SlideShare une entreprise Scribd logo

Poètes dici et dailleurs

E
EPSILIM
1  sur  75
Télécharger pour lire hors ligne
Poètes d’ici et d’ailleurs
   Des vers à la santé         de Smaïl Grim

            OMAR KHAYAM
       THEODORE DE BANVILLE
      GUILLAUME KHAYAM
           OMAR APOLLINAIRE
     THEODORE DE BANVILLE
             JEAN RICHEPIN
            NAZIM HIKMET
            JEAN RICHEPIN
           NAZIM NERUDA
            PABLO HIKMET
             KATEB YACINE
           PABLO NERUDA
              MAIAKOVSKi
            KATEB YACINE
              ANDRE BRINK
             MAIAKOVSKY
               JEAN SENAC
              JEAN SENAC
                PAUL FORT
        MAHMOUDFORT
               PAUL DARWICH
      MAHMOUD DARWICH
             ANTOINE POL
            ANTOINE POL
       José-Maria de HEREDIA
     JEAN MARIA PREVERT
          JACQUES DE HEREDIA
               BORIS VIAN
         JACQUES PREVERT
             AIME CESAIRE
« Tout homme bien portant peut se passer de manger pendant deux
                   jours,-de poésie, jamais. »
                                        Charles Baudelaire

 Le principe de cet atelier est de mêler divers genres
 poétiques: poésie lyrique, dramatique, épique,
 satirique et narrative, d’ici et d’ailleurs, auxquelles sont
 ajoutées quelques chansons, considérées, à juste titre,
 comme des poèmes à part entière. Car les domaines de
 la poésie et de la chanson ont des frontières bien
 fragiles et sont autant de fenêtres sur le monde.


                                                 Smaïl Grim
OMAR KHAYÂM -POETE PERSE –
            LES RUBAÏYATES
• C'est vers la fin du XIe siècle, qu'est né Omar KHAYÂM, l'un
  des plus grands poètes persans. Il consacra toute sa vie à
  l'étude. Les "Rubayates" constituent un ensemble de
  strophes de quatre lignes chacune, avec un choix de rimes
  originales qui alterne les sons graves et les intonations
  légères.
• Son véritable nom était Omar. En Orient l'usage voulait que
  chaque poète se donne un surnom. Il a donc conservé celui
  qui indiquait la profession de son père et la sienne ; celle des
  "faiseurs de tentes" KHAYAM.
• Entouré de nombreux amis, il cherchait avec eux dans le vin
  cette contemplation extatique que d'autres croyaient trouver
  dans des cris et des hurlements poussés jusqu'à extinction de
  voix, comme les derviches hurleurs, adeptes du Soufisme.
Omar KHAYAM
• Pendant une de ces soirées survint à l'improviste un
  coup de vent qui éteignit les chandelles et renversa
  la cruche de vin. La cruche fut brisée et le vin
  répandu. Aussitôt KHAYAM, irrité, improvisa ce
  quatrain impie à l'adresse du Tout Puissant :

• "Tu as brisé ma cruche de vin, mon Dieu ! tu as
  ainsi fermé sur moi la porte de la joie, mon Dieu !
  c'est moi qui bois, et c'est toi qui commets les
  désordres de l'ivresse ! Oh ! puisse ma bouche se
  remplir de terre ! Serais-tu ivre, mon Dieu ?"
Omar KHAYAM
• Après avoir prononcé ce blasphème, le poète, jetant les
  yeux sur une glace, se serait aperçu que son visage était
  noir comme du charbon. C'était la punition du ciel.
  Alors il fit cet autre quatrain non moins audacieux que
  le premier, et qui exprime d'une manière absolue la
  répulsion du poète pour la doctrine des peines futures,
  décrites dans le Coran et prêchées si chaleureusement
  par les mollahs :

• "Quel est l'homme ici-bas qui n'a point commis de
  péché, dis ? Celui qui n'en aurait point commis,
  comment aurait-il vécu, dis ? Si parce que je fais le
  mal, tu me punis par le mal, quelle est donc la
  différence qui existe entre toi et moi, dis ?"
Omar KHAYAM
• Chagrin et désespoir
• « En ce monde, contente-toi d'avoir peu d'amis.
• Ne cherche pas à rendre durable
• la sympathie que tu peux éprouver pour quelqu'un.
• Avant de prendre la main d'un homme,
• demande-toi si elle ne te frappera pas, un jour. »
• « Tu peux sonder la nuit qui nous entoure.
• Tu peux foncer sur cette nuit... Tu n'en sortiras pas.
• Adam et Ève, qu'il a dû être atroce, votre premier
  baiser,
• puisque vous nous avez créés désespérés »
Omar KHAYAM
• « Contente-toi de savoir que tout est mystère :
• la création du monde et la tienne,
• la destinée du monde et la tienne.
• Souris à ces mystères comme à un danger que tu
  mépriserais. »
• « Autrefois, quand je fréquentais les mosquées,
• je n'y prononçais aucune prière,
• mais j'en revenais riche d'espoir.
• Je vais toujours m'asseoir dans les mosquées,
• où l'ombre est propice au sommeil. »
Pablo NERUDA – Poète chilien-
                  ( 1904-1973)

« Il meurt lentement celui qui
ne voyage pas,
celui qui ne lit pas,
celui qui n’écoute pas de musique
celui qui ne sait pas trouver
grâce à ses yeux… »
Il meurt lentement
•   Il meurt len……                               doucement

•   celui qui ne voyage pas,
•   celui qui ne lit pas,
•   celui qui n'éc…. pas de musique,             n’entend

•   celui qui ne sait pas trouver
•   grâce à ses yeux.
•   Il meurt lentement
•   celui qui dét…. son amour-propre,            brise

•   celui qui ne se laisse jamais aider.
•   Il meurt lentement
•   celui qui devient esclave de l'habitude
•   refaisant tous les jours les mêmes che…. ,   des voies

•   celui qui ne change jamais de repère,
•   Ne se risque jamais à changer la couleur
•   de ses vêt……                                 des habits
Il meurt lentement
•   Ou qui ne parle jamais à un inc….               Un anonyme

•   Il meurt lentement
•   celui qui évite la passion
•   et son tourb….. d'émotions                      il tourne sur lui-même

•   celles qui redonnent la lumière dans les yeux
•   et réparent les cœurs ble….                     ensanglantés

•   Il meurt lentement
•   celui qui ne change pas de cap
•   lorsqu'il est mal…….                            A du chagrin

•   au travail ou en amour,
•   celui qui ne prend pas de risques
•   pour réaliser ses rêves,
•   celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
•   n'a fui les conseils sen… .                        Ont du sens
Il meurt lentement
• Vis mai……. !                               À présent




• Risque toi auj…….!                    À la date présente




• Ag.. tout de suite!                        Fais ou accomplis




• Ne te laisse pas mo…. lentement!                       périr




• Ne te prive pas d'être heu…. !                         gai
PAUL FORT
                        (1872-1960)




 Paul Fort, né à Reims (Marne) le 1er février 1872 et mort le 20 avril
1960 à Montlhéry (Essonne), est un poète et dramaturge français.
 Il est l'auteur d'une œuvre poétique abondante mêlée de symbolisme,
de simplicité et de lyrisme. Paul Fort fréquenta quelques-uns des
écrivains et poètes les plus connus de son temps : Paul Verlaine,
Stéphane Mallarmé, André Gide. Quelques-uns de ses poèmes furent
mis en musique et chantés par Georges Brassens : Le Petit cheval, La
Marine, Comme hier, Si le bon Dieu l'avait voulu.
Complainte du petit cheval blanc
• Le petit cheval dans le mauvais temps, qu'il avait donc
  du co….. !                        De l’audace

  C'était un petit cheval blanc, tous derrière et lui devant.
• Il n'y avait jamais de beau temps dans ce pauvre pay….
  .                                                   Décor naturel




  Il n'y avait jamais de printemps, ni derrière ni devant.
• Mais toujours il était content, menant les ga.. du
  village,                                      les gens

  à travers la pluie noire des champs, tous derrière et lui
  devant.
Complainte du petit cheval blanc
• Sa voiture allait poursuivant sa belle petite queue
  sau…. .                           Antonyme de domestique

  C'est alors qu'il était content, eux derrière et lui
  devant.
• Mais un jour, dans le mauvais temps, un jour qu'il
  était si sa.. ,                     antonyme de turbulent

  il est mort par un éclair blanc, tous derrière et lui
  devant.
• Il est mort sans voir le be.. temps, qu'il avait donc
  du courage !                            Antonyme de laid

  Il est mort sans voir le printemps ni derrière ni
  devant.
A Mireille dite « Petit Verglas »


Ne tremblez pas, mais je dois le dire elle fut ass……. au
couteau par un fichu mau…. garçon, dans sa chambre, là-bas
derrière le Pant…. , rue Descartes, où mourut Paul Verlaine.
        Ass……: tuée;    mau…: vilain;   Pant: monument

O! oui, je l'ai bien aimée ma petite "Petit Verglas" à moi si
bonne et si dou.. et si triste. Pourquoi sa tristesse ? Je ne
l'avais pas deviné, je ne pouvais pas le deviner.
                       Dou..: tendre

Non, je l'ai su après tu me l'avais caché que ton père était
mort sur l'écha…. , Petit Verglas ! J'aurais bien dû le
comprendre à tes sourires.
                       la potence
Petit verglas
J'aurais dû le deviner à tes petits yeux, battus de sang, à ton
bleu
regard indéfinissable, papillotant et plein de retenue.

Et moi qui avais toujours l'air de te dire " Mademoiselle,
voulez-vous partager ma statue ?
" Ah ! J'aurais dû comprendre à tes sourires, tes
yeux bleus battus et plein de retenue.
Et je t'appelais comme ça, le Petit Verglas, que c'est bête un
poète !
O! petite chair transie ! Moi, je l'ai su après que ton père était
mort ainsi...
Pardonne-moi, Petit Verglas. Volez, les anges !
NAZIM HIKMET, POETE TURC
       (1901-1963)
NAZIM HIKMET
• Nazım Hikmet est l'une des plus importantes figures
  de la littérature turque du XXe siècle, et l'un des
  premiers poètes turcs à utiliser des vers plus ou
  moins libres. Hikmet est devenu, de son vivant, un
  des poètes turcs les plus connus à l'Ouest et ses
  travaux ont été rapidement traduits dans
  différentes langues.
• Cependant, dans son propre pays, il fut condamné
  pour marxisme et demeura en Turquie, même après
  sa mort, un personnage controversé. Il passa
  quelque 17 années en prison et baptisa la poésie le
  plus sanglant des arts. Ses écrits soulignent la
  critique sociale.
La plus drôle des créatures
•   Comme le scorpion, mon frère,
•   Tu es comme le scorpion
•   Dans une nuit d’épou….. .                           La frayeur

•   Comme le moineau, mon frère,
•   Tu es comme le moineau
•   Dans ses menues inq……...                          Des craintes

•   Comme la moule, mon frère,
•   Tu es comme la moule
•   Enfermée et tran…… .                                  sereine

•   Tu es terrible, mon frère,
•   Comme la bouche d’un vol… éteint.      Quelquefois en éruption

•   Et tu n’es pas un, hélas,
•   Tu n’es pas cinq,
•   Tu es des millions.
La plus drôle des créatures
•   Tu es comme le mouton, mon frère,
•   Quand le bou….. habillé de ta peau                  il exécute

•   Quand le bourreau lève son bâton
•   Tu te hâ… de rentrer dans le troupeau                te presses

•   Et tu vas à l’abattoir en courant, presque fier.
•   Tu es la plus drôle des créatures, en somme,
•   Plus drôle que le poi….                            Vit dans l’eau

•   Qui vit dans la mer sans savoir la mer.
•   Et s’il y a tant de misère sur terre
•   C’est grâce à toi, mon frère,
•   Si nous sommes affamés, épu…. ,                         éreintés

•   Si nous somme écorchés jusqu’au sang,
•   Pressés comme la grappe pour donner notre vin,
•   Irai-je jusqu’à dire que c’est de ta faute, non
•   Mais tu y es pour beaucoup, mon frère.
Comme KEREM
• L’air est lourd comme du pl…                    un métal
• Je crie
• Je crie
• Je crie
• Je crie

•   Venez vite
•   je vous in….                                  convie
•   à faire fondre
•   du plomb

•   Il me dit
•   Tu prendras feu à ta propre voix
•   et cen… tu deviendras              matière après combustion
•   comme Kerem
•   brûlé à son amour
Comme Kerem
•   Tant
•   de misère
•   si peu
•   d’a…                              compagnons


•   Les oreilles des cœurs
•   sont sou…. .                      N’entendent pas


•   L’air est lourd comme du plomb.

