SlideShare une entreprise Scribd logo
De nouvelles voix en sciences ?
Mélodie Faury
Université de Strasbourg
LISEC – ATIP
7 juin 2019
faury@unistra.fr
Ecrire, décrire, s’inscrire : explora3ons pour se situer et se
rendre présente dans l’écriture en tant que chercheuse
Chercheuse, chercheur :
un métier aux identités multiples
Doctoriales 2019
EDSE, UNIL (Lausanne)
Espace mental de la recherche
Rapport iden2taire et culturel
aux sciences
Expérience vécue
Réflexivités
Parole & voix
Infra-ordinaire
Désir de scien8ficité
Savoirs situés et témoignages
Cartographie de mes recherches Arborescences
Pra+ques de
communica+on dans
les pra+ques de
recherche
Entrée par les discours
Entre2ens comme espace
de témoignage et
d’intersubjec2vité
• Espaces de réflexivités, acteurs réflexifs ;
• Savoirs situés /Standpoint epistemology
• Diversité des situa8ons de communica8on dont notamment
média8on, vulgarisa8on ; enjeux épistémologiques et
idéologiques ;
• Rapports science et société ;
• Interdisciplinarité et notamment enjeux épistémologiques du
dialogue entre différents registres de scien8ficité ;
• Recherche sur la recherche, réflexivité et discours cri8que ;
• Ethique, responsabilité (approche communica8onnelle) ;
• Pra8ques numériques dans les pra8ques de recherche,
science ouverte, bien commun ;
• Modalité de partage, publica8on, valida8on, évalua8on des
connaissances scien8fiques ;
• Autorités, légi8mités, pouvoirs ;
• Co-construc8on des savoirs, sciences citoyennes, sciences
par8cipa8ves
Objets Montée en conceptualisa+on
D’où je parle ? Quelles pratiques ?
• Chercheuse STS-SIC – Université de Strasbourg
• Mul$-Carne$ère, notamment pendant la thèse ; formatrice aux carnets de recherche, membre du Conseil
Scien$fique d’Hypothèses ;
• Futur conférencière ges$culante – en cours de forma$on ;
• Public d’une séance de capta$on TEDX et de vidéos en ligne ;
• Pré-Jury MT180s à Strasbourg, et vidéos en ligne ;
• Formatrice de doctorant.es à la « communica$on scien$fique » à l’Université de Lyon puis à l’Université de
Strasbourg
Me situer
Principales ques.ons pour aujourd’hui
• Quelles sont les voix que l’on entend quand les doctorant.es prennent la parole ?
• Selon les disposi7fs : les doctorant.es parlent-ils d’eux ? Comment sont-elles et ils
présent.es ? Quels rôles joue l’énoncia7on à la première personne ?
• De quelle(s) science(s) parle-t-on ? Se situent-elles et ils par rapport à leur expérience
vécue ?
• Quelles expériences cons7tuent les situa&ons de communica7on elles-mêmes ?
Le passage par l’oral en par7culier ?
« Ce$e présence ou ce$e absence, nous la rencontrons à chaque instant de notre
existence. Iden;fiée ou invisible, elle est là. (…)
Qu’est-ce que la communica;on sans présence ? Un simple masque, une technique ou un
moyen de faire semblant ?
« Il a une mauvaise communica;on… Il communique bien…. Il va falloir communiquer…. »
Voilà ce que l’on entend sans arrêt. Mais rarement on parle de sa présence. La présence
des êtres humains comme ils sont. »
Marc Galy
La présence
Dire, vouloir dire, pouvoir dire PRENDRE LA PAROLE EN TANT QUE DOCTORANT.ES
=> Nécessité de trouver les espaces
VOIX des individus - NARRATION DE SOI
Rapport aux normes et aux valeurs, expériences vécues
DéprotecDon, présence, ancrage, déborder le disposiDf
Les objecDfs et le contexte de la communicaDon
(notamment insDtuDonnels) – Efficacité, Diffusion
Résistances culturelles à la narraDon, au « je »
Confusion entre réflexivité et narcissisme, « ego »
Propriété intellectuelle, reconnaissance, autorité, visibilité :
d’un individu, d’une recherche, d’un labo, d’une université
Enjeux de montée en compétences de communication
VOIX de l’ins7tu7on, VOIX de la « Science »
Présenter la recherche, un champ, des concepts
Mul$ples obstacles
MT180s
Le savoir comme pouvoir : pour qui ?
