Selon Jean-Marie Marx, Directeur Général de l’Apec, « Les
entreprises restent prudentes pour le 3ème trimestre : elles son...
NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E
TRIMESTRE 2015 / NUMÉRO 52 2
les perspectives dans la zone euro liées à la situation
financiè...
NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E
TRIMESTRE 2015 / NUMÉRO 52 3
TENDANCES PAR SECTEUR
INDUSTRIE
La situation est contrastée dan...
NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E
TRIMESTRE 2015 / NUMÉRO 52 4
INGÉNIERIE–R&D
Le secteur de l’Ingénierie-R&D enregistre une pr...
NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E
TRIMESTRE 2015 / NUMÉRO 52 5
VOLUMES DE RECRUTEMENTS
EXPLICATIONS AVANCÉES PAR LES ENTREPRIS...
NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E
TRIMESTRE 2015 / NUMÉRO 52 6
POSTES PROPOSÉS
PROFILS RECHERCHÉS
Les cadres commerciaux reste...
NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E
TRIMESTRE 2015 / NUMÉRO 52 7
BILAN
ÉVOLUTION DES OFFRES PAR FONCTION
Offres d’emploi cadre A...
NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E
TRIMESTRE 2015 / NUMÉRO 52 8
LES CANDIDATURES
LE TAUX DE RECRUTEMENT
–
ENQUÊTE DE TENSION
–
...
NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E
TRIMESTRE 2015 / NUMÉRO 52 9
LES RECRUTEMENTS EN COURS ET ABANDONNÉS
LA TENSION
La part des ...
www.apec.fr
Le baromètre trimestriel de recrutement cadre permet de connaître l’évolution du
climat chez les recruteurs à ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Etude Apec - Note de conjoncture du 3e trimestre 2015

333 vues

Publié le

La note de conjoncture de l'Apec avec les recrutements réalisés au 2e trimestre et les intentions des entreprises pour le 3e trimestre 2015.
Selon Jean-Marie Marx, Directeur Général de l’Apec, « Les
entreprises restent prudentes pour le 3ème trimestre : elles sont 48 % à avoir l’intention de recruter au moins un cadre durant cette période, au même niveau qu’en 2014 et 2013. Malgré cette prudence les entreprises déclarant embaucher des cadres dans des volumes plus importants, et à être certaines de le faire, sont cependant plus nombreuses. En outre, les intentions d’embauches restent très élevées dans les activités informatiques et l’ingénierie R&D, deux secteurs « locomotives » sur le marché de l’emploi des cadres. Cependant, cette hausse ne devrait pas profiter pas aux jeunes diplômés ni aux cadres seniors dans un contexte encore incertain. »

Publié dans : Recrutement & RH
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
333
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Etude Apec - Note de conjoncture du 3e trimestre 2015

  1. 1. Selon Jean-Marie Marx, Directeur Général de l’Apec, « Les entreprises restent prudentes pour le 3ème trimestre : elles sont 48 % à avoir l’intention de recruter au moins un cadre durant cette période, au même niveau qu’en 2014 et 2013. Malgré cette prudence les entreprises déclarant embaucher des cadres dans des volumes plus importants, et à être certaines de le faire, sont cependant plus nombreuses. En outre, les intentions d’embauches restent très élevées dans les activités informatiques et l’ingénierie R&D, deux secteurs « locomotives » sur le marché de l’emploi des cadres. Cependant, cette hausse ne devrait pas profiter pas aux jeunes diplômés ni aux cadres seniors dans un contexte encore incertain. » –CRE–CONJONCTUR –48 % DES ENTREPRISES PRÉVOIENT DE RECRUTER AU MOINS UN CADRE AU 3ÈME TRIMESTRE 2015– 3e TRIMESTRE 2015 NOTE DE CONJONCTURE TRIMESTRIELLE DE L’APEC – L’INSEE CONFIRME SES PRÉVISIONS FAVORABLES DE CROISSANCE EN 2015 – Malgré un redémarrage timide de l’investissement des entreprises, l’INSEE table sur une accélération nette du PIB en 2015, +1,2 % à la fin de l’année. Les moteurs de cette croissance seraient en premier lieu l’industrie ma- nufacturière (+2 %), l’énergie (+2,6 %) et les services marchands (+1,6 %), en réponse à une demande accrue des ménages. En revanche, la construction ne connai- trait pas d’amélioration, juste une moindre dégradation. Ces prévisions sont d’autant plus optimistes que l’acti- vité économique a été plus vive que prévue au premier trimestre 2015 en France, +0,6 % contre +0,4 % en prévision, et ce, malgré les corrections apportées à la dépréciation de l’euro et à la baisse du prix du pétrole. Ces prévisions sont renforcées par l’amélioration du cli- mat des affaires, dont l’indice a progressé de 3 points en mai 2015. Toutefois, les incertitudes, qui pèsent sur PRÈS DE LA MOITIÉ DES ENTREPRISES DE PLUS DE 100 SALARIÉS PRÉVOIENT DE RECRUTER AU MOINS UN CADRE AU 3E TRIMESTRE 2015 N° 52
