Projet d’exposition Charles Maussion !
!
© 2013 - 2014
Biographie
Projet d’exposition Charles Maussion !
!
© 2013 - 2014
Charles Maussion | 1923 – 2010!
Charles Maussion arrive à Paris au lendemain de la guerre. La vie artistique parisienne
es...
Charles Maussion | 1923 – 2010!
De 1990 à 2010, Charles Maussion une fois de plus remet en question toute son oeuvre.
Aprè...
Musées & galeries
Projet d’exposition Charles Maussion !
!
© 2013 - 2014
musées & galeries"
Une partie importante de l’œuvre de Charles Maussion est actuellement en collection privée.!
Parmi les ...
Textes
Projet d’exposition Charles Maussion !
!
© 2013 - 2014
textes"
De nombreux textes ont été écrits sur l’œuvre de Charles Maussion. Il ne saurait être question ici d’en donner la ...
Pierre Descargues"
Lettres Françaises, 22 novembre 1951
"Cinq jeunes peintres, Bidoilleau, Damian, Enard, Ionesco et Mauss...
Notes biographiques :!
Charles Maussion est né à Nantes, le 17 mai 1923. Etudes au lycée de Nantes. Vient à Paris.
Licence...
Jean-Jacques Lévêque"
Arts - 15 mars 1980
La question figurative :

« On glisse en un domaine qui, pour être « figuré », n'e...
A portée de mains :!
Le tissu des mondes.!
A distance de regard :!
L’insondable horizon.!
Au sein de ce gris :!
L’alphabet...
Chaque époque suscite ses hérétiques. En art, ils ont le privilège temporaire de l’invisibilité,
car ne participant pas de...
Depuis les portraits des années soixante-dix et plus encore à partir des personnages nus
marchant (1988-90), les peintures...
C’est demain ou presque que va avoir lieu à Naples l’exposition des œuvres de
Charles Maussion, et je regrette bien de n’a...
Oeuvres
Projet d’exposition Charles Maussion !
!
© 2013 - 2014
Charles Maussion!
Untitled Painting - 1951 - 114 x 114
Charles Maussion!
Yellow Abstract Painting on paper -
1959 - 100 x 65
Collection Sainsbury
Charles Maussion!
Untitled
1960 - Acrylic - 80,5 x 64,4
Collection Sir Robert and Lady Sainsbury
Exhibited: Dubourg 1967
Charles Maussion!
Untitled
1960 - Oil - 145,5 x 113
Collection Sir Robert and Lady Sainsbury
Charles Maussion!
Untitled
1961 - Acrylic - 64,0 x 48,7
Collection Sir Robert and Lady Sainsbury
Charles Maussion!
Untitled
1963 - Oil - 80,1 x 64,0
Collection Sir Robert and Lady Sainsbury
Charles Maussion!
Untitled
Undated - Watercolour - 131,5 x 150,5
Collection Sir Robert and Lady Sainsbury
Charles Maussion!
Relief sculpture
1971 - 37 x 30
Charles Maussion!
Family portrait
1976 - Acrylic - 74,0 x 45,0
Acquired 1980
Exhibited: Briance 1980
Charles Maussion!
Untitled (Landscape)
1978 - Pencil - 21,5 x 56,3
Collection Sir Robert and Lady Sainsbury
Charles Maussion!
Dessin Crayon 91 x 142
1979
Charles Maussion!
Dessin mine de plomb 24 x 27,5
1978
Charles Maussion!
Dessin mine de plomb 65 x 105
1979
Charles Maussion!
Dessin crayon 205 x 145
1979
Charles Maussion!
Dessin crayon et estompe papier 33 x 28,5
1981
Charles Maussion!
Nu les bras derrière la tête
Dessin Crayon 169 x 110
1982
Charles Maussion!
Back of nude
1985 - Oil - 36,8 x 24,5
Charles Maussion!
Back of nude
1985 - Oil - 22, 0 x 15,0
Collection Sir Robert and Lady Sainsbury
Charles Maussion!
Seagull
1986 - Acrylic, pencil - 150,0 x 150,0
Collection Sainsbury 1990
Exhibited: Brachot, 1990, p25
Charles Maussion!
Walking man, Nº 3
1990 - Oil, crayon - 203,0 x 137,0
Collection Sainsbury 1990
Charles Maussion!
The large oak
1991 - Acrylic - 190 x 127,0
Collection Sainsbury 1991
Charles Maussion!
La Mer
1983 - Crayon - 111,7 x 171,6
Charles Maussion!
L’homme qui marche nº2
1989-90 - crayon - 208,0 x 124,0
Collection fils de l’artiste
Charles Maussion!
L’homme qui marche
1990 - crayon - 121,0 x 72,0
Collection fils de l’artiste
Charles Maussion!
L’homme qui marche nº1
1989-90 - crayon - 208,0 x 119,0
Charles Maussion!
L’homme qui marche (dos)
1990 - détrempe - 34,5 x 19,5
Collection particulière
Charles Maussion!
La mouette debout Nº2
1989 - crayon - 108,0 x 87,0
Charles Maussion!
La mouette debout
19897 - crayon - 175,0 x 146,0
Charles Maussion!
Etude nº2 pour la mouette, 24 études
1986 - huile, détrempe, encre - 120,0 x 80,0
Charles Maussion!
Etude nº5 pour la mouette, 21 études
1986 - huile, détrempe, encre - 120,0 x 100,0
Charles Maussion!
Sans titre
1997 - peinture à l’oeuf et fusain sur calque
contrecollé sur carton - 29,7 x 18,4
Charles Maussion!
Sans titre
1997 - peinture à l’oeuf sur papier contrecollé sur
carton - 122,5 x 82
Charles Maussion!
Sans titre
1997 - peinture à l’oeuf sur toile - 150 x 150
Charles Maussion!
Sans titre
peinture à l’oeuf papier sur toile - 28 x 31,5
Charles Maussion!
Collection privée
1997 - 25 x 25
Charles Maussion!
Collection privée
25 x 17
Charles Maussion!
Collection privée
2002 - 30 x 22
Charles Maussion!
Collection privée
1996 - 30 x 25
Charles Maussion!
Collection privée
2008 - 163 x 87
Charles Maussion!
Montagne
2006 - 51 x 74
Charles Maussion!
Oiseau Nº 1
2000 - peinture à l’oeuf - 7,2 x 10
Charles Maussion!
Oiseau Nº 2
2000 - peinture à l’oeuf - 12 x 13
Charles Maussion!
Oiseau Nº 3
2000 - peinture à l’oeuf - 15 x 10,5
Charles Maussion!
Oiseau Nº 4
2000 - peinture à l’oeuf - 12 x 13
Charles Maussion!
Oiseau Nº 5
2000 - peinture à l’oeuf - 15 x 10,5
Charles Maussion!
