SlideShare une entreprise Scribd logo
Œuvrer ensemble
au paysage financier de demain
Filip Dierckx, Président Febelfin
Michel Vermaerke, Administrateur délégué Febelfin
Febelfin, 12 mars 2014
ORDRE DU JOUR
Febelfin Luncheon 2
I. 2013 a été une année charnière
Loi bancaire et Union bancaire, pièces maîtresses du nouveau paysage financier
II. Œuvrer ensemble au paysage financier de demain
• Impact de l’évolution du paysage financier
sur les modèles économiques de nos acteurs
• Financement de l'économie
• Offre équilibrée de l’épargne et des investissements
• Innovation et sécurité
III. Conclusion
Febelfin Luncheon 3
2013 a été une année charnière
Loi bancaire et Union bancaire, pièces maîtresses du
nouveau paysage financier
2013 a été une année charnière
Febelfin Luncheon 4
Moment de regarder vers l’avenir et
œuvrer ensemble au paysage financier de demain
Les règles du jeu sont désormais
connues
• Loi bancaire
• Twin Peaks
• Union bancaire
• BRRD
• Fonds de résolution
• CRD IV
• SEPA
• MiFID
• ….
7.144 pages de
nouvelles
réglementations
en 2013
Nouveau cadre réglementaire
Febelfin Luncheon 5
Le nouveau cadre réglementaire confirme dans une
large mesure les initiatives déjà prises au niveau sectoriel
Réduction bilan bancaire
(- 40,1%)
Réduction effet de levier
(- 52,0%)
Réduction actifs pondérés
en fonction des risques
(RWA) (- 42,8%)
Augmentation fonds
propres
(+ 20,9%)
Renforcement de la
liquidité et de la solvabilité
Réduction activités de
négoce
Critères d’octroi de crédit
équilibrés
Accent mis sur le
financement de l’économie
Rémunération : tenir
compte du long terme,
risque
….
Note : les pourcentages de variation portent sur la période de fin septembre 2008 à fin septembre 2013, sauf pour les RWA
(période fin décembre 2007 à fin septembre 2013)
Nouveau cadre réglementaire
Febelfin Luncheon 6
S’il devient impossible d’exercer les missions de base, le secteur compte sur la
sagesse des décideurs politiques et des autorités de contrôle pour intervenir dans
l’intérêt de l’économie et de la société
Importantes judiciarisation
et bureaucratisation
Compétitivité
et rentabilité
Capacité à apporter de
l’oxygène en cas de
relance de l’économie
Febelfin adhère à la finalité
du nouveau paysage financier
Mais exprime 3 préoccupations
Febelfin Luncheon 7
3missions de base
Le financement de
l’économie
L’ offre équilibré de
l’épargne et des
investissements
La création d’une
infrastructure financière
moderne et efficace
Quel impact
le nouveau
paysage
réglementaire
aura-t-il sur
l’exercice des
missions de
base ?
«Si la crise dans le secteur financier a provoqué une brusque rupture dans le rythme de croissance à long
terme, ce secteur n’en continue pas moins d’occuper une place très importante dans le redéploiement du
potentiel de développement de l’économie. » Rapport annuel BNB 2013
Point de vue
du secteur
Febelfin Luncheon 8
Œuvrer ensemble
au paysage financier de demain
• Impact de l’évolution du paysage financier
sur les modèles économiques de nos acteurs
• Financement de l'économie
• Offre équilibrée de l’épargne et des investissements
• Innovation et sécurité
Client
au centre
Le secteur bancaire en Belgique
La structure de base du secteur a radicalement évolué :
le levier a été réduit de moitié
30 septembre 2008 30 septembre 2013
Différence
30 septembre 2013
par rapport au
30 septembre 2008
Total bilan du secteur
(base consolidée,
en millions EUR)
1.663.138 996.661 - 40,1 %
Total fonds propres
(base consolidée,
en millions EUR)
51.339 62.066 + 20,9 %
Ratio de levier (ou
«ratio d’endettement
sur capitaux propres»;
base consolidée,
en unités)
31,40 x 15,06 x - 52,0 %
Actifs pondérés en
fonction des risques
(base consolidée,
en milliards EUR)
583,5
(au 31 décembre 2007)
334,0 - 42,8 %
Febelfin Luncheon 9
Source : Calculs Febelfin sur base de données de la BNB
Febelfin Luncheon 10
Le secteur bancaire en Belgique
La part du secteur bancaire dans l’économie se réduit
Source : BNB
Concentration sur le marché belge
Accent mis sur le financement de l’économie belge
11Febelfin Luncheon
Multiplication par deux
(2007 Ŕ Q3 2013)
Source : BNB
Febelfin Luncheon 12
Présence de succursales en Belgique
La Belgique compte le plus grand nombre de succursales de banques
étrangères dans la zone euro
Succursales
en Belgique
Evolution parts de marché dans la collecte de dépôts
Les succursales attirent une large part de l’accroissement des dépôts
Febelfin Luncheon 13
Part dans le total des dépôts
d’épargne (fin déc. 2013, en %)
Part dans la croissance du volume des
dépôts d’épargne en 2013 (en %)
61.1
29.5
9.4 0
Grandes banques
Autres banques
de droit belge
Succursales de
banques
étrangères
48.9
28.2
22.9 0
Par rapport à leur part de marché (9,4%), les succursales de banques
étrangères attirent une large part de la croissance des dépôts (22,9%)
Source : BNB
Febelfin Luncheon 14
Rentabilité en fonction de la compétitivité
Cost income ratio en Belgique parmi les plus élevés d’Europe
Source : BNB Source : BNB
Rentabilité en fonction de la fiscalité
Les prélèvements bancaires atteignent des niveaux
intenables
Febelfin Luncheon 15
Moment de discuter de la diminution de la taxation spécifique au secteur, compte tenu des
remboursements des aides publiques et de la vente d’actifs financiers par les autorités ?
X 6
Au cours de la période 2008
à 2013, le secteur financier
a payé aux pouvoirs publics
des contributions
spécifiques pour
2,7 mia EUR
2007 2012 2013 2014
SGD ordinaire 41,1 258 274 290
SGD spécial et supplémentaire x 580 171 x
FSC x 250 155 155 e
Taxe loan-to-deposit x 81 96 e 96 e
Taxe d’abonnement 111,2 145 235 e 400 e
Total 152,3 1314 931 e 941 e
Contributions pour la constitution SGD / fonds de résolution
Contributions de solidarité + exonération fiscale épargne
445
mio
EUR
en
2014
496
mio
EUR
en
2014
e : estimation
Rentabilité en fonction de la fiscalité
Importante valeur ajoutée nette du secteur
Febelfin Luncheon 16
162,375
12,828 4,068
0
Valeur ajoutée nette toutes entreprises
confondues (coûts salariaux inclus)
Valeur ajoutée nette des sociétés non financières
Valeur ajoutée nette des institutions financières à l'exception des
assurances et des fonds de pension
Valeur ajoutée nette des entreprises d'assurances et fonds de
pension
28,163
5,124
1,977
0
Valeur ajoutée nette toutes entreprises
confondues (coûts salariaux exclus)
Note : Calculs Febelfin sur base de calculs nationaux ; situation 2012 en mio EUR
Febelfin Luncheon 17
Rentabilité en fonction de la fiscalité
2/3 de la valeur ajoutée nette du secteur (coûts salariaux exclus) vont aux
pouvoirs publics sous forme d’impôt des sociétés et d’autres prélèvements
