SlideShare une entreprise Scribd logo
CORPS ETRANGER
LARYNGO-TRACHEO-
BRONCHIQUE
PLAN DE COURS
I-DEFINITION-GENERALITES
II-RAPPEL ANATOMOPHYSIOLOGIQUE
III-EPIDEMIOLOGIE
IV-PHYSIOPATHOLOGIE
V-ETUDE CLINIQUE : « TDD C.E CHEZ L’ENFANT »
VI-FORMES CLINIQUES
VII-DIAGNOSTIC POSITIF
VIII-DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL
IX-COMPLICATIONS
X-TAITEMENT
XI-CONCLUSION
I-DEFINITIN-GENERALITES :
Le CE des voies aériennes est un accident non exceptionnel à
évoquer systématiquement, car la symptomatologie n'est pas
univoque. Il peut être un accident grave exigeant un traitement
d'urgence. ont une gravité potentielle, qu'il importe de ne pas sous-
estimer. (En effet 5 à 10 enfants en décèdent chaque année en
France) .
Hormis quelques cas exceptionnels d'asphyxie immédiate, lorsque
le corps étranger se bloque en travers des cordes vocales, la
symptomatologie habituelle se résume à la survenue brutale d'un
syndrome de pénétration, chez un jeune enfant de 1 à 3 ans,
jusque-là bien portant. Cet accident est beaucoup plus rare chez le
grand enfant et l’adulte.
II-RAPPEL ANATOMOPHYSIOLOGIQUE :
Les voies aériennes chez l’enfant sont caractérisées par
-des dimensions faibles
-réactivité importante
-revêtement muqueux plus important que chez l’adulte
3 étages sont à différencier dans l’axe aérien
*-étage glotto-sous-glottique :représenté par le larynx dont la partie la plus étroite est la
sous glotte qui correspond à l’anneau cricoidien ,son diamètre est de 6mm chez
l’enfant et 12-19 mm chez l’adulte
*- la trachée: -longueur 4 cm chez le NRS et 10 à 14 cm chez l’adulte
-diamètre: 7mm chez le NRS et 25mm chez l’adulte
*-bronches souches :chez le nourrisson 2,5cm de longueur et 3 à 4 mm de diamètre
(16mm chez l’adulte )
-dans la déglutition les deux cordes vocales se ferment, l’épiglotte se rabat en arrière
pour boucher l’accès a la trachée afin que la nourriture passe de la cavité buccale à
l’œsophage sans pénétrer dans les voies pulmonaire.
III-EPIDEMUIOLOGIE:
1-frequence :
Fréquence : 4/10000
600 à 700 cas annuels en France.
2000 à 3000 cas / an aux USA
 7 % des décès accidentels chez l’enfant < 4 ans (US)
2-age et sexe :
l'apanage du jeune enfant, dès l'âge de la préhension (5 mois).
Chez l'adulte rare.
Deux tiers sont des garçons.( garçons/filles: 1.7 / 1)
• un pic à 2 ans, 2° pic vers 6-8 ans (petits bricoleurs)
• avant 3 ans = CE végétaux
• après 3 ans = CE métalliques et plastiques
3-Certaines professions : couturières, tapissiers, y sont plus exposées.
4-Nature du corps étranger :
-Les corps étrangers végétaux : 75 %, cacahuètes, haricots, noyaux de
fruits sont les plus fréquents .donne en quelques heures des réactions
inflammatoires locales importantes
- métalliques = <10 %, plastiques = <15 %, divers = 5 % (dent, morceau
de crayon, papier…)
-85 % des corps étrangers sont radio-transparents
IV-Physiopathologie:
Le mécanisme d’introduction
L e CE pénètre toujours par accident ,elle est favorisée par l’inspiration brusque et profonde , quintes de
toux et éclat de rire ,le réflexe évacuateur commence au niveau du larynx ,il est particulièrement
intense au niveau de la sous glotte et la carène ,il provoque un spasme qui persiste après le passage
du CE
Pénétration du CE :
Le CE ayant franchi la glotte migre sous l’effet de Facteurs extrinsèques:
-pesanteur
- violence de l’aspiration
- position du sujet
Facteurs intrinsèque
-volume : un CE volumineux peut être arrêté à l’étage sus glottique il est obstructif et peut provoquer la
mort par asphyxie, Le CE de petit volume descend rapidement dans les bronches
-la forme : les CE arrondis sont plus dangereux car plus obstructifs leurs parois moulant les cavités
trachéo-brochiques ,
-La surface: rugueuse, piquante ou lisse du CE lui permet un cheminement différent . Un CE piquant peut
provoquer un pneumothorax
-consistance: un CE malléable s’adapte aux parois et peut être obstructif
siège :
-essentiellement bronchique : 75 % des cas, deux fois plus fréquent à droite en raison de la disposition
anatomique (la bronche droite est plus verticale, presque dans l'axe de la trachée)
- trachéal : 15 % des cas
-laryngé : 10 % des cas
Nature du CE :
Corps végétaux Leur gravité particulière est liée à la multiplicité des fragments, et à la réaction muqueuse
bronchique diffuse particulièrement intense et précoce qu'ils peuvent entraîner moment de l’inhalation.
ces accidents surviennent volontiers sur un terrain prédisposé ( maladies neurologiques, abus de sédatifs )
V-ETUDE CLINIQUE :
INTERROGATOIRE :
Circonstances de l'accident
-Au cours d’un repas, l’enfant fait une fausse route"avale de travers".
- L’objet peut être introduit dans la bouche et inhalé fortuitement +++ (jeu, choc, effet de surprise).
-Il peut s’agir d’aspiration malencontreuse d'un jouet. Il est important en cas de syndrome de
pénétration de dénombrer les petits jouets et s’alerter quand il en manque un (absence des
parents au moment de l’inhalation).
Le syndrome de pénétration
il correspond à la mise en jeu des réflexes de défense respiratoires qui sont le spasme laryngé et la
toux d’expulsion réactionnelle au CE
c’est un accident brutal et bruyant chez un enfant apyrétique, jouant, en excellente santé. Ses efforts
de toux sont caractéristiques associés à une rougeur ou cyanose de la face et une suffocation
intense, d’un tirage inspiratoires entre les quintes de toux. mais tout peut se réduire à quelques
secousses de toux.
Le syndrome de pénétration est noté dans 70 à 85 % des cas, mais il peut avoir été négligé puis
oublié. Il est capital de le faire préciser lors de l’interrogatoire. on distingue trois possibilités
cliniques
