Centres de décision présents en Bretagne selon les secteurs d’activité
Activité
en nombre
d’entreprises
en effectif salari...
l’extérieur avec près de 40% des entre-
prises ayant leur centre de décision
hors du territoire régional.
En termes d’effe...
en 2011 un niveau voisin de celui des
entreprises de France de province
(38,9%). Pour les entreprises du com-
merce de gro...
1 rue du général Guillaudot – CS 14422 – 35044 Rennes Cedex
T. 02 99 25 41 41 - F. 02 99 63 35 28
ccir@bretagne.cci.fr - w...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Repères économique bretagne n°8 la localisation des centres de décision

501 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
501
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Repères économique bretagne n°8 la localisation des centres de décision

  1. 1. Centres de décision présents en Bretagne selon les secteurs d’activité Activité en nombre d’entreprises en effectif salariés Industrie 72% 45% Services B to B 59% 53% Commerce de gros 74% 47% Ensemble 67% 48% La localisation des centres de décision : quels impacts sur les entreprises ? L’étude des liens capitalistiques des entreprises des secteurs industrie, services à l’entreprise et commerce de gros présentes en Bretagne met en avant un degré élevé d’ouverture de l’économie régionale. Avec plus d’un salarié sur deux dépendant d’un centre de décision extérieur à la région dans ces activités, la Bretagne apparaît comme un territoire attractif et largement réceptif aux investissements extra-régionaux et étrangers. Outre la bonne insertion des entreprises régionales dans l’économie nationale et internationale, l’étude analyse les éventuelles relations entre la localisation du centre de décision et la compétitivité des entreprises. Elle met ainsi en évidence des entreprises bretonnes performantes dans les services B to B - en termes de création de valeur, d’investissement ou de R&D – mais davantage en retrait dans les secteurs plus traditionnels de l’industrie et du commerce de gros, au regard de celles contrôlées extérieurement. CCI Bretagne / Mars 2014 Mars 2014 / N°8 Dans un contexte de circulation accélé- rée des capitaux à l’échelle mondiale, de recomposition permanente des liens capitalistiques entre entreprises, de concentration économique, la problé- matique de la localisation du pouvoir décisionnel d’une entreprise est essen- tielle pour son développement et celui de sa région. La dépendance d’une entreprise à un centre de décision externe peut être en effet, un véritable atout. Les investis- sements extérieurs au territoire sont alors sources de capacités financières supérieures, d’ouverture à de nou- veaux marchés, etc. A contrario, cette dépendance peut limiter la capacité de l’entreprise à influencer localement des choix de dé- veloppement ou d’implantations pro- ductives et à définir des options d’or- ganisations d’activités ou d’emplois locaux. Les CCI de Bretagne, en partenariat avec la Banque de France, ont souhaité identifier la localisation des centres de décision des sites implantés en Bre- tagne, caractériser leur structure capi- talistique et mesurer leur comporte- ment économique et financier selon la localisation du centre de décision. La présente étude analyse les carac- téristiques de l’ensemble des éta- blissements bretons de 10 salariés et plus relevant des activités industrie, services aux entreprises (ou B to B) et commerce de gros. Ces trois activités ont été identifiées comme plus particu- lièrement concernées par la dissocia- tion des lieux de décision et des lieux d’exercice, au contraire des activités de commerce de détail ou d’hôtelle- rie restauration par exemple, qui sont donc d’emblée exclues du périmètre de l’étude. Une économie bretonne ouverte et attractive ... L’analyse des liens financiers révèle qu’un tiers de ces entreprises pré- sentes en Bretagne ont leur centre de décision à l’extérieur du territoire régional. Ce chiffre traduit une ouver- ture certaine de l’économie régionale, qui varie cependant suivant le secteur d’activité observé. Les secteurs plus « traditionnels » de l’industrie et du commerce de gros sont plus ancrés sur le territoire, avec respectivement 72% et 74% des entreprises possé- dant leur centre de décision en région. En revanche, le secteur des services à l’entreprise est bien plus dépendant de Source : CCI Bretagne - Banque de France - Données 2012
