SlideShare une entreprise Scribd logo
Focus Bio
De l’ontologie extractiviste
à l’ontologie relationnelle
–
Mélodie Faury
Focus Bio
Séance 1
nov. 2022
–
Mélodie Faury
2022_FOCUS BIO TOT.pdf
Les fondements du cours
Les « êtres »
Les actants
L’ontologie
L’épistémologie
L’interdépendance
Pistes suivies au au fil du cours
Entrer dans les laboratoires de biologistes – dissonances épistémologiques
Sortir du laboratoire – « faire partie du monde »
Entrer autrement en relation avec le vivant – enchevêtrements
Nouvelle approche de l’enquête en STS
La tentation de l’innocence – la réflexivité ne suffit pas
Se relier autrement
Ce à quoi nous nous rendons sensibles – une autre histoire avec le vivant
Nous ne sommes pas seul.es au monde
Nouvelles manières de faire récit – fabuler
Entrer autrement en relation avec le non-vivant – enchevêtrements
Revenir dans les laboratoires de biologistes – s’y relier et raconter autrement
Interdépendance
« la création de mondes plus habitables", avec tous les "êtres-autres-qui-comptent".
Façonner des futurs multispécifiques propices à la vie : sans innocence, mais en
s'efforçant de devenir, l'un avec l'autre, plus responsables, c'est-à-dire plus capables de
répondre."
Vinciane Despret – Introduction au manifeste des espèces compagnes de Donna
Haraway (2003, trad. 2019)
ó Relation avec nos « objets » / sujets de recherche
=> Comment cela modifie-t-il nos pratiques de recherche ?
ó Anthropocène et hypothèse Gaïa
Interdépendance
« Besoin de nouveaux arts de parler et de percevoir
(…) des manières et des styles qui restaurent
l’interdépendance entre nos modes d’attention et de
sentir et les multiples êtres et choses, qui, alentour
sollicitent sans cesse notre participation »,
D. Abram, p.12
Les « êtres »
Humains et non humains
Vivants et non vivants
Visibles et invisibles
2022_FOCUS BIO TOT.pdf
Les « actants »
"Robinson vivait dans un monde bien ordonné, un monde qu'il croyait simple
et dans lequel il était seul. Il découvre un monde entremêlé, implexe, plus
habité, compliqué et riche. "Combien y a-t-il d'actants ? On ne le sais pas avant
de se mesurer à d'autres." Quelle est la force d'un actant (on peut employer ce
mot pour les non-humains et conserver le mot acteur pour les humains) ? C'est
sa capacité à s'associer à d'autres actants. Il faut donc les suivre patiemment
dans tous leurs tours et détours, sans les regrouper sous deux catégories
dictées par le Grand Partage, sujet et objet ou société et nature."
Latour-Stengers, un double vol enchevêtré, P. Pignarre, 2021
Latour - Irréductions - 1984
2022_FOCUS BIO TOT.pdf
Les « actants »
« Latour met en évidence, repère, montre à voir l'ensemble
des actants dont la scène scientifique est peuplée : dans leurs
laboratoires, les chercheurs ne sont pas *seuls* entre
humains. les humains dans les laboratoires scientifiques,
quand il réussissent, sont rejoints par toute une cohorte
d'autres acteurs, non humains mais ô combien importants,
qu'ils ont trouvé le moyen de convoquer. "Le constructivisme
social", où tout ne se décide qu'entre humains, est
néanmoins le chemin que prendra toute une partie des STS
dans le monde anglo-américain. »
Latour-Stengers, un double vol enchevêtré, P. Pignarre, 2021
Les « actants »
« C'est dans ce mouvement que le "fait" ou le nouvel "actant" mis en évidence va multiplier ses attributs, parfois
changer de nom (l'acide l'actique de Pasteur est devenu une masse grise de type levure, puis une famille de
bactéries). Tous les autres chercheurs qui vont le prendre pour objet de nouvelles expériences vont à leur tout
recaractériser cet actant au centre de leurs préoccupations. Ils vont lui ajouter de nouvelles qualités, de nouveaux
attributs.
Latour sera accusé par les relativistes de donner trop de réalité aux actants mis en évidence par les chercheurs, d'en
faire des partenaires indépendants (quand les chercheurs ont bien fait leur travail), alors qu'eux-mêmes se battent
bec et ongles pour les maintenir à l'état de "constructions sociales", à leur refuser toute indépendance. (…) »
Latour-Stengers, un double vol enchevêtré, P. Pignarre, 2021
Latour - Un monde pluriel mais commun, p. 26
Les « actants »
« Alors que Latour montre comment les sciences peuplent le monde de nouveaux actants non humains, la
plupart de ses collègues des STS veulent absolument maintenir un monde où seuls les humains agissent
et définissent la réalité. C'est ce que n'ont pas vu ceux qui ont accusé Latour de relativisme alors qu'il n'a
cessé d'y insister : "La science est la socialisation, dans le monde que nous vivons, d'êtres invisibles
jusqu'ici et qui ont des implications très particulières. Nous pouvons les domestiquer, les maîtriser, leur
faire faire des choses [...].
En "désépistémologisant" l'activité scientifique, Latour ouvre le chemin à son "ontologisation", en tant
que mode d'existence particulier »
Latour-Stengers, un double vol enchevêtré, P. Pignarre, 2021
Latour - Un monde pluriel mais commun, p. 26
2022_FOCUS BIO TOT.pdf
Comment se relie-t-on ?
Nos attachements – Ce qui importe dans nos pratiques
La réflexivité ne suffit pas comprendre à quel monde on contribue.
Comment se relie-ton et à quoi ? Que fait-on importer ?
Comment fait-on alliance avec des importances qui ne sont pas
nécessairement les nôtres ?
A quels niveaux ces alliances se nouent-elles ?
s'intéresser « aux attachements qui s'expriment »,
ie à ce qui « fait faire » C. Grandsard (2005) B. Latour (2001), T.
Nathan (2001)
Matter of fact
=> matter of concern
=> matter of care
Prendre soin
Se relier
Faire alliance avec des importances
Faire partie du monde
Ne pas/plus en être « détaché »
« le politique signifie rapport, mais pas uniquement de pouvoir,
rapport au sens de mise en relation. »
Maria Puig de la Bellacasa, 2012, p.41
Troubles épistémologiques
Exemples d’enquêtes par le trouble épistémologique
Despret, Vinciane et Porcher, Jocelyne. 2007. Être bête, Paris, Actes Sud.
Despret, Vinciane. 2015. Au bonheur des morts, Paris, La découverte
Despret, Vinciane. 2019. Habiter en oiseau, Paris, Actes Sud.
Despret, Vinciane. 2021. Autobiographie d'un poulpe : et autres récits d'anticipation, Paris, Actes Sud.
Hert, Philippe. 2014. « Le corps du savoir : qualifier le savoir incarné du terrain », Études de
communication [En ligne], 42 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 29 janvier
2020. URL : http://journals.openedition.org/edc/5643
Hert, Philippe. 2019. "La réflexivité du chercheur... et celle du clown",Réflexivités, Consulté le 16 décembre 2021. En ligne :
https://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/espacesreflexifs/chapter/1-2-la-reflexivite-du-chercheur-et-celle-du-clown-art-anthropologie-et-corps/
Latour, Bruno. 2009. Sur le culte moderne des dieux faitiches. Paris, Editions la découverte.
Martin, Nastassja. 2019. Croire aux fauves, Paris, Gallimard.
Morizot, Baptiste. 2018. Sur la piste animale, Paris, Actes Sud.
Tsing, Anna. 2015. Le champignon de la fin du monde: Sur la possibilité de vie dans les ruines du capitalisme. Paris, Editions la découverte.
https://www.centrepompidou.fr/fr/programme/agenda/evenement/zdO3bMH
De l’ontologie extractiviste à l’ontologie relationnelle
« Philippe Descola décrit l’ontologie comme le système des propriétés que les
êtres humains attribuent aux êtres et qui intervient dans la détermination des
relations qui peuvent exister entre identités humaines et identités non-
humaines.
(…) l’ontologie c’est l’ensemble des choses que l’on fait exister,
le monde (…) que l’on fait exister. »
Claude Bourguignon Rougier, à paraître
Post-dualisme => la relation à nous-mêmes, et aux autres
Lien aux dispositifs, aux agencements, aux mondes désirables
« manière dont les organismes et esprits humains s'organisent
eux-mêmes en interaction avec l'environnement »
Ontologie ? Troubles épistémologiques
"le monde social est produit et reproduit par des relations, non par des individus
autosuffisants et indépendants les uns des autres."
Laurence Kaufmann (2016)
https://www.cairn.info/revue-du-mauss-2016-1-page-105.htm
Que signifie être en relation lorsque l’on ne se rend pas attentif
à ce qui importe à l’autre, au monde avec lequel l’autre vient ?
Implication sur le terrain de recherche, épistémologiques
Implication dans les pratiques de médiation scientifique
De l’ontologie extractiviste à l’ontologie relationnelle
De la perception à distance et détachée (mode relationnel non neutre)
à la relation non innocente (Haraway, Stengers, Despret)
Par-delà nature et culture, une vaste analyse des sociétés humaines du point de
vue de la pluralité des relations entre humains et non-humains. Dans ce livre il
propose de comprendre ces rapports à l’aune de quatre ontologies : l’animisme,
le totémisme, l’analogisme et le naturalisme (Descola, 2005).
Selon le contexte, ces catégories se rencontrent et parfois se mêlent. Elles ne sont
pas « pures » et comportent chacune différentes gradations et particularités. Les
sociétés occidentales sont ainsi dites « naturalistes » en ce qu’elles opèrent une
séparation - généralement ignorée par d’autres sociétés - entre nature et culture.
Les animistes considèrent que tous les êtres, humains, animaux ou inanimés, sont
des sujets, doués d’intériorité. Les groupes totémistes quant à eux estiment
partager un ensemble de qualités avec un animal autour duquel ils s’individuent.
Dans les sociétés analogistes, les êtres sont organisés en « collectifs mondes »,
ensembles englobants et harmonieux.
La confrontation de ces ontologies engendre des incompréhensions au niveau
culturel, politique et théorique, et rappelle le caractère relatif de la cosmologie
occidentale
Ontologies
Entrer dans les laboratoires de biologistes
– dissonances épistémologiques
Anthropologie de laboratoire et témoignages de
doctorant.es – rapport à la pratique
« Parcours de chercheurs - De la pratique de recherche à un discours sur la science : quel rapport identitaire et culturel aux sciences ? »
https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00744210
La recherche comme métiers :
sens et attachements,
de l'individuel au collectif
Focus Bio
Cours 2
Nov. 2022
–
Mélodie Faury
Pistes suivies au fil du cours
Entrer dans les laboratoires de biologistes – dissonances épistémologiques
Sortir du laboratoire – « faire partie du monde »
Entrer autrement en relation avec le vivant – enchevêtrements
Nouvelle approche de l’enquête en STS
La tentation de l’innocence – la réflexivité ne suffit pas
Se relier autrement
Ce à quoi nous nous rendons sensibles – une autre histoire avec le vivant
Nous ne sommes pas seul.es au monde
Nouvelles manières de faire récit – fabuler
Entrer autrement en relation avec le non-vivant – enchevêtrements
Revenir dans les laboratoires de biologistes – s’y relier et raconter autrement
Se mettre sur la piste
Ressources complémentaires : Pister les créatures fabuleuses de Baptiste Morizot, Bayard, 2019
"Pister", au sens mis en valeur par Baptiste Morizot, quand un humain "postule qu'il y a
des choses à traduire, et [...] essaie d'apprendre. Dans ce style d'attention, l'on est tout le
temps en train d'engranger des signes, tout le temps en train de faire des liens, en train
de noter des éclats de l'étrange, et d'imaginer des histoires pour les rendre
compréhensibles [...]" Voir Baptiste Morizot, "Manières d'être vivant", Actes Sud, Arles,
2020, p.139
Dans le livre de Pignarre "Latour-Stengers un double vol enchevêtré" (oct. 2021) - Note
n°24
Ouvrages de Baptiste Morizot
Ontologie ? Troubles épistémologiques
"le monde social est produit et reproduit par des relations, non par des individus
autosuffisants et indépendants les uns des autres."
Laurence Kaufmann (2016)
https://www.cairn.info/revue-du-mauss-2016-1-page-105.htm
Que signifie être en relation lorsque l’on ne se rend pas attentif
à ce qui importe à l’autre, au monde avec lequel l’autre vient ?
Implication sur le terrain de recherche, épistémologiques
Implication dans les pratiques de médiation scientifique
Habiter quelque part – comment on « stand »
= se tient, à quoi l’on tient
Les savoirs reliés chez Maria Puig de la BellaCasa
The Centennial Review
Vol. 36, No. 3 (FALL 1992), pp. 437-470 (34 pages)
A quoi contribue-t-
on comme monde ?
La manière de se
relier aux autres
Tentation de
l’innocence
Faire alliance autrement chez Baptiste Morizot
Faire partie du monde
Ne plus « se dispenser de l’attention »
= ne pas faire alliance avec les importances de ce que l’on « étudie »,
surplomber hors sol, hors lieu, hors considération pour la situation et pour la
relation
« c’est un débranchement à l’égard de ce qui dans le monde vivant alentour
exige une disponibilité généreuse »
se rendre disponible, se rendre compagnon, sur quoi choisir de se brancher,
sur quoi porter son attention
Le laboratoire comme lieu de détachement ?
Þ Sciences impliquées Léo coutellec
Þ Valeurs et engagement, sens de son métier
Crise de la sensibilité
Se déprotéger
- est-ce seulement
possible ?
Dans l’enquête en sciences humaines ?
« Être de ce monde, c’est aussi songer
individuellement à ce à quoi l’on contribue,
se poser la question de quel monde édifie-
t-on par son action.
Mon geste, reproduit-il les conditions de
l’iniquité, de la domination, et de la
dévastation, ou rend-il ce monde plus
fécond, plus ouvert, et plus vivifiant ? ».
Felwine Sarr, 2017.
« l’habitant est [plutôt] quelqu’un qui,
de l’intérieur, participe au monde en
train de se faire et qui, en traçant un
chemin de vie, contribue à son tissage
et à son maillage »,
Tim Ingold, 2007
2022_FOCUS BIO TOT.pdf
Extraits - lectures
Conversations sur l’enquête
Imaginaires des futurs possibles : Cycle d’enquêtes avec Vinciane Despret – Université de Lausanne – Alain Kaufmann
https://www.youtube.com/watch?v=zQCnj1SzOSc
2022_FOCUS BIO TOT.pdf
2022_FOCUS BIO TOT.pdf
2022_FOCUS BIO TOT.pdf
Toucher et être touchés
"Pour ce merle, c'est le terme "importance" qui devrait s’imposer.
Quelque chose importe, plus que tout, et plus rien d’autre n’importe si
ce n’est le fait de chanter. L’importance s’était inventée dans un chant de
merle, elle le traversait, le transportait, l’envoyait au plus loin, à d’autres,
à l’autre merle là-bas, à mon corps tendu pour l’entendre, aux confins où
le portait sa puissance. Et sans doute le sentiment que j’avais eu d’un
total silence, indubitablement impossible dans le milieu urbanisé sur
lequel ouvra ma fenêtre, témoignait-il que cette importance m’avait si
bien capturée qu’elle avait effacé tout ce qui n’était pas ce chant. Le
chant m’avait donné le silence. L’importance m’avait touchée. »
Vinciane Despret, Habiter en oiseau, p. 14
2022_FOCUS BIO TOT.pdf
Interdépendance
« susciter, induire, faire exister, rendre désirable d’autres modes d’attentions.
Et inviter à prêter attention à ces modes d’attention. Non pas devenir plus sensibles (un fourre-
tout un peu trop commode et qui risque tout aussi bien de conduire aux allergies), mais apprendre
à, devenir capable d’accorder de l’attention. Accorder prend ici en charge le double sens de
« donner son attention à » et de reconnaître la manière dont d’autres êtres sont porteurs
d’attentions. C’est une autre façon de déclarer des importances »
Vinciane Despret – Introduction au manifeste des espèces compagnes de Donna Haraway (2003,
trad. 2019)
ó Relation avec nos « objets » / sujets de recherche
Le terrain parle à travers moi
• « Nos enquêtes sont tissées de milliers de
situation, dont beaucoup de conversations »
• « Un état d’attention et de disponibilité d’une
intensité particulière »
• Comment raconter sans réduire ? Faire importer
écrire
parler
raconter
Les formes d’écriture
écrire
parler
raconter
Des formes pour la rencontre ?
• Dans le langage de Qui nous rendons-nous
lisibles, intelligibles ?
• Qui parle à travers moi ? A l’oral et à l’écrit
Le dispositif, la Science
Les lieux, les présences et l’Ordre des choses
L’enquête comme terre d’accueil
Texte en cours avec Joëlle Le Marec
À paraître – Revue Communication et langages - «L’enquête par le proche »
Devenir lieu de traverse, plutôt que lieu de capitalisation de ce qui nous traverse :
remettre au monde
Comment raconter nos enquêtes, sous quelles formes ?
L’article n’est-il pas problématique ? Et le livre ? Que racontons-nous ? Avec qui écrivons-nous ?
L’action politique : entretenir ce qui est sans cesse menacé d’insignifiance
Ce que nous vivons et ce qui nous transforme par l’enquête ne fait sens que si cela permet à quelque chose d’exister qui
accueille l’ensemble des êtres et voix en présence. Parce que le préalable c’est justement qu’iels n’ont pas d’espace pour
être accueilli.es.
Le terrain parle (ou tente de parler) à travers moi
• Les formes de la « restitution »
• Parler par-dessus
• Parler avec
• Parler à
• Prendre soin des attachements,
des relations, ne pas démembrer
« Revenir à nous-mêmes, aux autres et aux
mondes (se remembrer – remember chez
Haraway), quitter la prétention de l’objectivité
et de la distance, pour penser au contact, faire
appel aux mondes réels et entretenir notre
capacité à répondre (respons-ability chez
Haraway) à l’insistance des possibles dans un
même geste revitalisant. »
L. Dormeau et M. Faury
> l'enquête comme réagencement de signes - partir de ce qui est déjà là et pas agencer par avance vers un
enjeux de construction de savoir
> méthode inductive, voir ce qui devient important au contact des autres, des êtres rencontrés, de ce qui
nous traverse dans les situations
> ne pas avoir le monopoles de l'agenda, le pouvoir de dire seul.es ce qui importe
> construire de novo des situations n'a de "sens" non extractiviste que si les enjeux de ces espaces sont aussi
relationnel : la situation, la conversation, ce qui a lieu compte autant (plus) que le "produit »
qui dit que le produit compte plus ? nos modes d'évaluation.
Bribes sur l’enquête selon une ontologie relationnelle
Focus Bio
Cours 3
Nov. 2022
–
Mélodie Faury
…Extrait…
« nous nous ressaisissons de nous-mêmes. Lui sans
moi, moi sans lui. Arriver à survivre malgré ce qui a
été perdu dans le corps de l’autre. Arriver à vivre avec
ce qui y a été déposé. »
Ressources complémentaires : lecture de l’ouvrage Croire aux fauves
- 8 mai 2021
https://www.franceculture.fr/emissions/latelier-fiction/croire-aux-
fauves-de-nastassja-martin
Une autre manière de se relier
A partir du travail de Nastassja Martin
Extrait
Les enfants du compost
« Histoires de Camille »
https://soundcloud.com/user-379107613/extrait-de-les-enfants-du-compost-dans-les-gestes-speculatifs
Extrait
Vision
Innocence
Donna Haraway sur France Culture
Les chemins de la philosophie consacrés cette semaine
à Donna Haraway - déc. 2021
Episode 1/4 »
“Je préfère être cyborg que déesse”
Episode 2/4
« La nature ne se découvre pas nue »
Episode 3/4
« Moi, femme blanche d’âge moyen, américaine,
radicale… »
Episode 4/4
« La langue souple et agile de ma chienne a nettoyé les
tissus de mes amygdales »
https://www.franceculture.fr/emissions/serie/donna-
haraway-philosophe-cyborg
2022_FOCUS BIO TOT.pdf
Lectures
A/ “With which blood were my eyes crafted? (D. Haraway) - Les savoirs situés comme la proposition d’une autre
objectivité » Benedikte Zitouni & co., GECo - Groupe d’Etudes Constructivistes, Université Libre de Bruxelles - Présentation
à l’ERG - Ecole de Recherche Graphique, Bruxelles, 2010 : https://dial.uclouvain.be/pr/boreal/object/boreal:153016
Vos retours ?
Tenir les deux bouts du mât de l’objectivité ensemble
« une science de relève qui donne une traduction plus juste, plus acceptable, plus riche du monde, pour y vivre
correctement et dans une relation critique et réflexive à nos propres pratiques de domination et à celles des autres ainsi
qu’aux parts inégales de privilège et d’oppression qui constituent toutes les positions. Dans les catégories
philosophiques traditionnelles, c’est peut-être plus une question d’éthique et de politique que d’épistémologie. »
(Donna Haraway, 2007)
« Nous avons un problème, dit le Manifeste des savoirs situés. Si nous voulons habiter des savoirs et des corps émancipés
et leur donner une chance d’avenir, il nous faudra grimper le mât de l’objectivité tout en tenant simultanément les deux
extrémités de celui-ci. D’un côté, nous devons continue à analyser la contingence historique de toute construction de
savoirs, la nôtre y comprise, et la soumettre à une critique radicale, voire acerbe. De l’autre côté, nous devrons continuer à
nous engager dans la fabrication de comptes-rendus fidèles d’un monde « réel » - mis au singulier et entre guillemets – et
miser sur cette fidélité afin de nous aider à construire un monde meilleur. » (Benedikte Zitouni, 2012)
Spéculatif et programmatique
=> « Électrochoc épistémologique » / « désir multiple et risque d’amputation »
« L’appel aux mondes réels »
« Tenir à l’état-de-fait, savoir reconnaître la monstruosité des sciences ; tenir à la détection des rapports de
pouvoir, savoir résister aux abus autoritaires ; tenir au faire, au caractère émancipateur des savoirs ; tenir à
l’objectivité parce qu’elle dit et aide à construire le monde ; tout cela, état-de-fait, résister, faire, faits, ce
sont les éléments intéressants nichés aux deux extrémités du mât. Tout cela porte un nom : « l’appel aux
mondes réels », mis au pluriel cette fois-ci, sans guillemets ajoutés. »
(Benedikte Zitouni, 2012)
Þ évite amputation d’un des désirs
- désir de critique radicale
- désir de « l’être scientifique »
A/ “With which blood were my eyes crafted? (D. Haraway) - Les savoirs situés comme la proposition d’une autre
objectivité » Benedikte Zitouni & co., GECo - Groupe d’Etudes Constructivistes, Université Libre de Bruxelles - Présentation
à l’ERG - Ecole de Recherche Graphique, Bruxelles, 2010 : https://dial.uclouvain.be/pr/boreal/object/boreal:153016
Une autre objectivité dans les sciences
Sandra Harding : « l’objectivité s’accroît dans le positionnement de la chercheuse. »
« Réaliser en quoi la situation dans laquelle elle est prise crée une perspective,
une façon mais aussi une capacité de voir le monde différemment. »
=> De nouveaux récits scientifiques à partir du standpoint
Donna Haraway – savoirs situés
Maria Puig de la Bellacasa – savoirs reliés, objectivité forte
Benedikte Zitouni – le mât de l’objectivité
Désir de critique radicale et désir de scientificité – désir multiple et risque « d’amputation » ; électrochoc
épistémologique, « trouble de la personnalité multiple »
Lectures
A/ “With which blood were my eyes crafted? (D. Haraway) - Les savoirs situés comme la proposition d’une autre
objectivité » Benedikte Zitouni & co., GECo - Groupe d’Etudes Constructivistes, Université Libre de Bruxelles - Présentation
à l’ERG - Ecole de Recherche Graphique, Bruxelles, 2010 : https://dial.uclouvain.be/pr/boreal/object/boreal:153016
Constructionnisme social ou constructivisme radical :
1. Toute revendication de connaissance est un nœud condensé de rapports de pouvoir
2. Toute frontière entre science et non science est le résultat d’un processus de (dis)qualification à retracer
3. La science résulte de pratique et non de principes : est étudiée sur le terrain.
Production locale et ancrée du savoir : avec une seule prétention, la prétention émancipatrice (et non l’universalité)
Exigence renforcée vis-à-vis des sciences et de « l’objectivité »
Construire le monde tout en le décrivant
Lectures
A/ “With which blood were my eyes crafted? (D. Haraway) - Les savoirs situés comme la proposition d’une autre
objectivité » Benedikte Zitouni & co., GECo - Groupe d’Etudes Constructivistes, Université Libre de Bruxelles - Présentation
