SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  49
1
COMMUNICATION PUBLIQUE
ENVERS LA SOCIÉTÉ CIVILE
MÉDICALISATION DE LA VIE
ET DE LA SOCIETÉ
 COMMUNICATION:
- promotion de l`autonomie
individuelle ou
- propagande ?
MÉDICALISATION
=
PROCESSUS D`ACHARNEMENT
DIAGNOSTIQUE ET
THÉRAPEUTIQUE PRÉVENTIF
ENVERS DES INDIVIDUS
SUBJECTIVEMENT EN BONNE
SANTÉ
(médicalisation des bien-
portants)
PROCESSUS SOUTENU PAR LA DIFFUSION DE
L`INNOVATION TECHNOLOGIQUE ET LE
MARKETING DES RISQUES DE SANTÉ
LE CANCER DE LA THYROIDE CROIT À UNE VITESSE 5
FOIS SUPÉRIEUR À CELLE DU CANCER AUX
TESTICULES. DEMANDE À TON MÉDÉCIN DE TE
CONTRÔLER LE COU.
LOWE, New York 2009
● Une fois les individus demandaient d`être
soignés car ils se sentaient malades
● Aujourd`hui on encourage les individus
subjectivement en bonne santé à se
soumettre à toute une série d`examens et de
tests préventifs afin de les assurer qu`ils ne
sont pas “malades”
● L`entreprise médico-industrielle a dévéloppé
des technologies en mesure d`identifier les
plus petites anomalies, elle a modifié les
seuils qui définissent la “normalité” e “créé“
des nouvelles maladies
● La grande majorité de ces “anomalies” ou
pseudo-maladies découvertes chez des
individus subjectivement en bonne santé
sont “inconsistantes”, c.a.d elles ne vont pas
donner des symptomes ou des problèmes au
cours de la vie
6
..LES BIEN - PORTANTS NE SONT RIEN
D`AUTRE QUE DES MALADES QUI
S`IGNORENT..
Jules Romains KNOCK OU LE TRIOMPHE DE LA MÈDECINE
1923
« MON RÊVE
EST DE
PRODUIRE DES
MÉDICAMENTS
POUR LES
BIENS
PORTANTS »
HENRY GADSEN
(CEO,MSD) FORTUNE
1976
8
“ON PEUT FAIRE
BEAUCOUP
D’ARGENT SI L’ON
ARRIVE A
CONVAINCRE LES
BIEN-PORTANTS
QU’EN REALITÉ ILS
SONT DES
MALADES”
•
R. Moynihan et al. BMJ 2002
BMJ 13,April 2002
Too Much
Medicine?
99
PHARMACIE DES BIEN- PORTANTS
10
CALENDRIER
OCTOBRE 2005
 1-31 Mois de la prévention du cancer du
sein
 1-31 Rett syndrome awareness month
 1-31 World blindness awareness month
 6 Journée européenne de la dépression
 8 Journée mondiale des soins palliatifs
 9 Journée mondiale de la céliaquie
 10 Journée mondiale de l’obésité
SAINTS MORBIDITÉS
2005 435 jours “occupés”
11
 10 Journée mondiale de la santé mentale
 12 Journée mondiale des maladies
rhumatismales
 13-19 Semaine du diagnostique et de la
thérapie de la constipation
 13 Journée mondiale de la vue
 16 World Food Day
 17-22 Semaine européenne contre la douleur
 18 Journée de la ménopause
 20 Journée mondiale de l’ostéoporose
 22 International stuttering awareness day
 23-29 Hearing aids awareness week
 26 Journée de la santé du poumon
 29 Journée mondiale de la psoriasis
 31-6 nov. International herpes week
12
MÉDICALISATION DE LA VIE
=
EXTENSION DU DOMAINE DE LA MÉDECINE
1) SUR LE PLAN QUANTITATIF
( abaissement des seuils )
2) SUR LE PLAN TEMPOREL
( diagnostic précoce )
3) SUR LE PLAN QUALITATIF
( nouvelles maladies )
Source: R. Satolli (2006)
13
DIAGNOSTIC
PRÉCOCE
.
représente souvent la
« porte d`entrée » de choix
vers la médicalisation
douteuse ou inutile.
Grâce aux diagnostiques
génétiques
chacun aura l’opportunité
d’être transformé en
“malade” juste après la
naîssance.
14
1950 1990
Area of potential:
• individual and social stress
• waste of ressources
15
DO YOU THINK IT IS ALWAYS USEFUL, USEFUL ONLY IN SOME
CASES OR NEVER USEFUL, TO HAVE MEDICAL EXAMS IN ORDER
TO KNOW IN ADVANCE (i.e. BEFORE ANY SYMPTOMS APPEAR) IF
YOU HAVE AN ILLNESS?
80%
17%
2%
63%
32%
3%
54%
37%
9%
51%
39%
10%
32%
54%
14%
0%
20%
40%
60%
80%
100%
ITALY UK ITA CH FRENCH CH GERM CH
Always useful Useful only in some cases Never useful
GEN. POP. AGED 15+, N=1000 (2006)Source: G. Domenighetti 2006
 Femmes sans le col de l’utérus qui
continuent à faire le Pap-Test.
(Source: Sirovich, Welch. JAMA 2004)
 Proportion d’adultes qui préfèrent se
soumettre à un “Total-body scanner” plutôt
que recevoir un cadeau de 1000$ “cash”.
 Proportion d’adultes disposés à se
soumettre à un test de diagnostique précoce
même pour un tumeur pour lequel il n’existe
pas de soins. (Source: Schwartz et al. JAMA 2004)
 Proportion de femmes qui croient que le
screening mammographique evite ou réduit
le risque de tomber un jour malade
d’un cancer du sein.
(Source: Domenighetti et al. Int.J. Epidem.2004)
USA 50 %
USA 73 %
USA 66 %
Italie 81 %
USA 57 %
UK 69 %
CH 65 %
27 junho 2002
1818
DIAGNOSTIC PRÉCOCE
SYNONIME DE
“GUÉRISON ASSURÉE”
19
20
PRÉVALENCE DE QUELQUES CANCERS
LIEU
PRÉVALENCE PRÉVALENCE
CLINIQUE
MICROSCOPIQUE
(autopsie)
SEIN ( femmes âge 40-50) 1% 39%
PROSTATE (hommes âge 60-70) 1% 46%
THYROIDE (adultes âge 50-70) 0.1% 100%
Source: Black, Welch, NEJM, 1993
21
VISION «PESSIMISTE»
2222
MORTALITY REDUCTION (RR)
BY MAMMOGRAPHIC SCREENING AT AGE 50-74
(AFTER 7-13 YEARS)
COCRANE SYSTEMATIC REVIEW 2006
Gøtzsche – Nielsen
 Adequately Randomised Trials (N = 3)
at 7 years + 5% (- 17% / +33%)
at 13 years – 7% (-20% / +9%)
 Suboptimal Randomised Trials (N = 7)
at 7 years – 29% (-39% / -17%)
at 13 years – 25% (-33% / -17%)
CONCLUSIONS:
For every 2000 women invited one will have her life prolonged
(after 10 years). 10 women will be treated unnecessarily.
23
VISION OPTIMISTE
Bénéfices et événements indésirés pour 1000 femmes d’âge => 50
mammographiées tous les 2 ans pour une période de 10 ans
COMPARAISON AVEC 1000 FEMMES NE PARTICIPANTS PAS AU SCREENING
Résultats faux positifs: diagnostics suspect de
cancers du sein non confirmés après ultérieurs
investigations
Biopsies chirurgicales d’approfondissement
Résultats faux négatifs
Cancers du sein diagnostiqués (invasifs + DCIS)
Surdiagnostic: cancers du seins qui n’auraient
jamais évolués (over treatments)
Décédées par cancer du sein
Décès évités grâce au screening (sur 10 ans et
pour 1000 femmes)
SCREENING
N = 1000 FEMMES
NON SCREENING
N = 1000 FEMMES
Sources: Various (Barrat et al BMJ 2005; NHSBSP 2006; NCI 2006; Zackrisson BMJ 2006)
242
50
10
33
3-15
4
2
--
--
--
20
--
6
--
NEJM 23 September 2010
OVERDIAGNOSIS
BENEFIT
2500
1000
500
BSGI
breast specific gamma imaging
1 mm size Ductal Cancer in Situ
MAMMOGRAPHY (FILM SCREEN) 10mm
( DIGITAL) 7mm
COMMENT CRÉER UNE ÉPIDÉMIE DE
CANCERS DU SEIN ?
Le 39% des femmes de 40-50 ans
ont à l`autopsie des cancers du
sein “in situ”
( Black, Welch NEJM 1993)
QUEL IMPACT SUR LES
FEMMES ET SUR LES
SISTÈMES DE SANTÉ ?
2727
ANTICIPATION DU
DIAGNOSTIC SANS
BÉNÉFICES
LE PLUS IMPORTANT ÉFFET
INDÉSIRÉ DU DÉPISTAGE OU
DU DIAGNOSTIC PRÉCOCE
SURVIVAL 3 YEARS
SURVIVAL 10 YEARS
DÉPISTAGES : AUGMENTATION ARTIFICIELLE DE
LA SURVIE ?