-syndrome de pénétration non rapporté du fait de l’absence de l’entourage
-syndrome de pénétration discret sous la forme de quintes de toux expulsive
-syndrome de pénétration suraigu témoignant d’un CE obstructif sous forme d’un syndrome
asphyxique majeur
« TDD C E CHEZ L ENFANT SANS SIGNE DE GRAVITE »
- l’état général de l’enfant est conservé
-la dyspnée est modérée voire absente accompagnée de quintes de toux aux changement
de position
L’examen clinique recherche des signes de localisation :
- stridor d’origine vestibulaire ou glottique
- cornage : sous glottique
-la voix ou le cri peuvent être voilés ou éteints ( glottique ou sous glottique ) étouffés
(vestibulaire)
-la toux coqueluchoide (trachéale)
- réduction de l’ampliation thoracique ; zone de matité avec augmentation de vibrations
Vocales , abolition du murmure vésiculaire ,râles sibilant et sous crépitant unilatéraux
orientent vers une localisation bronchique
Un examen clinique normal n’élimine pas la présence d’un corps étranger LTB, la notion
d’un syndrome d’inhalation impose l’endoscopie
 EXAMENS COMPLEMENTAIRES :
1. Imagerie :
Radiographie du cou et de thorax (F et P)
Elle met en évidence le CE s’il est radio opaque
Si l’objet est transparent le diagnostic se fait par
les signes indirects de l’obstruction bronchique
atélectasie , emphysème
TDM: réalisée en cas de pneumopathie
chronique , elle met en évidence une masse
intraluminale
Scintigraphie : indiqué dans le cas de
pneumopathie traînante ,Le CE se traduit par
une exclusion ventilatoire et une hyperperfusion
focalisée
2-endoscopie :
Reste la plus utilisé a visée diagnostique et thérapeutique.
La suspicion de corps étranger trachéo-bronchique
nécessite un contrôle endoscopique dans les plus brefs
délais, du fait de la gravité des complications potentielles.
- une endoscopie bronchique au tube rigide sous anesthésie
générale ou au tube souple (fibroscopie).
• Si l'enfant arrive en état d'asphyxie, l'endoscope rigide sera
glissé par voie orale au travers du larynx sans anesthésie.
*Si l'enfant n'est pas asphyxique, Si les conditions ventilatoires
sont satisfaisantes, l'endoscopie peut être effectuée au tube
souple.
VI-FORMES CLINIQUES :
1-formes selon l'âge :
Enfants ( TDD)
Le syndrome de pénétration a une Valeur Prédictive Positive faible (< 50 %)
Presque toujours symptomatique
Rarement radio-opaque(< 10 %)
Adolescents et adultes
syndrome de pénétration
souvent radio-opaque
Sujets âgés
rarement syndrome de pénétration
peu symptomatique: enclavement distal .matériel organique > 60%
découverte fortuite de l’endoscopie
pneumonie récurrente ou lentement résolutive
suspicion de carcinome bronchique
2- Corps étrangers asphyxiques
Il s’agit d’un CE sus glottique obstructif ou d’un CE trachéal bloqué secondairement
dans la région sous-glottique. Le tableau clinique est dramatique
Une dyspnée laryngée majeure qui correspond à une obstruction quasi complète
nécessite un traitement d’extrême urgence, l’oedème laryngé surajouté peut en
quelques minutes compléter l’obstruction
L'extraction par voie endoscopique est impérative, de toute urgence. Seul en cas
d'asphyxie suraiguë avec mort imminente, la manoeuvre de Heimlich pourra être
tentée
3- Cas de corps étranger diagnostiqué tardivement :
le tableau clinique est varié, il peu se manifester par :
- bronchite asthmatiforme
-bronchopneumopathie récidivantes et les signes cliniques reste latéralisés du
même coté
-toux rebelle
-abcès du poumon
-pleurésie serofibrineuse au contact d’une pneumopathie
CE laryngés
10 % des cas 0
1
2
3
AMICO 25/11/2004
CE bronchiques
syndrome de pénétration
puis, intervalle libre
puis, syndrome de séjour (gêne respiratoire, toux sèche puis grasse, fièvre)
asymétrie auscultatoire +++
70%
prédominance droite
90 % des cas
MAIS, absence de signes dans 20% des cas
MAIS, radio normale dans 25% des cas
AMICO 25/11/2004
++VII-DC POSITIF :
-Évoquer devant un syndrome de pénétration ou infection
broncho-pulmonaire chronique ou aigue itérative
-Affirmer par la radiologie pulmonaire et surtout l’endoscopie.
Histoire et symptôme Enfant Adulte
syndrome de pénétration +++ +++/-
fièvre + ++
dyspnée +++ +/-
 unilatérale du MV + -
wheezing + -
Radio
atélectasie - +
emphysème obstructif (trappage) ++ -
pneumonie - +
CEB opaque - +
Radio normale ++
VIII-DC DIFFERENTIEL
- CE méconnu : au stade initial c’est surtout le diagnostic des
dyspnées laryngées au stade tardif DDB , cancer du poumon
- CE connu : le diagnostic différentiel posé avec un CE oesophagien
qui peut comprimer la trachée et provoquer un accident de suffocation
ou gène respiratoire
IX- Complications
Immédiates : elles sont d’ordre vital
-Asphyxie
-Arrêt cardiaque
Complications dues à l’obstruction
-Oedème pulmonaire par levée d’obstacle
-Complications infectieuse
-Pneumothorax et pneumomédiastin rares
-Sténose bronchique
Complications de l’endoscopie
Oedème laryngé du aux frottement de l’endoscope
-Érosion de la muqueuse trachéale
-Perforation ou fissuration de la paroi bronchique lors de l’extraction
-Fragmentation du répétition des bronchoscopies
X. Traitement
1/Bus
§ Extraire le corps étrangers et perméabiliser les voies aériennes
§ Éviter l’installation des séquelles
2/ MOYEN :
Prévention : est la première arme thérapeutique elle se fait par une sensibilisation des
parents aux risques de l’accident
MANOEUVRE DE HEIMLICH :
Le principe de la manœuvre de Heimlich consiste en la création d’une hyperpression brutale intra –
trachéobronchique, cette hyperpression entraîne un déplacement de l’air contenu dans les
voies aériennes suffisamment puissant pour expulser un CE vers la cavité buccale .