à l’ERG - Ecole de Recherche Graphique, Bruxelles, 2010 : https://dial.uclouvain.be/pr/boreal/object/boreal:153016
Récupérer notre capacité à en appeler aux mondes réels => construire un monde viable avec les autres, en se liant à eux
Tenir à l’état-de-fait
Savoir reconnaître la monstruosité des sciences
Tenir à la détection des relations de pouvoir
Savoir résister aux abus autoritaires
Tenir au faire, au caractère émancipateurs des savoirs
Tenir à l’objectivité parce qu’elle dit et aide à construire le monde
Lectures
A/ “With which blood were my eyes crafted? (D. Haraway) - Les savoirs situés comme la proposition d’une autre
objectivité » Benedikte Zitouni & co., GECo - Groupe d’Etudes Constructivistes, Université Libre de Bruxelles - Présentation
à l’ERG - Ecole de Recherche Graphique, Bruxelles, 2010 : https://dial.uclouvain.be/pr/boreal/object/boreal:153016
D’où voit-on ? Avec quels instruments voit-on ? Grâce à qui et à quoi voit-on ?
« la vision doit résister à la tentation de devenir omnipotente et omniprésente, point de vue de nulle part qui glisse sur la
surface du monde, celle-là même qui caractérise le scientifique neutre tant décrié par les féministes. »
Tous les points de vue ne se valent pas pour autant – éthique
« Omniscience d’une part, relativisme de l’autre, sont les deux faces ou « trucs divins » (…) des postures non localisées et
dès lors non localisables »
Þ Ancrage sensible et sensoriel, encorporation de la vision et de l’apprentissage - corps étendu ; façon de voir – vision
habilitée = façon d’organiser le monde et d’y vivre.
Þ Toute construction de savoir est motivée par des besoins et des désirs vitaux, aucune vision n’est passive, aucune
vision n’est innocente => responsabilité.
Þ Savoirs ancrés, localisés et connectés ; complexifier le terrain (expériences, perspectives et connexions partielles)
Lectures
A/ “With which blood were my eyes crafted? (D. Haraway) - Les savoirs situés comme la proposition d’une autre
objectivité » Benedikte Zitouni & co., GECo - Groupe d’Etudes Constructivistes, Université Libre de Bruxelles - Présentation
à l’ERG - Ecole de Recherche Graphique, Bruxelles, 2010 : https://dial.uclouvain.be/pr/boreal/object/boreal:153016
« afin d’éviter de s’approprier, de s’arroger, de s’emparer des objets de connaissance, il faut cesser de les voir comme des
êtres passifs. Tout objet de connaissance est une entité agissante avec laquelle il faut savoir créer une connexion. »
Þ Créer des connexions incongrues et fabuler des univers habilitants
Þ Apprendre à converser, ruser, interagir avec les mondes et entités interpellées
Tout objet de connaissance a une épaisseur relationnelle
Aucun de ses embranchement n’a de présence immédiate
Lectures
B/ "Revisiter les savoirs situés : l’objectivité et le monde coyote ». Arts situés, séminaire en prévision de
l’ouverture du Musée du même nom à Liège, organisé par l’Ulg - Benedikte Zitouni 2017
Vos retours ?
Lectures
B/ "Revisiter les savoirs situés : l’objectivité et le monde coyote ». Arts situés, séminaire en prévision de
l’ouverture du Musée du même nom à Liège, organisé par l’Ulg - Benedikte Zitouni 2017
Fabulation
“La façon de voir – c’est-à-dire la vision habilitée par ce corps
étendu (…) – n’est donc pas qu’une façon de voir justement :
elle est une façon d’organiser le monde et d’y vivre. (…) Aucune
vision n’est passive, puisqu’il s’agit d’y vivre et organiser le
monde – appréhender le monde n’est pas passif du tout – et
aucune vision n’est innocente”, Benedikte Zitouni (2010) au
sujet du Manifeste cyborg de Donna Haraway (2007 – 1988
pour la publication originale concertant les savoirs situés).
« Dis-moi comment tu racontes, je te dirai
à la construction de quoi tu participes. »
Isabelle Stengers, Fabriquer de l’espoir au
bord du gouffre: A propos de l’œuvre de
Donna Haraway, La Revue internationale
des livres & des idées, n°10, Mars 2009.
https://dingdingdong.org/departements/narration-speculative/narration-speculative/
Lectures
B/ "Revisiter les savoirs situés : l’objectivité et le monde coyote ». Arts situés, séminaire en prévision de
l’ouverture du Musée du même nom à Liège, organisé par l’Ulg - Benedikte Zitouni 2017
Signification des savoirs situés ?
Réduit souvent à une exigence
- Expliciter la situation ayant donné lieu à une production de discours, académique, militant
- Et reconnaître que cette explicitation est à la fois une nécessité éthique et politique (ne pas parler à la place
des autres) et une ressource analytique (à partir de cette position on découvre le monde autrement)
Lectures
B/ "Revisiter les savoirs situés : l’objectivité et le monde coyote ». Arts situés, séminaire en prévision de
l’ouverture du Musée du même nom à Liège, organisé par l’Ulg - Benedikte Zitouni 2017
Ce que ce n’est pas seulement : (lire extraits) « La chercheuse et/ou militante doit préciser d’où elle parle c’est-à-dire : avec
quel privilège et à partir
de quelle expérience elle parle, tout en rendant compte de la situation dans laquelle elle parle. »
vecteur d’ancrage (l’expérience permet de situer la chercheuse)
et vecteur de découverte (l’expérience permet à la chercheuse d’entrevoir d’autres dimensions de la réalité)
(1) à expliciter la situation ayant donné lieu à une production de discours, académique, militant,
(2) et (2) à reconnaître que cette explicitation est à la fois une nécessité éthique et politique (nous ne voulons pas parler à
la place des autres) et une ressource analytique (à partir de cette position, on découvre le monde autrement).
Lectures
« En résumé, l’on pourrait dire que les savoirs situés sont
devenus une affaire de positionnement et
d’explicitation des conditions de possibilité de la prise de
parole elle-même. Une exigence donc. » B. Zitouni, 2017
B/ "Revisiter les savoirs situés : l’objectivité et le monde coyote ». Arts situés, séminaire en prévision de
l’ouverture du Musée du même nom à Liège, organisé par l’Ulg - Benedikte Zitouni 2017
contrer l’objectivité qui se
prétend être neutre, totalisante et toute puissante
« idée (perspectiviste) selon laquelle tout savoir est
nécessairement partiel (aucun savoir n’occupe tout le
terrain, ni ne détermine-t-il celui-ci une fois pour toutes), il
faut se poser les questions suivantes : d’où voit-on? avec
quels instruments voit-on? grâce à qui et à quoi voit-on? »
« Incorporée : le corps de toute recherche est
étendu. Il comporte tout ce qui permet à la
chercheuse d’établir un savoir et il faut que celle-
ci en rende compte pour ne pas occuper toute la
place et permettre aux confrontations et/ou
alliances entre savoirs partiels d’avoir lieu. »
Lectures
B/ "Revisiter les savoirs situés : l’objectivité et le monde coyote ». Arts situés, séminaire en prévision de
l’ouverture du Musée du même nom à Liège, organisé par l’Ulg - Benedikte Zitouni 2017
« La chercheuse et/ou militante doit préciser d’où elle parle c’est-à-dire : avec quel privilège et à partir
de quelle expérience elle parle, tout en rendant compte de la situation dans laquelle elle parle. »
vecteur d’ancrage (l’expérience permet de situer la chercheuse)
et vecteur de découverte (l’expérience permet à la chercheuse d’entrevoir d’autres dimensions de la réalité)
(1) à expliciter la situation ayant donné lieu à une production de discours, académique, militant,
(2) et (2) à reconnaître que cette explicitation est à la fois une nécessité éthique et politique (nous ne voulons pas parler à
la place des autres) et une ressource analytique (à partir de cette position, on découvre le monde autrement).
Lectures
B/ "Revisiter les savoirs situés : l’objectivité et le monde coyote ». Arts situés, séminaire en prévision de
l’ouverture du Musée du même nom à Liège, organisé par l’Ulg - Benedikte Zitouni 2017
Ce que ce n’est pas seulement : simple sommation de se situer !
Construire le monde en le décrivant
<=> fabulation ; appel aux mondes réels
récupérer la capacité d’enquêter
« Nous voulons sortir de nous-mêmes et nous connecter
aux mondes réels, au pluriel et en devenir, par et à travers
nos écrits. Ce désir ne peut en aucun cas être amputé,
malgré la critique fondée qu’on peut faire des sciences. »
Lectures
3 ingrédients forts
1. Appel aux mondes réels
« appel auquel les femmes répondent et dont elles réalisent le potentiel par la force de leurs écrits, des
enquêtes et des explorations qu’elles mènent lorsqu’elles fabriquent des savoirs. La curiosité et l’amour de la
science (ou du savoir), la curiosité et l’amour du monde (de ce qui nous dépasse, des organismes, des
territoires, des dynamiques sociales), sont au cœur de la doctrine des savoirs situés. »
B/ "Revisiter les savoirs situés : l’objectivité et le monde coyote ». Arts situés, séminaire en prévision de
l’ouverture du Musée du même nom à Liège, organisé par l’Ulg - Benedikte Zitouni 2017
Lectures
3 ingrédients forts
2. Susciter « des mondes moins ordonnées par les visées de la domination »
B/ "Revisiter les savoirs situés : l’objectivité et le monde coyote ». Arts situés, séminaire en prévision de
l’ouverture du Musée du même nom à Liège, organisé par l’Ulg - Benedikte Zitouni 2017
« Un ‘détachement passionné’ (Kuhn, 1982)
demande plus qu’une partialité reconnue et
autocritique [notons-le!]. Nous sommes aussi
tenues de rechercher une perspective à partir de
ces points de vue qui ne peuvent jamais être
connus à l’avance, qui promettent quelque-chose
de plus extraordinaire, c’est-à-dire un savoir
capable de construire des mondes moins
ordonnés par les visées [en anglais : axes] de la
domination. » (Haraway 2007 (1988) p. 120)
« Construire une perspective à partir de points de vue
qu’elles ne connaissent pas (encore), avec les résultats qu’elles
ne maîtrisent pas (encore), dans
un échange avec des inconnues qui les aideront à créer petit à
petit un savoir digne d’être cons-
truit et revendiqué » (Zitouni 2012, p. 56)
faire importer certaines dimensions des mondes réels
(enfouies? ensevelies? décrédibilisées?)
Lectures
3 ingrédients forts
3. Considérer les mondes réels comme autant de coyotes tricheurs
B/ "Revisiter les savoirs situés : l’objectivité et le monde coyote ». Arts situés, séminaire en prévision de
l’ouverture du Musée du même nom à Liège, organisé par l’Ulg - Benedikte Zitouni 2017
« Non seulement nos terrains ou nos objets d’étude — si on peut les appeler ainsi — sont réactivés,
pleins de agency comme on aime à le dire, mais en plus nous sommes nous-mêmes transformées par
la présence du monde-coyote »
« Nous devons apprendre à rendre le terrain intéressant
et plein d’enseignements. Parce qu’ils le sont. Parce que
notre survie en dépend. Ou comme le
dirait Rebecca Solnit : parce que notre âme en dépend
(Solnit 2005 (2004) p. 105). »
Lectures
les trois ingrédients ne tournent plus autour de la chercheuse, en tant que positionnée,
située, ou autre, mais autour des mondes qui l’appellent et auxquels elle répond, des
mondes qu’elle suscite, qu’elle narre, qu’elle décrit en fabulant c’est-à-dire en
dramatisant les dimensions intrigantes ; mondes qu’elle cherche à comprendre et à
construire en y prenant part et en les écrivant.
Lorsque nous parlons des savoirs situés aujourd’hui, ce qui est absent sont les mondes et
notre amour pour ces mondes.
« au cœur de cette doctrine, se trouvent nos envies-de monde et le plaisir et la
joie qu’il y a d’en faire, d’en fabriquer »
Extrait « je suis de plus en plus convaincue »
« Un monde qui demande à ce qu’on se situe en y
prenant part »
Alternatives infernales
=> la réflexion des collectifs, ancrés sur leur réalité, qui « osent et
sont capables de penser ensemble ».
Stengers et Pignarre, 2005
« Ce sont toutes les situations où nous nous trouvons face à des alternatives qui, par la
manière dont elles se présentent (en limitant radicalement le nombre de solutions et en «
imposant » certaines d’entre elles), nous rendent collectivement impuissants. On pourrait
dire qu’il s’agit alors de dispositifs moins « idéologiques » et plus pratiques que le précédent
car il s’agit de mettre les personnes concernées devant des choix qui semblent surgir tout
faits de la réalité elle-même. »
P. Pignarre, 2004
=> Poser les termes du problème autrement, ouvrir d’autres possibles
« je suis de plus en plus convaincue que les savoirs situés n’ont de
sens que pour celles et ceux qui sentent le besoin — pour pouvoir
penser et agir dans et pour un monde — de reconfigurer les repères,
de redistribuer/relancer les cartes, de faire bouger les fronts et
d’expérimenter des positions, des connexions, des perspectives
décalées, dans et pour ces réalités ambivalentes. »,
Benedikte Zitouni, 2017
Benedikte Zitouni, Revisiter les savoirs situés : l’objectivité et le monde coyote .Arts situés,
séminaire en prévision de l’ouverture prochaine du Musée du même nom à Liège, organisé par
l’ULg. (13/11/2017). En ligne : http://hdl.handle.net/2078
2022_FOCUS BIO TOT.pdf
une Constitution des liens paraîtra, aux
éditions Les Liens qui Libèrent, dans un
ouvrage disponible dès le 4 juin, réunissant les
réflexions et propositions des
« parlementaires » dans trente domaines aussi
différents que l’économie, la santé, le droit,
l’environnement, la philosophie, les
organisations politiques, le climat, mais aussi
l’art, l’architecture, la langue, la démocratie,
l’agriculture, la monnaie, la physique ou les
sciences du vivant.
2022_FOCUS BIO TOT.pdf
Conflit avec
le « contrat épistémologique »
de la science moderne
Les sciences contemporaines adhèrent à un modèle de
perception construit conformément aux notions du XVIIIe siècle
sur la nature mécanique du monde physique.
« Ce modèle décrit la perception telle que nous devons la
concevoir si nous voulons poursuivre notre programme culturel
de manipulation de la nature et de dégradation de
l'environnement sans être gênés par des contraintes éthiques. »
< à partir de D. Abram, 2019 sur l’hypothèse Gaïa, mobilisant
Gibson et Merleau-Ponty
Nous faisons exister
ce à quoi nous accordons de l’attention
Etre ou ne pas être concerné.es ?
Manières de formuler nos questions de recherche
Se détacher ou se relier ? Se couper ou se déprotéger ?
« L’un des chemins qui peut alors s’ouvrir pour ne pas succomber
au chaos d’affects, à la tristesse, à l’effroi, aux angoisses qui
accompagnent la mise en contact avec les désastres écologiques,
consiste à s’« anesthésier », à supprimer la faculté d’être affecté
et touché par ce qui nous entoure »
Vanessa Kohner, p.10
« mise à distance car son essence est de nous faire nous voir
nous-mêmes à l’écart du monde. Nous sommes à distance de la
nature, des autres êtres humains, et même de certaines parties
de nous-mêmes.
Nous voyons le monde comme constitué de parties divisées,
isolées, sans vie, qui n’ont pas de valeur par elles-mêmes. Elles ne
sont même pas mortes car la mort implique la vie. Parmi les
choses divisées et sans vie, les seules relations de pouvoir
possibles sont celles de la manipulation et de la domination. »
Starhawk, 2003
Culture de la mise à distance
La tentation de l’innocence
Þ Manière dont on pose les questions et dont on rentre en relation
avec son sujet de recherche
Respons-ability
Ce que nous fait l’Anthropocène ?
« pas au sens où l'on aurait la maîtrise, où on pourrait prévoir et revendiquer les
conséquences, mais au sens de accountable : on ne pourra se réfugier derrière un
"je n'ai pas voulu cela" ; on devra répondre des conséquences.
Répondre, c'est-à-dire apprendre, reprendre, oser de nouvelles versions (ou
tropes) encore un peu plus "bizarres", "tordues" (…) décontenançant encore un
peu plus les anticipations, échappant à des pentes toutes faites dont on n’avait pas
perçu la dangereuse proximité. »
Habiter le trouble avec Donna Haraway, 2019
La question de la réflexivité
Gauthier, Claude. 2015. « Féminisme, épistémologie du point de vue, expérience et réflexivité », Lyon,
Intervention dans le laboratoire GenERe. Consulté le 23 novembre 2022.
https://www.youtube.com/watch?v=f0OM2D6s35k&app=desktop.
… si elle ne nous relie qu’à nous-mêmes.
La réflexivité ne suffit pas
La réflexivité ne suffit pas
… si elle reste coincée dans la métaphore de la vision
… si elle entretient l’auto-suffisance, si elle ne nous relie pas, au sens de
faire alliance
… si elle ne dit rien des nœuds de pouvoir
… si elle ne nous met pas en risque, si elle n’active pas de nouveaux
possibles
https://reflexivites.hypotheses.org/12195
A partir du travail d’Isabelle Stengers, Haraway, Hache, Zitouni
La question de la réflexivité
Une réflexivité qui fait partie du monde
En disant « d’où l’on parle », « depuis quelle situations » on (le « bon » chercheur) renforcerait ce que l’on
dit ou l’on éclairerait la manière dont il faut considérer les travaux partagés.
Mais est-ce si simple, et est-ce suffisant ?
Raconter « qui nous sommes » ou « d’où nous venons » peut tout autant devenir un exercice de
construction d’une autorité scientifique ou universitaire « dans l’absolu », plutôt que la fabulation d’un
contact, d’un rapport au monde, « comment nous nous situons vis-à-vis de notre terrain de recherche, dans
la situation de recherche » et même encore plus :
comment nous relions-nous, comment héritons-nous, comment nous engageons-nous, comment faisons-
nous alliance, comment nous mettons-nous en risque, comment nous remembrons-nous en faisant
mémoire (re-member), comment fabriquons-nous en racontant ?
https://reflexivites.hypotheses.org/12195
Comment se relie-t-on ?
Nos attachements – Ce qui importe dans nos pratiques
La réflexivité ne suffit pas comprendre à quel monde on contribue.
Comment se relie-ton et à quoi ? Que fait-on importer ?
Comment fait-on alliance avec des importances qui ne sont pas
nécessairement les nôtres ?
A quels niveaux ces alliances se nouent-elles ?
s'intéresser « aux attachements qui s'expriment »,
ie à ce qui « fait faire » C. Grandsard (2005) B. Latour (2001), T.
Nathan (2001)
Mettre le dedans dehors,
faire circuler l’air
Mener et être transformée par l’enquête
La réflexivité ne suffit pas
Se situer, oui mais comment ? Ingrédients joyeux
Du souffle dans nos mots – fabuler les possibles qui insistent
Etre ou ne pas être concerné.es ?
Sentir-penser et habiter le trouble épistémologique
Le dedans-dehors de David Abram
Entrée en matière
David Abram, Comment la terre s’est tue – Pour une écologie des sens, Editions La
découverte, Paris, 2013 (1996). Traduit par Didier Demorcy et Isabelle Stengers.
« Les sciences, pense-t-on souvent, ont pour but la connaissance claire
d’un monde objectif absolument indépendant de la conscience ou de la
subjectivité. Pourtant, lorsque l’on s’en tient au point de vue de
l’expérience, ce que la méthode scientifique permet de réaliser est plutôt
un surcroît d’intersubjectivité, une connaissance plus étendue de ce dont
une pluralité de soi ou de sujets différents font, ou peuvent faire,
l’expérience. Phénoménologiquement, la recherche de l’objectivité est
donc interprétée comme recherche d’une extension du consensus, de
l’accord ou de la consonance entre une pluralité de sujets, et non pas
comme une tentative d’évacuer entièrement la subjectivité. Pour Husserl,
la « réalité objective » pure dont la science moderne fait en général
l’hypothèse, loin d’être la base concrète dont découle toute expérience, est
une construction théorique, une idéalisation injustifiée de l’expérience
intersubjective. »
Le dedans-dehors de David Abram
Entrée en matière
David Abram, Comment la terre s’est tue – Pour une écologie des sens, Editions La
découverte, Paris, 2013 (1996). Traduit par Didier Demorcy et Isabelle Stengers.
« Le « monde réel » dans lequel nous nous trouvons -ce monde
que nos sciences s’efforcent de pénétrer – n’est donc pas alors
un pur « objet », une « donnée » fixe, close sur elle-même,
dont tous les sujets, toutes les qualités subjectives pourraient
être éliminés. Il s’agit bien plutôt d’une matrice intriquant
sensations et perceptions, un champ d’expérience collectif vécu
sous de nombreux angles différents. L’inscription mutuelle
d’autres sujets dans mon expérience et (comme je dois le
supposer) de moi-même dans leurs expériences entrelace nos
champs phénoménaux individuels en un seul tissu sans cesse
changeant, un seul monde phénoménal – une seule
« réalité ». »
Le dedans-dehors de David Abram
Entrée en matière
David Abram, Comment la terre s’est tue – Pour une écologie des sens, Editions La
découverte, Paris, 2013 (1996). Traduit par Didier Demorcy et Isabelle Stengers.
« Nous avons oublié l’assurance, l’équilibre que donne une vie
en relation et en réciprocité, nourries d’histoires et de chants,
avec la myriade des choses, la myriade d’êtres qui nous
entourent et participent à nos perceptions.
C’est seulement si nous pouvons renouveler cette réciprocité –
enraciner notre toute récente capacité d’abstraction lettrée
dans les formes plus anciennes, orales d’expérience -, c’est
seulement alors que l’intellect abstrait trouvera sa vraie valeur.
» ((Coda - Mettre le dedans dehors chez David Abram op. cit.))
Le dedans-dehors de David Abram
Entrée en matière
David Abram, Comment la terre s’est tue – Pour une écologie des sens, Editions La
découverte, Paris, 2013 (1996). Traduit par Didier Demorcy et Isabelle Stengers.
« La question n’est certainement pas de « retourner en
arrière », mais bien plutôt de parcourir tout le cercle, d’unir
notre capacité de raisonnement détaché à des manières de
connaître plus sensorielles et mimétiques, de permettre à la
vision d’un monde commun de plonger ses racines dans notre
engagement direct et participatif avec le local et le particulier. »
Coda - Mettre le dedans dehors chez David Abram, p. 343-344
Focus Bio
Cours 4
déc 2022
–
Mélodie Faury
Enquêter avec Vinciane Despret
#1. Désassigner
https://www.youtube.com/watch?v=bZ5RpTbQRRg&t=3223s
#2. Faire récit avec les animaux
https://www.youtube.com/watch?v=_sd3ubNbdE8
#3. Apprendre à convoquer
https://www.youtube.com/watch?v=6G_FOCxIxOM
#4. Faire une place aux mort·e·s
https://www.youtube.com/watch?v=RmDvD4uUJck&t=3927s
#1. Désassigner
https://www.youtube.com/watch?v=bZ5RpTbQRRg&t=3223s
#2. Faire récit avec les animaux
https://www.youtube.com/watch?v=_sd3ubNbdE8
#3. Apprendre à convoquer
https://www.youtube.com/watch?v=6G_FOCxIxOM
#4. Faire une place aux mort·e·s
https://www.youtube.com/watch?v=RmDvD4uUJck&t=3927s
https://www.youtube.com/watch?v=_pIrDw2KSSM
Enquêter avec d'autres êtres – entretien-conclusion
dingdingdong.org
https://dingdingdong.org/files/manifesteddd.pdf
Focus Bio
Cours 5
déc. 2022
–
Mélodie Faury
Un espace d’attentions multiples (extrait)
Nous ressentons une diffraction des mondes dans lesquels nous réfléchissons, nous sentons autour de nous la puissance
d’agir que confère l’élaboration de récits à propos des expériences situées. Nous souhaitons entretenir et prendre soin –
par l’enquête – de la relation avec cette joie de la recherche de forme pour faire exister au monde une multitude de
récits, par la conversation, par les interstices dans une trame trop serrée.
Devenir plusieurs
En nous mettant en contact avec d’autres mondes et d’autres êtres, petit à petit nous pouvons créer un tissu qui allie de
plus en plus de co-habitants. Nous ne restons pas isolées, à distance, à extraire des données et à construire un propos
surplombant sur le monde, nous essayons d’en faire partie, d’une certaine manière, en essayant de trouver la juste place,
le tact, qui permet aux importances de cohabiter, et aux attachements de cohabiter.
Comment s’empêcher de capitaliser : le respect ?
L’enquête comme terre d’accueil
Texte en cours avec Joëlle Le Marec
