Branches Info n°11 - 13 juin 2014

1 111 vues

Publié le

Le quinzomadaire des branches professionnelles. Mots-clés de cette semaine: SNCF, distribution directe, télécoms, agences de voyage, verre à la main, fédération professionnelle, fédération de la propreté

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 111
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
33
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Branches Info n°11 - 13 juin 2014

  1. 1. 1   BranchesInfoestunepublicationdeParménide Branches Info N°11 13juin2014 N°11   13  juin   2014   Sans  que  l’on  y  prenne  forcément   garde,  la  situation  sociale  se  tend  de   plus  en  plus  en  France,  notamment   sous  le  coup  du  respect  des   engagements  communautaires  de  la   France  qui  obligent  à  l’austérité,   mais  aussi  sous  l’effet  de   l’innovation  technologique  qui  fait   vaciller  les  certitudes  et  les  modèles   acquis.   Ainsi,  le  conflit  ouvert  entre  les  taxis   et  les  véhicules  «  hors  marché  »   mêle  à  la  fois  un  principe  d’égalité   face  à  la  réglementation  et  une   question  de  rentabilité  face  à   l’innovation.     Parallèlement,  les  autres  conflits  de   portée  nationale  fleurissent.   Toujours  dans  le  domaine  des   transports,  la  grève  à  la  SNCF  prend   un  mauvais  tour,  sur  fond  de  lutte   contre  l’alignement  de  notre   réglementation  sur  les  standards   européens.     La  question  des  intermittents  du   spectacle,  qui  exigent  une  révision   par  l’Etat  de  l’accord  négocié  par  les   partenaires  sociaux,  en  violation  des   principes  proclamés  en  matière  de   démocratie  sociale,  finit  d’illustrer  la   tension  grandissante  qui  parcourt  la   société  française.   Peut-­‐être  est-­‐ce  le  témoignage  d’un   basculement  qui  vient  de  se   produire  sur  la  société  française.   SNCF  :  la  première  secousse  après  la  loi  sur   la  démocratie  sociale   La  virulence  avec  laquelle  la  grève  à  la  SNCF  s’est  imposée  et  nourrie   mériterait  un  petit  temps  de  réflexion.  Face  au  bon  taux  de  suivi  à  la   base,  la  CGT  et  SUD  ont  décidé  de  capitaliser  sur  leur  succès,  et  de   pousser  au  pire  des  salariés  manifestement  en  situation  de  divorce  avec   les  objectifs  de  leur  entreprise.   Dans  ce  chaos  qui  se  prépare  ou  dont  l’ombre  commence  à  planer,  il  est   intéressant  de  noter  que  le  ministre  Cuvillier  a  utilisé  avec  beaucoup   d’astuce  une  arme  technique  qui  a  permis  de  diviser  la  CGT  et  Sud  :  la   création  d’un  comité  central  d’entreprise.  Ce  point  en  apparence   mineure  constitue  probablement  l’un  des  ressorts  importants  du  conflit   pour  la  CGT.     Le  poids  des  subventions  de  la  SNCF  à  la  CGT  est  en  effet  essentiel  pour   garantir  l’indépendance  et  le  rôle  majeur  des  Cheminots  au  sein  de  la   Confédération.  Le  comité  d’entreprise  de  la  SNCF  en  est  l’une  des   courroies  principales.  En  proposant  la  création  d’un  comité  unique   d’entreprise  (comme  aux  futures  trois  entités),  le  ministre  lâche  une   concession  essentielle,  qui  a  tout  de  suite  fait  son  petit  effet  :  la  CGT  a   commencé  à  mettre  de  l’eau  dans  son  vin.   Il  faut  probablement  voir  dans  cette  extrême  tension  sur  un  point  aussi   technique  un  effet  mal  mesuré  de  la  loi  de  mars  2014  sur  la  démocratie   sociale.  En  créant  un  grands  fonds  paritaire  pour  assurer  le   fonctionnement  des  organisations  syndicales,  qui  viendrait  en   substitution  des  autres  ressources,  me  gouvernement  a  de  fait  menacé   l’indépendance  d’un  grand  nombre  de  fédérations,  dont  certaines  à  la   CGT,  habituées  à  vivre  sous  des  perfusions  diverses.   Les  Cheminots,  qui  constituent  la  fédération  la  plus  puissante  et  la  plus   remuante  de  la  CGT,  ne  s’y  sont  pas  trompés  :    dans  l’hypothèse  où  leur   financement  propre  serait  marginalisé  au  profit  d’une  recentralisation   financière,  c’est  le  visage  entier  de  la  CGT  qui  changerait.  Une  hypothèse   difficile  à  admettre  pour  une  force  habituée  à  exister  par  elle-­‐même.   Pour  celle-­‐ci,  la  préservation  de  moyens  propres  est  donc  un  enjeu   essentiel,  bien  plus  important  que  n’importe  quel  autre  sujet  social.   La quinzaine sociale en bref
