SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  16
Télécharger pour lire hors ligne
SOMMAIRE
Novembre 2016 n° 117
Sommaire
Un hiver sous très haute tension........... p.12
Après la tenue de la COP21 à Paris en décembre dernier, Marrakech a accueilli du 07 au 18 novembre la 22ème
conférence de l’ONU sur les changements climatiques. Les 195 pays présents à la conférence de Paris se sont re-
trouvés pour discuter des suites de l’Accord de Paris et de sa mise en œuvre. Habitué de l’évènement, le CMA y était
présent dans le cadre de la Chaire Modélisation prospective au service du Développement Durable. Il y a organ-
isé avec l’ASEED (Association of Sustainable Ecological Engineering Development) un side event sur le change-
ment climatique dans les pays africains et méditerranéens ainsi que dans le Moyen-Orient. Dans le paysage éner-
gétique français, la mise à l’arrêt de nombreux réacteurs nucléaires d’EDF jugés non conformes suite à un contrôle
de l’ASN, soulève de nombreuses questions notamment les conséquences de ces arrêts sur la continuité de la four-
niture d’électricité au cours de cet hiver. Nous vous proposons dans ce numéro de découvrir une revue de ces
évènements ainsi qu’une sélection d’actualités en lien avec le Mastère spécialisé OSE et le domaine de l’énergie.
Bonne lecture.
EDITORIAL
NF’ SE
Les actualités p.2
Affiche de la COP22 à Marrakech
sources : www.cop22.ma
Le complexe thermo-solaire
NOOR ......................... p.5
Le seisme Trump..................... p.7
Le train à hydrogène ....................... p.10
Just Another Newsletter Title
Actualités
INF’OSE Novembre 2016 n° 117 2
Actualités
La pollution atmosphérique en Inde, et plus
particulièrement à New Delhi, n’est pas un
phénomène nouveau. Pourtant, depuis la fin du mois
de septembre, la population étouffe dans un brouillard
marron chargé de particules fines qui s’est épaissi suite
au nouvel an indien. Cette pollution record (20 fois
supérieure aux recommandations de l’OMS) a obligé le
gouvernement à enclencher des mesures d’urgence,
et force les habitants à rester calfeutrés chez eux.
Face à ce phénomène récurrent, la ville souhaite
déployer une solution basée sur des purificateurs
d’air extérieurs comme à Pékin ou à Hong-
Kong, mais celle-ci laisse de nombreux experts
sceptiques car elle ne résoudrait pas le problème.
New Delhi, capitale de la pollution
La promotion 2016 a choisi de donner un petit coup
de jeune au logo du Mastère Spécialisé. Après 16
ans de bons et loyaux services, le fameux logo OSE
cède sa place à une version que nous espérons plus
moderne, et qui vous accompagnera désormais. Cette
version reprend les codes graphiques de l’Ecole des
Mines. Avec un peu d’attention, vous pouvez aussi
distinguer les initiales O-S-E dans la sphère à gauche.
Un nouveau logo pour le MS OSE
Associé aux conférences sur le climat depuis 10 ans,
le Centre de Mathématiques Appliquées, à travers
sa Chaire Modélisation prospective au service du
développement durable, a participé à la COP22 qui s’est
déroulée à Marrakech du 7 au 18 novembre dernier.
Nadia Maïzi, Directrice du centre mais également chef
de la délégation ParisTech accréditée par les Nations
Unies en tant qu’ONG, a ainsi co-organisé un side event
le 7 novembre 2016 sur les moyens de lutter contre le
changement climatique dans les pays méditerranéens,
africains et au Moyen-Orient. Cet évènement a permis
de réunir autour de ce thème majeur Nadia Maïzi et
Edi Assoumou du CMA, Youba Sokona d’AREI (Africa
Renewable Energy Initiative), Samir Amous d’APEX
Conseil, JuiWenCHENd’ASEED(AssociationofSustainable
Ecological Engineering Development) et Jean Charles
Hourcade du CIRED. Ont été évoqués les enjeux d’un
transfert technologique vers les pays en développement,
les projets en matière d’énergies renouvelables envisagés
sur le continent africain (dont le projet marocain NOOR
évoqué dans un article de cet Inf’Ose), ainsi que les
modalités de financement des contributions nationales.
Le CMA à la COP22
Le CMA a participé à la COP22 à Marrakech
Grâce à un accompagnement transparent des
acteurs du recyclage et une simplification
de la REP (Responsabilité Elargie du Producteur),
l’éco-organisme français Léko souhaite rompre le
monopole d’Eco-Emballages dans ce domaine en
obtenant l’agrément pour la période 2018 – 2022.
AvecuntauxactuelderecyclageenFrancede67%,sa
stratégie repose sur l’intention forte d’augmenter ce
taux à 75%, c’est-à-dire au niveau initialement prévu
suite au Grenelle de l’environnement pour 2012.
Just Another Newsletter Title
Actualités
INF’OSE Novembre 2016 n° 117 3
Un nouvel éco-organisme pour concurrencer
Eco-Emballages
Sale temps pour le nucléaire : à l’arrêt contraint
d’une dizaine de réacteurs sur les 58 français
(cf.articledanscenuméro),s’ajouteunrapportréalisé
par le cabinet d’analyse financière indépendant
AlphaValue (rapport commandité par Greenpeace),
qui met le doigt sur la fragilité financière d’EDF
(« au bord de la faillite »). Le rapport indique que la
modernisation des centrales et les grands projets
d’investissement de Flamanville et de Hinkley Point
mettent l’opérateur historique dans une situation
délicate, tandis que les provisions faites dans la
perspective du démantèlement des plus anciennes
centrales et du traitement des déchets seraient sous-
évaluées de plus de 50 milliards d’euros. L’opérateur
historique dément formellement ces conclusions.
Le nucléaire aux aguets
La Programmation Pluriannuelle de l’Energie est
enfin parue au Journal Officiel fin octobre, plus de
dix mois après la tenue de la COP21. Ce document
doit permettre la mise en œuvre de la loi de Transition
Energétique pour la Croissance Verte, adoptée en août
2015. La PPE fixe des objectifs pour la période 2015-
2018 et des perspectives pour 2018-2023. Elle intègre
les objectifs de la loi TECV en termes de diminution
de consommation d’énergie (12% en 2023 et 50%
en 2050) et de hausse des renouvelables dans cette
consommation (23% en 2020 et 32% en 2030), et
définit des paliers autour de 2020. Pour atteindre le
second objectif, la PPE prévoit de passer de 41GW en
2014 à plus de 70GW de capacité électrique d’origine
renouvelable en 2023. De même, l’installation de
centrales à charbon sera désormais conditionnée à la
présence de dispositifs de captage ou de valorisation
du CO2
. Néanmoins, la feuille de route en termes de
réduction de la part du nucléaire, principale raison du
retard de la publication du texte selon certains, reste
floue. Seule la fermeture de Fessenheim est réaffirmée,
mais reportée après la fin du quinquennat de l’actuel
Président de la République. Pour rappel, la loi TECV
prévoit de baisser la part du nucléaire dans le mix
énergétique à 50% en 2025 contre 75 % actuellement.
Sur cette question, le document donne d’ailleurs à EDF
un délai de 6 mois pour établir un plan stratégique.
Publication de la PPE
Bilan de la PFE
sources : MEEM
Sources :
•	 Impact of Foreign Direct Investment and Trade on Economic Growth , Shiva S. Makki The World Bank ,Agapi
Somwaru ,Economic Research Service, USDA
•	 http://www.leko-organisme.fr/
•	 http://www.graphiline.com/article/24264/leko-nouvel-organisme-compte-detroner-eco-emballages
•	 http://www.usinenouvelle.com/article/leko-veut-concurrencer-eco-emballages.N456282
•	 http://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/inde-new-delhi-la-ville-la-plus-polluee-sur-terre-aujourd-
hui?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1478591342
La présentation, fin novembre, par la Commission
Européennedepropositionsdetextesvisantàmettre
en œuvre le « paquet climat-énergie 2030 » suscite
inquiétudes et interrogations chez les professionnels
des énergies renouvelables, les associations et les
partis écologistes. Certains détails suggèrent que ces
nouvelles dispositions pourraient insidieusement
favoriser les énergies fossiles. Euractiv et Le Monde
citent ainsi la fin de la priorité d’accès au réseau pour
l’électricité d’origine renouvelable, la généralisation
des mécanismes de capacité sans limitation de rejet
de CO2
(ce qui pourrait permettre à des pays comme la
Pologne de subventionner ses centrales à charbon), la
non répartition par pays de l’objectif de porter la part
des énergies renouvelables dans la consommation
à 27%, ou encore la mise en œuvre d’appels d’offre
UE : une ambition climatique remise en question
Actualités
généralisés pour l’installation de production d’énergie
renouvelable, sans distinction technologique et sur le
seul critère du prix (ce qui mettrait à mal la capacité
des pays membres à se doter d’un mix renouvelable
varié). De son côté, l’Agence Internationale de l’Energie
a publié mi-novembre son édition annuelle du World
EnergyOutlook,quiprévoitqu’àl’horizon2040,80%de
lahaussedelademandeenénergieseracouverteparles
énergies renouvelables (notamment éolien et solaire)
ainsi que par le gaz naturel. Cette projection dépend
néanmoins des politiques qui seront menées par les
états. Une nuance non négligeable quand on sait que,
comme le souligne l’AIE, 70% des investissements du
secteurdel’énergiedepuis2000ontétéréalisésdansles
énergies fossiles. Raison de plus pour s’interroger sur la
mise en œuvre du paquet climat-énergie 2030 de l’UE.
Just Another Newsletter Title
INF’OSE Novembre 2016 n° 117 4
Léa TATRY
Apolline FAURE
Le complexe thermo-solaire NOOR
de Ouarzazate (Maroc)
Articles
Just Another Newsletter Title
INF’OSE Novembre 2016 n° 117 5
Centrale Solaire
sources : AFP
Alors que la COP22 vient de s’achever à Marrakech,
nous avons souhaité faire un focus sur un important
projet en matière d’EnR développé dans le pays. Début
2016, le Maroc a ainsi inauguré la première tranche du
gigantesque complexe thermo-solaire NOOR (Lumière
enfrançais),qui,aprèsachèvementdetoutessestranches,
sera la plus grande centrale de ce type au monde. Le
projet NOOR est implanté dans le désert marocain à
quelques kilomètres de la ville de Ouarzazate, célèbre
pour ses studios de tournage cinématographique de
grands films et séries (Game of Thrones, Babel, Prince
of Persia,…). Le potentiel solaire de 2636 kWh/m2
/an
explique le choix de la région pour l’implantation de
ce grand projet, développé et exploité par le groupe
saoudienACWAPower,àlasuited’unappeld’offreslancé
par l’Agence marocaine de l’énergie solaire (MASEN).
NOOR I, la première partie du projet NOOR,
est actuellement la 7ème centrale solaire
thermodynamique au monde, après celles des Etats-
Unis et de l’Espagne. Elle a une capacité de production
d’électricité de 160 MW, basée sur la technologie
thermo-solaire à concentration (Concentrated Solar
Power CSP). NOOR I est construite sur un champ de
480 hectares et est constituée de 500 000 panneaux
cylindro-paraboliques. Elle produira 600 GWh/an,
l’équivalentdelaconsommationde630000habitantsau
Maroc.Lacentraleestégalementdotéed’unecapacitéde
stockage de 3 heures grâce au concept des sels fondus.
En plus des miroirs cylindro-paraboliques, NOOR I est
composée d’un réservoir d’eau brute de 6 800 m3
, de
stations de traitement produisant l’eau déminéralisée
nécessaire pour la production de la vapeur, d’une station
de pompage HTF constituée de 6 pompes assurant
la circulation du fluide dans tout le parc solaire, d’une
turbine et d’un alternateur produisant une tension de
15 KV, et de tours de refroidissement pour condenser la
vapeur à la sortie de la turbine. Enfin, un transformateur
15kV/225kV est placé à la sortie de la centrale.
Dans l’objectif de réduire les émissions des GES de 13%
en 2020 et 32% en 2030, conformément aux
engagements pris par le ministère marocain de
l’Environnement lors de la COP21 à Paris, et dans
le but d’atteindre une production de sources
renouvelables couvrant 42% des besoins du pays
en 2020 et 52% en 2030, le Maroc a déjà lancé le
démarrage de la réalisation des deux autres tranches
II et III du projet NOOR. Il vient également de signer le
contrat de réalisation de la dernière tranche NOOR IV.
Centrale NOOR
www.noorouarzazate.com
Just Another Newsletter Title
INF’OSE Novembre 2016 n° 117 6
Articles
NOOR II, qui est aussi basée sur la technologie thermo-
solaire avec capteurs cylindro-paraboliques, devrait
commencer à être exploitée en 2018. NOOR II sera
d’une puissance électrique de 200 MW pour une surface
de 680 hectares, avec une capacité de stockage de 8
heures. NOOR III utilisera, quant à elle, la technologie du
thermo-solaire avec tour, pour délivrer une puissance
de 150 MW, et sera également dotée d’une capacité
de stockage de 8 heures. La dernière tranche du
projet, NOOR IV, sera une centrale photovoltaïque de
petite taille, qui produira une puissance de 80 MW.
Ason achèvement, le projet NOOR de Ouarzazate, avec
ses 4 unités solaires de différentes technologies, sera
le plus grand site thermo-solaire au monde avec une
capacité de 580 MW, et s’étendra sur 3 093 hectares de
superficie, une surface équivalente à la ville de Rabat.
Sources :
•	 Site officiel de la centrale NOOR : www.noorouarzazate.com 2006, 109p.
•	 Reportage de la SNRT (Société Nationale de Radiodiffusion et de Télévision) : https://www.youtube.com/
watch?v=0MbuN5lXYRc
•	 Article de Charles Gautier sur lefigaro.fr - Publié le 05/02/2016 : http://www.lefigaro.fr/
conjoncture/2016/02/05/20002-20160205ARTFIG00014-le-maroc-inaugure-la-premiere-tranche-d-une-cen-
trale-solaire-geante.php
•	 Résumé de l’étude d’impact environnemental et social – du Groupe de la banque africaine de développement:
http://www.afdb.org/fileadmin/uploads/afdb/Documents/Environmental-and-Social-Assessments/Maroc_-_
Projet_centrale_solaire_d%E2%80%99Ouarzazate_II_-_R%C3%A9sum%C3%A9_EIES.pdf
Amine EL MOUSSAOUI
Position des sites NOOR
sources : Masen (Agence marocaine de l'énergie solaire)
Just Another Newsletter Title
INF’OSE Novembre 2016 n° 117 7
Promotion 2015
Le séisme Trump : quelles
répercussions sur le climat ?
Séismepolitiquele8novembredernieroutreAtlantique.
Donald Trump est élu à la Maison Blanche, faisant de
lui l’homme le plus puissant du monde. Le businessman
sans expérience politique a déjoué tous les experts et
sondages. Candidat républicain anti « establishment »,
il a battu Hillary Clinton en raflant 290 grands électeurs
contre 232 pour sa rivale démocrate. Donald Trump, c’est
l’incarnation du conservatisme à l’américaine, mais c’est
aussi l’incarnation d’un climato-scepticisme décomplexé
qui s’impose en pleine COP22. Mais alors, quels sont
les projets du nouveau président américain en matière
d’énergie ? Quelles seront les répercussions sur le climat
et sur l’Accord de Paris ? Ce qui est sûr, c’est que nous
entrons dans une période d’incertitudes politiques
dans laquelle les rapports de force diplomatiques
se recomposent autour d’un président hors norme.
Articles
Dans la rubrique Energie du site de campagne de
DonaldJ.Trump,lespropositionssontminces.Laligne
directrice de son programme énergétique est le recours à
lacréationmassived’emploisgrâceaudéveloppementdes
énergies fossiles et à la consolidation de l’indépendance
énergétiquetotaledesEtats-Unisnotammentvis-à-visdes
paysdel’OPEPetdespayshostilesauxintérêtsaméricains.
Donald Trump promet notamment d’arrêter le plan
climat de son prédécesseur qui visait à réduire l’activité
énergétique liée au charbon, pour engager à l’inverse une
relance de l’investissement dans l’extraction de charbon,
du pétrole et du gaz de schiste. Notons que les États-Unis
sontdéjàlespremiersproducteursmondiauxdecharbon.
Selon son programme, D. Trump réduira et éliminera
tous les obstacles qui s’opposeraient à une
« production énergétique responsable », promettant
de créer au moins un demi-million d’emplois par an
et de mettre en place un prix de l’énergie moins cher.
D’après son site de campagne, l’industrie du pétrole et
du gaz représente actuellement 10 millions d’emplois
sur le territoire américain. M. Trump prévoit de créer
400 000 emplois de plus par an dans ce secteur. Il faut
dire que ces promesses ont eu de forts échos notamment
dans les états producteurs de pétrole et de gaz comme
la Louisiane, le Texas et l’Alaska où D. Trump a réalisé des
records de vote : il a obtenu, par exemple, en Louisiane
plus de 58% des votes contre 38% pour Hillary Clinton.
Le candidat républicain a promis lors de ses meetings
de campagne une sortie pure et simple de l’Accord
de Paris sur le climat issu de la COP21. Ses prises
de position climato-sceptiques répétées lors des
meetings et sur les réseaux sociaux ont fait mouche.
Il qualifie, en effet, le réchauffement climatique sur
tweeter d’un vaste « canular inventé par les chinois
pour rendre l’industrie américaine non compétitive ».
Son programme et ses déclarations en matière
d’énergie
sources : http://edition.cnn.com/videos/us/2015/11/03
Just Another Newsletter Title
Promotion 2015
INF’OSE Novembre 2016 n° 117 8
Promotion 2015Articles
Les Etats-Unis ont ratifié l’Accord de Paris, le 3septembre
2016 et cet accord est entré en vigueur le 4 novembre
dernier. Une sortie en l’état actuel des choses serait une
violation du droit international de la part des États-
Unis. A la suite de l’élection de Donald Trump, François
Hollande a déclaré à Marrakech, lors de la COP22 le 16
novembre 2016, que l’Accord de Paris est « irréversible en
droit». Lelendemaindurésultatdel’électionprésidentielle
américaine, Ségolène Royal déclarait au micro de RTL : «A
l’heure où je vous parle, 103 pays ont ratifié, représentant
70% des émissions de gaz à effet de serre. Il ne peut pas,
contrairement à ce qu’il a dit, dénoncer l’Accord de Paris ».
D. Trump est-il alors contraint d’abandonner son projet
de sortie de l’Accord de Paris ? Pas tout à fait. En réalité,
il existe deux moyens auxquels le nouveau président
américain peut avoir recours pour faire son « Parexit ».
L’article28,alinéa2del’accordpermetàchaquepaysdele
dénoncer « à l’expiration d’un délai de trois ans à compter
de la date de son entrée en vigueur » afin de s’y soustraire.
Il précise également que « la dénonciation prend effet
une année après le début de la demande de retrait ». Cela
nous indique donc que si les États-Unis souhaitent sortir
de l’Accord de Paris, cela prendrait 4 ans et ramènerait ce
Parexit à 2020, fin du premier mandat de Donald Trump.
Un autre moyen beaucoup plus rapide mais aussi
beaucoup plus radical serait une sortie des États-
Unis de la Convention-Cadre des Nations Unis,
en un an. Ce processus écarterait l’Amérique de
toutes négociations internationales sur le climat.
En attendant ces recours, l’Accord de Paris présente
une grande faiblesse : il est non contraignant. Rien
n’empêche donc les pays signataires de ne pas respecter
leursengagementspuisqu’ilsnerisquentaucunesanction.
Cet accord, dans un but de réduire les émissions de gaz à
effet de serre, a été pensé de façon à ce que chaque pays
