SlideShare une entreprise Scribd logo

Utilisation durable de l’eau dans l’industrie agro-alimentaire - 3 octobre 2023

Les secteurs de l'agro-alimentaire et de l'eau se sont réunis à la Citadelle de Namur ce 3 octobre à l'initiative de la Fevia, de Wagralim et du Cluster H2O avec pour objectifs d'échanger les points de vue et de mobiliser les industriels de l'agro-alimentaire pour une meilleure gestion de l'eau. Après un rappel du contexte législatif et de la circularité de l'eau, les participants ont pu découvrir des cas inspirants d'amélioration de la gestion de l'eau et ont été informés sur les différents outils à leur disposition pouvant les aider dans leur démarche. L'après-midi a été ponctuée de riches échanges à la suite des présentations et pendant les moments de networking. Le Cluster H2O continuera à soutenir le secteur agro-alimentaire dans ses ambitions pour l'eau, notamment par la mise en relation avec des experts de l'eau et par un soutien au réseau des apprenants organisé par Fevia Wallonie et Wagralim.

1  sur  189
Télécharger pour lire hors ligne
Utilisation durable de l’eau dans l’industrie agro-alimentaire - 3 octobre 2023
Programme – Partie 1
• Introduction - Point de vue du secteur alimentaire, Fevia Wallonie, Ann Nachtergaele
• Contexte législatif environnemental – Points en évolution pour l’utilisation de l’eau
dans une entreprise alimentaire, SPW Arne, Guillaume Piazzalunga
• Contexte législatif – La sécurité alimentaire comme prérequis, Eurofins Euraceta, Jean-
Luc Fourré
• Circularité dans la gestion de l’eau, Cluster H2O, Franciane Wertz
Programme – Partie 2
• Traitement innovant des eaux industrielles et production d'énergie, Anatis, Raphaël
Anciaux & Eloy, Sandrine Pierret
• Study Case : recyclage de l’eau, John Cockerill, David Costantini
• La digitalisation au service de la gestion de la consommation d’eau, Brasserie Lefebvre,
Gilles Guezou
• Mise en place d’un management durable de l’eau : AWS - Alliance for Water
Stewardship, Chaudfontaine, Dominique Paquet
• L'innovation au service de l'entreprise, Wagralim, Cécile Fontaine
• Outils pour des projets de réutilisation de l’eau,Fevia Wallonie, Liesje De Schamphelaire
Utilisation durable de l’eau dans l’industrie agro-alimentaire - 3 octobre 2023
Utilisation durable de l’eau dans l’industrie agro-alimentaire - 3 octobre 2023
•
•
•
•
Publicité

Recommandé

La réutilisation des eaux usées traitées
La réutilisation des eaux usées traitéesLa réutilisation des eaux usées traitées
La réutilisation des eaux usées traitéesVoarino
 
concessions hydroelectrique - Synthese GEDRE Louron en ligne
concessions hydroelectrique - Synthese GEDRE Louron en ligneconcessions hydroelectrique - Synthese GEDRE Louron en ligne
concessions hydroelectrique - Synthese GEDRE Louron en lignePhilippe Villette
 
AIDES AESN MILIEUX AQUATIQUES
AIDES AESN MILIEUX AQUATIQUESAIDES AESN MILIEUX AQUATIQUES
AIDES AESN MILIEUX AQUATIQUESSMBS contact
 
AIDES AESN EAUX POTABLES
AIDES AESN EAUX POTABLESAIDES AESN EAUX POTABLES
AIDES AESN EAUX POTABLESSMBS contact
 
Taxation, analyses... FAISONS LE POINT À TOUS LES NIV' "EAUX" !
Taxation, analyses... FAISONS LE POINT À TOUS LES NIV' "EAUX" !Taxation, analyses... FAISONS LE POINT À TOUS LES NIV' "EAUX" !
Taxation, analyses... FAISONS LE POINT À TOUS LES NIV' "EAUX" !CCI du Luxembourg belge
 
AIDES AESN ASSAINISSEMENT
AIDES AESN ASSAINISSEMENTAIDES AESN ASSAINISSEMENT
AIDES AESN ASSAINISSEMENTSMBS contact
 
JI 2015 atelier ma 3
JI 2015 atelier ma 3JI 2015 atelier ma 3
JI 2015 atelier ma 3SMBS contact
 
JI 2015 atelier asst 5
JI 2015 atelier asst 5JI 2015 atelier asst 5
JI 2015 atelier asst 5SMBS contact
 

Contenu connexe

Similaire à Utilisation durable de l’eau dans l’industrie agro-alimentaire - 3 octobre 2023

Suivi Eau BV Dordogne - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Dordogne - 2012 à 2016 - ARB NASuivi Eau BV Dordogne - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Dordogne - 2012 à 2016 - ARB NALISEA
 
Guide méthodo CTMA
Guide méthodo CTMAGuide méthodo CTMA
Guide méthodo CTMASMBS contact
 
SDAGE et SAGE : réglementation concerté moteur d'amélioration de la qualité d...
SDAGE et SAGE : réglementation concerté moteur d'amélioration de la qualité d...SDAGE et SAGE : réglementation concerté moteur d'amélioration de la qualité d...
SDAGE et SAGE : réglementation concerté moteur d'amélioration de la qualité d...seineenpartageII
 
SCoT_Lorient_Prise en compte_eau
SCoT_Lorient_Prise en compte_eauSCoT_Lorient_Prise en compte_eau
SCoT_Lorient_Prise en compte_eauAudéLor
 
Suivi Eau BV Dordogne - 2012 à 2014 - ARB NA
Suivi Eau BV Dordogne  - 2012 à 2014 - ARB NASuivi Eau BV Dordogne  - 2012 à 2014 - ARB NA
Suivi Eau BV Dordogne - 2012 à 2014 - ARB NALISEA
 
Déssalement au Maroc_Mounia Sassi_2023.pdf
Déssalement au Maroc_Mounia Sassi_2023.pdfDéssalement au Maroc_Mounia Sassi_2023.pdf
Déssalement au Maroc_Mounia Sassi_2023.pdfJawad Maaroufi
 
Présentation des activités réalisées par le Ministère de l’Environnement « LE...
Présentation des activités réalisées par le Ministère de l’Environnement « LE...Présentation des activités réalisées par le Ministère de l’Environnement « LE...
Présentation des activités réalisées par le Ministère de l’Environnement « LE...laurentlamothe
 
Gestion de proximité des eaux pluviales et végétales - La politique incitativ...
Gestion de proximité des eaux pluviales et végétales - La politique incitativ...Gestion de proximité des eaux pluviales et végétales - La politique incitativ...
Gestion de proximité des eaux pluviales et végétales - La politique incitativ...Salon Paysalia
 
Suivi Eau BV Indre - 2012 à 2014 - ARB NA
Suivi Eau BV Indre  - 2012 à 2014 - ARB NASuivi Eau BV Indre  - 2012 à 2014 - ARB NA
Suivi Eau BV Indre - 2012 à 2014 - ARB NALISEA
 
Cdelhaye retour experience_perros-guirec
Cdelhaye retour experience_perros-guirecCdelhaye retour experience_perros-guirec
Cdelhaye retour experience_perros-guirecidealconnaissances
 
Région martinique stratégie régionale de l'eau
Région martinique   stratégie régionale de l'eauRégion martinique   stratégie régionale de l'eau
Région martinique stratégie régionale de l'eauJoseph Nodin
 
Presentation demarche sage lors du rendez-vous de l'eau le 22 Mars 2011 à Aja...
Presentation demarche sage lors du rendez-vous de l'eau le 22 Mars 2011 à Aja...Presentation demarche sage lors du rendez-vous de l'eau le 22 Mars 2011 à Aja...
Presentation demarche sage lors du rendez-vous de l'eau le 22 Mars 2011 à Aja...Communauté D'agglomération Pays Ajaccien
 
6 cas d'usage IoT pour réconcilier performance et environnement
6 cas d'usage IoT  pour réconcilier performance et environnement6 cas d'usage IoT  pour réconcilier performance et environnement
6 cas d'usage IoT pour réconcilier performance et environnementFrancois Hamon
 
Le retour des frayères sur la Seine et autres solutions pour améliorer la qua...
Le retour des frayères sur la Seine et autres solutions pour améliorer la qua...Le retour des frayères sur la Seine et autres solutions pour améliorer la qua...
Le retour des frayères sur la Seine et autres solutions pour améliorer la qua...Seine en Partage
 
Présentation projet BIOVALSAN aux 16e Assises de l'Energie, Bordeaux 28-01-2015
Présentation projet BIOVALSAN aux 16e Assises de l'Energie, Bordeaux 28-01-2015Présentation projet BIOVALSAN aux 16e Assises de l'Energie, Bordeaux 28-01-2015
Présentation projet BIOVALSAN aux 16e Assises de l'Energie, Bordeaux 28-01-2015Olaf LUTHER
 

Similaire à Utilisation durable de l’eau dans l’industrie agro-alimentaire - 3 octobre 2023 (20)

Suivi Eau BV Dordogne - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Dordogne - 2012 à 2016 - ARB NASuivi Eau BV Dordogne - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Dordogne - 2012 à 2016 - ARB NA
 
Guide méthodo CTMA
Guide méthodo CTMAGuide méthodo CTMA
Guide méthodo CTMA
 
SDAGE et SAGE : réglementation concerté moteur d'amélioration de la qualité d...
SDAGE et SAGE : réglementation concerté moteur d'amélioration de la qualité d...SDAGE et SAGE : réglementation concerté moteur d'amélioration de la qualité d...
SDAGE et SAGE : réglementation concerté moteur d'amélioration de la qualité d...
 
