Logistiques des Achats Internationaux au TERROUBI

2 292 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 292
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Logistiques des Achats Internationaux au TERROUBI

  1. 1. Logistique des Achats Internationaux Page 1 FORMATION DÉLOCALISÉ CENTRE TRAINMAR Master 1 professionnel MASTER II Logistique & Transport Nom de l’étudiant : Abdoulaye MBENGUE Email : mbengueabdoulaye88@hotmail.com Maitre à l’entreprise : Philippe QUERO Email : P.quero@terroubi.com Maitre de stage à l’école : Bernard KANE Email : bernardmoise@yahoo.fr Logistique des achats internationaux au Terrou bi
  2. 2. Logistique des Achats Internationaux Page 2 REMERCIEMENTS Je voudrais, par l’occasion que m’offre la rédaction du présent mémoire, rendre grâce à Allah Le Tout- Puissant et son Prophète Paix et Salut sur Lui, Qui m’ont donné la force et la santé d’accomplir ce modeste travail, mais également remercier très vivement les personnes dont les noms suivent. Il s’agit de : Monsieur Bernard KANE, mon encadreur, pour la pertinence de ses conseils sans lesquels ce travail ne serait pas ce qu’il est ; A Monsieur Michel REBEYROLLE, Directeur d’Exploitation de l’hôtel Terrou Bi qui en plus des conseils, nous fait comprendre toutes les facettes du métier d’acheteur et de la dimension stratégique qu’il pouvait avoir dans l’entreprise aujourd’hui, Monsieur Philippe QUERO, Directeur de la Supply Chain pour sa générosité, sa disponibilité et son soutient sans failles. Il n’a ménagé aucun effort pour la réussite de ce présent document. Madame Fatou GUIRO, responsable de la logistique internationale de Terrou bi, pour sa participation à la conception et la mise en forme définitive du document
  3. 3. Logistique des Achats Internationaux Page 3 Monsieur Moustapha FALL, responsable des achats locaux, pour sa précieuse collaboration et sa confiance; Monsieur Cheikh Tidiane DIOP, responsable des achats du service technique, pour les échanges fructueux et la cohabitation fraternelle. Madame Gaissiry SY et Monsieur Diamil Moustapha DIA pour leurs conseils. Bref, Un grand merci enfin à tout le personnel de l’hôtel Terrou bi pour son accueil chaleureux, sa disponibilité.
  4. 4. Logistique des Achats Internationaux Page 4 DEDICACE Je dédie ce travail à : Mon père Assane MBENGUE qui n’a ménagé aucun effort afin que je dispose d’une formation de qualité ; Ma vaillante mère Ndèye Aïssatou NIANG, la raison de mon combat ; Mon oncle Déthié Niang et ma tante Soukeye NDOYE qui m’ont accueilli dans leur domicile durant les cinq années de ma formation ; Le Directeur général du Centre Trainmar Monsieur Ousmane TOURE, le Directeur des Etudes Monsieur Momar Mada FALL et tout le personnel du Centre Trainmar de Dakar ; Monsieur Pierre MACAIGNE, Monsieur Joël MOULHADE et Monsieur Teddy ZOONEKYND qui ont su nous apporter leur expérience, leurs connaissances et leur passion pour leur métier, Toute l’équipe pédagogique du Centre Trainmar de Dakar; Tous mes camarades de promotion la licence1 au Master2
  5. 5. Logistique des Achats Internationaux Page 5 Sommaire Introduction ........................................................................................8 Chapitre 1 : Présentation Générale.....................................................9 1.1Présentation du Terrou Bi ..............................................................9 1.2 L’environnement du Terrou Bi .............................................................................................. 13 1.3 Présentation du Service Achats............................................................................................. 17 Chapitre 2 : Présentation du Thème..................................................19 2.1 Pertinence du Thème ............................................................................................................ 19 2.2 Recherche Documentaire..................................................................................................... 19 2.3 Difficultés rencontrés............................................................................................................ 20 2.4 La méthode QQOCQPC.......................................................................................................... 20 Chapitre 3 : Logistique des Achats Internationaux au Terrou Bi........22 3.1 Achats.................................................................................................................................... 22 3.2 Incoterms............................................................................................................................... 24 3.3 Documents Orbus.................................................................................................................. 25 3.4 Les Instruments de Paiement................................................................................................ 27 3.5 Transport............................................................................................................................... 30 4.2 Assurance Transport.............................................................................................................. 36 4.3 Documents Apix .................................................................................................................... 42 4.4 Documents Relatifs à l’embarquement................................................................................. 46 4.5 Arrivée de la Marchandise..................................................................................................... 51 4.6 Ordre de Transit .................................................................................................................... 51 4.7 Dédouanement...................................................................................................................... 52 5.2 Matrice SWOT ....................................................................................................................... 58 Chapitre 4 : Benchmarking................................................................59 4.1 Organisation .......................................................................................................................... 59 4.2 Fonctionnement.................................................................................................................... 59 4.3 Procédures Achats................................................................................................................. 60 4.4 Achats.................................................................................................................................... 60 4.5 Transport, Assurance et Transit ............................................................................................ 61 4.6 Dédouanement...................................................................................................................... 61 Chapitre 5 : Analyses et Recommandations ......................................62 5.1 Analyses................................................................................................................................. 62 5.2 Recommandations................................................................................................................. 62 Conclusion.........................................................................................67
  6. 6. Logistique des Achats Internationaux Page 6 Liste des Sigles et Abréviations AAF Attestation d’Assurance Faculté AC Autorisation de Change AI Attestation d’Importation APIX Agence Nationale Chargée de la Promotion des Investissements et des Grands Travaux AV Attestation de Vérification BAF Bunker Adjustment Factor BAE Bon à Enlever BICIS Banque Internationale pour le Commerce et l’industrie du Sénégal BL Bon de Livraison BL Bill of Lading BSC Bordereau de Suivi des Cargaisons CAF Cout Assurance Fret CAF Currency Adjustment factor CDS Crédit du Sénégal CFR Cout et fret CGI Code Général des Impôts CIF Cost Insurance Fret CDEAO Communauté Economique des Etats de L’Afrique de L’Ouest CO Certificat d’Origine COSEC Conseil Sénégalais des Chargeurs DAT Delivery At Terminal DAP Delivery At Place DAU Document Administratif Unique DPI Déclaration Préalable d’Importation DTS Droits de Tirage Spéciaux ERP Enterprise Resource planning FAS Free alongside ship FAP Franc d’avaries Particulière
  7. 7. Logistique des Achats Internationaux Page 7 FCA Free Carrier FCL Full Container Load FOB Free on board GAINDE Gestion automatisée des informations douanières et de l’échange ISO International Organization for Standardization LCL Less than a Container Load LTA Lettre de Transport Aérien NINEA Numéro d’identification National des Entreprises et des Associations OMT Organisation Mondiale du Tourisme PCC Prélèvement Communautaire de la CDEAO PCS Prélèvement communautaire de solidarité PIB Produit Intérieur Brute PSE Plan Sénégal Emergent PPM Personne Physique et Morale PVI Programme de Vérification des Importations QQOCQPC Qui Quoi Ou Comment Quand Pourquoi Combien RCS Registre du Commerce et des Sociétés SAPCO Société d’Aménagement et de Promotion de la Petite Cote SGBS Société Générale des Banques du Sénégal SIREN Système Informatique du Répertoire des Entreprises SIRET Système d’identification du Répertoire des Etablissement SWOT Strengths Weakness Opportunities Threats SYSCOA Système Comptable Ouest Africain TVA Taxe sur la Valeur Ajoutée TICAA Tourisme Industrie Culturelle et Artisanat d’Art UEMOA Union Economique et Monétaire de l’Afrique de l’Ouest ULD Unit Load Device UNESCO Organisation des Nations Unis pour l’Education la Science et la Culture VIH Virus de l’immunodéficience Humaine
  8. 8. Logistique des Achats Internationaux Page 8 Introduction epuis près de vingt ans, la fonction achats a entamé sa mutation pour aller vers une professionnalisation croissante et devenir un enjeu stratégique des entreprises Aujourd’hui, la structure des couts de production est devenue la principale préoccupation des entreprises et quelque soit leur niveau de croissance, elles s’attèlent chaque jour à rechercher et à mettre en œuvre des solutions aptes à améliorer la performance de leurs industries de biens et de services Ainsi pour être compétitives dans le monde, les entreprises organisent des réseaux stratégiques à l’échelle internationale qui sont capables de répondre de manière efficiente à tous leurs besoins. D’où la nécessité d’une organisation efficace et intégrée de ces activités qui fait référence à la logistique des achats internationaux, devenue le nerf de la force de compétition à l’échelle mondiale. C'est-à-dire comment rechercher des fournisseurs de l’international, négocier les prix, les conditions de paiement ainsi que les termes des contrats d’achat, sécuriser les achats, coordonner le fret et s’assurer de la disponibilité des documents administratives et passer les barrières douanières sans incident le tout à temps et à cout maitrisé? Les achats et la logistique international, parties intégrante de la stratégie des entreprises, sont deux processus qui doivent être cordonné de manière efficiente parce que prenant en compte plusieurs aspects interdépendants qui s’imbriquent avec une somme de couts souvent élevés, mais toujours déterminants pour la compétitivité des entreprises. L’internationalisation des achats de nos entreprises même si elle constitue une contrainte pour la survie des économies au niveau macro en sens qu’elle participe au déficit de la balance commerciale, demeure une nécessité pour réduire les couts de l’entreprise et faire des économies d’échelle dans un marché de plus en plus diversifié. D’où l’importance du sujet qui traite de la logistique des achats eu égard au rôle prépondérant du triptyque cout, qualité et délais, facteur primordial des performances et de la pérennité de l’entreprise qui passe par la définition de la politique achats et de la stratégie logistique fondées sur de réels savoir faire professionnels et une maitrise des opérations. D
  9. 9. Logistique des Achats Internationaux Page 9 Chapitre 1 : Présentation Générale 1.1 Présentation du Terrou Bi 1.1.1 Statut de l’entreprise Nom TERROU-BI SA Adresse Corniche Ouest – Boulevard Martin Luther King – BP 1179 Dakar - SENEGAL Statut juridique Socièté Anonyme Capital 1.700.000.000 FCFA Secteur d’activité Hotellerie, Restauration et Casino Date de création Créé en 1986 Numéro de registre de commerce RC85-B-293 NINEA 003 0651 2 G 3 Managers Kamil RAHAL Samir RAHAL Directeur d’Exploitation Michel REBEYROLLE Internet E-mail : terroubi@terroubi.com Web site : www.terroubi.com Contacts Phone Number : (+221) 33 839 90 39 Fax Number : (+221) 33 821 40 74 1.1.2 Historique Tout commence en décembre 1986 par un restaurant Gastronomique, « Le Terrou Bi ». Face à l’océan, ce nouveau lieu qui signifie « Débarcadère » a pour Amiral Kalil RAHAL. L’établissement devient en peu de temps l’endroit privilégié des dakarois. La recette du succès : une cuisine savoureuse, un sens de l’accueil digne de la Teranga sénégalaise, mais aussi une famille qui partage la même passion. Aux côtés du fondateur, ses deux fils mais aussi une équipe fidèle et enthousiaste. Au fil des ans un casino, un nouveau restaurant « La Terrasse », une piscine et une plage aménagée, créent ce qui constitue aujourd’hui un complexe touristique unique. En 2009, l’hôtel est inauguré, avec plus de 100 chambres et suites. Le rêve d’un homme de partager son amour de la Gastronomie, de l’Océan et de son pays natal a porté ses fruits Au regard du chemin parcouru, le Terrou-Bi reconnaissant de la fidélité de sa clientèle, continue de travailler pour créer un nouveau monde, le vôtre.
