1180-­‐1328	  L’âge	  d’or	  des	  capé5ens	  	  
Introduc)on	  •  Le	  long	  XIIIème	  siècle,	  qui	  conduit	  de	  1180	  a	  1328,	  cons5tue	  une	  étape	  majeure	...
Introduc)on	  •  S’ouvre	   vers	   1260/1270	   une	   crise	   qui	   marque	   les	   limites	   du	   système	   féoda...
Tableau	  de	  la	  France	  •  L’histoire	  de	  France	  commence	  avec	  la	  langue	  française.	  La	  langue	  est	...
La	  Bretagne	  •  La	  Bretagne,	  âpre	  et	  basse,	  simple	  quartz	  et	  granit,	  grand	  écueil	  place	  au	  co...
L’Auvergne	  •  L’Auvergne	  est	  un	  pays	  froid	  sous	  un	  ciel	  déjà	  méridional,	  ou	  l’on	  gèle	  sur	  le...
Les	  Ardennes	  •  Ardennes	  :	  manufactures	  d’armes,	  tanneries,	  ardoisières,	  tout	  cela	  n’égaye	  pas	  le	...
Flandre	  •  Flandre:	   sur	   ces	   grasses	   et	   plantureuses	   campagnes,	   uniformément	   riches	   d’engrais,...
La	  guerre	  contre	  l’Anglais	  •  La	   guerre	   des	   guerres,	   le	   combat	   des	   combats,	   c’est	   celui...
La	  conquête	  normande	  de	  l’Angleterre	  •  Avant	  de	  prendre	  les	  armes,	  Guillaume	  déclara	  qu’il	  s’en...
La	  France	  	  •  Pousse	   donc	   ma	   belle	   et	   forte	   France,	   pousse	   les	   longs	   flots	   de	   ton...
Temps	  nouveaux:	  le	  règne	  de	  Philippe	  Auguste	  (1180-­‐1223)	  •  La	  grande	  époque	  de	  l’architecture	 ...
Temps	  nouveaux:	  le	  règne	  de	  Philippe	  Auguste	  (1180-­‐1223)	  •  Louis	  VII	  laisse	  son	  fils	  face	  a	...
Temps	  nouveaux:	  le	  règne	  de	  Philippe	  Auguste	  (1180-­‐1223)	  •  Henri	   Plantagenet	   avait	   élargi	   l...
•  La	   première	   cons5tu5on	   écrite	   de	   la	   monarchie	  capé5enne:	  Le	  Trésor	  est	  confie	  aux	  Templi...
Temps	  nouveaux:	  le	  règne	  de	  Philippe	  Auguste	  (1180-­‐1223)	  •  Fleurs	   de	   Lis	   contre	   léopards:	 ...
Temps	  nouveaux:	  le	  règne	  de	  Philippe	  Auguste	  (1180-­‐1223)	  •  La	  période	  des	  années	  1190-­‐1200	  ...
Temps	  nouveaux:	  le	  règne	  de	  Philippe	  Auguste	  (1180-­‐1223)	  •  La	  croisade	  contre	  les	  Albigeois	  e...
Temps	  nouveaux:	  le	  règne	  de	  Philippe	  Auguste	  (1180-­‐1223)	  •  La	   monarchie	   dans	   sa	   plénitude:	...
Temps	  nouveaux:	  le	  règne	  de	  Philippe	  Auguste	  (1180-­‐1223)	  •  En	  aout	  1222,	  Louis	  VIII	  est	  sac...
Roi	  de	  France	  et	  roi	  d’Angleterre	  •  Pendant	  la	  seconde	  croisade,	  celle	  de	  Louis	  VII	  et	  de	 ...
Richard	  et	  le	  siège	  de	  saint	  Jean	  d’Acre	  •  Richard	  était	  le	  mauvais	  fils	  d’Henri	  II,	  le	  fil...
La	  France	  dans	  les	  Croisades	  •  De	  toutes	  parts,	  l’Eglise	  triomphait	  dans	  l’Europe	  par	  l’épée	  ...
La	  Croisade	  •  Dieu	   est	   Dieu,	   voilà	  l’Islamisme,	   c’est	   la	  religion	   de	   l’unité.	   Ce	  Dieu	 ...
Les	  mondes	  français	  au	  XIIIème	  siècle	  •  A	   la	   cour	   de	   Londres,	   comme	   a	   celle	   de	   Sai...
Les	  mondes	  français	  au	  XIIIème	  siècle	  •  La	   marqueterie	   des	   terroirs	   agricoles:	   Selon	   Marc	 ...
Le	  vin	  •  Le	  raisin	  est	  un	  fruit	  de	  passage.	  La	  taille	  sèche	  (ou	  taille	  dʼhiver)	  pra5quée	  ...
Les	  mondes	  français	  au	  XIIIème	  siècle	  •  Des	   niches	   écologiques	   diversement	  appréciées:	   On	   tr...
Les	  mondes	  français	  au	  XIIIème	  siècle	  •  Diversité	  du	  royaume	  et	  de	  ses	  marges:	  Une	  ligne	  co...
Les	  mondes	  français	  au	  XIIIème	  siècle	  •  Le	  comte	  de	  Flandre	  est	  vassal	  du	  royaume,	  mais	  aus...
La	  bataille	  de	  Courtrai	  •  Les	   combaIants	   des	  Flandres	   contre	   les	  Français	   de	   Philippe	   le...
Les	  mondes	  français	  au	  XIIIème	  siècle	  •  Le	   cas	   par5culier	   de	   la	   Navarre:	   Ce	   pe5t	   roya...
Les	  mondes	  français	  au	  XIIIème	  siècle	  •  Jean	  XXII	  entame	  un	  pon5ficat	  de	  18	  ans	  (1316-­‐1334)....
Les	  mondes	  français	  au	  XIIIème	  siècle	  •  La	  France	  d’outre	  mer:	  La	  Syrie	  franque.	  La	  prise	  d...
Les	  mondes	  français	  au	  XIIIème	  siècle	  	  	  •  Apres	  le	  désastre	  de	  Hayn,	  Philippe	  Auguste	   et	 ...
Les	  mondes	  français	  au	  XIIIème	  siècle	  •  Des	   la	   première	   croisade,	   après	   1905,	   une	   espéra...
Les	  mondes	  français	  au	  XIIIème	  siècle	  Le	  retour	  du	  croise.	  Hughes	  de	  Vaudémont	  est	  accueilli	 ...
Les	  mondes	  français	  au	  XIIIème	  siècle	  •  Poussières	  d’Empire:	  Ourdis	  par	  les	  Véni5ens,	  armateurs	 ...
Les	  mondes	  français	  au	  XIIIème	  siècle	  •  Retour	  en	  Sicile:	  La	  Sicile	  normande	  avait	  vu	  éclore	...
Louis	  IX	  devient	  saint	  Louis	  •  L’Eglise	  perdant	  son	  caractère	  de	  sainteté,	  ce	  caractère	  va	  pa...
Le	  roman	  des	  rois	  Queribus.	  En	  1239,	  le	  régent	  du	  royaume	  d’Aragon	  vend	   Queribus	   a	   Louis	...
Le	  roi	  de	  France	  et	  le	  roi	  d’Angleterre	  •  Pendant	  la	  seconde	  croisade,	  celle	  de	  Louis	  VII	 ...
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Age d'or des capetiens
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Age d'or des capetiens

1 368 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 368
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
29
Actions
Partages
0
Téléchargements
12
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Age d'or des capetiens

  1. 1. 1180-­‐1328  L’âge  d’or  des  capé5ens    
  2. 2. Introduc)on  •  Le  long  XIIIème  siècle,  qui  conduit  de  1180  a  1328,  cons5tue  une  étape  majeure  dans  le  développement  du  territoire  soumise  aux  rois  capé5ens.  Il  prend  le  nom  générique  de  «  France  »  dans  la  5tulature  royale,  alors  que  se  meIent  en  place  les  premières  structures  d’un  Etat  qui  le  surplombe.  CeIe  vaste  révéla5on  de  la  France,  elle  commence  au  Xème  siècle,  à  l’avènement  des  Capets.  Chaque  province  a  des  lors  son  histoire  ;  chacune  prend  une  voix,  et  se  raconte  elle-­‐  même.  •  Une   fois   passées   les   terreurs   de   l’an   Mil,   l’humanité   se   réveille   et   se   redresse.   Une   sorte   d’explosion  d’énergie   se   produit   en   Occident,   s’élevant   en   cathédrales,   se   déployant   en   conquêtes.   Les   croisades  réunissent  les  deux  faits  dominants  du  Moyen-­‐Age,  esprit  guerrier  et  foi.  Le  Moyen-­‐Age  se  conclut  par  saint  Louis,  incarna5on  paradoxale  de  l’idéal  de  la  foi  médiévale  et  de  sa  fin.  •  Les  cathédrales  cristallisent  et  illustrent  magnifiquement  toutes  les  données  essen5elles  du  temps.  Elles  témoignent   de   l’essor   de   l’économie,   qui   favorise   des   inves5ssements   locaux,   de   la   modernité   des  techniques  qui  en  permeIent  la  construc5on  et  du  rôle  majeur  de  la  religion  et  de  la  foi,  absolument  consubstan5elles  au  quo5dien  des  individus  et  de  la  société.  En  outre,  la  cathédrale  enregistre,  dans  son  architecture  et  son  décor,  l’affirma5on  de  la  monarchie.  L’art  gothique  s’avère  au  premier  chef  un  art  royal.    
  3. 3. Introduc)on  •  S’ouvre   vers   1260/1270   une   crise   qui   marque   les   limites   du   système   féodal,   totalement   contradictoire  avec  l’inves5ssement  produc5f.  Bien  des  paysans  sombrent  dans  la  misère,  le  revenu  des  pe5ts  seigneurs  s’affaiblit.    •  Le   pouvoir   a   besoin   d’ennemis:   la   guerre,   en   Flandre   ou   bien   en   Aquitaine,   jus5fie   les   débuts   d’une  fiscalité  d’Etat.  De  plus,  la  luIe  contre  le  pape,  les  héré5ques,  les  Templiers  et  les  sorciers  permet  de  mobiliser  l’opinion  en  faveur  de  la  royauté.    •  Roi  embléma5que,  a  la  fois  preux,  sage  et  pieux,  porte  rapidement  sur  les  autels,  saint  Louis  est  devenu  en  quelque  sorte  le  patron  de  la  monarchie  française,  notamment  au  temps  de  Louis  XIV.    Saint-­‐Louis,  Louis  IX,  par  le  Greco.  