SCoT_Lorient_Prise en compte_eau
SCoT_Lorient_Prise en compte_eauSCoT_Lorient_Prise en compte_eau
SCoT_Lorient_Prise en compte_eau
 
Suivi Eau BV Dordogne - 2012 à 2014 - ARB NA
Suivi Eau BV Dordogne  - 2012 à 2014 - ARB NASuivi Eau BV Dordogne  - 2012 à 2014 - ARB NA
Suivi Eau BV Dordogne - 2012 à 2014 - ARB NA
 
Lmaman les ouvrages_grenell
Lmaman les ouvrages_grenellLmaman les ouvrages_grenell
Lmaman les ouvrages_grenell
 
Ahmed Gaaloul Ppt
Ahmed Gaaloul PptAhmed Gaaloul Ppt
Ahmed Gaaloul Ppt
 
Déssalement au Maroc_Mounia Sassi_2023.pdf
Déssalement au Maroc_Mounia Sassi_2023.pdfDéssalement au Maroc_Mounia Sassi_2023.pdf
Déssalement au Maroc_Mounia Sassi_2023.pdf
 
La question de l'hydroéléctricité, quelle conciliation avec les autres usages?
La question de l'hydroéléctricité, quelle conciliation avec les autres usages?La question de l'hydroéléctricité, quelle conciliation avec les autres usages?
La question de l'hydroéléctricité, quelle conciliation avec les autres usages?
 
Présentation des activités réalisées par le Ministère de l’Environnement « LE...
Présentation des activités réalisées par le Ministère de l’Environnement « LE...Présentation des activités réalisées par le Ministère de l’Environnement « LE...
Présentation des activités réalisées par le Ministère de l’Environnement « LE...
 
Gestion de proximité des eaux pluviales et végétales - La politique incitativ...
Gestion de proximité des eaux pluviales et végétales - La politique incitativ...Gestion de proximité des eaux pluviales et végétales - La politique incitativ...
Gestion de proximité des eaux pluviales et végétales - La politique incitativ...
 
003 NCWRM 2011 Zouggar_Morocco
003 NCWRM 2011 Zouggar_Morocco003 NCWRM 2011 Zouggar_Morocco
003 NCWRM 2011 Zouggar_Morocco
 
Suivi Eau BV Indre - 2012 à 2014 - ARB NA
Suivi Eau BV Indre  - 2012 à 2014 - ARB NASuivi Eau BV Indre  - 2012 à 2014 - ARB NA
Suivi Eau BV Indre - 2012 à 2014 - ARB NA
 
Adduction eau formation ufae
Adduction eau formation ufaeAdduction eau formation ufae
Adduction eau formation ufae
 
Cdelhaye retour experience_perros-guirec
Cdelhaye retour experience_perros-guirecCdelhaye retour experience_perros-guirec
Cdelhaye retour experience_perros-guirec
 
Région martinique stratégie régionale de l'eau
Région martinique   stratégie régionale de l'eauRégion martinique   stratégie régionale de l'eau
Région martinique stratégie régionale de l'eau
 
Presentation demarche sage lors du rendez-vous de l'eau le 22 Mars 2011 à Aja...
Presentation demarche sage lors du rendez-vous de l'eau le 22 Mars 2011 à Aja...Presentation demarche sage lors du rendez-vous de l'eau le 22 Mars 2011 à Aja...
Presentation demarche sage lors du rendez-vous de l'eau le 22 Mars 2011 à Aja...
 
6 cas d'usage IoT pour réconcilier performance et environnement
6 cas d'usage IoT  pour réconcilier performance et environnement6 cas d'usage IoT  pour réconcilier performance et environnement
6 cas d'usage IoT pour réconcilier performance et environnement
 
Le retour des frayères sur la Seine et autres solutions pour améliorer la qua...
Le retour des frayères sur la Seine et autres solutions pour améliorer la qua...Le retour des frayères sur la Seine et autres solutions pour améliorer la qua...
Le retour des frayères sur la Seine et autres solutions pour améliorer la qua...
 
Présentation projet BIOVALSAN aux 16e Assises de l'Energie, Bordeaux 28-01-2015
Présentation projet BIOVALSAN aux 16e Assises de l'Energie, Bordeaux 28-01-2015Présentation projet BIOVALSAN aux 16e Assises de l'Energie, Bordeaux 28-01-2015
Présentation projet BIOVALSAN aux 16e Assises de l'Energie, Bordeaux 28-01-2015
 

