SlideShare une entreprise Scribd logo
Amelioration de la gestion de l’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
Programme
2
Matinée
• 09h30 Introduction de la journée
• Introduction par le Cluster H2O et la Société Wallonne du Logement
• Témoignage sur le projet de lutte contre la précarité hydrique à la SLSP Sambre et Biesme -
Stéphanie Lorent, référente sociale SLSP Sambre Et Biesme
• Gestion de l'eau et logements publics : quels enjeux ? - Cédric Prevedello, Aquawal
• 10h55 Gestion des eaux de pluies
• Tests de perméabilité des sols et interprétation des résultats - Benjamin Gérard, Raiso
• Solutions applicables à la parcelle pour l'infiltration des eaux - Olivier Bastin, Almadius
• Réutilisation des eaux dans les logements - Romain Millecamps, Naturem Solutions
• 12h15 Lunch
Programme
3
Après-midi
• 13h30 Utilisation de l'eau dans le bâtiment
• Détection des fuites dans les logements - Morgane Dubois et Jérémy Albert, SWDE
• Le vaste marché des appareils anticalcaires : comment s’y retrouver sans se tromper ? - Pascale
Steenhoudt, Buildwise
• La certification Certibeau - Caroline Frebutte, SPGE
• 14h55 Quelle est la qualité de l'eau du robinet et comment l'économiser ? -
Renaud De Bruyn, Ecoconso
• 16h00 Conclusion
Orateurs
4
La gestion de
l’eau dans le
logement
social
DEUX PROJETS COLLECTIFS FINANCÉS PAR LA FRB
AVEC VALEUR EXEMPLATIVE POUR LE SECTEUR
CONTEXTE
En 2015, une étude exploratoire sur la précarité hydrique en
Belgique a montré que les décideurs politiques doivent
s'intéresser davantage à cette problématique. L'étude qui a été
réalisée pour le compte de la Fondation Roi Baudouin a en effet
abouti à la conclusion qu'une nouvelle forme d'exclusion sociale
menace la population, car la facture d'eau ne cesse
d'augmenter, année après année.
Afin de mieux définir et documenter le phénomène, la
Fondation a soutenu 11 projets en 2016 et 13 autres initiatives sur
la précarité hydrique en 2017. Sambre et Biesme a rendu un
projet qui a été retenu les 2 années.
PROJETS
2016 « De l'eau en partage au bord de la Sambre et de la Biesme
Offrir un accompagnement individuel et collectif à quelque 350
locataires de logements sociaux qui ne disposent pas de compteurs
d'eau individuels et qui paient donc davantage de charges locatives,
car certains d'entre eux gaspillent énormément d'eau.
2017 « Mes installations sanitaires je gère - mes fuites, je limite - mon
index, aucun prétexte ! »
Accompagner les locataires sociaux dans la gestion de leurs
installations sanitaires afin de limiter leur consommation et leurs
coûts et rédiger avec eux un guide de conseils destiné à d’autres
locataires.
• Approche participative, axée sur le partage des connaissances expérientielles, ambiance « familiale »
• public ciblé au départ : 350 locataires de logements sociaux affichant une consommation trop faible ou
trop élevée >> invités à des ateliers de sensibilisation.
• une dizaine de participants ont répondu présent au premier groupe, le projet a été reconduit 4 fois.
• Plusieurs réunions organisées sur 4 mois : information, sensibilisation, visite à domicile, événement
public. Évaluation positive des participants (organisée en collaboration avec Empreintes).
• Méthode : le prestataire extérieur vient épauler les travailleurs sociaux. Nous avons travaillé avec 2 asbl :
Empreintes et Espace Environnement.
• Démarche participative : le public décide lui-même des thèmes qu’il veut aborder + partage des astuces
et des moyens de mieux gérer l’eau avec les pairs + rôle d’ambassadeur auprès des autres locataires.
• Implication très importante, renforcement personnel, évalué avant et après le suivi ; amélioration des
relations de voisinage en effet indirect. Emulation pour d'autres ateliers collectifs (santé, etc.).
• Le projet 2017 (gestion des installations) est adapté aux nouveaux venus et aux locataires à problèmes
(relevé de compteur correct, fuites d'eau, rédaction d'un guide de l'eau à destination de l'utilisateur)
2016 2024
La précarité hydrique concerne
davantage les ménages de grande
taille (à partir de 3 personnes).
Nous avons donc essayé dans le
second projet d’intéresser les
familles et nous avons développé le
suivi individuel, à domicile. Sur place
il est plus facile de voir comment
vivent les personnes. Souvent les
enfants et les adolescents ne font
pas attention à la quantité d’eau
qu’ils consomment. Les installations
vétustes sont aussi plus
consommatrices. Il était donc
important de :
• remplacer les mélangeurs par
des mitigeurs
• donner des conseils pour
économiser l’eau
Et la qualité de l’eau ?
Au 31 décembre 2022, la Wallonie comptait 452 stations d’épuration publiques capables de traiter une charge
polluante de 4 142 256 équivalents-habitants (EH), ce qui représente un taux d’équipement de 92,4% par
rapport à l’objectif à atteindre
Source : https://indicateursodd.iweps.be/odd-indicateur.php?indicateur_id=380
Quelques données en Wallonie (2016 - 2022)
En 2022, en Wallonie, 8% des compteurs étaient en défaut de paiement (5,5% en 2006)
visite d’une station d’épuration
Ateliers ludiques
Notre collègue plombier explique le
fonctionnement d’une chasse
Emulation : les participants parlent du groupe autour d’eux et de ce qu’ils ont appris : enfants,
voisins, slsp, etc.
Impact de la sensibilisation sur les comportements : comparaison avant/après,
comportements économes en eau maintenus ou acquis
Transmission des connaissances : il ne faut pas attendre forcément la fin du projet, il y a un
effet boule de neige depuis de groupe cible vers un public plus large
Volonté de transmettre : qualitativement plus pertinente que quantitativement. Une seule
personne peut être un vecteur de changement
En conclusion : L’impact positif de la dynamique participative
Le cadre institutionnel comme force du projet
Projet soutenu par le CA de Sambre et Biesme
Analyse SWOT menée tout au long du processus pour adapter la stratégie du projet aux
problèmes/besoins identifiés
Adaptation des procédures internes technico-sociales et comptables
Projet inscrit dans un processus de prévention et d’éducation permanente contre la précarité
des locataires à valeur exemplative à l’échelle du logement public
Stéphanie LORENT
Manager du Service social, Référente Sociale et Gestionnaire de projets
Sambre et Biesme scrl, Farciennes
071/24.39.26
stephanie.lorent@sambretbiesme.be
www.sambretbiesme.be
Gestion de l’eau
dans les logements
publics : quels
enjeux ?
C. Prevedello
27/03/24
Points d’attention
= enjeux généraux qui sont valables et exacerbés dans les
logements publics.
• La précarité hydrique et les difficultés de paiement
• La maitrise des consommations d’eau
• La maitrise de la qualité de l’eau
• L’évacuation des eaux pluviales et la conformité au RGA.
La précarité hydrique
• La précarité hydrique concerne
environ 9% des ménages wallons.
• En régression depuis plusieurs
années.
• Les résidents d’un logement public
ont 50% de chance en plus d’être en
précarité hydrique.
La précarité hydrique
• La surconsommation d’eau est le
facteur principal de la précarité
hydrique.
à Levier d’action principal contre la
précarité hydrique.
• La maitrise des consommations d’eau
permettrait de diminuer la précarité
hydrique dans les logements publics de
13,6% à 5,8%.
La gestion quantitative de l’eau dans les
logements publics
Quelle est la consommation
d’eau normale ?
Nombre de
personnes dans le
ménage
Consommation d’eau (m³/an) en
l’absence de ressource
alternative
1 40
2 70
3 90
4 110
>4 130
(Valeurs indicatives)
Les facteurs de surconsommation d’eau
L’installation
intérieure
Les équipements
Les
comportements
Les surconsommations
d’eau liées à l’état des
installations intérieures
§ Fuites cachées (murs, cavettes …) ou visibles
§ Adoucisseurs d’eau : Régénération défaillante,
corrosion.
§ Fuites WC
§ Groupes de sécurité de boiler défaillants
§ La juxtaposition de métaux de natures
différentes (cuivre, acier galvanisé, plomb).
§ Pression trop élevée
Les surconsommations
d’eau liées aux
équipements
• Les WC (simple (7-10l/chasse) à double bouton (3-
7l/chasse))
• Les douches (à mousseurs)
• La machine à laver et le lave-vaisselle (ancien à
nouveau)
Le turnover des appareils est le facteur principal de
baisse de consommation d’eau observée en
Wallonie et en Europe.
Les surconsommations
d’eau liées aux
comportements
-
La maitrise des
consommations d’eau : les
ressources alternatives
L’utilisation d’eau de pluie est une solution
potentielle mais :
1. Investissements conséquents à quid
rentabilité ? Rappel : 1m³ = 5,6 €
2. Doivent absolument respecter les
prescriptions techniques : séparation physique
complète, hiérarchie eaux pluviales…
3. Obligation d’insérer des pictogrammes
« eau non potable ».
4. Risques sanitaires
La maitrise des
consommations d’eau : les
ressources alternatives
En cas de citerne vide, le basculement vers l’eau de
distribution se réalise conformément aux
prescriptions techniques à séparation complète
des deux réseaux d’eau.
Pour que l’usage de l’eau de pluie ait un intérêt sur
la facture d’eau, il faut aussi l’économiser.
à Malgré l’apparente gratuité de cette eau,
elle doit aussi s’économiser !
La maitrise des consommations
d’eau : les ressources alternatives
Les citernes d’eau de pluie extérieures sans raccordement
à un circuit intérieur sont également intéressantes car :
üUtiles pour les usages extérieurs et l’entretien des locaux.
üNe nécessitent ni double réseau, ni pompe, ni filtres, ni
système de remplissage d’appoint.
üSont faciles à installer et ne nécessitent qu’un espace limité.
üPas de terrassement à réaliser.
üImpact environnemental plus faible.
üMoins onéreuses.
La maitrise de la qualité de l’eau à l’intérieur des
logements
L’eau de distribution répond à toutes les exigences définies par les autorités
européennes et wallonnes. Elle peut être bue sans danger pour la santé.
Substituer l’eau en bouteille par de l’eau du robinet permet aussi d’augmenter le pouvoir
d’achat des occupants.
1,5l/hab.jour à 600€ d’économie/ménage.an
La maitrise de
la qualité de
l’eau à
l’intérieur des
logements
• Préserver la qualité de l’eau dans les logements
à Attention :
üAux adoucisseurs
üAux canalisations en plomb
üAux filtres
üA la contamination par des ressources alternatives
üAu retour d’eau chaude vers l’eau froide
üÀ la contamination entre logements
àRespecter les prescriptions techniques
(cf CertIBEau)
La maitrise de
la qualité de
l’eau à
l’intérieur des
logements
§ Point d’attention particulier : le risque légionelles
• Les légionelles sont des bactéries qui se développent
dans l’eau chaude.
• Responsables de maladies respiratoires : la légionellose
ou maladie du légionnaire.
• Se développent dans les circuits d’eau en l’absence de
mesures préventives.
• Facteurs de risques :
- T° de l’eau entre 25° et 50°C
- Eau stagnante
àLes installations d’eau chaude doivent se gérer en
fonction de ce risque.
La gestion des eaux pluviales
1. Décharger les réseaux d’égouts et les stations d’épuration.
2. Permettre une recharge des nappes aquifères.
3. Limiter le volume de ruissellement arrivant aux cours d’eau.
3 Bénéfices
environnementaux
üSéparant dans les immeubles les eaux pluviales et les eaux
usées (réseaux distincts).
üInfiltrant à chaque fois que c’est possible les eaux pluviales
éventuellement via un dispositif de tamponnement.
Les logements publics
peuvent contribuer à
l’atteinte de ces
objectifs en :
Les solutions
• Mettre en place des compteurs
communicants : easy conso (SWDE)
et smartconso (CILE)
- Permet de suivre sa consommation
en temps réel et de détecter
rapidement les fuites.
s
Les solutions
Des audits « eau ».
- Pas d’obligation spécifique de disposer de CertIBEau attestant de la conformité
pour les logements publics.
- Mais utile à titre volontaire pour identifier les infractions aux prescriptions
techniques.
- Fiches techniques téléchargeables sur www.certibeau.be
Vidéos didactiques
sur la chaine
youtube
« Certibeau »
Amelioration de la gestion de l’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
Les solutions
Les tuteurs eau
• Certains CPAS ont à disposition des tuteurs-énergie.
• Leur mission a été élargie à l’eau et le nombre de tuteurs augmenté.
• Permettent d’accompagner les ménages dans la maitrise des consommations
d’eau et faire des recommandations de travaux permettant d’économiser l’eau.
Les solutions
www.spge.be
Les solutions
Une mise à l’agenda
politique de la gestion de
l’eau dans les bâtiments et
logements publics
Les solutions
• Deux points que nous pouvons porter
ensemble :
1. Coupler les rénovations des installations
intérieures d’eau et d’assainissement aux
rénovations énergétiques en particulier pour
les bâtiments/logements publics.
2. Donner la priorité à la rénovation des
installations intérieures d’eau des logements
occupés par des personnes en situation
précaire afin de réduire la consommation d’eau
et ainsi réduire la précarité hydrique.
Questions-réponses
• AQUAWAL
• Avenue de Stassart, 14 - 16
• B-5000 NAMUR
• http://www.aquawal.be
Tests de perméabilité des sols et
interprétation des résultats
AMÉLIORATION DE LA GESTION DE L’EAU DANS LES LOGEMENTS PUBLICS
JOURNÉE D’INFORMATION DU 27/03/2024
RAISô en quelques mots
• Bureau d’études en environnement, spécialisé en gestion des eaux
• 4 membres
raiso.be
2
Bref contexte législatif
• 2017 – Code de l’Eau http://environnement.wallonie.be/legis/Codeenvironnement/codeeaucoordonneR.html
• en zone d’assainissement collectif (ZAC - art. R.277 §4), les eaux pluviales
doivent être évacuées prioritairement dans le sol par infiltration
• en zone d’assainissement autonome (ZAA - art. R.279 §2), les eaux usées
épurées doivent être évacuées prioritairement dans le sol par infiltration
Champ d’application : construction, reconstruction ou création d'un
nouveau logement au sens de l'article D.IV.4 du CODT
3
Bref contexte législatif
• 2017 – CoDT – Annexe 4
• en cas d’épuration individuelle avec dispersion des eaux dans le terrain, une
étude hydrologique est à fournir
4
Guides techniques wallons
• Juin 2023 – Référentiel – Gestion durable des eaux
pluviales + fichier de dimensionnement
https://ediwall.wallonie.be/referentiel-gestion-durable-des-eaux-pluviales-2023-numerique-111042
• Novembre 2023 – Fichier de dimensionnement SPW
https://inondations.wallonie.be/home/urbanisme/citoyens/gerer-les-eaux-de-pluie-sur-mon-terrain.html
• Décembre 2023 – Infiltration des eaux de
ruissellement - Memento Aquawal
https://ediwall.wallonie.be/referentiel-gestion-durable-des-eaux-pluviales-2023-numerique-111042
5
Evaluer les possibilités d’infiltration ?
6
Puis-je
infiltrer ?
Comment
puis-je
infiltrer ?
Puis-je infiltrer ?
• Réaliser une étude de perméabilité (étude hydrologique)
• Contenu type
• Contexte environnemental (WalOnMap) – vérification des contraintes à
l’infiltration
• Tests de perméabilité
7
A faire le plus tôt possible et avant le dépôt de permis
Contraintes à
l’infiltration
8
Pente (< 10 %
idéalement)
Perméabilité du sol
(> 1,0 10-6 m/s)
Hydrologie (zones
inondables et axes
de ruissellement)
Nappe d’eau
souterraine
Réseau karstique Zones minières
Prises d’eau et
zones de
prévention de
captage
Pollution du sol Espace disponible
Tests de perméabilité
• Réaliser les tests à l’endroit et à la profondeur des ouvrages
d’infiltration
• Différents types de tests
9
En surface
Double-anneau
En fosse
Matsuo
En forage – peu profond
0.8 – 1.0 m – Porchet
En forage – profond
2.0 à 15.0 m – Nasberg
Tests de perméabilité
• Nombre
• Minimum 3 tests + 1 sondage pédologique
• Variable suivant la taille du projet et le nombre de zones d’infiltration
• Différentes règles en vigueur
Ø 3 tests + 1 sondage pédologique par tranche de 2500 m²
Ø 5 tests/ha + 1 sondage pédologique + 2e campagne de tests pour confirmer
• Implantation : dans les zones pressenties pour infiltrer
• Profondeur : dépend de la topographie et du type d’ouvrage
d’infiltration
à Expertise du Bureau d’Etudes
10
Interprétation des résultats
• Vitesse d’infiltration – perméabilité du sol – coefficient
d’infiltration à [m/s]
11
Source : Référentiel – Gestion durable des eaux pluviales
Interprétation des résultats
• Infiltration jugée possible si > 1,0 10-6 m/s (sous réserve des autres
contraintes)
• Essayer d’infiltrer même si < 1,0 10-6 m/s
• Perméabilité variable au cours du temps
• Infiltration des pluies courantes (70 % des pluies annuelles sont < 5 mm/h)
• Infiltration partielle (et régulation du débit pour la portion non-infiltrée)
• Trop-plein de sécurité
12
Toujours privilégier l’infiltration, même partielle
Interprétation des résultats
• Résultats variables en fonction des
saisons et de la pluviométrie
• Perméabilité ↓ quand la saturation en eau
des sols↑, et inversement
• Bon indicateur : carte numérique des sols
(WalOnMap) à classe de drainage
(favorable – modéré – imparfait…)
• Essayer d’anticiper cette variation de la
perméabilité dans la conception
13
Interprétation des résultats
• Si infiltration jugée impossible, prévoir une temporisation (bassin
d’orage) avec rejet à débit régulé
• Différents exutoires à envisager (cf. Code de l’Eau)
• en cas d'impossibilité technique d’infiltrer ou de disponibilité insuffisante du
terrain, dans une voie artificielle d'écoulement ou dans une eau de surface
ordinaire
• en dernier recours si aucune autre possibilité, dans l’égout (en ZAC) ou dans
des puits perdants (en ZAA)
14
Focus sur vos projets
• Rénovation d’un bâti existant = cas particulier
• Si rénovation « lourde » : intégrer ce principe d’infiltration des
eaux
• Si rénovation « légère » : laissé à l’appréciation de la
Commune/OAA à privilégier l’infiltration, même partielle
15
Benjamin GERARD
Ir. Hydrogéologue
Rue de la Faille, 1 – 4000 Liège
contact@raiso.be
0470/65.43.72
• Ville de Liège – Gestion intégrée des eaux pluviales –
Cahier pratique - https://www.liege.be/fr/vie-
communale/services-
communaux/urbanisme/publications/cahier-pratique-
gestion-integree-des-eaux-pluviales
• Bruxelles Environnement -
https://leefmilieu.brussels/sites/default/files/user_files/pr
es-190321-gepp-1-6-dgep-fr.pdf
• ADOPTA (France) - https://adopta.fr/
Pour aller plus loin
SOLUTIONS
APPLICABLES À
LA PARCELLE POUR
L’INFILTRATION DES EAUX
QUI SOMMES-NOUS?
• Créé en 2008, CA ≈ 2,5 millions €
• 15 personnes à temps plein + experts externes
• Eau & assainissement, déchets solides, sol & eau souterraine,
EHS, infrastructures, bâtiment et génie civil
Approche globale de la gestion de l’eau
et des sols sur un projet immobilier
Groupe :
Almadius (Belgique + export)
Almadius France
Naturem Solutions : économies, recyclage & SfN pour l’eau
Hydreau : expert sol – géothermie
BUREAU D’ÉTUDES EN INGÉNIERIE ET ENVIRONNEMENT
OBJECTIFS ET SOMMAIRE DE LA PRÉSENTATION
Principalement axé sur les eaux de ruissellement (eaux pluviales)
• Prise de recul sur la règlementation
• Principes de conception eaux pluviales
• Mise en œuvre de l’infiltration des eaux pluviales
• Ne pas oublier la qualité de l’eau
OBJECTIF : FOCUS SUR LA MISE EN ŒUVRE DE
L’INFILTRATION À L’ÉCHELLE DE LA PARCELLE
PRISE DE RECUL SUR LA RÈGLEMENTATION
Seules bases règlementaires dans le Code de l’eau :
• Priorité des exutoires : sol > eau de surface > égout
Dans certains cas, appliqué sans prise en compte de la réalité du
terrain -> vitesse d’infiltration très faible
• Protection des captages (zones de prévention rapprochées ou
éloignées) : limitation infiltration dans cas précis (parkings)
Notion floue de « puits perdant interdit » -> puits d’infiltration
considérés comme interdits par de nombreux acteurs
• « Eau ruisselant sur surface artificielle = eau usée »
Peut mener à des impositions au rejet (qualité), appliqué dans
certains cas industriels (pas rencontré en logement)
RÈGLEMENTATION WALLONNE EAUX PLUVIALES PEU DÉVELOPPÉE
-> SUJET À INTERPRÉTATION !
PRISE DE RECUL SUR LA RÈGLEMENTATION
• Guide technique & feuille
de calcul GTI
Intègre l’infiltration
• Référentiel SPW (2023)
• Référentiel de certains OAA
• Memento Aquawal (2023)
sur l’infiltration
RÈGLEMENTATION WALLONNE EAUX PLUVIALES PEU DÉVELOPPÉE
-> MOYENS D’INTERPRÉTATION
PRISE DE RECUL SUR LA RÈGLEMENTATION
Code de l’eau :
• Priorité des exutoires : sol > eau
de surface > puits perdant
• Protection des captages
– Zones de prévention rapprochées
ou éloignées : puits perdant
interdit
– Zones de prévention rapprochées
: pas d’infiltration !
Voir documents OAA
ASSAINISSEMENT AUTONOME (EAUX USÉES ÉPURÉES)
PRINCIPES DE CONCEPTION EAUX PLUVIALES
• Dimensionnement pour habitations unifamiliales :
voir approche simplifiée du GTI
• reste axé « bassin d’orage centralisé
Approche délaissée à Bruxelles et en Flandres
• Ne couvre pas :
• Stratégie de gestion
• Conception des ouvrages
• Cas spécifiques ou complexes (BREEAM)
• Reste une plus-value pour intervention experts quand
projet > maison unifamiliale
DIMENSIONNEMENT
PRINCIPES DE CONCEPTION EAUX PLUVIALES
• Priorité = éviter
l’imperméabilisation
• Gestion le plus en amont possible
(où tombe l’eau)
« à la parcelle »
• Enchaînement de dispositifs pour :
• Infiltrer et évaporer ->
réduction du volume
• Retenir
• Transférer à vitesse limitée
RECRÉER LE CHEMIN NATUREL DE L’EAU
Source : Lille (2012)
Source : CIRIA (2015)
PRINCIPES DE CONCEPTION EAUX PLUVIALES
• Succession de dispositifs dont la taille augmente
d’amont à aval
• Nombreux types d’ouvrages disponibles, avec
chacun ses fonctions (pas que des noues…)
• Fonctions multiples des ouvrages : qualité de
l’eau, biodiversité, paysager, ilots chaleur, social,
intégration urbaine, etc.)
• Prise en compte de l’exploitation et de la
maintenance
-> Intégrer la gestion de l’eau dès le tout
Début du projet !
PRINCIPES GÉNÉRAUX
Source :
CIRIA
(2015)
PRINCIPES DE CONCEPTION EAUX PLUVIALES
• Forages et tests d’infiltration toujours
requis, difficile de généraliser
