Ce diaporama a bien été signalé.
Nous utilisons votre profil LinkedIn et vos données d’activité pour vous proposer des publicités personnalisées et pertinentes. Vous pouvez changer vos préférences de publicités à tout moment.

Livre blanc information reseaux sociaux et innovation - alain tedaldi

Extrait du Livre Blanc

L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ?
Le défi de la connaissance … ou des connaissances ?

  • Identifiez-vous pour voir les commentaires

  • Soyez le premier à aimer ceci

Livre blanc information reseaux sociaux et innovation - alain tedaldi

  1. 1. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 1 Extrait du Livre Blanc L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? A la rencontre de : Alain Tedaldi Le défi de la connaissance … ou des connaissances ? «L’addition de connaissances ne fait pas la connaissance … encore moins l’innovation» Accès au livre blanc : https://albanjarry.com/livre-blanc-innovation/
  2. 2. L’ACCES A L’INFORMATION ET AUX RESEAUX SOCIAUX REND-IL PLUS INNOVANT.E ? #612RENCONTRES Page 2 Le défi de la connaissance … ou des connaissances ? DG Think Tank Institut Esprit Service covering #Trends #Transformations #Futureofwork #Health #Cities #CX #UX #Digital #Human #Economics #Strategy LinkedIn : alain-tedaldi-6357588 Twitter : @AlainTedaldi Affaire de mindset avant tout, ma prédilection naturelle penche plus pour de l’innovation de rupture que de l’innovation incrémentale ou progressive. Parce que celle-ci est dans le suivi et non dans l’anticipation, qu’elle s’appuie souvent sur du copier-coller de pratiques mises en œuvre chez les concurrents ou des communautés avoisinantes, et que le mimétisme ne paie que rarement au final. L’innovation de rupture est le fruit de tout un ensemble de facteurs allant de la curiosité à la prise de risque, du fameux out of the box hors cadre établi à ce que j’appelle la transgression. L’addition de connaissances ne fait pas la connaissance … encore moins l’innovation. J’ai tendance à privilégier une approche qualitative, presque avec une ambition de sur-mesure, de mes contacts LinkedIn ou de mes abonnements Twitter. Moins de connaissances ou contacts peut-être pour plus de connaissance. Parce que ma fonction le nécessite peut-être, surtout parce c’est ma manière de faire et mon envie. Sans jouer sur les mots, la distinction opérée entre information et réseaux sociaux est pertinente. En effet, l’information encore appelée renseignement ou précision par exemple, sous-tend d’être en capacité d’analyser et d’utiliser au mieux cette masse extraordinaire de données brutes disponibles, sources d’information … ou de désinformation. Or, les réseaux sociaux, addition hétéroclite de sites internet hétérogènes, certes favorisent les interactions et la mise en connexion, mais créent aussi du buzz ou du fake sans donner le temps nécessaire de la prise de recul. Or réflexion avant action reste un adage utile, ce temps de réflexion qui pour le coup se réduit grâce aux réseaux sociaux qui font gagner du temps de veille, de benchmark, de captation d’idées et de tendances. En conclusion, avec les précautions évoquées ci-dessus, OUI l’accès à l’information et aux réseaux rend plus innovant. Encore faut-il avoir cette capacité d’en tirer le meilleur, tel un millésime obtenu après des vendanges réussies et un assemblage exceptionnel.

×