Unité 1

La disparition
du monde classique
1. LA DÉSINTÉGRATION DE L’EMPIRE


En 476, Odoacre, chef des
Hérules et les Skires, a déposé le
dernier empereur, Romulo
A...
1. LA DÉSINTÉGRATION DE L’EMPIRE
   1.1. Les conflits internes

a) La barbarisassion de l’armée;
   le limes est devenu un...
1. LA DÉSINTÉGRATION DE L’EMPIRE
   1.1. Les conflits internes




b) La décadence des institutions romaines:
   le déclin...
1. LA DÉSINTÉGRATION DE L’EMPIRE
   1.1. Les conflits internes

c) Les conflits sociaux :
   l’augmentation de la pression...
1. LA DÉSINTÉGRATION DE L’EMPIRE
   1.2. Les invasions barbares

L’affaiblissement de
l’état romain a permis
aux peuples b...
1. LA DÉSINTÉGRATION DE L’EMPIRE
   1.2. Les grandes invasions

Les Francs ont occupé
la Gaule.




                      ...
1. LA DÉSINTÉGRATION DE L’EMPIRE
   1.2. Les grandes invasions

Les Angles, les
Saxons et les Jutes ont
occupé la Britanni...
1. LA DÉSINTÉGRATION DE L’EMPIRE
   1.2. Les grandes invasions

Les Suèves, les
Vandales et les Alains
ont envahi l’Hispan...
1. LA DÉSINTÉGRATION DE L’EMPIRE
   1.2. Les grandes invasions

Les Ostrogoths ont
occupé l’Italie.




                  ...
1. LA DÉSINTÉGRATION DE L’EMPIRE
   1.2. Les grandes invasions

Les Wisigoths, après
piller Rome en 410, ont
signé un acco...
1. LA DÉSINTÉGRATION DE L’EMPIRE
   1.2. Les grandes invasions

La plus grave menace
pour l’Empire a été
Attila, roi des H...
1. LA DÉSINTÉGRATION DE L’EMPIRE
   1.2. Les grandes invasions

La bataille des champs Catalauniques, où
une coalition de ...
2. LA CHRISTIANISATION DE L’EMPIRE
   2.1. La religion romaine

La religion romaine, de type polythéiste,
était une religi...
2. LA CHRISTIANISATION DE L’EMPIRE
   2.2. Les cultes orientaux

Isis          Mithra                             Cybèle

...
2. LA CHRISTIANISATION DE L’EMPIRE
   2.2. Les cultes orientaux

C’étaient des cultes à Mystères, qui se
différenciaient d...
2. LA CHRISTIANISATION DE L’EMPIRE
   2.3. Le Héros aux mille et un visages

Tous ces cultes avaient un mythe en commun :
...
2. LA CHRISTIANISATION DE L’EMPIRE
   2.3. Le Héros aux mille et un visages

                                             ...
2. LA CHRISTIANISATION DE L’EMPIRE
   2.4. Les persécutions des chrétiens

Jusqu’au début du IVe siècle, les chrétiens, co...
2. LA CHRISTIANISATION DE L’EMPIRE
   2.5. La tolérance religieuse

En 313, Constantin Ier promulgue
l’Édit de Milan, par ...
2. LA CHRISTIANISATION DE L’EMPIRE
   2.6. Le christianisme, religion officielle

Théodose Ier, né en Hispanie,
élève le c...
2. LA CHRISTIANISATION DE L’EMPIRE
   2.6. Le christianisme, religion officielle

Après l’Édit de Thessalonique, les
rôles...
3. LES ROYAUMES GERMANIQUES
   3.1. La formation des royaumes germaniques




                              Heptarquie
   ...
3. LES ROYAUMES GERMANIQUES
   3.2. L’organisation militaire

La plupart des peuples germaniques
combattaient à pied.
Ils ...
3. LES ROYAUMES GERMANIQUES
   3.3. La société

D’abord, les envahisseurs ne sont qu’une
minorité militaire isolée du rest...
3. LES ROYAUMES GERMANIQUES
   3.4. L’organisation politique

À l’origine, les rois barbares n’étaient que
des chefs des t...
3. LES ROYAUMES GERMANIQUES
   3.4. L’organisation politique

Le royaume des Wisigoths avait d'abord
Toulouse comme capita...
3. LES ROYAUMES GERMANIQUES
   3.4. L’organisation politique