Oiseau Nº 4 - collection privée
1999 - peinture à l’oeuf - 174,5 x 145
Charles Maussion!
Oiseau Nº 18
2000 - peinture à l’oeuf - 157 x 168,5
Charles Maussion!
Oiseau Nº 9
2000 - peinture à l’oeuf - 170 x 142,5
Charles Maussion!
Oiseau Nº 10
2000 - peinture à l’oeuf - 139 x 99
Charles Maussion!
Oiseau Nº 11
2000 - peinture à l’oeuf - 146,5 x 174
Charles Maussion!
Oiseau Nº 3
2002 - peinture à l’oeuf sur bois - 94 x 96,5
Charles Maussion!
Oiseau Nº 6
1999 - peinture à l’oeuf sur carton - 25 x 25
Charles Maussion!
Montagne Nº 7
2006 - peinture à l’oeuf sur toile - 130 x 195
Charles Maussion!
Montagne Nº 8
2004
peinture à l’oeuf sur papier sur bois - 21 x 30
Charles Maussion!
Montagne Nº 9
2006
peinture à l’oeuf sur papier sur bois - 130 x 195
Charles Maussion!
Montagne Nº 10
2004 -
peinture à l’oeuf sur papier sur bois - 21 x 30
Charles Maussion!
Montagne Nº11
2004 - peinture à l’oeuf sur toile - 73 x 200
Charles Maussion!
Montagne Nº 12
2003 - peinture à l’oeuf sur toile - 170 x 240
Charles Maussion!
Montagne 1
2003 - peinture à l’oeuf sur papier - 10,5 x 15
Charles Maussion!
Montagne 2
2003 - peinture à l’oeuf sur toile - 10,5 x 15
Charles Maussion!
Montagne 3
2003 -peinture à l’oeuf sur toile - 10,5 x 15
Projet d’exposition Charles Maussion | Musées!
!
Contact & information
La société “Les amis de Charles Maussion"
http://ww...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Charles Maussion | Dossier projet d'exposition 2014

2 859 vues

Publié le

Charles Maussion, artiste peintre, Paris.
Dossier de présentation projet d'exposition oeuvre de Charles Maussion.
2014 -
N'hésitez pas à me contacter: http://www.fisselier.biz

Publié dans : Art & Photos
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 859
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
906
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Charles Maussion | Dossier projet d'exposition 2014

  1. 1. Projet d’exposition Charles Maussion ! ! © 2013 - 2014
  2. 2. Biographie Projet d’exposition Charles Maussion ! ! © 2013 - 2014
  3. 3. Charles Maussion | 1923 – 2010! Charles Maussion arrive à Paris au lendemain de la guerre. La vie artistique parisienne est alors dominée par l’Abstraction. Tout en poursuivant des études de mathématiques et d’histoire de l’art, il s’inscrit aux cours d’André Lhote et de Fernand Léger. Mais c’est surtout l’exemple de Piet Mondrian qu’il va retenir et qui va influencer ses premiers travaux. En 1952, il fait partie du petit groupe d’artistes (avec Koskas, Enard, Bidoilleau, Damian…) qui rend visite au peintre anversois Georges Vantongerloo, l’un des principaux disciples de Mondrian.! De 1951 à 1954, Maussion fait partie de ce groupe de jeunes artistes, soutenus par la galerie Arnaud, qui cherchent dans un art proche à la fois de la mathématique et de la musique, une voie personnelle entre la pure pureté de l’art géométrique et un lyrisme sensible. Cette tendance va se développer chez Maussion jusqu’au début des années 60. En 1957, l’artiste réalise l’une de ses premières expositions personnelles chez Iris Clert.Par ailleurs, Charles Maussion a réalisé plusieurs oeuvres en collaboration avec des architectes (Henri Chomette, Claude Parent). Il a travaillé ainsi à Berlin, Paris, Addis-Abeba, Lima, Abidjan.! Maussion expose successivement chez Lucien Durand et Jacques Dubourg, qui est aussi le marchand de Nicolas de Staël et de Riopelle, à Paris. Entre temps, sa peinture  a été découverte par le collectionneur anglais, Robert Sainsbury. Sir Robert et son épouse, Lisa, vont devenir pendant près de quarante ans les principaux soutiens de l’artiste.! Commence pour lui le moment de grands questionnements et bouleversements. Sa quête d’un sens l’emmènera jusqu’en Inde à plusieurs reprises. En 1980, suite à ses expériences il cherche alors à dépasser l’opposition traditionnelle entre abstraction et figuration « ce qui est sous-jacent à ces formes d’expression », « la source ». Il travaille à de grands formats : la série des Paysages en noir et blanc, des Arbres, des Mouettes et des  Hommes qui marchent. Le travail est remarqué d’abord par la galerie  Jean Briance, à Paris, puis par le marchand suisse Jan Krugier avec qui il entame une collaboration d’une dizaine d’années. De 1988 à 1991, Maussion expose aussi chez Isy Brachot, à Bruxelles.!
  4. 4. Charles Maussion | 1923 – 2010! De 1990 à 2010, Charles Maussion une fois de plus remet en question toute son oeuvre. Après son travail sur l’ombre et la lumière, il va aborder la ligne pure. Depuis très longtemps déjà, Maussion rêve d’aboutir un jour à un dessin qui ne serait qu’une ligne et le moment est enfin venu. C’est une période très créative. Les thèmes se succèdent : Fleurs, Oiseaux, Montagnes et Menhirs. L’espace et la lumière qu’il avait toujours recherchés il va maintenant les révéler au moyen d’une simple ligne: une présence au monde.! Depuis 1995, l’œuvre de Maussion est soutenue par la galerie Bernard Bouche, à Paris (3ème arrondissement).! En 1983, il est promu Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres  par le ministre Jack Lang. En 1992, une grande rétrospective de ses œuvres, organisée par les Sainsbury, est présentée en Angleterre, au Sainsbury Centre for visual arts de Norwich.! La Mouette, Charles Maussion, artiste peintre, dans son atelier! «  [...] je marchais sur une plage du nord, et à quelques mètres de moi, une mouette. C’était de bonne heure le matin, l’air était encore embrumé et les tons bruns-roses du sol se mêlaient au bleu de l’atmosphère pour former une atmosphère grise très transparente  et diffusant la lumière. Je fus saisi : elle se tenait toute droite sur ses pattes comme une montagne de lumière. Pourtant, elle ne semblait pas de nature différente de l’espace lumineux qui l’entourait. La lumière avait mangé ses contours pour ne laisser qu’une présence lumineuse… seule une très fine modulation à peine perceptible, comme une caresse.Là encore, très peu d’éléments, pas de contrastes, pas d’affirmation, juste un espace, un souffle, une respiration suffisait à créer cette présence comme une source rayonnante et raffraichissante. [...]! Charles Maussion »
  5. 5. Musées & galeries Projet d’exposition Charles Maussion ! ! © 2013 - 2014
  6. 6. musées & galeries" Une partie importante de l’œuvre de Charles Maussion est actuellement en collection privée.! Parmi les collections publiques, on peut signaler :! ! •! Le Sainsbury Centre for Visual Arts, University of East Anglia, Norwich, England : Un ensemble très représentatif de 32 œuvres, allant de 1958 à 1991.! ! •! Paris, Musée National d’Art Moderne : Un Oiseau de 2000, de grandes dimensions, caractéristique de la période « post- abstraite » où le dessin l’emporte sur la couleur, le rythme expressif  sur l’allusion.! ! •! Nantes, Musée des Beaux-Arts : Une Figure de 1977, acquise par la Société des Amis du Musée des Beaux-Arts le 18 août 1978.! ! •! Le Fonds National d’Art Contemporain possède un ensemble de 5 toiles. L’une d’entre elles, appelée 10 août, est actuellement en dépôt à l’Ambassade de France à Mexico.! Des œuvres sont consultables:! . à la galerie Bernard Bouche, 123, rue Vieille-du-Temple, Paris.! . à la galerie Ditesheim, Neuchâtel.! . à la galerie Jan Krugier, Genève!
