SlideShare une entreprise Scribd logo
CONFÉRENCE D’ÉCONOMIE APPROFONDIE
RAYAN NEZZAR
Politique budgétaire et endettementSéance 3
Retour sur les plans détaillés
Principaux points positifs
 Bcp de recherches, docs et infos
 Recul critique appréciable
 Définitions souvent OK (sauf « soutenabilité », parfois oubli de « croissance potentielle »)
Conseils pour progresser
 Plus de chiffres et les sources
 Attention au vocabulaire économique
 Plus de comparaisons internationales (II.A.)
 Recommandations plus opérationnelles (II.B.) => Qu’est-ce que VOUS proposez ?
 Attention : Relance de la croissance ≠ Hausse du sentier de croissance
Exemple de notation
Introduction / définitions - 6 pts
Chiffres + sources - 4 pts
Analyse des mécanismes - 3 pts
Comparaisons internationales et historiques - 2 pts
Propositions II.B. - 5 pts
3. La politique budgétaire en temps de crise
1. Point sur les notions fondamentales
2. Des pays qui ont réduit leur endettement
Séance 3 Politique budgétaire et endettement
Les notions fondamentales
 Les soldes budgétaires
 Différence entre les ressources et les dépenses (en VA ou en % PIB)
=> le déficit est un flux qui alimente le stock de dette
 Solde structurel : solde budgétaire - solde conjoncturel (construit par rapport à Y*)
=> Neutralise les effets du cycle
 Solde primaire : solde budgétaire + intérêts de la dette
=> Mesure la soutenabilité budgétaire
 Solde stabilisant : solde budgétaire à partir duquel le ratio dette/PIB se stabilise
Solde stabilisant = (taux d’intérêts réels - taux de croissance) * ratio dette/PIB
=> Fixe un objectif à atteindre pour stabiliser la dynamique de la dette
 Comment sont construites les prévisions de déficit ?
 Hypothèses d’inflation et d’élasticités impôts et dépenses publiques // croissance
 Depuis la création du Haut conseil aux finances publiques (2012), moins d’écarts
entre les prévisions et l’exécution = gage de crédibilité (TSCG)
Solde budgétaire Solde structurel Solde primaire Solde stabilisant
-3,3% -1,3% -1,6% -1,3%
*Prévisions PLF 2016 (France)
 Les justifications théoriques de l’endettement public
 Investissement public dans la mesure où les générations futures en bénéficient
 Arrow & Lind (1970) : l’Etat s’endette à meilleur coût (diversifie le risque et le dilue
pour les contribuables). Le marché de la dette publique est liquide et profond
(obligations = réserve de valeur, collatéral apporté à la BC + placement pour les
cies assurance et fonds de pension). Not. pour le $ : monnaie d’échange
internationale => forte liquidité => endettement à bas coût.
 Barro (1979) : Le recours à l’endettement permet de lisser le niveau des PO sur le
cycle (tax smoothing) et de minimiser les distorsions fiscales
 Nelson & Plosser (1982) : Lisser les variations du cycle (stabilisateurs automatiques).
Ex. tax cut Kennedy 1962 : stimulus pour réduire le chômage.
 Blanchard & Summers (1987) : Se prémunir contre des risques durables de
dysfonctionnement des marchés (not. effets d’hystérèse sur le marché du L)
 Théorème d’Haavelmo (1989) : une relance budgétaire est toutefois possible même
sans emprunt (hausse des PO mais multiplicateur = 1)
 Les justifications théoriques de l’endettement privé
 Accompagner les phases de croissance de l’entreprise
 Financer son fonds de roulement ou le décalage entre investissement et cash-flow généré
 Alternatives : autofinancement et augmentation du capital
Les notions fondamentales
 Les critiques de l’endettement public
 Equivalence néo-ricardienne : tout déficit budgétaire est analysé comme une hausse
d’impôt future + effet d’éviction au détriment de l’investissement privé (R. Barro, 1974)
 Reinhart & Rogoff (2009) : au-delà de 90% dette/PIB, perte de Y* de 1 à 3 pts
 Le montant des intérêts handicape la conduite de la politique budgétaire : 46,1 Md€ en
2014 (1er budget devant EnsSco)
 L’existence d’une prime de risque sur les taux d’intérêt (not. si détention de la dette par
des non-résidents : 2/3 en FR vs. 7% au JAP). OCDE : au-delà de 75% PIB de dette
publique, +1 pt = prime de risque de +10 pts de base
 L’ouverture économique (OMC) a aussi réduit le multiplicateur budgétaire
 La dynamique de l’endettement public
 Loi de Wagner (1872) : progrès économique => hausse du ratio dépenses publiques/PIB
 Une dette publique est jugée soutenable si, compte tenu des prévisions de dépenses et de
recettes publiques, l’État ne risque pas de se trouver face à une crise de solvabilité ou à
une obligation d’ajustement irréaliste des finances publiques
 Solvabilité = capacité à rembourser le K de ses dettes et payer les intérêts qu’elle implique
 Dt= Dt-1 x (r - Y*)
 Crise de solvabilité vs. crise de liquidités = un Etat n’est plus capable de s’endetter pour
financer son déficit car les investisseurs refusent de prêter (rôle des agences de notations)
Les notions fondamentales
 Comment réduire sa dette ?
 Avoir un taux de croissance (y c inflation) supérieur aux taux d’intérêt (ex. Trente Glorieuses)
 Dégager un excédent budgétaire primaire (ex. Allemagne)
 Alesina & Ardagna (2009) : pour les économies surendettées, la réduction du déficit
restaure la confiance et augmente l’investissement privé. La consolidation budgétaire est
donc expansionniste à MT qd le multiplicateur budgétaire est bas (~0,8 en UE). Les agents
anticipent des baisses d’impôts futures (Friedman, 1957 : théorie du revenu permanent).
 Hausse des impôts ou réduction des dépenses ? Dépend du multiplicateur fiscal. DG
TRESOR (2012) : +1pt PO = -0,4 Y vs. +1pt DP = -0,8 Y.
 McKinnon & Shaw (1973) : Répression financière oriente l’épargne privée vers le
refinancement de la dette publique (ex. accord FED-Roosevelt en 1942 : maintien de taux
d’intérêt bas). Mais mauvaise allocation du K (perte de Y*)
 Crise de liquidités => institution internationale pour prêter (FMI, ex. Argentine)
 Crise de solvabilité => inutile de prêter davantage, il faut restructurer la dette
(rééchelonner et/ou réduire). Rogoff (2009) : 300 défauts souverains depuis le XIXème
siècle (ex. France/USA après PGM). Question aléa moral + burden sharing entre les
créanciers. Effets redistributifs entre les créanciers. Effet positif sur Y* si permet de financer
de nouveaux investissements publics utiles.
 Dans tous les cas, réduire sa dette est un « marathon, pas un sprint » (FMI, “The Good, the
Bad, and the Ugly: 100 Years of Dealing with Public Debt Overhangs”, 2012)
Les notions fondamentales
Les notions fondamentales
Dette publique des Etats-Unis depuis 1800
1. Point sur les notions fondamentales
Politique budgétaire et endettement
3. La politique budgétaire en temps de crise
2. Des pays qui ont réduit leur endettement
Séance 3
La réforme de l’Etat dans les pays anglo-saxons
 Une réduction des dépenses publiques…
