiques et environnementales du Conseil national de la recherche aux États-Unis a publié un document concernant « l'échange complet et ouvert des données scientifiques » montrant l'intérêt de constituer des bases de connaissances ouvertes dans le domaine scientifique : « Pour résoudre les problèmes de l'environnement mondial, il est essentiel d'avoir une bonne compréhension scientifique de la Terre et des éléments qui la constituent. La recherche nécessaire pour atteindre cette compréhension dépend essentiellement des observations et des données traitées sur tous les aspects du système, partout dans le monde. Ce type de recherche a été facilité par un système international d'échange complet et ouvert de données et d'informations scientifiques ». 71 Lors d'une conférence en 200972 , Tim Burners Lee, donne une place prépondérante aux scientifiques. Il pense qu'ils sont capables de résoudre les problèmes auxquels nous sommes confrontés. La science et les technologies peuvent, selon lui, agir sur les affaires publiques. Pour cela, des conditions favorables doivent être réunies, parmi lesquelles, la libération des données publiques : « nous sommes conscients des immenses challenges que l'humanité doit relever (…). Les données que d'autres scientifiques ont collectées sont enfermées et nous devons les délivrer pour s'atteler à ces grands problèmes ». Certains évoquent l'idée d'une nouvelle révolution scientifique : « le libre accès aux données scientifiques doit réduire la duplication des efforts, limiter le temps passé à la recherche d’informations et faciliter le progrès scientifique, par la coopération des chercheurs européens »73 . Les Pays-Bas sont particulièrement avancés dans ce domaine, avec le développement de la plateforme eScience center74 . L'accès aux sources est important, dans le domaine médical par exemple, mais aussi dans d'autres disciplines. Le récent exemple, concernant la publication des calculs qui ont servi au Prix Nobel d'économie Paul Krugman à théoriser sur la question de l'austérité, et leur remise en cause par un 68 Article de Jules Lastennet, Open data : la nouvelle révolution scientifique ?, Nouvelle Europe du 12 avril 2013 http://www.nouvelle-europe.eu/open-data-la-nouvelle-revolution-scientifique 69 Simon Chignard, Open data, Éditions Fyp, 2012, pp. 25-26 70 Au cours du colloque des 7 et 8 novembre 2013, Simon Chignard attribue la paternité de cette recherche historique à Valérie Peugeot, prospectiviste chez Orange Labs et vice-présidente du Conseil National du Numérique. 71 Voir le site du National Academies Press http://www.nap.edu/readingroom.php?book=exch&page=summary.html 72 Le web à venir par Tim Berners-Lee, TED, 2009 http://www.ted.com/talks/lang/fr/tim_berners_lee_on_the_next_web.html 73 Voir l'article de Jules Lastennet « Open data : la nouvelle révolution scientifique ? », Nouvelle Europe, 12 avril 2013 http://www.nouvelle-europe.eu/open-data-la-nouvelle-revolution-scientifique 74 Voir le site http://esciencecenter.nl/ 20
  21. 21. étudiant qui a eu accès aux données et a découvert une erreur arithmétique en témoigne75 . Selon certains auteurs, la transparence ferait aujourd'hui figure de nouvelle objectivité « parce qu'elle permet de voir les sources de l'auteur et les valeurs qui l'ont amené à prendre la position qui est la sienne »76 . Depuis une quinzaine d'années, le libre accès à l'information scientifique et technique a été marqué par une série de déclarations et de recommandations : • Déclaration internationale sur le libre accès de Budapest en 200177 : appel en direction des chercheurs, visant à encourager leur participation au mouvement du partage gratuit de la production scientifique ; • Déclaration de Berlin de 200378 : libre accès à la connaissance en sciences dures et sciences humaines ; • Open Data Consortium créé en 2003 aux États-Unis ; • Déclaration Berlin III en mars 2005 : renforcer les mesures adoptées dans le cadre de Berlin I ; • Recommandation de la Commission européenne de juillet 201279 relative à la publication en accès ouvert des résultats de la recherche scientifique financée sur fonds publics ; • Lancement du groupe de travail « Science ouverte et citoyenne » en avril 201380 ; • L'association Science Europe a énoncé en avril 2013, les principes qui permettront d’assurer la transition vers le libre accès des résultats de recherches financées par des fonds publics81 . Tous ne partagent pas aujourd'hui l'idée du partage et du libre accès à l'information. C'est par exemple le cas de certains éditeurs. Cette situation a d'ailleurs été dénoncée par une communauté de responsables d'universités qui ont proposé un texte accompagné d'une pétition, publiés par le journal Le Monde en 201382 . 