La technique : sauveteur ,placé derrière le patient met les bras en ceinture et appuie l’un de ses
poings avec la main controlatérale contre l’épigastre . Il enfonce le poing brusquement dans
l’abdomen avec un mouvement rapide de bas en haut.
-Cette manœuvre est réalisée en extrême urgence , elle est réservée à la situation d’asphyxie aigue
,elle peut être répéter 3 à4 fois en cas d’échec
-Chez les femmes enceintes ou les sujet obèses, la compression peut se faire au niveau du thorax
en plaçant les poings au milieu du sternum et en réalisant une brusque hyperpression d’avant
en arrière
-Chez l’enfant en asphyxie aiguë est positionné en décubitus ventral sur la cuisse du sauveteur .
Ce dernier peut alors ,administrer de violentes claques dorsales
L’endoscopie :
La simple notion de syndrome de pénétration impose une endoscopie
trachéo-bronchique.
Trachéotomie :
IL s’agit toujours d’une trachéotomie basse, Indiquée en cas d’asphyxie aigue :
*Par un CE volumineux de la trachée avec spasme de la glotte et risque
d’enclavement
*Par oedème sous glottique le plus souvent secondaire à des tentatives
d’extraction par voie externe :
Doit être réservée aux échecs de l’endoscopie : CE enclavé associé à des
lésions broncho-pulmonaires irréversibles
l’idéal est de réaliser une bronchotomie
-ATTITUDE THERAPEUTIQUE :
1-En milieu non médical
Il faut faire la manoeuvre d'Heimlich. Le
siège du coup doit être épigastrique et
non latéralisé (risques de lésions
hépatiques et spléniques). à réaliser en
extrême urgence à domicile, réservée
aux situation d’asphyxie aigue, elle est
dangereuse lorsque le patient ne
présente pas de détresse respiratoire
aigue , le transfert à l’hôpital est alors
préférable
Chez le nouveau-né ou le petit enfant, on préfère la manoeuvre de Mofenson moins
traumatisante au niveau du thorax. Il faut lui appuyer sur le ventre en maintenant une main à
plat sur le dos, et maintenir la tête vers le bas après l'avoir posé à plat ventre sur l’avant-bras.
Claque dorsale
Le sujet étant couché sur le ventre,
on surélève son bassin d’un bras
glissé sous l’abdomen, de façon à
incliner le tronc à environ 45° ; de la
paume de l’autre main, on
administre dans le dos, entre les
omoplates, une série de claques
vigoureuses. L’enfant peut être
suspendu par les pieds et la force
des claques doit être dosée.
2. En milieu médical non spécialisé
Si l'état respiratoire d'un sujet qui a inhalé un corps étranger, soit d'emblée, soit
secondairement, s'aggrave, il faut l'intuber. Si le corps étranger est sus-glottique,
il sera mis en évidence au cours de l'exposition du larynx puis enlevé avec une
pince (pince de Magil servant à l’intubation). S'il n'est pas visible, le corps
étranger est sous-glotto-trachéal. On peut espérer le refouler dans une bronche
souche et permettre une ventilation.
Après amélioration de la ventilation, le patient sera immédiatement dirigé vers un
service ORL où sera extrait le CE sous bronchoscopie au tube rigide.
en cas d’échec trachéotomie
la pince de Magil
3. En milieu spécialisé
o Si l'enfant arrive en état d'asphyxie, l'endoscope rigide sera glissé par voie orale au
travers du larynx sans anesthésie.
o Si l'enfant n'est pas asphyxique, il faut réaliser une endoscopie. Si les
conditions ventilatoires sont satisfaisantes, l'endoscopie peut être effectuée au tube
souple.
Mais en cas de corps étranger diagnostiqué et visualisé, il ne peut être enlevé qu'avec un
tube rigide car optimise la sécurité de l'extraction sans risquer un blocage du corps
étranger dans la trachée ou le larynx source d'asphyxie gravissime.
dans de bonnes conditions :
-Enfant à jeun,
- Équipe entraînée,
- Après une préparation par antibiotiques et corticoïdes si le CE semble
d’origine végétale ou en place depuis longtemps.
Si la sténose est trop importante, ou l'extraction risque de blesser la bronche, on
préférera différer l'extraction de quelques jours le temps de réaliser un traitement
antibiotique et corticoïde.
On vérifie toujours les 2 arbres bronchiques après l'extraction afin de s'assurer qu'il n'y a
pas d'autres fragments et pour faire l'état des lésions bronchiques en aval de la zone
d'enclavement.
Peut se pratiquer sous fibroscopie souple
sous anesthésie locale
sauf si le C E est volumineux ou
s’accompagne d’une détresse
respiratoire
 Se pratique sous
bronchoscopie rigide
 sous anesthésie
générale
Ablation des CEB chez l’enfant
- Exceptionnellement, l'extraction se révèle impossible
par bronchoscopie, une bronchotomie par thoracotomie
s'impose alors.
-Après l'extraction, une surveillance de quelques jours
en milieu hospitalier est nécessaire pour poursuivre une
corticothérapie avec antibiothérapie systémique de
quelques jours, tandis qu'une radiographie effectuée
après l'examen et avant la sortie de l'enfant permettra de
confirmer la normalisation totale des images
pulmonaires.
-Une deuxième endoscopie est nécessaire si le corps
étranger était responsable d'inflammation localisée
importante avec ou sans sténose
X-Conclusion
La prévention repose sur une information à 3 niveaux :
- En milieu médical, des signes broncho pulmonaires non expliqués et
qui se répètent doivent faire évoquer le diagnostic.
- En milieu scolaire, la manoeuvre de libération des voies aériennes
d’Heimlich doit être connue
- En milieu familial, il faut s’abstenir de laisser à portée des petits
enfants des cacahuètes ou dragées.
Assister au syndrome de pénétration et en connaître sa valeur devrait
faire adresser immédiatement l'enfant en milieu spécialisé. Cela
permettrait d'éviter l'évolution vers les broncho-pneumopathies à
répétition, avec leur gravité potentielle, leur risques de séquelles,
voire de décès.

