1IMPACT N°41 JANVIER 2014
STRATÉGIE ET PQR
C’EST FRAIS, C’EST BON,
C’ESTFRANÇAIS
Dans leur journal et sur les étals de poi...
2 IMPACT N° 41 JANVIER 2014
que je ne sais pas par quel bout
prendre, qui sentent fort, avec des
arêtes dont je me méfie, ...
ÇA BOUGE
3IMPACT N°41 JANVIER 2014
Nouvelle version
pour ladepeche.fr
De nouvelles fonctionnalités sont désor-
mais dispon...
4 IMPACT N° 41 JANVIER 2014
STABILO DATES
14 février 2013
Saint-Valentin
Aubade prend la parole lors
de la Saint-Valentin ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Newsletter Impact n°41

238 vues

Publié le

Découvrez la Newsletter Impact n°41 :
La stratégie de PAVILLON FRANCE en PQR 66, le score de la campagne SEPHORA, la rubrique "Ça bouge..." et la PQR d'Alain BARATON (Jardinier en chef du Domaine national du parc du château de Versailles, chroniqueur sur France Inter et écrivain).

Publié dans : Marketing
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
238
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
20
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Newsletter Impact n°41

  1. 1. 1IMPACT N°41 JANVIER 2014 STRATÉGIE ET PQR C’EST FRAIS, C’EST BON, C’ESTFRANÇAIS Dans leur journal et sur les étals de poissonnerie, les Français ont découvert Pavillon France. Qu’en est-il? Emmanuelle Sauvion Thiercelin : Dédiée aux consommateurs, Pavillon France est la face stratégique et visible de France Filière Pêche, dont elle émane, elle-même étant l’association 100 % privée à caractère interprofession- nel, née en 2010, qui rassemble l’ensemble des acteurs de la filière pêche française. Des producteurs, que sont les pêcheurs français, aux différents acteurs de la distribution - GMS et artisans poissonniers -, en passant par tous les métiers intermédiaires - mareyeurs, grossistes, transforma- teurs -, c’est toute une solidarité sectorielle qui se rapproche du consommateur avec Pavillon France. Objectif grand public: mieux faire connaître et valoriser les produits de la mer issus de la pêche sauvage maritime française (poissons, coquillages et crustacés), à savoir pêchés par un bateau battant pavillon français. Au service de l’ensemble des maillons de la chaîne, l’ADN de France Filière Pêche est donc très marqué par la finalité commerciale. Les enjeux ne manquent pas pour cette petite filière et pour la petite et jeune association que nous sommes, mais, avec un budget conséquent de 30 millions d’euros, l’ambition de la marque Pavillon France est de jouer tout de suite dans la cour des grands. Le lancement d’une telle marque sur un univers complè- tement vierge, c’est passionnant! Qu’en est-il donc de la cote d’amour des Français pour les produits de la pêche? E. S. T. : En France, on dit « je vais acheter du poisson», mais on ne dit pas «aujourd’hui, j’ai envie de merlu », ou de maquereau, de bar, de julienne, de saint- pierre, de langoustines ou encore de sardines! Le fait est que l’exceptionnelle richesse des produits qu’apporte la pêche française - la diversité de 200 espèces, qui sont autant de goûts à découvrir ! - ne rencontre pas l’attrait consommateur qu’elle mérite. La consommation s’en retrouve très stéréotypée et, sur le rayon frais, se resserre sur le trio saumon, cabillaud et crevettes (50 % de la consommation française), produits qui ne sont pas issus de la pêche maritime sous pavillon français. Les études font clairement ressortir une dichotomie, voire un paradoxe, entre ce qui est très positivement déclaré par les consom- mateurs et le comportement d’évitement au moment de l’acte d’achat. L’imaginaire associé à la mer fait rêver tout le monde : l’amour partagé des côtes françaises, les souvenirs de vacances, l’attrait des métiers de la mer et le respect voué aux pêcheurs. Les produits de la mer sont perçus et recon- nus comme typiquement frais, sains et aux qualités nutri- tionnelles indiscutables. Pourtant, on ne les consomme pas. Le passage à l’acte d’achat est plus que compliqué dans les comportements. Les consommateurs se détournent des étals de la poissonnerie. Ce blocage dans le passage à l’acte d’achat, comment s’explique-t-il? E. S. T.: Sur fond de méconnaissance des espèces et de perte du savoir-faire en cuisine, il y a cette idée fausse que le poisson est compliqué et long à cuisiner. «Qu’est-ce que je vais bien faire de ces produits frais, qui, certes, font du bien, mais que je ne connais pas, LE SCORE 78%D’IMPACT Annonceur: Sephora Dispositif PQR 66: 3x1 page Période: décembre 2013 Responsable annonceur: Emmanuelle Cartier Agence conseil: BETC Responsable agence conseil: Gaelle Gicqueau Agence média: KR Media ÇA BOUGE… Les news de la presse quotidienne régionale PAGE 3 MA PQR À MOI Alain Baraton parle avec l’accent PAGE 4 L’information a rendez-vous avec la communication JANVIER 2014 No 41 EMMANUELLE SAUVION THIERCELIN France Filière Pêche - Déléguée générale Aujourd’hui, j’ai envie de merlu! En 2010, l’ensemble de la filière professionnelle de la pêche maritime française a su se réunir autour d’une table pour créer France Filière Pêche. Il en est ressorti Pavillon France, cette jeune marque découverte dès 2012 en TV et en PQR 66. Emmanuelle Sauvion Thiercelin nous explique plus en profondeur comment nous allons bientôt nous surprendre à plus et mieux consommer poissons, coquillages et crustacés. Tous au barbecue. Pleine page parue les 19 et 27 juillet. Pêchés par un bateau battant pavillon français SUITE EN PAGE 2
  2. 2. 2 IMPACT N° 41 JANVIER 2014 que je ne sais pas par quel bout prendre, qui sentent fort, avec des arêtes dont je me méfie, que je trouve chers et que je ne sais pas comment cuisiner ? » À la fois d’image et comportementaux, ces freins sont souvent liés entre eux et s’additionnent. Les démêler et les lever, c’est toute la finalité stratégique assignée à Pavillon France, en tant que marque vouée à être au contact direct du grand public et du consommateur. Il y a aussi un autre frein latent, avec cette pression anti- pêche et anti-chalut des ONG, qui véhiculent cette idée que la pêche est anti-écologique en vidant les océans. Elles occupent le terrain médiatique à la place de la profession, jusqu’à interpeller le ministre. Elles oublient simplement que les pêcheurs français sont des professionnels de la mer, soucieux de respecter les mesures d’encadrement. Ils prennent en main leurs responsabilités, en étant eux- mêmes acteurs de ces mesures, qui vont dans leur inté- rêt. Ces aspects hors enjeux commerciaux représentent d’ailleurs les 2/3 du travail et des initiatives financières de France Filière Pêche… Sur quels fondements stratégiques et de moyens la marque Pavillon France s’établit-elle ? E. S. T. : L’étal du poissonnier échappant à toute sensi- bilisation produit et à tout marketing, il faut amorcer la demande. La marque Pavillon France doit être vue et repérée, et les produits de la pêche française doivent non seulement être identifiés sur les étals, mais aussi proposés et explicités ! La mission première de Pavillon France consiste en un travail d’apprentissage et de pédagogie. Le consommateur a besoin qu’on lui rappelle que la pêche française lui offre une extraordinaire diversité d’espèces et de plaisirs culinaires à découvrir, et que le poisson n’est ni si long ni si compliqué que cela à cuisiner. STRATÉGIE ET PQR VERBATIM En accompagnant concrètement le consommateur par la pédagogie, l’enjeu est de démystifier le poisson, de dédramatiser l’acte d’achat, pour enfin créer l’envie et débloquer les comportements de consommation. Pour cela, notre plan d’action est très complet. Le travail publicitaire fait en TV et PQR 66 construit l’image et la notoriété de la marque collective en installant sa vocation pédagogique et commerciale. Dans le même temps, nous développons, sur le terrain commercial, une politique puissante et originale de marke- ting opérationnel, avec des actions utiles destinées à tous nos adhérents de la grande distribution (lire ci-contre). Le site Internet pavillonfrance.fr invite le consommateur dans les coulisses de la filière et de ses métiers. Il propose un grand nombre de conseils pratiques illustrés, un cata- logue fourni d’idées recettes, un espace ludique dédié aux enfants… Y est même proposé le téléchargement du Coach Pavillon France, une application mobile qui guide le consommateur pour connaître et cuisiner les produits de la pêche française ! Vous avez découvert en 2012 le PQR 66. Que pouvez-vous nous en dire ? E. S. T. : Au démarrage de nos actions médias en télé, la PQR n’était pas forcément envisagée. Nous en avions mésestimé l’enjeu, avant de vite redresser le tir. L’impact de la PQR est très impor- tant pour nous, et nous en sommes très contents. En complémentarité de la télé, ces pleines pages rapprochent et enra- cinent nos messages dans le quotidien des gens. Média “frais”, lui aussi, le PQR 66 permet de travailler efficacement sur des dates emblématiques de consommation, comme le 1er avril, les brochettes de l’été, ou, récemment, les repas de fêtes de fin