  4. 4. Tableau  de  la  France  •  L’histoire  de  France  commence  avec  la  langue  française.  La  langue  est  le  signe  principal  d’une  na5onalité.  Le  premier  monument  de  la  notre  est  le  serment  dicte  par  Charles-­‐le-­‐chauve  a  son  frère,  au  traite  de  843.  Serments  de  Strasbourg.  En  840,  à  la  mort  de  Louis  le  Pieux,  la  guerre  commence  immédiatement  entre  ses  fils.  Charles  sunit  à  Louis  le  Germanique,  contre  Lothaire  Ier  leur  frère  aîné,  qui  veut  les  exclure  du  partage  de  lempire.  Ensemble,  ils  remportent  en  841  la  bataille  de  Fontenoy-­‐en-­‐Puisaye,  en  Bourgogne.  Le  14  février  842,  ils  renforcent  leur  alliance  en  prononçant  réciproquement  les  serments  de  Strasbourg,  prononcés  en  langue  romane  et  en  langue  tudesque  afin  dêtre  compris  par  les  troupes  de  louest  comme  de  lest  de  la  Francie.        
  5. 5. La  Bretagne  •  La  Bretagne,  âpre  et  basse,  simple  quartz  et  granit,  grand  écueil  place  au  coin  de  la  France  pour  porter  le  coup  des  courants  de  la  Manche  ;  d’autre  part,  la  verte  et  rude  Auvergne,  vaste  incendie  éteint  avec  ses  quarante  volcans.  La  Bretagne  bretonnante,  pays  devenu  tout  étranger  au  notre,  justement  parce  qu’il  est  reste  trop  fidele  a  notre  état  primi5f  ;  peu  français,  tant  il  est  gaulois.  A  ses  deux  portes,  la  Bretagne  a  deux  villes  :  Saint-­‐Malo  et  Nantes,  la  ville  des  corsaires  et  celle  des  négriers.  Saint-­‐Malo.     Nantes.    
  6. 6. L’Auvergne  •  L’Auvergne  est  un  pays  froid  sous  un  ciel  déjà  méridional,  ou  l’on  gèle  sur  les  laves.  Les  Limousins,  plus  laborieux  qu’industrieux,  ils  ont  beau  émigrer  tous  les  ans  des  montagnes,  ils  rapportent  quelque  argent,  mais  peu  d’idées.  •  La  chèvre,  c’est  l’animal  de  celui  qui  ne  possède  rien,  bête  aventureuse,  qui  vit  sur  le  commun,  animal  niveleur,  fut  l’instrument  d’une  invasion  dévastatrice,  la  Terreur  du  désert.  
  7. 7. Les  Ardennes  •  Ardennes  :  manufactures  d’armes,  tanneries,  ardoisières,  tout  cela  n’égaye  pas  le  pays.  Mais  la  race  est  dis5nguée  :  quelque  chose  d’intelligent,  de  sobre,  d’économe,  la  figure  un  peu  sèche  et  taillée  a  vives  arrêtes.  
  8. 8. Flandre  •  Flandre:   sur   ces   grasses   et   plantureuses   campagnes,   uniformément   riches   d’engrais,   de   canaux,  d’exubérante  et  grossière  végéta5on,  herbes,  hommes  et  animaux,  poussent  a  l’envi,  grossissent  a  plaisir.  Le   bœuf   et   le   cheval   y   gonflent,   à   jouer   l’éléphant.   La   Flandre   est   une   Lombardie   prosaïque,   a   qui  manquent  la  vigne  et  le  soleil.  Rijsel,  hoofdstad  van  Vlaanderen  -­‐  Lille,  capitale  de  la  Flandre.  
  9. 9. La  guerre  contre  l’Anglais  •  La   guerre   des   guerres,   le   combat   des   combats,   c’est   celui   de   l’Angleterre   et   de   la   France,   le   reste   est  épisode.  La  luIe  contre  l’Angleterre  a  rendu  à  la  France  un  immense  service.  Elle  a  confirme,  précise  sa  na5onalité.  A  force  de  se  serrer  contre  l’ennemi,  les  provinces  se  sont  trouvées  un  peuple.  C’est  en  voyant  de   près   l’Anglais   qu’elles   ont   sen5   qu’elles   étaient   France.   La   Seine   marche   et   porte   la   pensée   de   la  France,  de  Paris  vers  la  Normandie,  vers  l’Océan,  l’Angleterre,  la  lointaine  Amérique.  Statue  de  Du  Guesclin  Marquis  de  Montcalm.  
  10. 10. La  conquête  normande  de  l’Angleterre  •  Avant  de  prendre  les  armes,  Guillaume  déclara  qu’il  s’en  rapportait  au  jugement  du  pape.  L’invasion  de  l’Angleterre   prit   le   caractère   d’une   croisade,   une  foule   d’hommes   d’armes   affluèrent   de   toute  l’Europe  près  de  Guillaume.  Les  Saxons  combaIaient  a   pied   avec   de   courtes   haches,   les   Normands   a  cheval   avec   de   longues   lances.   Les   Saxons   ne  construisaient   pas   de   châteaux,   ainsi   une   bataille  perdue,  tout  était  perdue.  •  L’Angleterre   tout   en5ère   fut   mesurée,   décrite;  soixante  mille  fiefs  de  chevaliers  y  furent  créés  aux  dépens   des   Saxons,   et   le   résultât   consigne   dans   le  livre  noir  de  la  conquête,  le  Doomsday  book,  le  livre  du  jour  du  Jugement.    •  Le   roi   d’Angleterre   5ra   de   la   noblesse   même   un  impôt,  sous  l’honorable  nom  d’escuage.  C’était  une  dispense   d’aller   à   la   guerre.   Les   barons,   fa5gues  d’appels  con5nuels,  aimaient  mieux  donner  quelque  argent  que  de  suivre  leur  aventureux  souverain  dans  les   entreprises   où   il   s’embarquait   ;   et   lui,   il  s’arrangeait  fort  de  cet  échange.  Au  lieu  du  service  capricieux   et   incertain   des   barons,   il   achetait   celui  des   soldats   mercenaires,   Gascons,   Brabançons,  Gallois  et  autres.  Doomsday  Book.  
  11. 11. La  France    •  Pousse   donc   ma   belle   et   forte   France,   pousse   les   longs   flots   de   ton   onduleux   territoire   au   Rhin,   à   la  Méditerranée,  à  l’Océan.  JeIe  a  la  dure  Angleterre  la  dure  Bretagne,  la  tenace  Normandie  ;  a  la  grave  et  solennelle   Espagne,   oppose   la   dérision   gasconne,   a   l’Italie   la   fougue   provençale   ;   au   massif   empire  germanique,  les  solides  et  profonds  bataillons  de  l’Alsace  et  de  la  Lorraine  ;  a  l’enflure,  a  la  colère  belge,  la  sèche   et   sanguine   colère   de   la   Picardie,   la   sobriété,   la   réflexion,   l’esprit   disciplinable   et   civilisable   des  Ardennes   et   de   la   Champagne.   L’Angleterre   est   un   pays,   l’Allemagne   est   un   empire,   la   France   est   une  personne.  
  12. 12. Temps  nouveaux:  le  règne  de  Philippe  Auguste  (1180-­‐1223)  •  La  grande  époque  de  l’architecture  gothique  correspond  au  règne  de  Philippe  Auguste.  Alors  s’achèvent  les  cathédrales  de  Laon  et  de  Paris  et  commence  la  construc5on  des  cathédrales  de  Chartres,  Bourges,  Soissons,  Rouen,  Amiens  ou  Reims.    •  La  dynamique  de  la  France  du  nord,  qui  voisine  avec  la  Flandre  et  la  Champagne,   les   poles   majeurs   de   l’ar5sanat   et   du   commerce   en  Occident,   favorise   la   poussée   capé5enne   vers   l’ouest   et   le   sud.   Le  règne   de   Philippe   Auguste   permet   la   levée   de   l’hypothèque  Plantagenet   et   s’avère   celui   de   la   plus   forte   dilata5on   du   domaine  royal  au  cours  du  Moyen  Age.  Avec  lui  débute  l’âge  d’or  capé5en,  car  aucun  pouvoir  ne  se  peut  désormais  comparer  a  la  royauté  française.  •  En  1204,  Philippe  II  choisit  une  5tulature  nouvelle.  Au  5tre  de  «  roi  des   Francs   »,   il   subs5tue   celui   de   roi   de   France:   l’autorité   royale   a  dorénavant   pour   base   un   territoire,   elle   ne   par5cipe   plus   des   liens  d’homme  a  homme.    •  Héritages:  Suger,  abbé  de  Saint-­‐Denis,  sanctuaire  fondamental  de  la  monarchie,  a  développe  l’idée  qu’il  existe  une  pyramide  féodale,  qui,  de  fief  en  fief,  conduit  a  son  sommet,  occupe  par  le  roi,  qui  n’est  le  vassal  de  quiconque  et  ne  prête  hommage  a  personne.    •  Louis  VII  laisse  son  fils  face  a  un  conten5eux  redoutable.  D’un  part,  le  conflit   avec   le   Plantagenet,   dont   les   domaines   sont   immenses  compares  au  domaine  royal,  demeure  latent.  D’autre  part,  les  maitres  des   deux   régions   les   plus   riches   du   royaume,   la   Flandre   et   la  Champagne,  tendent  a  l’autonomie  dans  leurs  terres  et  cherchent  par  ailleurs  a  contrôler  le  pouvoir  royal.    