À paraître – Revue Communication et langages - «L’enquête par le proche »
La restitution
Un travail de tissage : à partir des mêmes signes, construire un récit différent, en le remettant sur l’ouvrage
collectif mille fois. Construire un récit qui rend la vie possible, aujourd’hui. Un monde dans un monde. Un néo-
agencement collectif.
Nous choisissons de mener l’enquête au niveau du signifié et non du signifiant. Ainsi, nous n’accédons jamais, nous
tournons toujours autour. Nous n’avons pas la prétention de dire « le Vrai », mais répondre à l’insistance des possibles, faire
appel aux mondes réels. Nous cherchons un récit qui accueille le plus de mondes possible. Nous rêvons un monde
commun à partir d’autres récits tissés des mêmes signes, mais permettant d’accueillir plus d’êtres, qu’ils soient humains ou
non humains. Des histoires-récipients, comme le disait Ursula K. Le Guin.
Nous rêvons d’autres récits à partir des mêmes signes, des histoires co-tissées qui permettent
d’accueillir plus d’êtres
Qu’est-ce qui nous donne de la joie dans l’enquête ?
À paraître – Revue Communication et langages - «L’enquête par le proche »
L’enquête comme terre d’accueil
Texte en cours avec Joëlle Le Marec
la réflexivité ne suffit pas si elle ne nous relie qu’à nous-mêmes (au sens individuel et collectif)
« Je cherche à quitter des manières d’être réflexive à partir d’un référentiel clos, consistant d’abord à se détacher du monde
pour en définir ensuite les points éventuels d’engagement, plutôt que de partir du fait que nous faisons partie du monde et
que nos récits scientifiques activent des possibles et en effacent d’autres, autrement dit qu’ils ont un effet sur le monde
quant aux réels qu’ils activent et à ceux qu’ils silencient (parfois malgré ou sous couvert d’objectivité) et dans les injustices
épistémiques qu’ils rejouent ou instaurent. »
Novembre 2021, colloque MISHA – intervention sciences ouvertes et sciences participatives https://infusoir.hypotheses.org/9103
« En tant que chercheuse, je me situe dans un interstice entre où il me paraît possible
d’accueillir le trouble épistémologique, qui a quelque chose à voir avec le fait de ne souhaiter
renoncer ni au désir de scientificité ni à celui de la réflexivité et même celui de critique radicale
des sciences
Puisque Weber, Elias et Bourdieu ont déjà été convoqués, ainsi que le désir de neutralité
axiologique, je me positionnerai à mon tour du côté de l’éthique de la respons-ability ou abilité
à répondre, à ce qui nous nous interpelle, par nos manières de nos relier ou de faire rupture en
cela qu’il ne s’agit pas de céder à la tentation de l’innocence – comme le dirait Stengers,
Haraway et Despret, derrière nos arsenaux conceptuels
Comment nous nous mettons à l’écoute ? Comment écouter d’autres importances que les siennes ? S’agit-il d’un nœud
d’écoute comme le dirait Emmanuelle Sonntag, nous relions-nous à d’autres importances ou les maintient-on à distance
de ce que nous faisons importer en tant qu’universitaires dans nos manières de poser les questions ?
Ma réflexion se situe dans le geste d’enquête consistant à chercher comment rendre collectivement ce monde habitable
aux plus d’êtres possibles, comment appartenir au monde plutôt que partir du principe que celui-ci nous appartient – et
qui passe par la question : quelle place et rôle pour les sciences dans ce geste ? Pour quelles sciences, selon quelles
épistémologies quelles epistemes, quelles ontologies ? »
https://infusoir.hypotheses.org/9103
Novembre 2021, colloque MISHA – intervention sciences ouvertes et sciences participatives
« Je m’intéresse ainsi par exemple à la conversation entre les différents types de savoirs – pas
uniquement scientifiques – dans leur égale dignité.
Qu’on le dise explicitement ou non nous faisons toujours importer quelque chose dans nos
récits scientifiques. Le détachement lui-même comment posture de scientificité qui serait
sensé assurer la neutralité : n’est pas neutre et lié à des ontologies extractivistes.
De la diffusion à la conversation
d’une ontologie à l’autre
Légende : Modèle du code ou dit de « Shannon et Weaver »
Source : Wikipédia,
http://fr.wikipedia.org/wiki/Communication#Mod.C3.A8le_de_Shanno
n_et_Weaver
Toucher les publics ou être touché.es par les publics ?
Quelles relations recherchons-nous dans nos pratiques de médiations ?
Novembre 2021
6/ Quel est le sens que vous donnez à vos pratiques ? A quoi êtes-vous attaché.es dans votre
métier ?
7/ Comment créez-vous les conditions d’une « bonne » médiation ?
8/ Quand est-ce que vous estimez qu’une médiation est « ratée » ?
9/ Qu’est-ce qui vous importe dans la rencontre avec les publics ? Quels types de relations
cherchez-vous à instaurer avec vos publics ?
10/ Quelle est la place de l’émotion dans vos pratiques ?
11/ Dans la médiation, de quelles voix êtes-vous le relai ? Y a-t-il une place pour votre propre
voix ? Et si oui, comment ? et si non, pourquoi ?
12/ Qu’est-ce qui fait selon vous la magie de la médiation scientifique ?
https://infusoir.hypotheses.org/9098
13/ Pouvez-vous nous raconter une expérience marquante dans vos activités de médiation :
un jour où il s’est vraiment « passé quelque chose » ?
14/ En quoi la crise Covid a-t-elle bouleversé votre métier ? Sur le moment ou à long terme ?
15/ Quelles sont les pratiques de médiation qui vous posent problème et pourquoi ?
16/ Qu’est-ce que vous évoque l’expression « prendre soin des publics » ?
17/ Comment utilisez-vous le numérique ? Avez-vous des expériences de liens nouveaux
créés avec les publics grâce au numérique ? Qu’est-ce qui vous manque ou qu’est-ce que
vous vivez de spécifique avec le numérique ?
18/ Comment décririez-vous le rapport que vous entretenez avec les sciences ?
https://infusoir.hypotheses.org/9098
« Si tu m’accueilles, j’ai un monde entier à partager »
https://infusoir.hypotheses.org/9112 Nov. 2021
Le pouvoir c’est aussi recouvrir – ou faire
effraction dans - le tissage long et attentif
par la parole par effraction, surplombante
et autosuffisante.
« La médiation scientifique, comme terre d’accueil
pourrait devenir pour les chercheur.es et les
médiateur.ices un lieu où l’on cherche à habiter le monde
avec les sciences, en les tissant avec d’autres
attachements en présence.
Cela demande que nous interrogions ensemble nos
modes relationnels, nos modes communicationnels dans
ce qu’ils permettent, entretiennent et dans ce qu’ils
empêchent. »
https://infusoir.hypotheses.org/9112
Nov. 2021
Qui parle à travers nous ?
A quoi prêtons-nous notre corps ?
A quels tissages
nous incorporons-nous ?
Ecritures plurielles – Présences plurielles
• Le dispositif accueille-t-il ce /ceux avec quoi nous venons ?
• Un désir de rencontre avec d’autres mondes portés
• Rencontrer - des lieux entre
• Nos manières de connaître, penser et sentir
• Où est le désir ? Où est le vécu ?
Où est l’espace co-habitable ?
• Quelles formes pour quels modes relationnels ?
2022_FOCUS BIO TOT.pdf
La conversation comme espace – Qui est là ?
• Entrer dans la conversation comme dans un espace commun, tissé d’attachements
dont il s’agit de prendre soin
• Se rendre attentive et disponible au moment de franchir un seuil,
se mettre au contact et à l’écoute de ce qui arrive, ce qui nous traverse,
ce qui n’était pas « prévu », « attendu », « entendu » ;
• Pratiques d’attention au monde et à autrui – ne pas effacer notre présence et ses
effets ;
• La non-innocence, ce avec quoi nous venons, comment nous nous relions
2022_FOCUS BIO TOT.pdf
Hypnographies – se mettre à l’écoute
Qui parlent à travers moi ?
Quels êtres sont invoqués,
invités en ma présence ?
En découdre et suturer
• Se repeupler, prendre place (to stand) et soin
laisser place, se relier à d’autres importances
– faire alliance, changer d’épistémologie
• Sortir de la non-innocence
– vers une ontologie relationnelle
• Devenir un village - « conversation écologique »
• Rendre la rencontre possible – la prise, le lieu.
- se déprotéger, être là
• Sortir du culte de la distance et de
la déconnexion (D. Abram, Starhawk, D.
Haraway)
• Quitter la parole sans père (Baudouin
Jurdant) et la parole sans terre
La rencontre – qui accueillons-nous ?
• Ce avec quoi nous venons
• Qui parle à travers moi ? Quelles figures ?
• Quelle épistémologie ? Quels savoirs dicibles ?
• Quels modes relationnels cela permet-il et quels
détachements cela reconduit-il ?
• Violence du détachement, perte de ce qui cherche à se dire,
épistémicide, perte des modes d’existences minoritaires,
perte de la pluralité de nos langages (être reconnue, être
légitime, être lisible)
Trouver des formes pour raconter et faire importer,
plutôt que de « produire des connaissances »
Publier pour prolonger l’enquête (par l’écriture, en entrant en
conversation, en mettant des signes en circulation) et non pas
« capitaliser » l’enquête déjà cristallisée
Partager le chemin plus que le produit, une manière d’être
au contact de nos sujets de recherche
https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-idees/nastassja-
martin-ou-leloge-de-lethnographie-des-connexions
Ethnographie des connexions – Anthropologie des frictions
> Faire sentir
> Rendre justice aux collectifs avec lesquels on travaille
et milieux de vie (non humains)
Leur redonner une place dans l’écriture
But pratique autant que poétique
« Cesser les opérations d’extraction dans la constitution
des données ethnographique »
Implique « de trouver, d’inventer des nouvelles formes
de récits » => question du contenu et de la forme
https://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/colonialite/chapter/plurivers/
Nous voulons un monde qui en contienne plusieurs.
Quatrième déclaration de la Forêt Lacandonne.
Plurivers
« Le Plurivers est une remise en question de l’Univers, ce
singulier plein de menaces. Il constitue la critique radicale d’un
des fondements de la pensée occidentale moderne,
l’universalisme et d’une réalité actuelle, la globalisation. Sa
réalisation passe donc à la fois par la critique des cadres de
pensée de l’universalisme et par la création d’un projet
alternatif à la globalisation néolibérale. »
Claude Bourguignon Rougier
https://www.terrestres.org/2018/11/15/le-pluriversel-a-
lombre-de-luniversel/
Fabuler la thèse ?
• Apprendre à faire des histoires
Staying with the Trouble.Making Kin in the Chthulucene, Durham et
Londres, Duke University Press, 2016
https://infusoir.hypotheses.org/6758
https://infusoir.hypotheses.org/8297
« Il faut profiter du moi divisé – du moi fêlé, des splited identities – et avec lui explorer le
terrain jusqu’à ce qu’une connexion se fasse. Ensuite (…) il faut oser aller jusqu’au bout de
cette connexion, c’est-à-dire cultiver la connexion jusqu’à ce qu’un univers intéressant s’en
dégage. »
Benedikte Zitouni (2010) au sujet du Manifeste cyborg de Donna Haraway
L’infraordinaire de la recherche – fond et forme –
raconter l’infraordinaire de la recherche
G. Perec, S. Laugier, J. Le Marec, Muriel Lefevbre
Lien aux écritures intermédiaires
Ce dont il s’agit de témoigner,
Ce dont il s’agit de prendre soin,
ce qui tisse la trame des pratiques
et des vécus
La question des attachements, manière de se
relier, de se positionner
• « rapport identitaire et culturel aux sciences »
Þ comment est peuplé le rapport aux sciences des
doctorant.es en biologie ?
Þ avec quels mondes viennent-ils ?
Þ Comment écouter, se laisser toujours par leurs
importances ; comment les entendre et se relier à ce
qu’ils et elles convoqent ?
Retrouver les doctorant.es 10 ans plus tard
• Lecture des entretiens et réactions
• Comment rendre compte de l’expérience vécue du terrain, de
l’expérience la rencontre avec tous ces êtres, de ce que fait la
rencontre ?
• Comment tisser un discours situé de doctorante en SHS avec ceux des
doctorant.es en biologie ?
Sans déposséder les doctorants de leur parole,
source de savoirs que je tisse dans ma thèse,
tout en les protégeant tout de même avec anonymat
Les paroles des doctorant.es
10 ans plus tard
Qu’est-ce qui était important pour eux et qui s’est déployé ou au contraire n’est
plus présent aujourd’hui ? Quel a été leur parcours ?
Quelle conception de la recherche font-ils et elles vivre dans leurs discours ?
Reconstruction d’un récit qui ne vise pas l’objectivité, mais témoignent des
attachements, des enthousiasmes, des conflits de valeurs, de leurs engagements
dans leur pratique professionnelle…
Co-fabuler – ce que l’on fait importer dans le
récit
Co-fabuler au-delà de co-écrire
répondre aux agencements qui remembrent, aux consistances qui
demandent à exister pour des passés, présents et futurs encore
possibles Faire récit de « faire de la recherche »
« Fabuler, raconter autrement, n’est pas rompre avec la «
réalité » mais chercher à rendre perceptible, à faire penser et
sentir des aspects de cette réalité qui, usuellement, sont pris
comme accessoire ».,
Isabelle Stengers, La vierge et le neutrino, p. 169
« Mon but est de coucher sur le papier ce que je vois et ce que
je ressens de la manière la meilleure et la plus simple »
Ernest Hemingway
« Co-fabuler leur expérience avec cette idée de donner de la place à une co-écriture intéressante quant aux inévitables
négociations sur ce que l’on va faire importer dans l’histoire.
Recréer du sens a posteriori à partir d’une expérience, de fragments épars, de traces hétérogènes, selon une focale et
un contact aux matériaux liés au gestes spéculatifs : faire importer, faire appel aux mondes réels et répondre à
l’insistance des possibles.
L’artisanat que je recherche explore là où insistent les possibles dans les fragments matériels, les archives qu’il me
reste de l’époque de la thèse. Il s’agit de traiter aujourd’hui ces matériaux comme des supports à la fabulation et au
récit, et non comme des « données à analyser », pour dire quelque chose, et plus encore, tout en même temps, faire
sentir quelque chose de l’expérience vécue en tant qu’elle se déploie dans des agencements et qu’elle cherche à la fois
à déployer ses propres agencements. Les doctorant.es portent des mondes dans un monde.
Et que ce récit soit fabriqué avec les doctorant.es : les rendre sujets à nouveau de leur propre histoire et du sens à
donner à leur histoire. Ne pas me mettre en position de surplomb par rapport à leur expérience, ne pas céder à la
tentation de l’objectivation d’une réalité dont je serais « meilleure » observatrice ou « meilleure » témoin qu’elleux. »
https://infusoir.hypotheses.org/8569
Comment raconter le terrain ? à qui ?
pourquoi ?
J’ai choisi une nouvelle forme pour partager mes entretiens, pour ré-
écrire à partir de la transcription : je raconte l’entretien à la personne
enquêtée. Je lui raconte son récit. Je continue d’habiter la relation, la
voix qui parle change mais l’espace où elle se déploie tente de rester un
espace commun. Je TE raconte, comment je T’ai entendu.e.
La relation à l’enquête
Et je découvre dans l’expérience de l’écriture-même la
puissance de l’écriture en Tu, l’autre qui reste au centre mais
sans faire abstraction de sa présence à soi
Le « tu » du Care
Prendre soin de ce qui importe à l’autre
Je Te raconte – relations et attachements
• Comment prendre soin ? Ma voix dans les traces de la tienne
Vers le récit relationnel
J’ai choisi une nouvelle forme pour partager mes entretiens, pour ré-écrire à
partir de la transcription : je raconte l’entretien à la personne enquêtée.
Je lui raconte son récit. Je continue d’habiter la relation, la voix qui parle
change mais l’espace où elle se déploie tente de rester un espace commun.
Je TE raconte, comment je T’ai entendu.e.
Fabuler les entretiens de recherche pour chercher
une justesse qui raconte la rencontre.
S’allier à la parole de l’autre sans l’en déposséder
ni la faire sienne.
Ne pas s’effacer ni recouvrir.
Être présent.es.
Marcher sur un fil.
Je TE raconte
J’ai choisi une nouvelle forme
pour partager mes entretiens,
pour ré-écrire à partir de la
transcription :
je raconte l’entretien à la
personne enquêtée.
Je lui raconte son récit.
Je continue d’habiter la relation.
https://infusoir.hypotheses.org/8589
Les entretiens
• Conversation avec Marys Hertiman
Theorizing voice: toward working otherwise with voices -
Rachelle Chadwick, 2021
Notion de Sharing Authority chez Michael Frisch
Frisch, Michael (2011). "From A Shared Authority to the Digital Kitchen, and Back" in Bill Adair, Benjamin Filene, and
Laura Koloski, eds., Letting Go? Sharing Historical Authority in a User-Generated World. Philadelphia: The Pew Center for
Arts and Heritage. pp. 126–37. ISBN 978-0-9834803-0-3.
Linda Alcoff : réfléchir sur la question de l'autorisation
discursive, de l'usurpation/destitution de la parole et de
l'empiétement discursif.
la parole des groupes subalternisés et la situation (localisation)
de leur discours vis-à-vis du discours hégémonique.
Lectures
"Nothing comes without its world': Thinking with care" Maria Puig de la Bellacasa, Sociological Review ·
May 2012 : https://seafile.unistra.fr/f/bd2e1f138e9243aea34f/
"savoir et penser sont inconcevables sans une multitude de
relations qui rendent également possibles les mondes avec
lesquels nous pensons." Maria Puig de la Bellacasa
"Penser le monde implique de reconnaître notre propre
implication dans la perpétuation des valeurs dominantes,
plutôt que de se retrancher dans la position sûre d'un étranger
éclairé qui sait mieux." Maria Puig de la Bellacasa
la définition générique de Joan Tronto et
Berenice Fisher, care :
"tout ce que nous faisons pour maintenir,
poursuivre et réparer "notre monde" afin de
pouvoir y vivre le mieux possible".
« Ce monde comprend notre corps, notre personne et notre environnement, que nous cherchons
tous à imbriquer dans un réseau complexe de maintien de la vie" (Tronto, 1993 : 103). Cette vision
des soins, si elle est un peu trop centrée sur la personne, parle des soins comme étant les actions
nécessaires pour créer, maintenir et entretenir l'hétérogénéité essentielle de la vie. »
Lectures
"Nothing comes without its world': Thinking with care" Maria Puig de la Bellacasa, Sociological Review ·
May 2012 : https://seafile.unistra.fr/f/bd2e1f138e9243aea34f/
« pour valoriser les soins, nous devons reconnaître l'inévitable interdépendance essentielle aux êtres
dépendants et vulnérables que nous sommes (Kittay et Feder, 2002 ; Engster, 2005). »
« Dans des mondes constitués de formes et de processus hétérogènes et interdépendants de la vie et
de la matière, se soucier de quelque chose, ou de quelqu'un, c'est inévitablement créer une relation »
« obligation non normative" (Puig de la Bellacasa, 2010) : elle n'est pas imposée aux êtres vivants par un ordre
moral, mais elle oblige en ce sens que, pour que la vie soit vivable, elle doit être encouragée. »
"défendre la nécessité vitale des soins signifie défendre des relations durables et florissantes, et pas seulement
des relations de survie ou des relations instrumentales." Maria Puig de la Bellacasa
Lectures
"Nothing comes without its world': Thinking with care" Maria Puig de la Bellacasa, Sociological Review ·
May 2012 : https://seafile.unistra.fr/f/bd2e1f138e9243aea34f/
« Pour Haraway, la création de connaissances est une pratique relationnelle qui a des conséquences
importantes dans la formation de mondes possibles. »
« Penser avec Haraway, c'est penser avec beaucoup de gens, d'êtres et de choses ; c'est penser dans un
monde peuplé. »
"les êtres ne préexistent pas à leurs relations" (Haraway,
2003)
« Il s'agit de créer d'autres relations, d'autres possibilités
d'existence, à savoir d'autres êtres. »
« la relation comme "quelque chose qui passe entre [les deux]
et qui n'est ni dans l'un ni dans l'autre" (Deleuze et Parnet,
1987) ».
« tissant des significations de soin avec l'œuvre de Haraway :
créer un "intérêt", au sens où l'entend Isabelle Stengers, en
situant entre les deux - inter-esse - non pas pour diviser, mais
pour relier (Stengers, 1993). »
« En fait, on pourrait dire que pour Haraway, penser, c'est penser avec. Regardez les nombreuses
significations qu'un mot tel que "biologie" peut prendre dans l'œuvre de Haraway : un nœud de relations
entre les matières vivantes et les modes d'existence sociaux, les métiers, les pratiques et les histoires
d'amour ; une série de connexions "épistémologiques, sémiotiques, techniques, politiques et matérielles"
(Haraway, 2000 : 403) ; un discours omniprésent au XXe siècle ; une entreprise d'éducation civique (Haraway,
1997) ; une métaphore aussi, mais aussi beaucoup "plus qu'une métaphore" (Haraway et Goodeve, 2000 :
82-3). Dans son travail, les objets/corps de la biologie contemporaine sont considérés comme des exemples
de relations en devenir. Cette vision va de pair avec la résistance au réductionnisme »
Lectures
"Nothing comes without its world': Thinking with care" Maria Puig de la Bellacasa, Sociological Review ·
May 2012 : https://seafile.unistra.fr/f/bd2e1f138e9243aea34f/
Lectures
"Experimenting with Refrains: Subjectivity and the Challenge of Escaping Modern Dualism" Isabelle
Stengers - May 2008 Subjectivity 22(1):38-59
"La réflexivité est vulnérable à une telle capture, en termes de connaissance : elle peut
facilement signifier prêter attention aux défauts et aux biais à éviter, et par exemple à la
façon dont nos propres schémas et habitudes de discrimination affectent négativement
la connaissance que nous produisons. Une telle préoccupation peut être tout à fait
importante et pertinente, mais elle ne constitue pas une ligne de fuite du territoire
moderne. Le territoire moderne a plutôt pour un de ses refrains la généralisation de
cette préoccupation, devenant alors un devoir, le devoir de surmonter les attachements
"subjectifs" qui nous situent."
Lectures
"Experimenting with Refrains: Subjectivity and the Challenge of Escaping Modern Dualism" Isabelle
Stengers - May 2008 Subjectivity 22(1):38-59
« Ce que je propose (Stengers 2000), c'est que l'affirmation "La nature a parlé" ne soit pas érigée avant
tout comme un message d'autorité. (…) Quelque chose a "rencontré" le "saut" des scientifiques, un lien a
été produit, des faits ont été produits, qui sont doués du pouvoir tout à fait inhabituel d’imposer la
manière dont ils doivent être interprétés. Ce qui oblige les expérimentateurs à penser et à sentir et hésiter
serait alors l'éventualité d'une réalisation très étrange, qui n'a rien à voir avec l'objectivité comme
généralement opposé à la subjectivité. Il s'agit plutôt d'un événement - l'entrée dans l'existence de
quelque chose qui a le pouvoir de produire un accord entre les collègues, c'est-à-dire parmi ceux qui ne
savent pas seulement prêter le genre d'attention, comment apprendre l'art nécessaire de la
discrimination, que la situation expérimentale exige, mais qui partagent également la même quête
passionnée, n'accordant de valeur qu'à ce qui a le pouvoir de faire respecter leur accord. »
Lectures
"Experimenting with Refrains: Subjectivity and the Challenge of Escaping Modern Dualism" Isabelle
Stengers - May 2008 Subjectivity 22(1):38-59
« Ainsi, la pratique expérimentale de la critique et de la discrimination entre ce qui serait "seulement une
interprétation" et ce qui sera qualifié d'"objectif", n'a rien de général, ou "désincarné" à ce sujet. Il s'agit
plutôt de la mise en place d'une subjectivité particulière produite et exigée par l'intégration dans le tissu
social très spécifique de la science expérimentale, un tissu qui présuppose et proclame une version
spécifique de la confiance "précursive" jamésienne : il peut arriver que la demande soit satisfaite pour des
faits mettant en œuvre leur accord. »