propose un objectif chiffré dans la mesure de ses moyens
et dans la limite du volontariat. C’est d’ailleurs cette
spécificité qui a fait la grande réussite de la COP21 l’année
dernière, évitant ainsi le fiasco de l’Accord de Kyoto qui se
voulait contraignant. D’ailleurs, les États-Unis ont toujours
eu un rapport particulier au droit international : ils ne
se sont jamais engagés dans un accord contraignant.
Outre une accélération effrénée des émissions de gaz
à effet de serre, conséquence directe de la politique
énergétique fortement carbonée de Donald Trump, une
sortie des États-Unis de l’Accord de Paris pourrait bien
faire échouer les négociations sur le climat. En effet, si
un pays aussi puissant que les États-Unis s’extrait de cet
accord inédit (de par sa réussite), on peut s’attendre en
répercussionaudésengagementd’autrespayssignataires.
Effectivement, il est difficilement imaginable que la Chine
se laisse dépasser économiquement par les États-Unis,
qui se seraient désengagés de leurs contributions à la
COP21. Les États-Unis et la Chine sont les deux plus gros
pollueurs, représentant à eux seuls 40% des émissions
mondiales de gaz à effet de serre . Si ces deux pays se
désengagent, il y aurait alors un risque d’effet domino
sur les autres pays signataires sachant que la Russie et
l’Arabie Saoudite n’ont pas encore ratifié l’Accord de Paris.
Il sera également extrêmement difficile de mettre en
place un processus de contrôle et de vérification des
pays participants, tel que prévu par la COP22. Il existe
dès lors un risque pour que l’Accord de Paris tourne
au fiasco général si M. Trump maintient ses positions.
Tout l’enjeu de cette phase post-électorale est de
savoir si le nouveau président américain maintiendra
ses positions. Sont-elles des positions électoralistes
ou réalisables ? La question se pose car au lendemain
de son élection, D. Trump a supprimé de son site
de campagne la proposition consistant à sortir de
l’Accord de Paris sans donner plus de précisions.
L’incertitude se dessine autour de l’avenir de cet
accord sur le climat et de la politique énergétique et
diplomatique que D. Trump va imposer au monde.
Le premier clash avec la communauté internationale
a porté sur la question du climat. Le 15 novembre,
François Hollande a réagi à l’élection de D. Trump : « Les
Etats-Unis, première puissance économique mondiale
et deuxième émetteur de gaz à effet de serre, doivent
respecter l’accord », affirmant que la France mènerait
le dialogue avec les États-Unis avec « exigence et
détermination». Quantauprésidentdel’ONU,BanKi-moon,
ilaexpriméson«espoir»queDonaldTrump«comprenne
l’urgence»del’actioncontreleréchauffementclimatique.
Peut-il vraiment sortir de l’Accord de Paris ?
Quels seraient les risques d’une sortie de
l’Accord de Paris par les États-Unis ?
Le monde plongé dans l’incertitude
Just Another Newsletter Title
Promotion 2015
INF’OSE Novembre 2016 n° 117 9
Promotion 2015Articles
Le phénomèneTrump libère la parole climato-sceptique
aux États-Unis mais aussi à l’échelle internationale.
Au-delà de l’élection américaine, il existe une lame de
fond populiste climato-sceptique en Europe. La position
de la Pologne vis-à-vis du climat abonde dans ce sens,
Janusz Lewandowski, le commissaire européen chargé
du budget, ayant déclaré en 2011 qu’il était opposé
aux objectifs de l’UE sur le climat et que la politique
européenne de fermeture progressive des centrales au
charbon était une “catastrophe” pour la Pologne . Plus
récemment, le gouvernement britannique post-vote-
Brexit a été constitué avec des personnalités qui ont remis
en cause l’implication de l’Homme dans le changement
climatique . En France, Nicolas Sarkozy a déclaré en
septembre dernier : «Cela fait 4 milliards d’années que le
climat change. Le Sahara est devenu un désert, ce n’est
pas à cause de l’industrie. Il faut être arrogant comme
l’Homme pour penser que c’est nous qui avons changé
le climat » . On peut se demander si dans l’avenir, l’élection
de D. Trump aura une capacité d’entrainement des
populistes,quidécomplexeraitlaparoleclimato-sceptique
enEurope.C’estnotammentcequenousallonsobserverle
4 décembre prochain, avec l’élection présidentielle
en Autriche qui place dans les sondages
le populiste Norbert Hofer du FPÖ en tête
face à l’écologiste Alexander Van der Bellen .
L’élection de D. Trump ouvre une période d’incertitude
sur l’avenir de l’Accord de Paris mais aussi sur les
futures négociations sur le climat. La montée d’un
populisme climato-sceptique en Europe risque d’affaiblir
l’élan qu’avait suscité le succès de la COP21 l’année
dernière. Cependant, les actions climato-sceptiques de
D. Trump seront limitées, notamment dans son propre
pays, puisque la politique énergétique des États-Unis
relève du pouvoir des Etats et non du pouvoir fédéral.
D’ailleurs, la Californie avait respecté seule l’Accord
de Kyoto et se positionne comme un état exemplaire
dans le déploiement des énergies renouvelables et
dans la lutte contre le réchauffement climatique.
Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon à la
COP22 le 14 novembre 2016
Sources :
•	 http://edition.cnn.com/videos/us/2015/11/03/donald-trump-ben-carson-gop-update-dnt-murray-tsr.cnn/video/
playlists/donald-trump/
•	 http://www.alterecoplus.fr/programme-economique-de-donald-trump-sept-themes-cles/00012567
•	 https://www.donaldjtrump.com/policies/energy/
•	 http://edition.cnn.com/election/results/states/louisiana#president
•	 https://twitter.com/realdonaldtrump?lang=fr
•	 http://www.bbc.com/afrique/37987907
•	 http://www.rtl.fr/actu/politique/segolene-royal-est-l-invitee-de-rtl-du-mercredi-9-novembre-7785668595
•	 http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/11/12/trump-peut-demolir-l-accord-sur-le-climat_5030031_3232.html
•	 http://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/0211254280442-climat-la-chine-ratifie-laccord-de-par-
is-2024582.php
•	 http://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/0211495449636-cop22-lonu-rappelle-a-
lordre-trump-sur-le-climat-2042912.php
•	 http://www.usinenouvelle.com/article/a-la-cop22-la-chine-et-l-onu-lancent-un-appel-a-donald-trump.N464378
•	 http://www.euractiv.fr/section/affaires-publiques/news/le-commissaire-europeen-polonais-refute-la-these-du-
rechauffement-climatique/
•	 https://www.euractiv.fr/section/royaume-uni-en-europe/news/brexit-campaign-leadership-dominated-by-cli-
mate-sceptics/
•	 http://www.huffingtonpost.fr/2016/09/14/nicolas-sarkozy-a-t-il-rejoint-le-camp-des-climato-sceptiques/
•	 http://www.rtl.fr/actu/international/la-presidentielle-en-autriche-prochain-match-entre-le-peuple-et-les-
elites-7785764999
Les climato-sceptiques ont le vent en poupe
Geoffrey ORLANDO
Just Another Newsletter Title
INF’OSE Novembre 2016 n° 117 10
Promotion 2015
Le train à hydrogène : solution écologique au
développement du transport ferroviaire à bas
coût ?
Le 20 septembre dernier, Alstom a présenté le
Coradia iLint, sa nouvelle génération de train qui ne
nécessite ni infrastructure électrique ni combustible
fossile, et pour cause: il fonctionne à l’hydrogène.
Présenté comme une révolution dans le monde du
transport ferroviaire, et plébiscité par les médias et
les défendeurs de la cause environnementale, le train
à hydrogène a de nombreux atouts. Tout d’abord, il
promet les mêmes performances que les anciennes
locomotives diesel que ce soit en vitesse avec 140 km/h
ou en autonomie avec 600 km. Il propose également les
mêmes capacités de transport que les anciens trains.
Au final, il se distingue de sa version diesel par le fait de
n’émettre aucun bruit en opération, ce qui est fortement
apprécié par les usagers et surtout par aucune émission
de gaz d’échappement, donc aucune pollution locale.
D’un point de vue économique, le développement d’un
train ne nécessitant aucune infrastructure électrique
est très intéressant. En France, les derniers investissements
qui ont été effectués par Réseau Ferré de France (Nantes -
La Roche sur Yon) pour l’électrification des voies s’élèvent
à environ 53 millions d’euros / 100 km de voie [1]. Ce qui
représenteuncoûttrèsimportantetquipeutexpliquerque
les opérateurs allemands aient préféré miser sur un train
ne nécessitant pas de modernisation de l’infrastructure.
Par ailleurs, Wolfram Schwab, vice-président régional
plateforme produit et innovation chez Alstom Transport,
estime que le train à hydrogène disposerait d’un
avantage compétitif par rapport au diesel d’ici 5 ans[2].
Cette estimation prend en compte le coût d’achat
de la locomotive, les coûts de maintenance et de
combustible. Si l’on raisonne seulement au niveau du
combustible : sachant qu’actuellement une locomotive
dieselbruleenviron330L/100kmavecunrendementdiesel
d’environ 35% cela représente une énergie nécessaire à
la traction de 0,83 MWh/100km. A énergie équivalente,
avec un rendement de pile à combustible de 50%[3],
les 330L de diesel pourrait être remplacés par environ
62 kg d’hydrogène. De là, il devient possible de comparer
les deux combustibles. Au cours d’aujourd’hui, 62 kg
d’hydrogène se vendent à 310€ contre 235€ pour 330L
de diesel. Cette courte analyse ne prend pas en compte
les frais de transport et de stockage du combustible
qui peuvent être importants, notamment pour la filière
hydrogène. Mais aux premiers abords, il apparait que
Articles
Figure 1 : Le train à hydrogène Coradia iLint
©Alstom
Just Another Newsletter Title
Promotion 2015
INF’OSE Novembre 2016 n° 117 11
Promotion 2015Promotion 2015Articles
l’hydrogène s’avère être un choix plus onéreux que
le diesel, et cela pourrait freiner son développement.
Écologiquement le bilan semble également
contrasté. Même si à l’utilisation le « Hytrain »
ne produit aucune pollution localement ce qui
présente de nombreux avantages d’un point de vue
sanitaire, il faut remonter la chaine de production de
l’hydrogène pour se rendre compte que le « Hytrain
» n’est peut-être pas si écologique que ça. En effet,
aujourd’hui dans le monde, 90% de l’hydrogène est
produit par vaporéformage[4]. Ce procédé s’effectue
en 4 étapes comme le montre l’image figure 2.
Figure 2 : Procédé de vaporéformage [5]Il prend du méthane en entrée et suivant la réaction
(1) le méthane est décomposé en Oxyde de Car-
bone et hydrogène, ensuite l’Oxyde de Carbone est
recombiné pour produire de l’hydrogène et du CO2
comme montré par la réaction (2).
(1)
(2)
Au final, le méthane est décomposé en hydrogène
et CO2
. On estime qu'une tonne d'hydrogène
produite est responsable de neuf tonnes d'émissions
de CO2
[4]. Si l'on reprend l'exemple précédent, on
produira 558 kg de CO2
par 100 km parcourus com-
paré à 858 kg de CO2
/ 100 km pour le diesel. On peut
donc considérer que cette technologie prônant Zéro
émission, demeure assez loin des objectifs affichés.
Cependant, comment raisonner à court terme sur une
technologie qui se veut futuriste et qui est faite pour
s'intégrer dans la société de demain ? Déjà de nom-
breux acteurs de la filière hydrogène conscients de la
pollution de leurs procédés de production ont prévu
de verdir leur hydrogène dans un horizon assez proche.
Le leader Air liquide, via sa démarche Blue Hydrogen, a
prévu de produire d'ici 2020 la moitié de son hydrogène
sans émission de CO2
. D'un autre côté, un rapport pub-
lié par la NREL a montré que l'hydrogène pourrait
être la solution de demain face aux défis du stockage
d'énergie auxquels les électriciens sont confrontés ac-
tuellement. En effet, l'intégration des énergies renouv-
elables dans notre mix énergétique crée des tensions
sur le réseau qui aboutissent à des situations inédites où
il y a davantage d'offre électrique que de demande, ce
qui entraine des prix négatifs. L'idée serait de consom-
mer le surplus d'électricité issu des EnR via des électrol-
yseurs qui produiraient au passage de l'hydrogène qui
serait stocké et consommé ulterieurement par le Hy-
train. Cela permettrait au réseau électrique de retrouver
une certaine stabilité tout en faisant chuter le prix de
l'hydrogène sur le marché à environ 1 - 0.5 $/ kg [6] [7].
Ces perspectives n’ont pas échappé à certains Etats et
le Danemark, la Norvège et les Pays-bas ont déjà mani-
festé leur intérêt pour le Hytrain. La France, paradoxale-
ment, n’est pas un marché visé étant donné la forte élec-
trisation de son réseau ferroviaire. Par ailleurs, devant
les avantages de cette nouvelle technologie, c’est une
opportunité pour Alstom de se différencier de son prin-
cipal concurrent : Bombardier. En prenant la tête de
la course à la mobilité ferroviaire propre, Alstom met
une option sur le renouvellement des parcs mondiaux
de locomotives diesel avec en première ligne les USA.
Letrainàhydrogènejoueradoncsurplusieursplans.Tout
d’abord, il permettra de réduire la pollution aux parti-
cules fines et la pollution sonore dans les gares. Ensuite,
sous condition que l’hydrogène soit produit avec des
énergies renouvelables, il rendra ce mode de transport
réellement « zéro émission », et disposera des mêmes
arguments écologiques que le train électrique. Enfin, au
niveau des réseaux électriques, il jouera, indirectement,
un rôle important dans la stabilisation de l’offre et de
la demande d’ énergie électrique, qui est aujourd’hui
un des challenges majeurs des énergies renouvelables.
« une tonne d’hydrogène produite est responsable de neuf tonnes
d’émissions de CO2
»
Baptiste CALMETTE
Just Another Newsletter Title
INF’OSE Novembre 2016 n° 117 12
Promotion 2015
Un hiver sous très haute tension ?
L’inquiétude grandissante de RTE sur l’approvisionnement électrique de la France en
cette période hivernale témoigne d’une crise inédite de notre système électrique.
Près de 20% des tranches nucléaires françaises sont à l’arrêt depuis des semaines
pour procéder aux vérifications exigées par l’Autorité de Sûreté Nucléaire.
Articles
Sources :
•	 [1]	Setra, “Modernisation des infrastructures ferroviaires,” 2010.
•	 [2]	F. Guernalec, “Alstom présente son train zéro émission,” 2016. [Online]. Available: http://www.mobilicites.
com/011-5415-Alstom-presente-son-train-zero-emission.html.
•	 [3]	Air-Liquide, “Pile à combustible - ses avantages.” [Online]. Available: http://www.planete-hydrogene.com/
fr/lhydrogene-energie/pile-a-combustible/ses-avantages.html.
•	 [4]	Afhypac, “3.1.1 - Mémento de l’Hydrogène - PRODUCTION D’ HYDROGENE A PARTIR DES PRO-
CEDES DE REFORMAGE ET D’ OXYDATION PARTIELLE,” pp. 1–15, 2011.
•	 [5]	F. Giroudi and L. E. Gall, “Production des gaz de synthèse par vaporeformage Production des gaz de syn-
thèse par vaporeformage,” Tech. L’ingénieur, vol. 33, no. 0, 2016.
•	 [6]	S. Edelstein, “Hydrogen cost could equal 50-cent gasoline, with renewable energy: study,” 2016. [Online].
Available: http://www.greencarreports.com/news/1105642_hydrogen-cost-could-equal-50-cent-gasoline-
with-renewable-energy-study.
•	 [7]	NREL, “Hydrogen Production Cost Analysis.” [Online]. Available: http://www.nrel.gov/hydrogen/produc-
tion_cost_analysis.html.
Des anomalies ont été détectées sur les générateurs
de vapeur de 18 tranches de centrales nucléaires.
Ces anomalies sont dues à une concentration élevée en
carbone du fond primaire de ces générateurs de vapeur,
qui pourrait les fragiliser, alors que cette pièce en acier est
soumise à des pressions et des températures extrêmes [1].
Ces réacteurs ont pour certains été fabriqués dans l’usine
duCreusotd’Areva etpourd’autresparlasociétéjaponaise
JCFC [2]. Ce défaut a d’abord été découvert sur la cuve
de l’EPR de Flamanville : l’ASN a alors exigé des contrôles
sur tous les réacteurs nucléaires en service en France.
Six des 18 réacteurs concernés ont pu redémarrer,
cependant 7 des 58 réacteurs nucléaires du pays
sont à l’arrêt depuis fin octobre. Ces réacteurs devaient
être remis en fonctionnement au mois de décembre
mais les tests durent plus longtemps que prévu. « Nous
attendions des compléments d’informations pour mi-
novembre mais nous n’avons pas tout reçu », annonce
Pierre-Franck Chevet, président de l’Autorité de Sûreté
Nucléaire [3]. Après recueil de toutes ces informations,
l’intéressé aura un mois pour donner à EDF l’autorisation
d’exploiter à nouveau ces unités de production. La remise
en route de ses réacteurs prendra à l’énergéticien 2
semaines, et ne sera donc effectuée dans le meilleur des
cas que début janvier. Dans le même temps, EDF arrêtera
4 autres réacteurs entre le 10 et 23 décembre. Ce n’est
alors pas moins de 12 réacteurs qui seront indisponibles
encedébutd’hivercommelemontrelacartesuivante. [4]
La production nucléaire au ralenti, mais que
se passe-t-il ?
Just Another Newsletter Title
INF’OSE Novembre 2016 n° 117 13
Evénement OSEPromotion 2015Promotion 2015Articles
Figure 1 : Carte des centrales nucléaires à l’arret. [4]
Quelles conséquences ?
Avec 20% du parc nucléaire français à l’arrêt pendant
au moins une dizaine de jours, il va être difficile pour
RTE d’assurer de façon sereine l’équilibre offre/demande
cet hiver. Les 58 réacteurs assurent les trois quart de
la production française. Cependant, avec la réduction
attendue, la part du nucléaire dans notre mix énergétique
sera cet hiver au plus bas depuis 10 ans avec 11 000 MW
de capacité en moins [5]. Cette insuffisance n’est pas sans
risque. Du simple incident sur le système électrique au
blackout en passant par des délestages partiels, nous
connaitrons certainement cet hiver des dommages plus
ou moins graves sur notre approvisionnement électrique.
A l’approche de cette période de froid, la demande
électrique devient plus importante notamment
au mois de décembre, janvier et février,
comme nous l’indique la figure suivante.
Eneffet,undegrédemoinsreprésenteuneconsommation
supplémentaire de 2 400 MW [7]. Si une forte chute
des températures intervient durant ces deux prochains
mois, les réacteurs nucléaires encore en service ne
suffiront donc pas à satisfaire une trop forte demande
Figure 2 : Cycle annuel de consommation
d’électricité en France [6]
Just Another Newsletter Title
INF’OSE Novembre 2016 n° 117 14
Evénement OSEPromotion 2015Promotion 2015Articles
électrique même avec l’apport électrique des énergies
renouvelables. La situation la plus délicate pour RTE sera
d’assurer l’approvisionnement électrique lors du pic de
consommationdusoir.Silegestionnaireduréseaunepeut
palier cette demande qui risque de créer un déséquilibre
del’offreetdelademandeélectrique,RTEseracontraintde
mettreenplacesonplandedéfensedelasuretédusystème
électrique qui est décomposé en plusieurs étapes [8] :
	 - Dans un premier temps, EDF devra mettre
en fonctionnement les TAC (turbines à combustion)
qui par leur possibilité de démarrage rapide,
permettront de disposer rapidement d’un apport
de puissance réactive. Cependant, l’utilisation des
TAC coûte très cher et celles-ci sont très polluantes.
	
