la Lettre de la SFMC
Société Française de
Médecine de Catastrophe
N ° 7 6 - M a i 2 0 1 4 - 1 6 e a n n é e
La vie de la S...
La lettre de la SFMC n°76 - 2 -
La vie de la SFMC
Le mot du président
Avez-vous lu Underground de Haruki Murakami?
Dans la...
La lettre de la SFMC n°76 - 3 -
pagnie de métro ont été soit inappropriées soit tardives: absence d’information, poursuite...
La lettre de la SFMC n°76 - 4 -
La SFMC conserve son dynamisme, avec plus de 300 adhérents courant juin. Ces adhérents vie...
La lettre de la SFMC n°76 - 5 -
L’actualité des événements et informations générales
Les événements naturels ayant provoqu...
Nouveaux moyens de lutte contre les feux de forêts
C’est en Australie, pays exposé régulièrement au risque d'incendie de f...
nan et du Sichuan, sont régulièrement frappées par des trem-
blements de terre.
La secousse la plus dévastatrice connue pa...
La lettre de la SFMC n°76 - 8 -
• Pakistan, un glissement de terrain survenu dans la val-
lée de Swat au Pakistan a provoq...
La lettre de la SFMC n°76 - 9 -
même si la secousse a été ressentie dans tout le dépar-
tement, et aussi dans les Alpes-Ma...
Les accidents de transport collectifs sont surtout constitués par les accidents de car que l’on constate dans
toutes les r...
Analyse
Accident de transport collectif à fort potentiel de gravité lié à
l’existence d’un incendie et d’une explosion don...
La lettre de la SFMC n°76 - 12 -
• Corée, naufrage d’un ferry, le 16 avril 2014
Le ferry "SEWOL", avec 462 personnes à bor...
La lettre de la SFMC n°76 - 13 -
pés purent sortir par leurs propres moyens 20 jours après.
- Accident minier au Chili en ...
La lettre de la SFMC n°76 - 14 -
Cette présentation comporte les relations des paniques de foule et des fusillades (ou tue...
La lettre de la SFMC n°76 - 15 -
• Devenir des derniers stocks de virus de la variole,
mai 2014
Un groupe international de...
La lettre de la SFMC n°76 - 16 -
Communiqué de l’OMS en mars
La poliomyélite touche principalement les enfants de moins de...
La lettre de la SFMC n°76 - 17 -
Congrès et réunions, formations…
• Journées de Médecine Maritime 2014
Marseille École Nat...
La lettre de la SFMC n°76 - 18 -
Bibliographie
• Préparation aux catastrophes
« Building resiliency: a cross-sectional stu...
La lettre de la SFMC n°76 - 19 -
Rétrospective ou leçons du passé Culture décimale oblige…
Il y a 210 ans, en 1804
France,...
La lettre de la SFMC n°76 - 20 -
Dossier
Les glissements de terrain
Les glissements de terrain sont des phénomènes
naturel...
La lettre de la SFMC n°76 - 21 -
portantes.
Pour certaines écoles ces phénomènes n’appartiennent
pas aux glissements de te...
La lettre de la SFMC n°76 - 22 -
Par contre dans d’autres régions du monde les glissements de terrain dans des régions mon...
Lettre de la société Française de médecine de catastrophe n°76 avril mai 2014
Lettre de la société Française de médecine de catastrophe n°76 avril mai 2014
Lettre de la société Française de médecine de catastrophe n°76 avril mai 2014
Lettre de la société Française de médecine de catastrophe n°76 avril mai 2014
Lettre de la société Française de médecine de catastrophe n°76 avril mai 2014
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Lettre de la société Française de médecine de catastrophe n°76 avril mai 2014

1 955 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 955
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Lettre de la société Française de médecine de catastrophe n°76 avril mai 2014

  1. 1. la Lettre de la SFMC Société Française de Médecine de Catastrophe N ° 7 6 - M a i 2 0 1 4 - 1 6 e a n n é e La vie de la SFMC...........................................................................................................................................................2 L’actualité des événements et informations générales........................................5 Congrès et réunions...............................................................................................................................................17 Bibliographie.....................................................................................................................................................................18 Rétrospective et leçons du passé.....................................................................................................19 Dossier - Les glissements de terrain........................................................................................... 20 38, rue Dunois - 75637 Paris Cedex 13 Téléphone : (33) 06 43 26 81 51 medecine.cata@gmail.com w w w . s f m c . e u 76 La lettre de la SFMC n°76 - 1 -
  2. 2. La lettre de la SFMC n°76 - 2 - La vie de la SFMC Le mot du président Avez-vous lu Underground de Haruki Murakami? Dans la lettre de la SFMC n° 72 j’ai insisté sur le devoir de transmission qui s’impose à tout témoin ou acteur de catastrophe. L’étude des retours d’expérience est une contribution irremplaçable à l’évolution et aux progrès de la médecine de catastrophe. Undergroud1 en est un exemple remarquable. C’est un roman écrit par un écrivain contemporain auteur d’une dizaine d’ou- vrages traduits et publiés dans le monde entier et cités plusieurs fois pour le Nobel. Son intérêt pour les catastrophes l’avait amené à écrire un roman inspiré du séisme qui a frappé Kobé en janvier 1995. Frappé par le récit d’une des victimes de l’attentat au gaz sarin répandu dans le métro de Tokyo le 20 mars 1995, il décide d’enquêter sur leur devenir. L’année 1996 a été consacrée à retrouver les 1500 victimes. Privé des sources officielles qui sont sous secret, à partir des documents de presse et audiovisuels, il va établir une liste de 700 noms. 140 ont pu être contactés. 62 ont accepté de té- moigner lors d’un entretien de deux à quatre heures, les interviews ont été retranscrites, validées par chacune des victimes après relecture. La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée aux interviews de membres ou anciens membres de la secte Aum pour ten- ter de comprendre leur motivation, leur état d’esprit. Le roman est considéré comme essentiel pour approcher la mentalité japonaise. Ce travail minutieux, mené avec une rigueur quasi scientifique, restitué dans l’esprit d’un procès-verbal policier est pour nous un apport irremplaçable dans la connaissance des circonstances de la contamination, ses conséquences, l’organi- sation des secours, le devenir des victimes2. LL’’ééppaannddaaggee:: Le sarin a été transporté dans des poches plastiques. Chacun des cinq terroristes était chargé de deux poches à percer sur le plancher avec un parapluie dans cinq lignes de métro. L’un d’entre eux, intoxiqué, va utiliser une seringue d’atropine dont ils étaient dotés. Vers 8 heures, tous ne vont pas percer toutes les deux poches: une seule poche par Hayashi3 (1 mort et 350 intoxiqués) et par Yakoyama (200 intoxiqués). Deux poches pour les autres qui ont provoqué respectivement: 1 mort-532 intoxiqués, 1 mort-320 intoxiqués, 1 mort-352 intoxiqués. LLeess ttooxxiiddrroommeess:: Les victimes racontent avec détails ce qu’ils ont ressenti après avoir été intoxiqués: - Généralement la perception d’une odeur, « étrange odeur de colle », de crésol, - Une gêne respiratoire, de la toux, « aucun souffle ne voulait sortir, mes poumons sifflaient », - Une sensation de malaise, de tête vide, de vertige, « la tête dans le brouillard », - Une rhinorrhée, des larmoiements, - Des troubles visuels à type de sensation de baisse de l’intensité lumineuse « on aurait dit que la nuit venait de tomber », de trouble de l’accommodation « tout était flou », de rétrécissement du champ visuel, - Une faiblesse musculaire avec difficulté à l’effort, à marcher, à tenir debout, - Pour les plus graves, perte de conscience et coma, des convulsions ou équivalents convulsifs, avec « écume teintée de sang » aux lèvres4. La gravité de l’intoxication est dose dépendante: avec majoration soit par exposition à plusieurs voies de pénétration (cu- tanée et aérienne), soit par effort physique concomitant provoquant une hyperventilation. Les conditions aérologiques ont favorisé ou minoré l’intoxication. Les passagers assis sont plus atteints que ceux qui sont debout, de grande taille: « le gaz est lourd, il reste en bas ». Certains ont bénéficié d’un courant d’air protecteur: « J’étais à contre-courant d’air ». Le rôle des vêtements qui se chargent de toxiques est souvent évoqué5 « …enlever mes vêtements a été une bonne chose, il était imbibé de sarin ». Une protection des voies aériennes a semblé utile: « J’avais un mouchoir contre le nez et la bouche, ce qui m’a protégé ». LL’’oorrggaanniissaattiioonn ddeess sseeccoouurrss aa ééggaalleemmeenntt ééttéé aabboorrddééee:: Les employés du métro sont intervenus pour demander aux passagers d’évacuer la rame, enlever les poches de sarin, net- toyer le sol sans aucune précaution, ce qui en a fait des victimes souvent les plus graves. Les mesures prises par la com-
  3. 3. La lettre de la SFMC n°76 - 3 - pagnie de métro ont été soit inappropriées soit tardives: absence d’information, poursuite de l’exploitation des rames conta- minées6 , pas d’interruption de service. L’évacuation des victimes a été improvisée par des voitures de police, des voitures particulières, des taxis, et par quelques ambulances en nombre très limité, « les cas les plus graves ont été conduits les derniers à l’hôpital, ce qui a fait 2 morts7 ». La police est intervenue dans la demi-heure et a commencé son enquête. Les sapeurs-pompiers ont installé des postes de secours en plein air à l’extérieur des stations, sans que des gestes ou des moyens de secours à personnes aient été rap- portés. Les hôpitaux n’ont été que tardivement prévenus. Les équipes d’accueil n’ont pas toutes reconnu immédiatement la cause de l’intoxication et n’ont donné quelques fois des antidotes que tardivement. Aucune information autre que celle des médias n’a été diffusée. Sur ce sujet Murakami a interrogé deux médecins responsables de services hospitaliers: Le Dr Saïto du CHU Toho impliqué dans la zone. Au lendemain de sa garde à l’hôpital, encore présent dans le service d’ur- gence, il apprend à 8h15 par les informations télévisées, qu’une intoxication collective est survenue dans le métro. Il pense immédiatement au sarin et au cyanure. Il réunit les internes et fait préparer les antidotes: atropine et kits cyanure. À 9h30 les sapeurs-pompiers, dotés de moyens de détection, parlent à la télévision d’acétonitrile. Lorsque la première victime ar- rive, malgré un myosis serré, un antidote du cyanure lui est administré. Ce n’est qu’à 11h que sont arrivées deux informa- tions: par la télévision parlant de sarin et par téléphone de confrères d’autres services d’urgence. « Toutes nos informations on les a reçues par la télévision. » Du Dr Yaganisawa de l’université de Shinshu, à distance de Tokyo, qui avait reçu les victimes de l’intoxication collective de Matsumoto. Ayant reconnu l’intoxication aux organophosphorés par les interviews télévisées de victimes rapportant leur myosis, il a tenté de joindre les hôpitaux de Tokyo pour leur communiquer la marche à suivre: atropine-contrathion. Du fait de l’encombrement des lignes et de la saturation des équipes le message n’a pas été perçu. Il souligne outre le peu de connaissance sur le sujet des équipes médicales, l’absence déterminante à la fois de tri des victimes et de coordination de l’ensemble des secours: « Il n’y a pas, au Japon, de système rapide et efficace pour faire face à une telle catastrophe ». LLeess ssééqquueelllleess ppssyycchhoollooggiiqquueess:: Murakami termine généralement ses interviews par l’évocation du vécu après l’intoxication, leurs sentiments personnels, leur réinsertion au travail dans la société. L’empathie initiale manifestée par les témoins, les sauveteurs, les équipes soignantes, la famille, l’entourage professionnel est souvent noté ; en même temps que l’indifférence des premiers témoins : « Les gens qui feignaient de ne pas me voir gisant, là8 ». Les conséquences de l’exposition au stress sont également rapportées: insomnies, rumination, cauchemars répétitifs « J’en rêve souvent, si réels qu’ils me réveillent, c’est effrayant », reviviscences9 « dans un souterrain ou dans le métro, je marche, soudain mes pieds refusent de bouger », honte d’avoir survécu10. Aucune des victimes ne parle de prise en charge médico-psychologique. Une prise en charge psychiatrique à distance est quelque fois évoquée. Le roman de Murakami mériterait de figurer dans le Thesaurus du site de la SFMC. C’est une véritable mine de renseigne- ments sur l’intoxication au sarin, l’épandage dans un espace confiné, les signes cliniques de l’intoxication que l’on appelle aujourd’hui toxidrome. Les services de secours japonais ont été bien démunis, mais quel secours à cette époque aurait été prêt? Combien le sont aujourd’hui alors que depuis tant d’efforts ont été consacrés au NRBC-E? Ce travail paru récemment en France, justifie, s’il en était besoin l’effort de formation et d’équipement qui a été réalisé en France depuis l’attaque de la secte Aum. Il contribue à démontrer l’apport indispensable des témoignages et des retex pour faire évoluer nos certitudes, CQFD. Henri Julien Président de la SFMC 1. MURAKAMI Harakuri, Underground, 10/18 Editions, février 2014, traduit du Japonais par D. Letellier. 2. Nous limiterons volontairement les références pour ne pas alourdir et allonger le texte. 3. Ikuo Hayashi est docteur en médecine, chirurgien. 4. Interview de Mr Nishimura p. 124. 5. Interviews de Mr Yamazaki p. 277, de Mr Takatsuki p. 69. 6. Ligne Marunouchi, Rame 77, p. 100, Rame B801/A801/B901 p.163. 7. Interview de Mme Izumi, p. 30 8. Interview de Mr Yamazaki, p. 278. 9. Interview de Mr Oashi, p. 112, 10. Interview de Mr Toyoda, p. 64