d’année. Qu’il s’agisse de nos cibles commerciales ou de nos cibles stratégiques et de conquête, notre ancrage est territorial, comme l’est la pêche elle-même. Il est notamment fonda- mental que tous nos partenaires de la filière - professionnels de la pêche et distributeurs - soient aux premières loges Méconnaissance des espèces, perte du savoir culinaire THIERRY SCHOTT Directeur commercial Rue de la Com « Qui n’aurait pas envie de défendre, à son niveau, la pêche française ? Il y a une vraie attente produit à révéler, sachant que c’est tout l’esprit et la vocation de l’équipe qu’il convient de transmettre au consommateur final. » « Encourager et faciliter la vente d’un tel produit pur et frais, qui, de plus, vient en résonance directe avec la valeur métier et l’emploi, c’est passionnant. Le marketing opérationnel prend son sens premier le plus noble. » « L’achat du poisson frais se fait aux deux tiers en GMS. Pour l’instant, c’est dans les grandes enseignes hyper et super que nous intervenons (4 000 points de vente THIERRY KERDILES Directeur général associé et Directeur de la création Publicis Activ Brest « Le principe de la création d’une marque commerciale était au cœur de notre recommandation stratégique. L’appellation Pavillon France et son logo font référence au monde des métiers de la mer. La communication peut ainsi s’installer en référence à une chaîne incarnée par tous les savoir-faire. C’est un engagement global de qualité porté par des métiers et des hommes. » « La mer n’est pas une usine de production. Il faut prendre la mesure de ce que représente le lancement d’une telle marque, qui porte devant le VERBATEAM parmi les 6 000 qui existent). Nous avons ouvert le feu en juillet et calons nos actions sur les temps forts de la politique média. » 9 000 journées d’animation « Notre plan d’action est puissant. Il engage le travail de trois agences d’animation spécialisées dans les produits frais : signalétique et théâtralisation des étals ; 9 000 journées d’animations pédagogiques, dont 5 000 animations culinaires “plancha” (les poissons de saison sont préparés et dégustés sur place) à échéance juillet 2014 ; et le travail important des ambassadeurs Pavillon France. Ils vont à la rencontre des animateurs, expliquent aux managers de rayons la démarche, prennent en compte leurs besoins pour planifier les événements et coller à la saisonnalité des produits, etc. Ils font ainsi remonter RÉSULTATS POST-TEST IFOP (Base campagne de juillet 2013. Chiffres Ifop.) Impact : 63 % Attribution spontanée : en construction, avec 22 % dès la 3e prise de parole PQR 66 Agrément à la campagne : un plébiscite avec un score de 85 % Incitation à l’achat : cette campagne donne envie D’ACHE- TER des produits de la mer Pavillon France pour : 59 % des interviewés (dont 20 % de “très envie”) ; 62 % sur cibles femmes, avec un pic à 77 % sur l’échantillon des villes de plus de 100 000 habitants. Attractivité : quand 82 % des lecteurs déclarent leur envie de mettre des produits de la pêche française à leurs menus, la campagne recueille le score de 59 % d’intentions d’achat. toutes les informations et besoins du terrain. C’est à partir de cela que je peux, tous les deux mois, présenter les plans d’action sur ces différents leviers. » « Il y a clairement une perception citoyenne de la marque. La générosité et l’authenticité de nos opérations sur le lieu de vente sont perçues. L’accueil des consommateurs, comme des professionnels de la distribution, est excellent. » « Entre la réception d’un matériel PLV, de fiches recettes, d’une action d’animation ou la visite de l’ambassadeur, il ne se passe pas un mois sans qu’un point de vente ne soit concerné par Pavillon France ! » « Sur les lieux de vente, nous intervenons en prolongeant la PQR, avec cette force de la relation directe de proximité. D’ailleurs, le journal est bien souvent dans le décor ! Le lien entre le journal local et la distribution, c’est d’une logique implacable ! » consommateur les enjeux d’une filière économique et ceux d’une grande marque alimentaire. Le rôle moteur de Gérard Higuinen, président de France Filière Pêche, a été déterminant, mobilisateur et fédérateur. » « Le poisson sauvage, c’est un produit frais d’une valeur extraordinaire, mais qui exige une démarche volontaire. Même si toutes ses vertus sont reconnues, c’est panique à bord en cuisine ! Le site Internet assure une fonction essentielle de guide : conseils culinaires, recettes par type de poisson… Un très gros travail