  2. 2. 2   BranchesInfoestunepublicationdeParménide Branches Info N°11 13juin2014 Protection sociale complémentaire Une  recommandation  évasive   L’étrange  accord  santé  de  la  distribution   directe  signé  le  31  janvier  2014   Le  31  janvier  2014,  la  distribution  directe  a  signé  un  étrange  accord  en   matière  de  santé.     Cette  branche  dont  le  code  IDCC  est  le  2372,  qui  compte  25.000  salariés   répartis  dans  150  entreprises,  compte  la  Poste  dans  ses  rangs,  ce  qui   explique  que  l’essentiel  des  salariés  y  travaillent.  Cette  particularité   explique  aussi  le  poids  qu’y  a  longtemps  exercé  la  Poste  :  le  syndicat  de  la   distribution  directe  (SDD),  patronal,  a  longtemps  été  présidé  par  une   représentante  de  la  poste,  avant  d’être  présidé  par  le  très  discret  Patrick   Schuster,  d’Adrexo.   Alors  que  la  plupart  des  branches  décidait  de  surseoir  à  leurs  négociations   en  attendant  que  le  gouvernement  publie  les  textes  d’application  de   l’ANI,  la  branche  de  la  distribution  directe  a  décidé  de  conclure  son   accord.  Il  faut  dire  qu’elle  avait  depuis  un  certain  temps  lancé  un  appel   d’offres  sur  la  place  et  qu’elle  avait  prévu  de  désigner  des  assureurs  pour   les  entreprises  de  la  branche.   Au  final,  l’accord  signé  ne  comporte  bien  évidemment  pas  de  désignation,   mais  il  ne  mentionne  même  aucune  recommandation.  D’où  le  sentiment   que  ce  texte  a  été  signé  dans  des  conditions  curieuses  où  les  partenaires   sociaux  sont  allés  plus  loin  que  la  loi.   L’accord  doit  entrer  en  vigueur  le  30  juin  2014.  Il  prévoit  des  garanties   minimales  à  offrir  dans  chaque  entreprise,  avec  deux  options  possibles  au   choix  du  salarié.  Dans  la  pratique,  les  garanties  offertes  par  la  formule  de   «  base  »  sont  modestes  et  correspondent  bien  à  la  logique  malthusienne     introduite  par  la  majorité  parlementaire.  Ainsi,  en  optique,  la  formule  de   base  prévoit  un  remboursement  de  100€  tous  les  deux  ans  pour  les   montures.  L’option  la  plus  avantageuse  permet  d’atteindre  120€  par  an  et   par  bénéficiaire.     L’accord  prévoit  également  de  s’aligner  sur  les  dispositions  en  matière  de   contrat  responsable.  Cette  particularité  ne  manque  pas  d’étonner  si  l’on   se  souvient  que  le  gouvernement  n’a  pas  encore  précisé  le  contenu  de  sa   réforme…  annoncée  depuis  près  d’un  an  maintenant.   Enfin,  dernière  originalité,  cet  accord  se  raccroche  de  façon  un  peu   acrobatique  à  la  définition  des  catégories  objectives,  en  rappelant  les   quelques  particularités  des  distributeurs  visés  par  la  convention   collective  :  à  temps  partiel,  sans  durée  fixe  de  travail,  avec  souvent  un   autre  emploi  ou  un  statut  de  retraité.     Cet  accord  ne  manquera  donc  pas  de  surprendre  par  son  relatif   empressement  dans  un  univers  globalement  «  en  panne  ».  Il  aurait  sans   doute  gagné  à  attendre  les  dispositions  que  le  gouvernement  prépare   pour  peaufiner  la  mise  en  place  de  l’ANI.   LA  DIRECTION  DE  BPCE   DEMANDENT  UNE  REVISION  DES   ACCORDS  SANTE   Conformément  aux  accords  signés   en  matière  de  prévoyance  et  de   santé,  la  direction  de  BPCE  a   proposé  aux  organisations   syndicales  une  révision  des   dispositions  conventionnelles.  BPCE   dispose  d’un  statut  spécifique  qui   lui  confère  une  existence  de   branche  en  tant  que  telle.   LES  AGENCES  DE  VOYAGE   REPOUSSENT  LEUR  ACCORD   SANTE   Engagées  depuis  plusieurs  mois,  les   discussions  pour  la  création  d’un   régime  de  santé  dans  les  agences   de  voyage  ont  connu  un  nouveau   coup  de  frein.  Alors  que  l’accord   devait  être  prêt  vers  le  mois  d’avril,   non  seulement  il  semble  enlisé,   mais  le  Syndicat  National  des   Agences  de  Voyage  annonce  son   intention  de  reporter  son   éventuelle  entrée  en  vigueur  au   courant  de  l’année  2015.  Au   passage,  le  courtier  conseil  (GEREP,   selon  nos  informations)  devrait   proposer  les  garanties  pour  le  mois   d’octobre.   ACCORD  PREVOYANCE  DANS  LA   BRANCHE  DU  VERRE  A  LA  MAIN   Le  2  juin  2014,  la  branche  du  verre  à   la  main  (IDCC  1821)  a  conclu  un   accord  en  matière  de  prévoyance.   Signé  à  l’unanimité  des   organisations  syndicales   représentatives,  il  recommande   Uniprévoyance,  institution  paritaire   qui  assure  notamment  le  régime  de   branche  de  l’enseignement  privé.     La  cotisation  s’élève  à  0,56%  du   salaire  défini  dans  l’accord.  