  4. 4. La lettre de la SFMC n°76 - 4 - La SFMC conserve son dynamisme, avec plus de 300 adhérents courant juin. Ces adhérents viennent de nombreux horizons, médecins, pharmaciens, vétérinaires, cadres de santé, infirmiers, industriels. L’ensemble des modes d’exercice (hospitaliers, universitaires, militaires, sapeurs-pompiers, adminis- trations, industrie) est présent. Les adhérents français représentent la majorité des inscriptions, mais l’Europe est bien représentée, et la SFMC compte quelques adhérents africains et brésiliens. Un axe majeur est constitué par la diffusion de connais- sances dans le domaine de la médecine de catastrophe. Outre les deux réunions scientifiques du premier semes- tre 2014 (Éthique, responsabilité et déontologie en contexte de catastrophe, Explosions et victimes), la SFMC participe activement à de nombreuses sessions d’enseignement, dans le cadre des formations universi- taires qualifiantes ainsi qu’au profit de nombreux diplômes ou formations autour de la gestion de crise, la prise en charge médico-psychologique des victimes, la planifica- tion. Les partenariats avec la Roumanie (e-learning), l’Al- gérie (médecine de catastrophe), le Brésil (place des moyens héliportés) ont contribué à resserrer les liens avec les collègues à l’étranger, et à partager nos expériences respectives. Un traité de médecine de catastrophe est en cours de rédaction. Parallèlement à ce travail d’enseignement, la SFMC parti- cipe activement à une démarche de réflexion autour de plusieurs thématiques. Le conseil national de l’ordre des médecins a mis en route une réflexion sur l’adaptation des règles du code de déontologie médicale au contexte de catastrophe à la suite de la tenue de la réunion scientifique de janvier sur l’éthique. Une autre thématique s’attache à préciser les définitions autour de la notion de blessé psy- chique et un groupe de travail ad-hoc va rendre ses conclusions incessamment. La SFMC est étroitement associée à l’Ordre de Malte au sein d’un projet d’enseignement de secourisme centré sur les premiers moments après la survenue d’une catas- trophe, dans le cadre du SMA (service militaire adapté) dans les départements d’outre-mer. Les nouvelles technologies ne sont pas oubliées. La SFMC est membre fondateur de la SOFREMIS dévolue à la simulation en médecine (réunion fondatrice le 20 mai 2014). La SFMC est également partenaire princi- pal d’un projet européen de e-learning à destination des soignants roumains, ainsi que d’un logiciel de simulation de conduite d’intervention (de type « serious game ») en contexte d’accident catastrophique à effet limité. Le site web (www.sfmc.eu) connaît une fréquentation sou- tenue. Il met à disposition toute une base documentaire, riche de références bibliographiques et de présentations effectuées au cours de congrès ou des sessions d’ensei- gnement. La lettre de la SFMC a basculé vers une diffusion majori- tairement électronique, s’inscrivant dans une démarche de développement durable. Le conseil européen de médecine de catastrophe repré- sente un projet ambitieux de fédération, à l’échelle euro- péenne, des différentes sociétés nationales ou organismes concernés. La réunion fondatrice est prévue fin juin 2014 à Paris, et débouchera sur le dépôt des sta- tuts. Outre les coopérations internationales (une société afri- caine de médecine de catastrophe est en projet avancé), la SFMC s’est attachée à renforcer les liens avec les so- ciétés scientifiques dans le domaine de l’anesthésie-réa- nimation, la médecine d’urgence, la médecine militaire, la psychiatrie et la psychologie afin de partager des expé- riences multiformes gages d’enrichissements mutuels. Des visites de sites ont eu lieu où sont à l’état de projet bien avancé. Le centre de gestion de crise de la direction de la sécurité civile à Asnières, le centre de réception et de traitement des appels de la brigade de sapeurs-pom- piers de Paris nous ont ouvert leurs portes pour une visite commentée du plus haut intérêt, et la visite d’une centrale nucléaire est prévue à l’automne. Voici résumées à grands traits les activités du premier se- mestre 2014. Il nous restera encore beaucoup de travail pour les mois (l’obtention de la qualité d’organisme forma- teur agréé dans le cadre du DPC, ce fameux développe- ment professionnel continu, par exemple) et années à venir, et toutes les énergies et compétences seront les bienvenues. Dr Luc Ronchi, Secrétaire général La vie de la SFMC au premier semestre 2014
  5. 5. La lettre de la SFMC n°76 - 5 - L’actualité des événements et informations générales Les événements naturels ayant provoqué des catastrophes majeures ou modérées s’inscrivent dans les domaines « des grands éléments » que sont l’eau, la terre, le vent et le feu. La sélection retenue est présentée habituellement par chronologie, une autre approche par continent semble plus réaliste dans la mesure où elle met en évidence l’endémicité qui règne dans certaines régions du monde, voire les spécificités des risques naturels. En effet, c’est à partir de ces données que se construisent les politiques de prévention, de détection, d’alerte, de protection que les responsables de la sécurité des populations mettent en place ou sont susceptibles de mettre en place. Le continent américain • États-Unis, tornades le 28 avril Le centre et le sud des États-Unis ont été frappés par de violentes tornades destructrices et le dernier bilan officiel faisait état d’au moins 18 personnes tuées. Les dégâts matériels furent considérables tant au niveau des habitations, des véhicules que des infrastructures et ouvrages d’art. • États-Unis, tornades vers le 25 mai Orages, tornades vents violents ont atteint plusieurs états, Ohio, Texas, Nouveau Mexique, dégâts matériels habi- tuels au niveau des habitations, des lignes électriques, des routes impraticables par les inondations et les arbres arrachés, le bilan humain fut de 6 morts. http://fr.euronews.com/2014/04/28/les-tornades-font-au-moins-18-morts- aux-etats-unis Analyse Avec 1200 tornades en moyenne par an, les États-Unis sont le pays le plus frappé au monde par ce phénomène. Les tornades ont un pouvoir destructeur supérieur à celui d'un cyclone tropical au mètre carré, mais il est de durée et d’étendues limitées, il concerne un corridor de quelques centaines de mètres de large sur quelques kilomètres de long. Les tornades tuent chaque année de 300 à 400 personnes selon une estimation de l'Organisation météorologique mon- diale dont la moitié aux États-Unis (Texas l'Oklahoma, Kan- sas, Nebraska, Floride). En Europe ce sont les plaines d’Allemagne, la Pologne et les Pays-Bas qui sont les lieux de plus grande survenue. • États-Unis, tempêtes de sable, mars 2014 Plusieurs états ont été touchés par des tempêtes de sable au cours du mois de mars, le Texas et le Nouveau- Mexique vers le 15 mars et l’Arizona 10 jours après, cela a entraîné des perturbations dans la circulation routière mais peu de dégâts importants et pas de victime. http://actualite.lachainemeteo.com/actualite-meteo/2014-03-12- 16h16/tempete-de-sable-aux-usa-hier-24492.php http://www.meteo-paris.com/actualites/tempete-de-sable-en-arizona-etats- unis-27-aout-2013.html Analyse Rares en hiver, ces tempêtes de sables sont beaucoup plus fréquentes en été, ainsi en juillet 2011 dernier, un importante « dust storm » d’une envergure de 80 km avait plongé la ville de Phoenix dans l’obscurité, le trafic aérien avait été inter- rompu dans l’aéroport international de Phoenix pendant plus d’une heure. Les tempêtes de sables son rarement citées comme causes de dégâts important et surtout comme causes de victimes, elles se produisent en effet dans des régions sinon déser- tiques très peu peuplées, voire désertiques. Cependant certaines régions à forte densité humaine sont le théâtre de ces phénomènes naturels. D’autres régions du monde sont également atteintes par ces événements. • États-Unis, feux de forêts, mai 2014 Plusieurs incendies de végétaux en Arizona, en Virginie, dans le New Jersey, certains de ces incendies ont été provoqué par des impacts de foudre, des dégâts maté- riels modérés et pas de victime. En Alaska, un incendie important a détruit près de 800000 hectares de forêts, nécessitant de très impor- tants moyens de lutte, des évacuations de populations ont été réalisées alors que les habitations étaient menacées. L'incendie aurait été causé par un feu de camp aban- donné et alimenté par les vents violents. Au début du mois de mai c’est le sud de la Californie qui avait été atteinte, une vidéo tournée à ce moment-là mon- tre l’ampleur du sinistre. http://www.maxisciences.com/incendie/incendie-en-californie-les- impressionnantes-images-d-039-un-feu-ravageur_art32713.html http://www.letemps.ch/Page/Uuid/f71e6278-d126-11e3- 9e4958295b2edc48/Un_gigantesque_incendie_ravage_le_sud_de_la_Calif ornie# Les catastrophes et accidents naturels
  6. 6. Nouveaux moyens de lutte contre les feux de forêts C’est en Australie, pays exposé régulièrement au risque d'incendie de forêt, que des recherches sont en cours pour essayer de trouver un autre moyen que l’eau pour éteindre les incendies. L’utilisation d’explosifs dans des explosions dirigées comme cela est fait depuis plusieurs années dans le domaine des puits de pétrole. http://www.maxisciences.com/feu-de-for%EAt/feux-de-forets-les-explosions-une-nouvelle-arme-pour-lutter-contre-les-incendies_art32659.html Selon une étude du réassureur allemand Munich Re publiée en octobre 2012, l’Amérique du Nord était la première victime de la recrudescence des catastrophes climatiques sur les 30 dernières an- nées. Le nombre de catastrophes climatiques a presque quintuplé en Amérique du Nord sur les trois dernières décennies, alors qu'il a été multiplié par 4 en Asie, par 2,5 en Afrique, par 2 en Europe et par 1,5 en Amérique du Sud. http://actu-science.nouvelobs.com/catastrophes-naturelles-amerique-du-nord.htm Un événement qui montre l’importance des glissements de terrain dans les mémoires collectives • Canada, commémoration d’un glissement de terrain survenu en 1971 Il y a 43 ans, à Saguenay-Lac-Saint-Jean, dans la soirée du 4 mai 1971, glissement de terrain de Saint-Jean- Vianney avec coulée de boue. Bilan de 31 morts dont treize personnes n'ont jamais été retrouvées. http://www.lapresse.ca/le-quotidien/actualites/201405/05/01-4763748-un-musee-pour-se-souvenir.php • États-Unis, glissement de terrain dans le Colorado, le 26 mai 2014 Glissement simple en terme de bilan avec seulement trois morts, mais les circonstances ont fait que cet évènement a pu être filmé; la vidéo permet de se rendre de la cinétique de tels phénomènes naturels. Continent asiatique Au cours des deux derniers mois, avril et mai, sélection de quelques événements parmi les plus im- portants. • Bangladesh Dans le nord du pays, violents orages avec des dégâts ma- tériels considérables, les orages accompagnés de vio- lentes rafales de vent ont déraciné des arbres, arraché des lignes électriques et détruit des maisons tradition- nelles en terre. Le bilan humain est 16 morts, 20 blessés. • Bangladesh, victimes de la foudre Dans le Nord-Ouest du pays les multiples impacts de fou- dre ont atteint plus de 30 personnes et le bilan est de 5 morts et 30 blessés. Analyse Les accidents de foudre sont le plus souvent des accidents individuels isolés, la mortalité est de l’ordre de 30 % et les lé- sions des survivants sont essentiellement des brûlures. Les accidents multiples survenant dans la même zone au cours d’un même orage sont le plus souvent liés à un manque d’information des populations et à l’absence de me- sures de protection. • Bangladesh et l'Ouest de l'Inde, vague de chaleur avec plusieurs dizaines de victimes • Chine, de violents orages accompagnés de pluies dilu- viennes, de chutes de grêle et de vents ont atteint les ré- gions du sud-ouest de la Chine, provoquant des inondations et des glissements de terrain. Le bilan humain est de 30 morts et plus de 90000 personnes sinistrées • Chine, dans le Nord-Ouest du pays survenu de violentes tempêtes de sable, pas de victime mais des interruptions de circulation routière et ferroviaire. • Chine, séisme, le 5 avril 2014 Un séisme est survenu dans le sud-ouest de la Chine, de magnitude 5,3 La secousse tellurique a ébranlé à 06h40 samedi (22h40 GMT vendredi) la province du Yunnan, près de la frontière avec le Sichuan, causant l'effondrement de vingt maisons et l'évacuation de 21000 habitants, le bilan est d’une vingtaine de blessés. Analyse Cette zone du Yunnan est connue pour son grand barrage hydroélectrique de Xiluodu, Les régions montagneuses du Sud-Ouest de la Chine, et notamment les provinces du Yun- La lettre de la SFMC n°76 - 6 -