 Wake-up call : dette publique ~ 100% PIB, déficits cumulés (-9,2% déficit en
1994 au Canada vs. +0,2% en 1997)
 Gel des salaires et réduction d’effectifs dans la fonction publique, redéfinition
du champ d’intervention du secteur public (disparition de plusieurs ministères)
 Réduction des dépenses de santé (8% PIB en 1995) et tarification des hôpitaux
à l’activité en Suède
 Usage des NTIC au Royaume-Uni (Digital By Default) pour réduire la bureaucratie
 …Rendue possible par un contexte macro-économique favorable
 Une croissance mondiale autour de 4-5% dans la décennie 1990s
 Un contexte d’inflation et de dévaluation monétaire (dépréciation de 25% du
CAD // à l’USD : 1 USD = 0,63 CAD en 2002 ; Vidal, 2010 : dévaluation de la
couronne suédoise a accru les exportations)
=> Des réformes impossibles aujourd’hui en France ?
Le modèle allemand de désendettement public
 Un équilibre entre croissance et consolidation budgétaire…
 Objectif du « schwarze Null » (zéro pile) : -4,1% en 2010 vs. +0,5% en 2015,
objectif de 60% de dette publique en 2020
 Une croissance stimulée par les exportations (7,5% d’excédent commercial) et
les gains de compétitivité réalisés dans la décennie 2000
 Maîtrise des dépenses sociales (réforme Hartz IV, baisse du chômage à 6,3%)
 Prévisions de croissance prudentes (1,7% en 2015) et rythme de croissance des
dépenses publiques calé sur la croissance des recettes
 Constitutionnalisation en 2009 de la « Schuldenbremse » (règle d’or : 0,35% de
déficit structurel)
 …Qui handicape toutefois la croissance à long terme
 Des investissements publics en-dessous de la moyenne OCDE : 1,5% PIB (v.
Made in Germany, G. Duval)
 Une démographie négative (25 M de retraités en 2030) et une prise en charge
insuffisante de la petite enfance (Rapport OCDE, 2014)
La crise de la dette publique en Irlande
 De la crise financière à la crise des finances publiques…
 « Tigre celtique » : croissance de 5 à 10% a fait diminuer de moitié le ratio
dette/PIB durant la décennie 1990
 Mais bulle immobilière et recapitalisation des banques => 32% déficit en 2010
 Dette publique de 25% PIB en 2007 à 124% en 2013 (*5)
 …Un ajustement brutal après 2008
 Programmes d’aide internationale pendant 3 ans : FESF et FMI (67 Md€)
 Mix consolidation budgétaire (30 Md€ d’effort structurel sur 2008-2013, soit
18,5% PIB) & relance (aide à l’investissement et à l’export par le Fonds national
de réserve des retraites)
 2/3 de l’effort par la fiscalité : introduction d’une taxe foncière, taxe carbone,
taxe sur l’eau => pression fiscale + 1 000€/foyer
 Réduction de la masse salariale de la FP de 17% (effectifs + W + temps de L)
 Retour à des taux de croissance élevés (4,5% en 2014) et réduction du déficit
(3,5% en 2014, OAT à 10 ans : 1,68%)
 Des défis à relever : chômage des jeunes, endettement privé, « dumping fiscal »
1. Point sur les notions fondamentales
Politique budgétaire et endettement
3. La politique budgétaire en temps de crise
2. Des pays qui ont réduit leur endettement
Séance 3
La politique budgétaire en temps de crise
 Les conditions historiques pour la réussite des stratégies de désendettement
 Etude du FMI (2012), “The Good, the Bad, and the Ugly: 100 Years of Dealing with Public
Debt Overhangs” : Entre 1875 et 1997, plus de la moitié des pays industrialisés ont
dépassé le ratio de 100% dette/PIB
 Un environnement monétaire accommodant est une condition sine qua non. Ex. USA après
1945 (PM non conventionnelle : achat de titres publics et taux très bas => l’inflation
résorbe l’endettement)
 Le lien entre politiques de dévaluation interne et dette en temps de crise
 Paradoxe de Fisher (1933) : en période de crise, le désendettement public entraine
chômage et croissance faible. Boucle dépressive : demande privée déprimée => déflation
=> récession => augmente la valeur réelle de la dette.
 Ex. Royaume-Uni après 1914 passe de 100 à 200% dette/PIB (consolidation budgétaire+
PM restrictive pour rétablir parité étalon-or d’avant-guerre). Idem politique du « franc
fort » sous Laval en 1935
 De Grauwe (2013) : Depuis 2008, pays où la consolidation a été la plus forte en UE ont
connu la plus forte baisse de PIB et d’accroissement de la dette >> inefficacité
 Par contraste : politiques efficaces de relance budgétaire lorsque le multiplicateur
keynésien est élevé : New Deal (impulsion de 1,5% PIB), Allemagne nazie (8-10% de
croissance ; PM non conventionnelle : « MEFO bills » ; dépenses de réarmement).
 Aujourd’hui, la politique budgétaire au sein de l’UEM est soumise à des règles…
 Kydland & Prescott (1977) : incohérente temporelle des politiques budgétaires (rappel)
 Pacte de stabilité (1997), TSCG (2012) : 3% de déficit, 60% dette/PIB
 Déclinaisons nationales : loi organique du 17/12/2012 en France
 Des règles jamais appliquées ? (Conseil européen de 2005)
 …Mais elle est également contrainte par la compétition fiscale
 Lettre du CEPII, « Impôt sur les sociétés : tous à 0% ? » (2005). Ajd : réduction à 20% au
Royaume-Uni, 12,5% en Irlande, 29,6% en Allemagne, 22% en moyenne UE. Facteur
d’attractivité du territoire (mais pas le seul : infrastructures, formation, etc).
 Politiques de dévaluation interne (baisse des coûts salariaux) ex. Espagne depuis 2011
 Amélioration de la compétitivité-prix et des exportations (excédent commercial de 4% PIB en 2015)
 Hausse de la profitabilité des entreprises (+3 pts)
 Baisse des salaires réels (-10%)
 => Croissance de 3,1% en 2015, chômage à 21% (-350k en 2015), déficit public 4,5% en 2015
(jugé excessif par la CE) et dette publique ~ 100% PIB
=> Permettent de relancer la croissance (de façon non coopérative) mais ne
résolvent pas la question de l’endettement public
La politique budgétaire en temps de crise
La politique budgétaire en temps de crise
La politique budgétaire en temps de crise
 Le plan français d’économies de 50 Md€ sur le triennal 2015-2017
 Etat : 18 Md€ ; ColTerr : 11 Md€ ; ASSO : 21 Md€ (dont 10 Md€ santé)
 Gel du point d’indice, baisse du PSR CT, ONDAM à +1,75% en 2016, gel des PS
 Toujours calculées par rapport au tendanciel : objectif déficit < 3% en 2017
 Mais dépenses imprévues : pacte de sécurité (1 Md€), plan Emploi (de 2 à 3,5 Md€)
 Quelles perspectives pour la politique budgétaire après 2017 ?
 Dans la fonction publique : retour du 1/2, hausse du temps de travail (not. ColTerr)
 ASSO : dégressivité des prestations chômage, âge légal de la retraite, fusion de
minima sociaux
 Côté recettes : recyclage du CICE, fiscalité environnementale, dépenses fiscales
 Mais DeLong & Summers, Fiscal Policy in a Depressed Economy, 2012 : multiplicateur
budgétaire > 1 (1,2 pour l’OFCE) et taux d’intérêt faibles
=> La poursuite de la consolidation budgétaire après 2017 continuera d’avoir un effet
récessif
FIN DE LA SÉANCE
Politique budgétaire et endettementSéance 3