66,3%20,2%
5,703
28,163
0
5,000
10,000
15,000
20,000
25,000
30,000
Sociétés non financières belges
3,398
5,124
0
1,000
2,000
3,000
4,000
5,000
6,000
Institutions financières à l'exception des
entreprises d’assurance et des fonds de pension
Total impôt des sociétés et autres
taxes et prélèvements
Valeur ajoutée nette, coûts salariaux
exclus
Note : Calculs Febelfin sur lbase de calculs nationaux ; situation 2012 ; en mio EUR
.
Rentabilité en fonction de la capacité de financement
Rentabilité positive au niveau sectoriel, mais demeurant néanmoins
faible
Source : IMF, Belgium: Concluding Statement of the 2014 Article IV Mission - décembre 16, 2013
18Febelfin Luncheon
Banking sector restructuring has reduced financial vulnerabilities all the while preserving the ability of the banks to
provide credit to the economy…. Financial sector risks going forward are mostly related to low structural
profitability and thus the ability of banks to build capital buffers from retained earnings, should the need arise.
Pressures on profits come from high operating costs, the low interest rate environment and the structural
constraint of operating in a mature, low-growth market.….
• Disparités au sein du secteur
• Importance de la rentabilité pour la
capacité de financement du secteur
Réseau d’agences
La nouvelle réalité numérique et l’évolution du comportement des
consommateurs, continueront-ils à avoir un impact sur le réseau
d’agences ?
Febelfin Luncheon 19
Evolution nombre d’agences (1993 Ŕ 2013)
Nombre d’abonnements de la banque
par internet (2003 – 2013)
(en millions)
0.0
2.0
4.0
6.0
8.0
10.0
12.0
1.8
2.4
3.0
3.8
4.6
5.7
6.6
7.4
8.1
9.1
10.1
Source : Febelfin
Source : Febelfin
Emploi sous pression
Le secteur continue toutefois d’engager de jeunes talents
Febelfin Luncheon
Note : CP 310 : banques, hors banques d’épargne, agents et sociétés de bourse
20
Evolution emploi
(2003 Ŕ 2013; CP310)
Baisse moyenne par an au
cours de la période
2008 Ŕ 2013
= 3 %
Evolution recrutements
(2003 - 2013; CP310)
Fin d’année # Recrutements
2003 4.467
2004 4.369
2005 5.523
2006 6.149
2007 5.478
2008 3.963
2009 2.644
2010 4.288
2011 4.398
2012 3.003
2013 (1.300 *)
Source : Febelfin;* = éstimation pour 2013
Fin d’année # Travailleurs Différence
2003 68.381
2004 66.723 -2,4%
2005 64.801 -2,9%
2006 63.494 -2,0%
2007 63.041 -0,7%
2008 61.394 -2,6%
2009 58.476 -4,8%
2010 57.834 -1,1%
2011 57.190 -1,1%
2012 55.576 -2,8%
2013* 53.075* -4,5%
Source : Febelfin; * = éstimation pour 2013
Importance de la formation
La part du personnel plus qualifié augmente
Febelfin Luncheon 21
43.11
31.58
23.28
1,7 0,33
2002
Composition du personnel bancaire
sur base de formation (en %)
2012
Composition du personnel bancaire
sur base de formation (en %)
36.57
21.28
33.39
6.48
2.29
ESNU (Etudes sup.
non univ. - bachelor)
Universitaire (Master
ou doctorat)
Secondaire supérieur
Secondaire inférieur
Autres diplômes
Source : Calculs Febelfin
Importance de la formation
Le secteur investit beaucoup dans la formation et va plus loin que le
Pacte de solidarité entre les générations
Febelfin Luncheon 22
Pacte de
solidarité
entre les
générations
1,9%
Moyenne
belge
1,53%/
1,72%*
Secteur
financier
3,06%
* 1,72% = entreprises occupant plus de 10 travailleurs
Source Centrale des Bilans BNB (% par rapport aux frais de personnel) - année 2011
13.988 formations intermédiation
bancaire
2.927 formations intermédiation
crédit à la consommation
Complément de formation e.a en
matière de risk et de compliance
Formations depuis 2008
Le secteur investit dans la formation et va plus loin que ce qui est prévu
dans le Pacte de solidarité entre les générations
=> possibilité soutien fiscal ?
Febelfin Luncheon 23
Œuvrer ensemble au paysage financier de demain
Bilans réduits
Concentration sur le
marché belge  degré
de concurrence élevé
Banques plus résistantes
aux chocs
Importance de la
numérisation
Pression fiscale élevée Cost income ratio élevé
Faible rentabilité Impact sur l’emploi
Importance de la
formation
Impact de l’évolution du paysage financier sur
les modèles économiques de nos acteurs
Febelfin Luncheon 24
Œuvrer ensemble
au paysage financier de demain
• Impact de l’évolution du paysage financier
sur les modèles économiques de nos acteurs
• Financement de l'économie
• Offre équilibrée de l’épargne et des investissements
• Innovation et sécurité
Client
au centre
Febelfin Luncheon 25
Evolution octroi de crédit
Croissance en %
(fin 2007 Ŕ 2013)
Croissance en
montants
absolus
(fin 2007 Ŕ 2013)
Encours
(fin 2013)
Crédits aux pouvoirs
publics belges
+ 25,07% +17,246 mia EUR 86,0 mia EUR
Crédits aux ménages
belges (crédits
hypothécaires)
+ 34,11% +47,536 mia EUR 186,9 mia EUR
Crédits aux
entreprises belges
+21,32% +20,695 mia EUR 117,8 mia EUR
Total des crédits + 28,0% + 85,477 mia EUR 390,7 mia EUR
Octroi de crédit
Le financement de notre économie belge est une priorité
Source : BNB
Chiffres de Febelfin
= BNB + crédits
d’engagement +
indépendants /
professions libérales
Chiffres BNB
= encours des crédits
bancaires, utilisés par
des sociétés non
financières belges
Octroi de crédit aux entreprises
Croissance de près de 3 milliards EUR depuis septembre 2013
Efforts
secteur
Fonds PME
Encours (en mio EUR)
Observatoire BNB
encours(x1.000.000€)
Febelfin Luncheon 26
Progression du financement alternatif
Rôle d’intermédiaire important pour les banques dans l’émission
d’obligations d’entreprises
Febelfin Luncheon 27
0
5000
10000
15000
20000
25000
30000
35000
40000
2008 2009 2010 2011 2012 Q3
2013
11,174
18,416
20,752
23,131
31,325
35,187
Encours titres à revenus
fixes émis par sociétés non
financières belges (en mio
EUR)
X 3,15
Source : BNB
Octroi de crédit aux entreprises
Les taux comptent parmi les plus avantageux d’Europe
Febelfin Luncheon 28
Taux d’intérêt pondéré moyen
2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
5,03% 5,32% 3,73% 3,20% 3,45% 3,07% 2,97%
Source : BNB
Source : BNB
Febelfin Luncheon 29
Octroi de crédit aux entreprises
Le degré de refus est à son plus bas niveau depuis 2009
Refus – indice moyen par trimestre
(indice 100 = huit premiers mois de 2008)
Source : Febelfin
Octroi de crédit aux entreprises
Accès au crédit en Belgique plus aisé que dans le reste de l’Europe
Febelfin Luncheon 30
Source : BNB
Febelfin Luncheon
Financement de la relance économique
Les banques pourront-elles financer une relance ?
Febelfin Luncheon 32
La capacité de financement des banques n’est pas une
« donnée statique », mais dépend de différents facteurs
Réglementation
Facteurs économiques
(emploi, incertitudes économiques,
demande de crédit, …)