  7. 7. nan et du Sichuan, sont régulièrement frappées par des trem- blements de terre. La secousse la plus dévastatrice connue par la région en mai 2008 avait fait 87000 morts et disparus. • Chili, séisme de magnitude 8,2, le 2 avril 2014 Un séisme de magnitude 8,2 est survenu dans le nord du Chili, a fait six morts et entraîné des alertes au tsunami dans cinq pays: Pérou, Honduras, Équateur et Indonésie Hospicio au Chili. L’Amérique du sud et le Pacifique ont été en » alerte tsu- nami ». http://www.leparisien.fr/faits-divers/chili-un-seisme-suivi-d-un-tsunami-fait- plusieurs-morts-02-04-2014-3733413.php • Philippines, dans le Sud de l'archipel, orages et inon- dations importantes faisant des dommages matériels mais pas de victime. • Inde, tempêtes de sable, le 21 avril 2014 Une importante tempête de sable s'est abattue sur l'État in- dien de l'Uttar Pradesh et a fait 27 morts, 30 blessés et des dommages matériels. Les vents violents qui ont atteint les 80 km/h ont détruit des habitations, déraciné des arbres et abattu des lignes électriques. De nombreux trains ont été stoppés en raison d'arbres tombés sur les voies. http://www.meteo-paris.com/actualites/orage-tempete-de-sable-et-canicule- en-inde-21-avril-2014.html Analyse Les tempêtes de sable surviennent surtout en régions dé- sertiques et de ce fait n’occasionnent pas de dégâts, lors de ces événements les destructions matérielles sont de même nature que celles provoquées par un ouragan ou une tem- pête et de ce fait les lésions traumatiques sont de même na- ture. • Bengale (Inde), importants orages de grêle, le 11 mai 2014 Violents orages accompagnés de chutes de grêle qui ont détruit plusieurs habitations et déraciné des arbres, des cultures de thé ont été ravagées. Bilan humain avec plus de 20 blessés. http://alerte-plus.blogspot.fr/2014/05/forts-orages-de-grele-dans-letat- indien.html Analyse Les orages de grêles sont en général générateurs de des- tructions matérielles: toitures et vitrages, voiture en milieu ur- bain et cultures en milieu rural. Les pertes humaines sont rares et les blessures se limitent le plus souvent à des hématomes sur les parties découvertes du corps. Cependant au cours de ces dernières années des orages « mortels » ont été signalés: - En Chine en 2012 la grêle a majoré les effets des pluies et le bilan fut de 40 morts. http://www.leparisien.fr/international/chine-une-averse-de-grele-fait-40- morts-13-05-2012-1997748.php - En Chine en 2007, un orage de grêle a tué 18 personnes, et 25 blessés. http://forums.infoclimat.fr/topic/20126-un-orage-de-grele-fait-18-morts-en- chine/ - Au Viet Nam en mars 2013, pluies et grêle, le bilan est de 1 mort et 43 blessés. http://lecourrier.vn/lecourrier/fr-fr/details/22/environnement/60956/des- orages-de-grele-font-un-mort-et-43-blesses-dans-le-nord.aspx Afrique et Moyen Orient • Tunisie, intempéries meurtrières, le 19 mai 2014 Une tempête de grêle et les pluies diluviennes se sont abattues sur la région Kairouan, le bilan est de 5 morts et des dégâts agricoles importants. Analyse Il n’est pas précisé les causes exactes de morts, noyades par inondations, traumatismes par les chutes de grêles ou par les dégâts matériels. Habituellement les orages de grêles sont rarement meurtriers. • Tanzanie, inondations dans l'Est de la Tanzanie De fortes crues ont touché Dar-es-Salaam, la capitale éco- nomique de la Tanzanie, tuant au moins 15 personnes et plus 10000 personnes seraient sans abris. Ces inonda- tions avaient été annoncées par les services météorolo- giques tanzaniens. • Soudan, dans le Sud du Darfour des pluies torrentielles et ont causé des inondations des dommages matériels im- portants avec destructions habitations crues torren- tielles.et plusieurs centaines de 800 têtes de bétail tuées. • Iran, importantes inondations et coulées de boue dans le Nord-Ouest du pays avec destruction d’habitations et quelques victimes. · Afghanistan, glissements de terrain, le 2 mai 2014 Deux glissements de terrain consécutifs dans le nord-est de l’Afghanistan ont enseveli plusieurs villages, le bilan ini- tial évoquait plus de 2000 morts et disparus. Ces événements sont survenus après des pluies torren- tielles pendant plusieurs jours, les glissements de terrain ont recouvert des zones habitées. http://www.20minutes.fr/monde/afghanistan/1366153-20140502- afghanistan-glissement-terrain-fait-moins-350-morts Analyse Les glissements de terrain sont plus courants que tout autre évé- nement géologique. On les définit comme étant le transport vers l’aval de terre, pierres ou rochers par suite d’un phénomène na- turel ou d’actes imputables à l’homme. En région montagneuse les glissements de terrain représentent le risque majeur après des pluies importantes, ces glissements de terrain s’accompa- gnent souvent de coulées de boue qui rendent les conditions de survie longue encore plus improbables. Il est donc souvent très difficile de pouvoir « chiffrer » le nombre de victimes et les bi- lans successifs suivent l’évolution des recherches des disparus. En mars 2014 un glissement de terrain aux États-Unis a été la « démonstration » de ces difficultés. https://fr.news.yahoo.com/video/glissements-terrain-en-afghanistan-peut- 232402354.html La lettre de la SFMC n°76 - 7 -
  8. 8. La lettre de la SFMC n°76 - 8 - • Pakistan, un glissement de terrain survenu dans la val- lée de Swat au Pakistan a provoqué la chute d’un camion dans la rivière, bilan humain de 16 morts. Analyse Le camion servait à transporter 3 familles entières et ce mode de transport ne favorise pas la sécurité des passagers en cas d’accident. Peut-on classer valablement cet accident dans les accidents naturels? Cet événement illustre les « passerelles » existant entre les différentes causes des catastrophes, passerelles le plus sou- vent favorisées par des facteurs anthropomorphiques. Globalement une analyse succincte de tous ces phéno- mènes permet de proposer quelques conclusions: Il ne s’agit pas à proprement parler de catastrophe, mais de phénomènes naturels dont les effets dévastateurs sont rela- tivement localisés dans l’espace et dans le temps. Suivant les régions de survenue les bilans humains sont très variables, de quelques victimes à des dizaines de morts, il y a donc une vulnérabilité spécifique à chaque région. Au-delà des bilans humains les conséquences économiques sont importantes et cumulatives. Pour tous ces événements il faudrait privilégier les actions de prévision, l’information et l’éducation des populations, puis les politiques de protection et de mise à l’abri et d’évacua- tion. A défaut de réduire les dégâts matériels, les pertes humaines seraient moins importantes. • Cameroun, glissement de terrain localisé, le 7 mai 2014 Deux morts dans un éboulement plus qu’un glissement de terrain à Maképe. Analyse Il s’agirait en fait d’un accident de travail mais le Cameroun a déjà connu des glissements de terrain plus ou moins meur- triers : - Juillet 2003 glissement de terrain à Wabane, dans la pro- vince camerounaise du Sud-Ouest, bilan de 21 morts, - 29 aout 2009 à Douala (1 mort). http://www.journalducameroun.com/article.php?aid=2625 Europe • Inondations dans les Balkans, Serbie, Bosnie, Croatie Pendant plusieurs jours en raison des pluies diluviennes qui se sont abattues sur la Serbie et la Bosnie, la crue de cours d’eau ont provoqué des inondations majeures et très meurtrières puisque le bilan actualisé au 20 mai totalise plus de 50 morts. La montée rapide des eaux a concerné des centaines de localités, des milliers de maisons d'habitation et d'autres édifices, ainsi que plus de 10000 hectares de terrains agricoles ont été inondés, la montée brutale, de plusieurs mètres est responsable de la quasi-totalité des morts. La Serbie comme la Bosnie ont décrété l’État d’urgence en raison de l’importance des actions de secours et d’aide aux sinistrés. Une aide européenne est en cours. Analyse Les actions entreprises lors de ces événements se scindent habituellement en plusieurs phases: - Alerte des populations, dans la mesure où le réseau d’alerte existe au préalable et où l’information des populations est également régulière réalisée au préalable; - Opérations de sauvetage, le plus souvent dans un climat d’urgence, avec des conditions météorologiques souvent dé- favorables, dans beaucoup de situations l’hélicoptère malgré ses contraintes d’emploi reste le seul moyen rapide et effi- cace; - Mise à l’abri des rescapés en attendant la phase d’héber- gement provisoire, le plus souvent hébergement collectif dans des bâtiments de grandes tailles; - Prise en charge des problèmes médicaux courants aggra- vés par la situation avec arrêts des traitements…; - Enfin viendra la phase de réhabilitation avec retour dans les conditions de vie normale dans la mesure où les habitations n’ont pas été détruites. Dans ces inondations il faut également souligner l’impor- tance des glissements de terrain associés avec nombreuses destructions, le manque d’électricité, la pénurie d’eau pota- ble, la mortalité animale. Une autre particularité que l’on trouve dans toutes les régions inondées dans lesquelles des conflits armés de 1995 sont survenus pendant de longues périodes, exhumation des mines par affouillement des terrains par les eaux. Une tentative a été faite avec l’utilisation des abeilles pour détecter ces mines. À la suite d'inondations et glissements de terrain, qui ont fait une quarantaine de morts en Serbie, Bosnie et Croatie les au- torités ont décrété un deuil national. http://french.ruvr.ru/news/2014_05_18/Inondations-en-Serbie-Moscou- envoie-son-deuxieme-avion-daide-humanitaire-MSU-8385/ http://www.liberation.fr/monde/2014/05/21/bosnieinondations-les-mines- laissees-par-la-guerre-deviennent-plus-dangereuses_102295 • Géorgie, glissement de terrain, le 20 mai 2014 Glissement de terrain sur un chantier de barrage hydro- électrique, une route et un pipeline-gazier ont été endom- magés ainsi que des habitations et le bilan humain est de 5 morts, tous des ouvriers du chantier. • France, secousses sismique en avril Un séisme de magnitude 5,19 est survenu dans les Alpes- de-Haute-Provence à 21h29. heure locale. La secousse a été fortement ressentie dans l’ensemble du département ainsi que dans les départements des Alpes du Sud, les Alpes Maritimes, des Bouches du Rhône, de l'Isère, de la Savoie et jusqu'en Italie. - Les populations ont réagi ainsi qu’en témoignent les nom- breux appels reçus par le Centre opérationnel départe- mental d’incendie et de secours (Codis) des Hautes-Alpes. - Des interventions d’évaluation des dégâts matériels ont été réalisées au cours des opérations de reconnaissance: dégâts matériels mineurs (chutes de cheminées, tuiles tombées), mais pas de pas de victime. - Les opérations se concentraient dans la vallée de l’Ubaye