Deficit model - sachant / ignorant
Concours et évaluaDon
Accroche, « teasing » versus empowerment
Les objec)fs et le contexte de la communica)on
Extrait Présenta-on de la forma-on de l’Université de Strasbourg
Dire, vouloir dire, pouvoir dire PRENDRE LA PAROLE EN TANT QUE DOCTORANT.ES
=> Nécessité de trouver les espaces
VOIX des individus - NARRATION DE SOI
Rapport aux normes et aux valeurs, expériences vécues
Déprotection, présence, ancrage, déborder le dispositif
LE CORPS
Sujet connaissant et objet de connaissance
Dualismes
Faire corps et aliénaIons
LA FIGURE DU « BON » CHERCHEUR, de l’EXPERT
La figure du vulgarisateur, du conférencier, du
« communicant »
MASQUES
VOIX de l’insBtuBon, VOIX de la « Science »
Mul$ples obstacles
Incarner la science
Prendre la parole - PARLER AU NOM DE
Le « je » représentant le « nous » - quel nous ?
Quel commun ?
MT180s
Présentateur – Porte-parole
FORME, Modèle de communicaBon
et ADHESION
Les valeurs incorporées
Que font les doctorant.e.s dans leur carnet de thèse ou dans MT180s ?
Parlent-ils de science, de recherche, d’eux-mêmes ?
Que partagent-ils et que construisent-ils dans ces situaCons de médiaCon?
De nouvelles formes de vulgarisa1on
qui incarnent l’objet de connaissance et/ou situent d’où elles parlent.
Sources :
« Carnets de thèse et écriture de soi dans la recherche »,
Mélodie Faury, revue de la BNF, mars 2019
Source : thèse Lionel Maillot, 2018.
G. Agamben définit le dispositif comme :
« tout ce qui a, d’une manière ou une autre, la capacité de capturer,
d’orienter, de déterminer, d’intercepter, de modeler, de contrôler et
d’assurer les gestes, les conduites, les opinions et les discours des êtres
vivants » (2014)
Des situa)ons de communica)on et des disposi)fs
Comment peut-on prendre la parole ? Qui parle ?
De quel sujet connaissant s’agit-il ? De quoi fait-il la narration ?
De quelles sciences parlent-on ?
Quelles sciences donnent-on à se représenter ?
Les conférences TED (Technology, Entertainment and Design) sont une série de conférences organisées au niveau interna4onal par la
fonda4on à but non lucra4f nord-américaine The Sapling founda4on. Elle a pour but, selon son slogan, de diffuser des « idées qui valent
la peine d'être diffusées ». Les premières conférences se sont tenues en Californie en 1984
Storytelling
LA CONFERENCE COMME PERFORMANCE ET NON COMME PENSEE
« C’est la rencontre entre des savoirs chauds (savoirs de vie et populaires u4les à l’ac4on collec4ve) et des savoirs froids ( savoirs
théoriques et poli4ques), cela ne donne pas des savoir 6èdes … cela fait de l’orage ! »
D'après l'Ardeur
« La conférence ges7culée est une prise de parole publique sous la forme d’un spectacle poli7que militant.
Conférence ges7culée
Les carnets de thèse de la plateforme Hypotheses.org, c’est-à-dire à des blogs individuels tenus par des doctorant·es à par4r de leur
contexte professionnel. Il en existe actuellement 175 au catalogue d’OpenEdi6on
Ma thèse en 180 secondes est un concours international de vulgarisation scientifique ouvert aux doctorants francophones du monde
entier. Les doctorants doivent présenter leur sujet de recherche, en français et en termes simples, à un auditoire profane et diversifié.