  7. 7. Textes Projet d’exposition Charles Maussion ! ! © 2013 - 2014
  8. 8. textes" De nombreux textes ont été écrits sur l’œuvre de Charles Maussion. Il ne saurait être question ici d’en donner la liste complète.! Sélection de textes et documents :! " •" Daniel Abadie : À la lumière des tableaux de Charles Maussion. In Catalogue de la galerie Isy Brachot, Bruxelles/ Paris : Charles Maussion, 1990.! " •" William Jeffett : Charles Maussion, La luminescence de l’espace. In Catalogue de la Rétrospective Maussion, organisée par le Sainsbury Centre for Visual Arts, University of East Anglia, Norwich, 1996. Texte bilingue anglais/ français.! " •" Andrée Chedid : Pour Charles Maussion et ses Terres affranchies, 1983. (Publié par galerie Jan Krugier, Genève, in Charles Maussion, Traces, 1984 – reproduit in Catalogue Isy Brachot : Charles Maussion, 1990.)! " •" Yves Bonnefoy : Hommage à Charles Maussion, 2006. In Catalogue Charles Maussion, publié par l’Institut Français de Naples sous la direction de Danièle Rousselier. Texte bilingue italien/français.! " •" Préau des collines n°12 : Juin 2011 : Les pages 238 à 247, consacrées à Charles Maussion, reproduisent le texte d’Yves Bonnefoy ainsi qu’un texte du poète Pierre Bergougnoux : Charles Maussion, naissance de la peinture. Beau choix de reproductions.! " •" Charles Maussion, au cœur du silence. Entretien avec Philippe Chautard, 1999.!  !
  9. 9. Pierre Descargues" Lettres Françaises, 22 novembre 1951 "Cinq jeunes peintres, Bidoilleau, Damian, Enard, Ionesco et Maussion, développent à leur manière l'art d'un Zurichois comme Lhose, qui est l'arrangement quasi mathématique de rythmes composés de petites figures géométriques. Chacun a ses couleurs, chacun se réserve qui les triangles, qui les rectangles, qui les ovales et se joue de ses éléments." Salon des Réalités Nouvelles" Juillet 1952 « Si l'on passe rapidement sur les exposants déjà bien connus comme Lempereur, Poliakoff, Herbin, ..., Vasseur, Besançon, Coppel, excellente, ... ... ..., c'est pour signaler deux sections spécialement intéressantes.
 D'abord, des jeunes : les Enard, Ionesco, Maussion, Damian, Koskas, Nunez, Roitman, Guevara, Arden Quin, dont ls recherches soit de subtilités de rythme sur des éléments répétés, soit d'objets à contours très variés, à trois dimensions, sont curieuses, et ont le mérite d'ouvrir l'oeil et l'intérêt du public pour des possibilités nouvelles. »! « Un groupe de jeunes, déjà vus séparément cette année, s'attache à des répétitions qui révèlent de très subtils effets de rythme tant par le graphisme que par la répartition des motifs et leur coloration. On verra Bidoilleau, Enard, Lipska, Maussion, Damian, Koskas. Le panneau où sont accrochées leurs œuvres peut surprendre, mais doit être remarqué pour l'intérêt auquel peuvent prétendre ces recherches sincères et prolongées. C'est un des signes que le salon s'adresse à l'avenir. » « Ces cinq artistes ont orienté leurs recherches purement plastiques dans une même direction et la parenté qui les unit donne à cet ensemble une homogénéité extrême. (...) Le désintéressement et le courage dont font preuve ces jeunes artistes témoignent de la vitalité d'une des tendances extrémistes de l'art moderne. Telle paraît être la signification essentielle de cette exposition. » Georges Boudaille" Arts - 23 novembre 1951
  10. 10. Notes biographiques :! Charles Maussion est né à Nantes, le 17 mai 1923. Etudes au lycée de Nantes. Vient à Paris. Licences maths et histoire de l'art. Fait de la peinture pendant et surtout après ses études. Passe par les ateliers de Lhote et Léger en même temps que ses camarades Damian et Ionesco. Vient à l'abstraction en 1949. Expositions de groupes et personnelles à la galerie Arnaud, Salon des réalités Nouvelles, galerie de Babylone, à Turin, Florence, Milan, au Venezuela et dernièrement à Aix.! **! « Un peintre de trente ans, cela signifie une énergie à la recherche de son expression, un travail continuel sur soi, ponctué d'élans et de chutes, de rebondissements et de plat-dos. On fait des plans, des esquisses ; rien ne va. Et tout à coup, en bavardant avec un copain, en pensant aux dettes qu'il est difficile de régler, le crayon marche tout seul. Le résultat que calculs et hypothèses n'avaient pu donner, le voici. Le pas est franchi, c'est une toile nouvelle. Mais sitôt née, sitôt dépassée. La lutte recommence. Il en va pour Charles Maussion de même que pour d'autres.! Maussion s'est mis sérieusement à la peinture après avoir terminé ses études en Sorbonne. Ce garçon au visage précocement mûri, dont la gravité s'accusait par une barbe noire et une pipe fidèle, passait ses examens avec une facilité déconcertante. Presque entre deux rires silencieux qui brusquement l'illuminent au moment le plus sérieux d'une conversation. « Ce n'est pas du tout de cela qu'il s'agit », semble-t-il penser. En effet, ce n'est pas du tout de cela. Le vrai visage de Maussion se retrouve dans sa peinture.! Avec ses camarades Damian Horia et Ionesco, il a fait des séjours dans les ateliers de Lhote, puis de Léger. Que faisait-il à cette époque ?
