SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  57
Marchés Financiers
Plan sommaire
2
I- Le financement de l’économie et ses différents modes de financement :
A -Définition
B- Les différents modes de financement de l’économie( interne/externe)
C-Avantages et inconvénients du financement direct et indirect( sur l’économie /sur
l’entreprise);
II-Les composantes des marchés de capitaux (marché monétaire / financier):
-Les compartiments du marché financier ( organisé et non organisé/ primaire et
secondaire);
III- Les valeurs mobilières:
-Typologies des valeurs mobilières et leurs caractéristiques
*Les instruments de placement à court terme;
*Les actions;
*Les actifs financiers à revenu fixe (obligations, actions de préférence et obligations
convertibles).
3
Comment financer l’économie?
Comment financer un investissement?
4
5
Le financement de l'économie désigne l'ensemble des
modalités par lesquelles les agents économiques se
procurent les fonds nécessaires à la réalisation de
leurs différents projets.
Pour financer leurs investissements, les agents
économiques peuvent se procurer les ressources
nécessaires de deux façons:
1- Interne
2- Externe
Les différents modes de financement
1/Le financement interne
- Le financement interne, appelé aussi autofinancement,
consiste, pour l'entreprise, à utiliser ses propres ressources
(bénéfice, réserves) pour financer son activité et ne fait
donc appel ni à des apports nouveaux d’associés, ni à
l’endettement envers des tiers. Il s’agit alors d’un
financement sur fonds propres.
6
7
- 2/ Le financement externe
L’entreprise s’adresse à une autre source
d’approvisionnement pour se procurer les ressources
nécessaires. Généralement, celle-ci trouve que sa
Capacité d’Autofinancement (CAF) n’est pas suffisante
pour couvrir ses besoins de financement.
On distingue deux types de financements
externes auxquels l’entreprise peut faire appel .
Les différents modes de financement
8
2.1/ Le financement direct
Appelé aussi financement désintermédié. Les emprunteurs s’adressent
directement aux agents ayant des capacités de financement par le biais des
marchés financiers en émettant des valeurs mobilières de placement.
(Actions, obligations, bons du Trésor, billets de trésorerie…ect.). Dans ce cas
les institutions financières ont un rôle de conseil et de placement.
L’économie qui fonctionne essentiellement grâce aux marchés financiers, est
appelée « Économie de Marché Financier »
2.2/ Le financement indirect
Appelé aussi financement intermédié, car il implique l’existence d’un ou
plusieurs intermédiaires financiers (IF), qui assurent ce rôle par la collecte des
dépôts auprès des agents ayant des capacités de financement et les prêtent aux
agents ayant des besoins de financement, donc ils transforment les dépôts en
crédits.
 Remarque
 Pour satisfaire ses besoins de financement, une
entreprise peut recourir à plusieurs modes de
financement à la fois.
 Le financement désintermédié n'est pas accessible à
tous les agents économiques : seuls l'État et certaines
entreprises peuvent collecter des ressources
financières sur les marchés financiers.
9
Les différents modes de financement
Les différents modes de financement
10
3. Avantages et inconvénients du financement direct et indirect
11
Financement interne (autofinancement)
Avantages Inconvénients
Pour
l’entreprise
• Principe accessible à toutes les entreprises
• Bon pour l’autonomie et l’indépendance de
l’entreprise
• Gratuit (grâce aux profits antérieurs) et met à
l’abri de la cherté du crédit quand les taux sont
élevés
• Pas de remboursements à prévoir
• Image d’entreprise saine et prospère
• Investissement limité par les profits passés
• Peut priver l’entreprise d’autres utilisations
judicieuses de ses gains de productivité.
• Peut s’avérer insuffisant pour franchir un seuil
(taille minimum) pour la rentabilité.
• Peut priver inutilement de facilités de
croissance et de profits, surtout si les taux
d’intérêts sont faibles.
Pour
l’économie
entière
• Rassure les libéraux et monétaristes qui
valorisent la notion d’épargne préalable
• Cela leur semble une garantie contre les risques
d’inflation et d’affaiblissement de la monnaie
• Cela devrait placer très haut pour tout le monde
l’impératif prioritaire de rentabilité des
entreprises
• Ne rassure pas les keynésiens qui peuvent
s’alarmer du fait que cela fasse manquer des
occasions de croissance
• et cela peut renforcer les risques d’arriver à un
« équilibre de sous emploi » voire de cercle
vicieux de la dépression…
12
Financement externe indirect (auprès des banques)
Avantages Inconvénients
Pour
l’entreprise
• Principe accessible à toutes les entreprises
• Financement souple (ajustement aux besoins
de financement de l’entreprise) et qui peut
permettre de profiter d’opportunités de
croissance.
• N’est pas malsain, tant que cela permet de
dégager plus de profit que de coûts du service
de la dette.
• ça peut coûter cher
• Dépendance vis-à-vis de la banque
• Endettement plus ou moins important qui
peut finir par inquiéter les partenaires…
Pour
l’économie
entière
• Pour les keynésiens cela permet d’avoir une
économie régulée par une autorité centrale
capable à la fois de freiner s’il y a des risques
financiers et de relancer si l’activité faiblit trop
• L’endettement et l’excès de crédit inquiètent
les libéraux qui y voient des risques :
surchauffe, inflation, manque de rigueur
gestionnaire, perte de crédibilité,
affaiblissement de la monnaie…
13
Financement externe direct par émission d’actions
Avantages Inconvénients
Pour
l’entreprise
• Pas d’endettement ni de remboursement :
mais augmentation des fonds propres (action =
titre de propriété)
• Pas tout à fait gratuit puisqu’il faut verser des
dividendes mais ça n’est pas une charge
déséquilibrante puisqu’elle dépend du bénéfice.
• Argent facile pour les entreprises qui « ont la
côte »
• Cela peut amplifier leur renommée
• Accessible seulement à grandes entreprises
• Risque de dispersion du capital
(émiettement du patrimoine)
• Risque de perte de contrôle des dirigeants
au sein de l’entreprise (une action = une voix)
• Risque de rachat de l’entreprise par une
entreprise ennemie (OPA hostile)
• La continuité de l’investissement dépend
des exigences de rentabilité immédiate d’un
partenaire peu stable
Pour
l’économie
entière
• permet de lever des fonds sur un marché
financier internationalisé.
• respecte les principes libéraux de l’épargne
préalable et de l’autorégulation par une
« saine » concurrence
• peut contribuer à avoir une économie très
réactive (capable de sauter sur les bons coups)
• Instabilité boursière, risques d’emballements
spéculatifs à la hausse et à la baisse
• Met la dynamique productive sous la
dépendance de la dynamique et de l’exigence
de rente financière : cela peut parfois
provoquer des crises, parfois conduire à des
situations de monopoles sclérosantes.
14
Financement externe direct par émission d’obligations
Avantages Inconvénients
Pour
l’entreprise
• Charges financières fixes (intérêts) qui ont
tendance à s’alléger avec l’inflation
• Pas de perte de pouvoir des dirigeants (pas
de risque d’OPA)
• On peut remplacer une émission qui arrive à
son terme par une autre qui débute…
• ça peut coûter cher
• Endettement (obligation = titres de créance)
plus ou moins important qui peut finir par
inquiéter certains partenaires (bien que moins
que l’endettement bancaire)
Financement direct : les marchés de capitaux
15
le processus de financement est direct lorsque le titre émis est acquis directement par
l’offreur de fonds. La rencontre de l’offre et de la demande de liquidité se fait sur le
marché des capitaux.
1 . Le marché des capitaux
Le marché des capitaux est une source de financement directe qui met en relation les
agents économiques à besoin de capitaux(demandeurs) en quête de financement de
leurs projets et les agents ayant des excédents de fonds (offreurs) désireux d’obtenir
des placements rentables. Ces fonds sont drainés à l’aide d’émissions de titres.
Ils permettent le financement des investissements à long terme ou bien de besoins à
court terme.
 Le marché des capitaux est composé de deux grands
compartiments :
• le marché monétaire destiné au financement de
besoins à court terme;
• le marché financier destiné au financement de besoins
à long terme .
16
Financement direct : les marchés de capitaux
17
1.1. Le marché monétaire
C’est le marché des capitaux à court terme appelé aussi « marché
de la liquidité » où les agents économiques financiers ou non
financiers ont la possibilité de financer leurs besoins de
trésorerie.
Les entreprises et les banques émettent à cet effet, des titres de
créances négociables tandis que l’Etat émet des valeurs du
trésor.
Le marché monétaire est segmenté en deux compartiments:
le marché interbancaire et le marché des titres de créances
négociables.
Financement direct : les marchés de capitaux
18
1.1.1 Le marché interbancaire
• Appelé aussi « marché de liquidité bancaire », c’est un marché délocalisé
où les investisseurs institutionnels seulement (les banques et établissements
financiers ) échangent entre -eux leurs positions de liquidité.
• Il permet un financement à court terme allant d’un jour « Over night » à
24 mois.
• Les taux d’intérêt se forment selon la loi de l’offre et de la demande.
• Les transactions s’accomplissent de gré à gré entre les intervenants
qui entrent en relation soit directement ou bien indirectement à l’aide
d’intermédiaires "Banques Centrales ".
Financement direct : les marchés de capitaux
19
1.1.2.Le marché des Titres de Créance Négociables
(TCN)
•C’est le marché des actifs monétaires facilement
transformables en liquidité.
•Sur ce marché interviennent à la fois des emprunteurs
financiers (Trésor Public, Etablissements de crédits) et
emprunteurs non financiers (entreprises).
•Sa création s’inscrit dans un mouvement de réformes visant à
élargir les possibilités de financement direct des agents
économiques.
Financement direct : les marchés de capitaux
20
