Jumelage anglais :             Comités de quartier :           Télésurveillance :         Bussy n’en finit pas de courir !...
4 Vie de la cité8 Dossier11 Vie municipale19 Magazine20 Sports24 Pratique                                             Somm...
4                                                                       Vie de la cité          Soirée latino avec        ...
Vie de la cité                              5                  Chasse au Trésor      Les petits chevalierspoursuivent leur...
6                                                                             Vie de la cité                              ...
Vie de la cité                                                                                                 7          ...
8                                                    Dossier                     GENS DU VOYAGE :                 bientôt ...
Dossier                                                                                      9         haque année à la mê...
10                                                                          Dossier                                       ...
Vie municipale                                                                                                            ...
12                                                                 Vie municipale                                         ...
Vie municipale                                                                                             13à proximité d...
14                                                                           Vie municipale                               ...
Vie municipale                                                                                                   15       ...
16                                                                   Vie municipale                                       ...
Vie municipale                                                                                 17                         ...
Journal de bussy numéro 90
Journal de bussy numéro 90
Journal de bussy numéro 90
Journal de bussy numéro 90
Journal de bussy numéro 90
Journal de bussy numéro 90
Journal de bussy numéro 90
Journal de bussy numéro 90
Journal de bussy numéro 90
Journal de bussy numéro 90
Journal de bussy numéro 90
Journal de bussy numéro 90
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Journal de bussy numéro 90

1 002 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 002
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Journal de bussy numéro 90

  1. 1. Jumelage anglais : Comités de quartier : Télésurveillance : Bussy n’en finit pas de courir !relations au beau fixe p. 7 le bilan p. 12 & 13 on vous en dit plus p. 16 p. 20 & 21Bussy LE MAGAZINE MUNICIPAL D’INFORMATIONS - JUIN 2007 n° 90 Saint-Georges GENS DU VOYAGE :linsupportable problématique
  2. 2. 4 Vie de la cité8 Dossier11 Vie municipale19 Magazine20 Sports24 Pratique Sommaire - Edito 3 4. Danses en tous genres 4. Le Rotary se mobilise pour le Sahel 5. Une chasse au trésor géante 6. Flac Floc déjà à l’heure de la rentrée 7. Les Anglais ont débarqué Un PLU vert. e m’amuse à donner une couleur à notre Plan Local d’Urbanisme (PLU) tant 8-9-10. Gens du voyage : J il est évident que cette nouvelle mouture, qui sera sans doute approuvée le 2 juillet au conseil municipal, réaffirme notre identité de ville des parcs et jardins. En accord avec la communauté d’agglomération de Marne & Gondoire – linsupportable problématique sensibleàcesujet–nousnoussommesévertuésàpréserver«lecroissantvert»quientoure Bussy, de la forêt de Ferrières au ru de la Broce, en passant par la vallée de la Gondoire. Cet espace est désormais protégé de toute urbanisation. Ainsi que le dit par ailleurs le futur Schéma Directeur de la Région Ile-de-France (SDRIF), le parc urbain est égale- ment érigé en poumon écologique de Bussy Saint-Georges. Avec près de 80 hectares, 11. Une pétition pour faire bouger les choses si l’on tient compte du cône de vue entre le château de Jossigny et la ferme du Génitoy, 12-13. Les élus à la rencontre des citoyens le voilà, le premier lieu de promenade au cœur de la ville de Marne-la-Vallée. Ajoutons 14. C.E.L. : Le bilan de l’année que la majorité municipale a pris la décision de multiplier par 2 les normes de planta- 15. La Police municipale à l’école 16. Télésurveillance : entretien avec Olivier Martel tionparrapportaubâti.Désormais,ilfaudracompter,parexemplepourlesfutureszones 17. George-Sand à l’heure de la finition à urbaniser, 1 arbre pour 100 m 2 de terrain libre et 1 arbre pour 100 m 2 d’aire de sta- tionnement.Cesdispositionssontcomplétéesparladéfinitiond’unesuperficieminimale d’espaces verts à respecter. Nous aurons définitivement tourné le dos à ces nappes de bitume où sont censés se garer les véhicules et que n’agrémente, de manière très partielle, qu’une poignée d’arbustes. Il n’est pas non plus anodin que ce PLU décline un réseau de liaisons douces (cyclables, piétonnes et cavalières) si ambitieux qu’il offre aux Buxan- georgienslapossibilitéderelierd’EstenOuestetduNordauSudlaville,sansavoirrecours à leur automobile. J’annonce, par cet éditorial, que, de surcroît, dès septembre 2007, 19. Zoom sur les Mille Eléphants nous engagerons la mise en place réglementaire d’un Plan Local de Déplacement propre 19. Apprendre l’anglais tout en s’amusant àérigerBussyenunmodèledugenre.Vousmerétorquerezqu’unepartieducheminreste à faire. En dépit des aides de la Région et du Département, les deux roues ne sont pas encore maîtres de nos routes. Il vaut mieux pourtant que le PLU fixe des objectifs et des- sine un Bussy du futur où l’Epamarne sera contraint, au fur et à mesure, d’opter pour un développement durable. Il n’y a pas d’autre façon d’envisager par exemple nos zones d’activités, de l’inscription dans le site à la rétention des eaux pluviales, sans omettre 20-21. L’athlé en folie l’option, à laquelle je tiens tant, des toitures-terrasses. L’extension de la zone Eiffel, 22. Paul Degouy, un champion en devenir la ZAC de la Rucherie, au Sud de l’autoroute, ou encore Léonard-de-Vinci, accueille- 23. Aérobic sportive à Maurice-Rondeau ront des entreprises actrices d’un environnement préservé. Je suis venu habiter à Bussy 23. Le Zanshin Karaté Do se délocalise car j’y trouvais une ville atypique, entre zones pavillonnaires et campagne. Cette dimen- sion rurale, qui fait notamment le charme de notre bourg ancien, a servi à notre PLU. Plus que jamais, j’entends qu’un esprit village souffle sur la ville nouvelle. I Votre Maire Hugues RONDEAU 24. Courrier des lecteurs 25. Tribunes Ecrire au Maire : mairie@bussy-saint-georges.fr 26. Etat civil Consulter le site de la ville : www.ville-bussy-saint-georges.fr 27. Professions médicales Bussy Saint-Georges N° 90 - Juin 2007