Les banques pourront-elles financer
la relance économique ?
Fonds propres PME
Nécessité soutien structurel
Febelfin Luncheon 33
• Le degré d’indépendance financière (rapport entre fonds
propres et engagements) augmente pour les PME passant
à 39% fin 2012
• Pour les grandes entreprises, le degré d’indépendance
financière est passé pendant toute la période à 44,7% fin
2012
• 17,3% des entreprises comptabilisent des fonds propres
négatifs en 2012, autrement dit +/- 1 entreprise sur 6 se
trouve dans une situation peu confortable
• Enquête BNB auprès d’un échantillon de 241.092 sociétés
non financières (couvre pour 2012 plus de 70%)
Source : BNB – Résultats et situation financière des entreprises en 2012
Des mesures en vue de renforcer les fonds propres
des PME semblent nécessaires
Un scénario possible pourrait être : une réforme de la déduction des intérêts notionnels, prévoyant
une adaptation en faveur des PME du taux d’intérêt fictif qui est calculé sur la base de la
moyenne des OLO à 10 ans (obligations linéaires)
Octroi de crédit
Harmoniser mesures d’aide régionales, fédérales et européennes
Febelfin Luncheon 34
Eventail de mesures de soutien du crédit
 PMV
 Sowalfin
 Fonds de Garantie bruxellois
 Win win leningen
 BEI
 ….
Besoin d’harmonisation
Octroi de crédit aux ménages
Clarté sur la forme du bonus logement régional
Febelfin Luncheon 35
Une part importante du revenu sert au remboursement
du crédit hypothécaire
Important de faire rapidement la
clarté sur la forme du bonus
logement régional
• 4ème pilier de pension
• Moyenne €1,740 par crédit et par année
= revenu mensuel moyen
• Limitation éventuelle en fonction de la
durée du prêt, du groupe d’âge du
bénéficiaire, de l’impact écologique du
logement, etc.
• Important pour maintenir le pouvoir
d’achat compte tenu de la pression fiscale
élevée en Belgique
Source : BNB
Febelfin Luncheon 36
Œuvrer ensemble
au paysage financier de demain
• Impact de l’évolution du paysage financier
sur les modèles économiques de nos acteurs
• Financement de l'économie
• Offre équilibrée de l’épargne et des investissements
• Innovation et sécurité
Client
au centre
Fiscalité produits financiers
Les produits sont traités différemment au plan fiscal et par conséquent
« orientés »
Febelfin Luncheon 37
Source : Febelfin
Fiscalité des produits financiers
La vigilance est de mise car le paysage bancaire repose plus que jamais
sur du financement stable
Febelfin Luncheon 38
Dépôts
Dettes interbancaires
et wholesale funding
Source : BNB
Fiscalité des produits financiers
Le groupe de travail « executive » a été lancé pour collaborer
de manière constructive
Febelfin Luncheon 39
En cas de refonte de la fiscalité, les éléments suivants
devront être au centre :
Simplicité
Equité
Prévisibilité (sécurité juridique)
• Création groupe de travail de
haut niveau chez Febelfin
• Fiscalité uniforme
(indépendance vis-à-vis de la
durée, du profil de risque, …)
• Choix du client déterminé par
les caractéristiques du
produit
Marché des OPC belge
Febelfin Luncheon 40
Redressement du
marché européen des
OPC, mais pas du
marché belge
• Les OPC sont désavantagés en ce sens qu’ils sont soumis à un
traitement fiscal inégal
• Le marché des fonds contribue aux investissements à LT et est
important pour le financement alternatif de l’économie
Statut fiscal optimisé pour ces instruments financiers
Source : BeAMA
Devoir de diligence
Elément clé pour la banque en relation avec le client
Febelfin Luncheon 41
Le client est plus que jamais protégé
MACRO, e.a.
CRD IV
Capital, liquidité, levier, …
Union bancaire
Contrôle unifié, mesures de redressement et
de résolution, SGD
Loi bancaire
Gouvernance, bail-in, asset encumbrance, …
MICRO, e.a.
Moratoire
Twin Peaks II
Présomption lien de cause à effet infraction et
dommage, mystery shopping, renforcement des
sanctions, banning, labelling, …
MiFID I, MiFID II, …
BANQUE CLIENT
Febelfin Luncheon 42
Œuvrer ensemble
au paysage financier de demain
• Impact de l’évolution du paysage financier
sur les modèles économiques de nos acteurs
• Financement de l'économie
• Offre équilibrée de l’épargne et des investissements
• Innovation et sécurité
Client
au centre
Paiements électroniques
La banque par internet devient de plus en plus populaire
Febelfin Luncheon 43
• La banque par internet est une
manière rapide, simple et sûre
d’effectuer ses opérations bancaires
• Campagnes de sensibilisation de
Febelfin
1,2 million de sessions enregistrées par jour !
1,8
2,4
3,0
3,8
4,6
5,7
6,6
7,4
8,1
9,1
10,1
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Aantal abonnementen internet bankieren (in miljoen)
Nombre d’abonnements de la banque par internet
(en millions)
0,136
0,361
1,039
2011 2012 2013
Aantal abonnementen
mobile banking (in miljoen)
Nombre
d’abonnements
mobile banking
(en millions)
Amazing Mindreader:
visionné plus de 11
millions de fois
See how easily freaks can take over
your life: visionné plus de 700.000
fois + récompensé meilleure
campagne de 2013Source : Febelfin
Paiements électroniques
Nouvelles initiatives
44
Febelfin soutient
la facturation électronique
Febelfin Luncheon
45
Marge pour l’innovation et la croissance
Stimuler R&D
Le cash reste important en Belgique
Febelfin Luncheon
46
Marge pour l’innovation et la croissance
Stimuler R&D
Le e-commerce en Belgique
offre un potentiel de
croissance et requiert des
paiements efficaces,
innovants et sûrs
Subsides/avantages fiscaux
spécifiques pour des
investissements IT, R&D en
développement
économie numérique
=> contribution à
l’économie de
connaissances
Source : Special Eurobarometer- 390 Cyber Security Report
Febelfin Luncheon
Febelfin Luncheon 47
Conclusion
Febelfin Luncheon 48
2013 A ETE UNE ANNEE CHARNIERE
Les règles du jeu sont connues
(e.a. loi bancaire et union bancaire)
Paysage financier plus sûr et plus stable pour le client
• L’épargne n’avait encore jamais été aussi bien protégée
• La nouvelle réglementation bétonne le chemin déjà emprunté par le
secteur (e.a. réduction du bilan, renforcement des fonds
propres, réduction du levier, …)
• Le contrôle a été élargi
• …
Plaidoyer pour une évaluation intermédiaire
en fonction de la capacité de financement
Febelfin Luncheon 49
MOMENT DE REGARDER VERS L’AVENIR ET
ŒUVRER ENSEMBLE AU PAYSAGE FINANCIER DE DEMAIN
Maintenir le client
au centre des préoccupations
Mettre l’accent sur les missions de base
Secteur financier, moteur de croissance
Adapter les modèles économiques à la
nouvelle réalité
(e.a. concurrence nationale, cost income ratio
élevé, pression croissante sur la rentabilité, …)
L’importance de la numérisation et de
l’innovation

