Guillaume BRONSARD  Amine BENJELLOUN Marie Claude SIMEONILaboratoire de Santé Publique EA3279  Faculté de Médecine de Mars...
ContexteEn France, 250 000 enfants et adolescents concernésCollaboration sanitaire/social/justice très peu efficiente et...
Enjeux scientifiques et éthiquesAmorce      de constitution d’un corpus de connaissances scientifiques sur ce groupe d’en...
Ecueils éthiques et épistémologiques:Risque de médicalisation du social (violence, délinquance…)Ce groupe d’enfants et d...
Données scientifiques actuellesTrès   peu de données épidémiologiques en pédopsychiatrie en France. Prévalence en populat...
Insuffisance des données scientifiquesactuellesPopulation cible mal définie car définition juridique et administrative no...
Hypothèses:Ce groupe d’adolescent est à très haut risque de trouble mental        :dysfonctionnements familiaux sévères, ...
Une hypothèse qui reste àdémontrer:Hypothèse : certains troubles sévères notamment psychotiques, pourraient expliquer la ...
Objectifs de l’étude:Etude de Prévalence des Troubles Mentaux  Réalisation d’une enquête épidémiologiques chez   les ado...
MéthodeUtilisation du DISC 2.5, questionnaire diagnostic structuré en français   (Troubles  anxieux; Dépression majeure;...
RésultatsImportantes difficultés de mise en place des rencontres avec les adolescents (183 réalisés/630 estimés)Travail ...
Six-month prevalence rates of DSM psychiatric disorders in 183 adolescents leaving in residential group home with foster c...
Analyse des résultatsPrévalence des Troubles mentauxPrévalence des troubles très augmentée / Pop générale du même âge. Ré...
RésultatsPrévalence des TMImportance des Troubles internalisés (troubles anxieux sévères et dépression) par rapport aux t...
Conclusions:Nécessité d’études correctement menées , spécifiques à chaque groupes.Les adolescents des foyers: groupe trè...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Prévalence des troubles mentaux en milieux socio éducatif

555 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
555
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
14
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Pas d’etudes epidemiologiques au sens stict, il n’y aque des études sur l etat de santé, et non, ce n’est pas la même chose ! Ameriques du nord 50 de prevalence de troubles psychiatriques, sachant que les definitions ne sont pas comparables.
  • CW=ASE=Foster care +residential care (foyers)///dificile a comparer d’un pays a lautre Idem en France, aucune raison objective pour decrire la trajectoire d’un enfant;culture departementale, les places disponibles,…
  • TDC en pop generale 8% ; pas beaucoup plus augmente; les filles ++++ Comorbidité: Externalise thada et tdc Internalise anxieux et depression En langage claire, les filles aussi casse pieds que les garcons et souffrent interieurement plus. Les troubles internalises tres sup aux troubles externalises. Ts 10 fois sup qu en population generale
  • Prévalence des troubles mentaux en milieux socio éducatif