Utilisation durable de l’eau dans l’industrie agro-alimentaire - 3 octobre 2023

  • 2. Programme – Partie 1 • Introduction - Point de vue du secteur alimentaire, Fevia Wallonie, Ann Nachtergaele • Contexte législatif environnemental – Points en évolution pour l’utilisation de l’eau dans une entreprise alimentaire, SPW Arne, Guillaume Piazzalunga • Contexte législatif – La sécurité alimentaire comme prérequis, Eurofins Euraceta, Jean- Luc Fourré • Circularité dans la gestion de l’eau, Cluster H2O, Franciane Wertz Programme – Partie 2 • Traitement innovant des eaux industrielles et production d'énergie, Anatis, Raphaël Anciaux & Eloy, Sandrine Pierret • Study Case : recyclage de l’eau, John Cockerill, David Costantini • La digitalisation au service de la gestion de la consommation d’eau, Brasserie Lefebvre, Gilles Guezou • Mise en place d’un management durable de l’eau : AWS - Alliance for Water Stewardship, Chaudfontaine, Dominique Paquet • L'innovation au service de l'entreprise, Wagralim, Cécile Fontaine • Outils pour des projets de réutilisation de l’eau,Fevia Wallonie, Liesje De Schamphelaire
  • 23. Service public de Wallonie Politique de l’eau Points en évolution pour l’utilisation de l’eau dans une entreprise alimentaire SPW ARNE Département de l’Environnement et de l’Eau 03 octobre 2023
  • 24. Points en évolution pour l’utilisation de l’eau dans une entreprise alimentaire Points abordés 1. Les captages en eaux souterraines 2. La Stratégie Intégrale Sécheresse 3. La priorisation des usages de l’eau 4. La taxe 5. Les émissions industrielles 6. Les mesures des PGDH3 2
  • 25. Service public de Wallonie SPW ARNE Département de l’Environnement et de l’Eau 03 octobre 2023 1. Les captages en eaux souterraines
  • 26. 1. Captages en eaux souterraines Prélèvements en eaux souterraines Les prélèvements totaux en eaux par le secteur agroalimentaire ont été, en moyenne, de 26,6 x 106 m³ par an sur la période 2010 – 2020 La majeure partie étant représentée par les prélèvements en eaux souterraines 4
  • 27. 1. Captages en eaux souterraines Evolution du cadre législatif Aucune évolution prévue du cadre législatif pour les captages en eaux souterraines pour le moment Décret priorisation en cours d’élaboration Forages et prises en eaux souterraines par les industries agro-alimentaires Soumises aux mêmes conditions que pour les forages pour prise d’eau (Code de l’Eau – et législation permis d’environnement) Pour les forages pour prise d’eau, le permis d’environnement est toujours de classe 2, pour les prises d’eau, Pour les prises d’eau, classe 2 ou classe 3 (classe 3 si < 10 m³/j et 3.000 m³/an en fonction des débits) Au-delà de 10.000 m³ par an, imposition d’essai de pompage pour les nouvelles demandes. L’autorisation est fonction niveau du débit critique (niveau pour lequel il y a une diminution continue du niveau) Le permis d’environnement prévoit un débit maximum de prélèvement en fonction de la demande et de la nappe Les contrôles qualitatifs sont réalisés par l’Afsca. 5
  • 28. Service public de Wallonie SPW ARNE Département de l’Environnement et de l’Eau 03 octobre 2023 2. La Stratégie Intégrale Sécheresse
  • 29. 2. Stratégie Intégrale Sécheresse Stratégie Intégrale Sécheresse Stratégie Intégrale Sécheresse = Dispositif Sécheresse (SPW ARNE) + SRRE 2.0 (SWDE et SPW ARNE) 7 Dispositif sécheresse GT ARNE transversal Sécheresse (tous départements) 6 axes : 1. Gouvernance 2. Amélioration des connaissances 3. Adoption de principes clés 4. Garantie de l’accès à l’eau : bien-être / santé 5. Gestion de crises 6. Communication/sensibilisation/vulgarisation
  • 30. 2. Stratégie Intégrale Sécheresse 8 Régionale (cohérence sur la Wallonie) Interrégionale / internationale (gestion « localisée » par des Accords) 1. Gouvernance 3. Adoption de principes clés ✓ Retenir l’eau par tous les moyens ✓ Réduire les prélèvements/consommations ✓ Diversifier les sources d’approvisionnement ✓ Assurer la résilience des milieux aquatiques
  • 31. 2. Stratégie Intégrale Sécheresse Schéma Régional de Ressources en Eau 10 GTs : 1. Usage agricole 2. Demande en eau pour usage industriel 3. Demande en eau pour développement territorial 4. Performance des infrastructures publiques d’eau potable 5. Evolution de la disponibilité des ressources en eau 6. Identification de nouvelles ressources 7. Adaptation des infrastructures d’eau potable 8. Régulation et protection des prises d’eau 9. Priorisation des usages de l’eau 10. Accords de coopération transrégionaux et internationaux en cas de stress hydrique 9
  • 32. Service public de Wallonie SPW ARNE Département de l’Environnement et de l’Eau 03 octobre 2023 3. La priorisation des usages de l’eau
  • 33. 3. Priorisation des usages de l’eau Décret priorisation Un décret est en processus d’adoption par le GW et se situe dans la phase de sollicitation d’avis entre la première et la seconde lecture (sollicitation d’avis auprès du Pôle environnement) ✓ Réduire les risques de pénuries ✓ Sécuriser les approvisionnements prioritaires et essentiels ✓ Protéger l’environnement de dommages irréversibles 11
  • 34. 3. Priorisation des usages de l’eau Axes Proposition s’articulant autour de trois axes : 1. Définir les priorités en matière de besoins en eau à satisfaire 2. Transférer au GW la compétence du distributeur d’eau de mettre en place des mesures de restriction 3. Etablir un cadre général permettant d’imposer des mesures de restriction des usages de l’eau 12
  • 35. 3. Priorisation des usages de l’eau Axe 1 : cadre de priorisation Idée de base : l’intérêt général prime sur tous les intérêts particuliers En pénurie d’eau (crise) ou de pénurie d’eau imminente (alerte), priorisation des besoins en eau en 3 groupes : 1. Besoins prioritaires et essentiels (qui doivent pouvoir être maintenus quel que soit le niveau de crise) 2. Besoins importants ou relevant d’une activité à haute valeur ajoutée socio-économique 3. Besoins non prioritaires mais pouvant impacter la vie économique Les industries agro-alimentaire se situent dans le second groupe 13
  • 36. 3. Priorisation des usages de l’eau Axe 3 : cadre général d’imposition des mesures de restriction ✓ Etablissement de zones d’alerte ✓ Définition des phases et seuils de sévérité • Normale • Seuil alerte : Alerte • Seuil crise : Crise ✓ Etablissement d’une liste de mesures de restriction des usages de l’eau en cas de dépassement des seuils 14
  • 37. 3. Priorisation des usages de l’eau Décret priorisation Les arrêtés d’exécution du décret sont en cours de conception et viseront, dans un premier temps, les usages domestiques de l’eau de distribution. Le passage au GW n’est pas encore planifié Les restrictions d’usage de l’eau pour le secteur industriel passeront (comme c’est déjà le cas) par les permis pour tenir compte des spécificités des entreprises 15
  • 38. Service public de Wallonie SPW ARNE Département de l’Environnement et de l’Eau 03 octobre 2023 4. La taxe
  • 39. 4. La taxe Taxe Mise en œuvre de la politique de récupération des coûts des services liés à l’utilisation de l’eau visant la réalisation des objectifs de la directive 2000/60/CE (Art.9) Aucun changement prévu à court terme Montant de la taxe indexé pour 2023 Contrat Assainissement Industriel 17 Les entreprises ne sont plus soumises à taxation si : • Déversant en égout connecté à une STEP • Contrat avec la SPGE et l’OAA Taxe ➔ Coût Vérité à l’assainissement industriel
  • 40. Service public de Wallonie SPW ARNE Département de l’Environnement et de l’Eau 03 octobre 2023 5. Les émissions industrielles
  • 41. 5. Emissions industrielles CMTD Le 4/12/2019 : publication des Conclusions sur les meilleures techniques disponibles dans les industries agroalimentaire et laitière (CMTD FDM) Le 13/2/2020 : réunion d’information entre la FEVIA, les entreprises du secteur, le DPA et la DPP (cellule IPPC) afin de présenter le contenu de ces Conclusions et d’expliquer la procédure de réexamen et d’actualisation des permis des entreprises suite à la publication de celles-ci 19