Contenu connexe

Tendances

Chap 5 Eval Des Obligations
Chap 5 Eval Des ObligationsChap 5 Eval Des Obligations
Chap 5 Eval Des ObligationsLouis Pinto
 
Rapport de stage controle de gestion
Rapport de stage controle de gestionRapport de stage controle de gestion
Rapport de stage controle de gestionabdeloahed hamdi
 
Synthese cours controle de gestion
Synthese cours controle de gestionSynthese cours controle de gestion
Synthese cours controle de gestionOULAAJEB YOUSSEF
 
Calcul Des Structures Portiques Methode Des Deplacements Jexpoz
Calcul Des Structures Portiques   Methode Des Deplacements JexpozCalcul Des Structures Portiques   Methode Des Deplacements Jexpoz
Calcul Des Structures Portiques Methode Des Deplacements Jexpozjexpoz
 
Cours --hydraulique-thorique-dbit-vitesse
Cours --hydraulique-thorique-dbit-vitesseCours --hydraulique-thorique-dbit-vitesse
Cours --hydraulique-thorique-dbit-vitesseiro2
 
Chap 9 Choix Dun Portefeuille
Chap 9 Choix Dun PortefeuilleChap 9 Choix Dun Portefeuille
Chap 9 Choix Dun PortefeuilleLouis Pinto
 
Fiscalité Internationale des Marchés Publics en l’absence de convention fiscale
Fiscalité Internationale des Marchés Publics  en l’absence de convention fiscaleFiscalité Internationale des Marchés Publics  en l’absence de convention fiscale
Fiscalité Internationale des Marchés Publics en l’absence de convention fiscalePasteur_Tunis
 
Cours pour entreprise -analyse financiere
Cours pour entreprise   -analyse financiereCours pour entreprise   -analyse financiere
Cours pour entreprise -analyse financieremumu97139
 
Gestion de production exercices
Gestion de production exercicesGestion de production exercices
Gestion de production exercicesChristian Kajeje
 
Impact de l’accord de libre-échange complet et approfondi sur les droits écon...
Impact de l’accord de libre-échange complet et approfondi sur les droits écon...Impact de l’accord de libre-échange complet et approfondi sur les droits écon...
Impact de l’accord de libre-échange complet et approfondi sur les droits écon...Jamaity
 
cours audit s6 gestion -mazzine ppt.ppt
cours audit s6 gestion -mazzine ppt.pptcours audit s6 gestion -mazzine ppt.ppt
cours audit s6 gestion -mazzine ppt.pptMehdiESSRAIMA
 