  10. 10. Logistique des Achats Internationaux Page 10 1.1.3 Les services Offerts - Hôtel 5 étoiles - Restaurant gastronomique - Restaurant la terrasse - Restaurant Côte Ouest Food &Bar - Bar & Lounge - Salles de spectacle, séminaires et mariage - Casino - Boutique - Fitness - Piscine 1.1.4 Organisation  La direction d’exploitation Elle assure le bon fonctionnement de l’hôtel par : - La définition de la stratégie générale de l’hôtel - L’élaboration d’un tableau de bord de suivi d’activité - Le contrôle et l’évaluation de la rentabilité de l’hôtel - La prise de décision sur les investissements à moyen long terme - L’évaluation des compétences - Le recrutement du top management - La coordination des réunions du comité directeur  La direction administrative et financière Elle comporte trois services à savoir la comptabilité générale, le control général et le service juridique et recouvrement et la caisse centrale. - Le rôle de la comptabilité est d’établir le bilan, de procéder au suivi budgétaire, au règlement des dettes fournisseurs, des créances clients et à l’ordonnancement des dépenses concernant les nouveaux investissements. - Le control général supervise et contrôle la gestion de trésorerie et émet des recommandations sur l’allocution des ressources financières aux instances dirigeants. - La caisse centrale s’occupe des décaissements des opérations courantes et des paiements en espèces des dettes fournisseurs. - Enfin le service juridique et recouvrement se charge également du suivi des recouvrements des créances clients.
  11. 11. Logistique des Achats Internationaux Page 11  La direction marketing et commerciale Elle est constituée par : - Le service commercial qui se charge de l’identification des clients, la constitution d’une base de connaissance sur la clientèle, et l’élaboration d’une relation client. - La réservation qui s’occupe de la satisfaction des besoins des clients en ce qui concerne la réservation des chambres d’hôtel, des salles de réception et des espaces pour banquets, conférence de presse, séminaires etc. - Le service marketing qui assure l’amélioration de l’image de l’hôtel, des supports de communication et des services auprès des clients  La direction de la restauration Elle assure la gestion et le bon déroulement de la restauration (grain de sel, la terrasse, le grain de sel, du room service) et des services aux clients sur le plan aussi bien quantitatif que qualitatif. Elle est le département le plus fourni de l’hôtel en terme d’effectif parce que ayant en charge l’économat, la restauration, les cuisines et les salles.  La direction de l’hôtel Elle a pour missions : - De gérer l’établissement et assurer la rentabilité - De superviser et suivre les objectifs de l’hôtel en termes de taux de d’occupation - De mettre les clients dans des conditions dignes d’un hôtel 05 étoiles - De concevoir et organiser la prestation hébergement et les services à la clientèle associés. - De gérer les équipes de l’hôtel  La direction du casino Elle est responsable de la bonne marche du casino par : - La supervision du bon déroulement de l’exploitation des jeux dans un souci de qualité par l’application de la réglementation et la fidélisation de la clientèle. - La supervision de l’ensemble des opérations liées à l’exploitation du casino. - La prise en charge des litiges - La supervision et le suivi des objectifs - L’application de la réglementation et des procédures internes  La direction des services généraux Elle comprend :
  12. 12. Logistique des Achats Internationaux Page 12 - Le service technique qui gère l’entretien et la réparation des installations de l’hôtel (froid et climatisation, électricité, mécanique, menuiserie, maçonnerie, peinture et l’horticulture). - La buanderie assure le lavage des draps, des serviettes, des nappes de l’hôtel, les tenues des partenaires et le pressing pour les clients. - Le service cleaner qui assure le nettoyage et la propreté des lieux. - Le service informatique qui est chargée de la bonne marche du matériel informatique et du système d’information  La direction sécurité Elle est composé par les agents de sécurité qui comme missions : - De protéger les personnes et leurs biens - De sécuriser l’hôtel - De lutter contre les incendies - De secourisme - De servir de garde rapprocher aux hôtes de marque  La direction des ressources humaines Les compétences de la Direction des Ressources humaines sont : - les salaires et primes, avantages non salariaux tels que mutuelle, prévoyance, épargne d'entreprise, etc., - l'administration du personnel (suivi des recrutements et des départs, gestion des personnels temporaires et des stagiaires, formalités administratives auprès de l'administration du travail et des organismes sociaux, établissement des bulletins de paie et versement des salaires, etc.), - les relations avec les institutions représentatives du personnel (comité d'entreprise, délégués du personnel) et les organisations syndicales. - La rémunération et avantages sociaux, - les conditions de travail (hygiène, sécurité, ergonomie, prévention des accidents) et de l'organisation du travail (durée du travail, aménagement des horaires, planification des congés, mise en place du télétravail, etc.), - la gestion des conflits, des questions juridiques et des litiges liés au droit du travail.  La direction Supply Chain Elle est composée respectivement par :
  13. 13. Logistique des Achats Internationaux Page 13 - Le service achats et logistique qui est chargé d’acquisition et de l’acheminement des produits aussi bien sur le plan national qu’international - Le service qualité veille au respect des normes d’hygiène des produits, assure la sécurité alimentaire des clients et la propreté des cuisines - Le prétraitement qui gère toute la logistique amont des produits destinés à la restauration à savoir la réception, le stockage, le nettoyage ou plonge et les transferts des produits - Le service carrière et recrutement se charge du recrutement des nouveaux partenaires, l’intégration, la formation du personnel et la gestion de leur plan de carrière. 1.2 L’Environnement du Terrou Bi 1.2.1 Le Secteur du Tourisme 1.2.1.1 Le Contexte Le tourisme représente le tiers du commerce mondial de service et enregistre l’un des taux de croissance les plus élevés de l’économie mondiale. Dans sa dimension internationale, il a généré en 2012, 1075 milliards de dollars US de recettes pour 1,035 milliard de voyageurs, avec une hausse de 4% par rapport à 2011. Au premier semestre 2013, le monde a enregistré une croissance de 5% de ses arrivées touristiques alors que les projections de l’OMT (organisation mondiale du tourisme) portaient sur une croissance de 3 à 4% pour cette même année. Cette croissance remarquable a été plus marquée dans les pays émergents (6%) que dans les économies avancées (4%). Quant au continent africain, en 2012, il a enregistré 52 millions d’arrivées de touristes internationaux, avec une hausse de 5% par rapport à 2011. Secteur transversal, l’industrie touristique contribue fortement à l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement à travers la valorisation des ressources culturelles et naturelles, l’accès aux services sociaux de base et la création d’emplois. Au Sénégal, le tourisme s’affirme comme un levier majeur de l’économie nationale. En effet, il constitue le deuxième secteur pourvoyeur de devises, après la pêche, deuxième employeur après l’agriculture et contribue pour près de 7% au PIB. Dans le cadre du plan « Sénégal-Emergent » initié par le président Macky SALL, le tourisme est identifié comme un secteur prioritaire, placé comme tête de la grappe Tourisme, Industrie Culturelle et Artisanat d’Art (TICAA). Au niveau de la Stratégie Nationale, l’objectif est d’atteindre 1,5 millions de touristes en 2016 pour accroître de façon significatif sa contribution au développement économique et social du Sénégal.
  14. 14. Logistique des Achats Internationaux Page 14 A cet effet, le secteur poursuit l’objectif de favoriser une meilleure structuration et d’amélioration de la qualité de l’offre touristique. Une diversification pour mettre à profit les potentiels régionaux. 1.2.1.2 Analyse de la Situation Au Sénégal, les estimations ont révélé des arrivées internationales de 984 000 touristes, avec une baisse de 0.8%, en raison notamment des élections qui se sont déroulées en pleine saison touristique en 2012. L’analyse des données aéroportuaires montre une nette reprise au premier semestre 2013, avec une croissance de l’ordre de 8% tirée particulièrement par la demande générée par le tourisme d’affaires. Pendant la même période, les arrivées de voyageurs dans les aéroports du Sénégal ont connu une hausse de 12%. Ces arrivées touristiques de 2012 ont généré des recettes estimées à 362 milliards de FCFA dans l’économie de notre pays. Le taux d’occupation lits est 35% avec une forte saisonnalité. Les dernières études datant de 2003 avaient estimé la contribution du tourisme à 6,8% du PIB et la création près de 100 000 emplois directs et indirects. Malgré la hausse des arrivées touristiques en Afrique qui progresse plus vite que la moyenne mondiale, le Sénégal a, pour sa part, une stagnation avec un pourcentage de 0,8%. Le Chef de l’Etat a préconisé la prise de mesures fortes, pour faire de ce secteur, un des piliers du développement économique et social national. A cet effet, il a demandé au Gouvernement de redoubler de réactivité, dans le volet promotion de la destination Sénégal, comme instrument majeur de relance du secteur. Il a engagé le Gouvernement à assainir, en urgence, la situation foncière et financière de la Société d’Aménagement et de Promotion des Sites et Zones Touristiques (SAPCO), afin que cette structure puisse assurer convenablement ses missions, parmi lesquelles, celle de servir de levier pour l’intensification des investissements et des partenariats public-privé. 1.2.1.3 Les Atouts de la Destination Sénégal - Accès et positionnement de Dakar comme plateforme incontournable dans le transport aérien - A 5 heures d’avion du grand marché émetteur Européen - Rayonnement culturel faisant de la destination Sénégal un des carrefours culturels du monde noir, avec notamment le Festival international de Jazz de Saint Louis, ainsi que les sites de Gorée et du parc de Djoudj, classés au patrimoine mondial de l’UNESCO - Longue tradition d’ouverture et d’hospitalité, - Faible taux de prévalence du VIH Sida (0,7%)
  15. 15. Logistique des Achats Internationaux Page 15 - Stabilité politique - Position géographique privilégiée qui en fait l’un des pays les plus ensoleillés du globe - Nombreux sites d’une beauté exceptionnelle (Grande Côte, Casamance, Petite Côte...) 1.2.1.4 L’Offre du Tourisme au Sénégal On distingue 4 principaux produits touristiques avec cependant une forte prédominance du tourisme balnéaire (54% de l’offre) et du tourisme d’affaires (33% de l’offre). 1.2.1.4.1 Le Tourisme Balnéaire - Le pays compte 700 km de côtes - Un ensoleillement annuel (plus de 3000 heures d’ensoleillement annuel) - Des plages superbes - Quinzaine de Tours Opérateurs sur le marché - De nombreux loisirs (terrains de golf, courts de tennis, centres de remise en forme, enseignes prestigieuses, etc.). 1.2.1.4.2 Le Tourisme d’affaires - Stabilité politique et dynamisme de la diplomatie - Hôte de nombreux événements institutionnels, internationaux et sous régionaux - Salles de conférences aménagées aux normes internationales - Forte présence d’hôtels d’affaires quatre à cinq étoiles de luxe, aux enseignes prestigieuses (Pullman, Méridien Président, Radisson Blue, Novotel, Terrou Bi) - Espaces d’exposition (le Centre international du commerce extérieur de 29 000 mètres carrés). 1.2.1.4.3 Le Tourisme de Nature - Ecosystèmes côtiers, fluviaux, terrestres - Richesse de la biodiversité - 6 parcs nationaux - 4 réserves naturelles - Sites naturels : Lac rose, Chutes de Dindifélo, pays Bassari - Activités de safari - Pratique de la pêche et de la chasse 1.2.1.4.4 Le Tourisme Culturel - Forte activité culturelle (Organisation du Festival Mondial des Arts Nègres en 2010) - Musique et arts de la scène (théâtre, danse)