  • 42. 5. Emissions industrielles CMTD Dans ces Conclusions, il y a plusieurs MTD visant à réduire les consommations d’eau et les émissions d’eau usée : • Accent mis sur le recyclage et la réutilisation de l’eau (MTD7) • Minimisation de l’utilisation de substances dangereuses (MTD 8) • Stockage tampon à prévoir pour éviter émissions non maîtrisées (MTD11) • Traitement des eaux usées industrielles (MTD 12) Présence de niveaux d’émission associés à la MTD pour les rejets directs dans une masse d’eau réceptrice (NEA-MTD) Les VLE ne peuvent excéder ces NEA-MTD qui sont contraignants, hormis demande de dérogation dans des situations bien précises 20
  • 43. Service public de Wallonie SPW ARNE Département de l’Environnement et de l’Eau 03 octobre 2023 6. Les mesures au sein des PGDH3
  • 44. 6. Mesures au sein des PGDH3 PGDH3 Les PGDH3 découlent de la mise en œuvre de la Directive-cadre sur l’Eau établissant un cadre légal pour la gestion des eaux dans l’ensemble de l’Europe Ces Plans de gestion visent à protéger, améliorer et restaurer les masses d’eau de surface, les masses d’eau souterraines et les zones protégées La troisième version de ces plans a été adoptée par le GW ce 13 juillet 2023 22
  • 45. 6. Mesures au sein des PGDH3 Programme de mesures Les PGDH3 proposent un programme de 37 mesures visant à réduire les pressions s’exerçant sur les masses d’eau de surface et souterraines permettant l’atteinte des objectifs environnementaux pour un nombre des masses d’eau croissant Sept mesures sont identifiées comme ayant un impact potentiel sur les industries agro-alimentaire 1. Mesure 9 : Revalorisation de la taxe 2. Mesure 17 : Révision des PE 3. Mesure 18 : Renforcement des contrôles 4. Mesure 19.1 : Réduction des micropolluants d’origine ponctuelle 5. Mesure 19.2 : Réduction des micropolluants d’origine diffuse 6. Mesure 20 : Révision/création de conditions sectorielles 7. Mesure 22 : Cohérence des politiques d’aménagement du territoire et de la gestion de l’eau 23
  • 46. Service public de Wallonie Merci pour votre attention ! SPW ARNE Département de l’Environnement et de l’Eau Département de l’Environnement et de l’Eau +3281/33.50.88 Guillaume.piazzalunga@spw.wallonie.be 03 octobre 2023
  • 47. Transposition(s) de la DIRECTIVE (UE) 2020/2184 (Refonte de la DIRECTIVE 98/83/CE relative à la qualité des eaux destinées à la consommation humaine) EAU & SÉCURITÉ ALIMENTAIRE (Les EAUX minérales naturelles et les EAUX de source dont celles avec la mention « convient pour la préparation des aliments des nourrissons » sont soumises à la DIRECTIVE 2009/54/CE (Refonte)  AR du 8/02/1999 + AR du 15/12/2003 + AR du 2/04/2021 + ERRATUM publié le 17/06/2021)
  • 48. Une PME wallonne intégrée dans un GROUPE INTERNATIONAL
  • 49. PLAN DE LA PRÉSENTATION Le CONTEXTE réglementaire belge concernant les EAUX potables Les types d’EAU et les DANGERS Le cheminement de l’EAU L’EAU de distribution traitée par l’opérateur L’EAU produite par l’opérateur Le cas du CHLORATE Nouveautés de la DIRECTIVE 2020/2184 (et de ses transpositions)
  • 50. Les 5 AUTORITÉS compétentes SPF Santé & AFSCA Région wallonne Région de Bruxelles- Capitale Région flamande
  • 51. TYPES D’EAU & DANGERS • CONTAMINANTS & MATÉRIAUX DE CONTACTS DANGERS BIOLOGIQUES & CHIMIQUES (PLOMB, CHLORURE DE VINYLE, AMIANTE, PHTALATES dont DEHP) • TRAITEMENTS DE L’EAU CHLORATE / CHLORITE / PERCHLORATE / BROMATE / IODATE / ACRYLAMIDE / EPICHLORHYDRINE /ARGENT /ALUMINIUM • RECYCLAGE PCBs & DIOXINES / PRIONS / MÉTAUX / PFAS Eau propre Eau potable Eau usée
  • 52. CHEMINEMENT DE L’EAU & DANGERS ASSOCIÉS Le Captage (EAU brute) • Caractère agressif / incrustant • Eventuels contaminants chimiques & microbiologiques La Production (EAU distribuée) • Eventuels traitements du producteur • Matériaux de contact Après le Compteur d’EAU • Eventuels traitements de l’opérateur • Matériaux de contact
  • 53. PARAMÈTRES à analyser selon les TRAITEMENTS appliqués à l’EAU DE DISTRIBUTION Circulaire de l‘AFSCA relative au contrôle de la qualité des eaux dans le secteur des denrées alimentaires (cf. Référence PCCB/S3/1140519 - date: 06/05/2020)
  • 54. • (1) : LES ANALYSES DES MÉTAUX NE SONT PAS NÉCESSAIRES DANS LE CAS DE CONDUITES EN ACIER INOXYDABLE OU EN POLYÉTHYLÈNE HAUTE DENSITÉ. ANALYSER LES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES SUSCEPTIBLES DE SE RETROUVER DANS L’EAU EN FONCTION DE LA COMPOSITION DU RÉSEAU DES CONDUITES. • (2) : LES PARAMÈTRES À ANALYSER SONT CEUX ÉVENTUELLEMENT MENTIONNÉS DANS LE MODE D’EMPLOI. EN L’ABSENCE DE SPÉCIFICATIONS DANS LE MODE D’EMPLOI DU BIOCIDE, UNE ANALYSE DES DANGERS EST NÉCESSAIRE POUR DÉTERMINER D’ÉVENTUELS PARAMÈTRES À ANALYSER. • (3) : L’ANALYSE DU CHLORE LIBRE RÉSIDUEL EST NÉCESSAIRE LORS D’UNE DÉSINFECTION À L'HYPOCHLORITE DE SODIUM. • (4) : LES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES À ANALYSER SONT CEUX CONTENUS DANS LE CHARBON ACTIF ET QUI SONT SUSCEPTIBLES D’ÊTRE LIBÉRÉS PAR CELUI-CI. • (5) : SEULEMENT SI LE CHARBON ACTIF CONTIENT CE MÉTAL ARGENT. • (6) : L’AR PRÉVOIT L’ANALYSE DE PSEUDOMONAS AERUGINOSA POUR LES EAUX EN BOUTEILLE MISES DANS LES COMMERCES. MAIS POUR LES EAUX DE DISTRIBUTION TRAITÉES IL S’AGIT D’UNE LIMITE D’ACTION SUITE À UN AVIS DU COMITÉ SCIENTIFIQUE (AVIS 46-2006). • (..) : DANS LE CAS DE L’EAU DE DISTRIBUTION TRAITÉE, LES PARAMÈTRES À ANALYSER NE SONT PAS SÉPARÉS EN GROUPE A OU EN GROUPE B : TOUS LES PARAMÈTRES CORRESPONDANT AU TRAITEMENT DOIVENT TOUJOURS ÊTRE ANALYSÉS. • (..) : FRÉQUENCE DE CONTRÔLE ANNUELLE MINIMALE : SI VOLUME UTILISÉ ≤ 100 M3/JOUR = 1 FOIS, SI VOLUME UTILISÉ > 100 & ≤ 1.000 M3/JOUR = 4 FOIS -> SI VOLUME UTILISÉ > 1.000 M3/JOUR = 4 + 3 PAR TRANCHE ENTAMÉE DE 1 000 M3 PARAMÈTRES à analyser selon les TRAITEMENTS appliqués à l’EAU DE DISTRIBUTION Circulaire de l‘AFSCA relative au contrôle de la qualité des eaux dans le secteur des denrées alimentaires (cf. Référence PCCB/S3/1140519 - date: 06/05/2020)
  • 55. PARAMÈTRES (MICRO)BIOLOGIQUES à analyser sur une EAU produite par l’opérateur (cf. puits, pluie & Co) Transposition de la DIRECTIVE 98/83/CE Arrêté royal du 12 juin 2017 modifiant l‘Arrêté royal du 14 janvier 2002 groupes A & B Microorganismes et parasites pathogènes : Absence (cf. Analyse des DANGERS) - Bactéries (Salmonella spp, Shigella spp, spores de Bacillus, Escherichia coli VTEC, etc…) - Protozoaires (Guardia, Cryptosporidium, etc…) - Virus (Coliphages somatiques, Rotavirus, Entérovirus, Coronavirus SARS-CoV-2, etc…) - Helminthes (œufs de Tenia, etc…)
  • 56. PARAMÈTRES CHIMIQUES à analyser sur une EAU produite par l’opérateur (cf. puits, pluie & Co) Arrêté royal du 12 juin 2017 modifiant l‘Arrêté royal du 14 janvier 2002 groupes A & B
  • 57. PARAMÈTRES CHIMIQUES à analyser sur une EAU produite par l’opérateur (cf. puits, pluie & Co) Arrêté royal du 12 juin 2017 modifiant l‘Arrêté royal du 14 janvier 2002 groupes A & B
  • 58. SUBSTANCES RADIOACTIVES à analyser sur une EAU produite par l’opérateur (cf. puits, pluie & Co) DIRECTIVE 2013/51/EURATOM du Conseil