Les Méthodes de Consolidation
Les Méthodes de ConsolidationLes Méthodes de Consolidation
Les Méthodes de ConsolidationWalid Aitisha
 
Introduction gestion des risques
Introduction gestion des risquesIntroduction gestion des risques
Introduction gestion des risquesJérémy Morvan
 
La Bourse de valeurs de Casablanca
La Bourse de valeurs de CasablancaLa Bourse de valeurs de Casablanca
La Bourse de valeurs de CasablancaMoad Thali
 
les conventions fiscales internationales
les conventions fiscales internationales les conventions fiscales internationales
les conventions fiscales internationales Soufian Nouali
 
Calcules des portiques. méthodes des déplacements
Calcules des portiques. méthodes des déplacementsCalcules des portiques. méthodes des déplacements
Calcules des portiques. méthodes des déplacementsSami Sahli
 

Tendances (20)

Chap 5 Eval Des Obligations
Chap 5 Eval Des ObligationsChap 5 Eval Des Obligations
Chap 5 Eval Des Obligations
 
Rapport de stage controle de gestion
Rapport de stage controle de gestionRapport de stage controle de gestion
Rapport de stage controle de gestion
 
Synthese cours controle de gestion
Synthese cours controle de gestionSynthese cours controle de gestion
Synthese cours controle de gestion
 
Calcul Des Structures Portiques Methode Des Deplacements Jexpoz
Calcul Des Structures Portiques   Methode Des Deplacements JexpozCalcul Des Structures Portiques   Methode Des Deplacements Jexpoz
Calcul Des Structures Portiques Methode Des Deplacements Jexpoz
 
Transport aérien
Transport aérienTransport aérien
Transport aérien
 
Cours --hydraulique-thorique-dbit-vitesse
Cours --hydraulique-thorique-dbit-vitesseCours --hydraulique-thorique-dbit-vitesse
Cours --hydraulique-thorique-dbit-vitesse
 
Chap 9 Choix Dun Portefeuille
Chap 9 Choix Dun PortefeuilleChap 9 Choix Dun Portefeuille
Chap 9 Choix Dun Portefeuille
 
Fiscalité Internationale des Marchés Publics en l’absence de convention fiscale
Fiscalité Internationale des Marchés Publics  en l’absence de convention fiscaleFiscalité Internationale des Marchés Publics  en l’absence de convention fiscale
Fiscalité Internationale des Marchés Publics en l’absence de convention fiscale
 
Cours pour entreprise -analyse financiere
Cours pour entreprise   -analyse financiereCours pour entreprise   -analyse financiere
Cours pour entreprise -analyse financiere
 
Gestion de production exercices
Gestion de production exercicesGestion de production exercices
Gestion de production exercices
 
Impact de l’accord de libre-échange complet et approfondi sur les droits écon...
Impact de l’accord de libre-échange complet et approfondi sur les droits écon...Impact de l’accord de libre-échange complet et approfondi sur les droits écon...
Impact de l’accord de libre-échange complet et approfondi sur les droits écon...
 
cours audit s6 gestion -mazzine ppt.ppt
cours audit s6 gestion -mazzine ppt.pptcours audit s6 gestion -mazzine ppt.ppt
cours audit s6 gestion -mazzine ppt.ppt
 
Cours econométrie des séries temporelles (1)
Cours econométrie des séries temporelles (1)Cours econométrie des séries temporelles (1)
Cours econométrie des séries temporelles (1)
 
Les Méthodes de Consolidation
Les Méthodes de ConsolidationLes Méthodes de Consolidation
Les Méthodes de Consolidation
 
Introduction gestion des risques
Introduction gestion des risquesIntroduction gestion des risques
Introduction gestion des risques
 
La Bourse de valeurs de Casablanca
La Bourse de valeurs de CasablancaLa Bourse de valeurs de Casablanca
La Bourse de valeurs de Casablanca
 
les conventions fiscales internationales
les conventions fiscales internationales les conventions fiscales internationales
les conventions fiscales internationales
 
Calcules des portiques. méthodes des déplacements
Calcules des portiques. méthodes des déplacementsCalcules des portiques. méthodes des déplacements
Calcules des portiques. méthodes des déplacements
 
La fraude fiscale internationale
La fraude fiscale internationaleLa fraude fiscale internationale
La fraude fiscale internationale
 
Regime des changes
Regime des changesRegime des changes
Regime des changes
 

Similaire à Séance 3 politique budgétaire et endettement

Séance 8 la protection sociale
Séance 8   la protection socialeSéance 8   la protection sociale
Séance 8 la protection socialeRayan Nezzar
 
Séance 4 la politique monétaire
Séance 4   la politique monétaireSéance 4   la politique monétaire
Séance 4 la politique monétaireRayan Nezzar
 
Crise durable et enjeux cruciaux
Crise durable et enjeux cruciauxCrise durable et enjeux cruciaux
Crise durable et enjeux cruciauxGroupe Apex Isast
 
Séance 11 les déséquilibres internationaux
Séance 11   les déséquilibres internationauxSéance 11   les déséquilibres internationaux
Séance 11 les déséquilibres internationauxRayan Nezzar
 
Politique monétaire et budgétaire
Politique monétaire et budgétairePolitique monétaire et budgétaire
Politique monétaire et budgétaireGhizlane Niâma
 
Audit de la dette publique
Audit de la dette publiqueAudit de la dette publique
Audit de la dette publiqueOPLPV
 
Objectif Zéro Déficit
Objectif Zéro Déficit Objectif Zéro Déficit
Objectif Zéro Déficit Fondation iFRAP
 
