SlideShare une entreprise Scribd logo
Les recherches participatives
à l’épreuve du commun
Mélodie Faury
9 mai 2023
Me présenter
Mélodie Faury
Professeure agrégée (PRAG) de l’Université de Strasbourg
Chargée de mission sciences-société / sciences ouvertes de l’Université de Strasbourg
Chercheuse associée aux Archives Poincaré- Philosophie et Recherches sur les Sciences et
les Technologies (AHP-PReST) (UMR 7117)
Docteure en sciences de l’information et de la communication – Etudes de sciences
Agrégée en sciences de la vie, de la terre et de l’univers
De 2012 à 2018, directrice de la Maison pour la science en Alsace, au service des
professeurs à l’Université de Strasbourg
Épreuves ?
Institutionnelles, axiologiques, méthodologiques,
épistémologiques, politiques…
videos.ahp-numerique.fr/w/pGyQX3u7ZVMRjj5bf8uqYK
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
Contexte institutionnel – où suis-je ?
• Chargée de mission science-société
Développer les sciences participatives à l’université de Strasbourg
IDEX, OPUS – Labo Citoyen, Atelier des jours à venir / Fondation de France
• Chercheuse aux Archives Poincaré
SIC / STS
Pratiques de communication, modes relationnels, rapport aux savoirs
Science ouverte et bien commun
Formes (orales, écrites), récits et épistémologies
Intervention Clara Chavanon
videos.ahp-numerique.fr/w/3ZzZiuQbvjtvWxq7oBVe3G
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
Choix université de Strasbourg
Contexte de la science ouverte
Historicité de ces approches
Positionnement de l’Université de Strasbourg
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
Temporalité des appels à projet
Langage, manière de répondre
Violences symboliques
Co-construction et conditions matérielles
Ancrage administratif
Soutien financier
…
Le commun à l’épreuve de l’institutionnel
Réseau RéIUNIS et école d’automne 2023
reiunis.sciencesconf.org
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
AXE 2
La Fabrique à projets
Faciliter l’émergence de la question sociétale dans
les projets de recherche par une méthodologie,
une dynamique de facilitation, et des formats
novateurs.
• Axe 2 | La Fabrique à projets
2.1 Le Labo citoyen
Contact
Clara Chavanon
Chargée de projet
Labo Citoyen
chavanon@unistra.fr
Tél. +33(0)3 68 85 71 48
LE LABO CITOYEN
produit, fusionne et confronte différents types de savoirs.
ACCOMPAGNEMENT DES RECHERCHES ET SCIENCES PARTICIPATIVES
> aide les laboratoires à concevoir et à financer leurs projets de recherche.
> accompagne les parties prenantes de la société (assos, habitants, collectifs…) autour
de questions qu’ils souhaitent adresser au domaine de la recherche.
LES RENCONTRES DU LABO CITOYEN
Création d’une communauté de partage d’expérience et de réflexion à échelle locale.
Cartographie : PROJETS labos
Cartographie : PROJETS citoyens
La science comme bien commun : comme appropriable ?
Vision diffusionniste ?
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
Penser le commun :
au-delà de la participation et de l’appropriation
Modèle dominant en CSTI
Associé à des idéologies et des
mouvements philosophiques
Manière dont la science entre en
relation avec les publics
Déficit
Scientisme
Ils sont hostiles
Ils sont ignorants
Technocratie Ils peuvent être persuadés
Dialogue
Pragmatisme
Nous prenons en compte leurs divers
besoins et attentes
Nous prenons en compte leurs
perspectives
Constructivisme
Ils peuvent répondre
Ils participent au traitement de la
question
Participation
Démocratie participative
Ils et nous construisons le problème
dont il est question
Ils et nous construisons la
problématique
Sciences participatives
Ils et nous établissons l’agenda
Ils et nous négocions le sens même
des questions posées
Légende : Extrait du tableau proposé par Trench (Towards an Analytical Framework of Science Communication Models 2008 – p.11)
Lionel Maillot et Mélodie Faury, 2019
Quels modes relationnels ?
De la participation au Commun ?
La question du Commun,
des Communs
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
Qu’est-ce que l’on partage ?
Qu’ouvre-t-on ?
Que met-on en « commun » ?
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
Analyse (avec les laboratoires)
Collecte de données
Hypothèses
Problématisation
Validation collective
Publication des résultats
Evaluation des chercheur.es
Rôle des institutions
Autonomie dans la validation
Société civile
Périmètre collectif professionnel des chercheur.es
Lieu des sciences citoyennes et
des recherches participatives
Valorisation scientifique des savoirs construits
Médiation des résultats, des savoirs
« Outreach »
Responsabilité sociale
Développement professionnel
Mettre « en commun » / ouvrir tout ou partie du processus
Des méthodes déjà établies que l’on transmet
une certaine conception du savoir légitime
des lieux, des ressources, des outils
un langage, des langages,
des productions
…
Chez qui sommes-nous ?
A qui appartient la recherche ?
Les lieux de qui ?
Le langage de qui ?
Quelles temporalités, qui rythme ?
Qui accueille qui ?
Quelles conceptions de la « recherche » et du
« chercheur » ?
Enjeux relatifs de l’accueil, du commun et de l’inclusivité
-> ne sont pas aux mêmes niveaux
Que signifie « science comme bien commun » ?
Que signifie un « projet » comme commun ?
Quels sont les savoirs mis en commun ?
Quels sont les savoirs « légitimes » ?
Au regard de quelles valeurs ?
La Maison pour la science en Alsace
Collectif inspiré par les biens communs
« En Alsace, une Maison habitée pour transformer l’enseignement des sciences »
https://theconversation.com/en-alsace-une-maison-habitee-pour-transformer-lenseignement-des-sciences-92488
La Maison pour la science en Alsace
Collectif inspiré par les biens communs
« En Alsace, une Maison habitée pour transformer l’enseignement des sciences »
https://theconversation.com/en-alsace-une-maison-habitee-pour-transformer-lenseignement-des-sciences-92488
Où sont les savoirs légitimes ?
- Société de la connaissance - ALLISS.
- La dignité des savoirs et réciprocité ouverte
- Les savoirs locaux
- Les savoirs des concerné.es
- Ex. approche de l’INRAE et de l’INSERM
- Les injustices épistémiques
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
https://www.youtube.com/watch?v=djX08KW_4cs&feature=emb_title
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
Enjeux épistémologiques
Les savoirs scientifiques eux-mêmes : des savoirs situés
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
Comment faire « commun » ?
- Une autre approche des « pairs » et prendre soin (« entretenir »)
- Au-delà de la collaboration
- À chaque étape du projet (gouvernance, processus, valorisation, restitutions…)
Le travail coopératif
Source : https://www.a-
brest.net/IMG/pdf/Guide_p
ratique_du_travail_collabor
atif.pdf
p.9
Le travail collaboratif
Source : https://www.a-
brest.net/IMG/pdf/Guide_pratique_du_travail_collaborati
f.pdf
p.10
Interdépendance
La question de la propriété
Ex. Licence CC
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
Collectifs & biens communs
« (...) En ce sens, le mouvement des communs renoue avec les intuitions sociologiques et politiques les
plus puissantes qui, de Pierre-Joseph Proudhon à Marcel Mauss, ont cherché à penser l’institution
moderne de la réciprocité.
(…) Avec le « commun » ainsi entendu, on est très loin de l’idée attachée au concept sociologique de
communauté, dans le contenu duquel l’appartenance, l’héritage, l’identité, l’interconnaissance
immédiate sont des dimensions privilégiées. »
Christian Laval, « « Commun » et « communauté » : un essai de clarification sociologique », SociologieS [En ligne], Dossiers, Des communs au
commun : un nouvel horizon sociologique ?, mis en ligne le 19 octobre 2016, consulté le 01 juin 2018. URL :
http://journals.openedition.org/sociologies/5677
ORIGINE DU CONCEPT
Elinor Ostrom
Prix Nobel 2009
https://fr.wikipedia.org/wiki/Elinor_Ostrom
« Elinor Ostrom ou la réinvention des biens communs »
par Hervé Le Crosnier
https://blog.mondediplo.net/2012-06-15-Elinor-Ostrom-ou-
la-reinvention-des-biens-communs
La notion de bien commun
Et ouvrage clé en 2007
En ligne : http://www.wtf.tw/ref/hess_ostrom_2007.pdf
« L’histoire méconnue des communs », par Anne Lechêne, 5 juillet 2017 : https://www.colibris-lemouvement.org/magazine/lhistoire-meconnue-communs
Moyen-Âge - campagnes d’Angleterre
les paysans avaient depuis des temps immémoriaux le droit de couper du bois, des genêts, de
récolter du miel ou de mener paître leurs animaux sur des terrains communaux.
Ces terrains – landes, forêts, garrigues et autres prés communaux – gérés en commun,
n’étaient pas délimités par des clôtures et n’appartenaient à personne en particulier.
(Contre-)Histoire des Communs
Les paysans usaient ainsi d’un droit coutumier d’usage sur ces biens communaux,
sans avoir à payer une contrepartie à la communauté ou au seigneur, contrairement à
d’autres droits seigneuriaux comme l’usage du four à pain ou du moulin.
Avec le droit de pacage et le droit de glanage, le droit d’usage des communaux
procurait une certaine sécurité aux familles paysannes, pour leurs besoins
fondamentaux de la vie courante.
(Contre-)Histoire des Communs
« L’histoire méconnue des communs », par Anne Lechêne, 5 juillet 2017 : https://www.colibris-lemouvement.org/magazine/lhistoire-meconnue-communs
Cette organisation traditionnelle fut remise en question à partir du 12e siècle, et surtout
entre le 15e et le 18e siècle, avec le développement en Angleterre de la production et du
commerce mondial de la laine.
Les riches propriétaires fonciers cherchèrent à agrandir les surfaces de pâturages
nécessaires à l’élevage des moutons pour la laine. Les terrains communaux furent
clôturés et rendus aux moutons, tandis que les familles paysannes tombaient dans la
précarité.
(Contre-)Histoire des Communs
« L’histoire méconnue des communs », par Anne Lechêne, 5 juillet 2017 : https://www.colibris-lemouvement.org/magazine/lhistoire-meconnue-communs
C’est ce que les historiens ont appelé le mouvement des Enclosures. Au fil des 17e et 18e