  • 59. CHLORATE Pesticide inorganique interdit, Perturbateur endocrinien, Contaminant persistant & Résidu de chloration DENRÉES alimentaires La Limite Maximale en Résidus (LMR) de 10 µg/kg qui est applicable par défaut à tout pesticide interdit (cf. RÈGLEMENT (CE) No 396/2005) reste d’actualité : (1) pour les denrées alimentaires destinées aux nourrissons (cf. ACTION PLAN maintaining the MRLs of chlorate for foods intended to infants and young children at 0,01 mg/kg) (2) pour les produits non listés dans le RÈGLEMENT (UE) 2020/749 (…). EAUX alimentaires La DIRECTIVE (UE) 2020/2184 (REFONTE) mentionne une valeur paramétrique de 250 µg/litre pour les EAUX destinées à la consommation humaine. « Une valeur paramétrique de 700 µg/litre est appliquée lorsqu’une méthode de désinfection qui génère des chlorates, en particulier le dioxyde de chlore, est utilisée pour la désinfection d’eaux destinées à la consommation humaine. Si possible, sans compromettre la désinfection, les États membres s’efforcent d’atteindre une valeur inférieure. Ce paramètre n’est mesuré que dans les cas où de telles méthodes de désinfection sont utilisées. » - P. W. M. H. Smeets et al. (2009) The Dutch secret: how to provide safe drinking water without chlorine in the Netherlands - Drink. Water Eng. Sci., 2, 1–14 - Mari Asami et al. (2013) Contribution of tap water to chlorate and perchlorate intake: A market basket study - Science of The Total Environment – Volumes 463–464, Pages 199-208 - Beate Kettlitz et al. (2016) Why chlorate occurs in potable water and processed foods: a critical assessment and challenges faced by the food industry - Food Additives & Contaminants: Part A – Volume 33 - Issue 6 - Pages 968-982 - Elena Hakme et al. (2022) Chlorate and perchlorate residues in food products on the Danish market - Food Additives & Contaminants: Part A, Volume 39 - Issue 3 - Pages 551-559
  • 60. « Pour tenir compte de la situation spécifique des résidus de chlorate, dans les denrées alimentaires transformées [y compris aux fins du présent règlement les denrées alimentaires qui ont été obtenues en utilisant des processus énumérés à l’article 2, paragraphe 1, point n), du règlement (CE) no 852/2004] qui ont été en contact avec des produits contenant des résidus de chlorate, ou qui contiennent des ingrédients contenant ce type de résidus, comme des auxiliaires technologiques ou de l’eau potable, utilisés conformément aux exigences légales applicables, il convient de tenir compte de la présence de ces apports additionnels en résidus de chlorate lors de la détermination de la teneur autorisée en résidus de chlorate dans ou sur certains produits alimentaires transformés conformément à l’article 20, paragraphe 1, dudit règlement. C’est à l’exploitant du secteur alimentaire et à l’exploitant du secteur de l’alimentation animale de prouver le niveau de ces apports additionnels. » ___________________________ https://food.ec.europa.eu/plants/pesticides/maximum-residue-levels/chlorate_en _____________________________ “Chlorate in food was discovered in 2014 by an official control laboratory by coincidence. In 2015, EFSA found that levels of chlorate in drinking water and in foods were too high and could result in potential serious health effects (impaired functioning of the thyroid due to inhibition of iodine uptake), especially among infants and children. Chlorate originates from chlorine disinfectants widely and legally used in water treatment and in food processing with drinking water being by far the main contributor. Chlorate is no longer approved as a pesticide in the EU and so, according to the EU legislation on MRLs (Regulation (EC) 396/2005), the default maximum residue level (MRL) of 0.01 mg/kg was applicable for all food products. Therefore, the Heads of National Food Safety Agencies agreed on the following action plan on 23 May 2017, for which all actions have been finalised : (1) Setting a chlorate maximum level in drinking water, (2) Recommending good food hygiene practices in order to reduce chlorate originating from chlorinated disinfectants (3) Maintaining the MRLs for foods intended for infants and young children at 0.01 mg/kg (4) Setting MRLs for chlorate in regular food at levels based on occurrence data gathered in all Member States (Commission Regulation (EU) 2020/749 of 4 June 2020)” CHLORATE RÈGLEMENT (UE) 2020/749 DE LA COMMISSION modifiant l’annexe III du RÈGLEMENT (CE) NO 396/2005 du Parlement européen et du Conseil en ce qui concerne les limites maximales applicables aux résidus de chlorate présents dans ou sur certains produits
  • 61. • BISPHÉNOL A  2,5 μg/litre (…) • ACIDES HALOACÉTIQUES (AHA)(5)  60 μg/litre (…) • URANIUM  30 μg/litre (…) • PFAS (20)(SOMME dont PFHxS, PFNA, PFOA & PFOS )  0,1 μg/litre /// PFAS (TOTAL) (…) /// (Denrées  RÈGLEMENT (UE) 2022/2388) • CHLORATE & CHLORITE  250 & 700 μg/litre (…) • MICROCYSTINE-LR  1 μg/litre (si efflorescences potentielles de cyanobactéries…) • LEGIONELLA  1000 cfu/litre (Paramètre pertinent aux fins de l’évaluation des risques liés aux installations privées de distribution. L’OMS relève que, dans l’union, de tous les agents pathogènes présents dans l’eau, ce sont les bactéries Legionella qui représentent la charge la plus lourde sur le plan sanitaire. elles se transmettent via les réseaux d’eau chaude, par inhalation, par exemple durant la douche) • PLOMB (critère plus strict)  5 μg/litre (au plus tard le 12 janvier 2036…) • CHROME (critère plus strict)  25 μg/litre (au plus tard le 12 janvier 2036…) NOUVEAUTÉS de la DIRECTIVE (UE) 2020/2184 (REFONTE) 13 janvier 2023 (conseillé) - 12 janvier 2026 (obligatoire)
  • 62. • PFHxS + PFNA + PFOA + PFOS (SOMME)  4 nanogrammes/litre (…) /// (Denrées  RÈGLEMENT (UE) 2022/2388) • PERCHLORATE  15 μg/litre (…) /// (Denrées  RÈGLEMENT (UE) 2020/685) /// (AGW du 1er JUIN 2023) • AMIANTE  1000 fibres/millilitre (…) /// (AGW du 1er JUIN 2023, publié au MONITEUR BELGE le 13 SEPTEMBRE 2023) • NONYLPHÉNOL  300 nanogrammes/litre (…) /// (AGW du 1er JUIN 2023) • 17-BETA-ESTRADIOL  1 nanogramme/litre (…) /// (AGW du 1er JUIN 2023) • Métabolites de PESTICIDES (non) pertinents  4,5 μg/litre (…) /// (AGW du 1er JUIN 2023) NOUVEAUTÉS POTENTIELLES Dans le cadre de la transposition de la DIRECTIVE (UE) 2020/2184 (REFONTE)
  • 63. NOUVEAUTÉS POTENTIELLES Dans le cadre de la transposition de la DIRECTIVE (UE) 2020/2184 (REFONTE) Les métabolites (non) pertinents de pesticides - 2.6-dichlorobenzamide (BAM) - Chloridazon(e) desphenyl (MET-B) - Chloridazon(e) methyl-desphenyl - Chlorothalonil R417888 (ou M12 ou ESA ou VIS-01) - Chlorothalonil R471811 (ou M4 ou SYN548766) - Metazachlore ESA - Metolachlore ESA - Flufénacet ESA (Source : Journal Le Monde du 5 avril 2023) (Source : Journal La Libre du 15 juillet 2023) (cf. Anses (2023). Campagne nationale de mesure de l’occurrence de composés émergents dans les eaux destinées à la consommation humaine : Métabolites de pesticides – Résidus d’explosifs – 1,4-dioxane. Maisons-Alfort : Anses, 85 p.)
  • 64. FRANCE - Tableau repris sur le site de l'Anses (France) « Consulter le tableau relatif aux métabolites (Excel) pertinents pour les EDCH (date de mise à jour : 20 octobre 2022). Avertissement au lecteur : Seuls les avis relatifs au classement de la pertinence pour les EDCH dont les liens sont référencés font foi. » LUXEMBOURG - Circulaire n° 2023-093 du Gouvernement luxembourgeois (cf. Ministère de l'Intérieur) & avis de la Direction de la Santé, référence SSE-AVIS-EDCH-001 du 19 mai 2023 : « Avis relatif à l’évaluation de la pertinence des métabolites de pesticides détectés dans les eaux destinées à la consommation humaine »
  • 65. CONCLUSION • Responsabilité des RÉGIONS EAU DE DISTRIBUTION • Circulaire de l’AFSCA EAU DE DISTRIBUTION Traitée par l’opérateur • Analyse des DANGERS EAU PRODUITE PAR L’OPÉRATEUR
  • 66. DES QUESTIONS ? Choix des paramètres en fonction du contexte, flacon(s) à utiliser, modalité(s) de prélèvement, interprétation(s) & Co Dr Ir Jean-Luc FOURRÉ JL.FOURRE@EURACETA.BE 0475/961012
  • 67. Circularité dans la gestion de l’eau 03/10/2023
  • 69. Cluster H2O, kesako ? 3 Open Data • Cluster Tweed • Cluster H2O • 30 mai 2023 Cluster H2O • Mars 2022 : Lancement officiel du Cluster H2O • Membres : administrations, entreprises, acteurs de la recherche et de la formation
  • 70. Des objectifs 4 Open Data • Cluster Tweed • Cluster H2O • 30 mai 2023 Cluster H2O
  • 71. Thèmes principaux du Cluster H2O 5 Open Data • Cluster Tweed • Cluster H2O • 30 mai 2023 Cluster H2O • (Waste) water treatment • Circular water management • Water & Climate change • Water-Energy nexus • Smart water management