  3. 3. 4 Vie de la cité Soirée latino avec nication entre les adhérents des différents niveaux. D’oresetdéjà,l’associationvousdonnerendez-vous SKYDANCE SHOW le 29 septembre 2007 au Gymnase Maurice- Herzog.SkydanceShowauraainsileplaisird’ypré- amedi12mai,lesadhérentsdescoursdébu- S tantsetavancésde«SkydanceShow»sesont rassemblés,salleMaurice-Koehl,pourrévé- ler leur talent de danseuses et de danseurs au travers senter un extrait de son spectacle, une comédie musicale, dans le cadre des Virades de l’Espoir. Lasoiréeseraclôturéeparuneanimationdanseavec aux manettes notre DJ Julien. de la mise en pratique des chorégraphies apprises La reprise des cours est quant à elle fixée au lundi tout au long de l’année dans les différents cours, tels 17 septembre 2007. queSalsa,Dansesdesalon,Rock’n’Roll,Madison… Les cours auront lieu tous les lundis, mardis et Pour lancer la soirée dans une ambiance de fête, un jeudis pour les adultes à l’école Antoine-Giroust cours de tango dynamique et fort sympathique a ou à l’école Georges-Pompidou et tous les mercre- été dispensé par les professeurs Emilio et Pascaline dis pour les enfants à l’école Jules-Verne. Ferrara,Présidentedel’AssociationSkydanceShow, (sauf vacances scolaires). I ainsiqueparJulienPoret(DJ)etAlexandraFerrara. Toutes les personnes présentes ont, à cette occa- sion, témoigné leur souhait de renouveler plus POUR TOUS RENSEIGNEMENTS CONTACTEZ souvent ce grand moment de détente et de convi- Emilio ou Pascaline au 01 60 43 17 80 ou au 06 14 16 67 12 vialité à Bussy, car ce type de rencontres favorise ouemilio@skydance-show.com/Site: www.skydance-show.com grandement les échanges et améliore la commu- Vous savez marcher ! Alors vous savez danser ! BANDES ORIGINALES, THE MOVIES DANCES Gala annuel du Rotary Une action en faveur du Sahel Un stage de Bachata-Merengue nstallée depuis deux ans I à Bussy, l’association anime les soirées de la ville en proposant des cours de danse dans différentes disciplines. Que ce soit la salsa portoricaine ou cubaine, les shines, la danse orientale, la danse africaine, lerock’nroll,lecha-chaouencorelavalse,cesdanses ont déjà séduit une centaine d’adhérents. Le 29 avril au gymnase Michel-Jazy, l’association Le Rotary Club deVal-de-Bussy, implanté à Bussy Saint-Georges organisaitunstagededanse«Bachata-Merengue». Dans l’esprit de la vague Latino suscitée par l’en- depuis 2004, participe activement à de nombreuses actions gouement pour la salsa, les danses afro-caribéennes connaissent actuellement un vif succès. Une ving- humanitaires et de formations professionnelles, aussi bien sur tainededanseursregroupantdesélèvesdel’associa- le plan local, national, qu’international. tion « Bandes Originales, The Movies Dances », des Salseros et Salseras se sont donc retrouvés pour ette année, les actions prioritairement club de Val-de-Bussy ont organisé leur troi- C un stage de 3 heures, afin de pratiquer ces danses engagées concernent le problème de sième gala annuel le samedi 21 avril 2007 au du soleil. Stéphanie, professeur de salsa cubaine à l’eau. Ainsi, une vaste action internatio- gymnase Maurice-Herzog. Dès 20 heures, de Bussy, a fait découvrir à tous ces stagiaires les nale vient d’être entreprise par Le Rotary Inter- nombreux invités se pressaient aux abords du rythmes et les passes de la Bachata et du Merengue. national dont l’objet est: « REVERDIR LE Gymnase pour assister à la soirée dansante Ces deux danses en provenance de la République SAHEL ». L’invention révolutionnaire d’un animée par l’orchestre « Mille Music ». dominicaine sont plus simples et plus abordables ingénieuragro-économistefrançais,membredu Au cours de la soirée, le président du club, que la salsa et plaisent donc de plus en plus. La cha- Rotary, permet, par l’irrigation constante dans Pierre Kuti, a eu le plaisir de remettre un leur ambiante donnait un air de vacances à ce stage les zones touchées par la sécheresse, l’implanta- chèque de soutien aux présidentes de deux et a inspiré les danseurs, qui ont réussi quelques tion d’arbres fruitiers. Plus de 1 million de man- organisations locales « Vaincre la mucovisci- belles figures au bout d’une heure trente de pra- guiers auront ainsi été plantés en 2007, dose » et à un centre d’équithérapie soignant tique seulement! Forte du succès de cette pre- produisant 400 tonnes de fruits. La récolte les enfants handicapés au moyen d’exercices mière édition, l’association « Bandes Originales, permet à 10000 familles, soit au total 80000 d’équitation. The Movies Dances » envisage de renouveler personnes de sortir de la misère. Gageons que cette soirée fort réussie encoura- l’expérience en fin d’année. I C’est dans le but d’aider, entre autres, cette gera la jeune équipe du Rotary club de Val-de- grande œuvre, que les membres du Rotary Bussy à renouveler l’expérience. I CONTACTS: Tel: 0680918054 - SITE: www.moviesdances.com Bussy Saint-Georges N° 90 - Juin 2007
  4. 4. Vie de la cité 5 Chasse au Trésor Les petits chevalierspoursuivent leur quête dans Bussy ! e mercredi 6 juin, 110 enfants des différents centres de loisirs de Bussy ontL arpenté toute la ville à l’occasion d’une chasse au trésor géante sur le thème du MoyenAgeorganiséeparlaLiguedel’Enseignement.Cettejournéefutdoncriche en rencontres médiévales: les enfants ont fait la connaissance d’une sorcière,d’unechasseresse,d’unelavandièreouencored’untroubadour,pourneciterqu’eux.« Un tel jeu a pour but d’amuser les enfants et de leur faire découvrir de nouvelles activités,nous explique un animateur. Au-delà de son côté ludique, une chasse au trésor a bienévidemment un but éducatif: développer l’esprit d’équipe ou la solidarité. »Après une matinée riche en émotions, une pause pique-nique bien méritée s’im-posait. Le temps pour tous les enfants de mettre en commun ce qu’ils ont déjàpu découvrir… et de vérifier par la même occasion que le trésor n’avait pasencore été trouvé par l’équipe adverse!Reprise des activités l’après-midi, toujours sous le soleil, et les enfants n’avaientplus qu’un mot à la bouche: la couronne.Après des heures de recherches et d’activités surprenantes, les enfants se sontretrouvés pour rechercher tous ensemble la couronne du Roi. Une fois la cou-ronne découverte, ils ont pu partager le trésor : des centaines de pièces…en chocolat, pour leur plus grand plaisir!Félicitations à tous ces petits chevaliers et aux organisateurs qui ont réussi à fairede Bussy une ville médiévale plus vraie que nature! I Bussy Saint-Georges N° 90 - Juin 2007
  5. 5. 6 Vie de la cité La Compagnie accueille de nouvelles recrues Du nouveau à la rentrée pour Flac Floc! a compagnie Flac Floc invite la danseuse Sabrina Lonis, qui ouvre au L public un atelier de danse mélangeant le modern et le street jazz. © Philippe Vercelot C’est une danse actuelle qui se rapproche des chorégraphies des plateaux télés, où Sabrina présente déjà souvent son talent. Ancienne lauréate de Graines de star, puis chorégraphe pour Canal J et des clips actuels, elle a aussi la vocation de transmettre son art pour le spectacle. Alors, la compagnie Flac Floc hébergera cet atelier qui lui tient tant à cœur et par- tagera avec elle des représentations à vocation scénique et artistique autour des thèmes proposés pour chacun de nos spectacles! Le jeudi de 18h00 à 20h00. Autre innovation: Angèle Wattremez peaufine et détaille un travail d’initia- tion à la danse classique proposé aux enfants à partir de 4 ans. S’appuyant sur ses connaissances de psychomotricienne et son acquis de dan- seuse, elle communiquera à ses petits rats un enthousiasme et déjà tant de précision artistique. Le mercredi après-midi à partir de 13h30 (selon les niveaux). La compagnie Flac Floc, c’est aussi: -Un atelier théâtre contemporain pour adolescents et adultes autour de l’improvisation et textes: le mercredi de 18h30 à 21h30 -Un atelier de danse contemporaine mélangeant la danse, les portés dansés et la création: le mercredi de 17h30 à 19h30. -Un atelier de portés pour la danse pour le cabaret: le jeudi de 21h00 à 22h30 Puisl’atelierdesMarylinsquiestleprestigedenotrecompagnie;oulesdanseuses les plus motivées se retrouvent pour la passion, le spectacle et l’amour du par- tage:spectaclesaveclacompagniedes5Pignons,lesmarylinsetleurs invitéspour les portés dansés, création pour la recherche pour la danse et cabaret artistique autour de thèmes originaux! La danse est animée par Nadège PAINEAU et le théâtre est orchestré par Richard Guillo, tous deux artistes à l’opéra de PARIS. I INSCRIPTIONSETRENSEIGNEMENTSPOURLADANSEau0616285913etpourlethéâtreau0620442009 RETOUR SUR LES DEUX DERNIÈRES CRÉATIONS DE LA COMPAGNIE FLAC FLOC présentait © Adrian Koss sa nouvelle création «Pierres, Sculpture, Femmes » dans la salle Mauric- Koehl le samedi 31 mars et le dimanche 1er avril. Pour ce spectacle, les 18 danseuses des ateliers ballet et chorégraphies et les comédiens de l’atelier théâtre de la compagnie se réunissaient autour de trois thèmes chorégraphiés par Nadège PAINEAU et mis en scène par Richard GUILLO. Nous avons retenu toute notre attention pour le spectacle de théâtre « femmes » pour son engage- ment artistique, sa mise en scène originale et une interprétation étonnante et avons été séduits par la légèreté et la fluidité exprimées lors du spectacle « pierres ». ToujourssalleKoehl,FlacFloc,accompagnéeparlaCompagniedes5Pignons,ontproposéunspectacleinti- tulé « L’âge de la parole » le dimanche 6 mai 2007. Le poète Roland Lagoutte et la violoniste Elise Peyrard accompagnent ce voyage poético dansé par la voix et la musique. Le public, attentif et généreux a comblé comédiens et danseurs dans l’engagement de leur art. I Bussy Saint-Georges N° 90 - Juin 2007
  6. 6. Vie de la cité 7 Jumelage anglais Un week-end bien rempli pour nos amis anglais est devenu une tradition depuis le lan-C’ cement du jumelage anglais en 1999: chaqueannée,unerencontreestorgani-sée entre Français et Anglais afin, notamment, dedécouvrir nos villes respectives et de partager la viedesfamilleslocales.Lesannéesimpaires,cesontnosamis anglais qui se déplacent. Une délégation de 33personnes de Radcliffe-on-Trent et Holme-Pierre-pont-and-Gamston, qui forment la communautéde communes avec laquelle Bussy est jumelée, estdonc venue durant le week-end de Pentecôte.Comme de coutume, elles ont été logées dans desfamilles du comité de jumelage, qui les ont reçuesavecbeaucoupd’enthousiasmeetdechaleur.Parmi Parmi les Anglais venus à Bussy, beaucoup de jeunes,cette délégation, on notait cette année la présence pour lesquels cétait la première visite dans notre villede sept jeunes scouts qui venaient pour la premièrefois à Bussy. Une soirée d’accueil organisée par la en plein air, spectacle de fauconnerie et repas- passés en compagnie de nos amis anglais. Cettemunicipalités’estdérouléelesamedi26maiàlasalle spectacle dans un restaurant ont rythmé cette ancienne hôtesse de l’air à Air France, qui a prisMaurice-Koehl. Au programme, une démonstra- journée chargée, qui restera à n’en pas douter dans la présidence du comité de jumelage en 2005,tion de guitare acoustique par les élèves du conser- les mémoires de tous. Quant au lundi de Pente- ne compte pas son temps pour essayer de déve-vatoire, un spectacle de danse folklorique et les côte, c’était quartier libre dans les familles d’ac- lopper de nouvelles actions. «Ce genre d’initia-discoursdebienvenuedeDominiqueBijard,adjoint cueil, avec, pour les jeunes, des activités mises en tives est très important, dit-elle. Le jumelage estau maire délégué au jumelage, et de Hugues place par le service des sports de la ville. en quelque sorte une façon de construire l’EuropeRondeau, qui ont tenu à insister sur l’importance Tout ce joli monde s’est quitté le mardi 29 mai, au niveau des citoyens. Même si cela prend beau-desjumelagespourlaville.LesmembresduConseil rempli de bons souvenirs et déjà impatient de se coup de temps en terme d’organisation, on enmunicipal des enfants étaient également présents retrouver l’année prochaine. D’ici là, Français et retire toujours, au final, un grand plaisir. » Ipour expliquer à leurs homologues anglais leur rôle Anglais ne manqueront pas de correspondre pourau sein de la ville. entretenir les relations. Le comité de jumelage anglais est à la recherche de nouvellesLe dimanche, le comité de jumelage a organisé A l’heure du bilan, Odile Bouyon ne cachait familles susceptibles de le rejoindre. Si cela vous intéresse,une sortie à Provins. Visite de la ville, pique-nique pas sa satisfaction devant ces quelques jours vous pouvez le contacter par mail à arhbussy@yahoo.fr. Bussy Saint-Georges N° 90 - Juin 2007
  7. 7. 8 Dossier GENS DU VOYAGE : bientôt la fin de l’imbroglio ? Lors des récents comités de quartiers, et plus particulièrement celui du village, de nombreuses questions ont concerné les gens du voyage. Des riverains excédés se sont élevés contre l’installation sauvage des nomades du côté de l’étang de la Brosse. Sans aire d’accueil, la législation en vigueur aujourd’hui rend très difficile et très coûteuse leur expulsion. C’est pourquoi la municipalité a décidé de réaliser un tel équipement pour faciliter les procédures. Bussy Saint-Georges N°90 - Juin 2007
  8. 8. Dossier 9 haque année à la même époque, àC l’heure où les beaux jours arrivent, c’est la même rengaine: les intrusionsdes gens du voyage se multiplient avec occu-pation sauvage du domaine public. Au débutdu mois de mai, près de 300 caravanes se sontainsi installées aux abords de l’étang de laBrosse, à la grande consternation des rive-rains. Après d’âpres négociations, la munici-palité a obtenu leur départ, mais ce problèmerécurrent risque de se poser de nouveau àl’avenir si rien n’est fait pour empêcher lesgens du voyage de s’installer sauvagement surle territoire communal. Et c’est à un véritablecercle vicieux que les collectivités locales doi-vent faire face. Les communes, quand il s’agitdu domaine public, sont en effet contraintesd’engager une action judiciaire pour mettrefin à ces occupations sauvages. Des milliers mération de Marne-et-Gondoire, à quid’euros de finances publiques, donc des appartiennent les terrains autour de l’étang, UNE LÉGISLATION DE PETITS PAS !contribuables, sont alors dépensés, à la fois de mettre en place des obstacles pour empê- usqu’en 1990, les rapports entre popu- Jpour rien et de façon indispensable ! cher l’implantation des gens du voyage. SansPour rien, parce que les « occupants » s’arran- aucun résultat. Devant l’immobilisme de lations sédentaires et itinérantes se résu-gent bien souvent pour quitter les lieux avant Marne-et-Gondoire, la ville a décidé d’orga- maient à l’application du texte suivant.l’exécution de la décision d’expulsion. Indis- niser une réunion pour envisager l’installa- « Toute commune est dans l’obligation d’ac-pensable, parce que si la commune n’entame tion de fossés et de talus, avec le concours cueillir les gens du voyage en mettant à leurpas cette procédure, l’occupation illégale