75 Voir l'article « Austérité : un remède pire que le mal », Courrier international, 30 mai 2013 http://www.courrierinternational.com/article/2013/05/30/un-remede-pire-que-le-mal 76 Voir le billet sur le blog du Monde du 18 août 2009 « la transparence est la nouvelle objectivité » http://pisani.blog.lemonde.fr/2009/08/18/la-transparence-est-la-nouvelle-objectivite/ 77 Article « Initiative de Budapest pour l’Accès Ouvert » du 14 février 2002, publié le 26 mars 2004 http://openaccess.inist.fr/?Initiative-de-Budapest-pour-l 78 Déclaration de Berlin sur le Libre Accès à la Connaissance en sciences exactes, sciences de la vie, sciences humaines et sociales du 22 octobre 2003, publié le 12 juillet 2004 http://openaccess.inist.fr/?Declaration-de-Berlin- sur-le-Libre 79 Communication de la Commission au Parlement européen, au Conseil, au Comité économique et social européen, et au Comité des régions pour un meilleur accès aux informations scientifiques : dynamiser les avantages des investissements publics dans le domaine de la recherche, 17 juillet 2012 http://ec.europa.eu/research/science- society/document_library/pdf_06/era-communication-towards-better-access-to-scientific-information_fr.pdf 80 Lancement du groupe de travail « Science ouverte et citoyenne », OKF France, 16 avril 2013 http://fr.okfn.org/2013/04/16/lancement-du-groupe-de-travail-science-ouverte-et-citoyenne/ 81 Science Europe : traduction française des principes pour assurer la transition vers le Libre Accès, INIST, 16 mai 2013 http://openaccess.inist.fr/?Science-Europe-traduction 82 Voir l'article d'une communauté de responsables d'universités « Qui a peur de l'open access ? », Le Monde, 15 mars 2013 http://www.lemonde.fr/sciences/article/2013/03/15/qui-a-peur-de-l-open-acces_1848930_1650684.html 21
  22. 22. 1.1.3 Les nouveaux usages des technologies de l'information Nous assistons aujourd'hui, avec l'évolution des technologies, à une modification du mode de collecte et de diffusion des informations. De nouveaux usages se développent avec le web collaboratif, sur la base d'une participation accrue des utilisateurs. Ces pratiques modifient le rapport des citoyens avec les administrations et les élus. Le philosophe Michel Serres s'interroge à ce sujet : « tout le monde semblait croire, en effet, que tout coule du haut vers le bas, de la chaire vers les bancs, des élus vers les électeurs ; qu'en amont l'offre se présente et que la demande, en aval, avalera tout. Qu'il y a des grandes surfaces, de grandes bibliothèques, des grands patrons, ministres, hommes d’État... qui, présumant leur incompétence, répandent leur pluie bienfaisante sur les petites tailles. Peut-être cette ère a-t-elle eu lieu ; elle se termine sous nos yeux, au travail, à l'hôpital, en route, en groupe, sur la place publique, partout ».83 Les grandes administrations et les entreprises ont pendant longtemps été les seules à produire des bases de données pour leurs propres besoins. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. L'informatique personnelle, la puissance de traitement et de stockage, les mises en réseau, ainsi que le développement des capteurs personnels sont à l'origine d'une production importante de données, qui viennent alimenter le big data. En réaction à l'expansion des droits de propriété intellectuelle, l'idée de biens communs de l'information et de la connaissance se formalise84 et des associations se créent pour défendre cette idée, comme le collectif SavoirsCom1 qui a publié un manifeste85 . Valérie Peugeot, chercheuse à Orange et membre du conseil national du numérique, montre également que les utilisateurs éprouvent le besoin de produire et partager des données : « Les utilisateurs du web sont de plus en plus nombreux à vouloir partager des données en tout genre, sans limite et sans restriction, à vouloir placer leurs données en bien commun. Les usagers sont de plus en plus dotés d'outils d'enregistrement, de géolocalisation ou de capteurs, et nombreux sont ceux qui souhaitent partager leurs captures d'information sur des plate-formes collectives ».86 Le crowdsourcing - c'est à dire la production de données par les foules - se développe ainsi que la constitution de réseaux communautaires et collaboratifs, à l'image du site de cartographie libre OpenStreetMap87 . Le gouvernement encourage d'ailleurs ces initiatives. Il a apporté son soutien au projet de « bases d'adresses ouvertes » qui doit déboucher sur la constitution d'une base d'adresses nationale. Elle contiendrait déjà 15 millions d'adresses88 . Par ailleurs, les données se transforment au contact de différents acteurs. Elles se croisent, s'interconnectent et s'enrichissent. Le web sémantique peut désormais permettre de relier les informations entre elles. 