  • 74. Economie circulaire 8 Eau et circularité « Système de production, d’échange et de consommation visant à optimiser l’utilisation des ressources à toutes les étapes du cycle de vie d’un bien ou d’un service, dans une logique circulaire, tout en réduisant l’empreinte environnementale et en contribuant au bien-être des individus et des collectivités » source : Pôle québécois de concertation sur l’économie circulaire
  • 75. Circular Wallonia 9 Open Data • Cluster Tweed • Cluster H2O • 30 mai 2023 2021-2024 https://economiecirculaire.wallonie.be Eau et circularité
  • 76. Utilisation + Empreinte hydrique des produits /services /entreprises Choix de la source d’eau Infiltration et recharge des nappes Valorisation énergétique Valorisation des matières Réutilisation et recyclage de l’eau Réduction des consommations d’eau Limitation des pertes en eau Ressources et déchets Production d’eau 10 Eau et Circularité 10 Réduction des consommations d’énergie + énergies renouvelables Eau et circularité
  • 77. • M31 : ReUse • M32 : Récupérer les ressources présentes dans les eaux usées • M33 : Recharger les nappes d’eau souterraines • M34 : Réseau de savoir du secteur de l’eau • M35 : Développer des « zonings verts » • M36 : SMART water dans les bâtiments • M37 : Rechercher les fuites • M38 : Sensibiliser aux bons gestes • M39 : Voies hydrauliques – Préserver la ressource eau et diversifier ses usages Mesures prioritaires Circular Wallonia 11 Eau et circularité
  • 79. • Relais vers les experts et entreprises de l’eau • Cartographie des acteurs wallons de l’eau • Relais des challenges et besoins d’innovation vers l’Initiative d’Innovation Stratégique « Water In Action » • Actualités de la circularité de l’eau : Newsletter Circular Water Wallonia Support du Cluster H2O 13 Opportunités
  • 80. • Etat des lieux et étude des risques de l'utilisation des eaux résiduaires à des fins agricoles en Wallonie (CRA et Cebedeau) • Zonings verts - Etude de faisabilité visant à développer les zonings verts en Région Wallonne à proximité de stations d’épuration (SPGE et CRA) • Mise en place d'une méthodologie pour des audits "Eau et circularité" en industrie (Cebedeau) • Mise en place d'une méthodologie simplifiée et guide de calcul de l'empreinte hydrique des entreprises et/ou de produits (Cebedeau) • Circularité de l'eau dans une ZAE en zone urbaine ou périurbaine (Cebedeau) • Récupération de l’azote et du phosphore dans les eaux usées (SPGE) Etudes et outils 14 Opportunités
  • 81. Contact Cluster H2O Franciane Wertz Coordination Circular Water Wallonia fwertz@clusterH2O.be
  • 82. Traitement innovant des eaux industrielles et production d'énergie Mr Raphael Anciaux Business developer Mr Pol Pirotte Business developer Mr Artemio Cao Ingénieur d’études
  • 83. L’association de deux savoir-faire Une solution proposée par … • De la biométhanisation des effluents agricoles à un traitement innovant des eaux de l’industrie agro-alimentaires • Une idée concrétisée par un brevet et des résultats probants (Abbaye d'Orval) • Une industrialisation par un outil à la pointe de la technologie • Une combinaison de deux technologies complémentaires • Une équipe pluridisciplinaire
  • 84. Contexte Une solution proposée par … • Normes de rejets contraignantes • Difficulté de traitement des charges composites (lacto-sérum, levures, graisse…) • Empreinte carbone (taxe CO2) • Saturation des stations d’épuration • Traitements conventionnels = coûts constants -> limitation du développement des industries
  • 85. Une solution proposée par … • Abattement de minimum 80% de la charge organique (DCO) • Forte diminution des boues (MES) • Traitement des eaux simplifié et optimisé • Qualité des eaux traitées au-delà des normes imposées • Génération d’énergie verte renouvelable • Optimisation de votre performance énergétique globale • Réduction de votre empreinte carbone (CO2) • Production d’énergie thermique pour l'autonomie du process et l'industrie • Production d’énergie électrique pour le remplacement des énergies fossiles • Diminution de la consommation électrique des STEP Traitez intelligemment valorisez naturellement
  • 86. Comment ça fonctionne? Une solution proposée par … Combinaison d’un pré-traitement anaérobique et d’un traitement aérobique • Fluid-Anyole est une technologie est basée sur le principe de biométhanisation anaérobie à chicane (type ABR bi- phasique – deux étages métaboliques) • Procédé robuste qui permet de digéré des effluents composites (sérum, levures, trub, graisses...) • Réacteurs modulaires de petites et moyennes capacités, permettent un traitement efficace pour des charges journalières entre 250 à 2.500 kg de DCO. • Fluid-Anyole peut donc être installé seul ou en parfait complément d’une station d’épuration selon le besoin de l’industrie.
  • 87. Comment ça fonctionne? Une solution proposée par … Combinaison d’un pré-traitement anaérobique et d’un traitement aérobique En cas de non-raccordement au réseau d’égouttage, plusieurs technologies de traitement des eaux biologiques • Boues activées • SBR • MBR • Avec possibilité de traitement azote, carbone et phosphore + réutilisation de l’eau Solution 100% plug and play permettant des temps de chantiers réduits
  • 88. Un accompagnement complet Une solution proposée par …
  • 89. CASE STUDY Brasserie et fromagerie en région Wallonne Image du journal L’Echo
  • 90. Contexte • Brasserie de taille moyenne (30.000Hl/an) + fromagerie • 46 m³ d’eaux usées par jour – 420 kg de DCO • Lagune aérée à saturation • Nuisances pour le voisinage • Volonté de répondre au défi environnemental
  • 91. Solution technique ➢ Cuves de tamponnage et homogénéisation des effluents ➢ Cuve de neutralisation permettant de tamponner et régler le pH d’entrée ➢ 1 réacteur de méthanisation Fluid-Anyole de 60m³ ➢ Une poche de biogaz faisant office de stockage/tampon et permettant la désulfuration du biogaz ➢ Installation d’une unité de cogénération • Intégration d’un système Fluid-Anyole couplé à un MBR • diminution de 85% de la charge organique • Optimisation pour la station d’épuration
  • 92. Solution technique ➢ Un tampon aéré avec injection de soude et urée ➢ Des réacteurs biologiques en cuves C-90 ➢ Une membrane d’ultrafiltration ➢ Des silos de stockage de boues permettant des fréquences de vidanges espacées ➢ Une gestion automatisée via un tableau de commande connecté Installation d’un MBR eloy en cuves en béton préfabriquées.
  • 93. Solution technique Performances de la solution Qualité du rejet Gains financiers • Production d’électricité verte : +- 65.300 kWh/an et de chaleur : +- 17.800 kWh/an • Économie sur le système d’épuration existant de minimum 20.000€/an • Aide UDE de 27,5% sur l'investissement
  • 95. 03 octobre 2023 Case Study 30m³/h eau recyclée Utilisation durable de l’eau en alimentaire Fevia, Wagralim et Cluster H2O
  • 96. 1 INTERVENANT David Costantini John Cockerill Balteau Business dvlpt David.costantini@johncockerill.com +32 479 458464
  • 98. Répondre aux besoins de notre temps, c’est notre mission depuis notre création par John Cockerill il y a plus de deux siècles 1817 Ingénierie Services Gestion de projet Maintenance Mécanique Vapeur Métallurgie Energie Electrolyse Innovation Procédés Sidérurgie Electronique Balistique Inudstries Chimie
  • 100. Nos technologies poursuivent 6 objectifs globaux 5 Contribuer à une mobilité plus verte Faciliter l’accès aux énergies non fossiles Permettre une production industrielle responsable Améliorer la sécurité Préserver les ressources naturelles Développer des infrastructures essentielles
  • 101. Préserver les ressources naturelles Purifier l’eau Assainir l’air Recycler les terres rares