  13. 13. Temps  nouveaux:  le  règne  de  Philippe  Auguste  (1180-­‐1223)  •  Louis  VII  laisse  son  fils  face  a  un  conten5eux  redoutable.  D’un  part,  le  conflit   avec   le   Plantagenet,   dont   les   domaines   sont   immenses  compares  au  domaine  royal,  demeure  latent.  D’autre  part,  les  maitres  des   deux   régions   les   plus   riches   du   royaume,   la   Flandre   et   la  Champagne,  tendent  a  l’autonomie  dans  leurs  terres  et  cherchent  par  ailleurs  a  contrôler  le  pouvoir  royal.    •  Une   décennie   difficile   (1180-­‐1190):   Les   vic5mes   principales   des  guerres  médiévales  sont  les  paysans,  dont  on  pille  les  biens  et  ravage  les   cultures.   Les   belligérants   évitent   les   sièges   longs   et   les   batailles  rangées.   L’expulsion   des   juifs,   décrétée   en   avril   1182,   qui  s’accompagne   de   la   saisie   de   leurs   biens,   apparaît   en   premier   chef  comme  un  moyen  de  financer  en  par5e  l’effort  de  guerre  développée  au  cours  de  la  première  décennie  du  règne.    Le  roman  des  rois.  C’est  une  chronique  de  la  monarchie  capéYenne  rédigée  a  Saint-­‐Denis.  Gisant  de  Richard  Cœur  de  Lyon  a  l’abbaye  de  Fontevrault.  Le  traite  de  Gisors  (1180)  renouvèle  la  paix  entre  les  rois  de  France  et  d’Angleterre,    qui  concluent  une  alliance  offensive  et  défensive.    
  14. 14. Temps  nouveaux:  le  règne  de  Philippe  Auguste  (1180-­‐1223)  •  Henri   Plantagenet   avait   élargi   l’empire   familial   par   son  mariage   avec   Aliénor   d’Aquitaine,   5tulaire   du   domaine   des  comtes   de   Poi5ers,   juste   divorcée   de   Louis   VII.   Il     se   fait  ensuite   reconnaître   roi   d’Angleterre   en   1154,   avant  d’amorcer   la   conquête   de   l’Irlande   et   d’étendre   encore   de  son   emprise   con5nentale,   par   la   prise   de   contrôle   de   la  Bretagne   et   l’affermissement   de   son   autorité   sur   les   pays  charentais.  Le  vassal  paraît  ainsi  beaucoup  plus  puissant  que  son   seigneur,   le   roi   capé5en,   confine   toujours   aux   vielles  terres  de  son  domaine.    •  Les   bonnes   manières   de   table,   l’art   de   la   danse,   toujours  pra5quée  en  groupe,  et  la  courtoisie  illustrent  la  cour  d’Henri  II.   C’est   le   moment   ou   surgissent   les   premiers   mé5ers   du  luxe,   notamment   celui   des   émailleurs,   que   Limoges  rassemble.    Gisants  d’Henri  II  et  d’Aliénor  d’Aquitaine.  Abbaye  de  Fontevrault.    
  15. 15. •  La   première   cons5tu5on   écrite   de   la   monarchie  capé5enne:  Le  Trésor  est  confie  aux  Templiers  et  les  clés   en   sont   remises   a   Pierre   le   Marechal   et   a   6  notables   parisiens,   qui   ont   également   la   garde   du  sceau  royal.    •  Les  villes  dotées  du  régime  communal  avec  l’appui  du  roi  se  trouvent  ensuite  sous  le  patronage  de  la  couronne,  ce  qui  élargît  l’influence  royale.  Philippe  Auguste  y  trouve  des  avantages  militaires,  puisque  les   villes   avec   leurs   remparts   puissants   et   leurs  milices  nombreuses  représentent  points  d’appui  et  réserves  d’effec5fs.  Enfin,  il  5sse  des  liens  poli5ques  solides  avec  les  bourgeoises  citadines,  tant  dans  les  domaines  que  dans  les  fiefs  de  ses  barons.    Temps  nouveaux:  le  règne  de  Philippe  Auguste  (1180-­‐1223)  •  Philippe   aIaque,   assure   qu’Henri   II   ne   parviendra   pas   bien   longtemps   a   contrôler   les   lionceaux   des   flancs   d’Aliénor  d’Aquitaine  –  Richard,  Geoffroy,  le  comte  de  Bretagne  et  Jean,  le  maitre  d’Aquitaine,  trois  frères  qui  de  plus  se  jalousent.  Philippe  Auguste  noue  des  rela5ons  privilégiées  avec  Richard,  inquiet  de  voir  son  père  sembler  lui  préférer  Jean  et  peut-­‐être  songer  a  le  déshériter.    •  En   novembre   1188,   ce   même   Richard   rompt   avec   son   père   et   porte   son   hommage   a   Philippe   pour   la   Normandie   et  l’Aquitaine…  qu’il  lui  reste  néanmoins  a  saisir  et  contrôler.    •  En   Terre   Sainte,   Saladin   a   écrasé   les   La5ns   a   la   bataille   de   Hayn   en   juillet   1187.   La   nécessité   d’organiser   une   contre-­‐offensive  sous  la  forme  d’une  croisade  pour  sauver  ce  qui  reste  des  Etats  la5ns  d’Orient.  Richard  a,  le  premier  répondu  a  l’appel  du  «  saint  voyage  »  prenant  la  croix,  a  Tours,  en  novembre  1187.  Le  roi  de  France  en  profite  pour  faire  approuver,  en  mars,  par  une  assemblée  de  barons  et  de  prélats,  une  taxe  a  l’effet  de  couvrir  les  frais  de  l’expédi5on.  Elle  doit  être  levée  sur  les  biens  meubles  et  les  revenus  de  ceux  qui  ne  prennent  pas  la  croix.    Geoffroy,  comte  de  Bretagne  Richard  cœur  de  Lion  
  16. 16. Temps  nouveaux:  le  règne  de  Philippe  Auguste  (1180-­‐1223)  •  Fleurs   de   Lis   contre   léopards:   le   printemps   de   l’Etat   monarchique  (1190-­‐1200):  Pour  l’heure,  la  rivalité  entre  les  deux  maisons  royales  paraît  comme  suspendue.    •  Capture   par   les   séides   du   duc   d’Autriche   auquel   l’opposait   un   différend  Richard   Cœur   de   Lion   se   voit   bientôt   transféré   dans   les   geôles   de  l’empereur   de   Germanie,   Henri   IV.   Durant   sa   cap5vité,   Philippe   a   traite  avec  Jean  sans  Terre  et  s’est  empare  de  la  Normandie  septentrionale,  du  Vexin,  d’Evreux,  et  de  la  Touraine.  Richard  débarque  en  mai  1194  et  les  hos5lités  commencent.    •  Il   a   dans   son   camp   Guillaume   le   Marechal,   jouteur   émérite,   le   meilleur  chevalier   du   siècle,   mais   la   guerre   féodale   est   en   train   de   muter.   Elle  devient   un   conflit   de   puissances,   dont   l’argent   est   le   nerf.   Richard   fait  édifier  en  deux  années,  de  1196  a  1198,  un  temps  record,  la  formidable  forteresse  qui  prend  le  nom  de  Château  Gaillard.  Jean  sans  Terre.  Guillaume  le  Marechal.  
  17. 17. Temps  nouveaux:  le  règne  de  Philippe  Auguste  (1180-­‐1223)  •  La  période  des  années  1190-­‐1200  paraît  défavorable  au  roi  de  France.  Le  roi   d’Angleterre,   appuyé   par   les   grands   féodaux,   comme   le   comte   de  Flandre,   le   duc   de   Bretagne,   et   des   seigneurs   moins   importants,   comme  Renaud  de  Boulogne  ou  Guillaume  de  Thouars,  a  pris  l’avantage.  •  Cependant   la   monarchie   se   construit:   les   offices   de   cour   ne   sont   plus  confies   a   des   hauts   barons,   mais   a   des   hommes   nouveaux,   jeunes   et   de  rang  modeste.    •  La  chute  de  la  maison  Plantagenet:  Jean  sans  Terre  n’a  pas  la  personnalité  flamboyante   de   son   frère,   Richard   Cœur   de   Lion.   Il   a   de   la   difficulté   a  s’entendre   avec   ses   vassaux.   Philippe   Auguste   envahit   la   Normandie   et  lance  Arthur  de  Bretagne  a  la  conquête  du  Poitou.  Il  s’aIaque  a  Mirebeau,  clé  du  Poitou,  ou  se  sont  enfermes  la  reine  Aliénor  et  Jean  sans  Terre.    •  Arthur  de  Bretagne  est  fait  prisonnier  par  Jean  sans  Terre.  Emprisonne  a  Falaise,  Arthur  disparaît  dans  des  circonstances  mal  élucidées.    •  Philippe  Auguste  met    le  siège  devant  la  formidable  forteresse  de  Château  Gaillard   en   1203.   Jean   sans   Terre   préfère   passer   en   Angleterre,  abandonnant  la  place  a  son  des5n:  Château  Gaillard  capitule  en  1204.  La  totalité   du   duché   Normand   bascule   alors.   Ce   processus   d’intégra5on  paisible  se  repère  presque  a  l’iden5que  dans  la  comte  d’Anjou.    •  L’autonomie  du  roi  vis-­‐à-­‐vis  du  pape:  Innocent  III,  le  nouveau  pape,  entend  a   faire   prévaloir   le   pouvoir   spirituel   sur   les   pouvoirs   temporels.   La  résistance   du   roi   aux   demandes   d’Innocent   III,   s’exprime   dans   l’affaire  albigeoise.   Ce   conflit   provoque   finalement   la   première   des   croisades  intérieures   a   la   chré5enté.   Cependant,   le   roi   refuse   obs5nément  d’intervenir  en  Languedoc  quand  Innocent  III  le  sollicite.    