  16. 16. Logistique des Achats Internationaux Page 16 - Patrimoine historique : vestiges de la période coloniale avec des villes comme Saint Louis et l’île de Gorée, places de marché, gare ferroviaire de Dakar, des enclaves d’architecture française des XVIII et XIXème siècles - Sites géologiques et préhistoriques - Richesse de traditions : jeux et sports traditionnels, rites - Création artistique dynamique : peinture, sculpture, artisanat, stylisme 1.2.1.5 Les concurrents du Terrou Bi Etablissemen t Catégorie CONTACTS PLACE DE L’INDÉPENDANDE AEROPORT LSS DISTANC E TEMP S DISTANC E TEMP S KING FAHD PALACE 5* ALMADIES TEL : +221338696939 FAX : +221338696979 14.3 KM 16 MN 5.1 KM 6 MN RADISON BLUE 5* CORNICHE OUEST TEL: +221338693333 FAX: +221338693366 6.9 KM 10 MN 11.6 KM 14 MN NOVOTEL 4* AVENUE ABDOULAYE FADIGA TEL : 221338496161 FAX : +221338496197 800 M 2 MN 17.2 KM 19 MN PULLMAN 4* 10, RUE COLBERT TEL : +221338892000 FAX : +22133823001 50 M 1 MN 16.4 KM 17 MN HOTEL DES ALMADIES 3* ALMADIES Tel:00221338695454 FAX:00221338204379 www.hoteldesalmadies.c om 14.3 KM 20 MN 3 KM 4 MN NGOR DIARAMA 4* ROUTE DE NGOR TEL : +221338892200 FAX : +221338235001 ngordiarama@orange.sn 14.4 KM 20 MN 2.8 KM 3 MN FAIDHERBE 3* DAKAR CENTRE TEL: +221338891750 FAX: +221338891749 faidherbe@orange.sn 2.1 KM 3 MN 1 5 KM 16 MN SAVANA 4* DAKAR CENTRE TEL : +221338494242 FAX : +221338494243 rservation@orange.sn 2.3 KM 5 MN 17.8 KM 21 MN
  17. 17. Logistique des Achats Internationaux Page 17 1.3 Présentation du Service Achats 1.3.1 Missions Le service achats se charge d’abord de l’acquisition des biens et services pour le compte de l’hôtel au niveau local. Il assure aussi l’approvisionnement de l’économat en nourriture, boisson, produits d’hygiène, matériel de bureau et accessoires. A la chambre froide en produits tels que : la viande, le poisson, fruits et légumes, glace etc. Le service achat approvisionne également les services généraux en matériels techniques (plomberie, électricité, menuiserie, maçonnerie, mécanique) pour l’entretien et la réparation des installations de l’hôtel. Il gère les achats à l’international des matériels et matériaux pendant les phases d’investissement ou de réalisation des projets de l’hôtel Terrou bi ainsi que l’achat des produits d’entretien et des pièces de rechange etc. . Il négocie le fret et les délais avec les transporteurs, les compagnies aériennes et maritimes. Il effectue les calculs de tarification et fait des propositions tarifaires aux fournisseurs. Elle organise et suit l'acheminement de marchandises provenant ou à destination de l'étranger. Il est chargé des opérations administratives et douanières qui vont permettre aux marchandises de circuler en conformité avec les réglementations internationales, avec pour objectifs d’arriver en bon état, à bon port, dans les délais et au moindre coût, en empruntant si besoin, différents modes d’acheminement : terrestre, aérien, maritime. Ce service conjugue des situations de travail très diversifiées parce que réalisant des tâches à la fois administratives, douanières. Le responsable des achats internationaux doit trouver le moyen d'acheminer la marchandise de la façon la plus efficace en termes de rapidité, de coût et de sécurité. Pour cela, il est amené à choisir le moyen de transport adéquat, voire conjuguer différents moyens : terrestre, aérien, maritime. La circulation des marchandises en commerce international est très réglementée. Il doit réaliser les formalités administratives, préparer les différents documents d’expédition et pour cela être en contact avec les douanes, l’Apix, la Cotecna, les compagnies de transport, les entreprises de transit, les banques, les assurances, les chambres de commerce etc. 1.3.2 Organisation du Service Achats Le service est achats est composé par : - Un responsable des achats locaux qui assure l’approvisionnement en nourriture, boisson, matériel de bureau, produits d’entretien, etc. destinés à la restauration et
  18. 18. Logistique des Achats Internationaux Page 18 autres services de l’hôtel Terrou bi. Il achète aussi pour le compte de la cuisine des denrées et produits périssables. - Un chargé du sourcing autrement dit la recherche de fournisseurs à l’international qui en même temps négocie les prix et les termes des contrats d’achat ces derniers. - Un responsable de la logistique internationale. ; qui choisit le mode transport le plus approprié, négocie le fret avec les compagnies de transport, choisit le transitaire etc. - Un chargé des achats des matériels et matériaux techniques pour la construction, l’entretien et la réparation des installations de l’hôtel. - Un chargé des achats courants dans les casinos, supermarché, les divers marchés; il se charge aussi de la gestion de l’entrepôt. Tous les responsables sont sous la tutelle du directeur de la Supply Chain qui définit la politique et la stratégie achat de l’hôtel, coordonne les activités des différents services, assure le suivi des lignes budgétaires.
  19. 19. Logistique des Achats Internationaux Page 19 Chapitre 2 : Présentation du Thème 2.1 Pertinence du Thème La pertinence du sujet se justifie par le rôle que qu’occupe la fonction achats dans les entreprises, qui est responsable de l’acquisition des biens ou services nécessaires au bon fonctionnement de leur activité tout en participant à l’augmentation de leur marge brute. Cette acquisition doit être faite au niveau de qualité exigé, dans les quantités souhaitées, au moment voulu par les utilisateurs, au moindre coût global d’acquisition, dans les meilleures conditions de service et de sécurité. A l’hôtel Terrou bi le service achats à charge aussi les opérations logistiques liées à l’acheminement des produits de l’international en gérant tous les aspects que sont : fret, le choix du transitaire et l’établissement des documents relatives au bon déroulement du dédouanement des marchandises. D’où le choix du sujet qui traite de toute la logistique des achats internationaux. Ce sujet parle de l’expression à la satisfaction du besoin autrement dit de la demande d’achat à la réception du conteneur dans les locaux de Terrou bi en passant par la recherche, le choix du fournisseur, les modes de paiement, le transport à l’international, le choix du transitaire et les formalités spécifiques à ce régime de dédouanement (C139) que sont l’obtention de l’agrément au niveau de l’Apix, l’élaboration de la liste hors taxes hors douane, la saisie et le dépôt des titres d’exonération. 2.2 Recherche Documentaire 2.2.1 Observation Un outil de quête d'informations à double volets axé sur l’observation systémique et la participation éventuelle basée sur les différents rôles consentis au sein de l'organisation. Cet aspect participatif a été plus pratique lors de nos différents stages dans diverses entreprises de la place dans le domaine du transit. Elle s’est accentuée après ma prise de fonction au service achats de l’hôtel Terrou bi où l’honneur m’est offert de participer au processus des achats internationaux de bout en bout c'est-à-dire de l’expression du besoin à la satisfaction du besoin. Cette implication m’a permis de maitriser parfaitement la procédure des achats internationaux surtout pour les cas des matériels et matériaux qui sont exonérés des droits et taxes à l’entrée du territoire douanier.
  20. 20. Logistique des Achats Internationaux Page 20 2.2.2 Documentation Cette exercice intellectuelle consiste d’abord à aller recueillir des informations sur net plus précisément sur le site de l’Apix et de la douane etc. , ensuite à faire une lecture approfondie des cours, du manuel des procédures du service des achats de l’hôtel Terrou bi, des rapports administratifs, les procès-verbaux etc. 2.2.3 Enquête Dans le cas de cette quête d’information des entrevues ont été faits avec mes collègues du service des achats, le directeur de la restauration, le directeur administratif et financier, les douaniers exerçant à l’Apix, le gestionnaire des stocks et le transitaire. 2.3 Difficultés rencontrés Nous avons rencontrés d’énormes difficultés pour la rédaction de ce document parce que ce n’est pas toujours évident d’allier la vie professionnelle et les études. En effet il y a aussi les difficultés relatives au manque de document abordant le thème en général. A cela s’ajoute la rétention de certaines informations économiques qui n’ont pas été dévoilées par cause de concurrence, ou par manque de temps. 2.4 La méthode QQOCQPC Qui Quoi Où Comment Quand Pourquoi Combien Terrou bi Achète la marchandi se A l'internati onal Par internet Régulièreme nt Pour l'investissement ou l'exploitation Au moindre cout Apix Accompag ne et facilite les investisse ments Sur le territoire national Par l'exonération des matériels qui entrent dans le cadre de l'investisseme nt et d'exploitation Après que l'entreprise soit agréée au code des investissem ents Garantir l'attractivité de la destination Sénégal Gratuitement Fournis seur Vend et met la marchandi se à disposition du transporte A L'usine Par internet Après réception du règlement Pour satisfaire les besoins du client Selon la valeur négociée
  21. 21. Logistique des Achats Internationaux Page 21 ur Banque Procède au règlement des factures fournisseu rs Dans le compte bancaire du fournisse ur Virement Après réception de l'autorisatio n de change Pour sécuriser les transactions financières Entre 0$ et 5,412$ Compa gnie de Transpo rt Transporte la marchandi se Des locaux du fournisse ur à destinati on Par voie maritime ou aérienne Après disponibilité des produits Pour satisfaire à la demande de Terrou bi Selon poids et le volume Cotecna Assure à l'état que leurs recettes douanières sont calculées sur la juste valeur Dans les locaux du fournisse ur ou bien au port de Dakar Par une inspection physique ou documentaire Avant l'embarque ment ou bien à l'arrivée de la marchandis e Sécuriser la chaine d'approvisionne ment A la charge de l’état du Sénégal Transita ire Dédouane et enlève la marchandi se Au port où à l'aéroport Via le système Gainde Après obtention du bon à enlever Pour que la marchandise soit en conformité avec la réglementation douanière 250 000 FCFA pour un TC 40 pieds et 150 000 FCFA Douane Collecte les droits et taxes Au port où à l'aéroport Selon la valeur CAF, l'origine de la marchandise et la nomenclature douanière Après que la marchandis e soit manifestée et que l’Ecor soit fait Pour protéger et sécuriser l'économie nationale 44,48% ou 32,48% ou 26,56 selon la catégorie de la marchandise