Après la bataille de Vouillé, les Wisigoths
ont perdu le mid...
3. LES ROYAUMES GERMANIQUES
   3.4. L’organisation politique

Après la bataille de Vouillé, Clovis,
rois des Francs, a con...
3. LES ROYAUMES GERMANIQUES
   3.4. L’organisation politique

Les rois mérovingiens,               « Les rois mérovingiens...
3. LES ROYAUMES GERMANIQUES
   3.5. L’économie

Les mauvaises récoltes, les             La terre est la seule source de
ép...
3. LES ROYAUMES GERMANIQUES
   3.6. L’Église chrétienne

Après la désintégration du monde
classique, l’Église est le seule...
3. LES ROYAUMES GERMANIQUES
   3.6. L’Église chrétienne

Puisque l’Église était la seule héritière de
l’Empire romain, les...
3. LES ROYAUMES GERMANIQUES
   3.7. L’art des royaumes germaniques

La conception de l’art du monde classique a
disparu : ...
3. LES ROYAUMES GERMANIQUES
   3.7. L’art des royaumes germaniques

Ce que l’on appelle aujourd’hui « art
médiévale » avai...
3. LES ROYAUMES GERMANIQUES
   3.7. L’art des royaumes germaniques

L’église de Saint-Jean-Baptiste de Baños
             ...
3. LES ROYAUMES GERMANIQUES
   3.7. L’art des royaumes germaniques

L'architecture wisigothique utilisait
abondamment l'ar...
3. LES ROYAUMES GERMANIQUES
   3.7. L’art des royaumes germaniques

Les wisigoth étaient d’habiles orfèvres.
Un exemple es...
4. L’EMPIRE BYZANTIN
   4.1. L’origine de l’Empire byzantin

L'Empire byzantin ou Empire
romain d'Orient, est le nom donné...
4. L’EMPIRE BYZANTIN
   4.1. L’origine de l’Empire byzantin

En 395, lorsque meurt l'empereur         Empire d’Occident   ...
4. L’EMPIRE BYZANTIN
   4.2. L’expansion de l’Empire

Après la disparition de l’Empire
romain d’Occident et les invasions
...
4. L’EMPIRE BYZANTIN
   4.2. L’expansion de l’Empire

Justinien, aidé par ses généraux Bélisaire et
Narsès, réussit à conq...
4. L’EMPIRE BYZANTIN
   4.2. L’expansion de l’Empire

Descendant direct des légions
de l'ancien empire romain,
l'armée byz...
4. L’EMPIRE BYZANTIN
   4.2. L’expansion de l’Empire

À la différence des légions romaines, sa
force résidait dans l'utili...
4. L’EMPIRE BYZANTIN
   4.2. L’expansion de l’Empire

Le plus célèbre de tous les régiments byzantins fut
la légendaire ga...
4. L’EMPIRE BYZANTIN
   4.2. L’expansion de l’Empire

La marine byzantine employait les
dromons, un navire long,
manœuvran...
4. L’EMPIRE BYZANTIN
   4.2. L’expansion de l’Empire

Pour protéger l’Empire, les empereurs
byzantins ont crée les thèmes,...
4. L’EMPIRE BYZANTIN
   4.3. L’art byzantine

L’œuvre la plus importante de l’art
byzantine est la basilique de
Sainte-Sop...
4. L’EMPIRE BYZANTIN
   4.3. L’art byzantine

Justinien a choisit comme
architectes le physicien
Isidore de Milet et le
ma...
4. L’EMPIRE BYZANTIN
   4.3. L’art byzantine

L'empereur avait fait venir
des matériaux de tout
l'Empire : des colonnes
he...
4. L’EMPIRE BYZANTIN
   4.3. L’art byzantine

La coupole, d'un diamètre maximal de 31,25
m (un quart plus petit environ qu...
4. L’EMPIRE BYZANTIN
   4.3. L’art byzantine

La coupole est assise sur
quatre pendentifs
triangulaires concaves qui
repor...
4. L’EMPIRE BYZANTIN
   4.3. L’art byzantine

Sa décoration intérieure, ses    Theotokos
mosaïques, ses colonnes de
porphy...
4. L’EMPIRE BYZANTIN
   4.4. Le déclin de l’Empire

Les conflits religieux, la
fiscalité oppressive
(nécessaire pour entre...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Unité 01 La Disparition Du Monde Clasique

