MEDEF Actu‐Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1
 
 
 
 
 
 
 
Conférence économique et sociale  
TPE‐PME 
 
 
 
 
 
 
 
 
 ...
2
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
3
 
      Introduction                                                                        
Sommaire 
 
 
 
 
Soutenir ...
4
    Tableau de synthèse des propositions    
 
 
Soutenir l’emploi dans les TPE‐PME 
 
Sécuriser le contrat de travail 
...
5
 
Améliorer les relations avec 
l’administration 
Renforcer la démarche d’accompagnement 
pédagogique des services de l’...
6
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
7
Introduction 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
8
Les freins à l’embauche sont une réalité. 
 
D’après  le  dernier  sondage  d’OpinionWay  réalisé  pour  le  Medef  en  ...
9
Soutenir l’emploi dans les TPE‐PME 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
10
1. Sécuriser la rupture du contrat de travail 
 
a. Constat  
 
Une  écrasante  majorité  d’études  provenant  soit  d’...
11
 
o Généraliser  le  contrat  de  projet.  Inspiré  du  contrat  de  chantier  qui 
existe déjà dans le secteur du BTP,...
12
Par ailleurs, afin d’apporter une sécurité aux petites entreprises, le seuil 
du nombre de salariés impliquant un planc...
13
2. Assouplir le contrat de professionnalisation 
 
a. Constat  
 
Le  contrat  de  professionnalisation,  comme  l’appr...
14
Pour les chômeurs de longue durée, la rémunération pourrait être rapprochée de 
celle  des  jeunes  de  moins  de  25  ...
15
En  second  lieu,  les  seuils  relatifs  aux  diverses  contributions  fiscales  et  sociales 
devraient être relevés....
16
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
17
Soutenir la création et la croissance des TPE‐PME 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
18
1. Faciliter le financement des TPE‐PME 
 
a. Soutenir l’investissement  
 
i. Constat 
Les  entreprises  peuvent  avoi...
19
L’existence de ces privilèges influe sur la probabilité de recouvrement des créances 
détenues par les partenaires de l...
20
2. Améliorer les relations avec l’administration 
 
a. Constat  
 
La très grande majorité des entreprises cherchent à ...
21
contestation  du  paiement  d’une  imposition  supérieure  à  4500  euros, 
obligation  très  coûteuse  pour  les  PME,...
22
‐ Adapter  la  législation  et  la  réglementation  en  amont  pour  éviter  des 
sanctions  financières  disproportion...
23
b. Proposition du Medef  
 
Il est nécessaire s’agissant de conversion de format de clarifier les bonnes pratiques 
de ...
24
6. Soutenir la création d’entreprise 
 
a. Renforcer  l'efficience  des  dispositifs  publics  en  faveur  de 
l'accomp...
25
 
 
Enfin,  les  entreprises  créées  par  les  jeunes  et  les  chômeurs  disparaissent  plus 
rapidement. En 2006, la...
26
o Le temps nécessaire pour instruire le dossier (le délai de 6 à 12 mois est 
trop long) ; 
o Le coût (environ 1500 eur...
27
b. Proposition du Medef  
 
Le Medef propose donc, qu’à titre exceptionnel, dans des conditions d’encadrement 
précises...
28
b. Proposition du Medef 
 
Le Medef propose donc la création d’une réserve citoyenne économique afin non 
seulement  d’...
29
(associations œuvrant en faveur de l’esprit d’entreprendre, la défense 
de l’entrepreneuriat, …) ; 
o Publication au JO...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

conf sociale et eco tpe pme juin 2015 - Les Propositions du Medef

1 575 vues

Publié le

Les propositions du MEDEF pour la conférence économique et sociale TPE PME de juin 2015
Soutenir l’emploi dans les TPE‐PME
1. Sécuriser le contrat de travail
2. Assouplir le contrat de professionnalisation
3. Relever les seuils d’effectifs
Soutenir la création et la croissance des TPE‐PME
1. Faciliter le financement des TPE‐PME
2. Améliorer les relations avec l’administration
3. Simplifier les relations avec l’URSSAF
4. Simplifier la facturation électronique
5. Favoriser la reprise d’entreprise par les salariés
6. Soutenir la création d’entreprise
7. Libérer l’activité entrepreneuriale
8. Valoriser l’engagement des entrepreneurs

Publié dans : Recrutement & RH
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 575
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
194
Actions
Partages
0
Téléchargements
16
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