siècles, la Chambre des Communes, le Parlement anglais, mettait fin aux droits d’usage
et démantelait les Communaux par les Enclosure Acts.
=> c’est un « sens de l’Histoire » favorable au libéralisme économique qui est mis en
scène, avec ce premier acte d’enclosure de ressources naturelles, précédemment
gérées au bénéfice de la communauté de façon coutumière.
Une contre-histoire de ces évènements coexiste cependant.
(Contre-)Histoire des Communs
« L’histoire méconnue des communs », par Anne Lechêne, 5 juillet 2017 : https://www.colibris-lemouvement.org/magazine/lhistoire-meconnue-communs
Fable philosophico-économique de Garret Hardin, célèbre article paru dans la revue Science en 1968,
« The Tragedy of The Commons ».
Dans cet article, Garrett Hardin pense avoir démontré que l’humanité est incapable de gérer un bien
comme un commun.
Prenant l’exemple d’un pâturage laissé en libre accès, il affirme que des bergers cherchant à maximiser leur
bénéfice suivent toujours leur intérêt - qui est d’amener paître davantage de moutons sur le champ. Au
final, l’exploitation en commun de la ressource ne peut selon lui conduire qu’à sa destruction. Et l’auteur de
conclure que seule l’appropriation, qu’elle soit le fait du marché (propriété privée) ou de l’État (propriété
publique), peut garantir à long terme la préservation des ressources.
La Tragédie des Communs
« L’histoire méconnue des communs », par Anne Lechêne, 5 juillet 2017 : https://www.colibris-lemouvement.org/magazine/lhistoire-meconnue-communs
Elinor Ostrom
et les 8 principes de gouvernance des communs
Elinor Ostrom, économiste et politologue américaine,
reprend à la base la question de la gestion des biens
communs avec des observations empiriques.
Governing The Commons
En ligne : https://wtf.tw/ref/ostrom_1990.pdf
« L’histoire méconnue des communs », par Anne Lechêne, 5 juillet 2017 : https://www.colibris-lemouvement.org/magazine/lhistoire-meconnue-communs
Ses études de terrain, menées sur plusieurs continents, lui permettent de
constater que des communautés humaines sont capables de gérer des
ressources communes telles que des pêcheries, des systèmes d’irrigation,
des nappes phréatiques, des forêts ou des pâturages, de façon plus efficace
pour l’exploitation comme pour la préservation à long terme de la
ressource.
Dans son ouvrage Governing The Commons, publié en 1990, Elinor Ostrom
met en évidence un ensemble de principes à respecter par la communauté
pour y parvenir.
Governing The Commons
En ligne : https://wtf.tw/ref/ostrom_1990.pdf
« L’histoire méconnue des communs », par Anne Lechêne, 5 juillet 2017 : https://www.colibris-lemouvement.org/magazine/lhistoire-meconnue-communs
8 critères qui définissent les conditions de mise en place d’une gouvernance ouverte :
— des groupes aux frontières définies ;
— des règles régissant l’usage des biens collectifs qui répondent aux spécificités et besoins locaux ;
— la capacité des individus concernés à les modifier ;
— le respect de ces règles par les autorités extérieures ;
— le contrôle du respect des règles par la communauté qui dispose d’un système de sanctions
graduées ;
— l’accès à des mécanismes de résolution des conflits peu coûteux ;
— la résolution des conflits et activités de gouvernance organisées en strates différentes et
imbriquées.
Governing The Commons
Þ Les 8 principes d’Elinor Ostrom mettent en valeur la créativité
et la résilience des groupes humains
pour se doter de systèmes de gouvernance de leurs biens communs.
A qui appartient la connaissance ?
« L’histoire méconnue des communs », par Anne Lechêne, 5 juillet 2017 : https://www.colibris-lemouvement.org/magazine/lhistoire-meconnue-communs
Les communs de la connaissance
La connaissance est souvent considérée par les économistes comme un bien public au sens de Paul
Samuelson, c’est-à-dire non-excluable (il est difficile d’empêcher le savoir de circuler) et non-rival
(ce que je sais ne prive personne du même savoir). Pourtant, des phénomènes d’enclosure peuvent
se produire dans la diffusion de la connaissance.
The Public Domain : Enclosing The Commons Of The Mind, 2003, James Boyle
=> compare l’extension continue des droits de propriété intellectuelle à un « second
mouvement d’enclosure », menaçant l’accès à la connaissance conçue comme un bien commun.
A qui appartient la connaissance ?
« L’histoire méconnue des communs », par Anne Lechêne, 5 juillet 2017 : https://www.colibris-lemouvement.org/magazine/lhistoire-meconnue-communs
La notion de bien commun
« Un bien commun n’existe qu’à travers une communauté qui se fixe des règles et se donne les moyens de les
appliquer. »
« À la fin des années 1990, la théorie des Communs renouvelle la réflexion dans un autre champ que l’écologie,
celui de la connaissance. Avec le développement d’internet, les connaissances, la culture, le réseau numérique
lui-même peuvent être pensés comme des Communs, partagés par les usagers. On y retrouve l’idée centrale
d’un accord entre le libre accès aux ressources communes et des règles de gestion communautaires pour
assurer la permanence d’un travail coopératif. »
« Champs libres. entretien avec Hervé Le Crosnier », Vacarme, vol. 50, no. 1, 2010, pp. 16-19.
Elinor Ostrom s’intéresse à son tour aux communs de la connaissance.
Ouvrage collectif codir. Charlotte Hess, sur les nouveaux communs de la
connaissance, 2007
Þdéfinition des communs plus englobante :
« les communs sont des ressources partagées par un groupe de
personnes et qui sont vulnérables aux dégradations et aux enclosures ».
A qui appartient la connaissance ?
Qui prend soin des communs ? Epreuves institutionnelles, axiologiques, méthodologiques, épistémologiques, politiques…
« Par Biens Communs, nous entendons plusieurs choses :
il s’agit d’abord de ressources que nous voulons partager et promouvoir, que celles-ci soient
naturelles – une forêt, une rivière, la biosphère -,
matérielles – une machine-outil, une imprimante –
ou immatérielle – une connaissance, un logiciel, l’ADN d’une plante ou d’un animal –. (…) »
Source : définition de l’association VECAM
La notion de bien commun de la connaissance
Dans cette nouvelle approche, les communs ne recouvrent
plus une simple catégorie de biens, comme les biens
naturels,
mais des agencements de rapports sociaux qui contribuent
à leur production ou leur maintien, des systèmes de règles
sociales et de gouvernance pour des actions collectives.
A qui appartient la connaissance ?
Qui prend soin des communs ? Epreuves institutionnelles, axiologiques, méthodologiques, épistémologiques, politiques…
La notion de bien commun
Les communs comme source de
pensée pour :
- La « libération » des savoirs
- La co-construction des savoirs
« (…) Il s’agit aussi des formes de gouvernance associées à ces ressources, qui vont
permettre leur partage, le cas échéant leur circulation, leur valorisation sans destruction,
leur protection contre ceux qui pourraient atteindre à leur intégrité.
Les Biens Communs sont donc à la fois une approche alternative de la gestion de biens et
de services, qui bouscule le modèle économique dominant basé sur la propriété, et un
imaginaire politique renouvelé. »
Source : définition de l’association VECAM
La notion de bien commun de la connaissance
« Information, savoir et culture sont chaque jour un peu plus le cœur battant de nos sociétés. Eléments
premiers d’une part croissante de notre activité économique, ils contribuent à façonner nos manières de
faire société.
Nos apprentissages et nos modes cognitifs, notre engagement dans le travail rémunéré tout comme notre
autonomie par rapport à ses institutions, nos relations aux autres, nos pudeurs et nos exhibitions, notre
espace-temps, nos attentions et inattentions, l’accord de notre confiance et la constructions de nos choix,
nos déplacements, notre connaissance de soi, nos rapports aux objets, notre distance ou notre attachement
à l’égard de la res publica…. Autant de champs bousculés, voire transformés par cette ébullition créative que
l’on appelle société de la connaissance »,
Valérie Peugeot, « Les biens communs, une utopie pragmatique », p.14-19, dans Libres savoirs - Les biens communs de la connaissance, 2011
Les questions portées
par les biens communs de la connaissance
Ce dont il s’agit de prendre soin
- Ce qui importe – Valeur scientifique versus valeurs sociale ?
- Ce qui importe - Matter of care
Ce qui importe
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
Matter of fact
=> matter of concern
=> matter of care
Prendre soin
Se relier
Faire alliance avec des importances
Faire partie du monde
Ne pas/plus en être « détaché »
« Dans des mondes constitués de formes et de processus
hétérogènes et interdépendants de la vie et de la matière, se soucier
de quelque chose, ou de quelqu'un, c'est inévitablement créer une
relation »
Maria Puig de la Bellacasa, 2012
« le politique signifie rapport, mais pas uniquement de pouvoir,
rapport au sens de mise en relation. »
Maria Puig de la Bellacasa, 2012, p.41
« Pour Haraway, la création de connaissances est une pratique
relationnelle qui a des conséquences importantes dans la formation
de mondes possibles. »
Maria Puig de la Bellacasa, 2012
Prises de parole, restitutions,
valorisations, publications,
interventions…
Où est le commun ?
Eveiller nos attentions
Parler avec…
Co-écrire ? Co-intervenir ? A qui appartient la recherche ?
Comment raconter ? à qui ? avec qui ?
J’ai choisi une nouvelle forme pour partager mes entretiens, pour ré-
écrire à partir de la transcription : je raconte l’entretien à la personne
enquêtée. Je lui raconte son récit. Je continue d’habiter la relation, la
voix qui parle change mais l’espace où elle se déploie tente de rester un
espace commun. Je TE raconte, comment je T’ai entendu.e.
La relation à l’enquête
Et je découvre dans l’expérience de l’écriture-même la
puissance de l’écriture en Tu, l’autre qui reste au centre mais
sans faire abstraction de sa présence à soi
Le « tu » du Care
Prendre soin de ce qui importe à l’autre
« Qualifier ces personnes de co-chercheuses ne signifie pas que toutes aient le même rôle ou les mêmes tâches dans