Perspective pour la croissance mondiale - Commentaires de Gilbert Cette
Perspective pour la croissance mondiale - Commentaires de  Gilbert CettePerspective pour la croissance mondiale - Commentaires de  Gilbert Cette
Perspective pour la croissance mondiale - Commentaires de Gilbert CetteFrance Stratégie
 
Que faire de la dette ? Un audit de la dette publique de la France
Que faire de la dette ? Un audit de la dette publique de la FranceQue faire de la dette ? Un audit de la dette publique de la France
Que faire de la dette ? Un audit de la dette publique de la FranceAuditoriaVLC
 
Un audit de la dette publique de la France - 05/2014
Un audit de la dette publique de la France - 05/2014Un audit de la dette publique de la France - 05/2014
Un audit de la dette publique de la France - 05/2014FactaMedia
 
Ofce dette 180412_note17
Ofce dette 180412_note17Ofce dette 180412_note17
Ofce dette 180412_note17francoisleray
 
Retour sur l'histoire et futur de la fiscalité des personnes physiques
Retour sur l'histoire et futur de la fiscalité des personnes physiquesRetour sur l'histoire et futur de la fiscalité des personnes physiques
Retour sur l'histoire et futur de la fiscalité des personnes physiquesForums financiers de Wallonie
 
Fondation i frap étude assurance-chômage
Fondation i frap   étude assurance-chômageFondation i frap   étude assurance-chômage
Fondation i frap étude assurance-chômageFondation iFRAP
 
Risques Fiscaux: Sources, Divulgation et Gestion
Risques Fiscaux: Sources, Divulgation et GestionRisques Fiscaux: Sources, Divulgation et Gestion
Risques Fiscaux: Sources, Divulgation et Gestionicgfmconference
 
La dette en débat
La dette en débatLa dette en débat
La dette en débatdarwin87
 
La dette en débat
La dette en débatLa dette en débat
La dette en débatdarwin87
 
Séance 2 les théories de la croissance
Séance 2   les théories de la croissanceSéance 2   les théories de la croissance
Séance 2 les théories de la croissanceRayan Nezzar
 
Pour sortir de la crise, moins d'impôts et moins de dépenses publiques
Pour sortir de la crise, moins d'impôts et moins de dépenses publiquesPour sortir de la crise, moins d'impôts et moins de dépenses publiques
Pour sortir de la crise, moins d'impôts et moins de dépenses publiquesContribuables associés
 

Similaire à Séance 3 politique budgétaire et endettement (20)

Séance 8 la protection sociale
Séance 8   la protection socialeSéance 8   la protection sociale
Séance 8 la protection sociale
 
Séance 4 la politique monétaire
Séance 4   la politique monétaireSéance 4   la politique monétaire
Séance 4 la politique monétaire
 
Crise durable et enjeux cruciaux
Crise durable et enjeux cruciauxCrise durable et enjeux cruciaux
Crise durable et enjeux cruciaux
 
Apex dette, crise et purge
Apex dette, crise et purgeApex dette, crise et purge
Apex dette, crise et purge
 
Séance 11 les déséquilibres internationaux
Séance 11   les déséquilibres internationauxSéance 11   les déséquilibres internationaux
Séance 11 les déséquilibres internationaux
 
Politique monétaire et budgétaire
Politique monétaire et budgétairePolitique monétaire et budgétaire
Politique monétaire et budgétaire
 
Audit de la dette publique
Audit de la dette publiqueAudit de la dette publique
Audit de la dette publique
 
Chapitre 6 action des pp
Chapitre 6 action des ppChapitre 6 action des pp
Chapitre 6 action des pp
 
Objectif Zéro Déficit
Objectif Zéro Déficit Objectif Zéro Déficit
Objectif Zéro Déficit
 
Perspective pour la croissance mondiale - Commentaires de Gilbert Cette
Perspective pour la croissance mondiale - Commentaires de  Gilbert CettePerspective pour la croissance mondiale - Commentaires de  Gilbert Cette
Perspective pour la croissance mondiale - Commentaires de Gilbert Cette
 
Que faire de la dette ? Un audit de la dette publique de la France
Que faire de la dette ? Un audit de la dette publique de la FranceQue faire de la dette ? Un audit de la dette publique de la France
Que faire de la dette ? Un audit de la dette publique de la France
 
Un audit de la dette publique de la France - 05/2014
Un audit de la dette publique de la France - 05/2014Un audit de la dette publique de la France - 05/2014
Un audit de la dette publique de la France - 05/2014
 
Ofce dette 180412_note17
Ofce dette 180412_note17Ofce dette 180412_note17
Ofce dette 180412_note17
 
Retour sur l'histoire et futur de la fiscalité des personnes physiques
Retour sur l'histoire et futur de la fiscalité des personnes physiquesRetour sur l'histoire et futur de la fiscalité des personnes physiques
Retour sur l'histoire et futur de la fiscalité des personnes physiques
 
Fondation i frap étude assurance-chômage
Fondation i frap   étude assurance-chômageFondation i frap   étude assurance-chômage
Fondation i frap étude assurance-chômage
 
Risques Fiscaux: Sources, Divulgation et Gestion
Risques Fiscaux: Sources, Divulgation et GestionRisques Fiscaux: Sources, Divulgation et Gestion
Risques Fiscaux: Sources, Divulgation et Gestion
 
La dette en débat
La dette en débatLa dette en débat
La dette en débat
 
La dette en débat
La dette en débatLa dette en débat
La dette en débat
 
Séance 2 les théories de la croissance
Séance 2   les théories de la croissanceSéance 2   les théories de la croissance
Séance 2 les théories de la croissance
 