Les emprunteurs émettent des titres de créances négociables qui représentent
un droit de créance portant intérêt .Parmi les titres on trouve :
Les valeurs de Trésor : ce sont des titres souverains (actifs sans risques)
ayant pour émetteur exclusif : l’Etat.
Les valeurs du Trésor se composent de Bons (Bons à court terme dénommés
BTC et BTA) et d’Obligations ( OAT: Obligations Assimilables du Trésor) à
moyen et long termes.
Les certificats de dépôt : sont des instruments d’emprunt émis par des
banques.
Les billets de trésorerie : comme leur nom l’indique, ce sont des
instruments de créance permettant à leurs émetteurs (personnes morales non
bancaires ayant le statut de société par actions) de financer leurs besoins
momentanés en trésorerie.
Financement direct : les marchés de capitaux
21
1.2. Le marché financier
Deuxième grand compartiment du marché des capitaux. Il est défini
comme étant le lieu sur lequel sont émis et échangés les valeurs
mobilières à moyen et long terme dont les plus connues sont : les
actions et les obligations.
1.2.1.Le marché des actions
C’est l’emplacement où s’échangent les titres de propriété : « les actions »,
lors de la constitution du capital d’une société ou bien lors d’une ouverture de
capital.
Une action est un titre de propriété représentant une fraction du
capital de société émettrice et donnant à son porteur le droit de vote
aux assemblées, le droit à l’information et aux bénéfices (dit
dividendes).
Financement direct : les marchés de capitaux
22
1.2.2. Le marché des obligations
Le marché obligataire, dit aussi marché de la dette, est le compartiment
du marché financier où sont échangés et négociés les titres de créances à
moyen et long terme : «les obligations» qui peuvent être émises par
l’Etat, les collectivités publiques, les entreprises et les institutions
financières.
Le marché obligataire se compose essentiellement de deux marchés
différents mais complémentaires.
On distingue le marché primaire sur lequel sont émises les obligations
neuves et le marché secondaire qui permet de négocier ces obligations et
retrouver leurs liquidités.
Financement direct : les marchés de capitaux
23
Marché
des capitaux
Marché
monétaire
court terme
Marché interbancaire
Intervenants institutionnels
seulement
Marché TCN
Tout les agents économiques
Marché financier
moyen et long
terme
Marché
des obligations
Marché
des actions
Pour
résumer
Le marché financier
Marché
Primaire
(du neuf)
Marché
secondaire
(boursier)
Segmentation:
2)Critère de nouveauté des titres:
24
2. Les compartiments du marché financier
25
2.2. Le marché primaire /Le marché secondaire
A. Le marché primaire : la rencontre
Appelé également « marché du neuf », c’est un marché délocalisé qui met en
relation directe l’émetteur et le souscripteur d’un titre. Les entreprises, l’Etat, les
institutions financières et les collectivités publiques se rencontrent pour la
première fois sur le marché lors d’une émission de titres neufs.
Le marché primaire peut gérer plusieurs types d’émissions, à savoir :
•L’émission de nouveaux titres sur le marché ;
•La possibilité d’émission de titres après transformation des bons de souscription
en nouvelles obligations ;
•L’assimilation d’une tranche nouvelle à une émission déjà réalisée.
Ainsi, les valeurs émises sur ce marché peuvent par la suite être négociées sur un
autre marché plus dynamique appelé le marché secondaire.
2. Les compartiments du marché financier
26
B. Le marché secondaire : la bourse
Le marché secondaire représente le marché, où sont échangées et négociées les
titres, obligations et actions déjà émises sur le marché primaire. Les prix
appelés «cours» sont déterminés selon la loi de l’offre et de la demande .
En assurant la liquidité des titres aux investisseurs, le marché secondaire assure
la qualité du marché primaire et l'évaluation des titres cotés. La bourse est
donc un marché de l’occasion sans lequel le « neuf » aurait bien du mal à
exister.
Principales différences entre marché primaire et
marché secondaire
27
Les intervenants sur le marché boursier
Nous pouvons recenser six intervenants:
 Emetteurs : Demandeurs de fonds, ils offrent des titres ;
 Investisseurs : Pourvoyeurs de fonds, ils demandent des titres ;
 Les intermédiaires : Exécutent les ordres ;
 La société de marché : Gère et organise les séances de bourse ;
 Le dépositaire central de titres : administre les comptes titres ;
 L’autorité de marché : Régule et réglemente le marché
28
Les valeurs mobilières
29
Les types de valeurs mobilières :
30
En règle générale, les valeurs mobilières se répartissent
fondamentalement entre les titres de créances (comme les
obligations) et les titres de capital (comme les actions). Les plus
usités sont les suivants :
1. Les instruments de placement à court terme :
Ils comprennent communément des produits d’épargne dont
l’échéance est inférieure ou égale à un an. Ils sont généralement très
peu risqués. Ils offrent la liquidité, c’est-à-dire la faculté d’être
rapidement transformés en espèces, avec une très faible, voire aucune,
perte de valeur et. Leur majorité est traitée au niveau des marchés
monétaires.
2. Les actions
L'action est un titre représentatif d'un apport en
numéraire ou en nature destiné à constituer le capital
d'une société. Elle peut être ordinaire ou priviligiée.
Elle confère à son détenteur dit actionnaire, la
propriété d'une partie du capital avec tous les droits (
d’information , de participation à la gestion , de
perception de dividendes en cas de distribution du
résultat bénéficiaire, de réserve, d’actif…..) et
obligations y afférents.
31
 D'abord lors de sa constitution à travers la création
d’une société par action par appel public à l’épargne.
 Ensuite lors des augmentations de capital que la société
réalisera au fur et à mesure que se posera à elle la nécessité
de développer ses moyens d'actions par des ressources
permanentes ou de restructurer le passif de son bilan afin
d'établir, rétablir ou préserver une structure financière
crédible.
But de l'émission
32
Forme et présentation de l'action
1 - La forme matérialisée
 La forme nominative
 L a forme au porteur
2 - La forme dématérialisée
33
34
2.1. Les actions ordinaires :
L'action ordinaire est une part de copropriété d’une société représentant
une fraction du capital de cette dernière. Elle peut procurer deux types de
revenus :
Le dividende qui est une partie du bénéfice net distribué aux
actionnaires à la fin de l’exercice ;
La plus-value sur cession réalisée lorsque le prix de vente est supérieur
au prix d’achat.
Elle confère également à son détenteur deux types de droits résumés dans
le tableau suivant :
Droits et avantages liés aux actions ordinaires
 Le droit à l'information
 Le droit de vote aux assemblées générales
 Le droit à une rémunération
 Le droit de souscription préférentiel
 Le droit d'attribution
 Le droit au boni de liquidation :
Les actions ordinaires
35
2.2. Les actions à dividende prioritaire (ADP)
Droits et avantages des ADP
 Sont déclarées ADP à l'émission.
 Ont un droit de priorité sur les dividendes.
 Ont généralement un dividende fixe régulier fixé à l'avance.
 Elles font partie du capital comme l'action ordinaire.
 Elles tiennent à la fois des actions ordinaires et des titres
d'emprunt.
En cas de non versement des dividendes durant trois exercices
consécutifs , elles seront transformées en actions ordinaires.
 Elles comportent plus de risque que les titres d'emprunt 36
2.3. Les Autres titres à revenu variable
 Actions
privilégiées
 Actions de
priorité
 Actions de
jouissance
montant fixe de dividendes et un
droit de priorité en cas de faillite
Le dividende généré est fixe, Pas de
droits à la superdividendes; Pas de
droits de vote. Fait partie des ADP
Actions dont le montant est
entièrement remboursé moyennant
un prélèvement sur bénéfices.
37
3. Les actifs financiers à revenu fixe :
Ce sont des instruments de placement offrant un revenu fixe
et régulier. Certains titres sont assortis de clauses
contractuelles garantissant le revenu tandis que d’antres
offrent une rémunération spécifique mais non garantie. Les
principaux titres à revenu fixe sont les obligations, les actions
de préférence et les obligations convertibles ;
38
Les obligations et leurs caractéristiques
39
1. Définition
D’après l’article 715 bis 81 du Code de commerce : « Les Obligations sont
des titres négociables qui, dans une même émission, confèrent les même
droits de créances pour une même valeur ».
Une obligation est un titre de créance négociable correspondant à une
fraction d’un emprunt à moyen et long termes émis par une entreprise,
par l’Etat, par une collectivité publique ou encore par une institution
financière. Elle est remboursable à l’échéance et rapporte un intérêt
convenu d’avance.
Le titre obligataire matérialise l’engagement d’un emprunteur envers un
préteur qui, en contrepartie, met des fonds à sa disposition. Cet
engagement prévoit un échéancier de flux financiers qui définit les
modalités de remboursement des fonds et un mode de rémunération du
préteur dans l’intervalle.
40
La compréhension du fonctionnement du marché obligataire nécessite la
définition des caractéristiques d’une obligation.
Ainsi, on peut dire que les obligations sont caractérisées par : leurs valeurs,
leurs rémunérations, les méthodes de leur émission et le mode de leur
remboursement.
2.1. Les valeurs des obligations
2.1.1. La valeur nominale ou faciale
c’est le montant correspondant à la fraction de l’emprunt qui a été souscrite.
Elle est identique pour tous les titres relevant d’une même émission et permet
de déterminer le montant des intérêts à verser.
Dans les cas simples, elle est égale à ce que l'emprunteur perçoit et à ce qu'il
rembourse. 𝑉𝑎𝑙𝑒𝑢𝑟𝑛𝑜𝑚𝑖𝑛𝑎𝑙𝑒 =
𝑀𝑜𝑛𝑡𝑎𝑛𝑡 𝑑𝑒 𝑙′é𝑚𝑖𝑠𝑠𝑖𝑜𝑛
𝑁𝑜𝑚𝑏𝑟𝑒𝑑𝑒 𝑡𝑖𝑡𝑟𝑒é𝑚𝑖𝑠
41
2.1.2. Le prix d’émission :
est le prix que doit payer le souscripteur pour acquérir l’obligation. Donc :
le montant de l’emprunt = le nombre d’obligations émises x le prix d’émission
Ce prix peut être inférieur, égal ou supérieur à la valeur nominale :
