...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
Sécheresse	  et	                                         	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  InondaIons	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Arbo ornement 2_ih_2013

834 vues

Publié le

ce cours est conçu pour les étudiants ingénieurs en Horticulture. Il introduit les traits comportementaux des ligneux urbains

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
834
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Arbo ornement 2_ih_2013

  1. 1.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012  Arboriculture  Ornementale   Samiha  KHELIFA  BEDHIOUFI  
  2. 2.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012  Arboriculture  (n.  f.)     Culture   des   arbres   ou   arbrisseaux   à   fruits   de   table   ou   dindustrie  (arboriculture   frui@ère),   et   celle   des   arbres   ou   arbrisseaux   des@nés   aux  jardins.     Ornemental,  ornementale,  ornementaux  (adj.)      Qui  sert  ou  peut  servir  à  lornement  ;  décora@f  :  Des  mo@fs  ornementaux.     Plante   ornementale,   plante   u@lisée   pour   la   décora@on   dintérieur   ou   dextérieur.    
  3. 3.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012  !     L’originalité   de   l’extension   des   aggloméra@ons   dans   la   rive   sud   de   la  méditerranée   met   en   exergue   l’urgence   d’an@ciper   les   changements   qui  seront  imposés  aux  végétaux  dans  ces  zones.    !     Composante   essen@elle   de   l’infrastructure   urbaine,   Les   espaces   verts  dépassent  le  simple  intérêt  paysager  et  cons@tuent  la  base  de  la  cohésion  entre  les  ac@vités  de  l’agriculture  tradi@onnelle  et  l’environnement  urbain  (Jouve  et  Padilla,  2007).    !     L’arbre   urbain   :   composante   de   produc@on   territoriale  mul@fonc@onnelle   qui   évolue   dans   un   milieu   ar@ficiel   différent   de   son  milieu  naturel  (forêt).  
  4. 4.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012  !       La   défini@on   des   arbres   hors   forêt,   nest   pas   directe,   car   il   sagit   dun  néologisme   défini   par   rapport   à   la   forêt   et   par   défaut   :   «arbres   sur   des  terres   nappartenant   pas   à   la   catégorie   des   terres   boisées   »   (FAO,  1995).   Nouvelle  demande  sociale  de  ges@on  innovante  des  ressources  naturelles   (Konijnendijk  et  al.,  2004).     Ecologie  Urbaine       Agriculture  Urbaine       Foresterie  Urbaine      !     Décideurs   ont   reconnu   quelle   peut   être   une   clé   stratégique   du  développement  durable  basé  sur  une  approche  mul@sectorielle  .  
  5. 5.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012   Réduc@on  de  la  biomasse   Désordre  dans  le  rythme  de   croissance   Hétérogénéité  de  l’état  de   vitalité     Perturba@on  du  système  ‘arbre’  !     Souci   des   physiologistes   et   des   ges@onnaires   des   arbres   :   assurer   la  pérennité  et  l’adapta@on  du  ligneux  urbain  (Borchert,  1991).  
  6. 6.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012  !    L’arbre  s’organise  :   !    dans  le  temps  en  marquant  un  rythme  de  croissance  qu’il  essaie  de   reproduire  d’une  année  à  une  autre,  et,     !    dans  l’espace  en  édifiant  des  pousses  et  en  se  ramifiant.    !     Il   assure   sa   pérennité   en   succédant   des   cycles   annuels   de   croissance   qui  bien  qu’ils    soient  similaires  dans  les  grandes  lignes,  ils  restent  fortement  influencés,  dans  de  larges  mesures,  par  les  condi@ons  de  l’environnement.    