  2. 2. NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E TRIMESTRE 2015 / NUMÉRO 52 2 les perspectives dans la zone euro liées à la situation financière de la Grèce, et ses impacts éventuels pour- raient remettre en cause ces prévisions. Les nouvelles sur le plan de l’emploi sont moins favo- rables, à la fois pour ce qui est des effectifs salariés au premier trimestre 2015 et des perspectives. Selon les derniers chiffres de l’ACOSS, les effectifs salariés du sec- teur privé ont augmenté de 0,1% au premier trimestre 2015, soit +15 000 postes, largement au bénéfice de l’emploi intérimaire. L’emploi dans l’industrie et la construction continue de se contracter, de respective- ment -8 000 postes et -10 000 postes au premier tri- mestre. Aussi, l’amélioration prévue de la situation éco- nomique ne se traduirait pas à court terme en termes d’emploi. Toutefois, l’INSEE anticipe une stabilisation du taux de chômage au second semestre 2015, à 10,4 % (10,1 % en France métropolitaine), soit quasiment son niveau à la fin du premier trimestre 2015 (10,3 % pour la France entière et 10 % pour la France métropolitaine). Fin avril 2015, 313 500 cadres étaient inscrits à Pôle Emploi (Catégories A, B et C), soit une progression de +5,4 % par rapport à 2014. Rappelons que le taux de chômage cadre s’élevait à 4,5 % fin 2014, selon l’Apec. – L’AMÉLIORATION DE L’ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE EST ENCORE PEU RESSENTIE PAR LES ENTREPRISES – Les entreprises interrogées par l’Apec en juin 2015 dans le cadre de son baromètre trimestriel sont 22 % ce tri- mestre à juger que leur situation économique s’est amé- liorée en un an, soit deux points de plus qu’il y a un an à la même période. Mais elles sont également un peu plus nombreuses, + 2 points également, à 19 %, à esti- mer qu’elle s’est dégradée. Au final, pour la majorité d’entre elles, 59 %, leur environnement économique est dominé par la stabilité. Le secteur des activités informatiques est le seul où les entreprises se déclarent en premier lieu optimistes de ce point de vue : 46 % d’entre elles jugent que leur situa- tion économique s’est améliorée (+15 points en un an) pour 42 % qui ne déclarent pas de changement. Plus optimistes que la moyenne, les entreprises des secteurs de l’industrie, de la banque-assurance et de l’ingénierie- R&D sont 26 % à avoir vu leur situation économique s’améliorer, soit respectivement -2 points, +12 points et + 6 points par rapport à il y a un an à la même période. Pour ces 3 secteurs, la proportion d’entreprises opti- mistes est supérieure à celle des pessimistes. A l’opposé, les entreprises de la construction sont 37 % à juger leur situation économique dégradée par rapport à la même période un an auparavant (+14 points) et seulement 10 % à la juger en amélioration (-2 points). – LE REMPLACEMENT DES DÉPARTS DEMEURE LE PREMIER MOTIF DES RECRUTEMENTS – Les prévisions en demi-teinte des entreprises interrogées au trimestre précédent quant à leurs perspectives d’em- bauches de cadres ont été concrétisées, puisque seules 51 % des entreprises de plus de 100 salariés interrogées pour le baromètre trimestriel de l’Apec ont recruté au moins un cadre au cours du deuxième trimestre 2015 (-3 points par rapport au deuxième trimestre 2014). Aussi, elles n’ont jamais été aussi peu nombreuses à recruter depuis le début de l’année 2010. Toutefois, parmi celles qui recrutent, la proportion de celles qui embauchent dans des volumes supérieurs, a augmenté par rapport à il y a un an : 34 % (+2 points). Elles sont aussi moins nombreuses à déclarer que leur volume de recrutement de cadres est en recul (27 % contre 30 % au deuxième trimestre 2014). La situation ne semble pas en mesure de s’inverser tant que les entreprises recruteront essentiellement pour rem- placer des départs et non parce que le développement de leur activité l’impose. Or, pour le troisième trimestre 2015, le premier motif de recrutement est le remplace- ment des départs (turn-over ou départs à la retraite), à 51 %, quand le développement de l’activité n’est la rai- son principale des recrutements que pour 27 % des entreprises recruteuses. – L’ATTENTISME DES ENTREPRISES SE CONFIRME POUR LE TROISIÈME TRIMESTRE 2015 – Et les remplacements voient leur rôle se renforcer pour les recrutements à venir puisqu’ils sont le motif principal de la moitié des recrutements envisagés au troisième trimestre 2015, en hausse de 4 points par rapport au troisième trimestre 2014. Ce manque de dynamisme explique que seules 48 % des entreprises interrogées au deuxième trimestre 2015 envisagent de recruter au troisième trimestre, proportion stable par rapport à la même période un an auparavant. Malgré cette pru- dence, les entreprises qui envisagent de recruter sont plus nombreuses à être certaines de le faire : 72 % d’entre elles, soit +3 points par rapport à il y a un an à la même période. Il faut souligner que ce degré de cer- titude est à mettre en lien avec le fait qu’il s’agit essen- tiellement de remplacements. Bilan et perspectives de recrutement / Ensemble des secteurs (en %) Source:Apec,Baromètretrimestrielderecrutementcadres 2013 2e trimestre 3e trimestre 4e trimestre 1er trimestre 2014 2e trimestre 3e trimestre 4e trimestre 1er trimestre 2015 2e trimestre 3e trimestre ENTREPRISES AYANT RECRUTÉ AU MOINS UN CADRE ENTREPRISES PRÉVOYANT DE RECRUTER AU MOINS UN CADRE 40 50 60 49% 48% 48% 52%52% 49% 53% 54% 51% 53% 55% 51% 51% 50% 57% 56% 55% 54%
