Valoriser ses collections avec Scoop it

1 125 vues

Publié le

Par Marie-Laure Bruno, documentaliste à la CCI de Brest.
Atelier organisé par le réseau Doc@Brest le 21 mai 2014 à la Cantine numérique de Brest.

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 125
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
565
Actions
Partages
0
Téléchargements
8
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Cet atelier n’est pas une formation. Je vais vous montrer mon usage de Scoop it qui est de publier de l’information… En plus des revues de presse « traditionnelles », je tiens à jour des portails de veille sous Scoop it. Mais, il y des fonctionnalités que j’utilise peu ou pas, comme les statistiques, le bookmarklet et dont bien sûr, je ne vous parlerai pas ! En plus on n’a que 15 minutes ce qui ne permet pas de parler de tout !
    Cette présentation reprend en partie celle faite en décembre 2013 pour Doc@Brest.
  • Scoop it est né fin 2010, c’est un outil du web 2.0. Goojet, la société qui se cache derrière est basée en France mais communique uniquement en anglais…
    On dit que c’est un outil de curation de contenus. Le terme « curation » vient de l’anglais curator, le commissaire d’exposition, quelqu’un qui choisit des œuvres, les organise, les commente.
    On peut dire que la curation est l’action de repérer, ordonner, éditorialiser de l’information. Scoop it permet de publier les résultats de sa veille et de la partager. Je choisis les articles en fonction de la source, de l’auteur, de l’originalité de l’article…
    Il y a une version gratuite de Scoop it et des versions payantes. Je ne vous parlerai que de la version gratuite. Elle permet d’alimenter 2 « topics » par adresse mel. On peut traduire topic par thématique ou portail de veille. D’autres mots « à connaître » : post, c’est une information, curate : sélectionner une information, la publier sur le topic, tagger : mettre des mots clés à un post.
    Scoop it est en évolution permanente : plusieurs fois par an, il y a des modifications !!!
  • Pour avoir un topic, il faut créé un compte (On s’identifie : nom, prénom, photo, logo, rapide description). Confirmer son email.
    Avant de créer un portail, il faut voir ce qui existe déjà !!! (Search). Scoop It est utilisé par les veilleurs mais aussi par des spécialistes d’un domaine.
    Ensuite, bien identifier sa cible. Quand on créé un topic, réfléchir au nom qu’on lui donne : se mettre à la place d’un internaute qui chercherait une information…
    Ensuite, on lui donne une description, on peut mettre le logo de son entreprise, une page de fonds d’écran… On entre une série de mots clés, qui vont permettre aux robots de ramener de l’information.
  • Configuration du topic : on lui ajoute des mots-clés, un sous-titre, une fenêtre en haut qui explique notre but…
    Avec l’onglet, « manage - customisation», on peut personnaliser son topic : image de fond, couleur de fond, vignette, logo…
    L’onglet « Apps » donne accès à de nombreuses applications comme celles permettant de mettre des carrousels, des boutons sur son site internet…
    C’est là aussi qu’on peut croiser son compte Scoop it avec un compte Twitter, Facebook… (sharing options)
  • Quand on ouvre Scoop it, dans l’onglet « Suggestions », il y a un chiffre, il correspond au nombre d’informations récoltées. Il y a parfois des redondances… Si une information nous intéresse, on clique sur « Scoop it ». L’article se retrouve dans le « topic » actuel mais on peut aussi le mettre dans un autre « topic ». Pour effacer la liste, on fait « discard ».
    Avec l’icone « New Scoop », on peut aussi ajouter des informations qu’on a trouvées nous même grâce à des alertes Google Actualités, l’abonnement à des lettres quotidiennes, la consultation de Netvibes…
    C’est la différence avec Netvibes où l’agrégation est automatique. Ici il faut une intervention humaine
  • Quand l’article est « rapatrié » sur notre topic, on a le titre, le lien, le nom du journal, une photo sous forme de vignette et parfois, les premiers mots du texte. Je laisse le titre et je fais un petit résumé. Car les premiers mots du texte sont protégés au titre du droit d’auteur. On peut aussi «ranger » les articles comme on le veut dans la page… En mettre un en une !
    On peut aussi mettre un commentaire
    Enfin, on peut ajouter des mots clés à l’article, ça aide pour la recherche.
  • Scoop it permet l’envoi toutes les semaines d’une revue de presse avec un nombre d’articles compris entre 4 et 24. En allant dans la barre d’outils à « More », « create a newsleter ».
  • 1) L’onglet « Share » permet de partager chaque post sur Facebook, Twitter, Linkedin, Wordpress… et de créer un flux RSS. Disposer d’un topic permet d’avoir toujours de l’information à mettre sur son compte Twitter… Plus on partage sur les réseaux sociaux, plus le topic est connu !