le processus de recherche; ce terme désigne le fait qu’elles contribuent à la mesure de leurs disponibilités, envies et
savoirs propres.
Les universitaires sont des professionnel-le-s de l’analyse et de la rédaction. Demander aux personnes participantes
de rédiger une analyse peut être stressant pour elles et les mettre en difficulté, surtout si leur temps n’est pas
compensé financièrement, qu’elles ne savent ni lire ni écrire ou encore qu’elles se dévalorisent en comparant leur
travail à celui des universitaires.
Ceci étant, on constate souvent une certaine tendance à la hiérarchisation des tâches dans les recherches
participatives, entre les tâches d’analyse et de rédaction, confiées aux universitaires de carrière, et celles moins
qualifiées, comme la retranscription des verbatim d’entretiens, confiées aux co-chercheurs et co-chercheuses.
Également, les personnes les plus impliquées en tant que co-chercheuses dans les recherches participatives sont
souvent les plus scolarisées.
Il convient donc d’être attentif et attentive aux manières de rendre accessible les tâches d’analyse aux co-chercheurs
et co-chercheuses tout en évitant une charge de travail indue ou qui favoriserait uniquement la participation des
personnes les plus scolarisées. »
Baptiste Godrie et Isabel Heck (à paraître)
https://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/projetthese/chapter/methodes-de-recherche-participative-
recherche-action-et-sciences-citoyennes/
« il semble important d’identifier, avec les participant-e-s au projet de recherche, les compétences
propres qu’ils et elles possèdent, par exemple, en matière de mobilisation des milieux, de liens avec les
communautés, d’organisation et d’animation de rencontres, de vulgarisation ou encore de maitrise des
réseaux sociaux. Faire preuve de créativité est un élément clé pour favoriser l’implication des personnes
à chacune des étapes de la recherche, quel que soit leur niveau de scolarité. »
« Il peut s’agir aussi d’instaurer des espaces d’interprétation des données avec les personnes concernées
par la recherche, de leur transmettre les documents issus de la recherche et de les impliquer, avec
d’autres, dans la diffusion des résultats. Ces façons de faire participent au climat de confiance requis pour
travailler en équipe et assurent un certain contrôle des personnes sur leurs propos et le processus auquel
elles participent. »
Baptiste Godrie et Isabel Heck (à paraître)
https://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/projetthese/chapter/methodes-de-
recherche-participative-recherche-action-et-sciences-citoyennes/
« Dans tous les cas, la démarche de recherche se caractérise par sa flexibilité puisqu’en plus de faire l’objet
d’une réflexion collective dès sa conception, le processus de recherche est ré-évalué à chaque étape pour
s’assurer de la pertinence de la démarche. Le processus de recherche flexible, avec de multiples rétroactions,
reflète la conception de la connaissance sous-jacente aux recherches participatives. Le savoir n’est pas produit à
l’Université, dans un lieu hors du monde, puis transmis du haut vers le bas vers des personnes qui vont le
mettre éventuellement en action; le savoir résulte plutôt d’échanges entre des personnes détentrices de savoirs
et de positionnements situés différents (connaissances théoriques, expériences professionnelles et de vie,
militantisme, etc.). Cette approche contribue au développement des capacités d’analyse et d’action des
communautés partenaires des projets. »
Baptiste Godrie et Isabel Heck (à paraître)
https://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/projetthese/chapter/methodes-de-
recherche-participative-recherche-action-et-sciences-citoyennes/
https://www.atd-quartmonde.fr/nos-actions/reseaux-wresinski/croisement-
des-savoirs/le-croisement-des-savoirs-et-des-pratiques/
« Il importe de mentionner, pour finir, que la participation des personnes concernées à la recherche n’est pas
un dogme. L’intensité de la participation dépend du contexte (qui initie la recherche, intérêt à participer des
personnes concernées, temps, budget, capacité à tenir les engagements, retombées concrètes attendues, etc.)
et doit donc faire l’objet d’un questionnement entre les co-chercheurs et co-chercheuses. Les recherches qui
ne sont pas participatives sont tout à fait légitimes, et adaptées à certains contextes et finalités de recherche.
Plus de participation ne signifie donc pas mécaniquement une meilleure recherche. Ceci étant, le manque
d’intérêt apparent des personnes est également à questionner, car il peut être produit par l’idée que « la
recherche, c’est seulement fait pour les universitaires » et refléter qu’elles ne se sentent pas légitimes à
s’impliquer dans un tel processus.
Également, d’autres enjeux que nous ne développons pas ici se posent en matière de rémunération ou de
dédommagement des participant-e-s dans le processus de recherche et de reconnaissance de leur contribution
dans les documents produits. »
Baptiste Godrie et Isabel Heck (à paraître)
https://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/projetthese/chapter/methodes-de-
recherche-participative-recherche-action-et-sciences-citoyennes/
« C’est aussi chez moi »
- le savoir comme lieu et
interdépendances
« si tu m’accueilles j’ai un monde et
des savoirs à partager »
« Je me sens autorisé à cela
maintenant »
I. Stengers
Une approche relationnelle – interdépendante
et attentive de nos recherches
« Nos enquêtes [recherches] sont tissées de milliers de situations, dont beaucoup de conversations : il peut s’agir
d’entretiens avec des enquêté.es, de discussions avec des collègues et amis préalables ou consécutives à ces
entretiens, d’échanges avec des personnes impliquées dans ce que nous faisons et vivons. Ces conversations
s’élaborent grâce à des alliances intellectuelles et humaines – des amitiés – sans cesse entretenues par le partage
de ce qui nous arrive et de ce qui nous importe.
Nos enquêtes [recherches] sont fabriquées aussi à partir de l’ensemble des conversations muettes, lors de la lecture
d’un texte ou de la consultation de documents, dans le tissu épais des mille relations dont l’écriture est porteuse et
que la lecture va sans cesse animer. »
Le Marec et Faury, à paraître dans Communication & langages
« Nous ressentons la violence des opérations qui transforment les enquêtes [recherches] en moyens d’extraire
et de capitaliser du matériau et des données.
Par le biais d’une légitimité scientifique héritée et exploitée, ces procédés produisent des récits comme
moyens de s’approprier à titre personnel des matériaux transformés, de les marquer, et ainsi de prendre place
dans le marché des productions et des références du système académique.
La tendance actuelle va dans le sens d’une dépossession de la relation d’enquête [de recherche], qui rend
possible une requalification de cette relation en extraction de données et matériaux, traités pour être
« protégés » en tant que données et matériaux. »
Le Marec et Faury, à paraître dans Communication & langages
D’une ontologie extractiviste à une ontologie relationnelle : vers de nouveaux commun de la connaissance
Une approche relationnelle – interdépendante
et attentive de nos recherches
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
Science ouverte et sciences participatives
à l’Université de Strasbourg
Université de
Strasbourg
Une longue présence des sciences au cœur de la ville, portée
par une politique de diffusion des savoirs très active :
• Jardin botanique (1619)
• Musée zoologique (1804 – cabinet Herrmann, 1988)
• Planétarium universitaire (1981)
• Un centre de CSTI devenu « Jardin des sciences » en 2008
• Nouveau planétarium et rénovation du musée zoologique
(2023-24)
106
La Science ouverte à l’Université de Strasbourg
Introduction générale
La Science ouverte à l’Université de Strasbourg
Université de
Strasbourg
Une volonté d’avoir une approche critique de la recherche et de
s’interroger sur le rapport entre sciences et société :
• Gersulp (1973) – Groupe de recherche sur l’étude des sciences
et techniques en société
• Un master Sciences et société (1993)
• Vice-présidence Sciences en société depuis 2009
• Vice-présidence déléguée à la Science ouverte depuis 2017
• Lancement d’une Maison pour la science en Alsace (2012)
107
La Science ouverte à l’Université de Strasbourg
Introduction générale
La Science ouverte à l’Université de Strasbourg
Université de
Strasbourg
Un site de premier plan en matière d’édition scientifique et de
documentation :
• Les bibliothèques de l’université (31 bibliothèques)
• Une bibliothèque nationale et universitaire
• Des presses universitaires (PUS) fondées en 1919
• Une URFIST (Unité Régionale de Formation à l'Information
Scientifique et Technique)
• Un Schéma Directeur de la Documentation en Alsace (SDDA)
qui a financé des actions de structuration au niveau alsacien
108
La Science ouverte à l’Université de Strasbourg
Introduction générale
La Science ouverte à l’Université de Strasbourg
Université de
Strasbourg
Des évolutions récentes allant dans la direction de la Science
ouverte (1/2) :
• Une archive institutionnelle propre à l’université (UnivOAK),
couplée aux données de la recherche
• Un passage des PUS à l’OpenEdition (livres & revues)
• Un service d’appui aux données de la recherche
• Des formations dédiées à la science ouverte par l’URFIST
109
La Science ouverte à l’Université de Strasbourg
Introduction générale
La Science ouverte à l’Université de Strasbourg
Université de
Strasbourg
Des évolutions récentes allant dans la direction de la Science
ouverte (2/2) :
• Des programmes de recherche et sciences participatives
• Un comité d’éthique pour les chercheurs
• un schéma stratégique articulant CSTI, Open Access & Edition,
sciences participatives et actions Sciences / Société
110
La Science ouverte à l’Université de Strasbourg
Introduction générale
La Science ouverte à l’Université de Strasbourg
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf

Contenu connexe

Similaire à 230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf

L'injustice cognitive et trois stratégies pour la combattre
L'injustice cognitive et trois stratégies pour la combattreL'injustice cognitive et trois stratégies pour la combattre
L'injustice cognitive et trois stratégies pour la combattre
Florence Piron
 
Vers la bibliothèque participative
Vers la bibliothèque participativeVers la bibliothèque participative
Vers la bibliothèque participative
Espaces temps
 
Formation OAW - Ouvrir un carnet de recherche Hypothèses - 2 nov. 2020
Formation OAW - Ouvrir un carnet de recherche Hypothèses - 2 nov. 2020Formation OAW - Ouvrir un carnet de recherche Hypothèses - 2 nov. 2020
Formation OAW - Ouvrir un carnet de recherche Hypothèses - 2 nov. 2020
mfaury
 
Gestion des bibliothèques et transition écologique
Gestion des bibliothèques et transition écologiqueGestion des bibliothèques et transition écologique
Gestion des bibliothèques et transition écologique
Martel D.
 
Et si on remixait la bibliothèque ? Nouveaux usages créatifs et collaboratifs...
Et si on remixait la bibliothèque ? Nouveaux usages créatifs et collaboratifs...Et si on remixait la bibliothèque ? Nouveaux usages créatifs et collaboratifs...
Et si on remixait la bibliothèque ? Nouveaux usages créatifs et collaboratifs...
Bibliothèque publique d'information - Centre Pompidou
 
Les bibliothèques universitaires peuvent-elles devenir des outils de justice ...
Les bibliothèques universitaires peuvent-elles devenir des outils de justice ...Les bibliothèques universitaires peuvent-elles devenir des outils de justice ...
Les bibliothèques universitaires peuvent-elles devenir des outils de justice ...
Florence Piron
 
Science ouverte et injustice cognitive, conférence de Yaoundé 2016
Science ouverte et injustice cognitive, conférence de Yaoundé 2016Science ouverte et injustice cognitive, conférence de Yaoundé 2016
Science ouverte et injustice cognitive, conférence de Yaoundé 2016
Florence Piron
 
Chemins vers les biens communs de la connaissance et la démocratie scientifique
Chemins vers les biens communs de la connaissance et la démocratie scientifiqueChemins vers les biens communs de la connaissance et la démocratie scientifique
Chemins vers les biens communs de la connaissance et la démocratie scientifique
Florence Piron
 
Chemins vers les biens communs de la connaissance et la démocratie scientifique
Chemins vers les biens communs de la connaissance et la démocratie scientifiqueChemins vers les biens communs de la connaissance et la démocratie scientifique
Chemins vers les biens communs de la connaissance et la démocratie scientifique
Florence Piron
 
La représentation numérique des savoirs des suds : construction d’un problème
La représentation numérique des savoirs des suds : construction d’un problèmeLa représentation numérique des savoirs des suds : construction d’un problème
La représentation numérique des savoirs des suds : construction d’un problème
Florence Piron
 
Tendances propositions bibliothecaire_24092014v3mdm
Tendances propositions bibliothecaire_24092014v3mdmTendances propositions bibliothecaire_24092014v3mdm
Tendances propositions bibliothecaire_24092014v3mdm
Martel D.
 
Dfww13 atelier dh_18_04_2013
Dfww13 atelier dh_18_04_2013Dfww13 atelier dh_18_04_2013
Dfww13 atelier dh_18_04_2013
cieraparis
 
Support conférence introductive Nanterre
Support conférence introductive NanterreSupport conférence introductive Nanterre
Support conférence introductive Nanterre
retiss
 
Intelligence stratégique : Protection du patrimoine intellectuel ... un débat...
Intelligence stratégique : Protection du patrimoine intellectuel ... un débat...Intelligence stratégique : Protection du patrimoine intellectuel ... un débat...
Intelligence stratégique : Protection du patrimoine intellectuel ... un débat...
AKASIAS
 
Bibliothcairesdufuturetfuturdesbibliothques 140617024643-phpapp02 (1)
Bibliothcairesdufuturetfuturdesbibliothques 140617024643-phpapp02 (1)Bibliothcairesdufuturetfuturdesbibliothques 140617024643-phpapp02 (1)
Bibliothcairesdufuturetfuturdesbibliothques 140617024643-phpapp02 (1)
William Jouve
 
Bibliothécaires du futur et futur des bibliothèques
Bibliothécaires du futur et futur des bibliothèquesBibliothécaires du futur et futur des bibliothèques
Bibliothécaires du futur et futur des bibliothèques
retiss
 
Lieu au territoire apprenant - CNFPT & Réseau CANOPE La Martinique 12 et 13 0...
Lieu au territoire apprenant - CNFPT & Réseau CANOPE La Martinique 12 et 13 0...Lieu au territoire apprenant - CNFPT & Réseau CANOPE La Martinique 12 et 13 0...
Lieu au territoire apprenant - CNFPT & Réseau CANOPE La Martinique 12 et 13 0...
PRIMA TERRA
 
Communs du savoir et Bibliothèques
Communs du savoir et BibliothèquesCommuns du savoir et Bibliothèques
Communs du savoir et Bibliothèques
Dujol Lionel
 
Identités des sciences humaines et formation en humanités digitales, Claire C...
Identités des sciences humaines et formation en humanités digitales, Claire C...Identités des sciences humaines et formation en humanités digitales, Claire C...
Identités des sciences humaines et formation en humanités digitales, Claire C...
Claire Clivaz
 

Similaire à 230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf (20)

L'injustice cognitive et trois stratégies pour la combattre
L'injustice cognitive et trois stratégies pour la combattreL'injustice cognitive et trois stratégies pour la combattre
L'injustice cognitive et trois stratégies pour la combattre
 
Vers la bibliothèque participative
Vers la bibliothèque participativeVers la bibliothèque participative
Vers la bibliothèque participative
 
Formation OAW - Ouvrir un carnet de recherche Hypothèses - 2 nov. 2020
Formation OAW - Ouvrir un carnet de recherche Hypothèses - 2 nov. 2020Formation OAW - Ouvrir un carnet de recherche Hypothèses - 2 nov. 2020
Formation OAW - Ouvrir un carnet de recherche Hypothèses - 2 nov. 2020
 
Gestion des bibliothèques et transition écologique
Gestion des bibliothèques et transition écologiqueGestion des bibliothèques et transition écologique
Gestion des bibliothèques et transition écologique
 
Et si on remixait la bibliothèque ? Nouveaux usages créatifs et collaboratifs...
Et si on remixait la bibliothèque ? Nouveaux usages créatifs et collaboratifs...Et si on remixait la bibliothèque ? Nouveaux usages créatifs et collaboratifs...
Et si on remixait la bibliothèque ? Nouveaux usages créatifs et collaboratifs...
 
Les bibliothèques universitaires peuvent-elles devenir des outils de justice ...
Les bibliothèques universitaires peuvent-elles devenir des outils de justice ...Les bibliothèques universitaires peuvent-elles devenir des outils de justice ...
Les bibliothèques universitaires peuvent-elles devenir des outils de justice ...
 
Science ouverte et injustice cognitive, conférence de Yaoundé 2016
Science ouverte et injustice cognitive, conférence de Yaoundé 2016Science ouverte et injustice cognitive, conférence de Yaoundé 2016
Science ouverte et injustice cognitive, conférence de Yaoundé 2016
 
Chemins vers les biens communs de la connaissance et la démocratie scientifique
Chemins vers les biens communs de la connaissance et la démocratie scientifiqueChemins vers les biens communs de la connaissance et la démocratie scientifique
Chemins vers les biens communs de la connaissance et la démocratie scientifique
 
Chemins vers les biens communs de la connaissance et la démocratie scientifique
Chemins vers les biens communs de la connaissance et la démocratie scientifiqueChemins vers les biens communs de la connaissance et la démocratie scientifique
Chemins vers les biens communs de la connaissance et la démocratie scientifique
 
La représentation numérique des savoirs des suds : construction d’un problème
La représentation numérique des savoirs des suds : construction d’un problèmeLa représentation numérique des savoirs des suds : construction d’un problème
La représentation numérique des savoirs des suds : construction d’un problème
 
Tendances propositions bibliothecaire_24092014v3mdm
Tendances propositions bibliothecaire_24092014v3mdmTendances propositions bibliothecaire_24092014v3mdm
Tendances propositions bibliothecaire_24092014v3mdm
 
Dfww13 atelier dh_18_04_2013
Dfww13 atelier dh_18_04_2013Dfww13 atelier dh_18_04_2013
Dfww13 atelier dh_18_04_2013
 
Support conférence introductive Nanterre
Support conférence introductive NanterreSupport conférence introductive Nanterre
Support conférence introductive Nanterre
 
Intelligence stratégique : Protection du patrimoine intellectuel ... un débat...
Intelligence stratégique : Protection du patrimoine intellectuel ... un débat...Intelligence stratégique : Protection du patrimoine intellectuel ... un débat...
Intelligence stratégique : Protection du patrimoine intellectuel ... un débat...
 
