À propos du projet

509 vues

Publié le

À propos du projet

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
509
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
284
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

À propos du projet

  1. 1. Enquête qualitative sur l’expérience et l’adaptation professionnelle du travailleur social migrant à la réalité du travail social au Canada Annie Pullen-Sansfaçon, Marion Brown, Stéphanie Éthier, Alice Gérard Tétreault, Amy Fulton, Audrey-Anne Dumais Michaud, Kate Materson, John Graham Conférence de partage des connaissances, 7 novembre 2014
  2. 2. Vue d’ensemble: Mobilité transnationale • Un phénomène de plus en plus important, mondialement – Les travailleurs sociaux font partie de cette tendance • Un nombre de projets de recherche publiés récemment examine les défis et les avantages à employer des travailleurs sociaux étrangers et/ou les former en fonction des besoins pour se préparer à la pratique en contexte étranger (voir listes des ouvrages dans la référence) • Pourtant, peu de connaissances sont actuellement disponibles en lien avec l’expérience des travailleurs sociaux formés à l’étranger, et particulièrement: – Les défis auxquels ils sont confrontés durant la recherche d’emploi; – Les processus de reconnaissance des acquis et d’adaptation; – Comment se transfèrent les connaissances et les expériences d’un contexte à un autre
  3. 3. Contexte canadien de l’immigration • Population = 35 millions d’habitants • un système fédéral de gouvernance dans le cadre duquel le gouvernement national se fixe une fourchette cible annuelle allant de 240 000 à 265 000 nouveaux arrivants (Citoyenneté et Immigration Canada, 2013b). • Les travailleurs sociaux formés à l’étranger figurent sur la liste de professionnels recherchés; le domaine du travail social est considéré comme offrant de bonnes perspectives d’emploi (Service Canada 2013). • Les nouveaux arrivants formés à l’étranger qui souhaitent travailler comme travailleurs sociaux doivent: – d’abord faire évaluer leurs diplômes par un organisme compétent – puis demander un permis de travailler social auprès de leur association ou ordre provincial (Pullen-Sansfaçon et coll., 2012a; Ngo & Este, 2006). • L’élaboration de normes pancanadiennes de reconnaissance des diplômes est en cours (Fang, 2012).
  4. 4. Que savons-nous de l’adaptation réussie des travailleurs migrants? • Une importante variable explicative de l’adaptation professionnelle réussie est la possibilité de transférer les standards d’un pays à un autre. (Remennick 2003) • Tensions principales: – Est ce que le travail social fait intervenir des connaissances comparables d’un pays à l’autre et ne présente qu’un degré moyen de dépendance culturelle? (Remmenick 2003) – Est ce que le travail social est étroitement lié à la culture et à la région où on l’exerce? (Beecher et al, 2010; Gray, 2005, Spolander et al2012). – Le travail social peut-il se transférer d’un pays à un autre?
  5. 5. Questions de recherche • Quelle incidence l’expérience et la formation en travail social dans un pays ont-elles sur les perspectives et l’expérience des travailleurs sociaux une fois au Canada? • De quelle nature est l’adaptation professionnelle des travailleurs sociaux dans le contexte d’un nouvel emploi dans un nouveau pays? – Adaptation au travail; – Changement de perceptions quant aux rôles et aux tâches; – Évolution de l’identité professionnelle du travailleur social; – Interactions dans les contextes de travail avec la clientèle, les collègues et les organismes. • Quels sont les défis et les avantages, tels que se les représentent la clientèle, les employeurs et les décideurs, en ce qui concerne l’intégration de travailleurs sociaux migrants?
  6. 6. Méthodologie - théorisation ancrée • Théorisation ancrée – Lorsque peu de connaissances existent sur le sujet ou le phénomène à l’étude – Travail s’effectue sans imposer les théorie existantes aux données émergentes • Théorie à base empirique : une approche inductive utilisée pour l’élaboration d’une compréhension théorique de processus sociaux complexes (Whiteside et coll., 2012: 504). • L’objectif de la méthodologie en théorisation ancrée est d’élaborer une théorie fondée sur l’expérience des participants (Whiteside et coll., 2012: 505).
