SlideShare une entreprise Scribd logo
COMPTE
ADMINISTRATIF
2014
Les grands équilibres
(en M€)
COMPTE
ADMINISTRATIF 2013
COMPTE
ADMINISTRATIF 2014
variation
Recettes réelles de
fonctionnement
1 075,986 1 070,691 -0,49%
Dépenses réelles de
fonctionnement
746,343 741,376 -0,67%
Epargne brute 329,643 329,315 -0,10%
Recettes réelles
d'investissement (1)
253,679 251,675 -0,79%
Dépenses réelles
d'investissement (1)
564,505 578,388 2,46%
Dépenses réelles totales
(1)
1 310,848 1 319,764 0,68%
Recettes réelles totales (1) 1 329,665 1 322,366 -0,55%
Emprunt mobilisé 165,000 160,000 -3,03%
(1) hors mouvements réels liés à l'utilisation de contrats revolving et excédents de fonctionnement
capitalisés (1068)
(1) Prévisions et réalisations hors dépenses de réaménagement de la dette et dépenses nécessaires à l’utilisation des contrats «revolving »
(emprunts avec option de tirage sur une ligne de trésorerie) souscrits par la Région Aquitaine.
PRÉVISIONS 2014 (1)
1 417 M€
RÉALISATIONS 2014
1 320 M€
FONCTIONNEMENT
93,99 %
(92,88 % en 2013)
INVESTISSEMENT
92,10 %
(93,69 % en 2013)
DÉPENSES TOTALES
93,15 %
(93,23 % en 2013)
Taux de réalisation des dépenses
DES RECETTES EN BAISSE POUR LA PREMIÈRE FOIS
UNE BAISSE ABSORBÉE PAR LA COLLECTIVITÉ PAR UNE
ADAPTATION DE SES DÉPENSES DE FONCTIONNEMENT
UNE ÉPARGNE BRUTE NÉANMOINS PRESERVÉE
POUR CONSERVER UNE CAPACITÉ D’AUTOFINANCEMENT
DES INVESTISSEMENTS QUI RESTENT À UN NIVEAU ÉLEVÉ
ET RECOURIR DE MANIÈRE MAÎTRISÉE À L’EMPRUNT
DES RECETTES EN BAISSE POUR LA PREMIÈRE FOIS
UNE BAISSE ABSORBÉE PAR LA COLLECTIVITÉ PAR UNE
ADAPTATION DE SES DÉPENSES DE FONCTIONNEMENT
UNE ÉPARGNE BRUTE NÉANMOINS PRESERVÉE
POUR CONSERVER UNE CAPACITÉ D’AUTOFINANCEMENT
DES INVESTISSEMENTS QUI RESTENT À UN NIVEAU ÉLEVÉ
ET RECOURIR DE MANIÈRE MAÎTRISÉE À L’EMPRUNT
Des recettes en baisse pour la
première fois
Les recettes hors emprunt s’élèvent à
1 162,4 M€. Elles marquent un repli par
rapport à l’exercice 2013 (-0,2%).
Cette diminution résulte :
- de la baisse des dotations de l’Etat et de la
réforme du financement de la Formation
Professionnelle et de l’Apprentissage ;
- de l’absence de dynamisme du nouveau
panier de ressources et de la contraction de la
fiscalité automobile dans son ensemble.
La baisse est atténuée par l’encaissement de
recettes exceptionnelles (vente de Z-TER).
Modification de la structure des
recettes orientées à la baisse
Recettes réelles d’investissement,
hors emprunt : 91,675 M€
Recettes réelles de fonctionnement : 1 070,691 M€
DES RECETTES EN BAISSE POUR LA PREMIÈRE FOIS
UNE BAISSE ABSORBÉE PAR LA COLLECTIVITÉ PAR UNE
ADAPTATION DE SES DÉPENSES DE FONCTIONNEMENT
UNE ÉPARGNE BRUTE NÉANMOINS PRESERVÉE
POUR CONSERVER UNE CAPACITÉ D’AUTOFINANCEMENT
DES INVESTISSEMENTS QUI RESTENT À UN NIVEAU ÉLEVÉ
ET RECOURIR DE MANIÈRE MAÎTRISÉE À L’EMPRUNT
Une baisse absorbée par la