 - Du sous-Léger, naturellement !
 - Je me souviens d'un de vos tableaux qui s'appelait Les Barques. Noir, très cerné...! Eclat de rire. - Les Barques... Elles sont dans un coin de l'atelier ! Mais j'ai vite dépassé cette période, pour en venir à l'abstraction. Cela en grande partie à cause de Mondrian d'ailleurs. Les vues que l'on peut avoir de ce peintre sont forcément fragmentaires, et c'est bien difficile d'en parler ! Cependant, je crois qu'il a déterminé chez mes camarades et chez moi-même un changement d'attitude intérieure.! - Dans quel sens ?
 - Celui d'une discipline d'esprit, évidemment. D'expression aussi. Cette exigence vis-à-vis de soi- même et de la peinture nous a paru essentielle.
 Carré dans son fauteuil, Maussion sourit un peu. « Comment parler de cela sans employer de grands mots ! Nous étions à la recherche d'une pureté perdue... La discipline formelle exigée par une telle attitude proscrivait les diagonales, n'autorisait que certaines couleurs... »! Si Maussion se sent maintenant beaucoup plus libre vis-à-vis de cette intransigeance propre à Mondrian, il lui reste néanmoins de son exemple le sens de l'aventure créatrice et de ses prolongements métaphysiques. Sur le plan technique, il a véritablement pris conscience de l'espace pictural. Ce qui compte pour lui, avant tout, est la structure d'une toile, architecturée avec le minimum de moyens pour atteindre à la plus grande résonance. « On doit, dit-il, sentir à al fois l'architecture et la musique. »! En fait, ce souci permanent confère à l'art de Maussion, au travers même de son évolution, le don particulier d'un chant graphique. A première vue, depuis les barques noires et cernées, il a changé plusieurs fois d manière. Nous nous souvenons de ses premières expositions où un large graphisme statique trouvait son équilibre dans l'opposition et l'harmonie des couleurs, où les éléments géométriques, rectangulaires, ou triangles vivement colorés jouaient sur un fond sombre.! Cette géométrie, même sensible, ne satisfit pas longtemps le peintre. Il évolue assez rapidement dans le sens qui correspond à sa manière actuelle. Les formes géométriques s'émincent, s'affinent. Les rectangles ne sont plus compacts mais inscrivent une couleur franche ou un noir. Puis-je avouer que j'ai particulièrement aimé les quelques toiles blanches sur fond noir, où les formes semblaient, à première vue, dans un rapport assez simple ; cependant, à plus longue observation, on constate qu'elles obéissent aux règles précises d'un contrepoint fixé dans l'espace. Cette modulation intérieure des éléments architecturaux de la toile correspond chez Maussion à ce jeu autour d'un thème, la toile achevée en étant le développement. On comprend ici sa démarche : parti d'un problème donné, il en étudie les possibilités et les transcrit dans leurs séries.! Plus récemment, ce sens rythmique s'est délibérément accentué, en même temps que l'intérêt de Maussion se fixait davantage sur la ligne, le trait. Des éléments rectilignes, ordonnés selon leur nécessité plastique, sont entraînés dans un tourbillon dansant et circulaire. Mais qu'elle soit plastique ou dynamique, la peinture de Charles Maussion reste fidèle à l'harmonie d'une plastique intérieure.! Une question peut se poser au sujet de cette œuvre que d'aucuns classent dans l'abstraction froide, ignorant peut-être que, pour certains créateurs, sensibilité et sensualité ne signifient pas uniquement ivresse de la couleur jetée au hasard, dans ses feux les plus intenses. Bien loin de calculer au millimètre la place de chaque forme, de chaque couleur, sur la toile avant de la commencer, Maussion laisse aussi une large place à la collaboration du pinceau, de l'atmosphère ambiante, de sa propre humeur... Seulement chez lui, méditation et spontanéité s'unifient dans le besoin de créer, mettant en jeu une activité complète, non seulement sensible mais aussi intellectuelle et – me pardonnera-t-il de le dire ? - spirituelle.! Chaque toile est une aventure. Elle court à chaque instant le risque merveilleux de devenir autre chose. Jusqu'à ce que le point final y soit mis.! Devant l'œuvre d'un jeune peintre on se demande toujours ce qu'elle deviendra. Maussion, dont les expériences sont riches en résultat dans l'exploration constante de ses possibilités, ne sait pas lui-même si un jour son travail ne sera pas entièrement différent des recherches qu'il poursuit actuellement. Mais il me semble que son intime besoin de ne pas « s'éparpiller », de se concentrer, est une sûre garantie d'une manière d'être exigeante, d'une méthode intérieure, pour le moins aussi importante dans la conception d'une œuvre d'art que la technique. »! Claude-Hélène SIBERT - Revue Cimaise (Janvier 1954, n°3, p 17) ! Maussion
  11. 11. Jean-Jacques Lévêque" Arts - 15 mars 1980 La question figurative :
 « On glisse en un domaine qui, pour être « figuré », n'en est pas moins celui des incertitudes, avec Charles Maussion. A travers la réalité, il peint le silence. Rues, cours, groupes noyés de brume surgissent d'on ne sait quelle opacité qui les engloutit, comme des apparitions qui ne s'accordent à notre champ visuel que pour mieux le mettre en doute encore. » Jean-Marie Dunoyer " Le Monde, 30 mars 1980 La chair nue de l'émotion" « Charles Maussion ne travaille pas dans le flou. Ses écrans de fumée ou de vapeurs n'enveloppent figures et paysages(que le spectateur garde ses distances) que pour en accentuer la présence. Eloignez-vous tant soit peu de ce Groupe à la bicyclette qu'on dirait posant devant le photographe du village ; comme il prend soudain vie ! Et ce lac, et cette vallée, et ces collines, et ces maisons, et ces portraits, comme ils sont proches, fraternels ! Pourquoi cette brume ? Pour enrober de silence sans doute les êtres et les choses, les adoucir, les intimiser. Pour aller plus loin dans leur connaissance, par la lente appréhension d'un petit ou vaste monde auquel Maussion s'identifie. Acryliques, dessins surtout, rejoignent, sciemment ou non, un courant qui se rattache à une certaine tradition redevenue d'actualité et n'a pas attendu l'exhumation de Carrière pour proliférer. Mais déjà Claude Monet (quelle coïncidence, ces manifestations officielles!) faisait foncer ses cathédrales dans le brouillard. » « Il n'est pas besoin de lumière forte pour qu'elle soit omniprésente, et qu'on la perçoive ondoyante dans certaines vibrations de l'ombre ou de la nuit. C'est ainsi que les dessins et les peintures de Charles Maussion la diffusent impalpable, unie intimement aux espaces nocturnes dont elle a cessé d'être le contraste ou l'opposition. Une matière fluide, où naissent des formes vaporeuses, pourrait avec une autre que Charles Maussion devenir inconsistante. Il n'en est rien et la structure sous-jacente est une constante, bien qu'elle ne soit que suggérée dans cet art de la matière transcendée. » Monique Priscille" La Suisse, Genève, 23 avril 1984 - Charles Maussion, Galerie Jan Krugier.