  3. 3. 3   BranchesInfoestunepublicationdeParménide Branches Info N°11 13juin2014 La vie des branches professionnelles LA  NEGOCIATION  FRAIS  DE  SANTE  DANS  LES   TELECOMS   La  branche  des  télécommunications  négocie  actuellement  son  accord   frais  de  santé  depuis  plus  de  deux  mois.  A  ce  stade,  plusieurs  points   émergent  des  discussions  et  continuent  à  bloquer.  La  couverture  du   conjoint  et  des  enfants  reste  facultative,  ce  qui  est  un  point  de  débat  pour   certains  syndicats  de  la  branche.  La  prise  en  charge  par  l’employeur  serait   fixée  à  55%.  Certains  salariés  à  temps  partiel  et  apprentis  seraient  exclus   du  dispositif.  Surtout,  les  garanties  offertes  au  niveau  de  la  branche   seraient  inférieures  aux  garanties  proposées  par  les  grands  acteurs  du   secteur.   TENSIONS  DANS  LES  INDUSTRIES  ELECTRIQUES   Du  côté  de  la  branche  IEG  (industries  électriques  et  gazières),  la  situation   est  également  marquée  par  une  forte  tension.  Les  discussions  actuelles   portent  sur  la  revalorisation  des  classifications.  Elles  interviennent  dans   un  climat  de  surenchère  syndicale  et  de  dérapages  ponctuels  dans  les   relations  avec  les  entreprises  de  la  branche.  La  réunion  paritaire  du  5  juin   2014  consacrée  à  ce  sujet  s’est  close  sur  un  constat  de  désaccord.     LE  TRAVAIL  TEMPORAIRE  NEGOCIE  LA   FORMATION  PROFESSIONNELLE  DE  LA  BRANCHE   Le  travail  temporaire  négocie  actuellement  un  accord  de  branche  sur  la   formation  professionnelle.  Les  employeurs  auraient  d’ores  et  déjà  lâchés   plusieurs  contreparties  importantes  :  maintien  de  l’investissement  global   pour  la  formation  2,15%,,  gestion  du  crédit  de  professionnalisation  au   niveau  branche  avec  un  dispositif  probable  d’abondement  de  branche,   possibilité  pour  le  FAF-­‐TT  de  gérer  la  taxe  d'apprentissage,  possibilité  de   maintenir  un  plan  de  formation  conventionnel.    ACCORD  SUR  LE  TEMPS  PARTIEL  DANS  LE  SPORT   COSMOS,  le  syndicat  patronal  du  sport,  a  négocié  deux  accords  de   branche  sur  le  temps  partiel.  Un  accord  (avenant  n°  87)  établit  une  durée   minimale  applicable  à  l’ensemble  des  salariés  –  hors  sportifs   professionnels  et  leurs  entraîneurs  –variant  de  2  à  10  heures  par   semaine  selon  le  nombre  de  jours  travaillés  dans  la  semaine  dans  chaque   entreprise.  Un    autre  accord  (avenant  n°  89)  maintient  à  17h30  la  durée   minimale  hebdomadaire  de  travail  pour  les  sportifs  professionnels  et   leurs  entraîneurs.  Cette  durée  est  portée  à  9  heures  pour  les  jeunes   sportifs  en  centre  de  formation  agréé.  Simultanément,  un  accord  sur   les  minima  de  salaires  a  également  été  signé.  Il  devrait  entrer  en  vigueur   le  1er  juillet  2014.     MAX  MASSA  ELU  PRESIDENT  DE   LA  FEDERATION  DE  LA  PROPRETE   A  l’occasion  de  son  congrès  tenu  à   Arcachon,  la  Fédération  de  la   propreté  a  élu  un  nouveau   président  :  Max  MASSA.  Cet   autodidacte,  titulaire  d'un  simple   CAP  est  devenu  en  2004  le   président  du  directoire  d'Onet,  le   numéro  1  français  du  secteur  avec   55  000  salariés  et  plus  d'1,5  milliard   d'euros  de  chiffres  d'affaires.     