collectivité par une adaptation de
ses dépenses de fonctionnement
Les dépenses de fonctionnement diminuent
de – 0,67 % par rapport à 2013.
La Région a adapté ses dépenses de
fonctionnement à ses moyens.
Malgré l’évolution de la masse salariale :
+3,3% (augmentation résultant pour 89%
de mesures subies)
Répartition par objectif des
dépenses de fonctionnement
DES RECETTES EN BAISSE POUR LA PREMIÈRE FOIS
UNE BAISSE ABSORBÉE PAR LA COLLECTIVITÉ PAR UNE
ADAPTATION DE SES DÉPENSES DE FONCTIONNEMENT
UNE ÉPARGNE BRUTE NÉANMOINS PRESERVÉE
POUR CONSERVER UNE CAPACITÉ D’AUTOFINANCEMENT
DES INVESTISSEMENTS QUI RESTENT À UN NIVEAU ÉLEVÉ
ET RECOURIR DE MANIÈRE MAÎTRISÉE À L’EMPRUNT
Une épargne brute néanmoins
préservée …
Une épargne brute élevée
qui permet de financer 57%
des dépenses
d’investissement
En 2014 : taux d’épargne
21% pour la moyenne
des Régions* et 31%
pour l’Aquitaine
*Source : ARF.
DES RECETTES EN BAISSE POUR LA PREMIÈRE FOIS
UNE BAISSE ABSORBÉE PAR LA COLLECTIVITÉ PAR UNE
ADAPTATION DE SES DÉPENSES DE FONCTIONNEMENT
UNE ÉPARGNE BRUTE NÉANMOINS PRESERVÉE
POUR CONSERVER UNE CAPACITÉ D’AUTOFINANCEMENT
DES INVESTISSEMENTS QUI RESTENT À UN NIVEAU ÉLEVÉ
ET RECOURIR DE MANIÈRE MAÎTRISÉE À L’EMPRUNT
Les dépenses d’investissement (578,4 M€),
sont en progression de 2,46 %, leur part
dans le budget reste supérieure à la moyenne
des autres régions.
Un effort continu : la région a dépensé 567 M€
en moyenne sur les 4 dernières années.
POUR CONSERVER UNE CAPACITÉ
D’AUTOFINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS
QUI RESTENT À UN NIVEAU ÉLEVÉ
Source : ARF
 La part consacrée à l’investissement en Aquitaine reste
très supérieure à la moyenne des Régions.
* Hors gestion active et annuité de la dette
Structure des dépenses
par section*
Fonctionnement Investissement
Répartition par objectif des
dépenses d’investissement
DES RECETTES EN BAISSE POUR LA PREMIÈRE FOIS
UNE BAISSE ABSORBÉE PAR LA COLLECTIVITÉ PAR UNE
ADAPTATION DE SES DÉPENSES DE FONCTIONNEMENT
UNE ÉPARGNE BRUTE NÉANMOINS PRESERVÉE
POUR CONSERVER UNE CAPACITÉ D’AUTOFINANCEMENT
DES INVESTISSEMENTS QUI RESTENT À UN NIVEAU ÉLEVÉ
ET RECOURIR DE MANIÈRE MAÎTRISÉE À L’EMPRUNT
Evolution de l’encours de dette
La croissance des investissements
nécessite un recours accru à l’emprunt
Evolution de la capacité de
désendettement
*Source : ARF.
Capacité de désendettement : de 1,7 année en 2013 à
2,1 années en 2014 (contre 4,9 années en 2014 pour
la moyenne des Régions*)
Poursuivre une politique d’investissement
soutenue
à cette fin, recourir à l’emprunt dans les
limites fixées :
•ne pas dépasser 4 années de capacité de
désendettement à l’horizon 2017,
•rester en deçà de 1 100 M€ d’encours de
dette.
… à des conditions financières favorables au
regard du niveau des ratios de la collectivité.
Rappel des objectifs de la
collectivité

