8 pages du livre de Luc Ferry "L'Invention de la Vie de Bohème"

1 722 vues

Publié le

A paraître en septembre 2012

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 722
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
8
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

8 pages du livre de Luc Ferry "L'Invention de la Vie de Bohème"

  1. 1. L’invention dela vie de bohèmeÉditions Cercle d’Art 1830 - 1900 L F uc erry
  2. 2. rencontre avec Luc Ferry Propos recueillis par Philippe MonselL’invention de la vie de bohème Pas sérieux ! Heureusement… Sur quelles œuvres vous fondez-vous de sortir de leur art d’origine pour Ce qui m’intéresse dans cette histoire pour affirmer cela ? que le musicien devienne dessinateur1830-1900 de la bohème entre 1830 et 1900, c’est Le premier monochrome, réalisé par et que le dessinateur se mette au qu’elle est en fait la préhistoire de deux Paul Bilhaud, membre à la fois des piano, et donc cette ambiance-làNe pas confondre bohème et Bohême, un mode de vie et un grands événements du XXe siècle qui Hydropathes et des Incohérents, des origines est assez emblématiqueancien royaume qui se situait quelque part dans l’actuelle République tchèque.  m’ont toujours passionné : d’un côté, s’appelle Combat de nègres dans un de ce qui plus tard nourrira la politiqueC’est à Paris, entre les années 1830 et les années 1900, que s’invente un nouvel la naissance de l’utopie, qui est tout à tunnel la nuit, et celui d’Alphonse Allais, utopique et l’art moderne. Contraire-idéal existentiel, une utopie animée par la conviction que « la vraie vie est ailleurs ». fait liée à l’idée, comme dira Rimbaud Récolte de la tomate par des cardinaux ment à ce qu’on croit, Duchamp aIl y a, bien sûr, plusieurs bohèmes, des bohèmes riches et snobs, des bohèmes  que la vraie vie est ailleurs ; idée qui va apoplectiques au bord de la mer Rouge. tout repris de cette effervescence-là,des mansardes, misérables, mais pures et dures, des bohèmes romantiques, traverser tout le XXe siècle, notamment Ils inventeront aussi des « concerts de et n’a rien inventé. Tout est déjàd’autres parnassiennes, certaines révolutionnaires… Il n’en reste pas moins qu’un dans la contre-culture politique jusqu’à silence » comme la Marche funèbre dans les expositions des Incohérents.point commun rassemble tous ces poètes, écrivains ou artistes, en dehors même  mai 1968 évidemment. Et c’est aussi composée pour les funérailles d’un grand La Joconde qui fume la pipe figuraitde l’esprit de révolte et de la haine du monde bourgeois : c’est l’appartenance  la préhistoire de l’art moderne, la homme sourd, puisque les grandes déjà dans une exposition des Incohé-à la jeunesse. rupture avec le monde bourgeois, douleurs sont muettes. Tout ça est rents dans les années 1880. avec l’Académie française, avec le clas- enrobé d’un humour, qu’on va appeler sicisme, le néoclassicisme. l’humour moderne et qui n’est pas du Pourquoi allez-vous jusqu’à déclarer tout celui de Molière. que la bohème est le bras armé duL’auteur : Luc Ferry Qui sont les bohèmes de ces années-là ? capitalisme mondial ? Entre les années 1830 et les années 1900, Quels sont les lieux de la bohème ? Marx avait raison : le capitalisme,Universitaire, agrégé de philosophie, docteur d’État et agrégé de science politique, bien avant qu’apparaissent l’avant- Elle s’incarnera dans les cabarets, c’est la révolution permanente, c’est-traducteur de Kant et de nombreux auteurs de l’idéalisme allemand,   garde triomphante avec le dadaïsme, dans ce qu’on appelle les brasseries à-dire l’innovation permanente etLuc Ferry est philosophe. Ses ouvrages sont traduits dans une trentaine de langues un peu plus tard avec le surréalisme, de