Contenu connexe

Tendances

Revue de presse kylia semaine 19
Revue de presse kylia   semaine 19Revue de presse kylia   semaine 19
Revue de presse kylia semaine 19
KYLIA France
 
S41 revue de presse kylia - semaine du 30 septembre au 6 octobre 2019
S41   revue de presse kylia - semaine du 30 septembre  au 6 octobre 2019S41   revue de presse kylia - semaine du 30 septembre  au 6 octobre 2019
S41 revue de presse kylia - semaine du 30 septembre au 6 octobre 2019
KYLIA France
 
Suivi de la collecte et des placements des 12 principaux assureurs vie à fin ...
Suivi de la collecte et des placements des 12 principaux assureurs vie à fin ...Suivi de la collecte et des placements des 12 principaux assureurs vie à fin ...
Suivi de la collecte et des placements des 12 principaux assureurs vie à fin ...
Groupe SFC, cabinet d'expertise comptable
 
Altavalue t4 2013 (1)
Altavalue t4 2013 (1)Altavalue t4 2013 (1)
Altavalue t4 2013 (1)
jeanrognetta
 
immobilier international, Le Temps, Jérôme Chevallerau 02.02.15
immobilier international, Le Temps, Jérôme Chevallerau 02.02.15immobilier international, Le Temps, Jérôme Chevallerau 02.02.15
immobilier international, Le Temps, Jérôme Chevallerau 02.02.15
Jérôme Chevallerau
 
Pour un RGPP locale
Pour un RGPP localePour un RGPP locale
Pour un RGPP locale
Fondation iFRAP
 
Guide de l'investissement immobilier 2014
Guide de l'investissement immobilier 2014Guide de l'investissement immobilier 2014
Guide de l'investissement immobilier 2014
Monimmeuble.com
 
Note sur les PME et ETI Françaises face à la conjoncture
Note sur les PME et ETI Françaises face à la conjonctureNote sur les PME et ETI Françaises face à la conjoncture
Note sur les PME et ETI Françaises face à la conjoncture
jeanrognetta
 
PEA-PME : le coup d'envoi
PEA-PME : le coup d'envoi PEA-PME : le coup d'envoi
PEA-PME : le coup d'envoi
PME Finance
 
Octroi de crédits aux entreprises mise à jour décembre 2015-fofe
Octroi de crédits aux entreprises mise à jour décembre 2015-fofeOctroi de crédits aux entreprises mise à jour décembre 2015-fofe
Octroi de crédits aux entreprises mise à jour décembre 2015-fofe
Saar Carre
 
Médiation du crédit
Médiation du créditMédiation du crédit
Revue de presse 02 au 06 juillet 2012
Revue de presse 02 au 06 juillet 2012Revue de presse 02 au 06 juillet 2012
Revue de presse 02 au 06 juillet 2012
tpillon
 
Rapport annuel 2018 de la SNCI
Rapport annuel 2018 de la SNCIRapport annuel 2018 de la SNCI
Rapport annuel 2018 de la SNCI
Paperjam_redaction
 
Greece : On learning from one’s mistakes
Greece : On learning from one’s mistakesGreece : On learning from one’s mistakes
Greece : On learning from one’s mistakes
Dominique Strauss-Kahn
 
le plan francais contre la crise financiere
le plan francais contre la crise financierele plan francais contre la crise financiere
le plan francais contre la crise financiere
UNI
 
Rapport annuel SNCI 2020
Rapport annuel SNCI 2020Rapport annuel SNCI 2020
Rapport annuel SNCI 2020
Paperjam_redaction
 
Point de Mire, Nr. 61, Summer 2015
Point de Mire, Nr. 61, Summer 2015Point de Mire, Nr. 61, Summer 2015
Point de Mire, Nr. 61, Summer 2015
Daniel Stanislaus Martel
 
La gestion de la dette fédérale après la crise des dettes souveraines jean ...
La gestion de la dette fédérale après la crise des dettes souveraines   jean ...La gestion de la dette fédérale après la crise des dettes souveraines   jean ...
La gestion de la dette fédérale après la crise des dettes souveraines jean ...
Forums financiers de Wallonie
 
Octroi de crédits aux entreprises mise à jour février 2015
Octroi de crédits aux entreprises mise à jour février 2015Octroi de crédits aux entreprises mise à jour février 2015
Octroi de crédits aux entreprises mise à jour février 2015
Febelfin
 
Rapport annuel 2017 Convertir le redressement conjoncturel en une croissance ...
Rapport annuel 2017 Convertir le redressement conjoncturel en une croissance ...Rapport annuel 2017 Convertir le redressement conjoncturel en une croissance ...
Rapport annuel 2017 Convertir le redressement conjoncturel en une croissance ...
Forums financiers de Wallonie
 

Tendances (20)

Revue de presse kylia semaine 19
Revue de presse kylia   semaine 19Revue de presse kylia   semaine 19
Revue de presse kylia semaine 19
 
S41 revue de presse kylia - semaine du 30 septembre au 6 octobre 2019
S41   revue de presse kylia - semaine du 30 septembre  au 6 octobre 2019S41   revue de presse kylia - semaine du 30 septembre  au 6 octobre 2019
S41 revue de presse kylia - semaine du 30 septembre au 6 octobre 2019
 
Suivi de la collecte et des placements des 12 principaux assureurs vie à fin ...
Suivi de la collecte et des placements des 12 principaux assureurs vie à fin ...Suivi de la collecte et des placements des 12 principaux assureurs vie à fin ...
Suivi de la collecte et des placements des 12 principaux assureurs vie à fin ...
 
Altavalue t4 2013 (1)
Altavalue t4 2013 (1)Altavalue t4 2013 (1)
Altavalue t4 2013 (1)
 
immobilier international, Le Temps, Jérôme Chevallerau 02.02.15
immobilier international, Le Temps, Jérôme Chevallerau 02.02.15immobilier international, Le Temps, Jérôme Chevallerau 02.02.15
immobilier international, Le Temps, Jérôme Chevallerau 02.02.15
 
Pour un RGPP locale
Pour un RGPP localePour un RGPP locale
Pour un RGPP locale
 
Guide de l'investissement immobilier 2014
Guide de l'investissement immobilier 2014Guide de l'investissement immobilier 2014
Guide de l'investissement immobilier 2014
 
Note sur les PME et ETI Françaises face à la conjoncture
Note sur les PME et ETI Françaises face à la conjonctureNote sur les PME et ETI Françaises face à la conjoncture
Note sur les PME et ETI Françaises face à la conjoncture
 
PEA-PME : le coup d'envoi
PEA-PME : le coup d'envoi PEA-PME : le coup d'envoi
PEA-PME : le coup d'envoi
 
Octroi de crédits aux entreprises mise à jour décembre 2015-fofe
Octroi de crédits aux entreprises mise à jour décembre 2015-fofeOctroi de crédits aux entreprises mise à jour décembre 2015-fofe
Octroi de crédits aux entreprises mise à jour décembre 2015-fofe
 
Médiation du crédit
Médiation du créditMédiation du crédit
Médiation du crédit
 
Revue de presse 02 au 06 juillet 2012
Revue de presse 02 au 06 juillet 2012Revue de presse 02 au 06 juillet 2012
Revue de presse 02 au 06 juillet 2012
 
Rapport annuel 2018 de la SNCI
Rapport annuel 2018 de la SNCIRapport annuel 2018 de la SNCI
Rapport annuel 2018 de la SNCI
 
Greece : On learning from one’s mistakes
Greece : On learning from one’s mistakesGreece : On learning from one’s mistakes
Greece : On learning from one’s mistakes
 
le plan francais contre la crise financiere
le plan francais contre la crise financierele plan francais contre la crise financiere
le plan francais contre la crise financiere
 
Rapport annuel SNCI 2020
Rapport annuel SNCI 2020Rapport annuel SNCI 2020
Rapport annuel SNCI 2020
 
Point de Mire, Nr. 61, Summer 2015
Point de Mire, Nr. 61, Summer 2015Point de Mire, Nr. 61, Summer 2015
Point de Mire, Nr. 61, Summer 2015
 
La gestion de la dette fédérale après la crise des dettes souveraines jean ...
La gestion de la dette fédérale après la crise des dettes souveraines   jean ...La gestion de la dette fédérale après la crise des dettes souveraines   jean ...
La gestion de la dette fédérale après la crise des dettes souveraines jean ...
 
Octroi de crédits aux entreprises mise à jour février 2015
Octroi de crédits aux entreprises mise à jour février 2015Octroi de crédits aux entreprises mise à jour février 2015
Octroi de crédits aux entreprises mise à jour février 2015
 
Rapport annuel 2017 Convertir le redressement conjoncturel en une croissance ...
Rapport annuel 2017 Convertir le redressement conjoncturel en une croissance ...Rapport annuel 2017 Convertir le redressement conjoncturel en une croissance ...
Rapport annuel 2017 Convertir le redressement conjoncturel en une croissance ...
 