  3. 3. NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E TRIMESTRE 2015 / NUMÉRO 52 3 TENDANCES PAR SECTEUR INDUSTRIE La situation est contrastée dans le secteur de l’industrie. Alors qu’en 2014 les réalisations se révélaient supérieures aux anticipations, les courbes se rejoignent en 2015. En effet, la proportion d’entreprises ayant recruté au moins un cadre au cours du deuxième trimestre a baissé de 4 points entre 2014 et 2015. En revanche, les prévisions de recrute- ments du troisième trimestre 2015 connaissent une hausse de 4 points en un an. Il s’agit vraisemblablement de recru- tements nécessaires et prévus mais que les entreprises in- dustrielles peinent à concrétiser. Les remplacements liés aux départs à la retraite sont cités comme le motif principal de recrutement par plus de 4 entreprises sur 10 qui recrutent. CONSTRUCTION Le secteur de la construction reste très instable. Ainsi, 45 % des entreprises déclarent avoir recruté au moins un cadre au deuxième trimestre 2015, soit une hausse de 6 points par rapport au deuxième trimestre 2014. Mais, les intentions de recrutements pour le troisième trimestre 2015 restent malgré tout prudentes. Le but premier des recrutements dans ce secteur reste la ges- tion du turn-over. COMMERCE & TRANSPORTS La situation apparaît moins favorable dans le secteur du commerce et des transports. Seules 32 % des entreprises prévoient de recruter au moins un cadre au troisième trimestre 2015, soit une baisse de 5 points par rapport à l’an passé à la même période. De plus, les réalisations du deuxième trimestre 2015 sont en baisse de 2 points en un an. Néanmoins, elles se situent au-dessus des pré- visions émises le trimestre précédent. BANQUE & ASSURANCE Les trois quarts des entreprises interrogées dans la banque assurance ont recruté au moins un cadre au deuxième trimestre 2015, niveau équivalent à celui d’il y a un an mais plus bas que les trimestres précédents. Ce pessimisme se constate aussi dans les prévisions : seules 68 % des entreprises du secteur envisagent de recruter au moins un cadre au cours du troisième tri- mestre 2015, en baisse de 4 points par rapport au troi- sième trimestre 2014. 2e trimestre 3e trimestre 4e trimestre 1er trimestre 2014 2e trimestre 3e trimestre 2015 20 40 60 80 100 59% 54% 50% 56% 52% 62% 57% 61% 55% 2e trimestre 3e trimestre 4e trimestre 1er trimestre 2014 2e trimestre 3e trimestre 2015 20 40 60 80 100 39% 33%33% 33% 41 % 38% 52% 30% 47% 45% 2e trimestre 3e trimestre 4e trimestre 1er trimestre 2014 2e trimestre 3e trimestre 2015 20 40 60 80 100 38% 36% 32% 37% 32% 41% 39% 43%43% 38% 2e trimestre 3e trimestre 4e trimestre 1er trimestre 20142014 2e trimestre 3e trimestre 2015 ENTREPRISES AYANT RECRUTÉ AU MOINS UN CADRE ENTREPRISES PRÉVOYANT DE RECRUTER AU MOINS UN CADRE 20 40 60 80 100 75% 75% 68% 72% 71% 83% 80% 69% 76% 74% – BAROMÈTRE DE RECRUTEMENT CADRES – Source:Apec,Baromètretrimestrielderecrutementcadres
  4. 4. NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E TRIMESTRE 2015 / NUMÉRO 52 4 INGÉNIERIE–R&D Le secteur de l’Ingénierie-R&D enregistre une progression tant au niveau des recrutements du deuxième trimestre 2015 (+4 points par rapport à l’an passé) que des prévi- sions du troisième trimestre (+5 points). En revanche, plus de 4 entreprises sur 10 qui recrutent déclarent que leur volume de recrutement est actuellement moins élevé qu’il y a un an. ACTIVITÉS INFORMATIQUES La situation reste favorable dans le secteur des activités informatiques : la proportion d’entreprises qui recrutent, bien qu’en baisse de 3 points par rapport à l’an passé, reste à haut niveau. Le secteur affiche en outre un réel optimisme : plus de 9 entreprises sur 10 prévoient de re- cruter des cadres au troisième trimestre 2015. Dans ce secteur, 57 % des entreprises qui recrutent indiquent un volume de recrutement actuel plus élevé que l’an passé. CONSEILS & SERVICES AUX ENTREPRISES Le secteur du Conseil et services aux entreprises est moins bien orienté qu’auparavant. La proportion d’entre- prises du secteur ayant embauché au moins un cadre au deuxième trimestre 2015 est en baisse de 7 points par rapport à l’an passé. De plus les intentions de recrute- ment pour le troisième trimestre se situent à un étiage bas (41%). MÉDICO-SOCIAL Les prévisions du troisième trimestre 2015 sont à la hausse, +4 points par rapport au troisième trimestre 2014, à 48 %. Notons que les réalisations de recrute- ment au deuxième trimestre 2015 dans le secteur Médico-social ont été légèrement supérieures à celles mesurées il y a un an à la même période. Dans ce sec- teur, la majeure partie des recrutements ont pour objec- tif de gérer le turn-over. 2e trimestre 3e trimestre 4e trimestre 1er trimestre 2014 2e trimestre 3e trimestre 2015 20 40 60 80 100 84% 88% 77% 72% 85% 81% 86% 80% 83% 83% 2e trimestre 3e trimestre 4e trimestre 1er trimestre 2014 2e trimestre 3e trimestre 2015 20 40 60 80 100 91% 88% 91%91% 82% 81% 91% 84% 84% 87% 2e trimestre 3e trimestre 4e trimestre 1er trimestre 2e trimestre 2014 3e trimestre 2015 20 40 60 80 100 51% 44% 41% 44% 45% 52%52%52% 51%48% 2e trimestre 3e trimestre 4e trimestre 1er trimestre 2014 2e trimestre 3e trimestre 2015 ENTREPRISES AYANT RECRUTÉ AU MOINS UN CADRE ENTREPRISES PRÉVOYANT DE RECRUTER AU MOINS UN CADRE 20 40 60 80 100 42% 44% 48% 44% 50% 46% 54% 46% 38% 39% Source:Apec,Baromètretrimestrielderecrutementcadres