Contenu connexe

Similaire à 2022_FOCUS BIO TOT.pdf

Le paradigme interactionniste, Introduction aux théories de la communication ...
Le paradigme interactionniste, Introduction aux théories de la communication ...Le paradigme interactionniste, Introduction aux théories de la communication ...
Le paradigme interactionniste, Introduction aux théories de la communication ...
Amar LAKEL, PhD
 
COURS PUBLIC DE L’ECOLE URBAINE DE LYON « QU’EST-CE QUE L’ANTHROPOCÈNE ? » Ep...
COURS PUBLIC DE L’ECOLE URBAINE DE LYON « QU’EST-CE QUE L’ANTHROPOCÈNE ? » Ep...COURS PUBLIC DE L’ECOLE URBAINE DE LYON « QU’EST-CE QUE L’ANTHROPOCÈNE ? » Ep...
COURS PUBLIC DE L’ECOLE URBAINE DE LYON « QU’EST-CE QUE L’ANTHROPOCÈNE ? » Ep...
EcoleUrbaineLyon
 
27712648 le-corps-le-ghetto-et-l’etat-penal
27712648 le-corps-le-ghetto-et-l’etat-penal27712648 le-corps-le-ghetto-et-l’etat-penal
27712648 le-corps-le-ghetto-et-l’etat-penal
labibihcene
 
4 aristote
4 aristote4 aristote
4 aristote
JULIO GALDON
 
Sociologie de l'alimentation: L'espace social alimentaire : un concept pour é...
Sociologie de l'alimentation: L'espace social alimentaire : un concept pour é...Sociologie de l'alimentation: L'espace social alimentaire : un concept pour é...
Sociologie de l'alimentation: L'espace social alimentaire : un concept pour é...
Jean-Pierre Poulain
 
Ostermann les-therapies-narratives
Ostermann les-therapies-narrativesOstermann les-therapies-narratives
Ostermann les-therapies-narratives
La Fabrique Narrative
 
Qu'est ce que la sociologie ?
Qu'est ce que la sociologie ? Qu'est ce que la sociologie ?
Qu'est ce que la sociologie ?
Ndero Ngadoy
 
221116_Nantes_écrituresAlternatives_MF.pdf
221116_Nantes_écrituresAlternatives_MF.pdf221116_Nantes_écrituresAlternatives_MF.pdf
221116_Nantes_écrituresAlternatives_MF.pdf
mfaury
 
prsentationsocioclinend-140110124650-phpapp02.pdf
prsentationsocioclinend-140110124650-phpapp02.pdfprsentationsocioclinend-140110124650-phpapp02.pdf
prsentationsocioclinend-140110124650-phpapp02.pdf
ELHAMRI1
 
20160604 jpnf-nantes-conference-catherine-mengelle
20160604 jpnf-nantes-conference-catherine-mengelle20160604 jpnf-nantes-conference-catherine-mengelle
20160604 jpnf-nantes-conference-catherine-mengelle
La Fabrique Narrative
 
Le statut des objets dans la théorie de l\'acteur-réseau
Le statut des objets dans la théorie de l\'acteur-réseauLe statut des objets dans la théorie de l\'acteur-réseau
Le statut des objets dans la théorie de l\'acteur-réseau
keusman
 
Socio1
Socio1Socio1
Socio1
missjojo123
 
Les 4 relations humain - nature illustrées #noussommesvivants
Les 4 relations humain - nature illustrées #noussommesvivantsLes 4 relations humain - nature illustrées #noussommesvivants
Les 4 relations humain - nature illustrées #noussommesvivants
nous sommes vivants
 
Chercheurs de sens. — 01. Introduction
Chercheurs de sens. — 01. IntroductionChercheurs de sens. — 01. Introduction
Qu'est ce+que+l'anthropologie+du+droit
Qu'est ce+que+l'anthropologie+du+droitQu'est ce+que+l'anthropologie+du+droit
Qu'est ce+que+l'anthropologie+du+droit
Alkamil Kamil
 
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 07. De 1931 à 1944
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 07. De 1931 à 1944Chercheurs de connaissance, science et technique. — 07. De 1931 à 1944
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 07. De 1931 à 1944
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Quel cadre épistémologique pour l'économie sociale et solidaire (colloque RIU...
Quel cadre épistémologique pour l'économie sociale et solidaire (colloque RIU...Quel cadre épistémologique pour l'économie sociale et solidaire (colloque RIU...
Quel cadre épistémologique pour l'économie sociale et solidaire (colloque RIU...
David VALLAT
 
Dystopie
DystopieDystopie

Similaire à 2022_FOCUS BIO TOT.pdf (20)

Le paradigme interactionniste, Introduction aux théories de la communication ...
Le paradigme interactionniste, Introduction aux théories de la communication ...Le paradigme interactionniste, Introduction aux théories de la communication ...
Le paradigme interactionniste, Introduction aux théories de la communication ...
 
COURS PUBLIC DE L’ECOLE URBAINE DE LYON « QU’EST-CE QUE L’ANTHROPOCÈNE ? » Ep...
COURS PUBLIC DE L’ECOLE URBAINE DE LYON « QU’EST-CE QUE L’ANTHROPOCÈNE ? » Ep...COURS PUBLIC DE L’ECOLE URBAINE DE LYON « QU’EST-CE QUE L’ANTHROPOCÈNE ? » Ep...
COURS PUBLIC DE L’ECOLE URBAINE DE LYON « QU’EST-CE QUE L’ANTHROPOCÈNE ? » Ep...
 
27712648 le-corps-le-ghetto-et-l’etat-penal
27712648 le-corps-le-ghetto-et-l’etat-penal27712648 le-corps-le-ghetto-et-l’etat-penal
27712648 le-corps-le-ghetto-et-l’etat-penal
 
4 aristote
4 aristote4 aristote
4 aristote
 
Sociologie de l'alimentation: L'espace social alimentaire : un concept pour é...
Sociologie de l'alimentation: L'espace social alimentaire : un concept pour é...Sociologie de l'alimentation: L'espace social alimentaire : un concept pour é...
Sociologie de l'alimentation: L'espace social alimentaire : un concept pour é...
 
Ostermann les-therapies-narratives
Ostermann les-therapies-narrativesOstermann les-therapies-narratives
Ostermann les-therapies-narratives
 
Communication.livre
Communication.livreCommunication.livre
Communication.livre
 
Qu'est ce que la sociologie ?
Qu'est ce que la sociologie ? Qu'est ce que la sociologie ?
Qu'est ce que la sociologie ?
 