PATIENT A
PATIENT B
DÉPISTAGE
MAMMOGRAPHIQUE:
COMMUNICATION
ÉQUILIBRÉE OU
PROPAGANDE ?
3030
PRINCIPAUX “SUPPORTS” À LA
MÉDICALISATION DE LA SOCIÉTÉ
MASS MEDIA
+ BROCHURES
MARKETING DES RISQUES
DE SANTÈ
31
MEDIA BROCHURES ET SUPPORTS
“INFORMATIFS”
 MISE EN ÉVIDENCE
DES SEULS “BÉNÉFICES”
(même si uniquement potentiels)
 OMISSION DES ÉFFETS
INDÉSIRÉS, DES RISQUES
ET DES INCERTITUDES
 OMISSION DES
CONTROVERSES DE TYPE
SCIENTIFIQUE
 OMISSION D’ INFORMATIONS UTILES
POUR LA PRISE DE DÉCISION DE LA
PART DES PATIENTS / USAGERS
 INFORMATIONS INEXACTES OU
OBSOLÈTES
 ACCENT SUR LES BÉNÉFICES
(même si potentiels) ET TENDANCE
A L’ OMISSION DES RISQUES
LES INCERTITUDES SONT IGNORÉES
Source: Angela Coulter, BMJ and Health Expectations
PROPAGANDE ? PROPAGANDE ?
PROPAGANDE
STRATÉGIE DE COMUNICATION
QUI VISE À INFLUENCER LES
OPINIONS ET / OU LES
COMPORTEMENTS DES
INDIVIDUS PAR DES MESSAGES
ET DES INFORMATIONS
INCOMPLÈTES, PARTISANNES,
FAUSSES OU
MYSTIFICATOIRES.
FONDATION
GENEVOISE POUR
LE DÉPISTAGE DU
CANCER DU SEIN
RAPPORT D`ACTIVITÈ
2003
34
Comunicazione sanitaria italiano 2005.ppt
AVAILABLE AT :
www.screening.dk
www.cochrane.dk
January 2008
BROCHURE INFORMATIVE SUR LES BÉNÉFICES,LES RISQUES ET
LES INCERTITUDES DE LA MAMMOGRAPHIE DE DIAGNOSTIC
PRÉCOCE
ENVOYÈE
EN 2008 A
TOUTES
LES
FEMMES
(âge 30-75 )
DU CANTON
DU TESSIN
http://www.ti.ch/dss/DSP/SezS/UffP
VS/progetti/Diritti_dei_pazienti/pdf/
OpuscoloMammografia-med.pdf
DÉCHARGEABLE DU SITE:
Les femmes ont des “bons” motifs pour se
soumettre à la mammographie de
diagnostic précoce…et des “bons” motifs
pour ne pas le faire.
INCIPIT DES DEUX BROCHURES
BROCHURE DU CANTON DU TESSIN
BROCHURE DU DENMARK
INFORMATIONS QUANTITATIVES IMPORTANTES POUR LA DÉCISION DE
PARTICIPER AU DÉPISTAGE MAMMOGRAPHIQUE.
ANALYSE DE DEUX BROCHURES INFORMATIVES (*)
(dépistage de 1000 femmes d’âge 50 et + tous les 2 ans pour 10 ans)
Nombre de décès par cancer du sein évités
grâce au screening
Réduction du risque relatif (%) de mourir d’un
cancer du sein grâce au dépistage
Nombre de cas de cancer du sein
diagnostiqués par le screening
Nombre de décès par cancer du sein dans le
groupe “mammographie” comparé au groupe
“aucune mammographie”
Risque individuel de ne pas mourir
d’un cancer du sein parmi celles
qui ne font pas le dépistage
PROGRAMMES
ROMANDS (brochure VALAIS) CANTON DU TESSIN
BROCHURES
Information
NON
OUI (- 35%)
OUI
[1 cas sur 100 femmes
dépistées (par années (?)]
NON
1
OUI (N=2)
OUI (- 30%)
OUI (33 cas)
OUI
(N=4 versus N=6)
(*) Brochure envoyée à toutes les femmes éligibles avec l’invitation au screening dans les cantons
romands versus brochure éditée par le Canton du Tessin.
NON NON (serait de
99,4%)
INFORMATIONS QUANTITATIVES IMPORTANTES POUR LA DÉCISION DE
PARTICIPER AU SCREENING MAMMOGRAPHIQUE.
ANALYSE DE DEUX BROCHURES INFORMATIVES
(screening de 1000 femmes d’âge 50 et + tous les 2 ans pour 10 ans)
Résultats faux positifs (femmes
ayant un diagnostic suspect)
PROGRAMMES
ROMANDS (Brochure VALAIS)
CANTON DU TESSIN
BROCHURES
Information
OUI [ mais non quantifiés]
NON
2
OUI (N=242/= 24%)
Biopsies chirurgicales
(investigations supplémentaires)
Résultats faux négatifs
OUI (64 femmes parmi les
242 cas faux positifs)
OUI (mais non quantifiés) OUI (1 cas sur 1000 femmes
mammographiées tous les
deux ans. Tot 5 cas)
Surdiagnostic NON
Risques liés aux rayons X NON
OUI (trascurables si âge 50/69 –
âge inférieur risque démontré)
Autres  Les participantes au screening doivent
signer une déclaration qu’elles ont été
informées sur les bénéfices et les effets
indésirés du dépistage (!!).
 Une brochure plus complète est
disponibles sur demande.
OUI ( N= 2-10 cas )
40
 WHY DOUBLE
INFORMATIVE
STANDARDS ?
 FEAR TO
DETER
WOMEN FROM
ATTENDING
SCREENING ?
41
COMPULSORY ETHICAL DUTY TO
GIVE EVIDENCE-BASED INFORMATION
TO ALLOW
ELIGIBLE SUBJECTS TO MAKE AN EX-ANTE
TRULY INFORMED CHOICE
DOME, 1999 Comunicazionesanitaria2005.ppt
42
DAGNOSTIC PRECOCE = UNE “ CAGE ” LOGIQUE
 SI JE FAIT L’EXAMEN ET LE RÉSULTAT EST POSITIF « J’AI BIEN FAIT À LE
FAIRE « .
 SI JE FAIT L’EXAMEN ET LE RÉSULTAT EST NEGATIF « J’AI BIEN FAIT A LE
FAIRE, JE SUIS RASSURÉ »
 SI JE NE FAIT PAS L’EXAMEN ET JE TOMBE MALADE « J`AI MAL FAIT À NE
PAS ME SOUMETTRE À L’EXAMEN »
CONCLUSION: TOUJOURS MIEUX FAIRE L’EXAMEN
43
DIAGNOSTIC PRÉCOCE = UNE “CAGE” LOGIQUE
 Si j’invite mon médecin à me conseiller si je dois
me soumettre ou non à un examen de diagnostic
précoce
 Sa réponse sera très probablement positive
En effet face à l’incertitude de la médecine en
général et du diagnostic précoce en
particulier, le médecin aura intérêt à
« minimiser son regret » d’avoir
éventuellement donné un conseil que « ex-
post » pourrait se révéler faux.
Diagnostique Précoce (Dépistages)
Modification des recommandations des médecins de famille
aux patients aprés avoir participés à un “workshop” sur les
bénéfices et les risques “evidence-based” des dépistages
% DE MÉDECINS (N=50) QUI
RECOMMANDE LE DÉPISTAGE
Avant le Après le
Workshop Workshop
33% 59%
47% 24%
47% 29%
41% 18%
-Colonoscopie
(âge 50 + / tous les 10 ans)
- RX aux grands fumeurs
- Mammographie (50-70 ans)
- PSA PROSTATE (50-70 ans)
SOURCE: HUBER F. SMW supp. 175 (2009)
POLITIQUE SANITAIRE
STRUCTURELLE
RÉORGANISER LES SYSTÈMES
“UNIVERSELS” EN FONCTION
DES RESSOURCES DISPONIBLES
(INDIVIDUELLES ET
COLLECTIVES).
GARANTIR UN ACCÈS
EQUITABLE A UN “PANIER” DE
PRESTATIONS ADEQUATES ET
“ESSENTIELLES”.
( Technology Assessment)
CULTURELLE
COMUNICATION
INSTITUTIONNELLE
RAMENER LES ATTENTES À LA
RÉALITÉ DES “ ÉPREUVES ” ET
PROMOUVOIR L`AUTONOMIE
DÉCISIONNELLE
Maîtriser le consumérisme
46
DÉPROGRAMMER
LA SOCIETÉ CIVILE
RAMENER
LES ATTENTES À LA RÉALITÉ
(TÂCHE DE LA PROFESSION MÉDICALE)
47
RAMENER LES ATTENTES A LA RÉALITÉ
Source: R.Smith, Editor British Medical Journal (1999)
LE DECÈS EST INÉVITABLE ;
 LA PLUPART DES MALADIES GRAVES NE PEUVENT PAS ÊTRE GUÉRIES;
 LES ANTIBIOTHIQUES SONT INUTILES CONTRE LA GRIPPE;
QUELQUEFOIS LES PROTHÈSES SE CASSENT;
 LES HÔPITAUX SONT DES LIEUX DANGEREUX;
TOUT MEDICAMENT A AUSSI DES EFFETS SECONDAIRES;
 LA PLUPART DES TRAITEMENTS MEDICAUX NE DONNENT QUE DES
BÉNÉFICES MARGINAUX ET BEAUCOUP NE FONCTIONNENT PAS
DU TOUT;
 LES DÉPISTAGES DONNENT AUSSI DES RÉSULTATS FAUX POSITIFS ET
FAUX NEGATIFS;
 ET IL Y A DE MEILLEURS MOYENS DE DÉPENSER L’ARGENT QUE CELUI
D’ACHETER DE LA TECHNOLOGIE MÉDICALE.
« Les cultures
changent aux
rythme des
siècles »
CONFUCIUS
(551-479 av. J-C)
49Bonne nouvelle. D'après Google, vous n'avez rien !