83 Michel Serres, Petite poucette, Le Pommier, 2012, p. 52 84 Voir l'ouvrage coordonné par l'association Vecam « Libres savoirs : les biens communs de la connaissance », 2011 http://www.ladyss.com/IMG/pdf/specimen_libres_savoirs.pdf 85 Voir le manifeste de SavoirsCom1 http://www.savoirscom1.info/manifeste-savoirscom1/? doing_wp_cron=1362343997.3701870441436767578125 86 Voir l'article de Valérie Peugeot « Le web des données laisse-t-il une place au bien commun ? » http://www.reseaudel.fr/wp-content/uploads/2014/01/pdf_Valerie_Peugeot_web_des_donnees_bien_commun.pdf 87 Voir le site http://openstreetmap.fr/ 88 Voir l'article « Une nouvelle stratégie numérique pour transformer l'État et les services publics », Localtis, 17 septembre 2014 22
  23. 23. 1.1.4 La dimension politique 1.1.4.1 La France dans l'open data : une volonté de l'État 1.1.4.1.1 La France dans le numérique La France considère, comme l'Union européenne, que les technologies de l'information et le numérique sont essentiels pour le développement économique et la modernisation de l'administration. Cette idée est surtout présente depuis la fin des années 90. Le discours d'Hourtin de Lionel Jospin du 25 août 1997 « lien entre transparence, communication et nouvelles technologies de l'internet »89 , le Programme d'Action du Gouvernement pour la Société de l'Information (PAGSI) en 1998 définissant 6 axes pour « l'entrée de la France dans la société de l'information » ou le rapport de décembre 2000 « l'État et les technologies de l'information et de la communication : vers une administration à accès pluriel»90 en témoignent. Depuis, de nombreux documents officiels montrant l'importance que revêt le numérique dans notre société se succèdent. Les travaux des ministres, sur la France en 202591 , réalisés en 2013, donnent à ces technologies des pouvoirs importants. Elles doivent pouvoir « rendre les services publics plus efficaces et moins onéreux, permettre une « troisième révolution industrielle », faciliter les enquêtes de police et de gendarmerie et permettre aux forces de l'ordre d'être plus proches de la population, simplifier et réduire le coût de la justice, dynamiser les territoires ruraux ». Certains considèrent qu'il ne faut pas donner à ces technologies les capacités de régler tous les problèmes. 1.1.4.1.2 Une action continue depuis 1978 Dès 1978, la France s'est dotée d'une législation concernant le traitement et l'utilisation des données personnelles et publiques, avec en particulier, la création de la CNIL et de la CADA. La CNIL, créée par la « loi informatique et liberté », traite des données personnelles et la CADA, de la question des documents administratifs et donc des données publiques. La loi n°78-753 du 17 juillet 197892 (loi CADA), modifiée par une ordonnance de 2005, définit la notion de document administratif, les droits d'accès et les conditions de réutilisation. La loi CADA « reconnaît à toute personne le droit d’obtenir communication des documents détenus dans le cadre de sa mission de service public par une administration, quels que soient leur forme ou leur support. Ce droit s’exerce à l’égard de toutes les personnes publiques (l’État, les collectivités territoriales et leurs établissements publics) ainsi qu’à l’égard des organismes privés chargés d’une mission de service public. La loi prévoit toutefois quelques restrictions au droit d’accès, nécessaires pour préserver divers secrets, tels par exemple, celui qui garantit dans l’intérêt des personnes, le respect de la vie privée ou encore, celui qui garantit dans l’intérêt de la concurrence, le secret des affaires »93 . Il existe des cas particuliers concernant les documents contenant des informations à 89 Voir le discours de Hourtin de Lionel Jospin du 25 août 1997 « Lien entre transparence, communication et nouvelles technologies de l'internet » http://discours.vie-publique.fr/notices/993002100.html 90 Voir le rapport de décembre 2000 « l'État et les technologies de l'information et de la communication : vers une administration à accès pluriel » http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/004000954/ 91 Voir l'article de Jonathan Parienté « Pour le gouvernement, La France de 2025 sera sauvée grâce aux « nouvelles technologies » », Le Monde, 15 août 2013 http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/08/15/pour-le- gouvernement-la-france-de-2025-sera-sauvee-grace-aux-nouvelles-technologies_3462108_823448.html 92 http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000339241 93 Voir sur le site http://www.cada.fr/l-acces-aux-documents-administratifs,1.html 23