	 - Si cela ne suffit pas, EDF devra faire fonctionner
ses réacteurs et turbines hydrauliques à leur
maximum et ainsi perdre toute réserve de puissance.
	 - Si un écroulement en tension intervient,
RTE abaissera l’intensité des lignes HTA de 5%.
	 - Si une rupture de synchronisme intervient, RTE
aura recours à la séparation des réseaux régionaux afin de
séparerlesréseauxfragilisésdeceuxquiserontencoresains.
	 - Si ces actions ne parviennent pas à rétablir
une situation d’équilibre, les groupes thermiques
seront automatiquement mis en îlotage sur
leurs auxiliaires de façon à être en mesure de
procéder à la reprise du service ultérieurement.
	 - Enfin en ultime recours, RTE déclenchera son
plan de délestage de la clientèle afin de procéder à des
effacements. Plusieurs niveaux de délestage existent et
obéissent à une priorité de délestage. On déconnectera
en premier les quartiers résidentiels et en dernier les
établissementsstratégiquesquiassurentunservicepublic
telsquelespréfectures,leshôpitaux,lesaéroports,gares…
	
	 -Sicesdélestagespartielsnesuffisenttoujourspas
à stabiliser les réseaux, le scénario cauchemar du black-
out, lourd de conséquences notamment économiques
pour la France interviendra sur l’ensemble du territoire.
Il faudra alors plusieurs heures à EDF pour remettre en
fonction ses unités de production dans le cadre de la mise
en place du plan de reconstitution du réseau par RTE.
Mais pas de panique, des solutions existent
afin d’éviter cette situation de crise…
Une production nationale insuffisante engendrera
de fortes importations. Cependant, l’importation
maximale d’électricité en provenance d’Allemagne,
de Suisse, d’Espagne, d’Italie et de Grande Bretagne
représente 12 000 MW [9]. Si l’Europe connait une
vague de grand froid, il sera difficile de compter sur la
totalité de cette capacité d’importation. Le recours à
des importations coûte, par ailleurs, très cher surtout
lors des pics de consommation notamment la pointe
du soir. Sur la figure suivante extraite du site de RTE,
le prix spot de l’électricité du 9 novembre dernier à
18h00 avait atteint un niveau extrêmement élevé à
829,79€lemégawattheure,leprixlepluscherd’Europe[10].
Hormis les solutions de dernier recours telles que
l’importation et le délestage, RTE compte lancer
un appel sur la base du volontariat aux 21 industriels
particulièrement électro-sensibles à s’effacer en cas de
crise, ce qui pourrait représenter 1 500 MW d’appel
de puissance économisée [11]. Il manque alors encore
près de 6 000 MW pour passer un pic de consommation
équivalent à celui du 8 février 2012 à 19 heures où
la demande avait alors dépassé les 102 GW [12].
RTEappelleaussiàlaresponsabilitécitoyennedesesclients
Une facture très salée
Figure 3 : Prix spot électricité du 15 novembre
2016 [10]
Appel à la responsabilité citoyenne
Just Another Newsletter Title
INF’OSE Novembre 2016 n° 117 15
Evénement OSEPromotion 2015Promotion 2015Articles
particuliers pour réduire leur consommation électrique
grâceau«dispositif d’alertecitoyen» lancéle5décembre
surleurapplicationmobileEco2mix[13].Ainsi,lescitoyens
pourront prendre plusieurs mesures telles qu’éviter de
recourir aux équipements électro-ménagers lors des
heures de pointe, éteindre les appareils en veille, abaisser
le chauffage des logements d’un ou deux degrés…
Rappelons qu’en période de fêtes de fin d’année, la
demande d’électricité reste assez faible en France
notamment du fait du ralentissement de l’activité
industrielle comme en témoigne la courbe de la
consommation d’électricité ci-dessus. L’arrêt de ces 12
réacteurs s’établira sur cette période pour une durée
de 10 jours. Un recours au délestage reste donc très
peu probable. De plus, les records de la consommation
électrique en France interviennent historiquement au
mois de février. D’ici-là, la totalité des réacteurs aura
retrouvé un rythme de fonctionnement habituel. Le
recours aux différentes actions du plan de défense de
la sureté du système électrique de RTE et le recours aux
importations et à l’appel citoyen des consommateurs
minimisent,parailleurs,lerisquedublack-out.Cescénario
catastrophe fait vendre, le buzz est lancé et les tribunes
racoleuses dans les grands journaux s’enflamment.
Restons réalistes, et faisons confiance aux ingénieurs de
RTE, dans l’état actuel des choses, rien ne laisse présager
que la France connaitra cet hiver un black-out généralisé.
Pas d’affolement, le risque de black-out n’est cer-
tainement qu’un produit médiatique.
Geoffrey ORLANDO
Sources :
•	 [1] http://www.industrie-techno.com/nucleaire-quand-12-reacteurs-sont-a-l-arret-a-cause-d-un-surplus-de-
carbone.46755
•	 [2] http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/areva-le-creusot-edf-arreterait-cinq-nouveaux-reacteurs-nu-
cleaires-1049351.html
•	 [3] http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/edf-des-risques-sur-l-approvisionnement-pour-les-
fetes-1059306.html
•	 [4] http://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/0211405738590-nucleaire-les-arrets-
forces-de-reacteurs-dedf-se-multiplient-2036045.php
•	 [5] http://www.la-croix.com/Economie/France/La-France-pourrait-renouer-avec-coupures-cou-
rant-2016-11-08-1200801681
•	 [6] http://www.temoignagefiscal.com/comprendre-lelectricite-4eme-partie/
•	 [7] http://www.rte-france.com/fr/article/encourager-une-consommation-plus-flexible
•	 [8]https://eco2mix.rte-france.com/uploads/media/pdf_zip/publications-annuelles/memento_surete_2004_
complet__.pdf
•	 [9] http://www.connaissancedesenergies.org/reseau-electrique-une-vigilance-de-rigueur-cet-hiver-161109
•	 [10] http://www.rte-france.com/fr/eco2mix/donnees-de-marche
•	 [11] http://www.usinenouvelle.com/article/six-armes-de-rte-pour-eviter-une-penurie-d-electricite-cet-hiver.
N461237
•	 [12] http://www.rte-france.com/sites/default/files/rex_vague_froid-2012.pdf
•	 [13] http://www.rte-france.com/fr/eco2mix/eco2mix
Rédacteurs en Chefs
Apolline FAURE - Thibault ROY - Gildas SIGGINI
Maquettiste
Michael CHAN
Journalistes
Tous les élèves du MS OSE
Rédaction : Contacts :
Contact
infose@mastere-ose.fr
Téléphone
04 97 15 70 73
Mastère Spécialisé OSE
Centre de Mathématiques Appliquées
Mines ParisTech
Rue Claude Daunesse - CS 10207
06 904 SOPHIAANTIPOLIS Cedex
Votre avis nous intéresse !
Afin de faire progresser la qualité de ce journal nous sollicitons
votre avis. N’hésitez pas à nous transmettre vos commentaires par
mail.
L’ équipe Inf’OSE
Toute reproduction, représentation, traduction ou adaptation, qu’elle soit intégrale ou partielle, quel qu’en soit le procèdé, le support ou le média, est strictement
interdite sans l’autorisation des auteurs sauf cas prévus par l’article L. 122-5 du code de la propriété intellectuelle.
La promo 2016 en cours d’ économétrie