Bibliothcairesdufuturetfuturdesbibliothques 140617024643-phpapp02 (1)
Bibliothcairesdufuturetfuturdesbibliothques 140617024643-phpapp02 (1)Bibliothcairesdufuturetfuturdesbibliothques 140617024643-phpapp02 (1)
Bibliothcairesdufuturetfuturdesbibliothques 140617024643-phpapp02 (1)
 
Bibliothécaires du futur et futur des bibliothèques
Bibliothécaires du futur et futur des bibliothèquesBibliothécaires du futur et futur des bibliothèques
Bibliothécaires du futur et futur des bibliothèques
 
Transport
TransportTransport
Transport
 
Lieu au territoire apprenant - CNFPT & Réseau CANOPE La Martinique 12 et 13 0...
Lieu au territoire apprenant - CNFPT & Réseau CANOPE La Martinique 12 et 13 0...Lieu au territoire apprenant - CNFPT & Réseau CANOPE La Martinique 12 et 13 0...
Lieu au territoire apprenant - CNFPT & Réseau CANOPE La Martinique 12 et 13 0...
 
Communs du savoir et Bibliothèques
Communs du savoir et BibliothèquesCommuns du savoir et Bibliothèques
Communs du savoir et Bibliothèques
 
Identités des sciences humaines et formation en humanités digitales, Claire C...
Identités des sciences humaines et formation en humanités digitales, Claire C...Identités des sciences humaines et formation en humanités digitales, Claire C...
Identités des sciences humaines et formation en humanités digitales, Claire C...
 

Plus de mfaury

221116_Nantes_écrituresAlternatives_MF.pdf
221116_Nantes_écrituresAlternatives_MF.pdf221116_Nantes_écrituresAlternatives_MF.pdf
221116_Nantes_écrituresAlternatives_MF.pdf
mfaury
 
2022_FOCUS BIO TOT.pdf
2022_FOCUS BIO TOT.pdf2022_FOCUS BIO TOT.pdf
2022_FOCUS BIO TOT.pdf
mfaury
 
211021 focus bio_séance1_def
211021 focus bio_séance1_def211021 focus bio_séance1_def
211021 focus bio_séance1_def
mfaury
 
211006 outils collaboratifs_recherche
211006 outils collaboratifs_recherche211006 outils collaboratifs_recherche
211006 outils collaboratifs_recherche
mfaury
 
Biologistes anthropocene v3
Biologistes anthropocene v3Biologistes anthropocene v3
Biologistes anthropocene v3
mfaury
 
120916 soutenance mf
120916 soutenance mf120916 soutenance mf
120916 soutenance mf
mfaury
 
Prendre position enseignement_v_courte
Prendre position enseignement_v_courtePrendre position enseignement_v_courte
Prendre position enseignement_v_courte
mfaury
 
Digression mf
Digression mfDigression mf
Digression mf
mfaury
 
Ouvrir un blog scientifique / Sciences exactes et expérimentales
Ouvrir un blog scientifique / Sciences exactes et expérimentalesOuvrir un blog scientifique / Sciences exactes et expérimentales
Ouvrir un blog scientifique / Sciences exactes et expérimentales
mfaury
 
200206 sentir penser-habiter_letrouble_v2
200206 sentir penser-habiter_letrouble_v2200206 sentir penser-habiter_letrouble_v2
200206 sentir penser-habiter_letrouble_v2
mfaury
 
191122 misha gersulp_v3
191122 misha gersulp_v3191122 misha gersulp_v3
191122 misha gersulp_v3
mfaury
 
190607 nouvelles voix_mf
190607 nouvelles voix_mf190607 nouvelles voix_mf
190607 nouvelles voix_mf
mfaury
 
Se situer entre savoirs et expériences : trouver sa voix propre et l’inter-re...
Se situer entre savoirs et expériences : trouver sa voix propre et l’inter-re...Se situer entre savoirs et expériences : trouver sa voix propre et l’inter-re...
Se situer entre savoirs et expériences : trouver sa voix propre et l’inter-re...
mfaury
 
190205 Ethique professionnelle : soi, la situation professionnelle et le monde
190205 Ethique professionnelle : soi, la situation professionnelle et le monde190205 Ethique professionnelle : soi, la situation professionnelle et le monde
190205 Ethique professionnelle : soi, la situation professionnelle et le monde
mfaury
 
Intervention colloque Savanturiers Mélodie Faury
Intervention colloque Savanturiers Mélodie FauryIntervention colloque Savanturiers Mélodie Faury
Intervention colloque Savanturiers Mélodie Faury
mfaury
 
180615 intervention mf
180615 intervention mf180615 intervention mf
180615 intervention mf
mfaury
 
Ouvrir un blog en sciences exactes et expérimentales
Ouvrir un blog en sciences exactes et expérimentalesOuvrir un blog en sciences exactes et expérimentales
Ouvrir un blog en sciences exactes et expérimentales
mfaury
 
180521_Formation Hypothèses
180521_Formation Hypothèses180521_Formation Hypothèses
180521_Formation Hypothèses
mfaury
 
Le libre accès aux publications scientifiques - Publier et lire en open acces...
Le libre accès aux publications scientifiques - Publier et lire en open acces...Le libre accès aux publications scientifiques - Publier et lire en open acces...
Le libre accès aux publications scientifiques - Publier et lire en open acces...
mfaury
 
Interroger le travail scientifique en ligne : ou le développement d’une appro...
Interroger le travail scientifique en ligne : ou le développement d’une appro...Interroger le travail scientifique en ligne : ou le développement d’une appro...
Interroger le travail scientifique en ligne : ou le développement d’une appro...
mfaury
 

Plus de mfaury (20)

221116_Nantes_écrituresAlternatives_MF.pdf
221116_Nantes_écrituresAlternatives_MF.pdf221116_Nantes_écrituresAlternatives_MF.pdf
221116_Nantes_écrituresAlternatives_MF.pdf
 
2022_FOCUS BIO TOT.pdf
2022_FOCUS BIO TOT.pdf2022_FOCUS BIO TOT.pdf
2022_FOCUS BIO TOT.pdf
 
211021 focus bio_séance1_def
211021 focus bio_séance1_def211021 focus bio_séance1_def
211021 focus bio_séance1_def
 
211006 outils collaboratifs_recherche
211006 outils collaboratifs_recherche211006 outils collaboratifs_recherche
211006 outils collaboratifs_recherche
 
Biologistes anthropocene v3
Biologistes anthropocene v3Biologistes anthropocene v3
Biologistes anthropocene v3
 
120916 soutenance mf
120916 soutenance mf120916 soutenance mf
120916 soutenance mf
 
Prendre position enseignement_v_courte
Prendre position enseignement_v_courtePrendre position enseignement_v_courte
Prendre position enseignement_v_courte
 
Digression mf
Digression mfDigression mf
Digression mf
 
Ouvrir un blog scientifique / Sciences exactes et expérimentales
Ouvrir un blog scientifique / Sciences exactes et expérimentalesOuvrir un blog scientifique / Sciences exactes et expérimentales
Ouvrir un blog scientifique / Sciences exactes et expérimentales
 
200206 sentir penser-habiter_letrouble_v2
200206 sentir penser-habiter_letrouble_v2200206 sentir penser-habiter_letrouble_v2
200206 sentir penser-habiter_letrouble_v2
 
191122 misha gersulp_v3
191122 misha gersulp_v3191122 misha gersulp_v3
191122 misha gersulp_v3
 
190607 nouvelles voix_mf
190607 nouvelles voix_mf190607 nouvelles voix_mf
190607 nouvelles voix_mf
 
Se situer entre savoirs et expériences : trouver sa voix propre et l’inter-re...
Se situer entre savoirs et expériences : trouver sa voix propre et l’inter-re...Se situer entre savoirs et expériences : trouver sa voix propre et l’inter-re...
Se situer entre savoirs et expériences : trouver sa voix propre et l’inter-re...
 
190205 Ethique professionnelle : soi, la situation professionnelle et le monde
190205 Ethique professionnelle : soi, la situation professionnelle et le monde190205 Ethique professionnelle : soi, la situation professionnelle et le monde
190205 Ethique professionnelle : soi, la situation professionnelle et le monde
 
Intervention colloque Savanturiers Mélodie Faury
Intervention colloque Savanturiers Mélodie FauryIntervention colloque Savanturiers Mélodie Faury
Intervention colloque Savanturiers Mélodie Faury
 
180615 intervention mf
180615 intervention mf180615 intervention mf
180615 intervention mf
 
Ouvrir un blog en sciences exactes et expérimentales
Ouvrir un blog en sciences exactes et expérimentalesOuvrir un blog en sciences exactes et expérimentales
Ouvrir un blog en sciences exactes et expérimentales
 
180521_Formation Hypothèses
180521_Formation Hypothèses180521_Formation Hypothèses
180521_Formation Hypothèses
 
Le libre accès aux publications scientifiques - Publier et lire en open acces...
Le libre accès aux publications scientifiques - Publier et lire en open acces...Le libre accès aux publications scientifiques - Publier et lire en open acces...
Le libre accès aux publications scientifiques - Publier et lire en open acces...
 
Interroger le travail scientifique en ligne : ou le développement d’une appro...
Interroger le travail scientifique en ligne : ou le développement d’une appro...Interroger le travail scientifique en ligne : ou le développement d’une appro...
Interroger le travail scientifique en ligne : ou le développement d’une appro...
 