    1. 1. Guillaume BRONSARD Amine BENJELLOUN Marie Claude SIMEONILaboratoire de Santé Publique EA3279 Faculté de Médecine de Marseille. Université de la Méditerranée. Congres Mondial de Psychiatrie Sociale Marrakech Octobre 2010 1
    2. 2. ContexteEn France, 250 000 enfants et adolescents concernésCollaboration sanitaire/social/justice très peu efficiente et conflictuelle, notamment lorsqu’il existe des troubles du comportement (violence réelle ou supposée) 2
    3. 3. Enjeux scientifiques et éthiquesAmorce de constitution d’un corpus de connaissances scientifiques sur ce groupe d’enfants et d’adolescents.Constitution d’une méthode de travail scientifique adaptée aux milieux socio-éducatifs.Permettre de travailler auprès des enfants et adolescents des milieux socio-éducatifs avec des outils de rigueur scientifique 3
    4. 4. Ecueils éthiques et épistémologiques:Risque de médicalisation du social (violence, délinquance…)Ce groupe d’enfants et d’adolescents peut-il être constitué de façon spécifique et consistante?Doit on chercher des techniques et méthodes d’études spécifiques pour ce groupe?Doit on constituer des dispositifs de soins spécifiquement adapté pour ce groupe? 4
    5. 5. Données scientifiques actuellesTrès peu de données épidémiologiques en pédopsychiatrie en France. Prévalence en population générale estimées à 12% tous troubles confondus. Consensus nosographiques peu puissants (DSM, CIM, CFTMEA, courant anti- nosographique)Aucune étude épidémiologique sur ce groupe à risque en France .Quelques données seulement sur l’état de santé, y compris psychologique, disparates et peu comparables.Une dizaine d’études réalisées en Amérique et Europe du Nord. Prévalence moyenne autour de 50%, tous troubles confondus 5
    6. 6. Insuffisance des données scientifiquesactuellesPopulation cible mal définie car définition juridique et administrative non superposable d’un pays à l’autre (Foster Care, Child Welfare…)Résultats non immédiatement comparables, Meta-analyses inexistantes (outils différents, tranche d’âge, questionnaires parents, délais d’existence des symptômes…) 6
    7. 7. Hypothèses:Ce groupe d’adolescent est à très haut risque de trouble mental :dysfonctionnements familiaux sévères, précoces, durables+++Les troubles pourraient montrer une spécificité (distribution des taux, notamment selon le sexe)Les troubles sont peu repérés, « camouflés » dans les problématiques sociales 7
    8. 8. Une hypothèse qui reste àdémontrer:Hypothèse : certains troubles sévères notamment psychotiques, pourraient expliquer la grande inadaptation de certains adolescents et la difficultés des travailleurs sociaux à s’en occuper 8
    9. 9. Objectifs de l’étude:Etude de Prévalence des Troubles Mentaux  Réalisation d’une enquête épidémiologiques chez les adolescents (13/17ans) vivants dans les foyers sociaux des Bouches du Rhône  de 2005 à 2008 9
    10. 10. MéthodeUtilisation du DISC 2.5, questionnaire diagnostic structuré en français  (Troubles anxieux; Dépression majeure; spectre psychotique, Troubles des conduites; Enurésie; Troubles alimentaires; THADA)Nécessité de rencontre des adolescents dans les foyers (MECS) Travailleurs sociaux formés au test. 10
    11. 11. RésultatsImportantes difficultés de mise en place des rencontres avec les adolescents (183 réalisés/630 estimés)Travail sur la représentativité (caractéristiques socio-démo, caractéristiques physiques et administratives des placements) 11
    12. 12. Six-month prevalence rates of DSM psychiatric disorders in 183 adolescents leaving in residential group home with foster care Whole sample Males* Females* Male vsDisorders (n=183) (n=106) (n=77) Female N % [95% CI] N % [95% CI] N % [95% CI] p-valueAnxiety disorders (AD) 52 28.4 [22.1-35.6] 14 13.2 [7.7-21.5] 38 49.4 [37.9-60.9] <0.001Eating disorders (ED) 0 0 - 0 0 - 0 0 - -Psychosis Screen (PS) 34 18.6 [13.4-25.1] 13 12.3 [7.0-20.4] 21 27.3 [18.0-38.8] 0.01At least 3 Non Pathognomonic 23 12.6 [8.3-18.5] 7 6.6 [2.9-13.6] 16 20.8 [12.7-31.8]At least 1 Pathognomonic 26 14.2 [9.7-20.3] 11 10.4 [5.5-18.2] 15 19.5 [11.7-30.4]Major Depression (MD) 27 14.8 [10.1-20.9] 6 5.6 [2.3-12.4] 21 27.3 [18.0-38.8] <0.001Attention Deficit hyperactivity 7 3.8 [1.7-8.0] 2 1.9 [0.3-7.3] 5 6.5 [2.4-15.2] 0.133disorder (ADHD)Conduct disorder (CD) 28 15.3 [10.6-21.5] 19 17.9 [11.4-26.8] 9 11.7 [5.8-21.5] 0.247At least 1 out of the 6 disorders 89 48.6 [41.2-56.1] 39 36.8 [27.8-46.8] 50 64.9 [53.1-75.2] <0.001At least 2 out of the 6 disorders 43 23.5 [17.7-30.4] 12 11.3 [6.2-19.3] 31 40.3 [29.4-52.1] <0.0015 and 6 disorders 8 4.3 [2.0- 8.7] 7 9.1 [4.0-18.4] 1 0.9 [0.1-5.9] <0.01Internalized disorder 60 32.8 [26.2-40.2] 16 15.1 [9.1-23.7] 44 57.1 [45.4-68.2] <0.001Externalized disorder 32 17.5 [12.4-23.9] 20 18.9 [12.2-27.9] 12 15.6 [8.7-26.0] 0.564Suicide Attempts 34 18.6 [13.4-25.1] 11 10.4 [5.6-18.2] 23 29.9 [20.3-41.5] <0.004(more than one during whole life)* No significant difference in mean age according to gender 21 12
    13. 13. Analyse des résultatsPrévalence des Troubles mentauxPrévalence des troubles très augmentée / Pop générale du même âge. Répartition des taux non superposables : 48%Filles présentant bcp plus de troubles que les garçons, et autant qu’eux pour les troubles externalisés (65% pour 37%) 13
    14. 14. RésultatsPrévalence des TMImportance des Troubles internalisés (troubles anxieux sévères et dépression) par rapport aux troubles externalisés (THADA et TDC) 18% de Psychosis Screen Positifs 14
    15. 15. Conclusions:Nécessité d’études correctement menées , spécifiques à chaque groupes.Les adolescents des foyers: groupe très vulnérable, nécessitant des mesures particulières: Meilleure formation transdisciplinaire; Meilleur reperage des TI camouflés; Moyens spécifiques; 15

    ×