  7. 7.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012  Les  ou@ls  d’interven@on  pour  la  revitalisaIon  des  ligneux  sont  coûteux  et  ne  sont  pas  toujours  efficaces.    L’appréhension   des   mécanismes   d’altéra@on   est   indispensable   pour  promouvoir   une   Agriculture   Durable.   Toutefois,   les   mécanismes  d’altéra@on   sont   complexes   et   corrélés   avec   La   nature   et   l’intensité   du  stress.  Ainsi,   la   détec@on   de   repères   précoces   de   prédic@on   de   l’avenir   des  arbres   hors   forêt   perme_rait   de   programmer   les   interven@ons   aux  moments  opportuns  (Campanella  et  al.,  2008).  
  8. 8.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012  •   Piège  à  carbone  :  a_énue  l’effet  serre.  En  50  ans  de  vie,  un  arbre  génère   30  000  $  en  oxygène,  recycler  35  000  $  deau  et  ne_oyer  60  000  $  de  la   pollu@on   atmosphérique   (total   de   125   000   $   sans   y   compter   les   autres   valeurs  !).  •  Réduit  l’érosion  du  sol  et  aide  à  la  recharge  de  la  nappe    •  Réduit   significa@vement   la   pollu@on   acous@que   le   long   des     routes   et   autoroutes  •  Adoucit  les  contours  sévères  des  bâ@ments    •  Fournit  de  l’énergie  et  du  bois      
  9. 9.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012  Pourquoi  Planter  un  arbre  d’Ornement  ?   •  Fournit   de   l’ombrage,   rafraichit   l’air   autour   et     réduit   de   15   à   50%   les   frais   de  clima@sa@on   •  Réduit  la  vitesse  des  vents  (jusqu’à  30%  de  frais  de  chauffage  en  moins)   •  Améliore  la  valeur  du  bâ@ment   •  Fournit  un  refuge  pour  les  animaux  et  pour  l’Homme   •  Offre  des  fonc@ons  de  détente,  de  loisir,  de  bien  être  et  de  lien  entre  les   généra@ons   •  Véhicule  une  symbolique     •  Offre  une  dynamique  paysagère    
  10. 10.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012  Quelle  Symbolique  ?    Depuis  la  créa@on  du  genre  humain,  l’évolu@on  des  civilisa@ons  a  été  et  reste   étroitement  liée  au  monde  végétal  (Ferrini  et  Pisani  Barbacciani,  2003).     L’Homme  s’est  trouvé  en  contact  avec  l’arbre  à  chaque  évènement  important   dans  son  histoire  :   !  Le  pommier  :  Eve  et  Adam   !  L’olivier  :    le  rameau  porté  par  une  colombe  pour  indiquer  la  fin  du   torrent  (message  de  Dieu  pour  Noé)  ;  arbre  béni  en  Islam  
  11. 11.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012  Quelle  Symbolique  ?     La   rela@on   de   l’Homme   au   végétal   a   dépassé   le   contexte   physique   pour   a_eindre   une   dimension   spirituelle,   psychique   et   morale   ajustée   selon   la   culture.     La  proximité  de  l’Homme  qu’a  connu  l’arbre  est  en  effet  consolidée  par  une   symbolique  et  une  embléma@que.   !  Le  cèdre  emblème  du  Liban,     !  l’olivier  symbole  de  la  paix  et     !  le  cyprès  symbole  de  la  mort.    
  12. 12.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012  Quelle  Symbolique  ?          L’arbre,  végétal  familier  omniprésent,  sert  à  expliquer  des  concepts  ou  des  choses  vagues  ou  que  nous  ne  pouvons  cerner  :   !    ‘la  liberté’   !    ‘la  vie’     !  les   ‘Dieux’.   Dans   les   mythologies   grecque   romaine   et   autres,   on   a_ribue  à  chaque  dieu  un  arbre  sacré  :     !  l’olivier  pour  Athène,     !  la  vigne  pour  Dionysus,     !  le  figuier  pour  Mars,     !  le  ficus  pour  Buddha,  etc…  
  13. 13.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012  Quelle  Symbolique  ?   !   Depuis   quelques   années,   et   par   souci   de   son   propre   confort,   l’Homme   s’intéresse  de  plus  en  plus  au  patrimoine  urbain  vert  au  même  @tre  que  le   patrimoine  bâ@.       !   La   difficulté   est   de   garan@r   un   effet   esthé@que,   en   harmonie   avec   l’architecture  générale  de  la  ville,  tout  en  assurant  la  pérennité  de  l’arbre.    