1 738 vues

Publié le

Publié dans : Business
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 738
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
61
Actions
Partages
0
Téléchargements
32
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Unité 01 La Disparition Du Monde Clasique

  1. 1. Unité 1 La disparition du monde classique
  2. 2. 1. LA DÉSINTÉGRATION DE L’EMPIRE En 476, Odoacre, chef des Hérules et les Skires, a déposé le dernier empereur, Romulo Augustulo; c’était la fin de l’Empire Romain d’Occident. Néanmoins, Rome était déjà en pleine décadence : les Wisigoths conduits par Alaric Ier avaient pris et pillé la « ville éternelle » en 410. Les causes de cette décadence étaient les conflits internes et les grandes invasions.
  3. 3. 1. LA DÉSINTÉGRATION DE L’EMPIRE 1.1. Les conflits internes a) La barbarisassion de l’armée; le limes est devenu une frontière défensive stable qui avait besoin d’une augmentation du nombre de soldats; c’est la cause du recrutement massif de barbares et les traités avec des peuples germaniques (foedera);
  4. 4. 1. LA DÉSINTÉGRATION DE L’EMPIRE 1.1. Les conflits internes b) La décadence des institutions romaines: le déclin du pouvoir du Sénat, la décadence du gouvernement municipal, la corruption administrative…
  5. 5. 1. LA DÉSINTÉGRATION DE L’EMPIRE 1.1. Les conflits internes c) Les conflits sociaux : l’augmentation de la pression fiscale a provoqué l’agrandissement des différences sociales entre les honestiores et les humiliores, qui sont obligés de s’endetter ; souvent ils devaient céder ses propriétés aux puissants; le poids de la fiscalité romaine conjugué à la misère causée par le refroidissement du climat et les pillages des barbares venus du nord a été la cause des bagaudes, bandes armées de brigands, de soldats déserteurs, d'esclaves et de paysans sans terre.
  6. 6. 1. LA DÉSINTÉGRATION DE L’EMPIRE 1.2. Les invasions barbares L’affaiblissement de l’état romain a permis aux peuples barbares ―parfois alliés à Rome, parfois ennemis― de pénétrer dans l’empire. Ces peuples, pressés souvent par des autres peuples, voulaient obtenir des terrains pour s’y installer.
  7. 7. 1. LA DÉSINTÉGRATION DE L’EMPIRE 1.2. Les grandes invasions Les Francs ont occupé la Gaule. Francs
  8. 8. 1. LA DÉSINTÉGRATION DE L’EMPIRE 1.2. Les grandes invasions Les Angles, les Saxons et les Jutes ont occupé la Britannia, qui venait d’être abandonnée par les légions romaines pour Angles Saxons défendre les menacées Jutes frontières de la Gallia.
  9. 9. 1. LA DÉSINTÉGRATION DE L’EMPIRE 1.2. Les grandes invasions Les Suèves, les Vandales et les Alains ont envahi l’Hispanie. Puis, les Vandales ont Alanes traversé l’Étroit à la Suèves recherche des fertiles terrains d’Afrique. Vandales
  10. 10. 1. LA DÉSINTÉGRATION DE L’EMPIRE 1.2. Les grandes invasions Les Ostrogoths ont occupé l’Italie. Ostrogoths
  11. 11. 1. LA DÉSINTÉGRATION DE L’EMPIRE 1.2. Les grandes invasions Les Wisigoths, après piller Rome en 410, ont signé un accord d’alliance avec l’Empire. En qualité de fédérés, ils ont occupé l’Hispanie pour expulser les Wisigoths envahisseurs Vandales, Alains et Suèves.
  12. 12. 1. LA DÉSINTÉGRATION DE L’EMPIRE 1.2. Les grandes invasions La plus grave menace pour l’Empire a été Attila, roi des Huns, un peuple originaire des steppes d’Asie centrale. À la tête d’une coalition de peuples (Gépides, Huns Alains…), Attila, le « fléau de Dieu », s’est lancé dans une campagne contre la Gaule. Selon la légende, là où passait son cheval, l'herbe ne repoussait pas.
  13. 13. 1. LA DÉSINTÉGRATION DE L’EMPIRE 1.2. Les grandes invasions La bataille des champs Catalauniques, où une coalition de Gallo-romains et peuples fédérés (Wisigoths, Francs…) a vaincu l’armée des Huns, et la mort subite d’Attila ont provoqué la dissolution de la grande coalition barbare.