Contenu connexe

Tendances

Médecine-science: changement de paradigme
Médecine-science: changement de paradigmeMédecine-science: changement de paradigme
Médecine-science: changement de paradigmePelouze Guy-André
 
Aspects medicaux ethiques et philosophiques du tt du cancer nicole delepine m...
Aspects medicaux ethiques et philosophiques du tt du cancer nicole delepine m...Aspects medicaux ethiques et philosophiques du tt du cancer nicole delepine m...
Aspects medicaux ethiques et philosophiques du tt du cancer nicole delepine m...Elsa von Licy
 
Prise en-charge-personnes-agees
Prise en-charge-personnes-ageesPrise en-charge-personnes-agees
Prise en-charge-personnes-ageesAssociation LIR
 
Conference de presse de l'Alliance Maladies Rares au Maroc en 2018
Conference de presse de l'Alliance Maladies Rares au Maroc en 2018Conference de presse de l'Alliance Maladies Rares au Maroc en 2018
Conference de presse de l'Alliance Maladies Rares au Maroc en 2018Khadija Moussayer
 
ENQUETE DE PERCEPTIO N SUR LA VARICELLE AU PRES DES MEDECINS ET PARMACIENS
ENQUETE DE PERCEPTIO N SUR LA VARICELLE AU PRES DES MEDECINS ET PARMACIENSENQUETE DE PERCEPTIO N SUR LA VARICELLE AU PRES DES MEDECINS ET PARMACIENS
ENQUETE DE PERCEPTIO N SUR LA VARICELLE AU PRES DES MEDECINS ET PARMACIENSMouad Boutadghart
 
Linnovation en sante_lespoir_des_francais
Linnovation en sante_lespoir_des_francaisLinnovation en sante_lespoir_des_francais
Linnovation en sante_lespoir_des_francaisAssociation LIR
 
Role et place du medecin generaliste
Role et place du medecin generalisteRole et place du medecin generaliste
Role et place du medecin generalistelemarechal
 
Peut-on améliorer la lutte antipaludique basée sur l'utilisation des médicame...
Peut-on améliorer la lutte antipaludique basée sur l'utilisation des médicame...Peut-on améliorer la lutte antipaludique basée sur l'utilisation des médicame...
Peut-on améliorer la lutte antipaludique basée sur l'utilisation des médicame...Institut Pasteur de Madagascar
 
Recommandations nutrition periop 090111sfar
Recommandations nutrition periop 090111sfarRecommandations nutrition periop 090111sfar
Recommandations nutrition periop 090111sfarpquentin
 
Les maladies rares situation au maroc
Les maladies rares  situation au marocLes maladies rares  situation au maroc
Les maladies rares situation au marocKhadija Moussayer
 
Le retour de la conception biomédicale de la maladie dans les politiques inte...
Le retour de la conception biomédicale de la maladie dans les politiques inte...Le retour de la conception biomédicale de la maladie dans les politiques inte...
Le retour de la conception biomédicale de la maladie dans les politiques inte...valéry ridde
 
Point épidémiologique et focus sur le dépistage des hépatites B et C
Point épidémiologique et focus sur le dépistage des hépatites B et CPoint épidémiologique et focus sur le dépistage des hépatites B et C
Point épidémiologique et focus sur le dépistage des hépatites B et CCripsIDF
 
La femme au coeur des maladies auto immunes
La femme au coeur des maladies auto immunesLa femme au coeur des maladies auto immunes
La femme au coeur des maladies auto immunesKhadija Moussayer
 

Tendances (14)

Médecine-science: changement de paradigme
Médecine-science: changement de paradigmeMédecine-science: changement de paradigme
Médecine-science: changement de paradigme
 
Aspects medicaux ethiques et philosophiques du tt du cancer nicole delepine m...
Aspects medicaux ethiques et philosophiques du tt du cancer nicole delepine m...Aspects medicaux ethiques et philosophiques du tt du cancer nicole delepine m...
Aspects medicaux ethiques et philosophiques du tt du cancer nicole delepine m...
 