  14. 14.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012  
  15. 15.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012  
  16. 16.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012  Source (F. Freytet)
  17. 17.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012   Le Sol• très  pauvres  en  ma@ère  organique  (1%  MO)  et  même  les  amendements  ne   sont   pas   efficaces   puisque   les   pertes   par   minéralisa@on   varient   entre  58  à  68  %  (Krieter  et  Malkus,  2000).    • pH   alcalin   compris   entre   7.0   et   8.5,   bloquant   ainsi   plusieurs   éléments  nutri@fs    :  Fe,  Zn,  Mn  et  Cu    (Krieter  et  Malkus,  2000  ;  Jim,  1998).  •    blocage   du   processus   de   l’humifica@on   au   profit   de   celui   de   la  minéralisa@on    du  à  la  compacité  des  sols  (Nadian  et  al.,  1996).    • Sol  compact  :  CO2  de  sa  phase  gazeuse  élevé  au  détriment  de  l’oxygène  ce   qui   rend   difficiles   toutes   les   réac@ons   aérobiques   (Krieter   et   Malkus,  2000).    
  18. 18.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012   Le Sol• faible   capacité   de   réten@on   d’eau   affecte   directement   la   vitalité   des   arbres  d’ornement   en   provoquant   une   baisse   de   la   croissance   des   par@es   aérienne   et  racinaire.    • l’améliora@on  de  la  perméabilité  des  trous  de  planta@on  par  un  apport  d’argile  expansée   ou   de   roches   volcaniques   améliore   les   paramètres   de   croissance   des  arbres  (Flückiger  et  Braun,  2000).    • L’eau  circule  dans  le  système  sol/plante/atmosphère  par  phénomène  d’osmose.  Les  pertes  d’eau  dans  la  plante  se  font  principalement  par  transpira@on  induisant  une   baisse   de   la   pression   osmo@que   des   feuilles.   Lorsque   l’eau   est   disponible  dans  le  sol,  la  pression  osmo@que  externe  à  la  plante  est  supérieure  à  sa  pression  osmo@que  interne  et  le  réapprovisionnement  en  eau  se  fait  naturellement.    
  19. 19.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012   L’eau• La   moi@é   de   la   terre   est   un   désert   et   aucun   schéma   d’exploita@on   agricole  n’est  possible  sans  complément  d’irriga@on  • Les  eaux  d’irriga@on  propres  représentent  moins  de  0.1%  des  eaux  du  globe  (Stanley,  1996).    • 20%   des   périmètres   irrigués   du   monde   sont   touchés   par   la   salinité   des   sols  surtout   sous   les   climats   semi-­‐arides   et   arides.   la   salinité   gue_e   l’agriculture   du  monde  en@er  (Munns,  2002  ;  Flowers  et  Yeo,  1995).    • complexité   de   l’expression   du   stress   salin     qui   s’avère   fortement   influencée  par   les   condi@ons   environnantes   telles   que   :   température,   fer@lité   du   sol,  pollu@on  atmosphérique,  lumière  et  évapotranspira@on  (Flowers,  2004).    
  20. 20.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012  L’eau• L’alimenta@on  en  eau  des  arbres  d’ornement  (surtout  les  arbres  d’alignement)  est   limitée   par   les   faibles   capacités   de   réten@on   d’eau   du   sol     et   les   eaux  d’irriga@on  des  espaces  publics  sont  généralement  chargées.    • eau  de  pluie  :    acidifiée  par  la  pollu@on  provoquant  des  chutes  brusques  du  pH  du  sol  causant  des  dégâts  et  des  baisses  des  rendements  (Forsline  et  al.,  1983;  Forsline  et  al.,  1983  ;  Klymenko  et  Klymenko,  2003).    • Indépendamment   des   processus   de   transport   des   ions   l’ac@on   des   stress  hydrique  et  salin  est  similaire  :    réponses  hormonales,  semblables  (He  et  Cramer,  1996  ;  Bensen  et  al.,  1988)  et  la  photosynthèse  diminue  (Munns,  2002).    