• Et moi je lui dis
Comme Kerem
    « Que je brûle
•   Que cendre je devienne
    comme Kerem.
    Si je ne brûle pas
    si tu ne brûles pas
    si nous ne brûlons pas
    comment les tén…..                     L’obscurité
    deviendront-elles cla…   .             La lumière

    L’air est gros comme la terre
    L’air est lourd comme du plomb
    Je crie
    Je crie
    Je crie
    Je crie

    Venez vite
    je vous invite
    à faire fondre
    du plomb
José-maria de HEREDIA
     (1842-1905)
SOLEIL COUCHANT

• Les ajo… éclatants, parure du granit,
  Dorent l’âp.. sommet que le couchant allume ;
  Au loin, brillante encor par sa barre d’éc… ,
  La mer sans fin commence où la terre finit.
         Ajo…: fleurs jaunâtres; L’âp.. : rude ; éc… : mousse blanchâtre

  À mes pieds, c’est la nuit, le sil…. . Le nid
  Se tait, l’homme est rentré sous le chaume qui
  fume ;
  Seul, l’Angélus du soir, ébranlé dans la br… ,
  À la vaste rumeur de l’Oc… s’unit.
        Sil….: pas de bruit; br…: brouillard; l’oc… : grande mer
Soleil couchant



• Alors, comme du fond d’un ab… , des traînes,
  Des landes, des ravins, montent des voix loin……
  De pât… attardés ramenant le bétail.
            Ab…: gouffre; loin……: antonyme de proches; pât… : des bergers

  L’horizon tout entier s’enveloppe dans l’om… ,
  Et le so…. mourant, sur un ciel riche et sombre,
  Fer.. Les branches d’or de son rouge éventail.
         l’om…: l’obscurité; so…. : notre astre lumineux; fer..: clôt
KATEB YACINE, POETE
 ALGERIEN (1929-1989)
Bonjour
• Bonjour ma vie
  Et vous mes dés……. .            antonyme d’espoirs

  Me revoici aux fossés
  Où na…. ma misère !                        est née

  Toi mon vieux guignon,
  Je te rapporte un peu de cœur

 Bonjour, bonjour à tous
 Bonjour mes vieux co….. ;                     amis

 Je vous reviens avec ma gueule
 De paladin solitaire,
 Et je sais que ce soir
 Monteront des chants infe…..                d’enfer
BONJOUR
•   Voici le coin de boue
    Où dormait mon front fier,
    Aux hu…….. des vents,                   des cris prolongés
    Par les cris de Décembre ;
    Voici ma vie à moi,
    Ras…….      en poussière…                     mis ensemble

    Bonjour, toutes mes choses,
    J'ai suivi l'oiseau des tropiques
    Aux ran……. sublimes                           des marches
    Et me voici sanglant
    Avec des meu……….                              des blessures
    Dans mon cœur en rictus !…

    Bonjour mes horizons lourds,
    Mes vieilles vaches de chi….. :               des utopies
    Ainsi fleurit l'espoir
    Et mon jardin pourri !
    - Rid…..     tortue,                             absurde
    J'ai ouvert le bec
    Pour tomber sur des ronces

    Bonjour mes poèmes sans raison…
POUSSIÈRES DE JUILLET
• Le sang
  Reprend rac…                                    pied de l’arbre

  Oui
  Nous avions tout oublié
  Mais notre terre
  En enf…. tombée                             petite adolescence

  Sa vieille ard… se rallume                      de la vigueur



 Et même fus…..                                 exécutés

 Les hommes s’arrachent la terre
 Et même fusillés
 Ils tirent la terre à eux
 Comme une cou…….                           pour se couvrir

 Et bientôt les vivants n’auront plus où dormir
Poussières de juillet
•   Et sous la couverture
    Aux grands trous éto….                          Chargés d’étoiles

•   Il y a tant de morts
    Tenant les arbres par la racine
    Le cœur entre les dents

    Il y a tant de morts
    Crachant la terre par la po……               l        le buste
    Pour si peu de poussière
    Qui nous monte à la gorge
    Avec ce vent de feu

    N’ enterrez pas l’anc….                              L’aïeul
    Tant de fois abattu
    Laissez-le renouer la trame de son mas…..            Son carnage

    Pareille au jav…. tremblant                          une lance
    Qui le transperce
    Nous ramenons à notre gorge
    La longue escorte des as……. .                     des meurtriers
NEDJMA
•   Voyez la poitrine av…..                    Ne voit pas


•   Loin de l'amant sevré
•   Jamais ne sera mû.                         Prêt à cueillir


•   Le sein noirci par l'absence
•   Plus une bouche ne saura m'écu…            faire baver


•   Lakhdar s'endort avec d'autres que moi
•   Vous m'aviez pré…..                        avertie


•   J'avais rêvé la fusillade
•   Mais il devait revenir au cré…….           Coucher du soleil


•   Je devais lui cacher mes pleurs et son couteau
Nedjma
•   Et me voici vouée à la nuit sol……                   seule


•   Veuve jamais déflorée
•   Fleur aveugle cherchant l'élu emporté
•   En l'holo…… de fourmilière                  l’extermination


•   qui hante sa corolle
•   Ainsi m'a qui…. Lakhdar                      abandonnée


•   la mâle fourmi qui traversa
•   le par… altier de ma couche                  Il sent bon


•   pour tomber en ce tas de corps inconnus .
Théodore de BANVILLE
                    (1823-1891)



Théodore de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et
mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et
critique français. Célèbre pour les Odes funambulesques et les
Exilés, il est surnommé « le poète du bonheur ».
Ami de Victor Hugo, de Charles Baudelaire et de Théophile
Gautier, il est considéré dès son vivant comme l’un des plus
éminents poètes de son époque. Il a notamment découvert le
talent naissant d’Arthur Rimbaud.
Le verger du roi Louis
• Sur ses larges bras éte…. ,                    allongés

  La forêt où s'éveille Flore,
  A des chapelets de pend..                    suppliciés

  Que le matin caresse et dore.
  Ce bois som… , où le chêne arbore               obscur

  Des grappes de fruits inouïs
  Même chez le Turc et le Maure,
  C'est le verger du roi Louis.

  Tous ces pauvres gens morfondus,
  Roulant des pens… qu'on ignore,              des idées

  Dans des tourbillons éperdus
  Voltigent, palp…… encore.                  tressaillant

  Le soleil levant les dévore.
  Regardez-les, cieux éblouis,
  Danser dans les feux de l'au…. .                L’aube

  C'est le verger du roi Louis.
Le verger du roi Louis

Ces pendus, du di…. entendus,                Belzébuth

Appellent des pendus encore.
Tandis qu'aux cieux, d'azur tendus,
Où semble lui.. un météore,                  briller

La rosée en l'air s'évapore,
Un ess… d'oiseaux réjouis                    une nuée

Par-dessus leur tête picore.
C'est le verger du roi Louis.
Pri… , il est un bois que décore             fils du roi

Un tas de pendus enfouis
Dans le doux feui….. sonore.                 Le branchage

C'est le verger du toi Louis !
Aimé CESAIRE
 ( 1913-2008)
Cahier d’un retour au pays natal

Partir.
Mon cœur bruissait de générosités emphatiques.
Partir... j'arriverais lisse et jeune
dans ce pays mi.. et je dirais à ce pays              à moi



dont le limon entre dans la composition de ma chair :
J'ai longtemps erré et je reviens vers la hid…
                                             laideur monstrueuse


désertée de vos pl…. . »                           blessures
Cahier d’un retour au pays natal
• Ma bouche sera la bouche
• des mal….. qui n'ont point de bouche,       antonyme bonheurs


• ma voix, la liberté de celles qui s'affaissent
• au cac… du désespoir.                                 prison


• Et surtout mon corps aussi bien que mon âme,
  gardez-vous de vous croiser les bras en l'attitude
  stérile du spectateur, car la vie n'est pas un
  spectacle, car une mer de do……                      souffrances


• n'est pas un proscenium, car un homme qui crie
  n'est pas un ours qui danse...
Mahmoud DARWICH, poète palestinien
            (1941-2008)
A ma mère
•   Je me lang… du pain de ma mère                                 je m’ennuie
    du café de ma mère
    des caresses de ma mère
    jour après jour
    l’enfance gra…. en moi                                            croît
    j’aime mon âge
    car si je meurs
    j’aurai honte des lar… de ma mère                              des sanglots
    si un jour je reviens
    fais de moi un pend….. à tes cils                              bijou pendu
    recouvre mes os avec de l’herbe
    qui se sera purifiée à l’eau bénite de tes chevilles
    attache -moi avec une nat.. de tes cheveux                     une tresse
    avec un fil de la traîne de ta robe
    peut-être deviendrai-je un dieu
    oui un dieu
    si je parviens à toucher le fond de ton cœur
    si je reviens
    mets-moi ainsi qu’une brassée de bois dans ton four
    fais de moi une corde à linge sur la terrasse de ta maison
    car je ne peux plus me lever
    quand tu ne fais pas ta prière du jour
    j’ai vieilli
    rends-moi la const…….. de l’enfance                          ensemble d’étoiles
    que je puisse emprunter avec les petits oiseaux
    la voie du retour
Rita et le fusil

• Entre Rita et mes yeux: un fusil
  et celui qui connaît Rita se pros…..            Se met à genoux
  adresse une prière
  à la divi…. qui rayonne dans ses yeux de miel   Dieu au féminin


  Moi, j'ai embrassé Rita
  quand elle était petite
  je me rap….. comment elle se colla contre moi      je me souviens
  et de sa plus belle tresse couvrit mon bras
  je me rappelle Rita
  ainsi qu'un moi…. se rappelle son étang               un oiseau
  Ah Rita
  entre nous, mille oiseaux mille images
  d'innombrables rendez-vous
  cri…. de balles.                                         percés
Rita et le fusil
• Le nom de Rita prenait dans ma bouche un go.. de fête                    saveur
• dans mon sang le corps de Rita était célébration de noces
  deux ans durant, elle a dormi sur mon bras
  nous prêtâmes serment autour du plus beau calice
  et nous brulâmes
  dans le vin des lèvres
  et ressus…….                                                             Revivre