  22. 22. Logistique des Achats Internationaux Page 22 Chapitre 3 : Logistique des Achats Internationaux au Terrou Bi 3.1 Achats 3.1.1 Expression du Besoin Il est de la responsabilité de chaque département ou service de définir ses besoins et de décrire les matériels ou matériaux qui doivent être achetés. Ces besoins peuvent être décrits via un bon de commande interne ou par mail. Il est important de donner à l’acheteur l’historique des produits à chercher afin de lui faciliter le sourcing. Cela va ainsi permettre à l’acheteur d’avoir les informations qui vont lui permettre de négocier le bon produit au meilleur prix. Les achats de dernières minutes doivent être évités. 3.1.2 Sourcing Le sourcing se déroule en trois (3) grandes étapes : La première consiste à rechercher des données macro-économiques. Cette recherche est caractérisée par l’identification d’une zone géographique à explorer par la qualité du produit à partir de la définition d’objectifs opérationnels et enfin pour le produit lui-même. Tous ces aspects doivent être croisés et permettront l’identification des fournisseurs potentiels par pays. La deuxième étape est la collecte d’informations. Les fournisseurs potentiels sont contactés et répondent à des demandes d’informations (request for information). Les ambassades étrangères ainsi que la douane peuvent apporter des informations sur les produits des fournisseurs ainsi que leurs prix. La troisième étape est la réalisation d’une cartographie à partir de toutes ces informations. Une fois les fournisseurs ciblés, il faut les homologuer avant de pouvoir les consulter. L’homologation passe par des request for information complémentaires et des renseignements sur la fiabilité du fournisseur. Le but de cette homologation est de minimiser les risques financiers, les risques de fiabilité technique et de capacité logistique. 3.1.3 Négociation 3.1.3.1 la Collecte d’information Avant de proposer une négociation, il convient de recueillir des informations sur le fournisseur, le produit, l’incoterm, le poids de l’achat à réaliser. Pour un fournisseur homologué, l’entreprise dispose en amont de certains éléments sur ce dernier comme son marché, l’historique des achats précédents, la fiabilité et l’évaluation. Pour un nouveau
  23. 23. Logistique des Achats Internationaux Page 23 fournisseur, les points principaux à analyser son sa situation économique, son positionnement concurrentiel, ses prévisions d’activités et ses moyens de production. Concernant le produit il faut analyser ses caractéristiques principales, les performances et son positionnement final. 3.1.3.2 La Préparation Technique du Dossier La préparation technique du dossier consiste à déterminer les clauses à négocier ainsi que les objectifs à atteindre. On identifie les clauses sur lesquelles on peut faire des concessions au vendeur. Il convient de hiérarchiser les priorités dans les négociations et de se fixer des objectifs à la fois réalistes et ambitieux. Pour chaque point de la négociation, on prépare des arguments solides afin de convaincre le fournisseur d’améliorer son service au moindre cout. Pour être efficace, les arguments doivent s’appuyer sur des faits, des démonstrations, des comparaisons et des données. 3.1.3.3 La Définition d’une Stratégie de Négociation Plusieurs possibilités s’offrent à nous, soit on choisit d’aborder la négociation en bloc en traitant tous les clauses en même temps. Soit on négocie de façon séquentielle et les clauses à négocier qui seront abordées les unes après les autres. Cette dernière approche est plus facile à maitriser car on ne passe à la clause suivante qu’après avoir atteint l’objectif. Ainsi il est souvent recommandé de commencer par les clauses les plus faciles et de finir par ceux susceptibles d’engendrer des difficultés. Concernant la négociation proprement dite, l’acheteur doit mener le débat et intervenir en premier lieu et afin de prendre en main la conduite de l’entretien. La conclusion permet de récapituler les accords négocier afin d’obtenir un assentiment explicite du vendeur. On procède enfin à la rédaction d’un compte rendu que les deux parties signent. 3.1.4 la Contractualisation Cette phase est le résultat de la négociation et intervient après le choix final du fournisseur. C’est une étape relativement simple si les autres phases se sont bien déroulées. La contractualisation consiste à l’établissement d’un bon de commande par le service achats après réception de la facture proforma du fournisseur. Le bon de commande est signé respectivement par le chef de département du service demandeur, le directeur des achats et enfin par le directeur financier. Le bon de commande signé est envoyé au fournisseur. C’est un lien juridique entre Terrou bi et le fournisseur. Dans le bon de commande doivent être
  24. 24. Logistique des Achats Internationaux Page 24 mentionnés le nom de l’entreprise, le nom du fournisseur, l’objet du contrat c'est-à-dire le produit, sa valeur, l’incoterm et les conditions de règlement. 3.2 Incoterms 3.2.1 Définition et Rôle Les incoterms sont une codification élaborée par la chambre de commerce internationale qui définit le mode de transport ainsi que la livraison entre deux (2) : l’acheteur et le vendeur. D’abord ils servent de base au contrat de vente, précisent les obligations des parties contractantes et de parer aux malentendus. Ils permettent aussi le transfert de responsabilité des marchandises du vendeur à l’acheteur : transfert des risques ; la prise en charge du transport, de l’assurance, des formalités de douane import et export, des droits et taxes à l’importation : transfert de frais. Et enfin la responsabilité des documents d’exportation et d’importation. Les implications des incoterms : - Facture commerciale, - Cotation de transport, - Documents douaniers, - Documents de transport, - Assurance 3.2.2 Répartition des Couts libellé Départ usine Transport principal acquitté par l’acheteur Transport principal non acquitté par l’acheteur Frais d’acheminement supporté par le vendeur jusqu’à destination Incoterm/Cout EXW FCA FAS FOB CFR CIF CPT CIP DAT DAP DDP Emballage V V V V V V V V V V V Chargement à l’usine A V V V V V V V V V V Préacheminement A V V V V V V V V V V Douane export A V V V V V V V V V V Manutention au départ A A A V V V V V V V V Transport principal A A A A V V V V V V V Assurance transport A A A A A V A V V V V Manutention à l’arrivée A A A A A A A A V V V Douane import A A A A A A A A A A V Post- acheminement A A A A A A A A A A V Déchargement chez l’acheteur A A A A A A A A A A V V : Cout à la charge du vendeur ; A : Cout à la charge de l’acheteur
  25. 25. Logistique des Achats Internationaux Page 25 3.3 Documents Orbus 3.3.1 Déclaration Préalable à l’importation Toutes marchandises importées dont la valeur fob est supérieure à 1 million de FCFA doivent faire l’objet d’une déclaration préalable à l’importation 15 jours avant l’embarquement émise par la Cotecna 72 h à compter de la date de transmission de la facture après ouverture d’un dossier sur le système Orbus du Gie Gainde 2000. Cependant si la valeur fob est supérieure à 10 millions de FCFA, la dpi doit nécessairement faire l’objet d’une domiciliation dans une banque de la place. Ainsi la Cotecna sera obligée de renvoyer la déclaration préalable à l’importation à la banque qui à son tour apposera le numéro de domiciliation dans le document. Après délivrance de la déclaration préalable d’importation, elle est transmise au fournisseur pour les besoins de l’embarquement des produits. 3.3.2 L’attestation d’assurance Faculté Toutes les marchandises importées par voie maritime ou aérien doivent faire l’objet d’une attestation d’assurance faculté. Elle prouve de l’assurance de la marchandise au cours du transport principal. Pour le cas de l’hôtel Terrou bi, la police tiers chargeur de la compagnie de transit est utilisée ce qui va permettre à Terrou bi de se décharger des problèmes d’assurance. La compagnie de transit met à disposition de Terrou bi sa police flottante ou police tiers chargeur. Ainsi en cas de sinistre, ce sera au transitaire de constituer le dossier nécessaire à l’indemnisation. Pour ce faire le nom de l’assureur et le numéro de la police de la compagnie de transit sont renseignés dans le système Orbus. 3.3.3 L’attestation d’importation Elle est obligatoire pour les marchandises provenant hors zone Uemoa et dont la valeur fob est supérieure à dix millions (10 000 000) de FCFA. Elle est établie en même temps que les documents Orbus et la délivrance se fait sur 72 h après la transmission de la facture par la Cotecna. Les produits originaires de la France ne font pas l’objet d’une attestation d’importation. 3.3.4 L’autorisation de Change L’autorisation de change permet le traitement d'opérations de commerce extérieur et/ou de change manuel par les guichets de banque et d'établissement financier, intermédiaire agréé et par les bureaux de change. Elle est obligatoire pour le paiement des opérations en devise dans le cadre des transactions internationales. Pour le cas de l’hôtel Terrou bi, nous travaillons avec
  26. 26. Logistique des Achats Internationaux Page 26 les banques comme la Sgbs, la Bicis ou le CDS. Elle est établie par nos soins dans le système Orbus en même temps que la dpi en renseignant le numéro du compte bancaire de l’hôtel. Elle est délivrée par la banque dans les 24h à compter de la date de transmission de la facture proforma. 3.3.5 L’attestation de Vérification Instauré au Sénégal depuis 1991, le Programme de Vérification des Importations (PVI) consiste fondamentalement en l’inspection, avant embarquement, des marchandises à destination du Sénégal. Le système est bâti autour de la Déclaration Préalable d’Importation (DPI) qui en constitue le préalable. Elle est fournie à la société d’inspection, par l’importateur, dès que la valeur FOB des marchandises est supérieure ou égale à 1.000.000 F CFA. Sauf pour les marchandises qui en sont exemptées et qui font l’objet d’une liste exhaustive, l’inspection avant embarquement, sur la base de cette DPI, devient obligatoire : - dès que la valeur FOB des marchandises est égale ou supérieure à 3.000.000 F CFA ; - lorsqu’il s’agit de conteneurs personnalisés (FCL, LCL, etc.), quelle qu’en soit la valeur. Cependant, en vue de concilier les soucis de sécurité et de facilitation des échanges commerciaux, un nouveau système informatisé de gestion du risque (SIAR) et l’usage de l’imagerie par rayons X (scanner) ont été intégrés au PVI. Cela a entraîné les modifications ci-après : - les marchandises exemptées du PVI et de l’inspection avant embarquement feront toujours l’objet d’une DPI avec la mention « non soumise ». Pour ces marchandises, l’intervention de la société d’inspection se limitera, le cas échéant, à l’enregistrement de cette DPI ; - les marchandises soumises au PVI continueront à faire l’objet d’une DPI avec la mention « soumise ». Cependant l’inspection se fera selon l’une des modalités ci-après qui sera retenue à l’issue d’une analyse approfondie de la nature de l’opération : - contrôle documentaire sans inspection avant embarquement ; - contrôle documentaire complété par un passage au scanner à l’arrivée à Dakar ; - contrôle documentaire assorti d’une inspection avant embarquement des marchandises, comme cela se faisait auparavant dans le cadre du PVI. Dans tous ces cas, l’intervention de la société d’inspection sera matérialisée par une Attestation de Vérification (AV). Ainsi, à toute DPI avec la mention « soumise » devra correspondre une AV dont l’absence au moment du dépôt de la déclaration en douane, sera assimilée à un contournement du PVI et dûment sanctionnée.
  27. 27. Logistique des Achats Internationaux Page 27 3.4 Les Instruments de Paiement 3.4.1 Le Virement Le mode de règlement le plus et le simple utilisé surtout pour le règlement des achats au comptant ou à l’escompte. Le virement est effectué par le directeur administratif et financier après l’obtention de la déclaration préalable à l’importation et de l’autorisation de change.