Pour sortir de la crise, moins d'impôts et moins de dépenses publiques
Pour sortir de la crise, moins d'impôts et moins de dépenses publiquesPour sortir de la crise, moins d'impôts et moins de dépenses publiques
Pour sortir de la crise, moins d'impôts et moins de dépenses publiques
 

Plus de Rayan Nezzar

Séance 12 les biens publics mondiaux
Séance 12   les biens publics mondiauxSéance 12   les biens publics mondiaux
Séance 12 les biens publics mondiauxRayan Nezzar
 
Séance 10 industrie et compétitivité
Séance 10   industrie et compétitivitéSéance 10   industrie et compétitivité
Séance 10 industrie et compétitivitéRayan Nezzar
 
Séance 9 le commerce international
Séance 9   le commerce internationalSéance 9   le commerce international
Séance 9 le commerce internationalRayan Nezzar
 
Séance 7 le marché du travail
Séance 7   le marché du travailSéance 7   le marché du travail
Séance 7 le marché du travailRayan Nezzar
 
Séance 5 l'union économique et monétaire
Séance 5   l'union économique et monétaireSéance 5   l'union économique et monétaire
Séance 5 l'union économique et monétaireRayan Nezzar
 
Séance 1 méthodologie - prix du pétrole et croissance
Séance 1   méthodologie - prix du pétrole et croissanceSéance 1   méthodologie - prix du pétrole et croissance
Séance 1 méthodologie - prix du pétrole et croissanceRayan Nezzar
 

Plus de Rayan Nezzar (7)

Séance 12 les biens publics mondiaux
Séance 12   les biens publics mondiauxSéance 12   les biens publics mondiaux
Séance 12 les biens publics mondiaux
 
Séance 10 industrie et compétitivité
Séance 10   industrie et compétitivitéSéance 10   industrie et compétitivité
Séance 10 industrie et compétitivité
 
Séance 9 le commerce international
Séance 9   le commerce internationalSéance 9   le commerce international
Séance 9 le commerce international
 
Séance 7 le marché du travail
Séance 7   le marché du travailSéance 7   le marché du travail
Séance 7 le marché du travail
 
Séance 6 qroc
Séance 6   qrocSéance 6   qroc
Séance 6 qroc
 
Séance 5 l'union économique et monétaire
Séance 5   l'union économique et monétaireSéance 5   l'union économique et monétaire
Séance 5 l'union économique et monétaire
 
Séance 1 méthodologie - prix du pétrole et croissance
Séance 1   méthodologie - prix du pétrole et croissanceSéance 1   méthodologie - prix du pétrole et croissance
Séance 1 méthodologie - prix du pétrole et croissance
 