230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf

  • 1. Les recherches participatives à l’épreuve du commun Mélodie Faury 9 mai 2023
  • 2. Me présenter Mélodie Faury Professeure agrégée (PRAG) de l’Université de Strasbourg Chargée de mission sciences-société / sciences ouvertes de l’Université de Strasbourg Chercheuse associée aux Archives Poincaré- Philosophie et Recherches sur les Sciences et les Technologies (AHP-PReST) (UMR 7117) Docteure en sciences de l’information et de la communication – Etudes de sciences Agrégée en sciences de la vie, de la terre et de l’univers De 2012 à 2018, directrice de la Maison pour la science en Alsace, au service des professeurs à l’Université de Strasbourg
  • 3. Épreuves ? Institutionnelles, axiologiques, méthodologiques, épistémologiques, politiques…
  • 6. Contexte institutionnel – où suis-je ? • Chargée de mission science-société Développer les sciences participatives à l’université de Strasbourg IDEX, OPUS – Labo Citoyen, Atelier des jours à venir / Fondation de France • Chercheuse aux Archives Poincaré SIC / STS Pratiques de communication, modes relationnels, rapport aux savoirs Science ouverte et bien commun Formes (orales, écrites), récits et épistémologies Intervention Clara Chavanon videos.ahp-numerique.fr/w/3ZzZiuQbvjtvWxq7oBVe3G
  • 11. Choix université de Strasbourg Contexte de la science ouverte Historicité de ces approches Positionnement de l’Université de Strasbourg
  • 21. Temporalité des appels à projet Langage, manière de répondre Violences symboliques Co-construction et conditions matérielles Ancrage administratif Soutien financier … Le commun à l’épreuve de l’institutionnel
  • 22. Réseau RéIUNIS et école d’automne 2023 reiunis.sciencesconf.org
  • 24. AXE 2 La Fabrique à projets Faciliter l’émergence de la question sociétale dans les projets de recherche par une méthodologie, une dynamique de facilitation, et des formats novateurs.
  • 25. • Axe 2 | La Fabrique à projets 2.1 Le Labo citoyen Contact Clara Chavanon Chargée de projet Labo Citoyen chavanon@unistra.fr Tél. +33(0)3 68 85 71 48 LE LABO CITOYEN produit, fusionne et confronte différents types de savoirs. ACCOMPAGNEMENT DES RECHERCHES ET SCIENCES PARTICIPATIVES > aide les laboratoires à concevoir et à financer leurs projets de recherche. > accompagne les parties prenantes de la société (assos, habitants, collectifs…) autour de questions qu’ils souhaitent adresser au domaine de la recherche. LES RENCONTRES DU LABO CITOYEN Création d’une communauté de partage d’expérience et de réflexion à échelle locale.
  • 28. La science comme bien commun : comme appropriable ? Vision diffusionniste ?
  • 33. Penser le commun : au-delà de la participation et de l’appropriation
  • 34. Modèle dominant en CSTI Associé à des idéologies et des mouvements philosophiques Manière dont la science entre en relation avec les publics Déficit Scientisme Ils sont hostiles Ils sont ignorants Technocratie Ils peuvent être persuadés Dialogue Pragmatisme Nous prenons en compte leurs divers besoins et attentes Nous prenons en compte leurs perspectives Constructivisme Ils peuvent répondre Ils participent au traitement de la question Participation Démocratie participative Ils et nous construisons le problème dont il est question Ils et nous construisons la problématique Sciences participatives Ils et nous établissons l’agenda Ils et nous négocions le sens même des questions posées Légende : Extrait du tableau proposé par Trench (Towards an Analytical Framework of Science Communication Models 2008 – p.11) Lionel Maillot et Mélodie Faury, 2019 Quels modes relationnels ? De la participation au Commun ?
  • 35. La question du Commun, des Communs
  • 38. Qu’est-ce que l’on partage ? Qu’ouvre-t-on ? Que met-on en « commun » ?
  • 41. Analyse (avec les laboratoires) Collecte de données Hypothèses Problématisation Validation collective Publication des résultats Evaluation des chercheur.es Rôle des institutions Autonomie dans la validation Société civile Périmètre collectif professionnel des chercheur.es Lieu des sciences citoyennes et des recherches participatives Valorisation scientifique des savoirs construits Médiation des résultats, des savoirs « Outreach » Responsabilité sociale Développement professionnel
  • 42. Mettre « en commun » / ouvrir tout ou partie du processus Des méthodes déjà établies que l’on transmet une certaine conception du savoir légitime des lieux, des ressources, des outils un langage, des langages, des productions …
  • 43. Chez qui sommes-nous ? A qui appartient la recherche ? Les lieux de qui ? Le langage de qui ? Quelles temporalités, qui rythme ? Qui accueille qui ? Quelles conceptions de la « recherche » et du « chercheur » ? Enjeux relatifs de l’accueil, du commun et de l’inclusivité -> ne sont pas aux mêmes niveaux
  • 44. Que signifie « science comme bien commun » ? Que signifie un « projet » comme commun ? Quels sont les savoirs mis en commun ? Quels sont les savoirs « légitimes » ? Au regard de quelles valeurs ?
  • 45. La Maison pour la science en Alsace Collectif inspiré par les biens communs « En Alsace, une Maison habitée pour transformer l’enseignement des sciences » https://theconversation.com/en-alsace-une-maison-habitee-pour-transformer-lenseignement-des-sciences-92488
  • 46. La Maison pour la science en Alsace Collectif inspiré par les biens communs « En Alsace, une Maison habitée pour transformer l’enseignement des sciences » https://theconversation.com/en-alsace-une-maison-habitee-pour-transformer-lenseignement-des-sciences-92488
  • 47. Où sont les savoirs légitimes ? - Société de la connaissance - ALLISS. - La dignité des savoirs et réciprocité ouverte - Les savoirs locaux - Les savoirs des concerné.es - Ex. approche de l’INRAE et de l’INSERM - Les injustices épistémiques
  • 56. Enjeux épistémologiques Les savoirs scientifiques eux-mêmes : des savoirs situés
  • 60. Comment faire « commun » ? - Une autre approche des « pairs » et prendre soin (« entretenir ») - Au-delà de la collaboration - À chaque étape du projet (gouvernance, processus, valorisation, restitutions…)
  • 61. Le travail coopératif Source : https://www.a- brest.net/IMG/pdf/Guide_p ratique_du_travail_collabor atif.pdf p.9
  • 62. Le travail collaboratif Source : https://www.a- brest.net/IMG/pdf/Guide_pratique_du_travail_collaborati f.pdf p.10 Interdépendance La question de la propriété Ex. Licence CC
  • 64. Collectifs & biens communs « (...) En ce sens, le mouvement des communs renoue avec les intuitions sociologiques et politiques les plus puissantes qui, de Pierre-Joseph Proudhon à Marcel Mauss, ont cherché à penser l’institution moderne de la réciprocité. (…) Avec le « commun » ainsi entendu, on est très loin de l’idée attachée au concept sociologique de communauté, dans le contenu duquel l’appartenance, l’héritage, l’identité, l’interconnaissance immédiate sont des dimensions privilégiées. » Christian Laval, « « Commun » et « communauté » : un essai de clarification sociologique », SociologieS [En ligne], Dossiers, Des communs au commun : un nouvel horizon sociologique ?, mis en ligne le 19 octobre 2016, consulté le 01 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/5677
  • 65. ORIGINE DU CONCEPT Elinor Ostrom Prix Nobel 2009 https://fr.wikipedia.org/wiki/Elinor_Ostrom « Elinor Ostrom ou la réinvention des biens communs » par Hervé Le Crosnier https://blog.mondediplo.net/2012-06-15-Elinor-Ostrom-ou- la-reinvention-des-biens-communs La notion de bien commun Et ouvrage clé en 2007 En ligne : http://www.wtf.tw/ref/hess_ostrom_2007.pdf
  • 66. « L’histoire méconnue des communs », par Anne Lechêne, 5 juillet 2017 : https://www.colibris-lemouvement.org/magazine/lhistoire-meconnue-communs Moyen-Âge - campagnes d’Angleterre les paysans avaient depuis des temps immémoriaux le droit de couper du bois, des genêts, de récolter du miel ou de mener paître leurs animaux sur des terrains communaux. Ces terrains – landes, forêts, garrigues et autres prés communaux – gérés en commun, n’étaient pas délimités par des clôtures et n’appartenaient à personne en particulier. (Contre-)Histoire des Communs
  • 67. Les paysans usaient ainsi d’un droit coutumier d’usage sur ces biens communaux, sans avoir à payer une contrepartie à la communauté ou au seigneur, contrairement à d’autres droits seigneuriaux comme l’usage du four à pain ou du moulin. Avec le droit de pacage et le droit de glanage, le droit d’usage des communaux procurait une certaine sécurité aux familles paysannes, pour leurs besoins fondamentaux de la vie courante. (Contre-)Histoire des Communs « L’histoire méconnue des communs », par Anne Lechêne, 5 juillet 2017 : https://www.colibris-lemouvement.org/magazine/lhistoire-meconnue-communs
  • 68. Cette organisation traditionnelle fut remise en question à partir du 12e siècle, et surtout entre le 15e et le 18e siècle, avec le développement en Angleterre de la production et du commerce mondial de la laine. Les riches propriétaires fonciers cherchèrent à agrandir les surfaces de pâturages nécessaires à l’élevage des moutons pour la laine. Les terrains communaux furent clôturés et rendus aux moutons, tandis que les familles paysannes tombaient dans la précarité. (Contre-)Histoire des Communs « L’histoire méconnue des communs », par Anne Lechêne, 5 juillet 2017 : https://www.colibris-lemouvement.org/magazine/lhistoire-meconnue-communs
  • 69. C’est ce que les historiens ont appelé le mouvement des Enclosures. Au fil des 17e et 18e siècles, la Chambre des Communes, le Parlement anglais, mettait fin aux droits d’usage et démantelait les Communaux par les Enclosure Acts. => c’est un « sens de l’Histoire » favorable au libéralisme économique qui est mis en scène, avec ce premier acte d’enclosure de ressources naturelles, précédemment gérées au bénéfice de la communauté de façon coutumière. Une contre-histoire de ces évènements coexiste cependant. (Contre-)Histoire des Communs « L’histoire méconnue des communs », par Anne Lechêne, 5 juillet 2017 : https://www.colibris-lemouvement.org/magazine/lhistoire-meconnue-communs