femmes, dans des sociétés musi- en ce sens-là, oui, l’art moderne,un peu partout dans le monde. avec le Bateau-Lavoir de Picasso, il y a cales dites à partir de 1880-1882 l’art bohème a bien été l’avant-garde toute une histoire de groupes qui se sociétés de bigophonie, et autres du capitalisme moderne. Et donc, donnent d’ailleurs des noms témoi- goguettes, sociétés dans lesquelles ces bourgeois et ces bohèmes qui, gnant de leur volonté de rompre avec on chante – à ne pas confondre avec en 1830, se haïssaient, se détestaient, la tradition, il y a des Hydropathes, des les guinguettes – et au Chat noir, lieu se vomissaient, les uns rendant bienActualité Zutistes qui disent zut au monde de créé par Rodolphe Salis à Montmartre, aux autres leurs coups – les Vieux la bourgeoisie, des Jemenfoutistes en où tous les groupes vont fusionner et Genoux de l’Académie françaiseExposition « Bohèmes » aux Galeries nationales du Grand Palais, à Paris, 1884, il y a les Hirsutes avec un culte se retrouver un jour ou l’autre. détestant les jeunes Bousingots etdu 24 septembre 2012 au 6 janvier 2013. du cheveu, de la barbe, de la pilosité réciproquement – eh bien ! un siècleConférences de Luc Ferry sur le thème, pendant la durée de l’exposition, contre ceux qu’ils appellent les Genoux, A-t-elle un mode d’expression privilégié ? plus tard, ils se réconciliaient dansaux Galeries nationales du Grand Palais, à Paris. les vieux chauves de l’Académie française, C’est aussi un des traits caracté- un concept commun qui est celui et tous ces petits groupes vont inventer ristiques de la bohème de mélanger du bobo, le bourgeois bohème, par tout ce que Duchamp ne fera que tous les arts, on mélange la peinture, l’intermédiaire de ce concept de reprendre, les ready-mades, les happe- la musique, la poésie, et même l’innovation qui est devenu la loi nings, les collages, les monochromes. on demande aux uns et aux autres du monde.Caractéristiques techniquesNombre de pages : 192Format : 240 x 320 mmNombre de reproductions : 130 en couleursPrésentation : couverture souple avec rabatsISBN : 978.2.7022.0993.6Prix public : 39,00 eurosParution : septembre 2012
  3. 3. Une brève histoirede la bohèmeC ’est une banalité, bien sûr, et s’y attarder serait une niaiserie, mais il faut bien partir de là : la bohème n’est pas une réalité univoque. On évitera d’abord deconfondre bohème et Bohême, un mode de vie et un ancien royaume qui se situaitquelque part dans l’actuelle République tchèque. Mais plus sérieusement, il existe,bien qu’avec un même accent grave, plusieurs bohèmes : des bohèmes richeset snobs, des bohèmes des mansardes, pauvres ou misérables, des bohèmesaffectées, d’autres pures et dures, des bohèmes romantiques, d’autres parnas-siennes, des bohèmes distinguées, d’autres populaires, voire révolutionnaires etpréoccupées par la « question sociale »… Un point commun, d’entrée de jeu,rassemble cependant tous ces poètes, écrivains ou artistes, en dehors même del’esprit de révolte et de l’hostilité au monde bourgeois : c’est l’appartenance àla jeunesse. Pour le reste, la liste est aussi longue que variée de tous les artistes qui,de près ou de loin, vont animer ou côtoyer l’esprit bohème : de Victor Hugo,Sainte-Beuve et Nodier à Émile Goudeau, Jules Levy ou Alphonse Allais en passantpar Nerval, Gautier, Borel, Murger, Sand, Rimbaud, Sapeck, Cros, Salis, Satie,Nadar, Caran-d’Ache, Courbet, Toulouse-Lautrec, et tant d’autres dont nous allonscroiser les chemins. Les diverses dénominations qu’adoptent les « camaraderies »sont tout aussi multiples, des « Bousingots », « Vilains Bonshommes » et« Zutistes », aux « Hydropathes », « Hirsutes », « Jemenfoutistes » ou « Incohérents »,Bohème (détail), par Sébastien Dulac, 1831® The Bridgeman Art Library/Rafael Valls Gallery, Londres