• Dans certaines zones, couche d’infiltration
(ex. : sables du Bruxellien) sous une
couche moins perméable
-> infiltrer plus en profondeur
• Ne pas infiltrer au-dessus d’une couche
imperméable
• Attention à la stabilité des bâtiments
proches (gros ouvrages)
• Cas de sites pollués
LE CAS DE L’INFILTRATION
Source : Idelux Eau
(2021)
PRINCIPES DE CONCEPTION EAUX PLUVIALES
• Quand possible, favoriser les
ouvrages en surface (pourquoi
enterrer ?)
-> implique une gestion de
l’amont
• Toujours prévoir un trop-plein
Même si au niveau de la surface
du jardin
• Attention aux débordements de
cours d’eau
-> Utilité des ouvrages en surface
LE CAS DE L’INFILTRATION
Source : EA (England)
Source : Abertay University
PRINCIPES DE CONCEPTION EAUX PLUVIALES
• Eviter le colmatage des ouvrages(gestion amont)
Surtout si enterré
• Séparateur hydrocarbures si ouvrage enterré et
parking d’une certaine taille
Mais préférer ouvrages en surface et végétalisés
• Ne pas infiltrer directement dans la nappe ->
dans sol non saturé (pouvoir épurateur naturel)
En général recommande 1 m de distance
Source : CIRIA (2015)
LE CAS DE L’INFILTRATION
Source : www.sudswales.com
MISE EN ŒUVRE INFILTRATION
(EAUX PLUVIALES)
• Gravier
• Enrobés poreux
• Pavés imperméables à joints drainants
• Pavés poreux
• Dalles béton-gazon
• Etc.
Source : Lille (2012)
SURFACES (SEMI)PERMÉABLES
MISE EN ŒUVRE INFILTRATION
(EAUX PLUVIALES)
• Jardins de pluie
Source : CIRIA (2015)
OUVRAGES EN SURFACE
MISE EN ŒUVRE INFILTRATION
(EAUX PLUVIALES)
• Tranchées drainantes
Source : CIRIA (2015)
OUVRAGES EN SURFACE
MISE EN ŒUVRE INFILTRATION
(EAUX PLUVIALES)
• Bassins (« noues »)
Source : CIRIA (2015)
OUVRAGES EN SURFACE
MISE EN ŒUVRE INFILTRATION
(EAUX PLUVIALES)
• Tranchées d’infiltration
OUVRAGES ENTERRÉS
Source : Idelux Eau
(2021)
MISE EN ŒUVRE INFILTRATION
(EAUX PLUVIALES)
• Massifs d’infiltration
OUVRAGES ENTERRÉS
Source : Idelux Eau
(2021)
MISE EN ŒUVRE INFILTRATION
(EAUX PLUVIALES)
• Bassins d’infiltration en SAUL (structures alvéolaires ultra-légères)
Source : CIRIA (2015)
OUVRAGES ENTERRÉS
Source : www.forumconstruire.com
MISE EN ŒUVRE INFILTRATION
(EAUX PLUVIALES)
• Puits d’infiltration
Source : CIRIA (2015)
OUVRAGES ENTERRÉS
NE PAS OUBLIER LA QUALITÉ DE L’EAU
• Eaux de ruissellement urbain
= pollution potentielle du milieu récepteur
• Bonnes pratiques de gestion
(éviter la pollution à la source)
• Bonnes pratiques de mise en œuvre
• Les ouvrages peuvent être prévus pour
traiter les eaux ou gérer les pollutions…
mais peu pratiqué en l’absence
d’impositions
• Ouvrages naturels et sols vivants
sont des alliés
THÉMATIQUE PAS ENCORE VRAIMENT PRISE EN COMPTE EN WALLONIE
Source : Grand Lyon, 2013
Supplément au Trends-Tendance
(mars 2023)
Merci pour votre attention !
Pour toute question :
o.bastin@almadius.com
0478 32 94 94
Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau
Cluster H2O – Amélioration de la gestion de l’eau dans les logements publics
Réutilisation des eaux
dans les logements
Présentation de la société :
Solutions et services durables liés à l’eau
1. Diminution de l’empreinte et augmentation de l’efficacité
▪ Utilisation rationnelle de l’eau (audits et améliorations)
▪ Diminution de l’impact : transition énergétique, GES et optimisation des ressources
2. Economie circulaire *
▪ Réutilisation et recyclage des eaux (eaux pluviales, eaux usées, etc.)
▪ Valorisation des matières issues du traitement de l’eau
3. Solutions fondées sur la nature
▪ Lagunage et filtres plantés pour le traitement
▪ Ouvrages d’infiltration et irrigation (zéro rejet)
Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau
* Agréation
« chèques économie
circulaire » en Région
wallonne
(pour les PME)
Objectif et sommaire de la présentation
Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau
Objectif :
Présenter les solutions de réutilisation des eaux applicables dans les logements
publics. Aborder les principes et la mise en œuvre.
Focus principal = valorisation des eaux pluviales, mais pas uniquement.
Sommaire :
1. Choix de stratégie pour les logements
2. Contraintes pour les logements
3. Composantes des systèmes domestiques
4. Suggestions pour les logements publics
1. Choix de stratégie pour les logements
Quelle eau réutiliser en bâtiment ?
▪ Eaux pluviales (toiture) -> le plus courant
▪ Eaux de ruissellement (toute zone imperméabilisée)
ØPrésente plus de risque de contamination
▪ Eaux grises (= eaux usées hors wc -> éviers, douches, etc.)
ØEn général appliqué aux immeubles neufs (ou rénovations lourdes)
d’une certaine taille
ØEncore rare
▪ Eaux usées traitées provenant du site même ou d’une STEP
collective
ØFournisseurs existent pour systèmes individuels
Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau
1. Choix de stratégie pour les logements
Pour quel usage? Besoins et contraintes différents
▪ Alimentation des WC
▪ Eau de service : lavage des sols, véhicules, etc.
▪ Alimentation des machines à laver
▪ Arrosage / irrigation des espaces verts
Quels avantages ?
▪ Diminution de l’empreinte en eau du parc de bâtiments (RSE)
▪ Diminution de la consommation en eau des locataires
Ne pas oublier la priorité : restreindre l’usage de l’eau, peu importe
son origine… (adaptation des équipements, réduction de pression, etc.)
Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau
2. Contraintes pour les logements
▪ Qualité de l’eau: contraintes de traitement
▪ Origine de l’eau type d’usage type d’usager (citoyen ou professionnel)
▪ Eaux pluviales contaminées par pollution atmosphérique, toitures (oiseaux,
matériaux), etc.
▪ Importance de l’information (pictogrammes) aux robinets
▪ Attention aux aérosols (nettoyeurs sous pression)
▪ Séparation des circuits impérative
▪ Besoin d’entretien des équipements de traitement
▪ Evaluation des risques pour les applications plus pionnières (eaux grises, etc.)
Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau
2. Contraintes pour les logements
▪ Qualité de l’eau: Bonnes pratiques à la source
▪ Eviter l’usage de produits problématiques
▪ Exemple eaux de ruissellement : nettoyage de terrasse connectée au réseau
▪ Eviter une contamination accidentelle
▪ Exemple eaux pluviales : déversement d’un produit chimique dans regard accessible
Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau
2. Contraintes pour les logements
▪ Quantité d’eau: contraintes de stockage + solution de remplacement
▪ Régularité d’approvisionnement variabilité des besoins
▪ Eaux pluviales = variations saisonnières Consommation domestique variable
▪ Cuves de stockage (besoin d’entretien – nettoyage)
▪ Dimensionnement simplifié cuve : 33 l/m² de toiture (méthodes plus complexes
existent)
▪ Calcul nombre équipements à raccorder en fonction des consommations et collectes
▪ Possibilité de passer sur le réseau potable au besoin (voir Certibeau !)
▪ Financier : contraintes de coût
▪ Investissement et exploitation coût de l’eau
Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau
2. Contraintes pour les logements
▪ Règlementaires : obligations en Wallonie
▪ CERTIBEAU - Certification des Immeubles Bâtis pour l’Eau
▪ Nouveaux raccordements au réseau d’eau
▪ Impositions d’une citerne à eau pluviale dans certaines communes (étape du
permis)
▪ Pas d’imposition régionale au niveau valorisation des eaux pluviales
▪ Cas à Bruxelles et en Flandre (avec modalités variables)
▪ Dispositif sécheresse et Décret priorisation des usages de l’eau en cours d’adoption
-> tendance de fond
▪ Ne pas confondre avec impositions liées à la lutte contre les inondations !
▪ Les ouvrages peuvent être communs (ex. : citernes de rétention et stockage)
mais les volumes sont pris en compte séparément …
Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau
3. Composantes des systèmes domestiques
▪ Collecte de l’eau :
▪ Réseau d’eau pluviale classique (= plus simple pour limiter les risques)
▪ Réseau d’eau de ruissellement (mais éviter les sources de pollution)
▪ Prétraitement avant stockage : enlever éléments grossiers eaux
ruissellement
▪ Crépines ou crapaudines sur toitures
▪ Grilles et filtres
Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau
Source : Bruxelles
Environnement. Guide
du bâtiment durable
3. Composantes des systèmes domestiques
▪ Stockage de l’eau: cuve à eau pluviale
▪ Proche de la pompe (groupe hydrophore) ou des filtres
▪ Enterrée ou en surface (extérieur ou dans un local)
▪ Différents matériaux : synthétique, béton préfabriqué ou coulé sur
place
▪ Dimensions et poids adaptables à la rénovation
Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau
EloyWater Bollaert
Bobex
Atecs
3. Composantes des systèmes domestiques
▪ Stockage de l’eau: cuve à eau pluviale
▪ Accessoires : fonction des systèmes
Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau
Source : Bruxelles Environnement. Guide du bâtiment durable
▪ Possibilité de combiner le
stockage pour récupération avec
la rétention pour la lutte contre
les inondations (volumes
considérés séparément !)
3. Composantes des systèmes domestiques
▪ Mise sous pression de l’eau: eaux pluviales
▪ Pompage
▪ Ballon sous pression pour plus grands logements
▪ Réseau de distribution séparé
▪ Traitement de l’eau: eaux pluviales
▪ Poste impliquant des entretiens annuels !
▪ Au minimum : filtration en ligne
▪ Modèles fonction de la capacité
▪ Filtre charbon actif : matières organiques (couleur)
▪ Requis pour laver le linge, favorise acceptabilité pour WC (inutile pour
arrosage)
▪ Ne désinfecte pas l’eau !
▪ Désinfection en usage domestique : équipement disponible (UV)
▪ Diminue les risques … mais agir en priorité sur la source et le choix des
usages en fonction des utilisateurs
Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau
Source : Cintropur
3. Composantes des systèmes domestiques
▪ Systèmes de recyclage des eaux grises :
▪ Collecte (séparée), stockage, traitement et distribution
(séparée)
▪ Usages habituels : chasses WC et irrigation
▪ Différents systèmes / fournisseurs (solutions de traitement
« complètes »)
Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau
Source : GEP
Source : Graytec
Source : Spareau
3. Composantes des systèmes domestiques
▪ Systèmes de recyclage des eaux usées traitées :
▪ Exemple système pour assainissement individuel (sortie STEP), France
▪ Noter le système enterré (équivalent à un système d’infiltration au niveau risques
pour les personnes)
Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau
Kit IRRIGO (Aqua Assainissement)
4. Suggestions pour les logements publics
▪ Habitations individuelles et rénovation :
▪ Rester simple mais agir !
▪ Au minimum : collecte eaux pluviales pour chasses d’eau (WC) et arrosage jardins
▪ Gravitaire/hors sol quand possible (arrosage jardin)
▪ Combiner avec la gestion des eaux de ruissellement pour lutter contre les
inondations
▪ Respecter Certibeau
▪ Informer les usagers
▪ Autres usages eaux pluviales : évaluation technico-économique globale pour
le parc de logements (avec analyse de risque)
▪ Grands immeubles (neufs ou rénovations lourdes) :
▪ Envisager d’aller vers la valorisation des eaux grises
▪ Projets pilotes : irrigation espaces publics avec eaux usées traitées
Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau
Merci pour votre attention
Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau
www.naturem-solutions.com (site en cours de
révision)
Contact : info@naturem-solutions.com +32 81 63 46 19
INTERNE
easyCONSO
Vers une gestion intelligente de ses
consommations
INTERNE
2
67 %
du total des raccordements de la région
sont gérés par la SWDE sur une
superficie de ± 13.000 km².
190
communes desservies sur les
262 de la Wallonie.
1.145.026
Compteurs en service
397
Prises d’eau
39.841 km
Étendue du réseau
La Société Wallonne Des Eaux en quelques chiffres
1.317
Réservoirs et châteaux d’eau
73 % 24 % 3 %
INTERNE
La gestion de la ressource est une nécessité
3
Selon les projections du GIEC, le réchauffement climatique va continuer d'intensifier le cycle mondial de l'eau, y
compris la variabilité, les précipitations associées à la mousson mondiale et l'intensité des précipitations et des
sécheresses.
INTERNE
La Wallonie doit être plus performante
4
Évolution de la population par
commune 2003-2019
INTERNE
Préservation de la ressource
Par l’amélioration de la performance du
réseau.
5
Par l’utilisation de sources
d’eau alternatives.
Par la restriction d’usage
de l’eau.
INTERNE
Stations d’épuration
Eau de pluie
Eaux de carrières
Rejet d’entreprises
Ressources alternatives Usages /Bénéficiaires
Agriculteurs
Industriels
Eco-quartiers
Eco-Zoning
Collectivités
(Zones de loisirs,..)
Environnement
Usages /Bénéficiaires
Défis adressés
Continuité d’accès
Pression environnementale
Extension du réseau
Objectif : Sécuriser et alimenter d’une manière différente
Eaux de surface
Utilisation de sources alternatives
INTERNE
7
La recherche fuite sur le réseau SWDE
Le réseau de la SWDE
(27.000 km de conduites)
est divisé en 2.900 cellules.
Sur ces cellules, 3.000 dataloggers
permettent
d’identifier les consommations
anormalement élevées.
En 2021, environ 10.000 fuites ont
ainsi été identifiées
et réparées.
Créée en 2016, , la cellule recherche de fuites a permis de sauvegarder 8
millions de m3 au cours de ces dernières années.
INTERNE
8
La problématique
INTERNE
9
100 %
*Chiffres 2021
0%
100%
Avez-vous une vision claire de vos
consommations?
Oui Non
85%
15%
Les fuites sont-elles un problème dans
votre organisation?
Oui Non
Notre enquête auprès de 20 organismes publics
INTERNE
Le service de comptage intelligent de la SWDE grâce
auquel la gestion de vos consommations d’eau
devient un jeu d’enfant.
Il s’agit d’une solution simple, intuitive et complète
qui répond à plusieurs problématiques.
10
Quand gérer ses
consommations
d’eau devient un
jeu d’enfant.
La solution
INTERNE
Monitorez vos
consommations
easyCONSO vous
permet de contrôler
efficacement vos
consommations d’eau
Faites des économies
en maitrisant votre
consommation
easyCONSO vous
alerte en cas de
fuites/surconso d’eau
sur vos installations
Gagnez du temps
easyCONSO relève l’index
de vos compteurs d’eau
et simplifie votre gestion
administrative des
factures
Participez au
développement
durable
easyCONSO vous
permet d’éviter les
gaspillages et de
préserver la ressource
Les avantages
INTERNE
Nous analysons la compatibilité
de votre compteur.
Nous équipons votre compteur
du système easyCONSO.
Nous connectons l’appareil à
la plateforme et nous
programmons le tout.
12
L’installation et la technologie
INTERNE
13
Technologie de transmission Nbiot pour une
couverture plus large que la 4G et un envoi régulier
des données.
Batterie autonome avec une durée de vie de 10 ans.
Indice IP 67 qui garantit la résistance à une forte
humidité, voire une immersion temporaire dans l’eau.
Alertes par SMS ou e-mails, au choix.
L’installation et la technologie
INTERNE
14
L’installation et la technologie
EQUIPEMENT DE
TÉLÉRELÈVE PLACÉ SUR
LE COMPTEUR PAR
NOS EQUIPES
ENVOI D’ALERTES
PERSONNALISABLES VIA MAILS
OU SMS EN CAS DE FUITE
MISE À DISPOSITION
DES DONNÉES VIA UNE
PLATEFORME WEB
TRANSMISSION
AUTOMATIQUE DE
L’INDEX A LA SWDE
L’installation et la technologie
INTERNE
RGPD
• « Une donnée personnelle est toute information
concernant une personne qui permet de l’identifier
directement ou indirectement. »
• Facture d’abonnement easyCONSO liée à la facture de
régularisation d’eau.
• Logements individuels ne peuvent être suivis ;
uniquement compteurs de tête.
14/11/2022 Source: https://www.belgium.be/fr/justice/respect_de_la_vie_privee/protection_des_donnees_personnelles/donnees_personnelles
15
INTERNE
Les organismes publics et les
gestionnaires de bâtiments privés
16
+ 2.500
Compteurs easyCONSO
+ 120
Clients qui bénéficient du
service
Les clients
INTERNE
INTERNE
22%
A l’installation du système easyCONSO, les fuites déjà en cours
représentent l’équivalent de 22% de votre consommation d’eau total.
Par la suite, dès réparation de ces premières fuites, on constate en
moyenne que 19% des compteurs équipés présentent encore des
fuites ponctuelles.
18
Un amortissement rapide
INTERNE
Période d’utilisation de 20 compteurs easyCONSO sur une période d'1 an.
Sans easyCONSO:
Avec easyCONSO:
19
Détection des fuites
Usage normal Fuites Economies d’eau
4 483 m³
24 4432 €
600 m³
3 270 €
18 086 m³
95 568 €
Emissions carbones évitées
Grâce à la réduction des pertes d’eau
2695 Kg
INTERNE
Q1 2022 Q2 2022 Q3 2022 Q4 2022 Q1 2023 Q2 2023 Q3 2023 Q4 2023 Q1 2024
Consommation par bâtiment (L/jour)2 123551 120856 72436 56826 78277 59150 50179 47707 30843
Fuite par bâtiment (L/jour) 22392 45925 29113 27478 35507 16198 15057 13793 1313
0
20000
40000
60000
80000
100000
120000
140000
Suivi des consommations chez un industriel
Consommation par bâtiment (L/jour)2 Fuite par bâtiment (L/jour)
20
Optimisation des consommations
INTERNE
Delphine ELOY
Ingénieure cheffe de
département
Nous sommes extrêmement satisfaits du service easyCONSO.
L'application Web est particulièrement conviviale. Nous avons pu
optimiser notre gestion de la consommation d'eau potable et éviter
le gaspillage. Nous sommes ainsi déjà intervenus, en près d'un an, sur
14 fuites transmises via le système d'alerte !
21
Témoignages
INTERNE
On a détecté des fuites de 2000l/h, donc ça fait des fuites de
10€ par heure et 240€ par jour. Ca va vite ! Ce qui est bien,
c'est que tout le monde se rend compte des coûts des fuites,
de l'ouvrier au chef. Et ça permet de faire bouger les choses.
22
Témoignages
Hombeline RUELLE
Contrôleuse énergie de la
Province du Hainaut
INTERNE
À votre disposition pour vos questions et une
offre personnalisée !
Email : easyconso@swde.be
Site : www.swde.easyconso.be
Contactez-nous
Le vaste marché des appareils
anticalcaires : comment s’y retrouver
sans se tromper ?
Pascale Steenhoudt
Qu’est-ce que le calcaire?
Quels sont les facteurs qui favorisent la formation du calcaire?
Quelles sont les technologies qui permettent de réduire la formation de calcaire?
Comment fonctionnent-elles?
Quels sont leurs avantages et leurs inconvénients?
Comment évaluer leur performance?
Le vaste marché des appareils anticalcaires :
comment s’y retrouver sans se tromper ?
?
?
?
?
?
Le calcaire: un précipité à éviter
Le calcaire est constitué de carbonate de calcium présents dans l’eau de ville.
Ca2++ 2HCO3
- CaCO3 + CO2+ H2O
TAC
TH
Eau plus agressive
Eau plus incrustante
CO2
Le calcaire: un précipité à éviter
Par augmentation de la température de l’eau
Ø Diminution de la solubilité du CO2
Ø Formation de CaCO3
Perturbation de l’équilibre calco-carbonique
Par évaporation de l’eau
Ø Augmentation de la concentration en ion
calcium
Ø Formation de CaCO3
Entartrage des installations sanitaires
Entartrage des électroménagers Phénomène de surface
Dépôts inesthétiques sur les
robinetteries, les parois de douche
Entartrage des WC
Le calcaire: un précipité à éviter
Plus la température de l’eau est élevée, plus le calcaire précipite rapidement.
Þ16 g par an
Boiler électrique
(après 3 ans) Echangeur à plaques
(après 4 ans)
Ballon d’eau
chaude sanitaire
(pas de calcaire)
3 systèmes de production d’eau chaude sanitaire en région bruxelloise
Le calcaire: un précipité à éviter
Plus la dureté de l’eau est élevée, plus le calcaire précipite rapidement.
En Wallonie, l'eau potable
provient majoritairement des
nappes aquifères (80 %) .
Les eaux de surface (barrages,
lacs, cours d’eau) fournissent un
peu plus de 20 % de l'eau de
distribution.
Source (guide-renovation.be)
Eau plus dure
Eau plus douce
Le calcaire: un précipité à éviter
Conséquences du calcaire pour l’installation
sanitaire:
• Obstruction des canalisations
• Dérèglement des vannes mitigeuses
• Perte de rendement calorifique des corps de
chauffe des préparateurs d’eau chaude sanitaire
1 mm de dépôt calcaire provoque une augmentation de la
consommation énergétique annuelle allant jusqu’à 9 %.
Vrai aussi pour les électroménagers (bouilloires, cafetières, etc.)
Source: xpair.com
Le calcaire: un précipité parfois nécessaire
Cas particulier des conduites en acier galvanisé
Þ Consommation d’eau régulière, continue dès la mise en service de
l’installation afin d’obtenir une couche de protection formé par les
hydroxycarbonates de zinc.
Þ Ne pas adoucir l’eau de façon excessive (dureté >15 °f) et ne
pas procéder à un adoucissement dans les six mois qui suivent
l’installation.
Þ Dans le cas où l’eau de ville serait une eau très faiblement
minéralisée, il est préférable de ne pas mettre en œuvre de
conduites en acier galvanisé.
Quand et où faut-il placer un appareil anticalcaire?
Ø On installe un appareil anticalcaire si la dureté de l’eau distribuée est supérieure à 25
°f.
En deçà de 15 °f, il est inutile de traiter l’eau, car elle n’est pas incrustante.
Entre 15 et 25 °f, ce n’est pas non plus nécessaire, mais un traitement peut
être recommandé si la température de l’eau est supérieure à 60 °C.
Ø On installe un appareil anticalcaire préférentiellement sur le circuit d’eau destiné à la
production d’eau chaude.
L’entartrage est insignifiant dans l’eau froide, même à plus de 40 °f.
On préserve la potabilité de l’eau froide utilisée pour la consommation.
Ø On l’installe juste en amont de la production d’eau chaude, avec un by-pass.
Ø On le précède d’un clapet anti-retour.
Ø On ne place pas d’appareil anticalcaire si des conduites en plomb sont encore présentes.
Source : Fiche_Traitement domestique de l'eau Installations.pdf
(certibeau.be)
Quel appareil anticalcaire choisir?
Ø Plusieurs technologies sont disponibles sur le marché du
traitement de l’eau pour réduire la formation de calcaire.
§ Les adoucisseurs d’eau à résine
échangeuse d’ions
§ Les dispositifs à injection de CO2
§ Les dispositifs avec ajout de
polyphosphate
Des technologies basées sur une
modification de la composition
chimique de l’eau