  28. 28. Logistique des Achats Internationaux Page 28 3.4.2 Le Crédit Documentaire Le donneur d’ordre Acheteur Le bénéficiaire VendeurContrat commercial Banque émettrice Banque de l’acheteur Banque notificatrice Banque du vendeurLa banque de l’acheteur ouvre un crédit documentaire auprès de la banque du vendeur La banque du vendeur envoie les documents au banquier de l’acheteur qui le crédite en retour après étude et accord sur les documents L’importateur demande à son banquier d’ouvrir un Credoc en faveur de l’exportateur Le banquier de l’importateur remet les documents à son client et le débite L’exportateur remet les documents à sa banque qui les vérifie et paie si confirmation il y’a Le banquier notifie à l’exportateur le crédit en y ajoutant éventuellement sa confirmation L’importateur en possession des documents peut prendre livraison des marchandises L’exportateur expédie la marchandise : les documents de l’expédition lui sont délivrés Le paiement des documents est immédiat si le paiement est à vue avec une confirmation de la banque. En revanche, le paiement ne sera pas immédiat dans une situation de paiement différé. 1 2 3 4 5 6 7 8 9
  29. 29. Logistique des Achats Internationaux Page 29 3.4.3 La Remise Documentaire Acheteur Importateur Vendeur Exportateur Banque de l’acheteur Présentatrice Banque du vendeur Remettante Contrat commercial Paiement comptant ou Acceptation des effets ou Acceptation à échéance Paiement ou remise des effets acceptés et éventuellement avalisés Paiement ou remise des effets acceptés et éventuellement avalisés Transmission des documents Remise des documents Remise des documents Présentation des documents au transporteur pour prendre livraison de la marchandise Expédition des marchandises 1 2 3 4 5 6 7 8 9
  30. 30. Logistique des Achats Internationaux Page 30 3.4.4 Les avantages et les inconvénients des instruments de paiement Les instruments de paiement Avantages Inconvénients Virement - Peu couteux - Très rapide - Ordre de paiement à l’initiative de l’acheteur - Lenteur d’encaissement si virement par courrier Crédit documentaire - Double sécurité : vendeur être payé et acheteur être livré - Rapidité de paiement : possibilité de paiement dès expédition de la marchandise - Engagement bancaire : étude minutieuse des documents de l’expédition - Formalisme rigoureux : la moindre erreur ou disparité au niveau des documents remet en cause l’engagement bancaire - Sécurité absolue uniquement en cas de Credoc irrévocable et confirmé - Cout élevé Remise documentaire - Bonne démarche commerciale, le paiement est demandé à l’importateur après expédition - Formalités simples, rapides et peu couteux (aucun engagement de la banque) - Sécurité réduite : les marchandises sont expédiées simplement avec un engagement de paiement de l’acheteur à la réception - Risque de non transfert - Risque logistique encas de refus de l’acheteur (que faire des marchandises ?) 3.5 Transport Le pourcentage de la part du transport sur la valeur des marchandises peut varier entre 1 % (produits à forte valeur ajoutée, chers, pas volumineux, pas lourds, transportés par voie maritime par exemple, en provenance d’un pays très bien desservi et où la concurrence des compagnies est vive), et… 100 %, voire au-delà dans certains cas diamétralement opposés. D’où l’intérêt de bien choisir le mode de transport et de suivre l’évolution des taux de fret. En effet, les prix de transport international ont la fâcheuse particularité d’évoluer en fonction de la conjoncture économique et géopolitique, en fonction des flux export ou import. L’acheteur ne peut figer la part de transport dans son prix de revient. Il doit suivre l’actualité du transport et ajuster régulièrement ses pourcentages. Nous reparlerons de ce point dans le chapitre consacré à l’achat de transport international. Le transport est un facteur stratégique de l’achat et met en valeur la compétitivité de l’entreprise. Ainsi pour le cas de l’hôtel Terrou bi nous choisissons le mode de transport en
  31. 31. Logistique des Achats Internationaux Page 31 fonction du cout, du délai, de la nature du produit, de la qualité et du pays de l’exportateur. Le maritime et l’aérien sont les modes de transport les plus prisés pour l’acheminement de nos produits de l’international. 3.5.1 Transport Maritime 3.5.1.1 Vue d’ensemble MARITIME Convention Convention de Bruxelles ou règles de la Haye signée en 1924. 78 états signataires Convention de Hambourg entrée en vigueur en 1992. 28 états signataires. Champ d’application Transports internationaux pour lesquels le connaissement est établi dans l’un des états signataires. Port de départ ou d’arrivée situé dans l’un des états signataires ou connaissement établi dans l’un des états signataires. Responsabilité du transporteur Présomption de responsabilité pour pertes ou avaries. Pour retard uniquement si le délai est indiqué dans le document de transport. Présomption de responsabilité pour perte ou avarie+ présomption de faute ou négligence. Pour retard si la marchandise n’est pas livrée dans un délai raisonnable. Au-delà de 60 jours de retard, la marchandise est réputée perdue. Causes d’exonération de la responsabilité du transporteur Innavigabilité du navire, vices cachés du navire, faute nautique, actes d’assistance et de sauvetage, événements non imputables au transporteur, freinte de route, vice propre de la marchandise, défaut d’emballage, défaut de marquage et autres fautes du chargeur. Incendie, transport d’animaux vivants, sauvetage en mer. Limite de responsabilité du transporteur Perte et avarie : 666,67 DTS par colis ou 2DTS par kilo brut. (convention de Bruxelles, amendée par les deux protocoles de 1968 et 1979) Perte et avarie : 835 DTS par colis ou 2,5 DTS par kilo brut. Retard : 2 fois et demie le montant du fret Délais pour adresser des réserves Dommage apparent : à la livraison Dommage non apparent : 3 jours suivant livraison, jours fériés compris Dommage apparent : à la livraison Dommage non apparent : 1 jour suivant livraison Documents de transport Connaissement maritime (Bill of Lading), établie par la compagnie de transport maritime ou son agent, dur la base des indications fournies par le chargeur. 3 exemplaires originaux Tarification Expédition en conventionnel ou en groupage : fret à l’unité payante avec application de l’équivalence : 1 tonne=1m3. Expédition en conteneur personnalisé : tarification forfaitaire à la boite Correctifs conjoncturels : surcharge fuel (BAF) applicable sur le fret de base ; surcharge monétaire (CAF), tient compte des variations de la devise dans laquelle est libellé le tarif et le surcharge d’encombrement portuaire va majorer les prix sur une certaine destination où une immobilisation anormale du navire est à prévoir
  32. 32. Logistique des Achats Internationaux Page 32 3.5.1.2 Eléments de Cotation Eléments de cotation Calculs Montants Valeur de la marchandise à l’usine Emballage pour le transport Exw le Havre 30500 € 150 € 30650 € Empotage du conteneur Haulage Container service charge (CSC) Transit portuaire Frais de douane export FOB Paris 450 € 225 € 75 € 75 € 75 € 31 550 € Fret maritime – forfait de base 4 000 USD par conteneur – surcharge fuel (BAF), 5 % du fret de base – surcharge monétaire (CAF), 2 % du fret corrigé CFR Baltimore 4 000 / 0,8998 = 4445 4445 x 1,05 = 4 667 4 667 x 1,02 = 4 760 4 760 € 36 310 € Assurance 0,2 % du CIF majoré de 10 % CIF Baltimore 36 310 CIF = ---------- x100 99,78 36 310 € Terminal Handling Charges (THC) 300 USD par Conteneur Douane import 450 USD Post-acheminement et déchargement dans les locaux du client 1 300 USD DDP Dakar 300 / 0,8998 = 333 450 / 0,8998 = 500 1 300 / 0,8998 = 1445 330 € 500 € 1 445 € 38 668 € Si la vente est CFR Baltimore, le vendeur fera apparaître ce montant global sur sa facture (sans le détail des frais) soit 36 310 €. L’acheteur prendra en charge directement les frais ultérieurs jusqu’à l’arrivée de la marchandise dans ses locaux. Si la vente se fait en FOB Paris, le transport sera en port dû. Le transport sera directement à la charge de l’acheteur et payable à l’arrivée. Le montant de la facture fournisseur sera de 31 550 €. Le fret océanique ne représente que 60 % du prix global de transport et d’assurance. Le chargeur a donc intérêt à se préoccuper des solutions de pré- et post-acheminement susceptibles de diminuer globalement le prix du transport en porte à porte.
  33. 33. Logistique des Achats Internationaux Page 33 3.5.1.3 La Configuration du Fret Maritime pour les envois par Conteneur La taxation des marchandises conteneurisées est différenciée selon que le conteneur est complet (Full Container Load) ou que la marchandise fait l’objet d’un groupage LCL (Less Than a Container Load). Envoi par conteneur complet (FCL) Envoi par groupage (LCL) Conteneur empoté par l’expéditeur, ou pour son compte Empotage par le transitaire à l’intérieur d’un territoire ou d’un port. «Tarif à la boîte» incluant éventuellement : frais de location, d’empotage ou de dépotage, frais de mise à disposition et d’approche, à la charge de l’armateur (carrier Haulage) ou de la marchandise (marchant Haulage), frais d’embarquement (Container Service Charge) CSC ou THC (Terminal Handling Charge). Tarification identique au conventionnel : taux de fret par catégorie de marchandise, avec prise en compte de l’UP et de la charge maximum utile du conteneur. Minimum de tarification par conteneur (variable en fonction des lignes). Application des surcharges et des ristournes. Structure d’un cout de transport de bout en bout FCL – Pré-transport jusqu’au port – CSC (frais d’embarquement) – Fret maritime (forfait au conteneur) – THC (frais de débarquement) – Post-acheminement LCL – Approche terrestre jusqu’au port – Frais d’empotage et de groupage – Taux de fret en groupage (fonction de l’armement) – Frais de dégroupage – Post-acheminement 3.5.1.4 Les Quatre Types d’expédition par Conteneur FCL/FCL La marchandise est mise dans le conteneur, puis ce dernier est scellé et livré chez le client sans être ouvert. LCL/LCL Les envois sont insuffisants pour un conteneur, les marchandises sont livrées à un centre de groupage. elles sont conteneurisées avec d'autres à destination du même port où elles sont dégroupées et remises aux clients. FCL/LCL Des lots pour une même destination, l'entreprise les charge, le conteneur est acheminé au port de chargement. une fois au port de déchargement, dégroupage des marchandises puis mise à disposition des réceptionnaires LCL/FCL Achat chez des fournisseurs d'origines diverses. les fournisseurs les livrent dans un même centre de groupage de la compagnie où les marchandises seront empotées puis livrées au domicile du client
  34. 34. Logistique des Achats Internationaux Page 34 3.5.2 Transport Aérien 3.5.2.1 Vue d’ensemble AERIEN Convention Convention de Varsovie signée en 1929, modifiée par le protocole de la Haye de 1955. 126 états signataires Convention de Montréal ratifiée en 1999. 54 états signataires Champ d’application Transports internationaux pour lesquels la LTA a été établie dans l’un des états signataires. Transport internationaux entre 2 états signataires. Responsabilité du transporteur Présomption de responsabilité pour perte ou avarie. Pour retard si un délai a été convenu ou pour un délai non raisonnable. Présomption de responsabilité pour perte ou avarie. Pour retard si un délai a été convenu ou pour un délai non raisonnable. Causes d’exonération de la responsabilité du transporteur Faute de la personne lésée. Cas de force majeur Nature ou vide propre de la marchandise. Emballage défectueux. Fait de guerre ou conflit armé Acte de l’autorité publique Faute de l’ayant droit Limites de responsabilité du transporteur Pertes, avaries, retards : 17 DTS par kilo brute Pertes, avaries, retards : 17 DTS par kilo brute Cette limite ne saute pas en cas de faute inexcusable ou intentionnelle du transporteur Délais pour adresser des réserves Perte partielle ou avarie : 14 jours à compter de la date de réception de la marchandise. Retard : 21 jours à compter de la mise à disposition de la marchandise. Perte totale : pas de démarche à faire. Documents de transport LTA (Airways Bill), établie en théorie par l’expéditeur, en pratique par l’agent de fret, en 3 documents originaux sur la base des informations fournies par le chargeur. Dans le cadre de la convention de Montréal, la LTA peut être remplacée par un autre document. En cas de groupage, un Master Airways Bill regroupant tous les marchandises est établie à l’ordre de l’agent de fret et une House Airways Bill est remise à chaque chargeur Tarification Expéditions en groupage : tarification ULD (au kilo), tarification générale (par tranche de poids), avec application de l’équivalence (la règle du payant pour : 1 tonne = 6m3). Expéditions en conteneur complet : tarification forfaitaire Taxes complémentaires : taxe de sureté, taxe de risques de guerre….