conf sociale et eco tpe pme juin 2015 - Les Propositions du Medef

  1. 1. MEDEF Actu‐Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1               Conférence économique et sociale   TPE‐PME                                        Propositions du Medef    Juin 2015       
  2. 2. 2                                                    
  3. 3. 3         Introduction                                                                         Sommaire          Soutenir l’emploi dans les TPE‐PME              1. Sécuriser le contrat de travail    2. Assouplir le contrat de professionnalisation    3. Relever les seuils d’effectifs    Soutenir la création et la croissance des TPE‐PME    1. Faciliter le financement des TPE‐PME    2. Améliorer les relations avec l’administration    3. Simplifier les relations avec l’URSSAF    4. Simplifier la facturation électronique    5. Favoriser la reprise d’entreprise par les salariés    6. Soutenir la création d’entreprise    7. Libérer l’activité entrepreneuriale    8. Valoriser l’engagement des entrepreneurs   
  4. 4. 4     Tableau de synthèse des propositions         Soutenir l’emploi dans les TPE‐PME    Sécuriser le contrat de travail  Introduire dans le contrat de travail les  motifs incontestables de rupture  Généraliser le contrat de projet  Introduire un barème d’indemnités de  licenciement  Introduire un plafond / un barème  d’indemnités à verser au salarié par  l’employeur en cas de contentieux  Limiter l’assimilation à une absence de  cause réelle et sérieuse l’insuffisance de  motivation d’une lettre de licenciement   Relever le seuil de 10 à 20 salariés pour le  plancher des 6 mois  Assouplir le contrat de  professionnalisation  Créer un contrat de professionnalisation  sur mesure  Relever les seuils d’effectifs    Intégrer les mesures favorables aux TPE et  PME envisagées dans la négociation sur la  modernisation du dialogue social   Relever les seuils relatifs aux diverses  contributions fiscales et sociales      Soutenir la création et la croissance des TPE‐PME    Faciliter le financement des  TPE‐PME  Permettre aux investisseurs personnes  physiques finançant une TPE PME de  déduire de leur revenu global, leur quote‐ part du déficit de l’entreprise dans laquelle  ils ont investi.  Supprimer le  privilège du Trésor  Céder le règlement des créances des clients  collectivités et établissements publics de  santé des TPE‐PME à la BPI       
  5. 5. 5   Améliorer les relations avec  l’administration  Renforcer la démarche d’accompagnement  pédagogique des services de l’Etat auprès  des entreprises avant le passage à des  actions de sanction      Simplifier les relations avec  l’URSSAF    Instaurer un mécanisme de rescrit simplifié  et accéléré « protection sociale  complémentaire »  Adapter la législation et la réglementation  en amont pour éviter des sanctions  financières disproportionnée et pour  alléger les formalités à accomplir  Innover en matière de contrôle     Simplifier la facturation  électronique    Clarifier les bonnes pratiques de la piste  d’audit et autoriser explicitement les  pièces numérisées    Favoriser la reprise  d’entreprise par les salariés   Permettre la déduction des coûts liés aux  due‐diligences menées par un repreneur  potentiel, salarié ou demandeur d’emploi,  de leur impôt sur le revenu    Soutenir la création  d’entreprise    Simplifier le paysage des aides à la création  d'entreprise   Privilégier les prêts accompagnés plutôt  que les "aides guichets"  Faciliter le rebond en améliorant le  dispositif de la VAE   Libérer l’activité  entrepreneuriale  Sécuriser le risque de requalification en  salariat déguisé  Valoriser l’engagement des  entrepreneurs  Créer une réserve citoyenne économique            
  6. 6. 6                                                                                                
  7. 7. 7 Introduction                                                                                                 
  8. 8. 8 Les freins à l’embauche sont une réalité.    D’après  le  dernier  sondage  d’OpinionWay  réalisé  pour  le  Medef  en  avril  dernier,  70%  des  dirigeants  ont  peur  d’embaucher.  Ce  sentiment  monte  à  75%  chez  les  chefs  d'entreprise  qui  n'ont  aucun  salarié.  Pour  expliquer  cette  peur,  plusieurs  raisons sont avancées au premier rang desquelles, pour 31% des chefs d’entreprise,  les rigidités des contrats et notamment les difficultés liées à leur rupture. Vient  ensuite le coût du travail pour 22% des chefs d’entreprise. Et enfin, est avancé le  manque de visibilité économique. A noter également que les freins à l'embauche  sont également liés à la difficulté de recruter la bonne la bonne compétence.     Aussi  dans  un  contexte  si  anxiogène  en  raison  d’une  courbe  du  chômage  que  le  gouvernement  peine  à  enrayer,  tout  doit  être  mis  œuvre  pour  apporter  des  réponses  aux  inquiétudes  des  chefs  d’entreprise,  pour  lever  les  freins  au  recrutement et relancer la croissance.    Le virage entrepreneurial du gouvernement doit s’incarner dans les faits et dans une  réalité  incontestable.  Or,  force  est  de  constater  que  les  derniers  actes  du  gouvernement,  comme  des  parlementaires,  ne  peuvent  être  considérés  comme  étant des gestes en direction des entreprises : pénibilité, projet de loi Modernisation  du Dialogue social, droit d’information préalable des salariés, … le Medef ne cesse  de rappeler ces incohérences et ces non‐sens économiques.     Il est plus que temps d’engager une réforme ambitieuse du marché du travail. Et  c’est  la  raison  pour  laquelle  le  Medef  souhaite  faire  part  au  gouvernement  à  l’occasion de la réunion organisée autour du Premier ministre, le 1er  juin 2015, des  propositions visant à soutenir le recrutement dans les TPE‐PME mais également la  création d’entreprise et leur croissance.    Enfin,  si  le  Medef  avance  des  mesures  nécessaires  à  mettre  en  œuvre  par  le  Gouvernement  et  le  Parlement,  il  souhaite  également  prendre  sa  part  de  responsabilité dans ce combat en faveur de l’emploi. Sa mobilisation en faveur de la  formation et de l’apprentissage à travers ses opérations « Beau travail ! », « Au tour  de l’emploi », « Wordskills », son implication en faveur de l’insertion par l’activité  économique via notamment les actions portées par les branches professionnelles,  son soutien à la diffusion de la culture entrepreneuriale et à l’envie d’entreprendre  aux côtés notamment d’ « Entreprendre Pour Apprendre » ou grâce à ses « Parcours  Audace Créatrice », … sont autant d’actes concrets et forts dans son combat pour  l’emploi et en faveur de la croissance économique.    Tel est l’enjeu des propositions présentées dans ce document. 