  21. 21.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012   L’eau• Le  sel  agit  suite  à  deux  phénomènes  :  en  changeant  la  pression  osmo@que  de  la  solu@on  du  sol  et  en  accumulant  des  ions  provoquant  des  lésions  au  niveau  des  cellules  au  moment  de  la  transpira@on  (Greenway  et  Munns,  1980).  • La  survie  des  plantes  face  à  la  mort  accélérée  de  leurs  feuilles  peut  être  due  à  un  ra@o  posi@f  entre  les  jeunes  feuilles  formées  et  le  nombre  de  feuilles  mortes  pour  les   végétaux   annuels   ou   par   l’entrée   en   dormance   chez   les   espèces   pérennes  (Munns,   2002).   Le   suspend   de   l’ac@vité   végéta@ve   permet   de   réduire  temporairement  leurs  dégâts  •    avec   l’abscission   des   feuilles   âgées,   la   plante   se   débarrasse   des   ions   de   sels  séquestrés  dans  les  vacuoles  et    dans  les  cytoplasmes.    
  22. 22.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012   L’atmosphère      Gaz  à  effet  de  serre  :                          CO2,                  SO2,                CO,  CH4  ,  N2O,NOx,  CFCs                        et                                O3     Augmenta@on  de  la  température   N’ont  pas  d’effets  directs  sur  les  Nutriment   processus  physiologiques  An@-­‐transpirant  (Wolf  et  Erikson  1993)   Effet  toxique  sur  la  vie  (UNEP,  1993)   Effet  oxydant,     Augmente  la  sensibilité  aux  stress  bio@ques  et   ↑  perméabilité  des  membranes  cellulaires,   abio@ques   Inhibe  la  régula@on  de  l’ouverture  des     Stomates  (Impens,  1999)   Les  polluants  atmosphériques  ne  sont  pas  la  principale  cause  de  la  mauvaise  vitalité  des   arbres  en  milieu  urbain  (Tomiczek,  2003)  
  23. 23.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012   Température et lumière• Les  températures  :  0,5  à  2°C  plus  qu’en  milieu  rural  (Zinkernagel,  2000).    • l’amplitude  thermique  entre  le  jour  et  la  nuit  est  plus  importante  «Sonnenbrand  »  ou  «  Forstpla_en»  (Stobbe  et  Dujesie}en,  2003).    • Ceci   augmente   la   sensibilité   aux   polluants   et   prolonge   le   cycle   végéta@f   en  perturbant   le   rythme   de   croissance   des   arbres   et   sa   reproduc@on   d’une   année   à  une  autre  (Wolf  et  Erickson,  1993).     Source : Federer 1971 in bourgery et Mailliet 1993
  24. 24.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012   Température et lumière• l’exposi@on  aux  températures  élevées  (seuil  qui  diffère  d’une  espèce  à  une  autre)  :   • dérèglement  de  l’ouverture  des  stomates,   • diminu@on  de  l’ac@vité  méristéma@que,   • baisse   de   l’ac@vité   photosynthé@que,   de   la   synthèse   ou   de   l’accumula@on   de   protéines  et  de  molécules  protectrices  des  parois  cellulaires  (enzymes,  prolines,   hormones,  etc.).    • hautes  températures  :     • transpira@on  augmente  au  dépend  de  l’ac@vité  photosynthé@que     • perte  élevée  d’eau  qui  simulera  un  état  de  stress  hydrique.    • les   déterminismes   des   températures   élevées   nocturnes   et   diurnes   ne   sont   pas   les  mêmes  (Warrag  et  Hall,  1984a,  b).    