Contenu connexe

Tendances

Inf'OSE août/septembre 2018
Inf'OSE août/septembre 2018Inf'OSE août/septembre 2018
Inf'OSE août/septembre 2018
Baptiste Metz
 
Inf'OSE Décembre 2018
Inf'OSE Décembre 2018Inf'OSE Décembre 2018
Inf'OSE Décembre 2018
Antoine Jourdain de Muizon
 
Inf'ose Novembre 2018
Inf'ose Novembre 2018Inf'ose Novembre 2018
Inf'ose Novembre 2018
Antoine Jourdain de Muizon
 
Giec WG3
Giec WG3Giec WG3
Giec WG3
RAC-F
 
Dossier Sommet de Ban Ki Moon
Dossier Sommet de Ban Ki MoonDossier Sommet de Ban Ki Moon
Dossier Sommet de Ban Ki Moon
RAC-F
 
Transport mise-en-place-immédiate-de-l-eco-taxe-poids-lourds2014
Transport mise-en-place-immédiate-de-l-eco-taxe-poids-lourds2014Transport mise-en-place-immédiate-de-l-eco-taxe-poids-lourds2014
Transport mise-en-place-immédiate-de-l-eco-taxe-poids-lourds2014
RAC-F
 
Inf'ose janvier 2019
Inf'ose janvier 2019Inf'ose janvier 2019
Inf'ose janvier 2019
Antoine Jourdain de Muizon
 
Inf'OSE Octobre 2018
Inf'OSE Octobre 2018Inf'OSE Octobre 2018
Inf'OSE Octobre 2018
Antoine Jourdain de Muizon
 
Décryptage loi te
Décryptage loi teDécryptage loi te
Décryptage loi te
RAC-F
 
aaDp union énergétique
aaDp union énergétiqueaaDp union énergétique
aaDp union énergétique
RAC-F
 

Tendances (20)

Inf'OSE Mai 2017 N°123
Inf'OSE Mai 2017 N°123Inf'OSE Mai 2017 N°123
Inf'OSE Mai 2017 N°123
 
Inf'OSE août/septembre 2018
Inf'OSE août/septembre 2018Inf'OSE août/septembre 2018
Inf'OSE août/septembre 2018
 
Remettre la transition énergétique dans la bonne voie - Cahier d'acteur EdEn PPE
Remettre la transition énergétique dans la bonne voie - Cahier d'acteur EdEn PPERemettre la transition énergétique dans la bonne voie - Cahier d'acteur EdEn PPE
Remettre la transition énergétique dans la bonne voie - Cahier d'acteur EdEn PPE
 
Anniv TE
Anniv TEAnniv TE
Anniv TE
 
Dp 16.04.20 v2-simple
Dp 16.04.20 v2-simpleDp 16.04.20 v2-simple
Dp 16.04.20 v2-simple
 
Dossier cop22
Dossier cop22Dossier cop22
Dossier cop22
 
119 Inf'OSE Janvier 2017
119 Inf'OSE Janvier 2017119 Inf'OSE Janvier 2017
119 Inf'OSE Janvier 2017
 
Inf'OSE Décembre 2018
Inf'OSE Décembre 2018Inf'OSE Décembre 2018
Inf'OSE Décembre 2018
 
Analyse post varsovie et bonn mars 2014
Analyse post varsovie et bonn mars 2014Analyse post varsovie et bonn mars 2014
Analyse post varsovie et bonn mars 2014
 
Inf'ose Novembre 2018
Inf'ose Novembre 2018Inf'ose Novembre 2018
Inf'ose Novembre 2018
 
Dp engie turquie
Dp engie turquieDp engie turquie
Dp engie turquie
 
Giec WG3
Giec WG3Giec WG3
Giec WG3
 
Dossier Sommet de Ban Ki Moon
Dossier Sommet de Ban Ki MoonDossier Sommet de Ban Ki Moon
Dossier Sommet de Ban Ki Moon
 
Transport mise-en-place-immédiate-de-l-eco-taxe-poids-lourds2014
Transport mise-en-place-immédiate-de-l-eco-taxe-poids-lourds2014Transport mise-en-place-immédiate-de-l-eco-taxe-poids-lourds2014
Transport mise-en-place-immédiate-de-l-eco-taxe-poids-lourds2014
 
Inf'ose janvier 2019
Inf'ose janvier 2019Inf'ose janvier 2019
Inf'ose janvier 2019
 
Inf'OSE Octobre 2018
Inf'OSE Octobre 2018Inf'OSE Octobre 2018
Inf'OSE Octobre 2018
 
Décryptage loi te
Décryptage loi teDécryptage loi te
Décryptage loi te
 
Réussir la transition énergétique - Présentation pour CapitalatWork au Châtea...
Réussir la transition énergétique - Présentation pour CapitalatWork au Châtea...Réussir la transition énergétique - Présentation pour CapitalatWork au Châtea...
Réussir la transition énergétique - Présentation pour CapitalatWork au Châtea...
 
