De « La vie à reculons »à « La vie devant soi »…     ’’De Gudule à Romain Gary’’              Amine BENJELLOUN          Pé...
Vignette :- Jonathan; 14 ans; frère Oury décédé à4 ans d’une leucémie (J=6mois)la mère M abandonne le domicile audécès de ...
« …J’aimerais que tu cesses de fréquenter Thomas  en tant que boy friend.Il n’est pas question de  rompre les ponts avec l...
« Sa gorge se serre: il vient de se rendre compte  que tous les regards convergeaient vers lui.  Et ces regards le brûlent...
Paroles d’enfants…• « La mort, c’est les fantômes. » N, 5   ans;• « La mort, c’est quand on va au ciel et   grand père nou...
 Eugène Ionesco: « J’avais fini par comprendre que l’on  mourrait parce qu’on avait eu une  maladie, un accident,que de to...
Quid du « nom du mort? »• Comment tuer cette représentation pré-  historique contenu dans  un prénom?• Sinon, inachèvement...
Et pourtant…• Responsabilité collégiale famille /enseignant, à   travers:les médias,  la vie de famille, la perte d’un   a...
L’ adulte et la mort de l’enfant.• USA:1 Mars 2005: Cour Suprême : abolition de la  peine de mort pour les mineurs.• Franc...
Les deuils de David, 2S 12.    David vit que ses serviteurs chuchotaient entre eux, et David comprit que   lenfant était m...
Les deuils de David, 2 S 19      Le roi dit au Nubien : "Tout va-t-il bien pour le jeune Absalom ?" Le     Nubien répondit...
L’idée de mort:• Savoir la mort n’est que le « savoir d’un NON  SAVOIR ».• Freud: ’’Notre inconscient ne croit pas a la po...
L’idée de mort chez l’enfant:• Très jeune: pas de mort, que l’absence• < 5 ans: absence temporaire et réversibilité• 5 & 1...
L’ enfant et sa propre mort:• Processus similaire que chez l’adulte mais sans les  processus de maturation…   – Déni et re...
« Je pensais qu’elle pourrait vivre encore des années etje ne voulais pas lui faire ça, mais je n’avais pas lecourage de l...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

De « la vie à reculons »

493 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
493
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Ca c’est toute mon ambivalence et toute ma culture
  • De « la vie à reculons »