  2. 2. l’extérieur avec près de 40% des entre- prises ayant leur centre de décision hors du territoire régional. En termes d’effectifs salariés, l’ouver- ture de l’économie régionale est encore plus significative, puisque un peu plus de la moitié des salariés de la région (52%), sur le champ de l’analyse, dé- pendent d’un centre de décision exté- rieur à la région. Témoin de l’ouverture internationale du territoire et de son attractivité, 8% des entreprises bretonnes du périmètre étudié ont un centre de décision situé à l’étranger, principalement au sein de l’Union Européenne et, s’agissant du reste du monde, majoritairement aux Etats-Unis et au Japon. Des entreprises «bretonnes» plus jeunes et plus petites Les entreprises dont le centre de déci- sion est en Bretagne sont globalement de plus petite taille (83,1% d’entre elles ont moins de 50 salariés) que celles qui dépendent d’un siège social et d’un centre de décision extérieur à la région (23,9%). Elles sont généralement de création un peu plus récente (74,5% ont plus de 12 ans contre 80,1% lorsque le siège social et le centre de décision sont hors région) et sont dirigées par des chefs d’entreprise plus jeunes (52,4% ont plus de 50 ans et 13,6% plus de 60 ans, contre 64,7% et 19,7% pour celles qui dépendent d’un centre de décision extérieur à la Bretagne). Les entreprises ayant leur siège social et leur centre de décision en Bretagne optent soit pour le statut de Société Anonyme (SA) – Société en Comman- dite par Action (SCA) (51,2%) soit pour celui de Société Anonyme à Responsa- bilité Limitée (SARL) (46,1%), alors que les entreprises dont le pouvoir déci- sionnel est extérieur à la région privilé- gient en très grande majorité (87,7%) les formes SA ou SCA . Des performances écono- miques d’entreprises contras- tées selon les activités La valeur ajoutée rapportée au chiffre d’affaires hors taxes mesure la contri- bution de l’entreprise à créer de la va- leur. L’analyse de ce taux met en évi- dence une moindre performance pour 2011 des entreprises relevant du com- merce de gros et de l’industrie, dont le siège social et le centre de décision sont en Bretagne, au regard des entre- prises de France de province (respecti- vement - 2,9 points pour le commerce de gros et - 5,0 points pour l’industrie). Les entreprises de services B to B enre- gistrent en revanche des performances bien supérieures à celles de la France de province (+ 5,9 points). Ce constat positif peut sans doute s’expliquer en partie par l’importance du secteur in- formatique dans la région. Des efforts d’investissements significatifs La part de la richesse consacrée à l’in- vestissement par une entreprise peut être mesurée par le taux d’investisse- ment d’exploitation (investissement d’exploitation / valeur ajoutée). Les efforts en matière d’investissement sont plus importants pour les entre- prises dont le siège social et le centre de décision sont en Bretagne pour les activités commerce de gros (12,4% contre 10,4%) et services B to B (30,5% contre 26,1%). Quant aux entreprises industrielles au pouvoir décisionnel régional, les efforts d’investissement sont relativement conformes à ceux des entreprises de France de province (15,5% contre 16,6%). Des fonds propres qui se ren- forcent dans l’industrie et le commerce de gros Les fonds propres sont indispensables aux entreprises pour assurer leur solva- bilité et constituent une garantie pour leurs créanciers. Sur la période 2007 à 2011, ils se sont renforcés dans les entreprises industrielles ayant leur centre de décision dans la région, pas- sant de 32,8% à 37,8% (soit une aug- mentation de 5 points) pour atteindre La localisation des centres de décision : quels impacts sur les entreprises ? CCI Bretagne / Mars 2014 Origine des capitaux des centres de décision situés hors Bretagne selon les secteurs d’activité France «hors Bretagne» Union européenen Reste du monde Ensemble (Centres de déci- sions hors Bretagne) Activité en nombre d’entreprises en effectif salarié en nombre d’entreprises en effectif salarié en nombre d’entreprises en effectif salarié en nombre d’entreprises en effectif salarié Industrie 21% 42% 5% 9% 2% 4% 28% 55% Services B to B 35% 38% 5% 8% 1% 1% 41% 47% Commerce de gros 15% 39% 8% 13% 3% 1% 26% 53% Ensemble 25% 40% 6% 9% 2% 3% 33% 52% Source : CCI Bretagne - Banque de France - Données 2012 La dépendance décisionnelle sur le critère de l’emploi doit également être analysée en termes d’emploi public. Historiquement, la Bretagne a bénéficié de transferts de ce type d’emplois réalisés par l’Etat, dans le cadre de différentes politiques d’aménagement du territoire et ce, notamment depuis les années 1960. Après des délocalisations industrielles d’envergure, ces transferts ont concerné principalement des organismes adminis- tratifs à vocation nationale, des centres de recherche liés aux activités régionales ou encore des entreprises (ou leurs filiales) contrôlées majoritairement par l’Etat. Le fruit de l’histoire conduit encore aujourd’hui la Bretagne à se distinguer par une part significative de l’emploi public dans l’emploi régional total. Au 31 décembre 2011, les trois fonctions publiques (État, territoriale et hospita- lière) emploient 278 400 personnes en Bretagne, ce qui représente 21,4 % des personnes en emploi (contre 20,2 % en France métropolitaine). La Bretagne occupe le 5e rang des régions en termes d’effectifs, devant l’Aquitaine et les Pays-de-la-Loire. Elle accueille 5,2 % des emplois publics de métropole, soit une proportion comparable au poids démo- graphique de la région (5,1 %), mais supérieure à la part de la Bretagne dans l’emploi total (4,9 %). A ces effectifs, il faut également intégrer ceux dépendant d’entreprises contrôlées majoritairement par l’Etat et leurs filiales. L’incidence économique en Bretagne est d’autant plus importante que cet emploi public génère des activités liées (activités industrielles et tertiaires connexes, sous- traitance, services à la personne, etc.).
  3. 3. en 2011 un niveau voisin de celui des entreprises de France de province (38,9%). Pour les entreprises du com- merce de gros, le poids des fonds propres dans le total du bilan s’est également accru sur la période, pas- sant de 29,7% à 33,2%, Ce taux reste toutefois en deçà de celui observé pour les entreprises de la France de province (37,4%). Malgré un fléchissement sur la période (de 43,8 % en 2007 à 39,6 % en 2011 soit - 4,2 points), les entreprises de services B to B ayant leur centre de décision dans la région présentent une situation bien plus favorable au regard de celles de France de province (res- pectivement 39,6% contre 30,0%). Des dépenses liées à la R&D supérieures dans les services B to B Le potentiel de dynamique de déve- loppement des entreprises peut être apprécié à travers des indicateurs comme le poids comptable des frais de recherche et développement et de brevet par rapport au chiffre d’affaires. Bien qu’en retrait sur la période 2007- 2011, l’analyse de cet indicateur fait apparaitre une situation plus favorable pour les entreprises des services B to La localisation des centres de décision : quels impacts sur les entreprises ? CCI Bretagne / Mars 2014 B ayant leur centre de décision en Bre- tagne (1,3%) par rapport à la France de province (1,0%). Cet effort d’investisse- ment est beaucoup moins marqué pour les entreprises industrielles. Le développement technolo- gique : apport et atout majeur de l’ouverture économique ter- ritoriale Le potentiel de développement des en- treprises peut être également apprécié par une analyse sur le degré d’intensité technologique des entreprises. D’une manière générale, parmi les en- Indicateurs de performance des entreprises bretonnes selon la localisation du siège social et du centre de décision - Comparaison moyenne France de