Mes notes
Supervision MIRE BW / REALIZ
1) Quelques concepts à connaître
A. Signification historique de l’épisode
Parfois o...
Mes notes
C. Genèse de la structure de base
1ère
étape : Etat initial du Soi du petit enfant qui va opérer une
différencia...
Mes notes
3ème
étape : Structure de la personnalité, d’un Moi authentique qui ne
pourra que s’adapter ou se désadapter sel...
Mes notes
Un sujet avec un Moi en formation de lignée psychotique pourrait, au
moment de l’adolescence, quitter cette lign...
Mes notes
Synthèse
• L’angoisse profonde est centrée sur le morcellement, la
destruction, la mort par éclatement.
• Les mé...
Mes notes
3. Dans la struct schizo, le détachement et l’étrangeté des
sentiments sont en rapport avec l’aspect particulièr...
Mes notes
persécution :
o transformer par une négation de l’affect et un
retournement de la pulsion « celui que j’aime »
d...
Mes notes
C. La structure mélancolique / dépresive
Dans la « structure mélancolique », on retrouverait toutes les
organisa...
Mes notes
2.2) La lignée structurelle névrotique
Comme dans la lignée psychotique, la période de latence va opérer un
arrê...
Mes notes
6. Le principe de réalité l’emporte sur le principe de plaisir
7. La fantasmatisation correspond aux satisfactio...
Mes notes
obsessionnelle avec ses doutes, ses angoisses, ses luttes au
milieu des contraintes et des répétitions, ses hont...
Mes notes
On a tjs lié l’hystérie au symbolisme d’un organe génital féminin et à la
somatisation utérine.
Ex : Hippocrate ...
Mes notes
complètement réussi et il faut faire à d’autres mécanismes. Par
exemple, l’objet interne (les filles) est déplac...
Mes notes
Cette focalisation correspond à un déplacement sur une partie du
corps désignée pour sa valeur symbolique ou pou...
Mes notes
2.3) Les états limites
Le sujet subit un traumatisme psychique précoce.
Cela signifie qu’un fait de réalité du c...
Mes notes
A. Les aménagements caractériels
Les aménagements caractériels se détachent en direction de la lignée
névrotique...
Mes notes
« Perversions » de caractère
L’individu se défend des angoisses par la mise en scène des
défenses psychotiques a...
Mes notes
l’objet de la jouissance existe vraiment
Le manque s’inscrit mais est pris dans une mécanique spécifique qui
se ...
Mes notes
Pour faire réaction chez l’autre, le sujet fait montrer l’objet
Il provoque la peur, la fuite, l’angoisse : ce q...
Mes notes
Quelques notions importantes en guise de
réflexion pour la supervision
A. Le discours :
• il faut repérer ce que...
Mes notes
• Entendre ce discours (dépasser l’histoire répétitive, les plaintes, les
excuses…), c’est entendre ce à quoi la...
Mes notes
• Les choses ne s’accordent pas et donc il y a dysfonctionnement-
singulier qui bloque l’individu
• Le symptôme ...
Mes notes
• L’emploi est ce qui se joue au rapport à l’autre : notre aide est
donc un laboratoire de ce que va vivre l’ind...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Guide psychopathologie à l'usage des intervenants sociaux

375 vues

Publié le

Comment identifier une psychose, un état limite ou une névrose et comment aider la personne à mieux s'adapter aux réalités de la recherche d'emploi et/ou de l'insertion sociale? source : Bergerat / Ed Masson

Publié dans : Carrière
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
375
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
33
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Guide psychopathologie à l'usage des intervenants sociaux

  1. 1. Mes notes Supervision MIRE BW / REALIZ 1) Quelques concepts à connaître A. Signification historique de l’épisode Parfois on place l’étiquette de psychose ou névrose alors qu’on est en présence d’un état momentané de l’évolution d’une personnalité, or quand une étiquette est placée, il s’avère difficile de l’enlever par la suite. Exemple : PTCD, sépartaion, deuil…. B. Structure de la personnalité Un autre façon d’utiliser les qualificatifs de névrot et psychot est pour définir une structure de personnalité. Pour cela, il faut que la personnalité se trouve organisée de façon déjà stable et irréversible (mécanismes de défense peu variables, …)
  2. 2. Mes notes C. Genèse de la structure de base 1ère étape : Etat initial du Soi du petit enfant qui va opérer une différenciation progressive somato-psychique et aussi une distinction entre le Soi et le non-Soi. 2ème étape : Pré-organisation déterminée par les données héréditaires et par les expés objectales successives. Les relations aux parents et aux autres membres du contexte social et éducatif sont primordiales. Progressivement, le psychisme se cristallise selon un mode d’assemblage des ses éléments propres, les défenses s’organisent de façon de plus en plus stable, le Soi manoeuvre par touches successives, par mvts d’essais et de retrait pour faire face aux menaces internes (pulsions) ou externes (réalité).