  9. 9. La lettre de la SFMC n°76 - 9 - même si la secousse a été ressentie dans tout le dépar- tement, et aussi dans les Alpes-Maritimes et les Bouches- du-Rhône. - Dans certaines communes (Jausiers dans les Hautes Alpes), les autorités locales (sous-préfecture) ont les ha- bitants ont été invités à sortir de chez eux comme mesure de protection vis-à-vis d’éventuelles répliques. Analyse - C’est le Réseau national de surveillance sismique (Renass), basé à Strasbourg qui communique toutes les informations concernant les caractéristiques d’un séisme. - L’heure de survenue d’un séisme est un facteur important à prendre en compte dans l’évaluation des conséquences, donc dans l’organisation des secours. • Allemagne, accident de foudre, avril 2014 À Chemnitz en Allemagne une famille entière a été blessée par la foudre durant un orage. Alors qu’il commence à pleuvoir, la mère décide de courir dans son jardin pour mettre à l’abri ses affaires. Toute la famille se trouve de- hors: un garçon de 9 ans, sa grand-mère, sa tante, sa mère et ses deux sœurs. Alors qu’elle s’active à tout ranger, la mère ressent un étrange picotement des pieds jusqu’à la tête. Elle s’éva- nouit et lorsqu’elle se réveille, découvre toute sa famille dans un état de choc. L’enfant de 9 ans ne respire plus et la femme appelle les urgences. Toute la famille est conduite à l’hôpital et s’en sort miraculeusement avec quelques brûlures sans gravité. Analyse Les accidents de foudre sont le plus souvent des accidents individuels ou semi-collectifs et si les règles de protection sont les mêmes, les conséquences quand elles ne sont pas respectées sont donc plus importantes pour tous les groupes. Dans cet exemple la prudence aurait consisté à rester à l’abri dans la maison le temps de l’orage. Quelques chiffres: 240000 personnes sont touchées par la foudre chaque année, la mortalité globale est de 20 % dont 10 % décèdent immédiatement soit 24000 morts immé- diates et 24000 secondairement. Cet accident mineur montre cependant les faiblesses de l’in- formation préventive des populations. Informations diverses • Le radon en France Le radon, gaz radioactif cancérigène est présent dans plu- sieurs régions Dans son rapport 2013, l'Agence de sûreté nucléaire alerte sur l'augmentation des concentrations de radon (gaz radioactif responsable de cancers du poumon) dans les habitations. Une carte précise, réalisée par l'IRSN permet de savoir quelles communes sont concernées. • Changement climatique, le dernier rapport de l’ICI- MOD, International Centre for Integrated Mountain De- velopment* Dans cette dernière étude il est annoncé que le change- ment climatique menace de provoquer davantage d’ava- lanches au Népal et la fonte des glaciers. Ainsi le tourisme alpin au Népal est menacé, alors que la fonte des glaciers alimente le risque de catastrophes mortelles comme l’ava- lanche dans le Mont Everest qui a tué 16 personnes il y a un mois. Plus de 2000 alpinistes étrangers se rendent chaque année au Népal, cette nation tire donc des reve- nus de ce tourisme. *Le Centre international pour le développement intégré des montagnes (ICIMOD) est un centre d'apprentissage et de partage des connaissances intergouvernementale régionale qui dessert les huit pays membres régionaux de l'Hindu Kush Himalaya - Afghanistan, Bangladesh, Bhoutan, Chine, Inde, Myanmar, Népal, Pakistan et - et la communauté internationale de la montagne. Fondée en 1983, l'ICIMOD est basé à Katmandou, au Népal. http://www.icimod.org/ http://www.actualites-news-environnement.com/32390-changement- climatique-avalanches-Nepal.html • Les champs d’éoliennes off-shore comme moyens d’atténuation des effets des cyclones ? Selon une étude en cours les grands champs d’éoliennes seraient susceptibles de réduire les vitesses de vents et les hauteurs des vagues constatées au cours des cy- clones. “Taming hurricanes with arrays of offshore wind turbines” Mark Z. Jacobson, Nature Climate Change 4, 195–200 (2014) doi:10.1038/nclimate2120 • Avalanches et sémantique Un article récent précise qu’il ne faut pas confondre ava- lanches et chutes de séracs qui sont deux phénomènes différents. Cette distinction aurait son importance en termes de pré- vision donc de protection. http://www.kairn.com/fr/activites-montagne/92150/avalanches-et-chutes- de-seracs.html • Classements des risques par pays La France est-elle dans une région vulnérable ? Une étude récente a établi la liste des risques-pays qui permet d'établir un classement reflétant le degré de sen- sibilité globale aux catastrophes naturelles des nations. Ce classement a été établi à partir des données issues des données "BD CATNAT" qui recense l'ensemble des catastrophes naturelles survenues dans le monde entier depuis le 1er janvier 2001 ainsi que de données tierces provenant des instances de l'ONU. http://www.catnat.net/index.php?option=com_content&view=article&id=13919 Analyse Dans ce classement la France se trouve au 42° rang ce qui lui confère une certaine « sérénité » face aux risques natu- rels. Ce qui pourrait expliquer les faiblesses actuelles dans le domaine des réactions des populations dans certaines si- tuations d’événements naturels. • Le bilan des catastrophes naturelles dans le monde et en France en 2013 http://www.notre-planete.info/actualites/4003-catastrophes-naturelles- 2013-Europe-inondations
  10. 10. Les accidents de transport collectifs sont surtout constitués par les accidents de car que l’on constate dans toutes les régions du monde, de gravité variable suivant les circonstances de survenue, et ils ne semblent pas justifier d’une attention particulière les autorités responsables de la sécurité routière. Médiatiquement ils ne présentent un intérêt que dans des cas très particuliers: présence de touristes étrangers, passagers constitués surtout d’enfants… Les accidents de train viennent ensuite en deuxième position mais leur analyse doit tenir compte de la diversité du « contenu » transporté, voyageurs ou marchandises. Enfin les transports maritimes ne sont cités comme causes d’accidents que lorsqu’ils concernent un transport de voyageurs ou que les marchandises transportées sont une cause importante de risque environnemental. • Mexique, accident de car, le 13 avril 2014 Un car de tourisme, dans l’est du Mexique, a pris feu à la suite d’une collision avec une semi-remorque à l’arrêt. «Le bilan est 36 morts et de quatre blessés », a déclaré le gouvernement local dans un communiqué diffusé à Xa- lapa, la capitale de l’État de Veracruz. http://www.liberation.fr/societe/2014/04/13/mexique-36-morts-dans-un- accident-de-car_9969 Analyse L’incendie survenant après une collision est toujours un fac- teur aggravant, le nombre de victimes est toujours plus élevé et les blessés sont dans un état plus grave. • Viet Nam, accident de car, le 17 avril 2014 Accident de car au Viet Nam, il s’agissait d’une collision avec un véhicule à l’arrêt, bilan de 7 morts et plusieurs blessés. Analyse Fait connu et rapporté par plusieurs médias en raison de la présence de deux touristes français parmi les victimes. http://tempsreel.nouvelobs.com/tag/accident http://www.sudouest.fr/2014/04/17/deux-rochelais-tues-dans-un-accident- au-vietnam-1528484-1391.ph • États Unis, Californie, accident de car scolaire, le 10 avril 2014 Dans un convoi de trois cars scolaires au total en prove- nance de Los Angeles, en vue d’une visite d’un campus universitaire, à destination de l’Oregon un des véhicules est entré en collision avec un camion de livraison. Le bilan est de 10 morts et 30 blessés. http://etudiant.lefigaro.fr/international/actu/detail/article/dramatique- accident-de-car-scolaire-en-californie-4866/ Analyse Il s’agissait d’une collision frontale qui sont compte tenu de la vitesse toujours très meurtrière pour les passagers situés à l’avant des véhicules, dans cet accident les deux conduc- teurs ont été tués. • Pakistan, accident de car, le 20 avril 2014 Un autocar en direction de Karachi est entré en collision un tracteur. Le bilan est de 42 morts et 20 blessés. Analyse Le Pakistan est l'un des pays où les accidents de circulation sont fréquents, en raison d'un réseau mal entretenu, de vé- hicules en mauvais état et du comportement des conduc- teurs téméraires, mais on est toujours surpris par le nombre de morts et de blessés. Dans cet accident plusieurs hypothèses peuvent être avan- cées: la vitesse excessive et la surcharge du car. • Colombie, incendie de car, le 18 mai 2014 Incendie d’un car transportant 52 enfants âgés de 3 à 12 ans revenants d’une manifestation religieuse, le véhicule a pris feu puis a explosé. Le bilan est de 32 morts et 20 brû- lés graves. Peu de précision et beaucoup d’incertitudes sur les causes et les circonstances, ce qui semble certain c’est qu’il ne s’agit pas d’un accident de circulation au sens ha- bituel du terme, pas de collision, de renversement, etc. Il semblerait que le conducteur (qui n’avait pas de permis de conduire) a voulu faire le plein du réservoir du véhicule avec des bidons qu’il transportait sans arrêter le moteur et alors que tous les enfants étaient à bord, il semblerait aussi qu’il ait pris la fuite devant l’apparition des flammes laissant les enfants avec un seul accompagnateur. La lettre de la SFMC n°76 - 10 - Les catastrophes et accidents technologiques et industriels Dans l’ensemble des événements signalés, on a choisi essentiellement quelques événements, autant pour l’importance des dégâts occasionnés, que pour la particularité des circonstances de survenue. D’autres critères ont été également retenus comme la nature et l’importance du traitement médiatique de l’événement dans la mesure où ce critère est un facteur d’évaluation de l’impact sur l’opinion pu- blique. Les accidents de transport
  11. 11. Analyse Accident de transport collectif à fort potentiel de gravité lié à l’existence d’un incendie et d’une explosion dont la rapidité d’évolution n’a pas permis une « évacuation » rapide du vé- hicule d’autant qu’il s’agissait d’enfants. Cet accident est éga- lement caractérisé par deux autres éléments: la dominante lésionnelle, il s’agit essentiellement de brûlures graves pour les survivants et pour morts les opérations d’identification se- ront longues car tous les corps étaient calcinés. • Inde, accident de car, le 20 mai 2014 Accident de car survenu dans l'État du Jammu-et- Cachemire, dans le nord de l'Inde, le bilan provisoire est de 17 morts et 27 blessés. Le chauffeur a perdu le contrôle du véhicule qui a chuté dans un ravin. Analyse: Événement fréquent en Inde et dans ces accidents les chutes dans les ravins, les cours d’eau sont, avec les in- cendies, des facteurs aggravants. http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1892356/2014/ 05/20/Accident-de-car-en-Inde-17-personnes-perissent.dhtml • Pakistan, accident de train, le 7 mai 2014 Un train de passagers a déraillé près du district de Na- wabshah, dans le sud du Pakistan. Le bilan est de 1 mort et une vingtaine de blessés. http://french.china.org.cn/foreign/txt/2014-05/07/content_32312218.htm • Katanga, accident de train, le 4 mai 2014 Un nouveau déraillement de train est survenu le 4 mai der- nier sur l’axe Kitamba-Muadi Kayembe dans la localité de Kabongo au Katanga, Le bilan provisoire fait état de cinq morts. Analyse Il s’agirait du train marchandise de secours, envoyé de Ka- nyama à Katongola pour déposer des graviers sur le lieu de l’accident d’un autre train marchandise de la SNCC survenu le 22 avril dernier qui avait causé la mort d’une centaine de per- sonnes. • Inde, accident de train, le 5 mai 2014 Le train effectuant la liaison entre la banlieue de Bombay et la ville de Sawantwadi dans l'État de Maharashtra a déraillé et plusieurs voitures se sont renversées. Bilan de 18 morts et plus de 100 blessés. http://www.sudouest.fr/2014/05/04/inde-le-deraillement-d-un-train-fait-18- morts-et-112-blesses-1543510-4803.php Analyse Secours difficiles car de nombreux passagers sont restés in- carcérés dans les wagons renversés. • New York, États