province Industrie Commerce de gros Services B to B 2007 2011 2007 2011 2007 2011 Taux de valeur ajoutée (valeur ajoutée / chiffres d’affaires hors taxes) Siège social et centre de décision en Bretagne 21,6 20,5 9,7 8,5 47,4 46,5 Siège social en Bretagne et centre de décision hors Bretagne 18,1 18,1 12,7 12,2 46,6 44,9 Siège social et centre de décision hors Bretagne 26,7 27,3 12,6 12,7 48,4 51,6 Comparatif France de province 26,6 25,5 12,5 11,4 41,0 40,6 Taux d’investissement d’exploitation* (investissement d’exploitation / valeur ajoutée) Siège social et centre de décision en Bretagne 17,6 15,5 11,5 12,4 17,8 30,5 Siège social en Bretagne et centre de décision hors Bretagne 17,4 12,8 9,6 8,5 8,0 7,7 Siège social et centre de décision hors Bretagne 12,6 24,2 11,0 16,9 19,0 15,6 Comparatif France de province 17,5 16,6 11,1 10,4 28,6 26,1 Poids des fonds propres sur le total du bilan Siège social et centre de décision en Bretagne 32,8 37,8 29,7 33,2 43,8 39,6 Siège social en Bretagne et centre de décision hors Bretagne 35,8 34,7 25,7 29,9 37,6 30,5 Siège social et centre de décision hors Bretagne 30,0 27,8 26,8 27,8 36,8 38,1 Comparatif France de province 37,6 38,9 33,8 37,4 32,3 30,0 Poids des frais de R&D et brevets nets / chiffre d’affaires Siège social et centre de décision en Bretagne 0,3 0,3 nc nc 1,5 1,3 Siège social en Bretagne et centre de décision hors Bretagne 0,4 0,7 nc nc 0,7 0,6 Siège social et centre de décision hors Bretagne 0,5 0,6 nc nc 0,6 0,7 Comparatif France de province 0,5 0,6 nc nc 0,8 1,0 * données 2008 et 2011, les données 2007 n’étant pas disponibles Source : CCI Bretagne - Banque de France - données 2012 Répartition des établissements présents en Bretagne selon la taille des entreprises (effectif en tranche) Source : CCI Bretagne - Banque de France - Données 2012 10 à 49 salariés 83,1% 50 à 249 salariés 14,4% 250 salariés et plus 2,5% 10 à 49 salariés 65,6% 50 à 249 salariés 24,7% 250 salariés et plus 9,7% 10 à 49 salariés 23,9% 50 à 249 salariés 25,9% 250 salariés et plus 50,2% Siège social et centre de décision en Bretagne Siège social en Bretagne et centre de décision hors Bretagne Siège social et centre de décision hors Bretagne
  4. 4. 1 rue du général Guillaudot – CS 14422 – 35044 Rennes Cedex T. 02 99 25 41 41 - F. 02 99 63 35 28 ccir@bretagne.cci.fr - www.bretagne.cci.fr Repères économiques Bretagne est une publication éditée par la CCI Bretagne. Directeur de la publication : Alain DAHER, Responsable de la rédaction : Stéphanie BENVEL Rédaction : Stéphanie BENVEL – Blandine LE VERGER Création graphique : korrigan-creations.com Impression : Calligraphy Print- Châteaubourg (35) Dépôt légal : Mars 2014 – ISSN : 2267-909X La reproduction des informations de ce document est autorisée sous réserve de la mention de la source : « CCI Bretagne – Repères économiques Bretagne » ©CCIBretagne-Mars2014 Pour en savoir Consultez l’ensemble des études de la CCI Bretagne sur www.bretagne.cci.fr Contact : infoeco@bretagne.cci.fr La localisation des centres de décision : quels impacts sur les entreprises ? treprises des populations étudiées, l’in- tensité technologique est d’autant plus élevée que le centre de décision est éloigné du territoire breton. Deux expli- cations peuvent être avancées pour expliquer ce constat. Ceci peut tout d’abord trouver son origine dans l’at- tractivité de l’espace régional qui rend possible l’implantation d’entreprises innovantes controlées extérieurement. Cela peut s’expliquer également par la prise de contrôle de «pépites» par des investisseurs extérieurs à la région pour des motifs qui peuvent être tout aussi variés que la valorisation d’un parcours de recherche, la neutralisa- tion d’un concurrent, l’ouverture à un marché européen ou mondial, etc. Centre de décision : Tête de groupe si l’établissement appartient à un groupe ou siège social de l’entreprise dans les autres cas. Le centre de décision représente le sommet de la pyramide légale du groupe ou de l’entreprise mais peut ne pas correspondre au centre de décision réel, notamment dans le cas