  5. 5. NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E TRIMESTRE 2015 / NUMÉRO 52 5 VOLUMES DE RECRUTEMENTS EXPLICATIONS AVANCÉES PAR LES ENTREPRISES QUI VONT RECRUTER La proportion d’entreprises ayant recruté au moins un cadre au deuxième trimestre 2015 est en baisse de 3 points par rapport à la même période il y a un an (51 % contre 54 %). En revanche, parmi elles, la part de celles à déclarer que leur volume de recrutement est en augmen- tation est plus importante que l’an dernier à la même période (34 % contre 32 %). Cette progression concerne principalement celles déclarant que leurs recrutements de cadres sont actuellement « plutôt plus nombreux » que l’an passé (+3 points). De surcroit, parmi les entreprises qui ont recruté au moins un cadre, la proportion de celles indiquant que leur volume de recrutements de cadres est moins élevé que l’an passé à la même période est en légère baisse : 27 % au deuxième trimestre 2015 soit 3 points de moins qu’au deuxième trimestre 2014. Près de 4 entreprises sur 10 estiment que leur volume d’embauche est stable. Le secteur des activités informatiques est le mieux orienté. En effet, plus de la moitié des entreprises interrogées décla- rent que leurs embauches de cadres sont actuellement plus nombreuses que l’an passé à la même période, soit 15 points de plus qu’au troisième trimestre 2014. Dans l’ingénierie-R&D, une amélioration est observée : 30 % des entreprises de ce secteur indiquent que leur volume de recrutement est en hausse, soit 5 points de plus qu’au troisième trimestre 2014. Notons toutefois que dans ce secteur, plus de 4 entreprises sur 10 ayant recruté au moins un cadre au deuxième trimestre 2015 font part d’un volume actuel d’embauches de cadres moins nombreux que l’an passé à la même période. Dans le secteur de la construction, la proportion de celles indiquant un volume d’embauches de cadres plus nombreux est particulière- ment faible (21 %) et deux fois moins importante que la part de celles dont le volume de recrutement est en repli (45 %). Le remplacement des départs (turn-over et départs à la retraite) constitue le premier motif des recrutements de cadres envisagés au troisième trimestre 2015. La moitié des entreprises qui recrutent avancent le turn-over et les départs à la retraite comme explication principale de leurs recrutements, soit une hausse de 4 points en un an. La part des embauches liées au développement de l’activité est stable, à 29 %, et celle des recrutements liés à une réorga- nisation interne est en augmentation de 5 points et s’éta- blit à 18 %. Le secteur médico-social, dont les recrutements sont très majoritairement motivés par des remplacements, est celui qui avance le plus cette explication (84 %). C’est également le cas de près de la moitié ou plus des entre- prises de la construction, de la banque-assurance, de l’in- dustrie et du commerce-transports. A l’inverse, ce motif est très peu cité par les entreprises recruteuses du secteur des activités informatiques (9 %) dont les recrutements sont en premier lieu motivés par le développement de l’activité (81 %). De même, on peut noter la progression de la part d’entreprises en un an du secteur conseil et services aux entreprises qui recrutent pour ce motif (+11 points). Les Aussi nombreux 39% Nettement moins nombreux 6% Plutôt moins nombreux 21% Nettement plus nombreux 3% Plutôt plus nombreux 31% 0 10 20 30 40 50 46% 50% Au turn-over et départs à la retraite Au développement de l’activité À une réorganisation interne Aucune raison principale 28% 29% 13% 13% 18% 3% 3e TRIMESTRE 2014 3e TRIMESTRE 2015 Par rapport à la même période il y a un an, les recrutements de cadres dans votre entreprise sont-ils actuellement plus ou moins nombreux ? (en % d’entreprises ayant recruté au moins un cadre au 2e trimestre 2015) Vos recrutements de cadres au 3e trimestre 2015 seront liés avant tout… (en % d’entreprises qui prévoient de recruter) Source:Apec,Baromètretrimestrielderecrutementcadres Source:Apec,Baromètretrimestrielderecrutementcadres La situation est davantage stable dans les secteurs de la banque-assurance, du commerce-transport, du médico-so- cial et du conseil et services aux entreprises, où les entre- prises qui recrutent indiquent en premier lieu que leurs volumes de recrutements de cadres sont actuellement identiques par rapport à la même période il y a un an. Néanmoins, dans le conseil et services aux entreprises, elles sont plus nombreuses à recruter dans des volumes plus importants qu’il y a un an à la même période (+15 points). Le secteur médico-social se distingue par le fait que 7 entre- prises sur 10 font part d’un volume identique à celui de l’an dernier. Cette stabilité est renforcée par le fait que les entreprises dont les recrutements sont en baisse sont moins nombreuses qu’il y a un an, 15 % contre 24 %. • entreprises du secteur de l’ingénierie-R&D recrutent elles aussi plus souvent que la moyenne suite au développe- ment de l’activité (39 %), mais cela reste le deuxième motif derrière le remplacement des départs (41 %). •