  35. 35. Logistique des Achats Internationaux Page 35 3.5.2.2 Le Tarif Général Il est conçu par tranche de poids, pour une relation aéroport/aéroport, et indique un prix de transport au kilo. Le poids taxable sera déterminé en fonction du rapport poids-volume de la marchandise qui ne doit pas excéder 1 t = 6 m3. La dégressivité du tarif amène à faire jouer « la règle du payant-pour », qui consiste à payer pour la tranche de poids supérieur afin de bénéficier d’un coût de transport moindre. Expédition A Expédition B Tarif général : – moins de 45 kg 4 € le kg – 45 à 100 kg 3,5 € le kg – 100 à 300 kg 3 € le kg – 300 à 500 kg 2,7 € le kg Poids brut : 220 kg Volume : 2 m3 Rapport poids/volume : 2m ------- = 333 kg- 6 Poids brut : 280 kg Volume : 1,4 m3 Rapport poids/volume : 1,4m3 ---------- = 233 kg- 6 Poids taxable 333 kg 280 kg Application de la règle du payant-pour - 300 kg x2, 7 € = 810 € (au lieu de 280 x3 = 840 €). Montant du fret à acquitter 333 x 2,7 € = 899,1 € 810 € 3.5.2.3 Les Tarifs ULD Les tarifs sont appliqués pour une relation définie, d’un aéroport de départ à un aéroport d’arrivée, de façon forfaitaire pour chaque contenant (palettes, igloos). Le forfait correspond à un poids pivot, au-delà duquel un supplément de prix doit être acquitté pour le nombre de kilos excédentaires. Exemple: 1 ULD Paris/San Francisco Forfait pour toute marchandise 4 490 € Poids pivot : 2 100 kg Taxation au-dessus du poids pivot : 1,86 € le kg Poids brut de la marchandise : 2,8 t Montant du fret : 4 490 € + (1,86 3 700) = 1 302 €
  36. 36. Logistique des Achats Internationaux Page 36 3.5.3 Analyse des deux Modes de Transport AERIEN MARITME Avantages Rapidité, sécurité et sureté Peu onéreux Inconvénients Cout élevé Délais longs Organisation Il existe différent intervenant : L’agent de fret aérien qui organise le transport principal Le commissionnaire, mandataire qui assure les opérations et les formalités de transport Deux intervenants : le chargeur et l’armateur. Le chargeur, représente la marchandise : il peut être l’expéditeur réel, le mandataire ou le destinataire. L’armateur (compagnie maritime) représenté par un agent. Le transitaire procède aux opérations de dédouanement Le manutentionnaire assure le stevedoring et l’acconage Matériel utilisé Les avions mixtes (passagers+ fret) qui ne conviennent pas aux produits dangereux et peuvent causer des retards car la poste est prioritaire Les cargos (fret seulement) Les navires spécialisés par marchandise : Les vraquiers, pétroliers, céréaliers, les navires polythermes destinés au transport des denrées périssables. Les navires non spécialisés : Les cargos conventionnels (disposent des moyens de manutention), les porte- conteneurs adaptés aux conteneurs, les navires rouliers (manutention horizontale de tous les types de marchandise) 3.6 Assurance Transport Les marchandises encourent des risques ordinaires liés à la manutention, au stockage, aux ruptures de charge et au transport lui-même. Des risques particuliers peuvent se surajouter tels que émeutes, grèves, sabotages, conflits armés, etc. La marchandise voyageant aux risques et périls de l’ayant droit, celui-ci doit être garanti. 3.6.1 Intérêt de l’assurance Transport L’assurance transport permet de couvrir en totalité ou en partie le dommage subi par la marchandise et compense les plafonds d’indemnités versées soit par le transitaire pour faute personnelle, soit par les transporteurs. Lorsque ceux-ci sont exonérés de toute responsabilité, l’assurance permet d’obtenir une indemnisation égale au préjudice subi.
  37. 37. Logistique des Achats Internationaux Page 37 Indemnisation par le transporteur Indemnisation par l’assureur Prévue par les conventions régissant chaque mode de transport. Indemnités plafonnées(1) en fonction du poids de la marchandise. Indemnisation seulement si le transporteur n’a pu s’exonérer de sa responsabilité et en fonction de la valeur de la marchandise. Assurance au choix de l’assuré (attention aux risques couverts et aux risques exclus) Indemnisation calculée sur la valeur assurée de la marchandise (ex. : CIF + 10 %). Indemnisation en cas de préjudice en fonction des risques garantis (si le transporteur est responsable, l’assureur se trouve subrogé dans les droits de l’assuré). Attention : il ne faut pas confondre l’indemnité versée par un transporteur fautif et l’indemnité versée par l’assurance transport. 3.6.2 Les Principes Communs Les assurances définissent de façon presque uniforme les risques assurés et les risques exclus ainsi que certains principes de fonctionnement. Les pertes et avaries particulières concernent tous les modes de transport. Ce sont les détériorations ou manquants sur la marchandise elle-même, qui proviennent soit d’événements majeurs survenant au cours du transport (naufrage, accident de la route, déraillement, etc.) soit d’événements concernant uniquement la marchandise (chute, perte…). L’avarie commune est une notion spécifique au transport maritime et fluvial. Le terme désigne les dommages résultant de décisions prises pour « sauver le navire » et donnant lieu à contribution : les frais et les sacrifices engagés sont répartis entre l’armateur et le(s) propriétaire(s) de la cargaison, proportionnellement à la valeur de chaque expédition. Ainsi, une marchandise intacte mais sauvée par un acte de remorquage, contribuera aux dépenses. Les sommes mises en jeu sont considérables et font de l’avarie commune un risque majeur, qu’il est indispensable d’assurer. 3.6.2.1 La Notion d’avarie Les pertes et avaries particulières concernent tous les modes de transport. Ce sont les détériorations ou manquants sur la marchandise elle-même, qui proviennent soit d’événements majeurs survenant au cours du transport (naufrage, accident de la route, déraillement, etc.) soit d’événements concernant uniquement la marchandise (chute, perte…). L’avarie commune est une notion spécifique au transport maritime et fluvial. Le terme désigne les dommages résultant de décisions prises pour « sauver le navire » et donnant lieu à contribution : les frais et les sacrifices engagés sont répartis entre l’armateur et le(s) propriétaire(s) de la cargaison, proportionnellement à la valeur de chaque expédition. Ainsi, une marchandise intacte mais sauvée par un acte de remorquage, contribuera aux dépenses.
  38. 38. Logistique des Achats Internationaux Page 38 Les sommes mises en jeu sont considérables et font de l’avarie commune un risque majeur, qu’il est indispensable d’assurer. 3.6.2.2 Les Risques Couverts et les Risques Exclus Les polices couvrent tous les types de marchandises en dehors du moyen de transport lui- même. Les risques exclus sont presque les mêmes dans chaque garantie. C’est à l’assureur d’établir l’existence de l’exclusion qu’il désire invoquer. Risques couverts Risques exclus Risques liés au transport principal. Risques liés à la manutention. Risques pour le pré- et le post- acheminement dans les assurances de magasin à magasin (en aérien et en maritime). Conséquences des fautes de l’assuré ou du bénéficiaire. Conséquences des violations de blocus, contrebande, commerce prohibé ou clandestin. Vice propre de la marchandise, freinte de route qui concerne une perte inévitable et connue de poids ou de quantité pendant le transport. Influence de la température(1). Insuffisance d’emballage ou inadaptation du conditionnement. Préjudices financiers commerciaux ou indirects. L’indemnisation est liée à la notion de plein (valeur maximale de l’expédition admise par mode de transport et fixée par la compagnie d’assurance) et à la notion de franchise (somme forfaitaire toujours à la charge de l’assuré). 3.6.3 Les Différents Types de Police On distingue quatre types de police : Police au voyage Valable pour une relation et pour une marchandise donnée, elle est souscrite à chaque expédition. Police à alimenter Valable pour une durée indéterminée et un quantum déterminé. Les envois sont fractionnés. L’assuré informe l’assureur de chaque expédition par un « avis d’aliment ». Police d’abonnement (ou flottante) Valable pour un quantum indéterminé pendant une durée déterminée, quel que soit le mode de transport, la destination ou la nature de la marchandise. À chaque expédition, l’exportateur produit un « avis d’aliment » informant l’assureur des détails de l’envoi. Valable un an, renouvelable par simple avenant. Police tiers-chargeur Assurance que le transitaire met à disposition de son client. En cas de sinistre, c’est le transitaire qui constituera le dossier nécessaire à l’indemnisation.
  39. 39. Logistique des Achats Internationaux Page 39 Le souscripteur de l’assurance n’est pas toujours le bénéficiaire. Si c’est lui qui est redevable de la prime, il stipule néanmoins pour autrui (exemple : dans une vente CIF le vendeur souscrit une assurance pour le compte de l’acheteur). Les taux de prime sur les risques ordinaires sont négociables. Pour les risques exceptionnels (Guerres, émeutes) les taux sont fixés par la Caisse centrale de réassurance. 3.6.4 Le Contenu des Garanties Le contenu de chaque police peut varier en ce qui concerne l’objet, la durée et les garanties couvertes. Assurance maritime Avaries communes Avaries particulières Frais liés à l’avarie Vol partiel ou total Guerres, grèves et risques assimilés FAP sauf Oui Oui Oui Non Non Tous risques Oui Oui Oui Non Oui (à certaines conditions) Non Objet et durée de la garantie Couverture des dommages matériels subis par la marchandise pendant le transport maritime ainsi que sur les autres transports intervenant après ou avant le transport par mer. Assurance depuis la date de remise au transporteur (date du connaissement) jusqu’à la remise effective au destinataire dans la limite de 60 jours après la fin des opérations de déchargement du dernier navire de mer. Valeur assurée On considère la valeur de la marchandise arrivée à destination majorée de 10 à 20 % Extension possible Risques de guerre et assimilés, emballages dont la valeur est élevée, inclusion de la garantie vol dans les garanties ne le prévoyant pas. Assurance aérienne Tous risques - Oui Oui Oui Oui Extension au risque de guerre - Oui Oui Oui Oui Objet durée de la garantie La garantie couvre les risques non exclus et s’étend de domicile à domicile y compris pour les transports complémentaires. La notion d’avarie commune n’est pas retenue en transport aérien. Elle prend effet depuis la remise au transporteur jusqu’à la remise au destinataire et cesse au plus tard quinze jours après l’arrivée de l’avion à destination. La plupart du temps, c’est la police tiers-chargeur du transporteur aérien qui est souscrite. Valeur assurée Mêmes règles qu’en maritime. Les compagnies préconisent de majorer le CIF de 20 %. Les taux de prime sont fonction des destinations. Extension possible Extension possible jusqu’à ce que les marchandises soient placées en magasin. Extension possible aux risques de guerre. Calcul de l’assurance maritime Le taux de l’assurance est appliqué sur la valeur de la marchandise à destination, sur la valeur du CIF majoré. Le montant CIF, incluant le montant de l’assurance n’est donc pas connu. Par contre, on connaît la valeur de mise à bord plus le fret : montant CFR.