221116_Nantes_écrituresAlternatives_MF.pdf
221116_Nantes_écrituresAlternatives_MF.pdf221116_Nantes_écrituresAlternatives_MF.pdf
221116_Nantes_écrituresAlternatives_MF.pdf
 
prsentationsocioclinend-140110124650-phpapp02.pdf
prsentationsocioclinend-140110124650-phpapp02.pdfprsentationsocioclinend-140110124650-phpapp02.pdf
prsentationsocioclinend-140110124650-phpapp02.pdf
 
20160604 jpnf-nantes-conference-catherine-mengelle
20160604 jpnf-nantes-conference-catherine-mengelle20160604 jpnf-nantes-conference-catherine-mengelle
20160604 jpnf-nantes-conference-catherine-mengelle
 
Le statut des objets dans la théorie de l\'acteur-réseau
Le statut des objets dans la théorie de l\'acteur-réseauLe statut des objets dans la théorie de l\'acteur-réseau
Le statut des objets dans la théorie de l\'acteur-réseau
 
Socio1
Socio1Socio1
Socio1
 
Les 4 relations humain - nature illustrées #noussommesvivants
Les 4 relations humain - nature illustrées #noussommesvivantsLes 4 relations humain - nature illustrées #noussommesvivants
Les 4 relations humain - nature illustrées #noussommesvivants
 
Chercheurs de sens. — 01. Introduction
Chercheurs de sens. — 01. IntroductionChercheurs de sens. — 01. Introduction
Chercheurs de sens. — 01. Introduction
 
Qu'est ce+que+l'anthropologie+du+droit
Qu'est ce+que+l'anthropologie+du+droitQu'est ce+que+l'anthropologie+du+droit
Qu'est ce+que+l'anthropologie+du+droit
 
Psychologie sociale. introd.
Psychologie sociale. introd.Psychologie sociale. introd.
Psychologie sociale. introd.
 
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 07. De 1931 à 1944
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 07. De 1931 à 1944Chercheurs de connaissance, science et technique. — 07. De 1931 à 1944
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 07. De 1931 à 1944
 
Quel cadre épistémologique pour l'économie sociale et solidaire (colloque RIU...
Quel cadre épistémologique pour l'économie sociale et solidaire (colloque RIU...Quel cadre épistémologique pour l'économie sociale et solidaire (colloque RIU...
Quel cadre épistémologique pour l'économie sociale et solidaire (colloque RIU...
 
Dystopie
DystopieDystopie
Dystopie
 

Plus de mfaury

230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
mfaury
 
211006 outils collaboratifs_recherche
211006 outils collaboratifs_recherche211006 outils collaboratifs_recherche
211006 outils collaboratifs_recherche
mfaury
 
Biologistes anthropocene v3
Biologistes anthropocene v3Biologistes anthropocene v3
Biologistes anthropocene v3
mfaury
 
120916 soutenance mf
120916 soutenance mf120916 soutenance mf
120916 soutenance mf
mfaury
 
Prendre position enseignement_v_courte
Prendre position enseignement_v_courtePrendre position enseignement_v_courte
Prendre position enseignement_v_courte
mfaury
 
Digression mf
Digression mfDigression mf
Digression mf
mfaury
 
Ouvrir un blog scientifique / Sciences exactes et expérimentales
Ouvrir un blog scientifique / Sciences exactes et expérimentalesOuvrir un blog scientifique / Sciences exactes et expérimentales
Ouvrir un blog scientifique / Sciences exactes et expérimentales
mfaury
 
Formation OAW - Ouvrir un carnet de recherche Hypothèses - 2 nov. 2020
Formation OAW - Ouvrir un carnet de recherche Hypothèses - 2 nov. 2020Formation OAW - Ouvrir un carnet de recherche Hypothèses - 2 nov. 2020
Formation OAW - Ouvrir un carnet de recherche Hypothèses - 2 nov. 2020
mfaury
 
Formation OAW - sciences ouvertes et participatives - 3 nov. 2020
Formation OAW - sciences ouvertes et participatives - 3 nov. 2020Formation OAW - sciences ouvertes et participatives - 3 nov. 2020
Formation OAW - sciences ouvertes et participatives - 3 nov. 2020
mfaury
 
200206 sentir penser-habiter_letrouble_v2
200206 sentir penser-habiter_letrouble_v2200206 sentir penser-habiter_letrouble_v2
200206 sentir penser-habiter_letrouble_v2
mfaury
 
191202 enjeux de la publication scientifique en open acess
191202 enjeux de la publication scientifique en open acess191202 enjeux de la publication scientifique en open acess
191202 enjeux de la publication scientifique en open acess
mfaury
 
191122 misha gersulp_v3
191122 misha gersulp_v3191122 misha gersulp_v3
191122 misha gersulp_v3
mfaury
 
190607 nouvelles voix_mf
190607 nouvelles voix_mf190607 nouvelles voix_mf
190607 nouvelles voix_mf
mfaury
 
190205 Ethique professionnelle : soi, la situation professionnelle et le monde
190205 Ethique professionnelle : soi, la situation professionnelle et le monde190205 Ethique professionnelle : soi, la situation professionnelle et le monde
190205 Ethique professionnelle : soi, la situation professionnelle et le monde
mfaury
 
Intervention colloque Savanturiers Mélodie Faury
Intervention colloque Savanturiers Mélodie FauryIntervention colloque Savanturiers Mélodie Faury
Intervention colloque Savanturiers Mélodie Faury
mfaury
 
180615 intervention mf
180615 intervention mf180615 intervention mf
180615 intervention mf
mfaury
 
La science comme bien commun : quels enjeux et quelles pratiques de chercheur...
La science comme bien commun : quels enjeux et quelles pratiques de chercheur...La science comme bien commun : quels enjeux et quelles pratiques de chercheur...
La science comme bien commun : quels enjeux et quelles pratiques de chercheur...
mfaury
 
Ouvrir un blog en sciences exactes et expérimentales
Ouvrir un blog en sciences exactes et expérimentalesOuvrir un blog en sciences exactes et expérimentales
Ouvrir un blog en sciences exactes et expérimentales
mfaury
 
180521_Formation Hypothèses
180521_Formation Hypothèses180521_Formation Hypothèses
180521_Formation Hypothèses
mfaury
 
Le libre accès aux publications scientifiques - Publier et lire en open acces...
Le libre accès aux publications scientifiques - Publier et lire en open acces...Le libre accès aux publications scientifiques - Publier et lire en open acces...
Le libre accès aux publications scientifiques - Publier et lire en open acces...
mfaury
 

Plus de mfaury (20)

230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
 
211006 outils collaboratifs_recherche
211006 outils collaboratifs_recherche211006 outils collaboratifs_recherche
211006 outils collaboratifs_recherche
 
Biologistes anthropocene v3
Biologistes anthropocene v3Biologistes anthropocene v3
Biologistes anthropocene v3
 
120916 soutenance mf
120916 soutenance mf120916 soutenance mf
120916 soutenance mf
 
Prendre position enseignement_v_courte
Prendre position enseignement_v_courtePrendre position enseignement_v_courte
Prendre position enseignement_v_courte
 
Digression mf
Digression mfDigression mf
Digression mf
 
Ouvrir un blog scientifique / Sciences exactes et expérimentales
Ouvrir un blog scientifique / Sciences exactes et expérimentalesOuvrir un blog scientifique / Sciences exactes et expérimentales
Ouvrir un blog scientifique / Sciences exactes et expérimentales
 
Formation OAW - Ouvrir un carnet de recherche Hypothèses - 2 nov. 2020
Formation OAW - Ouvrir un carnet de recherche Hypothèses - 2 nov. 2020Formation OAW - Ouvrir un carnet de recherche Hypothèses - 2 nov. 2020
Formation OAW - Ouvrir un carnet de recherche Hypothèses - 2 nov. 2020
 
Formation OAW - sciences ouvertes et participatives - 3 nov. 2020
Formation OAW - sciences ouvertes et participatives - 3 nov. 2020Formation OAW - sciences ouvertes et participatives - 3 nov. 2020
Formation OAW - sciences ouvertes et participatives - 3 nov. 2020
 
200206 sentir penser-habiter_letrouble_v2
200206 sentir penser-habiter_letrouble_v2200206 sentir penser-habiter_letrouble_v2
200206 sentir penser-habiter_letrouble_v2
 
191202 enjeux de la publication scientifique en open acess
191202 enjeux de la publication scientifique en open acess191202 enjeux de la publication scientifique en open acess
191202 enjeux de la publication scientifique en open acess
 
191122 misha gersulp_v3
191122 misha gersulp_v3191122 misha gersulp_v3
191122 misha gersulp_v3
 
190607 nouvelles voix_mf
190607 nouvelles voix_mf190607 nouvelles voix_mf
190607 nouvelles voix_mf
 
190205 Ethique professionnelle : soi, la situation professionnelle et le monde
190205 Ethique professionnelle : soi, la situation professionnelle et le monde190205 Ethique professionnelle : soi, la situation professionnelle et le monde
190205 Ethique professionnelle : soi, la situation professionnelle et le monde
 
Intervention colloque Savanturiers Mélodie Faury
Intervention colloque Savanturiers Mélodie FauryIntervention colloque Savanturiers Mélodie Faury
Intervention colloque Savanturiers Mélodie Faury
 
180615 intervention mf
180615 intervention mf180615 intervention mf
180615 intervention mf
 
La science comme bien commun : quels enjeux et quelles pratiques de chercheur...
La science comme bien commun : quels enjeux et quelles pratiques de chercheur...La science comme bien commun : quels enjeux et quelles pratiques de chercheur...
La science comme bien commun : quels enjeux et quelles pratiques de chercheur...
 
Ouvrir un blog en sciences exactes et expérimentales
Ouvrir un blog en sciences exactes et expérimentalesOuvrir un blog en sciences exactes et expérimentales
Ouvrir un blog en sciences exactes et expérimentales
 
180521_Formation Hypothèses
180521_Formation Hypothèses180521_Formation Hypothèses
180521_Formation Hypothèses
 
Le libre accès aux publications scientifiques - Publier et lire en open acces...
Le libre accès aux publications scientifiques - Publier et lire en open acces...Le libre accès aux publications scientifiques - Publier et lire en open acces...
Le libre accès aux publications scientifiques - Publier et lire en open acces...
 