Lorsqu’il est supérieur au nominal, l’émission est dite « au dessus du pair » ou « à
prime» ;
Si ce prix est égal à la valeur nominale, l’émission est dite « au pair » ;
L’émission est dite « au dessous du pair » ou « à escompte », si la valeur nominale
est supérieure au prix d’émission.
2. Caractéristiques des obligation
42
2.1.3. La prime d’émission :
est la différence entre le prix d’émission et la valeur nominale.
𝑃𝑟𝑖𝑚𝑒 𝑑′
é𝑚𝑖𝑠𝑠𝑖𝑜𝑛 = 𝑉𝑎𝑙𝑒𝑢𝑟 𝑛𝑜𝑚𝑖𝑛𝑎𝑙𝑒 −𝑝𝑟𝑖𝑥 𝑑′é𝑚𝑖𝑠𝑠𝑖𝑜𝑛
2.1.4. Le prix de remboursement :
A l’échéance de l’obligation, le montant de cette dernière sera
totalement remboursé (amorti) par l’émetteur. Ce remboursement
peut être inférieur, égal ou même supérieur à la valeur nominale et ce
dans le but d’accroître l’intérêt pour les investisseurs. Ainsi, la
différence entre ce prix et la valeur nominale est appelée « prime de
remboursement ».
43
2.2. Terminologie caractérisant la vie d’une obligation
2.2.1. La durée de vie : représente l’horizon de temps compris entre la date
de règlement du montant de l’émission et celle du dernier remboursement.
2.2.2. La date de souscription : c’est la date à laquelle intervient le
règlement de la somme nous permettant ainsi d‘être propriétaire de
l’obligation.
2.2.3. La date de jouissance : est la date à partir de laquelle les intérêts
commencent à courir.
2.2.4. La maturité : représente l’intervalle de temps entre un moment
présent et la date du dernier remboursement de l’obligation. Au moment de
l’émission, durée de vie et maturité sont identiques.
44
2.3. Les différents taux de rendement d’une obligation
La rémunération des obligations se mesure par un intérêt versé obligatoirement
à la tombée de la date de paiement des coupons. Cet intérêt est calculé sur la
base d’un taux qui peut être :
2.3.1. Le taux d’intérêt nominal ou facial : on appelle ainsi le taux d’intérêt
appliqué à la valeur nominale de l’obligation, qui servira au calcul du coupon à
verser au porteur de
l’obligation. Ce taux peut être :
Fixe, si le même taux est appliqué pendant toute la période de l’emprunt. On
peut expliquer par un exemple d’une obligation émise pour une valeur nominale
de 10.000 DA à un taux nominal convenu de 5%, ce qui nous donnera un intérêt
annuel de 10.000 * 0.05 = 500 DA. Ce taux est convenu à l’avance dans le
contrat d’émission en fonction de la qualité de signature de l’émetteur et du
niveau des taux sur le marché financier.
2. Caractéristiques des obligation
45
Variable ou révisable, si le taux évolue constamment dans le temps. Il
est indiqué dans le contrat d’émission la méthode et la période de calcul
de ce taux ainsi que les modalités de sa révision.
Le taux d’intérêt nominal ne peut correspondre au taux que percevra
effectivement le détenteur de l’obligation jusqu’à l’échéance, car il ignore
des éléments tel que l’existence d’une prime d’émission ou de
remboursement, la durée de vie de l’obligation, le taux de
réinvestissement des coupons, et les fluctuations des cours
46
2.3.2. Le taux de rendement à l’échéance (yield at maturité) :
Appelé également taux actuariel, ce taux de rendement est le taux d’actualisation pour
lequel le prix (P) d’une obligation correspond à la valeur actualisée des flux monétaires
(intérêt et remboursement de capital) à recevoir par le détenteur.
Le calcul du taux de rendement actuariel suppose implicitement que les coupons sont
réinvesties à ce même taux et que l’investisseur détiendra le titre jusqu’à sa date
d’échéance.
𝑉𝐴 =
𝐹𝑖
1 + 𝑖 𝑛
𝑛
𝑖=1
= 𝑃
Où :
𝑛 : Durée de vie de l’instrument.
𝐹𝑖: Flux à l’année i.
𝑖 : Taux actuariel.
Le taux actuariel étant au dénominateur, il est en relation inverse avec le prix.
47
2.3.3. Le taux de rendement réalisé (trr):
Représente le taux de croissance du montant investi dans l’obligation pendant une
période donnée. Il mesure ainsi la rentabilité générée par l’investissement consacré à
l’obligation. Il est calculé en appliquant la formule suivante :
Où :
La Valeur finale correspond à la somme des coupons périodiques reçus majorée des
intérêts générés par le réinvestissement de ces coupons et la valeur acquise lors de la
revente de cette obligation.
La Mise initiale représente le prix d’achat (d’acquisition) de l’obligation
N : Période de placement exprimée généralement en années.
𝑇𝑅𝑅 =
𝑉𝑎𝑙𝑒𝑢𝑟𝑓𝑖𝑛𝑎𝑙𝑒
𝑚𝑖𝑠𝑒𝑖𝑛𝑖𝑡𝑖𝑎𝑙𝑒
𝑛
− 1
2. Caractéristiques des obligation
48
2.3.4. Le taux de rendement courant :
Donne à l’obligation le rendement généré par le paiement des coupons
annuellement. Le rendement courant est donné par le rapport du coupon
annuel au prix de l’obligation à un moment donné.
Le calcul du rendement courant d’une obligation ne prend en considération
que la partie du rendement total provenant des coupon .Le gain en capital
que réalisera l’investisseur au moment de l’échéance de l’obligation ainsi
que les revenus d’intérêt découlant du réinvestissement des coupons
périodiques ne sont pas pris en compte dans le calcul.
𝑅𝑒𝑛𝑑𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 =
𝐶𝑜𝑢𝑝𝑜𝑛 𝑎𝑛𝑛𝑢𝑒𝑙
𝑃𝑟𝑖𝑥 𝑎𝑐𝑡𝑢𝑒𝑙
49
2.3.5. Le taux réel: Il est égal au taux d’intérêt nominal moins le taux de
variation des prix. L’exemple suivant permet de comprendre cette notion : soit
un titre obligataire émis à un taux nominal de 7%, alors que la hausse des prix
est de 2% nous donne un taux d’intérêt de : (7%- 2%) = 5%.
2.4. Les modes d’émission des obligations
Deux techniques sont utilisées pour le placement des titres obligataires dans le
public il s’agit de : l’adjudication et la syndication.
2.4.1. La technique de l’adjudication
Cette technique est souvent appliquée pour les emprunts corporatifs.
Néanmoins, elle est sollicitée lors des émissions d’Obligations Assimilables du
Trésor (OAT).
Il existe deux types d’émissions par adjudication
50
1. Adjudication à la Française
Après dépouillement des ordres d’achat, l’émetteur fixe le
prix minimum à partir duquel les ordres seront servis. Ainsi,
les soumissions retenues seront servies au même prix et
pour le même montant.
2. Adjudication à la Hollandaise (au prix demandé )
L’émetteur sert les soumissionnaires qui ont proposé les
prix les plus élevés puis il descend dans l’échelle de prix
jusqu’à ce que le montant qu’il souhaite obtenir soit atteint.
Cette technique se distingue de la première du fait que le
prix payé par les investisseurs n’est pas unique, mais il est
égal au prix qu’ils ont proposé lors des soumissions.
51
2.4.2. La technique de la syndication
Comme son nom l’indique, cette technique nécessite la mise en place
d’un syndicat (pool bancaire) qui assure l’organisation, le placement et la
garantie des opérations.
C’est une technique consistant à définir un prix pour lequel les titres
seront offerts au public ; la société dévoile le prix pour lequel elle cède les
titres et les investisseurs n’auront qu’à définir les quantités qu’ils souhaitent
acquérir.
52
2.5 Les modalités de remboursement des obligations
On appelle remboursement d'un emprunt son amortissement qui correspond à la
restitution par l’emprunteur au créancier de la somme empruntée.
Selon les spécificités du contrat d’émission obligataire Les principales modalités de
remboursement d'une obligation sont :
• Le remboursement in fine : tout le capital est remboursé en bloc à
l'échéance.
• Le remboursement par annuités constantes : tranches égales, appelé aussi
amortissement constant
• le remboursement par amortissements constants
• Le remboursement des obligations dites à coupon zéro. :.
53
2.5.1. Le remboursement in fine
Le remboursement du principal de l‘obligation se réalise en une
seule fois à la date d'échéance du titre.
C'est un peu comme si, pour l'achat à crédit d'une voiture, vous
remboursiez pendant la durée de l'emprunt, uniquement les intérêts et, à
l'échéance, le montant du prêt consenti.
ce qui permet à l’entreprise de bénéficier de la totalité du montant
de l’emprunt pendant toute la durée de vie de ce dernier.
Bien que cette modalité induit une lourde charge financière pour
l’entreprise émettrice en fin de contrat et représente un risque de non
remboursement reporté à l’échéance pour le prêteur, elle reste la formule
la plus simple et la plus fréquente.
En général, l’entreprise choisit ce mode d’amortissement quand
elle anticipe une amélioration de ses cash-flows à l’échéance de l’emprunt.
2.5 Les modalités de remboursement des obligations
2.5. 2. Remboursement par Annuités Constantes
La somme des intérêts versés et du principal est identique chaque
année. Ainsi au fur et à mesure des remboursements, le montant des
intérêts versés diminuera au profit du remboursement du principal.
C'est le type de remboursement le plus utilisé dans les crédits autos par
exemple.
Montant de l'annuité : Montant des intérêts et du principal versés
chaque année aux obligataires. L'annuité est fixe durant toute la durée
de vie de l'obligation.
54
2.5.3. Remboursement par Amortissements Constants
Le principal est remboursé tous les ans d'un montant
identique. Il est d'usage de diviser le montant du
principal par le nombre d'années de remboursement
pour connaître le montant des amortissements.
 Attention ! Ne pas confondre
 Annuité (remboursement du principal + intérêt)
 et Amortissement (uniquement remboursement annuel
du principal).
55
2.5.4. Coupon zéro:
Durant toute la durée de vie de l'obligation, aucun
versement n'est effectué.
Le principal n'est remboursé qu'en fin de vie, les intérêts
produisent eux-mêmes des intérêts qui seront versés à
la fin de la durée de vie du titre.
56
57
 Les différentes catégories:
 les obligations à taux fixe
 sont émises par des sociétés ou des gouvernements qui s'engagent à verser
un revenu constant pendant toute la durée de l'emprunt.
 Les obligations à taux variable
 Ce sont des obligations dont le taux de rémunération varie d'une année à
une autre selon un indice de référence ( l’inflation , taux
interbancaire LIBOR ou EURIBOR …).
 Ceci permet d'éviter les fluctuations des prix boursiers dues aux
variations des taux. Un taux minimal est généralement garanti.