Des technologies basées sur un principe
physique favorisant la formation
précoce de germes de calcaire
§ Les appareils magnétiques et
électromagnétiques
§ Les anodes de zinc, de titane, …
§ Les granulés actifs
Shutterstock
Quel appareil anticalcaire choisir?
ØLes adoucisseurs d’eau à résine échangeuse d’ions
Les ions calcium de l’eau de ville
sont échangés contre des ions
sodium associés aux microbilles
de la résine.
Source
-
Energie
Plus
Le
Site
Principe
Quel appareil anticalcaire choisir?
ØLes adoucisseurs d’eau à résine échangeuse d’ions
§ Appareil efficace: Dureté = 0°F
§ Efficacité facilement démontrée (mesure de la
dureté résiduelle)
§ Vanne mitigeuse intégrée pour une eau moins
agressive
§ Pas de calcaire au sein de l’installation sanitaire
§ Pas de calcaire en dehors de l’installation (parois
de douche, robinetteries, WC)
§ Pas de calcaire dans les électroménagers
§ Surveillance à distance du niveau de sel
Avantages
Les petits +
§ Moins de détergents
§ Moins d’irritation de la peau
28°F 14°F
Quel appareil anticalcaire choisir?
ØLes adoucisseurs d’eau à résine échangeuse d’ions
§ Augmentation de la concentration en sodium
§ Augmentation de la corrosivité de l’eau
§ Nécessité d’une régénération de la résine avec décharge à l’égout Þ augmentation
de la consommation d’eau (environ 5%)
§ Dans certaines situations, nécessité d’une pompe de relevage
§ Ajout de sel Þ système avec bloc de sel plus pratique
§ Risque de prolifération microbienne (saumure)
§ Encombrement plus important
§ Raccordement électrique
Inconvénients
Nouveaux adoucisseurs d’eau
sans électricité et ultra compact
Quel appareil anticalcaire choisir?
ØLes adoucisseurs d’eau à résine échangeuse d’ions
§ Augmentation de la concentration en sodium
Inconvénients
DIRECTIVE (UE) 2020/2184 DU PARLEMENT
EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 16 décembre 2020
relative à la qualité des eaux destinées à la
consommation humaine
0,0
5,0
10,0
15,0
20,0
25,0
30,0
35,0
40,0
45,0
50,0
0 25 50 75 100 125 150 175 200
Abaissement
de
la
dureté
(°f)
Concentration en sodium dans l'eau de ville (mg/l)
Valeur maximale d’abaissement de la dureté
Pour abaisser la dureté de l’eau d’un
degré français (1°F) il faut ajouter 4,6
mg de sodium par litre d’eau
Sodium: maximum 200 mg/l
Quel appareil anticalcaire placé?
ØLes dispositifs à injection de CO2
Principe
L’injection de CO2 déplace
l’équilibre calcocarbonique vers
la consommation des ions
carbonates
Dureté de
l’eau
Consommation de CO3
2-
Þ Précipitation moindre de carbonate de calcium
Système d’injection de CO2
Quel appareil anticalcaire choisir?
ØLes dispositifs à injection de CO2
Avantages
§ Appareil efficace pour empêcher la formation de
calcaire au sein de l’installation sanitaire.
§ N’altère pas la potabilité de l’eau (faible
modification du pH).
§ Aucune surconsommation d’eau, pas de rejet à
l’égout.
§ Pas de risque de prolifération
bactérienne.
Inconvénients
§ N’empêche pas la formation de
calcaire en dehors de
l’installation.
§ La température de l’eau ne doit
pas dépasser 80°C.
Traces de calcaire sur les
parois de douche
Entartrage des
électroménagers
Quel appareil anticalcaire choisir?
ØLes dispositifs avec ajout de polyphosphate
Principe
Ajout de polyphosphates via le
passage de l’eau sur des cristaux
ou par injection via une pompe
doseuse
Les polyphosphates se décomposent
par hydrolyse en donnant naissance
aux ions PO4
3–
ØLes phosphates (anions) s’associent au
calcium (cations) pour former un
complexe stable.
Cette « séquestration » du calcium le
rend indisponible pour les ions
carbonates de l’eau.
Quel appareil anticalcaire choisir?
ØLes dispositifs avec ajout de polyphosphate
Avantages
§ Appareil efficace pour empêcher la formation de
calcaire au sein de l’installation sanitaire
§ N’altère pas la potabilité de l’eau (augmentation
négligeable en phosphate < 0.5 mg/l)
§ Aucune surconsommation d’eau, pas de rejet à
l’égout
Inconvénients
§ N’empêche pas la formation de calcaire en
dehors de l’installation
§ La température de l’eau ne devrait pas
dépasser 60°C (à confirmer).
§ Pour certains appareils, la dureté de l’eau
ne doit pas dépasser 30°F.
§ Risque de prolifération bactérienne en cas
de passage sur cristaux
Traces de calcaire sur les parois de douche
Entartrage des électroménagers à vérifier
(possibilité d’une boue au lieu d’un dépôt
adhérant)
Source Cristaux de polyphosphate
Quel appareil anticalcaire choisir?
ØLes appareils magnétiques et électromagnétiques
Principe
Les champs magnétiques ou les
ondes électromagnétiques
perturbent l’organisation des
molécules d’eau et permettent la
formation précoce de microcristaux
de CaCO3.
Ces microcristaux restent en
suspension et sont évacués par le
courant d’eau sans s'incruster.
H2O
Diffusion
Quel appareil anticalcaire placé?
ØLes appareils magnétiques et électromagnétiques
Avantages
§ Pas d’entretien, pas de réglage
§ Pas de consommable
§ Peu encombrant
§ Ne modifie pas la composition de l’eau
§ Aucune surconsommation d’eau, pas de rejet à
l’égout
§ Durée de vie quasi illimitée
§ Formation d’une boue dans les appareils
électroménagers et non du calcaire adhérant
Inconvénients
§ Efficacité aléatoire
§ Efficacité vraisemblablement tributaire des
conditions d’utilisation (débits, composition
de l’eau ?)
§ Efficacité variable selon les
produits/procédés
Ø Pas de conclusion générale quant à l’efficacité de
cette catégorie d’appareils
Ø Nécessité de réaliser des tests au cas par cas.
Quel appareil anticalcaire choisir?
ØLes anodes de zinc, titane, etc.
Principe
Les anodes libèrent des ions
métalliques qui entrainent une
agglomération des molécules
de carbonates de calcium
autour de cet ion formant
ainsi un noyau de
cristallisation.
Le volume plus important des
noyaux formés facilite leur
évacuation par l’eau.
EAUDRILIA
Ø Principe actif similaire à celui des appareils
magnétiques et électromagnétiques
Ø Mêmes avantages et mêmes inconvénients
Ø Effet de surprise avec certains dispositifs
Quel appareil anticalcaire choisir?
ØLes granulés actifs
Principe
Les granulés fournissent des
sites de nucléation grâce
auxquels le calcium, le
magnésium et le bicarbonate
dissous se combinent en
cristaux microscopiques. Ces
cristaux sont transportés par
l’eau et n’adhèrent plus aux
surfaces.
(watts-oneflow.com)
Technologie efficace pour
empêcher la formation de
calcaire au sein de
l’installation sanitaire
Un seul système connu
pour cette technologie
Pour en savoir plus….
POUR EN SAVOIR PLUS SUR LES APPAREILS ANTITARTRE (buildwise.be)
Quel appareil anticalcaire choisir?
Ø Objectif:
Préserver l’installation sanitaire
(circuit d’eau chaude)
Les technologies suivantes conviennent:
- L’injection de CO2
- L’ajout de polyphosphates
- Les granulés actifs
- Les résines échangeuses d’ions
Ø Objectif:
Préserver les électroménagers
Limiter le nettoyage des surfaces
Réduire l’utilisation de détergents
Seuls les adoucisseurs à
résine échangeuse d’ions
conviennent avec certitude.
Le choix repose sur des critères
écologiques, pratiques, sanitaires et
économiques.
Ø Les autres technologies à action physique
ont des avantages certains (pratique,
économique, environnemental, sanitaire,
etc.) mais leur performance doit être
évaluée au cas par cas.
Appareil inefficace
Appareil efficace
Possibilité d’évaluer
l’efficacité d’un appareil
anticalcaire chez
Buildwise
Etude prénormative – EVACODE II –
2020-2021
Cofinancé par NBN / SPF Economie
Pascale Steenhoudt :
pst@buildwise.be
Cluster H2O - Le CertIBEau
Mars2024
Certification des
Immeubles Bâtis
pour l’Eau :
CertIBEau
Plan général
-Définition et périmètre
-Les bases légales
-Volet distribution
-Volet assainissement
-Les bâtiments existants
en collectif
Définition et périmètre
3
Définition et périmètre
Le CertIBEau est l’équivalent du certificat électrique
Il s’agit d’un contrôle des installations internes (à partir du compteur) et externes
(jusqu’aux évacuations des eaux usées et pluviales)
Ce contrôle est effectif depuis le 1er juin 2021
Le fait générateur du CertIBEau est le placement d’un nouveau raccordement à l’eau de
distribution (vérifier sur le devis du distributeur : les modifications de raccordement
existant et les renforcements de compteur ne sont pas soumis au CertIBEau)
De ce fait, Il concerne tous les types de bâtiment quelle que soit leur affectation et quel
que soit la date de leur permis d’urbanisme de construction ou de rénovation
4
Les bases légales
5
La base légale du CertIBEau
Le CertIBEau n’engendre aucune obligation supplémentaire par rapport à la situation
existante, le certificateur se limite à contrôler la conformité de l’installation par rapport à la
loi
Pour le Volet distribution :
-Le Code de l’Eau
-Le Règlement de général de distribution
-La norme NBN 1717 EN
Pour le Volet assainissement :
-Le Code de l’eau
-Le Règlement général d’assainissement
6
CertIBEau :
volet distribution
7
Utilisez les outils mis à votre
disposition
Ils sont tous disponibles
sur le site
www.certibeau.be
« Professionnels du
bâtiment » =>
« Eau potable »
8
Utilisez les outils mis à votre
disposition
Les fiches Aquawal :
Reprise des principes à
respecter et schémas
d’installation
9
CertIBEau : le volet distribution les
obligations en bref
-Si plusieurs sources DISCONNEXION TOTALE-Vérification de
l’origine de l’eau à chaque point (eau de distribution, de pluie, puits)
-Après compteur : RA + EA (agréé Belgaqua ou 5ms) après
compteur –le EA est contrôlable et donc la vanne d’arrêt en amont
est obligatoire pour pouvoir tester le clapet
-Vérification de l’agrément de l’équipement (chaudières, robinet)
SI PAS D’AGREMENT =>vérification de la présence des protections
au plus près de la source potentielle de pollution
-Référentiel : prescriptions techniques Belgaqua - définit le type de
protection en fonction du type d’équipement et de la catégorie de
fluide (ex : eau de pluie = catégorie 5) – basé sur la NBN 1717
10
Utilisez les outils mis à votre
disposition
Le répertoire Belgaqua :
Vous permets de vérifier
si les équipements sont
bien agréés Belgaqua
Vous y trouverez
également des schémas
d’installation
11
CertIBEau : le volet distribution les
obligations en bref
12
CertIBEau :
volet assainissement
13
Pour bien préparer le
CertIBEau il vaut mieux se
mettre dans la peau d’un
certificateur...
14
CertIBEau volet assainissement
Plusieurs éléments sont à prendre en considération pour
ce volet car les obligations diffèrent selon les cas :
-Le certificateur doit d’abord vérifier sur la cartographie
dans quel régime d’assainissement se trouve le bien à
analyser.
-Ensuite il doit consulter le permis d’urbanisme pour
obtenir la date de construction, de reconstruction ou de
rénovation.
-S’il est face à un permis de rénovation il doit prendre
connaissance de l’impact par rapport au bâtiment initial :
-Y-a-t-il une augmentation de l’emprise au sol ?
-Y-a-t-il un changement d’affectation ?
-Y-a-t-il la création d’un nouveau logement ?
Tous ces points influencent le degré de sévérité du CertIBEau et modifient considérablement
l’analyse
15
16
« Professionnels du bâtiment»
=> « eaux usées et
pluviales »
Utilisez les outils mis à votre disposition
17
Utilisez les outils mis à votre disposition
18
Les fiches Aquawal ont été élaborées pour expliquer aux professionnels du
secteur comment procéder tout en respectant le Code de l’Eau
Assainissement : le site CertIBEau
19
Assainissement : le site CertIBEau
20
Dans le haut de la page vous trouverez les définitions générales
des différents régimes.
Dans le bas de la page :
Assainissement le site CertIBEau
21
Assainissement le site CertIBEau
22
Assainissement le site CertIBEau
Version simplifiée du Code de l’Eau : les différents articles ont été placés
par régime d’assainissement et par thématique : traitement =>
évacuation
23
Assainissement : la cartographie
Le tableau ci-dessous, reprend
tous les régimes d’assainissement
et les zones de prévention de
captage
Le régime d’assainissement à
valeur de loi
24
En collectif, Une fois le régime déterminé, le certificateur va s’assurer
que le réseau est bien complet en suivant le chemin jusqu’à la station
d’épuration individuelle
Assainissement : la cartographie
Dans le cas de
gauche,
en considérant
que l’étoile
représente la
construction,
le réseau est
complet
Dans le cas de
droite ,
en considérant
que l’étoile
représente la
construction,
le réseau est
complet
25
Il faut bien prendre en considération les symboles et les codes
couleur
Assainissement : la cartographie
26
REGIME
ASSAINISSEMENT
COLLECTIF
Obligations nouvelles constructions
27
REGIME
ASSAINISSEMENT
COLLECTIF
Obligations nouvelles constructions
28
REGIME
ASSAINISSEMENT
COLLECTIF
Obligations nouvelles constructions
La problématique des
bâtiments existants en
collectif
30
Les bâtiments anciens en collectif
sans PU de rénovation
REGIME
ASSAINISSEMENT
COLLECTIF
31
Les bâtiments anciens en collectif
avec PU de rénovation
REGIME
ASSAINISSEMENT
COLLECTIF
INFO:
0800/11.250 (menu 1)
www.certibeau.be | info.certibeau@spge.be
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
Quelle est la qualité de l'eau du
robinet et comment l'économiser ?
Renaud De Bruyn - écoconso
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
écoconso
- ASBL
- Information et sensibilisation en éco-consommation
- On répond à vos questions :
- Service-conseil au 081 730 730 (lu-je matin)
- Site : www.ecoconso.be | info@ecoconso.be
- Facebook | Instagram : ecoconso
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
Quelle est la
consommation d’eau
par personne ?
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
Consommation « nette », à la maison :
91 litres
d’eau potable
(par jour et par personne – STABLE, 71l si citerne/puits)
Entre 62 (4 personnes) et 113l/j.pp (seule)
Enquête Aquawal 2015.
Production : 400 millions de m³ dont 190 pour la Flandre et Bruxelles)
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
EEW 2022, sur base de chiffres flamands [VMM, 2018. Watergebruik door huishoudens. Het
watergebruik in 2016 bij de Vlaming thuis. VMM : Aalst, Belgique]
Dont quelques litres seulement
pour la boisson / cuisine.
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
Quelle eau pour
quel usage ?
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
D’où vient
cette eau ?
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
Prix et qualité
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
Eau du robinet
0,0055 € / litre
5,5 € pour 1000 lit.
Comparaison du prix de l'eau (prix moyens)
Eau en bouteille
0,4 € / litre
400 € pour 1000 lit.
L'eau du robinet est de 80 à 250 fois moins chère
que l'eau en bouteille !
Prévention en général : eau du robinet (suite)
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
Combien coûte l’eau si on boit
1 litre par jour pendant 1 an ?
Eau du robinet -> 0,0055 € (0,5 ct) / litre x 365 jours = 2 € par an
Eau en bouteille -> 0,4 € (40 ct) / litre x 365 jours = 146 € par an
2 €
146 €
438 €
(évian…)
+ 15 kilos de déchets
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
Bouteille ou robinet, en
Wallonie ?
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
Baromètre 2022 de la prévention des déchets.
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
Le goût, la qualité de
l’eau souvent remis en
question
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
Tests d’eau du robinet : 4 eaux, une du robinet, 3 en bouteille,
anonymisées. Tests effectués lors d’animations sur le sujet.
– La plupart du temps, l’eau du robinet ne se distingue pas des autres (au
goût seul). Parfois on ne vote pas pour elle, parfois les votes sont
similaires à d’autres eaux (en bouteille).
– Quand elle est « repérée », c’est souvent dû à une odeur de chlore ou à un
goût « comme à la maison » (pour les personnes qui boivent de l’eau du
robinet).
– Certaines marques d’eau en bouteille sont régulièrement confondues avec
l’eau du robinet.
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
Prévention – les emballages : l’eau du robinet
Aucun emballage ;
Prix très faible (pour la boisson) ;
Pas de transport ;
Disponible partout ;
Qualité contrôlée (55 critères)
– SWDE
– CILE (Liège).
– Inbw (BW)
– AIEC
– Inasep
– ...
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
Et les PFAS ?
– Polluant persistant, utilisé massivement (vêtements, poêles, emballages,
mousses incendies, fabrication de microprocesseurs…)
– 90% population mondiale est exposée.
– Lié à des problèmes de santé (foie, immunité, cancer…)
– Voies principales pour l’être humain : eau, nourriture, vêtements…
– N’était pas surveillé dans l’eau (Chièvres : 2017) et/ou n’avait pas de norme (=
pas d’action entreprise puisque pas de norme à respecter).
– Analyse de toutes les eaux du robinet wallonnes effectué.
– La future (2026) norme européenne prévoit un maximum de100ng/litre (20
PFAS). L’EFSA (pour les aliments) recommande max. 4,4ng de 4 PFAS différents
par kg pc/semaine. Certains pays ont ainsi adopté une norme de 2 à 4,4 ng de
ces 4 PFAS (DK, SE, NL, BE (vl)…)
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
Qualité et domicile
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
La qualité de l’eau telle que distribuée est très bonne, mais :
– Si les canalisations sont en plomb, l’eau sera contaminée (par le plomb)
– La robinetterie est également un facteur de pollution
Dans tous les cas, il est préférable
de ne pas utiliser « la première eau »
pour des usages alimentaires
-> laisser couler +/- 3 litres d’eau
(et arroser les plantes avec)
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
Faut-il la filtrer ?
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
Les carafes
Faut-il filtrer l’eau du robinet ?
– Normalement non. De bonne qualité « telle quelle » : les
normes sont respectées.
– Carafes efficaces sur le plomb, le cuivre, le calcaire, les THM, le
chlore (Anses, 2016). En partie sur certains PFAS (étude 2020)
mais moins que les filtres sous évier ou à osmose inverse (40-
70%).
Les carafes ont quelques inconvénients :
– Elles produisent des déchets
– Il faut gérer la qualité de son eau soi-même
– La filtration n’élimine pas plus le chlore que le frigo
– Enlève du calcaire mais la dureté reste élevée
– Pas d’efficacité prouvée contre les nitrates ou les pesticides.
– 10x plus de bactéries dans la carafe vs eau du robinet [voire 20x
plus si filtre « ancien »]
(source : enquête RTBF, janvier 2013)
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
Pour les PFAS, les filtres sous évier sont plus efficaces
– Surtout ceux à deux étapes (>90%)
– Augmente le coût de l’eau de 1,5 à 8 ct/litre (pour un coût total de 2 à
9c€/litre), hors installation (matériel et consommables).
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
économies
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
Utiliser une douchette économique
(et prendre une douche courte)
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
La version « spéciale douche » : le pommeau économique
– Un pommeau de douche classique peut consommer jusqu’à 20 litres par minute
écoulée (soit 100 litres toutes les 5 minutes !)
– La douchette économique ne consomme que 6 litres d’eau.
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
2023 : Gain entre
120 et 211€/pers/an
(gaz/électricité)
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
Comment mesurer la consommation de la douche ?
Démarrer le pommeau et le chronomètre
Quand l’eau atteint 10 litres -> regarder
combien de temps s’est écoulé
Si 1’ -> conso de 10l/min.
Si 30’’ -> conso de 20l/min
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
Couper l’eau quand
on se savonne
On économise en fonction du débit de la douche.
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
Un WC à double touche
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
Les toilettes
Les WC = premier consommateur d’eau dans la maison
Économiser ?
– Nouvelle chasse, économique
WC avec réservoir classique 9 ou 12 litres
Consomme 15 m³/pers/an (à raison de 4x par jour...)
4 personnes = 330 €/an (60 m³ à 5,5€/m³)
WC avec réservoir 3-6 litres double touche ou touche arrêt
Consomme 6 m³/pers/an
4 personnes 132 €/an.
Réservoir seul : àpd 60€.
Attention au volume minimum !
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
Traquer les fuites
(plusieurs litres par jour ou par heure !)
Comment ? Relever le compteur avant d’aller dormir et en se
levant. S’il y a eu une consommation -> fuite.
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
Couper l’eau
quand on se
brosse les
dents
(3’ de brossage = 18
litres !)
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
Utiliser un lave-linge ou un lave-
vaisselle économique
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
La vaisselle
– À la main = 12-15 litres (en
utilisant des bacs !)
– Avec une lave-vaisselle
moderne = 12 litres ou moins
– Choisir un modèle C ou B
(équivalent des meilleurs en
2021)
/! nouvelle étiquette !
Un lave-vaisselle peut être plus
économe !
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
6
Besoin d’infos ?
-> écoconso
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
Questions ?
écoconso
081 730 730
Facebook | Twitter | Instagram : ecoconso
www.ecoconso.be
: qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
merci :-)
Amelioration de la gestion de l’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
Pour aller plus loin
2
• Tuteurs eau dans les CPAS
• Facilitateurs en construction/rénovation durable et circulaire
• https://economiecirculaire.wallonie.be/fr/reseau-facilitateurs-construction
• Cluster comme relais vers les experts et entreprises de l’eau
• Cartographie des acteurs wallons de l’eau
• Guide du bâtiment durable
• Thème eau : https://www.guidebatimentdurable.brussels/eau
• + Etude de Buildwise sur les dispositifs économes en eau (résultats en octobre 2024)