  18. 18. Temps  nouveaux:  le  règne  de  Philippe  Auguste  (1180-­‐1223)  •  La  croisade  contre  les  Albigeois  est  donc  pon5ficale  et  féodale;  a  l’instar  de  la  première  croisade  en  Orient,  elle  rassemble,  sous  l’autorité  du  souverain  pon5fe,  une  large  part  de  la  chevalerie  occidentale,  mais  le  roi  de  France  n’y  par5cipe  pas  et  ne  l’a  pas  souhaitée.    •  Le   dimanche   de   Bouvines:   Une   formidable   coali5on   an5   capé5enne  s’organise,   cimentée   par   les   rancunes   de   plusieurs   puissants   féodaux   a  l’encontre  de  Philippe  et,  surtout,  par  les  subsides  anglais  que  Jean  promet  a  foison  et  verse  a  profusion.    •  La   bataille   décisive,   la   seule   que   Philippe   Auguste   ait   jamais   engagée,   a  donc  lieu  a  proximité  de  Lille,  au  gue  de  Bouvines,  le  dimanche  27  juillet  1214.  Le  choc  est  violent,  mais  assez  bref,  entre  l’ost  du  roi  de  France  et  l’armée  des  coalises.  Au  terme  de  quelques  heures  de  combat,  les  coalises  sont  défaits  et  sont  mis  en  fuite.  Les  conséquences  de  ceIe  journée  sont  immenses.  Un  long  et  enthousiaste  triomphe  marque  de  véritables  noces  entre  le  souverain  et  la  na5on  enfin  enclose.  •  Le  crédit  de  Jean  sans  Terre  paraît  ruine  pour  de  bon  auprès  de  ses  sujets  qui  s’interrogent  sur  les  fluctua5ons  déconcertantes  de  sa  poli5que.  La Bataille de Bouvines oppose les troupes royales françaises de PhilippeAuguste, renforcées par les milices communales et soutenues par Frédéric II deHohenstaufen, à une coalition anglo-germano-flamande menée par Otton IV.
  19. 19. Temps  nouveaux:  le  règne  de  Philippe  Auguste  (1180-­‐1223)  •  La   monarchie   dans   sa   plénitude:   la   fin   du   règne   et   ses  prolongements:   Peu   leIre,   c’est   un   bon   vivant.   Moins  brillant   chevalier   que   son   compé5teur   Richard   Cœur   de  Lion,  il  sait  cependant  combaIre  s’il  le  faut.    •  Les  services  de  la  monarchie  ont  cesse  d’être  ambulatoires.  Et  le  roi  réside  le  plus  souvent  dans  son  palais  de  l’ile  de  la  Cite.  Philippe  Auguste  fait  enfermer  la  ville  dans  un  rempart.  Paris  est  devenu  une  ville  ac5ve  et  peuplée,  au  cœur  d’un  réseau  de  routes  importantes  et  voies  d’eau.  La  ville  abrite  le  centre  du  pouvoir,  elle  est  une  capitale,  la  première  est  la  plus  importante  d’Occident.    •  Bouvines   a   libère   la   monarchie   capé5enne   des   pressions  qu’elle   subissait   au   nord.   Elle   se   trouve   désormais   en  capacité  de  passer  a  l’offensive.  Par  ailleurs,  en  Angleterre,  la   plupart   des   barons,   des   ecclésias5ques   et   des   villes  d’Angleterre  entre  en  rébellion  contre  Jean  sans  Terre.  Le  15  juin  1215,  le  roi  doit,  par  la  Magna  Carta,  la  Grande  Charte,  admeIre  la  limita5on  et  le  contrôle  de  son  pouvoir.    La Magna Carta.Le sceau dePhilippe Auguste.Le lys estl’emblèmed’élection céleste..
  20. 20. Temps  nouveaux:  le  règne  de  Philippe  Auguste  (1180-­‐1223)  •  En  aout  1222,  Louis  VIII  est  sacre  a  Reims    il  a  36  ans.  En  décembre,  le  pape  sollicite  son  concours  au  Languedoc,  il  lui  offre  la  terre  conquise.  Le  Poitou,  l’Aunis,  le  Saintonge  sont  annexes  au  domaine  royal.  La  monarchie  capé5enne  a  conquis  une  façade   sur   l’Atlan5que.   Louis   VIII   décide   alors   d’accomplir   une   promenade   militaire   dans   le   Languedoc.   Il   meurt   en  novembre  a  Montpensier.  Louis  IX  est  couronne  le  même  moi.    •  Blanche  de  Cas5lle  exerce  la  régence  en  son  nom.  Le  comte  de  Toulouse  poursuit  la  luIe  durant  quelques  temps,  mais  les  pressions   de   la   bourgeoisie   toulousaine,   son   principal   appui   jusqu’à   la,   l’obligent   a   traiter   au   printemps   de   1229.   Le  souverain   dispose   désormais   d’une   puissance   qui   éclipse   et   écrase   toutes   les   autres   dans   le   royaume   et   incite   a   la  soumission  plus  qu’a  la  révolte.    •  Une  image  religieuse  apparaît  dans  la  plupart  des  cathédrales  –  il  s’agit  du  couronnement  de  la  Vierge.  CeIe  représenta5on  rappelle  que  Marie,  en  coopérant  a  l’œuvre  de  Dieu  par  sa  foi,  son  espérance  et  sa  charité,  est  devenue  la  mère  féconde  symboliquement  rassembles  dans  sa  personne,  elle  compose  la  figure  de  l’Eglise  mys5que  et  de  son  achèvement  dans  les  siècles  des  siècles.    •  Il  est  certain  qu’avec  le  règne  de  Philipe  Auguste,  débute  un  âge  d’or  capé5en  qui  redonne  a  la  monarchie  l’éclat  qu’elle  est  supposée  avoir  connu  a  l’époque  du  premier  empereur  d’Occident.    Couronnement  de  la  Vierge.  Portail  nord  de  la  cathédrale  Notre-­‐Dame  de  Paris.  Blanche  de  CasLlle.    
  21. 21. Roi  de  France  et  roi  d’Angleterre  •  Pendant  la  seconde  croisade,  celle  de  Louis  VII  et  de  l’empereur  Conrad,  les  Allemands  étaient  en  grand  nombre  ceIe  fois.  La  femme  de  Louis  VII  est  Éléonore   d’Aquitaine   –   elle   demande   le   divorce   et   se   marie   avec   Henri  Plantagenet,   duc   d’Anjou,   pe5t   fils   de   Guillaume   le   Conquérant,   duc   de  Normandie,   et   bientôt   roi   d’Angleterre.   En   épousant   Éléonore,   il   épouse  avec  elle  la  France  occidentale,  de  Nantes  aux  Pyrénées.  •  Saladin  avait  frappe  deux  coups  sur  les  ennemis  de  l’islamisme.  D’une  part,  il   envahit   l’Egypte,   détrôna   les   Fatemites.   De   l’autre,   il   renversa   le   pe5t  royaume  de  Jérusalem,  dé{t  et  prit  le  roi  Lusignan  à  la  bataille  de  Tibériade  et  s’empara  de  la  ville  sainte.  •  La  France  avait,  presque  seule,  accompli  la  première  croisade.  L’Allemagne  avait   puissamment   contribue   a   la   seconde.   La   troisième   fut   populaire,  surtout  en  Angleterre.  Saladin  par  Gustave  Dore.    
  22. 22. Richard  et  le  siège  de  saint  Jean  d’Acre  •  Richard  était  le  mauvais  fils  d’Henri  II,  le  fils  de  la  colère,  dont  toute  la  vie  fut  comme  un  accès  de  violence  furieuse,  s’acquit  parmi  les  Sarrasins  un  renom  impérissable  de  vaillance  et  de  cruauté.  Lorsque  la  garnison  d’Acre  eut  été  forcée  de  capituler,  Saladin  refusant  de  racheter  les  prisonniers,  il  les  fit  tous  égorger  entre  les  deux  camps.  CeIe  valeur  et  tous  ces  efforts  produisirent   peu   de   résultats.   Toutes   les   na5ons   de   l’Europe   étaient  représentées   au   siège   d’Acre,   mais   aussi   toutes   les   haines   na5onales.  Chacun  combaIait  comme  pour  son  compte  et  tachait  de  nuire  aux  autres,  bien  loin  de  les  seconder.  Il  y  avait  dans  le  camp  deux  rois  de  Jérusalem,  Guy  de  Lusignan  soutenu  par  Philippe  Auguste  et  Conrad  de  Tyr  appuyé  par  Richard.  Le  long  siège  de  Jérusalem  est  pour  le  Moyen  Age  comme  le  siège  de  Troie.  Conrad  de  Tyr.    Guy  de  Lusignan.    Saint  Jean  d’Acre.    
  23. 23. La  France  dans  les  Croisades  •  De  toutes  parts,  l’Eglise  triomphait  dans  l’Europe  par  l’épée  des  Français.  En  Sicile  et  en  Espagne,  en  Angleterre  et  dans  l’empire  grec,   ils   avaient   commence   ou   accompli   la   croisade   contre   les  ennemis  du  pape  et  de  la  foi.  L’Europe  ne  pouvait  se  croire  une  et  le  devenir  qu’en  se  voyant  en  face  de  l’Asie.  L’Allemagne  avait  sa  croisade  en  Italie,  l’Espagne  chez  elle-­‐même.  La  guerre  sainte  de  Jérusalem,  résolue  en  France  au  concile  de  Clermont,  prêchée  par   le   Français,   Pierre-­‐l’Ermite,   fut   accomplie   surtout   par   des  Français.  Il  appartenait  à  la  France  de  contribuer  plus  que  tous  les  autres  au  grand  évènement  qui  fit  de  l’Europe  une  na5on.  Les  fabuleux  desYns  de  Robert  de  Guiscard  et  de  Tancrède  de  Hauteville  servirent  comme  une  émulaYon  aux  autres  Seigneurs  normands.  La   lourde   féodalité   s’est   mobilisée,  déracinée   de   la   terre.   Elle   allait   et  venait,   elle   vivait   sur   les   grandes  routes  de  la  croisade,  entre  la  France  et  Jérusalem.  Le  roi  seul  restait  fidele  au  sol  de  la  France,  plus  grand  chaque  jour  par  l’absence  et  la  préoccupa5on  des   barons.   Telle   fut,   après   la  première  croisade,  la  résurrec5on  du  roi  et  du  peuple.  L a   c r o i s a d e   c o r r e s p o n d   à  l’affranchissement  du  peuple  dans  les  communes,   affranchissement   de   la  femme,   affranchissement   de   la  philosophie,  de  la  pensée  pure.  