Contenu connexe

Tendances

CAT devant une hémoptysie dr innocent kashongwe
CAT devant une hémoptysie dr innocent kashongweCAT devant une hémoptysie dr innocent kashongwe
CAT devant une hémoptysie dr innocent kashongwe
Université de kinshasa
 
Plaies et Cicatrisation
Plaies et Cicatrisation Plaies et Cicatrisation
Plaies et Cicatrisation
Michel Triffaux
 
Les abcès-hépatiques-2012
Les abcès-hépatiques-2012Les abcès-hépatiques-2012
Les abcès-hépatiques-2012
Hassan HAMALA
 
Poly chirurgie-maxillo-faciale-et-stomatologie
Poly chirurgie-maxillo-faciale-et-stomatologiePoly chirurgie-maxillo-faciale-et-stomatologie
Poly chirurgie-maxillo-faciale-et-stomatologie
Egn Njeba
 
Syndrome de condensation pulmonaire
Syndrome de condensation pulmonaireSyndrome de condensation pulmonaire
Syndrome de condensation pulmonaire
Mehdy Wayzani
 
CAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigueCAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigue
othmaneBenrokhrokh
 
plan de présentation.pptx
plan de présentation.pptxplan de présentation.pptx
plan de présentation.pptx
mbusa2
 
appendicite aiguë
appendicite aiguëappendicite aiguë
appendicite aiguë
drchamadi
 
Lésions élémentaires en dermatologie
Lésions élémentaires en dermatologieLésions élémentaires en dermatologie
Lésions élémentaires en dermatologie
laamlove
 
Varices des membres inférieurs
Varices des membres inférieursVarices des membres inférieurs
Varices des membres inférieurs
mia01
 
Conduite a tenir devant un traumatisme cranien
Conduite a tenir devant un traumatisme cranienConduite a tenir devant un traumatisme cranien
Conduite a tenir devant un traumatisme cranien
Asma Semsouma
 
techniques de suture en chirurgie
techniques de suture en chirurgietechniques de suture en chirurgie
techniques de suture en chirurgie
Hana Merad
 
Semiologie digestive 2015
Semiologie digestive 2015Semiologie digestive 2015
Semiologie digestive 2015
Egn Njeba
 
Tumeurs de la fosse cérébrale postérieure de l'adulte
Tumeurs de la fosse cérébrale postérieure de l'adulteTumeurs de la fosse cérébrale postérieure de l'adulte
Tumeurs de la fosse cérébrale postérieure de l'adulte
imma-dr
 
Occlusions neonatales
Occlusions neonatalesOcclusions neonatales
Occlusions neonatales
Mehdi Razzok
 
CHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenirCHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenir
Claude EUGENE
 
Pneumothorax spontane
Pneumothorax spontanePneumothorax spontane
Pneumothorax spontane
hind henzazi
 

Tendances (20)

CAT devant une hémoptysie dr innocent kashongwe
CAT devant une hémoptysie dr innocent kashongweCAT devant une hémoptysie dr innocent kashongwe
CAT devant une hémoptysie dr innocent kashongwe
 
Plaies et Cicatrisation
Plaies et Cicatrisation Plaies et Cicatrisation
Plaies et Cicatrisation
 
Les abcès-hépatiques-2012
Les abcès-hépatiques-2012Les abcès-hépatiques-2012
Les abcès-hépatiques-2012
 
Poly chirurgie-maxillo-faciale-et-stomatologie
Poly chirurgie-maxillo-faciale-et-stomatologiePoly chirurgie-maxillo-faciale-et-stomatologie
Poly chirurgie-maxillo-faciale-et-stomatologie
 
Syndrome de condensation pulmonaire
Syndrome de condensation pulmonaireSyndrome de condensation pulmonaire
Syndrome de condensation pulmonaire
 
CAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigueCAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigue
 
Peritonites
PeritonitesPeritonites
Peritonites
 
plan de présentation.pptx
plan de présentation.pptxplan de présentation.pptx
plan de présentation.pptx
 
appendicite aiguë
appendicite aiguëappendicite aiguë
appendicite aiguë
 
diagnostic de l'embolie pulmonaire
diagnostic de l'embolie pulmonairediagnostic de l'embolie pulmonaire
diagnostic de l'embolie pulmonaire
 
Lésions élémentaires en dermatologie
Lésions élémentaires en dermatologieLésions élémentaires en dermatologie
Lésions élémentaires en dermatologie
 
Abcès du poumon
Abcès du poumonAbcès du poumon
Abcès du poumon
 
Varices des membres inférieurs
Varices des membres inférieursVarices des membres inférieurs
Varices des membres inférieurs
 
Conduite a tenir devant un traumatisme cranien
Conduite a tenir devant un traumatisme cranienConduite a tenir devant un traumatisme cranien
Conduite a tenir devant un traumatisme cranien
 
techniques de suture en chirurgie
techniques de suture en chirurgietechniques de suture en chirurgie
techniques de suture en chirurgie
 
Semiologie digestive 2015
Semiologie digestive 2015Semiologie digestive 2015
Semiologie digestive 2015
 
Tumeurs de la fosse cérébrale postérieure de l'adulte
Tumeurs de la fosse cérébrale postérieure de l'adulteTumeurs de la fosse cérébrale postérieure de l'adulte
Tumeurs de la fosse cérébrale postérieure de l'adulte
 
Occlusions neonatales
Occlusions neonatalesOcclusions neonatales
Occlusions neonatales
 
CHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenirCHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenir
 
Pneumothorax spontane
Pneumothorax spontanePneumothorax spontane
Pneumothorax spontane
 