Contenu connexe

Similaire à Amelioration de la gestion de l’eau dans les logements publics - 27 mars 2024

La promotion de l'hygiène au Tchad et en Haïti
La promotion de l'hygiène au Tchad et en HaïtiLa promotion de l'hygiène au Tchad et en Haïti
La promotion de l'hygiène au Tchad et en Haïti
Désille Denis
 
Pact atelier ss coise-v1
Pact   atelier ss coise-v1Pact   atelier ss coise-v1
Pact atelier ss coise-v1
Christelle Lefevre
 
GERES [fr] Énergie hydroélectrique et environnement: quelle compatibilité?
GERES [fr] Énergie hydroélectrique et environnement: quelle compatibilité?GERES [fr] Énergie hydroélectrique et environnement: quelle compatibilité?
GERES [fr] Énergie hydroélectrique et environnement: quelle compatibilité?
Mathieu Ruillet
 
Copil bilan 2016_doc
Copil bilan 2016_docCopil bilan 2016_doc
Copil bilan 2016_doc
SMBS contact
 
Les innovations présentées au Salon Des Solidarités 2014
Les innovations présentées au Salon Des Solidarités 2014Les innovations présentées au Salon Des Solidarités 2014
Les innovations présentées au Salon Des Solidarités 2014
Asso Asah
 
Campagne drujon poncet
Campagne drujon poncetCampagne drujon poncet
Campagne drujon poncet
jbouchet74
 
La réduction de l’empreinte hydrique des entreprises | LIEGE CREATIVE, 08.03....
La réduction de l’empreinte hydrique des entreprises | LIEGE CREATIVE, 08.03....La réduction de l’empreinte hydrique des entreprises | LIEGE CREATIVE, 08.03....
La réduction de l’empreinte hydrique des entreprises | LIEGE CREATIVE, 08.03....
LIEGE CREATIVE
 
Présentation Safe Water Cube
Présentation Safe Water CubePrésentation Safe Water Cube
Présentation Safe Water Cube
Flora Gordet
 
Projet de Recherche sur l'Eau Potable
Projet de Recherche sur l'Eau PotableProjet de Recherche sur l'Eau Potable
Projet de Recherche sur l'Eau Potable
Cyril Grandpierre
 
Comment développer des solutions adaptées afin de restaurer le fonctionnement...
Comment développer des solutions adaptées afin de restaurer le fonctionnement...Comment développer des solutions adaptées afin de restaurer le fonctionnement...
Comment développer des solutions adaptées afin de restaurer le fonctionnement...
LIEGE CREATIVE
 
communique_de_presse_-_15_laureats_pour_lappel_a_partenaires_gemapi_0.pdf
communique_de_presse_-_15_laureats_pour_lappel_a_partenaires_gemapi_0.pdfcommunique_de_presse_-_15_laureats_pour_lappel_a_partenaires_gemapi_0.pdf
communique_de_presse_-_15_laureats_pour_lappel_a_partenaires_gemapi_0.pdf
Audrey Verdez
 
Recensement Général de l’Agriculture 2017-2019 en Union des Comores sous le t...
Recensement Général de l’Agriculture 2017-2019 en Union des Comores sous le t...Recensement Général de l’Agriculture 2017-2019 en Union des Comores sous le t...
Recensement Général de l’Agriculture 2017-2019 en Union des Comores sous le t...
ExternalEvents
 
Région martinique stratégie régionale de l'eau
Région martinique   stratégie régionale de l'eauRégion martinique   stratégie régionale de l'eau
Région martinique stratégie régionale de l'eau
Joseph Nodin
 
117,proteger gerer-ressource-en-ea
117,proteger gerer-ressource-en-ea117,proteger gerer-ressource-en-ea
117,proteger gerer-ressource-en-ea
Saoussen Obey
 
Toolbox1
Toolbox1Toolbox1
Toolbox1
Haf Bry
 
Colloque eau potable Burkina 2017-mairie dassa redevabilite_gouvernance
Colloque eau potable Burkina 2017-mairie dassa redevabilite_gouvernanceColloque eau potable Burkina 2017-mairie dassa redevabilite_gouvernance
Colloque eau potable Burkina 2017-mairie dassa redevabilite_gouvernance
IRCWASH
 
Bilan de la qualité de l'eau potable en Franche-Comté (2016)
Bilan de la qualité de l'eau potable en Franche-Comté (2016)Bilan de la qualité de l'eau potable en Franche-Comté (2016)
Bilan de la qualité de l'eau potable en Franche-Comté (2016)
DircomARSBFC
 
2022_JourneeAAFNdie_SupportJD.pdf
2022_JourneeAAFNdie_SupportJD.pdf2022_JourneeAAFNdie_SupportJD.pdf
2022_JourneeAAFNdie_SupportJD.pdf
AssociationAF
 
L'eau dans votre process industriel Introduction LIEU - SPADEL
L'eau dans votre process industriel Introduction LIEU - SPADELL'eau dans votre process industriel Introduction LIEU - SPADEL
L'eau dans votre process industriel Introduction LIEU - SPADEL
Réseau LIEU (Liaison Entreprises-Universités)
 

Similaire à Amelioration de la gestion de l’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 (20)

La promotion de l'hygiène au Tchad et en Haïti
La promotion de l'hygiène au Tchad et en HaïtiLa promotion de l'hygiène au Tchad et en Haïti
La promotion de l'hygiène au Tchad et en Haïti
 
Pact atelier ss coise-v1
Pact   atelier ss coise-v1Pact   atelier ss coise-v1
Pact atelier ss coise-v1
 
GERES [fr] Énergie hydroélectrique et environnement: quelle compatibilité?
GERES [fr] Énergie hydroélectrique et environnement: quelle compatibilité?GERES [fr] Énergie hydroélectrique et environnement: quelle compatibilité?
GERES [fr] Énergie hydroélectrique et environnement: quelle compatibilité?
 
Copil bilan 2016_doc
Copil bilan 2016_docCopil bilan 2016_doc
Copil bilan 2016_doc
 
Les innovations présentées au Salon Des Solidarités 2014
Les innovations présentées au Salon Des Solidarités 2014Les innovations présentées au Salon Des Solidarités 2014
Les innovations présentées au Salon Des Solidarités 2014
 
Campagne drujon poncet
Campagne drujon poncetCampagne drujon poncet
Campagne drujon poncet
 
La réduction de l’empreinte hydrique des entreprises | LIEGE CREATIVE, 08.03....
La réduction de l’empreinte hydrique des entreprises | LIEGE CREATIVE, 08.03....La réduction de l’empreinte hydrique des entreprises | LIEGE CREATIVE, 08.03....
La réduction de l’empreinte hydrique des entreprises | LIEGE CREATIVE, 08.03....
 
Présentation Safe Water Cube
Présentation Safe Water CubePrésentation Safe Water Cube
Présentation Safe Water Cube
 
Projet de Recherche sur l'Eau Potable
Projet de Recherche sur l'Eau PotableProjet de Recherche sur l'Eau Potable
Projet de Recherche sur l'Eau Potable
 
Comment développer des solutions adaptées afin de restaurer le fonctionnement...
Comment développer des solutions adaptées afin de restaurer le fonctionnement...Comment développer des solutions adaptées afin de restaurer le fonctionnement...
Comment développer des solutions adaptées afin de restaurer le fonctionnement...
 
communique_de_presse_-_15_laureats_pour_lappel_a_partenaires_gemapi_0.pdf
communique_de_presse_-_15_laureats_pour_lappel_a_partenaires_gemapi_0.pdfcommunique_de_presse_-_15_laureats_pour_lappel_a_partenaires_gemapi_0.pdf
communique_de_presse_-_15_laureats_pour_lappel_a_partenaires_gemapi_0.pdf
 
Recensement Général de l’Agriculture 2017-2019 en Union des Comores sous le t...
Recensement Général de l’Agriculture 2017-2019 en Union des Comores sous le t...Recensement Général de l’Agriculture 2017-2019 en Union des Comores sous le t...
Recensement Général de l’Agriculture 2017-2019 en Union des Comores sous le t...
 