se d’un cabinet paysagiste pour ne pas dénatu- disposition une aire dotée d’un point d’eau etprolongerait sine die! rer ce lieu si agréable. Un dossier est déjà d’un ramassage régulier des ordures ména-A Bussy, cela fait plus d’un an que la munici- établi, et la ville attend l’avis de la Commu- gères. Et, si possible pas trop loin d’un établis-palité demande à la Communauté d’agglo- nauté d’agglomération sur ces aménagements sement scolaire. D’autre part, chaque aire doit suite en page 10 avoir une capacité conforme à la fréquenta- tion habituelle des gens du voyage de la com- mune concernée. » Comme aucun ratio ni UN DÉCOMPTE MALAISÉ ! aucune base d’appréciation n’étaient indi- expression « gens du voyage » a été initiée par deux décrets français des années 1972, qués, ce texte ne signifiait, en fait, rien ! L Qu’était une fréquentation habituelle ? qui se référaient à la loi de 1969 sur lexercice des activités économiques ambulantes. C’est ainsi Sur quelle période s’appréciait-elle ? Mystère ! que dans la pratique administrative et le langage médiatique, cette appellation est souvent utili- L’absence de réponses claires aux légitimes sée pour désigner les Roms de France (y compris les Sinté/Manouches et les Kalé/Gitans), bien quils ne soient interrogations des élus et, par suite, l’impossi- pas tous itinérants, et que parmi la population itinérante en France, ils ne constituent quune minorité. bilité, pour ces derniers, de faire respecter leur Cest dans un souci de ne pas désigner ethniquement une identité présente sur le sol français que le autorité sur leur territoire ont, peu à peu, rendu langage officiel utilise cette expression. aigu les problèmes relationnels entre les com- munes et les gens du voyage. Des estimations laissent à penser que les gens du voyage représentent approximativement 8 à 10 millions de personnes dans le monde, dont 7 en Europe. D’après le rapport du Préfet Delamon de 1990, ils sont estimés à 350000 en France. Mais les difficultés de recensement, auxquelles il faut rajouter les vagues migratoires La création des schémas depuis l’ouverture des Pays de l’Est, permettent de supposer que le chiffre du demi-million serait plus près de départementaux d’aire d’accueil… la vérité. Un tiers de cette population voyagerait beaucoup, un tiers serait semi-sédentarisé Devant une telle situation, confinant à l’incommu- (les voyages se font une partie de l’année et généralement dès le printemps, pour s’arrêter l’hiver), nicabilité, la Loi 90-449 du 5 juillet 2000, dite le dernier tiers serait sédentarisé (vivant soit en logement de type traditionnel, soit encore en caravane). aussi loi Besson, va tenter de mettre en place une En 2003, la Seine-et-Marne comptait en moyenne un transit journalier de 1 000 caravanes (jusqu’à solution. Mais elle va le faire maladroitement et, surtout, sans réelle concertation avec les élus 2000/2500 lors des périodes de grandes migrations religieuses) situé essentiellement dans le nord, le nord- locaux. Si, dans son article 28, elle stipule ouest et l’ouest du département. Pour accueillir cette population, il y a actuellement un peu plus de 200 places « qu’un schéma départemental prévoit les condi- aménagées concentrées principalement à Meaux, Melun et dans les deux Villes Nouvelles. Le schéma dépar- tions d’accueil spécifiques des gens du voyage temental d’accueil des gens du voyage, adopté conjointement par la Préfecture et le Conseil général en 2003, en ce qui concerne le passage et le séjour, en y prévoit, à l’horizon 2008 une capacité totale de 988 places. Dans ce schéma, le secteur III de Marne la Vallée, incluant les conditions de scolarisation et celles duquel dépend Bussy, était à l’origine retenu pour une aire de 52 places sur un terrain à définir. Finalement, d’activités économiques. Toute commune de plus l’aire d’accueil commune à Bussy et Montévrain devrait avoir une capacité de 35 places. I de 5000 habitants est concernée par la Loi », Bussy Saint-Georges N°90 - Juin 2007
  9. 9. 10 Dossier rien, dans le reste du texte, n’indique quels moyens étaient donnés aux maires se pliant à cette obligation d’accueil pour lutter contre les station- nements sauvages. Tout comme avant 1990, le sentiment restait le même, les droits d’un côté, les devoirs de l’autre. Et en cas de problème, le recours aux longues et dispendieuses procédures judiciaires d’expulsion. Cette absence d’un juste équilibre va être la cause de la lenteur de la mise en place des schémas départementaux. Celui de Seine-et-Marne n’a ainsi été entériné qu’en 2003, et a depuis lors fait l’objet de plusieurs versions! …Plus de moyens de les faire respecter Il faut attendre 2 007 et la loi relative à la pré- vention de la délinquance, pour que soient modi- fiées, sur les communes mettant à disposition effective une aire d’accueil, les règles applica- bles en matière dévacuation des gens du voyage installées illégalement sur des terrains. Dans ce cas, une procédure de police adminis- trative se substitue à la procédure judiciaire en vigueur auparavant. Le préfet peut dorénavant procéder - sur la demande dun maire, du pro- priétaire ou du titulaire du droit dusage dun ter- rain occupé - à lévacuation forcée de caravanes installés illégalement sur le territoire des com- munes sans avoir à obtenir lautorisation préala- ble du juge judiciaire. D’où l’intérêt pour une commune de disposer d’une aire d’accueil. I suite de la page 9 pour démarrer les travaux, qui devraient selon son territoire. L’ancien schéma départemental toute logique être pris en charge, à parts d’accueil exemptait pourtant la ville de réali- égales, par les deux collectivités. Ces mesures ser cette aire, au départ prévue à Saint-Thi- n’empêcheraient toutefois pas les nomades de bault-des-Vignes. Mais entre-temps, la donne s’implanter ailleurs, même si les services tech- et la législation ont évolué. Désormais, les niques ont reçu pour mission de rendre communes dotées d’une aire d’accueil peu- impraticables la plupart des terrains qui pour- vent donc plus facilement expulser les gens du raient servir aux itinérants. voyage hors-la-loi, alors que les tribunaux le refusaient jusqu’à présent. La ville a également Une aire d’accueil été contrainte par le préfet de réaliser une aire, faute de quoi le Plan local d’urbanisme aurait devenue indispensable été rejeté par l’Etat. Reste que la loi Besson de juillet 2000 impose Il est donc bien acté qu’une aire d’accueil sera aux communes de plus de 5000 habitants de construite, et elle sera commune à Bussy et à réaliser des aires de stationnement pour les Montévrain, car les deux villes sont les deux gens du voyage. Cette loi relative à l’accueil et seules du secteur 3 de Marne-la-Vallée à se à l’habitat des gens du voyage avait deux voir imposer par l’Etat des terrains d’accueil. objectifs : permettre aux nomades d’aller et Par ailleurs, les subventions accordées par venir librement sur le territoire et de s’instal- l’Etat seront plus importantes pour la ler dans des conditions décentes, et surtout construction et le fonctionnement de cette éviter les campements illicites, qui exaspèrent aire si Bussy et Montévrain se regroupent. élus locaux et riverains. Aujourd’hui, la ville L’aire d’accueil de Bussy-Montévrain aura de Bussy a décidé de prendre le taureau par une capacité de 35 places. Après mûre les cornes en lançant la construction d’une réflexion, il a été décidé de l’implanter au sud telle aire, qui facilitera à l’avenir l’expulsion de l’autoroute, à côté de la future zone des gens du voyage installés sauvagement sur d’activités de la Rucherie. I Bussy Saint-Georges N°90 - Juin 2007