  7. 7. Critères de participation • Être établi dans l’une des trois régions étudiées; • Avoir fait formellement reconnaître ses diplômes en travail social; • Être officiellement inscrit auprès de l’ordre professionnel des travailleurs sociaux de sa province; • Être arrivé au Canada après 2002.
  8. 8. Recrutement • Des lettres et des courriels ciblés ont été distribués au nom de l’équipe de chercheurs par les ordres professionnels de travailleurs sociaux en Nouvelle-Écosse, en Alberta et au Québec. • Les personnes intéressées ont répondu aux communications qui leur étaient envoyées directement par les chercheurs. Ces derniers ont vérifié que les participants respectaient bel et bien les critères de participation à l’étude. • La méthode de sondage « en boule de neige » a également été utilisée.
  9. 9. Cueillette de données • 3 vagues de cueillette de données: – La première vague d’entrevues visait 15 travailleurs sociaux formés à l’étranger – soit 5 à Montréal, 5 à Calgary et 5 à Halifax – sur leur expérience avant d’immigrer, la façon dont ils ont vécu l’immigration, la reconnaissance de leurs diplômes, l’autorisation d’exercer et leur adaptation professionnelle. – Les entrevues des deuxième et troisième vagues ont été conçues en fonction des données recueillies lors de la vague précédente.
  10. 10. Cueillette de donnée • Entretiens individuels, en profondeur, enregistrés et transcrits • Données ramassées sur 4 ans – total de 66 entrevues Participants Vague / cibles Maritimes Montréal Calgary Vague 1: 5 par site 5 5 5 Vague 2: 12 par site 7 12 12 Vague 3: 8 par site 6 8 5
  11. 11. Cueillette de données Calgary, et au-delà en Alberta Montréal Toutes les provinces maritimes
  12. 12. Caractéristiques des participants • Les travailleurs sociaux migrants forment un groupe hétérogène. • Ils proviennent de 21 pays différents • Leur expérience de la migration varie grandement. De nombreux facteurs dynamiques influencent l’expérience de la migration, y compris le genre, l’origine ethnique, la langue, la culture. • Les raisons de la migration étaient: – personnelles (curiosité, désir de quitter son pays, économiques) – relationnelles (pour accompagner son conjoint) – professionnelles (pour acquérir de nouvelles connaissances).
  13. 13. 10 8 12 5 Pays d’origine des participants France (12), États-Unis (10), Royaume-Uni (8), Inde (5), Roumanie (5), Ukraine (5), Liban (4), Allemagne (2), Colombie (2), Espagne (1), Venezuela (1), Israël (1), Pays- Bas (1), Australie (1), République tchèque (1), Finlande (1), Afrique du Sud (1), Brésil (1), Nouvelle-Zélande (1), Philippines (1), Pakistan (1), Libéria (1).
  14. 14. Travailler dans deux langues • Les entrevues se sont déroulées en anglais ou en français selon la préférence et l’emplacement géographique du participant. • Toutes les entrevues ont été enregistrées puis transcrites mot à mot. • Les entrevues en français ont été transcrites dans leur langue d’origine puis codées en anglais, puisque l’anglais était la langue commune à tous les chercheurs de l’équipe. • Lorsque des extraits anglais ont été utilisés aux fins de présentation ou de dissémination de résultats, ils ont été traduits vers le français, et vice versa.
  15. 15. Analyse des données • Les données ont été analysées au moyen de NVIVO et d’un processus de codage en équipe assuré par les chercheurs et assistants de recherche comprenant les deux langues. • Les codes et les catégories émergents ont fait l’objet de discussions approfondies dans les différents sites de recherche afin d’en arriver à une validité interne. • Le document final a ensuite été analysé pour en tirer la théorie et les conclusions présentées aujourd’hui.
  16. 16. Conférence de partage des connaissances: objectifs de la journée La conférence de partage des connaissances a pour but: • d’offrir un espace pour les échanges ouverts sur l’adaptation professionnelle des travailleurs sociaux formés à l’étranger. • d’explorer les stratégies pour favoriser une meilleure adaptation professionnelle des travailleurs sociaux immigrants. • De parfaire notre compréhension des façons par lesquelles les expériences professionnelles et la formation des travailleurs sociaux affecte leur pratique au Canada, et développer des connaissances sur l’expérience et les processus entourant l’adaptation aux nouveaux contextes de pratique. • d’orienter les politiques et recherches futures Pourquoi nous vous avons demandé de remplir un formulaire de consentement?