  14. 14. 2. LA CHRISTIANISATION DE L’EMPIRE 2.1. La religion romaine La religion romaine, de type polythéiste, était une religion civique, caractérisée par les rites publics et officiels. L’empereur avait un caractère divin aussi : le culte impérial était une manière d'habituer les habitants de l'Empire, si dissemblables par la culture et les croyances à respecter le pouvoir de Rome à travers un empereur divinisé. Les Romains se montraient assez tolérants avec la plupart des cultes des peuples soumis, mais pas avec certains rites ou religions; par exemple, les sacrifices humains étaient interdits et les juifs étaient considérés des fanatiques en raison de leur monothéisme et leur refus du culte impérial.
  15. 15. 2. LA CHRISTIANISATION DE L’EMPIRE 2.2. Les cultes orientaux Isis Mithra Cybèle Les commerçants et les soldats Romains ont « importé » les cultes orientaux de tout le bassin méditerranéen : la déesse anatolienne Cybèle, l’égyptienne Isis-Meri, l’indo-iranien Mithra, Déméter, Jésus-Christ, Dionysos- Bacchus, Apis…
  16. 16. 2. LA CHRISTIANISATION DE L’EMPIRE 2.2. Les cultes orientaux C’étaient des cultes à Mystères, qui se différenciaient des cultes officiels sur différents points : a) les participants subissaient une initiation aux mystères de la divinité ; b) ces cultes apportaient un espoir pour l'après-vie ; c) tous provenaient de l’Orient.
  17. 17. 2. LA CHRISTIANISATION DE L’EMPIRE 2.3. Le Héros aux mille et un visages Tous ces cultes avaient un mythe en commun : le Héros aux mille et un visages, un personnage conceptuel. Ils suivaient les mêmes schémas archétypaux : né d’une vierge les 25 décembre, voyage avec douze disciples, réalisation de miracles (délivres des démons, marcher sur les eaux…), crucifiement, mort, résurrection, ascension dans le ciel, dies solis consacré à Dieu…
  18. 18. 2. LA CHRISTIANISATION DE L’EMPIRE 2.3. Le Héros aux mille et un visages « Tu es la lumière du monde. » Saint Jean 11, 1-45 L’origine de tous ces mythes était le culte au Soleil, commun à toutes les civilisations depuis le néolithique.
  19. 19. 2. LA CHRISTIANISATION DE L’EMPIRE 2.4. Les persécutions des chrétiens Jusqu’au début du IVe siècle, les chrétiens, considérée une secte juive, ont connu des alternances de tolérance et de persécution à cause du culte impérial, perçu comme une déloyauté politique. Les persécutions, qui seront exagérées par les historiens chrétiens, n'ont pas affaibli le christianisme sur le long terme mais ont plutôt fortifié les communautés chrétiennes (« Le sang des chrétiens est une semence »).
  20. 20. 2. LA CHRISTIANISATION DE L’EMPIRE 2.5. La tolérance religieuse En 313, Constantin Ier promulgue l’Édit de Milan, par lequel chacun pouvait « adorer à sa manière la divinité qui se trouve dans le ciel». L’Édit s'accompagne d'une politique impériale favorable aux chrétiens : le dimanche devient un jour férié, on accorde des dons en argent et en terrains à l'Église, soutenant la construction de grandes basiliques… Finalement, Constantin Ier adoptera le christianisme comme religion personnelle. Il est le premier empereur romain à se convertir au christianisme.
  21. 21. 2. LA CHRISTIANISATION DE L’EMPIRE 2.6. Le christianisme, religion officielle Théodose Ier, né en Hispanie, élève le christianisme au rang de seule religion officielle et obligatoire par l’Édit de Thessalonique (380). Bien que l’empereur ne soit plus considéré un dieu, son pouvoir avait augmenté, puisqu’il représentait l’autorité de Dieu sur la Terre.
  22. 22. 2. LA CHRISTIANISATION DE L’EMPIRE 2.6. Le christianisme, religion officielle Après l’Édit de Thessalonique, les rôles ont été drastiquement renversés : toutes les œuvres et manifestations jugées païennes ont été progressivement interdites. Une émeute encouragée par l'évêque Saint Cyrille a conduit au lynchage d'Hypatie, mathématicienne et responsable de la Bibliothèque d’Alexandrie; son corps a été mis en pièces et brûlé.