Contenu connexe

Similaire à Diaporama Compte Administratif 2014

Budget prévisionnel 2016 Clohars-Carnoët
Budget prévisionnel 2016 Clohars-CarnoëtBudget prévisionnel 2016 Clohars-Carnoët
Budget prévisionnel 2016 Clohars-Carnoët
MairieClohars
 
Débat d'orientations budgétaires 2019
Débat d'orientations budgétaires 2019Débat d'orientations budgétaires 2019
Débat d'orientations budgétaires 2019
Mairie Argentré du Plessis
 
Dscg 2014-corrige-ue2-finance
Dscg 2014-corrige-ue2-financeDscg 2014-corrige-ue2-finance
Dscg 2014-corrige-ue2-finance
anirahya
 
20140723 - CP - Résultats semestriels 2014 des cash-flows résilients dans u...
20140723 - CP - Résultats semestriels 2014 des cash-flows résilients dans u...20140723 - CP - Résultats semestriels 2014 des cash-flows résilients dans u...
20140723 - CP - Résultats semestriels 2014 des cash-flows résilients dans u...
ICADE
 
Diag exemple
Diag exempleDiag exemple
Diag exempledreus
 
Formation MOPA : La comptabilité M4 pour un office de tourisme en EPIC
Formation MOPA : La comptabilité M4 pour un office de tourisme en EPICFormation MOPA : La comptabilité M4 pour un office de tourisme en EPIC
Formation MOPA : La comptabilité M4 pour un office de tourisme en EPIC
MONA
 
Maroc - Projet Loi de finances 2016
Maroc - Projet Loi de finances 2016Maroc - Projet Loi de finances 2016
Maroc - Projet Loi de finances 2016
Fizazi et Associes
 
La comptabilite M4 pour un office de tourisme en EPIC - stage MOPA CNFPT 2010
La comptabilite M4 pour un office de tourisme en EPIC - stage MOPA CNFPT 2010La comptabilite M4 pour un office de tourisme en EPIC - stage MOPA CNFPT 2010
La comptabilite M4 pour un office de tourisme en EPIC - stage MOPA CNFPT 2010
MONA
 
Les priorités 2009
Les priorités 2009Les priorités 2009
Les priorités 2009
ve-finance
 
Publication addoha 2010
Publication addoha 2010Publication addoha 2010
Publication addoha 2010
www.bourse-maroc.org
 
Publication addoha 2010
Publication addoha 2010Publication addoha 2010
Publication addoha 2010haakoo
 
Résultats annuels 2009
Résultats annuels 2009Résultats annuels 2009
Résultats annuels 2009
ve-finance
 
Résultats du 1er semestre 2009
Résultats du 1er semestre 2009Résultats du 1er semestre 2009
Résultats du 1er semestre 2009
ve-finance
 
Resultats bpce t4_12_vf
Resultats bpce t4_12_vfResultats bpce t4_12_vf
Resultats bpce t4_12_vfBPCE
 
Diaporama prospective bureau du 25 juin 2015
Diaporama prospective bureau du 25 juin 2015Diaporama prospective bureau du 25 juin 2015
Diaporama prospective bureau du 25 juin 2015
Jean Jacques Gourhan
 
Résultats semestriels 2011
Résultats semestriels 2011Résultats semestriels 2011
Résultats semestriels 2011
ve-finance
 
Diapo orientations budgétaires 2015
Diapo orientations budgétaires 2015Diapo orientations budgétaires 2015
Diapo orientations budgétaires 2015
alainrousset
 
Bilan annuel 2018 BNP Paribas
Bilan annuel 2018 BNP ParibasBilan annuel 2018 BNP Paribas
Bilan annuel 2018 BNP Paribas
Paperjam_redaction
 
Budget 2013 - Colomiers
Budget 2013 - ColomiersBudget 2013 - Colomiers
Budget 2013 - Colomiers
Pascal Lagrave
 
Assemblée Générale 2014
Assemblée Générale 2014Assemblée Générale 2014
Assemblée Générale 2014vefinance
 

Similaire à Diaporama Compte Administratif 2014 (20)

Budget prévisionnel 2016 Clohars-Carnoët
Budget prévisionnel 2016 Clohars-CarnoëtBudget prévisionnel 2016 Clohars-Carnoët
Budget prévisionnel 2016 Clohars-Carnoët
 
Débat d'orientations budgétaires 2019
Débat d'orientations budgétaires 2019Débat d'orientations budgétaires 2019
Débat d'orientations budgétaires 2019
 
Dscg 2014-corrige-ue2-finance
Dscg 2014-corrige-ue2-financeDscg 2014-corrige-ue2-finance
Dscg 2014-corrige-ue2-finance
 
20140723 - CP - Résultats semestriels 2014 des cash-flows résilients dans u...
20140723 - CP - Résultats semestriels 2014 des cash-flows résilients dans u...20140723 - CP - Résultats semestriels 2014 des cash-flows résilients dans u...
20140723 - CP - Résultats semestriels 2014 des cash-flows résilients dans u...
 