Unis, déraillement de métro, le 2 mai 2014 Un métro de New York qui transportait un millier de passa- gers a déraillé dans un tunnel, Dix-neuf personnes ont été blessées dans l'accident qui s'est produit vers 10h30. « Des images diffusées par la chaîne NBC montraient des dizaines de pompiers cherchant, dans l'obscurité du tun- nel, à faire évacuer près de 1000 passagers. L'évacua- tion a duré presque une heure mais les passagers sont sortis calmement du tunnel ». http://www.rtl.fr/actualites/info/international/article/new-york-une-vingtaine- de-blesses-dans-le-deraillement-d-un-metro-7771662854 Analyse Les accidents de métro dans les grandes villes qui en sont do- tées sont rares, mais posent tours des problèmes complexes spécifiques à toute intervention en « galerie souterraine ». L’accident le plus grave de ces dernières années serait celui du métro de valence en 2006: le 3 juillet 2006 à Valence, une rame de métro déraille entre les stations Jesús et Plaza de Es- paña, bilan de 43 morts. • États-Unis, Virginie, accident de train de marchandise Dans le centre de la ville de Lynchburg, le déraillement d'un train transportant du pétrole a provoqué un très important incendie. Les services de secours ont immédiatement procédé à l'évacuation des bâtiments environnants. L'accident n'aurait cependant pas fait de blessé ou de victime. http://www.dhnet.be/actu/monde/enorme-incendie-apres-le-deraillement-d- un-train-en-virginie-5361e70635707e5aa80c47a9 Analyse Lynchburg, une ville de 77000 habitants se trouve à mi-che- min entre Baltimore et Charlotte. Depuis deux ans ce type d’ac- cident est relativement fréquent autant aux États-Unis qu’au Canada. • Bangladesh, naufrage d’un ferry, le 15 mai 2014 Un ferry, pris dans une tempête, a fait naufrage, sur un fleuve du centre du Bangladesh. Le bilan actuel encore pro- visoire fait état de 29 morts et des « centaines de dispa- rus». Il y a 43 rescapés qui ont pu regagner une des rives à la nage. Analyse Il sera difficile d’établir rapidement le bilan de cette catastrophe fluviale pour plusieurs raisons: - Le nombre exact de passagers n’est pas connu « entre 200 et 350 » selon certaines sources. - Le ferry a coulé et actuellement et sa position dans le fleuve n’est pas déterminée. - Le Meghna est un fleuve du Bangladesh, qui est « né » de l'union du Gange et du Brahmapoutre pour se jeter dans le golfe de Bengale sur le site du naufrage il est très profond et très large. Dans plusieurs circonstances de naufrage près des côtes ou à proximité des berges d’un fleuve ou d’un lac les seules possibilités de survie de passagers résident dans la nage. http://www.lapresse.ca/international/asie-oceanie/201405/15/01- 4766892-naufrage-au-bangladesh-le-bilan-seleve-a-29-morts.php La lettre de la SFMC n°76 - 11 - France, connaissance en secourisme et permis de conduire le 30 avril 2014 Le Sénat a d'adopter à l'unanimité le 30 avril une proposition de loi ajoutant une formation aux premiers secours dans le cadre de la préparation du permis de conduire. http://auto.rtl.fr/article/permis-de-conduire-il-faudra-bientot-une-formation-aux-premiers-secours-7771593792
  12. 12. La lettre de la SFMC n°76 - 12 - • Corée, naufrage d’un ferry, le 16 avril 2014 Le ferry "SEWOL", avec 462 personnes à bord, principa- lement des étudiants, a coulé mercredi à proximité de l'île de Jindo, à environ 11h30 du matin heure locale. Le bateau, qui avait quitté mardi soir le port d'Incheon, sur la côte ouest du pays, se dirigeait vers l'île touristique de Jeju. À 9 heures heure locale (0h00 GMT), il était confirmé que 174 personnes avaient pu être secourues. On peut crain- dre que le bilan s'alourdisse, dans la mesure où des cen- taines de passagers sont toujours portées disparues dans les eaux glacées. Environ 180 plongeurs ont été envoyés sur place pour des opérations nocturnes de recherche et de secours. La plu- part des disparus ont sans doute été piégés à l'intérieur du navire en perdition, selon les garde-côtes sud-coréens. http://french.cri.cn/621/2014/04/17/304s379196.htm Analyse Plusieurs heures après le naufrage toujours pas d’indications précises sur le nombre de disparus, pourtant par simple sous- traction entre le nombre exact de passagers (les données du manifeste du navire ou liste des passagers) et le nombre de survivants le nombre de disparus devrait être connu. Les causes exactes du naufrage restent encore très incer- taines mais sur certains points quelques analogies avec le naufrage du Costa Concordia, toutes proportions gardées quant au nombre de passager. Donc incertitudes globales pour les familles des victimes et cet événement illustrent bien la deuxième catégorie « d’im- pliqués » qu’il faut prendre en compte: les familles des vic- times, elles ne sont pas sur les lieux mais leur implication est liée aux liens affectifs. Dix-sept jours après le naufrage du Sewol, un bâtiment de 6825 tonnes, 236 personnes ont été déclarées décédées et 66 sont toujours portées disparues. Une partie d'entre elles ne sera sans doute jamais retrouvée. Les plongeurs sont "dans l'impossibilité de plonger en raison de forts courants et hautes vagues renforcés par un vent soufflant en rafales", a déclaré Ko Myung-Suk, porte-parole des garde-côtes. Plus de cent plongeurs, qui ont dû précédemment travailler dans des conditions extrêmes, attendent désormais que les vagues baissent d'intensité, a-t-il ajouté. Ils devaient se frayer un chemin le long de filins les menant jusqu'à l'épave du ferry qui repose à quarante mètres de profondeur. Les proches des disparus insistent pour que l'ensemble des corps soient extirpés de l'épave, qui repose à une quaran- taine de mètres de profondeur, mais les forts courants dans ce secteur ont sans doute déjà entraîné une partie d'entre eux vers le large. Le Sewol a sombré le 16 avril au matin avec 476 personnes à bord, dont 352 lycéens en voyage scolaire vers l'île de Jeju. http://www.arcinfo.ch/fr/monde/ferry-naufrage-en-coree-huit-nouveaux- corps-decouverts-577-1289691 • Ghana, accident de mine, le 26 mai 2014 Il s’agit d’une mine d’or en exploitation illégale le bilan offi- cieux est de 6 morts et plusieurs blessés. Analyse Les mines en exploitation illégale sont nombreuses en Afrique et en particulier les mines d’or et de pierres pré- cieuses. De ce fait les mesures de sécurité sont souvent inexistantes et en cas d’effondrement il est difficile de connaî- tre le nombre exact de victimes • Corée du Nord, effondrement d’un immeuble en construction, le 18 mai 2014 Un immeuble en construction de 22 étages à Pyongyang, le communiqué ne précise pas les causes de l’effondre- ment ni nombre de victimes et les autorités ont présenté officiellement leurs excuses aux populations. Analyse Habituellement les effondrements de bâtiments en cours de construction quels qu’ils soient n’entraînent que peu de vic- times, les ouvriers sur le chantier si l’accident a lieu pendant les heures de travail et les gardiens la nuit. Toutefois dans plusieurs régions - et il semble que ce fut le cas dans cet événement - les immeubles commencent à être occupés très précocement. On peut donc penser, en raison de l’attitude des autorités et des déclarations des médias of- ficiels (les seuls dans ce pays à être autorisés à donner ces informations), que plusieurs appartements sur les 92 que comportait cet immeuble aient été occupés, le chiffre de 23 est avancé. À raison de 4 à 5 personnes par logement c’est donc une centaine de victimes potentielles qu’il faut envisager. Les données photographiques fournies montrent l’état ma- tériel de l’immeuble dans lequel les chances de survie des victimes apparaissent très faibles. Cet effondrement est un argument supplémentaire pour af- firmer que les conséquences matérielles et humaines de cer- tains événements doivent toujours être interprétées en fonction du contexte géopolitique et socioculturel du pays où ils surviennent. • Turquie, accident de mine, le 13 mai 2014 Accident dans une mine de charbon à plus de 2000 mè- tres de profondeur, il s’agirait au départ d’une explosion suivie d’un incendie avec probablement effondrement de galerie. Bilan très évolutif des victimes et aux dernières heures le décompte donnait 368 mineurs rescapés, 238 morts et probablement une centaine d’ouvriers encore en place. Analyse Les accidents de mine représentent probablement les pre- miers accidents industriels et depuis plus d’un siècle les pro- grès dans le domaine de la sécurité sont théoriquement majeurs et efficaces quand les exploitants les mettent en œuvre. Dans le domaine de l’histoire de ces catastrophes on pourrait opposer deux évènements séparés par plus d’un siècle : - Catastrophe minière de Courrières en France en 1906, où les recherches des survivants ont été rapidement interrompues pour ne pas compromettre l’exploitation du filon. Treize resca-
  13. 13. La lettre de la SFMC n°76 - 13 - pés purent sortir par leurs propres moyens 20 jours après. - Accident minier au Chili en octobre 2010, 33 mineurs sont bloqués à plus de 700 mètres, trois mois de travaux de sau- vetage seront nécessaires. Les accidents survenant actuellement dans le monde pour- raient être donc classés en deux catégories suivant les condi- tions de sauvetage: les « Courrières » et les « Chili ». En règle générale, tous les accidents survenant sont liés aux conditions de sécurité faibles, cela se confirme avec cet ac- cident en Turquie. Et suivant le contexte social local les répercussions sur les populations seront variables et il est probable que dans cet événement elles seront importantes. • Valparaiso Chili, incendie urbain, le 12 avril 2014 Ce fut au départ un incendie de forêt qui attisé par des vents côtiers, a dévasté plus de 700 hectares de forêts et de collines résidentielles à La Cruz et Las Canas, a pro- voqué l'évacuation de plusieurs milliers d'habitants, plus de 500 habitations ont été détruites. Initialement le bilan humain de 3 morts a été revu à la hausse avec 11 morts puis 12 morts. Analyse Valparaiso, est l'un des plus importants ports du Chili, situé à 135 km à l'ouest de Santiago, la capitale avec une superficie de 402 km2 et une population de 300000 habitants, le quar- tier historique figure au patrimoine mondial de l'humanité. Les incendies urbains majeurs représentent une des catas- trophes potentielles des grandes villes. Les circonstances de survenue et les causes sont de plu- sieurs ordres: - Les séismes, par la destruction des habitations et la disper- sion des foyers, connus depuis longtemps (séisme de Bâle en 1356) plus récemment ce fut la destruction de Tokyo en 1923, de San Francisco (États-Unis) en 1906. Actuellement les normes de construction et les mesures de prévention permettent de limiter le risque incendie lors des séismes urbains, cependant des incendies surviennent ré- gulièrement mais sont plus facilement maîtrisés (Japon mars 2011, Japon, Kobe 1995). Les incendies restent limités à des groupes réduits d’habitations. - Les accidents industriels et technologiques représentent une autre circonstance, incendies souvent associés aux ex- plosions (Mexico 1984). Ce sont les transports de produits pétroliers qui sont le plus fréquemment cités (Lac Mégantic, Canada, juillet 2013). Ce sont souvent les quartiers périphériques et les quartiers vétustes qui sont le plus touchés. -Lesfeuxdeforêtssontuneautrecause,enparticulierquandl’habi- taturbainestdisperséaumilieudeparcs,etdecollinesetlàencore cesontlesquartierspériphériqueslesplus touchés. Lorsdecesincendiesurbainsdegrandeampleurdeuximpératifs:as- surer le sauvetage rapide des populations menacées et en même tempslimiterlapropagationdesflammes. C’est à l’occasion des incendies urbains que le concept de « coeffi- cientmultiplicateur »aétécréévers1978àParis(BSPP). http://www.lavoixdunord.fr/france-monde/chili-deuxieme-nuit-d-angoisse-a- valparaiso-ravagee-ia0b0n2066728 http://radio.uchile.cl/2014/04/13/incendio-en-valparaiso-12-fallecidos-y- ocho-mil-damnificados «Nous sommes dans une situation d’urgence permanente [...] c’est une situation très complexe », a reconnu sur Radio Cooperativa le ministre de la Défense, Jorge Burgos. Selon un dernier bilan communiqué par le ministre de l’Intérieur, Ro- drigo Penailillo, 12 personnes sont mortes dans l’incendie qui a détruit 850 hectares, 2000 habitations et fait quelque 