  9. 9. 9 Soutenir l’emploi dans les TPE‐PME                                                                               
  10. 10. 10 1. Sécuriser la rupture du contrat de travail    a. Constat     Une  écrasante  majorité  d’études  provenant  soit  d’organismes  internationaux  (OCDE, FMI…), soit de structures nationales (think tank, économistes, juristes…), a  démontré l’existence dans notre pays d’un problème de rigidité des conditions de la  rupture du contrat de travail à durée indéterminée. Sans qu’il soit possible d’en  chiffrer  scientifiquement  l’impact  sur  l’emploi,  il  semble  incontestable  que  cet  impact  est  négatif  et  significatif  en  termes  de  volume  de  « non‐embauche ».  La  rigidité  est  également  à  l’origine  de  la  segmentation  du  marché  du  travail  entre  « insiders », titulaires d’un CDI et outsiders (en CDD, en intérim ou au chômage).     Ce  manque  de  flexibilité  suscite  chez  les  chefs  d’entreprise  une  « peur  de  l’embauche », principalement dans les TPE/PME, qui appelle de façon urgente une  solution  pour  libérer  l’emploi  au  moment  où  plusieurs  facteurs  externes  déterminants pour la croissance sont favorables (baisse du prix du pétrole, baisse de  l’euro, baisse des taux d’intérêt).     b. Propositions du Medef    Pour « tuer » la peur de l’embauche chez les chefs d’entreprise, principalement dans  les TPE/PME, il faut leur donner la visibilité et la sécurité nécessaires sur la rupture  du contrat de travail.      Cette visibilité et cette sécurité peuvent être apportées à trois moments différents  de l’exécution du contrat de travail : en amont de la rupture, au moment de la  rupture ou après la rupture.     ‐ En amont de la rupture :   o Introduire  dans  le  contrat  de  travail  les  motifs  incontestables  de  rupture.  Ces  motifs  seraient  listés  dans  le  contrat  de  travail  et  recevraient donc l’accord du salarié lors de la signature du contrat. Il  peut  s’agir  de  motifs  externes  (ex :  évolution  du  volume  global  d’un  marché) ou internes (ex : baisse du chiffre d’affaires en % ou en valeur  absolue, perte d’un marché spécifique…) à l’entreprise. Si l’une de ces  causes de rupture intervient lors de l’exécution du contrat de travail,  l’employeur  peut  l’invoquer  pour  licencier  le  salarié.  L’éventuel  contrôle du juge n’intervient alors que pour vérifier que la cause s’est  effectivement  manifestée  (ex :  le  chiffre  d’affaires  de  l’entreprise  a  effectivement baissé de x%).  
  11. 11. 11   o Généraliser  le  contrat  de  projet.  Inspiré  du  contrat  de  chantier  qui  existe déjà dans le secteur du BTP, le contrat de projet prévoit que le  contrat prend fin lorsque le projet défini est achevé. C’est un contrat à  durée indéterminée puisqu’on ne connait pas à l’avance la date de fin  du projet. Cette notion de projet n’est pas applicable à la totalité des  secteurs  de  l’économie,  mais  elle  a  l’avantage  de  « coller »  assez  fortement à l’évolution des entreprises qui fonctionnent de plus en plus  en  logique  de  projet,  notamment  dans  les  « nouveaux  métiers »  (informatique,  nouvelles  technologies,  services  aux  entreprises…),  quelle  que  soit  la  taille  de  l’entreprise.  Là  aussi,  en  cas  d’éventuel  contentieux,    le  contrôle  du  juge  ne  porterait  que  sur  la  réalisation  effective du projet (celui‐ci a‐t‐il ou non été achevé ?).    ‐ Au moment de la rupture :   o Introduire  un  barème  d’indemnités  de  licenciement  dont  le  respect  par l’employeur éteint toute contestation en justice. Il s’agit de mettre  en place un barème, qui peut tenir compte de plusieurs facteurs (ex :  ancienneté,  niveau  de  qualification,  âge…)  et  qui  permet  contractuellement à l’employeur d’éteindre tout risque de contentieux.  C’est un système inspiré de celui de la transaction, qui est déjà pratiqué  par  les  entreprises  et  incontesté  par  les  tribunaux.  Néanmoins,  la  différence  avec  la  transaction  est  double :  d’une  part,  le  montant  de  l’indemnité  ne  fait  pas  l’objet  d’une  négociation  mais  est  fixé  par  le  barème  (donc  connu  à  l’avance  par  les  deux  parties)  et  d’autre  part,  l’accord du salarié pour procéder à l’application du barème entraînant  le licenciement n’est pas requis.     ‐ En aval de la rupture :   o Introduire un plafond d’indemnités à verser au salarié par l’employeur  en cas de contentieux. Ce système de plafonnement des indemnités au  contentieux  existe  dans  plusieurs  grands  pays  européens  (Danemark,  Allemagne, Italie, UK…). Même s’il  ne sécurise pas l’employeur sur la  simplicité de la rupture, il lui donne une visibilité certaine sur le coût  possible d’un contentieux avec un salarié. C’est une solution sans doute  de second rang, mais qui aurait néanmoins l’avantage de protéger les  TPE contre des cas, certes rares mais parfois mortels pour l’entreprise,  d’indemnités parfois extravagantes accordées par les prud’hommes.    