  4. 4. « Récolte de la tomate   par des cardinaux apoplectiques   au bord de la mer Rouge   (Effet d’aurore boréale) » lithographie d’Alphonse Allais, dans Album primo-avrilesque, 1er avril 1897 ® Coll. Kharbine-TapaborDissoute en 1880, la « camaraderie » se reforme sous diverses Affiche pour l’Exposition universelle  des Arts Incohérentsappellations, « Hirsutes » ou « Jemenfoutistes », noms qui  par Jules Chéret, vers 1895indiquent toujours la même volonté de « déconstruire » auto- ® Kharbine-Tapabor/Coll. Perrinrités et valeurs traditionnelles pour inventer un monde résolu-ment neuf. La « vraie vie est ailleurs », c’est bien cette utopiequi anime les bohèmes. En 1882, un nouvel avatar desHydropathes resurgit avec les « Incohérents ». Goudeau etJules Lévy organisent des bals et des expositions littéralementdélirants. Leurs manifestations rencontrent un succès fou –réunissant jusqu’à vingt mille personnes en quelques jours. Les rues de Paris en sont bloquées, des files d’attente s’allon-gent pour avoir la chance d’admirer les dernières créationsincohérentes. On y expose toiles, dessins, caricatures, les premiers ready-mades, les premiers collages, mais aussi une myriade d’objetsabsurdes, destinés à « choquer le bourgeois » : le Peigne pourchauve, la Balançoire de mur pour calmer les enfants turbulents,l’Aquarium en verre dépoli pour poisson timide… C’est là égalementque font leur apparition les premiers « concerts de silence »(John Cage n’a rien inventé). On y verra aussi les premiers monochromes comme la Récolte de la tomate par des cardinauxapoplectiques au bord de la mer rouge d’Alphonse Allais .6 « Marche funèbre composée  pour les funérailles d’un grand homme sourd » d’Alphonse Allais, dans Album primo-avrilesque, 1er avril 1897 ® Leemage/Gusman
  5. 5. Luc erry FL’invention de la vie de bohèmeN e pas confondre bohème et Bohême, un mode de vie et un ancien royaume qui se situait quelque part dansl’actuelle République tchèque. C’est à Paris, entre les années1830 et les années 1900, que s’invente un nouvelidéal existentiel, une utopie animée par la convic-tion que « la vraie vie est ailleurs ».Il y a, bien sûr, plusieurs bohèmes, des bohèmesriches et snobs, des bohèmes des mansardes,misérables, mais pures et dures, des bohèmesromantiques, d’autres parnassiennes, certainesrévolutionnaires… Il n’en reste pas moins qu’unpoint commun rassemble tous ces poètes,écrivains ou artistes, en dehors même de l’espritde révolte et de la haine du monde bourgeois :c’est l’appartenance à la jeunesse.La liste est longue de tous les artistes qui, deprès ou de loin, vont approcher ces milieux : de Victor Hugo,Sainte-Beuve et Nodier à Jules Lévy et Alphonse Allais en passantpar Nerval, Gautier, Borel, Rimbaud, Goudeau, Murger et tantd’autres ; des Zutistes, des Bousingots et des Vilains Bonshommes, aux Jemenfoutistes, Hydropathes, Hirsutes et Incohérents, les groupes s’agrègent et se désagrègent, se déplacent géographi- quement, du Quartier latin à Montmartre en passant par Montparnasse, au gré des humeurs et des amitiés. La bohème n’en est que plus créative : Découvrez bien avant Duchamp, Malévitch, Klein l’interview de Luc Ferry ou Cage, elle invente les monochromes, sur Youtube les ready-mades, les concerts de silence et les happenings. Les témoignages graphiques et variés qu’on trouvera dans ce livre – affiches, catalogues d’expositions, œuvres de toute nature – contribuent à exprimer visuellement dans 39 €l’ouvrage l’effervescence de la période. Mais au delà de l’iconogra-phie, c’est aussi à une interprétation d’ensemble du phénomènede la bohème et de son destin au XXe siècle qu’il est consacré.

×