2022_FOCUS BIO TOT.pdf

  • 1. Focus Bio De l’ontologie extractiviste à l’ontologie relationnelle – Mélodie Faury
  • 2. Focus Bio Séance 1 nov. 2022 – Mélodie Faury
  • 4. Les fondements du cours Les « êtres » Les actants L’ontologie L’épistémologie L’interdépendance
  • 5. Pistes suivies au au fil du cours Entrer dans les laboratoires de biologistes – dissonances épistémologiques Sortir du laboratoire – « faire partie du monde » Entrer autrement en relation avec le vivant – enchevêtrements Nouvelle approche de l’enquête en STS La tentation de l’innocence – la réflexivité ne suffit pas Se relier autrement Ce à quoi nous nous rendons sensibles – une autre histoire avec le vivant Nous ne sommes pas seul.es au monde Nouvelles manières de faire récit – fabuler Entrer autrement en relation avec le non-vivant – enchevêtrements Revenir dans les laboratoires de biologistes – s’y relier et raconter autrement
  • 6. Interdépendance « la création de mondes plus habitables", avec tous les "êtres-autres-qui-comptent". Façonner des futurs multispécifiques propices à la vie : sans innocence, mais en s'efforçant de devenir, l'un avec l'autre, plus responsables, c'est-à-dire plus capables de répondre." Vinciane Despret – Introduction au manifeste des espèces compagnes de Donna Haraway (2003, trad. 2019) ó Relation avec nos « objets » / sujets de recherche => Comment cela modifie-t-il nos pratiques de recherche ? ó Anthropocène et hypothèse Gaïa
  • 7. Interdépendance « Besoin de nouveaux arts de parler et de percevoir (…) des manières et des styles qui restaurent l’interdépendance entre nos modes d’attention et de sentir et les multiples êtres et choses, qui, alentour sollicitent sans cesse notre participation », D. Abram, p.12
  • 8. Les « êtres » Humains et non humains Vivants et non vivants Visibles et invisibles
  • 10. Les « actants » "Robinson vivait dans un monde bien ordonné, un monde qu'il croyait simple et dans lequel il était seul. Il découvre un monde entremêlé, implexe, plus habité, compliqué et riche. "Combien y a-t-il d'actants ? On ne le sais pas avant de se mesurer à d'autres." Quelle est la force d'un actant (on peut employer ce mot pour les non-humains et conserver le mot acteur pour les humains) ? C'est sa capacité à s'associer à d'autres actants. Il faut donc les suivre patiemment dans tous leurs tours et détours, sans les regrouper sous deux catégories dictées par le Grand Partage, sujet et objet ou société et nature." Latour-Stengers, un double vol enchevêtré, P. Pignarre, 2021 Latour - Irréductions - 1984
  • 12. Les « actants » « Latour met en évidence, repère, montre à voir l'ensemble des actants dont la scène scientifique est peuplée : dans leurs laboratoires, les chercheurs ne sont pas *seuls* entre humains. les humains dans les laboratoires scientifiques, quand il réussissent, sont rejoints par toute une cohorte d'autres acteurs, non humains mais ô combien importants, qu'ils ont trouvé le moyen de convoquer. "Le constructivisme social", où tout ne se décide qu'entre humains, est néanmoins le chemin que prendra toute une partie des STS dans le monde anglo-américain. » Latour-Stengers, un double vol enchevêtré, P. Pignarre, 2021
  • 13. Les « actants » « C'est dans ce mouvement que le "fait" ou le nouvel "actant" mis en évidence va multiplier ses attributs, parfois changer de nom (l'acide l'actique de Pasteur est devenu une masse grise de type levure, puis une famille de bactéries). Tous les autres chercheurs qui vont le prendre pour objet de nouvelles expériences vont à leur tout recaractériser cet actant au centre de leurs préoccupations. Ils vont lui ajouter de nouvelles qualités, de nouveaux attributs. Latour sera accusé par les relativistes de donner trop de réalité aux actants mis en évidence par les chercheurs, d'en faire des partenaires indépendants (quand les chercheurs ont bien fait leur travail), alors qu'eux-mêmes se battent bec et ongles pour les maintenir à l'état de "constructions sociales", à leur refuser toute indépendance. (…) » Latour-Stengers, un double vol enchevêtré, P. Pignarre, 2021 Latour - Un monde pluriel mais commun, p. 26
  • 14. Les « actants » « Alors que Latour montre comment les sciences peuplent le monde de nouveaux actants non humains, la plupart de ses collègues des STS veulent absolument maintenir un monde où seuls les humains agissent et définissent la réalité. C'est ce que n'ont pas vu ceux qui ont accusé Latour de relativisme alors qu'il n'a cessé d'y insister : "La science est la socialisation, dans le monde que nous vivons, d'êtres invisibles jusqu'ici et qui ont des implications très particulières. Nous pouvons les domestiquer, les maîtriser, leur faire faire des choses [...]. En "désépistémologisant" l'activité scientifique, Latour ouvre le chemin à son "ontologisation", en tant que mode d'existence particulier » Latour-Stengers, un double vol enchevêtré, P. Pignarre, 2021 Latour - Un monde pluriel mais commun, p. 26
  • 16. Comment se relie-t-on ? Nos attachements – Ce qui importe dans nos pratiques La réflexivité ne suffit pas comprendre à quel monde on contribue. Comment se relie-ton et à quoi ? Que fait-on importer ? Comment fait-on alliance avec des importances qui ne sont pas nécessairement les nôtres ? A quels niveaux ces alliances se nouent-elles ? s'intéresser « aux attachements qui s'expriment », ie à ce qui « fait faire » C. Grandsard (2005) B. Latour (2001), T. Nathan (2001)
  • 17. Matter of fact => matter of concern => matter of care Prendre soin Se relier Faire alliance avec des importances Faire partie du monde Ne pas/plus en être « détaché » « le politique signifie rapport, mais pas uniquement de pouvoir, rapport au sens de mise en relation. » Maria Puig de la Bellacasa, 2012, p.41
  • 19. Exemples d’enquêtes par le trouble épistémologique Despret, Vinciane et Porcher, Jocelyne. 2007. Être bête, Paris, Actes Sud. Despret, Vinciane. 2015. Au bonheur des morts, Paris, La découverte Despret, Vinciane. 2019. Habiter en oiseau, Paris, Actes Sud. Despret, Vinciane. 2021. Autobiographie d'un poulpe : et autres récits d'anticipation, Paris, Actes Sud. Hert, Philippe. 2014. « Le corps du savoir : qualifier le savoir incarné du terrain », Études de communication [En ligne], 42 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 29 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/edc/5643 Hert, Philippe. 2019. "La réflexivité du chercheur... et celle du clown",Réflexivités, Consulté le 16 décembre 2021. En ligne : https://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/espacesreflexifs/chapter/1-2-la-reflexivite-du-chercheur-et-celle-du-clown-art-anthropologie-et-corps/ Latour, Bruno. 2009. Sur le culte moderne des dieux faitiches. Paris, Editions la découverte. Martin, Nastassja. 2019. Croire aux fauves, Paris, Gallimard. Morizot, Baptiste. 2018. Sur la piste animale, Paris, Actes Sud. Tsing, Anna. 2015. Le champignon de la fin du monde: Sur la possibilité de vie dans les ruines du capitalisme. Paris, Editions la découverte.
  • 21. De l’ontologie extractiviste à l’ontologie relationnelle « Philippe Descola décrit l’ontologie comme le système des propriétés que les êtres humains attribuent aux êtres et qui intervient dans la détermination des relations qui peuvent exister entre identités humaines et identités non- humaines. (…) l’ontologie c’est l’ensemble des choses que l’on fait exister, le monde (…) que l’on fait exister. » Claude Bourguignon Rougier, à paraître Post-dualisme => la relation à nous-mêmes, et aux autres Lien aux dispositifs, aux agencements, aux mondes désirables « manière dont les organismes et esprits humains s'organisent eux-mêmes en interaction avec l'environnement »
  • 22. Ontologie ? Troubles épistémologiques "le monde social est produit et reproduit par des relations, non par des individus autosuffisants et indépendants les uns des autres." Laurence Kaufmann (2016) https://www.cairn.info/revue-du-mauss-2016-1-page-105.htm Que signifie être en relation lorsque l’on ne se rend pas attentif à ce qui importe à l’autre, au monde avec lequel l’autre vient ? Implication sur le terrain de recherche, épistémologiques Implication dans les pratiques de médiation scientifique De l’ontologie extractiviste à l’ontologie relationnelle De la perception à distance et détachée (mode relationnel non neutre) à la relation non innocente (Haraway, Stengers, Despret)
  • 23. Par-delà nature et culture, une vaste analyse des sociétés humaines du point de vue de la pluralité des relations entre humains et non-humains. Dans ce livre il propose de comprendre ces rapports à l’aune de quatre ontologies : l’animisme, le totémisme, l’analogisme et le naturalisme (Descola, 2005). Selon le contexte, ces catégories se rencontrent et parfois se mêlent. Elles ne sont pas « pures » et comportent chacune différentes gradations et particularités. Les sociétés occidentales sont ainsi dites « naturalistes » en ce qu’elles opèrent une séparation - généralement ignorée par d’autres sociétés - entre nature et culture. Les animistes considèrent que tous les êtres, humains, animaux ou inanimés, sont des sujets, doués d’intériorité. Les groupes totémistes quant à eux estiment partager un ensemble de qualités avec un animal autour duquel ils s’individuent. Dans les sociétés analogistes, les êtres sont organisés en « collectifs mondes », ensembles englobants et harmonieux. La confrontation de ces ontologies engendre des incompréhensions au niveau culturel, politique et théorique, et rappelle le caractère relatif de la cosmologie occidentale Ontologies
  • 24. Entrer dans les laboratoires de biologistes – dissonances épistémologiques
  • 25. Anthropologie de laboratoire et témoignages de doctorant.es – rapport à la pratique « Parcours de chercheurs - De la pratique de recherche à un discours sur la science : quel rapport identitaire et culturel aux sciences ? » https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00744210
  • 26. La recherche comme métiers : sens et attachements, de l'individuel au collectif
  • 27. Focus Bio Cours 2 Nov. 2022 – Mélodie Faury
  • 28. Pistes suivies au fil du cours Entrer dans les laboratoires de biologistes – dissonances épistémologiques Sortir du laboratoire – « faire partie du monde » Entrer autrement en relation avec le vivant – enchevêtrements Nouvelle approche de l’enquête en STS La tentation de l’innocence – la réflexivité ne suffit pas Se relier autrement Ce à quoi nous nous rendons sensibles – une autre histoire avec le vivant Nous ne sommes pas seul.es au monde Nouvelles manières de faire récit – fabuler Entrer autrement en relation avec le non-vivant – enchevêtrements Revenir dans les laboratoires de biologistes – s’y relier et raconter autrement
  • 29. Se mettre sur la piste Ressources complémentaires : Pister les créatures fabuleuses de Baptiste Morizot, Bayard, 2019 "Pister", au sens mis en valeur par Baptiste Morizot, quand un humain "postule qu'il y a des choses à traduire, et [...] essaie d'apprendre. Dans ce style d'attention, l'on est tout le temps en train d'engranger des signes, tout le temps en train de faire des liens, en train de noter des éclats de l'étrange, et d'imaginer des histoires pour les rendre compréhensibles [...]" Voir Baptiste Morizot, "Manières d'être vivant", Actes Sud, Arles, 2020, p.139 Dans le livre de Pignarre "Latour-Stengers un double vol enchevêtré" (oct. 2021) - Note n°24 Ouvrages de Baptiste Morizot
  • 30. Ontologie ? Troubles épistémologiques "le monde social est produit et reproduit par des relations, non par des individus autosuffisants et indépendants les uns des autres." Laurence Kaufmann (2016) https://www.cairn.info/revue-du-mauss-2016-1-page-105.htm Que signifie être en relation lorsque l’on ne se rend pas attentif à ce qui importe à l’autre, au monde avec lequel l’autre vient ? Implication sur le terrain de recherche, épistémologiques Implication dans les pratiques de médiation scientifique
  • 31. Habiter quelque part – comment on « stand » = se tient, à quoi l’on tient Les savoirs reliés chez Maria Puig de la BellaCasa The Centennial Review Vol. 36, No. 3 (FALL 1992), pp. 437-470 (34 pages) A quoi contribue-t- on comme monde ? La manière de se relier aux autres Tentation de l’innocence
  • 32. Faire alliance autrement chez Baptiste Morizot Faire partie du monde Ne plus « se dispenser de l’attention » = ne pas faire alliance avec les importances de ce que l’on « étudie », surplomber hors sol, hors lieu, hors considération pour la situation et pour la relation « c’est un débranchement à l’égard de ce qui dans le monde vivant alentour exige une disponibilité généreuse » se rendre disponible, se rendre compagnon, sur quoi choisir de se brancher, sur quoi porter son attention Le laboratoire comme lieu de détachement ? Þ Sciences impliquées Léo coutellec Þ Valeurs et engagement, sens de son métier Crise de la sensibilité Se déprotéger - est-ce seulement possible ?
  • 33. Dans l’enquête en sciences humaines ?
  • 34. « Être de ce monde, c’est aussi songer individuellement à ce à quoi l’on contribue, se poser la question de quel monde édifie- t-on par son action. Mon geste, reproduit-il les conditions de l’iniquité, de la domination, et de la dévastation, ou rend-il ce monde plus fécond, plus ouvert, et plus vivifiant ? ». Felwine Sarr, 2017.
  • 35. « l’habitant est [plutôt] quelqu’un qui, de l’intérieur, participe au monde en train de se faire et qui, en traçant un chemin de vie, contribue à son tissage et à son maillage », Tim Ingold, 2007
  • 38. Conversations sur l’enquête Imaginaires des futurs possibles : Cycle d’enquêtes avec Vinciane Despret – Université de Lausanne – Alain Kaufmann https://www.youtube.com/watch?v=zQCnj1SzOSc
  • 42. Toucher et être touchés "Pour ce merle, c'est le terme "importance" qui devrait s’imposer. Quelque chose importe, plus que tout, et plus rien d’autre n’importe si ce n’est le fait de chanter. L’importance s’était inventée dans un chant de merle, elle le traversait, le transportait, l’envoyait au plus loin, à d’autres, à l’autre merle là-bas, à mon corps tendu pour l’entendre, aux confins où le portait sa puissance. Et sans doute le sentiment que j’avais eu d’un total silence, indubitablement impossible dans le milieu urbanisé sur lequel ouvra ma fenêtre, témoignait-il que cette importance m’avait si bien capturée qu’elle avait effacé tout ce qui n’était pas ce chant. Le chant m’avait donné le silence. L’importance m’avait touchée. » Vinciane Despret, Habiter en oiseau, p. 14
  • 44. Interdépendance « susciter, induire, faire exister, rendre désirable d’autres modes d’attentions. Et inviter à prêter attention à ces modes d’attention. Non pas devenir plus sensibles (un fourre- tout un peu trop commode et qui risque tout aussi bien de conduire aux allergies), mais apprendre à, devenir capable d’accorder de l’attention. Accorder prend ici en charge le double sens de « donner son attention à » et de reconnaître la manière dont d’autres êtres sont porteurs d’attentions. C’est une autre façon de déclarer des importances » Vinciane Despret – Introduction au manifeste des espèces compagnes de Donna Haraway (2003, trad. 2019) ó Relation avec nos « objets » / sujets de recherche
  • 45. Le terrain parle à travers moi • « Nos enquêtes sont tissées de milliers de situation, dont beaucoup de conversations » • « Un état d’attention et de disponibilité d’une intensité particulière » • Comment raconter sans réduire ? Faire importer écrire parler raconter
  • 47. Des formes pour la rencontre ? • Dans le langage de Qui nous rendons-nous lisibles, intelligibles ? • Qui parle à travers moi ? A l’oral et à l’écrit Le dispositif, la Science Les lieux, les présences et l’Ordre des choses
  • 48. L’enquête comme terre d’accueil Texte en cours avec Joëlle Le Marec À paraître – Revue Communication et langages - «L’enquête par le proche » Devenir lieu de traverse, plutôt que lieu de capitalisation de ce qui nous traverse : remettre au monde Comment raconter nos enquêtes, sous quelles formes ? L’article n’est-il pas problématique ? Et le livre ? Que racontons-nous ? Avec qui écrivons-nous ? L’action politique : entretenir ce qui est sans cesse menacé d’insignifiance Ce que nous vivons et ce qui nous transforme par l’enquête ne fait sens que si cela permet à quelque chose d’exister qui accueille l’ensemble des êtres et voix en présence. Parce que le préalable c’est justement qu’iels n’ont pas d’espace pour être accueilli.es.
  • 49. Le terrain parle (ou tente de parler) à travers moi • Les formes de la « restitution » • Parler par-dessus • Parler avec • Parler à • Prendre soin des attachements, des relations, ne pas démembrer « Revenir à nous-mêmes, aux autres et aux mondes (se remembrer – remember chez Haraway), quitter la prétention de l’objectivité et de la distance, pour penser au contact, faire appel aux mondes réels et entretenir notre capacité à répondre (respons-ability chez Haraway) à l’insistance des possibles dans un même geste revitalisant. » L. Dormeau et M. Faury
  • 50. > l'enquête comme réagencement de signes - partir de ce qui est déjà là et pas agencer par avance vers un enjeux de construction de savoir > méthode inductive, voir ce qui devient important au contact des autres, des êtres rencontrés, de ce qui nous traverse dans les situations > ne pas avoir le monopoles de l'agenda, le pouvoir de dire seul.es ce qui importe > construire de novo des situations n'a de "sens" non extractiviste que si les enjeux de ces espaces sont aussi relationnel : la situation, la conversation, ce qui a lieu compte autant (plus) que le "produit » qui dit que le produit compte plus ? nos modes d'évaluation. Bribes sur l’enquête selon une ontologie relationnelle
  • 51. Focus Bio Cours 3 Nov. 2022 – Mélodie Faury
  • 52. …Extrait… « nous nous ressaisissons de nous-mêmes. Lui sans moi, moi sans lui. Arriver à survivre malgré ce qui a été perdu dans le corps de l’autre. Arriver à vivre avec ce qui y a été déposé. » Ressources complémentaires : lecture de l’ouvrage Croire aux fauves - 8 mai 2021 https://www.franceculture.fr/emissions/latelier-fiction/croire-aux- fauves-de-nastassja-martin Une autre manière de se relier A partir du travail de Nastassja Martin
  • 53. Extrait Les enfants du compost « Histoires de Camille » https://soundcloud.com/user-379107613/extrait-de-les-enfants-du-compost-dans-les-gestes-speculatifs
  • 55. Donna Haraway sur France Culture Les chemins de la philosophie consacrés cette semaine à Donna Haraway - déc. 2021 Episode 1/4 » “Je préfère être cyborg que déesse” Episode 2/4 « La nature ne se découvre pas nue » Episode 3/4 « Moi, femme blanche d’âge moyen, américaine, radicale… » Episode 4/4 « La langue souple et agile de ma chienne a nettoyé les tissus de mes amygdales » https://www.franceculture.fr/emissions/serie/donna- haraway-philosophe-cyborg
  • 57. Lectures A/ “With which blood were my eyes crafted? (D. Haraway) - Les savoirs situés comme la proposition d’une autre objectivité » Benedikte Zitouni & co., GECo - Groupe d’Etudes Constructivistes, Université Libre de Bruxelles - Présentation à l’ERG - Ecole de Recherche Graphique, Bruxelles, 2010 : https://dial.uclouvain.be/pr/boreal/object/boreal:153016 Vos retours ?
  • 58. Tenir les deux bouts du mât de l’objectivité ensemble « une science de relève qui donne une traduction plus juste, plus acceptable, plus riche du monde, pour y vivre correctement et dans une relation critique et réflexive à nos propres pratiques de domination et à celles des autres ainsi qu’aux parts inégales de privilège et d’oppression qui constituent toutes les positions. Dans les catégories philosophiques traditionnelles, c’est peut-être plus une question d’éthique et de politique que d’épistémologie. » (Donna Haraway, 2007) « Nous avons un problème, dit le Manifeste des savoirs situés. Si nous voulons habiter des savoirs et des corps émancipés et leur donner une chance d’avenir, il nous faudra grimper le mât de l’objectivité tout en tenant simultanément les deux extrémités de celui-ci. D’un côté, nous devons continue à analyser la contingence historique de toute construction de savoirs, la nôtre y comprise, et la soumettre à une critique radicale, voire acerbe. De l’autre côté, nous devrons continuer à nous engager dans la fabrication de comptes-rendus fidèles d’un monde « réel » - mis au singulier et entre guillemets – et miser sur cette fidélité afin de nous aider à construire un monde meilleur. » (Benedikte Zitouni, 2012) Spéculatif et programmatique => « Électrochoc épistémologique » / « désir multiple et risque d’amputation »
  • 59. « L’appel aux mondes réels » « Tenir à l’état-de-fait, savoir reconnaître la monstruosité des sciences ; tenir à la détection des rapports de pouvoir, savoir résister aux abus autoritaires ; tenir au faire, au caractère émancipateur des savoirs ; tenir à l’objectivité parce qu’elle dit et aide à construire le monde ; tout cela, état-de-fait, résister, faire, faits, ce sont les éléments intéressants nichés aux deux extrémités du mât. Tout cela porte un nom : « l’appel aux mondes réels », mis au pluriel cette fois-ci, sans guillemets ajoutés. » (Benedikte Zitouni, 2012) Þ évite amputation d’un des désirs - désir de critique radicale - désir de « l’être scientifique »
  • 60. A/ “With which blood were my eyes crafted? (D. Haraway) - Les savoirs situés comme la proposition d’une autre objectivité » Benedikte Zitouni & co., GECo - Groupe d’Etudes Constructivistes, Université Libre de Bruxelles - Présentation à l’ERG - Ecole de Recherche Graphique, Bruxelles, 2010 : https://dial.uclouvain.be/pr/boreal/object/boreal:153016 Une autre objectivité dans les sciences Sandra Harding : « l’objectivité s’accroît dans le positionnement de la chercheuse. » « Réaliser en quoi la situation dans laquelle elle est prise crée une perspective, une façon mais aussi une capacité de voir le monde différemment. » => De nouveaux récits scientifiques à partir du standpoint Donna Haraway – savoirs situés Maria Puig de la Bellacasa – savoirs reliés, objectivité forte Benedikte Zitouni – le mât de l’objectivité Désir de critique radicale et désir de scientificité – désir multiple et risque « d’amputation » ; électrochoc épistémologique, « trouble de la personnalité multiple » Lectures
  • 61. A/ “With which blood were my eyes crafted? (D. Haraway) - Les savoirs situés comme la proposition d’une autre objectivité » Benedikte Zitouni & co., GECo - Groupe d’Etudes Constructivistes, Université Libre de Bruxelles - Présentation à l’ERG - Ecole de Recherche Graphique, Bruxelles, 2010 : https://dial.uclouvain.be/pr/boreal/object/boreal:153016 Constructionnisme social ou constructivisme radical : 1. Toute revendication de connaissance est un nœud condensé de rapports de pouvoir 2. Toute frontière entre science et non science est le résultat d’un processus de (dis)qualification à retracer 3. La science résulte de pratique et non de principes : est étudiée sur le terrain. Production locale et ancrée du savoir : avec une seule prétention, la prétention émancipatrice (et non l’universalité) Exigence renforcée vis-à-vis des sciences et de « l’objectivité » Construire le monde tout en le décrivant Lectures
  • 62. A/ “With which blood were my eyes crafted? (D. Haraway) - Les savoirs situés comme la proposition d’une autre objectivité » Benedikte Zitouni & co., GECo - Groupe d’Etudes Constructivistes, Université Libre de Bruxelles - Présentation à l’ERG - Ecole de Recherche Graphique, Bruxelles, 2010 : https://dial.uclouvain.be/pr/boreal/object/boreal:153016 Récupérer notre capacité à en appeler aux mondes réels => construire un monde viable avec les autres, en se liant à eux Tenir à l’état-de-fait Savoir reconnaître la monstruosité des sciences Tenir à la détection des relations de pouvoir Savoir résister aux abus autoritaires Tenir au faire, au caractère émancipateurs des savoirs Tenir à l’objectivité parce qu’elle dit et aide à construire le monde Lectures