  12. 12. 12 Par ailleurs, afin d’apporter une sécurité aux petites entreprises, le seuil  du nombre de salariés impliquant un plancher d’indemnités de 6 mois  devrait être porté de 10 à 20 salariés.    o Introduire un barème d’indemnités à verser au salarié par l’employeur  en  cas  de  contentieux  au  moment  de  la  conciliation.  Il  s’agit  d’une  solution un peu dégradée par rapport à la solution n°4 qui repose sur  une incitation du salarié et de l’employeur à la conciliation : grâce à ce  barème, salariés comme employeurs sont fortement incités à choisir la  conciliation et non le contentieux car celle‐ci leur donne une visibilité  sur  le  temps  (très  court,  de  l’ordre  de  quelques  semaines  contre  plusieurs  mois  ou  années  en  cas  de  contentieux)  et  l’argent  (un  montant  connu  à  verser  ou  à  toucher  contre  un  montant  inconnu  et  incertain  en  cas  de  contentieux).  Cette  solution  avait  été  prévue  par  l’ANI du 11 janvier 2013 mais elle n’a pas été transposée dans la loi.     o Revenir sur la jurisprudence posée par la Cour de Cassation « le défaut  d'énonciation  des  motifs  dans  une  lettre  de  rupture  rend  un  licenciement,  prononcé  à  titre  disciplinaire,  sans  cause  réelle  ni  sérieuse » en posant deux principes complémentaires et équilibrés :   L’insuffisance notoire de motivation de la lettre de licenciement  ne  peut  être  assimilée  à  une  irrégularité  de  procédure  comme  une autre, car elle prive le salarié de la possibilité de faire valoir  ses droits. C’est pourquoi l’indemnité versée par le juge à ce titre  peut  être  portée,  par  dérogation  au  principe  posé  à  l’article  L.  1235‐2, de un à trois mois de salaire.   En revanche, une insuffisance notoire de motivation de lettre de  licenciement  ne  doit  pas  priver  l’employeur  du  droit  de  faire  vérifier par les juges du fond le caractère réel et sérieux du motif  du  licenciement.  Il  en  va  du  respect  du  droit  à  un  procès  équitable posé par l’article 6 de la CEDH. Une insuffisance notoire  de la motivation de la lettre de licenciement ne peut donc être  assimilée à une absence de cause réelle et sérieuse entraînant la  nullité du licenciement.                 
  13. 13. 13 2. Assouplir le contrat de professionnalisation    a. Constat     Le  contrat  de  professionnalisation,  comme  l’apprentissage,  est  un  moyen  d’insertion dans l’emploi particulièrement efficace : six mois après un contrat de  professionnalisation, 76 % des anciens bénéficiaires sont en emploi dont la moitié  chez le même employeur.    En  application  du  code  du  travail,  le  contrat  de  professionnalisation  doit  obligatoirement conduire à une qualification soit enregistrée au répertoire national  des  certifications  professionnelles,  soit  reconnue  dans  les  classifications  d’une  convention nationale de branche, soit ouvrant droit à un certificat de qualification  professionnelle.     Si le respect de ces exigences permet de garantir la qualité de la formation, il n’en  est  pas  moins  bloquant  pour  l’accès  au  contrat  de  professionnalisation  pour  beaucoup de jeunes :    • d’abord,  ces  règles  complexifient  la  mise  en  œuvre  du  contrat  pour  les  entreprises, notamment les TPE. Cette complexité est au mieux dissuasive, au  pire inhibitrice ;   • ensuite  et  surtout,  l’encadrement  par  des  règles  à  la  fois  universelles  et  précises interdit l’adaptation du contrat de professionnalisation à la situation  particulière de chaque demandeur d’emploi et de chaque entreprise. En l’état  actuel du droit, il est impossible soit de réaliser une formation « sur‐mesure »  correspondant  exactement  aux  besoins  de  l’entreprise  et  du  demandeur  d’emploi, soit de réaliser la formation au sein de l’entreprise.     b. Proposition du Medef    En  conséquence,  afin  de  lever  cet  obstacle  au  développement  de  l’alternance,  le  Medef  propose  que  le  contrat  de  professionnalisation  puisse,  pour  une  durée  expérimentale, conduire à une formation correspondant exactement aux besoins  du  demandeur  d’emploi  et  de  l’entreprise.  Celle‐ci  serait  définie  en  amont  par  l’entreprise  et  le  demandeur  d’emploi  et  devrait  se  dérouler  selon  un  calendrier  déterminé. Elle pourrait être réalisée en interne par l’entreprise. Elle serait réservée  aux  demandeurs  d’emploi  de  longue  durée,  pour  lesquels  la  question  des  compétences se pose de façon plus aigüe que pour les autres demandeurs d’emploi.    
  14. 14. 14 Pour les chômeurs de longue durée, la rémunération pourrait être rapprochée de  celle  des  jeunes  de  moins  de  25  ans.  Ainsi,  un  chômeur  de  longue  durée  bénéficierait d'une rémunération au moins égale à 80% du Smic, complétée par le  RSA  ou  l'indemnité  référentielle  de  l'assurance  chômage.  Sa  rémunération  totale  atteindrait ainsi le niveau d'un Smic net.     L’expérimentation  d’un  « contrat  de  pro  sur‐mesure »  dans  des  conditions  sécurisées  juridiquement  pour  les  entreprises  pourrait  ainsi  relancer  fortement  l’alternance dans les entreprises en permettant à plusieurs dizaines de milliers de  demandeurs d’emploi de longue durée d’accéder à un emploi et à une formation.     3. Relever les seuils d’effectifs    a. Constat     L’ampleur  des  obligations  qui  s’imposent  aux  petites  entreprises  lorsqu’elles  franchissent les seuils de 10 et 50 salariés est un obstacle avéré à la croissance et à  l’embauche par ces entreprises. De natures réglementaires, fiscales et sociales, ces  obligations  doivent  faire  l’objet  de  simplifications,  et  pour  certaines  d’entre  elles  d’un relèvement du seuil.    Malheureusement la loi relative au dialogue social omet de traiter l’effet de seuil lié  à la mise en place des instances de représentation du personnel et des obligations  afférentes.    b. Proposition du Medef    En  premier  lieu,  la  loi  relative  au  dialogue  social  devrait  intégrer  les  mesures  favorables aux TPE et PME envisagées dans la négociation sur la modernisation du  dialogue social :   ‐ introduire un principe de proportionnalité entre le nombre de représentants  et le nombre de salariés,  ‐ supprimer  la  disposition  prévoyant  une  mutualisation  et  une  annualisation  des heures de délégation dès le seuil de 50 salariés,   ‐ permettre  à  une  PME  d’appliquer  directement  un  accord  de  branche  pour  être libérée de l’obligation de négocier,   ‐ permettre à une PME de négocier même en l’absence de délégation ou de  mandatement syndical.   