  Ah Rita
  qu'est-ce qui a pu élo….. mes yeux des tiens                mettre de la distance
• ho…. le sommeil                                                      à l’exception
  et les nuages de miel
  avant que ce fusil ne s'interpose entre nous
  il était une fois
  Ô silence du crép……                                                 le coucher
  au matin, ma lune a émigré, loin
  dans les yeux couleur de miel
  la ville
  a balayé tous les aèdes, et Rita
  entre Rita et mes yeux, un fusil.
JEAN RICHEPIN
  (1849-1926)
Les oiseaux de passage
Oh! vie heureuse des bou…… ! Qu´avril bourgeonne
Ou que décembre gè.. , ils sont fiers et contents.
Ce pigeon est aimé trois jours par sa pigeonne;
Ca lui suffit, il sait que l´amour n´a qu´un te…. .
          Bou…..: riches;        gè.. : givre;    te… : instant



Ce dindon a toujours béni sa des….. .
Et quand vient le moment de mourir il faut voir
Cette jeune oie en pl…. : "C´est là que je suis née;
Je meurs près de ma mère et j´ai fait mon devoir."
            des….. : destin au féminin;                pl…. : sanglots



Elle a fait son devoir! C´est-à-dire que oncques
Elle n´eut de sou…. impossible, elle n´eut
Aucun rêve de lune, aucun désir de jonque
L´emportant sans rameurs sur un fl…. inconnu.
           sou…. : des désirs;       fl…. : un grand cours d’eau
Les oiseaux de passage

Et tous sont ainsi faits! Vivre la même vie
Toujours pour ces gens-là cela n´est point hi….
Ce ca…. n´a qu´un bec, et n´eut jamais envie
Ou de n´en plus avoir ou bien d´en avoir deux.
              Hi…..: laid ;   ca…. : un palmipède



Ils n´ont aucun besoin de baiser sur les lèvres,
Et, loin des son… vains, loin des soucis cuisants,
Possèdent pour tout cœur un vis…. sans fièvres,
Un coucou régulier et garanti dix ans!
              Son… : des rêves; vis….: des boyaux



Oh! les gens bienheureux!... Tout à coup, dans l´esp… ,
Si haut qu´il semble aller lentement, un grand vol
En forme de triangle arrive, pla.. et passe.
Où vont-ils? Qui sont-ils? Comme ils sont loin du sol!
              L’esp… : le ciel ; pla..: vole sans battre des ailes
Les oiseaux de passage


Regardez-les passer! Eux, ce sont les sa…… .
Ils vont où leur désir le veut, par-dessus monts,
Et bois, et mers, et vents, et loin des esc……. .
L´air qu´ils boivent ferait éclater vos poumons.
           Sa……: ant. Domestiques; esc…….: asservissements




Regardez-les! Avant d´atteindre sa chi…. ,
Plus d´un, l´aile rom… et du sang plein les yeux,
Mourra. Ces pauvres gens ont aussi femme et mère,
Et savent les aimer aussi bien que vous, mieux.
                    Chi…. : utopie ; rom…: brisée
Les oiseaux de passage

Pour cho… cette femme et nourrir cette mère,
Ils pouvaient devenir volaille comme vous.
Mais ils sont avant tout les fils de la chimère,
Des assoi…. d´azur, des poètes, des fous.
           Cho… : entourer de tendresse; assoi…. : ont soif



Regardez-les, vieux coq, jeune oie édifiante!
Rien de vous ne pourra mon… aussi haut qu´eux.
Et le peu qui viendra d´eux à vous, c´est leur fiente.
Les bourgeois sont troublés de voir passer les gue.. .
           Mon… : grimper ; gue.. : mendiants ou pauvres gens
Philistins
• Philistins, épi…..                               marchands
• Tandis que vous caressiez
• Vos femmes

• En song…. aux petits                               pensant
• Que vos grossiers appétits
• Enge……                                     donnent naissance

• Vous pensiez : " Ils seront
• Menton rasé, ventre rond
• Nota…. »                                             notables

• Mais pour bien vous pu…                             châtier
• Un jour vous voyez venir
• Sur terre

• Des enfants non vou…                                   désirés
• Qui deviennent chevelus
• Poètes...
Guillaume APOLLINAIRE
                    ( 1880-1918)


Guillaume Apollinaire est un poète et
écrivain français, né en tant que sujet
polonais de l'Empire russe.
D'après sa fiche militaire, il est né le 26 août 1880 à Rome et
mort pour la France le 9 novembre 1918 à Paris.
Il est considéré comme l'un des poètes français les plus
importants du début du XXe siècle, auteur de poèmes tels que
Zone, La Chanson du Mal-Aimé, ou encore"Mai", ayant fait
l'objet de plusieurs adaptations en chanson au cours du siècle,
dont Le Pont Mirabeau …
Le Pont Mirabeau
• Sous le pont Mirabeau coule la Se…               fleuve

         Et nos amours
      Faut-il qu'il m'en sou……                   rappelle

  La joie venait toujours après la peine

    Vienne la nuit so…       l'heure               tinte

    Les jours s'en vont je demeure
  Les mains dans les mains restons face à face
        Tandis que sous
     Le pont de nos bras passe
  Des éternels regards l'on.. si lasse             l’eau
Le Pont Mirabeau
•    Vienne la nuit sonne l'heure
      Les jours s'en vont je demeure
    L'amour s'en va comme cette eau cour….    Qui coule
          L'amour s'en va
        Comme la vie est lente
    Et comme l'Espé….. est violente           l’espoir


      Vienne la nuit sonne l'heure
      Les jours s'en vont je demeure
    Passent les jours et passent les sem…..     7 jours


           Ni temps passé
       Ni les amours reviennent
    Sous le pont Mirabeau coule la Seine
      Vienne la nuit sonne l'heure
      Les jours s'en vont je demeure
L’ adieu

J'ai cueilli ce brin de bruyère
L'automne est morte souviens-t'en
Nous ne nous verrons plus sur terre
Odeur du temps Brin de bruyère
Et souviens-toi que je t'attends
ANTOINE POL
 (1888-1971)
Les passantes
• Je veux déd… ce poème                     rendre hommage

  A toutes les femmes qu'on aime
  Pendant quelques ins….. secrets                  moments
  A celles qu'on connait à peine
  Qu'un destin différent entraîne
  Et qu'on ne retrouve jamais
  A celle qu'on voit apparaître
  Une seconde à sa fenêtre
  Et qui, pres.. , s'évanouit                 prompt et agile
  Mais dont la svelte silhouette
  Est si gracieuse et flu….                 délicate et gracile
  Qu'on en demeure épanoui
  A la compagne de voyage
  Dont les yeux, char…. paysage                         doux
  Font paraître court le chemin
  Qu'on est seul, peut-être, à comprendre
  Et qu'on laisse pourtant descendre
  Sans avoir effl…. sa main                             caressé
Les passantes

• A celles qui sont déjà prises
  Et qui, vivant des heures grises
  Près d'un être trop dif……                   dissemblable
  Vous ont, inutile folie,
  Laissé voir la mél…….                         La tristesse
  D'un avenir désespérant
  Chères images ape…..                           entrevues
  Espérances d'un jour déçues
  Vous serez dans l'oubli demain
  Pour peu que le bonheur survienne
  Il est rare qu'on se souvienne
  Des épis…. du chemin                  récits qui se suivent
Les passantes

• Mais si l'on a manqué sa vie
  On so… avec un peu d'envie                        on rêve
  A tous ces bonheurs entr….                        aperçus
  Aux baisers qu'on n'osa pas prendre
  Aux cœurs qui doivent vous attendre
  Aux yeux qu'on n'a jamais revus
    Alors, aux soirs de lassi….           Une grande fatigue
    Tout en peuplant sa solitude
    Des fan….. du souvenir                      des spectres
    On pleure les lèvres absentes
    De toutes ces belles passantes
    Que l'on n'a pas su retenir
•
Léopold-Sedar SENGHOR: Poète Sénégalais
              (1906-2001)
Femme noire
Femme nue, femme noire
Vê… de ta couleur qui est vie,                          habillée
de ta forme qui est beauté
J'ai grandi à ton ombre; la dou…. de tes mains         tendresse
bandait mes yeux
Et voilà qu'au cœur de l'Eté et de Midi,
Je te découvre, Terre promise, du haut
d'un haut col cal….                                        brûlé
Et ta beauté me foudroie en plein cœur,
comme l'éclair d'un ai…                            oiseau royal
Femme nue, femme obscure
Fruit mûr à la chair ferme, so…..                       obscurs

extases du vin noir, bouche qui fais
lyrique ma bouche
Sav… aux horizons purs, savane qui               plaine d’Afrique
frémis aux caresses ferventes du
Vent d'Est
Tamtam sculpté, tamtam tendu
qui gronde sous les doigts du vainqueur
Ta voix grave de contralto est le chant
spirituel de l'Aimée
Jacques PREVERT
                           (1900-1977)
• Oh ! je voudrais tant que tu te souviennes            Tu te r
  Des jours heureux où nous étions amis.
  En ce temps-là la vie était plus belle,
  Et le soleil plus brûlant qu'aujourd'hui.      Il nous dore
  Les feuilles mortes se ramassent à la pelle.
  Tu vois, je n'ai pas oublié...
  Les feuilles mortes se ramassent à la pelle,
  Les souvenirs et les regrets aussi                     les r
  Et le vent du nord les emporte
  Dans la nuit froide de l'oubli.
  Tu vois, je n'ai pas oublié
  La chanson que tu me chantais.
Les feuilles mortes
•   Oh ! je voudrais tant que tu te sou…….         Tu te rappelles
    Des jours heureux où nous étions amis.
    En ce temps-là la vie était plus belle,
    Et le so…. plus brûlant qu'aujourd'hui.         Il nous dore
    Les feuilles mortes se ramassent à la pelle.
    Tu vois, je n'ai pas oublié...
    Les feuilles mortes se ramassent à la pelle,
    Les souvenirs et les reg…. aussi                les remords
    Et le vent du nord les emporte
    Dans la nuit fro… de l'oubli.                   glacée
    Tu vois, je n'ai pas oublié
    La chanson que tu me chantais.

•   C'est une chanson qui nous ressemble.
    Toi, tu m'aimais et je t'aimais
    Et nous viv…. tous deux ensemble,               demeurions
    Toi qui m'aimais, moi qui t'aimais.
    Mais la vie sép… ceux qui s'aiment,             sépare
    Tout doucement, sans faire de bruit
    Et la mer ef…. sur le sable                     fait disparaitre
    Les pas des amants désunis.
Les feuilles mortes

• Les feuilles mortes se ramassent à la pelle,
  Les souvenirs et les regrets aussi.