  • 63. A/ “With which blood were my eyes crafted? (D. Haraway) - Les savoirs situés comme la proposition d’une autre objectivité » Benedikte Zitouni & co., GECo - Groupe d’Etudes Constructivistes, Université Libre de Bruxelles - Présentation à l’ERG - Ecole de Recherche Graphique, Bruxelles, 2010 : https://dial.uclouvain.be/pr/boreal/object/boreal:153016 D’où voit-on ? Avec quels instruments voit-on ? Grâce à qui et à quoi voit-on ? « la vision doit résister à la tentation de devenir omnipotente et omniprésente, point de vue de nulle part qui glisse sur la surface du monde, celle-là même qui caractérise le scientifique neutre tant décrié par les féministes. » Tous les points de vue ne se valent pas pour autant – éthique « Omniscience d’une part, relativisme de l’autre, sont les deux faces ou « trucs divins » (…) des postures non localisées et dès lors non localisables » Þ Ancrage sensible et sensoriel, encorporation de la vision et de l’apprentissage - corps étendu ; façon de voir – vision habilitée = façon d’organiser le monde et d’y vivre. Þ Toute construction de savoir est motivée par des besoins et des désirs vitaux, aucune vision n’est passive, aucune vision n’est innocente => responsabilité. Þ Savoirs ancrés, localisés et connectés ; complexifier le terrain (expériences, perspectives et connexions partielles) Lectures
  • 64. A/ “With which blood were my eyes crafted? (D. Haraway) - Les savoirs situés comme la proposition d’une autre objectivité » Benedikte Zitouni & co., GECo - Groupe d’Etudes Constructivistes, Université Libre de Bruxelles - Présentation à l’ERG - Ecole de Recherche Graphique, Bruxelles, 2010 : https://dial.uclouvain.be/pr/boreal/object/boreal:153016 « afin d’éviter de s’approprier, de s’arroger, de s’emparer des objets de connaissance, il faut cesser de les voir comme des êtres passifs. Tout objet de connaissance est une entité agissante avec laquelle il faut savoir créer une connexion. » Þ Créer des connexions incongrues et fabuler des univers habilitants Þ Apprendre à converser, ruser, interagir avec les mondes et entités interpellées Tout objet de connaissance a une épaisseur relationnelle Aucun de ses embranchement n’a de présence immédiate Lectures
  • 65. B/ "Revisiter les savoirs situés : l’objectivité et le monde coyote ». Arts situés, séminaire en prévision de l’ouverture du Musée du même nom à Liège, organisé par l’Ulg - Benedikte Zitouni 2017 Vos retours ? Lectures
  • 66. B/ "Revisiter les savoirs situés : l’objectivité et le monde coyote ». Arts situés, séminaire en prévision de l’ouverture du Musée du même nom à Liège, organisé par l’Ulg - Benedikte Zitouni 2017 Fabulation “La façon de voir – c’est-à-dire la vision habilitée par ce corps étendu (…) – n’est donc pas qu’une façon de voir justement : elle est une façon d’organiser le monde et d’y vivre. (…) Aucune vision n’est passive, puisqu’il s’agit d’y vivre et organiser le monde – appréhender le monde n’est pas passif du tout – et aucune vision n’est innocente”, Benedikte Zitouni (2010) au sujet du Manifeste cyborg de Donna Haraway (2007 – 1988 pour la publication originale concertant les savoirs situés). « Dis-moi comment tu racontes, je te dirai à la construction de quoi tu participes. » Isabelle Stengers, Fabriquer de l’espoir au bord du gouffre: A propos de l’œuvre de Donna Haraway, La Revue internationale des livres & des idées, n°10, Mars 2009. https://dingdingdong.org/departements/narration-speculative/narration-speculative/ Lectures
  • 67. B/ "Revisiter les savoirs situés : l’objectivité et le monde coyote ». Arts situés, séminaire en prévision de l’ouverture du Musée du même nom à Liège, organisé par l’Ulg - Benedikte Zitouni 2017 Signification des savoirs situés ? Réduit souvent à une exigence - Expliciter la situation ayant donné lieu à une production de discours, académique, militant - Et reconnaître que cette explicitation est à la fois une nécessité éthique et politique (ne pas parler à la place des autres) et une ressource analytique (à partir de cette position on découvre le monde autrement) Lectures
  • 68. B/ "Revisiter les savoirs situés : l’objectivité et le monde coyote ». Arts situés, séminaire en prévision de l’ouverture du Musée du même nom à Liège, organisé par l’Ulg - Benedikte Zitouni 2017 Ce que ce n’est pas seulement : (lire extraits) « La chercheuse et/ou militante doit préciser d’où elle parle c’est-à-dire : avec quel privilège et à partir de quelle expérience elle parle, tout en rendant compte de la situation dans laquelle elle parle. » vecteur d’ancrage (l’expérience permet de situer la chercheuse) et vecteur de découverte (l’expérience permet à la chercheuse d’entrevoir d’autres dimensions de la réalité) (1) à expliciter la situation ayant donné lieu à une production de discours, académique, militant, (2) et (2) à reconnaître que cette explicitation est à la fois une nécessité éthique et politique (nous ne voulons pas parler à la place des autres) et une ressource analytique (à partir de cette position, on découvre le monde autrement). Lectures
  • 69. « En résumé, l’on pourrait dire que les savoirs situés sont devenus une affaire de positionnement et d’explicitation des conditions de possibilité de la prise de parole elle-même. Une exigence donc. » B. Zitouni, 2017 B/ "Revisiter les savoirs situés : l’objectivité et le monde coyote ». Arts situés, séminaire en prévision de l’ouverture du Musée du même nom à Liège, organisé par l’Ulg - Benedikte Zitouni 2017 contrer l’objectivité qui se prétend être neutre, totalisante et toute puissante « idée (perspectiviste) selon laquelle tout savoir est nécessairement partiel (aucun savoir n’occupe tout le terrain, ni ne détermine-t-il celui-ci une fois pour toutes), il faut se poser les questions suivantes : d’où voit-on? avec quels instruments voit-on? grâce à qui et à quoi voit-on? » « Incorporée : le corps de toute recherche est étendu. Il comporte tout ce qui permet à la chercheuse d’établir un savoir et il faut que celle- ci en rende compte pour ne pas occuper toute la place et permettre aux confrontations et/ou alliances entre savoirs partiels d’avoir lieu. » Lectures
  • 70. B/ "Revisiter les savoirs situés : l’objectivité et le monde coyote ». Arts situés, séminaire en prévision de l’ouverture du Musée du même nom à Liège, organisé par l’Ulg - Benedikte Zitouni 2017 « La chercheuse et/ou militante doit préciser d’où elle parle c’est-à-dire : avec quel privilège et à partir de quelle expérience elle parle, tout en rendant compte de la situation dans laquelle elle parle. » vecteur d’ancrage (l’expérience permet de situer la chercheuse) et vecteur de découverte (l’expérience permet à la chercheuse d’entrevoir d’autres dimensions de la réalité) (1) à expliciter la situation ayant donné lieu à une production de discours, académique, militant, (2) et (2) à reconnaître que cette explicitation est à la fois une nécessité éthique et politique (nous ne voulons pas parler à la place des autres) et une ressource analytique (à partir de cette position, on découvre le monde autrement). Lectures
  • 71. B/ "Revisiter les savoirs situés : l’objectivité et le monde coyote ». Arts situés, séminaire en prévision de l’ouverture du Musée du même nom à Liège, organisé par l’Ulg - Benedikte Zitouni 2017 Ce que ce n’est pas seulement : simple sommation de se situer ! Construire le monde en le décrivant <=> fabulation ; appel aux mondes réels récupérer la capacité d’enquêter « Nous voulons sortir de nous-mêmes et nous connecter aux mondes réels, au pluriel et en devenir, par et à travers nos écrits. Ce désir ne peut en aucun cas être amputé, malgré la critique fondée qu’on peut faire des sciences. » Lectures
  • 72. 3 ingrédients forts 1. Appel aux mondes réels « appel auquel les femmes répondent et dont elles réalisent le potentiel par la force de leurs écrits, des enquêtes et des explorations qu’elles mènent lorsqu’elles fabriquent des savoirs. La curiosité et l’amour de la science (ou du savoir), la curiosité et l’amour du monde (de ce qui nous dépasse, des organismes, des territoires, des dynamiques sociales), sont au cœur de la doctrine des savoirs situés. » B/ "Revisiter les savoirs situés : l’objectivité et le monde coyote ». Arts situés, séminaire en prévision de l’ouverture du Musée du même nom à Liège, organisé par l’Ulg - Benedikte Zitouni 2017 Lectures
  • 73. 3 ingrédients forts 2. Susciter « des mondes moins ordonnées par les visées de la domination » B/ "Revisiter les savoirs situés : l’objectivité et le monde coyote ». Arts situés, séminaire en prévision de l’ouverture du Musée du même nom à Liège, organisé par l’Ulg - Benedikte Zitouni 2017 « Un ‘détachement passionné’ (Kuhn, 1982) demande plus qu’une partialité reconnue et autocritique [notons-le!]. Nous sommes aussi tenues de rechercher une perspective à partir de ces points de vue qui ne peuvent jamais être connus à l’avance, qui promettent quelque-chose de plus extraordinaire, c’est-à-dire un savoir capable de construire des mondes moins ordonnés par les visées [en anglais : axes] de la domination. » (Haraway 2007 (1988) p. 120) « Construire une perspective à partir de points de vue qu’elles ne connaissent pas (encore), avec les résultats qu’elles ne maîtrisent pas (encore), dans un échange avec des inconnues qui les aideront à créer petit à petit un savoir digne d’être cons- truit et revendiqué » (Zitouni 2012, p. 56) faire importer certaines dimensions des mondes réels (enfouies? ensevelies? décrédibilisées?) Lectures
  • 74. 3 ingrédients forts 3. Considérer les mondes réels comme autant de coyotes tricheurs B/ "Revisiter les savoirs situés : l’objectivité et le monde coyote ». Arts situés, séminaire en prévision de l’ouverture du Musée du même nom à Liège, organisé par l’Ulg - Benedikte Zitouni 2017 « Non seulement nos terrains ou nos objets d’étude — si on peut les appeler ainsi — sont réactivés, pleins de agency comme on aime à le dire, mais en plus nous sommes nous-mêmes transformées par la présence du monde-coyote » « Nous devons apprendre à rendre le terrain intéressant et plein d’enseignements. Parce qu’ils le sont. Parce que notre survie en dépend. Ou comme le dirait Rebecca Solnit : parce que notre âme en dépend (Solnit 2005 (2004) p. 105). » Lectures
  • 75. les trois ingrédients ne tournent plus autour de la chercheuse, en tant que positionnée, située, ou autre, mais autour des mondes qui l’appellent et auxquels elle répond, des mondes qu’elle suscite, qu’elle narre, qu’elle décrit en fabulant c’est-à-dire en dramatisant les dimensions intrigantes ; mondes qu’elle cherche à comprendre et à construire en y prenant part et en les écrivant. Lorsque nous parlons des savoirs situés aujourd’hui, ce qui est absent sont les mondes et notre amour pour ces mondes. « au cœur de cette doctrine, se trouvent nos envies-de monde et le plaisir et la joie qu’il y a d’en faire, d’en fabriquer » Extrait « je suis de plus en plus convaincue » « Un monde qui demande à ce qu’on se situe en y prenant part »
  • 76. Alternatives infernales => la réflexion des collectifs, ancrés sur leur réalité, qui « osent et sont capables de penser ensemble ». Stengers et Pignarre, 2005 « Ce sont toutes les situations où nous nous trouvons face à des alternatives qui, par la manière dont elles se présentent (en limitant radicalement le nombre de solutions et en « imposant » certaines d’entre elles), nous rendent collectivement impuissants. On pourrait dire qu’il s’agit alors de dispositifs moins « idéologiques » et plus pratiques que le précédent car il s’agit de mettre les personnes concernées devant des choix qui semblent surgir tout faits de la réalité elle-même. » P. Pignarre, 2004 => Poser les termes du problème autrement, ouvrir d’autres possibles
  • 77. « je suis de plus en plus convaincue que les savoirs situés n’ont de sens que pour celles et ceux qui sentent le besoin — pour pouvoir penser et agir dans et pour un monde — de reconfigurer les repères, de redistribuer/relancer les cartes, de faire bouger les fronts et d’expérimenter des positions, des connexions, des perspectives décalées, dans et pour ces réalités ambivalentes. », Benedikte Zitouni, 2017 Benedikte Zitouni, Revisiter les savoirs situés : l’objectivité et le monde coyote .Arts situés, séminaire en prévision de l’ouverture prochaine du Musée du même nom à Liège, organisé par l’ULg. (13/11/2017). En ligne : http://hdl.handle.net/2078
  • 79. une Constitution des liens paraîtra, aux éditions Les Liens qui Libèrent, dans un ouvrage disponible dès le 4 juin, réunissant les réflexions et propositions des « parlementaires » dans trente domaines aussi différents que l’économie, la santé, le droit, l’environnement, la philosophie, les organisations politiques, le climat, mais aussi l’art, l’architecture, la langue, la démocratie, l’agriculture, la monnaie, la physique ou les sciences du vivant.
  • 81. Conflit avec le « contrat épistémologique » de la science moderne Les sciences contemporaines adhèrent à un modèle de perception construit conformément aux notions du XVIIIe siècle sur la nature mécanique du monde physique. « Ce modèle décrit la perception telle que nous devons la concevoir si nous voulons poursuivre notre programme culturel de manipulation de la nature et de dégradation de l'environnement sans être gênés par des contraintes éthiques. » < à partir de D. Abram, 2019 sur l’hypothèse Gaïa, mobilisant Gibson et Merleau-Ponty
  • 82. Nous faisons exister ce à quoi nous accordons de l’attention Etre ou ne pas être concerné.es ? Manières de formuler nos questions de recherche Se détacher ou se relier ? Se couper ou se déprotéger ? « L’un des chemins qui peut alors s’ouvrir pour ne pas succomber au chaos d’affects, à la tristesse, à l’effroi, aux angoisses qui accompagnent la mise en contact avec les désastres écologiques, consiste à s’« anesthésier », à supprimer la faculté d’être affecté et touché par ce qui nous entoure » Vanessa Kohner, p.10
  • 83. « mise à distance car son essence est de nous faire nous voir nous-mêmes à l’écart du monde. Nous sommes à distance de la nature, des autres êtres humains, et même de certaines parties de nous-mêmes. Nous voyons le monde comme constitué de parties divisées, isolées, sans vie, qui n’ont pas de valeur par elles-mêmes. Elles ne sont même pas mortes car la mort implique la vie. Parmi les choses divisées et sans vie, les seules relations de pouvoir possibles sont celles de la manipulation et de la domination. » Starhawk, 2003 Culture de la mise à distance
  • 84. La tentation de l’innocence Þ Manière dont on pose les questions et dont on rentre en relation avec son sujet de recherche Respons-ability Ce que nous fait l’Anthropocène ? « pas au sens où l'on aurait la maîtrise, où on pourrait prévoir et revendiquer les conséquences, mais au sens de accountable : on ne pourra se réfugier derrière un "je n'ai pas voulu cela" ; on devra répondre des conséquences. Répondre, c'est-à-dire apprendre, reprendre, oser de nouvelles versions (ou tropes) encore un peu plus "bizarres", "tordues" (…) décontenançant encore un peu plus les anticipations, échappant à des pentes toutes faites dont on n’avait pas perçu la dangereuse proximité. » Habiter le trouble avec Donna Haraway, 2019
  • 85. La question de la réflexivité
  • 86. Gauthier, Claude. 2015. « Féminisme, épistémologie du point de vue, expérience et réflexivité », Lyon, Intervention dans le laboratoire GenERe. Consulté le 23 novembre 2022. https://www.youtube.com/watch?v=f0OM2D6s35k&app=desktop.
  • 87. … si elle ne nous relie qu’à nous-mêmes. La réflexivité ne suffit pas La réflexivité ne suffit pas … si elle reste coincée dans la métaphore de la vision … si elle entretient l’auto-suffisance, si elle ne nous relie pas, au sens de faire alliance … si elle ne dit rien des nœuds de pouvoir … si elle ne nous met pas en risque, si elle n’active pas de nouveaux possibles https://reflexivites.hypotheses.org/12195 A partir du travail d’Isabelle Stengers, Haraway, Hache, Zitouni
  • 88. La question de la réflexivité Une réflexivité qui fait partie du monde
  • 89. En disant « d’où l’on parle », « depuis quelle situations » on (le « bon » chercheur) renforcerait ce que l’on dit ou l’on éclairerait la manière dont il faut considérer les travaux partagés. Mais est-ce si simple, et est-ce suffisant ? Raconter « qui nous sommes » ou « d’où nous venons » peut tout autant devenir un exercice de construction d’une autorité scientifique ou universitaire « dans l’absolu », plutôt que la fabulation d’un contact, d’un rapport au monde, « comment nous nous situons vis-à-vis de notre terrain de recherche, dans la situation de recherche » et même encore plus : comment nous relions-nous, comment héritons-nous, comment nous engageons-nous, comment faisons- nous alliance, comment nous mettons-nous en risque, comment nous remembrons-nous en faisant mémoire (re-member), comment fabriquons-nous en racontant ? https://reflexivites.hypotheses.org/12195
  • 90. Comment se relie-t-on ? Nos attachements – Ce qui importe dans nos pratiques La réflexivité ne suffit pas comprendre à quel monde on contribue. Comment se relie-ton et à quoi ? Que fait-on importer ? Comment fait-on alliance avec des importances qui ne sont pas nécessairement les nôtres ? A quels niveaux ces alliances se nouent-elles ? s'intéresser « aux attachements qui s'expriment », ie à ce qui « fait faire » C. Grandsard (2005) B. Latour (2001), T. Nathan (2001)
  • 91. Mettre le dedans dehors, faire circuler l’air Mener et être transformée par l’enquête La réflexivité ne suffit pas Se situer, oui mais comment ? Ingrédients joyeux Du souffle dans nos mots – fabuler les possibles qui insistent Etre ou ne pas être concerné.es ? Sentir-penser et habiter le trouble épistémologique
  • 92. Le dedans-dehors de David Abram Entrée en matière David Abram, Comment la terre s’est tue – Pour une écologie des sens, Editions La découverte, Paris, 2013 (1996). Traduit par Didier Demorcy et Isabelle Stengers. « Les sciences, pense-t-on souvent, ont pour but la connaissance claire d’un monde objectif absolument indépendant de la conscience ou de la subjectivité. Pourtant, lorsque l’on s’en tient au point de vue de l’expérience, ce que la méthode scientifique permet de réaliser est plutôt un surcroît d’intersubjectivité, une connaissance plus étendue de ce dont une pluralité de soi ou de sujets différents font, ou peuvent faire, l’expérience. Phénoménologiquement, la recherche de l’objectivité est donc interprétée comme recherche d’une extension du consensus, de l’accord ou de la consonance entre une pluralité de sujets, et non pas comme une tentative d’évacuer entièrement la subjectivité. Pour Husserl, la « réalité objective » pure dont la science moderne fait en général l’hypothèse, loin d’être la base concrète dont découle toute expérience, est une construction théorique, une idéalisation injustifiée de l’expérience intersubjective. »
  • 93. Le dedans-dehors de David Abram Entrée en matière David Abram, Comment la terre s’est tue – Pour une écologie des sens, Editions La découverte, Paris, 2013 (1996). Traduit par Didier Demorcy et Isabelle Stengers. « Le « monde réel » dans lequel nous nous trouvons -ce monde que nos sciences s’efforcent de pénétrer – n’est donc pas alors un pur « objet », une « donnée » fixe, close sur elle-même, dont tous les sujets, toutes les qualités subjectives pourraient être éliminés. Il s’agit bien plutôt d’une matrice intriquant sensations et perceptions, un champ d’expérience collectif vécu sous de nombreux angles différents. L’inscription mutuelle d’autres sujets dans mon expérience et (comme je dois le supposer) de moi-même dans leurs expériences entrelace nos champs phénoménaux individuels en un seul tissu sans cesse changeant, un seul monde phénoménal – une seule « réalité ». »
  • 94. Le dedans-dehors de David Abram Entrée en matière David Abram, Comment la terre s’est tue – Pour une écologie des sens, Editions La découverte, Paris, 2013 (1996). Traduit par Didier Demorcy et Isabelle Stengers. « Nous avons oublié l’assurance, l’équilibre que donne une vie en relation et en réciprocité, nourries d’histoires et de chants, avec la myriade des choses, la myriade d’êtres qui nous entourent et participent à nos perceptions. C’est seulement si nous pouvons renouveler cette réciprocité – enraciner notre toute récente capacité d’abstraction lettrée dans les formes plus anciennes, orales d’expérience -, c’est seulement alors que l’intellect abstrait trouvera sa vraie valeur. » ((Coda - Mettre le dedans dehors chez David Abram op. cit.))
  • 95. Le dedans-dehors de David Abram Entrée en matière David Abram, Comment la terre s’est tue – Pour une écologie des sens, Editions La découverte, Paris, 2013 (1996). Traduit par Didier Demorcy et Isabelle Stengers. « La question n’est certainement pas de « retourner en arrière », mais bien plutôt de parcourir tout le cercle, d’unir notre capacité de raisonnement détaché à des manières de connaître plus sensorielles et mimétiques, de permettre à la vision d’un monde commun de plonger ses racines dans notre engagement direct et participatif avec le local et le particulier. » Coda - Mettre le dedans dehors chez David Abram, p. 343-344
  • 96. Focus Bio Cours 4 déc 2022 – Mélodie Faury
  • 97. Enquêter avec Vinciane Despret #1. Désassigner https://www.youtube.com/watch?v=bZ5RpTbQRRg&t=3223s #2. Faire récit avec les animaux https://www.youtube.com/watch?v=_sd3ubNbdE8 #3. Apprendre à convoquer https://www.youtube.com/watch?v=6G_FOCxIxOM #4. Faire une place aux mort·e·s https://www.youtube.com/watch?v=RmDvD4uUJck&t=3927s
  • 99. #2. Faire récit avec les animaux https://www.youtube.com/watch?v=_sd3ubNbdE8
  • 100. #3. Apprendre à convoquer https://www.youtube.com/watch?v=6G_FOCxIxOM
  • 101. #4. Faire une place aux mort·e·s https://www.youtube.com/watch?v=RmDvD4uUJck&t=3927s
  • 105. Focus Bio Cours 5 déc. 2022 – Mélodie Faury
  • 106. Un espace d’attentions multiples (extrait) Nous ressentons une diffraction des mondes dans lesquels nous réfléchissons, nous sentons autour de nous la puissance d’agir que confère l’élaboration de récits à propos des expériences situées. Nous souhaitons entretenir et prendre soin – par l’enquête – de la relation avec cette joie de la recherche de forme pour faire exister au monde une multitude de récits, par la conversation, par les interstices dans une trame trop serrée. Devenir plusieurs En nous mettant en contact avec d’autres mondes et d’autres êtres, petit à petit nous pouvons créer un tissu qui allie de plus en plus de co-habitants. Nous ne restons pas isolées, à distance, à extraire des données et à construire un propos surplombant sur le monde, nous essayons d’en faire partie, d’une certaine manière, en essayant de trouver la juste place, le tact, qui permet aux importances de cohabiter, et aux attachements de cohabiter. Comment s’empêcher de capitaliser : le respect ? L’enquête comme terre d’accueil Texte en cours avec Joëlle Le Marec À paraître – Revue Communication et langages - «L’enquête par le proche »