Séance 3 politique budgétaire et endettement

  • 1. CONFÉRENCE D’ÉCONOMIE APPROFONDIE RAYAN NEZZAR Politique budgétaire et endettementSéance 3
  • 2. Retour sur les plans détaillés Principaux points positifs  Bcp de recherches, docs et infos  Recul critique appréciable  Définitions souvent OK (sauf « soutenabilité », parfois oubli de « croissance potentielle ») Conseils pour progresser  Plus de chiffres et les sources  Attention au vocabulaire économique  Plus de comparaisons internationales (II.A.)  Recommandations plus opérationnelles (II.B.) => Qu’est-ce que VOUS proposez ?  Attention : Relance de la croissance ≠ Hausse du sentier de croissance Exemple de notation Introduction / définitions - 6 pts Chiffres + sources - 4 pts Analyse des mécanismes - 3 pts Comparaisons internationales et historiques - 2 pts Propositions II.B. - 5 pts
  • 3. 3. La politique budgétaire en temps de crise 1. Point sur les notions fondamentales 2. Des pays qui ont réduit leur endettement Séance 3 Politique budgétaire et endettement
  • 4. Les notions fondamentales  Les soldes budgétaires  Différence entre les ressources et les dépenses (en VA ou en % PIB) => le déficit est un flux qui alimente le stock de dette  Solde structurel : solde budgétaire - solde conjoncturel (construit par rapport à Y*) => Neutralise les effets du cycle  Solde primaire : solde budgétaire + intérêts de la dette => Mesure la soutenabilité budgétaire  Solde stabilisant : solde budgétaire à partir duquel le ratio dette/PIB se stabilise Solde stabilisant = (taux d’intérêts réels - taux de croissance) * ratio dette/PIB => Fixe un objectif à atteindre pour stabiliser la dynamique de la dette  Comment sont construites les prévisions de déficit ?  Hypothèses d’inflation et d’élasticités impôts et dépenses publiques // croissance  Depuis la création du Haut conseil aux finances publiques (2012), moins d’écarts entre les prévisions et l’exécution = gage de crédibilité (TSCG) Solde budgétaire Solde structurel Solde primaire Solde stabilisant -3,3% -1,3% -1,6% -1,3% *Prévisions PLF 2016 (France)
  • 5.  Les justifications théoriques de l’endettement public  Investissement public dans la mesure où les générations futures en bénéficient  Arrow & Lind (1970) : l’Etat s’endette à meilleur coût (diversifie le risque et le dilue pour les contribuables). Le marché de la dette publique est liquide et profond (obligations = réserve de valeur, collatéral apporté à la BC + placement pour les cies assurance et fonds de pension). Not. pour le $ : monnaie d’échange internationale => forte liquidité => endettement à bas coût.  Barro (1979) : Le recours à l’endettement permet de lisser le niveau des PO sur le cycle (tax smoothing) et de minimiser les distorsions fiscales  Nelson & Plosser (1982) : Lisser les variations du cycle (stabilisateurs automatiques). Ex. tax cut Kennedy 1962 : stimulus pour réduire le chômage.  Blanchard & Summers (1987) : Se prémunir contre des risques durables de dysfonctionnement des marchés (not. effets d’hystérèse sur le marché du L)  Théorème d’Haavelmo (1989) : une relance budgétaire est toutefois possible même sans emprunt (hausse des PO mais multiplicateur = 1)  Les justifications théoriques de l’endettement privé  Accompagner les phases de croissance de l’entreprise  Financer son fonds de roulement ou le décalage entre investissement et cash-flow généré  Alternatives : autofinancement et augmentation du capital Les notions fondamentales
  • 6.  Les critiques de l’endettement public  Equivalence néo-ricardienne : tout déficit budgétaire est analysé comme une hausse d’impôt future + effet d’éviction au détriment de l’investissement privé (R. Barro, 1974)  Reinhart & Rogoff (2009) : au-delà de 90% dette/PIB, perte de Y* de 1 à 3 pts  Le montant des intérêts handicape la conduite de la politique budgétaire : 46,1 Md€ en 2014 (1er budget devant EnsSco)  L’existence d’une prime de risque sur les taux d’intérêt (not. si détention de la dette par des non-résidents : 2/3 en FR vs. 7% au JAP). OCDE : au-delà de 75% PIB de dette publique, +1 pt = prime de risque de +10 pts de base  L’ouverture économique (OMC) a aussi réduit le multiplicateur budgétaire  La dynamique de l’endettement public  Loi de Wagner (1872) : progrès économique => hausse du ratio dépenses publiques/PIB  Une dette publique est jugée soutenable si, compte tenu des prévisions de dépenses et de recettes publiques, l’État ne risque pas de se trouver face à une crise de solvabilité ou à une obligation d’ajustement irréaliste des finances publiques  Solvabilité = capacité à rembourser le K de ses dettes et payer les intérêts qu’elle implique  Dt= Dt-1 x (r - Y*)  Crise de solvabilité vs. crise de liquidités = un Etat n’est plus capable de s’endetter pour financer son déficit car les investisseurs refusent de prêter (rôle des agences de notations) Les notions fondamentales
  • 7.  Comment réduire sa dette ?  Avoir un taux de croissance (y c inflation) supérieur aux taux d’intérêt (ex. Trente Glorieuses)  Dégager un excédent budgétaire primaire (ex. Allemagne)  Alesina & Ardagna (2009) : pour les économies surendettées, la réduction du déficit restaure la confiance et augmente l’investissement privé. La consolidation budgétaire est donc expansionniste à MT qd le multiplicateur budgétaire est bas (~0,8 en UE). Les agents anticipent des baisses d’impôts futures (Friedman, 1957 : théorie du revenu permanent).  Hausse des impôts ou réduction des dépenses ? Dépend du multiplicateur fiscal. DG TRESOR (2012) : +1pt PO = -0,4 Y vs. +1pt DP = -0,8 Y.  McKinnon & Shaw (1973) : Répression financière oriente l’épargne privée vers le refinancement de la dette publique (ex. accord FED-Roosevelt en 1942 : maintien de taux d’intérêt bas). Mais mauvaise allocation du K (perte de Y*)  Crise de liquidités => institution internationale pour prêter (FMI, ex. Argentine)  Crise de solvabilité => inutile de prêter davantage, il faut restructurer la dette (rééchelonner et/ou réduire). Rogoff (2009) : 300 défauts souverains depuis le XIXème siècle (ex. France/USA après PGM). Question aléa moral + burden sharing entre les créanciers. Effets redistributifs entre les créanciers. Effet positif sur Y* si permet de financer de nouveaux investissements publics utiles.  Dans tous les cas, réduire sa dette est un « marathon, pas un sprint » (FMI, “The Good, the Bad, and the Ugly: 100 Years of Dealing with Public Debt Overhangs”, 2012) Les notions fondamentales
  • 8. Les notions fondamentales Dette publique des Etats-Unis depuis 1800
  • 9. 1. Point sur les notions fondamentales Politique budgétaire et endettement 3. La politique budgétaire en temps de crise 2. Des pays qui ont réduit leur endettement Séance 3