Diag exemple
Diag exempleDiag exemple
Diag exemple
 
Formation MOPA : La comptabilité M4 pour un office de tourisme en EPIC
Formation MOPA : La comptabilité M4 pour un office de tourisme en EPICFormation MOPA : La comptabilité M4 pour un office de tourisme en EPIC
Formation MOPA : La comptabilité M4 pour un office de tourisme en EPIC
 
Maroc - Projet Loi de finances 2016
Maroc - Projet Loi de finances 2016Maroc - Projet Loi de finances 2016
Maroc - Projet Loi de finances 2016
 
La comptabilite M4 pour un office de tourisme en EPIC - stage MOPA CNFPT 2010
La comptabilite M4 pour un office de tourisme en EPIC - stage MOPA CNFPT 2010La comptabilite M4 pour un office de tourisme en EPIC - stage MOPA CNFPT 2010
La comptabilite M4 pour un office de tourisme en EPIC - stage MOPA CNFPT 2010
 
Les priorités 2009
Les priorités 2009Les priorités 2009
Les priorités 2009
 
Publication addoha 2010
Publication addoha 2010Publication addoha 2010
Publication addoha 2010
 
Publication addoha 2010
Publication addoha 2010Publication addoha 2010
Publication addoha 2010
 
Résultats annuels 2009
Résultats annuels 2009Résultats annuels 2009
Résultats annuels 2009
 
Résultats du 1er semestre 2009
Résultats du 1er semestre 2009Résultats du 1er semestre 2009
Résultats du 1er semestre 2009
 
Resultats bpce t4_12_vf
Resultats bpce t4_12_vfResultats bpce t4_12_vf
Resultats bpce t4_12_vf
 
Diaporama prospective bureau du 25 juin 2015
Diaporama prospective bureau du 25 juin 2015Diaporama prospective bureau du 25 juin 2015
Diaporama prospective bureau du 25 juin 2015
 
Résultats semestriels 2011
Résultats semestriels 2011Résultats semestriels 2011
Résultats semestriels 2011
 
Diapo orientations budgétaires 2015
Diapo orientations budgétaires 2015Diapo orientations budgétaires 2015
Diapo orientations budgétaires 2015
 
Bilan annuel 2018 BNP Paribas
Bilan annuel 2018 BNP ParibasBilan annuel 2018 BNP Paribas
Bilan annuel 2018 BNP Paribas
 
Budget 2013 - Colomiers
Budget 2013 - ColomiersBudget 2013 - Colomiers
Budget 2013 - Colomiers
 
Assemblée Générale 2014
Assemblée Générale 2014Assemblée Générale 2014
Assemblée Générale 2014
 