A l’approche de la COP21, les candidats aux élections régionales doivent rele...
A l’approche de la COP21, les candidats aux élections régionales doivent rele...A l’approche de la COP21, les candidats aux élections régionales doivent rele...
A l’approche de la COP21, les candidats aux élections régionales doivent rele...
 
aaDp union énergétique
aaDp union énergétiqueaaDp union énergétique
aaDp union énergétique
 

En vedette (9)

Co ver jadi blm jadi
Co ver jadi blm jadiCo ver jadi blm jadi
Co ver jadi blm jadi
 
sales- newest
sales- newestsales- newest
sales- newest
 
Ppp slides (dr. neth baromey)
Ppp slides (dr. neth baromey)Ppp slides (dr. neth baromey)
Ppp slides (dr. neth baromey)
 
Untitled Presentation
Untitled PresentationUntitled Presentation
Untitled Presentation
 
2012.10 Oldfield
2012.10 Oldfield2012.10 Oldfield
2012.10 Oldfield
 
Weightism Obesity Myths Handout
Weightism Obesity Myths HandoutWeightism Obesity Myths Handout
Weightism Obesity Myths Handout
 
hussein nabawy
hussein nabawyhussein nabawy
hussein nabawy
 
Contaminación
ContaminaciónContaminación
Contaminación
 
Taj mahal
Taj mahalTaj mahal
Taj mahal
 

Similaire à 117 infose nov2016

Refonder la croissance énergétique sans oublier la croissance !
Refonder la croissance énergétique sans oublier la croissance ! Refonder la croissance énergétique sans oublier la croissance !
Refonder la croissance énergétique sans oublier la croissance !
Fondation iFRAP
 
Inf'OSE mai 2019
Inf'OSE mai 2019Inf'OSE mai 2019
Inf'OSE mai 2019
LucasDesport
 
Inf'ose mai 2019
Inf'ose mai 2019Inf'ose mai 2019
Inf'ose mai 2019
LucasDesport
 
Prix du carbone et compétitivité : vrai ou faux débat ?
Prix du carbone et compétitivité : vrai ou faux débat ?Prix du carbone et compétitivité : vrai ou faux débat ?
Prix du carbone et compétitivité : vrai ou faux débat ?
La Fabrique de l'industrie
 
Sobriété et Transition Energétique - Quels impacts pour les entreprises ? Que...
Sobriété et Transition Energétique - Quels impacts pour les entreprises ? Que...Sobriété et Transition Energétique - Quels impacts pour les entreprises ? Que...
Sobriété et Transition Energétique - Quels impacts pour les entreprises ? Que...
Nicolas Meilhan
 
Couvrir nos besoins énergétiques : 2050 se prépare aujourd’hui
Couvrir nos besoins énergétiques : 2050 se prépare aujourd’huiCouvrir nos besoins énergétiques : 2050 se prépare aujourd’hui
Couvrir nos besoins énergétiques : 2050 se prépare aujourd’hui
La Fabrique de l'industrie
 
Inf'OSE novembre 2017
Inf'OSE novembre 2017 Inf'OSE novembre 2017
Inf'OSE novembre 2017
Baptiste Metz
 

Similaire à 117 infose nov2016 (20)

Les scénarios comme outil d’analyse du risque de transition énergétique : que...
Les scénarios comme outil d’analyse du risque de transition énergétique : que...Les scénarios comme outil d’analyse du risque de transition énergétique : que...
Les scénarios comme outil d’analyse du risque de transition énergétique : que...
 
Refonder la croissance énergétique sans oublier la croissance !
Refonder la croissance énergétique sans oublier la croissance ! Refonder la croissance énergétique sans oublier la croissance !
Refonder la croissance énergétique sans oublier la croissance !
 
Inf'OSE mai 2019
Inf'OSE mai 2019Inf'OSE mai 2019
Inf'OSE mai 2019
 
Inf'ose mai 2019
Inf'ose mai 2019Inf'ose mai 2019
Inf'ose mai 2019
 
Panorama des cleantech en France 2016
Panorama des cleantech en France 2016Panorama des cleantech en France 2016
Panorama des cleantech en France 2016
 
Panorama des cleantech 2016
Panorama des cleantech 2016 Panorama des cleantech 2016
Panorama des cleantech 2016
 
Panorama énergies - climat - Édition 2013
Panorama énergies - climat - Édition 2013Panorama énergies - climat - Édition 2013
Panorama énergies - climat - Édition 2013
 
Soutenance de PFE : COP 21 et la contribution du Maroc comme modèle exemplair...
Soutenance de PFE : COP 21 et la contribution du Maroc comme modèle exemplair...Soutenance de PFE : COP 21 et la contribution du Maroc comme modèle exemplair...
Soutenance de PFE : COP 21 et la contribution du Maroc comme modèle exemplair...
 
Prix du carbone et compétitivité : vrai ou faux débat ?
Prix du carbone et compétitivité : vrai ou faux débat ?Prix du carbone et compétitivité : vrai ou faux débat ?
Prix du carbone et compétitivité : vrai ou faux débat ?
 
Modèles macroéconomiques et transition énergétique
Modèles macroéconomiques et transition énergétiqueModèles macroéconomiques et transition énergétique
Modèles macroéconomiques et transition énergétique
 
Modeles macroeconomiques et transition énergétique
Modeles macroeconomiques et transition énergétiqueModeles macroeconomiques et transition énergétique
Modeles macroeconomiques et transition énergétique
 
Sobriété et Transition Energétique - Quels impacts pour les entreprises ? Que...
Sobriété et Transition Energétique - Quels impacts pour les entreprises ? Que...Sobriété et Transition Energétique - Quels impacts pour les entreprises ? Que...
Sobriété et Transition Energétique - Quels impacts pour les entreprises ? Que...
 
147 infose nov2019
147 infose nov2019147 infose nov2019
147 infose nov2019
 
Inf'OSE décembre 2017
Inf'OSE décembre 2017Inf'OSE décembre 2017
Inf'OSE décembre 2017
 
Couvrir nos besoins énergétiques : 2050 se prépare aujourd’hui
Couvrir nos besoins énergétiques : 2050 se prépare aujourd’huiCouvrir nos besoins énergétiques : 2050 se prépare aujourd’hui
Couvrir nos besoins énergétiques : 2050 se prépare aujourd’hui
 
Hydrogène : rêve industriel, cauchemar climatique - 19/08/2021
Hydrogène : rêve industriel, cauchemar climatique - 19/08/2021Hydrogène : rêve industriel, cauchemar climatique - 19/08/2021
Hydrogène : rêve industriel, cauchemar climatique - 19/08/2021
 
Inf'OSE novembre 2017
Inf'OSE novembre 2017 Inf'OSE novembre 2017
Inf'OSE novembre 2017
 
Les dispositifs environnementaux obligatoires et facultatifs
Les dispositifs environnementaux obligatoires et facultatifsLes dispositifs environnementaux obligatoires et facultatifs
Les dispositifs environnementaux obligatoires et facultatifs
 
Projet SIG : Etude d’implantation d’un site potentiel de CTS de CO²
Projet SIG : Etude d’implantation d’un site potentiel de CTS de CO²Projet SIG : Etude d’implantation d’un site potentiel de CTS de CO²
Projet SIG : Etude d’implantation d’un site potentiel de CTS de CO²
 