  40. 40. Logistique des Achats Internationaux Page 40 Exemple : Vente CFR de 280 000 €. Le raisonnement est le suivant : Taux d’assurance : 0,2 % à calculer sur le CIF majoré de 10 %. Le montant de l’assurance sera égal à CIF-CFR : CIF = 0,002 (CIF + 0, 1 CIF) + CFR CIF – 0,002 (1, 1 CIF) = CFR CIF – 0, 0022 CIF = CFR 280 000 CIF = ------------------ = 1 – 0, 0022 280 000 CIF = ------------ = 280 617 €- 0,9978 Le montant de l’assurance est de 617 €. 3.6.5 Le Règlement des Sinistres La survenance d’un sinistre amène, dans un premier temps, l’assuré à conserver les recours contre le transporteur à prendre des mesures conservatoires pour éviter l’aggravation du dommage et à demander une expertise à un commissaire d’avaries. Cette demande de constatation des dommages doit intervenir dans les trois jours de la cessation de garantie, faute de quoi les réclamations seraient irrecevables. Dans un second temps, l’assuré constitue un dossier sinistre comportant en général : – la police d’assurance ou le certificat ; – le titre de transport comportant les réserves éventuelles (à confirmer par écrit dans les trois jours) ; – le constat d’avarie ou le rapport d’expertise précisant la cause des dommages ; – les certificats de perte ou de non-livraison ; – les factures, ainsi que la réclamation chiffrée ; – les copies des lettres de réserve envoyées au transporteur et les réponses. L’assureur vérifie les conditions dans lesquelles s’est produit le dommage, les pièces du dossier et verse le montant de l’indemnité en fonction des clauses de la police et des justificatifs fournis par l’assuré. Ensuite, l’assureur recherche s’il y a lieu, la responsabilité du transporteur ou du commissionnaire qui versera dans les limites fixées par les conventions, les
  41. 41. Logistique des Achats Internationaux Page 41 indemnités dues, si leur responsabilité n’a pu être dégagée. En cas d’avarie commune, chacun des assurés verse une provision pour contribution à l’avarie. Après calcul de la répartition définitive (cette répartition est nommée « dispache ») des frais sur les différentes expéditions, l’assureur règle la contribution à l’avarie commune. Exemple : Un exportateur vend une marchandise pour un montant de 12 000 CFR Miami. La prime d’assurance est de 0,8 %, ceci correspondant à une garantie FAP Sauf. Calcul de la prime sur une base CIF majorée de 10 % : 12 000/0,9912 = 12 106,54 €. - La prime est de 106,54 €. - La valeur assurée est de 12 000 x 1,1 = 13 200 €. - La marchandise est volée en partie pendant le transport. L’assuré (ici l’acheteur) peut-il prétendre à une indemnisation ? - L’assurance FAP Sauf ne couvre que l’avarie commune et les avaries particulières limitativement énumérées mais pas le vol. L’assuré n’est donc pas couvert. Le navire subit un échouage. Le navire représente 25 millions d’euros de valeur sauvée et la marchandise représente 10 millions d’euros. L’avarie s’élève à 2 millions d’euros pour le navire et 4 millions d’euros pour la marchandise. Le commissaire d’avarie fera le calcul suivant ; - Valeurs en jeu (navire et marchandises) : 35 millions d’euros. - Valeurs de l’avarie : 6 millions d’euros. - Calcul du taux de contribution à l’avarie commune : 6/35 - 100 = 17,14 %. - Contribution du navire : 25x 17,14 % = 4,285 millions d’euros. - Contribution de la marchandise : 10 x 17,14 % = 1,714 million d’euros. - Contribution de votre marchandise (non endommagée) : 12 000 x17, 14 % = 2 056,80 €.
  42. 42. Logistique des Achats Internationaux Page 42 3.7 Documents Apix 3.7.1 Demande d’agrément 3.7.1.1 Les Modalités L’agrément au code des investissements est accordé au ministre de l’économie et des finances après avis favorable du comité d’agrément de l’Apix, sur présentation d’un dossier présentant les pièces suivantes :  Une demande d’agrément adressée au Ministre de l’économie et des finances S/c de Monsieur le Directeur général de l’Apix précisant la nature de l’activité, le lieu d’implantation et le nombre d’emplois prévus  Un certificat d’inscription au registre du commerce  La photocopie légalisée des statuts notariés et la copie légalisée d’une pièce nationale d’identité légalisée dans le cadre d’une entreprise individuelle.  Une copie de l’avis d’immatriculation : NINEA  Une fiche technique établie en dix (10) exemplaires et indiquant :  La zone d’implantation de l’investissement  L’origine des investissements  La description des biens et services dont la production est envisagée  La description du processus de production des biens et services  La capacité de production actuelle et à installer  L’estimation en volume et en valeur de la part du marché local que l’entreprise se propose de couvrir et une évaluation du chiffre d’affaires escompté à l’exportation.  Le récapitulatif des investissements  La date envisagée pour le lancement de la production  Le détail par nationalité des emplois permanents prévus  La liste des matériels et matériaux destinés à la réalisation du programme  Les plans architecturaux des travaux envisagés, pour les programmes comportant des programmes et notamment : - Plan de situation - Plan de masse - Vue en plan, façade et coupe des différents modules - Devis quantitatif et estimation des matériaux à utiliser. Pour les projets d’extension, en sus des pièces ci-dessus énumérées, les dossiers des projets d’extension doivent aussi comporter : - Un quitus fiscal datant de moins de six (6) mois - Les états financiers du dernier exercice comptable. 3.7.1.2 La Procédure Le dossier de demande d’agrément au code des investissements est déposé à l’Apix, qui délivre un récépissé de recevabilité ou de refus. Le dossier est instruit par l’Apix et transmis au comité d’agrément pour avis.
  43. 43. Logistique des Achats Internationaux Page 43 L’Apix dispose d’un délai de dix (10) jours ouvrables, à compter de la date de délivrance du récépissé de dépôt, pour notifier à l’investisseur la suite réservée à sa requête. Au terme de ces dix (10) jours ouvrables, les documents de l’agrément sont mis à la disposition de l’investisseur, qui est tenu de se présenter au guichet unique de l’Apix pour en prendre possession. A l’expiration du délai imparti à l’Apix pour statuer sur la demande d’agrément et si aucune décision n’a été notifiée au demandeur, l’agrément est réputé accordé. L’Apix donne alors l’acte à l’intéressé, à la demande de celui-ci, de son agrément sur le récépissé de dépôt. Sur la base du récépissé de dépôt, ainsi complété, l’Apix élabore des documents d’agrément (lettre et liste de matériels et matériaux) qui sont signés par le Ministère chargé des finances et délivrés à l’investisseur. En cas de recours pour décision de refus, le dossier est examiné par le comité d’agrément en présence de l’investisseur et de son mandataire. Le cas échéant, le comité d’agrément peut être élargi à tout expert susceptible d’apporter des éclaircissements sur le dossier de demande d’agrément. L’Apix dispose alors d’un nouveau délai de dix (10) jours pour notifier à l’investisseur la suite réservée à son recours. Si au terme de ce délai, aucune réponse n’est apportée, l’agrément est réputé accordé. Toutes les décisions d’agrément sont publiées par les soins de l’Apix. 3.7.1.3 L’accompagnement Au quotidien, les chefs de marché sont assistés dans leur mission par des experts qui conduisent des études stratégiques et complètes sur certaines filières porteuses. Ce pool d’experts vous offre un accompagnement personnalisé et un suivi rapproché par : - un argumentaire sur la compétitivité du Sénégal, par rapport aux autres destinations potentielles, les opportunités offertes et le potentiel de rentabilité ; - la mise à disposition d’informations techniques et de statistiques fiables et pratiques favorisant la décision d’investissement ; - la facilitation de la recherche de locaux pour l’implantation ; - la facilitation de l’obtention de l’agrément au code des investissements ou au statut de l’entreprise franche d’exportation ; - le suivi de votre projet pendant la phase d’installation jusqu’à la phase de réalisation pour trouver des solutions à toutes vos difficultés et satisfaire vos besoins ;
  44. 44. Logistique des Achats Internationaux Page 44 - le suivi post-installation de votre projet, afin de consolider et de sauvegarder votre investissement. Deux douaniers détachés à l’APIX sont chargés d’accueillir sans rendez-vous les usagers, pour leurs fournir assistance et leurs informer de toutes les procédures de facilitation des opérations de dédouanement, qui rentrent dans le cadre de votre investissement au Sénégal. 3.7.1.4 Les Avantage  Avantages liés à l’investissement (fiscalité de porte + TVA) - Exonération pour une durée de 3 ans des droits et taxes perçus à l’entrée sur les matériels et matériaux ni produits ni fabriqués au Sénégal et destinés de manière spécifique à la production ou à l’exploitation dans le cadre du programme agréé ; - Exonération pour une durée de 3 ans de la TVA facturée par les fournisseurs locaux de biens, services et travaux nécessaires à la réalisation du programme agréé.  Avantages liés à l’exploitation (fiscalité interne) - Exonération de la contribution forfaitaire à la charge des employeurs, due au titre des salaires versés aux employés de nationalité sénégalaise - Possibilité de renouveler pendant 5 ans des contrats de travail à durée déterminée. 3.7.1.5 Les Obligations de Terrou Bi Tout investisseur bénéficiaire d’un agrément est tenu de satisfaire aux obligations suivantes : - A la fin de chaque année, informer l’APIX ou l’autorité compétente sur le niveau de réalisation du projet ; - Déclarer à l’APIX ou à l’autorité compétente, la date de démarrage de l’activité pour laquelle son programme a été agréé et déposer le récapitulatif des investissements réalisés - Permettre à l’Administration compétente de procéder au contrôle de conformité de l’activité - Faire parvenir à l’APIX ou à l’autorité compétente, une copie des informations à caractère Statistique que toute entreprise est légalement tenue d’adresser aux services statistiques nationaux ; - Tenir la comptabilité de l’entreprise, conformément au plan comptable, adopté dans le cadre du Système Comptable Ouest Africain (SYSCOA). 3.7.1.6 Sanctions pour non respect des Conditions de l’agrément Le non-respect d’une seule des conditions d’octroi d’un régime privilégié entraîne la suspension des avantages particuliers correspondants pour l’année fiscale au cours de laquelle la condition n’est pas remplie.