  3. 3. Mes notes 3ème étape : Structure de la personnalité, d’un Moi authentique qui ne pourra que s’adapter ou se désadapter selon une ligne d’organisation inchangeable. Un sujet sera de structure psychotique ou névrotique. 2) Les grandes structures de base 2.1) La lignée structurelle psychotique Un SOI se préorganise très vite (trop), c-à-d au cours de la phase orale ou de la première partie de la phase anale. L’adolescence amènerait des possibilités évolutives multiples: tout peut à nouveau être remis en question.
  4. 4. Mes notes Un sujet avec un Moi en formation de lignée psychotique pourrait, au moment de l’adolescence, quitter cette lignée pour une lignée névrotique. Un chgt peut aussi avoir lieu suite à une expérience affective intense (rencontre amoureuse, travail…) La structure psychotique correspond à une défaillance de l’org° narcissique primaire des premiers instants de la vie. L’enfant ne parvient pas à être considéré comme un objet distinct de la mère-sujet. Cette relation fusionnelle à la mère sera sans cesse répétée sur le plan interperso par la suite.
  5. 5. Mes notes Synthèse • L’angoisse profonde est centrée sur le morcellement, la destruction, la mort par éclatement. • Les mécanismes de défense sont o la projection, o le clivage du Moi, o le déni de la réalité. • Ils provoquent la dépersonnalisation, le dédoublement de la personnalité, la déréalisation. A. La structure schizophrénique La structure schizo est la plus régressive. 1. La schizo entraîne une distorsion de la réalité où le schizo espère que c’est la réalité et non lui qui va changer pour lui permettre de satisfaire ses pulsions. 2. La mère de schizophrène doit être non slmt frustrante mais aussi toxique.
  6. 6. Mes notes 3. Dans la struct schizo, le détachement et l’étrangeté des sentiments sont en rapport avec l’aspect particulièrement archaïque d’un univers fantasmatique aussi luxuriant que régressif. 4. La mère de la famille est en général autoritaire, surprotectrice, anxieuse et culpabilisée. Les pères de famille ont moins de poids. B. La structure paranoïaque La struct parano correspond à une organisation psychotique du Moi fixé à une économie à prépondérance anale. 1. Elle constitue une position de repli devant un échec pour intégrer les apports du deuxième ss stade anal. Le sujet parano doit sans cesse se défendre contre la pénétration anale. 2. Etymologiquement, paranoïa signifie « celui qui a l’esprit tourné contre ». 3. Freud décrit en 3 étapes la façon dont le mécan paranoïaque traite la pulsion libidinale pour en arriver au sentiment de
  7. 7. Mes notes persécution : o transformer par une négation de l’affect et un retournement de la pulsion « celui que j’aime » devient « non je le hais, je ne l’aime pas » o transfomer le « je le hais » en « c’est lui qui me hais » o ce sentiment devient conscient et traité comme un perception externe motivant la position la position affective définitive « puisqu’il me hais, je le hais » 4. Pour les sujets paranos, il est difficile d’appréhender plus d’une seule idée ou un seul objet à la fois. Elle manifeste un système linéaire de pensée : une seule idée à la fois mais une idée ferme 5. Le sentiment de persécution est généralisé. 6. Le hasard, la surprise, l’imprévu ne sont pas admis dans l’univers structurel paranoïaque. Il préfère reposer tout sur la logique et la loi. 7. Pour le parano, les parents forment svt des couples inversés avec une apparence de domination paternelle qui masque l’autorité maternelle.