8000 sinistrés. Le centre historique épargné Le ministre de l’Intérieur a toutefois indiqué au cours d’une conférence de presse que la situation est moins compliquée que la nuit précédente. Onze hélicoptères, six avions, 2000 membres des forces de l’ordre - policiers et soldats -, ainsi que des centaines de pompiers continuent de combattre l’in- cendie qui, selon le ministre, pourrait être sous contrôle dans les prochaines 48 à 72 heures. Plusieurs quartiers de la cé- lèbre cité portuaire, classée en 2003 au Patrimoine Mondial par l’Unesco, ont été particulièrement touchés par l’incendie qui a affecté surtout les zones les plus défavorisées de la ville, où les habitations sont le plus souvent en bois. Mais le centre historique a pour le moment été épargné par les flammes. • France, Tarn un incendie aux conséquences particu- lières, le 20 avril 2014 Un incendie d’origine indéterminée est survenu dans les entrepôts de la société Savannah à Saint-Sulpice-La- Pointe (Tarn), dans la nuit du samedi 19 au dimanche 20 avril. Cet entrepôt abritait de nombreux reptiles et tortues des- tinés à la vente en France en qualité de NAC, le bilan se- rait de 20000 animaux décédés. http://www.francetvinfo.fr/france/video-un-incendie-tue-au-moins-20-000- reptiles-dans-un-entrepot-du-tarn_581841.html Analyse Les incendies dans tous les locaux abritant des animaux, qu’il s’agisse d’animaux d’élevage ou d’animaux de compagnies sont toujours meurtriers en raison de la toxicité des fumées et des conditions de détention des animaux qui ne peuvent fuir: - Canada, Sainte Martine, février 2014: Plus d’une centaine d’animaux ont péri dans l’incendie d’un bâtiment agricole, à Sainte Martine, en Montérégie. - Suisse, juillet 2013, un incendie s'est déclaré dans une ferme située sur les hauts du village de Ferreyres, dix veaux ainsi que deux vaches ont péri dans les flammes. En corollaire le sauvetage des animaux est aussi une néces- sité opérationnelle: - Canada, Trois-Rivières, un début d'incendie à l'Hôpital vété- rinaire juillet 2013. Les pompiers ont dû évacuer une trentaine d'animaux pour éviter qu'ils soient incommodés par la fumée. - Royaume-Uni, février 2014 Une vingtaine d’animaux ont été sauvés d’un incendie, sur le chemin Foster à Shefford. Les pompiers ont dû procéder à cette évacuation après qu’un incendie ait pris naissance dans un garage. http://www.granbyexpress.com/Faits-divers/2014-02-18/article- 3620297/Une-vingtaine-d%26rsquo%3Banimaux-sauves-d%26rsquo%3Bun
  14. 14. La lettre de la SFMC n°76 - 14 - Cette présentation comporte les relations des paniques de foule et des fusillades (ou tueries de masse) qui sont « en pratique courante » les événements les plus fréquents. • République démocratique du Congo, bousculade, le 12 mai 2014 À l’issue d’un match de foot qui se tenait au stade Tata Raphaël de Kinshasa, bousculade à la suite de bagarres entre supporters, le bilan provisoire était de 15 morts et plusieurs dizaines de blessés. http://www.rfi.fr/afrique/20140512-bousculade-stade-football-tata-raphael-rdc-kinshasa-le-gouvernement-accuse-supporte/ http://www.leparisien.fr/faits-divers/congo-au-moins-15-morts-dans-un-match-de-football-a-kinshasa-12-05-2014-3832679.php Analyse Les rencontres de foot sont restées en Afrique et dans d’autres régions du monde des lieux de « haut risque ». Rappel de quelques événements au cours de ces dernières années: Égypte, février 2012, 74 morts et plusieurs centaines de blessés, Ghana, juin 2007 12 morts et des dizaines de blessés Comme d’habitude on retrouve les mêmes facteurs favorisant et déclenchant: un stade surpeuplé, l’absence de mesure de prévention, des actes de violences initiaux qui déclenchent une panique, des réactions agressives des services d’ordre et une insuffisance des sorties des secours. Il y a quinze jours un autre événement du même genre avait eu lieu à Kikwit, où 21 personnes avaient perdu la vie dans un mouvement de panique à la fin d’un concert. • États-Unis, fusillade, le 9 avril 2014 À Murrysville, localité de 20000 habitants, à l'est de Pittsburg, la Franklin Regional High School a été le théâtre d’une tentative tuerie de masse: avant le début des cours un lycéen âgé de 16 et armé de deux couteaux a blessé 20 personnes (19 élèves et un personnel de l’établissement) en moins de 30 minutes. Il a été maîtrisé par le principal du collège et un agent de sécurité. La plupart des blessés présentaient des blessures abdominales et thoraciques. Analyse Les tueries de masse sont fréquentes dans les établissements scolaires et universitaires aux États-Unis. Cet événement diffère des précédentes agressions en raison de l’utilisation d’une arme blanche contrairement aux autres situations dans lesquelles ce sont des armes à feu, arme de poing ou armes automatiques qui sont utilisées. Les tueries de masse à l’arme blanche sont observées « habituellement » au Japon et en Chine (Voir Lettre SFMC N° 69 de décembre 2012). On pourrait penser que dans les établissements scolaires américains, où le nombre de gardiens est relativement important, la maîtrise et le désarmement d’un adolescent de 16 ans soient faciles. D’après les données fournies il a pu agir pendant près de 30 minutes dans un climat de panique généralisée. Pourtant « Le personnel de l'école est très préparé aux urgences (...) et aussi malheureux que soient (les événements d'au- jourd'hui) cela aurait pu être bien pire", (déclaration d’un responsable local). Sur le plan de l’organisation des secours il faut noter: 20 blessés présentant des lésions très hémorragiques thoraciques et abdominales et hospitalisés dans 4 hôpitaux distincts. Les accidents toxiques et infectieux • Exposition aux produits chimiques dans le cadre du travail L'Organisation Internationale du Travail (OIT) a rendu un rapport sur la santé et la sécurité des travailleurs dans l'utili- sation des produits chimiques au travail. Il n'est pas possible de déterminer le nombre exact de travailleurs exposés à des produits chimiques dans le monde. Mais l'OIT affirme que la plupart des travailleurs y sont exposés. Actualités de la santé Arrêté du 9 avril 2014 relatif à la liste des centres hospitaliers régionaux comportant un centre antipoison (JO du 25 avril 2014). • Résistances aux antibiotiques : un danger mondial L’usage inapproprié des antibiotiques est une grave menace pour la santé publique selon l'OMS. OMS vient de publier un rapport mondial sur les conséquences de la résistance aux antibiotiques. Devenu inefficace chez certaines personnes, l’usage inapproprié des antibiotiques est, aujourd’hui, une grave menace pour la santé pu- blique. « Antimicrobial resistance: global report on surveillance» http://www.humanite.fr/resistances-aux-antibiotiques-un-danger-mondial-524547#sthash.oAICMQi1.dpu Les accidents de société
  15. 15. La lettre de la SFMC n°76 - 15 - • Devenir des derniers stocks de virus de la variole, mai 2014 Un groupe international de virologues précise que la re- cherche sur des virus vivants de la variole « est essentielle », car « les objectifs initiaux de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) de développer de nouveaux vaccins plus sûrs ainsi que des antiviraux et de meilleurs outils de dépistage n'ont pas encore été atteints ». Cela implique de ne pas dé- truire les derniers stocks de virus vivants de la variole, éra- diquée depuis 1980, en raison du risque de sa réintroduction intentionnelle dans la nature. Source: “Are We There Yet? The Smallpox Research Agenda Using Variola Virus” Damon IK, Damaso CR, McFadden G- PLoS Pathog 10(5): e1004108. doi:10.1371/journal.ppat.1004108 http://www.plospathogens.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pp at.1004108?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Fee Semaine européenne de la vaccination suivant une procédure établie par l’OMS en 2005 dans plus de 200 pays. • Guinée et fièvre Ébola Un travail présenté dans le New England Journal Medical précise les conditions de survenue et de propagation de l’épidémie de fièvre Ébola qui sévit en Guinée depuis le mois de décembre. Pour l’essentiel a été retenu les points suivants: Il s’agit d’une nouvelle souche virale de la souche Ébola Zaïre qui était habituellement en cause. Les formes cliniques observées sont marquées par des diarrhées, des vomissements et de la fièvre, mais les hé- morragies n’ont pas été constatées et devant ce constat l’OMS suggère que l’appellation « fièvre hémorragique soit remplacée par fièvre Ébola. Les premiers cas sont apparus en décembre 2013 et la propagation rapide semble être liée à trois causes princi- pales dans les chaînes de transmission: - Pas de prise en charge efficace des premiers cas qui étaient en milieu familial sans isolement et sans examen de confirmation; - Erreur des personnels de santé dans leur action de soins favorisant la dispersion des cas; - Maintien des rassemblements familiaux lors des funérailles assurant la dispersion des cas à partir de sujets déjà at- teints; - Mortalité évaluée pour les cas confirmés à 86 %. Source: Baize S1, Pannetier D , Emergence of Zaire Ebola Virus Disease in Guinea - Preliminary Report New England Journal Medical, N Engl J Med. ,16 Avril 2014 Analyse Au même moment le gouvernement guinéen vient d’adopter une nouvelle façon de communication sur l’état d’évolution de la « fièvre hémorragique virale, Ébola » qui frappe le pays de- puis janvier. Les bilans qui seront présentés désormais ne prendront en compte que les « cas confirmés ». Il ne s’agit là que d’un problème de communication qui en principe n’a au- cune action sur la réalité et l’efficacité de mesures sanitaires prises dans ces régions. L’épidémie n’est pas stoppée comme l’affirmaient les autori- tés locales vers la fin du mois d’avril et d’autres cas ont été si- gnalés dans des pays voisins. Selon le Bulletin d’information sur les flambées en cours et bilan au 30 mai 2014 la situation est la suivante: - Guinée: 10 nouveaux cas et 7 nouveaux décès ont été noti- fiés sur un total cumulé de 291 cas maladie dont 193 mortels. - Sierra Leone, 34 nouveaux cas sur nombre total de 50 cas. - Libéria un nouveau cas suspect décédé a été notifié. « Les résistances locales, le caractère inadapté des centres de traitement et l’insuffisance des ressources humaines dans certaines zones touchées sont autant de difficultés auxquelles les trois pays sont confrontés pour combattre la flambée de maladie à virus Ébola. » http://www.africaguinee.com/articles/2014/04/19/ebola-en-guinee-le- gouvernement-adopte-une-nouvelle-strategie-de-communication • Le point sur les infections par le coronavirus MERS En Arabie Saoudite 13 nouvelles personnes ont été conta- minées par le coronavirus MERS en Arabie Saoudite, De- puis 2012, le pays a compté 244 cas et 76 décès. Les États-Unis ont enregistré leur premier cas d'infection avec le coronavirus MERS, détecté chez une personne ré- cemment revenue d'Arabie saoudite, où ce virus qui a déjà fait une centaine de morts est apparu en septembre 2012. Coronavirus MERS: le nombre de décès en Arabie fran- chit la barre des 100. • Rougeole au Vietnam Une épidémie meurtrière de rougeole a déjà tué, depuis le début de l'année, plus de 100 personnes au Vietnam, prin- cipalement des enfants, et en a contaminé des milliers d'au- tres. La poliomyélite dans le monde, état d’urgence selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a été décrété un état "d'urgence de santé publique de portée globale" à la suite de la propagation de la poliomyélite dans dix pays en Afrique et au Pakistan. La maladie progresse depuis le recul des campagnes de vaccinations en raison de l’opposition des populations : Depuis un an et demi, des groupes armés multiplient les attaques meurtrières (56 morts depuis décembre 2012) contre les campagnes de vaccination au Pakistan.Les efforts pour éradiquer cette maladie sont également freinés par l'opposition de communautés conservatrices qui soupçonnent le vaccin de contenir du porc ou de causer l'infertilité, et les vaccinateurs d'être des espions à la solde des puissances occi- dentales. http://informations.handicap.fr/art-epidemie-polio-pakistan-875-6867.php Analyse : Alors que l’on aborde la 34e année de l’éradication de la variole (1980), il est certain que l’objectif de l’OMS d’éradiquer la poliomyélite en 2015 ne sera jamais atteint.