ber10.pdf
ber10.pdfber10.pdf
ber10.pdf
 

117 infose nov2016

  • 1. SOMMAIRE Novembre 2016 n° 117 Sommaire Un hiver sous très haute tension........... p.12 Après la tenue de la COP21 à Paris en décembre dernier, Marrakech a accueilli du 07 au 18 novembre la 22ème conférence de l’ONU sur les changements climatiques. Les 195 pays présents à la conférence de Paris se sont re- trouvés pour discuter des suites de l’Accord de Paris et de sa mise en œuvre. Habitué de l’évènement, le CMA y était présent dans le cadre de la Chaire Modélisation prospective au service du Développement Durable. Il y a organ- isé avec l’ASEED (Association of Sustainable Ecological Engineering Development) un side event sur le change- ment climatique dans les pays africains et méditerranéens ainsi que dans le Moyen-Orient. Dans le paysage éner- gétique français, la mise à l’arrêt de nombreux réacteurs nucléaires d’EDF jugés non conformes suite à un contrôle de l’ASN, soulève de nombreuses questions notamment les conséquences de ces arrêts sur la continuité de la four- niture d’électricité au cours de cet hiver. Nous vous proposons dans ce numéro de découvrir une revue de ces évènements ainsi qu’une sélection d’actualités en lien avec le Mastère spécialisé OSE et le domaine de l’énergie. Bonne lecture. EDITORIAL NF’ SE Les actualités p.2 Affiche de la COP22 à Marrakech sources : www.cop22.ma Le complexe thermo-solaire NOOR ......................... p.5 Le seisme Trump..................... p.7 Le train à hydrogène ....................... p.10
  • 2. Just Another Newsletter Title Actualités INF’OSE Novembre 2016 n° 117 2 Actualités La pollution atmosphérique en Inde, et plus particulièrement à New Delhi, n’est pas un phénomène nouveau. Pourtant, depuis la fin du mois de septembre, la population étouffe dans un brouillard marron chargé de particules fines qui s’est épaissi suite au nouvel an indien. Cette pollution record (20 fois supérieure aux recommandations de l’OMS) a obligé le gouvernement à enclencher des mesures d’urgence, et force les habitants à rester calfeutrés chez eux. Face à ce phénomène récurrent, la ville souhaite déployer une solution basée sur des purificateurs d’air extérieurs comme à Pékin ou à Hong- Kong, mais celle-ci laisse de nombreux experts sceptiques car elle ne résoudrait pas le problème. New Delhi, capitale de la pollution La promotion 2016 a choisi de donner un petit coup de jeune au logo du Mastère Spécialisé. Après 16 ans de bons et loyaux services, le fameux logo OSE cède sa place à une version que nous espérons plus moderne, et qui vous accompagnera désormais. Cette version reprend les codes graphiques de l’Ecole des Mines. Avec un peu d’attention, vous pouvez aussi distinguer les initiales O-S-E dans la sphère à gauche. Un nouveau logo pour le MS OSE Associé aux conférences sur le climat depuis 10 ans, le Centre de Mathématiques Appliquées, à travers sa Chaire Modélisation prospective au service du développement durable, a participé à la COP22 qui s’est déroulée à Marrakech du 7 au 18 novembre dernier. Nadia Maïzi, Directrice du centre mais également chef de la délégation ParisTech accréditée par les Nations Unies en tant qu’ONG, a ainsi co-organisé un side event le 7 novembre 2016 sur les moyens de lutter contre le changement climatique dans les pays méditerranéens, africains et au Moyen-Orient. Cet évènement a permis de réunir autour de ce thème majeur Nadia Maïzi et Edi Assoumou du CMA, Youba Sokona d’AREI (Africa Renewable Energy Initiative), Samir Amous d’APEX Conseil, JuiWenCHENd’ASEED(AssociationofSustainable Ecological Engineering Development) et Jean Charles Hourcade du CIRED. Ont été évoqués les enjeux d’un transfert technologique vers les pays en développement, les projets en matière d’énergies renouvelables envisagés sur le continent africain (dont le projet marocain NOOR évoqué dans un article de cet Inf’Ose), ainsi que les modalités de financement des contributions nationales. Le CMA à la COP22 Le CMA a participé à la COP22 à Marrakech
  • 3. Grâce à un accompagnement transparent des acteurs du recyclage et une simplification de la REP (Responsabilité Elargie du Producteur), l’éco-organisme français Léko souhaite rompre le monopole d’Eco-Emballages dans ce domaine en obtenant l’agrément pour la période 2018 – 2022. AvecuntauxactuelderecyclageenFrancede67%,sa stratégie repose sur l’intention forte d’augmenter ce taux à 75%, c’est-à-dire au niveau initialement prévu suite au Grenelle de l’environnement pour 2012. Just Another Newsletter Title Actualités INF’OSE Novembre 2016 n° 117 3 Un nouvel éco-organisme pour concurrencer Eco-Emballages Sale temps pour le nucléaire : à l’arrêt contraint d’une dizaine de réacteurs sur les 58 français (cf.articledanscenuméro),s’ajouteunrapportréalisé par le cabinet d’analyse financière indépendant AlphaValue (rapport commandité par Greenpeace), qui met le doigt sur la fragilité financière d’EDF (« au bord de la faillite »). Le rapport indique que la modernisation des centrales et les grands projets d’investissement de Flamanville et de Hinkley Point mettent l’opérateur historique dans une situation délicate, tandis que les provisions faites dans la perspective du démantèlement des plus anciennes centrales et du traitement des déchets seraient sous- évaluées de plus de 50 milliards d’euros. L’opérateur historique dément formellement ces conclusions. Le nucléaire aux aguets La Programmation Pluriannuelle de l’Energie est enfin parue au Journal Officiel fin octobre, plus de dix mois après la tenue de la COP21. Ce document doit permettre la mise en œuvre de la loi de Transition Energétique pour la Croissance Verte, adoptée en août 2015. La PPE fixe des objectifs pour la période 2015- 2018 et des perspectives pour 2018-2023. Elle intègre les objectifs de la loi TECV en termes de diminution de consommation d’énergie (12% en 2023 et 50% en 2050) et de hausse des renouvelables dans cette consommation (23% en 2020 et 32% en 2030), et définit des paliers autour de 2020. Pour atteindre le second objectif, la PPE prévoit de passer de 41GW en 2014 à plus de 70GW de capacité électrique d’origine renouvelable en 2023. De même, l’installation de centrales à charbon sera désormais conditionnée à la présence de dispositifs de captage ou de valorisation du CO2 . Néanmoins, la feuille de route en termes de réduction de la part du nucléaire, principale raison du retard de la publication du texte selon certains, reste floue. Seule la fermeture de Fessenheim est réaffirmée, mais reportée après la fin du quinquennat de l’actuel Président de la République. Pour rappel, la loi TECV prévoit de baisser la part du nucléaire dans le mix énergétique à 50% en 2025 contre 75 % actuellement. Sur cette question, le document donne d’ailleurs à EDF un délai de 6 mois pour établir un plan stratégique. Publication de la PPE Bilan de la PFE sources : MEEM
  • 4. Sources : • Impact of Foreign Direct Investment and Trade on Economic Growth , Shiva S. Makki The World Bank ,Agapi Somwaru ,Economic Research Service, USDA • http://www.leko-organisme.fr/ • http://www.graphiline.com/article/24264/leko-nouvel-organisme-compte-detroner-eco-emballages • http://www.usinenouvelle.com/article/leko-veut-concurrencer-eco-emballages.N456282 • http://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/inde-new-delhi-la-ville-la-plus-polluee-sur-terre-aujourd- hui?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1478591342 La présentation, fin novembre, par la Commission Européennedepropositionsdetextesvisantàmettre en œuvre le « paquet climat-énergie 2030 » suscite inquiétudes et interrogations chez les professionnels des énergies renouvelables, les associations et les partis écologistes. Certains détails suggèrent que ces nouvelles dispositions pourraient insidieusement favoriser les énergies fossiles. Euractiv et Le Monde citent ainsi la fin de la priorité d’accès au réseau pour l’électricité d’origine renouvelable, la généralisation des mécanismes de capacité sans limitation de rejet de CO2 (ce qui pourrait permettre à des pays comme la Pologne de subventionner ses centrales à charbon), la non répartition par pays de l’objectif de porter la part des énergies renouvelables dans la consommation à 27%, ou encore la mise en œuvre d’appels d’offre UE : une ambition climatique remise en question Actualités généralisés pour l’installation de production d’énergie renouvelable, sans distinction technologique et sur le seul critère du prix (ce qui mettrait à mal la capacité des pays membres à se doter d’un mix renouvelable varié). De son côté, l’Agence Internationale de l’Energie a publié mi-novembre son édition annuelle du World EnergyOutlook,quiprévoitqu’àl’horizon2040,80%de lahaussedelademandeenénergieseracouverteparles énergies renouvelables (notamment éolien et solaire) ainsi que par le gaz naturel. Cette projection dépend néanmoins des politiques qui seront menées par les états. Une nuance non négligeable quand on sait que, comme le souligne l’AIE, 70% des investissements du secteurdel’énergiedepuis2000ontétéréalisésdansles énergies fossiles. Raison de plus pour s’interroger sur la mise en œuvre du paquet climat-énergie 2030 de l’UE. Just Another Newsletter Title INF’OSE Novembre 2016 n° 117 4 Léa TATRY Apolline FAURE
  • 5. Le complexe thermo-solaire NOOR de Ouarzazate (Maroc) Articles Just Another Newsletter Title INF’OSE Novembre 2016 n° 117 5 Centrale Solaire sources : AFP Alors que la COP22 vient de s’achever à Marrakech, nous avons souhaité faire un focus sur un important projet en matière d’EnR développé dans le pays. Début 2016, le Maroc a ainsi inauguré la première tranche du gigantesque complexe thermo-solaire NOOR (Lumière enfrançais),qui,aprèsachèvementdetoutessestranches, sera la plus grande centrale de ce type au monde. Le projet NOOR est implanté dans le désert marocain à quelques kilomètres de la ville de Ouarzazate, célèbre pour ses studios de tournage cinématographique de grands films et séries (Game of Thrones, Babel, Prince of Persia,…). Le potentiel solaire de 2636 kWh/m2 /an explique le choix de la région pour l’implantation de ce grand projet, développé et exploité par le groupe saoudienACWAPower,àlasuited’unappeld’offreslancé par l’Agence marocaine de l’énergie solaire (MASEN). NOOR I, la première partie du projet NOOR, est actuellement la 7ème centrale solaire thermodynamique au monde, après celles des Etats- Unis et de l’Espagne. Elle a une capacité de production d’électricité de 160 MW, basée sur la technologie thermo-solaire à concentration (Concentrated Solar Power CSP). NOOR I est construite sur un champ de 480 hectares et est constituée de 500 000 panneaux cylindro-paraboliques. Elle produira 600 GWh/an, l’équivalentdelaconsommationde630000habitantsau Maroc.Lacentraleestégalementdotéed’unecapacitéde stockage de 3 heures grâce au concept des sels fondus. En plus des miroirs cylindro-paraboliques, NOOR I est composée d’un réservoir d’eau brute de 6 800 m3 , de stations de traitement produisant l’eau déminéralisée nécessaire pour la production de la vapeur, d’une station de pompage HTF constituée de 6 pompes assurant la circulation du fluide dans tout le parc solaire, d’une turbine et d’un alternateur produisant une tension de 15 KV, et de tours de refroidissement pour condenser la vapeur à la sortie de la turbine. Enfin, un transformateur 15kV/225kV est placé à la sortie de la centrale. Dans l’objectif de réduire les émissions des GES de 13% en 2020 et 32% en 2030, conformément aux engagements pris par le ministère marocain de l’Environnement lors de la COP21 à Paris, et dans le but d’atteindre une production de sources renouvelables couvrant 42% des besoins du pays en 2020 et 52% en 2030, le Maroc a déjà lancé le démarrage de la réalisation des deux autres tranches II et III du projet NOOR. Il vient également de signer le contrat de réalisation de la dernière tranche NOOR IV. Centrale NOOR www.noorouarzazate.com
  • 6. Just Another Newsletter Title INF’OSE Novembre 2016 n° 117 6 Articles NOOR II, qui est aussi basée sur la technologie thermo- solaire avec capteurs cylindro-paraboliques, devrait commencer à être exploitée en 2018. NOOR II sera d’une puissance électrique de 200 MW pour une surface de 680 hectares, avec une capacité de stockage de 8 heures. NOOR III utilisera, quant à elle, la technologie du thermo-solaire avec tour, pour délivrer une puissance de 150 MW, et sera également dotée d’une capacité de stockage de 8 heures. La dernière tranche du projet, NOOR IV, sera une centrale photovoltaïque de petite taille, qui produira une puissance de 80 MW. Ason achèvement, le projet NOOR de Ouarzazate, avec ses 4 unités solaires de différentes technologies, sera le plus grand site thermo-solaire au monde avec une capacité de 580 MW, et s’étendra sur 3 093 hectares de superficie, une surface équivalente à la ville de Rabat. Sources : • Site officiel de la centrale NOOR : www.noorouarzazate.com 2006, 109p. • Reportage de la SNRT (Société Nationale de Radiodiffusion et de Télévision) : https://www.youtube.com/ watch?v=0MbuN5lXYRc • Article de Charles Gautier sur lefigaro.fr - Publié le 05/02/2016 : http://www.lefigaro.fr/ conjoncture/2016/02/05/20002-20160205ARTFIG00014-le-maroc-inaugure-la-premiere-tranche-d-une-cen- trale-solaire-geante.php • Résumé de l’étude d’impact environnemental et social – du Groupe de la banque africaine de développement: http://www.afdb.org/fileadmin/uploads/afdb/Documents/Environmental-and-Social-Assessments/Maroc_-_ Projet_centrale_solaire_d%E2%80%99Ouarzazate_II_-_R%C3%A9sum%C3%A9_EIES.pdf Amine EL MOUSSAOUI Position des sites NOOR sources : Masen (Agence marocaine de l'énergie solaire)