qui n’a pas fini de s’enrichir. » Déjà près de 1 consommateur sur 2 connaît Pavillon France « Vous allez vous étonner est le concept de communication de la marque. Il est l’expression d’une vraie promesse au consommateur, positionné comme acteur. C’est lui-même qui est mis en position de pouvoir s’étonner et se surprendre. » « Avec 47 % de notoriété acquis en moins de deux ans de communication (TNS Sofres), tout démontre que la stratégie et le discours ont été compris des consommateurs avec justesse. Cette rapidité d’acquisition démontre un vrai assentiment du public. C’est plus qu’encourageant, et cela va permettre d’enrichir le discours assez vite, avec un effet d’entraînement. » « En PQR, c’est “là où cela se passe”, et on est aussi bien décodé par le citoyen que par le consommateur, en n’oubliant pas que le PQR 66 est le mass média vu et lu par toute la filière. » « LA PQR apporte une forte valeur. Tout comme le poisson, le journal est proche, quotidien, facile d’accès… C’est aussi un média très riche pour porter une relation et une saisonnalité, pour inscrire pleinement les produits de la mer dans des moments privilégiés ou des types de consommation, comme le barbecue de l’été… » Démystifier le poisson, dédramatiser l’acte d’achat CHIFFRES SALÉS 20 % seulement de la consommation des produits de la mer proviennent de la production française 35 kg consommés par habitant et par an 4 600 bateaux de pêche métropolitains 310 000 tonnes de pêche fraîche Source France Agrimer 19 500 emplois de marins- pêcheurs en métropole 38 criées réparties tout au long du littoral 4 600 emplois dans 295 entreprises de mareyage 7 475 emplois dans 2 900 poissonneries 6 500 rayons “marée” en grande distribution Des visuels pleine page, pour autant d’idées de consommation sur des périodes clés. Accédez au site pavillonfrance.fr de la démarche. Avec la PQR, ils peuvent découvrir et porter nos campagnes (qui sont les leurs ) dans leur propre environne- ment de proximité économique, citoyenne et commerciale. De même, parce qu’il est aussi question d’emploi et de sauvegarde d’une filière économique en France, la vocation éditoriale du journal d’information local est particulière- ment à même de sensibiliser et toucher les esprits, avec puissance, sur cette facette citoyenne des enjeux… À suivre, sachant que les scores obtenus dans les post- tests de campagne nous y encouragent ! Propos recueillis par Verbahuit, edechevigny@verbahuit.com
  3. 3. ÇA BOUGE 3IMPACT N°41 JANVIER 2014 Nouvelle version pour ladepeche.fr De nouvelles fonctionnalités sont désor- mais disponibles pour iPhone et iPad. Notamment, pour un meilleur confort de lecture, la mise en page s’adapte à l’écran de l’iPhone et à celui de l’iPad. Une vue synthétique et personnalisable des informations clés du moment est proposée par ville ou par département. Et, bien sûr, toutes les informations et les dernières dépêches sont tou- jours classées par rubriques: inter- nationales, nationales et régionales, sportives, etc. LA PROVENCE: LE SALON DE L’AUTO À MARSEILLE 12 ans après sa dernière édition, le Groupe La Provence, en partenariat avec le Conseil National des Professions de l’Automobile, a fait renaître pendant 4 jours le Salon de l’automobile à Marseille. Face au succès de l’opération, une deuxième édition est déjà programmée pour 2014. HORS SÉRIES CENTRE FRANCE La collection Secret, dont l’idée est de faire découvrir aux lecteurs leur ville (région ou département) sous des angles différents, méconnus et originaux, rencontre un franc succès. Le dernier-né, Mon Clermont secret, est disponible en points presse et sur www.centrefranceboutique.fr. LANCEMENT D’UN NOUVEAU MENSUEL: NICE MATIN MAGAZINE ET VAR MATIN MAGAZINE Le groupe Nice Matin lance Nice Matin Magazine et Var Matin Magazine, en kiosque le 1er samedi de chaque mois, et gratuits pour les abonnés. Le contenu régional s’articule en 3 chapitres: “Le zoom”, avec portraits et interviews, “Grand Angle”, avec des reportages et rencontres avec des personnalités, et, enfin, “Plaisir”, avec détentes, livres, sorties agenda, jeux et recettes… LES DNA, “PRODUCTEUR LOCAL DEPUIS 1877” Cette nouvelle campagne de communication vise à conforter les lecteurs fidèles du quotidien mais aussi à attirer l’attention des lecteurs et acheteurs potentiels, en véhiculant une image d’authenticité, de qualité et de proximité historique. LE COURRIER PICARD EN PICARD! Pour la 3e année consécutive, Le Courrier Picard s’affiche en picard, fait parler de