Des politiques basées sur despreuves     Florent Bédécarrats – CERISE              BistrO GRET              21 juin 2012
L’APD a été guidée par des modeschangeantes   Big push (1950’s)   Investissements de substitution aux    importation (19...
Pourquoi ce nouveau revirement ?   Convergence entre le « nouveau management public » et souci    d’efficacité de l’aide...
Une preuve exclusivement quantitative   Fondé sur le parallèle avec « l’evidence based    médecine » : privilégie l’épidé...
Exemples de mise en oeuvre   Exemples « classiques » :       Transferts sociaux (Progresa Mexique)       vermifuges    ...
Limites   Enjeu éthique: a-t-on le droit d’expérimenter sur des    personnes ?   Enjeu opérationnel: évaluation d’un pro...
Un chantier commun pour proposer unealternative à ces approches   Equipe plurielle CERISE-DIAL-RUME, autour de principes ...
Pour aller plus loin   Delarue Jocelyne, Naudet Jean-David, Sauvat Véronique, Les    évaluations sont-elles utiles ? Revu...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

BistrO juin 2012 - Des politiques basées sur des preuves

535 vues

Publié le

Florent Bédécarrats

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
535
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
96
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

BistrO juin 2012 - Des politiques basées sur des preuves

  1. 1. Des politiques basées sur despreuves Florent Bédécarrats – CERISE BistrO GRET 21 juin 2012
  2. 2. L’APD a été guidée par des modeschangeantes Big push (1950’s) Investissements de substitution aux importation (1960’s) Développement rural intégré (1970’s) Ajustement structurel (1980’s-1990’s) OMD (2000’s) Les evidence based policies émergent aujourd’hui comme un nouveau paradigme dominant
  3. 3. Pourquoi ce nouveau revirement ? Convergence entre le « nouveau management public » et souci d’efficacité de l’aide Remise en cause de la partialité des travaux scientifiques sur le développement (cf. evaluation du département recherche de la BM en 2006) Remise en cause de tout autre type de recherche : Cf. Rapport CGDEV (2006) When will we ever learn ? Duflo : « cela fait un demi-siècle qu’on dépense de l’argent dans les pays en développement, sans jamais vraiment se donner les moyens de vérifier si ça marche ou pas, comment et pourquoi » Fascination des élites pour l’économétrie Promotion par des acteurs impliqués dans la recherche (ex. JPAL) Mise en avant des « petits discours »
  4. 4. Une preuve exclusivement quantitative Fondé sur le parallèle avec « l’evidence based médecine » : privilégie l’épidémiologie au détriment de l’étiologie Focalisation des relations causales par la statistique plutôt que par la compréhension des chaînes causales Mise en avant des processus expérimentaux Dénigrement des autres approches méthodologiques ou vision secondaire et instrumentale Mise en place de processus ad-hoc et réseaux d’excellence (centres de recherche et de formation spécialisés)
  5. 5. Exemples de mise en oeuvre Exemples « classiques » :  Transferts sociaux (Progresa Mexique)  vermifuges  moustiquaire imprégnées  Contraception avec ou sans contrôle du mari SKY Cambodge: « étude de l’étude » par le GRET Autres contre-exemple en microfinance, cf. JPAL au Maroc ou avec l’ADIE en France. Conclusion de l’AFD: « quand on a un marteau, tout ressemble à un clou »
  6. 6. Limites Enjeu éthique: a-t-on le droit d’expérimenter sur des personnes ? Enjeu opérationnel: évaluation d’un programme avatar de programme. Quelle prise en compte de la qualité ? Enjeu pratique: recherches lourdes, longues et coûteuse Enjeu scientifique: quelle validité interne (les résultats sont- ils fiables ?) et externe (sont-ils généralisables ?) Enjeu heuristique: quid de la complexité ? Enjeu d’économie politique: vers la création d’une oligopole de l’enquête et du savoir ? Enjeux politiques: réserve aux savants une voix au chapitre dans la prise de décision
  7. 7. Un chantier commun pour proposer unealternative à ces approches Equipe plurielle CERISE-DIAL-RUME, autour de principes communs:  poser des questions pertinentes eu égard aux nécessités des acteurs + contexte d’intervention  construire une méthode ad hoc fondée sur la combinaison d’outils de collecte et analyse de données  faire en sorte que les résultats soient appropriés par les acteurs et leur permettent d’améliorer leur intervention Trois axes méthodologiques:  mettre la recherche au service de l’action,  allier le quantitatif au qualitatif  proposer des mécanismes novateurs de production et danalyse de données Piste d’un programme double:  Recherche appliquée (terrain à préciser)  Recherche fondamentale (capitalisation sur la méthode)
  8. 8. Pour aller plus loin Delarue Jocelyne, Naudet Jean-David, Sauvat Véronique, Les évaluations sont-elles utiles ? Revue de littérature sur « connaissances et décisions », Paris, Agence Française de Développement, Série Notes méthodologiques 3, oct. 2009. Labrousse Agnès, « Nouvelle économie du développement et essais cliniques randomisés : une mise en perspective d’un outil de preuve et de gouvernement », Revue de la régulation, 7(2), juin 2010, pp. 2–32. Laurent Catherine et al., « Pourquoi s’intéresser à la notion d’“evidence-based policy” ? », Tiers Monde, 200 (4), 2009, pp. 853–873. Savedoff William D., Levine Ruth, Birdsall Nancy (Éds.), When Will We Ever Learn? Improving Lives Through Impact Evaluation, Washington (D.C.), Center for Global Development, mai 2006.

×