  8. 8. Mes notes C. La structure mélancolique / dépresive Dans la « structure mélancolique », on retrouverait toutes les organisations dépressives ou maniaques réactionnelles de type véritablement introjectif et psychotique. 1. Les travaux pychanalytiques ne séparent pas l’étude des mécan maniaques de celle du mécan mélancolique. 2. Dans la mélancolie, le sujet en arrive à se nier lui-même comme sujet propre. 3. On peut rapprocher les mécanismes du deuil de ceux de la mélancolie : il y a perte d’objet dans les deux cas. 4. Dans la mélancolie, le sujet perd un objet, il a de l’hostilité envers l’objet perdu et cette hostilité se retourne contre le sujet ce qui provoque une régression orale et anale et une régression narcissique intense du Moi. 5. Pour Rado, le mécanisme mélancolique serait une demande désespérée d’amour,
  9. 9. Mes notes 2.2) La lignée structurelle névrotique Comme dans la lignée psychotique, la période de latence va opérer un arrêt momentané de l’évolution structurelle : pas de dvlpt libidinal particulier. Pdt l’adolescence, remise en q du maintien dans la lignée structurelle originelle. Il est possible que si les conflits int et ext se manifestent de façon trop intense au moment de l’adolescence, un sujet passe d’une lignée névrot à une lignée psychotique. 1. Au sein de la lignée structurelle, on rencontre la structure obsessionnelle et le structure hystérique. 2. Cette lignée est caractérisée par l’organisation de la personnalité sous le primat du génital. 3. Le Surmoi (qui n’apparaît qu’après l’Œdipe) n’entre en cpte que ds les structures névrotiques. 4. L’angoisse de castration spécifie la lignée névrotique 5. La relation d’objet se réalise sur le mode proximale de l’objet
  10. 10. Mes notes 6. Le principe de réalité l’emporte sur le principe de plaisir 7. La fantasmatisation correspond aux satisfactions pulsionnelles hallucinatoires interdites par le Surmoi 8. La relation aux parents a été élaborée sur une base triangulaire et sexuelle fondamentale A. La structure obsessionnelle Le mécanisme obsessionnel reste discret tant que la structure obsessionnelle demeure compensée ds les limites des comportements ordinaires de la vie. En cas de réactivation vive du conflit oedipien, ce mécanisme donnera naissance à une névrose obsessionnelle classique. 1. Dans son action, le refoulement se fait aider par l’isolation et le déplacement. Conjointement, ils réussissent à maintenir le sujet en dehors de conflits importants. 2. Il y a qd même qqs éléments refoulés qui franchissent la censure mais s’il y en a trop, on est conduit à une décompensation morbide de la structure obsessionnelle, c-à-d à la « névrose
  11. 11. Mes notes obsessionnelle avec ses doutes, ses angoisses, ses luttes au milieu des contraintes et des répétitions, ses hontes et ses rituels. 3. Le rôle primordial du Surmoi dans une organisation obsessionnelle de mode névrotique 4. Et être tjs proche de la réalité. 5. La vie fantasmatique est pauvre, le but réel est de conserver à ce prix un investissement objectal, une cert quantité de libido et de droit à la vie. 6. Le langage est marqué par la rigidité svt masquée derrière une apparence réservée et modeste et est de style net et parcimonieux. 7. En réalité, il demeure coloré de reproches et de sécheresse affective. Style administratif avec des formules toutes faites, évitant le contact perso. B. La structure hystérique Elle est le maillon le plus élaboré en direction de la maturité.