lui et enregistre une progression de 5% sur les ventes au numéro! Audipresse Premium 2013 Les résultats de l’étude d’audience Premium lancée par Audi- presse et portant sur la lecture de la presse auprès des cadres, dirigeants, et des individus appartenant aux foyers français à hauts revenus, sont parus. En affichant une couverture mensuelle de ces publics de plus de 73%, soit une audience dédupliquée de 5749000 individus, les marques PQR 66, WEB 66 et MOB 66 confirment leur caractère de référence pour cette population des décideurs économiques et des Français à hauts revenus. Les résultats de l’étude sont disponibles sur pqr.fr. La Rép fête ses 20000 amis Pour marquer le cap de ses 20000 amis en décembre, La République des Pyrénées a organisé une journée spéciale sur Facebook: tous les membres de la communauté étaient invités, dès 7 h du matin, à partager la vie de la rédaction, à réagir à l’actualité, et à participer jusqu’au soir à la fabrication du journal. Le lendemain, La Rép version print ouvrait sur un dossier consacré aux réseaux sociaux et proposait, dans les principales séquences du journal, de nombreuses bulles illustrant les commentaires des socionautes. En décembre, larepubliquedespyrenees.fr a enregistré 1,5 million de visites, dont 20% issues d’une consultation mobile. Elle est également suivie par près de 5000 abonnés sur Twitter. Nouvelle version du site Internet Sud Ouest Cette nouvelle version responsive design offre un confort de lecture adapté à tous les supports (ordinateurs, tablettes, Smart- phones…) .Cette nouvelle mouture permet d’enrichir les nouvelles offres d’abonne- ment d’un espace exclusif. L’espace dédié aux abonnés donne accès à l’intégralité du contenu de la version papier, ainsi qu’à des contenus et des services exclusifs sélectionnés par la rédaction. Cette offre s’étoffera d’eBooks sur des thèmes variés: suppléments, contenus spécifiques, etc. Par ailleurs, le site accueille un fil live qui permet aux internautes de suivre l’actualité en direct sur toute la longueur de la page. Les DNA sur tablette À télécharger sur App Store ou Google Play, l’application DNA est optimisée pour l’utilisa- tion sur les tablettes sous Androïd et pour les Ipad. Principale innovation: une liseuse pour “pdf” permet de lire le journal avec la même présentation que le support papier, même hors connexion, après téléchargement. Bien sûr, la tablette permet de suivre toute l’actua- lité, alsacienne, nationale et internationale, en temps réel, et se prête particulièrement à la consultation de vidéos et diaporamas. En quelques clics, on peut partager des infos sur les réseaux sociaux et personnaliser le menu avec ses rubriques favorites. La Voix Médias devient régie publicitaire du groupe La Voix Le service publicitaire de La Voix du Nord devient La Voix Médias, régie publicitaire et entreprise filiale du Groupe La Voix. La régie commercialise l’ensemble des solutions de communication proposées par les médias du groupe en Nord-Pas-de-Calais: les trois quotidiens, La Voix des sports, les magazines, tous les sites Internet et chaînes thématiques associés, ainsi que la télévision (Wéo) et la radio (Contact). Un pôle dédié au digital est lancé et des solutions numériques sont développées. L’offre est à la fois fondée sur des innovations intégrées aux sites éditoriaux et sur le lancement de nouveaux services, comme la création de sites web sur mesure à moins de 1 400 euros. La création de la régie est également l’occasion de s’ouvrir à de nouveaux éditeurs ou à de nouvelles activités, comme le sponsoring sportif. La Dépêche du Midi enrichit son offre Dépêche Premium Le groupe Dépêche a lancé un flash info vidéo, qui vient renforcer l’offre de son site payant www.premium.ladepeche.fr, ouvert depuis un an. Désormais, les abonnés au site peuvent consulter un flash d’informa- tion quotidien de 6 minutes et une partie magazine avec des formats vidéo plus longs. La réalisation, le ton comme le choix des sujets se différencient d’un journal télévisé traditionnel. Ce flash info est accessible sur tous les supports: tablettes, Smartphones, ordinateurs. Partenariat Groupe Sud Ouest/ Google Le groupe Sud Ouest et Google ont conclu un accord permettant aux régies du groupe Sud Ouest Publicité et Midi Media de commercialiser des campagnes Adwords auprès des annonceurs locaux. Google accompagne le groupe dans la formation des équipes des régies qui proposeront aux annonceurs une solution commerciale adaptée à tous les supports.