Contenu connexe

Similaire à le rôle et l'organisation du MARCHES FINANCIERS.pptx

Projet d'étude - les choix de financement - Cas de SOTHEMA
Projet d'étude - les choix de financement - Cas de SOTHEMAProjet d'étude - les choix de financement - Cas de SOTHEMA
Projet d'étude - les choix de financement - Cas de SOTHEMABEL MRHAR Mohamed Amine
 
L3_CCA_FE_SEANCE_1_FINANCE_ENTRE_INTRO_V_PROF.ppt
L3_CCA_FE_SEANCE_1_FINANCE_ENTRE_INTRO_V_PROF.pptL3_CCA_FE_SEANCE_1_FINANCE_ENTRE_INTRO_V_PROF.ppt
L3_CCA_FE_SEANCE_1_FINANCE_ENTRE_INTRO_V_PROF.pptMouadS1
 
Système Décentralisé de la Collecte et de l'Epargne
Système Décentralisé de la Collecte et de l'EpargneSystème Décentralisé de la Collecte et de l'Epargne
Système Décentralisé de la Collecte et de l'Epargneroméo Tchamba
 
Nadia elmessaoudi capital risque
Nadia elmessaoudi capital risqueNadia elmessaoudi capital risque
Nadia elmessaoudi capital risquenadia7jolie
 
chp1_Rappel sur les classes d’actifs, marchés financiers.pptx
chp1_Rappel sur les classes d’actifs, marchés financiers.pptxchp1_Rappel sur les classes d’actifs, marchés financiers.pptx
chp1_Rappel sur les classes d’actifs, marchés financiers.pptxOumaimaCharhabil
 
Abe séminaire financement i 29 05-2012
Abe séminaire financement i 29 05-2012Abe séminaire financement i 29 05-2012
Abe séminaire financement i 29 05-2012impulse.brussels
 
Abe sources de financement de l'entreprise
Abe sources de financement de l'entrepriseAbe sources de financement de l'entreprise
Abe sources de financement de l'entrepriseecobuild.brussels
 
Formation ibge iii.1. sources financement de l'entreprise 26-04-12
Formation ibge   iii.1.  sources financement de l'entreprise 26-04-12Formation ibge   iii.1.  sources financement de l'entreprise 26-04-12
Formation ibge iii.1. sources financement de l'entreprise 26-04-12impulse.brussels
 
Gestion de portefeuille
Gestion de portefeuilleGestion de portefeuille
Gestion de portefeuilleDalal Alami
 
BanqueEconomie
BanqueEconomieBanqueEconomie
BanqueEconomiesbarnech
 
pfe les déCISION DE FINANCEMENT ACOURT TERME.pdf
pfe les déCISION DE FINANCEMENT ACOURT TERME.pdfpfe les déCISION DE FINANCEMENT ACOURT TERME.pdf
pfe les déCISION DE FINANCEMENT ACOURT TERME.pdfyassinmadraste
 
Module-Techniques-Bancassurances-E-learning Très important.pptx
Module-Techniques-Bancassurances-E-learning Très important.pptxModule-Techniques-Bancassurances-E-learning Très important.pptx
Module-Techniques-Bancassurances-E-learning Très important.pptxCHEKLEKBIREMALAININE
 
Les sources de financement internes.docx
Les sources de financement internes.docxLes sources de financement internes.docx
Les sources de financement internes.docxChocho95
 
La gestion collective
La gestion collectiveLa gestion collective
La gestion collectiveSouleey
 
Salon entreprendre 2015 - Comment financer son entreprise à Bruxelles
Salon entreprendre 2015  - Comment financer son entreprise à BruxellesSalon entreprendre 2015  - Comment financer son entreprise à Bruxelles
Salon entreprendre 2015 - Comment financer son entreprise à Bruxellesimpulse.brussels
 