    1. 1. De « La vie à reculons »à « La vie devant soi »… ’’De Gudule à Romain Gary’’ Amine BENJELLOUN Pédopsychiatre, Casablanca
    2. 2. Vignette :- Jonathan; 14 ans; frère Oury décédé à4 ans d’une leucémie (J=6mois)la mère M abandonne le domicile audécès de Oury; élevé par sa tante« maman » et son « tonton »; père décédé (J=5 ans); un appel de M pour la barmitzvha:plus rien ne va…- Image brouillée du père.
    3. 3. « …J’aimerais que tu cesses de fréquenter Thomas en tant que boy friend.Il n’est pas question de rompre les ponts avec lui: ce garçon est une victime, loin de nous l’idée de lui faire grief de son état.Mais dans la mesure où aucun avenir n’est possible avec lui, ce n’est pas la peine que tu t ’attaches… ».« …Le virus se transmet très facilement. En buvant au même verre,ou en utilisant les mêmes couverts, ou en se parlant de très près… » .« Le secret ! Tu as vu comme ils sont bien gardés les secrets ? Même les adultes parlent a tord et à travers.Giraudeau, mes parents lui avaient fait confiance, et regarde le résultat ! » Gudule…
    4. 4. « Sa gorge se serre: il vient de se rendre compte que tous les regards convergeaient vers lui. Et ces regards le brûlent. Ces regards savent. Hostiles, compatissants, curieux, goguenards, qu’importe: ils projettent tous le même message. Comme inscrit au néon dans chacun de ces regards, le mot SIDA clignote. Syndrome D’Immunodéficience Acquise. »
    5. 5. Paroles d’enfants…• « La mort, c’est les fantômes. » N, 5  ans;• « La mort, c’est quand on va au ciel et  grand père nous regarde. ». H, 9 ans.• « La mort, ça n’existe pas;à la play  station, on ne meurt pas .» M, 10 ans.• « Laisse moi tranquille .» A,  7 ans.• « C’est comme dans le Chaperon Rouge  à la fin. » H, 4 ans.
    6. 6.  Eugène Ionesco: « J’avais fini par comprendre que l’on  mourrait parce qu’on avait eu une  maladie, un accident,que de toute façon  la mort était accidentelle, et qu’en faisant  bien attention à ne pas être malade, en  étant sage, en mettant son cache nez, en  prenant bien les médicaments, en faisant  attention aux voitures, on ne mourrait  jamais ».
    7. 7. Quid du « nom du mort? »• Comment tuer cette représentation pré- historique contenu dans  un prénom?• Sinon, inachèvement « traumatique » des  processus de subjectivation et d’inter  subjectivation.• Les populations qui peuvent avoir  plusieurs noms au cours d’une vie…
    8. 8. Et pourtant…• Responsabilité collégiale famille /enseignant, à  travers:les médias,  la vie de famille, la perte d’un  animal, sa propre mort, la religion.• Comment gérer ses émotions quand l’enfant amène le  sujet et continuer à fonctionner, à travailler, à aimer ?• Comment conduire un entretien en contexte de     laïcité ? ⇒Fonction de la mémoire et du souvenir Dé ritualisation ? Pb de société après 1950 en  occident… Rite: relation pacifiée au mort, renvoyant à notre  propre mort
    9. 9. L’ adulte et la mort de l’enfant.• USA:1 Mars 2005: Cour Suprême : abolition de la peine de mort pour les mineurs.• France:30 Nov 2001: Mais avant… – Livret de famille délivré à une famille pour un aîné bébé mort né. – >180 j:inscrit a l’état civil « enfant sans vie ». – <180 j: comment faire le deuil ’’ d’un produit innomé ’’ , ’’de débris humains ’’, de ’’ rien’’ …et redevenir parent ?
    10. 10. Les deuils de David, 2S 12. David vit que ses serviteurs chuchotaient entre eux, et David comprit que lenfant était mort. David dit alors à ses serviteurs: "Lenfant est-il mort ? "Ils dirent : "Il est mort." Alors David se leva de terre, se baigna, se parfuma et changea de vêtements; puis il entra dans la Maison du Seigneur et se prosterna. Rentré chez lui, il demanda quon lui servît un repas et il mangea. Ses serviteurs lui dirent: "Quest-ce que tu fais là? Quand lenfant était en vie, tu jeûnais et pleurais à cause de lui, et maintenant que lenfant est mort, tu te relèves et tu prends un repas !" Il dit : "Quand lenfant était encore en vie, je jeûnais et je pleurais, car je me disais: "Qui sait ? Peut-être que le Seigneur aura pitié de moi et que lenfant vivra." Mais maintenant, il est mort. Pourquoi jeûnerais-je ? Est-ce que je puis encore le faire revenir? Cest moi qui men vais vers lui, mais lui, il ne reviendra pas vers moi." David consola Bethsabée, sa femme et coucha avec elle et enfanta un enfant qu’il appela Salomon et Yahweh l’aima...
    11. 11. Les deuils de David, 2 S 19 Le roi dit au Nubien : "Tout va-t-il bien pour le jeune Absalom ?" Le Nubien répondit : " Quils aient le sort de ce jeune homme, les ennemis de mon seigneur le roi et tous les adversaires qui veulent ton malheur !" Alors le roi frémit, il monta dans la chambre au-dessus de la porte et il se mit à pleurer. Il disait en marchant : "Mon fils Absalom, mon fils, mon fils Absalom, que ne suis-je mort moi-même à ta place! Absalom mon fils, mon fils !" On prévint Joab : "Voici, lui dit-on, que le roi pleure et se lamente sur Absalom." La victoire, ce jour-là, se changea en deuil pour tout le peuple, car le peuple avait entendu dire, en ce jour-là : "Le roi est très affecté à cause de son fils." Le peuple, ce jour-là, rentra furtivement dans la ville, comme le ferait un peuple honteux davoir fui au combat. Le roi, lui, sétait voilé le visage. Le roi criait à pleine voix : " Mon fils Absalom, Absalom, mon fils, mon fils !"...
    12. 12. L’idée de mort:• Savoir la mort n’est que le « savoir d’un NON SAVOIR ».• Freud: ’’Notre inconscient ne croit pas a la possibilité de sa propre mort et se considère comme immortel, c-a- d les couches les plus profondes de notre ame, celles qui se composent d’instincts ne connaissent en général rien de négatif, ignorent la négation, et par conséquent la mort à laquelle nous ne pouvons attribuer qu’un contenu négatif. ’’ Deuil & Mélancolie.• Thérèse d’Avila: ’’ Vivre toute sa vie, aimer tout son amour, mourir toute sa mort’’
    13. 13. L’idée de mort chez l’enfant:• Très jeune: pas de mort, que l’absence• < 5 ans: absence temporaire et réversibilité• 5 & 10 ans: élaboration progressive du concept: ce qui bouge, ce se nourrit… – 8 ans: aspect irrévocable de la mort, lié au vivant et indépendant de la volonté » de l’enfant. – Notion de décomposition liée à la mort +++ cognitivement difficile. – // acquisition de notions de sexualité. – Si rencontre avec la mort: maturation accélérée. – Le fantôme: un être encore un peu vivant?objet transitionnel ? – Le squelette: déni de la décomposition ?
    14. 14. L’ enfant et sa propre mort:• Processus similaire que chez l’adulte mais sans les processus de maturation… – Déni et refus , isolation,avec colère vis à vis des parents et des soignants, responsable de sa mauvaise santé ; jalousie. – Pensée magique parfois. – Dépression: W= préparation à la perte des objets d’amours et réparation narcissique. – « L’après moi ? »:les objets, le ’’testament’’ – De « L’honneur de vivre » au « poids de vivre »… (R Debré)
    15. 15. « Je pensais qu’elle pourrait vivre encore des années etje ne voulais pas lui faire ça, mais je n’avais pas lecourage de l’avorter moi même.Elle n’avait pas bonnemine même dans l’obscurité et j’ai allumé toutes lesbougies que pouvais. J’ai pris son maquillage et je luien ai mis sur les lèvres comme elle aimait…Je l’aimaimême sans respirer. Je me suis mis a cote d’elle avecmon parapluie Arthur et j’ai essayé de me sentir malpour mourir tout à fait…Je l’ai encore embrassée uneou deux fois mais ça sert à rien…J’avais peur de laisserMme Rosa seule, elle pouvait se réveiller et croirequ’elle était morte … » Romain Gary, La vie devant soi…

    ×