Similaire à vdocuments.net_corps-etranger-laryngo-tracheo-bronchique-55c45072aa536.ppt

Aspergillose bronchopulmonaire allergique
Aspergillose bronchopulmonaire allergiqueAspergillose bronchopulmonaire allergique
Aspergillose bronchopulmonaire allergique
hind henzazi
 
28-Opacités rondes pulmonaires(Dr.Bougharnout)..pdf
28-Opacités rondes pulmonaires(Dr.Bougharnout)..pdf28-Opacités rondes pulmonaires(Dr.Bougharnout)..pdf
28-Opacités rondes pulmonaires(Dr.Bougharnout)..pdf
OnLine68
 
Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune
Dr. Kerfah Soumia
 
Staphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaireStaphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaire
Dr. Kerfah Soumia
 
pleurésies purulentes non tuberculeuses
pleurésies purulentes non tuberculeusespleurésies purulentes non tuberculeuses
pleurésies purulentes non tuberculeuses
Dr. Kerfah Soumia
 
Otites Moyennes Chroniques
Otites Moyennes ChroniquesOtites Moyennes Chroniques
Otites Moyennes Chroniques
Mede Space
 
L'abces du poumon ppt
L'abces du poumon pptL'abces du poumon ppt
L'abces du poumon ppt
mokhtarahmedameur1
 
asthme chez l enfant (hôpital virtuel le carabin ).pptx
asthme chez l enfant (hôpital virtuel le carabin ).pptxasthme chez l enfant (hôpital virtuel le carabin ).pptx
asthme chez l enfant (hôpital virtuel le carabin ).pptx
Guillaume Balamage
 
La bronchiolite aigue
La bronchiolite aigueLa bronchiolite aigue
La bronchiolite aigue
Haythem Chiha
 
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptxDiagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
KHETTABDJOUHER
 
mon rapport de stage pdf
mon rapport de stage pdfmon rapport de stage pdf
mon rapport de stage pdf
Dalida Badaoui
 
Tb fn cours residents mars 2017
Tb fn cours residents mars 2017  Tb fn cours residents mars 2017
Tb fn cours residents mars 2017
smail kharoubi
 
Le syndrome cavitaire
Le syndrome cavitaireLe syndrome cavitaire
Le syndrome cavitaire
hind henzazi
 
Cancers du larynx
Cancers du larynxCancers du larynx
Cancers du larynx
Abdoulaye DJIBO
 
Maladie de hirschprung
Maladie de  hirschprungMaladie de  hirschprung
Maladie de hirschprung
Hana Hanouna
 
Cours aux esf de 3 ilunga2011 (octobre).
Cours aux esf de 3 ilunga2011 (octobre).Cours aux esf de 3 ilunga2011 (octobre).
Cours aux esf de 3 ilunga2011 (octobre).
esf3
 
Cours aux esf de 3 ilunga2011 (octobre).
Cours aux esf de 3 ilunga2011 (octobre).Cours aux esf de 3 ilunga2011 (octobre).
Cours aux esf de 3 ilunga2011 (octobre).
esf3
 

Similaire à vdocuments.net_corps-etranger-laryngo-tracheo-bronchique-55c45072aa536.ppt (20)

Pneumothorax spontané
Pneumothorax spontané Pneumothorax spontané
Pneumothorax spontané
 
Aspergillose bronchopulmonaire allergique
Aspergillose bronchopulmonaire allergiqueAspergillose bronchopulmonaire allergique
Aspergillose bronchopulmonaire allergique
 
Abces du poumon
Abces du poumonAbces du poumon
Abces du poumon
 
28-Opacités rondes pulmonaires(Dr.Bougharnout)..pdf
28-Opacités rondes pulmonaires(Dr.Bougharnout)..pdf28-Opacités rondes pulmonaires(Dr.Bougharnout)..pdf
28-Opacités rondes pulmonaires(Dr.Bougharnout)..pdf
 
Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune
 
Staphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaireStaphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaire
 
pleurésies purulentes non tuberculeuses
pleurésies purulentes non tuberculeusespleurésies purulentes non tuberculeuses
pleurésies purulentes non tuberculeuses
 
Otites Moyennes Chroniques
Otites Moyennes ChroniquesOtites Moyennes Chroniques
Otites Moyennes Chroniques
 
L'abces du poumon ppt
L'abces du poumon pptL'abces du poumon ppt
L'abces du poumon ppt
 
asthme chez l enfant (hôpital virtuel le carabin ).pptx
asthme chez l enfant (hôpital virtuel le carabin ).pptxasthme chez l enfant (hôpital virtuel le carabin ).pptx
asthme chez l enfant (hôpital virtuel le carabin ).pptx
 
La bronchiolite aigue
La bronchiolite aigueLa bronchiolite aigue
La bronchiolite aigue
 
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptxDiagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
 
mon rapport de stage pdf
mon rapport de stage pdfmon rapport de stage pdf
mon rapport de stage pdf
 
Tb fn cours residents mars 2017
Tb fn cours residents mars 2017  Tb fn cours residents mars 2017
Tb fn cours residents mars 2017
 
Le syndrome cavitaire
Le syndrome cavitaireLe syndrome cavitaire
Le syndrome cavitaire
 
Otospongiose
OtospongioseOtospongiose
Otospongiose
 
Cancers du larynx
Cancers du larynxCancers du larynx
Cancers du larynx
 
Maladie de hirschprung
Maladie de  hirschprungMaladie de  hirschprung
Maladie de hirschprung
 
Cours aux esf de 3 ilunga2011 (octobre).
Cours aux esf de 3 ilunga2011 (octobre).Cours aux esf de 3 ilunga2011 (octobre).
Cours aux esf de 3 ilunga2011 (octobre).
 