Prise en-charge-personnes-agees
Prise en-charge-personnes-ageesPrise en-charge-personnes-agees
Prise en-charge-personnes-agees
 
Conference de presse de l'Alliance Maladies Rares au Maroc en 2018
Conference de presse de l'Alliance Maladies Rares au Maroc en 2018Conference de presse de l'Alliance Maladies Rares au Maroc en 2018
Conference de presse de l'Alliance Maladies Rares au Maroc en 2018
 
ENQUETE DE PERCEPTIO N SUR LA VARICELLE AU PRES DES MEDECINS ET PARMACIENS
ENQUETE DE PERCEPTIO N SUR LA VARICELLE AU PRES DES MEDECINS ET PARMACIENSENQUETE DE PERCEPTIO N SUR LA VARICELLE AU PRES DES MEDECINS ET PARMACIENS
ENQUETE DE PERCEPTIO N SUR LA VARICELLE AU PRES DES MEDECINS ET PARMACIENS
 
Linnovation en sante_lespoir_des_francais
Linnovation en sante_lespoir_des_francaisLinnovation en sante_lespoir_des_francais
Linnovation en sante_lespoir_des_francais
 
Épidémiologie
Épidémiologie Épidémiologie
Épidémiologie
 
Role et place du medecin generaliste
Role et place du medecin generalisteRole et place du medecin generaliste
Role et place du medecin generaliste
 
Peut-on améliorer la lutte antipaludique basée sur l'utilisation des médicame...
Peut-on améliorer la lutte antipaludique basée sur l'utilisation des médicame...Peut-on améliorer la lutte antipaludique basée sur l'utilisation des médicame...
Peut-on améliorer la lutte antipaludique basée sur l'utilisation des médicame...
 
Recommandations nutrition periop 090111sfar
Recommandations nutrition periop 090111sfarRecommandations nutrition periop 090111sfar
Recommandations nutrition periop 090111sfar
 
Les maladies rares situation au maroc
Les maladies rares  situation au marocLes maladies rares  situation au maroc
Les maladies rares situation au maroc
 
Le retour de la conception biomédicale de la maladie dans les politiques inte...
Le retour de la conception biomédicale de la maladie dans les politiques inte...Le retour de la conception biomédicale de la maladie dans les politiques inte...
Le retour de la conception biomédicale de la maladie dans les politiques inte...
 
Point épidémiologique et focus sur le dépistage des hépatites B et C
Point épidémiologique et focus sur le dépistage des hépatites B et CPoint épidémiologique et focus sur le dépistage des hépatites B et C
Point épidémiologique et focus sur le dépistage des hépatites B et C
 
La femme au coeur des maladies auto immunes
La femme au coeur des maladies auto immunesLa femme au coeur des maladies auto immunes
La femme au coeur des maladies auto immunes
 

Similaire à Gianfranco Domenighetti | Master in Public Management and Policy (PMP) | Lezione 6 - Communication externe | 2011_FR

Dépister le cancer du sein? Une décision qui appartient à chaque femme-Brochu...
Dépister le cancer du sein? Une décision qui appartient à chaque femme-Brochu...Dépister le cancer du sein? Une décision qui appartient à chaque femme-Brochu...
Dépister le cancer du sein? Une décision qui appartient à chaque femme-Brochu...Cancer Rose
 
Dépister le Cancer du Sein ?
Dépister le Cancer du Sein ?Dépister le Cancer du Sein ?
Dépister le Cancer du Sein ?DES Daughter
 
Surdiagnostic des cancers du sein, controverses à propos du dépistage
Surdiagnostic des cancers du sein, controverses à propos du dépistageSurdiagnostic des cancers du sein, controverses à propos du dépistage
Surdiagnostic des cancers du sein, controverses à propos du dépistageCancer Rose
 
Extrait livre: Dépistage du cancer du sein-La grande illusion. Pourquoi il pe...
Extrait livre: Dépistage du cancer du sein-La grande illusion. Pourquoi il pe...Extrait livre: Dépistage du cancer du sein-La grande illusion. Pourquoi il pe...
Extrait livre: Dépistage du cancer du sein-La grande illusion. Pourquoi il pe...Cancer Rose
 
Surdiagnostic des cancers du sein. Controverse à propos du dépistage. Cours D...
Surdiagnostic des cancers du sein. Controverse à propos du dépistage. Cours D...Surdiagnostic des cancers du sein. Controverse à propos du dépistage. Cours D...
Surdiagnostic des cancers du sein. Controverse à propos du dépistage. Cours D...Cancer Rose
 
Surdiagnostic des Cancers du Sein
Surdiagnostic des Cancers du SeinSurdiagnostic des Cancers du Sein
Surdiagnostic des Cancers du SeinDES Daughter
 
Recherche en médecine générale surmédicalisation, surdiagnostics, surtraite...
Recherche en médecine générale   surmédicalisation, surdiagnostics, surtraite...Recherche en médecine générale   surmédicalisation, surdiagnostics, surtraite...
Recherche en médecine générale surmédicalisation, surdiagnostics, surtraite...Réseau Pro Santé
 
La lutte contre le cancer. Une spécificité française
La lutte contre le cancer. Une spécificité françaiseLa lutte contre le cancer. Une spécificité française
La lutte contre le cancer. Une spécificité françaisesamirsharshar
 
ELAN REV : Forum 2008 - Cancer du sein
ELAN REV : Forum 2008 - Cancer du seinELAN REV : Forum 2008 - Cancer du sein
ELAN REV : Forum 2008 - Cancer du seinELAN REV
 
ELAN-REV Forum 2008 S2 Cancer Du Sein
ELAN-REV Forum 2008 S2 Cancer Du SeinELAN-REV Forum 2008 S2 Cancer Du Sein
ELAN-REV Forum 2008 S2 Cancer Du SeinELAN REV
 
Prévention des Cancers du Sein par Carole Mathelin
Prévention des Cancers du Sein par Carole MathelinPrévention des Cancers du Sein par Carole Mathelin
Prévention des Cancers du Sein par Carole MathelinAssociation Seins et Vie
 
Dépistage mammographique des femmes de 50 à 74 ans-Les faits pour décider
Dépistage mammographique des femmes de 50 à 74 ans-Les faits pour déciderDépistage mammographique des femmes de 50 à 74 ans-Les faits pour décider
Dépistage mammographique des femmes de 50 à 74 ans-Les faits pour déciderCancer Rose
 
Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007
Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007
Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007Marie Campistron
 
cours épidémiologie en santé publique pour les.ppt
cours épidémiologie en santé publique pour les.pptcours épidémiologie en santé publique pour les.ppt
cours épidémiologie en santé publique pour les.pptjean taty MINTA BIBINA
 
00-Programme national de détection précoce du cancer.pptx
00-Programme national de détection précoce du cancer.pptx00-Programme national de détection précoce du cancer.pptx
00-Programme national de détection précoce du cancer.pptxSamiraMBasskar
 
Cancer du sein 2010, mg
Cancer du sein 2010, mgCancer du sein 2010, mg
Cancer du sein 2010, mgesf3
 
These de doctorat
These de doctoratThese de doctorat
These de doctoratbalaye80
 

Similaire à Gianfranco Domenighetti | Master in Public Management and Policy (PMP) | Lezione 6 - Communication externe | 2011_FR (20)

Dépister le cancer du sein? Une décision qui appartient à chaque femme-Brochu...
Dépister le cancer du sein? Une décision qui appartient à chaque femme-Brochu...Dépister le cancer du sein? Une décision qui appartient à chaque femme-Brochu...
Dépister le cancer du sein? Une décision qui appartient à chaque femme-Brochu...
 
Dépister le Cancer du Sein ?
Dépister le Cancer du Sein ?Dépister le Cancer du Sein ?
Dépister le Cancer du Sein ?
 