  6. 6. NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E TRIMESTRE 2015 / NUMÉRO 52 6 POSTES PROPOSÉS PROFILS RECHERCHÉS Les cadres commerciaux restent les plus recherchés par les entreprises. 48 % des entreprises qui envisagent de recruter des cadres au troisième trimestre 2015 ciblent la fonction commerciale-vente, soit une augmentation de 2 points par rapport au troisième trimestre 2014. Les cadres des fonctions gestion-finance-administration sont quant à eux visés par plus d’une entreprise sur trois qui prévoit de recruter (+2 points). Les cadres des fonctions études-R&D se situent en troisième position des profils Tous les profils de cadres sont en retrait dans les prévi- sions de recrutements du troisième trimestre 2015 par rapport au troisième trimestre 2014, mais dans des pro- portions différentes. Ce sont les jeunes diplômés et les cadres les plus expérimentés qui sont beaucoup moins ciblés qu’un an auparavant. Les profils ayant entre 1 et 10 ans d’expérience sont re- cherchés en priorité par les entreprises pour leurs recru- tements de cadres. Au moins 8 entreprises sur 10 qui envisagent de recruter des cadres au troisième trimestre 2015 ciblent ces cadres ayant quelques années d’expé- rience et directement opérationnels. A l’inverse, les cadres de plus de 20 ans d’expérience sont deux fois moins re- cherchés par les entreprises qui prévoient de recruter des cadres (-9 points). Par ailleurs, les cadres de 10 à 20 ans d’expérience sont recherchés par près de 6 entreprises sur 10 et les jeunes diplômés par seulement un tiers des entreprises qui pré- voient de recruter. C’est la première fois depuis presque 3 ans que la part des entreprises ciblant des jeunes diplô- més se situe en dessous de 35 %. Dans ce contexte, l’accès des jeunes diplômés à un premier emploi cadre restera difficile. • ciblés par les entreprises recruteuses : 31 % des entre- prises prévoient de recruter des cadres de cette fonction (-1 point en un an). Les autres fonctions sont ciblées par les entreprises dans des proportions proches d’il y a un an. On peut cependant noter une hausse de 2 points en un an de la proportion d’entreprises envisageant de re- cruter un cadre de la fonction services techniques, qui regroupe les fonctions achats, maintenance, sécurité et logistique (29 % contre 27 %). • 0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50 Com mercialvente Étudesrecherche & développement Gestion,finance adm inistration Servicestechniques Informatique Production industrielle travaux etchantier Ressourceshumaines Direction d’entreprise Santé,social,cultureCom munication création 10% 5% 48% 37% 31% 29% 23% 23% 12% 12% 3e TRIMESTRE 20153e TRIMESTRE 2014 Jeunesdiplôm és Jeunescadres (1 à 5 ansd'expérience) Cadresconfirm és (5 à 10 ansd'expérience) Cadresconfirm és (10 à 20 ansd'expérience) Cadresconfirm és (+ de 20 ansd'expérience) 43 % 33 % 80 % 85 %84 % 79 % 40 % 58 % 65 % 49 % 0 50 100 Prévisisons de recrutement par fonction (en % d’entreprises qui prévoient de recruter au 3e trimestre 2015) Source:Apec,Baromètretrimestrielderecrutementcadres Source:Apec,Baromètretrimestrielderecrutementcadres Prévisions de recrutement selon le profil (en % d’entreprises qui prévoient de recruter au 3e trimestre 2015)
  7. 7. NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E TRIMESTRE 2015 / NUMÉRO 52 7 BILAN ÉVOLUTION DES OFFRES PAR FONCTION Offres d’emploi cadre Apec 2e trimestre 2015 2e trimestre 2014 Évolution Commercial, marketing 51 783 48 346 7% Communication, création 1 793 1 528 17% Etudes, recherche et développement 26 341 23 274 13% Gestion, finance, administration 24 474 19 352 26% Informatique 48 738 44 338 10% Production industrielle, travaux et chantier 12 749 11 210 14% Ressources humaines 8 202 6 738 22% Santé, Social, Culture 2 252 2 123 6% Services techniques 17 099 15 786 8% Ensemble 196 389 175 093 12% Le volume des offres d’emploi confiées à l’Apec au deuxième trimestre 2015 a progressé de +12 % par rapport au même trimestre en 2014, Plus de 196 000 offres d’emploi ont été diffusées par l’Apec au cours du deuxième trimestre 2015, soit une croissance de +12 % par rapport au deuxième trimestre 2014. Cette progression est toutefois à relativiser au vu des pratiques de republication et de multidiffusion d’offres des entreprises. Le volume des offres de la fonction commercial, marketing (26 % des offres) a progressé de +7 % au deuxième tri- mestre 2015, porté par la demande pour le domaine commercial (+17 %) qui représente plus de la moitié des offres de la fonction. A noter tout de même que ce tri- mestre encore, les fonctions direction régionale et d’agence et ventes en magasin sont en repli, respectivement -6 % et -17 %. La fonction informatique (25 % de l’ensemble des offres) – OFFRES D’EMPLOI – INDICATEUR DE DIFFUSION DES OFFRES D’EMPLOI CADRE SUR INTERNET