       Mais mon amour sil……. et fidèle                   muet
       Sourit toujours et remercie la vie.
       Je t'aimais tant, tu étais si jo… .               belle
       Comment veux-tu que je t'oublie ?
       En ce temps-là, la vie était plus belle
       Et le soleil plus brûlant qu'aujourd'hui.
       Tu étais ma plus douce amie
       Mais je n'ai que faire des re…..            des remords
       Et la chanson que tu chantais,
       Toujours, toujours je l'entendrai !
Jean SENAC – Poète Algérien-
         (1926-1973)
Citoyens de beauté
Et maintenant nous chanterons l’amour
Car il n’y a pas de Révolution sans a . . . . ,
Il n’y a pas de matin sans sourire.
La be . . . . sur nos lèvres est un fruit continu,
Elle a ce goût précis des oursins que l’on cueille
                         A l’aube
Et qu’on dég . . . . alors que l’Oursin d’Or
S’arrache aux br . . . .      et sur les vagues module
•                       Son chant.
•   a....: une idylle; be…. : antonyme de laideur; dég….: savoure; br…. : de légers brouillards
Citoyens de beauté

Car tout est chant – hor . . . la mort !          À l’exception


              Je t’aime !
O vous tous qui constituez la beauté ser . . . . tranquille
              Ou violente,
Corps pris dans l’alchimie inlassable de la Révolution,
Regards incorruptibles , baisers, désirs dans les
Tâtonnements de notre lu… ,                          combat


Points d’appui, points réels pour ponctuer
                 Notre espérance,
O vous, frères, citoyens de beauté, entrez dans
                  Le Po… !                      Texte en vers
MAIAKOVSKI – Poète russe-
       ( 1893-1930)
Est-ce vous?

•   Moi, intr….. ,                                        ne craint pas le danger
    je porte aux siècles ma haine des rayons du jour;
    l’âme tendue comme un nerf de cuivre,
    je suis l’emp….. des lampes.                                  Le roi des rois
    Venez à moi, vous tous qui avez déchiré le silence,
    Qui hu…. ,                                                             criez
    Le cou serré dans les nœuds coulants de midi.
    Mes paroles,
    Simples comme un mugi……. ,                                    beuglement
    Vous révèleront
    Nos âmes nouvelles,

•   Bourd……..                                                     bruissantes

•   Comme l’arc électrique.
Est-ce vous?
•   De mes doigts je n’ai qu’à toucher vos têtes,
    Et il vous poussera
    Des lèvres
    Faites pour d’éno…. Baisers                                très grands
    Et une langue
    Que tous les peuples comprendront.
    Mais moi, avec mon âme boitillante,
    Je m’en irai vers mon trô..                                Siège princier
    Sous les voûtes usées, trouées d’étoiles.
    Je m’allongerai,
    Lum….. ,                                                   rayonnant
    Revêtu de paresse,
    Sur une couche moelleuse de vrai fumier,
    Et doucement,
    Baisant les genoux des traverses,
    La roue d’une locomotive étrei…. ton cou.                   serrera
Boris VIAN
                   ( 1920-1959)
Monsieur le Président je vous fais une lettre
Que vous lirez peut-être
Si vous avez le temps                           un instant
Je viens de recevoir
Mes papiers militaires                          de soldat
Pour partir à la guerre
Avant mercredi soir
Monsieur le Président
je ne veux pas la faire
je ne suis pas sur terre
Pour tuer des pauvres gens                      de misérables
C’est pas pour vous fâcher
Il faut que je vous dise
Ma décision est prise
je m’en vais déserter
Le Déserteur

• Monsieur le Président je vous fais une lettre
  Que vous lirez peut-être
  Si vous avez le te…                             un instant
  Je viens de recevoir
  Mes papiers mi……..                              de soldat
  Pour partir à la guerre
  Avant mercredi soir
  Monsieur le Président
  je ne veux pas la faire
  je ne suis pas sur terre
  Pour tuer des pa….. gens                        de misérables
  C’est pas pour vous fâcher
  Il faut que je vous dise
  Ma déc….. est prise                              mon choix
  je m’en vais déserter
Le Déserteur

• Depuis que je suis né
  J’ai vu mo…. mon père                      périr
  J’ai vu partir mes frères
  Et pleurer mes enfants
  Ma mère a tant sou…..                  avoir mal
  Qu’elle est dedans sa tombe
  Et se moque des bombes
  Et se moque des vers
  Quand j’étais pri…….                     bagnard
  On m’a volé ma femme
  On m’a volé mon âme
  Et tout mon cher passé
  Demain de bon matin
  Je fermerai ma porte
  Au nez des années mortes
  J’irai sur les ch…..                  des sentiers
Le Déserteur

• Je men…… ma vie                    demander l’aumône
  Sur les routes de France
  De Bretagne en Provence
  Et je dirai aux gens
  Ref…. d’obéir                              dire non
  Refusez de la faire
  N’allez pas à la guerre
  Refusez de partir
  S’il faut donner son sa..               hémoglobine
  Allez donner le vôtre
  Vous êtes bon apôtre
  Monsieur le Président
  Si vous me pour……                       courir derrière
  Prévenez vos gendarmes
  Que je n’aurai pas d’armes
  Et qu’ils pourront ti… .                     faire feu
LETTRE D'UN AFRICAIN POUR SON HOMOLOGUE BLANC

Cher frère blanc,
Quand je suis né, j’étais noir
Quand j'ai grandi,j‘étais noir
Quand je vais au soleil, je suis noir
Quand j'ai peur, je suis noir
Quand je suis malade, je suis noir
Quand je mourrai,je serai noir
Tandis que toi, homme blanc
Quand tu es né,tu étais rose               André BRINK (Afrique du Sud)
Quand tu as grandi,tu étais blanc
Quand tu vas au soleil,tu es rouge
Quand tu as froid,tu es bleu
Quand tu as peur,tu es vert
Quand tu es malade,tu es jaune
Quand tu mourras,tu seras grisLETT
Et après ça tu as le toupet de m'appeler

"HOMME DE COULEUR"
Poètes d’ici et d’ailleurs
Atelier d’Expression et de Créativité
Conception et réalisation:



Smaïl GRIM
Responsable Culture & Santé

Recommandé

Florileges
Florileges Florileges
Florileges EPSILIM
 
Aragon, le fou d'elsa
Aragon, le fou d'elsaAragon, le fou d'elsa
Aragon, le fou d'elsaEPSILIM
 
Jeu de rimes diapo
Jeu de rimes diapoJeu de rimes diapo
Jeu de rimes diapoEPSILIM
 
Victor hugo
Victor hugoVictor hugo
Victor hugoEPSILIM
 
Bras de fer
Bras  de  ferBras  de  fer
Bras de ferEPSILIM
 
Présentation des ateliers
Présentation des ateliersPrésentation des ateliers
Présentation des ateliersEPSILIM
 
Alphonse de Lamartine
Alphonse de LamartineAlphonse de Lamartine
Alphonse de LamartineEPSILIM
 
Les lettres de mon moulin
Les  lettres de mon moulinLes  lettres de mon moulin
Les lettres de mon moulinEPSILIM
 

Contenu connexe

Tendances (20)

Sonnets
SonnetsSonnets
Sonnets
 
Georges Emmanuel Clancier
Georges Emmanuel ClancierGeorges Emmanuel Clancier
Georges Emmanuel Clancier
 
Jean de la fontaine
Jean de la fontaineJean de la fontaine
Jean de la fontaine
 
Ce que dit l'hiver
Ce que dit l'hiverCe que dit l'hiver
Ce que dit l'hiver
 
Lelac
LelacLelac
Lelac
 
Cahiers de Poésie 18
Cahiers de Poésie 18Cahiers de Poésie 18
Cahiers de Poésie 18
 
Atelier lecture hugo
Atelier lecture hugoAtelier lecture hugo
Atelier lecture hugo
 
Enfant poete
Enfant poeteEnfant poete
Enfant poete
 
Recueil "L'insolent Ciel", Marius Dion
Recueil "L'insolent Ciel", Marius DionRecueil "L'insolent Ciel", Marius Dion
Recueil "L'insolent Ciel", Marius Dion
 
La littérature
La littératureLa littérature
La littérature
 
Lettres De Mon Moulin _ Dodobuzz.weebly.com
Lettres De Mon Moulin _ Dodobuzz.weebly.comLettres De Mon Moulin _ Dodobuzz.weebly.com
Lettres De Mon Moulin _ Dodobuzz.weebly.com
 
Lettres de mon moulin
Lettres de mon moulinLettres de mon moulin
Lettres de mon moulin
 
Le papillon de 3 nuits par stan
Le papillon de 3 nuits par stanLe papillon de 3 nuits par stan
Le papillon de 3 nuits par stan
 
Tes sur la vague
Tes sur la vagueTes sur la vague
Tes sur la vague
 
Serie noire
Serie noireSerie noire
Serie noire
 
Othello
OthelloOthello
Othello
 
Caractérisation des œuvres baroques et classiques - 1
Caractérisation des œuvres baroques et classiques - 1Caractérisation des œuvres baroques et classiques - 1
Caractérisation des œuvres baroques et classiques - 1
 
Textes bac 2011 sans dom juan
Textes bac 2011   sans dom juanTextes bac 2011   sans dom juan
Textes bac 2011 sans dom juan
 
Verlaine selección de poemas
Verlaine selección de poemasVerlaine selección de poemas
Verlaine selección de poemas
 
Win#25 mots maux
Win#25 mots mauxWin#25 mots maux
Win#25 mots maux
 

En vedette

Revisiter Auguste Renoir
Revisiter Auguste Renoir Revisiter Auguste Renoir
Revisiter Auguste Renoir EPSILIM
 
Voltaire zadig
Voltaire zadigVoltaire zadig
Voltaire zadigEPSILIM
 
Biographies
BiographiesBiographies
BiographiesEPSILIM
 
Paroles chanson le déserteur
Paroles chanson le déserteurParoles chanson le déserteur
Paroles chanson le déserteurjeanphilippeguy
 
PrésiTrack : l'analyse de la semaine du 13 au 17 mars
PrésiTrack : l'analyse de la semaine du 13 au 17 marsPrésiTrack : l'analyse de la semaine du 13 au 17 mars
PrésiTrack : l'analyse de la semaine du 13 au 17 marsAlexandre Rousset
 
Cours algorithmique et complexite complet
Cours algorithmique et complexite completCours algorithmique et complexite complet
Cours algorithmique et complexite completChahrawoods Dmz
 
Standard fci grand anglo français blanc et noir
Standard fci grand anglo français blanc et noirStandard fci grand anglo français blanc et noir
Standard fci grand anglo français blanc et noirelyaneforet
 
Webassadors mixology #21 - L'actu' Web de la semaine du 24.11.14
Webassadors mixology #21 - L'actu' Web de la semaine du 24.11.14Webassadors mixology #21 - L'actu' Web de la semaine du 24.11.14
Webassadors mixology #21 - L'actu' Web de la semaine du 24.11.14Webassadors
 
Como se mide la vida
Como se mide la vidaComo se mide la vida
Como se mide la vidaLUZ M.
 
Alejandro Magno
Alejandro MagnoAlejandro Magno
Alejandro MagnoLUZ M.
 
MANUEL RODRIGUEZ CASANUEVA - ENTREVISTA
MANUEL RODRIGUEZ CASANUEVA - ENTREVISTAMANUEL RODRIGUEZ CASANUEVA - ENTREVISTA
MANUEL RODRIGUEZ CASANUEVA - ENTREVISTAASPM
 
Pido perdon...
Pido perdon...Pido perdon...
Pido perdon...LUZ M.
 
Quién es el espíritu santo
Quién es el espíritu santoQuién es el espíritu santo
Quién es el espíritu santoRita Patri
 
Como se hace_la_vida
Como se hace_la_vidaComo se hace_la_vida
Como se hace_la_vidaLUZ M.
 