Chaque étudiant(e) doit faire, en trois minutes, un exposé clair, concis et néanmoins convaincant sur son projet de recherche.
Des disposi)fs mis en perspec)ves
Des dispositifs mis en perspectives
TRAME : le « PITCH »
À par4r du 4tre de la thèse
LES « FILS DE SCOUBIDOU »
Pe4te et grande histoires
Les CATEGORIES
L’expérience vécue
de la thèse
L’exper4se de son
sujet
LA bonne idée
L’humour
Raconter des anecdotes
LES IMAGES /métaphores
L’u4lité, les applica4ons
Les résultats
LE MESSAGE
et sa mise en scène
MT180s
3 min 18 minutes maxS’arrête souvent avec
la fin de la thèse
1 à 2 heures
Conférence ges1culée Carnet de thèse TEDX
Evaluation par un jury et le
public
Pas de question
Echange possible
Atelier possible
Commentaires
possibles
Pas d’échange
Efficacité du message :
complémentarité
sémio4que entre
parole, gestualité et
support mul4média
Styles et manières de parler
MT180s
Une forme calibrée : le temps, l’espace ; Communica8on efficace ; « Leviers » de vulgarisa8on stéréotypés
Valorisa8on de soi par ses recherches et ses résultats (par l’ac8on) : qu’est-ce que l’on « apporte » ?
Discours cri8que impossible ; Discours « méta » rare
CARNET de thèse
Quand elles et ils abordent leur sujet de thèse, elles et ils peuvent accompagner leur propos de leurs ques8onnements,
leur vécu et de leurs doutes. C’est dans ce cas une manière de parler la science qui ouvre la possibilité d’un lien avec
d’autres. A la fois dans une forme de partage de la condi1on de doctorant, de l’infra-ordinaire de la recherche, mais aussi
dans une forme ouverte à la discussion, à l’entraide ou à la disputa1o.
Conférences gesticulées
Engagement cri8que et poli8que. Ar8cula8on des savoirs issus de l’expérience vécu et des savoirs académiques pour
développer un discours cri8que et engagé, analysant les rapports
Respirer ? Restituer efficacement et avec originalité plutôt que « parler »
Carnets de thèse
MT180s - Témoignage Nicolas Houel
« - On va dire qu’il y a deux phases. Il y une phase d’écriture, qui demande une véritable synthèse de tout ce que l’on a
envie de dire parce que en 3 minutes, on a doit avoir à peu près 470 mots. Le plus compliqué reste (…) de sor;r du jargon
scien;fique qui peut être parfois un ou;l de défense pour nous. (…). Et une phase de répé;;on qui trouve sa finalité
quand ça coule en 2min 58, 59, 55. En se disant Kens je garde un peu de marge comme ça si je bafouille ou si je n’arrive
pas à dégluKr à ce moment là je…
- Tu peux prendre le temps de respirer, éventuellement (rires) »
=> Mais une « respiraKon » par rapport à la recherche !
Où se situe la
réflexivité ?
Dans les témoignages de carnetier·es que je recueille apparaît l’idée de « respiration » : la lecture et l’écriture des
carnets donnent de l’air, donnent à penser, une pause, de l’espace, parfois même du divertissement. Pour certain·es
doctorant·es qui les investissent, ces carnets représentent un espace inédit de liberté de parole et de ton, dans lequel
l’envie de dire et le désir épistémologique peuvent s’autoriser à être à l’œuvre (Paveau , 2010).
Le risque de l’évalua9on
Prendre la parole en tant que doctorant.es
Incarner la science ?
Notable en soi
Mobilisent-ils et elles des savoirs ou de connaissances ?
Quel rapport entre savoir et pouvoir / valorisa7on/ reconnaissance / autorité ?