  12. 12. A portée de mains :! Le tissu des mondes.! A distance de regard :! L’insondable horizon.! Au sein de ce gris :! L’alphabet des couleurs.! Au vif de ces blancs :! La flambée des soleils.! ! ! ! ! ! Arpenter ! ! ! ! ! ! ! Ces toiles sans confins! Pénétrer! Leurs terres affranchies! Leur chair translucide! Leur noyau tenace! Guetter! Vallées villes visages! Qui naissent et se dispersent! Dans l’origine des eaux! Graviter! Autour de ces parcelles! Qui brassent l’univers! Glisser ! Dans cette matière! Où chaque grain irradie! ! ! ! ! ! Toutes choses saisies! ! ! ! ! ! ! Puis dessaisies! ! ! ! ! ! ! ! Ressentir l’instant! ! ! ! ! ! ! ! Pressentir l’ailleurs! ! ! ! ! ! ! ! S’adonner au plus proche! ! ! ! ! ! ! ! Déceler le lointain! ! ! ! ! ! ! ! Respirer au pays de l’espace! Où le cœur! En sa musique intime ! ! Résonne! ! Et s’élargit…! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! 1983 Andrée CHEDID - 1983 ! Pour Charles Maussion et ses « Terres affranchies »:
  13. 13. Chaque époque suscite ses hérétiques. En art, ils ont le privilège temporaire de l’invisibilité, car ne participant pas des mouvements qui occupent critiques, musées et marchands, ils n’apparaissent remarquables qu’au moment où, aux rumeurs de la mode, succède le vrai visage d’une époque. Ce qui surprend alors la critique, du regard de leur travail, c’est autant l’évidente pertinence des différents temps de leur œuvre que l’apparent décalage de ceux-ci avec l’histoire commune des avant-gardes : ils semblent tour à tour en avance puis en retard sur celle-ci, d’abord ignorés, ensuite incompris. Hélion ou Fernandez furent jadis les victimes d’une telle méprise : elle frappe aujourd’hui le travail de Charles Maussion. De prime abord, son œuvre actuelle pourrait sembler nostalgique, voire empreinte d’académisme, si ce travail ne se situait dans le droit fil d’une des expériences les plus radicales de la peinture des années cinquante, celle d’une abstraction réfutant, à ses débuts, aussi bien les certitudes géométriques que l’expressivité informelle.! De ces structures spatiales – d’une économie de moyen que seules quelques œuvres d’Ellsworth Kelly, d’Enard ou de Koskas peuvent lui être comparées – aux travaux actuels de Maussion, c’est tout le problème de l’ambition de ce peut être la peinture qui se trouve en fait posé. A ceux qui pourraient considérer les dernières œuvres de l’artiste comme des recherches de lumière depuis longtemps dépassées par la problématique de l’art, ses premiers tableaux opposent un évident déni. La conscience aiguë qu’ils manifestent des questions picturales amène à regarder, d’un autre œil, ces images apparemment innocentes.! De ces images prétextes, où se rejoignent en une sorte de d’illumination, la présence du monde et la vision du peintre, l’élaboration s’effectue selon un système d’une totale abstraction, même si la méthode utilisée par Maussion n’est pas sans rappeler celle de la mise au carreau qui permet au peintre classique de reporter sur toile, en l’agrandissant, une esquisse initiale. Si aucune esquisse préalable ne guide la recherche de Maussion sur la toile, celui-ci, pourtant, divise de même la surface de l’œuvre en partitions égales qui lui permettent de contrôler cette mise en lumière d’un instant d’évidence à laquelle s’attache son œuvre. Axe de symétrie, bandes successives ou rectangles juxtaposés, chaque partition de la surface participe de cette image mentale que Maussion révèle sur sa toile ; mais, peinte de façon autonome, à la manière d’un tableau abstrait où seuls comptent les effets de brosse, le jeu des passages et la modulation des couleurs, elle conserve, jusque dans l’œuvre achevée, quelque chose de cette fragmentation initiale qui garantit le tableau de tout académisme. Ce caractère spécifique du travail de Maussion est encore plus sensible dans ses dessins, où chaque zone préalablement délimitée devient le lieu de micro- événements, faits de traits rageurs de crayon, de reprises, d’estompes, dans une même liberté qui cherche moins à affirmer le dessin d’une forme, qu’à transcrire, à la manière d’un sismographe, le rythme d’une émotion.! Il arrive au peintre, lorsqu’il travaille sur de petites dimensions, de considérer celles-ci comme des quantités non sécables. L’unité de l’image est alors contrebalancée par l’assemblage, en un jeu de prédelles, de petites œuvres, représentant le même sujet, mais traitées de manières différentes, comme pour nier à chaque panneau une valeur exemplaire et rappeler que, pour Maussion,! l’image naît des virtualités de la peinture et non d’un modèle préalable. Cette conjonction d’études, qui dit à la fois les limites de toute représentation et l’infinie richesse des rapports du peintre et du monde, n’est pas sans évoquer les œuvres peintes par Jean hélion dans les années cinquante, où il fixe tout autour de sa toile des états successifs de l’image centrale – cherchant un raccourci dans la liaison des formes, expérimentant un rapport de tons -, comme pour rappeler que la vérité de l’œuvre n’est pas dans l’objet représenté, mais dans ce travail de peinture, dont les créateurs, le plus souvent, gomment les temps successifs pour ne retenir qu’un ultime aspect. Cette « rage de l’expression », comme la nommait Francis Ponge, se nourrit de toutes les ressources du langage pictural, de toutes les techniques, pour tenter de serrer au plus près, dans leurs différences mêmes, cette pulvérulente image que nous avons du monde. Ainsi, dans ses Patchworks d’esquisses, Maussion juxtapose-t-il peinture à l’huile, détrempe, encre, sanguine, mine de plomb... ; chaque moyen permettant une approche différente d’une réalité qui se révèle moins dans ce qui est peint que dans l’intervalle de ces images entre elles.! L’obsédante monochromie de ces œuvres, leur goût du gris – qu’il se teinte d’ocre ou de vert ou qu’il vire au bleuté – que déclinent les transparences de la peinture, moins qu’un rappel des ambiances brumeuses où se défaisaient les figures symboliques, rappellent l’ascèse des débuts du cubisme, cet instant bref où, tout occupés de la forme, Braque et Picasso ne voient en la couleur qu’un accessoire superflu. Car le problème de Maussion, à l’inverse de ce qui peut en sembler au regard inattentif, est moins la classique dissolution des formes dans la lumière (telle que l’ont traitée les Impressionnistes) que la volonté de construire, par les seuls moyens de la lumière, un objet pictural. L’émergence de ces figures du monde, par-delà ce seuil radical de la peinture qu’est la monochromie, suggère en effet une fragilité si ambiguë qu’elles semblent dans l’instant même où se joue l’affirmation de leur présence ou de leur résorption.! Trop longtemps, l’abstraction fut, parce qu’elle était une découverte fondamentale de l’art moderne, perçue comme une fin en soi de la peinture. Peu, de ce fait, se sont préoccupés, à ce jour, de ces rares artistes qui, comme Hélion ou Fernandez autrefois, comme Maussion aujourd’hui, ont voulu faire de