  4. 4. 4 IMPACT N° 41 JANVIER 2014 STABILO DATES 14 février 2013 Saint-Valentin Aubade prend la parole lors de la Saint-Valentin pour sa 131e leçon et profite de l’événement pour offrir un cadeau aux valentines. 15 au 22 mars 2013 Semaine de l’Artisanat L’Artisanat interpelle les lecteurs au cours de la semaine qui lui est consacrée, pour leur faire découvrir tous les métiers qu’il offre en sa qualité de 1re entreprise de France. 29 au 31 mars 2013 Les Journées de l’Énergie RTE communique à l’occasion des Journées de l’Énergie sur son engagement dans la transition énergétique. Avec son offre ACCESS ÉVÉNEMENT, PQR 66 propose à tous les annonceurs un tarif exceptionnel de 178 K€ nets s’ils communiquent en pleine page quadri sur un événement calendaire. … Toutes les dates sur demande à votre régie. n n n n n n n n n n n n n J A N V I E R n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n F É V R I E R n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n M A R S n n n n n n n n n n n n n n n n EN DIRECTMA PQR À MOI SUR WWW.PQR.FR Votre PQR à vous, c’est où, c’est quand ? Je me déplace énormément en France, alors j’ai du mal à citer un journal plutôt qu’un autre. Avec ces échappées en régions - des conférences sur Versailles et l’histoire de ses jardins, sur André Le Nôtre ou des signatures de mes livres -, j’ai la chance d’être très souvent mis en avant dans la presse régionale. Je suis toujours surpris de l’impact, énorme : vous êtes dans des villages reculés de Savoie, d’Indre-et-Loire ou des Pyrénées, et vous voyez arriver un nombre considérable de gens, simplement parce que votre venue a été annoncée dans le journal. C’est très impressionnant. Quand on dit que les gens ne lisent plus, j’en doute avec la PQR ! Des anecdotes avec la PQR ? Bien sûr. Ce sont les anecdotes de la PQR que je préfère rete- nir, parce qu’elles ne sont jamais anecdotiques justement. La PQR a les pieds sur la même terre que ses lecteurs. Elle respecte tout de ce qui fait la région, en parlant avec des mots simples, avec son cœur et ses tripes, bien avant toute considération politique. Elle est agréable à lire, parce que la volonté d’informer est au centre, avec des faits utiles et authen- tiques, avec cet indispensable équilibre entre les bonnes et les mauvaises nouvelles. Mesures d’audience • One 2012/2013 Les tout derniers chiffres de l’étude unique de mesure d’audience de l’ensemble des familles de presse (magazines et quotidiens). Retrouvez notamment tous les chiffres du PQR 66, de la PQN, de la PQG et de la PHR (accès gratuit, réservé aux agences et annonceurs). Mesures d’audience sur cibles décideurs • Audipresse Premium 2013 Les résultats de l’étude d’audience de référence menée par Audipresse sur les cibles décideurs économiques et les Français à hauts revenus. PQR 66 et ses déclinaisons numériques sont la 1re marque identifiée pour parler à cette cible, avec 73 % de pénétration. • Les décideurs de la grande distribution (Ipsos). • Les décideurs des collectivités territoriales (Ipsos). Mesures de l’efficacité • Suivi Impact 66 : plus de 3 000 post-tests d’impact (Ifop). Base enrichie chaque année (IREP : “La persistance mémorielle” ; IREP 2009 : “Efficacité court terme et long terme”). • PQR-PRO : post-tests d’impact (TNS Sofres) sur la cible des décideurs en entreprise (IREP : “CAWI et décideurs”). • PQR-SCAN : post-tests sur les ventes, marchés-tests (Consoscan, Marketing Scan…). Autres infos sur www.pqr.fr Les Unes du jour chaque matin, les études, les standards d’impact, les tarifs, les diffusions, les événe­ ments, les contacts commerciaux, les créations… Accès libre et alertes. Contactez