  • 7. Just Another Newsletter Title INF’OSE Novembre 2016 n° 117 7 Promotion 2015 Le séisme Trump : quelles répercussions sur le climat ? Séismepolitiquele8novembredernieroutreAtlantique. Donald Trump est élu à la Maison Blanche, faisant de lui l’homme le plus puissant du monde. Le businessman sans expérience politique a déjoué tous les experts et sondages. Candidat républicain anti « establishment », il a battu Hillary Clinton en raflant 290 grands électeurs contre 232 pour sa rivale démocrate. Donald Trump, c’est l’incarnation du conservatisme à l’américaine, mais c’est aussi l’incarnation d’un climato-scepticisme décomplexé qui s’impose en pleine COP22. Mais alors, quels sont les projets du nouveau président américain en matière d’énergie ? Quelles seront les répercussions sur le climat et sur l’Accord de Paris ? Ce qui est sûr, c’est que nous entrons dans une période d’incertitudes politiques dans laquelle les rapports de force diplomatiques se recomposent autour d’un président hors norme. Articles Dans la rubrique Energie du site de campagne de DonaldJ.Trump,lespropositionssontminces.Laligne directrice de son programme énergétique est le recours à lacréationmassived’emploisgrâceaudéveloppementdes énergies fossiles et à la consolidation de l’indépendance énergétiquetotaledesEtats-Unisnotammentvis-à-visdes paysdel’OPEPetdespayshostilesauxintérêtsaméricains. Donald Trump promet notamment d’arrêter le plan climat de son prédécesseur qui visait à réduire l’activité énergétique liée au charbon, pour engager à l’inverse une relance de l’investissement dans l’extraction de charbon, du pétrole et du gaz de schiste. Notons que les États-Unis sontdéjàlespremiersproducteursmondiauxdecharbon. Selon son programme, D. Trump réduira et éliminera tous les obstacles qui s’opposeraient à une « production énergétique responsable », promettant de créer au moins un demi-million d’emplois par an et de mettre en place un prix de l’énergie moins cher. D’après son site de campagne, l’industrie du pétrole et du gaz représente actuellement 10 millions d’emplois sur le territoire américain. M. Trump prévoit de créer 400 000 emplois de plus par an dans ce secteur. Il faut dire que ces promesses ont eu de forts échos notamment dans les états producteurs de pétrole et de gaz comme la Louisiane, le Texas et l’Alaska où D. Trump a réalisé des records de vote : il a obtenu, par exemple, en Louisiane plus de 58% des votes contre 38% pour Hillary Clinton. Le candidat républicain a promis lors de ses meetings de campagne une sortie pure et simple de l’Accord de Paris sur le climat issu de la COP21. Ses prises de position climato-sceptiques répétées lors des meetings et sur les réseaux sociaux ont fait mouche. Il qualifie, en effet, le réchauffement climatique sur tweeter d’un vaste « canular inventé par les chinois pour rendre l’industrie américaine non compétitive ». Son programme et ses déclarations en matière d’énergie sources : http://edition.cnn.com/videos/us/2015/11/03
  • 8. Just Another Newsletter Title Promotion 2015 INF’OSE Novembre 2016 n° 117 8 Promotion 2015Articles Les Etats-Unis ont ratifié l’Accord de Paris, le 3septembre 2016 et cet accord est entré en vigueur le 4 novembre dernier. Une sortie en l’état actuel des choses serait une violation du droit international de la part des États- Unis. A la suite de l’élection de Donald Trump, François Hollande a déclaré à Marrakech, lors de la COP22 le 16 novembre 2016, que l’Accord de Paris est « irréversible en droit». Lelendemaindurésultatdel’électionprésidentielle américaine, Ségolène Royal déclarait au micro de RTL : «A l’heure où je vous parle, 103 pays ont ratifié, représentant 70% des émissions de gaz à effet de serre. Il ne peut pas, contrairement à ce qu’il a dit, dénoncer l’Accord de Paris ». D. Trump est-il alors contraint d’abandonner son projet de sortie de l’Accord de Paris ? Pas tout à fait. En réalité, il existe deux moyens auxquels le nouveau président américain peut avoir recours pour faire son « Parexit ». L’article28,alinéa2del’accordpermetàchaquepaysdele dénoncer « à l’expiration d’un délai de trois ans à compter de la date de son entrée en vigueur » afin de s’y soustraire. Il précise également que « la dénonciation prend effet une année après le début de la demande de retrait ». Cela nous indique donc que si les États-Unis souhaitent sortir de l’Accord de Paris, cela prendrait 4 ans et ramènerait ce Parexit à 2020, fin du premier mandat de Donald Trump. Un autre moyen beaucoup plus rapide mais aussi beaucoup plus radical serait une sortie des États- Unis de la Convention-Cadre des Nations Unis, en un an. Ce processus écarterait l’Amérique de toutes négociations internationales sur le climat. En attendant ces recours, l’Accord de Paris présente une grande faiblesse : il est non contraignant. Rien n’empêche donc les pays signataires de ne pas respecter leursengagementspuisqu’ilsnerisquentaucunesanction. Cet accord, dans un but de réduire les émissions de gaz à effet de serre, a été pensé de façon à ce que chaque pays propose un objectif chiffré dans la mesure de ses moyens et dans la limite du volontariat. C’est d’ailleurs cette spécificité qui a fait la grande réussite de la COP21 l’année dernière, évitant ainsi le fiasco de l’Accord de Kyoto qui se voulait contraignant. D’ailleurs, les États-Unis ont toujours eu un rapport particulier au droit international : ils ne se sont jamais engagés dans un accord contraignant. Outre une accélération effrénée des émissions de gaz à effet de serre, conséquence directe de la politique énergétique fortement carbonée de Donald Trump, une sortie des États-Unis de l’Accord de Paris pourrait bien faire échouer les négociations sur le climat. En effet, si un pays aussi puissant que les États-Unis s’extrait de cet accord inédit (de par sa réussite), on peut s’attendre en répercussionaudésengagementd’autrespayssignataires. Effectivement, il est difficilement imaginable que la Chine se laisse dépasser économiquement par les États-Unis, qui se seraient désengagés de leurs contributions à la COP21. Les États-Unis et la Chine sont les deux plus gros pollueurs, représentant à eux seuls 40% des émissions mondiales de gaz à effet de serre . Si ces deux pays se désengagent, il y aurait alors un risque d’effet domino sur les autres pays signataires sachant que la Russie et l’Arabie Saoudite n’ont pas encore ratifié l’Accord de Paris. Il sera également extrêmement difficile de mettre en place un processus de contrôle et de vérification des pays participants, tel que prévu par la COP22. Il existe dès lors un risque pour que l’Accord de Paris tourne au fiasco général si M. Trump maintient ses positions. Tout l’enjeu de cette phase post-électorale est de savoir si le nouveau président américain maintiendra ses positions. Sont-elles des positions électoralistes ou réalisables ? La question se pose car au lendemain de son élection, D. Trump a supprimé de son site de campagne la proposition consistant à sortir de l’Accord de Paris sans donner plus de précisions. L’incertitude se dessine autour de l’avenir de cet accord sur le climat et de la politique énergétique et diplomatique que D. Trump va imposer au monde. Le premier clash avec la communauté internationale a porté sur la question du climat. Le 15 novembre, François Hollande a réagi à l’élection de D. Trump : « Les Etats-Unis, première puissance économique mondiale et deuxième émetteur de gaz à effet de serre, doivent respecter l’accord », affirmant que la France mènerait le dialogue avec les États-Unis avec « exigence et détermination». Quantauprésidentdel’ONU,BanKi-moon, ilaexpriméson«espoir»queDonaldTrump«comprenne l’urgence»del’actioncontreleréchauffementclimatique. Peut-il vraiment sortir de l’Accord de Paris ? Quels seraient les risques d’une sortie de l’Accord de Paris par les États-Unis ? Le monde plongé dans l’incertitude
  • 9. Just Another Newsletter Title Promotion 2015 INF’OSE Novembre 2016 n° 117 9 Promotion 2015Articles Le phénomèneTrump libère la parole climato-sceptique aux États-Unis mais aussi à l’échelle internationale. Au-delà de l’élection américaine, il existe une lame de fond populiste climato-sceptique en Europe. La position de la Pologne vis-à-vis du climat abonde dans ce sens, Janusz Lewandowski, le commissaire européen chargé du budget, ayant déclaré en 2011 qu’il était opposé aux objectifs de l’UE sur le climat et que la politique européenne de fermeture progressive des centrales au charbon était une “catastrophe” pour la Pologne . Plus récemment, le gouvernement britannique post-vote- Brexit a été constitué avec des personnalités qui ont remis en cause l’implication de l’Homme dans le changement climatique . En France, Nicolas Sarkozy a déclaré en septembre dernier : «Cela fait 4 milliards d’années que le climat change. Le Sahara est devenu un désert, ce n’est pas à cause de l’industrie. Il faut être arrogant comme l’Homme pour penser que c’est nous qui avons changé le climat » . On peut se demander si dans l’avenir, l’élection de D. Trump aura une capacité d’entrainement des populistes,quidécomplexeraitlaparoleclimato-sceptique enEurope.C’estnotammentcequenousallonsobserverle 4 décembre prochain, avec l’élection présidentielle en Autriche qui place dans les sondages le populiste Norbert Hofer du FPÖ en tête face à l’écologiste Alexander Van der Bellen . L’élection de D. Trump ouvre une période d’incertitude sur l’avenir de l’Accord de Paris mais aussi sur les futures négociations sur le climat. La montée d’un populisme climato-sceptique en Europe risque d’affaiblir l’élan qu’avait suscité le succès de la COP21 l’année dernière. Cependant, les actions climato-sceptiques de D. Trump seront limitées, notamment dans son propre pays, puisque la politique énergétique des États-Unis relève du pouvoir des Etats et non du pouvoir fédéral. D’ailleurs, la Californie avait respecté seule l’Accord de Kyoto et se positionne comme un état exemplaire dans le déploiement des énergies renouvelables et dans la lutte contre le réchauffement climatique. Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon à la COP22 le 14 novembre 2016 Sources : • http://edition.cnn.com/videos/us/2015/11/03/donald-trump-ben-carson-gop-update-dnt-murray-tsr.cnn/video/ playlists/donald-trump/ • http://www.alterecoplus.fr/programme-economique-de-donald-trump-sept-themes-cles/00012567 • https://www.donaldjtrump.com/policies/energy/ • http://edition.cnn.com/election/results/states/louisiana#president • https://twitter.com/realdonaldtrump?lang=fr • http://www.bbc.com/afrique/37987907 • http://www.rtl.fr/actu/politique/segolene-royal-est-l-invitee-de-rtl-du-mercredi-9-novembre-7785668595 • http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/11/12/trump-peut-demolir-l-accord-sur-le-climat_5030031_3232.html • http://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/0211254280442-climat-la-chine-ratifie-laccord-de-par- is-2024582.php • http://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/0211495449636-cop22-lonu-rappelle-a- lordre-trump-sur-le-climat-2042912.php • http://www.usinenouvelle.com/article/a-la-cop22-la-chine-et-l-onu-lancent-un-appel-a-donald-trump.N464378 • http://www.euractiv.fr/section/affaires-publiques/news/le-commissaire-europeen-polonais-refute-la-these-du- rechauffement-climatique/ • https://www.euractiv.fr/section/royaume-uni-en-europe/news/brexit-campaign-leadership-dominated-by-cli- mate-sceptics/ • http://www.huffingtonpost.fr/2016/09/14/nicolas-sarkozy-a-t-il-rejoint-le-camp-des-climato-sceptiques/ • http://www.rtl.fr/actu/international/la-presidentielle-en-autriche-prochain-match-entre-le-peuple-et-les- elites-7785764999 Les climato-sceptiques ont le vent en poupe Geoffrey ORLANDO
  • 10. Just Another Newsletter Title INF’OSE Novembre 2016 n° 117 10 Promotion 2015 Le train à hydrogène : solution écologique au développement du transport ferroviaire à bas coût ? Le 20 septembre dernier, Alstom a présenté le Coradia iLint, sa nouvelle génération de train qui ne nécessite ni infrastructure électrique ni combustible fossile, et pour cause: il fonctionne à l’hydrogène. Présenté comme une révolution dans le monde du transport ferroviaire, et plébiscité par les médias et les défendeurs de la cause environnementale, le train à hydrogène a de nombreux atouts. Tout d’abord, il promet les mêmes performances que les anciennes locomotives diesel que ce soit en vitesse avec 140 km/h ou en autonomie avec 600 km. Il propose également les mêmes capacités de transport que les anciens trains. Au final, il se distingue de sa version diesel par le fait de n’émettre aucun bruit en opération, ce qui est fortement apprécié par les usagers et surtout par aucune émission de gaz d’échappement, donc aucune pollution locale. D’un point de vue économique, le développement d’un train ne nécessitant aucune infrastructure électrique est très intéressant. En France, les derniers investissements qui ont été effectués par Réseau Ferré de France (Nantes - La Roche sur Yon) pour l’électrification des voies s’élèvent à environ 53 millions d’euros / 100 km de voie [1]. Ce qui représenteuncoûttrèsimportantetquipeutexpliquerque les opérateurs allemands aient préféré miser sur un train ne nécessitant pas de modernisation de l’infrastructure. Par ailleurs, Wolfram Schwab, vice-président régional plateforme produit et innovation chez Alstom Transport, estime que le train à hydrogène disposerait d’un avantage compétitif par rapport au diesel d’ici 5 ans[2]. Cette estimation prend en compte le coût d’achat de la locomotive, les coûts de maintenance et de combustible. Si l’on raisonne seulement au niveau du combustible : sachant qu’actuellement une locomotive dieselbruleenviron330L/100kmavecunrendementdiesel d’environ 35% cela représente une énergie nécessaire à la traction de 0,83 MWh/100km. A énergie équivalente, avec un rendement de pile à combustible de 50%[3], les 330L de diesel pourrait être remplacés par environ 62 kg d’hydrogène. De là, il devient possible de comparer les deux combustibles. Au cours d’aujourd’hui, 62 kg d’hydrogène se vendent à 310€ contre 235€ pour 330L de diesel. Cette courte analyse ne prend pas en compte les frais de transport et de stockage du combustible qui peuvent être importants, notamment pour la filière hydrogène. Mais aux premiers abords, il apparait que Articles Figure 1 : Le train à hydrogène Coradia iLint ©Alstom