  10. 10. Vie municipale 11 Une pétition pour un changement radical Pour une autre politique à Bussy Saint-Georges et Marne-la-ValléeL e dimanche 6 mai, la France s’est Pour remédier à cette situation, Hugues UNE AUTRE POLITIQUE Rondeauadécidéd’agirenlançantunepéti- choisi un nouveau Président de la pour Bussy Saint-Georges République. Nicolas Sarkozy a et Marne-la-Vallée tion de protestation contre la politiquepris officiellement ses fonctions le menée par Epamarne. « Sa direction actuelle16 mai, avec pour objectif de réformer agitàl’encontredenosintérêts,affirmelemaireen profondeur notre pays. Conscient de deBussy.Alorsquel’établissementpublicsedoitl’ampleur de la tâche qui l’attend, d’aider les collectivités locales, il nous nuitle maire de Bussy a toutefois souhaité Madame, Monsieur, aujourd’hui amèrement. Pendant que nous Monsieur Nicolas Sarkozy est maintenant Président de la République.l’interpeller pour revendiquer une autre Je lui souhaite bonne chance. Il représente en ce jour tous les Français. J’ai donc décidé d’en appeler à son arbitrage pour le conflit qui nous oppose à Epamarne. finançons les équipements publics indispensa- A Bussy Saint-Georges, je pratique une politique qui n’a pas d’étiquette et qui se veutpolitique pour Bussy Saint-Georges et, de rassemblement local. Certains, dans l’équipe municipale, appartiennent à l’UMP, d’autres à l’UDF, d’autres se reconnaissent dans des sensibilités différentes. bles à notre accroissement, Epamarne annonceplus globalement, pour Marne-la-Vallée. C’est unis que nous nous tournons, tous, vers le chef de l’Etat pour demander un changement radical de politique à Marne-la-Vallée. L’établissement public mène chez nous une action sans concertation avec les élus locaux, des résultats exceptionnels, liés notamment à la de nature à nous déstabiliser durablement et à défigurer nos modèles« L’EPA fait depuis trop longtemps fausse d’urbanisme. Il est indispensable de renouer le dialogue entre l’Epa et Bussy Saint-Georges, de tourner le dos à une technostructure hautaine et méprisante. flambée de l’immobilier. Nul ne peut contester Peu importe pour qui vous avez voté le 6 mai dernier, je vous prie de considérerroute à Marne-la-Vallée, martèle le maire votre signature telle un sursaut de dignité. Les Buxangeorgiens demandent, en dernier recours, à l’occupant de l’Elysée d’écarter de nous les dangers montés de toutes pièces par l’Epa. cet état de fait. C’est pourquoi je demande auxde Bussy. Aveugle et sourd à nos réalités La rupture a été au cœur de la campagne. Il convient aussi, sur la ville nouvelle, de tourner la page d’un urbanisme débridé, sans logique, opposé à notre identité des parcs et jardins. Buxangeorgiens de se mobiliser afin que nous Chers amis, vous qui comme moi vivez à Bussy, j’ai besoin que vous m’aidiez à saisir cettelocales, l’établissement public nous entraîne chance. Nous voulons un changement de nature à nous protéger et à assurer notre destin. Quoi que vous pensiez de Monsieur Nicolas Sarkozy ou de ma propre action, c’est à votre recueillions le plus grand nombre de signatures bonne volonté et à votre sens du bien commun que je m’adresse. Idans une situation financière dramatique. Hugues RONDEAU et que nous parvenions, tous ensemble, à faireIl est temps que cela cesse ! » bouger les choses, enfin.» I DEUX EXEMPLES ÉDIFIANTS DE LA POLITIQUE MENÉE PAR EPAMARNE UN BÂTIMENT QUI MENACE L’IDENTITÉ DE BUSSY A QUAND UN DEUXIÈME ÉCHANGEUR SUR L’A4 ? a saturation de l’échangeur de l’autoroute le soir occasionne jusqu’à un quart L d’heure d’attente à l’entrée de Bussy. Les véhicules sont ainsi bloqués sur la bande d’arrêt d’urgence sur plusieurs centaines de mètres, pendant qu’un trafic dense circule sur la voie d’à côté, ce qui est extrêmement dangereux. « Comment les pouvoirs publics, et en premier lieu l’EPA, peuvent-il laisser la situation en l’état, s’interroge Olivier Martel, Adjoint au Maire chargé de la Prévention et de la Sécurité. Faudra-t-il un grave accident pour qu’ils prennent conscience du danger? » Un second échangeur, en limite Est de Bussy, en accord avec la commune limitrophe de Jossigny, doit être sérieusement envisagé par EPAMARNE, qui a d’ailleurs déjà réalisé des études sur un tel projet. I lors que la ville attend depuis 4 ans la construction d’une maison des asso- A ciations au titre des LCR (Locaux communs résidentiels), le cabinet d’architectes mandaté par Epamarne vient de rendre sa copie sur cet équi- pement qui serait implanté avenue du Général-de-Gaulle. Le résultat est pour le moins décevant, voire choquant quand on connaît le style architectural de Bussy. « Ce cabinet d’architectes a travaillé sans aucune concertation avec les services muni- cipaux, fulmine Hugues Rondeau. Et la ville est censée accepter aujourd’hui un bâtiment qui défigurerait complètement son identité et son style qui fait tout son charme. Voilà encore une pierre dans le jardin d’Epamarne, qui ne prend aucun compte de nos avis. C’est un exemple parmi bien d’autres illustrant le manque de discernement et le manque de communication que la ville subit depuis trop longtemps. » I Bussy Saint-Georges N°90 - Juin 2007
  11. 11. 12 Vie municipale Comités de quartier Les élus à la rencontre des Buxangeorgiens La fin du mois de mai a été rythmée par les trois conseils de quartiers, dans lesquels les Buxangeorgiens sont venus en nombre pour évoquer les différentes questions qui les préoccupent. Trois sujets vous inquiètent ou vous intéressent particulièrement : les gens du voyage (voir le dossier dans les pages précédentes), les logements sociaux et la question du cimetière et du crématorium. Nous aurons l’occasion de revenir plus en détail sur ces deux derniers sujets dans notre prochaine édition, puisque deux nouvelles réunions publiques sont organisées à la fin du mois de juin sur ces problématiques. Dans l’immédiat, nous vous proposons de faire un petit bilan, non exhaustif, des débats, point par point et quartier par quartier, avec les réponses des élus. I S RÉUNION DU CENTRE-VILLE LE MARDI 22 MAI Circulation autour de la gare en comble le plan de circulation. « Les riverains metenavantunmanquedemoyens,notamment Les riverains du quartier se plaignent de la circu- seront étroitement associés à cette réflexion », pour la mise en place de plus de rames à deux lation dangereuse autour de la gare. Plusieurs a annoncé Hugues Rondeau. L’objectif est de par- niveaux. A ce sujet, un internaute bien inten- pistes sont actuellement explorées avec le STIF venir à une utilisation rationnelle. » Le maire de tionné nous a orientés vers le site internet (Syndicat des Transports d’Ile-de-France) pour Bussy a aussi abordé le problème plus général de www.vous-et-la-ratp.net, qui invite les usagers déplacer la gare routière. Avec l’installation de la fréquence des trains et des accès de la gare. Sur de la RATP à émettre des suggestions ou à voter nouveaux bureaux et commerces, le trafic va ces dossiers qui dépendent de la RATP la ville , pour les meilleures propositions. Les responsables encores’intensifier,etilfaudradoncrevoirdefond tente ainsi de faire entendre sa voix, mais la RATP de l’entreprise s’engagent à répondre à chaque demande etàprendre enconsidérationlessugges- tions les plus pertinentes. Problèmes de sécurité et de vandalisme Sur l’Ile mystérieuse, les problèmes de sécurité ont été évoqués à plusieurs reprises. De nombreux chiens ne sont pas tenus en laisse, ce qui inquiète beaucoup de parents. «Tous les chiens doivent être attachés»,arappeléOlivierMartel,quiademandé à la Police municipale d’intensifier les patrouilles. Les habitants se sont plaints égalementdesdégra- dations et des saletés déposées chaque week-end Bussy Saint-Georges N°90 - Juin 2007