Similaire à le rôle et l'organisation du MARCHES FINANCIERS.pptx (20)

MC chapitre1.pdf
MC chapitre1.pdfMC chapitre1.pdf
MC chapitre1.pdf
 
Projet d'étude - les choix de financement - Cas de SOTHEMA
Projet d'étude - les choix de financement - Cas de SOTHEMAProjet d'étude - les choix de financement - Cas de SOTHEMA
Projet d'étude - les choix de financement - Cas de SOTHEMA
 
L3_CCA_FE_SEANCE_1_FINANCE_ENTRE_INTRO_V_PROF.ppt
L3_CCA_FE_SEANCE_1_FINANCE_ENTRE_INTRO_V_PROF.pptL3_CCA_FE_SEANCE_1_FINANCE_ENTRE_INTRO_V_PROF.ppt
L3_CCA_FE_SEANCE_1_FINANCE_ENTRE_INTRO_V_PROF.ppt
 
Système Décentralisé de la Collecte et de l'Epargne
Système Décentralisé de la Collecte et de l'EpargneSystème Décentralisé de la Collecte et de l'Epargne
Système Décentralisé de la Collecte et de l'Epargne
 
Nadia elmessaoudi capital risque
Nadia elmessaoudi capital risqueNadia elmessaoudi capital risque
Nadia elmessaoudi capital risque
 
chp1_Rappel sur les classes d’actifs, marchés financiers.pptx
chp1_Rappel sur les classes d’actifs, marchés financiers.pptxchp1_Rappel sur les classes d’actifs, marchés financiers.pptx
chp1_Rappel sur les classes d’actifs, marchés financiers.pptx
 
Abe séminaire financement i 29 05-2012
Abe séminaire financement i 29 05-2012Abe séminaire financement i 29 05-2012
Abe séminaire financement i 29 05-2012
 
Abe sources de financement de l'entreprise
Abe sources de financement de l'entrepriseAbe sources de financement de l'entreprise
Abe sources de financement de l'entreprise
 
Formation ibge iii.1. sources financement de l'entreprise 26-04-12
Formation ibge   iii.1.  sources financement de l'entreprise 26-04-12Formation ibge   iii.1.  sources financement de l'entreprise 26-04-12
Formation ibge iii.1. sources financement de l'entreprise 26-04-12
 
Gestion de portefeuille
Gestion de portefeuilleGestion de portefeuille
Gestion de portefeuille
 
BanqueEconomie
BanqueEconomieBanqueEconomie
BanqueEconomie
 
pfe les déCISION DE FINANCEMENT ACOURT TERME.pdf
pfe les déCISION DE FINANCEMENT ACOURT TERME.pdfpfe les déCISION DE FINANCEMENT ACOURT TERME.pdf
pfe les déCISION DE FINANCEMENT ACOURT TERME.pdf
 
Module-Techniques-Bancassurances-E-learning Très important.pptx
Module-Techniques-Bancassurances-E-learning Très important.pptxModule-Techniques-Bancassurances-E-learning Très important.pptx
Module-Techniques-Bancassurances-E-learning Très important.pptx
 
Les sources de financement internes.docx
Les sources de financement internes.docxLes sources de financement internes.docx
Les sources de financement internes.docx
 
La gestion collective
La gestion collectiveLa gestion collective
La gestion collective
 
Gestion De Tresorerie
Gestion De TresorerieGestion De Tresorerie
Gestion De Tresorerie
 
The_me_monnaie.ppt
The_me_monnaie.pptThe_me_monnaie.ppt
The_me_monnaie.ppt
 
Salon entreprendre 2015 - Comment financer son entreprise à Bruxelles
Salon entreprendre 2015  - Comment financer son entreprise à BruxellesSalon entreprendre 2015  - Comment financer son entreprise à Bruxelles
Salon entreprendre 2015 - Comment financer son entreprise à Bruxelles
 
Innovation finanicère
Innovation finanicèreInnovation finanicère
Innovation finanicère
 
Gestion obligataire.pdf
Gestion obligataire.pdfGestion obligataire.pdf
Gestion obligataire.pdf
 