Similaire à Oeuvrer ensemble au paysage financier de demain

Bpce 4 t11_resultats_fr_vf
Bpce 4 t11_resultats_fr_vfBpce 4 t11_resultats_fr_vf
Bpce 4 t11_resultats_fr_vf
BPCE
 
Bpce 4 t11_resultats_fr_vf
Bpce 4 t11_resultats_fr_vfBpce 4 t11_resultats_fr_vf
Bpce 4 t11_resultats_fr_vf
BPCE
 
Présentation - Assises des délais de paiement
Présentation - Assises des délais de paiementPrésentation - Assises des délais de paiement
Présentation - Assises des délais de paiement
AlexaandreSCALIA
 
OCDE-Luxembourg-2015-diversifier-la-croissance
OCDE-Luxembourg-2015-diversifier-la-croissanceOCDE-Luxembourg-2015-diversifier-la-croissance
OCDE-Luxembourg-2015-diversifier-la-croissance
OECD, Economics Department
 
Présentation PEA PME
Présentation PEA PMEPrésentation PEA PME
Présentation PEA PME
PME Finance
 
Présentation PEA PME
Présentation PEA PMEPrésentation PEA PME
Présentation PEA PME
PME Finance
 
Synthèse des travaux SEPL 2014-2015
Synthèse des travaux SEPL 2014-2015Synthèse des travaux SEPL 2014-2015
Synthèse des travaux SEPL 2014-2015
Franck THOUNY
 
ABBL.pdf
ABBL.pdfABBL.pdf
credit suisse Letter to shareholders Q3/2005
credit suisse Letter to shareholders Q3/2005credit suisse Letter to shareholders Q3/2005
credit suisse Letter to shareholders Q3/2005
QuarterlyEarningsReports2
 
Actualité fiscale et Loi de Finances 2023 pour le secteur financier 
Actualité fiscale et Loi de Finances 2023 pour le secteur financier  Actualité fiscale et Loi de Finances 2023 pour le secteur financier 
Actualité fiscale et Loi de Finances 2023 pour le secteur financier 
Deloitte Société d'Avocats
 
Bilan activité Bpifrance 2019
Bilan activité Bpifrance 2019Bilan activité Bpifrance 2019
Bilan activité Bpifrance 2019
Bpifrance
 
Annuaire de la compétitivité 2015 uel
Annuaire de la compétitivité 2015   uelAnnuaire de la compétitivité 2015   uel
Annuaire de la compétitivité 2015 uel
Luxemburger Wort
 
Présentation du financement participatif des entreprises
Présentation du financement participatif des entreprisesPrésentation du financement participatif des entreprises
Présentation du financement participatif des entreprises
PME Finance
 
Enquête affacturage 2014
Enquête affacturage 2014Enquête affacturage 2014
Webinar performance Performance de la Direction Administrative & Financière
Webinar performance Performance de la Direction Administrative & FinancièreWebinar performance Performance de la Direction Administrative & Financière
Webinar performance Performance de la Direction Administrative & Financière
David Leclercq
 
Investir dans la Dette de PME dynamiques via les NOUVEAUX FCPR et visez un re...
Investir dans la Dette de PME dynamiques via les NOUVEAUX FCPR et visez un re...Investir dans la Dette de PME dynamiques via les NOUVEAUX FCPR et visez un re...
Investir dans la Dette de PME dynamiques via les NOUVEAUX FCPR et visez un re...
BFM Business
 
Les fonds partenaires et Bpifrance - Bilan 2021
Les fonds partenaires et Bpifrance - Bilan 2021Les fonds partenaires et Bpifrance - Bilan 2021
Les fonds partenaires et Bpifrance - Bilan 2021
Bpifrance
 
Les invests : une des clés de la réussite de votre entreprise
Les invests : une des clés de la réussite de votre entrepriseLes invests : une des clés de la réussite de votre entreprise
Les invests : une des clés de la réussite de votre entreprise
Forums financiers de Wallonie
 

Similaire à Oeuvrer ensemble au paysage financier de demain (20)

Bpce 4 t11_resultats_fr_vf
Bpce 4 t11_resultats_fr_vfBpce 4 t11_resultats_fr_vf
Bpce 4 t11_resultats_fr_vf
 
Bpce 4 t11_resultats_fr_vf
Bpce 4 t11_resultats_fr_vfBpce 4 t11_resultats_fr_vf
Bpce 4 t11_resultats_fr_vf
 
Présentation - Assises des délais de paiement
Présentation - Assises des délais de paiementPrésentation - Assises des délais de paiement
Présentation - Assises des délais de paiement
 
OCDE-Luxembourg-2015-diversifier-la-croissance
OCDE-Luxembourg-2015-diversifier-la-croissanceOCDE-Luxembourg-2015-diversifier-la-croissance
OCDE-Luxembourg-2015-diversifier-la-croissance
 
Présentation PEA PME
Présentation PEA PMEPrésentation PEA PME
Présentation PEA PME
 
Présentation PEA PME
Présentation PEA PMEPrésentation PEA PME
Présentation PEA PME
 
Synthèse des travaux SEPL 2014-2015
Synthèse des travaux SEPL 2014-2015Synthèse des travaux SEPL 2014-2015
Synthèse des travaux SEPL 2014-2015
 
ABBL.pdf
ABBL.pdfABBL.pdf
ABBL.pdf
 
CES Avis
CES AvisCES Avis
CES Avis
 
credit suisse Letter to shareholders Q3/2005
credit suisse Letter to shareholders Q3/2005credit suisse Letter to shareholders Q3/2005
credit suisse Letter to shareholders Q3/2005
 
Actualité fiscale et Loi de Finances 2023 pour le secteur financier 
Actualité fiscale et Loi de Finances 2023 pour le secteur financier  Actualité fiscale et Loi de Finances 2023 pour le secteur financier 
Actualité fiscale et Loi de Finances 2023 pour le secteur financier 
 
Bilan activité Bpifrance 2019
Bilan activité Bpifrance 2019Bilan activité Bpifrance 2019
Bilan activité Bpifrance 2019
 
Annuaire de la compétitivité 2015 uel
Annuaire de la compétitivité 2015   uelAnnuaire de la compétitivité 2015   uel
Annuaire de la compétitivité 2015 uel
 
Présentation du financement participatif des entreprises
Présentation du financement participatif des entreprisesPrésentation du financement participatif des entreprises
Présentation du financement participatif des entreprises
 
Enquête affacturage 2014
Enquête affacturage 2014Enquête affacturage 2014
Enquête affacturage 2014
 
Webinar performance Performance de la Direction Administrative & Financière
Webinar performance Performance de la Direction Administrative & FinancièreWebinar performance Performance de la Direction Administrative & Financière
Webinar performance Performance de la Direction Administrative & Financière
 
Investir dans la Dette de PME dynamiques via les NOUVEAUX FCPR et visez un re...
Investir dans la Dette de PME dynamiques via les NOUVEAUX FCPR et visez un re...Investir dans la Dette de PME dynamiques via les NOUVEAUX FCPR et visez un re...
Investir dans la Dette de PME dynamiques via les NOUVEAUX FCPR et visez un re...
 