Diaporama Compte Administratif 2014

  • 2. Les grands équilibres (en M€) COMPTE ADMINISTRATIF 2013 COMPTE ADMINISTRATIF 2014 variation Recettes réelles de fonctionnement 1 075,986 1 070,691 -0,49% Dépenses réelles de fonctionnement 746,343 741,376 -0,67% Epargne brute 329,643 329,315 -0,10% Recettes réelles d'investissement (1) 253,679 251,675 -0,79% Dépenses réelles d'investissement (1) 564,505 578,388 2,46% Dépenses réelles totales (1) 1 310,848 1 319,764 0,68% Recettes réelles totales (1) 1 329,665 1 322,366 -0,55% Emprunt mobilisé 165,000 160,000 -3,03% (1) hors mouvements réels liés à l'utilisation de contrats revolving et excédents de fonctionnement capitalisés (1068)
  • 3. (1) Prévisions et réalisations hors dépenses de réaménagement de la dette et dépenses nécessaires à l’utilisation des contrats «revolving » (emprunts avec option de tirage sur une ligne de trésorerie) souscrits par la Région Aquitaine. PRÉVISIONS 2014 (1) 1 417 M€ RÉALISATIONS 2014 1 320 M€ FONCTIONNEMENT 93,99 % (92,88 % en 2013) INVESTISSEMENT 92,10 % (93,69 % en 2013) DÉPENSES TOTALES 93,15 % (93,23 % en 2013) Taux de réalisation des dépenses
  • 4. DES RECETTES EN BAISSE POUR LA PREMIÈRE FOIS UNE BAISSE ABSORBÉE PAR LA COLLECTIVITÉ PAR UNE ADAPTATION DE SES DÉPENSES DE FONCTIONNEMENT UNE ÉPARGNE BRUTE NÉANMOINS PRESERVÉE POUR CONSERVER UNE CAPACITÉ D’AUTOFINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS QUI RESTENT À UN NIVEAU ÉLEVÉ ET RECOURIR DE MANIÈRE MAÎTRISÉE À L’EMPRUNT
  • 5. DES RECETTES EN BAISSE POUR LA PREMIÈRE FOIS UNE BAISSE ABSORBÉE PAR LA COLLECTIVITÉ PAR UNE ADAPTATION DE SES DÉPENSES DE FONCTIONNEMENT UNE ÉPARGNE BRUTE NÉANMOINS PRESERVÉE POUR CONSERVER UNE CAPACITÉ D’AUTOFINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS QUI RESTENT À UN NIVEAU ÉLEVÉ ET RECOURIR DE MANIÈRE MAÎTRISÉE À L’EMPRUNT
  • 6. Des recettes en baisse pour la première fois Les recettes hors emprunt s’élèvent à 1 162,4 M€. Elles marquent un repli par rapport à l’exercice 2013 (-0,2%). Cette diminution résulte : - de la baisse des dotations de l’Etat et de la réforme du financement de la Formation Professionnelle et de l’Apprentissage ; - de l’absence de dynamisme du nouveau panier de ressources et de la contraction de la fiscalité automobile dans son ensemble. La baisse est atténuée par l’encaissement de recettes exceptionnelles (vente de Z-TER).
  • 7. Modification de la structure des recettes orientées à la baisse Recettes réelles d’investissement, hors emprunt : 91,675 M€ Recettes réelles de fonctionnement : 1 070,691 M€
  • 8. DES RECETTES EN BAISSE POUR LA PREMIÈRE FOIS UNE BAISSE ABSORBÉE PAR LA COLLECTIVITÉ PAR UNE ADAPTATION DE SES DÉPENSES DE FONCTIONNEMENT UNE ÉPARGNE BRUTE NÉANMOINS PRESERVÉE POUR CONSERVER UNE CAPACITÉ D’AUTOFINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS QUI RESTENT À UN NIVEAU ÉLEVÉ ET RECOURIR DE MANIÈRE MAÎTRISÉE À L’EMPRUNT
  • 9. Une baisse absorbée par la collectivité par une adaptation de ses dépenses de fonctionnement Les dépenses de fonctionnement diminuent de – 0,67 % par rapport à 2013. La Région a adapté ses dépenses de fonctionnement à ses moyens. Malgré l’évolution de la masse salariale : +3,3% (augmentation résultant pour 89% de mesures subies)
  • 10. Répartition par objectif des dépenses de fonctionnement
  • 11. DES RECETTES EN BAISSE POUR LA PREMIÈRE FOIS UNE BAISSE ABSORBÉE PAR LA COLLECTIVITÉ PAR UNE ADAPTATION DE SES DÉPENSES DE FONCTIONNEMENT UNE ÉPARGNE BRUTE NÉANMOINS PRESERVÉE POUR CONSERVER UNE CAPACITÉ D’AUTOFINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS QUI RESTENT À UN NIVEAU ÉLEVÉ ET RECOURIR DE MANIÈRE MAÎTRISÉE À L’EMPRUNT
  • 12. Une épargne brute néanmoins préservée … Une épargne brute élevée qui permet de financer 57% des dépenses d’investissement En 2014 : taux d’épargne 21% pour la moyenne des Régions* et 31% pour l’Aquitaine *Source : ARF.
  • 13. DES RECETTES EN BAISSE POUR LA PREMIÈRE FOIS UNE BAISSE ABSORBÉE PAR LA COLLECTIVITÉ PAR UNE ADAPTATION DE SES DÉPENSES DE FONCTIONNEMENT UNE ÉPARGNE BRUTE NÉANMOINS PRESERVÉE POUR CONSERVER UNE CAPACITÉ D’AUTOFINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS QUI RESTENT À UN NIVEAU ÉLEVÉ ET RECOURIR DE MANIÈRE MAÎTRISÉE À L’EMPRUNT
  • 14. Les dépenses d’investissement (578,4 M€), sont en progression de 2,46 %, leur part dans le budget reste supérieure à la moyenne des autres régions. Un effort continu : la région a dépensé 567 M€ en moyenne sur les 4 dernières années. POUR CONSERVER UNE CAPACITÉ D’AUTOFINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS QUI RESTENT À UN NIVEAU ÉLEVÉ
  • 15. Source : ARF  La part consacrée à l’investissement en Aquitaine reste très supérieure à la moyenne des Régions. * Hors gestion active et annuité de la dette Structure des dépenses par section* Fonctionnement Investissement
  • 16. Répartition par objectif des dépenses d’investissement
  • 17. DES RECETTES EN BAISSE POUR LA PREMIÈRE FOIS UNE BAISSE ABSORBÉE PAR LA COLLECTIVITÉ PAR UNE ADAPTATION DE SES DÉPENSES DE FONCTIONNEMENT UNE ÉPARGNE BRUTE NÉANMOINS PRESERVÉE POUR CONSERVER UNE CAPACITÉ D’AUTOFINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS QUI RESTENT À UN NIVEAU ÉLEVÉ ET RECOURIR DE MANIÈRE MAÎTRISÉE À L’EMPRUNT
  • 18. Evolution de l’encours de dette La croissance des investissements nécessite un recours accru à l’emprunt
  • 19. Evolution de la capacité de désendettement *Source : ARF. Capacité de désendettement : de 1,7 année en 2013 à 2,1 années en 2014 (contre 4,9 années en 2014 pour la moyenne des Régions*)
  • 20. Poursuivre une politique d’investissement soutenue à cette fin, recourir à l’emprunt dans les limites fixées : •ne pas dépasser 4 années de capacité de désendettement à l’horizon 2017, •rester en deçà de 1 100 M€ d’encours de dette. … à des conditions financières favorables au regard du niveau des ratios de la collectivité. Rappel des objectifs de la collectivité