l’abstraction la base d’un nouveau langage figuratif. Si les premiers tentèrent de reconstruire l’image du réel, un moment évanouie de leurs œuvres, à partir d’un vocabulaire de facettes géométriques, c’est que leur abstraction même était le prolongement d’une lecture cubiste appliquée à transcrire en formes rigides les volumes. Pour Maussion, l’abstraction telle qu’il la pratique d’abord était la négation de toute forme, fût-elle abstraite, sa néantisation en rythmes d’éléments simples –tirets ou ponctuations – dans un effort de dématérialisation de l’image. Parvenue à ce stade d’immatérialité, la peinture de Maussion eut besoin de la lumière pour exister. Si les œuvres qu’il réalisa alors semblaient s’inscrire dans la suite d’une abstraction lyrique et effusive, elles nous paraissent aujourd’hui le lieu d’un passage obligé entre la destruction des formes du langage pictural et l’élaboration de ces images actuelles qui ne semblent qu’un stade nouveau, une condensation différente de la lumière.! De cet état improbable, Maussion a fait l’objet d’une étude sans fin car, dans l’isolement de l’atelier, l’image entrevue – mouette sur un quai, boqueteau dans un pré, corps se déplaçant dans une chambre – et conservée dans la mémoire vient se confronter à cette « divine nécessité de l’imperfection » des moyens du peintre qui fait de l’usage de tout médium une trahison de l’image et l’occasion d’une œuvre.! Daniel ABADIE - Septembre 1990 - Préface au Catalogue Isy Brachot Paris! A la lumière des tableaux de Charles Maussion
  14. 14. Depuis les portraits des années soixante-dix et plus encore à partir des personnages nus marchant (1988-90), les peintures et dessins de Charles Maussion donnent à la représentation un nouvel état de grâce. Le sujet est d'ailleurs à l'honneur en cette année 2000 puisque le Musée Picasso d'Antibes propose en deux volets des expositions panoramiques, Figures de la marche, à partir de Rodin. Les personnages de Maussion lui-même n'ont guère de prédécesseurs, en-dehors de quelques singulières peintures de Fautrier vers 1928-29. Il s'agit « d'une espèce d'apparition » écrivait Robert Combas en 1993, à propos de l'Homme qui marche, et il ajoutait : « On sent un son, une odeur, en plus de la vue. »! La caution de notre jeune et turbulent figuratif peut faire mieux comprendre notre allusion à une conception sereine et ample de la vie. Ainsi, la galerie Kita de Lille a présenté au mois de novembre 1999 maintes variations sur le thème du nu, de l'arbre, du visage et de l'oiseau. Celui-ci a beaucoup évolué depuis la belle série des Mouettes (1986-90) au bénéfice de presque confidentielles études de simples moineaux parisiens, espèce menacée, apprenait-on récemment ; le déplacement des lignes de partage entre le motif et ls limites du format décline, presque à l'infini, les possibilités plastiques du thème. Un humour discret et une familiarité complice ne sont pas absents de ces peintures, souvent petites, et dans lesquelles Maussion fait preuve d'un tact rare aujourd'hui. Quelques grands formats radicalisent le propos et mettent en lisière le sentiment qui ailleurs affleure, comme le fruit mémorisé d'un parcours riche, parti d'une abstraction joliment échevelée et un moment attardé aux reliefs capteurs de lumière. Ces variations déjà nombreuses ont donc pour prétexte cette drôle de petite boule qu'est l'oiseau, entée d'un rostre bref et parachevé du court éventail de la queue. Après les harmonieux espaces habités par les mouettes et les nus taciturnes, nous voici devant d'inédites ouvertures du sens et de la forme, qui « devient une écriture » dit Maussion. On comprend qu'il ait tôt admiré, aimé Mondrian. A Montparnasse aujourd'hui encore, une extrême sensibilité se fait jour à partir des sujets les plus humbles et universels.! Tant de précision patiente alliée à l'autorité conceptuelle invite le spectateur à une réflexive admiration.! Marcel-André STALTER," Professeur émérite d'Histoire de l'Art de l'Université de Lille III. Automne 2000 Robert Combas" 1993 - À propos de l'oeuvre "L'homme qui marche" de Charles Maussion Je crois avoir vu pour la première fois une œuvre de Charles Maussion à la Galerie Barbier-Beltz, il y avait plusieurs petites toiles mais celle qui a intéressé mon regard représentait une espèce d'apparition. On aurait dit une femme qui marchait nue de derrière s'en allant... à la limite de disparaître... et ça m'a fait penser à un fantôme. Une discussion s'est engagée car il fallait que je parle de ce que je ressentais à la vue d'une œuvre que je ne connaissais pas ou si peu et qui m'avait touchée. Je dis je crois avoir vu pour la première fois parce qu'on peut toujours avoir vu une œuvre sans la regarder, et contrairement à ce qu'on croit, il en reste toujours quelque chose dans sa tête même si c'est microscopique.! Une femme comme une apparition fantomatique... bizarrement depuis quelques jours, j'ai revu la toile dans un catalogue et elle s'intitule "L'homme qui marche". Je me laisse à penser que le sujet part d'une image plus figurative, mais dans le cas de cet "homme qui marche" et des autres toiles aussi, je sens ces œuvres comme étant à la limite, entre deux mondes, le nôtre celui où on vit et l'autre, une autre dimension, peut-être celle de la mort.! Les toiles de Charles Maussion peuvent d'ailleurs autant donner un climat de peur et d'étrangeté angoissante que de sérénité, de calme de "flottaison", suivant les gens c'est l'un ou l'autre et pour certains c'est entre deux mers, entre deux terres, entre deux mondes.! La frontière avec l'autre côté est là, la vue des yeux se mélange avec la vue du dedans qui est si difficile à montrer, à peindre, à définir.! C'est pourquoi l'homme (le sujet de la toile) a pu par un rapport médiumnique devenir un peu une femme, sa mère, sa sœur, sa maîtresse, ou quelqu'un d'autre qu'on ne connaît pas, que l'on croit ne pas connaître, d'une vie antérieure... ou future..., comme une connaissance ou le double de soi-même. Comme si une moitié était dans la vie simple du sujet de peindre, bêtement, et l'autre dans quelque chose d'étrange, de divin.! A partir d'un sujet ou d'une forme figurative simple comme un enfant dessine une maison, un monsieur, un oiseau, Charles Maussion part comme un explorateur, un escalader, un randonneur vers des contrées inexplorées. C'est spirituel, ça montre que l'on peut être encore humain toit en cherchant et même sans le savoir tout en trouvant ou se trouvant dans des contrées à des milliers d'années lumière de notre société tout en étant pourtant à côté d'elle. Et puis le calme c'est comme le bruit très, très fort, c'est comme un cercle on revient à l'un ou l'autre c'est extrême et beau.! La peinture de Maussion est calme mais on sent un son, une odeur en plus de la vue. C'est ça un bon artiste, c'est quelqu'un qui à partir d'une création arrive à nous éveiller tous les sens. J'aime les artistes qui se complètent et qui par leurs différences s'accordent entre eux et deviennent indispensables.!