  23. 23. 3. LES ROYAUMES GERMANIQUES 3.1. La formation des royaumes germaniques Heptarquie Anglo-Saxone Royaume des Francs Royaume des Ostrogoths Royaume des Wisigoths Royaume des Vandales
  24. 24. 3. LES ROYAUMES GERMANIQUES 3.2. L’organisation militaire La plupart des peuples germaniques combattaient à pied. Ils utilisaient un armement technologiquement développé. Les guerriers portaient un argon (lance à crochet), un bouclier en cuir, scramasaxes (épées de taille moyenne) et francisques, haches de jet qui étaient lancées d'une distance d'environ dix à douze mètres.
  25. 25. 3. LES ROYAUMES GERMANIQUES 3.3. La société D’abord, les envahisseurs ne sont qu’une minorité militaire isolée du reste de la population romaine à cause de plusieurs facteurs : a) la loi, différente pour les barbares et pour la population native ; b) la langue, d’origine germanique chez les barbares et latin chez les Romains ; c) la religion, catholique chez les Romains et arienne ou païenne chez les barbares. c) le territoire, puisque les barbares préfèrent s’installer sur les terrains presque déshabités (les campi gothorum, chez les Wisigoths) et évitent les villes.
  26. 26. 3. LES ROYAUMES GERMANIQUES 3.4. L’organisation politique À l’origine, les rois barbares n’étaient que des chefs des tribus ou clans, choisis par leurs guerriers ; alors, il n’y avait pas de règles de succession. Ils gouvernaient accompagnés d’une escorte armée qui avait juré fidélité à la personne du roi (les antrustiones, chez les Francs; les gardingos, chez les Wisigoths…) et aidés par quelques officiers de sa cour. Pour administrer chaque territoire, le roi nommait aussi un comte.
  27. 27. 3. LES ROYAUMES GERMANIQUES 3.4. L’organisation politique Le royaume des Wisigoths avait d'abord Toulouse comme capitale. Ils contrôlaient le midi de la France, mais les Francs les ont battu à la bataille de Vouillé (507). Vouillé  Toulouse
  28. 28. 3. LES ROYAUMES GERMANIQUES 3.4. L’organisation politique Après la bataille de Vouillé, les Wisigoths ont perdu le midi de la France sauf la Septimanie. Pour compenser cette défaite, ils ont conquis l’Hispanie et installé leur capitale à Tolède. Les rois wisigoths gouvernaient aidés par l’Aula Regia, un conseil formé par les aristocrates ou optimates. Puisqu’il n’y avait pas de règles de succession, les conspirations et les régicides étaient très fréquents (morbo gothique).  Tolède
  29. 29. 3. LES ROYAUMES GERMANIQUES 3.4. L’organisation politique Après la bataille de Vouillé, Clovis, rois des Francs, a conquis presque toute la France actuelle et installé leur capitale à Paris. À la mort de Clovis, ses fils se sont partagé son royaume et ont lutté pour agrandir leur territoire. On formera ainsi plusieurs royaumes francs : a) l’Austrasie; b) la Neustrie; c) l’Aquitaine; d) la Bourgogne.
  30. 30. 3. LES ROYAUMES GERMANIQUES 3.4. L’organisation politique Les rois mérovingiens, « Les rois mérovingiens, n’avaient descendants de Clovis, ont de plus en dehors de leur titre, que la moins en moins de pouvoir, car les satisfaction de siéger sur le trône maires de palais (une sorte de avec leurs longues chevelures et Premier ministre) deviennent plus leurs barbes pendantes. puissants qu’eux. Quand ils se déplaçaient, ils montaient dans une voiture attelée par des bœufs. L’administration et toutes les décisions à prendre, tant à l’intérieur qu’au-dehors, dépendaient du maire du palais. » Éginhard, IXe siècle
  31. 31. 3. LES ROYAUMES GERMANIQUES 3.5. L’économie Les mauvaises récoltes, les La terre est la seule source de épidémies et l’insécurité générale richesse. Les grands propriétaires provoquent la diminution de la agrandissent alors leurs domaines. population. Le commerce et les villes Beaucoup de paysans renoncent à déclinent. leur liberté et préfèrent se mettre sous leur protection.