UEL Reformvorschläge
UEL ReformvorschlägeUEL Reformvorschläge
UEL Reformvorschläge
 
Les fonds partenaires et Bpifrance - Bilan 2021
Les fonds partenaires et Bpifrance - Bilan 2021Les fonds partenaires et Bpifrance - Bilan 2021
Les fonds partenaires et Bpifrance - Bilan 2021
 
Les invests : une des clés de la réussite de votre entreprise
Les invests : une des clés de la réussite de votre entrepriseLes invests : une des clés de la réussite de votre entreprise
Les invests : une des clés de la réussite de votre entreprise
 

Oeuvrer ensemble au paysage financier de demain

  • 1. Œuvrer ensemble au paysage financier de demain Filip Dierckx, Président Febelfin Michel Vermaerke, Administrateur délégué Febelfin Febelfin, 12 mars 2014
  • 2. ORDRE DU JOUR Febelfin Luncheon 2 I. 2013 a été une année charnière Loi bancaire et Union bancaire, pièces maîtresses du nouveau paysage financier II. Œuvrer ensemble au paysage financier de demain • Impact de l’évolution du paysage financier sur les modèles économiques de nos acteurs • Financement de l'économie • Offre équilibrée de l’épargne et des investissements • Innovation et sécurité III. Conclusion
  • 3. Febelfin Luncheon 3 2013 a été une année charnière Loi bancaire et Union bancaire, pièces maîtresses du nouveau paysage financier
  • 4. 2013 a été une année charnière Febelfin Luncheon 4 Moment de regarder vers l’avenir et œuvrer ensemble au paysage financier de demain Les règles du jeu sont désormais connues • Loi bancaire • Twin Peaks • Union bancaire • BRRD • Fonds de résolution • CRD IV • SEPA • MiFID • …. 7.144 pages de nouvelles réglementations en 2013
  • 5. Nouveau cadre réglementaire Febelfin Luncheon 5 Le nouveau cadre réglementaire confirme dans une large mesure les initiatives déjà prises au niveau sectoriel Réduction bilan bancaire (- 40,1%) Réduction effet de levier (- 52,0%) Réduction actifs pondérés en fonction des risques (RWA) (- 42,8%) Augmentation fonds propres (+ 20,9%) Renforcement de la liquidité et de la solvabilité Réduction activités de négoce Critères d’octroi de crédit équilibrés Accent mis sur le financement de l’économie Rémunération : tenir compte du long terme, risque …. Note : les pourcentages de variation portent sur la période de fin septembre 2008 à fin septembre 2013, sauf pour les RWA (période fin décembre 2007 à fin septembre 2013)
  • 6. Nouveau cadre réglementaire Febelfin Luncheon 6 S’il devient impossible d’exercer les missions de base, le secteur compte sur la sagesse des décideurs politiques et des autorités de contrôle pour intervenir dans l’intérêt de l’économie et de la société Importantes judiciarisation et bureaucratisation Compétitivité et rentabilité Capacité à apporter de l’oxygène en cas de relance de l’économie Febelfin adhère à la finalité du nouveau paysage financier Mais exprime 3 préoccupations
  • 7. Febelfin Luncheon 7 3missions de base Le financement de l’économie L’ offre équilibré de l’épargne et des investissements La création d’une infrastructure financière moderne et efficace Quel impact le nouveau paysage réglementaire aura-t-il sur l’exercice des missions de base ? «Si la crise dans le secteur financier a provoqué une brusque rupture dans le rythme de croissance à long terme, ce secteur n’en continue pas moins d’occuper une place très importante dans le redéploiement du potentiel de développement de l’économie. » Rapport annuel BNB 2013 Point de vue du secteur
  • 8. Febelfin Luncheon 8 Œuvrer ensemble au paysage financier de demain • Impact de l’évolution du paysage financier sur les modèles économiques de nos acteurs • Financement de l'économie • Offre équilibrée de l’épargne et des investissements • Innovation et sécurité Client au centre
  • 9. Le secteur bancaire en Belgique La structure de base du secteur a radicalement évolué : le levier a été réduit de moitié 30 septembre 2008 30 septembre 2013 Différence 30 septembre 2013 par rapport au 30 septembre 2008 Total bilan du secteur (base consolidée, en millions EUR) 1.663.138 996.661 - 40,1 % Total fonds propres (base consolidée, en millions EUR) 51.339 62.066 + 20,9 % Ratio de levier (ou «ratio d’endettement sur capitaux propres»; base consolidée, en unités) 31,40 x 15,06 x - 52,0 % Actifs pondérés en fonction des risques (base consolidée, en milliards EUR) 583,5 (au 31 décembre 2007) 334,0 - 42,8 % Febelfin Luncheon 9 Source : Calculs Febelfin sur base de données de la BNB
  • 10. Febelfin Luncheon 10 Le secteur bancaire en Belgique La part du secteur bancaire dans l’économie se réduit Source : BNB
  • 11. Concentration sur le marché belge Accent mis sur le financement de l’économie belge 11Febelfin Luncheon Multiplication par deux (2007 Ŕ Q3 2013) Source : BNB
  • 12. Febelfin Luncheon 12 Présence de succursales en Belgique La Belgique compte le plus grand nombre de succursales de banques étrangères dans la zone euro Succursales en Belgique
  • 13. Evolution parts de marché dans la collecte de dépôts Les succursales attirent une large part de l’accroissement des dépôts Febelfin Luncheon 13 Part dans le total des dépôts d’épargne (fin déc. 2013, en %) Part dans la croissance du volume des dépôts d’épargne en 2013 (en %) 61.1 29.5 9.4 0 Grandes banques Autres banques de droit belge Succursales de banques étrangères 48.9 28.2 22.9 0 Par rapport à leur part de marché (9,4%), les succursales de banques étrangères attirent une large part de la croissance des dépôts (22,9%) Source : BNB
  • 14. Febelfin Luncheon 14 Rentabilité en fonction de la compétitivité Cost income ratio en Belgique parmi les plus élevés d’Europe Source : BNB Source : BNB
  • 15. Rentabilité en fonction de la fiscalité Les prélèvements bancaires atteignent des niveaux intenables Febelfin Luncheon 15 Moment de discuter de la diminution de la taxation spécifique au secteur, compte tenu des remboursements des aides publiques et de la vente d’actifs financiers par les autorités ? X 6 Au cours de la période 2008 à 2013, le secteur financier a payé aux pouvoirs publics des contributions spécifiques pour 2,7 mia EUR 2007 2012 2013 2014 SGD ordinaire 41,1 258 274 290 SGD spécial et supplémentaire x 580 171 x FSC x 250 155 155 e Taxe loan-to-deposit x 81 96 e 96 e Taxe d’abonnement 111,2 145 235 e 400 e Total 152,3 1314 931 e 941 e Contributions pour la constitution SGD / fonds de résolution Contributions de solidarité + exonération fiscale épargne 445 mio EUR en 2014 496 mio EUR en 2014 e : estimation
  • 16. Rentabilité en fonction de la fiscalité Importante valeur ajoutée nette du secteur Febelfin Luncheon 16 162,375 12,828 4,068 0 Valeur ajoutée nette toutes entreprises confondues (coûts salariaux inclus) Valeur ajoutée nette des sociétés non financières Valeur ajoutée nette des institutions financières à l'exception des assurances et des fonds de pension Valeur ajoutée nette des entreprises d'assurances et fonds de pension 28,163 5,124 1,977 0 Valeur ajoutée nette toutes entreprises confondues (coûts salariaux exclus) Note : Calculs Febelfin sur base de calculs nationaux ; situation 2012 en mio EUR
  • 17. Febelfin Luncheon 17 Rentabilité en fonction de la fiscalité 2/3 de la valeur ajoutée nette du secteur (coûts salariaux exclus) vont aux pouvoirs publics sous forme d’impôt des sociétés et d’autres prélèvements 66,3%20,2% 5,703 28,163 0 5,000 10,000 15,000 20,000 25,000 30,000 Sociétés non financières belges 3,398 5,124 0 1,000 2,000 3,000 4,000 5,000 6,000 Institutions financières à l'exception des entreprises d’assurance et des fonds de pension Total impôt des sociétés et autres taxes et prélèvements Valeur ajoutée nette, coûts salariaux exclus Note : Calculs Febelfin sur lbase de calculs nationaux ; situation 2012 ; en mio EUR .
  • 18. Rentabilité en fonction de la capacité de financement Rentabilité positive au niveau sectoriel, mais demeurant néanmoins faible Source : IMF, Belgium: Concluding Statement of the 2014 Article IV Mission - décembre 16, 2013 18Febelfin Luncheon Banking sector restructuring has reduced financial vulnerabilities all the while preserving the ability of the banks to provide credit to the economy…. Financial sector risks going forward are mostly related to low structural profitability and thus the ability of banks to build capital buffers from retained earnings, should the need arise. Pressures on profits come from high operating costs, the low interest rate environment and the structural constraint of operating in a mature, low-growth market.…. • Disparités au sein du secteur • Importance de la rentabilité pour la capacité de financement du secteur
  • 19. Réseau d’agences La nouvelle réalité numérique et l’évolution du comportement des consommateurs, continueront-ils à avoir un impact sur le réseau d’agences ? Febelfin Luncheon 19 Evolution nombre d’agences (1993 Ŕ 2013) Nombre d’abonnements de la banque par internet (2003 – 2013) (en millions) 0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0 12.0 1.8 2.4 3.0 3.8 4.6 5.7 6.6 7.4 8.1 9.1 10.1 Source : Febelfin Source : Febelfin
  • 20. Emploi sous pression Le secteur continue toutefois d’engager de jeunes talents Febelfin Luncheon Note : CP 310 : banques, hors banques d’épargne, agents et sociétés de bourse 20 Evolution emploi (2003 Ŕ 2013; CP310) Baisse moyenne par an au cours de la période 2008 Ŕ 2013 = 3 % Evolution recrutements (2003 - 2013; CP310) Fin d’année # Recrutements 2003 4.467 2004 4.369 2005 5.523 2006 6.149 2007 5.478 2008 3.963 2009 2.644 2010 4.288 2011 4.398 2012 3.003 2013 (1.300 *) Source : Febelfin;* = éstimation pour 2013 Fin d’année # Travailleurs Différence 2003 68.381 2004 66.723 -2,4% 2005 64.801 -2,9% 2006 63.494 -2,0% 2007 63.041 -0,7% 2008 61.394 -2,6% 2009 58.476 -4,8% 2010 57.834 -1,1% 2011 57.190 -1,1% 2012 55.576 -2,8% 2013* 53.075* -4,5% Source : Febelfin; * = éstimation pour 2013
  • 21. Importance de la formation La part du personnel plus qualifié augmente Febelfin Luncheon 21 43.11 31.58 23.28 1,7 0,33 2002 Composition du personnel bancaire sur base de formation (en %) 2012 Composition du personnel bancaire sur base de formation (en %) 36.57 21.28 33.39 6.48 2.29 ESNU (Etudes sup. non univ. - bachelor) Universitaire (Master ou doctorat) Secondaire supérieur Secondaire inférieur Autres diplômes Source : Calculs Febelfin