  • 11. Just Another Newsletter Title Promotion 2015 INF’OSE Novembre 2016 n° 117 11 Promotion 2015Promotion 2015Articles l’hydrogène s’avère être un choix plus onéreux que le diesel, et cela pourrait freiner son développement. Écologiquement le bilan semble également contrasté. Même si à l’utilisation le « Hytrain » ne produit aucune pollution localement ce qui présente de nombreux avantages d’un point de vue sanitaire, il faut remonter la chaine de production de l’hydrogène pour se rendre compte que le « Hytrain » n’est peut-être pas si écologique que ça. En effet, aujourd’hui dans le monde, 90% de l’hydrogène est produit par vaporéformage[4]. Ce procédé s’effectue en 4 étapes comme le montre l’image figure 2. Figure 2 : Procédé de vaporéformage [5]Il prend du méthane en entrée et suivant la réaction (1) le méthane est décomposé en Oxyde de Car- bone et hydrogène, ensuite l’Oxyde de Carbone est recombiné pour produire de l’hydrogène et du CO2 comme montré par la réaction (2). (1) (2) Au final, le méthane est décomposé en hydrogène et CO2 . On estime qu'une tonne d'hydrogène produite est responsable de neuf tonnes d'émissions de CO2 [4]. Si l'on reprend l'exemple précédent, on produira 558 kg de CO2 par 100 km parcourus com- paré à 858 kg de CO2 / 100 km pour le diesel. On peut donc considérer que cette technologie prônant Zéro émission, demeure assez loin des objectifs affichés. Cependant, comment raisonner à court terme sur une technologie qui se veut futuriste et qui est faite pour s'intégrer dans la société de demain ? Déjà de nom- breux acteurs de la filière hydrogène conscients de la pollution de leurs procédés de production ont prévu de verdir leur hydrogène dans un horizon assez proche. Le leader Air liquide, via sa démarche Blue Hydrogen, a prévu de produire d'ici 2020 la moitié de son hydrogène sans émission de CO2 . D'un autre côté, un rapport pub- lié par la NREL a montré que l'hydrogène pourrait être la solution de demain face aux défis du stockage d'énergie auxquels les électriciens sont confrontés ac- tuellement. En effet, l'intégration des énergies renouv- elables dans notre mix énergétique crée des tensions sur le réseau qui aboutissent à des situations inédites où il y a davantage d'offre électrique que de demande, ce qui entraine des prix négatifs. L'idée serait de consom- mer le surplus d'électricité issu des EnR via des électrol- yseurs qui produiraient au passage de l'hydrogène qui serait stocké et consommé ulterieurement par le Hy- train. Cela permettrait au réseau électrique de retrouver une certaine stabilité tout en faisant chuter le prix de l'hydrogène sur le marché à environ 1 - 0.5 $/ kg [6] [7]. Ces perspectives n’ont pas échappé à certains Etats et le Danemark, la Norvège et les Pays-bas ont déjà mani- festé leur intérêt pour le Hytrain. La France, paradoxale- ment, n’est pas un marché visé étant donné la forte élec- trisation de son réseau ferroviaire. Par ailleurs, devant les avantages de cette nouvelle technologie, c’est une opportunité pour Alstom de se différencier de son prin- cipal concurrent : Bombardier. En prenant la tête de la course à la mobilité ferroviaire propre, Alstom met une option sur le renouvellement des parcs mondiaux de locomotives diesel avec en première ligne les USA. Letrainàhydrogènejoueradoncsurplusieursplans.Tout d’abord, il permettra de réduire la pollution aux parti- cules fines et la pollution sonore dans les gares. Ensuite, sous condition que l’hydrogène soit produit avec des énergies renouvelables, il rendra ce mode de transport réellement « zéro émission », et disposera des mêmes arguments écologiques que le train électrique. Enfin, au niveau des réseaux électriques, il jouera, indirectement, un rôle important dans la stabilisation de l’offre et de la demande d’ énergie électrique, qui est aujourd’hui un des challenges majeurs des énergies renouvelables. « une tonne d’hydrogène produite est responsable de neuf tonnes d’émissions de CO2 » Baptiste CALMETTE
  • 12. Just Another Newsletter Title INF’OSE Novembre 2016 n° 117 12 Promotion 2015 Un hiver sous très haute tension ? L’inquiétude grandissante de RTE sur l’approvisionnement électrique de la France en cette période hivernale témoigne d’une crise inédite de notre système électrique. Près de 20% des tranches nucléaires françaises sont à l’arrêt depuis des semaines pour procéder aux vérifications exigées par l’Autorité de Sûreté Nucléaire. Articles Sources : • [1] Setra, “Modernisation des infrastructures ferroviaires,” 2010. • [2] F. Guernalec, “Alstom présente son train zéro émission,” 2016. [Online]. Available: http://www.mobilicites. com/011-5415-Alstom-presente-son-train-zero-emission.html. • [3] Air-Liquide, “Pile à combustible - ses avantages.” [Online]. Available: http://www.planete-hydrogene.com/ fr/lhydrogene-energie/pile-a-combustible/ses-avantages.html. • [4] Afhypac, “3.1.1 - Mémento de l’Hydrogène - PRODUCTION D’ HYDROGENE A PARTIR DES PRO- CEDES DE REFORMAGE ET D’ OXYDATION PARTIELLE,” pp. 1–15, 2011. • [5] F. Giroudi and L. E. Gall, “Production des gaz de synthèse par vaporeformage Production des gaz de syn- thèse par vaporeformage,” Tech. L’ingénieur, vol. 33, no. 0, 2016. • [6] S. Edelstein, “Hydrogen cost could equal 50-cent gasoline, with renewable energy: study,” 2016. [Online]. Available: http://www.greencarreports.com/news/1105642_hydrogen-cost-could-equal-50-cent-gasoline- with-renewable-energy-study. • [7] NREL, “Hydrogen Production Cost Analysis.” [Online]. Available: http://www.nrel.gov/hydrogen/produc- tion_cost_analysis.html. Des anomalies ont été détectées sur les générateurs de vapeur de 18 tranches de centrales nucléaires. Ces anomalies sont dues à une concentration élevée en carbone du fond primaire de ces générateurs de vapeur, qui pourrait les fragiliser, alors que cette pièce en acier est soumise à des pressions et des températures extrêmes [1]. Ces réacteurs ont pour certains été fabriqués dans l’usine duCreusotd’Areva etpourd’autresparlasociétéjaponaise JCFC [2]. Ce défaut a d’abord été découvert sur la cuve de l’EPR de Flamanville : l’ASN a alors exigé des contrôles sur tous les réacteurs nucléaires en service en France. Six des 18 réacteurs concernés ont pu redémarrer, cependant 7 des 58 réacteurs nucléaires du pays sont à l’arrêt depuis fin octobre. Ces réacteurs devaient être remis en fonctionnement au mois de décembre mais les tests durent plus longtemps que prévu. « Nous attendions des compléments d’informations pour mi- novembre mais nous n’avons pas tout reçu », annonce Pierre-Franck Chevet, président de l’Autorité de Sûreté Nucléaire [3]. Après recueil de toutes ces informations, l’intéressé aura un mois pour donner à EDF l’autorisation d’exploiter à nouveau ces unités de production. La remise en route de ses réacteurs prendra à l’énergéticien 2 semaines, et ne sera donc effectuée dans le meilleur des cas que début janvier. Dans le même temps, EDF arrêtera 4 autres réacteurs entre le 10 et 23 décembre. Ce n’est alors pas moins de 12 réacteurs qui seront indisponibles encedébutd’hivercommelemontrelacartesuivante. [4] La production nucléaire au ralenti, mais que se passe-t-il ?
  • 13. Just Another Newsletter Title INF’OSE Novembre 2016 n° 117 13 Evénement OSEPromotion 2015Promotion 2015Articles Figure 1 : Carte des centrales nucléaires à l’arret. [4] Quelles conséquences ? Avec 20% du parc nucléaire français à l’arrêt pendant au moins une dizaine de jours, il va être difficile pour RTE d’assurer de façon sereine l’équilibre offre/demande cet hiver. Les 58 réacteurs assurent les trois quart de la production française. Cependant, avec la réduction attendue, la part du nucléaire dans notre mix énergétique sera cet hiver au plus bas depuis 10 ans avec 11 000 MW de capacité en moins [5]. Cette insuffisance n’est pas sans risque. Du simple incident sur le système électrique au blackout en passant par des délestages partiels, nous connaitrons certainement cet hiver des dommages plus ou moins graves sur notre approvisionnement électrique. A l’approche de cette période de froid, la demande électrique devient plus importante notamment au mois de décembre, janvier et février, comme nous l’indique la figure suivante. Eneffet,undegrédemoinsreprésenteuneconsommation supplémentaire de 2 400 MW [7]. Si une forte chute des températures intervient durant ces deux prochains mois, les réacteurs nucléaires encore en service ne suffiront donc pas à satisfaire une trop forte demande Figure 2 : Cycle annuel de consommation d’électricité en France [6]
  • 14. Just Another Newsletter Title INF’OSE Novembre 2016 n° 117 14 Evénement OSEPromotion 2015Promotion 2015Articles électrique même avec l’apport électrique des énergies renouvelables. La situation la plus délicate pour RTE sera d’assurer l’approvisionnement électrique lors du pic de consommationdusoir.Silegestionnaireduréseaunepeut palier cette demande qui risque de créer un déséquilibre del’offreetdelademandeélectrique,RTEseracontraintde mettreenplacesonplandedéfensedelasuretédusystème électrique qui est décomposé en plusieurs étapes [8] : - Dans un premier temps, EDF devra mettre en fonctionnement les TAC (turbines à combustion) qui par leur possibilité de démarrage rapide, permettront de disposer rapidement d’un apport de puissance réactive. Cependant, l’utilisation des TAC coûte très cher et celles-ci sont très polluantes. - Si cela ne suffit pas, EDF devra faire fonctionner ses réacteurs et turbines hydrauliques à leur maximum et ainsi perdre toute réserve de puissance. - Si un écroulement en tension intervient, RTE abaissera l’intensité des lignes HTA de 5%. - Si une rupture de synchronisme intervient, RTE aura recours à la séparation des réseaux régionaux afin de séparerlesréseauxfragilisésdeceuxquiserontencoresains. - Si ces actions ne parviennent pas à rétablir une situation d’équilibre, les groupes thermiques seront automatiquement mis en îlotage sur leurs auxiliaires de façon à être en mesure de procéder à la reprise du service ultérieurement. - Enfin en ultime recours, RTE déclenchera son plan de délestage de la clientèle afin de procéder à des effacements. Plusieurs niveaux de délestage existent et obéissent à une priorité de délestage. On déconnectera en premier les quartiers résidentiels et en dernier les établissementsstratégiquesquiassurentunservicepublic telsquelespréfectures,leshôpitaux,lesaéroports,gares… -Sicesdélestagespartielsnesuffisenttoujourspas à stabiliser les réseaux, le scénario cauchemar du black- out, lourd de conséquences notamment économiques pour la France interviendra sur l’ensemble du territoire. Il faudra alors plusieurs heures à EDF pour remettre en fonction ses unités de production dans le cadre de la mise en place du plan de reconstitution du réseau par RTE. Mais pas de panique, des solutions existent afin d’éviter cette situation de crise… Une production nationale insuffisante engendrera de fortes importations. Cependant, l’importation maximale d’électricité en provenance d’Allemagne, de Suisse, d’Espagne, d’Italie et de Grande Bretagne représente 12 000 MW [9]. Si l’Europe connait une vague de grand froid, il sera difficile de compter sur la totalité de cette capacité d’importation. Le recours à des importations coûte, par ailleurs, très cher surtout lors des pics de consommation notamment la pointe du soir. Sur la figure suivante extraite du site de RTE, le prix spot de l’électricité du 9 novembre dernier à 18h00 avait atteint un niveau extrêmement élevé à 829,79€lemégawattheure,leprixlepluscherd’Europe[10]. Hormis les solutions de dernier recours telles que l’importation et le délestage, RTE compte lancer un appel sur la base du volontariat aux 21 industriels particulièrement électro-sensibles à s’effacer en cas de crise, ce qui pourrait représenter 1 500 MW d’appel de puissance économisée [11]. Il manque alors encore près de 6 000 MW pour passer un pic de consommation équivalent à celui du 8 février 2012 à 19 heures où la demande avait alors dépassé les 102 GW [12]. RTEappelleaussiàlaresponsabilitécitoyennedesesclients Une facture très salée Figure 3 : Prix spot électricité du 15 novembre 2016 [10] Appel à la responsabilité citoyenne
  • 15. Just Another Newsletter Title INF’OSE Novembre 2016 n° 117 15 Evénement OSEPromotion 2015Promotion 2015Articles particuliers pour réduire leur consommation électrique grâceau«dispositif d’alertecitoyen» lancéle5décembre surleurapplicationmobileEco2mix[13].Ainsi,lescitoyens pourront prendre plusieurs mesures telles qu’éviter de recourir aux équipements électro-ménagers lors des heures de pointe, éteindre les appareils en veille, abaisser le chauffage des logements d’un ou deux degrés… Rappelons qu’en période de fêtes de fin d’année, la demande d’électricité reste assez faible en France notamment du fait du ralentissement de l’activité industrielle comme en témoigne la courbe de la consommation d’électricité ci-dessus. L’arrêt de ces 12 réacteurs s’établira sur cette période pour une durée de 10 jours. Un recours au délestage reste donc très peu probable. De plus, les records de la consommation électrique en France interviennent historiquement au mois de février. D’ici-là, la totalité des réacteurs aura retrouvé un rythme de fonctionnement habituel. Le recours aux différentes actions du plan de défense de la sureté du système électrique de RTE et le recours aux importations et à l’appel citoyen des consommateurs minimisent,parailleurs,lerisquedublack-out.Cescénario catastrophe fait vendre, le buzz est lancé et les tribunes racoleuses dans les grands journaux s’enflamment. Restons réalistes, et faisons confiance aux ingénieurs de RTE, dans l’état actuel des choses, rien ne laisse présager que la France connaitra cet hiver un black-out généralisé. Pas d’affolement, le risque de black-out n’est cer- tainement qu’un produit médiatique. Geoffrey ORLANDO Sources : • [1] http://www.industrie-techno.com/nucleaire-quand-12-reacteurs-sont-a-l-arret-a-cause-d-un-surplus-de- carbone.46755 • [2] http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/areva-le-creusot-edf-arreterait-cinq-nouveaux-reacteurs-nu- cleaires-1049351.html • [3] http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/edf-des-risques-sur-l-approvisionnement-pour-les- fetes-1059306.html • [4] http://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/0211405738590-nucleaire-les-arrets- forces-de-reacteurs-dedf-se-multiplient-2036045.php • [5] http://www.la-croix.com/Economie/France/La-France-pourrait-renouer-avec-coupures-cou- rant-2016-11-08-1200801681 • [6] http://www.temoignagefiscal.com/comprendre-lelectricite-4eme-partie/ • [7] http://www.rte-france.com/fr/article/encourager-une-consommation-plus-flexible • [8]https://eco2mix.rte-france.com/uploads/media/pdf_zip/publications-annuelles/memento_surete_2004_ complet__.pdf • [9] http://www.connaissancedesenergies.org/reseau-electrique-une-vigilance-de-rigueur-cet-hiver-161109 • [10] http://www.rte-france.com/fr/eco2mix/donnees-de-marche • [11] http://www.usinenouvelle.com/article/six-armes-de-rte-pour-eviter-une-penurie-d-electricite-cet-hiver. N461237 • [12] http://www.rte-france.com/sites/default/files/rex_vague_froid-2012.pdf • [13] http://www.rte-france.com/fr/eco2mix/eco2mix
  • 16. Rédacteurs en Chefs Apolline FAURE - Thibault ROY - Gildas SIGGINI Maquettiste Michael CHAN Journalistes Tous les élèves du MS OSE Rédaction : Contacts : Contact infose@mastere-ose.fr Téléphone 04 97 15 70 73 Mastère Spécialisé OSE Centre de Mathématiques Appliquées Mines ParisTech Rue Claude Daunesse - CS 10207 06 904 SOPHIAANTIPOLIS Cedex Votre avis nous intéresse ! Afin de faire progresser la qualité de ce journal nous sollicitons votre avis. N’hésitez pas à nous transmettre vos commentaires par mail. L’ équipe Inf’OSE Toute reproduction, représentation, traduction ou adaptation, qu’elle soit intégrale ou partielle, quel qu’en soit le procèdé, le support ou le média, est strictement interdite sans l’autorisation des auteurs sauf cas prévus par l’article L. 122-5 du code de la propriété intellectuelle. La promo 2016 en cours d’ économétrie