  12. 12. Vie municipale 13à proximité de l’étang. « Le dimanche matin, de la sécurité routière, notamment à proximité « Il s’agit d’un véritable dilemme, lui a rétorquéc’est une vraie porcherie », a même lancé l’un d’en- de l’école Jules-Verne, a été abordée. « Nous assu- le maire de Bussy. Il faut jongler avec les nui-tre eux. « Nous allons faire tout ce que nous pou- ronslasécuritédesenfants,aveclaprésenced’unfonc- sances éventuelles et la nécessité de mailler le ter-vons pour remédier à cette situation », a indiqué tionnaire devant chaque école aux heures d’entrées ritoire communal. Nous travaillons actuellementl’Adjoint au maire à la Prévention et à la Sécurité. et de sorties, a répondu Olivier Martel. Nous allons sur de grands espaces verts, comme le parc urbain,Outre la recrudescence des patrouilles de la poursuivre les opérations coup de poing à ces heures, qui sera le plus grand de Marne-la-Vallée.Police municipale, Olivier Martel a plaidé pour et veiller à répartir harmonieusement les effectifs de Sur cet espace, de nombreux bancs sont prévus. »la mise en place d’un système de vidéosurveil- la PM sur l’ensemble de la ville. » A la rentrée, la municipalité va par ailleurs rem-lance, qui vient de recevoir l’aval de la préfec- placer son mobilier urbain et choisira des bancsture. Des caméras seront donc bientôt Bussy manque de bancs! de qualité, qui s’inscriront dans la vocationinstallées dans plusieurs endroits de la ville, C’est la réflexion d’un habitant, qui trouve que écologique de la ville. A cette occasion,un système qui devrait être dissuasif… les personnes âgées ne peuvent pas se prome- une réflexion globale sur le positionnement desOutre ces problèmes de vandalisme, la question ner loin de chez elles par manque de bancs. bancs sera menée. I I S RÉUNION DU VILLAGE LE JEUDI 24 MAILes courts de tennis point envisagé au départ avec le Conseil généralSuite à la réunion publique sur le PLU, certains sera construit, puisque la ville pourra toujourshabitants du quartier s’interrogeaient sur la bénéficier de la subvention du département.volonté de la municipalité de raser les courts de Toujours boulevard de Lagny, les riverains déplo-tennis, allée des Deux Châteaux. Des inquiétudes rentlescarencesdel’éclairagepublic.Unproblèmequin’ontpaslieud’êtreaassuréHuguesRondeau, qui se retrouve d’ailleurs dans bien d’autresqui a seulement évoqué leur saturation. Une nou- endroits de la ville, et lié aux insuffisances d’Epa-velle salle consacrée au tennis sera donc construite marne, dont le plan lumière n’a pas tenu compteà l’est de la ville, à côté du gymnase du collège levard de Lagny et de l’avenue André-Malraux. des flux de circulation et de piétons. « Résultat:Claude-Monet, mais aucune urbanisation n’est La municipalité a suivi cet avis en installant des il faut aujourd’hui tout reprendre à zéro. Dès le moisprévue à la place des courts actuels. feux provisoires à la fin du mois de mai, à titre deseptembre,nousallonsretravaillersurlesendroitsles« Les tennis font partie de la vie du quartier, déclarait d’expérimentation. Lors de la réunion du village, plus dangereux de la ville, dont le boulevard de LagnyOlivier Martel. On s’est tellement battu pour les une riveraine a regretté que cet essai se déroule en », a affirmé Hugues Rondeau.avoir que l’on ne vas pas tout démolir! » grande partie durant les vacances scolaires. Il a donc été décidé de prolonger la période d’ex- Allée des Deux ChâteauxCirculation et éclairage Beaucoup d’habitants de cette artère ont stigma- périmentation jusqu’à la fin du mois de septem-boulevard de Lagny bre. A la fin de cette période, une nouvelle tisé des rodéos de 4x4 le week-end dans cette rueLors d’une réunion au mois de janvier, une majo- réunion sera organisée pour tirer un bilan de cet étroite qui va d’ailleurs bientôt bénéficier d’unrité de personnes s’était prononcée pour la mise essai. S’il est jugé concluant, l’expérience des feux aménagement. La police municipale va donc faireen place de feux tricolores au croisement du bou- sera maintenue. Dans le cas contraire, le rond- preuve de vigilance. I I S RÉUNION DU CLOS, TILLET ET GÉNITOY LE MARDI 30 MAIAménagement de Stationnement aux abords nagera un espace dédié au stationnement. Plusglobalement,concernantlescrèches,lamairiel’avenue Marie-Curie des écoles et des crèches dispose actuellement de 160 places pour 600« Il s’agit du moins beau quartier de Bussy » Le dépose-minutes au groupe scolaire Jules-Verne demandes. Les 350 places prévues en 2007-2008s’est écrié un riverain, lassé par les travaux est très souvent obstrué. La municipalité a donc dépendent pour beaucoup de subventions de laincessants. Cela fait en effet 5 ans que cette proposé d’organiser une réunion entre parents Caisse d’allocations familiales, qui ne disposentavenue est en travaux. « Le quartier est encore d’élèvesetenseignantspouraméliorerlasituation. plus de crédits pour cette année. La ville espèreloin d’être fini, a regretté le maire de Bussy. Une jeune mère de famille s’est parailleurs inquié- que des arbitrages gouvernementaux permettrontLe gouvernement a décidé un beau jour de tée du stationnement devant la future crèche de débloquer la situation.faire une pause sur ce secteur de la ville. prévue au Domaine de Flore. Il n’y a malheureu-La ZAC des Sycomores a ainsi 4 ans de retard. sement pas beaucoup d’emprise dans cette rue, Aires de jeux pour les enfantsJe déplore cet état de fait, mais le maire n’a mais si c’est techniquement possible, la ville amé- Plusieurs personnes ont réclamé plus d’aires deaucun pouvoir en la matière. » L’avenue jeux à destination des enfants à travers la ville.devrait encore être en travaux pour au Un investissement de 186000 € a été décidémoins deux ans. Pour faire face aux pro- lors du vote du budget pour la construction deblèmes de circulation qu’ils engendrent, deux nouvelles aires, dans le parc urbain et dansla Police municipale fera des rondes plus le quartier des Cent-Arpents, à côté de l’écolerégulières dans le quartier. » Louis-Guibert. I Bussy Saint-Georges N°90 - Juin 2007