Surdiagnostic des cancers du sein, controverses à propos du dépistage
Surdiagnostic des cancers du sein, controverses à propos du dépistageSurdiagnostic des cancers du sein, controverses à propos du dépistage
Surdiagnostic des cancers du sein, controverses à propos du dépistage
 
Extrait livre: Dépistage du cancer du sein-La grande illusion. Pourquoi il pe...
Extrait livre: Dépistage du cancer du sein-La grande illusion. Pourquoi il pe...Extrait livre: Dépistage du cancer du sein-La grande illusion. Pourquoi il pe...
Extrait livre: Dépistage du cancer du sein-La grande illusion. Pourquoi il pe...
 
Surdiagnostic des cancers du sein. Controverse à propos du dépistage. Cours D...
Surdiagnostic des cancers du sein. Controverse à propos du dépistage. Cours D...Surdiagnostic des cancers du sein. Controverse à propos du dépistage. Cours D...
Surdiagnostic des cancers du sein. Controverse à propos du dépistage. Cours D...
 
Surdiagnostic des Cancers du Sein
Surdiagnostic des Cancers du SeinSurdiagnostic des Cancers du Sein
Surdiagnostic des Cancers du Sein
 
Recherche en médecine générale surmédicalisation, surdiagnostics, surtraite...
Recherche en médecine générale   surmédicalisation, surdiagnostics, surtraite...Recherche en médecine générale   surmédicalisation, surdiagnostics, surtraite...
Recherche en médecine générale surmédicalisation, surdiagnostics, surtraite...
 
La lutte contre le cancer. Une spécificité française
La lutte contre le cancer. Une spécificité françaiseLa lutte contre le cancer. Une spécificité française
La lutte contre le cancer. Une spécificité française
 
ELAN REV : Forum 2008 - Cancer du sein
ELAN REV : Forum 2008 - Cancer du seinELAN REV : Forum 2008 - Cancer du sein
ELAN REV : Forum 2008 - Cancer du sein
 
ELAN-REV Forum 2008 S2 Cancer Du Sein
ELAN-REV Forum 2008 S2 Cancer Du SeinELAN-REV Forum 2008 S2 Cancer Du Sein
ELAN-REV Forum 2008 S2 Cancer Du Sein
 
Memoire hpv
Memoire hpvMemoire hpv
Memoire hpv
 
Prévention des Cancers du Sein par Carole Mathelin
Prévention des Cancers du Sein par Carole MathelinPrévention des Cancers du Sein par Carole Mathelin
Prévention des Cancers du Sein par Carole Mathelin
 
Dépistage mammographique des femmes de 50 à 74 ans-Les faits pour décider
Dépistage mammographique des femmes de 50 à 74 ans-Les faits pour déciderDépistage mammographique des femmes de 50 à 74 ans-Les faits pour décider
Dépistage mammographique des femmes de 50 à 74 ans-Les faits pour décider
 
Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007
Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007
Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007
 
cours épidémiologie en santé publique pour les.ppt
cours épidémiologie en santé publique pour les.pptcours épidémiologie en santé publique pour les.ppt
cours épidémiologie en santé publique pour les.ppt
 
00-Programme national de détection précoce du cancer.pptx
00-Programme national de détection précoce du cancer.pptx00-Programme national de détection précoce du cancer.pptx
00-Programme national de détection précoce du cancer.pptx
 
Epidemiology of cancers in advanced chronic kidney disease.
Epidemiology of cancers in advanced chronic kidney disease.Epidemiology of cancers in advanced chronic kidney disease.
Epidemiology of cancers in advanced chronic kidney disease.
 
Cancer du sein 2010, mg
Cancer du sein 2010, mgCancer du sein 2010, mg
Cancer du sein 2010, mg
 
Dépistage aaa lille
Dépistage aaa lilleDépistage aaa lille
Dépistage aaa lille
 
These de doctorat
These de doctoratThese de doctorat
These de doctorat
 

Plus de Angela Greco

SUPSI | Lezione 2 | 2013
SUPSI | Lezione 2 | 2013SUPSI | Lezione 2 | 2013
SUPSI | Lezione 2 | 2013Angela Greco
 
SUPSI | Lezione 1 | 2013
SUPSI | Lezione 1 | 2013SUPSI | Lezione 1 | 2013
SUPSI | Lezione 1 | 2013Angela Greco
 
Gianfranco Domenighetti | Corruzione e illegalità nei sistemi sanitari | 2013...
Gianfranco Domenighetti | Corruzione e illegalità nei sistemi sanitari | 2013...Gianfranco Domenighetti | Corruzione e illegalità nei sistemi sanitari | 2013...
Gianfranco Domenighetti | Corruzione e illegalità nei sistemi sanitari | 2013...Angela Greco
 
Gianfranco Domenighetti | Visibilità | Bologna 2012
Gianfranco Domenighetti | Visibilità | Bologna 2012Gianfranco Domenighetti | Visibilità | Bologna 2012
Gianfranco Domenighetti | Visibilità | Bologna 2012Angela Greco
 
Gianfranco Domenighetti | Dinamiche e complessità dei sistemi sanitari | 2014
Gianfranco Domenighetti | Dinamiche e complessità dei sistemi sanitari | 2014Gianfranco Domenighetti | Dinamiche e complessità dei sistemi sanitari | 2014
Gianfranco Domenighetti | Dinamiche e complessità dei sistemi sanitari | 2014Angela Greco
 
Gianfranco Domenighetti | Evidence of medical misuse in Switzerland | 2013 Thun
Gianfranco Domenighetti | Evidence of medical misuse in Switzerland | 2013 ThunGianfranco Domenighetti | Evidence of medical misuse in Switzerland | 2013 Thun
Gianfranco Domenighetti | Evidence of medical misuse in Switzerland | 2013 ThunAngela Greco
 
Vernero Domenighetti | Fare di più non significa fare meglio | 2013
Vernero Domenighetti | Fare di più non significa fare meglio | 2013Vernero Domenighetti | Fare di più non significa fare meglio | 2013
Vernero Domenighetti | Fare di più non significa fare meglio | 2013Angela Greco
 
Gianfranco Domenighetti | Informare ed interagire con la società salute bene ...
Gianfranco Domenighetti | Informare ed interagire con la società salute bene ...Gianfranco Domenighetti | Informare ed interagire con la società salute bene ...
Gianfranco Domenighetti | Informare ed interagire con la società salute bene ...Angela Greco
 
Gianfranco Domenighetti | Conflitti d'interesse, frode e corruzione | 2014
Gianfranco Domenighetti | Conflitti d'interesse, frode e corruzione | 2014Gianfranco Domenighetti | Conflitti d'interesse, frode e corruzione | 2014
Gianfranco Domenighetti | Conflitti d'interesse, frode e corruzione | 2014Angela Greco
 
Gianfranco Domenighetti | Disease mongering | 2014
Gianfranco Domenighetti | Disease mongering | 2014Gianfranco Domenighetti | Disease mongering | 2014
Gianfranco Domenighetti | Disease mongering | 2014Angela Greco
 
Domenighetti et al | The prevalence of out of pocket access to the Italian an...
Domenighetti et al | The prevalence of out of pocket access to the Italian an...Domenighetti et al | The prevalence of out of pocket access to the Italian an...
Domenighetti et al | The prevalence of out of pocket access to the Italian an...Angela Greco
 
Gianfranco Domenighetti | Dinamiche e complessità dei sistemi sanitari | 2013
Gianfranco Domenighetti | Dinamiche e complessità dei sistemi sanitari | 2013Gianfranco Domenighetti | Dinamiche e complessità dei sistemi sanitari | 2013
Gianfranco Domenighetti | Dinamiche e complessità dei sistemi sanitari | 2013Angela Greco
 
Gianfranco Domenighetti | UNIBO | Dinamiche e complessità dei sistemi sanitar...
Gianfranco Domenighetti | UNIBO | Dinamiche e complessità dei sistemi sanitar...Gianfranco Domenighetti | UNIBO | Dinamiche e complessità dei sistemi sanitar...
Gianfranco Domenighetti | UNIBO | Dinamiche e complessità dei sistemi sanitar...Angela Greco
 