Cena de verano de ASPM
Cena de verano de ASPMCena de verano de ASPM
Cena de verano de ASPMASPM
 
PRESENTACION DE KEYDM JEREZ
PRESENTACION DE KEYDM JEREZPRESENTACION DE KEYDM JEREZ
PRESENTACION DE KEYDM JEREZASPM
 
Présentation type
Présentation type Présentation type
Présentation type Ines Ouali
 
LAS TIC´S
LAS TIC´SLAS TIC´S
LAS TIC´Sbryclau
 

En vedette (20)

Revisiter Auguste Renoir
Revisiter Auguste Renoir Revisiter Auguste Renoir
Revisiter Auguste Renoir
 
Voltaire zadig
Voltaire zadigVoltaire zadig
Voltaire zadig
 
Biographies
BiographiesBiographies
Biographies
 
Paroles chanson le déserteur
Paroles chanson le déserteurParoles chanson le déserteur
Paroles chanson le déserteur
 
PrésiTrack : l'analyse de la semaine du 13 au 17 mars
PrésiTrack : l'analyse de la semaine du 13 au 17 marsPrésiTrack : l'analyse de la semaine du 13 au 17 mars
PrésiTrack : l'analyse de la semaine du 13 au 17 mars
 
Cours algorithmique et complexite complet
Cours algorithmique et complexite completCours algorithmique et complexite complet
Cours algorithmique et complexite complet
 
Standard fci grand anglo français blanc et noir
Standard fci grand anglo français blanc et noirStandard fci grand anglo français blanc et noir
Standard fci grand anglo français blanc et noir
 
Webassadors mixology #21 - L'actu' Web de la semaine du 24.11.14
Webassadors mixology #21 - L'actu' Web de la semaine du 24.11.14Webassadors mixology #21 - L'actu' Web de la semaine du 24.11.14
Webassadors mixology #21 - L'actu' Web de la semaine du 24.11.14
 
Como se mide la vida
Como se mide la vidaComo se mide la vida
Como se mide la vida
 
Alejandro Magno
Alejandro MagnoAlejandro Magno
Alejandro Magno
 
MANUEL RODRIGUEZ CASANUEVA - ENTREVISTA
MANUEL RODRIGUEZ CASANUEVA - ENTREVISTAMANUEL RODRIGUEZ CASANUEVA - ENTREVISTA
MANUEL RODRIGUEZ CASANUEVA - ENTREVISTA
 
Pido perdon...
Pido perdon...Pido perdon...
Pido perdon...
 
Présentation clévacances
Présentation clévacancesPrésentation clévacances
Présentation clévacances
 
Quién es el espíritu santo
Quién es el espíritu santoQuién es el espíritu santo
Quién es el espíritu santo
 
Como se hace_la_vida
Como se hace_la_vidaComo se hace_la_vida
Como se hace_la_vida
 
Cena de verano de ASPM
Cena de verano de ASPMCena de verano de ASPM
Cena de verano de ASPM
 
PRESENTACION DE KEYDM JEREZ
PRESENTACION DE KEYDM JEREZPRESENTACION DE KEYDM JEREZ
PRESENTACION DE KEYDM JEREZ
 
Présentation type
Présentation type Présentation type
Présentation type
 
LAS TIC´S
LAS TIC´SLAS TIC´S
LAS TIC´S
 
Akouenaomi
AkouenaomiAkouenaomi
Akouenaomi
 

Similaire à Poètes dici et dailleurs

quelque chose pour vous, que je mourrais pour le faire,—je vou.docx
quelque chose pour vous, que je mourrais pour le faire,—je vou.docxquelque chose pour vous, que je mourrais pour le faire,—je vou.docx
quelque chose pour vous, que je mourrais pour le faire,—je vou.docxamrit47
 
Michel Ghelderode, recherche
Michel Ghelderode, rechercheMichel Ghelderode, recherche
Michel Ghelderode, recherchefakiki
 
Présentation Mission Je ne me souviens pas 2017
Présentation Mission Je ne me souviens pas 2017Présentation Mission Je ne me souviens pas 2017
Présentation Mission Je ne me souviens pas 2017i-voix
 
Hommage à René Char
Hommage à René CharHommage à René Char
Hommage à René Charal1gou
 
Spleen de paris presentation
Spleen de paris presentationSpleen de paris presentation
Spleen de paris presentationglederma
 
Pierre St Vincent Spasmotsfolies ch1 à 6 mars 2015
Pierre St Vincent Spasmotsfolies ch1 à 6 mars 2015Pierre St Vincent Spasmotsfolies ch1 à 6 mars 2015
Pierre St Vincent Spasmotsfolies ch1 à 6 mars 2015Pierre ST Vincent
 
Petite histoire de la poésie
Petite histoire de la poésiePetite histoire de la poésie
Petite histoire de la poésieJeff Laroumagne
 
Anthologie reves
Anthologie revesAnthologie reves
Anthologie revescamille974
 
Po Sie Qu B Coise2
Po Sie Qu B Coise2Po Sie Qu B Coise2
Po Sie Qu B Coise2yourcenar22
 

Similaire à Poètes dici et dailleurs (20)

quelque chose pour vous, que je mourrais pour le faire,—je vou.docx
quelque chose pour vous, que je mourrais pour le faire,—je vou.docxquelque chose pour vous, que je mourrais pour le faire,—je vou.docx
quelque chose pour vous, que je mourrais pour le faire,—je vou.docx
 
Jacques Brel, le Chanteur Belge
Jacques Brel, le Chanteur BelgeJacques Brel, le Chanteur Belge
Jacques Brel, le Chanteur Belge
 
Expo novembre 2012
Expo novembre 2012Expo novembre 2012
Expo novembre 2012
 
Michel Ghelderode, recherche
Michel Ghelderode, rechercheMichel Ghelderode, recherche
Michel Ghelderode, recherche
 
Présentation Mission Je ne me souviens pas 2017
Présentation Mission Je ne me souviens pas 2017Présentation Mission Je ne me souviens pas 2017
Présentation Mission Je ne me souviens pas 2017
 
Écrivains
ÉcrivainsÉcrivains
Écrivains
 
Camus letranger (1)
Camus letranger (1)Camus letranger (1)
Camus letranger (1)
 
Hommage à René Char
Hommage à René CharHommage à René Char
Hommage à René Char
 
If You Knew Robert Desnos
If You Knew Robert DesnosIf You Knew Robert Desnos
If You Knew Robert Desnos
 
Spleen de paris presentation
Spleen de paris presentationSpleen de paris presentation
Spleen de paris presentation
 
Pres album rimbaud 13
Pres album rimbaud 13Pres album rimbaud 13
Pres album rimbaud 13
 
Pres album rimbaud 13
Pres album rimbaud 13Pres album rimbaud 13
Pres album rimbaud 13
 
Pres album rimbaud 13
Pres album rimbaud 13Pres album rimbaud 13
Pres album rimbaud 13
 
Amadou hampate ba
Amadou hampate baAmadou hampate ba
Amadou hampate ba
 
Pierre St Vincent Spasmotsfolies ch1 à 6 mars 2015
Pierre St Vincent Spasmotsfolies ch1 à 6 mars 2015Pierre St Vincent Spasmotsfolies ch1 à 6 mars 2015
Pierre St Vincent Spasmotsfolies ch1 à 6 mars 2015
 
Baudelaire2 claudia e viktoryia
Baudelaire2 claudia e viktoryiaBaudelaire2 claudia e viktoryia
Baudelaire2 claudia e viktoryia
 
Le chant ininterrompu des Européens (Minute n°2828)
Le chant ininterrompu des Européens (Minute n°2828)Le chant ininterrompu des Européens (Minute n°2828)
Le chant ininterrompu des Européens (Minute n°2828)
 
Petite histoire de la poésie
Petite histoire de la poésiePetite histoire de la poésie
Petite histoire de la poésie
 
Anthologie reves
Anthologie revesAnthologie reves
Anthologie reves
 
Po Sie Qu B Coise2
Po Sie Qu B Coise2Po Sie Qu B Coise2
Po Sie Qu B Coise2
 

Plus de EPSILIM

Le livre d'or
Le livre d'orLe livre d'or
Le livre d'orEPSILIM
 
Le livre d'or
Le livre d'orLe livre d'or
Le livre d'orEPSILIM
 
Culture et santé prestations
Culture et santé prestationsCulture et santé prestations
Culture et santé prestationsEPSILIM
 
Le livre d'or
Le livre d'orLe livre d'or
Le livre d'orEPSILIM
 
Le livre d'or
Le livre d'orLe livre d'or
Le livre d'orEPSILIM
 
Biographies
BiographiesBiographies
BiographiesEPSILIM
 
Catalogue de formation 2013 a4
Catalogue de formation 2013 a4Catalogue de formation 2013 a4
Catalogue de formation 2013 a4EPSILIM
 
Biographies
BiographiesBiographies
BiographiesEPSILIM
 
Ppt template
Ppt templatePpt template
Ppt templateEPSILIM
 
La pratique théâtrale
La pratique théâtraleLa pratique théâtrale
La pratique théâtraleEPSILIM
 
Guy de maupassant
Guy de maupassantGuy de maupassant
Guy de maupassantEPSILIM
 

Plus de EPSILIM (11)

Le livre d'or
Le livre d'orLe livre d'or
Le livre d'or
 
Le livre d'or
Le livre d'orLe livre d'or
Le livre d'or
 
Culture et santé prestations
Culture et santé prestationsCulture et santé prestations
Culture et santé prestations
 
Le livre d'or
Le livre d'orLe livre d'or
Le livre d'or
 
Le livre d'or
Le livre d'orLe livre d'or
Le livre d'or
 
Biographies
BiographiesBiographies
Biographies
 
Catalogue de formation 2013 a4
Catalogue de formation 2013 a4Catalogue de formation 2013 a4
Catalogue de formation 2013 a4
 
Biographies
BiographiesBiographies
Biographies
 
Ppt template
Ppt templatePpt template
Ppt template
 
La pratique théâtrale
La pratique théâtraleLa pratique théâtrale
La pratique théâtrale
 