Cours aux esf de 3 ilunga2011 (octobre).
Cours aux esf de 3 ilunga2011 (octobre).Cours aux esf de 3 ilunga2011 (octobre).
Cours aux esf de 3 ilunga2011 (octobre).
 

vdocuments.net_corps-etranger-laryngo-tracheo-bronchique-55c45072aa536.ppt

  • 2. PLAN DE COURS I-DEFINITION-GENERALITES II-RAPPEL ANATOMOPHYSIOLOGIQUE III-EPIDEMIOLOGIE IV-PHYSIOPATHOLOGIE V-ETUDE CLINIQUE : « TDD C.E CHEZ L’ENFANT » VI-FORMES CLINIQUES VII-DIAGNOSTIC POSITIF VIII-DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL IX-COMPLICATIONS X-TAITEMENT XI-CONCLUSION
  • 3. I-DEFINITIN-GENERALITES : Le CE des voies aériennes est un accident non exceptionnel à évoquer systématiquement, car la symptomatologie n'est pas univoque. Il peut être un accident grave exigeant un traitement d'urgence. ont une gravité potentielle, qu'il importe de ne pas sous- estimer. (En effet 5 à 10 enfants en décèdent chaque année en France) . Hormis quelques cas exceptionnels d'asphyxie immédiate, lorsque le corps étranger se bloque en travers des cordes vocales, la symptomatologie habituelle se résume à la survenue brutale d'un syndrome de pénétration, chez un jeune enfant de 1 à 3 ans, jusque-là bien portant. Cet accident est beaucoup plus rare chez le grand enfant et l’adulte.
  • 4. II-RAPPEL ANATOMOPHYSIOLOGIQUE : Les voies aériennes chez l’enfant sont caractérisées par -des dimensions faibles -réactivité importante -revêtement muqueux plus important que chez l’adulte 3 étages sont à différencier dans l’axe aérien *-étage glotto-sous-glottique :représenté par le larynx dont la partie la plus étroite est la sous glotte qui correspond à l’anneau cricoidien ,son diamètre est de 6mm chez l’enfant et 12-19 mm chez l’adulte *- la trachée: -longueur 4 cm chez le NRS et 10 à 14 cm chez l’adulte -diamètre: 7mm chez le NRS et 25mm chez l’adulte *-bronches souches :chez le nourrisson 2,5cm de longueur et 3 à 4 mm de diamètre (16mm chez l’adulte ) -dans la déglutition les deux cordes vocales se ferment, l’épiglotte se rabat en arrière pour boucher l’accès a la trachée afin que la nourriture passe de la cavité buccale à l’œsophage sans pénétrer dans les voies pulmonaire.
  • 5. III-EPIDEMUIOLOGIE: 1-frequence : Fréquence : 4/10000 600 à 700 cas annuels en France. 2000 à 3000 cas / an aux USA  7 % des décès accidentels chez l’enfant < 4 ans (US) 2-age et sexe : l'apanage du jeune enfant, dès l'âge de la préhension (5 mois). Chez l'adulte rare. Deux tiers sont des garçons.( garçons/filles: 1.7 / 1) • un pic à 2 ans, 2° pic vers 6-8 ans (petits bricoleurs) • avant 3 ans = CE végétaux • après 3 ans = CE métalliques et plastiques 3-Certaines professions : couturières, tapissiers, y sont plus exposées.
  • 6. 4-Nature du corps étranger : -Les corps étrangers végétaux : 75 %, cacahuètes, haricots, noyaux de fruits sont les plus fréquents .donne en quelques heures des réactions inflammatoires locales importantes - métalliques = <10 %, plastiques = <15 %, divers = 5 % (dent, morceau de crayon, papier…) -85 % des corps étrangers sont radio-transparents
  • 7. IV-Physiopathologie: Le mécanisme d’introduction L e CE pénètre toujours par accident ,elle est favorisée par l’inspiration brusque et profonde , quintes de toux et éclat de rire ,le réflexe évacuateur commence au niveau du larynx ,il est particulièrement intense au niveau de la sous glotte et la carène ,il provoque un spasme qui persiste après le passage du CE Pénétration du CE : Le CE ayant franchi la glotte migre sous l’effet de Facteurs extrinsèques: -pesanteur - violence de l’aspiration - position du sujet Facteurs intrinsèque -volume : un CE volumineux peut être arrêté à l’étage sus glottique il est obstructif et peut provoquer la mort par asphyxie, Le CE de petit volume descend rapidement dans les bronches -la forme : les CE arrondis sont plus dangereux car plus obstructifs leurs parois moulant les cavités trachéo-brochiques , -La surface: rugueuse, piquante ou lisse du CE lui permet un cheminement différent . Un CE piquant peut provoquer un pneumothorax -consistance: un CE malléable s’adapte aux parois et peut être obstructif siège : -essentiellement bronchique : 75 % des cas, deux fois plus fréquent à droite en raison de la disposition anatomique (la bronche droite est plus verticale, presque dans l'axe de la trachée) - trachéal : 15 % des cas -laryngé : 10 % des cas Nature du CE : Corps végétaux Leur gravité particulière est liée à la multiplicité des fragments, et à la réaction muqueuse bronchique diffuse particulièrement intense et précoce qu'ils peuvent entraîner moment de l’inhalation. ces accidents surviennent volontiers sur un terrain prédisposé ( maladies neurologiques, abus de sédatifs )
  • 8. V-ETUDE CLINIQUE : INTERROGATOIRE : Circonstances de l'accident -Au cours d’un repas, l’enfant fait une fausse route"avale de travers". - L’objet peut être introduit dans la bouche et inhalé fortuitement +++ (jeu, choc, effet de surprise). -Il peut s’agir d’aspiration malencontreuse d'un jouet. Il est important en cas de syndrome de pénétration de dénombrer les petits jouets et s’alerter quand il en manque un (absence des parents au moment de l’inhalation). Le syndrome de pénétration il correspond à la mise en jeu des réflexes de défense respiratoires qui sont le spasme laryngé et la toux d’expulsion réactionnelle au CE c’est un accident brutal et bruyant chez un enfant apyrétique, jouant, en excellente santé. Ses efforts de toux sont caractéristiques associés à une rougeur ou cyanose de la face et une suffocation intense, d’un tirage inspiratoires entre les quintes de toux. mais tout peut se réduire à quelques secousses de toux. Le syndrome de pénétration est noté dans 70 à 85 % des cas, mais il peut avoir été négligé puis oublié. Il est capital de le faire préciser lors de l’interrogatoire. on distingue trois possibilités cliniques -syndrome de pénétration non rapporté du fait de l’absence de l’entourage -syndrome de pénétration discret sous la forme de quintes de toux expulsive -syndrome de pénétration suraigu témoignant d’un CE obstructif sous forme d’un syndrome asphyxique majeur