  24. 24. La  Croisade  •  Dieu   est   Dieu,   voilà  l’Islamisme,   c’est   la  religion   de   l’unité.   Ce  Dieu   serait   jaloux   de  ses   propres   symboles.  Il  veut  être  seul  à  seul  avec   l’homme.   Ils   ont  enferme   la   femme   au  sérail,   mais   elle   les   y  enferme  avec  elle  :  ils  n’ont   pas   voulu   de   la  vierge,  et  ils  se  baIent  depuis  1.000  ans  pour  Fa5ma.   Les   Arabes,  peuple   commerçant,  accueillaient   bien  d’abord   les   pèlerins.  Tout   changea   lorsque  le   calife   Hakem,   fils  d’une   chré5enne,   se  donna   lui-­‐même   pour  une   incarna5on.   Il  maltraita   cruellement  les   chré5ens   qui  prétendaient   que   le  Messie   était   déjà  venu,   et   les   juifs   qui  s ’ o b s 5 n a i e n t   à  l’aIendre  encore.  
  25. 25. Les  mondes  français  au  XIIIème  siècle  •  A   la   cour   de   Londres,   comme   a   celle   de   Saint-­‐Jean   d’Acre   en   Syrie   Pales5ne,   un  temps   même,   a   celle   de   Constan5nople,   et   plus   durablement   au   palais   de  Famagouste  a  Chypre,  les  élites  parlent  et  écrivent  la  langue  française  et  leurs  noms  rappellent  «  la  douce  France  ».    •  Une   limite   franche   –   les   rivages   marins:   A   Marseille,   quatre   ou   cinq   équipages  s’unissent  afin  de  cerner  les  bancs  de  thons  rouges  lors  de  leur  passage  au  large  des  calanques;  ils  les  déroutent  en  les  affolant,  les  acculent  dans  des  nasses  de  plus  en  plus   étroites   et,   finalement,   les   hommes   tuent   les   poissons   incapables   de   fuir,  emprisonnes  comme  ils  le  sont  dans  une  étroite  poche  poche  terminale.  Toujours  en  Méditerranée,  le  lamparo,  un  fanal  allume  de  nuit  sur  la  proue  des  embarca5ons  afin  que  sa  lumière  ayre  les  sardines  –  donne  son  nom  a  un  type  de  pèche  très  pra5que  du  cote  de  Marseille.      •  Des  1199,  Jean  sans  Terre  récompense  son  gouverneur  de  Guyenne  en  le  gra5fiant  de  50  livres  angevines  prises  sur  la  vente  des  deux  premières  baleines  péchées  par  des  Basques.    •  Dans  les  eaux  plus  froides  de  la  mer  du  Nord  et  de  Manche  orientale,  la  harengaison  devient   la   grande   affaire.   C’est   que   le   hareng   fait   vivre   toute   une   popula5on   de  matelots  miséreux.    •  Le  sel,  u5lise  comme  an5sep5que,  a  des  usages  ar5sanaux.  Il  sert  notamment  au  tannage  des  peaux.  En  outre,  il  demeure  le  seul  moyen  de  prolonger  la  conserva5on  des  vivres,  et  la  demande  en  sel  ne  cesse  de  s’accroitre.        Sceau  des  poissonniers  de  Bruges.    A   Bruges,   comme   dans   toutes   les   villes  du  Nord  du  royaume,  le  hareng  est  roi!  Les  Marais  Salants  de  Guérande.  Il  s’agit  d’abord  augmenter  progressivement  la  concentraYon  de  sel  en  conduisant  l’eau  de  mer  d’un  bassin  a  l’autre.    
  26. 26. Les  mondes  français  au  XIIIème  siècle  •  La   marqueterie   des   terroirs   agricoles:   Selon   Marc   Bloch,   il   y   a   trois   civilisa5ons  agraires:  i)  les  grands  espaces  emblaves  du  centre  parisien  et  de  l’Est  de  la  France,  aux  villages  groupes,  ii)  le  bocage  et  l’habitat  disperse  des  régions  de  l’Ouest,  iii)  l’indétermina5on   paysagère   du   Midi,   ou   l’individualisme   paysan   prévaudrait   en  dépit  des  fortes  contraintes  posées  par  le  relief.  Mille  nuances  viennent  tempérer  ceIe  distribu5on  schéma5que  et  contribuent  a  a  l’infinie  marqueterie  des  paysages  tradi5onnels.    •  Dans  le  grand  Sud-­‐Ouest  se  mul5plient  les  créa5ons  de  villages  neufs,  castelnaus  a  l’ombre   d’un   château   et   surtout   bas5des   ,   celles-­‐la   dépourvues   de   forteresse  seigneuriale.    •  La   marqueterie   des   terroirs   agricoles:   Selon   Marc   Bloch,   il   y   a   trois   civilisa5ons  agraires:  i)  les  grands  espaces  emblaves  du  centre  parisien  et  de  l’Est  de  la  France,  aux  villages  groupes,  ii)  le  bocage  et  l’habitat  disperse  des  régions  de  l’Ouest,  iii)  l’indétermina5on   paysagère   du   Midi,   ou   l’individualisme   paysan   prévaudrait   en  dépit  des  fortes  contraintes  posées  par  le  relief.  Mille  nuances  viennent  tempérer  ceIe  distribu5on  schéma5que  et  contribuent  a  a  l’infinie  marqueterie  des  paysages  tradi5onnels.    •  Un  universel  ou  presque  -­‐  le  vignoble:  La  vin  est  d’abord  la  boisson  eucharis5que,  et  donc  nul  ne  s’étonnera  que  les  ecclésias5ques  y  aient  apporte  de  tout  temps  un  soin  jaloux.  La  treille  mobilise  beaucoup  l’énergie  des  moines,  c’est  non  seulement  parce  qu’il  leur  est  indispensable  dans  la  liturgie,  mais  aussi  parce  qu’il  s’agit,  au  contraire  de  l’eau  souvent  pollue  et  malsaine,  d’une  boisson  saine,  car  fermentée  même  si  le  degré  d’alcool,  autour  de  6  a  8  degrés,  demeure  faible,  faute  d’apports  de  sucre.    •  Le  transport  se  révèle  être  le  facteur  essen5el  de  la  réussite  d’un  cru  médiéval.  Les  vins   du   Midi   méditerranéen   en   pâ5ssent   gravement,   faute   de   voies   fluviales  aisément  pra5cables  vers  Paris  ou  la  Flandre.      Castelnaus,  sauvetés  et  basYdes  du  Sud-­‐Ouest.  Moine  goutant  du  vin.  
  27. 27. Le  vin  •  Le  raisin  est  un  fruit  de  passage.  La  taille  sèche  (ou  taille  dʼhiver)  pra5quée  de  décembre  a  mars,  est  dite  “longue”  ou  “courte”,  selon  le  nombre  dʼyeux  (bourgeons)   conserves   appelés   a   porter   des   grappes.   Des   ceIe   phase  ini5ale,  le  vigneron  doit  arbitrer  entre  une  produc5on  abondante  dʼun  vin  de  qualité  courante  et  la  grande  qualité  exigeant  des  rendements  moindres.  •  La  longue  diges5on  de  la  fermenta5on...  Le  contrôle  de  lʼindividu  pensant  sur  la  nature:  Dionysos  conquiert  la  maitrise  du  vin  sur  les  géants,  symbole  de  la  nature  bes5ale.    •  Le  succès  du  monachisme  bénédic5n  contribua  a  lʼexpasion  du  vin:  la  regle  de   saint   Benoit,   installant   le   vin   en   boisson   supérieure   aux   autres   et  permeIant   aux   moines   de   boire   une   ra5on   quo5dienne,   a   précipité   la  planta5on   de   vignes   dans   chaque   abbaye.   Thomas   dʼAquin:   “Le   vin  réconforte,  le  sang  du  Christ  assure  la  rédemp5on.”    lAbbaye  de  Saint  André  de  Sorède.  Cest  en  1115    que  les  moines  de  Cîteaux  construisent  le  château  du  Clos  de  Vougeot  afin  dexploiter  la  vigne  quils  ont  plantée  aux  alentours.  
  28. 28. Les  mondes  français  au  XIIIème  siècle  •  Des   niches   écologiques   diversement  appréciées:   On   transforme   les   étangs  en   viviers   naturels   ou   le   poisson  g r a n d i t   e n   t o u t e   q u i é t u d e :  pra5quement   toutes   les   retenues  d’eau   des5nées   a   ac5onner   la   roue  d’un  moulin.    •  Philippe   Auguste   publie   en   1219   la  première   ordonnance   connue,  règlementant   les   coupes   fores5ères  connues,   règlementant   les   coupes,   la  glandee   des   porcs,   le   ramassage   du  bois   mort   –   on   peut   y   voir   l’acte  fondateur  de  l’administra5on  des  Eaux  et   Forets.   Ce   patrimoine   sylvicole  présente  en  effet  pour  le  roi  un  double  intérêt:  i)  il  s’y  adonne  a  sa  distrac5on  favorite,   la   chasse,   ii)   il   lui   rapporte  beaucoup   ,   d’autant   que   le   cours   du  bois  est  a  la  hausse  sur  tout  le  siècle.  •  Le  breuil  est  un  enclos  ferme  par  des  haies  vives,  puis,  de  plus  en  plus,  par  un   mur   de   maçonnerie:   c’est   une  authen5que   réserve   de   chasse   –   on  parle   aussi   de   garenne   ou   de   parc   –  facile   a   surveiller,   ou   les   bêtes  sauvages  se  reproduisent  sans  pouvoir  s’échapper.      Sceau  des  poissonniers  de  Bruges.    A   Bruges,   comme   dans   toutes   les   villes  du  Nord  du  royaume,  le  hareng  est  roi!  Cabanes  en  pierre  sèches  du  Breuil  (Dordogne)  
  29. 29. Les  mondes  français  au  XIIIème  siècle  •  Diversité  du  royaume  et  de  ses  marges:  Une  ligne  courant  du  Poitou  au  lac  Léman  partage  l’espace  français,  sur  les  plans:    -­‐    linguis5que  (les  parlers  d’oc  et  d’oïl),    -­‐  juridique  (les  pays  de  coutume  au  Nord,  ceux  de  droit  écrit  au  Sud),    -­‐    ethnologique  (la  tuile  rouge  ronde  ou  canal  et  le  souvenir  de  l’apport  romain  dans  le  Midi,  l’ardoise  et  le  chaume  au  Nord),      -­‐  ar5s5que  (la  fin  amors  des  troubadours  d’un  cote,  les  chansons  de  geste  a  et  l’épopée  arthurienne  des  trouvères  septentrionaux  de  l’autre).    •  A   l’écrit,   presque   tous   les   notables   du   nord   du   royaume   lisent   et  comprennent  le  français  du  roi,  même  s’ils  ne  le  prononcent  pas  exactement  comme  lui;  s’adressant  a  des  méridionaux  de  la  langue  d’oc  –  un  nom  invente  pour   designer   les   provinces   du   Sud   au   parler   si   étrange   –   la   chancellerie  capé5enne  emploie  le  la5n,  langue  universelle  et  gage  qu’elle  sera  compris,  au  moins  des  élites.    •  Un   provincialisme   bien   tempéré:   En   ville,   le   luxe   tapageur   ou   simplement  l’aisance  affichée  de  certains  heurtent  la  sensibilité  d’un  siècle  qui  réfléchît  a  la   pauvreté   du   Christ   –   Louis   IX   reprend   a   son   compte   et   durcit   la  tradi5onnelle  législa5on  prohibant  l’étalage  d’un  luxe  indécent.  Le  roi  et  son  entourage  doivent  en  imposer  par  une  apparence  digne  de  leur  rang,  tout  en  affichant  une  retenue  de  bon  aloi  devant  Dieu  et  les  pauvres.    •  La   ques5on   flamande:   La   ques5on   linguis5que   ne   se   pose   pas   comme  aujourdhui   en   Flandre.   Le   fond   du   problème   résulte   de   la   réussite  excep5onnelle   de   toute   la   région   et   plus   par5culièrement   de   l’industrie  tex5le  des  villes  de  Flandre.        