Région martinique stratégie régionale de l'eau
Région martinique   stratégie régionale de l'eauRégion martinique   stratégie régionale de l'eau
Région martinique stratégie régionale de l'eau
 
isr_publication_eau_2009
isr_publication_eau_2009isr_publication_eau_2009
isr_publication_eau_2009
 
117,proteger gerer-ressource-en-ea
117,proteger gerer-ressource-en-ea117,proteger gerer-ressource-en-ea
117,proteger gerer-ressource-en-ea
 
Toolbox1
Toolbox1Toolbox1
Toolbox1
 
Colloque eau potable Burkina 2017-mairie dassa redevabilite_gouvernance
Colloque eau potable Burkina 2017-mairie dassa redevabilite_gouvernanceColloque eau potable Burkina 2017-mairie dassa redevabilite_gouvernance
Colloque eau potable Burkina 2017-mairie dassa redevabilite_gouvernance
 
Bilan de la qualité de l'eau potable en Franche-Comté (2016)
Bilan de la qualité de l'eau potable en Franche-Comté (2016)Bilan de la qualité de l'eau potable en Franche-Comté (2016)
Bilan de la qualité de l'eau potable en Franche-Comté (2016)
 
2022_JourneeAAFNdie_SupportJD.pdf
2022_JourneeAAFNdie_SupportJD.pdf2022_JourneeAAFNdie_SupportJD.pdf
2022_JourneeAAFNdie_SupportJD.pdf
 
L'eau dans votre process industriel Introduction LIEU - SPADEL
L'eau dans votre process industriel Introduction LIEU - SPADELL'eau dans votre process industriel Introduction LIEU - SPADEL
L'eau dans votre process industriel Introduction LIEU - SPADEL
 

Plus de Cluster H2O

Vallée de l'hydrogène en Wallonie - enjeux et présentation de l’appel à proje...
Vallée de l'hydrogène en Wallonie - enjeux et présentation de l’appel à proje...Vallée de l'hydrogène en Wallonie - enjeux et présentation de l’appel à proje...
Vallée de l'hydrogène en Wallonie - enjeux et présentation de l’appel à proje...
Cluster H2O
 
Feedback - Summer Event - L'eau au service de l'énergie durable - 11 juin 2024
Feedback - Summer Event - L'eau au service de l'énergie durable - 11 juin 2024Feedback - Summer Event - L'eau au service de l'énergie durable - 11 juin 2024
Feedback - Summer Event - L'eau au service de l'énergie durable - 11 juin 2024
Cluster H2O
 
WhatsUpp In... Alpine Region concerning Hydrogen Valleys - 16 mai 2024
WhatsUpp In... Alpine Region concerning Hydrogen Valleys - 16 mai 2024WhatsUpp In... Alpine Region concerning Hydrogen Valleys - 16 mai 2024
WhatsUpp In... Alpine Region concerning Hydrogen Valleys - 16 mai 2024
Cluster H2O
 
Le deluge | Quand infiltration rime avec action - 22 mars 2024
Le deluge | Quand infiltration rime avec action - 22 mars 2024Le deluge | Quand infiltration rime avec action - 22 mars 2024
Le deluge | Quand infiltration rime avec action - 22 mars 2024
Cluster H2O
 
Quand infiltration rime avec action - 22 mars 2024
Quand infiltration rime avec action - 22 mars 2024Quand infiltration rime avec action - 22 mars 2024
Quand infiltration rime avec action - 22 mars 2024
Cluster H2O
 
Diagnostic des infrastructures eau en milieu industriel – 12 mars 2024
Diagnostic des infrastructures eau en milieu industriel – 12 mars 2024Diagnostic des infrastructures eau en milieu industriel – 12 mars 2024
Diagnostic des infrastructures eau en milieu industriel – 12 mars 2024
Cluster H2O
 
Gestion de l'eau dans les Zones d'Activité Economique - 30 novembre 2023
Gestion de l'eau dans les Zones d'Activité Economique - 30 novembre 2023Gestion de l'eau dans les Zones d'Activité Economique - 30 novembre 2023
Gestion de l'eau dans les Zones d'Activité Economique - 30 novembre 2023
Cluster H2O
 
Utilisation durable de l’eau dans l’industrie agro-alimentaire - 3 octobre 2023
Utilisation durable de l’eau dans l’industrie agro-alimentaire - 3 octobre 2023Utilisation durable de l’eau dans l’industrie agro-alimentaire - 3 octobre 2023
Utilisation durable de l’eau dans l’industrie agro-alimentaire - 3 octobre 2023
Cluster H2O
 
Digitalisation du secteur de l’eau #2 : Protocoles de communication, hebergem...
Digitalisation du secteur de l’eau #2 : Protocoles de communication, hebergem...Digitalisation du secteur de l’eau #2 : Protocoles de communication, hebergem...
Digitalisation du secteur de l’eau #2 : Protocoles de communication, hebergem...
Cluster H2O
 
Salon Batimoi - Session Eau - 28 janvier 2023
Salon Batimoi - Session Eau - 28 janvier 2023Salon Batimoi - Session Eau - 28 janvier 2023
Salon Batimoi - Session Eau - 28 janvier 2023
Cluster H2O
 
Digitalisation du secteur de l’eau - 1 décembre 2022
Digitalisation du secteur de l’eau - 1 décembre 2022Digitalisation du secteur de l’eau - 1 décembre 2022
Digitalisation du secteur de l’eau - 1 décembre 2022
Cluster H2O
 

Plus de Cluster H2O (11)

Vallée de l'hydrogène en Wallonie - enjeux et présentation de l’appel à proje...
Vallée de l'hydrogène en Wallonie - enjeux et présentation de l’appel à proje...Vallée de l'hydrogène en Wallonie - enjeux et présentation de l’appel à proje...
Vallée de l'hydrogène en Wallonie - enjeux et présentation de l’appel à proje...
 
Feedback - Summer Event - L'eau au service de l'énergie durable - 11 juin 2024
Feedback - Summer Event - L'eau au service de l'énergie durable - 11 juin 2024Feedback - Summer Event - L'eau au service de l'énergie durable - 11 juin 2024
Feedback - Summer Event - L'eau au service de l'énergie durable - 11 juin 2024
 
WhatsUpp In... Alpine Region concerning Hydrogen Valleys - 16 mai 2024
WhatsUpp In... Alpine Region concerning Hydrogen Valleys - 16 mai 2024WhatsUpp In... Alpine Region concerning Hydrogen Valleys - 16 mai 2024
WhatsUpp In... Alpine Region concerning Hydrogen Valleys - 16 mai 2024
 
Le deluge | Quand infiltration rime avec action - 22 mars 2024
Le deluge | Quand infiltration rime avec action - 22 mars 2024Le deluge | Quand infiltration rime avec action - 22 mars 2024
Le deluge | Quand infiltration rime avec action - 22 mars 2024
 
Quand infiltration rime avec action - 22 mars 2024
Quand infiltration rime avec action - 22 mars 2024Quand infiltration rime avec action - 22 mars 2024
Quand infiltration rime avec action - 22 mars 2024
 
Diagnostic des infrastructures eau en milieu industriel – 12 mars 2024
Diagnostic des infrastructures eau en milieu industriel – 12 mars 2024Diagnostic des infrastructures eau en milieu industriel – 12 mars 2024
Diagnostic des infrastructures eau en milieu industriel – 12 mars 2024
 
Gestion de l'eau dans les Zones d'Activité Economique - 30 novembre 2023
Gestion de l'eau dans les Zones d'Activité Economique - 30 novembre 2023Gestion de l'eau dans les Zones d'Activité Economique - 30 novembre 2023
Gestion de l'eau dans les Zones d'Activité Economique - 30 novembre 2023
 
Utilisation durable de l’eau dans l’industrie agro-alimentaire - 3 octobre 2023
Utilisation durable de l’eau dans l’industrie agro-alimentaire - 3 octobre 2023Utilisation durable de l’eau dans l’industrie agro-alimentaire - 3 octobre 2023
Utilisation durable de l’eau dans l’industrie agro-alimentaire - 3 octobre 2023
 
Digitalisation du secteur de l’eau #2 : Protocoles de communication, hebergem...
Digitalisation du secteur de l’eau #2 : Protocoles de communication, hebergem...Digitalisation du secteur de l’eau #2 : Protocoles de communication, hebergem...
Digitalisation du secteur de l’eau #2 : Protocoles de communication, hebergem...
 
Salon Batimoi - Session Eau - 28 janvier 2023
Salon Batimoi - Session Eau - 28 janvier 2023Salon Batimoi - Session Eau - 28 janvier 2023
Salon Batimoi - Session Eau - 28 janvier 2023
 
Digitalisation du secteur de l’eau - 1 décembre 2022
Digitalisation du secteur de l’eau - 1 décembre 2022Digitalisation du secteur de l’eau - 1 décembre 2022
Digitalisation du secteur de l’eau - 1 décembre 2022
 