  16. 16. La lettre de la SFMC n°76 - 16 - Communiqué de l’OMS en mars La poliomyélite touche principalement les enfants de moins de cinq ans. Une infection sur 200 entraîne une paraly- sie irréversible. Parmi les sujets paralysés, 5 à 10 % meurent Le nombre des cas de poliomyélite a diminué de plus de 99 % depuis 1988, passant de 350000 à 406 cas notifiés en 2013. Cette baisse résulte de l’effort mondial pour éradiquer cette maladie. En 2014, il ne reste plus que trois pays d’endémie (Afghanistan, Nigéria et Pakistan), alors qu’ils étaient plus de 125 en 1988. Tant qu’un seul enfant reste infecté, tous les autres, dans tous les pays, risquent de contracter la poliomyélite. L’échec de l’éradication dans les derniers bastions de la maladie pourrait aboutir à ce que le nombre des nouveaux cas revienne, d’ici 10 ans, à 200000 par an. http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs114/fr/ En France Le dernier cas de poliomyélite autochtone remonte à 1989 et le dernier cas importé en 1995, tous deux concernant des adultes. Le risque de réintroduction sur le territoire français d’un poliovirus sauvage à partir d’un pays où ce type de virus circule n’est pas nul. Tout voyageur, non à jour de sa vaccination polio et se rendant dans un pays où circu- lent des poliovirus sauvages, a un risque d’être infecté, même faible de poliomyélite autochtone remonte à 1989 et le dernier cas importé en 1995, tous deux concernant des adultes. Le risque de réintroduction sur le territoire fran- çais d’un poliovirus sauvage à partir d’un pays où ce type de virus circule n’est pas nul. Tout voyageur, non à jour de sa vaccination polio et se rendant dans un pays où circulent des poliovirus sauvages, a un risque d’être infecté, même faible. Informations diverses • Une nouvelle "colle" chirurgicale à l'étude “Organ Repair, Hemostasis, and In Vivo Bonding of Medical Devices by Aqueous Solutions of Nanoparticles.” Meddahi-Pellé A1, Legrand A, Marcellan A, Louedec L, Letourneur D, Leibler L. Angew Chem Int Ed Engl. 2014 Apr 16. doi: 10.1002/anie.201401043. Les premiers essais ont été réalisés chez le rat, cette substance à base de nanoparticules pourrait aider à répa- rer des organes "mous" et donne des cicatrices esthé- tiques. Sous forme de solution, appliquée à la peau, elle permet de fermer des blessures profondes en quelques secondes et d'obtenir une cicatrisation de qualité et esthétique. Elle a également été éprouvée avec succès pour réparer des organes difficiles à suturer comme le foie. Enfin, les travaux réalisés avec cette colle ont permis de faire adhérer une membrane dégradable sur le cœur. Analyse malgré les fortes contraintes mécaniques liées à ses battements, il serait possible de fixer des dispositifs médicaux variés à des fins thérapeutiques ou de répara- tion et de renforcement mécaniques des organes et des tissus. • Mise au point de sang artificiel Des globules rouges cultivés en laboratoire seront testés pour la première fois sur des volontaires. Les travaux de la Fondation Wellcome Trust visent à met- tre en place une production industrielle de sang artificiel. La technique de production est basée sur les transforma- tions de cellules humaines en cellules souches capables ensuite de se transformer de globules rouges. Les cellules souches ont été prélevées sur un donneur universel (le groupe O), de sorte qu'il n'y ait plus de risque d'incompa- tibilité de groupe sanguin (A, B, AB, O). Analyse Ces deux innovations techniques si elles s’avèrent utilisables rapidement sont susceptibles d’apporter en situation de ca- tastrophe une aide considérable dans le domaine des soins urgents. Pour le sang, depuis plus de 30 ans toutes les recherches pour obtenir un sang artificiel n’ont pas abouti. • Téléphones portables, nouvelles informations Un lien a été établi entre les tumeurs du cerveau et l’usage du téléphone portable. L’utilisation du mobile pendant trente minutes chaque jour pendant une durée de cinq ans augmente le risque de développer une tumeur. Mobile phone use and brain tumours in the CERENAT case-control study. Coureau G1, Bouvier G, Lebailly P, Fabbro-Peray P, Gru- ber A, Leffondre K, Guillamo JS, Loiseau H, Mathoulin- Pélissier S, Salamon R, Baldi I. Analyse Le téléphone portable a maintenant plus de 20 ans avec une croissance importante au cours des dix dernières années. Très rapidement compte tenu des données connues le risque des ondes sur le tissu cérébral a été avancé. Les mesures de protection doivent être connues : - Utilisation d’une oreillette pour téléphoner, ce qui permet d’éloigner le récepteur du cerveau et donc ses ondes. - Limitation pour les enfants, de l’abonnement à des mes- sages texte (sms). - Utilisation préférentielle dans des lieux bien couverts par le réseau car la puissance d’émission de l’appareil sera moins forte. Il faut donc éviter les caves, ascenseurs et autres en- droits confinés. - Abstention du de téléphoner dans le TGV. En cas de grande vitesse, le mobile reçoit des émissions de plusieurs antennes relais, ce qui augmente sa nocivité. - Enfin un geste tout simple à retenir: attendre que la com- munication soit établie avant de coller l’appareil à l’oreille.
  17. 17. La lettre de la SFMC n°76 - 17 - Congrès et réunions, formations… • Journées de Médecine Maritime 2014 Marseille École Nationale Supérieure Maritime (ENSM). 25 et 26 septembre 2014 Deux sessions : 17e journées de la médecine des gens de mer et 2e journées méditerranéennes de médecine d’ur- gence maritime. http://www.copacamu.org/spip.php?article939 • Journée de médecine interne de l’océan indien Ile Maurice ,27 au 30 novembre 2014 • Bourges, colloque ENVIRORISK, les 26 et 27 novembre 2014 Le forum de la gestion des risques naturels, technologiques et sanitaires. Informations : http://www.envirorisk-bourges.org/ • Dijon, Congrès de maîtrise des risques et de sûreté de fonctionnement, 21-23 octobre 2014 Ce congrès "Lambda Mu 19" est organisé par l'Institut pour la maîtrise des risques (IMdr) Informations : www.imdr.eu • Sommet humanitaire mondial Consultation régionale Sommet - Nord et du Sud- Est Région de l'Asie, Juillet 2014 http://reliefweb.int/report/world/world-humanitarian-summit-regional-consultation-north-south-east-asia-region-july- 2014 • Éthique, normes et santé Master 2 recherche et professionnel-Mention Droit public Faculté de Droit d’Économie et de Gestion, Université d’Angers Renseignements : Pôle Master : mayoury.baccam@univ-angers.fr
  18. 18. La lettre de la SFMC n°76 - 18 - Bibliographie • Préparation aux catastrophes « Building resiliency: a cross-sectional study examining relationships among health-related quality of life, well- being, and disaster preparedness”. Gowan ME, Kirk RC, Sloan JA. Health Qual Life Outcomes. 2014 Jun 9;12(1):85. Analyse des rapports entre la qualité de vie et la préparation comportementales aux catastrophes. Alors que la mau- vaise qualité de vie (QV) est largement associée à de faibles niveaux d'engagement dans de nombreux comporte- ments bénéfiques pour la santé, les relations entre la qualité et la préparation aux catastrophes sont pratiquement inconnus. • Construction d’une résilience communautaire vis-à-vis des catastrophes “Resilience, integrated development and family planning: building long-term solutions”. De Souza RM. Reprod Health Matters. 2014 Jun;22(43):75-83. doi: 10.1016/S0968-8080(14)43773-X • Suicides et catastrophes naturelles “For theTime-related changes in suicide attempts after the nuclear accident in Fukushima.” Aoki Y1, Okada M, Inokuchi R, Soc Psychiatry Psychiatr Epidemiol. 2014 Jun 7. Le risque de tentatives de suicide non mortelles en utilisant des méthodes à forte mortalité était significativement plus élevé pendant 4 mois, de trois à quatre fois après la série de catastrophes, et a ensuite diminué. Il n'y avait pas d'augmenta- tion significative des tentatives de suicide non mortelles en utilisant des méthodes à faible mortalité après la catastrophe. Après une telle catastrophe, un soutien psychiatrique immédiat peut être nécessaire en raison du risque accru de tentatives de suicide non mortelles au lendemain. • Afflux de blessés et préparation des personnels hospitaliers Lors d’un afflux massif de blessés à l’hôpital ce sont les services de traumatologie qui apparaissent en première ligne, ce travail analyse des problèmes posés à d’autres services considérés comme auxiliaires tels que les services de ra- diologie. Bergeron; K. Radiol Manage. 2014 Mar-Apr ; 36(2):46-8 • Prise en charge des blessés au cours d’une explosion “Bomb blast mass casualty incidents: initial triage and management of injuries”. Goh SH. Singapore Med J. 2009 Jan; 50(1):101-6 Article déjà ancien mais qui est un rappel général de la stratégie des secours médicaux lors d’un afflux de blessés au cours d’une explosion. • Risques et catastrophes André Dauphiné, Damienne Provitolo Edition Armand Colin 2013. • Et quelques textes officiels dans le domaine de la prévention des risques technolo- giques et industriels - Arrêté du 5 mars 2014 (…) et portant règlement de la sécurité des canalisations de transport de gaz naturel ou as- similé, d'hydrocarbures et de produits chimiques, - Décret n° 2014-284 du 3 mars 2014 (…) déterminant les dispositions communes aux ICPE susceptibles de créer des accidents majeurs impliquant des substances dangereuses, en application de la directive 2012/18/UE du 4 juil- let 2012 dite "Seveso 3", - Loi du 27 janvier 2014 de modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles (Mapam). La loi crée notamment, une nouvelle compétence : la gestion des milieux aquatiques et de prévention des inondations (Gemapi), en la transférant de plein droit, à partir du 1er janvier 2016, aux communes, aux communautés et aux mé- tropoles, - Directive 2013/59/Euratom du Conseil du 5 décembre 2013 fixant les normes de base relatives à la protection sa- nitaire contre les dangers résultant de l'exposition aux rayonnements ionisants.
  19. 19. La lettre de la SFMC n°76 - 19 - Rétrospective ou leçons du passé Culture décimale oblige… Il y a 210 ans, en 1804 France, première locomotive du monde à vapeur. Elle tracte un train de 10 tonnes à 4 km/h et le 1er février 1954. Il y a 110 ans en 1904 Panama, travaux de percement du canal, le 4 mai 1904 Reprise, par les Américains, des travaux de percement du canal de Panama laissé vacant par le Français Ferdinand de Lesseps, à la suite du Scandale de Panama. Il y a 100 ans en 1914 Beaucoup d’événements survenus au cours de l’année 1914 ont été occultés par le déclenchement de la première guerre mondiale. • Canada, naufrage de l'Empress of Ireland, le 28 mai 1914 Ce navire fait naufrage dans l'estuaire du fleuve Saint-Laurent, le bilan est de 1012 morts. • Sénégal, épidémie de peste au mois d’avril. Il y a 90 ans en 1924 France Premier vol en circuit fermé de l’hélicoptère Étienne Oehmichen effectue pour la première fois un vol en cir- cuit fermé d'un kilomètre à bord d'un hélicoptère. Le premier décollage officiel date du 13 novembre 1917, réalisé par le français Paul Cornu. Il faut attendre 1936 pour voir un hélicop- tère effectuer des vols stationnaires, des translations latérales et un atterrissage de précision. Il s'agit du Gyroplane Labora- toire conçu par Louis Breguet et René Dorant. Il y a 80 ans en 1934 Belgique, Fief de Lambrechies; 15 et 17 mai, catastrophe minière, bilan 57 mineurs tués dont 33 disparus. Il y 70 ans en 1944 Pour la France, l’année 1944 restera marquée par le débar- quement en Normandie et le début de la libération du territoire national, mais ailleurs d’autres événements à rattacher plus ou moins à la situation de guerre sont survenus. Belgique, explosion de Marloie, le 21 mai 1944 Un train de l’armée allemande chargé d’explosifs explose en gare de Marloie. Bilan de 35 morts et nombreux blessés, es- sentiellement parmi la population. Des manifestations commémoratives ont eu lieu cette année. Il y 60 ans en 1954 France, record de vitesse du train Sur la ligne Paris-Lyon le record de vitesse est battu avec 243 km/h. Il y 50 ans en 1964 Niigata (Japon), séisme de Niigata, 16 juin 1964 Un séisme d'une magnitude de 7,5, il a provoqué d'importants dégâts, notamment en raison d'un important phénomène de li- quéfaction du sol et de la formation d'un tsunami. Plus de 3000 bâtiments détruits et environ 11000 endommagés, mais peu de victimes, (36 morts et disparus et 385 blessés). Il y 40 ans en 1974 • Italie, 28 mai 1974, attentat de Brescia Explosion d’une bombe sur la Piazza della Loggia, huit morts et plus de cent blessés. • Grande Bretagne 1er juin 1974 accident de Flixborough Explosion sur un site industriel, une usine chimique a été en- tièrement détruite par une explosion de gaz. Bilan de 28 morts et plusieurs blessés (explosion de 50 tonnes de cyclohexane). • Lima, Pérou, 23 mai 1964, panique de foule Au cours d'un match Pérou-Argentine au stade Nacional de Lima, à la suite d'un mouvement de foule dans les tribunes, les portes du stade étant fermées, les supporteurs ne peuvent pas s'échapper et meurent piétinés ou asphyxiés. Bilan 320 morts et un millier de blessés. Il y 30 ans en 1984 • Mayotte, cyclone Kamisy, avril 1984 Kamisy, cyclone tropical intense, atteint Mayotte et les autres îles avoisinantes, des vents en rafale de 250 km/h, 30000 si- nistrés, 80 de la ville détruite, 5 tués. • États-Unis et France, identification du virus du Sida, le 23 avril 1984 Cette identification est faite simultanément en France et aux États-Unis. • Europe, Commission européenne, le 18 mai 1984 Proposition de l’adoption de l’essence sans plomb pour réduire la pollution atmosphérique. Il y 20 ans en 1994 • France Royaume-Uni, inauguration du tunnel sous la manche, le 6 mai 1994. Il y 10 ans en 2004 • Corée du nord, explosion d’un train de « marchan- dises », le 23 avril 2004 Explosion dans la gare de Ryongchon à une vingtaine de kilo- mètres au sud de la frontière entre la Chine et la Corée Bilan de plusieurs centaines de morts et plus de 1000 blessés et d’im- portants dégâts matériels (environ 8000 habitations détruites). • Iran, le 12 février 2004 une autre explosion de train de « marchandises avec 295 morts et plusieurs centaines de bles- sés y compris parmi les équipes de secours, des destructions matérielles majeures. • Chine, explosion industrielle, le 17 avril 2004 Après plusieurs explosions dans une usine de produits chi- miques à Tianyan (Chine), production d’un nuage de chlore. Bilan de 9 morts et une dizaine (?) de personnes intoxiquées. Évacuation d’une partie de la population avoisinante environ 150000 personnes. Prochaine Lettre de la SFMC, n° 77 juillet aout 2014 -RN