  30. 30. Les  mondes  français  au  XIIIème  siècle  •  Le  comte  de  Flandre  est  vassal  du  royaume,  mais  aussi  de  l’empereur,  ce  qui  lui  ménage  une  certaine  liberté  d’ac5on:  a  Bouvines,  Ferrand  se  bat  aux  cotes  d’OIon  de  Brunschwick.    •  Tant   que   le   comte   ne   sera   pas   un   Capé5en   fidele,   le   roi   n’hésitera   pas   a  miner  de  l’intérieur  le  pouvoir  de  ce  grand  seigneur  en  soutenant  le  par5  des  riches  marchands  urbains  –  a  l’inverse  de  ce  qu’il  pra5que  sur  ses  terres!  Le  comte   s’appuie,   lui,   sur   le   menu   peuple,   exploitant   ses   récrimina5ons   a  l’encontre  du  patriciat.    •  A  par5r  de  1286,  les  mé5ers,  le  patronat  de  l’ar5sanat,  se  dressent  contre  les  patriciens  mis  en  difficulté  par  le  début  du  retournement  de  la  conjoncture  économique.   Ces   derniers   se   réconcilient   avec   le   comte,   entrainant  l’interven5on   puis   la   déroute   de   l’ost   du   roi   de   France,   renverse,   par   les  milices   urbaines   dans   la   boue   de   Courtrai,   11   juillet   1302:   suprême  humilia5on  pour  Philipe  le  Bel…  On  se  moquera  longtemps  de  ceIe  bataille  des  éperons  d’or,  accessoires  de  la  gloriole  chevaleresque  tombes  entre  les  mains  de  leurs  rudes  vainqueurs.    •  L’aIrac5on  française  hors  les  fron5ères:  Aix  devient  la  véritable  capitale  de  la  Provence,  ou  réside  le  juge  mage  qui  remplace  le  comte  de  Provence  durant  ses  absences.  Partout  l’autorité  royale  et  la  paix  s’imposent  aux  sujets.  Les  ul5mes   velléités   de   résistance   des   grands   nobles   provençaux   ont   été   vite  balayes.  Mais  le  modèle  capé5en  s’impose  dans  le  mode  de  gouvernement  du  comte,  la  civilisa5on  provençale  demeure  plutôt  tournée  vers  l’Italie,  plus  proche  culturellement,  moins  agressive  dans  ses  manières  aussi.          Roi  de  France   Comte  de  Flandre  Patriciat    Marchands  Peuple  Ouvriers  Charles  d’Anjou,  comte  de  Provence.  
  31. 31. La  bataille  de  Courtrai  •  Les   combaIants   des  Flandres   contre   les  Français   de   Philippe   le  Bel   :   comme   ils   ne  pouvaient  tous  recevoir  l’eucharis5e,   chaque  homme  se  baissa,  prit  la  terre   et   la   mit   dans   sa  bouche.    •  Quatre   mille   éperons  dores   furent   pendus  dans   la   cathédrale   de  Courtrai.   CeIe   terrible  défaite,   qui   avait   tout  extermine  toute  l’avant-­‐garde   de   l’armée   de  France,   c’est-­‐a-­‐dire   la  plupart   des   grands  seigneurs,  ceIe  bataille  qui   ouvrait   tant   de  successions,   qui   faisait  tomber   tant   de   fiefs   a  des   mineurs   sous   la  tutelle  du  roi.      
  32. 32. Les  mondes  français  au  XIIIème  siècle  •  Le   cas   par5culier   de   la   Navarre:   Ce   pe5t   royaume   s’étend   sur   35.000  kilomètres  carres  environ.  Escomptant  profiter  du  vide  du  pouvoir,  en  1276,  les   Cas5llans   voudraient   l’annexer.   En   1285,   Philippe   le   Bel   devient   roi   de  Navarre   en   épousant   Jean,   et   ses   trois   fils   le   sont   a   sa   suite   au   début   du  XIVème  siècle.    •  Philippe  le  Bel  n’a  jamais  visite  son  royaume  d’outre-­‐Pyrennees;  le  futur  Louis  X   le   Hu5n   consent   a   se   faire   couronner   a   Pampelune   fin   1307,   mais   ne  s’aIarde   pas;   ses   frères   n’y   viennent   jamais.   La   Navarre   se   trouve   donc  administrée  par  des  gouverneurs  qui  sont  en  fait  des  officiers  de  la  couronne  de  France.    •  Le  pape  prend  ses  quar5ers  en  Avignon:  Rome  n’est  plus  le  centre  du  monde,  même   pas   le   cœur   de   l’Italie   dont   les   cites   de   Lombardie   et   de   Toscane  animent   de   leurs   incessantes   rivalités   la   croissance   économique   et   les  innova5ons  ins5tu5onnelles.  •  Rome  fait  en  outre  l’objet  d’une  perpétuelle  rivalité  entre  ses  grands  lignages  princiers   qui,   Colonna   ou   bien   Orsini,   essaient   chacun   a   son   tour,   d’en  prendre  le  contrôle.    •  Innocent   IV   organise   un   premier   concile   œcuménique   a   Lyon   en   1245.   il  rompt  ainsi  avec  la  tradi5on  des  conciles  œcuméniques  romains.  Ce  concile  généralise  le  principe  de  la  confession  obligatoire  des  ses  péchés  a  un  prêtre  au  moins  une  fois  l’an  pour  chacun  des  bap5ses  adultes.    •  L’archevêque   de   Bordeaux,   Bertrand   de   Got,   un   Gascon,   sujet   du   roi  d’Aquitaine,  prend  son  chemin  vers  l’Italie  (1305).  A  Lyon,  l’aIend  Philippe  IV,   et   l’on   procède   sans   plus   aIendre   au   sacre   pon5fical;   puis   le   nouveau  pape  hésite  devant  le  guêpier  romain,  l’affronte  un  temps,  le  quiIe  en  mars  1309,  songe  alors  a  se  fixer  a  Vienne,  mais  s’arrête  en  Avignon  qui  appar5ent  a  Charles  II  d’Anjou,  roi  de  Naples  et  comte  de  Provence.          Charles  II  d’Anjou,  roi  de  Naples  et  comte  de  Provence.    
  33. 33. Les  mondes  français  au  XIIIème  siècle  •  Jean  XXII  entame  un  pon5ficat  de  18  ans  (1316-­‐1334).  Couronne  a  Lyon,  c’est  lui  qui  va  établir  de  façon  durable  le  siège  pon5fical  a  Avignon.  Avignon  est  une   terre   d’Empire   mais   se   situe   a   a   une   encablure   du   royaume,   dont   le  Rhône  les  sépare  seul.  •  Avignon   cons5tue   une   place   financière,   ar5sanale   et   commerçante   de  première   grandeur,   puisque   les   sommes   collectées   pour   la   Chambre  pon5ficale  (le  Trésor  du  pape)  y  affluent  puisque  les  dignitaires  de  l’Eglise  y  entre5ennent  un  train  de  vie  majestueux.    •  Le  français  par  delà  les  monts:  De  longue  date,  des  Francos  ont  franchi  les  monts  pour  aller  se  baIre  dans  les  Espagnes,  soit  comme  mercenaires,  soit  comme  volontaires  de  la  guerre  contre  les  musulmans  d’Andalousie.    •  Prépondérance  également  du  français  en  Italie  qui  s’explique  par  au  moins  trois  phénomènes  concomitants:     -­‐   il   fait   office   de   langue   commune   pour   tous   les   Occidentaux   établis   ou  trafiquant  dans  le  bassin  oriental  de  la  Méditerranéen,  et  parmi  ceux-­‐ci,  les  Italiens,  marins  ou  marchands.      -­‐  les  rela5ons  commerciales  entretenues  avec  la  Flandre  (ou  le  français  est  la  langue   des   affaires)   et   les   foires   de   Champagne,   l’importance   du   marche  parisien   mo5vent   chez   l’appren5   marchand   un   appren5ssage   précoce   de  l’idiome  de  ses  futurs  clients.    -­‐  Enfin,  l’aIrac5on  de  l’université  de  Paris  force  a  apprendre  le  dialecte  des  logeurs  et  des  passants.            Avignon  –  cite  des  papes.  Jean  XXII.  