  32. 32. 3. LES ROYAUMES GERMANIQUES 3.6. L’Église chrétienne Après la désintégration du monde classique, l’Église est le seule vestige de la tradition romaine ; elle maintient la division administrative en diocèses, l’emploi du latin, la capitale romaine… D’une certaine façon, l’Église hérite du pouvoir impérial disparu en Occident : elle organise la défense et le ravitaillement des villes, fait élever des monuments…
  33. 33. 3. LES ROYAUMES GERMANIQUES 3.6. L’Église chrétienne Puisque l’Église était la seule héritière de l’Empire romain, les rois barbares, afin de légitimer leur pouvoir, se convertissent au catholicisme. Il s’agit d’une alliance entre les royaumes germaniques et l’Église : l’Église légitime au nom de Dieu le pouvoir des rois et les rois reconnaissent l’autorité de l’Église et défendent leur intérêts (dons en argent et terrains, persécution des cultes païens…). Le baptême des rois germanique permettra aussi la progressive fusion de la population germanique et la population romaine.
  34. 34. 3. LES ROYAUMES GERMANIQUES 3.7. L’art des royaumes germaniques La conception de l’art du monde classique a disparu : l’art médiéval à une rapport plutôt avec la magie que avec l’esthétique.
  35. 35. 3. LES ROYAUMES GERMANIQUES 3.7. L’art des royaumes germaniques Ce que l’on appelle aujourd’hui « art médiévale » avait trois fonctions : a) c’était un présent que l’on offrait à Dieu, pour le remercier, apaiser sa colère et gagner sa faveur ; b) c’était un moyen de favoriser la dévotion des fidèles; c) c’était une affirmation du pouvoir de l’Église.
  36. 36. 3. LES ROYAUMES GERMANIQUES 3.7. L’art des royaumes germaniques L’église de Saint-Jean-Baptiste de Baños Portail à Palencia, consacrée par le roi Recceswinth en 661, est un exemple de l’art wisigothe. Elle comprend trois nefs couvertes d'une charpente de bois et trois absides. On adopte le plan basilical à trois nefs pour perpétuer le mythe d’une continuité avec Abside Abside Abside Rome et ainsi unifier les deux peuples hispano-roumain et wisigoth.
  37. 37. 3. LES ROYAUMES GERMANIQUES 3.7. L’art des royaumes germaniques L'architecture wisigothique utilisait abondamment l'arc en fer à à cheval.
  38. 38. 3. LES ROYAUMES GERMANIQUES 3.7. L’art des royaumes germaniques Les wisigoth étaient d’habiles orfèvres. Un exemple est la couronne votive de Recceswinth, utilisée dans les cérémonies religieuses avec une fonction rituelle.
  39. 39. 4. L’EMPIRE BYZANTIN 4.1. L’origine de l’Empire byzantin L'Empire byzantin ou Empire romain d'Orient, est le nom donné à la moitié orientale de l'Empire romain. Les habitants de ce pays, que nous appelons les « Byzantins »,  Constantinople appelaient leur état « Empire des Romains ». Le mot « byzantin » vient de Byzance, l'ancien nom de la capitale impériale Constantinople.
  40. 40. 4. L’EMPIRE BYZANTIN 4.1. L’origine de l’Empire byzantin En 395, lorsque meurt l'empereur Empire d’Occident Empire d’Orient Théodose Ier, l’administration de l’empire est partagé entre ses deux fils, Honorius et Arcadius, qui se répartissent un Empire d'Occident  Rome  Constantinople et un Empire d'Orient. Honorius établit sa capitale à Rome et Arcadius à Constantinople. Il s’agissait d’une simple division administrative. Cet événement n’est pas perçu à l'époque comme définitif, mais il marque la naissance de l‘Empire byzantin.
  41. 41. 4. L’EMPIRE BYZANTIN 4.2. L’expansion de l’Empire Après la disparition de l’Empire romain d’Occident et les invasions barbares, l’empereur Justinien Ier va essayer de récupérer le control impérial sur le bassin méditerranéen.
  42. 42. 4. L’EMPIRE BYZANTIN 4.2. L’expansion de l’Empire Justinien, aidé par ses généraux Bélisaire et Narsès, réussit à conquérir le nord de l’Afrique, l’Italie et une partie de la Bétique. Trace  Constantinople  Empire byzantine à l’époque d’Arcadius  Conquêtes de Justinien