Gianfranco Domenighetti | UNIBO | Conflitti di interesse, frodi e corruzione ...
Gianfranco Domenighetti | UNIBO | Conflitti di interesse, frodi e corruzione ...Gianfranco Domenighetti | UNIBO | Conflitti di interesse, frodi e corruzione ...
Gianfranco Domenighetti | UNIBO | Conflitti di interesse, frodi e corruzione ...Angela Greco
 

Plus de Angela Greco (14)

SUPSI | Lezione 2 | 2013
SUPSI | Lezione 2 | 2013SUPSI | Lezione 2 | 2013
SUPSI | Lezione 2 | 2013
 
SUPSI | Lezione 1 | 2013
SUPSI | Lezione 1 | 2013SUPSI | Lezione 1 | 2013
SUPSI | Lezione 1 | 2013
 
Gianfranco Domenighetti | Corruzione e illegalità nei sistemi sanitari | 2013...
Gianfranco Domenighetti | Corruzione e illegalità nei sistemi sanitari | 2013...Gianfranco Domenighetti | Corruzione e illegalità nei sistemi sanitari | 2013...
Gianfranco Domenighetti | Corruzione e illegalità nei sistemi sanitari | 2013...
 
Gianfranco Domenighetti | Visibilità | Bologna 2012
Gianfranco Domenighetti | Visibilità | Bologna 2012Gianfranco Domenighetti | Visibilità | Bologna 2012
Gianfranco Domenighetti | Visibilità | Bologna 2012
 
Gianfranco Domenighetti | Dinamiche e complessità dei sistemi sanitari | 2014
Gianfranco Domenighetti | Dinamiche e complessità dei sistemi sanitari | 2014Gianfranco Domenighetti | Dinamiche e complessità dei sistemi sanitari | 2014
Gianfranco Domenighetti | Dinamiche e complessità dei sistemi sanitari | 2014
 
Gianfranco Domenighetti | Evidence of medical misuse in Switzerland | 2013 Thun
Gianfranco Domenighetti | Evidence of medical misuse in Switzerland | 2013 ThunGianfranco Domenighetti | Evidence of medical misuse in Switzerland | 2013 Thun
Gianfranco Domenighetti | Evidence of medical misuse in Switzerland | 2013 Thun
 
Vernero Domenighetti | Fare di più non significa fare meglio | 2013
Vernero Domenighetti | Fare di più non significa fare meglio | 2013Vernero Domenighetti | Fare di più non significa fare meglio | 2013
Vernero Domenighetti | Fare di più non significa fare meglio | 2013
 
Gianfranco Domenighetti | Informare ed interagire con la società salute bene ...
Gianfranco Domenighetti | Informare ed interagire con la società salute bene ...Gianfranco Domenighetti | Informare ed interagire con la società salute bene ...
Gianfranco Domenighetti | Informare ed interagire con la società salute bene ...
 
Gianfranco Domenighetti | Conflitti d'interesse, frode e corruzione | 2014
Gianfranco Domenighetti | Conflitti d'interesse, frode e corruzione | 2014Gianfranco Domenighetti | Conflitti d'interesse, frode e corruzione | 2014
Gianfranco Domenighetti | Conflitti d'interesse, frode e corruzione | 2014
 
Gianfranco Domenighetti | Disease mongering | 2014
Gianfranco Domenighetti | Disease mongering | 2014Gianfranco Domenighetti | Disease mongering | 2014
Gianfranco Domenighetti | Disease mongering | 2014
 
Domenighetti et al | The prevalence of out of pocket access to the Italian an...
Domenighetti et al | The prevalence of out of pocket access to the Italian an...Domenighetti et al | The prevalence of out of pocket access to the Italian an...
Domenighetti et al | The prevalence of out of pocket access to the Italian an...
 
Gianfranco Domenighetti | Dinamiche e complessità dei sistemi sanitari | 2013
Gianfranco Domenighetti | Dinamiche e complessità dei sistemi sanitari | 2013Gianfranco Domenighetti | Dinamiche e complessità dei sistemi sanitari | 2013
Gianfranco Domenighetti | Dinamiche e complessità dei sistemi sanitari | 2013
 
Gianfranco Domenighetti | UNIBO | Dinamiche e complessità dei sistemi sanitar...
Gianfranco Domenighetti | UNIBO | Dinamiche e complessità dei sistemi sanitar...Gianfranco Domenighetti | UNIBO | Dinamiche e complessità dei sistemi sanitar...
Gianfranco Domenighetti | UNIBO | Dinamiche e complessità dei sistemi sanitar...
 
Gianfranco Domenighetti | UNIBO | Conflitti di interesse, frodi e corruzione ...
Gianfranco Domenighetti | UNIBO | Conflitti di interesse, frodi e corruzione ...Gianfranco Domenighetti | UNIBO | Conflitti di interesse, frodi e corruzione ...
Gianfranco Domenighetti | UNIBO | Conflitti di interesse, frodi e corruzione ...
 

Gianfranco Domenighetti | Master in Public Management and Policy (PMP) | Lezione 6 - Communication externe | 2011_FR