  25. 25. Sécheresse  et                                  InondaIons                                                                      Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012                                               Baisse  des  rendements  et  des  revenus   Extension  des  terres   Pression  sur  l’espace   Pression  sur  l’espace   culIvées   naturel   culturel  Figure  2.    Répercussions  des  phénomènes  clima@ques  extrêmes  sur  les  sols.    
  26. 26.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012   Choix des Espèces•    La   probléma@que   de   ges@on   de   l’arbre   en   ville   se   pose   tôt   :   50%   de   mortalité   des  plants  la  première  année  (Gilbertson  et  Bradshaw,  1985).    •    Le   choix   des   espèces   se   fait   sur   la   base   de   la   structure   et   de   la   texture   sans   tenir  compte   des   différences   entre   le   milieu   urbain   et   le   milieu   naturel   et   de   la   variabilité  entre  les  villes  (Rumelhart  et  Vidal,  1991).    •    Il   est   aussi   de   coutume   que   les   plants   soient   achetés   dans   les   mêmes   pépinières  ornementales  concentrées  au  Nord  et  Centre  Est  de  la  Tunisie.    •    La   sélec@on   in   situ   ou   dans   des   condi@ons   expérimentales   similaires   au   contexte   réel  d’espèces  et  de  cul@vars  adaptés  aux  contraintes  du  milieu  est  une  étape  décisive  dans  la  ges@on  des  ligneux  urbains.    •   une  bonne  vitalité  assure  une  valeur  esthé@que  correcte  (Nilsson  et  Randrup,  1997).    
  27. 27.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012   Plantation•    Souci   de   garan@r   une   harmonie   esthé@que   et   la   sécurité   des   usagers   (Basiaux,  2003).    •    Un   compromis   doit   être   trouvé   entre   vitalité   des   arbres/sécurité   des   usagers/aménagements  (Reichwein,  2003).    •   Pb  :  dommages  provoqués  par  les  racines  sur  les  revêtements  et  les  bâ@ments.    •    Si   les   biologistes   peuvent   considérer   le   phénomène   comme   mécanisme  d’adapta@on   du   végétal   pour   développer   un   volume   racinaire   suffisant   et   subvenir  à  ses  besoins  pour  garan@r  une  bonne  vitalité,  ce  constat  est  désastreux  pour  les  ges@onnaires   de   l’espace   compte   tenu   des   risques   auxquels   les   usagers   sont  confrontés  :  jusqu’où  peut-­‐on  assurer  une  adéqua2on  entre  l’état  des  planta2ons  et  les  condi2ons  des  espaces  urbains.    
  28. 28.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012   Entretien•   «  Les  méthodes  de  soins  et  d’entre@en  varient  selon  la  région  géographique  et  sont  dictées  par  des  tradi@ons  locales  et  na@onales.  »  (Nilsson  et  Randrup,  1997).    •   La  taille  des  arbres  :  technique  la  plus  u@lisée  →    structurer  l’arbre  autour  d’une  @ge  suffisamment  haute  et  des  des  branches  bien  a_achées  (Bradshaw  et  al.,  1995).    •    Après   une   époque   de   standardisa@on   de   l’interven@on   sur   l’arbre   en   milieu   urbain,  il  est  désormais  ques@on  de  ges@on  différenciée  des  ligneux.    •    L’élagage  ou  la  taille  doit  se  faire  de  manière  ciblée  en  fonc@on  des  contraintes  du  milieu  (façades,  fenêtres,  câbles  électriques,  etc..)  et  de  la  vigueur  de  l’arbre.    •    L’irriga@on   et   la   fer@lisa@on   des   végétaux   en   ville   est   entravée   par   les  caractéris@ques  édaphiques  des  trous  de  planta@on.  