  17. 17. Déroulement • Tout au long de la journée, vous assisterez à 4 courtes présentations sur les thèmes suivants: – Immigration et reconnaissance des acquis – Transfert des connaissances – Processus d’adaptation des travailleurs sociaux immigrants – La langue et l’adaptation professionnelle des travailleurs sociaux au Québec • Après chacune des présentations, nous vous inviterons à réfléchir, en petit groupe, à un nombre de questions, en lien avec le sujet discuté. Une assistante de recherche vous aidera avec la prise de notes. • Après la discussion en petit groupe, nous ferons un retour en grand groupe pour mettre en commun les idées discutées.
  18. 18. • Attention: il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse! • Nous voulons simplement obtenir 1) une rétroaction sur les données accumulées depuis les 3 dernières années, 2) des impressions, commentaires et pistes de solutions des différents groupes présents. • Il se peut que pour certaines questions, vous ayez plus à dire et que pour d’autres, un peu moins. • Votre participation à ces discussions est entièrement volontaire.
  19. 19. Dites nous comment ça se passe chez vous! • Tout au long de la journée, vous êtes invités à laisser des notes, idées et commentaires sur les papiers à cet effet!
  20. 20. Horaire de la journée
  21. 21. Références Bartley, A., Beddoe, L., Fouche, C. & Harington, P. (2012). Transnational social workers: Making the profession a transnational professional space. International Journal of Population Research, vol. 2012, 1-11. Beddoe, L. & Fouche, C. (2014). ‘Kiwis on the Move’: New Zealand social worker’s experience of practising abroad. British Journal of Social Work, 44(supp. 1), i193-i208. Beecher B., Eggertsen, L., Reeves, B.J., & Furuto, S. (2010). International student views about transferability in social work education and practice. International Social Work, 53(2), 203–216. Citizenship and Immigration Canada (2013). Foreign Credentials Referral Office. Retrieved from: http://www.cic.gc.ca/english/department/fcro/index.asp Accessed: 19 April 2014. Fang, C (2012). Foreign Credential Assessment and Social Work in Canada. Retrieved from: http://www.sasw.ca/council/FQR- Report2012-Final.pdf Accessed: 10 January 2014. Fouche, C., Beddoe, L., Bartley, A. & Brenton, N. (2013). Strengths and Struggles: Overseas qualified social workers’ experiences in Aotearoa New Zealand. Australian Social Work, 66(1) 1-16.
  22. 22. Références (suite) Fouche, C., Beddoe, L., Bartley, A. & de Haan, I. (2014). Enduring professional dislocation: Migrant social workers’ perceptions of their professional roles. British Journal of Social Work, 44, 2004-2022. Gray M. (2005). Dilemmas of international social work: Paradoxical processes in indigenisation, imperialism and universalism. International Journal of Social Welfare, 14, 230-23. Hussein, S., Manthorpe J., & Stevens, M. (2010). People in places; A qualitative exploration of recruitment agencies' perspectives on the employment of international social workers in the UK. British Journal of Social Work, 40, 1000-1016. Pullen- Sansfaçon, A., Brown, M. & Graham, J. (2012). International migration of professional social workers: Toward a theoretical framework for understanding professional adaptation processes. Social -Development Issues, 34(2), 37-50. Pullen-Sansfaçon, A., Spolander, G. & Engelbrecht, L. (2012). Migration of professional social workers: Reflections on challenges and strategies for education. Social Work Education, 31(8), 1032-1045.
  23. 23. Références (suite) Remennick, L. (2003). Career continuity among immigrant professionals: Russian engineers in Israel. Journal of Ethnic and Migration Studies, 29(4), 701-721. Service Canada, Government of Canada (2013). Social Workers: Unit group 4152. Retrieved from: http://www.servicecanada.gc.ca/eng/qc/job_futures/statistics/4152.shtml Accessed: 26 October, 2014. Van Ngo, H. & Este, D. (2006). Professional re-entry for foreign-trained immigrants. Journal of International Migration and Integration, 7(1), 27-50. Whiteside, M., Mills, J. & McCalman, J. (2012). Using secondary data for grounded theory analysis, Australian Social Work, 65(4), 504-516.

×