Avec une progression de + 21 points par rapport au deuxième trimestre 2014, l’indice trimestriel de diffu- sion des offres d’emploi cadre sur Internet s’établit à 297 au deuxième trimestre 2015. Les fonctions dont l’indice progresse le plus for- tement sont la gestion, fi- nance, administration (+48 points) et commercial-marke- ting (+25 points), ainsi que, dans une moindre mesure, la fonction informatique (+12 points). La seule fonction af- fichant encore un repli est la 297 276 base 100 au 1er trimestre 2004 60 110 160 210 260 310 1er trim 2e trim 3e trim 4e trim 1er trim 2e trim 3e trim 4e trim 1er trim 2e trim 3e trim 4e trim 1er trim 2e trim 3e trim 4e trim 1er trim 2e trim 3e trim 4e trim 1er trim 2e trim 3e trim 4e trim 1er trim 2e trim 3e trim 4e trim 1er trim 2e trim Indice trimestriel de diffusion des offres d’emploi cadre sur Internet Source:ApecSource:Apec,offresApec progression que l’on retrouve avec l’indicateur de diffusion des offres d’emploi cadre sur Internet, +21 points sur la même période. • et +32 % pour la comptabilité. Cela porte à 26 % la croissance du vo- lume d’offres sur la période. La situation est très contrastée selon les domaines pour la fonction ser- vices techniques (+8 % et 9 % de l’ensemble des offres) puisque la direc- tion des services techniques voit son volume d’offres se contracter forte- ment (-16 %) alors que la demande en logistique et en qualité reste particulièrement dynamique (respectivement +26 % et +22 %). La reprise de la demande en cadres de chantier (+8 %) associée à la forte demande pour les cadres de production industrielle (+29 %) permet à la fonction production industrielle, travaux et chantier (6 % de l’ensemble des offres) d’afficher une progression de +14 %. Toutes les autres fonctions affichent une croissance du volume d’offres.  • voit ses offres augmenter de +10 % ce trimestre par rapport au deuxième trimestre 2014. Premier domaine pourvoyeur d’offres, l’informatique de gestion reste en recul par rapport au deuxième trimestre 2014 (-3 %), mais les progressions importantes des autres domaines compensent ce repli, notamment celle de l’informatique industrielle (+27 %) et de l’infor- matique web, sites et portails internet (+18 %). La fonction études, R&D (13% de l’ensemble des offres) affiche une croissance du volume de ses offres de +13 % au deuxième trimestre 2015 par rapport à la même période un an auparavant. Les progressions les plus vives sont à mettre au crédit des études socio-économiques (+37 %) et du domaine test, essai, validation, expertise (+21 %). La fonction gestion, finance, administration (12 % des offres) affiche une importante progression de l’ensemble de ses domaines, de +16 % pour la direction gestion, finance à +30 % pour le contrôle de gestion, audit fonction production indus- trielle, travaux et chantier (-17 points). •
  8. 8. NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E TRIMESTRE 2015 / NUMÉRO 52 8 LES CANDIDATURES LE TAUX DE RECRUTEMENT – ENQUÊTE DE TENSION – Une offre confiée à l’Apec au dernier trimestre 2014 a attiré en moyenne 46 candidats, soit un chiffre stable par rapport au dernier trimestre 2013. Si le nombre moyen de candidatures reste stable, les offres destinées aux jeunes diplômés enregistrent une forte baisse du nombre de leurs postulants, de 72 à 49 en moyenne. Mais le niveau atteint par les offres du quatrième trimestre 2013 était atypiquement élevé. De même, les candidats aux offres ouvertes à tous profils sont légèrement moins nombreux qu’un an auparavant, de 47 à 43 en moyenne. En revanche, les candidatures sur les offres destinées aux cadres confirmés sont en légère hausse (de 45 à 47 en moyenne). Les fonctions supports attirent toujours plus de candidats qu’en Le taux de recrutement, c’est-à-dire le part des postes pourvus trois à six mois après la parution de l’offre, est en hausse au 4e trimestre 2014 par rapport au 4e trimestre 2013 (66 % contre 64 %). Ce taux est le plus élevé observé au dernier trimestre depuis 2010 (67 %). Les postes ouverts pour remplacement sont plus rapidement pourvus (72 %) que les créations de poste (60 %). Le poids des créations de poste dans les motifs de recrutement est en recul (de 52 % à 50 %), ce qui peut témoi- gner d’une plus grande frilosité des entreprises à engager des recrute- ments pour de nouveaux postes qui leur semblent moins indispen- sables. La fonction études-R&D reste la plus dynamique en termes de créations de poste au 4e trimestre 2014, malgré le recul de la part des créations de poste parmi les recrutements par rapport au dernier trimestre 2013 (66 % contre 68 %). A l’opposé, la fonction santé-social-culture est la moins dynamique avec seulement 28 % des recrutements sur des créa- tions de poste au dernier trimestre 2014, contre 31 % un an aupara- vant. La fonction production industrielle-travaux et chantier connaît la pro- gression la plus marquée des recrutements finalisés dans les trois à six mois. Le taux de recrutement atteint 68 % au 4e trimestre 2014, soit le niveau le plus élevé depuis le 2e trimestre 2011 (76 %). Cette fonc- tion profite de la hausse des candidatures sur offre. De même, les postes en études-R&D sont plus rapidement finalisés au 4ème trimestre 2014 (63 % des postes sont pourvus dans les trois à six mois contre 53 % un an auparavant). Les recrutements sont en revanche moins rapidement pourvus dans la fonction services techniques (59 % au 4e trimestre 2014 contre 64 % un an auparavant). Les candidatures sont moins nombreuses dans cette fonction au 4e trimestre 2014 (46 en moyenne par offre contre 49 il y a un an), et la part des créations de poste dans les recrutements est en hausse (54 % contre 50 % un an auparavant). A noter que 7 % des postes sont finalement pourvus en interne (contre 9 % au dernier trimestre 2013). C’est dans la fonction santé-social- culture que cette part est la plus élevée (17 %). • 20 30 40 50 60 70 2010 2e trim 3e trim 4e trim 2011 1er trim 2e trim 3e trim 4e trim 2012 1er trim 2e trim 3e trim 4e trim 2013 1er trim 2e trim 3e trim 4e trim 43 41 4646 48 43 34 37 39 4240 46 47 45 40 2014 1er trim 2e trim 3e trim 41 45 36 43 4e trim Nombre moyen de candidatures par offre Source:enquêteApecdesuividesoffresSource:enquêteApecdesuividesoffres Part des recrutements abandonnésPart des recrutements en coursTaux de recrutement 14% 62% 12% 62% 11% 64% 12% 66% 24% 26% 25% 22% 2011 2012 2013 2014 Taux de recrutement 3 à 6 mois après la parution de l’offre (en %) – Offres du 4e trimestre moyenne, mais connaissent un recul des candidatures par rapport au dernier tri- mestre 2013. La fonction communication-création reste la plus attractive avec 113 candidatures contre 116 un an auparavant. Une offre en ressources hu- maines attire en moyenne 68 candidats contre 77 un an auparavant. En gestion- finance-administration, le nombre de postulants par offre a reculé de 63 à 51 entre les derniers trimestres 2013 et 2014. A l’inverse, la fonction production industrielle-travaux et chantier enre- gistre une hausse importante du nombre moyen de candidatures sur offre (de 34 à 47). De même, les offres de la fonction études-R&D at- tirent plus de candidats (37 en moyenne contre 34 il y a un an). En commercial-marketing, une offre attire en moyenne 59 candidats (contre 56 un an auparavant). Enfin, les candidatures reculent pour les offres des fonctions informa- tique (de 31 à 28) et santé-social-culture (de 30 à 28). Il s’agit des fonctions dont les offres attirent le moins de candidats au dernier tri- mestre 2014. •
  9. 9. NOTE DE CONJONCTURE APEC – 3E TRIMESTRE 2015 / NUMÉRO 52 9 LES RECRUTEMENTS EN COURS ET ABANDONNÉS LA TENSION La part des recrutements toujours en cours trois à six mois après la parution de l’offre est en recul au 4e trimestre 2014 par rapport au dernier trimestre 2013 (22 % contre 25 %). Le manque de candida- tures adéquates reste très largement la principale raison citée par les recruteurs pour expliquer des procédures qui s’allongent, par 69 % d’entre eux. C’est dans la fonction santé-social-culture que la part des recrutements toujours en cours est la plus élevée. Les recrutements sont toutefois plus rapidement finalisés au 4e trimestre 2014 qu’un an auparavant à la même période (26 % de recrutements toujours en cours contre 33 % au dernier trimestre 2013). Le vivier de candidats est restreint dans cette fonction, ce qui explique en partie la longueur des procédures. En effet, ces postes exigent bien souvent la détention de titres et/ou de diplômes spécifiques pour les exercer. Les recrutements sont égale- ment plus longs qu’en moyenne dans les fonctions commercial-marke- ting et services techniques (25 %). En revanche, dans les fonctions communication-création et ressources humaines, seuls 9 % et 12 % des Le sentiment de tension est en recul au 4e trimestre 2014 par rapport au dernier tri- mestre 2013 (56 % contre 60 %). C’est plus précisément la part des recrutements jugés très difficiles qui a diminué (14 % contre 17 %). Les recruteurs de la fonction santé-social- culture expriment le plus de difficultés à pour- voir leurs postes (64 % des recrutements sont jugés difficiles au 4e trimestre 2014 contre 49 % un an plus tôt à la même période). La forte progression du sentiment de tension s’explique par la baisse du nombre moyen de candidatures aux offres et par l’allongement des procédures de recrutement. La tension est particulièrement marquée pour les postes de médecins, de cadres de santé et de directeurs d’ehpad. Les recruteurs expriment aussi plus de difficul- tés qu’en moyenne à pourvoir leurs postes en informatique et études-R&D (respectivement 63 % et 62 % des recrutements jugés diffi- ciles). Le faible nombre de candidats et la recherche de profils ayant des compétences très pointues peuvent expliquer le sentiment de tension dans ces fonctions. Dans la fonc- tion informatique, ce sentiment de tension peut être en partie auto-entretenu par les ESN (entreprises de service du numérique) qui uti- lisent la diffusion d’offres d’emploi pour dis- poser d’un vivier de candidats. Le sentiment de tension est toutefois en net recul au 4e trimestre 2014 dans