  15. 15. 15 En  second  lieu,  les  seuils  relatifs  aux  diverses  contributions  fiscales  et  sociales  devraient être relevés. Par exemple, l’ensemble des obligations s’imposant au seuil  de 10 salariés pourrait être porté à 20 salariés.                                                                   
  16. 16. 16                                                                        
  17. 17. 17 Soutenir la création et la croissance des TPE‐PME                                                                       
  18. 18. 18 1. Faciliter le financement des TPE‐PME    a. Soutenir l’investissement     i. Constat  Les  entreprises  peuvent  avoir  des  besoins  de  financement  importants  dans  les  premières  années  alors  même  qu’elles  sont  la  plupart  du  temps  en  perte.  Ces  besoins ne peuvent entièrement reposer sur le financement bancaire et le capital – risque, qui n’est pas adapté à tous les profils d’entreprise.     Pour  inciter  les  investisseurs  personnes  physiques  à  apporter  à  ces  jeunes  entreprises les capitaux nécessaires, certains pays ont mis en place des dispositifs  fiscaux  puissants    qui  ont  permis  un  développement  important  des  business  angels : au Royaume‐Uni, le régime de l’EIS, est similaire à notre réduction d’IR dite  Madelin mais le plafond est de 1.000.000£ par personne, avec un taux de réduction  d’impôt de 30 % du montant investi. Aux Etats‐Unis, le « subchapter S » permet aux  Business  Angels,  de  déduire  de  leurs  autres  revenus,  leur  quote‐part  des  pertes  initiales de l’entreprise nouvelle.     Si des  dispositifs proches existent en France, (réduction d’IR Madelin et possibilité  d’imputation  des  déficits  des  investisseurs  sur  leur  revenus  personnels  de  même  catégorie),  ils  sont  néanmoins  sous  dimensionnés  avec  pour  conséquence  des  effets faibles sur le financement des entreprises.     ii.  Proposition du Medef   Permettre  aux  investisseurs  personnes  physiques  finançant  une  TPE  PME  de  déduire  de  leur  revenu  global,  c’est‐à‐dire  de  l’ensemble  de  leurs  revenus  personnels, quelle qu’en soit la nature, leur quote‐part du déficit de l’entreprise  dans laquelle ils ont investi. Comme actuellement, le dispositif  serait plafonné au  montant investi et limité aux cinq premières années de vie de l’entreprise.      b. Supprimer un obstacle au crédit bancaire     i. Constat   Les  créanciers  privés  des  entreprises  qui  entendent  obtenir  paiement  de  leurs  créances font face, en particulier lorsqu’est ouverte une procédure collective, aux  garanties  de  recouvrement  qui  confèrent  un  caractère  privilégié  aux  créances  détenues par les salariés (ou l’AGS), les caisses de sécurité sociale et le Trésor. Le  droit français prévoit également des privilèges au profit de certains des créanciers  d’entreprises soumises à une procédure collective.    
  19. 19. 19 L’existence de ces privilèges influe sur la probabilité de recouvrement des créances  détenues par les partenaires de l’entreprise, qui détermine à son tour la mesure  dans laquelle ces partenaires vont accepter de consentir un crédit à l’entreprise. Dès  lors que l’ordre de paiement des créanciers conduit à un paiement prioritaire des  créances privilégiées, les capacités de financement des entreprises en sont affectées  puisqu’il  diminue l’efficacité des garanties que peut consentir une entreprise à ses  partenaires financiers.     Or,  si  les  privilèges  propres  aux  procédures  collectives  tendent  à  encourager  le  crédit et le redressement des entreprises en difficulté et si les privilèges attachés  aux créances salariales présentent un caractère alimentaire, ces justifications ne se  retrouvent pas en ce qui concerne le privilège du Trésor.     ii. Proposition du Medef  Supprimer  le   privilège  du  Trésor  en  commençant  éventuellement  par  mettre  en  œuvre la mesure pour les TPE‐PME.    c. Compenser les effets des retards de paiement des  collectivités locales et établissements publics     i. Constat   L'État mène sans conteste une politique volontariste de réduction de ses délais de  paiement ainsi que de ceux des établissements publics nationaux et des collectivités  territoriales.  Il  n’en  demeure  pas  moins  que  des  retards  de  paiement  significatifs  subsistent et s’aggravent même, compte tenu du contexte en matière de finances  publiques, pour un certain nombre de collectivités territoriales et d’établissements  publics, avec des dégâts collatéraux importants pour les TPE et PME concernées. Ces  dernières,  titulaires  de  marchés  ou  de  commandes  auprès  de  grands  donneurs  d’ordre publics peuvent certes mobiliser leurs créances auprès de la BPI, mais sous  certaines conditions. Par ailleurs cela comporte un coût qu’elles ne devraient pas  avoir à assumer.   ii. Proposition   Etudier  la  possibilité  pour  les  PME  d’un  règlement  des  créances  de  leurs  clients  collectivités  et  établissements  publics  de  santé  par  la  BPI  lorsque  ceux‐ci  ne  respectent  pas  les  délais  de  paiement.  Il  s’agirait  pour  cette  dernière  essentiellement  d’une  avance  de  trésorerie,  les  créances  en  question  étant  des  créances  certaines  et  la  BPI  touchant  en  lieu  et  place  des  PME  concernées  les  intérêts moratoires et autres pénalités dus par ses débiteurs publics. 