  • 1. 1 COMMUNICATION PUBLIQUE ENVERS LA SOCIÉTÉ CIVILE MÉDICALISATION DE LA VIE ET DE LA SOCIETÉ  COMMUNICATION: - promotion de l`autonomie individuelle ou - propagande ?
  • 2. MÉDICALISATION = PROCESSUS D`ACHARNEMENT DIAGNOSTIQUE ET THÉRAPEUTIQUE PRÉVENTIF ENVERS DES INDIVIDUS SUBJECTIVEMENT EN BONNE SANTÉ (médicalisation des bien- portants)
  • 3. PROCESSUS SOUTENU PAR LA DIFFUSION DE L`INNOVATION TECHNOLOGIQUE ET LE MARKETING DES RISQUES DE SANTÉ
  • 4. LE CANCER DE LA THYROIDE CROIT À UNE VITESSE 5 FOIS SUPÉRIEUR À CELLE DU CANCER AUX TESTICULES. DEMANDE À TON MÉDÉCIN DE TE CONTRÔLER LE COU. LOWE, New York 2009
  • 5. ● Une fois les individus demandaient d`être soignés car ils se sentaient malades ● Aujourd`hui on encourage les individus subjectivement en bonne santé à se soumettre à toute une série d`examens et de tests préventifs afin de les assurer qu`ils ne sont pas “malades” ● L`entreprise médico-industrielle a dévéloppé des technologies en mesure d`identifier les plus petites anomalies, elle a modifié les seuils qui définissent la “normalité” e “créé“ des nouvelles maladies ● La grande majorité de ces “anomalies” ou pseudo-maladies découvertes chez des individus subjectivement en bonne santé sont “inconsistantes”, c.a.d elles ne vont pas donner des symptomes ou des problèmes au cours de la vie
  • 6. 6 ..LES BIEN - PORTANTS NE SONT RIEN D`AUTRE QUE DES MALADES QUI S`IGNORENT.. Jules Romains KNOCK OU LE TRIOMPHE DE LA MÈDECINE 1923
  • 7. « MON RÊVE EST DE PRODUIRE DES MÉDICAMENTS POUR LES BIENS PORTANTS » HENRY GADSEN (CEO,MSD) FORTUNE 1976
  • 8. 8 “ON PEUT FAIRE BEAUCOUP D’ARGENT SI L’ON ARRIVE A CONVAINCRE LES BIEN-PORTANTS QU’EN REALITÉ ILS SONT DES MALADES” • R. Moynihan et al. BMJ 2002 BMJ 13,April 2002 Too Much Medicine?
  • 10. 10 CALENDRIER OCTOBRE 2005  1-31 Mois de la prévention du cancer du sein  1-31 Rett syndrome awareness month  1-31 World blindness awareness month  6 Journée européenne de la dépression  8 Journée mondiale des soins palliatifs  9 Journée mondiale de la céliaquie  10 Journée mondiale de l’obésité SAINTS MORBIDITÉS 2005 435 jours “occupés”
  • 11. 11  10 Journée mondiale de la santé mentale  12 Journée mondiale des maladies rhumatismales  13-19 Semaine du diagnostique et de la thérapie de la constipation  13 Journée mondiale de la vue  16 World Food Day  17-22 Semaine européenne contre la douleur  18 Journée de la ménopause  20 Journée mondiale de l’ostéoporose  22 International stuttering awareness day  23-29 Hearing aids awareness week  26 Journée de la santé du poumon  29 Journée mondiale de la psoriasis  31-6 nov. International herpes week
  • 12. 12 MÉDICALISATION DE LA VIE = EXTENSION DU DOMAINE DE LA MÉDECINE 1) SUR LE PLAN QUANTITATIF ( abaissement des seuils ) 2) SUR LE PLAN TEMPOREL ( diagnostic précoce ) 3) SUR LE PLAN QUALITATIF ( nouvelles maladies ) Source: R. Satolli (2006)
  • 13. 13 DIAGNOSTIC PRÉCOCE . représente souvent la « porte d`entrée » de choix vers la médicalisation douteuse ou inutile. Grâce aux diagnostiques génétiques chacun aura l’opportunité d’être transformé en “malade” juste après la naîssance.
  • 14. 14 1950 1990 Area of potential: • individual and social stress • waste of ressources
  • 15. 15 DO YOU THINK IT IS ALWAYS USEFUL, USEFUL ONLY IN SOME CASES OR NEVER USEFUL, TO HAVE MEDICAL EXAMS IN ORDER TO KNOW IN ADVANCE (i.e. BEFORE ANY SYMPTOMS APPEAR) IF YOU HAVE AN ILLNESS? 80% 17% 2% 63% 32% 3% 54% 37% 9% 51% 39% 10% 32% 54% 14% 0% 20% 40% 60% 80% 100% ITALY UK ITA CH FRENCH CH GERM CH Always useful Useful only in some cases Never useful GEN. POP. AGED 15+, N=1000 (2006)Source: G. Domenighetti 2006
  • 16.  Femmes sans le col de l’utérus qui continuent à faire le Pap-Test. (Source: Sirovich, Welch. JAMA 2004)  Proportion d’adultes qui préfèrent se soumettre à un “Total-body scanner” plutôt que recevoir un cadeau de 1000$ “cash”.  Proportion d’adultes disposés à se soumettre à un test de diagnostique précoce même pour un tumeur pour lequel il n’existe pas de soins. (Source: Schwartz et al. JAMA 2004)  Proportion de femmes qui croient que le screening mammographique evite ou réduit le risque de tomber un jour malade d’un cancer du sein. (Source: Domenighetti et al. Int.J. Epidem.2004) USA 50 % USA 73 % USA 66 % Italie 81 % USA 57 % UK 69 % CH 65 %
  • 19. 19
  • 20. 20 PRÉVALENCE DE QUELQUES CANCERS LIEU PRÉVALENCE PRÉVALENCE CLINIQUE MICROSCOPIQUE (autopsie) SEIN ( femmes âge 40-50) 1% 39% PROSTATE (hommes âge 60-70) 1% 46% THYROIDE (adultes âge 50-70) 0.1% 100% Source: Black, Welch, NEJM, 1993
  • 22. 2222 MORTALITY REDUCTION (RR) BY MAMMOGRAPHIC SCREENING AT AGE 50-74 (AFTER 7-13 YEARS) COCRANE SYSTEMATIC REVIEW 2006 Gøtzsche – Nielsen  Adequately Randomised Trials (N = 3) at 7 years + 5% (- 17% / +33%) at 13 years – 7% (-20% / +9%)  Suboptimal Randomised Trials (N = 7) at 7 years – 29% (-39% / -17%) at 13 years – 25% (-33% / -17%) CONCLUSIONS: For every 2000 women invited one will have her life prolonged (after 10 years). 10 women will be treated unnecessarily.
  • 23. 23 VISION OPTIMISTE Bénéfices et événements indésirés pour 1000 femmes d’âge => 50 mammographiées tous les 2 ans pour une période de 10 ans COMPARAISON AVEC 1000 FEMMES NE PARTICIPANTS PAS AU SCREENING Résultats faux positifs: diagnostics suspect de cancers du sein non confirmés après ultérieurs investigations Biopsies chirurgicales d’approfondissement Résultats faux négatifs Cancers du sein diagnostiqués (invasifs + DCIS) Surdiagnostic: cancers du seins qui n’auraient jamais évolués (over treatments) Décédées par cancer du sein Décès évités grâce au screening (sur 10 ans et pour 1000 femmes) SCREENING N = 1000 FEMMES NON SCREENING N = 1000 FEMMES Sources: Various (Barrat et al BMJ 2005; NHSBSP 2006; NCI 2006; Zackrisson BMJ 2006) 242 50 10 33 3-15 4 2 -- -- -- 20 -- 6 --
  • 26. BSGI breast specific gamma imaging 1 mm size Ductal Cancer in Situ MAMMOGRAPHY (FILM SCREEN) 10mm ( DIGITAL) 7mm COMMENT CRÉER UNE ÉPIDÉMIE DE CANCERS DU SEIN ? Le 39% des femmes de 40-50 ans ont à l`autopsie des cancers du sein “in situ” ( Black, Welch NEJM 1993) QUEL IMPACT SUR LES FEMMES ET SUR LES SISTÈMES DE SANTÉ ?
  • 27. 2727 ANTICIPATION DU DIAGNOSTIC SANS BÉNÉFICES LE PLUS IMPORTANT ÉFFET INDÉSIRÉ DU DÉPISTAGE OU DU DIAGNOSTIC PRÉCOCE
  • 28. SURVIVAL 3 YEARS SURVIVAL 10 YEARS DÉPISTAGES : AUGMENTATION ARTIFICIELLE DE LA SURVIE ? PATIENT A PATIENT B