le rôle et l'organisation du MARCHES FINANCIERS.pptx

  • 3. I- Le financement de l’économie et ses différents modes de financement : A -Définition B- Les différents modes de financement de l’économie( interne/externe) C-Avantages et inconvénients du financement direct et indirect( sur l’économie /sur l’entreprise); II-Les composantes des marchés de capitaux (marché monétaire / financier): -Les compartiments du marché financier ( organisé et non organisé/ primaire et secondaire); III- Les valeurs mobilières: -Typologies des valeurs mobilières et leurs caractéristiques *Les instruments de placement à court terme; *Les actions; *Les actifs financiers à revenu fixe (obligations, actions de préférence et obligations convertibles). 3
  • 4. Comment financer l’économie? Comment financer un investissement? 4
  • 5. 5 Le financement de l'économie désigne l'ensemble des modalités par lesquelles les agents économiques se procurent les fonds nécessaires à la réalisation de leurs différents projets. Pour financer leurs investissements, les agents économiques peuvent se procurer les ressources nécessaires de deux façons: 1- Interne 2- Externe
  • 6. Les différents modes de financement 1/Le financement interne - Le financement interne, appelé aussi autofinancement, consiste, pour l'entreprise, à utiliser ses propres ressources (bénéfice, réserves) pour financer son activité et ne fait donc appel ni à des apports nouveaux d’associés, ni à l’endettement envers des tiers. Il s’agit alors d’un financement sur fonds propres. 6
  • 7. 7 - 2/ Le financement externe L’entreprise s’adresse à une autre source d’approvisionnement pour se procurer les ressources nécessaires. Généralement, celle-ci trouve que sa Capacité d’Autofinancement (CAF) n’est pas suffisante pour couvrir ses besoins de financement. On distingue deux types de financements externes auxquels l’entreprise peut faire appel .
  • 8. Les différents modes de financement 8 2.1/ Le financement direct Appelé aussi financement désintermédié. Les emprunteurs s’adressent directement aux agents ayant des capacités de financement par le biais des marchés financiers en émettant des valeurs mobilières de placement. (Actions, obligations, bons du Trésor, billets de trésorerie…ect.). Dans ce cas les institutions financières ont un rôle de conseil et de placement. L’économie qui fonctionne essentiellement grâce aux marchés financiers, est appelée « Économie de Marché Financier » 2.2/ Le financement indirect Appelé aussi financement intermédié, car il implique l’existence d’un ou plusieurs intermédiaires financiers (IF), qui assurent ce rôle par la collecte des dépôts auprès des agents ayant des capacités de financement et les prêtent aux agents ayant des besoins de financement, donc ils transforment les dépôts en crédits.
  • 9.  Remarque  Pour satisfaire ses besoins de financement, une entreprise peut recourir à plusieurs modes de financement à la fois.  Le financement désintermédié n'est pas accessible à tous les agents économiques : seuls l'État et certaines entreprises peuvent collecter des ressources financières sur les marchés financiers. 9 Les différents modes de financement
  • 10. Les différents modes de financement 10
  • 11. 3. Avantages et inconvénients du financement direct et indirect 11 Financement interne (autofinancement) Avantages Inconvénients Pour l’entreprise • Principe accessible à toutes les entreprises • Bon pour l’autonomie et l’indépendance de l’entreprise • Gratuit (grâce aux profits antérieurs) et met à l’abri de la cherté du crédit quand les taux sont élevés • Pas de remboursements à prévoir • Image d’entreprise saine et prospère • Investissement limité par les profits passés • Peut priver l’entreprise d’autres utilisations judicieuses de ses gains de productivité. • Peut s’avérer insuffisant pour franchir un seuil (taille minimum) pour la rentabilité. • Peut priver inutilement de facilités de croissance et de profits, surtout si les taux d’intérêts sont faibles. Pour l’économie entière • Rassure les libéraux et monétaristes qui valorisent la notion d’épargne préalable • Cela leur semble une garantie contre les risques d’inflation et d’affaiblissement de la monnaie • Cela devrait placer très haut pour tout le monde l’impératif prioritaire de rentabilité des entreprises • Ne rassure pas les keynésiens qui peuvent s’alarmer du fait que cela fasse manquer des occasions de croissance • et cela peut renforcer les risques d’arriver à un « équilibre de sous emploi » voire de cercle vicieux de la dépression…
  • 12. 12 Financement externe indirect (auprès des banques) Avantages Inconvénients Pour l’entreprise • Principe accessible à toutes les entreprises • Financement souple (ajustement aux besoins de financement de l’entreprise) et qui peut permettre de profiter d’opportunités de croissance. • N’est pas malsain, tant que cela permet de dégager plus de profit que de coûts du service de la dette. • ça peut coûter cher • Dépendance vis-à-vis de la banque • Endettement plus ou moins important qui peut finir par inquiéter les partenaires… Pour l’économie entière • Pour les keynésiens cela permet d’avoir une économie régulée par une autorité centrale capable à la fois de freiner s’il y a des risques financiers et de relancer si l’activité faiblit trop • L’endettement et l’excès de crédit inquiètent les libéraux qui y voient des risques : surchauffe, inflation, manque de rigueur gestionnaire, perte de crédibilité, affaiblissement de la monnaie…
  • 13. 13 Financement externe direct par émission d’actions Avantages Inconvénients Pour l’entreprise • Pas d’endettement ni de remboursement : mais augmentation des fonds propres (action = titre de propriété) • Pas tout à fait gratuit puisqu’il faut verser des dividendes mais ça n’est pas une charge déséquilibrante puisqu’elle dépend du bénéfice. • Argent facile pour les entreprises qui « ont la côte » • Cela peut amplifier leur renommée • Accessible seulement à grandes entreprises • Risque de dispersion du capital (émiettement du patrimoine) • Risque de perte de contrôle des dirigeants au sein de l’entreprise (une action = une voix) • Risque de rachat de l’entreprise par une entreprise ennemie (OPA hostile) • La continuité de l’investissement dépend des exigences de rentabilité immédiate d’un partenaire peu stable Pour l’économie entière • permet de lever des fonds sur un marché financier internationalisé. • respecte les principes libéraux de l’épargne préalable et de l’autorégulation par une « saine » concurrence • peut contribuer à avoir une économie très réactive (capable de sauter sur les bons coups) • Instabilité boursière, risques d’emballements spéculatifs à la hausse et à la baisse • Met la dynamique productive sous la dépendance de la dynamique et de l’exigence de rente financière : cela peut parfois provoquer des crises, parfois conduire à des situations de monopoles sclérosantes.
  • 14. 14 Financement externe direct par émission d’obligations Avantages Inconvénients Pour l’entreprise • Charges financières fixes (intérêts) qui ont tendance à s’alléger avec l’inflation • Pas de perte de pouvoir des dirigeants (pas de risque d’OPA) • On peut remplacer une émission qui arrive à son terme par une autre qui débute… • ça peut coûter cher • Endettement (obligation = titres de créance) plus ou moins important qui peut finir par inquiéter certains partenaires (bien que moins que l’endettement bancaire)
  • 15. Financement direct : les marchés de capitaux 15 le processus de financement est direct lorsque le titre émis est acquis directement par l’offreur de fonds. La rencontre de l’offre et de la demande de liquidité se fait sur le marché des capitaux. 1 . Le marché des capitaux Le marché des capitaux est une source de financement directe qui met en relation les agents économiques à besoin de capitaux(demandeurs) en quête de financement de leurs projets et les agents ayant des excédents de fonds (offreurs) désireux d’obtenir des placements rentables. Ces fonds sont drainés à l’aide d’émissions de titres. Ils permettent le financement des investissements à long terme ou bien de besoins à court terme.
  • 16.  Le marché des capitaux est composé de deux grands compartiments : • le marché monétaire destiné au financement de besoins à court terme; • le marché financier destiné au financement de besoins à long terme . 16
  • 17. Financement direct : les marchés de capitaux 17 1.1. Le marché monétaire C’est le marché des capitaux à court terme appelé aussi « marché de la liquidité » où les agents économiques financiers ou non financiers ont la possibilité de financer leurs besoins de trésorerie. Les entreprises et les banques émettent à cet effet, des titres de créances négociables tandis que l’Etat émet des valeurs du trésor. Le marché monétaire est segmenté en deux compartiments: le marché interbancaire et le marché des titres de créances négociables.
  • 18. Financement direct : les marchés de capitaux 18 1.1.1 Le marché interbancaire • Appelé aussi « marché de liquidité bancaire », c’est un marché délocalisé où les investisseurs institutionnels seulement (les banques et établissements financiers ) échangent entre -eux leurs positions de liquidité. • Il permet un financement à court terme allant d’un jour « Over night » à 24 mois. • Les taux d’intérêt se forment selon la loi de l’offre et de la demande. • Les transactions s’accomplissent de gré à gré entre les intervenants qui entrent en relation soit directement ou bien indirectement à l’aide d’intermédiaires "Banques Centrales ".
  • 19. Financement direct : les marchés de capitaux 19 1.1.2.Le marché des Titres de Créance Négociables (TCN) •C’est le marché des actifs monétaires facilement transformables en liquidité. •Sur ce marché interviennent à la fois des emprunteurs financiers (Trésor Public, Etablissements de crédits) et emprunteurs non financiers (entreprises). •Sa création s’inscrit dans un mouvement de réformes visant à élargir les possibilités de financement direct des agents économiques.