  20. 20. 20 2. Améliorer les relations avec l’administration    a. Constat     La très grande majorité des entreprises cherchent à exercer leurs activités dans  le  respect des textes législatifs et réglementaires  sans jamais pouvoir être sûrs d’être   toujours  « dans  les  clous »,  du  fait  de  la  surabondance  de  ces  règles,  de  leur  complexité et de leur manque de lisibilité, voire de leur incohérence. Dans un tel  contexte,  plutôt  que  de  considérer  systématiquement  les  dirigeants  d’entreprise  comme  des  fraudeurs  en  puissance,  l’administration  devrait  au  contraire  les  accompagner dans la connaissance et la compréhension des textes.     b. Propositions du Medef     Le Medef rappelle son souhait que les relations entre les PME et l’Administration  soient simplifiées réellement, avec une entrée en vigueur concrète des mesures  :  « Dites‐le nous une fois », règle du « one in one out », puis « one in two out » pour  le flux de normes, une réduction de 5% par an du stock de normes , et l’entrée en  vigueur  dans  les  plus  brefs  délais  du  Comité  Impact  Entreprises  (CIE),  dont  la  création a été annoncée le 20 octobre 2014.    Par  ailleurs,  le  MEDEF  propose  de  renforcer  la  démarche  d’accompagnement  pédagogique des services de l’Etat auprès des entreprises avant le passage à des  actions  de  sanction,  ainsi  que  cela  se  pratique  dans  certains  pays  de  l’UE  (par  exemple au Royaume Uni ou  en Lettonie) selon  le principe « Conseillez‐nous une  fois ».         Sur le plan fiscal, le MEDEF propose ainsi :  ‐ la  généralisation  aux  PME  de  la  « relation  de  confiance »  initiée  par  l’administration fiscale ;  ‐ l’adoption d’un principe constitutionnel prévoyant  que le doute profite  au contribuable ;  ‐ le renforcement de la tolérance à la première infraction de bonne foi  avec une suppression de toute pénalité ou intérêt de retard ;  ‐ En   cas  de  contentieux  avec  l’administration  fiscale,  de  réserver  l’exigence  de  constitution  de  garanties  (cautions  bancaires,  hypothèques,  nantissement  de  fonds  de  commerce…)  aux  situations  dans  lesquelles  il  existe  un  vrai  risque  de  non  recouvrement  pour  le  Trésor  Public :  l’obligation  de  constituer  des  garanties  en  cas  de 
  21. 21. 21 contestation  du  paiement  d’une  imposition  supérieure  à  4500  euros,  obligation  très  coûteuse  pour  les  PME,  pénalise  ces  dernières  en  les  contraignant parfois à choisir entre la poursuite d’un contentieux et le  développement de leur activité.       3. Simplifier les relations avec l’URSSAF    a. Constat     Pour le Medef, le choc de simplification est l’un des chantiers majeurs pour agir sur  la compétitivité et redonner de la confiance aux entreprises. La simplification de  notre système législatif, réglementaire et administratif est une priorité économique,  avec pour mot d’ordre : « Moins et mieux ».    La simplification, c’est aussi donner davantage de sécurité juridique aux entreprises  par  un  environnement  plus  lisible  et  prévisible.  Ceci  est  particulièrement  vrai  en  matière de protection sociale.  Concernant les assiettes de sécurité sociale vérifiées  par les URSSAF, les entreprises doivent faire face à une inflation législative et à des  textes toujours plus complexes et souvent difficilement compréhensibles pour des  enjeux financiers souvent importants.     L’objectif des propositions doit être donc de sécuriser juridiquement les cotisants  avant  et  après  la  phase  de  contrôle.  Rappelons  qu’en  2013,  la  mauvaise  interprétation des textes par les cotisants a conduit les URSSAF a leurs restituer plus  de  180  millions  d’euros.  La  part  des  entreprises  ayant  fait  l’objet  d’un  remboursement  suite  à  contrôle  s’établit  à  22,4%,  cette  proportion  a  culminé  en  2009 à 32,5%. D’ailleurs, les redressements suite à contrôle de l’URSSAF examinés  dans  le  cadre  des  recours  amiables  portent  essentiellement  sur  des  points  qui  prêtent  à  discussion  en  raison  de  la  complexité  de  la  réglementation  et  de  divergences  d’interprétation  de  celle‐ci,  très  rarement  sur  la  mauvaise  foi  des  entreprises.    b. Propositions du Medef     ‐ Instaurer un mécanisme de rescrit simplifié et accéléré « protection sociale  complémentaire » pour les entreprises et pour les branches professionnelles,  une attente forte au moment de la mise en œuvre de la généralisation de la  complémentaire santé.   
  22. 22. 22 ‐ Adapter  la  législation  et  la  réglementation  en  amont  pour  éviter  des  sanctions  financières  disproportionnée  et  pour  alléger  les  formalités  à  accomplir (demandes de modifications législatives) :  o Accord  collectif  de  prévoyance :  assouplir  les  sanctions  financières  applicables aux entreprises prévues en cas de non‐respect du caractère  collectif et obligatoire ;  o Accord d’intéressement :   Assouplir  le  formalisme  pour  ouvrir  droit  aux  exonérations  de  cotisations de sécurité sociale ;  Supprimer l’obligation de dépôt de l’accord à la DIRECCTE en cas  de renouvellement par tacite reconduction pour ouvrir droit aux  exonérations de cotisations de sécurité sociale ;  Simplifier  les  conditions  relatives  au  caractère  collectif  des  accords  d’intéressement  pour  ouvrir  droit  aux  exonérations  de  cotisations sociales (en phase avec les avancées Loi Macron sur la  baisse du forfait social pour matière de retraite supplémentaire  et d’épargne salariale).    ‐ Améliorer la simplification des relations entre les URSSAF et les entreprises :  o Privilégier la procédure des observations pour l’avenir ;  o Mieux distinguer, s’agissant de travail illégal, fraudes et irrégularités.    ‐ Innover en matière de contrôle :  o Officialiser le diagnostic conseil et élargir le recours possible pour les  entreprises (demande d’un texte réglementaire en ce sens) ;  o Etendre  le  « contrôle  sur  pièces »  (allégé  par  rapport  au  contrôle  sur  place) aux entreprises de plus de 9 salariés.      4. Simplifier la facturation électronique    a. Constat     La  généralisation  de  la  facturation  électronique  constituerait  un  levier  efficace  d’excellence opérationnelle de nos TPE PME à triple titre : en tant que facteur de  diffusion  du  numérique  au  sein  de  ces  entreprises,  de  meilleure  gestion  de  leur  chaîne achat et de meilleur contrôle de leurs délais de paiement. Si  les quelques  problèmes  techniques  subsistant  encore  sont  en  voie  de  résolution,  il  reste  indispensable de sécuriser complètement le cadre fiscal.      
  23. 23. 23 b. Proposition du Medef     Il est nécessaire s’agissant de conversion de format de clarifier les bonnes pratiques  de la piste d’audit pour une meilleure productivité et organisation des entreprises,  autoriser explicitement les pièces numérisée (commandes, contrats, factures, etc.)  comme justificatifs de la piste d’audit.      5. Favoriser la reprise d’entreprise par les salariés    a. Constat     Bien que ne disposant d’aucune étude récente ou chiffres exhaustifs sur le marché  de la cession d’entreprise en France, l’on estime que dans les dix prochaines années,  environ 600.000 à 700.000 entreprises seraient à céder.     Les derniers débats autour du droit d’information préalable des salariés prévu dans  la loi sur l’Economie Sociale et Solidaire ont montré combien le sujet de la cession  d’entreprise  était  complexe.  Problématique  de  financement,  de  valorisation  de  l’entreprise,  d’anticipation,  de  préparation,  …  autant  de  sujets  sur  lesquels  des  réponses  doivent  être  apportées  si  l’on  souhaite  non  seulement  favoriser  la  pérennité des entreprises mais également sauver les emplois concernés.    S’agissant  de  la  reprise  d’entreprise  par  les  salariés,  le  Medef  considère  que  la  problématique  première  sur  laquelle  le  gouvernement  doit  se  pencher  concerne  leur  capacité  à  faire  des  offres  de  reprises  sérieuses  et  donc  de  mener  des  due  diligence. La neutralisation des coûts engendrés par ces étapes préalables est un des  leviers majeurs dans le soutien à la reprise d’entreprise par les salariés.    b. Proposition du Medef     Le Medef propose que les coûts liés à ces due‐diligences menées par un repreneur  potentiel, salarié ou demandeur d’emploi, puissent être déduits de leur impôt sur  le revenu. Il s’agit là d’une mesure sociale qui facilite la reprise d’entreprise par un  ou des salariés mais également d’une disposition visant à faciliter la reprise d’une  activité  entrepreneuriale  pour  toute  personne  en  recherche  d’emploi,  complémentaire au dispositif ACRE.        
  24. 24. 24 6. Soutenir la création d’entreprise    a. Renforcer  l'efficience  des  dispositifs  publics  en  faveur  de  l'accompagnement à la création d'entreprise     i. Constat    Le  dernier  rapport  de  la  Cours  des  Comptes  (février  2013)  dresse  un  bilan  et  un  constat très sévère sur les dispositifs publics d’aide à la création d’entreprise. Il  note notamment :  • un pilotage insuffisant et une gouvernance déficiente des dispositifs publics  de soutien à la création,  • une offre publique pléthorique, au coût difficilement mesurable,  • un maquis peu lisible d'intervenants et de financeurs,  • de multiples interlocuteurs pour le créateur,  • des  aides  concentrées  sur  la  création  des  entreprises  plutôt  que  sur  leur  développement.    ii. Propositions du Medef  ‐ Simplifier le paysage des aides à la création d'entreprise en privilégiant les  plus efficaces (cf. conclusions du rapport de la Cour des Compte 2013 sur ce  sujet) ;  ‐ Privilégier les prêts accompagnés plutôt que les "aides guichets" (réforme du  dispositif ACRE).    b. Favoriser le rebond par la VAE    i. Constat  En 2010, seuls 40% des créateurs d’entreprise avaient un niveau supérieur au BAC ;  chez les créatrices d’entreprise, ce pourcentage s’élève à 50%. Par ailleurs, toutes  choses égales par ailleurs, plus le créateur est diplômé, meilleures sont les chances  de survie de son entreprise. Ainsi, 71 % des entreprises créées par des diplômés de  l'enseignement  supérieur  sont  toujours  actives  en  2009,  contre  58  %  de  celles  créées  par  des  non‐diplômés.  En  2006,  38  %  des  créateurs  étaient  diplômés  de  l'enseignement supérieur contre 13 % qui n'avaient pas de diplôme.   
  25. 25. 25     Enfin,  les  entreprises  créées  par  les  jeunes  et  les  chômeurs  disparaissent  plus  rapidement. En 2006, la proportion de jeunes parmi les créateurs est la même qu'en  2002 : un peu plus de deux sur dix ont moins de 30 ans. Comme pour la génération  précédente, les entreprises créées par ces jeunes sont moins pérennes ; 59 % sont  toujours actives en 2009, contre 68 % pour celles créées par les personnes âgées de  30 à moins de 50 ans.        Enfin le taux de chômage des non diplômés est trois fois plus élevé que celui des  personnes  qui  disposent  d’un  diplôme  niveau  bac  +  2  (exemple,  en  2013 :  on  compte  6  %  de  chômeurs  chez  les  détenteurs  d’un  diplôme  supérieur  à  bac  +  2,  contre 16,8 % chez les non diplômés) et que ceux qui souffrent le plus de la hausse  du  chômage  sont  les  moins  de  25  ans.  Il  est  donc  impératif  de  sécuriser  les  initiatives entrepreneuriales des jeunes, notamment les moins diplômés.    ii. Proposition du Medef  Le  Medef  propose  d’améliorer  le  dispositif  de  la  VAE  à  la  fois  pour  inciter  à  la  création  d’entreprise  mais  également  faciliter  le  rebond.  Les  pistes  de  travail  pourraient concerner : 