  • 22. Importance de la formation Le secteur investit beaucoup dans la formation et va plus loin que le Pacte de solidarité entre les générations Febelfin Luncheon 22 Pacte de solidarité entre les générations 1,9% Moyenne belge 1,53%/ 1,72%* Secteur financier 3,06% * 1,72% = entreprises occupant plus de 10 travailleurs Source Centrale des Bilans BNB (% par rapport aux frais de personnel) - année 2011 13.988 formations intermédiation bancaire 2.927 formations intermédiation crédit à la consommation Complément de formation e.a en matière de risk et de compliance Formations depuis 2008 Le secteur investit dans la formation et va plus loin que ce qui est prévu dans le Pacte de solidarité entre les générations => possibilité soutien fiscal ?
  • 23. Febelfin Luncheon 23 Œuvrer ensemble au paysage financier de demain Bilans réduits Concentration sur le marché belge  degré de concurrence élevé Banques plus résistantes aux chocs Importance de la numérisation Pression fiscale élevée Cost income ratio élevé Faible rentabilité Impact sur l’emploi Importance de la formation Impact de l’évolution du paysage financier sur les modèles économiques de nos acteurs
  • 24. Febelfin Luncheon 24 Œuvrer ensemble au paysage financier de demain • Impact de l’évolution du paysage financier sur les modèles économiques de nos acteurs • Financement de l'économie • Offre équilibrée de l’épargne et des investissements • Innovation et sécurité Client au centre
  • 25. Febelfin Luncheon 25 Evolution octroi de crédit Croissance en % (fin 2007 Ŕ 2013) Croissance en montants absolus (fin 2007 Ŕ 2013) Encours (fin 2013) Crédits aux pouvoirs publics belges + 25,07% +17,246 mia EUR 86,0 mia EUR Crédits aux ménages belges (crédits hypothécaires) + 34,11% +47,536 mia EUR 186,9 mia EUR Crédits aux entreprises belges +21,32% +20,695 mia EUR 117,8 mia EUR Total des crédits + 28,0% + 85,477 mia EUR 390,7 mia EUR Octroi de crédit Le financement de notre économie belge est une priorité Source : BNB
  • 26. Chiffres de Febelfin = BNB + crédits d’engagement + indépendants / professions libérales Chiffres BNB = encours des crédits bancaires, utilisés par des sociétés non financières belges Octroi de crédit aux entreprises Croissance de près de 3 milliards EUR depuis septembre 2013 Efforts secteur Fonds PME Encours (en mio EUR) Observatoire BNB encours(x1.000.000€) Febelfin Luncheon 26
  • 27. Progression du financement alternatif Rôle d’intermédiaire important pour les banques dans l’émission d’obligations d’entreprises Febelfin Luncheon 27 0 5000 10000 15000 20000 25000 30000 35000 40000 2008 2009 2010 2011 2012 Q3 2013 11,174 18,416 20,752 23,131 31,325 35,187 Encours titres à revenus fixes émis par sociétés non financières belges (en mio EUR) X 3,15 Source : BNB
  • 28. Octroi de crédit aux entreprises Les taux comptent parmi les plus avantageux d’Europe Febelfin Luncheon 28 Taux d’intérêt pondéré moyen 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 5,03% 5,32% 3,73% 3,20% 3,45% 3,07% 2,97% Source : BNB Source : BNB
  • 29. Febelfin Luncheon 29 Octroi de crédit aux entreprises Le degré de refus est à son plus bas niveau depuis 2009 Refus – indice moyen par trimestre (indice 100 = huit premiers mois de 2008) Source : Febelfin
  • 30. Octroi de crédit aux entreprises Accès au crédit en Belgique plus aisé que dans le reste de l’Europe Febelfin Luncheon 30 Source : BNB
  • 32. Financement de la relance économique Les banques pourront-elles financer une relance ? Febelfin Luncheon 32 La capacité de financement des banques n’est pas une « donnée statique », mais dépend de différents facteurs Réglementation Facteurs économiques (emploi, incertitudes économiques, demande de crédit, …) Les banques pourront-elles financer la relance économique ?
  • 33. Fonds propres PME Nécessité soutien structurel Febelfin Luncheon 33 • Le degré d’indépendance financière (rapport entre fonds propres et engagements) augmente pour les PME passant à 39% fin 2012 • Pour les grandes entreprises, le degré d’indépendance financière est passé pendant toute la période à 44,7% fin 2012 • 17,3% des entreprises comptabilisent des fonds propres négatifs en 2012, autrement dit +/- 1 entreprise sur 6 se trouve dans une situation peu confortable • Enquête BNB auprès d’un échantillon de 241.092 sociétés non financières (couvre pour 2012 plus de 70%) Source : BNB – Résultats et situation financière des entreprises en 2012 Des mesures en vue de renforcer les fonds propres des PME semblent nécessaires Un scénario possible pourrait être : une réforme de la déduction des intérêts notionnels, prévoyant une adaptation en faveur des PME du taux d’intérêt fictif qui est calculé sur la base de la moyenne des OLO à 10 ans (obligations linéaires)
  • 34. Octroi de crédit Harmoniser mesures d’aide régionales, fédérales et européennes Febelfin Luncheon 34 Eventail de mesures de soutien du crédit  PMV  Sowalfin  Fonds de Garantie bruxellois  Win win leningen  BEI  …. Besoin d’harmonisation
  • 35. Octroi de crédit aux ménages Clarté sur la forme du bonus logement régional Febelfin Luncheon 35 Une part importante du revenu sert au remboursement du crédit hypothécaire Important de faire rapidement la clarté sur la forme du bonus logement régional • 4ème pilier de pension • Moyenne €1,740 par crédit et par année = revenu mensuel moyen • Limitation éventuelle en fonction de la durée du prêt, du groupe d’âge du bénéficiaire, de l’impact écologique du logement, etc. • Important pour maintenir le pouvoir d’achat compte tenu de la pression fiscale élevée en Belgique Source : BNB
  • 36. Febelfin Luncheon 36 Œuvrer ensemble au paysage financier de demain • Impact de l’évolution du paysage financier sur les modèles économiques de nos acteurs • Financement de l'économie • Offre équilibrée de l’épargne et des investissements • Innovation et sécurité Client au centre
  • 37. Fiscalité produits financiers Les produits sont traités différemment au plan fiscal et par conséquent « orientés » Febelfin Luncheon 37 Source : Febelfin
  • 38. Fiscalité des produits financiers La vigilance est de mise car le paysage bancaire repose plus que jamais sur du financement stable Febelfin Luncheon 38 Dépôts Dettes interbancaires et wholesale funding Source : BNB
  • 39. Fiscalité des produits financiers Le groupe de travail « executive » a été lancé pour collaborer de manière constructive Febelfin Luncheon 39 En cas de refonte de la fiscalité, les éléments suivants devront être au centre : Simplicité Equité Prévisibilité (sécurité juridique) • Création groupe de travail de haut niveau chez Febelfin • Fiscalité uniforme (indépendance vis-à-vis de la durée, du profil de risque, …) • Choix du client déterminé par les caractéristiques du produit
  • 40. Marché des OPC belge Febelfin Luncheon 40 Redressement du marché européen des OPC, mais pas du marché belge • Les OPC sont désavantagés en ce sens qu’ils sont soumis à un traitement fiscal inégal • Le marché des fonds contribue aux investissements à LT et est important pour le financement alternatif de l’économie Statut fiscal optimisé pour ces instruments financiers Source : BeAMA
  • 41. Devoir de diligence Elément clé pour la banque en relation avec le client Febelfin Luncheon 41 Le client est plus que jamais protégé MACRO, e.a. CRD IV Capital, liquidité, levier, … Union bancaire Contrôle unifié, mesures de redressement et de résolution, SGD Loi bancaire Gouvernance, bail-in, asset encumbrance, … MICRO, e.a. Moratoire Twin Peaks II Présomption lien de cause à effet infraction et dommage, mystery shopping, renforcement des sanctions, banning, labelling, … MiFID I, MiFID II, … BANQUE CLIENT
  • 42. Febelfin Luncheon 42 Œuvrer ensemble au paysage financier de demain • Impact de l’évolution du paysage financier sur les modèles économiques de nos acteurs • Financement de l'économie • Offre équilibrée de l’épargne et des investissements • Innovation et sécurité Client au centre
  • 43. Paiements électroniques La banque par internet devient de plus en plus populaire Febelfin Luncheon 43 • La banque par internet est une manière rapide, simple et sûre d’effectuer ses opérations bancaires • Campagnes de sensibilisation de Febelfin 1,2 million de sessions enregistrées par jour ! 1,8 2,4 3,0 3,8 4,6 5,7 6,6 7,4 8,1 9,1 10,1 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 Aantal abonnementen internet bankieren (in miljoen) Nombre d’abonnements de la banque par internet (en millions) 0,136 0,361 1,039 2011 2012 2013 Aantal abonnementen mobile banking (in miljoen) Nombre d’abonnements mobile banking (en millions) Amazing Mindreader: visionné plus de 11 millions de fois See how easily freaks can take over your life: visionné plus de 700.000 fois + récompensé meilleure campagne de 2013Source : Febelfin
  • 44. Paiements électroniques Nouvelles initiatives 44 Febelfin soutient la facturation électronique Febelfin Luncheon
  • 45. 45 Marge pour l’innovation et la croissance Stimuler R&D Le cash reste important en Belgique Febelfin Luncheon
  • 46. 46 Marge pour l’innovation et la croissance Stimuler R&D Le e-commerce en Belgique offre un potentiel de croissance et requiert des paiements efficaces, innovants et sûrs Subsides/avantages fiscaux spécifiques pour des investissements IT, R&D en développement économie numérique => contribution à l’économie de connaissances Source : Special Eurobarometer- 390 Cyber Security Report Febelfin Luncheon
  • 48. Febelfin Luncheon 48 2013 A ETE UNE ANNEE CHARNIERE Les règles du jeu sont connues (e.a. loi bancaire et union bancaire) Paysage financier plus sûr et plus stable pour le client • L’épargne n’avait encore jamais été aussi bien protégée • La nouvelle réglementation bétonne le chemin déjà emprunté par le secteur (e.a. réduction du bilan, renforcement des fonds propres, réduction du levier, …) • Le contrôle a été élargi • … Plaidoyer pour une évaluation intermédiaire en fonction de la capacité de financement
  • 49. Febelfin Luncheon 49 MOMENT DE REGARDER VERS L’AVENIR ET ŒUVRER ENSEMBLE AU PAYSAGE FINANCIER DE DEMAIN Maintenir le client au centre des préoccupations Mettre l’accent sur les missions de base Secteur financier, moteur de croissance Adapter les modèles économiques à la nouvelle réalité (e.a. concurrence nationale, cost income ratio élevé, pression croissante sur la rentabilité, …) L’importance de la numérisation et de l’innovation