  • 20. Financement direct : les marchés de capitaux 20 Les emprunteurs émettent des titres de créances négociables qui représentent un droit de créance portant intérêt .Parmi les titres on trouve : Les valeurs de Trésor : ce sont des titres souverains (actifs sans risques) ayant pour émetteur exclusif : l’Etat. Les valeurs du Trésor se composent de Bons (Bons à court terme dénommés BTC et BTA) et d’Obligations ( OAT: Obligations Assimilables du Trésor) à moyen et long termes. Les certificats de dépôt : sont des instruments d’emprunt émis par des banques. Les billets de trésorerie : comme leur nom l’indique, ce sont des instruments de créance permettant à leurs émetteurs (personnes morales non bancaires ayant le statut de société par actions) de financer leurs besoins momentanés en trésorerie.
  • 21. Financement direct : les marchés de capitaux 21 1.2. Le marché financier Deuxième grand compartiment du marché des capitaux. Il est défini comme étant le lieu sur lequel sont émis et échangés les valeurs mobilières à moyen et long terme dont les plus connues sont : les actions et les obligations. 1.2.1.Le marché des actions C’est l’emplacement où s’échangent les titres de propriété : « les actions », lors de la constitution du capital d’une société ou bien lors d’une ouverture de capital. Une action est un titre de propriété représentant une fraction du capital de société émettrice et donnant à son porteur le droit de vote aux assemblées, le droit à l’information et aux bénéfices (dit dividendes).
  • 22. Financement direct : les marchés de capitaux 22 1.2.2. Le marché des obligations Le marché obligataire, dit aussi marché de la dette, est le compartiment du marché financier où sont échangés et négociés les titres de créances à moyen et long terme : «les obligations» qui peuvent être émises par l’Etat, les collectivités publiques, les entreprises et les institutions financières. Le marché obligataire se compose essentiellement de deux marchés différents mais complémentaires. On distingue le marché primaire sur lequel sont émises les obligations neuves et le marché secondaire qui permet de négocier ces obligations et retrouver leurs liquidités.
  • 23. Financement direct : les marchés de capitaux 23 Marché des capitaux Marché monétaire court terme Marché interbancaire Intervenants institutionnels seulement Marché TCN Tout les agents économiques Marché financier moyen et long terme Marché des obligations Marché des actions Pour résumer
  • 24. Le marché financier Marché Primaire (du neuf) Marché secondaire (boursier) Segmentation: 2)Critère de nouveauté des titres: 24
  • 25. 2. Les compartiments du marché financier 25 2.2. Le marché primaire /Le marché secondaire A. Le marché primaire : la rencontre Appelé également « marché du neuf », c’est un marché délocalisé qui met en relation directe l’émetteur et le souscripteur d’un titre. Les entreprises, l’Etat, les institutions financières et les collectivités publiques se rencontrent pour la première fois sur le marché lors d’une émission de titres neufs. Le marché primaire peut gérer plusieurs types d’émissions, à savoir : •L’émission de nouveaux titres sur le marché ; •La possibilité d’émission de titres après transformation des bons de souscription en nouvelles obligations ; •L’assimilation d’une tranche nouvelle à une émission déjà réalisée. Ainsi, les valeurs émises sur ce marché peuvent par la suite être négociées sur un autre marché plus dynamique appelé le marché secondaire.
  • 26. 2. Les compartiments du marché financier 26 B. Le marché secondaire : la bourse Le marché secondaire représente le marché, où sont échangées et négociées les titres, obligations et actions déjà émises sur le marché primaire. Les prix appelés «cours» sont déterminés selon la loi de l’offre et de la demande . En assurant la liquidité des titres aux investisseurs, le marché secondaire assure la qualité du marché primaire et l'évaluation des titres cotés. La bourse est donc un marché de l’occasion sans lequel le « neuf » aurait bien du mal à exister.
  • 27. Principales différences entre marché primaire et marché secondaire 27
  • 28. Les intervenants sur le marché boursier Nous pouvons recenser six intervenants:  Emetteurs : Demandeurs de fonds, ils offrent des titres ;  Investisseurs : Pourvoyeurs de fonds, ils demandent des titres ;  Les intermédiaires : Exécutent les ordres ;  La société de marché : Gère et organise les séances de bourse ;  Le dépositaire central de titres : administre les comptes titres ;  L’autorité de marché : Régule et réglemente le marché 28
  • 30. Les types de valeurs mobilières : 30 En règle générale, les valeurs mobilières se répartissent fondamentalement entre les titres de créances (comme les obligations) et les titres de capital (comme les actions). Les plus usités sont les suivants : 1. Les instruments de placement à court terme : Ils comprennent communément des produits d’épargne dont l’échéance est inférieure ou égale à un an. Ils sont généralement très peu risqués. Ils offrent la liquidité, c’est-à-dire la faculté d’être rapidement transformés en espèces, avec une très faible, voire aucune, perte de valeur et. Leur majorité est traitée au niveau des marchés monétaires.
  • 31. 2. Les actions L'action est un titre représentatif d'un apport en numéraire ou en nature destiné à constituer le capital d'une société. Elle peut être ordinaire ou priviligiée. Elle confère à son détenteur dit actionnaire, la propriété d'une partie du capital avec tous les droits ( d’information , de participation à la gestion , de perception de dividendes en cas de distribution du résultat bénéficiaire, de réserve, d’actif…..) et obligations y afférents. 31
  • 32.  D'abord lors de sa constitution à travers la création d’une société par action par appel public à l’épargne.  Ensuite lors des augmentations de capital que la société réalisera au fur et à mesure que se posera à elle la nécessité de développer ses moyens d'actions par des ressources permanentes ou de restructurer le passif de son bilan afin d'établir, rétablir ou préserver une structure financière crédible. But de l'émission 32
  • 33. Forme et présentation de l'action 1 - La forme matérialisée  La forme nominative  L a forme au porteur 2 - La forme dématérialisée 33
  • 34. 34 2.1. Les actions ordinaires : L'action ordinaire est une part de copropriété d’une société représentant une fraction du capital de cette dernière. Elle peut procurer deux types de revenus : Le dividende qui est une partie du bénéfice net distribué aux actionnaires à la fin de l’exercice ; La plus-value sur cession réalisée lorsque le prix de vente est supérieur au prix d’achat. Elle confère également à son détenteur deux types de droits résumés dans le tableau suivant :
  • 35. Droits et avantages liés aux actions ordinaires  Le droit à l'information  Le droit de vote aux assemblées générales  Le droit à une rémunération  Le droit de souscription préférentiel  Le droit d'attribution  Le droit au boni de liquidation : Les actions ordinaires 35
  • 36. 2.2. Les actions à dividende prioritaire (ADP) Droits et avantages des ADP  Sont déclarées ADP à l'émission.  Ont un droit de priorité sur les dividendes.  Ont généralement un dividende fixe régulier fixé à l'avance.  Elles font partie du capital comme l'action ordinaire.  Elles tiennent à la fois des actions ordinaires et des titres d'emprunt. En cas de non versement des dividendes durant trois exercices consécutifs , elles seront transformées en actions ordinaires.  Elles comportent plus de risque que les titres d'emprunt 36
  • 37. 2.3. Les Autres titres à revenu variable  Actions privilégiées  Actions de priorité  Actions de jouissance montant fixe de dividendes et un droit de priorité en cas de faillite Le dividende généré est fixe, Pas de droits à la superdividendes; Pas de droits de vote. Fait partie des ADP Actions dont le montant est entièrement remboursé moyennant un prélèvement sur bénéfices. 37
  • 38. 3. Les actifs financiers à revenu fixe : Ce sont des instruments de placement offrant un revenu fixe et régulier. Certains titres sont assortis de clauses contractuelles garantissant le revenu tandis que d’antres offrent une rémunération spécifique mais non garantie. Les principaux titres à revenu fixe sont les obligations, les actions de préférence et les obligations convertibles ; 38
  • 39. Les obligations et leurs caractéristiques 39 1. Définition D’après l’article 715 bis 81 du Code de commerce : « Les Obligations sont des titres négociables qui, dans une même émission, confèrent les même droits de créances pour une même valeur ». Une obligation est un titre de créance négociable correspondant à une fraction d’un emprunt à moyen et long termes émis par une entreprise, par l’Etat, par une collectivité publique ou encore par une institution financière. Elle est remboursable à l’échéance et rapporte un intérêt convenu d’avance. Le titre obligataire matérialise l’engagement d’un emprunteur envers un préteur qui, en contrepartie, met des fonds à sa disposition. Cet engagement prévoit un échéancier de flux financiers qui définit les modalités de remboursement des fonds et un mode de rémunération du préteur dans l’intervalle.
  • 40. 40 La compréhension du fonctionnement du marché obligataire nécessite la définition des caractéristiques d’une obligation. Ainsi, on peut dire que les obligations sont caractérisées par : leurs valeurs, leurs rémunérations, les méthodes de leur émission et le mode de leur remboursement. 2.1. Les valeurs des obligations 2.1.1. La valeur nominale ou faciale c’est le montant correspondant à la fraction de l’emprunt qui a été souscrite. Elle est identique pour tous les titres relevant d’une même émission et permet de déterminer le montant des intérêts à verser. Dans les cas simples, elle est égale à ce que l'emprunteur perçoit et à ce qu'il rembourse. 𝑉𝑎𝑙𝑒𝑢𝑟𝑛𝑜𝑚𝑖𝑛𝑎𝑙𝑒 = 𝑀𝑜𝑛𝑡𝑎𝑛𝑡 𝑑𝑒 𝑙′é𝑚𝑖𝑠𝑠𝑖𝑜𝑛 𝑁𝑜𝑚𝑏𝑟𝑒𝑑𝑒 𝑡𝑖𝑡𝑟𝑒é𝑚𝑖𝑠
