Petit Déjeuner du 30 juin 2011 de 8h30 à 10h30 Faut-il encore apprendre… une langue?
Introduction <ul><li>Faut-il encore apprendre … une langue ? </li></ul><ul><ul><li>L'économie de la connaissance connaît u...
En savoir plus … <ul><li>Travailler dans un contexte international ne se réduit pas à un processus technique ou mécanique ...
En savoir plus… <ul><li>Tout concourt à considérer que les   outils numériques   deviennent une extension de nos cerveaux....
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Petit déjeuner linguaphone - 30 juin 2011

208 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
208
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Petit déjeuner linguaphone - 30 juin 2011

  1. 2. Petit Déjeuner du 30 juin 2011 de 8h30 à 10h30 Faut-il encore apprendre… une langue?
  2. 3. Introduction <ul><li>Faut-il encore apprendre … une langue ? </li></ul><ul><ul><li>L'économie de la connaissance connaît une révolution sans précédent. Les modèles traditionnels de l'apprentissage sont totalement bouleversés face au déferlement des savoirs mis à disposition comme jamais. </li></ul></ul><ul><ul><li>Que signifiera le terme &quot; apprendre &quot; dans la société cognitive ? Aura-t-il le même sens que celui que nous lui donnons aujourd'hui ? Quels sont les processus cognitifs que chacun d'entre nous devra développer demain pour accéder au savoir ? Comment les définir et comment les développer ? </li></ul></ul><ul><ul><li>Avec les auteurs de cet ouvrage puissant et perturbant nous tenterons d’imaginer les conditions de la performance des dispositifs de formation linguistique de demain, d’en tirer des lignes directrices pour ceux d’aujourd’hui : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Peut-on véritablement se passer de l’apprentissage d’une langue pour travailler dans des contextes de plus en plus internationaux et mondialisés ? </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Comment travailler efficacement et rapidement en contexte international en changeant notre rapport à la connaissance d’une langue qui n’est pas la sienne ? </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Que signifiera « apprendre une langue » quand on délèguera autant de ses fonctions mentales à l’extérieur de son cerveau (à son ordinateur, son téléphone portable, …) : sa mémoire, sa bibliothèque de savoir, ses informations quotidiennes, mais aussi mes modes de catégorisation et traitement de l'information. </li></ul></ul></ul><ul><li>INTERVENANTS : </li></ul><ul><li>Sandra Enlart, directrice générale d'Entreprise & Personnel, cofondatrice de l'association D-Sides, directrice de recherches à l'université Paris-X Nanterre, </li></ul><ul><li>Olivier Charbonnier, directeur général d'Interface Conseil, Études et Formation, cofondateur de D-Sides. </li></ul><ul><li>Les échanges seront animés par Philippe JOFFRE, Directeur du Développement du Groupe Linguaphone </li></ul>Un exemplaire du livre co- écrit par Sandra ENLART et Olivier CHARBONNIER sera remis aux premiers incrits :
  3. 4. En savoir plus … <ul><li>Travailler dans un contexte international ne se réduit pas à un processus technique ou mécanique d’acquisition d’une langue ‘véhiculaire’ commune. La formation visant la maîtrise de langue n’est donc qu’une des réponses attendues par les collaborateurs et les entreprises : </li></ul><ul><ul><li>Travailler efficacement en contexte international c’est pouvoir préserver ses atouts, son impact, ses qualités professionnelles et personnelles sans pour autant disposer d’une connaissance linguistique absolue, </li></ul></ul><ul><ul><li>On ne devient pas compétent ni performant en dehors de la situation de travail même si celle-ci doit être organisée et accompagnée pour devenir formatrice, </li></ul></ul><ul><ul><li>Communiquer dans une langue étrangère ou avec des personne d’origine étrangère, c’est en maîtriser les modèles culturels sous-jacents. Une langue est le produit d’une culture. </li></ul></ul><ul><ul><li>Travailler efficacement en contexte international c’est pouvoir se reposer sur un bouquet de services dont la formation est une composante essentielle mais pas la seule. </li></ul></ul><ul><ul><li>La réponse à l’urgence des besoins aux contraintes d’organisation, d’agenda, de déplacement, de budget font partie intégrante de la performance des solutions proposées. </li></ul></ul>
  4. 5. En savoir plus… <ul><li>Tout concourt à considérer que les outils numériques deviennent une extension de nos cerveaux. Mon cerveau a été &quot;extériorisé&quot; à l'intérieur de mon téléphone portable qui est aussi mon ordinateur et mon accès à internet, à mes réseaux, à mes bases de données. Une partie de mes fonctions mentales est située à l'extérieur de ma boite crânienne, dans ce réseau : ma mémoire, ma bibliothèque de savoir, mes informations quotidiennes, mais aussi mes modes de catégorisation et traitement de l'information de plus en plus pris en charge par ces outils. Que signifiera &quot;apprendre&quot; quand on délèguera autant de choses à ces extensions ? Sera-t-il bien nécessaire de penser sous forme d'acquisitions et de &quot;changement durable de comportements&quot; (la définition même de l'apprentissage), alors que tout sera question de liens, de réseaux et d'accès au bon moment à des informations disponibles et évolutives en permanence ? </li></ul><ul><li>Savoir traiter l'information sera beaucoup plus important que d'engranger des connaissances , le traitement de l'information va devenir l'activité essentielle et centrale de nos actions, qu'elles soient professionnelles, ludiques, privées, sociales.... Concrètement, cela signifie de permettre à chacun de développer les capacités dont il aura besoin en permanence. Il ne s'agit pas de compétences au sens classique. La manière de les développer sera sans doute différente de ce que nous connaissons en pédagogie &quot;traditionnelle&quot;. Il s’agit développer des capacités cognitives telle que l’ouverture mentale (l’intuition, la curiosité, la créativité…), la polarisation mentale (se concentrer, trier les informations, les hiérarchiser…) et la flexibilité mentale (traiter simultanément plusieurs tâches…). </li></ul>

×