  34. 34. Les  mondes  français  au  XIIIème  siècle  •  La  France  d’outre  mer:  La  Syrie  franque.  La  prise  de  Jérusalem  le  15  juillet  1099  par  les  croises  parvenus  au  terme  de  leur  pèlerinage  arme  posait  plus  de   problèmes   qu’elle   n’en   résolvait:   tandis   que   les   conquérants   de   la   Ville  sainte,  pour  la  plupart,  reprenaient  leur  chemin  vers  l’Occident,  il  fut  décidé  d’occuper  «  l’héritage  du  Christ  ».    •  Des  1144,  la  principauté  d’Edesse  s’effondre,  puis  en  1187  Saladin  inflige  aux  Francs  a  Hayn  une  terrible  défaite,  qui  décapite  le  royaume  et  entraine  la  perte  de  Jérusalem  avec  de  nombreuses  autres  villes  et  places  fortes  de  la  Pales5ne,   y   compris   Acre   qui,   une   fois   reprise,   devient   la   capitale   d’un  royaume  la5n  atrophie,  jusqu’à  sa  chute  défini5ve  en  1291.    •  Les  Francs  installes  en  terre  sainte  sont  dans  leur  grande  majorité  originaire  de  la  moi5e  septentrionale  du  royaume  ou  des  comtes  romans  de  l’Empire,  a  l’image  de  Godefroy  de  Bouillon,  fils  du  comte  de  Boulogne  et  héri5er  de  la  Basse  Lorraine.    •  Dans  les  quatre  Etats  francs,  un  clergé  la5n  se  surimpose  a  ceux  des  Eglises  grecques  et  orientales  en  place  depuis  des  siècles,  ses  prélats  étant  le  plus  souvent  recrutes  en  France.          Saint-­‐Jean  d’Acre.  Elle  fut  prise  en  1104  par  les  croises  et  devint  la  capitale  mariYme  du  royaume  de  Jérusalem,  grâce  a  son  port  en  eau  profonde.  Les  Hospitaliers  y  installèrent  leur  quarYer  général.  Il  comportait  des  salles  goYques  imposantes.    
  35. 35. Les  mondes  français  au  XIIIème  siècle      •  Apres  le  désastre  de  Hayn,  Philippe  Auguste   et   Richard   Cœur   de   Lyon  prennent   la   croix   et   débarquent   en  Syrie   avec   leurs   armées:   Philippe  quiIe   néanmoins   ce   terrain  d’opéra5on   des   la   reprise   d’Acre   en  1191,  après  deux  années  de  siège.  •  Saint   Louis   s’aIarde   quatre   années  en   Pales5ne   dont   il   relève   les  défenses.    •  Toutes   ces   croisades   ont   donc  échoue,   et   l’aytude   belliqueuse  indiscriminée   des   pèlerins   venus   un  temps  servir  sous  les  armes  en  Terre  sainte,   a   souvent   inquiété   les  poulains,  les  Francs  établis  a  demeure  en   Orient.   En   effet,   ces   croises  fougueux  marquent  une  propension  a  aIaquer   indis5nctement   tout  Oriental  qui  se  présente  a  leurs  yeux.  De   façon   paradoxale,   Frédéric   II,  l’empereur   excommunie   pour   avoir  trop   retarde   son   départ   pour   la  croisade,  réussît  mieux  que  le  roi  de  France   en   obtenant   la   res5tu5on   de  Jérusalem  aux  La5ns  par  le  traite  de  Jaffa  en  1229.      Le  krak  des  chevaliers.  Le  nom  de  Krak  dérive  d’un  terme  syriaque  signifiant  forteresse.  Ce  château  a  été  édifié  par  les  Hospitaliers  a  parYr  de  1170.  
  36. 36. Les  mondes  français  au  XIIIème  siècle  •  Des   la   première   croisade,   après   1905,   une   espérance   eschatologique   a  soulevé   les   masses   de   l’occident   chré5en.   L’idée   de   la   réalisa5on   a  Jérusalem  d’un  monde  de  perfec5on,  après  l’élimina5on  des  ennemis  du  Christ,  juifs  et  mahométans,  a  provoque  un  élan  religieux  extraordinaire  et  lance  sur  les  route  des  milliers  de  pauvres,  derrière  des  prédicateurs,  dont  Pierre  l’Ermite  cons5tue  la  figure  la  plus  marquante.  •  En   1212,   le   pape   Innocent   III   ordonne   des   processions   générales   pour  obtenir  du  Ciel  la  paix  de  l’Eglise  universelle  et  le  succès  des  chré5ens  contre   les   héré5ques   occitans   et   contre   les   Sarrasins   de   le   péninsule  ibérique  ou  de  l’Orient.  Ce  message  rencontre  un  écho  immédiat  parmi  ceux  que  les  chroniqueurs  dénomment  «  pueri  »  -­‐  ce  sont  en  fait  tous  ceux  qui  se  trouvent  en  situa5on  de  dépendance,  sont  mal  intégrés  dans  la   société,   en   posi5on   précaire   ou   marginale:   domes5ques,   servantes,  bergers  des  campagnes,  d’ou  le  nom  de  pastoureaux.  Dans  le  royaume  de  France,   ceIe   vague   messianique   met   a   sa   tête   un   berger,   E5enne   de  Cloyes.   Les   pastoureaux   apparaissent   bientôt   comme   des   fauteurs   de  troubles   compromeIant   l’ordre   public   et   sont   considérés   comme   des  suppôts  de  Satan.  Avec  leur  chef  charisma5que,  le  «  Maitre  de  Hongrie  »,  un  Cistercien  en  rupture  de  monastère,  ils  sont  massacres  et  pendus  dans  les  environs  de  Bourges.          Les  Pastoureaux.  Ils  traversèrent  d’abord  la  Flandre  et  la  Picardie  et  airaient,  comme  l’aimant  aire  le  fer,  a  travers  les  villages  et  les  champs  par  leurs  appels  trompeurs  ,  les  bergers  et  les  plus  simples  des  pécheurs.  Les  bergers  abandonnaient  leurs  troupeaux  et  sans  averYr  leurs  familles.  La  reine  Blanche  de  CasYlle  qui,  seule  gouvernait  alors  le  royaume  de  France  avec  une  merveilleuse  habileté,  les  laissait  faire,  parce  qu’elle  espérait  qu’ils  porteraient  secours  a  son  fils,  le  saint  roi  Louis  IX  en  terre  sainte.  Parvenus  a  Orléans,  ils  ajaquèrent  les  clercs  de  l’université  et  en  tuèrent  beaucoup  –  ils  envahissent  les  synagogues  et  dépouillèrent  des  Juifs.      
  37. 37. Les  mondes  français  au  XIIIème  siècle  Le  retour  du  croise.  Hughes  de  Vaudémont  est  accueilli  a  son  retour  de  terre  sainte  par  son  épouse,  Anne  de  Bourgogne.  Renouant  avec  les  origines  spirituelles  de  la  marche  vers  Jérusalem,  le  croise  est  figure  non  en  militaire  mais  en  pèlerin.  La  longue  barbe  qu’il  arbore  souligne  la  sagesse  du  revenant.        •  Le   royaume   de   Chypre:   Richard   Cœur   de   Lion   enlève,   en   mai   1191,   l’ile   de   Chypre   –   il   transfère   sa  conquête  aux  Templiers  qui  la  vendent  a  l’un  de  ses  vassaux  poitevins,  Guy  de  Lusignan.  Nombre  de  Francs  d’Orient,  chasses  de  leurs  domaines  par  l’avancée  de  Saladin  après  Hayn  (1187)  trouvent  refuge  a  Chypre.    •  La  Chypre  la5ne  est  une  société  coloniale  dominée  par  une  minorité  franque.  La  cour  de  Nicosie  parle  français.  Et  l’importance  stratégique  de  Chypre  est  bien  mis  en  évidence  lors  de  la  première  croisade  de  Louis  IX:  il  y  établît  une  base  de  ravitaillement  qui  provoque  l’étonnement  de  tous  les  contemporains.  Mais   les   Francs   de   cet   extrême   poste   avance   de   la   Chré5enté   la5ne   se   meridionalisent   tout  naturellement,  avant  de  s’italianiser  pour  de  bon  au  XIVème  siècle.          Louis  IX  arrive  a  Chypres.  La  nef  royale  bénéficie  d’une  innovaYon  capitale:  le  gouvernail  axial,  dit  d’étambot,  mis  au  point  dans  les  mers  du  Nord  de  l’Europe,  assure  désormais  une  bien  meilleure  gouverne  aux  grosses  unîtes.    
  38. 38. Les  mondes  français  au  XIIIème  siècle  •  Poussières  d’Empire:  Ourdis  par  les  Véni5ens,  armateurs  et  patrons  de  la  floIe  qui  porte  les  croises,  le  détournement  de  la  quatrième  croisade,  la  prise  et  le  saccage  de  Constan5nople  en  1204  sont  finalement  entérinés  par  le  pape  Innocent  III  qui  espère  parvenir  de  ceIe  manière  a  l’union  des  Eglises  la5ne  et  grecque  sous  l’autorité  éminente  du  trône  de  saint  Pierre.  Apparu  dans  ces  circonstances  tumultueuses,  l’empire  la5n  d’Orient  contrôle  d’abord  une  par5e  de  la  Grèce  con5nentale  et  de  l’Asie  mineure  byzan5ne.          