Amelioration de la gestion de l’eau dans les logements publics - 27 mars 2024

  • 2. Programme 2 Matinée • 09h30 Introduction de la journée • Introduction par le Cluster H2O et la Société Wallonne du Logement • Témoignage sur le projet de lutte contre la précarité hydrique à la SLSP Sambre et Biesme - Stéphanie Lorent, référente sociale SLSP Sambre Et Biesme • Gestion de l'eau et logements publics : quels enjeux ? - Cédric Prevedello, Aquawal • 10h55 Gestion des eaux de pluies • Tests de perméabilité des sols et interprétation des résultats - Benjamin Gérard, Raiso • Solutions applicables à la parcelle pour l'infiltration des eaux - Olivier Bastin, Almadius • Réutilisation des eaux dans les logements - Romain Millecamps, Naturem Solutions • 12h15 Lunch
  • 3. Programme 3 Après-midi • 13h30 Utilisation de l'eau dans le bâtiment • Détection des fuites dans les logements - Morgane Dubois et Jérémy Albert, SWDE • Le vaste marché des appareils anticalcaires : comment s’y retrouver sans se tromper ? - Pascale Steenhoudt, Buildwise • La certification Certibeau - Caroline Frebutte, SPGE • 14h55 Quelle est la qualité de l'eau du robinet et comment l'économiser ? - Renaud De Bruyn, Ecoconso • 16h00 Conclusion
  • 5. La gestion de l’eau dans le logement social DEUX PROJETS COLLECTIFS FINANCÉS PAR LA FRB AVEC VALEUR EXEMPLATIVE POUR LE SECTEUR
  • 6. CONTEXTE En 2015, une étude exploratoire sur la précarité hydrique en Belgique a montré que les décideurs politiques doivent s'intéresser davantage à cette problématique. L'étude qui a été réalisée pour le compte de la Fondation Roi Baudouin a en effet abouti à la conclusion qu'une nouvelle forme d'exclusion sociale menace la population, car la facture d'eau ne cesse d'augmenter, année après année. Afin de mieux définir et documenter le phénomène, la Fondation a soutenu 11 projets en 2016 et 13 autres initiatives sur la précarité hydrique en 2017. Sambre et Biesme a rendu un projet qui a été retenu les 2 années.
  • 7. PROJETS 2016 « De l'eau en partage au bord de la Sambre et de la Biesme Offrir un accompagnement individuel et collectif à quelque 350 locataires de logements sociaux qui ne disposent pas de compteurs d'eau individuels et qui paient donc davantage de charges locatives, car certains d'entre eux gaspillent énormément d'eau. 2017 « Mes installations sanitaires je gère - mes fuites, je limite - mon index, aucun prétexte ! » Accompagner les locataires sociaux dans la gestion de leurs installations sanitaires afin de limiter leur consommation et leurs coûts et rédiger avec eux un guide de conseils destiné à d’autres locataires.
  • 8. • Approche participative, axée sur le partage des connaissances expérientielles, ambiance « familiale » • public ciblé au départ : 350 locataires de logements sociaux affichant une consommation trop faible ou trop élevée >> invités à des ateliers de sensibilisation. • une dizaine de participants ont répondu présent au premier groupe, le projet a été reconduit 4 fois. • Plusieurs réunions organisées sur 4 mois : information, sensibilisation, visite à domicile, événement public. Évaluation positive des participants (organisée en collaboration avec Empreintes). • Méthode : le prestataire extérieur vient épauler les travailleurs sociaux. Nous avons travaillé avec 2 asbl : Empreintes et Espace Environnement. • Démarche participative : le public décide lui-même des thèmes qu’il veut aborder + partage des astuces et des moyens de mieux gérer l’eau avec les pairs + rôle d’ambassadeur auprès des autres locataires. • Implication très importante, renforcement personnel, évalué avant et après le suivi ; amélioration des relations de voisinage en effet indirect. Emulation pour d'autres ateliers collectifs (santé, etc.). • Le projet 2017 (gestion des installations) est adapté aux nouveaux venus et aux locataires à problèmes (relevé de compteur correct, fuites d'eau, rédaction d'un guide de l'eau à destination de l'utilisateur) 2016 2024
  • 9. La précarité hydrique concerne davantage les ménages de grande taille (à partir de 3 personnes). Nous avons donc essayé dans le second projet d’intéresser les familles et nous avons développé le suivi individuel, à domicile. Sur place il est plus facile de voir comment vivent les personnes. Souvent les enfants et les adolescents ne font pas attention à la quantité d’eau qu’ils consomment. Les installations vétustes sont aussi plus consommatrices. Il était donc important de : • remplacer les mélangeurs par des mitigeurs • donner des conseils pour économiser l’eau
  • 10. Et la qualité de l’eau ? Au 31 décembre 2022, la Wallonie comptait 452 stations d’épuration publiques capables de traiter une charge polluante de 4 142 256 équivalents-habitants (EH), ce qui représente un taux d’équipement de 92,4% par rapport à l’objectif à atteindre Source : https://indicateursodd.iweps.be/odd-indicateur.php?indicateur_id=380 Quelques données en Wallonie (2016 - 2022) En 2022, en Wallonie, 8% des compteurs étaient en défaut de paiement (5,5% en 2006)
  • 11. visite d’une station d’épuration Ateliers ludiques Notre collègue plombier explique le fonctionnement d’une chasse
  • 12. Emulation : les participants parlent du groupe autour d’eux et de ce qu’ils ont appris : enfants, voisins, slsp, etc. Impact de la sensibilisation sur les comportements : comparaison avant/après, comportements économes en eau maintenus ou acquis Transmission des connaissances : il ne faut pas attendre forcément la fin du projet, il y a un effet boule de neige depuis de groupe cible vers un public plus large Volonté de transmettre : qualitativement plus pertinente que quantitativement. Une seule personne peut être un vecteur de changement En conclusion : L’impact positif de la dynamique participative Le cadre institutionnel comme force du projet Projet soutenu par le CA de Sambre et Biesme Analyse SWOT menée tout au long du processus pour adapter la stratégie du projet aux problèmes/besoins identifiés Adaptation des procédures internes technico-sociales et comptables Projet inscrit dans un processus de prévention et d’éducation permanente contre la précarité des locataires à valeur exemplative à l’échelle du logement public
  • 13. Stéphanie LORENT Manager du Service social, Référente Sociale et Gestionnaire de projets Sambre et Biesme scrl, Farciennes 071/24.39.26 stephanie.lorent@sambretbiesme.be www.sambretbiesme.be
  • 14. Gestion de l’eau dans les logements publics : quels enjeux ? C. Prevedello 27/03/24
  • 15. Points d’attention = enjeux généraux qui sont valables et exacerbés dans les logements publics. • La précarité hydrique et les difficultés de paiement • La maitrise des consommations d’eau • La maitrise de la qualité de l’eau • L’évacuation des eaux pluviales et la conformité au RGA.
  • 16. La précarité hydrique • La précarité hydrique concerne environ 9% des ménages wallons. • En régression depuis plusieurs années. • Les résidents d’un logement public ont 50% de chance en plus d’être en précarité hydrique.
  • 17. La précarité hydrique • La surconsommation d’eau est le facteur principal de la précarité hydrique. à Levier d’action principal contre la précarité hydrique. • La maitrise des consommations d’eau permettrait de diminuer la précarité hydrique dans les logements publics de 13,6% à 5,8%.
  • 18. La gestion quantitative de l’eau dans les logements publics Quelle est la consommation d’eau normale ? Nombre de personnes dans le ménage Consommation d’eau (m³/an) en l’absence de ressource alternative 1 40 2 70 3 90 4 110 >4 130 (Valeurs indicatives)
  • 19. Les facteurs de surconsommation d’eau L’installation intérieure Les équipements Les comportements
  • 20. Les surconsommations d’eau liées à l’état des installations intérieures § Fuites cachées (murs, cavettes …) ou visibles § Adoucisseurs d’eau : Régénération défaillante, corrosion. § Fuites WC § Groupes de sécurité de boiler défaillants § La juxtaposition de métaux de natures différentes (cuivre, acier galvanisé, plomb). § Pression trop élevée
  • 21. Les surconsommations d’eau liées aux équipements • Les WC (simple (7-10l/chasse) à double bouton (3- 7l/chasse)) • Les douches (à mousseurs) • La machine à laver et le lave-vaisselle (ancien à nouveau) Le turnover des appareils est le facteur principal de baisse de consommation d’eau observée en Wallonie et en Europe.
  • 22. Les surconsommations d’eau liées aux comportements -
  • 23. La maitrise des consommations d’eau : les ressources alternatives L’utilisation d’eau de pluie est une solution potentielle mais : 1. Investissements conséquents à quid rentabilité ? Rappel : 1m³ = 5,6 € 2. Doivent absolument respecter les prescriptions techniques : séparation physique complète, hiérarchie eaux pluviales… 3. Obligation d’insérer des pictogrammes « eau non potable ». 4. Risques sanitaires
  • 24. La maitrise des consommations d’eau : les ressources alternatives En cas de citerne vide, le basculement vers l’eau de distribution se réalise conformément aux prescriptions techniques à séparation complète des deux réseaux d’eau. Pour que l’usage de l’eau de pluie ait un intérêt sur la facture d’eau, il faut aussi l’économiser. à Malgré l’apparente gratuité de cette eau, elle doit aussi s’économiser !
  • 25. La maitrise des consommations d’eau : les ressources alternatives Les citernes d’eau de pluie extérieures sans raccordement à un circuit intérieur sont également intéressantes car : üUtiles pour les usages extérieurs et l’entretien des locaux. üNe nécessitent ni double réseau, ni pompe, ni filtres, ni système de remplissage d’appoint. üSont faciles à installer et ne nécessitent qu’un espace limité. üPas de terrassement à réaliser. üImpact environnemental plus faible. üMoins onéreuses.
  • 26. La maitrise de la qualité de l’eau à l’intérieur des logements L’eau de distribution répond à toutes les exigences définies par les autorités européennes et wallonnes. Elle peut être bue sans danger pour la santé. Substituer l’eau en bouteille par de l’eau du robinet permet aussi d’augmenter le pouvoir d’achat des occupants. 1,5l/hab.jour à 600€ d’économie/ménage.an
  • 27. La maitrise de la qualité de l’eau à l’intérieur des logements • Préserver la qualité de l’eau dans les logements à Attention : üAux adoucisseurs üAux canalisations en plomb üAux filtres üA la contamination par des ressources alternatives üAu retour d’eau chaude vers l’eau froide üÀ la contamination entre logements àRespecter les prescriptions techniques (cf CertIBEau)
  • 28. La maitrise de la qualité de l’eau à l’intérieur des logements § Point d’attention particulier : le risque légionelles • Les légionelles sont des bactéries qui se développent dans l’eau chaude. • Responsables de maladies respiratoires : la légionellose ou maladie du légionnaire. • Se développent dans les circuits d’eau en l’absence de mesures préventives. • Facteurs de risques : - T° de l’eau entre 25° et 50°C - Eau stagnante àLes installations d’eau chaude doivent se gérer en fonction de ce risque.
  • 29. La gestion des eaux pluviales 1. Décharger les réseaux d’égouts et les stations d’épuration. 2. Permettre une recharge des nappes aquifères. 3. Limiter le volume de ruissellement arrivant aux cours d’eau. 3 Bénéfices environnementaux üSéparant dans les immeubles les eaux pluviales et les eaux usées (réseaux distincts). üInfiltrant à chaque fois que c’est possible les eaux pluviales éventuellement via un dispositif de tamponnement. Les logements publics peuvent contribuer à l’atteinte de ces objectifs en :
  • 30. Les solutions • Mettre en place des compteurs communicants : easy conso (SWDE) et smartconso (CILE) - Permet de suivre sa consommation en temps réel et de détecter rapidement les fuites. s
  • 31. Les solutions Des audits « eau ». - Pas d’obligation spécifique de disposer de CertIBEau attestant de la conformité pour les logements publics. - Mais utile à titre volontaire pour identifier les infractions aux prescriptions techniques. - Fiches techniques téléchargeables sur www.certibeau.be
  • 32. Vidéos didactiques sur la chaine youtube « Certibeau »
  • 34. Les solutions Les tuteurs eau • Certains CPAS ont à disposition des tuteurs-énergie. • Leur mission a été élargie à l’eau et le nombre de tuteurs augmenté. • Permettent d’accompagner les ménages dans la maitrise des consommations d’eau et faire des recommandations de travaux permettant d’économiser l’eau.
  • 36. Les solutions Une mise à l’agenda politique de la gestion de l’eau dans les bâtiments et logements publics
  • 37. Les solutions • Deux points que nous pouvons porter ensemble : 1. Coupler les rénovations des installations intérieures d’eau et d’assainissement aux rénovations énergétiques en particulier pour les bâtiments/logements publics. 2. Donner la priorité à la rénovation des installations intérieures d’eau des logements occupés par des personnes en situation précaire afin de réduire la consommation d’eau et ainsi réduire la précarité hydrique.
  • 38. Questions-réponses • AQUAWAL • Avenue de Stassart, 14 - 16 • B-5000 NAMUR • http://www.aquawal.be
  • 39. Tests de perméabilité des sols et interprétation des résultats AMÉLIORATION DE LA GESTION DE L’EAU DANS LES LOGEMENTS PUBLICS JOURNÉE D’INFORMATION DU 27/03/2024
  • 40. RAISô en quelques mots • Bureau d’études en environnement, spécialisé en gestion des eaux • 4 membres raiso.be 2
  • 41. Bref contexte législatif • 2017 – Code de l’Eau http://environnement.wallonie.be/legis/Codeenvironnement/codeeaucoordonneR.html • en zone d’assainissement collectif (ZAC - art. R.277 §4), les eaux pluviales doivent être évacuées prioritairement dans le sol par infiltration • en zone d’assainissement autonome (ZAA - art. R.279 §2), les eaux usées épurées doivent être évacuées prioritairement dans le sol par infiltration Champ d’application : construction, reconstruction ou création d'un nouveau logement au sens de l'article D.IV.4 du CODT 3
  • 42. Bref contexte législatif • 2017 – CoDT – Annexe 4 • en cas d’épuration individuelle avec dispersion des eaux dans le terrain, une étude hydrologique est à fournir 4
  • 43. Guides techniques wallons • Juin 2023 – Référentiel – Gestion durable des eaux pluviales + fichier de dimensionnement https://ediwall.wallonie.be/referentiel-gestion-durable-des-eaux-pluviales-2023-numerique-111042 • Novembre 2023 – Fichier de dimensionnement SPW https://inondations.wallonie.be/home/urbanisme/citoyens/gerer-les-eaux-de-pluie-sur-mon-terrain.html • Décembre 2023 – Infiltration des eaux de ruissellement - Memento Aquawal https://ediwall.wallonie.be/referentiel-gestion-durable-des-eaux-pluviales-2023-numerique-111042 5
  • 44. Evaluer les possibilités d’infiltration ? 6 Puis-je infiltrer ? Comment puis-je infiltrer ?
  • 45. Puis-je infiltrer ? • Réaliser une étude de perméabilité (étude hydrologique) • Contenu type • Contexte environnemental (WalOnMap) – vérification des contraintes à l’infiltration • Tests de perméabilité 7 A faire le plus tôt possible et avant le dépôt de permis
  • 46. Contraintes à l’infiltration 8 Pente (< 10 % idéalement) Perméabilité du sol (> 1,0 10-6 m/s) Hydrologie (zones inondables et axes de ruissellement) Nappe d’eau souterraine Réseau karstique Zones minières Prises d’eau et zones de prévention de captage Pollution du sol Espace disponible
  • 47. Tests de perméabilité • Réaliser les tests à l’endroit et à la profondeur des ouvrages d’infiltration • Différents types de tests 9 En surface Double-anneau En fosse Matsuo En forage – peu profond 0.8 – 1.0 m – Porchet En forage – profond 2.0 à 15.0 m – Nasberg
  • 48. Tests de perméabilité • Nombre • Minimum 3 tests + 1 sondage pédologique • Variable suivant la taille du projet et le nombre de zones d’infiltration • Différentes règles en vigueur Ø 3 tests + 1 sondage pédologique par tranche de 2500 m² Ø 5 tests/ha + 1 sondage pédologique + 2e campagne de tests pour confirmer • Implantation : dans les zones pressenties pour infiltrer • Profondeur : dépend de la topographie et du type d’ouvrage d’infiltration à Expertise du Bureau d’Etudes 10
  • 49. Interprétation des résultats • Vitesse d’infiltration – perméabilité du sol – coefficient d’infiltration à [m/s] 11 Source : Référentiel – Gestion durable des eaux pluviales
  • 50. Interprétation des résultats • Infiltration jugée possible si > 1,0 10-6 m/s (sous réserve des autres contraintes) • Essayer d’infiltrer même si < 1,0 10-6 m/s • Perméabilité variable au cours du temps • Infiltration des pluies courantes (70 % des pluies annuelles sont < 5 mm/h) • Infiltration partielle (et régulation du débit pour la portion non-infiltrée) • Trop-plein de sécurité 12 Toujours privilégier l’infiltration, même partielle
  • 51. Interprétation des résultats • Résultats variables en fonction des saisons et de la pluviométrie • Perméabilité ↓ quand la saturation en eau des sols↑, et inversement • Bon indicateur : carte numérique des sols (WalOnMap) à classe de drainage (favorable – modéré – imparfait…) • Essayer d’anticiper cette variation de la perméabilité dans la conception 13
  • 52. Interprétation des résultats • Si infiltration jugée impossible, prévoir une temporisation (bassin d’orage) avec rejet à débit régulé • Différents exutoires à envisager (cf. Code de l’Eau) • en cas d'impossibilité technique d’infiltrer ou de disponibilité insuffisante du terrain, dans une voie artificielle d'écoulement ou dans une eau de surface ordinaire • en dernier recours si aucune autre possibilité, dans l’égout (en ZAC) ou dans des puits perdants (en ZAA) 14
  • 53. Focus sur vos projets • Rénovation d’un bâti existant = cas particulier • Si rénovation « lourde » : intégrer ce principe d’infiltration des eaux • Si rénovation « légère » : laissé à l’appréciation de la Commune/OAA à privilégier l’infiltration, même partielle 15
  • 54. Benjamin GERARD Ir. Hydrogéologue Rue de la Faille, 1 – 4000 Liège contact@raiso.be 0470/65.43.72 • Ville de Liège – Gestion intégrée des eaux pluviales – Cahier pratique - https://www.liege.be/fr/vie- communale/services- communaux/urbanisme/publications/cahier-pratique- gestion-integree-des-eaux-pluviales • Bruxelles Environnement - https://leefmilieu.brussels/sites/default/files/user_files/pr es-190321-gepp-1-6-dgep-fr.pdf • ADOPTA (France) - https://adopta.fr/ Pour aller plus loin
  • 55. SOLUTIONS APPLICABLES À LA PARCELLE POUR L’INFILTRATION DES EAUX
  • 56. QUI SOMMES-NOUS? • Créé en 2008, CA ≈ 2,5 millions € • 15 personnes à temps plein + experts externes • Eau & assainissement, déchets solides, sol & eau souterraine, EHS, infrastructures, bâtiment et génie civil Approche globale de la gestion de l’eau et des sols sur un projet immobilier Groupe : Almadius (Belgique + export) Almadius France Naturem Solutions : économies, recyclage & SfN pour l’eau Hydreau : expert sol – géothermie BUREAU D’ÉTUDES EN INGÉNIERIE ET ENVIRONNEMENT
  • 57. OBJECTIFS ET SOMMAIRE DE LA PRÉSENTATION Principalement axé sur les eaux de ruissellement (eaux pluviales) • Prise de recul sur la règlementation • Principes de conception eaux pluviales • Mise en œuvre de l’infiltration des eaux pluviales • Ne pas oublier la qualité de l’eau OBJECTIF : FOCUS SUR LA MISE EN ŒUVRE DE L’INFILTRATION À L’ÉCHELLE DE LA PARCELLE
  • 58. PRISE DE RECUL SUR LA RÈGLEMENTATION Seules bases règlementaires dans le Code de l’eau : • Priorité des exutoires : sol > eau de surface > égout Dans certains cas, appliqué sans prise en compte de la réalité du terrain -> vitesse d’infiltration très faible • Protection des captages (zones de prévention rapprochées ou éloignées) : limitation infiltration dans cas précis (parkings) Notion floue de « puits perdant interdit » -> puits d’infiltration considérés comme interdits par de nombreux acteurs • « Eau ruisselant sur surface artificielle = eau usée » Peut mener à des impositions au rejet (qualité), appliqué dans certains cas industriels (pas rencontré en logement) RÈGLEMENTATION WALLONNE EAUX PLUVIALES PEU DÉVELOPPÉE -> SUJET À INTERPRÉTATION !
  • 59. PRISE DE RECUL SUR LA RÈGLEMENTATION • Guide technique & feuille de calcul GTI Intègre l’infiltration • Référentiel SPW (2023) • Référentiel de certains OAA • Memento Aquawal (2023) sur l’infiltration RÈGLEMENTATION WALLONNE EAUX PLUVIALES PEU DÉVELOPPÉE -> MOYENS D’INTERPRÉTATION
  • 60. PRISE DE RECUL SUR LA RÈGLEMENTATION Code de l’eau : • Priorité des exutoires : sol > eau de surface > puits perdant • Protection des captages – Zones de prévention rapprochées ou éloignées : puits perdant interdit – Zones de prévention rapprochées : pas d’infiltration ! Voir documents OAA ASSAINISSEMENT AUTONOME (EAUX USÉES ÉPURÉES)
  • 61. PRINCIPES DE CONCEPTION EAUX PLUVIALES • Dimensionnement pour habitations unifamiliales : voir approche simplifiée du GTI • reste axé « bassin d’orage centralisé Approche délaissée à Bruxelles et en Flandres • Ne couvre pas : • Stratégie de gestion • Conception des ouvrages • Cas spécifiques ou complexes (BREEAM) • Reste une plus-value pour intervention experts quand projet > maison unifamiliale DIMENSIONNEMENT
  • 62. PRINCIPES DE CONCEPTION EAUX PLUVIALES • Priorité = éviter l’imperméabilisation • Gestion le plus en amont possible (où tombe l’eau) « à la parcelle » • Enchaînement de dispositifs pour : • Infiltrer et évaporer -> réduction du volume • Retenir • Transférer à vitesse limitée RECRÉER LE CHEMIN NATUREL DE L’EAU Source : Lille (2012) Source : CIRIA (2015)
  • 63. PRINCIPES DE CONCEPTION EAUX PLUVIALES • Succession de dispositifs dont la taille augmente d’amont à aval • Nombreux types d’ouvrages disponibles, avec chacun ses fonctions (pas que des noues…) • Fonctions multiples des ouvrages : qualité de l’eau, biodiversité, paysager, ilots chaleur, social, intégration urbaine, etc.) • Prise en compte de l’exploitation et de la maintenance -> Intégrer la gestion de l’eau dès le tout Début du projet ! PRINCIPES GÉNÉRAUX Source : CIRIA (2015)