de localisation due à des facilités fiscales. Tête de groupe : Entreprise qui contrôle au moins une autre entreprise et qui n’est elle-même contrôlée par aucune autre entreprise. Le contrôle est défini par la détention de plus de 50 % des voix en assemblée d’actionnaires. Groupe : Ensemble de sociétés dépendant, par des relations patrimoniales, d’un même centre de décision appelé tête de groupe. Entreprise mono-établissement : L’établissement, l’entreprise et le centre de décision ne sont qu’une seule et même unité. Entreprise multi-établissements : L’entreprise comprend au moins deux établissements dont un centre de décision : le siège social. Intensité technologique : La notion d’intensité technologique a été développée à partir de recherches menées pour l’OCDE. Le degré d’intensité technologique d’une population d’entreprises dépend de l’importance, sur longue période, des frais engagés en matière de recherche, de développement et de créations de brevets. Les branches industrielles et des services sont ainsi ventilées en quatre groupes d’intensité technologique, du plus élevé au plus faible, qui permet ensuite de déterminer le profil d’intensité technologique d’un territoire ou d’une population d’entreprises. Champ de l’analyse : L’étude a été réalisée sur la base de 4 063 établissements de 10 salariés et plus présents sur le territoire breton répartis dans trois grands secteurs d’activité : l’industrie, le commerce de gros et les services B to B. Trois populations ont été étudiées : • Entreprises dont le siège social est installé en Bretagne et le centre de décision est situé en Bretagne • Entreprises dont le siège social est installé en Bretagne et le centre de décision est situé hors Bretagne • Entreprises dont le siège social et le centre de décision sont installés hors Bretagne mais avec au moins un établissement en Bretagne Méthodologie : Le panorama (caractérisation des liens financiers) permet de situer le contexte économique général ainsi que son évolution récente par un ensemble de données permettant de caractériser les trois populations sur la base de la localisation des centres de décision. Le diagnostic financier (analyse économique et financière) a été réalisé à partir d’une analyse sur cinq ans (2007-2011) des bilans des entreprises dont le chiffre d’affaires excède 750K€. Les données sont comparées à un référentiel «France de province», France métropolitaine hors région Ile-de-France. L’étude de cette population «France de province» a été limitée aux entreprises de moins de 500 salariés. Les ratios ont été calculés selon la méthode du ratio moyen qui consiste à calculer d’abord le cumul des numérateurs et des dénominateurs des entreprises de l’échantillon puis de calculer le quotient de ces deux cumuls. Définitions, méthode et champ de l’analyse La région possède de nombreux atouts (infrastructures de transports, haut débit, identité régionale forte, etc) qui sont de nature à attirer et à fidéliser les investisseurs. Ainsi dans l’industrie, 21,5% des effec- tifs des entreprises dont le siège social et le centre de décision sont « hors Bretagne » sont présents dans des domaines d’activité classifiés « haute technologie », preuve de l’attrait de cette population d’entreprises pour le territoire breton. Cependant, une large majorité (60%) des effectifs travaille dans des entreprises dites à technolo- gie faible. La prépondérance dans la ré- gion du secteur des industries alimen- taires classifiées en technologie dite faible (forte présence des industries de 1ère et 2ème transformation) explique, en grande partie, cela. Pour les services B to B, la situation est plus honorable, puisque 25,3% des salariés des entreprises dont le centre de décision est extérieur à la région travaillent dans des secteurs classés « haute technologie ». La part des effectifs employés dans des entre- prises de « haute technologie » atteint 7,2% lorsque le centre de décision et le siège social sont en Bretagne et 18,0% lorsque le centre de décision est hors Bretagne mais avec un siège social en région.

×