  39. 39. Les  mondes  français  au  XIIIème  siècle  •  Retour  en  Sicile:  La  Sicile  normande  avait  vu  éclore  une  société  pluriculturelle  fort   originale:   dominée   par   une   aristocra5e   occidentale,   elle   juxtaposait  apports   arabo-­‐musulmans,   grecs   byzan5ns   et   français.   Le   Saint   Siege,   en  conflit  permanent  avec  Frédéric  II,  dans  la  première  moi5e  du  XIIIème  siècle,  cherche,  après  sa  dispari5on  en  1250  a  subs5tuer  a  ses  héri5ers  un  prince  qui  serait  tout  dévoué  a  la  papauté.    •  Charles  d’Anjou,  frère  de  Louis  IX,  reçoit  de  Clément  IV  (un  pape  «  français  »)  l’inves5ture  du  royaume  de  Sicile  en  1265.  il  prend  en  personne  la  tête  de  la  croisade  dirigée  contre  Manfred,  le  fils  de  Frédéric  II.  Charles  implante  dans  son  royaume  les  méthodes  de  gouvernement  appliques  en  France.  L’autorité  souveraine  se  trouve  concentrée  dans  les  cours  de  Palerme  ou  de  Naples,  ou  les  Français  et  Provençaux  reçoivent  les  offices  principaux.  •  La  conquête  du  royaume  de  Sicile  ouvre  de  larges  possibilités  aux  ambi5ons  de  Charles  d’Anjou.  Il  envisage  même  un  temps  de  restaurer  l’empire  la5n,  reconquis  par  les  Grecs  en  1261.  il  incarne  en  Méditerranée  un  impérialisme  capé5en,  que  rendent  possible  l’acquisi5on  par  le  roi  de  France  d’une  façade  sur  le  liIoral  du  Languedoc  et  la  mainmise  par  mariage  sur  la  Provence.    •  Cependant,  les  entreprises  et  les  ambi5ons  angevines  dressent  contre  elles  de  nombreux  adversaires:  l’empereur  byzan5n,  Michel  VIII  Paléologue,  puis  Gênes  et  Barcelone,  ports  sans  arrière  pays  comme  base  d’appui.    •  Le   13   mars   1382,   un   accident   survenu   a   Palerme,   entre   un   groupe   de  sergents   français   et   des   Siciliens   provoque   une   émeute.   La   foule   cerne   les  hommes   du   détachement   et   les   massacre,   tandis   que   sonnent   les   Vêpres.  Apres  les  Vêpres,  Charles  d’Anjou  se  replie  sur  Naples  et  la  Terre  ferme,  ou  il  meurt  en  janvier  1285.    Clement  IV  invesLt  Charles  dAnjou  du  royaume  de  Sicile.    
  40. 40. Louis  IX  devient  saint  Louis  •  L’Eglise  perdant  son  caractère  de  sainteté,  ce  caractère  va  passer  a  un  laïque,  a  un  roi,  a  un  roi  de  France.  Les  peuples  vont  transporter  leur  respect  au  sacerdoce  laïc,  à  la  royauté.  Le  pieux  Louis  IX  porte  ainsi,  a  son  insu,  un  coup  terrible  a  l’Eglise.  •  Et  le  pape  n’a  vaincu  le  mys5cisme  indépendant  (les  Albigeois)  qu’en  ouvrant  lui-­‐  même  de  grandes  écoles  de  mys5cisme,  les  ordres  mendiants.  Les  ordres  de  saint  Dominique  et  de  saint  François,  sur  lesquels  le  pape  essaya  de  soutenir  l’Eglise  en  ruine,  eurent  une  mission  commune  la  prédica5on.  Le  premier  âge  des  monastères,  l’âge  du  travail  et  de  la  culture,  ou  les  bénédic5ns  avaient  défriche  la  terre  et  l’esprit  des  barbares,  cet  âge  était  passe.  Celui  des  prédicateurs  de  la  croisade,  des  moines  de  Cîteaux  et  de  Clairvaux  avaient  fini  avec  la  croisade.  Mais  les  moines  sédentaires  et  reclus  ne  servaient  plus  guère,  lorsque  les  héré5ques  couraient  le  monde  pour  répandre  leurs  doctrines.  Contre  de  tels  pécheurs,  l’Eglise  eut  ses  prêcheurs,  c’est  le  nom  même  de  l’ordre  de  saint  Dominique.  •  Ces   apôtres   effrénés   de   la   grâce   couraient   partout   pieds   nus,   jouant   tous   les   mystères   dans   leurs   sermons,   trainant   après   eux   les  femmes  et  les  enfants  ,  riant  a  Noel,  pleurant  le  Vendredi  saint,  développant  sans  retenue  tout  ce  que  le  chris5anisme  a  d’éléments  drama5ques.   Tout   puissant   génie   drama5que   qui   poussait   saint   François   a   l’imita5on   complète   de   Jésus.   Une   dévo5on   sensuelle  embrassa  la  chré5enté.  Jamais  ceIe  cinquième  croisade  n’avait  été  plus  nécessaire  et  plus  légi5me.  Agressive  jusque  la,  elle  devenait  défensive.  On  aIendait  dans  tout  l’Orient  un  grand  et  terrible  évènement,  c’était  comme  le  bruit  des  grandes  eaux  avant  le  déluge,  comme  le  craquement  des  digues,  comme  le  premier  murmure  des  cataractes  du  ciel.  Les  Mongols  s’étaient  ébranles  du  Nord  et  peu  a  peu  descendaient  par  toute  l’Asie.  L’empereur  la5n  de  Constan5nople  venait  exposer  à  saint  Louis  son  danger,  son  dénuement  et  sa  misère.  Les  Mongols  avaient  pris  Jérusalem  abandonnée  de  ses  habitants  ;  ces  barbares,  par  un  jeu  perfide  ;  ces  barbares,  par  un  jeu  perfide,  mirent  partout  des  croix  sur  les  murs,  les  habitants  trop  crédules,  revinrent  et  furent  massacres.  Ce  n’était  pas  une  simple  guerre,  une  simple  expédi5on  que  saint  Louis  projetait,  mais  la  fonda5on  d’une  grande  colonie  en  Egypte.  Saint  Louis  crut  les  Mongols  favorables  au  chris5anisme  d’après  leur  haine  pour  les  Musulmans  et  se  ligua  avec  eux  contre  les  deux  papes  de  l’islamisme  que  sont  les  califes  de  Bagdad  et  du  Caire.  Rien  ne  manquait  au  malheur  et  à  l’humilia5on  de  saint  Louis.  Les  Arabes  chantèrent  sa  défaite,  et  plus  d’un  peuple  chré5en  en  fit  des  feux  de  joie.  Il  resta  pourtant  un  an  a  la  terre  sainte  pour  aider  a  la  défendre,  au  cas  que  les  mameluks  poursuivissent  leur  victoire  hors  de  l’Egypte.  Il  releva  les  murs  des  villes,  for5fia  Césarée,  Jaffa,  Sidon,  Saint  Jean  d’Acre.  La  plus  grande  par5e  de  l’armée  resta  sous  le  soleil  d’Afrique,  dans  la  profonde  poussière  soulevée  par  les  vents,  au  milieu  des  cadavres  et  de  la  puanteur,  des  morts.  Tout  autour  rodaient  les  Maures  qui  enlevaient  toujours  quelqu’un.  En  huit  jours,  la  peste  avait  éclate.  La  croisade  de  saint  Louis  fut  la  dernière  croisade.  Le  Moyen  Age  avait  donne  son  idéal,  sa  fleur  et  son  fruit,  il  devait  mourir.  En  Philippe  le  Bel,  le  pe5t  fils  de  saint  Louis,  commencent  les  temps  modernes.    
  41. 41. Le  roman  des  rois  Queribus.  En  1239,  le  régent  du  royaume  d’Aragon  vend   Queribus   a   Louis   IX   –   Le   château   sert  longtemps   de   refuge   aux   chevaliers   en   rupture   de  ban   et   aux   «   bons   hommes   »   de   la   dissidence  religieuse.  Ce  dernier  sanctuaire  de  l’hérésie  tombe  en  1255.  •  Moine  de  la  pres5gieuse  abbaye  royale,  Primat  entame  dans  les  années  1260,  a  la  demande  expresse  de  saint  Louis,  la  transla5on  en  français  du  texte   la5n   des   Chroniques   de   Saint-­‐Denis:   il   présente   en   defini5ve   le  Roman  aux  Rois  a  Philippe  III  le  Hardi  en  1274.      •  Le   royaume:   un   France   inabou5e:   Des   fron5ères   héritées   d’un   autre  temps  –  Depuis  le  traite  de  Verdun,  auquel  étaient  parvenus  les  fils  de  Louis   le   Pieux   en   843:   quatre   rivières   bornent   le   royaume   de   France  occidentale  en  passe  de  devenir  la  France:  L’Escaut,  la  Meuse,  la  Saône  et  le  Rhône.    •  L’empereur  se  trouve  donc  être  le  voisin  du  roi  capé5en  (d’autant  qu’il  est  également  roi  d’Italie)  mais  tout  une  couronne  de  comtes  est  de  langue  romane  et  se  trouve  vite  travaillée  par  la  civilisa5on  française  et  même  par  le  pres5ge  du  roi  de  Paris.    •  Philippe  Auguste  et  Louis  VIII  ont  considérablement  réduit  l’emprise  des  Plantagenet  dans  l’Ouest  de  la  France.  Toutefois  ces  derniers  conservent  l’Aquitaine,  ce  qui  ne  laisse  pas  de  poser  problème.  Fidele  a  son  aspira5on  d’incarner  le  roi  garant  de  l’équité  et  faiseur  de  paix,  Louis  IX  entreprend  de  vider  pour  de  bon  le  conten5eux    entretenu  depuis  deux  généra5ons  avec  son  cousin  d’Angleterre.  Par  le  traite  de  Paris,  paraphe  en  1259,  il  res5tue   le   Limousin,   le   Quercy   et   le   Périgord   a   Henri   III   contre   le  renoncement  défini5f  de  ce  dernier  a  la  Normandie.      •  D’une   façon   générale,   toute   la   noblesse   anglaise   ou   presque   porte   es  noms   d’origine   française,   elle   se   targue   de   parler   le   français   (en   réalité  plutôt  un  dialecte  franco  normand).      
  42. 42. Le  roi  de  France  et  le  roi  d’Angleterre  •  Pendant  la  seconde  croisade,  celle  de  Louis  VII  et  de  l’empereur  Conrad,  les  Allemands  étaient  en  grand  nombre  ceIe  fois.  La  femme  de  Louis  VII  est  Éléonore  d’Aquitaine  –  elle  demande  le  divorce  et  se  marie  avec  Henri  Plantagenet,  duc  d’Anjou,  pe5t  fils  de  Guillaume  le  Conquérant,  duc  de  Normandie,  et  bientôt  roi  d’Angleterre.  En  épousant  Éléonore,  il  épouse  avec  elle  la  France  occidentale,  de  Nantes  aux  Pyrénées.    Gisant  d’Aliénor  d’Aquitaine.    

×