  • 30. 3030 PRINCIPAUX “SUPPORTS” À LA MÉDICALISATION DE LA SOCIÉTÉ MASS MEDIA + BROCHURES MARKETING DES RISQUES DE SANTÈ
  • 31. 31 MEDIA BROCHURES ET SUPPORTS “INFORMATIFS”  MISE EN ÉVIDENCE DES SEULS “BÉNÉFICES” (même si uniquement potentiels)  OMISSION DES ÉFFETS INDÉSIRÉS, DES RISQUES ET DES INCERTITUDES  OMISSION DES CONTROVERSES DE TYPE SCIENTIFIQUE  OMISSION D’ INFORMATIONS UTILES POUR LA PRISE DE DÉCISION DE LA PART DES PATIENTS / USAGERS  INFORMATIONS INEXACTES OU OBSOLÈTES  ACCENT SUR LES BÉNÉFICES (même si potentiels) ET TENDANCE A L’ OMISSION DES RISQUES LES INCERTITUDES SONT IGNORÉES Source: Angela Coulter, BMJ and Health Expectations PROPAGANDE ? PROPAGANDE ?
  • 32. PROPAGANDE STRATÉGIE DE COMUNICATION QUI VISE À INFLUENCER LES OPINIONS ET / OU LES COMPORTEMENTS DES INDIVIDUS PAR DES MESSAGES ET DES INFORMATIONS INCOMPLÈTES, PARTISANNES, FAUSSES OU MYSTIFICATOIRES.
  • 33. FONDATION GENEVOISE POUR LE DÉPISTAGE DU CANCER DU SEIN RAPPORT D`ACTIVITÈ 2003
  • 36. BROCHURE INFORMATIVE SUR LES BÉNÉFICES,LES RISQUES ET LES INCERTITUDES DE LA MAMMOGRAPHIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE ENVOYÈE EN 2008 A TOUTES LES FEMMES (âge 30-75 ) DU CANTON DU TESSIN http://www.ti.ch/dss/DSP/SezS/UffP VS/progetti/Diritti_dei_pazienti/pdf/ OpuscoloMammografia-med.pdf DÉCHARGEABLE DU SITE:
  • 37. Les femmes ont des “bons” motifs pour se soumettre à la mammographie de diagnostic précoce…et des “bons” motifs pour ne pas le faire. INCIPIT DES DEUX BROCHURES BROCHURE DU CANTON DU TESSIN BROCHURE DU DENMARK
  • 38. INFORMATIONS QUANTITATIVES IMPORTANTES POUR LA DÉCISION DE PARTICIPER AU DÉPISTAGE MAMMOGRAPHIQUE. ANALYSE DE DEUX BROCHURES INFORMATIVES (*) (dépistage de 1000 femmes d’âge 50 et + tous les 2 ans pour 10 ans) Nombre de décès par cancer du sein évités grâce au screening Réduction du risque relatif (%) de mourir d’un cancer du sein grâce au dépistage Nombre de cas de cancer du sein diagnostiqués par le screening Nombre de décès par cancer du sein dans le groupe “mammographie” comparé au groupe “aucune mammographie” Risque individuel de ne pas mourir d’un cancer du sein parmi celles qui ne font pas le dépistage PROGRAMMES ROMANDS (brochure VALAIS) CANTON DU TESSIN BROCHURES Information NON OUI (- 35%) OUI [1 cas sur 100 femmes dépistées (par années (?)] NON 1 OUI (N=2) OUI (- 30%) OUI (33 cas) OUI (N=4 versus N=6) (*) Brochure envoyée à toutes les femmes éligibles avec l’invitation au screening dans les cantons romands versus brochure éditée par le Canton du Tessin. NON NON (serait de 99,4%)
  • 39. INFORMATIONS QUANTITATIVES IMPORTANTES POUR LA DÉCISION DE PARTICIPER AU SCREENING MAMMOGRAPHIQUE. ANALYSE DE DEUX BROCHURES INFORMATIVES (screening de 1000 femmes d’âge 50 et + tous les 2 ans pour 10 ans) Résultats faux positifs (femmes ayant un diagnostic suspect) PROGRAMMES ROMANDS (Brochure VALAIS) CANTON DU TESSIN BROCHURES Information OUI [ mais non quantifiés] NON 2 OUI (N=242/= 24%) Biopsies chirurgicales (investigations supplémentaires) Résultats faux négatifs OUI (64 femmes parmi les 242 cas faux positifs) OUI (mais non quantifiés) OUI (1 cas sur 1000 femmes mammographiées tous les deux ans. Tot 5 cas) Surdiagnostic NON Risques liés aux rayons X NON OUI (trascurables si âge 50/69 – âge inférieur risque démontré) Autres  Les participantes au screening doivent signer une déclaration qu’elles ont été informées sur les bénéfices et les effets indésirés du dépistage (!!).  Une brochure plus complète est disponibles sur demande. OUI ( N= 2-10 cas )
  • 40. 40  WHY DOUBLE INFORMATIVE STANDARDS ?  FEAR TO DETER WOMEN FROM ATTENDING SCREENING ?
  • 41. 41 COMPULSORY ETHICAL DUTY TO GIVE EVIDENCE-BASED INFORMATION TO ALLOW ELIGIBLE SUBJECTS TO MAKE AN EX-ANTE TRULY INFORMED CHOICE DOME, 1999 Comunicazionesanitaria2005.ppt
  • 42. 42 DAGNOSTIC PRECOCE = UNE “ CAGE ” LOGIQUE  SI JE FAIT L’EXAMEN ET LE RÉSULTAT EST POSITIF « J’AI BIEN FAIT À LE FAIRE « .  SI JE FAIT L’EXAMEN ET LE RÉSULTAT EST NEGATIF « J’AI BIEN FAIT A LE FAIRE, JE SUIS RASSURÉ »  SI JE NE FAIT PAS L’EXAMEN ET JE TOMBE MALADE « J`AI MAL FAIT À NE PAS ME SOUMETTRE À L’EXAMEN » CONCLUSION: TOUJOURS MIEUX FAIRE L’EXAMEN
  • 43. 43 DIAGNOSTIC PRÉCOCE = UNE “CAGE” LOGIQUE  Si j’invite mon médecin à me conseiller si je dois me soumettre ou non à un examen de diagnostic précoce  Sa réponse sera très probablement positive En effet face à l’incertitude de la médecine en général et du diagnostic précoce en particulier, le médecin aura intérêt à « minimiser son regret » d’avoir éventuellement donné un conseil que « ex- post » pourrait se révéler faux.
  • 44. Diagnostique Précoce (Dépistages) Modification des recommandations des médecins de famille aux patients aprés avoir participés à un “workshop” sur les bénéfices et les risques “evidence-based” des dépistages % DE MÉDECINS (N=50) QUI RECOMMANDE LE DÉPISTAGE Avant le Après le Workshop Workshop 33% 59% 47% 24% 47% 29% 41% 18% -Colonoscopie (âge 50 + / tous les 10 ans) - RX aux grands fumeurs - Mammographie (50-70 ans) - PSA PROSTATE (50-70 ans) SOURCE: HUBER F. SMW supp. 175 (2009)
  • 45. POLITIQUE SANITAIRE STRUCTURELLE RÉORGANISER LES SYSTÈMES “UNIVERSELS” EN FONCTION DES RESSOURCES DISPONIBLES (INDIVIDUELLES ET COLLECTIVES). GARANTIR UN ACCÈS EQUITABLE A UN “PANIER” DE PRESTATIONS ADEQUATES ET “ESSENTIELLES”. ( Technology Assessment) CULTURELLE COMUNICATION INSTITUTIONNELLE RAMENER LES ATTENTES À LA RÉALITÉ DES “ ÉPREUVES ” ET PROMOUVOIR L`AUTONOMIE DÉCISIONNELLE Maîtriser le consumérisme
  • 46. 46 DÉPROGRAMMER LA SOCIETÉ CIVILE RAMENER LES ATTENTES À LA RÉALITÉ (TÂCHE DE LA PROFESSION MÉDICALE)
  • 47. 47 RAMENER LES ATTENTES A LA RÉALITÉ Source: R.Smith, Editor British Medical Journal (1999) LE DECÈS EST INÉVITABLE ;  LA PLUPART DES MALADIES GRAVES NE PEUVENT PAS ÊTRE GUÉRIES;  LES ANTIBIOTHIQUES SONT INUTILES CONTRE LA GRIPPE; QUELQUEFOIS LES PROTHÈSES SE CASSENT;  LES HÔPITAUX SONT DES LIEUX DANGEREUX; TOUT MEDICAMENT A AUSSI DES EFFETS SECONDAIRES;  LA PLUPART DES TRAITEMENTS MEDICAUX NE DONNENT QUE DES BÉNÉFICES MARGINAUX ET BEAUCOUP NE FONCTIONNENT PAS DU TOUT;  LES DÉPISTAGES DONNENT AUSSI DES RÉSULTATS FAUX POSITIFS ET FAUX NEGATIFS;  ET IL Y A DE MEILLEURS MOYENS DE DÉPENSER L’ARGENT QUE CELUI D’ACHETER DE LA TECHNOLOGIE MÉDICALE.
  • 48. « Les cultures changent aux rythme des siècles » CONFUCIUS (551-479 av. J-C)
  • 49. 49Bonne nouvelle. D'après Google, vous n'avez rien !