  • 70. Fable philosophico-économique de Garret Hardin, célèbre article paru dans la revue Science en 1968, « The Tragedy of The Commons ». Dans cet article, Garrett Hardin pense avoir démontré que l’humanité est incapable de gérer un bien comme un commun. Prenant l’exemple d’un pâturage laissé en libre accès, il affirme que des bergers cherchant à maximiser leur bénéfice suivent toujours leur intérêt - qui est d’amener paître davantage de moutons sur le champ. Au final, l’exploitation en commun de la ressource ne peut selon lui conduire qu’à sa destruction. Et l’auteur de conclure que seule l’appropriation, qu’elle soit le fait du marché (propriété privée) ou de l’État (propriété publique), peut garantir à long terme la préservation des ressources. La Tragédie des Communs « L’histoire méconnue des communs », par Anne Lechêne, 5 juillet 2017 : https://www.colibris-lemouvement.org/magazine/lhistoire-meconnue-communs
  • 71. Elinor Ostrom et les 8 principes de gouvernance des communs Elinor Ostrom, économiste et politologue américaine, reprend à la base la question de la gestion des biens communs avec des observations empiriques. Governing The Commons En ligne : https://wtf.tw/ref/ostrom_1990.pdf « L’histoire méconnue des communs », par Anne Lechêne, 5 juillet 2017 : https://www.colibris-lemouvement.org/magazine/lhistoire-meconnue-communs
  • 72. Ses études de terrain, menées sur plusieurs continents, lui permettent de constater que des communautés humaines sont capables de gérer des ressources communes telles que des pêcheries, des systèmes d’irrigation, des nappes phréatiques, des forêts ou des pâturages, de façon plus efficace pour l’exploitation comme pour la préservation à long terme de la ressource. Dans son ouvrage Governing The Commons, publié en 1990, Elinor Ostrom met en évidence un ensemble de principes à respecter par la communauté pour y parvenir. Governing The Commons En ligne : https://wtf.tw/ref/ostrom_1990.pdf « L’histoire méconnue des communs », par Anne Lechêne, 5 juillet 2017 : https://www.colibris-lemouvement.org/magazine/lhistoire-meconnue-communs
  • 73. 8 critères qui définissent les conditions de mise en place d’une gouvernance ouverte : — des groupes aux frontières définies ; — des règles régissant l’usage des biens collectifs qui répondent aux spécificités et besoins locaux ; — la capacité des individus concernés à les modifier ; — le respect de ces règles par les autorités extérieures ; — le contrôle du respect des règles par la communauté qui dispose d’un système de sanctions graduées ; — l’accès à des mécanismes de résolution des conflits peu coûteux ; — la résolution des conflits et activités de gouvernance organisées en strates différentes et imbriquées. Governing The Commons
  • 74. Þ Les 8 principes d’Elinor Ostrom mettent en valeur la créativité et la résilience des groupes humains pour se doter de systèmes de gouvernance de leurs biens communs. A qui appartient la connaissance ? « L’histoire méconnue des communs », par Anne Lechêne, 5 juillet 2017 : https://www.colibris-lemouvement.org/magazine/lhistoire-meconnue-communs
  • 75. Les communs de la connaissance La connaissance est souvent considérée par les économistes comme un bien public au sens de Paul Samuelson, c’est-à-dire non-excluable (il est difficile d’empêcher le savoir de circuler) et non-rival (ce que je sais ne prive personne du même savoir). Pourtant, des phénomènes d’enclosure peuvent se produire dans la diffusion de la connaissance. The Public Domain : Enclosing The Commons Of The Mind, 2003, James Boyle => compare l’extension continue des droits de propriété intellectuelle à un « second mouvement d’enclosure », menaçant l’accès à la connaissance conçue comme un bien commun. A qui appartient la connaissance ? « L’histoire méconnue des communs », par Anne Lechêne, 5 juillet 2017 : https://www.colibris-lemouvement.org/magazine/lhistoire-meconnue-communs
  • 76. La notion de bien commun « Un bien commun n’existe qu’à travers une communauté qui se fixe des règles et se donne les moyens de les appliquer. » « À la fin des années 1990, la théorie des Communs renouvelle la réflexion dans un autre champ que l’écologie, celui de la connaissance. Avec le développement d’internet, les connaissances, la culture, le réseau numérique lui-même peuvent être pensés comme des Communs, partagés par les usagers. On y retrouve l’idée centrale d’un accord entre le libre accès aux ressources communes et des règles de gestion communautaires pour assurer la permanence d’un travail coopératif. » « Champs libres. entretien avec Hervé Le Crosnier », Vacarme, vol. 50, no. 1, 2010, pp. 16-19.
  • 77. Elinor Ostrom s’intéresse à son tour aux communs de la connaissance. Ouvrage collectif codir. Charlotte Hess, sur les nouveaux communs de la connaissance, 2007 Þdéfinition des communs plus englobante : « les communs sont des ressources partagées par un groupe de personnes et qui sont vulnérables aux dégradations et aux enclosures ». A qui appartient la connaissance ? Qui prend soin des communs ? Epreuves institutionnelles, axiologiques, méthodologiques, épistémologiques, politiques…
  • 78. « Par Biens Communs, nous entendons plusieurs choses : il s’agit d’abord de ressources que nous voulons partager et promouvoir, que celles-ci soient naturelles – une forêt, une rivière, la biosphère -, matérielles – une machine-outil, une imprimante – ou immatérielle – une connaissance, un logiciel, l’ADN d’une plante ou d’un animal –. (…) » Source : définition de l’association VECAM La notion de bien commun de la connaissance
  • 79. Dans cette nouvelle approche, les communs ne recouvrent plus une simple catégorie de biens, comme les biens naturels, mais des agencements de rapports sociaux qui contribuent à leur production ou leur maintien, des systèmes de règles sociales et de gouvernance pour des actions collectives. A qui appartient la connaissance ? Qui prend soin des communs ? Epreuves institutionnelles, axiologiques, méthodologiques, épistémologiques, politiques…
  • 80. La notion de bien commun Les communs comme source de pensée pour : - La « libération » des savoirs - La co-construction des savoirs
  • 81. « (…) Il s’agit aussi des formes de gouvernance associées à ces ressources, qui vont permettre leur partage, le cas échéant leur circulation, leur valorisation sans destruction, leur protection contre ceux qui pourraient atteindre à leur intégrité. Les Biens Communs sont donc à la fois une approche alternative de la gestion de biens et de services, qui bouscule le modèle économique dominant basé sur la propriété, et un imaginaire politique renouvelé. » Source : définition de l’association VECAM La notion de bien commun de la connaissance
  • 82. « Information, savoir et culture sont chaque jour un peu plus le cœur battant de nos sociétés. Eléments premiers d’une part croissante de notre activité économique, ils contribuent à façonner nos manières de faire société. Nos apprentissages et nos modes cognitifs, notre engagement dans le travail rémunéré tout comme notre autonomie par rapport à ses institutions, nos relations aux autres, nos pudeurs et nos exhibitions, notre espace-temps, nos attentions et inattentions, l’accord de notre confiance et la constructions de nos choix, nos déplacements, notre connaissance de soi, nos rapports aux objets, notre distance ou notre attachement à l’égard de la res publica…. Autant de champs bousculés, voire transformés par cette ébullition créative que l’on appelle société de la connaissance », Valérie Peugeot, « Les biens communs, une utopie pragmatique », p.14-19, dans Libres savoirs - Les biens communs de la connaissance, 2011 Les questions portées par les biens communs de la connaissance
  • 83. Ce dont il s’agit de prendre soin - Ce qui importe – Valeur scientifique versus valeurs sociale ? - Ce qui importe - Matter of care
  • 91. Matter of fact => matter of concern => matter of care Prendre soin Se relier Faire alliance avec des importances Faire partie du monde Ne pas/plus en être « détaché »
  • 92. « Dans des mondes constitués de formes et de processus hétérogènes et interdépendants de la vie et de la matière, se soucier de quelque chose, ou de quelqu'un, c'est inévitablement créer une relation » Maria Puig de la Bellacasa, 2012 « le politique signifie rapport, mais pas uniquement de pouvoir, rapport au sens de mise en relation. » Maria Puig de la Bellacasa, 2012, p.41 « Pour Haraway, la création de connaissances est une pratique relationnelle qui a des conséquences importantes dans la formation de mondes possibles. » Maria Puig de la Bellacasa, 2012
  • 93. Prises de parole, restitutions, valorisations, publications, interventions… Où est le commun ? Eveiller nos attentions Parler avec…
  • 94. Co-écrire ? Co-intervenir ? A qui appartient la recherche ?
  • 95. Comment raconter ? à qui ? avec qui ? J’ai choisi une nouvelle forme pour partager mes entretiens, pour ré- écrire à partir de la transcription : je raconte l’entretien à la personne enquêtée. Je lui raconte son récit. Je continue d’habiter la relation, la voix qui parle change mais l’espace où elle se déploie tente de rester un espace commun. Je TE raconte, comment je T’ai entendu.e. La relation à l’enquête Et je découvre dans l’expérience de l’écriture-même la puissance de l’écriture en Tu, l’autre qui reste au centre mais sans faire abstraction de sa présence à soi Le « tu » du Care Prendre soin de ce qui importe à l’autre