  • 9. « TDD C E CHEZ L ENFANT SANS SIGNE DE GRAVITE » - l’état général de l’enfant est conservé -la dyspnée est modérée voire absente accompagnée de quintes de toux aux changement de position L’examen clinique recherche des signes de localisation : - stridor d’origine vestibulaire ou glottique - cornage : sous glottique -la voix ou le cri peuvent être voilés ou éteints ( glottique ou sous glottique ) étouffés (vestibulaire) -la toux coqueluchoide (trachéale) - réduction de l’ampliation thoracique ; zone de matité avec augmentation de vibrations Vocales , abolition du murmure vésiculaire ,râles sibilant et sous crépitant unilatéraux orientent vers une localisation bronchique Un examen clinique normal n’élimine pas la présence d’un corps étranger LTB, la notion d’un syndrome d’inhalation impose l’endoscopie
  • 10.  EXAMENS COMPLEMENTAIRES : 1. Imagerie : Radiographie du cou et de thorax (F et P) Elle met en évidence le CE s’il est radio opaque Si l’objet est transparent le diagnostic se fait par les signes indirects de l’obstruction bronchique atélectasie , emphysème TDM: réalisée en cas de pneumopathie chronique , elle met en évidence une masse intraluminale Scintigraphie : indiqué dans le cas de pneumopathie traînante ,Le CE se traduit par une exclusion ventilatoire et une hyperperfusion focalisée
  • 11. 2-endoscopie : Reste la plus utilisé a visée diagnostique et thérapeutique. La suspicion de corps étranger trachéo-bronchique nécessite un contrôle endoscopique dans les plus brefs délais, du fait de la gravité des complications potentielles. - une endoscopie bronchique au tube rigide sous anesthésie générale ou au tube souple (fibroscopie). • Si l'enfant arrive en état d'asphyxie, l'endoscope rigide sera glissé par voie orale au travers du larynx sans anesthésie. *Si l'enfant n'est pas asphyxique, Si les conditions ventilatoires sont satisfaisantes, l'endoscopie peut être effectuée au tube souple.
  • 12. VI-FORMES CLINIQUES : 1-formes selon l'âge : Enfants ( TDD) Le syndrome de pénétration a une Valeur Prédictive Positive faible (< 50 %) Presque toujours symptomatique Rarement radio-opaque(< 10 %) Adolescents et adultes syndrome de pénétration souvent radio-opaque Sujets âgés rarement syndrome de pénétration peu symptomatique: enclavement distal .matériel organique > 60% découverte fortuite de l’endoscopie pneumonie récurrente ou lentement résolutive suspicion de carcinome bronchique
  • 13. 2- Corps étrangers asphyxiques Il s’agit d’un CE sus glottique obstructif ou d’un CE trachéal bloqué secondairement dans la région sous-glottique. Le tableau clinique est dramatique Une dyspnée laryngée majeure qui correspond à une obstruction quasi complète nécessite un traitement d’extrême urgence, l’oedème laryngé surajouté peut en quelques minutes compléter l’obstruction L'extraction par voie endoscopique est impérative, de toute urgence. Seul en cas d'asphyxie suraiguë avec mort imminente, la manoeuvre de Heimlich pourra être tentée 3- Cas de corps étranger diagnostiqué tardivement : le tableau clinique est varié, il peu se manifester par : - bronchite asthmatiforme -bronchopneumopathie récidivantes et les signes cliniques reste latéralisés du même coté -toux rebelle -abcès du poumon -pleurésie serofibrineuse au contact d’une pneumopathie
  • 14. CE laryngés 10 % des cas 0 1 2 3 AMICO 25/11/2004
  • 15. CE bronchiques syndrome de pénétration puis, intervalle libre puis, syndrome de séjour (gêne respiratoire, toux sèche puis grasse, fièvre) asymétrie auscultatoire +++ 70% prédominance droite 90 % des cas MAIS, absence de signes dans 20% des cas MAIS, radio normale dans 25% des cas AMICO 25/11/2004
  • 16. ++VII-DC POSITIF : -Évoquer devant un syndrome de pénétration ou infection broncho-pulmonaire chronique ou aigue itérative -Affirmer par la radiologie pulmonaire et surtout l’endoscopie. Histoire et symptôme Enfant Adulte syndrome de pénétration +++ +++/- fièvre + ++ dyspnée +++ +/-  unilatérale du MV + - wheezing + - Radio atélectasie - + emphysème obstructif (trappage) ++ - pneumonie - + CEB opaque - + Radio normale ++
  • 17. VIII-DC DIFFERENTIEL - CE méconnu : au stade initial c’est surtout le diagnostic des dyspnées laryngées au stade tardif DDB , cancer du poumon - CE connu : le diagnostic différentiel posé avec un CE oesophagien qui peut comprimer la trachée et provoquer un accident de suffocation ou gène respiratoire
  • 18. IX- Complications Immédiates : elles sont d’ordre vital -Asphyxie -Arrêt cardiaque Complications dues à l’obstruction -Oedème pulmonaire par levée d’obstacle -Complications infectieuse -Pneumothorax et pneumomédiastin rares -Sténose bronchique Complications de l’endoscopie Oedème laryngé du aux frottement de l’endoscope -Érosion de la muqueuse trachéale -Perforation ou fissuration de la paroi bronchique lors de l’extraction -Fragmentation du répétition des bronchoscopies