  13. 13. 14 Vie municipale Contrat Educatif Local place d’un atelier chant ainsi que Une année riche en activités théâtre au collège Claude-Monet. Le CEL ne concerne pas pour autant que les collèges, puisque six élèves du A quelques jours de la fin de l’année scolaire, il est temps de faire le bilan lycée Luther-King ont également bénéficiécetteannéed’unatelierd’ex- sur les ateliers de l’accompagnement à la scolarité du Contrat Educatif pression orale animé par Marie Hau- Local ayant eu cours à Bussy en 2006-2007 dans trois établissements : mier, comédienne, chanteuse et professeur de chant spécialisée dans les collèges Cousteau et Monet et le lycée Martin-Luther-King. les musiques actuelles et Alexandre Levy, compositeur. Chaque élève a ermettre à certains élèves un P travaillé sur un texte soigneusement accèsausavoir,àlaculture,aux choisi de Serge Gainsbourg, sports et aux loisirs afin de qu’Alexandre Levy a mis en musique favoriser leur réussite scolaire, tel est le encollaborationavecl’élèveconcerné. credo de ce Contrat Educatif Local Cet atelier s’est déroulé du mois de qui bénéficie, outre la ville de Bussy, janvier au mois d’avril, une fois par de quatre partenaires: l’Education semaine, et a donné lieu à la sortie nationale, la Caisse d’Allocations d’un CD que les élèves viennent de Familiales,leMinistèredelaCohésion recevoir. Au départ très réservés, Sociale et la Direction Départemen- les élèves se sont progressivement pris taledelaJeunesseetdesSports.«Cette au jeu pour arriver au final à se méta- année,nousavonsvouluaccentuernotre morphoser, littéralement! Toute la travailsurlescollèges,etnotammentvers philosophieduCELestainsirésumée: lesélèvesentrantensixième,pouraccom- favoriser l’épanouissement et le déve- pagner les plus anxieux ou les plus intro- loppement personnel des élèves, vertis dans ce passage délicat, précise tout en s’amusant! I ThierryDelage,adjointauMairedélé- guéauxAffairesPériscolaires.Atravers différentes approches, nous essayons de travailler sur le comportement, le rela- tionnel, la confiance en soi, afin de per- mettre aux enfants de s’extérioriser d’écoute détectés par le corps ensei- davantage ou d’exprimer d’éventuels gnant. Comme en 2006, les élèves malaises. » En parfait accord avec les ayant suivi ces ateliers se sont ou se enseignants et en partenariat avec des sont produits devant leurs cama- LE « PÉRISCO. » REBAPTISÉ ! associations, la mairie a ainsi mis en rades et leurs professeurs lors de la e service périscolaire de la ville, initiateur du Contrat Educatif Local, vient de changer L place une série d’activités destinés à fête de la musique, le 21 juin à l’Ile accompagner la scolarité des élèves. mystérieuse. « L’an dernier, cela avait de nom, et ce afin de mieux faire connaître ses différentes missions et attributions. Outre des heures de soutien scolaire, permis de créer un lien très fort entre IlfautdoncdésormaisparlerduSERVICEJEUNESSE,ANIMATION,VACANCESETLOISIRS. les collégiens de la ville peuvent donc les élèves et les professeurs dans le respect «Depuis2002,ceserviceaconsidérablementévoluéàtraverslesdifférentesactionsmenées bénéficier de multiples activités pour et la convivialité, l’ambiance était très afin de respecter une cohésion et une application de la mise en place de la politique enfance s’exprimer librement. festive, se souvient Valérie Boissard, coordinatrice du CEL et responsa- jeunesse de la ville de Bussy », explique Thierry Delage. La ville étant signataire de deux Un concert de djembé ble du service périscolaire. contrats concernant l’Enfance et la Jeunesse (CEL et Contrat Enfance Jeunesse), pour la fête de la musique C’est pourquoi nous avons décidé de leservicepériscolaireapourmissiondecoordonnercesdispositifs,toutenrespectantlesenga- Depuis trois ans, un atelier percus- renouveler l’opération cette année. » gements de la ville et les orientations des différentes institutions partenaires et financeurs de sionsaniméparl’associationFolaPer- ces contrats (DDJS, Education Nationale, CAF, Ministère de la Cohésion Sociale…). cussionsaainsipermisàunetrentaine Anne-Frank entre Depuis quelques années, il a accentué ses actions pour les 13-17 ans, en organisant une d’élèves des collèges Monet et Cous- dans la danse dizaine d’actions sur la pause méridienne des 3 collèges, dans la mise en place d’ateliers teau d’apprendre les rythmes afri- A la rentrée 2007, le collège Anne- d’accompagnement à la scolarité pour les collègiens et les secondes du lycée Martin-Luther- cains, ce qui demande une certaine Frank entrera dans le dispositif du King et en quadruplant les propositions de séjours pour les jeunes. discipline.Cesateliershebdomadaires CELaveclàaussil’atelierpercussions, ont permis aux élèves de s’exprimer mais également une toute nouvelle Bien que la grande orientation de ce service soit de rendre plus concret l’application de différemmentetdemanièreoriginale, activité théâtre animée par la comé- la politique Enfance Jeunesse de la Ville, la notion de loisirs pour tous et en famille est tout en faisant preuve de beaucoup dienne Emmanuelle Rozes, qui tra- aussi une priorité. Les deux opérations proposant des accès à des parcs d’attraction à un d’attention. Ils ont aussi pour objec- vaillera sur l’expression, la diction et tarif préférentiel, auxquelles plus de 600 Buxangeorgiens ont souscrit illustrent à mer- tif de répondre à certains problèmes la maîtrise du corps. Autre nou- veille cette prestation loisirs du service. I de discipline, de concentration ou veauté de cette rentrée, la mise en Bussy Saint-Georges N°90 - Juin 2007
  14. 14. Vie municipale 15 Prévention routière La Police municipale à l’école ! es24et25maiderniers,lapolicemunicipaleestintervenueaugroupesco- Les enfants ont fait preuve de beaucoup d’intérêt pour cette action et se sontL laire Louis-Guibert afin de dispenser une formation de prévention rou- tière aux élèves de maternelle. Ce sont au total pas moins de 197 enfantsde petite, moyenne et grande section qui ont été formés aux règles de base de la révélés très curieux. Le personnel de l’école s’est également montré très dispo- nible, et le matériel mis à leur disposition a été très utile aux agents. « Il n’est jamais trop tôt pour sensibiliser les enfants aux règles de base de la préven-prévention routière. Cette formation s’est composée d’une partie théorique tion routière, confiait Régis Bories, le chef de la Police municipale. Pour nous,(le piéton – le cycliste – le passager) et d’une partie pratique (circuit en vélo sur ce genre d’initiatives qui se renouvelle régulièrement dans les différentes écoles de lapiste – circuit sur la voie publique). Il s’agissait pour les enfants de mettre en ville est très important, et nous prenons cette tâche avec beaucoup de sérieux.pratique les comportements à adopter en tant que piétons ou cyclistes. Les enfants sont très réceptifs et n’hésitent pas à nous poser des questions. » I Western party dans les cantines des écoles e 31 mai, c’était ambiance western sur l’ensemble des cantines de BussyL avec une animation proposée par la Ligue de l’enseignement. Les anima- teurs avaient décoré les restaurants scolaires et proposaient aux enfantsdivers jeux et maquillages. Le personnel de service a également joué le jeu enarborant des tenues d’indiens et de cow-boys. I Bussy Saint-Georges N°90 - Juin 2007