  • 10. La réforme de l’Etat dans les pays anglo-saxons  Une réduction des dépenses publiques…  Wake-up call : dette publique ~ 100% PIB, déficits cumulés (-9,2% déficit en 1994 au Canada vs. +0,2% en 1997)  Gel des salaires et réduction d’effectifs dans la fonction publique, redéfinition du champ d’intervention du secteur public (disparition de plusieurs ministères)  Réduction des dépenses de santé (8% PIB en 1995) et tarification des hôpitaux à l’activité en Suède  Usage des NTIC au Royaume-Uni (Digital By Default) pour réduire la bureaucratie  …Rendue possible par un contexte macro-économique favorable  Une croissance mondiale autour de 4-5% dans la décennie 1990s  Un contexte d’inflation et de dévaluation monétaire (dépréciation de 25% du CAD // à l’USD : 1 USD = 0,63 CAD en 2002 ; Vidal, 2010 : dévaluation de la couronne suédoise a accru les exportations) => Des réformes impossibles aujourd’hui en France ?
  • 11. Le modèle allemand de désendettement public  Un équilibre entre croissance et consolidation budgétaire…  Objectif du « schwarze Null » (zéro pile) : -4,1% en 2010 vs. +0,5% en 2015, objectif de 60% de dette publique en 2020  Une croissance stimulée par les exportations (7,5% d’excédent commercial) et les gains de compétitivité réalisés dans la décennie 2000  Maîtrise des dépenses sociales (réforme Hartz IV, baisse du chômage à 6,3%)  Prévisions de croissance prudentes (1,7% en 2015) et rythme de croissance des dépenses publiques calé sur la croissance des recettes  Constitutionnalisation en 2009 de la « Schuldenbremse » (règle d’or : 0,35% de déficit structurel)  …Qui handicape toutefois la croissance à long terme  Des investissements publics en-dessous de la moyenne OCDE : 1,5% PIB (v. Made in Germany, G. Duval)  Une démographie négative (25 M de retraités en 2030) et une prise en charge insuffisante de la petite enfance (Rapport OCDE, 2014)
  • 12. La crise de la dette publique en Irlande  De la crise financière à la crise des finances publiques…  « Tigre celtique » : croissance de 5 à 10% a fait diminuer de moitié le ratio dette/PIB durant la décennie 1990  Mais bulle immobilière et recapitalisation des banques => 32% déficit en 2010  Dette publique de 25% PIB en 2007 à 124% en 2013 (*5)  …Un ajustement brutal après 2008  Programmes d’aide internationale pendant 3 ans : FESF et FMI (67 Md€)  Mix consolidation budgétaire (30 Md€ d’effort structurel sur 2008-2013, soit 18,5% PIB) & relance (aide à l’investissement et à l’export par le Fonds national de réserve des retraites)  2/3 de l’effort par la fiscalité : introduction d’une taxe foncière, taxe carbone, taxe sur l’eau => pression fiscale + 1 000€/foyer  Réduction de la masse salariale de la FP de 17% (effectifs + W + temps de L)  Retour à des taux de croissance élevés (4,5% en 2014) et réduction du déficit (3,5% en 2014, OAT à 10 ans : 1,68%)  Des défis à relever : chômage des jeunes, endettement privé, « dumping fiscal »
  • 13. 1. Point sur les notions fondamentales Politique budgétaire et endettement 3. La politique budgétaire en temps de crise 2. Des pays qui ont réduit leur endettement Séance 3
  • 14. La politique budgétaire en temps de crise  Les conditions historiques pour la réussite des stratégies de désendettement  Etude du FMI (2012), “The Good, the Bad, and the Ugly: 100 Years of Dealing with Public Debt Overhangs” : Entre 1875 et 1997, plus de la moitié des pays industrialisés ont dépassé le ratio de 100% dette/PIB  Un environnement monétaire accommodant est une condition sine qua non. Ex. USA après 1945 (PM non conventionnelle : achat de titres publics et taux très bas => l’inflation résorbe l’endettement)  Le lien entre politiques de dévaluation interne et dette en temps de crise  Paradoxe de Fisher (1933) : en période de crise, le désendettement public entraine chômage et croissance faible. Boucle dépressive : demande privée déprimée => déflation => récession => augmente la valeur réelle de la dette.  Ex. Royaume-Uni après 1914 passe de 100 à 200% dette/PIB (consolidation budgétaire+ PM restrictive pour rétablir parité étalon-or d’avant-guerre). Idem politique du « franc fort » sous Laval en 1935  De Grauwe (2013) : Depuis 2008, pays où la consolidation a été la plus forte en UE ont connu la plus forte baisse de PIB et d’accroissement de la dette >> inefficacité  Par contraste : politiques efficaces de relance budgétaire lorsque le multiplicateur keynésien est élevé : New Deal (impulsion de 1,5% PIB), Allemagne nazie (8-10% de croissance ; PM non conventionnelle : « MEFO bills » ; dépenses de réarmement).
  • 15.  Aujourd’hui, la politique budgétaire au sein de l’UEM est soumise à des règles…  Kydland & Prescott (1977) : incohérente temporelle des politiques budgétaires (rappel)  Pacte de stabilité (1997), TSCG (2012) : 3% de déficit, 60% dette/PIB  Déclinaisons nationales : loi organique du 17/12/2012 en France  Des règles jamais appliquées ? (Conseil européen de 2005)  …Mais elle est également contrainte par la compétition fiscale  Lettre du CEPII, « Impôt sur les sociétés : tous à 0% ? » (2005). Ajd : réduction à 20% au Royaume-Uni, 12,5% en Irlande, 29,6% en Allemagne, 22% en moyenne UE. Facteur d’attractivité du territoire (mais pas le seul : infrastructures, formation, etc).  Politiques de dévaluation interne (baisse des coûts salariaux) ex. Espagne depuis 2011  Amélioration de la compétitivité-prix et des exportations (excédent commercial de 4% PIB en 2015)  Hausse de la profitabilité des entreprises (+3 pts)  Baisse des salaires réels (-10%)  => Croissance de 3,1% en 2015, chômage à 21% (-350k en 2015), déficit public 4,5% en 2015 (jugé excessif par la CE) et dette publique ~ 100% PIB => Permettent de relancer la croissance (de façon non coopérative) mais ne résolvent pas la question de l’endettement public La politique budgétaire en temps de crise
  • 16. La politique budgétaire en temps de crise
  • 17. La politique budgétaire en temps de crise  Le plan français d’économies de 50 Md€ sur le triennal 2015-2017  Etat : 18 Md€ ; ColTerr : 11 Md€ ; ASSO : 21 Md€ (dont 10 Md€ santé)  Gel du point d’indice, baisse du PSR CT, ONDAM à +1,75% en 2016, gel des PS  Toujours calculées par rapport au tendanciel : objectif déficit < 3% en 2017  Mais dépenses imprévues : pacte de sécurité (1 Md€), plan Emploi (de 2 à 3,5 Md€)  Quelles perspectives pour la politique budgétaire après 2017 ?  Dans la fonction publique : retour du 1/2, hausse du temps de travail (not. ColTerr)  ASSO : dégressivité des prestations chômage, âge légal de la retraite, fusion de minima sociaux  Côté recettes : recyclage du CICE, fiscalité environnementale, dépenses fiscales  Mais DeLong & Summers, Fiscal Policy in a Depressed Economy, 2012 : multiplicateur budgétaire > 1 (1,2 pour l’OFCE) et taux d’intérêt faibles => La poursuite de la consolidation budgétaire après 2017 continuera d’avoir un effet récessif
  • 18. FIN DE LA SÉANCE Politique budgétaire et endettementSéance 3