  20. 20. La lettre de la SFMC n°76 - 20 - Dossier Les glissements de terrain Les glissements de terrain sont des phénomènes naturels qui appartiennent aux mouvements de terrains avec les coulées, les chutes de blocs, les tassements-gonflements-retraits et les effondre- ments-affaissements. Ils en sont les plus fréquents dans le monde et avec les inondations ils représentent les risques naturels les plus répandus. Mécanismes et circonstances de survenue Les glissements de terrain sont des phénomènes géolo- giques particuliers qui regroupent de nombreux mouve- ments du sol qui vont s’effectuer le long d’une pente sous l’effet de la gravité. Au plan pratique on pourrait représenter le glissement de terrain comme le devenir d’un versant instable d’une mon- tagne ou d’une colline qui se détache et glisse le long de la pente. Cette partie de terrain va glisser le long d’une surface de rupture sur une épaisseur qui peut varier de un à deux mè- tres à plusieurs dizaines de mètres et les masses mises en jeu dépendent donc à la fois de la surface et de la pro- fondeur des terrains de quelques milliers à plusieurs mil- lions de mètres cubes. Cela permet de classer ces glissements de terrain en mouvements de petite ampleur et mouvements de grande ampleur. Une autre des caractéristiques de ces mouvements de ter- rain résident dans leur vitesse de déplacement qui permet de distinguer: - Des mouvements lents de l’ordre de quelques millimè- tres à quelques centimètres par an, - Des mouvements rapides au moment des ruptures d’adhérences. Les principaux facteurs qui vont induire la survenue d’un glissement de terrain sont variables d’origine naturelle ou anthropomorphique. •La diminution des résistances du sol C’est le facteur le plus fréquent: la présence d’eau en grande quantité diminue les forces de résistances et une certaine quantité de terrain va alors glisser. Les glissements de terrains sont ainsi souvent associés aux situations de pluviosité abondante ils accompagnent donc les inondations. • L’augmentation des charges en amont de la pente comme la construction d’un ouvrage est plutôt d’origine humaine que naturelle. • La diminution des appuis en pied de pente par différents travaux de terrassement mal calculés est également à met- tre sur le compte des erreurs humaines. • Il en est de même quand l’amoncellement de débris di- vers se fait sans précautions particulières créant ainsi « une colline » vulnérable aux actions de l’eau. • Dans certaines situations de terrains fragilisés des fac- teurs déclenchants ont été notés (explosions sur des chantiers, vibrations de machines). • Les secousses sismiques sont actuellement prises en compte comme des facteurs favorisant et même déclen- chants. D’une façon générale si la présence d’eau liée à l’aug- mentation de la pluviosité est un facteur déterminant les erreurs humaines sont aussi des facteurs favorisant les glissements de terrain (constructions, déforestations…). Ces phénomènes de glissements de terrain doivent être dissociés d’autres événements similaires: - Les chutes de roches qui réalisent des éboulements ro- cheux, - Les effondrements et affaissements de terrains dont le mouvement n’est pas conforme à la pente, - Les phénomènes volcaniques au cours desquels les mouvements concernent la lave et non les sols, - Les avalanches qui concernent seulement la neige et non les sols. Cependant dans beaucoup d’événements graves les mé- dias évoquent systématiquement la survenue d’un glisse- ment. Les coulées ont des mécanismes de survenue sont très proches de ceux de mouvements de terrain. Elles résultent du déplacement de matériaux sont une forme rendue plus ou moins fluide par la présence de grandes quantités d’eau (pluies abondantes ou fonte des neiges rapides) soit sur les versants d’une montagne ou d’une colline soit dans le lit d’un torrent. Leur dangerosité est liée à la fois leur très grande vitesse et aux masses déplacées. Il y a différentes catégories: - Les coulées de boue ou coulées boueuses qui sont considérées comme des « glissements de terrains li- quides » au cours desquels la partie superficielle sous l’ef- fet de l’eau se décroche d’une partie plus profonde et vas glisser en amas le long de la pente. Ce type d’accidents survient souvent après des défores- tations sur les flancs des collines. D’autres facteurs également d’origine humaine intervien- nent dans les grandes mégapoles construites sur des col- lines où se multiplient les bidonvilles. - Les coulées torrentielles Ce sont des coulées de boue et de pierres qui empruntent le lit principal d’un cours d’eau, les volumes transportés sont très importants et la vitesse dépend de la pente du cours d’eau. - Les lahars Les lahars sont des coulées boueuses qui comportent de très nombreuses roches volcaniques et qui apparaissent quand s’associent éruptions volcaniques et pluies très im-
  21. 21. La lettre de la SFMC n°76 - 21 - portantes. Pour certaines écoles ces phénomènes n’appartiennent pas aux glissements de terrain mais doivent être étudiés en même temps que les activités volcaniques. Les coulées de boue d’Armero en sont l’exemple le plus important au cours de ces dernières années. Historique en France Les grands glissements de terrain ne sont pas fréquents en France, on cite régulièrement dans l’historique de ces phénomènes, le grand glissement de terrain survenu en novembre 1248 et ayant affecté toute une tranche de la face nord du mont Granier en Savoie et faisant plusieurs milliers de morts. En janvier 1994, un glissement de terrain dans la commune de la Salle en Beaumont (Isère), a concerné plus d’un million de mètres cubes mais n’a fait que 4 victimes. Il existe actuellement en France deux régions à risque avec un glissement lent de terrain qui font l’objet d’une surveillance at- tentive. - La région de la Clapière dans le département des Alpes- Maritimes. Les glissements de terrain dont cette région ont pu attein- dre une vitesse de 10 cm par an, actuellement on obser- verait un certain ralentissement. - les Ruines de Séchilienne dans le département de l’Isère. Les masses en mouvement ont été estimées à 2 à 3 mil- lions de mètres cubes, plusieurs scénarios ont été élabo- rés quant aux conséquences sur la région. Date Lieux Phénomènes Conséquences générales 1248 Mont Granier, Savoie Glissement d’une grande masse Entre 300 et 500 millions de m3 recouvrent plusieurs villages Autour de 5000 morts 1442 Claps de Luc en Diois, Drôme Éboulement et glissement rocheux 1,1 million de m3 de matériaux Création de deux lacs dont leplus grand couvrait plus de 300ha Novembre1926 Roquebillière, Alpes Maritimes Glissement de terrain 28 morts Mars 1931 Savoie Glissement de terrain de grande ampleur Plus de 40 ha et 6 millions de m3. Deux hameaux ensevelis. Mai 1932 Lyon, Rhône Glissement de terrain 30 morts Novembre 1932 Colline des Balmes à Lyon Glissement de terrain 40 victimes dans le quartier Saint-Jean Juin1961 Clamart, Hauts-de-Seine Effondrement 8 ha surplombant une carrière de craie s'effondrent. 21 morts Avril 1970 Plateau d'Assy, Coulées boueuses 71 victimes dans le sanatorium de Praz-Coutant 1980 Grand-cirque de Salazie, La Réunion Glissement de terrain et coulées boueuses 10 victimes 27 août 1987 Modane Savoie Coulées de boues Environ 80 000 m3 de maté- riaux déversés dans la ville. Pas de victimes 1989-1992 Ensemble du territoire métropolitain Sécheresse géotechnique Phénomène de retrait-gonfle- ment dans les sols argileux sen- sibles Janvier1994 La Salle-en-Beaumont, Isère Glissement de terrain 1,3 million de m3 de matériaux, 9 maisons détruites, 4 morts Avril 2000 Remire-Montjolly, Guyanne Glissement de terrain 10 victimes Les mouvements de terrain en France
  22. 22. La lettre de la SFMC n°76 - 22 - Par contre dans d’autres régions du monde les glissements de terrain dans des régions montagneuses ont eu des conséquences désastreuses tant pour le nombre de victimes que pour l’importance des destructions matérielles. Certains glissements de terrain en raison de leur ampleur ont modifié totalement l’aspect géographique de la région. Glissements de terrain les plus meurtriers dans le monde depuis quatre ans, rappel - Afghanistan, 2 mai 2014, dans le Badakhshan (nord-est) glis- sement de terrain après des pluies torrentielles. Le gouverneur local craint un bilan pouvant atteindre 2500 morts. - 2014, 22 mars: USA, 34 morts et une dizaine de disparus, dans l'effondrement d'une colline dans une rivière, provoquant une coulée de boue qui ensevelit Oso). - 2013,15 juin: Inde, des inondations et glissements de terrain dus aux pluies torrentielles de la mousson précoce font près de 6000 morts dans le nord, notamment dans l'État de l'Uttara- khand. - 2013,16 septembre, Mexique, au moins 58 morts et disparus dans une coulée de boue qui ensevelit le village de La Pintada, dans l'État du Guerrero (sud). - 2012, 25 janvier, Papouasie (Indonésie), au moins 40 morts et une vingtaine de disparus dans un glissement de terrain ayant touché deux villages, dans le sud. - 2012, 24-26 juin, Bangladesh, des coulées de boue, provo- quées par d'intenses précipitations dues à la mousson, dévas- tent des villages entiers dans le Sud-Est : au moins 108 morts, plus de 60000 personnes déplacées. - 2011, 12 janvier, Brésil, des inondations et glissements de terrain, dus à des pluies diluviennes, dévastent la région mon- tagneuse proche de Rio de Janeiro (sud-est) : plus de 1000 morts et disparus. - 2010, 22 février, Indonésie, un glissement de terrain fait au moins 85 morts et disparus dans une plantation de thé, au sud de Jakarta. - 1er mars, Ouganda, environ 350 personnes sont ensevelies dans une coulée de boue qui ravage trois villages, dans la région du mont Elgon (est). - 1er avril 2010, Pérou, l'effondrement d'un flanc de montagne dû aux pluies dans le Nord-Est, fait près de 80 morts et dispa- rus. - 2010, 7 avril, Brésil, un glissement de terrain dans une favela à Niteroi, près de Rio, fait 200 disparus. Quelques jours plus tôt, des pluies torrentielles avaient provoqué inondations et éboulements dans le même État faisant 250 morts. - 2010, 5 août, Inde, 189 morts et au moins 400 disparus dans la région himalayenne du Ladakh (nord), après des pluies im- portantes et des coulées de boue qui dévastent Leh, la ville prin- cipale, et ses alentours. - 2010, 7 août, Chine, des coulées de boue se déversent sur la ville de montagne de Zhouqu, dans la province du Gansu (nord-ouest), faisant plus de 1700 morts et disparus. - 2010,4 octobre: Indonésie, des torrents de boue dévastent le district de Teluk Wondama, une région montagneuse de Pa- pouasie occidentale (est), 110 morts et environ 80 disparus. - 2010, 5 décembre, Colombie, un glissement de terrain dans une banlieue de Medellin (à 400 km au nord-ouest de Bogota), à la suite de pluies diluviennes, fait 45 morts et une centaine de disparus. Date Lieux Phénomènes Conséquences générales 1756 Chine Glissement de terrain Autour de 100000 victimes 1881 Suisse Éboulement en grande masse 10 millions de m3 de matériaux détruisent la ville d'Untertal et une partie de celle d’Elm. 115 morts. Octobre 1963 Serpentine, Italie Glissement de terrain inondation de 5 villages, 2 000 morts et importants dégâts. Juillet 1987 Val Pola, Italie Éboulement et glissement 30 à 40 millions de m3 glissent mont Zandila dans un lac vague de grande hauteur. 27 morts. 1988 Petrópolis, Brésil Coulée de boue 160 morts et plus de 10000 personnes évacuées. Mars 1993 Équateur Glissement de terrain 20 millions m3 avec destruction de routes et d’une centrale élec- trique. Plusieurs dizaines de morts. Décembre 1999 Venezuela Glissements de terrain et cou- lées de boue Des centaines de coulées boueuses. Plus de 20 000 per- sonnes déplacées. Mars 2003 Chima, Bolivie Glissement de terrain Des centaines de disparus. 400 habitations détruites. Les mouvements de terrain dans le monde

×