  • 102. > Bureaux : 1 600m² > Ateliers et stockage : 1 350m² > Située à Spimont John Cockerill Balteau – Quelques chiffres ▪︎ 7 € 32 millions Objectif PDC 2023 150 ETP € 39,6 millions PDC 2022
  • 103. ➢ Prise eau ➢ Pompage ➢ Traitement ➢ Ecluse ➢ Route ➢ Rail ➢ Aéroport ➢ Turbinage ➢ Pompage ➢ Bassin orage ➢ Prise eau ➢ STEP ➢ Traitement boues ➢ Biometh. ➢ Process water ➢ Waste water ➢ Reuse ➢ Biometh. ➢ Services associés John Cockerill Balteau – Activités
  • 105. D&B Solutions Technologies –R&D Services associés – WUT’s Offre – One stop shop approach
  • 106. Clefs en mains Reuse Process Water Waste Water Designed & built Solutions Greenfield Existing plant
  • 107. Services associés – WUT’s Maintenance préventive et curative Dépannage Exploitation Solutions mobiles Audit Pièces détachées et consommables Chimie de conditionnement Aquademy CLIENT
  • 108. Main dans la main avec la Fondation John Cockerill  Véhicule de l’engagement sociétal du Groupe John Cockerill pour les communautés à travers le monde  Pour « bâtir dès aujourd’hui le monde meilleur de demain » Depuis 2017 ▪ 500 demandes de soutien ▪ 80 projets soutenus ▪ 12 pays ▪ 2.500 collaborateurs impliqués ▪ 68.000 bénéficiaires directs ▪ 3 M€ dédiés aux projets
  • 110. « WATER REUSE » ou « REUT » Exemple d’économie circulaire par excellence, le water reuse est la réutilisation des eaux usées traitées, dans le respect de l’environnement. Les effluents sont collectés pour être soumis à des traitements spécifiques : matière en suspension, pollution et bactéries sont retirées. Les eaux usées sont ainsi recyclées et se substituent alors à l’usage d’eau potable pour certaines activités moins nobles comme l’irrigation agricole, le nettoyage, le lavage, l’appoint dans des systèmes de refroidissement ou de chauffe, la lutte contre les incendies, etc…
  • 111. Water reuse: une réalité ancienne 1872 • Paris: 5.000 ha irrigués (eau usée non traitée) • Melbourne, Londres, Boston 1973 • OMS: « Reuse of effluents: methods of wastewater treatment and Health safeguard » 1989 • OMS: “ Health Guidelines for the Use of Wastewater in Agriculture and Aquaculture” 1999 • FAO: « Agricultural reuse of treated waters and treatment requirements” 2012 • USEPA: Guidelines for Water Reuse
  • 112. Méthodologie globale • Identification des ressources disponibles, besoins et usages • Création d’un organe de gouvernance interne • Validation qualité/ risque, demande autorisations internes et externes • Recherches de subventions, aides, incitants et gains • Choix des infrastructures de traitement • Construction et exploitation des infrastructures
  • 113. Démarche de sélection du procédé SOURCE Quelle est la source d’eau disponible ? Quelles sont les caractéristiques de l’eau disponible ? USAGE Quel est l’usage souhaité ? Quelles sont les caractéristiques requises pour l’eau réutilisée ? DRIVERS Quels sont les risques associés à l’usage ? Quels sont les éléments de décision principaux (capex, opex, disponibilité…)
  • 114. Sources possibles Eau traitée en sortie de STEP (effluent clarifié) Eau de pluie / ruissellement Purge de déconcentration (circuit de refroidissement) Condensats (évaporateurs) …
  • 115. Usages possibles Alimentation chaudière Alimentation circuit de refroidissement Rinçage / nettoyage Dilution Réserve incendie Process Irrigation …
  • 116. Adapter le traitement à la source et à l’usage Objectifs principaux d’une filière de traitement : • Eliminer les matières en suspension (filtration, membrane, décantation, …) • Eliminer les matières organiques dissoutes (membrane, oxydation, …) • Réduire la conductivité (membrane, résine, …) • Augmenter la conductivité (filtre à calcite, réactif chimique, …) • Désinfecter (UV, oxydation, chloration, …) • Autre (chauffer/refroidir, modifier le pH, …)
  • 118. Gamme standardisée: Ultrafiltration Osmose inverse Engineering maitrisé Délai de livraison optimisé Equipement plug&play FAT en usine de montage Tarif maitrisé Large gamme de 4 à 150m3/h Options disponibles Performances optimisées Standards industriels élevés Modulaire et compact
  • 119. David Costantini John Cockerill Business Dvlpt Business case UF/RO – 30m3/h net
  • 120. Contexte Industriel - anonymat Contrat optimisation globale du traitement Dans le cadre d’un renouvellement de permis
  • 121. • Nettoyage • Eau de premier rinçage • Diverses applications mineures Utilisation de l’eau traitée
  • 122. Motivations client • Réduction de son empreinte (Enjeux externes et internes) • Diminution du volume eau prélevé en alimentation usine – gain en autonomie • Respect permis sans endiguer la production – diminution du volume de rejet en surface • Communication interne et externe
  • 123. Résistances Technique : • Utilisation de chimie dans le process potentiellement incompatible avec les membranes • Fuites régulières de MES sortie STEP existante • Modification composition rejet Psychologique : • Croyance collective (qualité, risque contamination produit,…) • Implication d’un partenaire scientifique externe (ex : LIST)
  • 124. Water Reuse - Filière traitement Filtration Fine Filtre à disque Nettoyage automatique Tissus 130µm Ultrafiltration 43 m³/h filtrat Osmose inverse 30 m³/h perméat
  • 125. UF - Equipement Fabricant membranes: Polymem Type : Gigamem UF 240 S2F Nombre de modules : 4 unités Surface totale : 2328m2 Flux : 22l/h.m² @20°C Q brut : 48m³/h Q net : 43m³/h N hyd. net (BW+CIP) : 90% Préfiltration : 130µm
  • 126. • Compacité (fibres diam. réduit et long. optimisée) • Poste tuyauterie châssis limité • Châssis d’intégration limité • Carter inox – résistance mécanique • Résistance plus élevée à une concentration de matières en suspension ponctuelle + importante ( jusqu’à 300NTU) • BW et CIP moins fréquents et + efficaces • Facilité de maintenance et dépannage (56 faisceaux de 10,4m2) • Réparation ou réhabilitation simple et -€ UF – Avantages Gigamem UF240
  • 127. UF - Fonctionnement • Filtration continue tangentielle sans recirculation • Filtration Outside in • Fibre creuse • Carter sous-pression 3 types de procédure de nettoyage - Sauf accident ☺ • BW eau filtrée + air – Durée : 80secs – Freq :1*30min @ 115m3/h • CIP eau filtrée + NaOCl/NaOH et eau filtrée + Acide - Durée : 30 mins - Freq 1*/2jours • Nettoyage de maintenance – Durée : 1 jour – Fréq. : 2*an
  • 129. 34 RO - Equipement • Pompe pré pressurisation • Dosage sequestrant/ inhibiteur • Dosage de NaHSO3 asservi au redox mesuré • 2 étages de filtration fine en // 20 & 5µm • Pompe HP - regulée • Simple pass • 2 étages (4 + 3 carters) • 6 membranes diam. 8pouces/ carter
  • 130. • Qnom : 30m³/h @ 25°C • Recouvrement : 78% • Rejection : 95 à 99% • P @Qnom : 8bars • CIP automatisé – produits formulés – Elément chauffe 18kW RO - Fonctionnement
  • 131. Distribution • Circuit fermé: • 2 * Conductivimètre • 2 * Chloromètre • 1 * TOC mètre en ligne • Dosage NaOCl 13% • Régulé à 2,5 ppm dans le stockage
  • 132. Chiffres – Valeurs attendues moyennes nettes Paramètre Unité Alimentation UF Alimentation RO Permeat Débit m3/h 57 43 30 Conductivité µs/cm +-650 +-650 Max 20 MES mg/l 15 <5 NA COD mgO²/l 35 30 NA pH 7-8 7-8 7
  • 133. Smartwater • Outil digital additionnel et indépendant du PLC, HMI ou Scada. • Outil flexible, intuitif et évolutif . • Objectifs: • Automatiser et faciliter l’interprétation et le rapportage des données de fonctionnement des installations • Etablir des consignes de fonctionnement intelligentes et pré-disant l’impact sur l’installation complète
  • 134. Smartwater - gains • Optimisation des installations • Disponibilité et résilience accrues • Maintenance anticipée • Maitrise OPEX (anticipation panne, utilités et consommables) • Facilite • Le reporting • L’historisation • La recherche et identification de défauts
  • 135. David Costantini John Cockerill Balteau Business dvlpt David.costantini@johncockerill.com +32 479 458464
  • 136. Brasserie Lefebvre La digitalisation au service de la gestion de la consommation d'eau