    2) On peut aussi réagir à un post… C’est la fonction « insignt». C’est ce qui donne de la valeur ajoutée au topic et que des internautes seront intéressés de trouver. Mais je ne le fais pas ce n’est pas trop dans la façon de faire des documentalistes
    3) On peut aussi suggérer du contenu à un curateur
  • Quand on est abonné à d’autres topics, on reçoit à une périodicité définie (tous les jours, toutes les semaines… ) un mel avec les derniers articles publiés sur ces topics. Si un article nous intéresse pour notre veille, on peut le rescooper. L’éthique veut qu’on remercie, qu’on ne « pompe » pas un topic entièrement… C’est dans Setting-emails notification.
  • On reçoit aussi un mel indiquant les articles de nos topics qui ont été publiés sur d’autres topics ou diffusés sur d’autres réseaux sociaux
  • Scoop it permet d’organiser, de conserver, de partager et de diffuser de l’information. Pour Cadde Réputation, c’est un tiers facilitateur, dans un contexte d’infobésité.
    D’après l’enquête de Christophe Deschamps sur les outils de curation, c’est celui qui offre le plus de possibilité d’éditorialisation, qui accepte le plus de sources. Il est aussi bien paramétré pour les mobiles. C’est un bon outil pour gérer une e-réputation.
    Ce que pensent les internautes de Scoop it : permet de s’informer rapidement sur un sujet (donc je vous encourage à l’utiliser), d’augmenter le trafic sur son blog, de se créer une image d’expert
    Ce que j’apprécie de Scoop it : il est bien référencé, il est gratuit, facile à mettre en place et à alimenter. Il est design et donne une autre image de la revue de presse.
    Les différences entre un veilleur et un curateur (article de Camille Alloing dans Documentaliste SI)
    Le curateur n’est pas toujours un documentaliste. C’est un expert, un passionné d’un sujet.
    1- Le veilleur répond à une commande, le curateur est son propre commanditaire, il a des attentes plus vagues.
    2-Le veilleur peut théoriquement mettre en place un dispositif de veille sur tous types de sujets, le curateur est un expert de son domaine qui fait remonter des signaux…
    3- Le veilleur peut avoir comme idée de créer une base de données alors que le curateur partage ce qu’il a trouvé
    4- Le curateur donne son avis, fait part de son expertise
    5- Plus un veilleur diffuse d’info à valeur ajoutée, plus il est médiatisé, plus il devient moteur de recommandations vers du contenu pouvant impacter les organisations
    Scoop it permet de connaître des spécialistes d’un domaine…
    On peut aussi retrouver des informations grâce à Scoop it. Par exemple, récemment, un collègue m’a demandé de retrouver un article sur « l’Urbanisme commercial »…Je suis allée sur le portail de veille de l’Adeupa sur le sujet et j’ai retrouvé l’article. J’aurai pu juste cliquer sur « Search » et j’aurai eu une sélection de posts sur le sujet… Dans ses propres portails, on peut rechercher une info par « find ».
    Quand on cherche une info dans Google on peut ajouter derrière le mot clé « scoop it »… Ca trie…
  • Scoop it permet d’organiser, de conserver, de partager et de diffuser de l’information. Pour Cadde Réputation, c’est un tiers facilitateur, dans un contexte d’infobésité.
    C’est le premier outil de curation. C’est l’outil qui offre le plus de possibilité d’éditorialisation qui accepte le plus de sources et il est aussi bien paramétré pour les mobiles. C’est un bon outil pour gérer une e-réputation.
    Ce que j’apprécie de Scoop it : il est bien référencé (Brest et la mer, Scoop it arrive en 10ème position, économie brestoise, N°1…) il est gratuit, facile à mettre en place et à alimenter. Il est design, il permet un beau rendu par rapport à nos revues de presse. Il donne la possibilité de mutualiser la veille.
    Ce que pensent les internautes de Scoop it : permet de s’informer rapidement sur un sujet (donc je vous encourage à l’utiliser), d’augmenter le trafic sur son blog, de se créer une image d’expert
  • Valoriser ses collections avec Scoop it

    1. 1. Valoriser ses collections grâce à Scoop.it Atelier Doc@Brest du 21/05/2014 Atelier Scoop it - 21/05/2014
    2. 2. 1- Qu’est-ce que Scoop it ? 2- La création d’un topic 3- Un outil de publication de contenus 4- Un outil de partage de contenus 5- Conclusion, questions, liens utiles Atelier Scoop it - 21/05/2014 2
    3. 3. Un outil du web 2.0 Un outil de curation (sélection, éditorialisation et partage de l’information) Quelques mots : topic, post, curate, tag, tagger. Atelier Scoop it - 21/05/2014 3
    4. 4. Atelier Scoop it - 21/05/2014 4
    5. 5. Atelier Scoop it - 21/05/2014 5
    6. 6. Atelier Scoop it - 21/05/2014 6
    7. 7. Atelier Scoop it - 21/05/2014 7
    8. 8. Atelier Scoop it - 21/05/2014 8
    9. 9. Atelier Scoop it - 21/05/2014 9
    10. 10. Atelier Scoop it – 21/05/2014 10
    11. 11. Atelier Scoop it - 21/05/2014 11
    12. 12. Atelier Scoop it - 21/05/2014 12
    13. 13. Atelier Scoop it - 21/05/014 13

    ×