  12. 12. Mes notes On a tjs lié l’hystérie au symbolisme d’un organe génital féminin et à la somatisation utérine. Ex : Hippocrate localise son siège ds l’utérus. 1. Les investissements objectaux sont facilement mobiles, variables, multiples 2. La caractéristique principale est la force de la composante érotique qui domine tous les aspects de la vie de l’hystérique et de ses expés relationnelles. 3. « Elle » est celle qui possède ce qui va sauver le père tout en le mettant à distance. C. La structure hystérique d’angoisse 1. La relation d’objet demeure proximale 2. un écran phobique entre le sujet et l’objet pour éviter le contact avec l’objet représentatif. 3. Le mécan principal reste le refoulement : il n’est pas
  13. 13. Mes notes complètement réussi et il faut faire à d’autres mécanismes. Par exemple, l’objet interne (les filles) est déplacé sur un objet externe moins évident (les rues) et à tout cela s’ajoute un évitement : phobie des rues 4. L’angoisse de castration : angoisse de voir la pensée se réaliser. Pour cela, la pensée est déplacée sur l’élément de défense phobique. 5. Identification aux parents difficile et ambiguë : ils opèrent sur l’enfant une excitation et une interdiction sexuelles et l’enfant ne sait plus cmt concilier provocations et interdits. 6. L’attitude générale des mvts pulsionnels ambivalents est incohérente par opposition à la rigidité affective de l’obsessionnel 7. L’hystérophob recherche constemment un objet sexuel. D. La structure hystérique de conversion Les représ° amoureuses sont plus interdites donc plus coupables.
  14. 14. Mes notes Cette focalisation correspond à un déplacement sur une partie du corps désignée pour sa valeur symbolique ou pour son investissement érogène La relation aux parents est marquée par une séparation + nette des rôles : l’excitation vient du parent du sexe opposé l’interdiction vient du parent du même sexe L’érotisation et la réponse du Surmoi sont intenses, les fantasmes de réalisation tjs inquiets et incomplets. Le langage est utilisé en vue de la séduction directe de l’objet. Le sujet utilise emphase et richesse apparente dans le maniement des mots. L’expressivité est accrue, les formules remarquables.
  15. 15. Mes notes 2.3) Les états limites Le sujet subit un traumatisme psychique précoce. Cela signifie qu’un fait de réalité du contexte est ressenti par le sujet comme une frustration très vive, un risque de perte d’objet Ex : tentative de séduction sexuelle réelle de la part d’un adulte L’enfant est incapable de négocier une relation triangulaire et génitale car il est entré trop brutalement dans une situation oedipienne à laquelle il n’était pas du tout préparé. Ce premier trauma affectif va stopper l’évolution libidinale ultérieure du sujet : une pseudo-latence plus précoce et plus durable que la latence normale s’installe. Le tronc commun des états limites est ce blocage évolutif de la maturité dans l’ambiguïté des deux struct pour le Moi : • angoisse de tomber dans le morcellement psychotique >< envie de défenses + solides • angoisse et envie de la génitalité névrotique et des plaisirs qu’elle pourrait procurer
  16. 16. Mes notes A. Les aménagements caractériels Les aménagements caractériels se détachent en direction de la lignée névrotique. • Ils naissent qd l’angoisse dépressive arrive à être rejetée et maintenue vers l’extérieur. • Ce maintien de l’angoisse à l’extérieur du Moi demande une grande dépense d’énergie. • Il faut que les formations réactionnelles soient réussies et entretenues sans cesse pour ne pas voir réapparaître l’angoisse à l’intérieur du Moi. Selon Racamier, il y a 3 « maladies du caractère » : « Névroses » de caractère Elles n’ont pas le statut structurel névrotique. Leur angoisse demeure prédépressive et de perte d’objet. « Psychoses » de caractère Elles s’articulent autour des défenses psychotiques. Les angoisses sont plus violente et donc les mécanismes ractioneles également.