Guy de maupassant
Guy de maupassantGuy de maupassant
Guy de maupassant
 

Poètes dici et dailleurs

  • 1. Poètes d’ici et d’ailleurs Des vers à la santé de Smaïl Grim OMAR KHAYAM THEODORE DE BANVILLE GUILLAUME KHAYAM OMAR APOLLINAIRE THEODORE DE BANVILLE JEAN RICHEPIN NAZIM HIKMET JEAN RICHEPIN NAZIM NERUDA PABLO HIKMET KATEB YACINE PABLO NERUDA MAIAKOVSKi KATEB YACINE ANDRE BRINK MAIAKOVSKY JEAN SENAC JEAN SENAC PAUL FORT MAHMOUDFORT PAUL DARWICH MAHMOUD DARWICH ANTOINE POL ANTOINE POL José-Maria de HEREDIA JEAN MARIA PREVERT JACQUES DE HEREDIA BORIS VIAN JACQUES PREVERT AIME CESAIRE
  • 2. « Tout homme bien portant peut se passer de manger pendant deux jours,-de poésie, jamais. » Charles Baudelaire Le principe de cet atelier est de mêler divers genres poétiques: poésie lyrique, dramatique, épique, satirique et narrative, d’ici et d’ailleurs, auxquelles sont ajoutées quelques chansons, considérées, à juste titre, comme des poèmes à part entière. Car les domaines de la poésie et de la chanson ont des frontières bien fragiles et sont autant de fenêtres sur le monde. Smaïl Grim
  • 3. OMAR KHAYÂM -POETE PERSE – LES RUBAÏYATES • C'est vers la fin du XIe siècle, qu'est né Omar KHAYÂM, l'un des plus grands poètes persans. Il consacra toute sa vie à l'étude. Les "Rubayates" constituent un ensemble de strophes de quatre lignes chacune, avec un choix de rimes originales qui alterne les sons graves et les intonations légères. • Son véritable nom était Omar. En Orient l'usage voulait que chaque poète se donne un surnom. Il a donc conservé celui qui indiquait la profession de son père et la sienne ; celle des "faiseurs de tentes" KHAYAM. • Entouré de nombreux amis, il cherchait avec eux dans le vin cette contemplation extatique que d'autres croyaient trouver dans des cris et des hurlements poussés jusqu'à extinction de voix, comme les derviches hurleurs, adeptes du Soufisme.
  • 4. Omar KHAYAM • Pendant une de ces soirées survint à l'improviste un coup de vent qui éteignit les chandelles et renversa la cruche de vin. La cruche fut brisée et le vin répandu. Aussitôt KHAYAM, irrité, improvisa ce quatrain impie à l'adresse du Tout Puissant : • "Tu as brisé ma cruche de vin, mon Dieu ! tu as ainsi fermé sur moi la porte de la joie, mon Dieu ! c'est moi qui bois, et c'est toi qui commets les désordres de l'ivresse ! Oh ! puisse ma bouche se remplir de terre ! Serais-tu ivre, mon Dieu ?"
  • 5. Omar KHAYAM • Après avoir prononcé ce blasphème, le poète, jetant les yeux sur une glace, se serait aperçu que son visage était noir comme du charbon. C'était la punition du ciel. Alors il fit cet autre quatrain non moins audacieux que le premier, et qui exprime d'une manière absolue la répulsion du poète pour la doctrine des peines futures, décrites dans le Coran et prêchées si chaleureusement par les mollahs : • "Quel est l'homme ici-bas qui n'a point commis de péché, dis ? Celui qui n'en aurait point commis, comment aurait-il vécu, dis ? Si parce que je fais le mal, tu me punis par le mal, quelle est donc la différence qui existe entre toi et moi, dis ?"
  • 6. Omar KHAYAM • Chagrin et désespoir • « En ce monde, contente-toi d'avoir peu d'amis. • Ne cherche pas à rendre durable • la sympathie que tu peux éprouver pour quelqu'un. • Avant de prendre la main d'un homme, • demande-toi si elle ne te frappera pas, un jour. » • « Tu peux sonder la nuit qui nous entoure. • Tu peux foncer sur cette nuit... Tu n'en sortiras pas. • Adam et Ève, qu'il a dû être atroce, votre premier baiser, • puisque vous nous avez créés désespérés »
  • 7. Omar KHAYAM • « Contente-toi de savoir que tout est mystère : • la création du monde et la tienne, • la destinée du monde et la tienne. • Souris à ces mystères comme à un danger que tu mépriserais. » • « Autrefois, quand je fréquentais les mosquées, • je n'y prononçais aucune prière, • mais j'en revenais riche d'espoir. • Je vais toujours m'asseoir dans les mosquées, • où l'ombre est propice au sommeil. »
  • 8. Pablo NERUDA – Poète chilien- ( 1904-1973) « Il meurt lentement celui qui ne voyage pas, celui qui ne lit pas, celui qui n’écoute pas de musique celui qui ne sait pas trouver grâce à ses yeux… »
  • 9. Il meurt lentement • Il meurt len…… doucement • celui qui ne voyage pas, • celui qui ne lit pas, • celui qui n'éc…. pas de musique, n’entend • celui qui ne sait pas trouver • grâce à ses yeux. • Il meurt lentement • celui qui dét…. son amour-propre, brise • celui qui ne se laisse jamais aider. • Il meurt lentement • celui qui devient esclave de l'habitude • refaisant tous les jours les mêmes che…. , des voies • celui qui ne change jamais de repère, • Ne se risque jamais à changer la couleur • de ses vêt…… des habits
  • 10. Il meurt lentement • Ou qui ne parle jamais à un inc…. Un anonyme • Il meurt lentement • celui qui évite la passion • et son tourb….. d'émotions il tourne sur lui-même • celles qui redonnent la lumière dans les yeux • et réparent les cœurs ble…. ensanglantés • Il meurt lentement • celui qui ne change pas de cap • lorsqu'il est mal……. A du chagrin • au travail ou en amour, • celui qui ne prend pas de risques • pour réaliser ses rêves, • celui qui, pas une seule fois dans sa vie, • n'a fui les conseils sen… . Ont du sens
  • 11. Il meurt lentement • Vis mai……. ! À présent • Risque toi auj…….! À la date présente • Ag.. tout de suite! Fais ou accomplis • Ne te laisse pas mo…. lentement! périr • Ne te prive pas d'être heu…. ! gai
  • 12. PAUL FORT (1872-1960) Paul Fort, né à Reims (Marne) le 1er février 1872 et mort le 20 avril 1960 à Montlhéry (Essonne), est un poète et dramaturge français. Il est l'auteur d'une œuvre poétique abondante mêlée de symbolisme, de simplicité et de lyrisme. Paul Fort fréquenta quelques-uns des écrivains et poètes les plus connus de son temps : Paul Verlaine, Stéphane Mallarmé, André Gide. Quelques-uns de ses poèmes furent mis en musique et chantés par Georges Brassens : Le Petit cheval, La Marine, Comme hier, Si le bon Dieu l'avait voulu.
  • 13. Complainte du petit cheval blanc • Le petit cheval dans le mauvais temps, qu'il avait donc du co….. ! De l’audace C'était un petit cheval blanc, tous derrière et lui devant. • Il n'y avait jamais de beau temps dans ce pauvre pay…. . Décor naturel Il n'y avait jamais de printemps, ni derrière ni devant. • Mais toujours il était content, menant les ga.. du village, les gens à travers la pluie noire des champs, tous derrière et lui devant.
  • 14. Complainte du petit cheval blanc • Sa voiture allait poursuivant sa belle petite queue sau…. . Antonyme de domestique C'est alors qu'il était content, eux derrière et lui devant. • Mais un jour, dans le mauvais temps, un jour qu'il était si sa.. , antonyme de turbulent il est mort par un éclair blanc, tous derrière et lui devant. • Il est mort sans voir le be.. temps, qu'il avait donc du courage ! Antonyme de laid Il est mort sans voir le printemps ni derrière ni devant.
  • 15. A Mireille dite « Petit Verglas » Ne tremblez pas, mais je dois le dire elle fut ass……. au couteau par un fichu mau…. garçon, dans sa chambre, là-bas derrière le Pant…. , rue Descartes, où mourut Paul Verlaine. Ass……: tuée; mau…: vilain; Pant: monument O! oui, je l'ai bien aimée ma petite "Petit Verglas" à moi si bonne et si dou.. et si triste. Pourquoi sa tristesse ? Je ne l'avais pas deviné, je ne pouvais pas le deviner. Dou..: tendre Non, je l'ai su après tu me l'avais caché que ton père était mort sur l'écha…. , Petit Verglas ! J'aurais bien dû le comprendre à tes sourires. la potence
  • 16. Petit verglas J'aurais dû le deviner à tes petits yeux, battus de sang, à ton bleu regard indéfinissable, papillotant et plein de retenue. Et moi qui avais toujours l'air de te dire " Mademoiselle, voulez-vous partager ma statue ? " Ah ! J'aurais dû comprendre à tes sourires, tes yeux bleus battus et plein de retenue. Et je t'appelais comme ça, le Petit Verglas, que c'est bête un poète ! O! petite chair transie ! Moi, je l'ai su après que ton père était mort ainsi... Pardonne-moi, Petit Verglas. Volez, les anges !
  • 17. NAZIM HIKMET, POETE TURC (1901-1963)
  • 18. NAZIM HIKMET • Nazım Hikmet est l'une des plus importantes figures de la littérature turque du XXe siècle, et l'un des premiers poètes turcs à utiliser des vers plus ou moins libres. Hikmet est devenu, de son vivant, un des poètes turcs les plus connus à l'Ouest et ses travaux ont été rapidement traduits dans différentes langues. • Cependant, dans son propre pays, il fut condamné pour marxisme et demeura en Turquie, même après sa mort, un personnage controversé. Il passa quelque 17 années en prison et baptisa la poésie le plus sanglant des arts. Ses écrits soulignent la critique sociale.
  • 19. La plus drôle des créatures • Comme le scorpion, mon frère, • Tu es comme le scorpion • Dans une nuit d’épou….. . La frayeur • Comme le moineau, mon frère, • Tu es comme le moineau • Dans ses menues inq……... Des craintes • Comme la moule, mon frère, • Tu es comme la moule • Enfermée et tran…… . sereine • Tu es terrible, mon frère, • Comme la bouche d’un vol… éteint. Quelquefois en éruption • Et tu n’es pas un, hélas, • Tu n’es pas cinq, • Tu es des millions.
  • 20. La plus drôle des créatures • Tu es comme le mouton, mon frère, • Quand le bou….. habillé de ta peau il exécute • Quand le bourreau lève son bâton • Tu te hâ… de rentrer dans le troupeau te presses • Et tu vas à l’abattoir en courant, presque fier. • Tu es la plus drôle des créatures, en somme, • Plus drôle que le poi…. Vit dans l’eau • Qui vit dans la mer sans savoir la mer. • Et s’il y a tant de misère sur terre • C’est grâce à toi, mon frère, • Si nous sommes affamés, épu…. , éreintés • Si nous somme écorchés jusqu’au sang, • Pressés comme la grappe pour donner notre vin, • Irai-je jusqu’à dire que c’est de ta faute, non • Mais tu y es pour beaucoup, mon frère.
  • 21. Comme KEREM • L’air est lourd comme du pl… un métal • Je crie • Je crie • Je crie • Je crie • Venez vite • je vous in…. convie • à faire fondre • du plomb • Il me dit • Tu prendras feu à ta propre voix • et cen… tu deviendras matière après combustion • comme Kerem • brûlé à son amour
  • 22. Comme Kerem • Tant • de misère • si peu • d’a… compagnons • Les oreilles des cœurs • sont sou…. . N’entendent pas • L’air est lourd comme du plomb. • Et moi je lui dis
  • 23. Comme Kerem « Que je brûle • Que cendre je devienne comme Kerem. Si je ne brûle pas si tu ne brûles pas si nous ne brûlons pas comment les tén….. L’obscurité deviendront-elles cla… . La lumière L’air est gros comme la terre L’air est lourd comme du plomb Je crie Je crie Je crie Je crie Venez vite je vous invite à faire fondre du plomb