  • 19. X. Traitement 1/Bus § Extraire le corps étrangers et perméabiliser les voies aériennes § Éviter l’installation des séquelles 2/ MOYEN : Prévention : est la première arme thérapeutique elle se fait par une sensibilisation des parents aux risques de l’accident MANOEUVRE DE HEIMLICH : Le principe de la manœuvre de Heimlich consiste en la création d’une hyperpression brutale intra – trachéobronchique, cette hyperpression entraîne un déplacement de l’air contenu dans les voies aériennes suffisamment puissant pour expulser un CE vers la cavité buccale . La technique : sauveteur ,placé derrière le patient met les bras en ceinture et appuie l’un de ses poings avec la main controlatérale contre l’épigastre . Il enfonce le poing brusquement dans l’abdomen avec un mouvement rapide de bas en haut. -Cette manœuvre est réalisée en extrême urgence , elle est réservée à la situation d’asphyxie aigue ,elle peut être répéter 3 à4 fois en cas d’échec -Chez les femmes enceintes ou les sujet obèses, la compression peut se faire au niveau du thorax en plaçant les poings au milieu du sternum et en réalisant une brusque hyperpression d’avant en arrière -Chez l’enfant en asphyxie aiguë est positionné en décubitus ventral sur la cuisse du sauveteur . Ce dernier peut alors ,administrer de violentes claques dorsales
  • 20. L’endoscopie : La simple notion de syndrome de pénétration impose une endoscopie trachéo-bronchique. Trachéotomie : IL s’agit toujours d’une trachéotomie basse, Indiquée en cas d’asphyxie aigue : *Par un CE volumineux de la trachée avec spasme de la glotte et risque d’enclavement *Par oedème sous glottique le plus souvent secondaire à des tentatives d’extraction par voie externe : Doit être réservée aux échecs de l’endoscopie : CE enclavé associé à des lésions broncho-pulmonaires irréversibles l’idéal est de réaliser une bronchotomie
  • 21. -ATTITUDE THERAPEUTIQUE : 1-En milieu non médical Il faut faire la manoeuvre d'Heimlich. Le siège du coup doit être épigastrique et non latéralisé (risques de lésions hépatiques et spléniques). à réaliser en extrême urgence à domicile, réservée aux situation d’asphyxie aigue, elle est dangereuse lorsque le patient ne présente pas de détresse respiratoire aigue , le transfert à l’hôpital est alors préférable
  • 22. Chez le nouveau-né ou le petit enfant, on préfère la manoeuvre de Mofenson moins traumatisante au niveau du thorax. Il faut lui appuyer sur le ventre en maintenant une main à plat sur le dos, et maintenir la tête vers le bas après l'avoir posé à plat ventre sur l’avant-bras.
  • 23. Claque dorsale Le sujet étant couché sur le ventre, on surélève son bassin d’un bras glissé sous l’abdomen, de façon à incliner le tronc à environ 45° ; de la paume de l’autre main, on administre dans le dos, entre les omoplates, une série de claques vigoureuses. L’enfant peut être suspendu par les pieds et la force des claques doit être dosée.
  • 24. 2. En milieu médical non spécialisé Si l'état respiratoire d'un sujet qui a inhalé un corps étranger, soit d'emblée, soit secondairement, s'aggrave, il faut l'intuber. Si le corps étranger est sus-glottique, il sera mis en évidence au cours de l'exposition du larynx puis enlevé avec une pince (pince de Magil servant à l’intubation). S'il n'est pas visible, le corps étranger est sous-glotto-trachéal. On peut espérer le refouler dans une bronche souche et permettre une ventilation. Après amélioration de la ventilation, le patient sera immédiatement dirigé vers un service ORL où sera extrait le CE sous bronchoscopie au tube rigide. en cas d’échec trachéotomie la pince de Magil
  • 25. 3. En milieu spécialisé o Si l'enfant arrive en état d'asphyxie, l'endoscope rigide sera glissé par voie orale au travers du larynx sans anesthésie. o Si l'enfant n'est pas asphyxique, il faut réaliser une endoscopie. Si les conditions ventilatoires sont satisfaisantes, l'endoscopie peut être effectuée au tube souple. Mais en cas de corps étranger diagnostiqué et visualisé, il ne peut être enlevé qu'avec un tube rigide car optimise la sécurité de l'extraction sans risquer un blocage du corps étranger dans la trachée ou le larynx source d'asphyxie gravissime. dans de bonnes conditions : -Enfant à jeun, - Équipe entraînée, - Après une préparation par antibiotiques et corticoïdes si le CE semble d’origine végétale ou en place depuis longtemps. Si la sténose est trop importante, ou l'extraction risque de blesser la bronche, on préférera différer l'extraction de quelques jours le temps de réaliser un traitement antibiotique et corticoïde. On vérifie toujours les 2 arbres bronchiques après l'extraction afin de s'assurer qu'il n'y a pas d'autres fragments et pour faire l'état des lésions bronchiques en aval de la zone d'enclavement.
  • 26. Peut se pratiquer sous fibroscopie souple sous anesthésie locale sauf si le C E est volumineux ou s’accompagne d’une détresse respiratoire
  • 27.  Se pratique sous bronchoscopie rigide  sous anesthésie générale Ablation des CEB chez l’enfant
  • 28. - Exceptionnellement, l'extraction se révèle impossible par bronchoscopie, une bronchotomie par thoracotomie s'impose alors. -Après l'extraction, une surveillance de quelques jours en milieu hospitalier est nécessaire pour poursuivre une corticothérapie avec antibiothérapie systémique de quelques jours, tandis qu'une radiographie effectuée après l'examen et avant la sortie de l'enfant permettra de confirmer la normalisation totale des images pulmonaires. -Une deuxième endoscopie est nécessaire si le corps étranger était responsable d'inflammation localisée importante avec ou sans sténose
  • 29. X-Conclusion La prévention repose sur une information à 3 niveaux : - En milieu médical, des signes broncho pulmonaires non expliqués et qui se répètent doivent faire évoquer le diagnostic. - En milieu scolaire, la manoeuvre de libération des voies aériennes d’Heimlich doit être connue - En milieu familial, il faut s’abstenir de laisser à portée des petits enfants des cacahuètes ou dragées. Assister au syndrome de pénétration et en connaître sa valeur devrait faire adresser immédiatement l'enfant en milieu spécialisé. Cela permettrait d'éviter l'évolution vers les broncho-pneumopathies à répétition, avec leur gravité potentielle, leur risques de séquelles, voire de décès.