  15. 15. C’est demain ou presque que va avoir lieu à Naples l’exposition des œuvres de Charles Maussion, et je regrette bien de n’avoir pas le temps, de ce fait, de mieux dire l’estime que je porte à cet excellent artiste, dont je n’ai pris conscience que récemment. Mais aurais-je su en parler, même si j’avais disposé de quelques semaines de plus, et même l’aurais-je dû ? Je ne suis pas un critique, je n’ai jamais su parler d’un peintre qu’en m’identifiant à lui pour en recommencer le projet, ce qui demande de visiter son œuvre à tous ses moments et dans beaucoup de ses circonstances. Et tenter de parler de Charles Maussion de façon plus brève, avec le peu de moyens que j’ai pour l’évocation rapide, ç’aurait été en-deçà de l’intérêt qu’il éveille en moi, et aussi bien le trahir devant les autres.! Disons, et c’est là tout de même un témoignage, que je regrette que la vie ne m’ait pas donné, autrefois, quand nous étions jeunes l’un et l’autre, de rencontrer Maussion, de lui rendre visite, de regarder son travail se faire, d’échanger avec lui non tant des propos sur l’art et la poésie, - à cette sorte de conversation je ne crois guère, on ne pense sérieusement que par écrit, avec tous les moyens qu’offre la langue – que des paroles sur tout et rien, ce « small talk » qui permet plus facilement qu’aucun discours soutenu de partager des impressions en fait peu dicibles, de vérifier qu’avec quelqu’un d’autre on peut se comprendre à demi-mot, d’approfondir parfois l’amitié naissante. J’aurais vu, et avec fascination j’en suis sûr, mon nouvel ami explorer dans les années 60 la vie mouvementée des couleurs, j’aurais admiré vers la fin des années 70 ses grands paysages de brume, j’aurais adhéré, d’un coup, en 1983, à ces vaste « crayon », La mer, que je ne connais qu’en photographie – mais c’est assez pour en savoir la grandeur - , j’aurais approuvé avec sympathie ce besoin d’expérimenter encore, d’innover, que je vois qui conduit ce peintre, au tournant du siècle nouveau, à une toute neuve peinture, cette série d’évocations brèves d’oiseaux qui n’ont rien à envier à l’art allusif de l’Extrême-Orient. J’aurais vu, aimé, peut-être même aurions- nous pu faire lui et moi un de ces échanges – images contre poèmes, dans un livre – qui sont une des façons dont se préserve aujourd’hui dans ses catacombes la foi dans l’avenir de la vérité dans l’image.! Mais qui me dit, après tout, que cela n’a pas eu lieu ? Que je n’ai pas dit un jour, suivant avec Charles Maussion quelqu’une des rues de cette rive gauche où je n’aurai guère vécu, que j’aimais comme lui un Mondrian, un Seurat ? Qui me prouve que je ne me suis pas réellement attardé, un soir, dans son atelier, à regarder un de ces paysages de grande brume, tout d’invisible, à l’instant où en colorait la toile un rayon du soleil couchant, à moins que ce ne soit – la mémoire est parfois trompeuse – cette belle touffe de couleur pure, l’Oiseau n°4 d’il y a six ans, qui s’effaçait peu à peu dans la nuit maintenant presque venue ? Qui suis-je pour penser que j’ai fait ou n’est pas fait telle ou telle chose ? Pour décider de ce qui est réel ou ne l’est pas ?! Qui suis-je, où suis-je ? La vertu des œuvres qui ont de la vérité est double. D’une part elles nous incitent à être nous-mêmes, à vivre notre vie hors de leur espace : car l’rat n’est pas un règne autonome, il ne vaut qu’à rendre absolus le lieu et l’instant de chaque existence. Mais, d’autre part, elles dénoncent nos illusions, si bien que sous leurs yeux exigeants beaucoup de ce que nous! sommes se dissipe, comme si, de ce point de vue, c’étaient elles qui avaient à être, et non pas nous, ou bien moins. Il y a des jours où certaines œuvres de la poésie, de la peinture, de la musique, me semblent plus réelles, du fait de la vérité qu’elles manifestent, que nous qui restons noyés dans notre illusoire ; et constituer ainsi un monde au sein duquel, errants du fait de notre désir mais soucieux de ce qu’elles disent, beaucoup de ce que je suis, moi personnellement, sinon disparaît du moins ne me convainc plus, ne demande plus à contrôler ma mémoire. Ne me restant alors que ce qu’elles attendent de moi, et qui est certes, ou devrait être, l’essentiel, ce qui donne sens à la vie et peut justifier de l’avoir vécue.! Yves BONNEFOY - Novembre 2006 - Préface au Catalogue de Naples (Institut Français de Naples, exposition 8 novembre – 22 décembre 2006).! Hommage à Charles Maussion
  16. 16. Oeuvres Projet d’exposition Charles Maussion ! ! © 2013 - 2014
  17. 17. Charles Maussion! Untitled Painting - 1951 - 114 x 114
  18. 18. Charles Maussion! Yellow Abstract Painting on paper - 1959 - 100 x 65 Collection Sainsbury
  19. 19. Charles Maussion! Untitled 1960 - Acrylic - 80,5 x 64,4 Collection Sir Robert and Lady Sainsbury Exhibited: Dubourg 1967
  20. 20. Charles Maussion! Untitled 1960 - Oil - 145,5 x 113 Collection Sir Robert and Lady Sainsbury
  21. 21. Charles Maussion! Untitled 1961 - Acrylic - 64,0 x 48,7 Collection Sir Robert and Lady Sainsbury