  • 64. PRINCIPES DE CONCEPTION EAUX PLUVIALES • Forages et tests d’infiltration toujours requis, difficile de généraliser • Dans certaines zones, couche d’infiltration (ex. : sables du Bruxellien) sous une couche moins perméable -> infiltrer plus en profondeur • Ne pas infiltrer au-dessus d’une couche imperméable • Attention à la stabilité des bâtiments proches (gros ouvrages) • Cas de sites pollués LE CAS DE L’INFILTRATION Source : Idelux Eau (2021)
  • 65. PRINCIPES DE CONCEPTION EAUX PLUVIALES • Quand possible, favoriser les ouvrages en surface (pourquoi enterrer ?) -> implique une gestion de l’amont • Toujours prévoir un trop-plein Même si au niveau de la surface du jardin • Attention aux débordements de cours d’eau -> Utilité des ouvrages en surface LE CAS DE L’INFILTRATION Source : EA (England) Source : Abertay University
  • 66. PRINCIPES DE CONCEPTION EAUX PLUVIALES • Eviter le colmatage des ouvrages(gestion amont) Surtout si enterré • Séparateur hydrocarbures si ouvrage enterré et parking d’une certaine taille Mais préférer ouvrages en surface et végétalisés • Ne pas infiltrer directement dans la nappe -> dans sol non saturé (pouvoir épurateur naturel) En général recommande 1 m de distance Source : CIRIA (2015) LE CAS DE L’INFILTRATION Source : www.sudswales.com
  • 67. MISE EN ŒUVRE INFILTRATION (EAUX PLUVIALES) • Gravier • Enrobés poreux • Pavés imperméables à joints drainants • Pavés poreux • Dalles béton-gazon • Etc. Source : Lille (2012) SURFACES (SEMI)PERMÉABLES
  • 68. MISE EN ŒUVRE INFILTRATION (EAUX PLUVIALES) • Jardins de pluie Source : CIRIA (2015) OUVRAGES EN SURFACE
  • 69. MISE EN ŒUVRE INFILTRATION (EAUX PLUVIALES) • Tranchées drainantes Source : CIRIA (2015) OUVRAGES EN SURFACE
  • 70. MISE EN ŒUVRE INFILTRATION (EAUX PLUVIALES) • Bassins (« noues ») Source : CIRIA (2015) OUVRAGES EN SURFACE
  • 71. MISE EN ŒUVRE INFILTRATION (EAUX PLUVIALES) • Tranchées d’infiltration OUVRAGES ENTERRÉS Source : Idelux Eau (2021)
  • 72. MISE EN ŒUVRE INFILTRATION (EAUX PLUVIALES) • Massifs d’infiltration OUVRAGES ENTERRÉS Source : Idelux Eau (2021)
  • 73. MISE EN ŒUVRE INFILTRATION (EAUX PLUVIALES) • Bassins d’infiltration en SAUL (structures alvéolaires ultra-légères) Source : CIRIA (2015) OUVRAGES ENTERRÉS Source : www.forumconstruire.com
  • 74. MISE EN ŒUVRE INFILTRATION (EAUX PLUVIALES) • Puits d’infiltration Source : CIRIA (2015) OUVRAGES ENTERRÉS
  • 75. NE PAS OUBLIER LA QUALITÉ DE L’EAU • Eaux de ruissellement urbain = pollution potentielle du milieu récepteur • Bonnes pratiques de gestion (éviter la pollution à la source) • Bonnes pratiques de mise en œuvre • Les ouvrages peuvent être prévus pour traiter les eaux ou gérer les pollutions… mais peu pratiqué en l’absence d’impositions • Ouvrages naturels et sols vivants sont des alliés THÉMATIQUE PAS ENCORE VRAIMENT PRISE EN COMPTE EN WALLONIE Source : Grand Lyon, 2013
  • 77. Merci pour votre attention ! Pour toute question : o.bastin@almadius.com 0478 32 94 94
  • 78. Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau Cluster H2O – Amélioration de la gestion de l’eau dans les logements publics Réutilisation des eaux dans les logements
  • 79. Présentation de la société : Solutions et services durables liés à l’eau 1. Diminution de l’empreinte et augmentation de l’efficacité ▪ Utilisation rationnelle de l’eau (audits et améliorations) ▪ Diminution de l’impact : transition énergétique, GES et optimisation des ressources 2. Economie circulaire * ▪ Réutilisation et recyclage des eaux (eaux pluviales, eaux usées, etc.) ▪ Valorisation des matières issues du traitement de l’eau 3. Solutions fondées sur la nature ▪ Lagunage et filtres plantés pour le traitement ▪ Ouvrages d’infiltration et irrigation (zéro rejet) Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau * Agréation « chèques économie circulaire » en Région wallonne (pour les PME)
  • 80. Objectif et sommaire de la présentation Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau Objectif : Présenter les solutions de réutilisation des eaux applicables dans les logements publics. Aborder les principes et la mise en œuvre. Focus principal = valorisation des eaux pluviales, mais pas uniquement. Sommaire : 1. Choix de stratégie pour les logements 2. Contraintes pour les logements 3. Composantes des systèmes domestiques 4. Suggestions pour les logements publics
  • 81. 1. Choix de stratégie pour les logements Quelle eau réutiliser en bâtiment ? ▪ Eaux pluviales (toiture) -> le plus courant ▪ Eaux de ruissellement (toute zone imperméabilisée) ØPrésente plus de risque de contamination ▪ Eaux grises (= eaux usées hors wc -> éviers, douches, etc.) ØEn général appliqué aux immeubles neufs (ou rénovations lourdes) d’une certaine taille ØEncore rare ▪ Eaux usées traitées provenant du site même ou d’une STEP collective ØFournisseurs existent pour systèmes individuels Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau
  • 82. 1. Choix de stratégie pour les logements Pour quel usage? Besoins et contraintes différents ▪ Alimentation des WC ▪ Eau de service : lavage des sols, véhicules, etc. ▪ Alimentation des machines à laver ▪ Arrosage / irrigation des espaces verts Quels avantages ? ▪ Diminution de l’empreinte en eau du parc de bâtiments (RSE) ▪ Diminution de la consommation en eau des locataires Ne pas oublier la priorité : restreindre l’usage de l’eau, peu importe son origine… (adaptation des équipements, réduction de pression, etc.) Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau
  • 83. 2. Contraintes pour les logements ▪ Qualité de l’eau: contraintes de traitement ▪ Origine de l’eau type d’usage type d’usager (citoyen ou professionnel) ▪ Eaux pluviales contaminées par pollution atmosphérique, toitures (oiseaux, matériaux), etc. ▪ Importance de l’information (pictogrammes) aux robinets ▪ Attention aux aérosols (nettoyeurs sous pression) ▪ Séparation des circuits impérative ▪ Besoin d’entretien des équipements de traitement ▪ Evaluation des risques pour les applications plus pionnières (eaux grises, etc.) Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau
  • 84. 2. Contraintes pour les logements ▪ Qualité de l’eau: Bonnes pratiques à la source ▪ Eviter l’usage de produits problématiques ▪ Exemple eaux de ruissellement : nettoyage de terrasse connectée au réseau ▪ Eviter une contamination accidentelle ▪ Exemple eaux pluviales : déversement d’un produit chimique dans regard accessible Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau
  • 85. 2. Contraintes pour les logements ▪ Quantité d’eau: contraintes de stockage + solution de remplacement ▪ Régularité d’approvisionnement variabilité des besoins ▪ Eaux pluviales = variations saisonnières Consommation domestique variable ▪ Cuves de stockage (besoin d’entretien – nettoyage) ▪ Dimensionnement simplifié cuve : 33 l/m² de toiture (méthodes plus complexes existent) ▪ Calcul nombre équipements à raccorder en fonction des consommations et collectes ▪ Possibilité de passer sur le réseau potable au besoin (voir Certibeau !) ▪ Financier : contraintes de coût ▪ Investissement et exploitation coût de l’eau Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau
  • 86. 2. Contraintes pour les logements ▪ Règlementaires : obligations en Wallonie ▪ CERTIBEAU - Certification des Immeubles Bâtis pour l’Eau ▪ Nouveaux raccordements au réseau d’eau ▪ Impositions d’une citerne à eau pluviale dans certaines communes (étape du permis) ▪ Pas d’imposition régionale au niveau valorisation des eaux pluviales ▪ Cas à Bruxelles et en Flandre (avec modalités variables) ▪ Dispositif sécheresse et Décret priorisation des usages de l’eau en cours d’adoption -> tendance de fond ▪ Ne pas confondre avec impositions liées à la lutte contre les inondations ! ▪ Les ouvrages peuvent être communs (ex. : citernes de rétention et stockage) mais les volumes sont pris en compte séparément … Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau
  • 87. 3. Composantes des systèmes domestiques ▪ Collecte de l’eau : ▪ Réseau d’eau pluviale classique (= plus simple pour limiter les risques) ▪ Réseau d’eau de ruissellement (mais éviter les sources de pollution) ▪ Prétraitement avant stockage : enlever éléments grossiers eaux ruissellement ▪ Crépines ou crapaudines sur toitures ▪ Grilles et filtres Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau Source : Bruxelles Environnement. Guide du bâtiment durable
  • 88. 3. Composantes des systèmes domestiques ▪ Stockage de l’eau: cuve à eau pluviale ▪ Proche de la pompe (groupe hydrophore) ou des filtres ▪ Enterrée ou en surface (extérieur ou dans un local) ▪ Différents matériaux : synthétique, béton préfabriqué ou coulé sur place ▪ Dimensions et poids adaptables à la rénovation Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau EloyWater Bollaert Bobex Atecs
  • 89. 3. Composantes des systèmes domestiques ▪ Stockage de l’eau: cuve à eau pluviale ▪ Accessoires : fonction des systèmes Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau Source : Bruxelles Environnement. Guide du bâtiment durable ▪ Possibilité de combiner le stockage pour récupération avec la rétention pour la lutte contre les inondations (volumes considérés séparément !)
  • 90. 3. Composantes des systèmes domestiques ▪ Mise sous pression de l’eau: eaux pluviales ▪ Pompage ▪ Ballon sous pression pour plus grands logements ▪ Réseau de distribution séparé ▪ Traitement de l’eau: eaux pluviales ▪ Poste impliquant des entretiens annuels ! ▪ Au minimum : filtration en ligne ▪ Modèles fonction de la capacité ▪ Filtre charbon actif : matières organiques (couleur) ▪ Requis pour laver le linge, favorise acceptabilité pour WC (inutile pour arrosage) ▪ Ne désinfecte pas l’eau ! ▪ Désinfection en usage domestique : équipement disponible (UV) ▪ Diminue les risques … mais agir en priorité sur la source et le choix des usages en fonction des utilisateurs Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau Source : Cintropur
  • 91. 3. Composantes des systèmes domestiques ▪ Systèmes de recyclage des eaux grises : ▪ Collecte (séparée), stockage, traitement et distribution (séparée) ▪ Usages habituels : chasses WC et irrigation ▪ Différents systèmes / fournisseurs (solutions de traitement « complètes ») Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau Source : GEP Source : Graytec Source : Spareau
  • 92. 3. Composantes des systèmes domestiques ▪ Systèmes de recyclage des eaux usées traitées : ▪ Exemple système pour assainissement individuel (sortie STEP), France ▪ Noter le système enterré (équivalent à un système d’infiltration au niveau risques pour les personnes) Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau Kit IRRIGO (Aqua Assainissement)
  • 93. 4. Suggestions pour les logements publics ▪ Habitations individuelles et rénovation : ▪ Rester simple mais agir ! ▪ Au minimum : collecte eaux pluviales pour chasses d’eau (WC) et arrosage jardins ▪ Gravitaire/hors sol quand possible (arrosage jardin) ▪ Combiner avec la gestion des eaux de ruissellement pour lutter contre les inondations ▪ Respecter Certibeau ▪ Informer les usagers ▪ Autres usages eaux pluviales : évaluation technico-économique globale pour le parc de logements (avec analyse de risque) ▪ Grands immeubles (neufs ou rénovations lourdes) : ▪ Envisager d’aller vers la valorisation des eaux grises ▪ Projets pilotes : irrigation espaces publics avec eaux usées traitées Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau
  • 94. Merci pour votre attention Améliorez votre performance grâce à l'efficacité et la circularité de l'eau www.naturem-solutions.com (site en cours de révision) Contact : info@naturem-solutions.com +32 81 63 46 19
  • 95. INTERNE easyCONSO Vers une gestion intelligente de ses consommations
  • 96. INTERNE 2 67 % du total des raccordements de la région sont gérés par la SWDE sur une superficie de ± 13.000 km². 190 communes desservies sur les 262 de la Wallonie. 1.145.026 Compteurs en service 397 Prises d’eau 39.841 km Étendue du réseau La Société Wallonne Des Eaux en quelques chiffres 1.317 Réservoirs et châteaux d’eau 73 % 24 % 3 %
  • 97. INTERNE La gestion de la ressource est une nécessité 3 Selon les projections du GIEC, le réchauffement climatique va continuer d'intensifier le cycle mondial de l'eau, y compris la variabilité, les précipitations associées à la mousson mondiale et l'intensité des précipitations et des sécheresses.
  • 98. INTERNE La Wallonie doit être plus performante 4 Évolution de la population par commune 2003-2019
  • 99. INTERNE Préservation de la ressource Par l’amélioration de la performance du réseau. 5 Par l’utilisation de sources d’eau alternatives. Par la restriction d’usage de l’eau.
  • 100. INTERNE Stations d’épuration Eau de pluie Eaux de carrières Rejet d’entreprises Ressources alternatives Usages /Bénéficiaires Agriculteurs Industriels Eco-quartiers Eco-Zoning Collectivités (Zones de loisirs,..) Environnement Usages /Bénéficiaires Défis adressés Continuité d’accès Pression environnementale Extension du réseau Objectif : Sécuriser et alimenter d’une manière différente Eaux de surface Utilisation de sources alternatives
  • 101. INTERNE 7 La recherche fuite sur le réseau SWDE Le réseau de la SWDE (27.000 km de conduites) est divisé en 2.900 cellules. Sur ces cellules, 3.000 dataloggers permettent d’identifier les consommations anormalement élevées. En 2021, environ 10.000 fuites ont ainsi été identifiées et réparées. Créée en 2016, , la cellule recherche de fuites a permis de sauvegarder 8 millions de m3 au cours de ces dernières années.
  • 103. INTERNE 9 100 % *Chiffres 2021 0% 100% Avez-vous une vision claire de vos consommations? Oui Non 85% 15% Les fuites sont-elles un problème dans votre organisation? Oui Non Notre enquête auprès de 20 organismes publics
  • 104. INTERNE Le service de comptage intelligent de la SWDE grâce auquel la gestion de vos consommations d’eau devient un jeu d’enfant. Il s’agit d’une solution simple, intuitive et complète qui répond à plusieurs problématiques. 10 Quand gérer ses consommations d’eau devient un jeu d’enfant. La solution
  • 105. INTERNE Monitorez vos consommations easyCONSO vous permet de contrôler efficacement vos consommations d’eau Faites des économies en maitrisant votre consommation easyCONSO vous alerte en cas de fuites/surconso d’eau sur vos installations Gagnez du temps easyCONSO relève l’index de vos compteurs d’eau et simplifie votre gestion administrative des factures Participez au développement durable easyCONSO vous permet d’éviter les gaspillages et de préserver la ressource Les avantages
  • 106. INTERNE Nous analysons la compatibilité de votre compteur. Nous équipons votre compteur du système easyCONSO. Nous connectons l’appareil à la plateforme et nous programmons le tout. 12 L’installation et la technologie
  • 107. INTERNE 13 Technologie de transmission Nbiot pour une couverture plus large que la 4G et un envoi régulier des données. Batterie autonome avec une durée de vie de 10 ans. Indice IP 67 qui garantit la résistance à une forte humidité, voire une immersion temporaire dans l’eau. Alertes par SMS ou e-mails, au choix. L’installation et la technologie
  • 108. INTERNE 14 L’installation et la technologie EQUIPEMENT DE TÉLÉRELÈVE PLACÉ SUR LE COMPTEUR PAR NOS EQUIPES ENVOI D’ALERTES PERSONNALISABLES VIA MAILS OU SMS EN CAS DE FUITE MISE À DISPOSITION DES DONNÉES VIA UNE PLATEFORME WEB TRANSMISSION AUTOMATIQUE DE L’INDEX A LA SWDE L’installation et la technologie
  • 109. INTERNE RGPD • « Une donnée personnelle est toute information concernant une personne qui permet de l’identifier directement ou indirectement. » • Facture d’abonnement easyCONSO liée à la facture de régularisation d’eau. • Logements individuels ne peuvent être suivis ; uniquement compteurs de tête. 14/11/2022 Source: https://www.belgium.be/fr/justice/respect_de_la_vie_privee/protection_des_donnees_personnelles/donnees_personnelles 15
  • 110. INTERNE Les organismes publics et les gestionnaires de bâtiments privés 16 + 2.500 Compteurs easyCONSO + 120 Clients qui bénéficient du service Les clients
  • 112. INTERNE 22% A l’installation du système easyCONSO, les fuites déjà en cours représentent l’équivalent de 22% de votre consommation d’eau total. Par la suite, dès réparation de ces premières fuites, on constate en moyenne que 19% des compteurs équipés présentent encore des fuites ponctuelles. 18 Un amortissement rapide
  • 113. INTERNE Période d’utilisation de 20 compteurs easyCONSO sur une période d'1 an. Sans easyCONSO: Avec easyCONSO: 19 Détection des fuites Usage normal Fuites Economies d’eau 4 483 m³ 24 4432 € 600 m³ 3 270 € 18 086 m³ 95 568 € Emissions carbones évitées Grâce à la réduction des pertes d’eau 2695 Kg
  • 114. INTERNE Q1 2022 Q2 2022 Q3 2022 Q4 2022 Q1 2023 Q2 2023 Q3 2023 Q4 2023 Q1 2024 Consommation par bâtiment (L/jour)2 123551 120856 72436 56826 78277 59150 50179 47707 30843 Fuite par bâtiment (L/jour) 22392 45925 29113 27478 35507 16198 15057 13793 1313 0 20000 40000 60000 80000 100000 120000 140000 Suivi des consommations chez un industriel Consommation par bâtiment (L/jour)2 Fuite par bâtiment (L/jour) 20 Optimisation des consommations
  • 115. INTERNE Delphine ELOY Ingénieure cheffe de département Nous sommes extrêmement satisfaits du service easyCONSO. L'application Web est particulièrement conviviale. Nous avons pu optimiser notre gestion de la consommation d'eau potable et éviter le gaspillage. Nous sommes ainsi déjà intervenus, en près d'un an, sur 14 fuites transmises via le système d'alerte ! 21 Témoignages
  • 116. INTERNE On a détecté des fuites de 2000l/h, donc ça fait des fuites de 10€ par heure et 240€ par jour. Ca va vite ! Ce qui est bien, c'est que tout le monde se rend compte des coûts des fuites, de l'ouvrier au chef. Et ça permet de faire bouger les choses. 22 Témoignages Hombeline RUELLE Contrôleuse énergie de la Province du Hainaut
  • 117. INTERNE À votre disposition pour vos questions et une offre personnalisée ! Email : easyconso@swde.be Site : www.swde.easyconso.be Contactez-nous
  • 118. Le vaste marché des appareils anticalcaires : comment s’y retrouver sans se tromper ? Pascale Steenhoudt
  • 119. Qu’est-ce que le calcaire? Quels sont les facteurs qui favorisent la formation du calcaire? Quelles sont les technologies qui permettent de réduire la formation de calcaire? Comment fonctionnent-elles? Quels sont leurs avantages et leurs inconvénients? Comment évaluer leur performance? Le vaste marché des appareils anticalcaires : comment s’y retrouver sans se tromper ? ? ? ? ? ?
  • 120. Le calcaire: un précipité à éviter Le calcaire est constitué de carbonate de calcium présents dans l’eau de ville. Ca2++ 2HCO3 - CaCO3 + CO2+ H2O TAC TH Eau plus agressive Eau plus incrustante CO2
  • 121. Le calcaire: un précipité à éviter Par augmentation de la température de l’eau Ø Diminution de la solubilité du CO2 Ø Formation de CaCO3 Perturbation de l’équilibre calco-carbonique Par évaporation de l’eau Ø Augmentation de la concentration en ion calcium Ø Formation de CaCO3 Entartrage des installations sanitaires Entartrage des électroménagers Phénomène de surface Dépôts inesthétiques sur les robinetteries, les parois de douche Entartrage des WC
  • 122. Le calcaire: un précipité à éviter Plus la température de l’eau est élevée, plus le calcaire précipite rapidement. Þ16 g par an Boiler électrique (après 3 ans) Echangeur à plaques (après 4 ans) Ballon d’eau chaude sanitaire (pas de calcaire) 3 systèmes de production d’eau chaude sanitaire en région bruxelloise
  • 123. Le calcaire: un précipité à éviter Plus la dureté de l’eau est élevée, plus le calcaire précipite rapidement. En Wallonie, l'eau potable provient majoritairement des nappes aquifères (80 %) . Les eaux de surface (barrages, lacs, cours d’eau) fournissent un peu plus de 20 % de l'eau de distribution. Source (guide-renovation.be) Eau plus dure Eau plus douce
  • 124. Le calcaire: un précipité à éviter Conséquences du calcaire pour l’installation sanitaire: • Obstruction des canalisations • Dérèglement des vannes mitigeuses • Perte de rendement calorifique des corps de chauffe des préparateurs d’eau chaude sanitaire 1 mm de dépôt calcaire provoque une augmentation de la consommation énergétique annuelle allant jusqu’à 9 %. Vrai aussi pour les électroménagers (bouilloires, cafetières, etc.) Source: xpair.com
  • 125. Le calcaire: un précipité parfois nécessaire Cas particulier des conduites en acier galvanisé Þ Consommation d’eau régulière, continue dès la mise en service de l’installation afin d’obtenir une couche de protection formé par les hydroxycarbonates de zinc. Þ Ne pas adoucir l’eau de façon excessive (dureté >15 °f) et ne pas procéder à un adoucissement dans les six mois qui suivent l’installation. Þ Dans le cas où l’eau de ville serait une eau très faiblement minéralisée, il est préférable de ne pas mettre en œuvre de conduites en acier galvanisé.
  • 126. Quand et où faut-il placer un appareil anticalcaire? Ø On installe un appareil anticalcaire si la dureté de l’eau distribuée est supérieure à 25 °f. En deçà de 15 °f, il est inutile de traiter l’eau, car elle n’est pas incrustante. Entre 15 et 25 °f, ce n’est pas non plus nécessaire, mais un traitement peut être recommandé si la température de l’eau est supérieure à 60 °C. Ø On installe un appareil anticalcaire préférentiellement sur le circuit d’eau destiné à la production d’eau chaude. L’entartrage est insignifiant dans l’eau froide, même à plus de 40 °f. On préserve la potabilité de l’eau froide utilisée pour la consommation. Ø On l’installe juste en amont de la production d’eau chaude, avec un by-pass. Ø On le précède d’un clapet anti-retour. Ø On ne place pas d’appareil anticalcaire si des conduites en plomb sont encore présentes. Source : Fiche_Traitement domestique de l'eau Installations.pdf (certibeau.be)
  • 127. Quel appareil anticalcaire choisir? Ø Plusieurs technologies sont disponibles sur le marché du traitement de l’eau pour réduire la formation de calcaire. § Les adoucisseurs d’eau à résine échangeuse d’ions § Les dispositifs à injection de CO2 § Les dispositifs avec ajout de polyphosphate Des technologies basées sur une modification de la composition chimique de l’eau Des technologies basées sur un principe physique favorisant la formation précoce de germes de calcaire § Les appareils magnétiques et électromagnétiques § Les anodes de zinc, de titane, … § Les granulés actifs Shutterstock