directement votre régie • Com  Quotidiens 01 55 38 21 11 • Quotidiens associés 01 53 75 78 20 Elle n’hésite pas à parler des courses cyclistes, des résultats du bac, à s’émerveiller de la florai- son naissante... Et puis, essentiel aujourd’hui, elle écoute et donne la parole aux gens normaux. C’est stupide de décorer madame Michu qui a œuvré pendant 40 ans à la cantine scolaire ? Eh bien non, ce n’est pas stupide, pas d’Histoire sans petites histoires. Derrière la fermeture d’une boulangerie, les conséquences peuvent êtres énormes ; derrière la mort d’un chat, il y a un enfant qui pleure (ce n’est pas de moi !). Ce qui est anecdotique pour l’un est une information majeure pour l’autre ; c’est cela vivre en société. En creux, des reproches vis-à-vis des médias nationaux ? Le politiquement correct et l’intel- lectualisme parisien gagnent les esprits comme le lierre sur un arbre. Les journalistes en viennent à sortir de leur rôle et j’ai souvent l’impression d’assister à des duels d’éditorialistes, à coups de plumes et de micros. Entre deux démen- tis, ils polémiquent à l’infini sur des choses qui, trop souvent, n’en valent absolument pas la peine. NKM qui fume... franchement, c’est grave “docteur Correct” ? Tout ce qui pourrait venir d’une pensée populaire est proscrit. C’est dément et inquiétant ce système qui dicte en permanence ce qu’il faut penser de telle ou telle info. Philippe Bouvard a dit : « Tous les êtres humains pensent, il n’y a que les intellectuels pour s’en vanter. » Je considère que la PQR fait aujourd’hui la fierté du monde journalistique. Alors qu’on consulte la presse nationale, on lit vraiment la PQR, parce qu’elle a su rester pleinement un média d’investigation et d’information... Dans 100 ans, l’historien qui travaillera sur notre époque ne se trompera pas de source ! Quelles infos y trouve le grand jardinier que vous êtes ? Il n’y a pas un journal de PQR où l’on ne parle d’un jardin, d’un parc en construction, de l’obtention d’une fleur... Moi qui dénonce les exactions commises en France avec les jardins massa- crés, les destructions d’espaces verts et les abattages d’arbres inconsidérés, c’est par la presse régionale que je l’apprends, et nulle part ailleurs. Dans mon livre La Haine de l’arbre, je cite 40 journalistes de la PQR dont je reprends les propos. La PQR se fait toujours l’écho de projets touchant l’environnement, parce que ça intéresse le lecteur d’y réfléchir et de pouvoir entrer dans le débat. Un petit slogan pour la PQR ? “On ne change pas.” Pourquoi vouloir toujours tout changer quand on excelle dans son poste, quand les choses font plaisir, gratifient les gens et embellissent le quotidien ? Il y a un plaisir à découvrir l’âme de chaque région, sa culture, son accent, ses plantes, son jour- nal. Respectons les saisons, les climats, les essences locales... Les oliviers, c’est dans le Sud, sinon ils gèlent. C’est absurde de plan- ter des palmiers à Dunkerque. Je suis tout autant régionaliste pour la presse que pour les plantes : laissons s’exprimer nos natures, laissons vivre les fleurs qui poussent naturellement sur nos pelouses. Propos recueillis par Emmanuel de Chevigny. edechevigny@verbahuit.com Pour tout contact avec la rédaction d’IMPACT PQR : 01 40 73 85 90 impact@spqr.fr Autres infos sur www.pqr.fr Printemps 20 mars 2014 Fête des grands mères 2 mars 2014 Journée de la femme 8 mars 2014 Saint-Valentin 14 février 2014 Chandeleur 2 février 2014 ©MarcChaumeil edechevigny@verbahuit.com-MaquetteLaDistillerie LA TERREDE SES LECTEURSAlain Baraton Jardinier en chef du Domaine national du parc du château de Versailles. Chroniqueur sur France Inter et écrivain.

×