  43. 43. 4. L’EMPIRE BYZANTIN 4.2. L’expansion de l’Empire Descendant direct des légions de l'ancien empire romain, l'armée byzantine a maintenu un niveau similaire de discipline et d'organisation. La langue utilisée dans l'armée était au départ le latin. Cependant progressivement, le grec a commencé à s'imposer et il est devenu la langue officielle de tout l'empire. Le chrisme est devenu un symbole très utilisé sur les boucliers des soldats : il s'agissait des deux premières lettres du mot Χριστός (Christ).
  44. 44. 4. L’EMPIRE BYZANTIN 4.2. L’expansion de l’Empire À la différence des légions romaines, sa force résidait dans l'utilisation d'une cavalerie lourde, appelée cataphractaire. Le cataphractaire était équipé d’une cuirasse qui couvrait la totalité du corps du cavalier et de celui de son cheval. Les cataphractaires portaient chacun une lance, un arc et une masse, donc ils combinaient la force corps-à-corps et la mobilité ; pourtant, la cavalerie lourde était très chère à entretenir.
  45. 45. 4. L’EMPIRE BYZANTIN 4.2. L’expansion de l’Empire Le plus célèbre de tous les régiments byzantins fut la légendaire garde varangienne. Les Varègues étaient des Vikings suédois qui ont voyagé vers l’est depuis la Scandinavie. Ces mercenaires ont accédé au grade de garde personnelle de l'empereur grâce à leur habileté terrible avec l’hache et leur intense loyauté.
  46. 46. 4. L’EMPIRE BYZANTIN 4.2. L’expansion de l’Empire La marine byzantine employait les dromons, un navire long, manœuvrant et rapide mû à la rame. L’arme le plus terribles de la marine byzantine était le feu grégeois, une mélange particulièrement inflammable qui était jetée sur les bateaux ennemi et qui possédait une propriété stupéfiante : il brûlait même au contact de l’eau.
  47. 47. 4. L’EMPIRE BYZANTIN 4.2. L’expansion de l’Empire Pour protéger l’Empire, les empereurs byzantins ont crée les thèmes, circonscriptions administratives et militaires dirigées par le stratège, un général qui cumulait à la fois le pouvoir civil et le pouvoir militaire. Les murailles de Constantinople étaient presque inexpugnables. Muraille Muraille extérieure intérieure Peribolos Parateichion
  48. 48. 4. L’EMPIRE BYZANTIN 4.3. L’art byzantine L’œuvre la plus importante de l’art byzantine est la basilique de Sainte-Sophie, à Constantinople, construit par l’empereur Justinien et dédiée à la Sagesse Divine.
  49. 49. 4. L’EMPIRE BYZANTIN 4.3. L’art byzantine Justinien a choisit comme architectes le physicien Isidore de Milet et le mathématicien Anthémius de Tralles. Les architectes dessinènt un bâtiment inspiré du Panthéon de Rome.
  50. 50. 4. L’EMPIRE BYZANTIN 4.3. L’art byzantine L'empereur avait fait venir des matériaux de tout l'Empire : des colonnes hellénistiques du temple d'Artémis à Éphèse, du porphyre d'Égypte, du marbre vert de Thessalie, des pierres noires de la région du Bosphore, d'autres de couleur jaune en provenance de Syrie… Plus de dix mille ouvriers furent employés pour cette construction.
  51. 51. 4. L’EMPIRE BYZANTIN 4.3. L’art byzantine La coupole, d'un diamètre maximal de 31,25 m (un quart plus petit environ que la coupole du Panthéon de Rome), et d'une hauteur maximale de 55,60 m au-dessus du sol semble ne reposer sur aucun appui solide, mais flotter en apesanteur au-dessus de sa galerie d'arcades ininterrompues de 40 fenêtres qui contribuent largement à inonder de lumière l'intérieur polychrome de la basilique.
  52. 52. 4. L’EMPIRE BYZANTIN 4.3. L’art byzantine La coupole est assise sur quatre pendentifs triangulaires concaves qui reportent les forces exercées par la coupole sur quatre piliers massifs disposés aux quatre angles.
  53. 53. 4. L’EMPIRE BYZANTIN 4.3. L’art byzantine Sa décoration intérieure, ses Theotokos mosaïques, ses colonnes de porphyre et sa couverture en coupole sont d'une immense valeur artistique. Sainte-Sophie sera la basilique la plus grande construit jusqu’au XVe siècle.
  54. 54. 4. L’EMPIRE BYZANTIN 4.4. Le déclin de l’Empire Les conflits religieux, la fiscalité oppressive (nécessaire pour entretenir l’armée et le luxe de la cour) et les guerres civiles ont provoqué le déclin de l’Empire Byzantin.

×