  24. 24. caractère personnel. Leur communication n'est possible qu'à certaines conditions : « il faut que la personne à laquelle les données se rapportent ait donné son consentement ou que ces données soient anonymisées » et « la réutilisation des données à caractère personnel doit respecter les exigences de la loi du 6 janvier 1978 ». Par ailleurs, « les documents administratifs sont communiqués sous réserve des droits de propriété littéraire et artistique ». Enfin, une exception existe pour « les établissements culturels ou d’enseignement ». La loi impose également la tenue d’un répertoire des principaux documents, devant être porté à la connaissance des usagers. La directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003, concernant la réutilisation des informations du secteur public94 , a été transposée dans le droit français par l'ordonnance n°2005-650 du 6 juin 200595 . Elle pose les principes d’une libre réutilisation des « informations contenues dans les documents administratifs ». Nous passons de la notion de documents administratifs à celle d’information publique. Par ailleurs, il est précisé que les données publiques doivent être mises à disposition et réutilisables à des fins commerciales ou non, d’une manière non discriminatoire et non exclusive, à des coûts n’excédant pas ceux de la production de la donnée. En 2008, le secrétaire d’État chargé de la prospective, de l’évaluation des politiques publiques et du développement de l’économie numérique, Éric Besson, a proposé dans le cadre du Plan numérique 2012, la création d’un portail unique de données publiques. Le député Frank Riester a réuni fin 2009, un groupe d’expert du numérique, chargé de formuler 25 propositions d’action, afin de structurer la stratégie numérique de l’administration96 . La création d'un portail faisait partie des propositions et en juin 2009 une circulaire97 en précisait la démarche. Le 5 décembre 2011, le portail data.gouv.fr 98 a été ouvert et la licence ouverte99 a été proposée. La mission Etalab a été lancée le 21 février 2011, chargée de « coordonner l’action des administrations de l'État et apporter son soutien aux établissements publics administratifs pour faciliter la réutilisation la plus large possible de leurs informations publiques »100 . La dynamique s'est poursuivie avec le changement de gouvernement. Le premier ministre Jean- Marc Ayrault, créant par un décret du 31 octobre 2012101 , le Secrétariat général pour la modernisation de l’action publique (SGMAP). La mission Etalab a été rattachée à ce secrétariat et l'open data inscrit comme principe de gouvernement, dans une charte de déontologie. La feuille de route du gouvernement102 parue en 2013, précise son ambition dans ce domaine. Une 94 Voir la directive 2003/98/CE du 17 novembre 2003 http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do? uri=OJ:L:2003:345:0090:0096:FR:PDF. Cette directive a été modifiée par la directive 2013/37/UE du 26 juin 2013. 95 Voir l'ordonnance n°2005-650 du 6 juin 2005 http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=347C1D3F66B5B62F83B58C46E3433C6B.tpdjo08v_2? cidTexte=JORFTEXT000000629684&categorieLien=id 96 Voir le rapport « Amélioration de la relation numérique à l'usager » paru en février 2010 http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/104000078/ 97 Circulaire du 26 mai 2011 relative à la création d’un portail unique des informations publiques de l'État « data.gouv.fr » par la mission Etalab et l’application des dispositions régissant le droit de réutilisation des informations publiques. 98 Voir le portail http://www.data.gouv.fr/ 99 Voir sur la présentation de cette licence sur le site d'Etalab http://www.etalab.gouv.fr/pages/licence-ouverte-open- licence-5899923.html 100 Voir le communiqué de presse http://fr.slideshare.net/Etalab/communiqu-de-presse-cration-de-la-mission-etalab- charge-de-crer 101 Voir le décret du 31 octobre 2012 http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do? cidTexte=JORFTEXT000026557680&dateTexte=&categorieLien=id 102 Voir la feuille de route du gouvernement en matière d'ouverture et de partage des données publiques du 28 février 2013 http://www.etalab.gouv.fr/article-la-feuille-de-route-du-gouvernement-en-matiere-d-ouverture-et-de-partage- des-donnees-publiques-115767801.html 24