Notes de l'éditeur

  1. La baisse des dotations de l’Etat en 2014 (- 1,5 Milliards € pour l’ensemble des Collectivités) s’est traduite, pour la Région Aquitaine, par une baisse de la DGF de 8,74 Millions €. Le 16 avril dernier a été annoncé un plan d’économies de 50 Milliards €, dont 11 sont à la charge des Collectivités (aucune répartition entre les différentes strates n’a été annoncée) sur 3 ans (2015-2017). Pour 2015, cela correspond à plus du double de l’effort consenti en 2014 (3,67 Mds € / an). Ce qui équivaudrait à une perte de DGF de 20,5 M € pour l’Aquitaine.
  2. Donner explications sur l’évolution des dépenses de fonctionnement (TER, Form Pro)…… L’augmentation des dépenses de fonctionnement (+ 21 M€, + 18 M€ hors dette) provient d’une part : De l’augmentation des prévisions des crédits ouverts au BP 2013 : . TER (ouverture de lignes) . Form Pro : rémunération des stagiaires . Personnel Et d’autre part, de l’amélioration des taux de réalisation (de 92 % en 2012 à 93 % en 2013)
  3. Voir détail sources ARF pour 2012 et 2013 Analyse financière 2012 2013 2012 2013 Epargne brute retraitée Grenelle 4 593 4 559 Taux d’épargne brute (%) 23 % 23 % Tx EB retraitée Grenelle 22 % 21 % Besoin de financement après invest - 2 % - 3,6 % Ratio de désendettement (années) 3,9 4,1 Ration désend retraité Grenelle 4,1 4,4 Tx d’endettement consolidé 91 % 95 % Taux d’endettement moyen : 85 % Taux d’épargne brute moyen : 21 % DEPENSES DE FONCTIONNEMENT (en M€) 15 462 15 763 (+1,9 %) Dont personnel 2 722 2 795 (+2,7 %) DEPENSES D’INVEST (hors dette) (en M€) 7 798 8 169 (+4,8 %) RECETTES FONCTIONNEMENT (en M€) 20 931 21 205 (+1,3 %)