  • 24. José-maria de HEREDIA (1842-1905)
  • 25. SOLEIL COUCHANT • Les ajo… éclatants, parure du granit, Dorent l’âp.. sommet que le couchant allume ; Au loin, brillante encor par sa barre d’éc… , La mer sans fin commence où la terre finit. Ajo…: fleurs jaunâtres; L’âp.. : rude ; éc… : mousse blanchâtre À mes pieds, c’est la nuit, le sil…. . Le nid Se tait, l’homme est rentré sous le chaume qui fume ; Seul, l’Angélus du soir, ébranlé dans la br… , À la vaste rumeur de l’Oc… s’unit. Sil….: pas de bruit; br…: brouillard; l’oc… : grande mer
  • 26. Soleil couchant • Alors, comme du fond d’un ab… , des traînes, Des landes, des ravins, montent des voix loin…… De pât… attardés ramenant le bétail. Ab…: gouffre; loin……: antonyme de proches; pât… : des bergers L’horizon tout entier s’enveloppe dans l’om… , Et le so…. mourant, sur un ciel riche et sombre, Fer.. Les branches d’or de son rouge éventail. l’om…: l’obscurité; so…. : notre astre lumineux; fer..: clôt
  • 27. KATEB YACINE, POETE ALGERIEN (1929-1989)
  • 28. Bonjour • Bonjour ma vie Et vous mes dés……. . antonyme d’espoirs Me revoici aux fossés Où na…. ma misère ! est née Toi mon vieux guignon, Je te rapporte un peu de cœur Bonjour, bonjour à tous Bonjour mes vieux co….. ; amis Je vous reviens avec ma gueule De paladin solitaire, Et je sais que ce soir Monteront des chants infe….. d’enfer
  • 29. BONJOUR • Voici le coin de boue Où dormait mon front fier, Aux hu…….. des vents, des cris prolongés Par les cris de Décembre ; Voici ma vie à moi, Ras……. en poussière… mis ensemble Bonjour, toutes mes choses, J'ai suivi l'oiseau des tropiques Aux ran……. sublimes des marches Et me voici sanglant Avec des meu………. des blessures Dans mon cœur en rictus !… Bonjour mes horizons lourds, Mes vieilles vaches de chi….. : des utopies Ainsi fleurit l'espoir Et mon jardin pourri ! - Rid….. tortue, absurde J'ai ouvert le bec Pour tomber sur des ronces Bonjour mes poèmes sans raison…
  • 30. POUSSIÈRES DE JUILLET • Le sang Reprend rac… pied de l’arbre Oui Nous avions tout oublié Mais notre terre En enf…. tombée petite adolescence Sa vieille ard… se rallume de la vigueur Et même fus….. exécutés Les hommes s’arrachent la terre Et même fusillés Ils tirent la terre à eux Comme une cou……. pour se couvrir Et bientôt les vivants n’auront plus où dormir
  • 31. Poussières de juillet • Et sous la couverture Aux grands trous éto…. Chargés d’étoiles • Il y a tant de morts Tenant les arbres par la racine Le cœur entre les dents Il y a tant de morts Crachant la terre par la po…… l le buste Pour si peu de poussière Qui nous monte à la gorge Avec ce vent de feu N’ enterrez pas l’anc…. L’aïeul Tant de fois abattu Laissez-le renouer la trame de son mas….. Son carnage Pareille au jav…. tremblant une lance Qui le transperce Nous ramenons à notre gorge La longue escorte des as……. . des meurtriers
  • 32. NEDJMA • Voyez la poitrine av….. Ne voit pas • Loin de l'amant sevré • Jamais ne sera mû. Prêt à cueillir • Le sein noirci par l'absence • Plus une bouche ne saura m'écu… faire baver • Lakhdar s'endort avec d'autres que moi • Vous m'aviez pré….. avertie • J'avais rêvé la fusillade • Mais il devait revenir au cré……. Coucher du soleil • Je devais lui cacher mes pleurs et son couteau
  • 33. Nedjma • Et me voici vouée à la nuit sol…… seule • Veuve jamais déflorée • Fleur aveugle cherchant l'élu emporté • En l'holo…… de fourmilière l’extermination • qui hante sa corolle • Ainsi m'a qui…. Lakhdar abandonnée • la mâle fourmi qui traversa • le par… altier de ma couche Il sent bon • pour tomber en ce tas de corps inconnus .
  • 34. Théodore de BANVILLE (1823-1891) Théodore de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les Odes funambulesques et les Exilés, il est surnommé « le poète du bonheur ». Ami de Victor Hugo, de Charles Baudelaire et de Théophile Gautier, il est considéré dès son vivant comme l’un des plus éminents poètes de son époque. Il a notamment découvert le talent naissant d’Arthur Rimbaud.
  • 35. Le verger du roi Louis • Sur ses larges bras éte…. , allongés La forêt où s'éveille Flore, A des chapelets de pend.. suppliciés Que le matin caresse et dore. Ce bois som… , où le chêne arbore obscur Des grappes de fruits inouïs Même chez le Turc et le Maure, C'est le verger du roi Louis. Tous ces pauvres gens morfondus, Roulant des pens… qu'on ignore, des idées Dans des tourbillons éperdus Voltigent, palp…… encore. tressaillant Le soleil levant les dévore. Regardez-les, cieux éblouis, Danser dans les feux de l'au…. . L’aube C'est le verger du roi Louis.
  • 36. Le verger du roi Louis Ces pendus, du di…. entendus, Belzébuth Appellent des pendus encore. Tandis qu'aux cieux, d'azur tendus, Où semble lui.. un météore, briller La rosée en l'air s'évapore, Un ess… d'oiseaux réjouis une nuée Par-dessus leur tête picore. C'est le verger du roi Louis. Pri… , il est un bois que décore fils du roi Un tas de pendus enfouis Dans le doux feui….. sonore. Le branchage C'est le verger du toi Louis !
  • 37. Aimé CESAIRE ( 1913-2008)
  • 38. Cahier d’un retour au pays natal Partir. Mon cœur bruissait de générosités emphatiques. Partir... j'arriverais lisse et jeune dans ce pays mi.. et je dirais à ce pays à moi dont le limon entre dans la composition de ma chair : J'ai longtemps erré et je reviens vers la hid… laideur monstrueuse désertée de vos pl…. . » blessures
  • 39. Cahier d’un retour au pays natal • Ma bouche sera la bouche • des mal….. qui n'ont point de bouche, antonyme bonheurs • ma voix, la liberté de celles qui s'affaissent • au cac… du désespoir. prison • Et surtout mon corps aussi bien que mon âme, gardez-vous de vous croiser les bras en l'attitude stérile du spectateur, car la vie n'est pas un spectacle, car une mer de do…… souffrances • n'est pas un proscenium, car un homme qui crie n'est pas un ours qui danse...
  • 40. Mahmoud DARWICH, poète palestinien (1941-2008)
  • 41. A ma mère • Je me lang… du pain de ma mère je m’ennuie du café de ma mère des caresses de ma mère jour après jour l’enfance gra…. en moi croît j’aime mon âge car si je meurs j’aurai honte des lar… de ma mère des sanglots si un jour je reviens fais de moi un pend….. à tes cils bijou pendu recouvre mes os avec de l’herbe qui se sera purifiée à l’eau bénite de tes chevilles attache -moi avec une nat.. de tes cheveux une tresse avec un fil de la traîne de ta robe peut-être deviendrai-je un dieu oui un dieu si je parviens à toucher le fond de ton cœur si je reviens mets-moi ainsi qu’une brassée de bois dans ton four fais de moi une corde à linge sur la terrasse de ta maison car je ne peux plus me lever quand tu ne fais pas ta prière du jour j’ai vieilli rends-moi la const…….. de l’enfance ensemble d’étoiles que je puisse emprunter avec les petits oiseaux la voie du retour
  • 42. Rita et le fusil • Entre Rita et mes yeux: un fusil et celui qui connaît Rita se pros….. Se met à genoux adresse une prière à la divi…. qui rayonne dans ses yeux de miel Dieu au féminin Moi, j'ai embrassé Rita quand elle était petite je me rap….. comment elle se colla contre moi je me souviens et de sa plus belle tresse couvrit mon bras je me rappelle Rita ainsi qu'un moi…. se rappelle son étang un oiseau Ah Rita entre nous, mille oiseaux mille images d'innombrables rendez-vous cri…. de balles. percés
  • 43. Rita et le fusil • Le nom de Rita prenait dans ma bouche un go.. de fête saveur • dans mon sang le corps de Rita était célébration de noces deux ans durant, elle a dormi sur mon bras nous prêtâmes serment autour du plus beau calice et nous brulâmes dans le vin des lèvres et ressus……. Revivre Ah Rita qu'est-ce qui a pu élo….. mes yeux des tiens mettre de la distance • ho…. le sommeil à l’exception et les nuages de miel avant que ce fusil ne s'interpose entre nous il était une fois Ô silence du crép…… le coucher au matin, ma lune a émigré, loin dans les yeux couleur de miel la ville a balayé tous les aèdes, et Rita entre Rita et mes yeux, un fusil.
  • 44. JEAN RICHEPIN (1849-1926)
  • 45. Les oiseaux de passage Oh! vie heureuse des bou…… ! Qu´avril bourgeonne Ou que décembre gè.. , ils sont fiers et contents. Ce pigeon est aimé trois jours par sa pigeonne; Ca lui suffit, il sait que l´amour n´a qu´un te…. . Bou…..: riches; gè.. : givre; te… : instant Ce dindon a toujours béni sa des….. . Et quand vient le moment de mourir il faut voir Cette jeune oie en pl…. : "C´est là que je suis née; Je meurs près de ma mère et j´ai fait mon devoir." des….. : destin au féminin; pl…. : sanglots Elle a fait son devoir! C´est-à-dire que oncques Elle n´eut de sou…. impossible, elle n´eut Aucun rêve de lune, aucun désir de jonque L´emportant sans rameurs sur un fl…. inconnu. sou…. : des désirs; fl…. : un grand cours d’eau
  • 46. Les oiseaux de passage Et tous sont ainsi faits! Vivre la même vie Toujours pour ces gens-là cela n´est point hi…. Ce ca…. n´a qu´un bec, et n´eut jamais envie Ou de n´en plus avoir ou bien d´en avoir deux. Hi…..: laid ; ca…. : un palmipède Ils n´ont aucun besoin de baiser sur les lèvres, Et, loin des son… vains, loin des soucis cuisants, Possèdent pour tout cœur un vis…. sans fièvres, Un coucou régulier et garanti dix ans! Son… : des rêves; vis….: des boyaux Oh! les gens bienheureux!... Tout à coup, dans l´esp… , Si haut qu´il semble aller lentement, un grand vol En forme de triangle arrive, pla.. et passe. Où vont-ils? Qui sont-ils? Comme ils sont loin du sol! L’esp… : le ciel ; pla..: vole sans battre des ailes
  • 47. Les oiseaux de passage Regardez-les passer! Eux, ce sont les sa…… . Ils vont où leur désir le veut, par-dessus monts, Et bois, et mers, et vents, et loin des esc……. . L´air qu´ils boivent ferait éclater vos poumons. Sa……: ant. Domestiques; esc…….: asservissements Regardez-les! Avant d´atteindre sa chi…. , Plus d´un, l´aile rom… et du sang plein les yeux, Mourra. Ces pauvres gens ont aussi femme et mère, Et savent les aimer aussi bien que vous, mieux. Chi…. : utopie ; rom…: brisée
  • 48. Les oiseaux de passage Pour cho… cette femme et nourrir cette mère, Ils pouvaient devenir volaille comme vous. Mais ils sont avant tout les fils de la chimère, Des assoi…. d´azur, des poètes, des fous. Cho… : entourer de tendresse; assoi…. : ont soif Regardez-les, vieux coq, jeune oie édifiante! Rien de vous ne pourra mon… aussi haut qu´eux. Et le peu qui viendra d´eux à vous, c´est leur fiente. Les bourgeois sont troublés de voir passer les gue.. . Mon… : grimper ; gue.. : mendiants ou pauvres gens