  45. 45. Logistique des Achats Internationaux Page 45 Si le non-respect des conditions d’admission concerne le caractère d’entreprise nouvelle, a procédure de retrait de l’agrément, suivant la procédure précisée ci-après, est déclenchée. 3.7.1.7 Délai d’expiration et Conditions de Retrait de l’agrément L’agrément et les avantages particuliers qu’il offre, expire au terme prévu à l’article 23 du code des investissements. Le manquement par l’investisseur à tout ou partie des obligations qui lui incombent, peut entraîner le retrait de l’agrément. Ce retrait peut être précédé d’un délai de grâce, de quatre-vingt-dix (90) jours au maximum, au cours duquel l’investisseur est invité à régulariser sa situation. Le retrait (total ou partiel) de l’agrément, une fois prononcé, rend immédiatement exigible le paiement des droits de douanes, des impôts, taxes et pénalités auxquels l’investisseur avait été soustrait, du fait de l’agrément, sans préjudice d‘éventuelles poursuites judiciaires et sanctions encourues. La décision de retrait est prise par lettre qui fixe la date de prise d’effet du retrait. 3.7.2 La liste hors Taxes hors Douanes Lorsqu’un importateur achète de la marchandise, celle-ci passe devant un poste de contrôle douanier pour une déclaration en détail. A cette étape de l’acheminement, alors qu’il faut s’acquitter du paiement des droits de douanes et taxes, il doit faire un choix crucial sur la prochaine destination de la marchandise. Le régime douanier c’est la destination douanière donnée à une marchandise lors du dépôt d'une déclaration de douane et qui détermine sa situation vis à vis de la réglementation. Ici il s’agit du régime C139 qui est spécifique à l’importation des matériels et des matériaux qui ne sont ni produits ni fabriqués au Sénégal et qui sont destinés de manière spécifique à la production ou à l’exploitation dans le cadre du programme agréé. Autrement dit c’est les marchandises qui ont une durée de vie supérieure à une année et qui doivent faire l’objet d’une exonération des droits de douane à l’entrée et de la suspension de la tva. Ainsi une liste hors taxes hors douane est établie au préalable par le service achats qui sera envoyée sous format électronique et déposée à l’Apix. La liste sera sous forme de tableau Excel et doit impérativement avoir : - La position tarifaire ou code douanier de chaque produit - Le libellé tarifaire ou désignation de la marchandise - La quantité et l’unité - La valeur Caf de la marchandise - Le taux appliqué par la douane - La valeur des droits et taxes La liste doit s’accompagner de :
  46. 46. Logistique des Achats Internationaux Page 46 - La facture proforma de la marchandise faisant l’objet d’une exonération - La lettre d’accompagnement signée par le Directeur Général ou le Directeur d’Exploitation. Après le dépôt de la liste à l’Apix, un récépissé de dépôt nous est délivré dans lequel est renseigné la date de délivrance de la liste, le nom du dépositaire, son numéro de téléphone. La liste est délivrée deux (2) semaines à compter de la date dépôt. 3.7.3 Le Titre d’exonération Le Titre d’exonération se vend à cinq cent francs pour les cinq (5) feuillets (vert, blanc, bleu, rose, jaune) au service caisses et guichets de la Chambre de Commerce de Dakar. Il est ainsi saisi par le service achats avec la machine dactylo. Dans le titre d’exonération doivent être renseignés : - Le nom et l’adresse de l’hôtel - Le code PPM - Le nom du fournisseur et son adresse - Le numéro et la date de la facture proforma - Le numéro et la date l’agrément - Le montant des immobilisations - La valeur de l’investissement - La position tarifaire de chaque produit - La désignation - La valeur Caf - La quantité - La valeur totale de la facture - Le régime douanier (C139) Après la saisie, le titre d’exonération est signé par le Directeur Général ou par le Directeur d’Exploitation avant d’être déposé à l’Apix. Le dépôt se fait au service Accueil du Guichet Unique de l’Apix, en liasse accompagné des documents suivants : - Facture (6 copies simples) - Lettre d’agrément (copie simple) - Liste des matériels (copie simple) - Spécimen de signature (original) - Titre d’exonération (original) Le retrait se fait 72h à compter de la date dépôt du dossier au même service. 3.8 Documents Relatifs à l’embarquement Après l’embarquement du matériel dans le navire, le chargeur (fournisseur dans les achats FOB, le commissionnaire de transport dans les achats en EXW) envoie les pièces relatives à l’expédition c'est-à-dire le connaissement ou bill of Lading ou la lettre de transport aérien, la facture commerciale définitive, le certificat d’origine, la note de fret et la liste colisage.
  47. 47. Logistique des Achats Internationaux Page 47 3.8.1 La Facture Commerciale Définitive La facture commerciale est une pièce maîtresse pour tous les participants à l’opération commerciale. C’est un document qui constitue une pièce comptable et un élément de preuve. Son coût d’élaboration et de gestion (suivi et recouvrement) est significatif et peut sensiblement augmenter si elle comprend des erreurs, des imprécisions. La date d’émission de la facture peut constituer le point de départ d’un délai de paiement. À l’exportation, ce document est exigé pour le dédouanement des marchandises et pour la réalisation des crédits documentaires. Elle sert, accompagnée de l’exemplaire n° 3 du DAU, de justificatif fiscal pour l’exonération de TVA. Il doit comporter un certain nombre de mentions obligatoires et respecter les exigences des pays étrangers. La facture commerciale export ou la facture intracommunautaire comporte donc un certain nombre de particularités à souligner. L’exportateur doit toujours conserver un double de ce document. Les éléments essentiels de la facture commerciale définitive Identification du vendeur 1. Nom et raison sociale 2. Adresse complète, tél. fax e-mail 3. Forme juridique et capital social 4. Siren et/ou SIRET + RCS(1) Identification de l’acheteur 1. Nom et raison sociale 2. Adresse complète et références (attention aux erreurs lorsque la langue est difficile – arabe, russe, langues asiatiques, etc.) Identification de la marchandise (ou des services) et traitement de la commande. 1. Rappel du numéro de commande ou de proforma, numéro de facture(2). 2. Identification des marchandises : désignation commerciale, poids brut et net(3), code article, nomenclature douanière, nombre de colis et numéros, volume total, nombre d’articles, nature des emballages 3. Identification du destinataire : des marchandises, de la facture 4. Origine et provenance. 5. Transport : date d’expédition, transporteurs ou transitaires intervenant. 6. Mentions ou références spécifiques à la réglementation locale. Prix et conditions de paiement 1. Prix unitaire et prix global HT 2. Incoterm 3. Ristournes ou rabais ou escompte 4. Conditions de règlement et date 5. Modes de règlement ou instrument de paiement 6. Domiciliation bancaire du vendeur ou référence SWIFT 7. Monnaie de facturation avec codification ISO (exemple : EUR pour l’euro, USD pour le dollar américain) 8. Mention pour les livraisons intra-UE obligatoire : « exonération de TVA – article 262-ter du CGI » 3.8.2 Le Connaissement Le terme "connaissement" désigne un document faisant preuve d'un contrat de transport par mer et constatant la prise en charge ou la mise à bord des marchandises par le transporteur
  48. 48. Logistique des Achats Internationaux Page 48 ainsi que l'engagement de celui-ci de délivrer les marchandises contre remise du document original. Cet engagement résulte d'une mention dans le document stipulant que les marchandises doivent être délivrées à l'ordre d'une personne dénommée ou à ordre ou au porteur. En établissant un connaissement, la compagnie établit simultanément : - La preuve de la prise en charge par lui-même de la marchandise dans les quantités et conditions décrites au connaissement. - Preuve d’un contrat de transport avec le chargeur. - Titre représentatif de propriété de la marchandise. Le connaissement original représente un droit original sur la marchandise qui peut être transféré successivement par voie d’endossement. Et celui qui émet un connaissement original se porte garant de la livraison de la marchandise contre remise au préalable du connaissement original dument endossé. Si le connaissement est négociable, il est important d’indiquer combien d’originaux sont émis. Habituellement, deux (2) à trois (3) originaux sont émis. Les copies d’originaux sont, elles, non-négociables. Chaque copie doit être estampillée COPIE. Il existe aussi le Way bill ou télex release plus souple et qui requièrent pas la présentation de tous les documents originaux. 3.8.2.1 Les Informations Relatives aux Parties 3.8.2.1.1 Chargeur Il s’agit de celui à qui le connaissement original est remis mais n’est pas nécessairement le donneur d’ordre. Dans la majorité des cas, le chargeur sera l’expéditeur de la marchandise au départ. 3.8.2.1.2 Le Destinataire Les informations portées dans cette case indiquent si le connaissement original est négociable ou non et quelles sont les instructions de relâche à destination. Quatre cas de figure : - Le connaissement est à personne dénommée sans mention à ordre : le document n’est donc pas négociable, seule la personne dénommée peut se porter réclamatrice après identification. - Le connaissement est à ordre d’une personne dénommée : le document est négociable. Le destinataire indiqué peut transférer la propriété de la marchandise à toute personne après avoir endossé le connaissement. - Le document TSL est à ordre d’une banque : le document est négociable. La vente de la marchandise est couverte par une lettre de crédit. Seule la banque émettrice peut transférer la propriété de la marchandise en endossant le connaissement.
  49. 49. Logistique des Achats Internationaux Page 49 - Le connaissement est à ordre en blanc ou dit au porteur : le document est négociable et tout porteur du connaissement TSL original peut réclamer la marchandise sur simple présentation du document. 3.8.2.1.3 Le Notify Il s’agit de la personne à aviser de l’arrivée du navire. Cette case ne confère aucun droit sur la marchandise. 3.8.2.2 Les Informations Relatives à la Marchandise Ces informations incluent : - Une description des marchandises : dans le cas de conteneur complet, la description doit être strictement conforme à celle figurant dans le connaissement armateur. Dans le cadre d’un groupage, il convient de préciser le nombre de colis effectivement reçus. Ce décompte ne doit nécessiter aucune intervention sur le conditionnement. - Nombre et genre de colis - Les marques et numéros - Poids brut et volume - Les réserves, si la marchandise n’est pas reçue en apparente bonne condition, il convient de prendre des réserves nécessaires en indiquant les anomalies ou avaries constatées au moment de la prise en charge. 3.8.2.3 Les Informations Relative au Transport - Pré-transport/lieu de réception : ces deux rubriques ne sont utilisées que dans le cadre d’un connaissement combiné et indique la phase de pré-acheminement sous la responsabilité de TSL. - Le nom du navire - Le port de chargement - Le port de déchargement - La destination finale : cette rubrique n’est utilisée que dans le cadre d’un connaissement de transport combiné. On mentionne ici le point jusqu’où les marchandises sont acheminées après le transport principal, sous la responsabilité de TSL. 3.8.2.4 Les Mentions Relatives au Paiement du Fret - Fret et frais : prépayé (prepaid) ou payable à destination (collect) - Lieu et paiement du fret : au port de chargement, déchargement ou lieu convenu
  50. 50. Logistique des Achats Internationaux Page 50 3.8.3 La Lettre de Transport Aérien ou LTA Tout transporteur de marchandises a le droit de demander à l’expéditeur l’établissement et la remise d’un titre appelé lettre de transport aérien ; tout expéditeur a le droit de demander au transporteur l’acceptation de ce document. Toutefois, l’absence, l’irrégularité ou la perte de ce titre n’affecte ni l’existence, ni la validité du contrat de transport qui n’en sera pas moins soumis aux règles de la convention de Varsovie. Elle est établie par l’expéditeur en trois exemplaires originaux et remise avec la marchandise. Le premier exemplaire porte la mention ‘’ pour le transporteur’’ ; il est signé par l’expéditeur. Le deuxième porte la mention ‘’pour le destinataire’’ ; il est signé par l’expéditeur et le transporteur et il accompagne la marchandise. Le troisième exemplaire est signé par le transporteur et remis par lui-même à l’expéditeur après acceptation de la marchandise. La signature du transporteur doit être apposée dès l’acceptation de la marchandise. La signature du transporteur peut aussi être remplacée par un timbre ; celle de l’expéditeur peut être imprimée et remplacée par un timbre. Si à la demande de l’expéditeur, le transporteur établit la lettre de transport aérien, il est considéré, jusqu’à preuve du contraire, comme agissant pour le compte de l’expéditeur. La lettre de transport aérien doit contenir les mentions suivantes : - Le lieu où le document a été créé et la date à laquelle il a été établi ; - Les points de départ et de destination - Les arrêts prévus, sous réserve de la faculté, pour le transporteur, de stipuler qu’il pourra les modifier en cas de nécessité et sans que cette modification puisse faire perdre au transport son caractère international ; - Le nom et l’adresse de l’expéditeur ; - Le nom et l’adresse du premier transporteur ; - Le nom et l’adresse du transporteur s’il y’a lieu ; - La nature de la marchandise, le nombre de colis, le mode d’emballage, les marques particulières ou les numéros des colis ; - Le poids, la quantité, le volume ou les dimensions de la marchandise ; - L’état apparent de la marchandise et de l’emballage ; - Le prix du transport s’il est stipulé, la date et le lieu de paiement et la personne qui doit payer ; - Si l’envoi est fait contre remboursement, le prix des marchandises et éventuellement, le montant des frais ;

×