  29. 29.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012  Traits  comportementaux  des     Arbres  d’Ornement   Samiha  KHELIFA  BEDHIOUFI     samiha_khelifa@yahoo.fr  
  30. 30.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012   Le  Développement  des  Arbres  d’Ornement    Aspects  MorphogénéIques   Aspects  Physiologiques  •   Organisa@on  temporelle   •   Aspects  Physiologiques  •   Organisa@on  spa@ale   •   Expressions  Physiologiques  des  stress  •   Expressions  morphologiques  des  stress     •   Expressions  enzyma@ques  des  stress    •   Expressions  Structurales  des  Stress  
  31. 31.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012   Organisation temporelle• Les  ligneux  se  développent  par  l’appari@on  cyclique  ou  intermi_ente  d’unités  de  croissances   (White,   1979).   La   croissance   con@nue   étant   un   phénomène     rare   (Blanc,  2002  ;  Venkatanarayana,  1957).    • Le   développement   des   arbres   :   succession   de   vagues   de   croissance   et   de  périodes  de  repos  à  fréquences  et  amplitudes  variables  selon  l’espèce  et  selon  les  condi@ons  environnantes  (Renton  et  al.,  2006  ;  Planchon  et  al.,  2003).    • Le   comportement   dynamique   d’une   espèce   est   régi   par   des   caractéris@ques  endogènes   invariables   et   d’autres   intérac@ves   (Passo   et   al.,   2002   ;   Pun@eri   et   al.,   2000   ;  Guérard  et  al.,  2001  ;  Heuret  et  al.,  2000  ;  Souza  et  al.,  2000  ;  Nicolini,  2000,  1998  ;  Nicolini  et  chanson,  1997  ;  Nicoloni  et  caraglio,  1995).    • la   rythmicité   endogène   des   par@es   aérienne   et   racinaire   sont   différentes     →    complexité  de  la  probléma@que  de  la  croissance  rythmique  (Millet  et  al.,  1991).  
  32. 32.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012   Organisation temporelle• L’état  de  vitalité  de  l’arbre  dans  un  contexte  donné  ne  peut  être  étudié  que  dans  sa  globalité.  • L’analyse  du  développement  de  la  vitalité  et  l’édifica@on  des  pousses  se  fait  grâce  aux  traces  du  rythme  ainsi  que  son  gradient  d’intensité   (Loup,  1994  ;  Comte,  1993  ;  Edelin,  1993).     ↓  • Ces  marqueurs  temporels  peuvent  être  :   ü physiologiques   ü morphogéné@ques  (plastochrone,  hétéroblas@e,  longueur  d’entrenoeud,  …)     ü biochimiques  (ac@vité  enzyma@que).      
  33. 33.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012   Organisation temporelleLa    dynamique  de  la  croissance  se  traduit  par  l’alternance,  au  cours  d’une  vague  de   croissance   d’une   période   d’ac@vité   intense   et   d’une   autre   de   relâchement    (Crabbé,  1993).  Le   stress,   les   condi@ons   environnantes   non   favorables   ou   un   organe   inhibiteur  exercent  modifient  l’organisa@on  spa@ale  du  végétal.    Les  corréla@ons  entre  les  bourgeons  d’un  même  rameau  sont    affectées  par  les  caractéris@ques   de   l’espèce   (basitone   ou   acrotone)   et   par   les   condi@ons  environnantes.    