  • 49. Philistins • Philistins, épi….. marchands • Tandis que vous caressiez • Vos femmes • En song…. aux petits pensant • Que vos grossiers appétits • Enge…… donnent naissance • Vous pensiez : " Ils seront • Menton rasé, ventre rond • Nota…. » notables • Mais pour bien vous pu… châtier • Un jour vous voyez venir • Sur terre • Des enfants non vou… désirés • Qui deviennent chevelus • Poètes...
  • 50. Guillaume APOLLINAIRE ( 1880-1918) Guillaume Apollinaire est un poète et écrivain français, né en tant que sujet polonais de l'Empire russe. D'après sa fiche militaire, il est né le 26 août 1880 à Rome et mort pour la France le 9 novembre 1918 à Paris. Il est considéré comme l'un des poètes français les plus importants du début du XXe siècle, auteur de poèmes tels que Zone, La Chanson du Mal-Aimé, ou encore"Mai", ayant fait l'objet de plusieurs adaptations en chanson au cours du siècle, dont Le Pont Mirabeau …
  • 51. Le Pont Mirabeau • Sous le pont Mirabeau coule la Se… fleuve Et nos amours Faut-il qu'il m'en sou…… rappelle La joie venait toujours après la peine Vienne la nuit so… l'heure tinte Les jours s'en vont je demeure Les mains dans les mains restons face à face Tandis que sous Le pont de nos bras passe Des éternels regards l'on.. si lasse l’eau
  • 52. Le Pont Mirabeau • Vienne la nuit sonne l'heure Les jours s'en vont je demeure L'amour s'en va comme cette eau cour…. Qui coule L'amour s'en va Comme la vie est lente Et comme l'Espé….. est violente l’espoir Vienne la nuit sonne l'heure Les jours s'en vont je demeure Passent les jours et passent les sem….. 7 jours Ni temps passé Ni les amours reviennent Sous le pont Mirabeau coule la Seine Vienne la nuit sonne l'heure Les jours s'en vont je demeure
  • 53. L’ adieu J'ai cueilli ce brin de bruyère L'automne est morte souviens-t'en Nous ne nous verrons plus sur terre Odeur du temps Brin de bruyère Et souviens-toi que je t'attends
  • 55. Les passantes • Je veux déd… ce poème rendre hommage A toutes les femmes qu'on aime Pendant quelques ins….. secrets moments A celles qu'on connait à peine Qu'un destin différent entraîne Et qu'on ne retrouve jamais A celle qu'on voit apparaître Une seconde à sa fenêtre Et qui, pres.. , s'évanouit prompt et agile Mais dont la svelte silhouette Est si gracieuse et flu…. délicate et gracile Qu'on en demeure épanoui A la compagne de voyage Dont les yeux, char…. paysage doux Font paraître court le chemin Qu'on est seul, peut-être, à comprendre Et qu'on laisse pourtant descendre Sans avoir effl…. sa main caressé
  • 56. Les passantes • A celles qui sont déjà prises Et qui, vivant des heures grises Près d'un être trop dif…… dissemblable Vous ont, inutile folie, Laissé voir la mél……. La tristesse D'un avenir désespérant Chères images ape….. entrevues Espérances d'un jour déçues Vous serez dans l'oubli demain Pour peu que le bonheur survienne Il est rare qu'on se souvienne Des épis…. du chemin récits qui se suivent
  • 57. Les passantes • Mais si l'on a manqué sa vie On so… avec un peu d'envie on rêve A tous ces bonheurs entr…. aperçus Aux baisers qu'on n'osa pas prendre Aux cœurs qui doivent vous attendre Aux yeux qu'on n'a jamais revus Alors, aux soirs de lassi…. Une grande fatigue Tout en peuplant sa solitude Des fan….. du souvenir des spectres On pleure les lèvres absentes De toutes ces belles passantes Que l'on n'a pas su retenir •
  • 58. Léopold-Sedar SENGHOR: Poète Sénégalais (1906-2001)
  • 59. Femme noire Femme nue, femme noire Vê… de ta couleur qui est vie, habillée de ta forme qui est beauté J'ai grandi à ton ombre; la dou…. de tes mains tendresse bandait mes yeux Et voilà qu'au cœur de l'Eté et de Midi, Je te découvre, Terre promise, du haut d'un haut col cal…. brûlé Et ta beauté me foudroie en plein cœur, comme l'éclair d'un ai… oiseau royal Femme nue, femme obscure Fruit mûr à la chair ferme, so….. obscurs extases du vin noir, bouche qui fais lyrique ma bouche Sav… aux horizons purs, savane qui plaine d’Afrique frémis aux caresses ferventes du Vent d'Est Tamtam sculpté, tamtam tendu qui gronde sous les doigts du vainqueur Ta voix grave de contralto est le chant spirituel de l'Aimée
  • 60. Jacques PREVERT (1900-1977) • Oh ! je voudrais tant que tu te souviennes Tu te r Des jours heureux où nous étions amis. En ce temps-là la vie était plus belle, Et le soleil plus brûlant qu'aujourd'hui. Il nous dore Les feuilles mortes se ramassent à la pelle. Tu vois, je n'ai pas oublié... Les feuilles mortes se ramassent à la pelle, Les souvenirs et les regrets aussi les r Et le vent du nord les emporte Dans la nuit froide de l'oubli. Tu vois, je n'ai pas oublié La chanson que tu me chantais.
  • 61. Les feuilles mortes • Oh ! je voudrais tant que tu te sou……. Tu te rappelles Des jours heureux où nous étions amis. En ce temps-là la vie était plus belle, Et le so…. plus brûlant qu'aujourd'hui. Il nous dore Les feuilles mortes se ramassent à la pelle. Tu vois, je n'ai pas oublié... Les feuilles mortes se ramassent à la pelle, Les souvenirs et les reg…. aussi les remords Et le vent du nord les emporte Dans la nuit fro… de l'oubli. glacée Tu vois, je n'ai pas oublié La chanson que tu me chantais. • C'est une chanson qui nous ressemble. Toi, tu m'aimais et je t'aimais Et nous viv…. tous deux ensemble, demeurions Toi qui m'aimais, moi qui t'aimais. Mais la vie sép… ceux qui s'aiment, sépare Tout doucement, sans faire de bruit Et la mer ef…. sur le sable fait disparaitre Les pas des amants désunis.
  • 62. Les feuilles mortes • Les feuilles mortes se ramassent à la pelle, Les souvenirs et les regrets aussi. Mais mon amour sil……. et fidèle muet Sourit toujours et remercie la vie. Je t'aimais tant, tu étais si jo… . belle Comment veux-tu que je t'oublie ? En ce temps-là, la vie était plus belle Et le soleil plus brûlant qu'aujourd'hui. Tu étais ma plus douce amie Mais je n'ai que faire des re….. des remords Et la chanson que tu chantais, Toujours, toujours je l'entendrai !
  • 63. Jean SENAC – Poète Algérien- (1926-1973)
  • 64. Citoyens de beauté Et maintenant nous chanterons l’amour Car il n’y a pas de Révolution sans a . . . . , Il n’y a pas de matin sans sourire. La be . . . . sur nos lèvres est un fruit continu, Elle a ce goût précis des oursins que l’on cueille A l’aube Et qu’on dég . . . . alors que l’Oursin d’Or S’arrache aux br . . . . et sur les vagues module • Son chant. • a....: une idylle; be…. : antonyme de laideur; dég….: savoure; br…. : de légers brouillards
  • 65. Citoyens de beauté Car tout est chant – hor . . . la mort ! À l’exception Je t’aime ! O vous tous qui constituez la beauté ser . . . . tranquille Ou violente, Corps pris dans l’alchimie inlassable de la Révolution, Regards incorruptibles , baisers, désirs dans les Tâtonnements de notre lu… , combat Points d’appui, points réels pour ponctuer Notre espérance, O vous, frères, citoyens de beauté, entrez dans Le Po… ! Texte en vers
  • 66. MAIAKOVSKI – Poète russe- ( 1893-1930)
  • 67. Est-ce vous? • Moi, intr….. , ne craint pas le danger je porte aux siècles ma haine des rayons du jour; l’âme tendue comme un nerf de cuivre, je suis l’emp….. des lampes. Le roi des rois Venez à moi, vous tous qui avez déchiré le silence, Qui hu…. , criez Le cou serré dans les nœuds coulants de midi. Mes paroles, Simples comme un mugi……. , beuglement Vous révèleront Nos âmes nouvelles, • Bourd…….. bruissantes • Comme l’arc électrique.
  • 68. Est-ce vous? • De mes doigts je n’ai qu’à toucher vos têtes, Et il vous poussera Des lèvres Faites pour d’éno…. Baisers très grands Et une langue Que tous les peuples comprendront. Mais moi, avec mon âme boitillante, Je m’en irai vers mon trô.. Siège princier Sous les voûtes usées, trouées d’étoiles. Je m’allongerai, Lum….. , rayonnant Revêtu de paresse, Sur une couche moelleuse de vrai fumier, Et doucement, Baisant les genoux des traverses, La roue d’une locomotive étrei…. ton cou. serrera
  • 69. Boris VIAN ( 1920-1959) Monsieur le Président je vous fais une lettre Que vous lirez peut-être Si vous avez le temps un instant Je viens de recevoir Mes papiers militaires de soldat Pour partir à la guerre Avant mercredi soir Monsieur le Président je ne veux pas la faire je ne suis pas sur terre Pour tuer des pauvres gens de misérables C’est pas pour vous fâcher Il faut que je vous dise Ma décision est prise je m’en vais déserter
  • 70. Le Déserteur • Monsieur le Président je vous fais une lettre Que vous lirez peut-être Si vous avez le te… un instant Je viens de recevoir Mes papiers mi…….. de soldat Pour partir à la guerre Avant mercredi soir Monsieur le Président je ne veux pas la faire je ne suis pas sur terre Pour tuer des pa….. gens de misérables C’est pas pour vous fâcher Il faut que je vous dise Ma déc….. est prise mon choix je m’en vais déserter
  • 71. Le Déserteur • Depuis que je suis né J’ai vu mo…. mon père périr J’ai vu partir mes frères Et pleurer mes enfants Ma mère a tant sou….. avoir mal Qu’elle est dedans sa tombe Et se moque des bombes Et se moque des vers Quand j’étais pri……. bagnard On m’a volé ma femme On m’a volé mon âme Et tout mon cher passé Demain de bon matin Je fermerai ma porte Au nez des années mortes J’irai sur les ch….. des sentiers
  • 72. Le Déserteur • Je men…… ma vie demander l’aumône Sur les routes de France De Bretagne en Provence Et je dirai aux gens Ref…. d’obéir dire non Refusez de la faire N’allez pas à la guerre Refusez de partir S’il faut donner son sa.. hémoglobine Allez donner le vôtre Vous êtes bon apôtre Monsieur le Président Si vous me pour…… courir derrière Prévenez vos gendarmes Que je n’aurai pas d’armes Et qu’ils pourront ti… . faire feu
  • 73. LETTRE D'UN AFRICAIN POUR SON HOMOLOGUE BLANC Cher frère blanc, Quand je suis né, j’étais noir Quand j'ai grandi,j‘étais noir Quand je vais au soleil, je suis noir Quand j'ai peur, je suis noir Quand je suis malade, je suis noir Quand je mourrai,je serai noir Tandis que toi, homme blanc Quand tu es né,tu étais rose André BRINK (Afrique du Sud) Quand tu as grandi,tu étais blanc Quand tu vas au soleil,tu es rouge Quand tu as froid,tu es bleu Quand tu as peur,tu es vert Quand tu es malade,tu es jaune Quand tu mourras,tu seras grisLETT Et après ça tu as le toupet de m'appeler "HOMME DE COULEUR"
  • 74. Poètes d’ici et d’ailleurs
  • 75. Atelier d’Expression et de Créativité Conception et réalisation: Smaïl GRIM Responsable Culture & Santé