  • 96. « Qualifier ces personnes de co-chercheuses ne signifie pas que toutes aient le même rôle ou les mêmes tâches dans le processus de recherche; ce terme désigne le fait qu’elles contribuent à la mesure de leurs disponibilités, envies et savoirs propres. Les universitaires sont des professionnel-le-s de l’analyse et de la rédaction. Demander aux personnes participantes de rédiger une analyse peut être stressant pour elles et les mettre en difficulté, surtout si leur temps n’est pas compensé financièrement, qu’elles ne savent ni lire ni écrire ou encore qu’elles se dévalorisent en comparant leur travail à celui des universitaires. Ceci étant, on constate souvent une certaine tendance à la hiérarchisation des tâches dans les recherches participatives, entre les tâches d’analyse et de rédaction, confiées aux universitaires de carrière, et celles moins qualifiées, comme la retranscription des verbatim d’entretiens, confiées aux co-chercheurs et co-chercheuses. Également, les personnes les plus impliquées en tant que co-chercheuses dans les recherches participatives sont souvent les plus scolarisées. Il convient donc d’être attentif et attentive aux manières de rendre accessible les tâches d’analyse aux co-chercheurs et co-chercheuses tout en évitant une charge de travail indue ou qui favoriserait uniquement la participation des personnes les plus scolarisées. » Baptiste Godrie et Isabel Heck (à paraître) https://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/projetthese/chapter/methodes-de-recherche-participative- recherche-action-et-sciences-citoyennes/
  • 97. « il semble important d’identifier, avec les participant-e-s au projet de recherche, les compétences propres qu’ils et elles possèdent, par exemple, en matière de mobilisation des milieux, de liens avec les communautés, d’organisation et d’animation de rencontres, de vulgarisation ou encore de maitrise des réseaux sociaux. Faire preuve de créativité est un élément clé pour favoriser l’implication des personnes à chacune des étapes de la recherche, quel que soit leur niveau de scolarité. » « Il peut s’agir aussi d’instaurer des espaces d’interprétation des données avec les personnes concernées par la recherche, de leur transmettre les documents issus de la recherche et de les impliquer, avec d’autres, dans la diffusion des résultats. Ces façons de faire participent au climat de confiance requis pour travailler en équipe et assurent un certain contrôle des personnes sur leurs propos et le processus auquel elles participent. » Baptiste Godrie et Isabel Heck (à paraître) https://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/projetthese/chapter/methodes-de- recherche-participative-recherche-action-et-sciences-citoyennes/
  • 98. « Dans tous les cas, la démarche de recherche se caractérise par sa flexibilité puisqu’en plus de faire l’objet d’une réflexion collective dès sa conception, le processus de recherche est ré-évalué à chaque étape pour s’assurer de la pertinence de la démarche. Le processus de recherche flexible, avec de multiples rétroactions, reflète la conception de la connaissance sous-jacente aux recherches participatives. Le savoir n’est pas produit à l’Université, dans un lieu hors du monde, puis transmis du haut vers le bas vers des personnes qui vont le mettre éventuellement en action; le savoir résulte plutôt d’échanges entre des personnes détentrices de savoirs et de positionnements situés différents (connaissances théoriques, expériences professionnelles et de vie, militantisme, etc.). Cette approche contribue au développement des capacités d’analyse et d’action des communautés partenaires des projets. » Baptiste Godrie et Isabel Heck (à paraître) https://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/projetthese/chapter/methodes-de- recherche-participative-recherche-action-et-sciences-citoyennes/
  • 100. « Il importe de mentionner, pour finir, que la participation des personnes concernées à la recherche n’est pas un dogme. L’intensité de la participation dépend du contexte (qui initie la recherche, intérêt à participer des personnes concernées, temps, budget, capacité à tenir les engagements, retombées concrètes attendues, etc.) et doit donc faire l’objet d’un questionnement entre les co-chercheurs et co-chercheuses. Les recherches qui ne sont pas participatives sont tout à fait légitimes, et adaptées à certains contextes et finalités de recherche. Plus de participation ne signifie donc pas mécaniquement une meilleure recherche. Ceci étant, le manque d’intérêt apparent des personnes est également à questionner, car il peut être produit par l’idée que « la recherche, c’est seulement fait pour les universitaires » et refléter qu’elles ne se sentent pas légitimes à s’impliquer dans un tel processus. Également, d’autres enjeux que nous ne développons pas ici se posent en matière de rémunération ou de dédommagement des participant-e-s dans le processus de recherche et de reconnaissance de leur contribution dans les documents produits. » Baptiste Godrie et Isabel Heck (à paraître) https://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/projetthese/chapter/methodes-de- recherche-participative-recherche-action-et-sciences-citoyennes/
  • 101. « C’est aussi chez moi » - le savoir comme lieu et interdépendances « si tu m’accueilles j’ai un monde et des savoirs à partager » « Je me sens autorisé à cela maintenant » I. Stengers
  • 102. Une approche relationnelle – interdépendante et attentive de nos recherches « Nos enquêtes [recherches] sont tissées de milliers de situations, dont beaucoup de conversations : il peut s’agir d’entretiens avec des enquêté.es, de discussions avec des collègues et amis préalables ou consécutives à ces entretiens, d’échanges avec des personnes impliquées dans ce que nous faisons et vivons. Ces conversations s’élaborent grâce à des alliances intellectuelles et humaines – des amitiés – sans cesse entretenues par le partage de ce qui nous arrive et de ce qui nous importe. Nos enquêtes [recherches] sont fabriquées aussi à partir de l’ensemble des conversations muettes, lors de la lecture d’un texte ou de la consultation de documents, dans le tissu épais des mille relations dont l’écriture est porteuse et que la lecture va sans cesse animer. » Le Marec et Faury, à paraître dans Communication & langages
  • 103. « Nous ressentons la violence des opérations qui transforment les enquêtes [recherches] en moyens d’extraire et de capitaliser du matériau et des données. Par le biais d’une légitimité scientifique héritée et exploitée, ces procédés produisent des récits comme moyens de s’approprier à titre personnel des matériaux transformés, de les marquer, et ainsi de prendre place dans le marché des productions et des références du système académique. La tendance actuelle va dans le sens d’une dépossession de la relation d’enquête [de recherche], qui rend possible une requalification de cette relation en extraction de données et matériaux, traités pour être « protégés » en tant que données et matériaux. » Le Marec et Faury, à paraître dans Communication & langages D’une ontologie extractiviste à une ontologie relationnelle : vers de nouveaux commun de la connaissance Une approche relationnelle – interdépendante et attentive de nos recherches
  • 105. Science ouverte et sciences participatives à l’Université de Strasbourg
  • 106. Université de Strasbourg Une longue présence des sciences au cœur de la ville, portée par une politique de diffusion des savoirs très active : • Jardin botanique (1619) • Musée zoologique (1804 – cabinet Herrmann, 1988) • Planétarium universitaire (1981) • Un centre de CSTI devenu « Jardin des sciences » en 2008 • Nouveau planétarium et rénovation du musée zoologique (2023-24) 106 La Science ouverte à l’Université de Strasbourg Introduction générale La Science ouverte à l’Université de Strasbourg
  • 107. Université de Strasbourg Une volonté d’avoir une approche critique de la recherche et de s’interroger sur le rapport entre sciences et société : • Gersulp (1973) – Groupe de recherche sur l’étude des sciences et techniques en société • Un master Sciences et société (1993) • Vice-présidence Sciences en société depuis 2009 • Vice-présidence déléguée à la Science ouverte depuis 2017 • Lancement d’une Maison pour la science en Alsace (2012) 107 La Science ouverte à l’Université de Strasbourg Introduction générale La Science ouverte à l’Université de Strasbourg
  • 108. Université de Strasbourg Un site de premier plan en matière d’édition scientifique et de documentation : • Les bibliothèques de l’université (31 bibliothèques) • Une bibliothèque nationale et universitaire • Des presses universitaires (PUS) fondées en 1919 • Une URFIST (Unité Régionale de Formation à l'Information Scientifique et Technique) • Un Schéma Directeur de la Documentation en Alsace (SDDA) qui a financé des actions de structuration au niveau alsacien 108 La Science ouverte à l’Université de Strasbourg Introduction générale La Science ouverte à l’Université de Strasbourg
  • 109. Université de Strasbourg Des évolutions récentes allant dans la direction de la Science ouverte (1/2) : • Une archive institutionnelle propre à l’université (UnivOAK), couplée aux données de la recherche • Un passage des PUS à l’OpenEdition (livres & revues) • Un service d’appui aux données de la recherche • Des formations dédiées à la science ouverte par l’URFIST 109 La Science ouverte à l’Université de Strasbourg Introduction générale La Science ouverte à l’Université de Strasbourg
  • 110. Université de Strasbourg Des évolutions récentes allant dans la direction de la Science ouverte (2/2) : • Des programmes de recherche et sciences participatives • Un comité d’éthique pour les chercheurs • un schéma stratégique articulant CSTI, Open Access & Edition, sciences participatives et actions Sciences / Société 110 La Science ouverte à l’Université de Strasbourg Introduction générale La Science ouverte à l’Université de Strasbourg