Notes de l'éditeur

  1. Logo NBB
  2. Kbc slide
  3. Costtoincome voor/na bankheffingenRente-inkomsten
  4. Opsplitsing making ifv solidariteit vs. verzekeringFSC + DGS => verzekering + bijdrage sanering overheidsfinanciënAbonnemts/LtD => sanering financiën2007 – 2014 => Totalbedrag opnemen bijdragenProportioneel ifv business model toebedeeld?ObligatiiotgifteOutflowvsloantodepositbenelux
  5. Ofschoon de Belgische financiële instellingen dankzij hun herstructureringen opnieuw winsthebben kunnen boeken en, derhalve, hun solvabiliteit hebben kunnen verstevigen, blijvende voorwaarden voor de uitoefening van hun activiteiten ongunstig, wat een duurzameterugkeer naar rentabiliteit bemoeilijkt. De winsten van 2013 zijn grotendeels het resultaat vanuitzonderlijke factoren, in het bijzonder van de meerwaarden op effecten die, vanwege hethuidige lage rentepeil, de komende jaren wellicht niet verder zullen oplopen.Willen we dit zeggen in licht trading-activiteiten?
  6. Verduidelijk dat Febelfin nog groter zit qua omvang
  7. Verduidelijk dat Febelfin nog groter zit qua omvang
  8. De gehele evolutie is vooral richting minder secundair en meer universitair
  9. 4) The customer loan-to-deposit ratio measures the extent to which banks use the deposits of their customers (retail and non-financial business customers) to fund the loansgranted to those same customers. If the ratio exceeds 100 %, it means that the banks are using other, more volatile sources of funds such as interbank financing orissuance of debt securities to fund the loans to their customers, and therefore run a greater liquidity risk in relation to their refinancing. A ratio of less than 100 % meansthat the banks have funds to finance other assets.
  10. Cijfers weglaten. Vragen aan Pierre
  11. Evolutie conjunctuur en krediet in vertraagde verhouding duiden+ toevoegen kredietverlening laatste 3 maanden