LA  FEBEA  CHANGE  DE   PRESIDENT   Patrick  O’Quin,  ancien  directeur  des   affaires  gouvernementales  du   groupe  Danone,  prendra  la  tête  de   la  Fédération  des  entreprises  de  la   beauté  (FEBEA)  le  1er  juillet   prochain.  Il  succède  à  Alain  Grangé-­‐ Cabane,  élu  Président  d’Honneur.   LA  FEGAPEI  REJOINT  L’UDES   L’Union  des  employeurs  de   l’économie  sociale  compte  un   nouvel  adhérent  :  la  Fédération  des   Associations  Gestionnaires  au   service  des  Personnes    Handicapées   et  Fragiles  (FEGAPEI).  Cette   Fédération  intervient   essentiellement  dans   l’hébergement  des  personnes   handicapées  et  fragiles.   LA  FNMI  DECIDE  SA   DISSOLUTION   La  Fédération  Nationale  des   Mutuelles  Intermédiaires,  proche   de  la  FNMF,  mais  qui  structurait  les   mutuelles  de  taille  intermédiaire,  a   décidé  sa  dissolution.  Elle  devrait   créer  une  association  de  services   commune  avec  la  FNMF  pour   assurer  une  présence  auprès  de  ses   anciens  adhérents.  
  4. 4. 4   BranchesInfoestunepublicationdeParménide Branches Info N°11 13juin2014   En bref   A  QUOI  RESSEMBLE  L’OUTIL  DE  GEOLOCALISATION  SUR  TRIPALIO   Comme  promis,  Tripalio  se  dote  d’un  outil  capable  d’identifier,  par  code   APE  ou  par  code  IDCC,  les  entreprises  sur  le  territoire.    Voici  un  exemple   de  la  géolocalisation  par  département  :           L’outil  permet  de  visualiser  très  facilement    la  répartition  des  entreprises   par  département.  Le  module  de  géolocalisation  individuelle  est  en  cours   de  construction.  Il  sera  très  prochainement  livré.    Grâce  à  l’outil  déjà   existant,    il  est  tout  à  fait  possible  d’estimer  le  potentiel  de  chaque   branche  ou  de  chaque  secteur  d’activité  dans  un  département  donné.   L’ACTUALITE  DE  TRIPALIO   Tripalio  est  une  base  de  données   sur  le  travail  et  la  convention   collective.  Elle  propose  des  Web   services  adaptables  selon  la   méthode  AGILE  à  la  demande  de   ses  utilisateurs.   TRIPALIO  COMPLETE  LES  CODES   NAF  ET  APE   Beaucoup  de  codes  NAF  sont   généralement  présentés  par  l’INSEE   comme  relevant  de  codes  IDCC   «  autres  ».  Tripalio  entreprend  de   réduire  ce  «  bruit  statistique  pour   obtenir  la  correspondance  la  plus   fine  possible  entre  les  deux   nomenclatures.  Les  informations   nouvelles  sont  d’ores  et  déjà   disponibles  sur  le  site.   L’ANNUAIRE  PATRONAL   COMMENCERA  PAR  LES  100   BRANCHES  LES  PLUS   NOMBREUSES   Tripalio  offrira  prochainement  en   Web  services  un  annuaire  patronal.   Celui-­‐ci  commencera  par  les  100   branches  les  plus  nombreuses   démographiquement.  D’ici  la  fin  de   l’année,  l’annuaire  sera  complet.   SOMMAIRE  :     <page  1>  SNCF  :  la  première  secousse  après  la  loi  sur  la  démocratie   sociale  <page  2>  l’étrange  accord  santé  de  la  distribution  directe  <page  3>   négociation  santé  dans  les  télécoms,  tensions  dans  les  industries   électriques,  Max  Massa  élu  président  de  la  fédération  de  la  propreté,   Patrick  O’Quin  président  de  la  FEBEA  <page  4>  la  géolocalisation  des   entreprises  par  code  APE  ou  IDCC  sur  Tripalio   L’EQUIPE  TRIPALIO   Eric  Verhaeghe  et  Kevin  Le  Jeune,   co-­‐fondateurs  de  Parménide   Bruno  Rivals,  rédacteur  des  lettres   de  veille  sur  la  dépendance  et  la   retraite   Fabrice  de  Korodi,  avocat  au   cabinet  spécialisé  en  assurance   Avens  

×