  25. 25. réflexion est engagée sur le choix des données stratégiques, avec l'organisation de débats thématiques, permettant d'identifier de nouveaux jeux de données et d'élargir leur collecte. Le gouvernement s'engage également à « faciliter et améliorer le processus d’ouverture des données publiques, accompagner les réutilisations innovantes et la communauté des réutilisateurs, favoriser la transparence et la culture de la donnée au service de la modernisation de l’action publique, évaluer les redevances, faire évoluer le cadre juridique et administratif, mener une action internationale ». Le relevé de décisions du Comité Interministériel pour la Modernisation de l'Action Publique (CIMAP) du 2 avril 2013, affirme la volonté de l’État d'aller vers « une action publique plus transparente et plus simple »103 et le premier ministre a réaffirmé, lors du Comité du 18 décembre 2013104 , que l'open data était une priorité pour le gouvernement. Selon Mathieu Jeandron105 , adjoint au directeur de la direction interministérielle des systèmes d'information et de communication, « l'open data et le gouvernement ouvert sont des vecteurs de la modernisation de l'action publique ». Les technologies permettent un « changement de modèle » et le système d'information est central. Il évoque cependant des réticences : « il faut en premier lieu, convaincre que nous vivons une révolution numérique. Des ministères continuent à fonctionner en silos, ce qui pose des problèmes pour travailler et génère une charge bureaucratique ». Un vade-mecum sur l'ouverture et le partage des données publiques106 vise à « faciliter l’engagement des ministères dans la démarche d’ouverture et de référencement de leurs données publiques sur la plateforme nationale et rappelle les enjeux du partage des données publiques » 107 . Le gouvernement a par ailleurs recruté un administrateur général des données publiques (chief data officer). Conformément au décret n° 2014-1050 du 16 septembre 2014108 , il « coordonne l'action des administrations en matière d'inventaire, de gouvernance, de production, de circulation et d'exploitation des données par les administrations. Il organise, dans le respect de la protection des données personnelles et des secrets protégés par la loi, la meilleure exploitation de ces données et leur plus large circulation, notamment aux fins d'évaluation des politiques publiques, d'amélioration et de transparence de l'action publique et de stimulation de la recherche et de l'innovation ». En décembre 2013, une nouvelle version de la plateforme data.gouv.fr a été mise en place, avec la volonté de la démocratiser. Elle a été ouverte à tous les contributeurs, dans un « esprit wiki » et une logique de type « réseau social » a été proposée. Les données ont été regroupées. Ainsi, selon le 103 Voir le relevé des décisions du CIMAP du 2 avril 2013 pp 9-10 http://www.modernisation.gouv.fr/fileadmin/Mes_fichiers/pdf/CIMAP_02042013/releve_decisions_CIMAP_02042 013.pdf 104 Voir le relevé des décisions du CIMAP du 18 décembre 2013 http://www.modernisation.gouv.fr/sites/default/files/fichiers-attaches/relevedecisions_cimap4.pdf page 18 105 Intervention de Mathieu Jeandron, chef du service stratégie et urbanisation, adjoint au directeur, direction interministérielle des systèmes d'information et de communication, colloque « Open data : enjeux communicationnels et sociétaux », Clermont-Ferrand, 7 et 8 novembre 2013 106 Vademecum sur l'ouverture et le partage des données publiques, septembre 2013 http://www.modernisation.gouv.fr/sites/default/files/fichiers-attaches/vademecum-ouverture.pdf 107 Voir l'article sur le portail du gouvernement du 17 septembre 2013 http://www.gouvernement.fr/presse/vade- mecum-sur-l-ouverture-et-le-partage-des-donnees-publiques-0 108 Décret n° 2014-1050 du 16 septembre 2014 instituant un administrateur général des données http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000029463482. Voir également l'article de Sabine Blanc « Modernisation de l’action publique : la gouvernance par la donnée, une vieille nouveauté », La Gazette des communes, 17 septembre 2014 http://www.lagazettedescommunes.com/269416/modernisation-de- laction-publique-la-gouvernance-par-la-donnee-une-vieille-nouveaute/ et l'article « Une nouvelle stratégie numérique pour transformer l'État et les services publics », Localtis, 17 septembre 2014 http://www.localtis.info/cs/ContentServer? pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&cid=1250267719845&jid=1250267721082 25