  • 128. Quel appareil anticalcaire choisir? ØLes adoucisseurs d’eau à résine échangeuse d’ions Les ions calcium de l’eau de ville sont échangés contre des ions sodium associés aux microbilles de la résine. Source - Energie Plus Le Site Principe
  • 129. Quel appareil anticalcaire choisir? ØLes adoucisseurs d’eau à résine échangeuse d’ions § Appareil efficace: Dureté = 0°F § Efficacité facilement démontrée (mesure de la dureté résiduelle) § Vanne mitigeuse intégrée pour une eau moins agressive § Pas de calcaire au sein de l’installation sanitaire § Pas de calcaire en dehors de l’installation (parois de douche, robinetteries, WC) § Pas de calcaire dans les électroménagers § Surveillance à distance du niveau de sel Avantages Les petits + § Moins de détergents § Moins d’irritation de la peau 28°F 14°F
  • 130. Quel appareil anticalcaire choisir? ØLes adoucisseurs d’eau à résine échangeuse d’ions § Augmentation de la concentration en sodium § Augmentation de la corrosivité de l’eau § Nécessité d’une régénération de la résine avec décharge à l’égout Þ augmentation de la consommation d’eau (environ 5%) § Dans certaines situations, nécessité d’une pompe de relevage § Ajout de sel Þ système avec bloc de sel plus pratique § Risque de prolifération microbienne (saumure) § Encombrement plus important § Raccordement électrique Inconvénients Nouveaux adoucisseurs d’eau sans électricité et ultra compact
  • 131. Quel appareil anticalcaire choisir? ØLes adoucisseurs d’eau à résine échangeuse d’ions § Augmentation de la concentration en sodium Inconvénients DIRECTIVE (UE) 2020/2184 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 16 décembre 2020 relative à la qualité des eaux destinées à la consommation humaine 0,0 5,0 10,0 15,0 20,0 25,0 30,0 35,0 40,0 45,0 50,0 0 25 50 75 100 125 150 175 200 Abaissement de la dureté (°f) Concentration en sodium dans l'eau de ville (mg/l) Valeur maximale d’abaissement de la dureté Pour abaisser la dureté de l’eau d’un degré français (1°F) il faut ajouter 4,6 mg de sodium par litre d’eau Sodium: maximum 200 mg/l
  • 132. Quel appareil anticalcaire placé? ØLes dispositifs à injection de CO2 Principe L’injection de CO2 déplace l’équilibre calcocarbonique vers la consommation des ions carbonates Dureté de l’eau Consommation de CO3 2- Þ Précipitation moindre de carbonate de calcium Système d’injection de CO2
  • 133. Quel appareil anticalcaire choisir? ØLes dispositifs à injection de CO2 Avantages § Appareil efficace pour empêcher la formation de calcaire au sein de l’installation sanitaire. § N’altère pas la potabilité de l’eau (faible modification du pH). § Aucune surconsommation d’eau, pas de rejet à l’égout. § Pas de risque de prolifération bactérienne. Inconvénients § N’empêche pas la formation de calcaire en dehors de l’installation. § La température de l’eau ne doit pas dépasser 80°C. Traces de calcaire sur les parois de douche Entartrage des électroménagers
  • 134. Quel appareil anticalcaire choisir? ØLes dispositifs avec ajout de polyphosphate Principe Ajout de polyphosphates via le passage de l’eau sur des cristaux ou par injection via une pompe doseuse Les polyphosphates se décomposent par hydrolyse en donnant naissance aux ions PO4 3– ØLes phosphates (anions) s’associent au calcium (cations) pour former un complexe stable. Cette « séquestration » du calcium le rend indisponible pour les ions carbonates de l’eau.
  • 135. Quel appareil anticalcaire choisir? ØLes dispositifs avec ajout de polyphosphate Avantages § Appareil efficace pour empêcher la formation de calcaire au sein de l’installation sanitaire § N’altère pas la potabilité de l’eau (augmentation négligeable en phosphate < 0.5 mg/l) § Aucune surconsommation d’eau, pas de rejet à l’égout Inconvénients § N’empêche pas la formation de calcaire en dehors de l’installation § La température de l’eau ne devrait pas dépasser 60°C (à confirmer). § Pour certains appareils, la dureté de l’eau ne doit pas dépasser 30°F. § Risque de prolifération bactérienne en cas de passage sur cristaux Traces de calcaire sur les parois de douche Entartrage des électroménagers à vérifier (possibilité d’une boue au lieu d’un dépôt adhérant) Source Cristaux de polyphosphate
  • 136. Quel appareil anticalcaire choisir? ØLes appareils magnétiques et électromagnétiques Principe Les champs magnétiques ou les ondes électromagnétiques perturbent l’organisation des molécules d’eau et permettent la formation précoce de microcristaux de CaCO3. Ces microcristaux restent en suspension et sont évacués par le courant d’eau sans s'incruster. H2O Diffusion
  • 137. Quel appareil anticalcaire placé? ØLes appareils magnétiques et électromagnétiques Avantages § Pas d’entretien, pas de réglage § Pas de consommable § Peu encombrant § Ne modifie pas la composition de l’eau § Aucune surconsommation d’eau, pas de rejet à l’égout § Durée de vie quasi illimitée § Formation d’une boue dans les appareils électroménagers et non du calcaire adhérant Inconvénients § Efficacité aléatoire § Efficacité vraisemblablement tributaire des conditions d’utilisation (débits, composition de l’eau ?) § Efficacité variable selon les produits/procédés Ø Pas de conclusion générale quant à l’efficacité de cette catégorie d’appareils Ø Nécessité de réaliser des tests au cas par cas.
  • 138. Quel appareil anticalcaire choisir? ØLes anodes de zinc, titane, etc. Principe Les anodes libèrent des ions métalliques qui entrainent une agglomération des molécules de carbonates de calcium autour de cet ion formant ainsi un noyau de cristallisation. Le volume plus important des noyaux formés facilite leur évacuation par l’eau. EAUDRILIA Ø Principe actif similaire à celui des appareils magnétiques et électromagnétiques Ø Mêmes avantages et mêmes inconvénients Ø Effet de surprise avec certains dispositifs
  • 139. Quel appareil anticalcaire choisir? ØLes granulés actifs Principe Les granulés fournissent des sites de nucléation grâce auxquels le calcium, le magnésium et le bicarbonate dissous se combinent en cristaux microscopiques. Ces cristaux sont transportés par l’eau et n’adhèrent plus aux surfaces. (watts-oneflow.com) Technologie efficace pour empêcher la formation de calcaire au sein de l’installation sanitaire Un seul système connu pour cette technologie
  • 140. Pour en savoir plus…. POUR EN SAVOIR PLUS SUR LES APPAREILS ANTITARTRE (buildwise.be)
  • 141. Quel appareil anticalcaire choisir? Ø Objectif: Préserver l’installation sanitaire (circuit d’eau chaude) Les technologies suivantes conviennent: - L’injection de CO2 - L’ajout de polyphosphates - Les granulés actifs - Les résines échangeuses d’ions Ø Objectif: Préserver les électroménagers Limiter le nettoyage des surfaces Réduire l’utilisation de détergents Seuls les adoucisseurs à résine échangeuse d’ions conviennent avec certitude. Le choix repose sur des critères écologiques, pratiques, sanitaires et économiques. Ø Les autres technologies à action physique ont des avantages certains (pratique, économique, environnemental, sanitaire, etc.) mais leur performance doit être évaluée au cas par cas.
  • 142. Appareil inefficace Appareil efficace Possibilité d’évaluer l’efficacité d’un appareil anticalcaire chez Buildwise Etude prénormative – EVACODE II – 2020-2021 Cofinancé par NBN / SPF Economie
  • 144. Cluster H2O - Le CertIBEau Mars2024 Certification des Immeubles Bâtis pour l’Eau : CertIBEau
  • 145. Plan général -Définition et périmètre -Les bases légales -Volet distribution -Volet assainissement -Les bâtiments existants en collectif
  • 147. Définition et périmètre Le CertIBEau est l’équivalent du certificat électrique Il s’agit d’un contrôle des installations internes (à partir du compteur) et externes (jusqu’aux évacuations des eaux usées et pluviales) Ce contrôle est effectif depuis le 1er juin 2021 Le fait générateur du CertIBEau est le placement d’un nouveau raccordement à l’eau de distribution (vérifier sur le devis du distributeur : les modifications de raccordement existant et les renforcements de compteur ne sont pas soumis au CertIBEau) De ce fait, Il concerne tous les types de bâtiment quelle que soit leur affectation et quel que soit la date de leur permis d’urbanisme de construction ou de rénovation 4
  • 149. La base légale du CertIBEau Le CertIBEau n’engendre aucune obligation supplémentaire par rapport à la situation existante, le certificateur se limite à contrôler la conformité de l’installation par rapport à la loi Pour le Volet distribution : -Le Code de l’Eau -Le Règlement de général de distribution -La norme NBN 1717 EN Pour le Volet assainissement : -Le Code de l’eau -Le Règlement général d’assainissement 6
  • 151. Utilisez les outils mis à votre disposition Ils sont tous disponibles sur le site www.certibeau.be « Professionnels du bâtiment » => « Eau potable » 8
  • 152. Utilisez les outils mis à votre disposition Les fiches Aquawal : Reprise des principes à respecter et schémas d’installation 9
  • 153. CertIBEau : le volet distribution les obligations en bref -Si plusieurs sources DISCONNEXION TOTALE-Vérification de l’origine de l’eau à chaque point (eau de distribution, de pluie, puits) -Après compteur : RA + EA (agréé Belgaqua ou 5ms) après compteur –le EA est contrôlable et donc la vanne d’arrêt en amont est obligatoire pour pouvoir tester le clapet -Vérification de l’agrément de l’équipement (chaudières, robinet) SI PAS D’AGREMENT =>vérification de la présence des protections au plus près de la source potentielle de pollution -Référentiel : prescriptions techniques Belgaqua - définit le type de protection en fonction du type d’équipement et de la catégorie de fluide (ex : eau de pluie = catégorie 5) – basé sur la NBN 1717 10
  • 154. Utilisez les outils mis à votre disposition Le répertoire Belgaqua : Vous permets de vérifier si les équipements sont bien agréés Belgaqua Vous y trouverez également des schémas d’installation 11
  • 155. CertIBEau : le volet distribution les obligations en bref 12
  • 157. Pour bien préparer le CertIBEau il vaut mieux se mettre dans la peau d’un certificateur... 14
  • 158. CertIBEau volet assainissement Plusieurs éléments sont à prendre en considération pour ce volet car les obligations diffèrent selon les cas : -Le certificateur doit d’abord vérifier sur la cartographie dans quel régime d’assainissement se trouve le bien à analyser. -Ensuite il doit consulter le permis d’urbanisme pour obtenir la date de construction, de reconstruction ou de rénovation. -S’il est face à un permis de rénovation il doit prendre connaissance de l’impact par rapport au bâtiment initial : -Y-a-t-il une augmentation de l’emprise au sol ? -Y-a-t-il un changement d’affectation ? -Y-a-t-il la création d’un nouveau logement ? Tous ces points influencent le degré de sévérité du CertIBEau et modifient considérablement l’analyse 15
  • 159. 16 « Professionnels du bâtiment» => « eaux usées et pluviales » Utilisez les outils mis à votre disposition
  • 160. 17 Utilisez les outils mis à votre disposition
  • 161. 18 Les fiches Aquawal ont été élaborées pour expliquer aux professionnels du secteur comment procéder tout en respectant le Code de l’Eau Assainissement : le site CertIBEau
  • 162. 19 Assainissement : le site CertIBEau
  • 163. 20 Dans le haut de la page vous trouverez les définitions générales des différents régimes. Dans le bas de la page : Assainissement le site CertIBEau
  • 165. 22 Assainissement le site CertIBEau Version simplifiée du Code de l’Eau : les différents articles ont été placés par régime d’assainissement et par thématique : traitement => évacuation
  • 166. 23 Assainissement : la cartographie Le tableau ci-dessous, reprend tous les régimes d’assainissement et les zones de prévention de captage Le régime d’assainissement à valeur de loi
  • 167. 24 En collectif, Une fois le régime déterminé, le certificateur va s’assurer que le réseau est bien complet en suivant le chemin jusqu’à la station d’épuration individuelle Assainissement : la cartographie Dans le cas de gauche, en considérant que l’étoile représente la construction, le réseau est complet Dans le cas de droite , en considérant que l’étoile représente la construction, le réseau est complet
  • 168. 25 Il faut bien prendre en considération les symboles et les codes couleur Assainissement : la cartographie
  • 172. La problématique des bâtiments existants en collectif
  • 173. 30 Les bâtiments anciens en collectif sans PU de rénovation REGIME ASSAINISSEMENT COLLECTIF
  • 174. 31 Les bâtiments anciens en collectif avec PU de rénovation REGIME ASSAINISSEMENT COLLECTIF
  • 175. INFO: 0800/11.250 (menu 1) www.certibeau.be | info.certibeau@spge.be
  • 176. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 Quelle est la qualité de l'eau du robinet et comment l'économiser ? Renaud De Bruyn - écoconso
  • 177. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 écoconso - ASBL - Information et sensibilisation en éco-consommation - On répond à vos questions : - Service-conseil au 081 730 730 (lu-je matin) - Site : www.ecoconso.be | info@ecoconso.be - Facebook | Instagram : ecoconso
  • 178. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 Quelle est la consommation d’eau par personne ?
  • 179. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 Consommation « nette », à la maison : 91 litres d’eau potable (par jour et par personne – STABLE, 71l si citerne/puits) Entre 62 (4 personnes) et 113l/j.pp (seule) Enquête Aquawal 2015. Production : 400 millions de m³ dont 190 pour la Flandre et Bruxelles)
  • 180. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 EEW 2022, sur base de chiffres flamands [VMM, 2018. Watergebruik door huishoudens. Het watergebruik in 2016 bij de Vlaming thuis. VMM : Aalst, Belgique] Dont quelques litres seulement pour la boisson / cuisine.
  • 181. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 Quelle eau pour quel usage ?
  • 182. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
  • 183. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 D’où vient cette eau ?
  • 184. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
  • 185. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 Prix et qualité
  • 186. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
  • 187. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 Eau du robinet 0,0055 € / litre 5,5 € pour 1000 lit. Comparaison du prix de l'eau (prix moyens) Eau en bouteille 0,4 € / litre 400 € pour 1000 lit. L'eau du robinet est de 80 à 250 fois moins chère que l'eau en bouteille ! Prévention en général : eau du robinet (suite)
  • 188. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 Combien coûte l’eau si on boit 1 litre par jour pendant 1 an ? Eau du robinet -> 0,0055 € (0,5 ct) / litre x 365 jours = 2 € par an Eau en bouteille -> 0,4 € (40 ct) / litre x 365 jours = 146 € par an 2 € 146 € 438 € (évian…) + 15 kilos de déchets
  • 189. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 Bouteille ou robinet, en Wallonie ?
  • 190. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 Baromètre 2022 de la prévention des déchets.
  • 191. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 Le goût, la qualité de l’eau souvent remis en question
  • 192. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 Tests d’eau du robinet : 4 eaux, une du robinet, 3 en bouteille, anonymisées. Tests effectués lors d’animations sur le sujet. – La plupart du temps, l’eau du robinet ne se distingue pas des autres (au goût seul). Parfois on ne vote pas pour elle, parfois les votes sont similaires à d’autres eaux (en bouteille). – Quand elle est « repérée », c’est souvent dû à une odeur de chlore ou à un goût « comme à la maison » (pour les personnes qui boivent de l’eau du robinet). – Certaines marques d’eau en bouteille sont régulièrement confondues avec l’eau du robinet.
  • 193. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 Prévention – les emballages : l’eau du robinet Aucun emballage ; Prix très faible (pour la boisson) ; Pas de transport ; Disponible partout ; Qualité contrôlée (55 critères) – SWDE – CILE (Liège). – Inbw (BW) – AIEC – Inasep – ...
  • 194. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024
  • 195. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 Et les PFAS ? – Polluant persistant, utilisé massivement (vêtements, poêles, emballages, mousses incendies, fabrication de microprocesseurs…) – 90% population mondiale est exposée. – Lié à des problèmes de santé (foie, immunité, cancer…) – Voies principales pour l’être humain : eau, nourriture, vêtements… – N’était pas surveillé dans l’eau (Chièvres : 2017) et/ou n’avait pas de norme (= pas d’action entreprise puisque pas de norme à respecter). – Analyse de toutes les eaux du robinet wallonnes effectué. – La future (2026) norme européenne prévoit un maximum de100ng/litre (20 PFAS). L’EFSA (pour les aliments) recommande max. 4,4ng de 4 PFAS différents par kg pc/semaine. Certains pays ont ainsi adopté une norme de 2 à 4,4 ng de ces 4 PFAS (DK, SE, NL, BE (vl)…)
  • 196. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 Qualité et domicile
  • 197. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 La qualité de l’eau telle que distribuée est très bonne, mais : – Si les canalisations sont en plomb, l’eau sera contaminée (par le plomb) – La robinetterie est également un facteur de pollution Dans tous les cas, il est préférable de ne pas utiliser « la première eau » pour des usages alimentaires -> laisser couler +/- 3 litres d’eau (et arroser les plantes avec)
  • 198. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 Faut-il la filtrer ?
  • 199. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 Les carafes Faut-il filtrer l’eau du robinet ? – Normalement non. De bonne qualité « telle quelle » : les normes sont respectées. – Carafes efficaces sur le plomb, le cuivre, le calcaire, les THM, le chlore (Anses, 2016). En partie sur certains PFAS (étude 2020) mais moins que les filtres sous évier ou à osmose inverse (40- 70%). Les carafes ont quelques inconvénients : – Elles produisent des déchets – Il faut gérer la qualité de son eau soi-même – La filtration n’élimine pas plus le chlore que le frigo – Enlève du calcaire mais la dureté reste élevée – Pas d’efficacité prouvée contre les nitrates ou les pesticides. – 10x plus de bactéries dans la carafe vs eau du robinet [voire 20x plus si filtre « ancien »] (source : enquête RTBF, janvier 2013)
  • 200. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 Pour les PFAS, les filtres sous évier sont plus efficaces – Surtout ceux à deux étapes (>90%) – Augmente le coût de l’eau de 1,5 à 8 ct/litre (pour un coût total de 2 à 9c€/litre), hors installation (matériel et consommables).
  • 201. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 économies
  • 202. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 Utiliser une douchette économique (et prendre une douche courte)
  • 203. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 La version « spéciale douche » : le pommeau économique – Un pommeau de douche classique peut consommer jusqu’à 20 litres par minute écoulée (soit 100 litres toutes les 5 minutes !) – La douchette économique ne consomme que 6 litres d’eau.
  • 204. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 2023 : Gain entre 120 et 211€/pers/an (gaz/électricité)
  • 205. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 Comment mesurer la consommation de la douche ? Démarrer le pommeau et le chronomètre Quand l’eau atteint 10 litres -> regarder combien de temps s’est écoulé Si 1’ -> conso de 10l/min. Si 30’’ -> conso de 20l/min
  • 206. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 Couper l’eau quand on se savonne On économise en fonction du débit de la douche.
  • 207. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 Un WC à double touche
  • 208. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 Les toilettes Les WC = premier consommateur d’eau dans la maison Économiser ? – Nouvelle chasse, économique WC avec réservoir classique 9 ou 12 litres Consomme 15 m³/pers/an (à raison de 4x par jour...) 4 personnes = 330 €/an (60 m³ à 5,5€/m³) WC avec réservoir 3-6 litres double touche ou touche arrêt Consomme 6 m³/pers/an 4 personnes 132 €/an. Réservoir seul : àpd 60€. Attention au volume minimum !
  • 209. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 Traquer les fuites (plusieurs litres par jour ou par heure !) Comment ? Relever le compteur avant d’aller dormir et en se levant. S’il y a eu une consommation -> fuite.
  • 210. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 Couper l’eau quand on se brosse les dents (3’ de brossage = 18 litres !)
  • 211. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 Utiliser un lave-linge ou un lave- vaisselle économique
  • 212. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 La vaisselle – À la main = 12-15 litres (en utilisant des bacs !) – Avec une lave-vaisselle moderne = 12 litres ou moins – Choisir un modèle C ou B (équivalent des meilleurs en 2021) /! nouvelle étiquette ! Un lave-vaisselle peut être plus économe !
  • 213. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 6 Besoin d’infos ? -> écoconso
  • 214. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 Questions ? écoconso 081 730 730 Facebook | Twitter | Instagram : ecoconso www.ecoconso.be
  • 215. : qualité de l’eau du robinet et économies – L’eau dans les logements publics - 27 mars 2024 merci :-)
  • 217. Pour aller plus loin 2 • Tuteurs eau dans les CPAS • Facilitateurs en construction/rénovation durable et circulaire • https://economiecirculaire.wallonie.be/fr/reseau-facilitateurs-construction • Cluster comme relais vers les experts et entreprises de l’eau • Cartographie des acteurs wallons de l’eau • Guide du bâtiment durable • Thème eau : https://www.guidebatimentdurable.brussels/eau • + Etude de Buildwise sur les dispositifs économes en eau (résultats en octobre 2024)