  15. 15. 16 Vie municipale Télésurveillance, mode d’emploi « La TÉLÉSURVEILLANCE, un excellent moyen de dissuasion » Entretien avec Olivier Martel, Maire-Adjoint chargé de la Prévention et de la Sécurité La municipalité a décidé de lancer un nouvel outil permettant de renforcer la sécurité de ses concitoyens : la télésurveillance. Olivier Martel, Adjoint au Maire chargé de la Prévention et de la Sécurité, nous en dit plus sur ce système. Un mot tout d’abord sur les les agents agissent donc immédiatement en effectuant un contre-appel au domicile de chiffres de la délinquance, l’abonné. En l’absence de réponse ou en cas de qui viennent de tomber pour mauvaise identification de l’interlocuteur, ils le mois de mars. seront sur place en moins de 5 minutes. Et quand L’état comparatif mars 2006-mars 2007 des on connaît l’importance cruciale des premières crimes et délits sur notre commune laisse apparaître minutes pour mettre en échec une tentative de une baisse de 21 %. La mise en place de la Police cambriolage, nul doute que ce dispositif aura un municipale en 24 heures sur 24, effet très rapidement dissuasif. effective depuis le 1er mars, n’est pas étrangère à cette bonne statistique. A titre d’exemple, les Quelles sont les démarches vols de voitures ont chuté de 65 % par rapport au mois de mars 2006, alors que les cambrio- pour se raccorder à la lages accusent une baisse globale de 45 %. télésurveillance? La qualité du travail effectué par les policiers La Police municipale tient à la disposition des Buxan- municipaux a donc permis de faire reculer de georgiens les coordonnées des entreprises agréées par la manière significative la délinquance sur Bussy. ville pour le raccordement de leur système d’alarme. Il convient de poursuivre dans cette voie. L’entreprise choisie déterminera avec eux les éventuels compléments de maté- riel à y apporter, afin de le rendre compatible avec le poste de réception de la télé sécurité à la PM. Un contrat à remplir en bonne et due forme sera ensuite Dans ce contexte, la mise en place de la envoyé pour finaliser l’abonnement à ce service. télésurveillance ne court-elle pas le risque d’être considérée comme un « gadget »? Et pour les particuliers qui ne possèdent Au contraire, ce nouveau dispositif permettra de renforcer la sécurité des pas encore de système d’alarme? Buxangeorgiens, qui demeure notre priorité absolue. J’ai tendance à penser que Dans ce cas, l’entreprise choisie proposera aux personnes intéressées un devis la sécurité n’a pas de prix et que tous les moyens permettant de faire chuter la gratuit incluant un système d’alarme et le report vers le poste de police délinquance sont les bienvenus. La mise en place de la télésurveillance s’inscrit, municipale protégeant efficacement leur domicile. j’en suis convaincu, parfaitement dans cette démarche. Les personnes ayant subi un jour un cambriolage seront sans aucun doute d’accord avec moi. Pour éviter le pire, l’idéal est d’anticiper! Quel est le coût de ce dispositif? L’abonnement a été fixé à 30 € par mois, un coût relativement modeste compte tenu du service proposé. Il nous était impossible de fournir ce service gratuitement, Pouvez-vous nous expliquer le principe car on ne peut l’appliquer qu’à condition de ne pas entrer en concurrence de la télésurveillance? déloyale avec les sociétés privées qui assurent ce service. En revanche, notre sys- Le principe premier de ce genre de système repose sur une organisation efficace tème sera beaucoup plus efficace que celui des sociétés privées, car nous garantis- de l’intervention. Ainsi, dès que le système d’alarme du domicile d’un parti- sons la rapidité d’intervention. A Bussy, deux unités sillonnent la commune culier détecte une tentative d’intrusion, il envoie une information numérique en permanence toute la nuit, ce qui permettra aux policiers municipaux, qui par le biais d’un transmetteur à la station centrale de télésurveillance gérée par connaissent très bien le territoire communal, d’intervenir en moins de la Police municipale. Désormais disponibles 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, 5 minutes. I Bussy Saint-Georges N°90 - Juin 2007
  16. 16. Vie municipale 17 Groupe scolaire George-Sand Dans la dernière ligne droite…Neuvième groupe scolaire de la ville, George-Sand ouvrira ses portes au mois de septembre.A un peu plus de deux mois de la rentrée, nous vous proposons de faire un nouveau pointsur ce chantier d’importance en voie d’achèvement. our terminer dans les durable en permettant de réaliser mentaire sont également prévus. laires, et sera ouverte aux asso-P délais, les quelque 20 à 30 personnes de l’entrepriseVerdoia qui se relaient chaque jour des économies d’énergie, tout en assurant aux élèves une chaleur constante. En nombre de classes, cela nous donnera 3 classes de maternelle et 4 ou 5 en élémentaire, en fonction ciations en dehors des heures de classe, le week-end et durant les vacances scolaires. Quant ausur le chantier ne chôment pas ! Le groupe scolaire George-Sand des nouvelles inscriptions. centre de loisirs, les enfantsTous s’activent pour que l’école comprendra, à terme, 12 classes: Au niveau du périscolaire, une seront placés à l’accueil loisirspuisse accueillir élèves et profes- 3 maternelles, 5 élémentaires et salle a été conçue spécialement sans hébergement Louis-Guibert,seurs le jour de la rentrée. « Aucune 4 classes évolutives qui pourront pour l’accueil des maternelles le à proximité de George-Sand,inquiétude à avoir, nous certifie le accueillir indifféremment des matin et le soir (7h-8h20 et dont les locaux ont été dès lechef de chantier, les délais seront élèves de niveau maternelle ou élé- 16 h 20-19h). De même, les pri- départ prévus à cet effet.bien respectés. » Les travaux de fini- mentaire, en fonction des besoins. maires bénéficieront d’une salle Située dans un quartier résiden-tion devraient ainsi être terminés Dès la rentrée 2007, 81 enfants d’une superficie de 123 m 2. tiel, le groupe scolaire George-au début du mois de juillet. A la sont d’ores et déjà inscrits en Cette salle polyvalente permet- Sand s’inscrit parfaitement dansfin du mois de mai, les peintures maternelle et 94 en élémentaire. tra d’accueillir les élèves pour son environnement. La hauteurmurales étaient effectuées, et les 8 élèves en maternelle et 26 en élé- des activités scolaires et périsco- des bâtiments a été soigneusementrevêtements ont été posés dans les étudiée pour ne pas gêner les rive-premiers jours de juin. Les cou- rains. Pour améliorer les condi-leurs ont été soigneusement sélec- tions d’accueil des parents à lationnées pour apporter le plus de sortie de l’école, un préau a étéclarté possible. Toutes les classes conçu pour qu’ils puissent s’abri-de maternelle ont une surface de ter les jours de pluie. Des parents70 m2 et sont équipées de placards qui ont d’ailleurs pu découvrir enaménagés dans les cloisons, afin de avant-première l’école lors d’unefaciliter le rangement et de gagner visite du chantier organisée par lade l’espace au niveau du sol. Le municipalité dans le courant dumobilier a été commandé et sera mois de juin.installé dans le courant du mois de Il ne reste plus désormais qu’àjuillet. Le système de chauffage, attendre (patiemment ou non,conçu avec des dalles chauffantes c’est selon…) la rentrée pourinstallées au plafond, répond aux découvrir ce groupe scolairestandards du développement flambant neuf. I Bussy Saint-Georges N°90 - Juin 2007

×