  17. 17. Mes notes « Perversions » de caractère L’individu se défend des angoisses par la mise en scène des défenses psychotiques au travers des mécanismes névrotiques. B. La perversion Tout comme dans la névrose, le nom du père s’inscrit au centre de la perversion. On constate que c’est relativement rare que des pervers viennent consulter car la perversion constitue une position subjective des réponses à l’autre, position qui ne pose généralement pas problème pour le sujet (mais plutôt pour l’autre) • Le sujet pour lequel le manque du père est inscrit, manque sur lequel il s’appuie constemment • la solution est le refoulement qui constitue un mécanisme de défense (idem déni) • La castration est inscrite mais déniée par le sujet • Ce qui est déni, c’est l’objet comme manquant • Cela fait retour dans le cadre du scénario pervers, comme si
  18. 18. Mes notes l’objet de la jouissance existe vraiment Le manque s’inscrit mais est pris dans une mécanique spécifique qui se rapporte à l’angoisse, la souffrance. Une hypothèse de travail est de faire usage de la coupure. En effet, le sujet est pris dans une dynamique où il va par exemple rapporter les détails « croustillant » de cet activité sexuelle (du scénario pervers) dont le but est de faire provoquer quelque chose, une réaction chez le psy. La coupure est alors là pour dire : « faisons autre chose » et surtout pour dire « on n’est pas là pour ça ». Il y a alors un espace qui s’ouvre pour le sujet, où il peut se poser des questions (par exemple : pq je suis là ?). L’usage de la coupure entraîne le risque de faire vaciller les points d’appui du sujet qui permettent l’inscription dans le relationnel. Exemple : l’exhibitionnisme L’exhibitionnisme constitue quelque chose de l’ordre de faire voir cet objet du monde différent des autres objets
  19. 19. Mes notes Pour faire réaction chez l’autre, le sujet fait montrer l’objet Il provoque la peur, la fuite, l’angoisse : ce qui montre que l’autre s’y intéresse, car si le sujet pervers n’avait pas montré cet objet là précisément (et pas un autre), cela n’aurait pas eu le même effet En montrant cet objet, il pense permettre la jouissance de l’autre Un risque avec la perversion est qu’on se méfie de ce que le sujet pervers peut provoquer chez nous, en rapport avec nos propres fantasmes, réactions, émois.
  20. 20. Mes notes Quelques notions importantes en guise de réflexion pour la supervision A. Le discours : • il faut repérer ce que dit la personne que vous aidez • Il faut mettre l’accent sur la présence dans le discours d’une modalité de traitement et de repérer cette tentative de traitement par le sujet afin de supporter l’insupportable. o Ëtre sans emploi o Quelle solution o Ce que je mets en route o Ce qui bloque…. o Ce qui est injuste ou incompréhensible • Après avoir mis le doigt sur la modalité de traitement mise en place par le sujet, il faut proposer d’autres modalités de traitement, alternatif au déni, à l’agressivité voire au passage à l’acte.
  21. 21. Mes notes • Entendre ce discours (dépasser l’histoire répétitive, les plaintes, les excuses…), c’est entendre ce à quoi la personne est confrontée, et ainsi permet de voir quel mode de traitement elle utilise B. La dimension de la parole • Elle est centrale pour l’aide à l’emploi • Elle est prise dans sa dimension d’acte : trouver un job, écrire, se défendre à l’entretien… • L’aidant social doit repérer quand parfois parler ne fait pas du bien. C. Ses fonctions • Pulsionnelle, de désir et de plaisir de parler, de se présenter, de se vendre (comme un objet ) • La question est sur la volonté de l’autre (celui qui décide de « me prendre » avec lui) D. Les symptômes sociaux • Le symptôme est de l’ordre d’un bricolage
  22. 22. Mes notes • Les choses ne s’accordent pas et donc il y a dysfonctionnement- singulier qui bloque l’individu • Le symptôme est ce qui fait avancer le sujet et le fait fonctionner dans ses échecs / dans sa réussite aussi • Il y a autant de symptôme qu’il y a de personnes. • Les comportements témoignent aussi d’un travail du sujet d’ « auto- thérapie » ; elles correspondent à des tentatives de reconstruction et sont là comme une défense. A UTILISER ! • Ces solutions symptomatiques sont toujours de l’ordre de l’invention, de solution singulière. E. L’individu en recherche d’emploi • Un individu est une entité ayant différentes caractéristiques (pas simple, pas de caricature… complexe et riche) • Le sujet est toujours divisé ; il ne s’attrape pas comme tel. Mais l’aider c’est aussi le comprendre
  23. 23. Mes notes • L’emploi est ce qui se joue au rapport à l’autre : notre aide est donc un laboratoire de ce que va vivre l’individu en entretien ou au boulot F. Le « Yes ! » • Les conditions pour que ce soit possible sont : - Le cadre - Les outils - L’acceptation du réel - La capacité de mentalisation (penser, réflechir, visualiser, se motiver, …) - La demande - Et … Il faut rendre l’ambiance suffisamment respirable pour permettre au sujet de s’en sortir et d’ouvrir des possibilités

×