  34. 34.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012   Exp. morphogénétiquesOrganisation spatiale chez Citrus aurantium L. urbain Source : Bedhioufi, S., 2009 Source : Bedhioufi, S., 2009
  35. 35.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012   Exp. morphogénétiquesOrganisation spatiale chez Citrus aurantium L. urbain !    2  stratégies  d’organisa@on  spa@ale   différentes   selon   la   sensibilité   aux   contraintes  environnantes.   !       Citrus   auranVum   L.   exprime   une   situa@on  de  stress  :   !   a_énua@on   de   la   vigueur   du   premier  niveau     !   compensa@on   sur   le   2ème   ordre.     Vraisemblablement,  stratégies   Source : Bedhioufi, S., 2009 différen@elles  de  répression/ compensaIon/exIncIon  
  36. 36.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012   Exp. morphogénétiquesSource : Bedhioufi, S., 2009
  37. 37.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012   Exp. morphogénétiquesLongueurs moyennes des pousses feuillées chez Citrus aurantiumL. urbain Δ L Source : Bedhioufi, S., 2009
  38. 38.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012   Exp. morphogénétiques Source : Bedhioufi, S., 2009 UC  1   UC  2   UC  3   UC  1   UC  2   UC  3  !   3 UC conformément aux tvx de Cottin et Dubois(1992)!  amplitudes décroissantes des UC et des EN!   alternance EN long/EN court!   déphasage ad/al à partir de EN6
  39. 39.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012   Exp. morphogénétiques adapté altéré Eb1   Eb2   Eb3   Da   Eb2   Da   Eb1   Eb4   Pm   Pm   Eb5   Ba   Eb6   Source : Bedhioufi, S., 2009Expressions  intragemmaires  différentes  selon  le  type  ad  ou  al  :  !    un  nombre  de  primordia    plus  élevé  chez  le  type  adapté    !    des  distances  d’ébauches  intragemmaires  plus  élevées    
  40. 40.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012   Exp. Exp.MV1 morphogénétiques écophysiologiques Source : Bedhioufi, S., 2009 MV2!   Le caractère alternant ENcourt/EN long est à caractèreendogène chez C. aurantiummatures MV1 mais nes’exprime pas au cours despremiers stades ontogéniques
  41. 41.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012   Exp. morphogénétiques Source : Bedhioufi, S., 2008!   Les profils morphométriques des bigaradiers altérés sont plus courtsque ceux du type adapté.!   accroissement du 3ème métamère sur les arbres altérés, donc sensiblesaux contraintes du milieu.
  42. 42.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012   Exp. morphogénétiques EN1 EN3 EN7 Source : Bedhioufi, S., 2008!    EN1  (préformé):  le  plus  long.    !     l’allongement   des   entrenœuds   semble   dépendre   de   leur   posi@on   sur   la  pousse;   le   traitement   au   NaCl   affecte   principalement   et   d’une   manière  significa@ve   (p<0.05)   ces   métamères   en   les   augmentant   ou   en   les   réduisant   :  EN1,  EN3  et  EN7.    
  43. 43.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012   Exp. morphogénétiques!    La  sensibilité  des  EN  dépend  du  niveau  de  stress  :  analyse  des  corréla@ons  bivariées    (test  de  Pearson)   EN3   EN1   EN7   Source : Bedhioufi, S., 2009
  44. 44.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012  Organisation temporelle Figure 14. Longueurs moyennes des pousses feuillées chez Citrus aurantium urbains du type adapté et altéré au cours 3 cycles consécutifs de croissance (n, n-1 et n-2). Source : Bedhioufi, S., 2009
  45. 45.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012   Organisation temporelle 1ère 2ème période période Longueur en mm fc fc 1ère 2ème période période fc Date  de  la  reprise    apparente  de  la   Nombre de Jours d’observation croissance   D0Figure 30. Evolution, au cours du temps, de la croissance en longueur moyenne de MV2soumis à 5 niveaux de traitement par le NaCl. fc : flash de croissance Source : Bedhioufi, S., 2009
  46. 46.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012  Organisation temporelle 2 1 4 3!   4 vagues de croissance. Source : Bedhioufi, S., 2009!   le flash le plus important : j22 - j55!   un décalage pour les doses élevées de sel (D3 etD4).
  47. 47.                                                                                                                                                Samiha  Khelifa  Bedhioufi  2012   Organisation temporelle !   Le bourgeon terminal démarreAllongement en son allongement mm j-1 en premier lorsque les conditions sont optimales mais cette tendance disparait en Pousse terminale Pousse situation de stress. axillaire Allongement en mm j-1 Jours de traitement Source : Bedhioufi, S., 2009

×