  • 137. ● Présentation de la brasserie ● Problématiques de départ ● Appoint d’eau en chaufferie ● Choix des technologies ● Statut du projet La digitalisation au service de la gestion de la consommation d'eau
  • 138. 3 Présentation de la brasserie Entreprise familiale 45 personnes CA : 11.000.000€ 70.000hl/an
  • 139. 4 Problématiques de départ ● Volonté de diminuer de manière significative la consommation d’eau de la brasserie ● Difficultés de faire des relevés complets ● Difficultés pour gérer les données ● Eau de pluie disponible mais sous utilisée
  • 140. 5 Outil à notre disposition : M.E.S.
  • 141. 6
  • 142. 7 Production de vapeur, appoint en eau osmosée Conductivité : 50µS Dureté : 0°F
  • 143. 8 Production de vapeur, appoint en eau de pluie Conductivité : 60µS Dureté : 3°F
  • 144. 9 Projet D4CW en collaboration avec Technord
  • 145. 10
  • 146. 11 IIOT or not IIOT? ● 1ère étape : Etude de couverture réseau ○ 2 antennes sont nécessaire pour couvrir l’ensemble du site ○ 1 antenne couvre 90% des capteurs ● 2ème étape : Choix du mode de communication ○ Type de mesure ○ Présence d’une carte d’entrée automate à proximité ○ Nécessité de recevoir des données fréquemment ● Bilan : ○ 53 capteurs ○ 18 connectés en IIOT
  • 148. 13 Du capteur au reporting…
  • 149. 14 Du capteur au reporting… Volume d’eau consommée Volume de bière produite Consommation spécifique en litres d’eau par litre de bière
  • 150. 15 Statut du projet ● Capteurs IIOT : Index importés en base de données ● Capteurs filaires : Cablâge 90% terminé ● Automation : Novembre ● Gestion du planning de consommation d’eau dans le MES : Novembre
  • 151. 16 Prochaines étapes du projet ● Création des rapports dans Power BI ● Récupération des capteurs déjà connectés sur des automates ● Préparation de l’algorithme de calcul des ressources et des besoins en eau de pluie ● Adaptation des nomenclatures dans le MES ● Préparation du reporting vers les opérateurs
  • 152. 17 Attendus du projet ● Economie d’eau : 2 900 m3/an ● Economie d'électricité : 2 700 kWh/an ● Détecter les problèmes plus rapidement ● Plan d’action plus rapide à mettre en oeuvre
  • 153. 18 MERCI DE VOTRE ATTENTION
  • 154. Classification - Internal Fevia -03/10/23 D.PAQUET Mise en placed’un managementdurablede l’eau : AWS Site deChaudfontaine EauMinérale
  • 155. Classification - Internal 2 AWS ? AWS: Alliance for Water Stewardship Standard International pour la Gestion Durable de l’Eau
  • 156. Classification - Internal 3 Le Standard AWS a pour Objectif de permettre aux principaux utilisateurs d’eau de : ➢ Comprendre leur utilisation et leurs impacts sur l’eau dans la zone d’influence. ➢ Opérer de façon collaborative et transparente pour une gestion durable de l’eau dans la zone d’influence. ➢ Générer des avantages environnementaux, sociaux et économiques au sein de la zone d’influence. Définition : Zone d’influence = Zone de captage et zone de rejet
  • 157. Classification - Internal 4 Pour atteindre ces objectifs, le site s’engage à : ➢Comprendre et relever les défis liés à l’eau dans la zone d’influence ainsi que d’identifier tous les risques et opportunités liés à l’eau. ➢Appliquer les meilleures pratiques dans les 5 domaines suivants: = Principales Actions à mettre en place pour satisfaire au Standard AWS
  • 158. Classification - Internal 5 Bonne gouvernance de l’eau • Engagement de la direction • Démarche d’amélioration continue • Analyses de risques (Source Vulnerability Assessment) • Revue de direction (Revue des performances) • Suivi réglementaire (général, permis d’environnement) • Identification des parties prenantes (stakeholders) • Collaboration et communication avec parties prenantes
  • 159. Classification - Internal 6 Bilan hydrique durable • Performance du site au niveau de l’utilisation de l’eau (Ratio eau). • Pompages et rejets en accord avec nos permis. • Influence de nos activités de pompage sur la disponibilité de l’eau dans notre zone d’influence. • Influence de l’activité de nos sous-traitants et de nos fournisseurs sur la disponibilité en eau.
  • 160. Classification - Internal 7 Bon état de la qualité de l’eau • Qualité de l’eau rejetée. • Qualité de l’eau pompée. • Influence de nos activités sur la qualité de l’eau souterraine. • Influence d’activité de tiers sur la qualité de nos ressources aquifères.
  • 161. Classification - Internal 8 Zones importantes en relation à l’eau • Zone d’intérêt dans un rayon de 4 km autour du site. • Sécurisation de la zone d’infiltration. • Qualité de la Rivière: collaboration avec « Contrat Rivière Vesdre ». • Zone d’intérêt naturel (Ninane).
  • 162. Classification - Internal 9 Eau potable et installations d’hygiène pour tous • Accès à l’eau potable et installations d’hygiène pour tous nos collaborateurs et les collaborateurs de nos sous-traitants dans le périmètre de la zone d’influence.
  • 163. Classification - Internal Déroulement de l’audit 10 Passage en revue des 5 chapitres reprenant les exigences de la norme : 1. Rassembler et comprendre : Données sur les défis partagés pour l’eau 2. S’engager et planifier : Elaborer un plan de gestion de l’eau 3. Implémenter : Plan de gestion de l’eau du site 4. Evaluer : Performance par rapport au plan 5. Communiquer et divulguer : Les efforts de gestion Footnote Arial Regular
  • 164. Classification - Internal En conclusion, quels sont les avantages de la mise en œuvre de la norme AWS 11 AWS est un standard qui permet au site de : ➢Comprendre les dépendances et les impacts de l’eau. ➢Atténuer les risques liés à l’eau au niveau opérationnel et au niveau de la chaîne d’approvisionnement. ➢Veiller à ce que des procédures responsables en matière de gestion de l’eau soient en place. ➢Établir des relations avec les parties prenantes locales liées à l’eau. ➢Relever les défis partagés avec les autres intervenants dans la zone d’influence.
  • 165. Classification - Internal 12 Lien pour accéder au Standard AWS 2.0 The AWS Standard 2.0 - Alliance for Water Stewardship (a4ws.org)
  • 166. L’eau dans l’industrie agroalimentaire – 03/10/2023
  • 168. Mesure 60: Eau + récupération azote et phosphore Mesure 58: Filières ancrées localement Mesure 61: Benchmark de bonnes pratiques Emballages plus circulaires Mesure 59: Valorisation des matières organiques -> Réseau apprenants WALOPEA Cartographie Etude de faisabilité technique
  • 169. ✓ WASABI 2.0. ✓ WASTE2BIO ✓ PROTEWIN ✓ FOODBOOSTER ✓ H2O ✓ DIGIBIOCONTROLE DIS 5 : chaînes agroalimentaires du futur et gestion innovante de l’environnement Coordination du DIS 5 S3 Wallonne - IIS
  • 171. Nos axes stratégiques Innover pour + de résilience Innover pour + d'emplois Innover pour + de durabilité
  • 172. Vue globale sur 17 ans de projets
  • 174. Définition de l’opportunité Structuration du projet Rédaction SPRINT#1 SPRINT#2 Pitch (ex LOI) Dépôt de l’avant-projet Orientation et Next Steps Diagnostic de maturité Dépôt final du projet Comité sélection SPRINT#3 Parcours d’accompagnement du pôle
  • 175. Rejoignez-nous ! • Industries agro-agri • CEO, responsables R&D • Ouverture au mode collaboratif • Entreprises de service • Recherche
  • 176. Les partenaires s’approprient et s’engagent vers un objectif commun 1 unité de recherche établie en FWB PME Durée de 2 à 4 ans Jusqu’à 80% pour les entreprises 100% pour les universités Les projets de pôle
  • 177. Innovation de process dans la circularité de l’eau
  • 179. Identifiez les partenaires et les solutions innovantes pour une meilleure gestion de l’eau dans votre entreprise! 25/10/2023 de 9h à 12h30
  • 180. Contactez-nous Maison de l'Industrie Technologique Rue Auguste Piccard, 20 6041 Gosselies Belgique +32 (0) 472 75 93 89 cecile.fontaine@wagralim.be Inscrivez-vous à notre newsletter : https://info.wagralim.be/contact-nl Suivez-nous sur Avec le soutien de @wagralim