cette fonction par rap- port au dernier trimestre 2013 (71 % des re- recrutements étaient toujours en cours trois à six mois après la parution de l’offre. Le vivier de candidats étant important dans ces fonctions supports, les recrutements sont plus rapidement réalisés. La part des recrutements abandonnés reste stable au 4e trimestre 2014 par rapport au dernier trimestre 2013 (12 %, soit +1 point). Les contraintes budgétaires ou économiques et le manque de candidatures adéquates arrivent en tête pour expliquer l’abandon du recrutement (23 %), suivies de la redéfinition du poste (18 %) et de la disparition du besoin (17 %). Les recrutements dans les fonctions services techniques et études-R&D sont les plus souvent interrompus (16 % des recrutements sont aban- donnés dans ces deux fonctions). Dans la fonction études-R&D, la part élevée des créations de poste dans les motifs de recrutement explique en partie ce taux d’abandons : ces postes sont les premiers touchés en cas de baisse de l’activité. A l’inverse, les recrutements ne sont que très rarement abandonnés dans les fonctions santé-social-culture (7 % d’entre eux), et gestion-finance-administration (7 %). • Source:enquêteApecdesuividesoffres Part des recrutements jugés difficiles par fonction (en %) Offres du 4e trimestre Offres du 4e trimestre 2014 Offres du 4e trimestre 2013 Commercial, marketing Études, recherches et développement Santé, social, culture Informatique Production industrielle, travaux, chantiers Ressources humaines Gestion, finance, administration Services techniques Communication, création 64 % 49 % 63 % 71 % 62 % 59 % 59 % 60 % 57 % 57 % 56 % 60 % 66 % 56 % 41 % 43 % 39 % 32 % Ensemble 45 % 48 % 44 % 50 % Direction d'entreprise crutements étaient jugés difficiles). Le sentiment de tension recule fortement pour les postes en production industrielle-tra- vaux et chantier. Les recruteurs sont 56 % à déclarer au 4e trimestre 2014 des difficultés contre 66 % un an plus tôt à la même période et seulement 13 % des recrutements sont ju- gés très difficiles (contre 22 % un an aupara- vant). La hausse des candidatures et la finali- sation plus rapide des recrutements expliquent ce changement de perception chez les recruteurs. Les postes en communication-création et res- sources humaines restent les plus faciles à pourvoir aux yeux des recruteurs : seuls 39 % et 41 % des recrutements sont jugés difficiles dans ces fonctions. Les candidatures sont nombreuses dans ces fonctions, et les recrute- ments pour remplacement sont très fréquents. On note tout de même une progression de 7 points du sentiment de tension en communi- cation-création entre les derniers trimestres 2013 et 2014. •
  10. 10. www.apec.fr Le baromètre trimestriel de recrutement cadre permet de connaître l’évolution du climat chez les recruteurs à partir de l’interrogation d’un panel de 750 entreprises de plus de 100 salariés représentatives du secteur privé. L’interrogation téléphonique et par internet a été confiée en juin 2015 à la société GN Research. Le bilan des offres d’emploi concerne les offres d’emploi cadre confiées à l’Apec lors du trimestre écoulé et l’indice de diffusion des offres sur Internet est établi sur la base d’un sondage réalisé mensuellement sur des sites représentatifs des offres d’emploi cadre. Deux principaux facteurs expliquent l’amplification du volume des offres diffusées observée durant ces dernières années : pour une opportunité d’emploi, un recruteur peut publier plusieurs offres pour élargir sa recherche de candidats, et pour certaines fonctions comme l’informatique, plusieurs recruteurs diffusent la même offre en anticipation de marchés, et in fine, un seul recrute. L’enquête de suivi des offres et de tension 2 509 entreprises et cabinets de recrutement ayant confié une offre à l’Apec au quatrième trimestre 2014 ont été interrogés en avril 2015 sur le recrutement lié à une offre et, le cas échéant, sur les difficultés rencontrées. Pour tenir compte des spécificités de recrutement des ESN (entreprises de services du numérique, nouvelle appellation des sociétés de service en ingénierie informatique), elles font l’objet d’une interrogation spécifique qui conduit à produire des résultats concernant le recrutement hors ESN. Les données concernant la tension les intègrent. 2 796 postes à pourvoir ont été renseignés. Les résultats sont redressés de façon à être représentatifs des offres confiées à l’Apec au cours du trimestre de référence par les entreprises et cabinets de recrutement. L’interrogation téléphonique et par internet a été confiée à la société GN Research. ASSOCIATION POUR L’EMPLOI DES CADRES 51 BOULEVARD BRUNE – 75689 PARIS CEDEX 14 CENTRE DE RELATIONS CLIENTS 0810 805 805* DU LUNDI AU VENDREDI DE 9H À 19H *prix d’un appel local Directeur de la publication : Jean-Marie Marx Directeur du département études et recherche : Pierre Lamblin Coordination & rédaction : Laurence Bonnevaux, France Lhermitte, Kamel Yahyaoui Maquette : Daniel Le Henry 3e TRIMESTRE 2015 NOTE DE CONJONCTURE TRIMESTRIELLE DE L’APEC N° 52 MÉTHODOLOGIE

×