  26. 26. 26 o Le temps nécessaire pour instruire le dossier (le délai de 6 à 12 mois est  trop long) ;  o Le coût (environ 1500 euros actuellement) ;  o Le temps requis pour l’expérience (3 ans actuellement).      7. Libérer l’activité entrepreneuriale notamment des jeunes  a. Constat   Les perspectives d’un retour à un emploi salarié pour beaucoup de nos concitoyens  est aujourd’hui très difficile.    Pour de nombreux Français, la perspective de la création de leur propre activité  constitue, dès lors, une chance évidente en vue d’un retour au travail. Elle peut  être aussi une alternative dans le prolongement ou en complément de leur situation  économique, personnelle ou sociale.    Le  régime  de  travailleur  indépendant  de  micro‐entrepreneur  ou  d’auto‐ entrepreneur  constitue  une  réponse  juridique  et  administrative  parfaitement  adaptée à leur situation tant en termes de simplicité que de statut social ou fiscal.    Toutefois,  pour  nombre  de  ceux  qui  s’engagent  dans  cette  voie,  l’accès  à  leur  premier  marché  ou  leur  première  commande  constitue  non  seulement  leur  principale difficulté mais également la première cause de leur échec. En effet, la  définition de la zone de chalandise ou la démarche commerciale concrétisant leur  projet est,  par appréhension et par méconnaissance, un réel obstacle.       C’est pourquoi, la possibilité d’exercer leurs activités dans des entreprises pourrait  devenir  une  hypothèse  pertinente,  sauf  qu’elle  est  susceptible  de  créer  juridiquement les conditions d’une requalification du travail indépendant en contrat  de  travail,  particulièrement  lorsque  l’activité  indépendante  est  exercée  dans  l’enceinte de l’entreprise.               
  27. 27. 27 b. Proposition du Medef     Le Medef propose donc, qu’à titre exceptionnel, dans des conditions d’encadrement  précises  et  pour  une  durée  strictement  limitée  dans  le  temps,  l’exercice  d’une  activité  indépendante,  par  des  micro‐entrepreneurs  ou  des  auto‐entrepreneurs,   au  sein  d’une  entreprise  et  sans  que  cette  activité  ne  puisse  avoir  été  ou  être  exercée  par  l’entreprise,  bénéficie  d’une  présomption  irréfragable  d’indépendance.      8. Valoriser  l’engagement des entrepreneurs    a. Constat    A ce jour, il existe deux types de réserves citoyennes :  ‐ La  première  pour  le  ministère  de  la  défense ;  son  objectif  est  de  diffuser  l’esprit de défense et de renforcer le lien avec l’armée.  ‐ La  seconde  pour  le  ministère  de  l’éducation  nationale :  son  objectif  est  d’accompagner  le  corps  enseignant  dans  la  promotion,  diffusion  et  valorisation auprès des élèves des valeurs de la République, d’éducation à la  citoyenneté et à la laïcité.    Ces deux réserves reposent sur l’engagement bénévole des réservistes.    Aussi, force est de constater que s’agissant des engagements auprès de l’éducation  nationale ou des armées, l’Etat sait trouver les moyens pour valoriser toutes celles  et ceux qui s’engagent bénévolement.    Un  domaine  manque  donc  dans  cette  reconnaissance  républicaine :  celle  des  entrepreneurs.  Nombreuses  sont  les  actions  menées  par  des  associations  qui  comptent sur le temps donné bénévolement par des entrepreneurs pour diffuser,  soutenir,  promouvoir  l’esprit  entrepreneurial  et  l’envie  d’entreprendre  (Entreprendre  Pour  Apprendre,  100.00  Entrepreneurs,  …).  Mais  également  pour  accompagner  leurs  pairs,  les  former,  les  orienter  et  donc  sécuriser  l’écosystème  entrepreneurial (Réseau Entreprendre, APM, …).            
  28. 28. 28 b. Proposition du Medef    Le Medef propose donc la création d’une réserve citoyenne économique afin non  seulement  d’assurer  le  dynamisme  de  cet  engagement  entrepreneurial  mais  également  placer  au  même  titre  des  engagements  pour  l’intérêt  général  et  la  nation, celui des entrepreneurs.    Présentation de la réserve citoyenne économique :  • Objectifs :  o Une force économique au service de la France ;  o Reconnaitre  et  valoriser  l’engagement  bénévole  de  tous  les  entrepreneurs au service d’une cause entrepreneuriale ; exemples :  mentorat,  parrainage,  témoignage auprès des élèves,  …  o Consolider l’écosystème entrepreneurial ;  o Préparer  le passage aux nouvelles générations afin qu’elles assument  cette responsabilité ;  o Mettre  en  avant  le  risque  d’essoufflement  à  terme  (cf.  les  réseaux  d’accompagnements qui peinent à recruter) ;  o Un  vecteur  pour  valoriser  l’image  de  l’entreprise  au  travers  de  ses  engagés ;  o L’entrepreneur  est  un  acteur  engagé :  mettre  en  avant  les  valeurs  entrepreneuriales ;  o Renforcer le nombre de bénévoles du monde économique engagés sur  la défense de l’entrepreneuriat, l’esprit d’entreprendre.  o Créer une base de consultation permanente.     • Qui ? :  o les entrepreneurs et dirigeants d’entreprise ;  o Manager ;  o Cadre Sup / Cadre.    • Comment ?  o Inscription  auprès  d’une  plateforme  numérique  placée  auprès  de  la  Présidence de la République via Bercy ;  o Dossier  de  candidature :  une  expérience  pro  à  justifier  +  lettre  de  motivation + 2 lettres de recommandations ;  o L’accès  aux  bénévoles  de  cette  réserve  citoyenne  sera  libre  sous  réserve  que  les  demandeurs  remplissent  les  conditions  d’éligibilité 
  29. 29. 29 (associations œuvrant en faveur de l’esprit d’entreprendre, la défense  de l’entrepreneuriat, …) ;  o Publication au JO via un décret (nomination pour 3 ans) ;  o Sollicitations  régulières  (Vœux  du  PR  /  Assises  /  colloques/  manifestations à Bercy / préfectures / régions etc…) ;  o Décoration (système existant).                                                               

×