  22. 22. Charles Maussion! Untitled 1963 - Oil - 80,1 x 64,0 Collection Sir Robert and Lady Sainsbury
  23. 23. Charles Maussion! Untitled Undated - Watercolour - 131,5 x 150,5 Collection Sir Robert and Lady Sainsbury
  24. 24. Charles Maussion! Relief sculpture 1971 - 37 x 30
  25. 25. Charles Maussion! Family portrait 1976 - Acrylic - 74,0 x 45,0 Acquired 1980 Exhibited: Briance 1980
  26. 26. Charles Maussion! Untitled (Landscape) 1978 - Pencil - 21,5 x 56,3 Collection Sir Robert and Lady Sainsbury
  27. 27. Charles Maussion! Dessin Crayon 91 x 142 1979
  28. 28. Charles Maussion! Dessin mine de plomb 24 x 27,5 1978
  29. 29. Charles Maussion! Dessin mine de plomb 65 x 105 1979
  30. 30. Charles Maussion! Dessin crayon 205 x 145 1979
  31. 31. Charles Maussion! Dessin crayon et estompe papier 33 x 28,5 1981
  32. 32. Charles Maussion! Nu les bras derrière la tête Dessin Crayon 169 x 110 1982
  33. 33. Charles Maussion! Back of nude 1985 - Oil - 36,8 x 24,5
  34. 34. Charles Maussion! Back of nude 1985 - Oil - 22, 0 x 15,0 Collection Sir Robert and Lady Sainsbury
  35. 35. Charles Maussion! Seagull 1986 - Acrylic, pencil - 150,0 x 150,0 Collection Sainsbury 1990 Exhibited: Brachot, 1990, p25
  36. 36. Charles Maussion! Walking man, Nº 3 1990 - Oil, crayon - 203,0 x 137,0 Collection Sainsbury 1990
  37. 37. Charles Maussion! The large oak 1991 - Acrylic - 190 x 127,0 Collection Sainsbury 1991
  38. 38. Charles Maussion! La Mer 1983 - Crayon - 111,7 x 171,6
  39. 39. Charles Maussion! L’homme qui marche nº2 1989-90 - crayon - 208,0 x 124,0 Collection fils de l’artiste
  40. 40. Charles Maussion! L’homme qui marche 1990 - crayon - 121,0 x 72,0 Collection fils de l’artiste
  41. 41. Charles Maussion! L’homme qui marche nº1 1989-90 - crayon - 208,0 x 119,0
  42. 42. Charles Maussion! L’homme qui marche (dos) 1990 - détrempe - 34,5 x 19,5 Collection particulière
  43. 43. Charles Maussion! La mouette debout Nº2 1989 - crayon - 108,0 x 87,0
  44. 44. Charles Maussion! La mouette debout 19897 - crayon - 175,0 x 146,0
  45. 45. Charles Maussion! Etude nº2 pour la mouette, 24 études 1986 - huile, détrempe, encre - 120,0 x 80,0
  46. 46. Charles Maussion! Etude nº5 pour la mouette, 21 études 1986 - huile, détrempe, encre - 120,0 x 100,0
  47. 47. Charles Maussion! Sans titre 1997 - peinture à l’oeuf et fusain sur calque contrecollé sur carton - 29,7 x 18,4
  48. 48. Charles Maussion! Sans titre 1997 - peinture à l’oeuf sur papier contrecollé sur carton - 122,5 x 82
  49. 49. Charles Maussion! Sans titre 1997 - peinture à l’oeuf sur toile - 150 x 150
  50. 50. Charles Maussion! Sans titre peinture à l’oeuf papier sur toile - 28 x 31,5
  51. 51. Charles Maussion! Collection privée 1997 - 25 x 25
  52. 52. Charles Maussion! Collection privée 25 x 17
  53. 53. Charles Maussion! Collection privée 2002 - 30 x 22
  54. 54. Charles Maussion! Collection privée 1996 - 30 x 25
  55. 55. Charles Maussion! Collection privée 2008 - 163 x 87
  56. 56. Charles Maussion! Montagne 2006 - 51 x 74
  57. 57. Charles Maussion! Oiseau Nº 1 2000 - peinture à l’oeuf - 7,2 x 10
  58. 58. Charles Maussion! Oiseau Nº 2 2000 - peinture à l’oeuf - 12 x 13
  59. 59. Charles Maussion! Oiseau Nº 3 2000 - peinture à l’oeuf - 15 x 10,5
  60. 60. Charles Maussion! Oiseau Nº 4 2000 - peinture à l’oeuf - 12 x 13
  61. 61. Charles Maussion! Oiseau Nº 5 2000 - peinture à l’oeuf - 15 x 10,5
  62. 62. Charles Maussion! Oiseau Nº 4 - collection privée 1999 - peinture à l’oeuf - 174,5 x 145
  63. 63. Charles Maussion! Oiseau Nº 18 2000 - peinture à l’oeuf - 157 x 168,5
  64. 64. Charles Maussion! Oiseau Nº 9 2000 - peinture à l’oeuf - 170 x 142,5
  65. 65. Charles Maussion! Oiseau Nº 10 2000 - peinture à l’oeuf - 139 x 99
  66. 66. Charles Maussion! Oiseau Nº 11 2000 - peinture à l’oeuf - 146,5 x 174
  67. 67. Charles Maussion! Oiseau Nº 3 2002 - peinture à l’oeuf sur bois - 94 x 96,5
  68. 68. Charles Maussion! Oiseau Nº 6 1999 - peinture à l’oeuf sur carton - 25 x 25
  69. 69. Charles Maussion! Montagne Nº 7 2006 - peinture à l’oeuf sur toile - 130 x 195
  70. 70. Charles Maussion! Montagne Nº 8 2004 peinture à l’oeuf sur papier sur bois - 21 x 30
  71. 71. Charles Maussion! Montagne Nº 9 2006 peinture à l’oeuf sur papier sur bois - 130 x 195
  72. 72. Charles Maussion! Montagne Nº 10 2004 - peinture à l’oeuf sur papier sur bois - 21 x 30
  73. 73. Charles Maussion! Montagne Nº11 2004 - peinture à l’oeuf sur toile - 73 x 200
  74. 74. Charles Maussion! Montagne Nº 12 2003 - peinture à l’oeuf sur toile - 170 x 240
  75. 75. Charles Maussion! Montagne 1 2003 - peinture à l’oeuf sur papier - 10,5 x 15
  76. 76. Charles Maussion! Montagne 2 2003 - peinture à l’oeuf sur toile - 10,5 x 15
  77. 77. Charles Maussion! Montagne 3 2003 -peinture à l’oeuf sur toile - 10,5 x 15
  78. 78. Projet d’exposition Charles Maussion | Musées! ! Contact & information La société “Les amis de Charles Maussion" http://www.charlesmaussion.com e-mail: info@charlesmaussion.com ! Xavier Fisselier e-mail: xavier@fisselier.biz Tel: (00) 34 620 515 789

×