  • 41. 41 2.1.2. Le prix d’émission : est le prix que doit payer le souscripteur pour acquérir l’obligation. Donc : le montant de l’emprunt = le nombre d’obligations émises x le prix d’émission Ce prix peut être inférieur, égal ou supérieur à la valeur nominale : Lorsqu’il est supérieur au nominal, l’émission est dite « au dessus du pair » ou « à prime» ; Si ce prix est égal à la valeur nominale, l’émission est dite « au pair » ; L’émission est dite « au dessous du pair » ou « à escompte », si la valeur nominale est supérieure au prix d’émission.
  • 42. 2. Caractéristiques des obligation 42 2.1.3. La prime d’émission : est la différence entre le prix d’émission et la valeur nominale. 𝑃𝑟𝑖𝑚𝑒 𝑑′ é𝑚𝑖𝑠𝑠𝑖𝑜𝑛 = 𝑉𝑎𝑙𝑒𝑢𝑟 𝑛𝑜𝑚𝑖𝑛𝑎𝑙𝑒 −𝑝𝑟𝑖𝑥 𝑑′é𝑚𝑖𝑠𝑠𝑖𝑜𝑛 2.1.4. Le prix de remboursement : A l’échéance de l’obligation, le montant de cette dernière sera totalement remboursé (amorti) par l’émetteur. Ce remboursement peut être inférieur, égal ou même supérieur à la valeur nominale et ce dans le but d’accroître l’intérêt pour les investisseurs. Ainsi, la différence entre ce prix et la valeur nominale est appelée « prime de remboursement ».
  • 43. 43 2.2. Terminologie caractérisant la vie d’une obligation 2.2.1. La durée de vie : représente l’horizon de temps compris entre la date de règlement du montant de l’émission et celle du dernier remboursement. 2.2.2. La date de souscription : c’est la date à laquelle intervient le règlement de la somme nous permettant ainsi d‘être propriétaire de l’obligation. 2.2.3. La date de jouissance : est la date à partir de laquelle les intérêts commencent à courir. 2.2.4. La maturité : représente l’intervalle de temps entre un moment présent et la date du dernier remboursement de l’obligation. Au moment de l’émission, durée de vie et maturité sont identiques.
  • 44. 44 2.3. Les différents taux de rendement d’une obligation La rémunération des obligations se mesure par un intérêt versé obligatoirement à la tombée de la date de paiement des coupons. Cet intérêt est calculé sur la base d’un taux qui peut être : 2.3.1. Le taux d’intérêt nominal ou facial : on appelle ainsi le taux d’intérêt appliqué à la valeur nominale de l’obligation, qui servira au calcul du coupon à verser au porteur de l’obligation. Ce taux peut être : Fixe, si le même taux est appliqué pendant toute la période de l’emprunt. On peut expliquer par un exemple d’une obligation émise pour une valeur nominale de 10.000 DA à un taux nominal convenu de 5%, ce qui nous donnera un intérêt annuel de 10.000 * 0.05 = 500 DA. Ce taux est convenu à l’avance dans le contrat d’émission en fonction de la qualité de signature de l’émetteur et du niveau des taux sur le marché financier.
  • 45. 2. Caractéristiques des obligation 45 Variable ou révisable, si le taux évolue constamment dans le temps. Il est indiqué dans le contrat d’émission la méthode et la période de calcul de ce taux ainsi que les modalités de sa révision. Le taux d’intérêt nominal ne peut correspondre au taux que percevra effectivement le détenteur de l’obligation jusqu’à l’échéance, car il ignore des éléments tel que l’existence d’une prime d’émission ou de remboursement, la durée de vie de l’obligation, le taux de réinvestissement des coupons, et les fluctuations des cours
  • 46. 46 2.3.2. Le taux de rendement à l’échéance (yield at maturité) : Appelé également taux actuariel, ce taux de rendement est le taux d’actualisation pour lequel le prix (P) d’une obligation correspond à la valeur actualisée des flux monétaires (intérêt et remboursement de capital) à recevoir par le détenteur. Le calcul du taux de rendement actuariel suppose implicitement que les coupons sont réinvesties à ce même taux et que l’investisseur détiendra le titre jusqu’à sa date d’échéance. 𝑉𝐴 = 𝐹𝑖 1 + 𝑖 𝑛 𝑛 𝑖=1 = 𝑃 Où : 𝑛 : Durée de vie de l’instrument. 𝐹𝑖: Flux à l’année i. 𝑖 : Taux actuariel. Le taux actuariel étant au dénominateur, il est en relation inverse avec le prix.
  • 47. 47 2.3.3. Le taux de rendement réalisé (trr): Représente le taux de croissance du montant investi dans l’obligation pendant une période donnée. Il mesure ainsi la rentabilité générée par l’investissement consacré à l’obligation. Il est calculé en appliquant la formule suivante : Où : La Valeur finale correspond à la somme des coupons périodiques reçus majorée des intérêts générés par le réinvestissement de ces coupons et la valeur acquise lors de la revente de cette obligation. La Mise initiale représente le prix d’achat (d’acquisition) de l’obligation N : Période de placement exprimée généralement en années. 𝑇𝑅𝑅 = 𝑉𝑎𝑙𝑒𝑢𝑟𝑓𝑖𝑛𝑎𝑙𝑒 𝑚𝑖𝑠𝑒𝑖𝑛𝑖𝑡𝑖𝑎𝑙𝑒 𝑛 − 1
  • 48. 2. Caractéristiques des obligation 48 2.3.4. Le taux de rendement courant : Donne à l’obligation le rendement généré par le paiement des coupons annuellement. Le rendement courant est donné par le rapport du coupon annuel au prix de l’obligation à un moment donné. Le calcul du rendement courant d’une obligation ne prend en considération que la partie du rendement total provenant des coupon .Le gain en capital que réalisera l’investisseur au moment de l’échéance de l’obligation ainsi que les revenus d’intérêt découlant du réinvestissement des coupons périodiques ne sont pas pris en compte dans le calcul. 𝑅𝑒𝑛𝑑𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 = 𝐶𝑜𝑢𝑝𝑜𝑛 𝑎𝑛𝑛𝑢𝑒𝑙 𝑃𝑟𝑖𝑥 𝑎𝑐𝑡𝑢𝑒𝑙
  • 49. 49 2.3.5. Le taux réel: Il est égal au taux d’intérêt nominal moins le taux de variation des prix. L’exemple suivant permet de comprendre cette notion : soit un titre obligataire émis à un taux nominal de 7%, alors que la hausse des prix est de 2% nous donne un taux d’intérêt de : (7%- 2%) = 5%. 2.4. Les modes d’émission des obligations Deux techniques sont utilisées pour le placement des titres obligataires dans le public il s’agit de : l’adjudication et la syndication. 2.4.1. La technique de l’adjudication Cette technique est souvent appliquée pour les emprunts corporatifs. Néanmoins, elle est sollicitée lors des émissions d’Obligations Assimilables du Trésor (OAT). Il existe deux types d’émissions par adjudication
  • 50. 50 1. Adjudication à la Française Après dépouillement des ordres d’achat, l’émetteur fixe le prix minimum à partir duquel les ordres seront servis. Ainsi, les soumissions retenues seront servies au même prix et pour le même montant. 2. Adjudication à la Hollandaise (au prix demandé ) L’émetteur sert les soumissionnaires qui ont proposé les prix les plus élevés puis il descend dans l’échelle de prix jusqu’à ce que le montant qu’il souhaite obtenir soit atteint. Cette technique se distingue de la première du fait que le prix payé par les investisseurs n’est pas unique, mais il est égal au prix qu’ils ont proposé lors des soumissions.
  • 51. 51 2.4.2. La technique de la syndication Comme son nom l’indique, cette technique nécessite la mise en place d’un syndicat (pool bancaire) qui assure l’organisation, le placement et la garantie des opérations. C’est une technique consistant à définir un prix pour lequel les titres seront offerts au public ; la société dévoile le prix pour lequel elle cède les titres et les investisseurs n’auront qu’à définir les quantités qu’ils souhaitent acquérir.
  • 52. 52 2.5 Les modalités de remboursement des obligations On appelle remboursement d'un emprunt son amortissement qui correspond à la restitution par l’emprunteur au créancier de la somme empruntée. Selon les spécificités du contrat d’émission obligataire Les principales modalités de remboursement d'une obligation sont : • Le remboursement in fine : tout le capital est remboursé en bloc à l'échéance. • Le remboursement par annuités constantes : tranches égales, appelé aussi amortissement constant • le remboursement par amortissements constants • Le remboursement des obligations dites à coupon zéro. :.
  • 53. 53 2.5.1. Le remboursement in fine Le remboursement du principal de l‘obligation se réalise en une seule fois à la date d'échéance du titre. C'est un peu comme si, pour l'achat à crédit d'une voiture, vous remboursiez pendant la durée de l'emprunt, uniquement les intérêts et, à l'échéance, le montant du prêt consenti. ce qui permet à l’entreprise de bénéficier de la totalité du montant de l’emprunt pendant toute la durée de vie de ce dernier. Bien que cette modalité induit une lourde charge financière pour l’entreprise émettrice en fin de contrat et représente un risque de non remboursement reporté à l’échéance pour le prêteur, elle reste la formule la plus simple et la plus fréquente. En général, l’entreprise choisit ce mode d’amortissement quand elle anticipe une amélioration de ses cash-flows à l’échéance de l’emprunt.
  • 54. 2.5 Les modalités de remboursement des obligations 2.5. 2. Remboursement par Annuités Constantes La somme des intérêts versés et du principal est identique chaque année. Ainsi au fur et à mesure des remboursements, le montant des intérêts versés diminuera au profit du remboursement du principal. C'est le type de remboursement le plus utilisé dans les crédits autos par exemple. Montant de l'annuité : Montant des intérêts et du principal versés chaque année aux obligataires. L'annuité est fixe durant toute la durée de vie de l'obligation. 54
  • 55. 2.5.3. Remboursement par Amortissements Constants Le principal est remboursé tous les ans d'un montant identique. Il est d'usage de diviser le montant du principal par le nombre d'années de remboursement pour connaître le montant des amortissements.  Attention ! Ne pas confondre  Annuité (remboursement du principal + intérêt)  et Amortissement (uniquement remboursement annuel du principal). 55
  • 56. 2.5.4. Coupon zéro: Durant toute la durée de vie de l'obligation, aucun versement n'est effectué. Le principal n'est remboursé qu'en fin de vie, les intérêts produisent eux-mêmes des intérêts qui seront versés à la fin de la durée de vie du titre. 56
  • 57. 57  Les différentes catégories:  les obligations à taux fixe  sont émises par des sociétés ou des gouvernements qui s'engagent à verser un revenu constant pendant toute la durée de l'emprunt.  Les obligations à taux variable  Ce sont des obligations dont le taux de rémunération varie d'une année à une autre selon un indice de référence ( l’inflation , taux interbancaire LIBOR ou EURIBOR …).  Ceci permet d'éviter les fluctuations des prix boursiers dues aux variations des taux. Un taux minimal est généralement garanti.