  26. 26. journal Les Échos109 , le nombre de jeux de données serait passé de 350 000 à 13 000. On comptait 237 producteurs en février 2014. La question de la fiscalité de l'économie numérique est débattue et le rapport Collin et Colin110 a fait des propositions à ce sujet. Le gouvernement a également « évalué les modèles économiques de chaque redevance existante portant sur l’utilisation des données publiques, notamment en auditant les coûts et les recettes associés ». La publication du rapport Trojette111 va dans le sens du principe de gratuité des données publiques. La question des données personnelles soulève des inquiétudes. Le renforcement de la protection des données personnelles sur internet est une préoccupation du gouvernement, comme de l'Union européenne112 et un texte législatif est en cours de préparation à ce sujet. Par ailleurs, le Conseil d’État a choisi le thème du numérique pour son étude annuelle 2014113 parce que selon lui, ce phénomène « prend une nouvelle dimension » et provoque « un triple basculement » dans les domaines de l'innovation, de l'économie et de l'appréhension du numérique par la société. Le Conseil d’État a jugé utile de réfléchir au maintien des droits fondamentaux dans le contexte de développement du numérique. L'objectif recherché est de repenser la protection de ces droits en préservant les potentialités économiques du numérique. Comme l'évoque Simon Chignard, « l'une des frontières de l'open data est liée à l'absence de données personnelles, or cette frontière devient aujourd'hui poreuse »114 . L'association française des correspondants à la protection des données personnelles (AFCPDP)115 mène, par exemple, une réflexion autour des données personnelles contenues dans les données publiques116 . La manière dont sont manipulées les données fait également débat et certains parlent aujourd'hui de « dictature des algorithmes »117 . La CNIL est bien sûr très concernée par ces questions. La loi informatique et libertés de 1978 a défini des principes (principes de finalité, de pertinence des données, de durée limitée de conservation, obligation de sécurité, respect du droit des personnes) qui sont aujourd'hui requestionnés par l'open data. Des concertations ont été organisées et un séminaire s'est tenu en 2013118 . Selon Sophie Vuilliet-Tavernier, directrice des études de l'innovation et de la prospective à 109 Voir l'article des Échos du 19 décembre 2013 « Etalab : un nouveau portail pour démocratiser « l'open data » » http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0203198562890-etalab-un-nouveau-portail-pour- democratiser-l-open-data-638347.php 110 Voir le rapport « Mission d'expertise sur la fiscalité de l'économie numérique » de Pierre Collin et Nicolas Colin de janvier 2013 http://www.redressement-productif.gouv.fr/files/rapport-fiscalite-du-numerique_2013.pdf 111 Voir le rapport Trojette http://www.gouvernement.fr/presse/remise-du-rapport-trojette-sur-l-ouverture-des-donnees- publiques 112 Voir le Communiqué du Parlement européen du 22/10/2013 « Les députés de la commission des libertés civiles renforcent la protection des données dans l'UE » : http://www.europarl.europa.eu/news/fr/news- room/content/20131021IPR22706/html/Les-d%C3%A9put%C3%A9s-renforcent-la-protection-des-donn %C3%A9es-dans-l%27UE 113 Voir l'étude annuelle du Conseil d’État 2014 « Le numérique et les droits fondamentaux » http://www.conseil- etat.fr/fr/communiques-de-presse/etude-annuelle-2014-le-numerique-et-les-droits-fondamentaux.html et l'article de Brigitte Menguy et Jean-Marc Joannès « Open Data et collectivités : les préconisations du Conseil d’État », La Gazette des communes, 9 septembre 2014 http://www.lagazettedescommunes.com/263426/open-data-et- collectivites-les-preconisations-du-conseil-detat/?utm_source=quotidien&utm_medium=Email&utm_campaign=10- 09-2014-quotidien 114 Colloque à Clermont-Ferrand « Open data : enjeux communicationnels et sociétaux » les 7 et 8 novembre 2013 115 http://www.afcdp.net/-Pourquoi-l-AFCDP- 116 Étude SerdaLab 2012, Open data en France : acteurs, projets et tendances, p. 54 117 Voir le compte-rendu de la journée CNIL « vie privée 2020 » http://eduscol.education.fr/cdi/telechargement/copy_of_cnil.pdf et le cahier innovation et prospective N°1 http://www.cnil.fr/fileadmin/documents/La_CNIL/publications/DEIP/CNIL-CAHIERS_IPn1.pdf 118 Voir le compte-rendu du séminaire « Quels enjeux pour la protection des données personnelles », 9 juillet 2013 http://www.cnil.fr/fileadmin/documents/approfondir/dossier/OpenData/CR_Workshop_Open_Data_9_juillet_2013.p 26

×