  • 107. La restitution Un travail de tissage : à partir des mêmes signes, construire un récit différent, en le remettant sur l’ouvrage collectif mille fois. Construire un récit qui rend la vie possible, aujourd’hui. Un monde dans un monde. Un néo- agencement collectif. Nous choisissons de mener l’enquête au niveau du signifié et non du signifiant. Ainsi, nous n’accédons jamais, nous tournons toujours autour. Nous n’avons pas la prétention de dire « le Vrai », mais répondre à l’insistance des possibles, faire appel aux mondes réels. Nous cherchons un récit qui accueille le plus de mondes possible. Nous rêvons un monde commun à partir d’autres récits tissés des mêmes signes, mais permettant d’accueillir plus d’êtres, qu’ils soient humains ou non humains. Des histoires-récipients, comme le disait Ursula K. Le Guin. Nous rêvons d’autres récits à partir des mêmes signes, des histoires co-tissées qui permettent d’accueillir plus d’êtres Qu’est-ce qui nous donne de la joie dans l’enquête ? À paraître – Revue Communication et langages - «L’enquête par le proche » L’enquête comme terre d’accueil Texte en cours avec Joëlle Le Marec
  • 108. la réflexivité ne suffit pas si elle ne nous relie qu’à nous-mêmes (au sens individuel et collectif) « Je cherche à quitter des manières d’être réflexive à partir d’un référentiel clos, consistant d’abord à se détacher du monde pour en définir ensuite les points éventuels d’engagement, plutôt que de partir du fait que nous faisons partie du monde et que nos récits scientifiques activent des possibles et en effacent d’autres, autrement dit qu’ils ont un effet sur le monde quant aux réels qu’ils activent et à ceux qu’ils silencient (parfois malgré ou sous couvert d’objectivité) et dans les injustices épistémiques qu’ils rejouent ou instaurent. » Novembre 2021, colloque MISHA – intervention sciences ouvertes et sciences participatives https://infusoir.hypotheses.org/9103 « En tant que chercheuse, je me situe dans un interstice entre où il me paraît possible d’accueillir le trouble épistémologique, qui a quelque chose à voir avec le fait de ne souhaiter renoncer ni au désir de scientificité ni à celui de la réflexivité et même celui de critique radicale des sciences Puisque Weber, Elias et Bourdieu ont déjà été convoqués, ainsi que le désir de neutralité axiologique, je me positionnerai à mon tour du côté de l’éthique de la respons-ability ou abilité à répondre, à ce qui nous nous interpelle, par nos manières de nos relier ou de faire rupture en cela qu’il ne s’agit pas de céder à la tentation de l’innocence – comme le dirait Stengers, Haraway et Despret, derrière nos arsenaux conceptuels
  • 109. Comment nous nous mettons à l’écoute ? Comment écouter d’autres importances que les siennes ? S’agit-il d’un nœud d’écoute comme le dirait Emmanuelle Sonntag, nous relions-nous à d’autres importances ou les maintient-on à distance de ce que nous faisons importer en tant qu’universitaires dans nos manières de poser les questions ? Ma réflexion se situe dans le geste d’enquête consistant à chercher comment rendre collectivement ce monde habitable aux plus d’êtres possibles, comment appartenir au monde plutôt que partir du principe que celui-ci nous appartient – et qui passe par la question : quelle place et rôle pour les sciences dans ce geste ? Pour quelles sciences, selon quelles épistémologies quelles epistemes, quelles ontologies ? » https://infusoir.hypotheses.org/9103 Novembre 2021, colloque MISHA – intervention sciences ouvertes et sciences participatives « Je m’intéresse ainsi par exemple à la conversation entre les différents types de savoirs – pas uniquement scientifiques – dans leur égale dignité. Qu’on le dise explicitement ou non nous faisons toujours importer quelque chose dans nos récits scientifiques. Le détachement lui-même comment posture de scientificité qui serait sensé assurer la neutralité : n’est pas neutre et lié à des ontologies extractivistes.
  • 110. De la diffusion à la conversation d’une ontologie à l’autre Légende : Modèle du code ou dit de « Shannon et Weaver » Source : Wikipédia, http://fr.wikipedia.org/wiki/Communication#Mod.C3.A8le_de_Shanno n_et_Weaver
  • 111. Toucher les publics ou être touché.es par les publics ? Quelles relations recherchons-nous dans nos pratiques de médiations ? Novembre 2021
  • 112. 6/ Quel est le sens que vous donnez à vos pratiques ? A quoi êtes-vous attaché.es dans votre métier ? 7/ Comment créez-vous les conditions d’une « bonne » médiation ? 8/ Quand est-ce que vous estimez qu’une médiation est « ratée » ? 9/ Qu’est-ce qui vous importe dans la rencontre avec les publics ? Quels types de relations cherchez-vous à instaurer avec vos publics ? 10/ Quelle est la place de l’émotion dans vos pratiques ? 11/ Dans la médiation, de quelles voix êtes-vous le relai ? Y a-t-il une place pour votre propre voix ? Et si oui, comment ? et si non, pourquoi ? 12/ Qu’est-ce qui fait selon vous la magie de la médiation scientifique ? https://infusoir.hypotheses.org/9098
  • 113. 13/ Pouvez-vous nous raconter une expérience marquante dans vos activités de médiation : un jour où il s’est vraiment « passé quelque chose » ? 14/ En quoi la crise Covid a-t-elle bouleversé votre métier ? Sur le moment ou à long terme ? 15/ Quelles sont les pratiques de médiation qui vous posent problème et pourquoi ? 16/ Qu’est-ce que vous évoque l’expression « prendre soin des publics » ? 17/ Comment utilisez-vous le numérique ? Avez-vous des expériences de liens nouveaux créés avec les publics grâce au numérique ? Qu’est-ce qui vous manque ou qu’est-ce que vous vivez de spécifique avec le numérique ? 18/ Comment décririez-vous le rapport que vous entretenez avec les sciences ? https://infusoir.hypotheses.org/9098
  • 114. « Si tu m’accueilles, j’ai un monde entier à partager » https://infusoir.hypotheses.org/9112 Nov. 2021 Le pouvoir c’est aussi recouvrir – ou faire effraction dans - le tissage long et attentif par la parole par effraction, surplombante et autosuffisante.
  • 115. « La médiation scientifique, comme terre d’accueil pourrait devenir pour les chercheur.es et les médiateur.ices un lieu où l’on cherche à habiter le monde avec les sciences, en les tissant avec d’autres attachements en présence. Cela demande que nous interrogions ensemble nos modes relationnels, nos modes communicationnels dans ce qu’ils permettent, entretiennent et dans ce qu’ils empêchent. » https://infusoir.hypotheses.org/9112 Nov. 2021
  • 116. Qui parle à travers nous ?
  • 117. A quoi prêtons-nous notre corps ? A quels tissages nous incorporons-nous ?
  • 118. Ecritures plurielles – Présences plurielles • Le dispositif accueille-t-il ce /ceux avec quoi nous venons ? • Un désir de rencontre avec d’autres mondes portés • Rencontrer - des lieux entre • Nos manières de connaître, penser et sentir • Où est le désir ? Où est le vécu ? Où est l’espace co-habitable ? • Quelles formes pour quels modes relationnels ?
  • 120. La conversation comme espace – Qui est là ? • Entrer dans la conversation comme dans un espace commun, tissé d’attachements dont il s’agit de prendre soin • Se rendre attentive et disponible au moment de franchir un seuil, se mettre au contact et à l’écoute de ce qui arrive, ce qui nous traverse, ce qui n’était pas « prévu », « attendu », « entendu » ; • Pratiques d’attention au monde et à autrui – ne pas effacer notre présence et ses effets ; • La non-innocence, ce avec quoi nous venons, comment nous nous relions
  • 122. Hypnographies – se mettre à l’écoute Qui parlent à travers moi ? Quels êtres sont invoqués, invités en ma présence ?
  • 123. En découdre et suturer • Se repeupler, prendre place (to stand) et soin laisser place, se relier à d’autres importances – faire alliance, changer d’épistémologie • Sortir de la non-innocence – vers une ontologie relationnelle • Devenir un village - « conversation écologique » • Rendre la rencontre possible – la prise, le lieu. - se déprotéger, être là • Sortir du culte de la distance et de la déconnexion (D. Abram, Starhawk, D. Haraway) • Quitter la parole sans père (Baudouin Jurdant) et la parole sans terre
  • 124. La rencontre – qui accueillons-nous ? • Ce avec quoi nous venons • Qui parle à travers moi ? Quelles figures ? • Quelle épistémologie ? Quels savoirs dicibles ? • Quels modes relationnels cela permet-il et quels détachements cela reconduit-il ? • Violence du détachement, perte de ce qui cherche à se dire, épistémicide, perte des modes d’existences minoritaires, perte de la pluralité de nos langages (être reconnue, être légitime, être lisible)
  • 125. Trouver des formes pour raconter et faire importer, plutôt que de « produire des connaissances » Publier pour prolonger l’enquête (par l’écriture, en entrant en conversation, en mettant des signes en circulation) et non pas « capitaliser » l’enquête déjà cristallisée Partager le chemin plus que le produit, une manière d’être au contact de nos sujets de recherche
  • 126. https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-idees/nastassja- martin-ou-leloge-de-lethnographie-des-connexions Ethnographie des connexions – Anthropologie des frictions > Faire sentir > Rendre justice aux collectifs avec lesquels on travaille et milieux de vie (non humains) Leur redonner une place dans l’écriture But pratique autant que poétique « Cesser les opérations d’extraction dans la constitution des données ethnographique » Implique « de trouver, d’inventer des nouvelles formes de récits » => question du contenu et de la forme
  • 127. https://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/colonialite/chapter/plurivers/ Nous voulons un monde qui en contienne plusieurs. Quatrième déclaration de la Forêt Lacandonne. Plurivers « Le Plurivers est une remise en question de l’Univers, ce singulier plein de menaces. Il constitue la critique radicale d’un des fondements de la pensée occidentale moderne, l’universalisme et d’une réalité actuelle, la globalisation. Sa réalisation passe donc à la fois par la critique des cadres de pensée de l’universalisme et par la création d’un projet alternatif à la globalisation néolibérale. » Claude Bourguignon Rougier https://www.terrestres.org/2018/11/15/le-pluriversel-a- lombre-de-luniversel/
  • 128. Fabuler la thèse ? • Apprendre à faire des histoires Staying with the Trouble.Making Kin in the Chthulucene, Durham et Londres, Duke University Press, 2016 https://infusoir.hypotheses.org/6758 https://infusoir.hypotheses.org/8297 « Il faut profiter du moi divisé – du moi fêlé, des splited identities – et avec lui explorer le terrain jusqu’à ce qu’une connexion se fasse. Ensuite (…) il faut oser aller jusqu’au bout de cette connexion, c’est-à-dire cultiver la connexion jusqu’à ce qu’un univers intéressant s’en dégage. » Benedikte Zitouni (2010) au sujet du Manifeste cyborg de Donna Haraway
  • 129. L’infraordinaire de la recherche – fond et forme – raconter l’infraordinaire de la recherche G. Perec, S. Laugier, J. Le Marec, Muriel Lefevbre Lien aux écritures intermédiaires Ce dont il s’agit de témoigner, Ce dont il s’agit de prendre soin, ce qui tisse la trame des pratiques et des vécus
  • 130. La question des attachements, manière de se relier, de se positionner • « rapport identitaire et culturel aux sciences » Þ comment est peuplé le rapport aux sciences des doctorant.es en biologie ? Þ avec quels mondes viennent-ils ? Þ Comment écouter, se laisser toujours par leurs importances ; comment les entendre et se relier à ce qu’ils et elles convoqent ?
  • 131. Retrouver les doctorant.es 10 ans plus tard • Lecture des entretiens et réactions • Comment rendre compte de l’expérience vécue du terrain, de l’expérience la rencontre avec tous ces êtres, de ce que fait la rencontre ? • Comment tisser un discours situé de doctorante en SHS avec ceux des doctorant.es en biologie ? Sans déposséder les doctorants de leur parole, source de savoirs que je tisse dans ma thèse, tout en les protégeant tout de même avec anonymat
  • 132. Les paroles des doctorant.es 10 ans plus tard Qu’est-ce qui était important pour eux et qui s’est déployé ou au contraire n’est plus présent aujourd’hui ? Quel a été leur parcours ? Quelle conception de la recherche font-ils et elles vivre dans leurs discours ? Reconstruction d’un récit qui ne vise pas l’objectivité, mais témoignent des attachements, des enthousiasmes, des conflits de valeurs, de leurs engagements dans leur pratique professionnelle…
  • 133. Co-fabuler – ce que l’on fait importer dans le récit Co-fabuler au-delà de co-écrire répondre aux agencements qui remembrent, aux consistances qui demandent à exister pour des passés, présents et futurs encore possibles Faire récit de « faire de la recherche » « Fabuler, raconter autrement, n’est pas rompre avec la « réalité » mais chercher à rendre perceptible, à faire penser et sentir des aspects de cette réalité qui, usuellement, sont pris comme accessoire »., Isabelle Stengers, La vierge et le neutrino, p. 169 « Mon but est de coucher sur le papier ce que je vois et ce que je ressens de la manière la meilleure et la plus simple » Ernest Hemingway
  • 134. « Co-fabuler leur expérience avec cette idée de donner de la place à une co-écriture intéressante quant aux inévitables négociations sur ce que l’on va faire importer dans l’histoire. Recréer du sens a posteriori à partir d’une expérience, de fragments épars, de traces hétérogènes, selon une focale et un contact aux matériaux liés au gestes spéculatifs : faire importer, faire appel aux mondes réels et répondre à l’insistance des possibles. L’artisanat que je recherche explore là où insistent les possibles dans les fragments matériels, les archives qu’il me reste de l’époque de la thèse. Il s’agit de traiter aujourd’hui ces matériaux comme des supports à la fabulation et au récit, et non comme des « données à analyser », pour dire quelque chose, et plus encore, tout en même temps, faire sentir quelque chose de l’expérience vécue en tant qu’elle se déploie dans des agencements et qu’elle cherche à la fois à déployer ses propres agencements. Les doctorant.es portent des mondes dans un monde. Et que ce récit soit fabriqué avec les doctorant.es : les rendre sujets à nouveau de leur propre histoire et du sens à donner à leur histoire. Ne pas me mettre en position de surplomb par rapport à leur expérience, ne pas céder à la tentation de l’objectivation d’une réalité dont je serais « meilleure » observatrice ou « meilleure » témoin qu’elleux. » https://infusoir.hypotheses.org/8569
  • 135. Comment raconter le terrain ? à qui ? pourquoi ? J’ai choisi une nouvelle forme pour partager mes entretiens, pour ré- écrire à partir de la transcription : je raconte l’entretien à la personne enquêtée. Je lui raconte son récit. Je continue d’habiter la relation, la voix qui parle change mais l’espace où elle se déploie tente de rester un espace commun. Je TE raconte, comment je T’ai entendu.e. La relation à l’enquête Et je découvre dans l’expérience de l’écriture-même la puissance de l’écriture en Tu, l’autre qui reste au centre mais sans faire abstraction de sa présence à soi Le « tu » du Care Prendre soin de ce qui importe à l’autre
  • 136. Je Te raconte – relations et attachements • Comment prendre soin ? Ma voix dans les traces de la tienne Vers le récit relationnel J’ai choisi une nouvelle forme pour partager mes entretiens, pour ré-écrire à partir de la transcription : je raconte l’entretien à la personne enquêtée. Je lui raconte son récit. Je continue d’habiter la relation, la voix qui parle change mais l’espace où elle se déploie tente de rester un espace commun. Je TE raconte, comment je T’ai entendu.e. Fabuler les entretiens de recherche pour chercher une justesse qui raconte la rencontre. S’allier à la parole de l’autre sans l’en déposséder ni la faire sienne. Ne pas s’effacer ni recouvrir. Être présent.es. Marcher sur un fil.
  • 137. Je TE raconte J’ai choisi une nouvelle forme pour partager mes entretiens, pour ré-écrire à partir de la transcription : je raconte l’entretien à la personne enquêtée. Je lui raconte son récit. Je continue d’habiter la relation. https://infusoir.hypotheses.org/8589
  • 138. Les entretiens • Conversation avec Marys Hertiman Theorizing voice: toward working otherwise with voices - Rachelle Chadwick, 2021 Notion de Sharing Authority chez Michael Frisch Frisch, Michael (2011). "From A Shared Authority to the Digital Kitchen, and Back" in Bill Adair, Benjamin Filene, and Laura Koloski, eds., Letting Go? Sharing Historical Authority in a User-Generated World. Philadelphia: The Pew Center for Arts and Heritage. pp. 126–37. ISBN 978-0-9834803-0-3. Linda Alcoff : réfléchir sur la question de l'autorisation discursive, de l'usurpation/destitution de la parole et de l'empiétement discursif. la parole des groupes subalternisés et la situation (localisation) de leur discours vis-à-vis du discours hégémonique.
  • 139. Lectures "Nothing comes without its world': Thinking with care" Maria Puig de la Bellacasa, Sociological Review · May 2012 : https://seafile.unistra.fr/f/bd2e1f138e9243aea34f/ "savoir et penser sont inconcevables sans une multitude de relations qui rendent également possibles les mondes avec lesquels nous pensons." Maria Puig de la Bellacasa "Penser le monde implique de reconnaître notre propre implication dans la perpétuation des valeurs dominantes, plutôt que de se retrancher dans la position sûre d'un étranger éclairé qui sait mieux." Maria Puig de la Bellacasa la définition générique de Joan Tronto et Berenice Fisher, care : "tout ce que nous faisons pour maintenir, poursuivre et réparer "notre monde" afin de pouvoir y vivre le mieux possible". « Ce monde comprend notre corps, notre personne et notre environnement, que nous cherchons tous à imbriquer dans un réseau complexe de maintien de la vie" (Tronto, 1993 : 103). Cette vision des soins, si elle est un peu trop centrée sur la personne, parle des soins comme étant les actions nécessaires pour créer, maintenir et entretenir l'hétérogénéité essentielle de la vie. »
  • 140. Lectures "Nothing comes without its world': Thinking with care" Maria Puig de la Bellacasa, Sociological Review · May 2012 : https://seafile.unistra.fr/f/bd2e1f138e9243aea34f/ « pour valoriser les soins, nous devons reconnaître l'inévitable interdépendance essentielle aux êtres dépendants et vulnérables que nous sommes (Kittay et Feder, 2002 ; Engster, 2005). » « Dans des mondes constitués de formes et de processus hétérogènes et interdépendants de la vie et de la matière, se soucier de quelque chose, ou de quelqu'un, c'est inévitablement créer une relation » « obligation non normative" (Puig de la Bellacasa, 2010) : elle n'est pas imposée aux êtres vivants par un ordre moral, mais elle oblige en ce sens que, pour que la vie soit vivable, elle doit être encouragée. » "défendre la nécessité vitale des soins signifie défendre des relations durables et florissantes, et pas seulement des relations de survie ou des relations instrumentales." Maria Puig de la Bellacasa
  • 141. Lectures "Nothing comes without its world': Thinking with care" Maria Puig de la Bellacasa, Sociological Review · May 2012 : https://seafile.unistra.fr/f/bd2e1f138e9243aea34f/ « Pour Haraway, la création de connaissances est une pratique relationnelle qui a des conséquences importantes dans la formation de mondes possibles. » « Penser avec Haraway, c'est penser avec beaucoup de gens, d'êtres et de choses ; c'est penser dans un monde peuplé. » "les êtres ne préexistent pas à leurs relations" (Haraway, 2003) « Il s'agit de créer d'autres relations, d'autres possibilités d'existence, à savoir d'autres êtres. » « la relation comme "quelque chose qui passe entre [les deux] et qui n'est ni dans l'un ni dans l'autre" (Deleuze et Parnet, 1987) ». « tissant des significations de soin avec l'œuvre de Haraway : créer un "intérêt", au sens où l'entend Isabelle Stengers, en situant entre les deux - inter-esse - non pas pour diviser, mais pour relier (Stengers, 1993). »
  • 142. « En fait, on pourrait dire que pour Haraway, penser, c'est penser avec. Regardez les nombreuses significations qu'un mot tel que "biologie" peut prendre dans l'œuvre de Haraway : un nœud de relations entre les matières vivantes et les modes d'existence sociaux, les métiers, les pratiques et les histoires d'amour ; une série de connexions "épistémologiques, sémiotiques, techniques, politiques et matérielles" (Haraway, 2000 : 403) ; un discours omniprésent au XXe siècle ; une entreprise d'éducation civique (Haraway, 1997) ; une métaphore aussi, mais aussi beaucoup "plus qu'une métaphore" (Haraway et Goodeve, 2000 : 82-3). Dans son travail, les objets/corps de la biologie contemporaine sont considérés comme des exemples de relations en devenir. Cette vision va de pair avec la résistance au réductionnisme » Lectures "Nothing comes without its world': Thinking with care" Maria Puig de la Bellacasa, Sociological Review · May 2012 : https://seafile.unistra.fr/f/bd2e1f138e9243aea34f/
  • 143. Lectures "Experimenting with Refrains: Subjectivity and the Challenge of Escaping Modern Dualism" Isabelle Stengers - May 2008 Subjectivity 22(1):38-59 "La réflexivité est vulnérable à une telle capture, en termes de connaissance : elle peut facilement signifier prêter attention aux défauts et aux biais à éviter, et par exemple à la façon dont nos propres schémas et habitudes de discrimination affectent négativement la connaissance que nous produisons. Une telle préoccupation peut être tout à fait importante et pertinente, mais elle ne constitue pas une ligne de fuite du territoire moderne. Le territoire moderne a plutôt pour un de ses refrains la généralisation de cette préoccupation, devenant alors un devoir, le devoir de surmonter les attachements "subjectifs" qui nous situent."
  • 144. Lectures "Experimenting with Refrains: Subjectivity and the Challenge of Escaping Modern Dualism" Isabelle Stengers - May 2008 Subjectivity 22(1):38-59 « Ce que je propose (Stengers 2000), c'est que l'affirmation "La nature a parlé" ne soit pas érigée avant tout comme un message d'autorité. (…) Quelque chose a "rencontré" le "saut" des scientifiques, un lien a été produit, des faits ont été produits, qui sont doués du pouvoir tout à fait inhabituel d’imposer la manière dont ils doivent être interprétés. Ce qui oblige les expérimentateurs à penser et à sentir et hésiter serait alors l'éventualité d'une réalisation très étrange, qui n'a rien à voir avec l'objectivité comme généralement opposé à la subjectivité. Il s'agit plutôt d'un événement - l'entrée dans l'existence de quelque chose qui a le pouvoir de produire un accord entre les collègues, c'est-à-dire parmi ceux qui ne savent pas seulement prêter le genre d'attention, comment apprendre l'art nécessaire de la discrimination, que la situation expérimentale exige, mais qui partagent également la même quête passionnée, n'accordant de valeur qu'à ce qui a le pouvoir de faire respecter leur accord. »
  • 145. Lectures "Experimenting with Refrains: Subjectivity and the Challenge of Escaping Modern Dualism" Isabelle Stengers - May 2008 Subjectivity 22(1):38-59 « Ainsi, la pratique expérimentale de la critique et de la discrimination entre ce qui serait "seulement une interprétation" et ce qui sera qualifié d'"objectif", n'a rien de général, ou "désincarné" à ce sujet. Il s'agit plutôt de la mise en place d'une subjectivité particulière produite et exigée par l'intégration dans le tissu social très spécifique de la science expérimentale, un tissu qui présuppose et proclame une version spécifique de la confiance "précursive" jamésienne : il peut arriver que la demande soit satisfaite pour des faits mettant en œuvre leur accord. »