Carnet et MT180s
// Conférences ges4culées
« le savoir c’est le pouvoir »
« Je considère ici les savoirs comme issu de l’expérience du sujet en
rela:on à autrui et au monde, par dis:nc:on avec les connaissances
comme corpus établis, explicites, extérieurs à un sujet. » P. Hert, 2014
Les doctorant·es choisissent souvent de partager les connaissances validées qu’illes ont acquises pendant leur
parcours.
C’est une manière d’ouvrir des savoirs, tout en se positionnant personnellement dans un champ, dans une discipline. Il
s’agit alors de se positionner, de se rendre visible et de se présenter : soi vis-à-vis de ses pairs, soi comme « maîtrisant » un
certain nombre de connaissances, de références, soi comme « appartenant » à une discipline, à un groupe professionnel.
La réduc)on de la communica)on à « l’accroche »
L’effacement du sujet dans les écrits scientifiques est le signe d’un désir de scientificité
ou de la volonté de faire science qui conçoit la vérité comme synonyme d’objectivité et
comme opposée à toute intervention de la subjectivité : écrire la science revient à construire
des énoncés escamotant le sujet (Jurdant, 2006 ; Stengers , 1992).
Parle-t-on ou non à la première personne ? Si oui, est-ce pour communiquer sur soi,
raconter ce que l’on fait et devenir visible ?
Ou est-ce pour construire un savoir articulé à un point de vue explicité, en s’appuyant
sur la réflexivité que permet cette forme énonciative (même si ensuite, dans les écritures
« normées », le « je » se dissout à nouveau) ? Le carnet devient dans ce cas un espace de
réflexivité, un lieu d’élaboration de savoirs situés, voire même un appareil critique
accompagnant la construction des connaissances partagées dans d’autres lieux plus formels
et légitimés.
Installer un espace à soi et accepter de l’ouvrir en y restant présent, c’est se
montrer vulnérable et fragile aussi dans une recherche en cours. C’est partager
un geste en train de se déployer. On se cherche en même temps que l’on cherche.
On accepte de se tromper, de faire des erreurs. On ne cherche pas l’autorité, la
puissance du savoir. On peut humblement chercher à expliciter le mieux possible
ce que l’on est en train de tenter.
Communica)on efficace ou incarnée ?
MT180s
Le « je » possessif :
« ce que je fais dans MA thèse »,
« MA recherche c’est »
Le « je » acteur, qui représente plus
large que lui-même
Le « je » en maîtrise
Se me%re en « je »
Considérer la place du « je » dans les carnets de thèse et dans MT180s, c’est ques=onner le « je » en
sciences, la ques=on de la voix et de l’oralité, de la prise de parole, nos rapports aux sciences, nos rapports
à la scien=ficité, au corps, aux émo=ons et aux expériences, à la place du sujet parlant et pensant dans
nos pra=ques orales et écrites, etc.
L’effacement du sujet dans les écrits scientifiques est le signe d’un désir de scientificité ou de la volonté de faire science
qui conçoit la vérité comme synonyme d’objectivité et comme opposée à toute intervention de la subjectivité : écrire la
science revient à construire des énoncés escamotant le sujet (Jurdant, 2006 ; Stengers, 1992).
Un carnet de thèse, quand il est habité, c’est-à-dire inves7 comme espace à soi, est habillé, organisé,
structuré, décoré mais aussi coloré par le « ton » de l’habitant.e (en-tête, illustra7ons, colonnes latérales,
in7tulés de pages, mots choisis pour les é7queAes, les catégories, etc.).
Les doctorant.e.s sont chez eux, on vient leur rendre visite, les lire, parfois discuter, et elles et ils nous y
accueillent.
« (…) c’est un lieu. Et puis c’est un lieu propre. A la De Certeau. C’est chez moi. Tu vois ? Et ce
« chez moi » ça connote la liberté aussi. (…) Le blog c’est chez moi, y compris esthétiquement. »
Carnetier sociologue
Un carnet de recherche à soi A Room of One's Own, Virginia Woolf, 1929
=> Lieu de pensée
> Raconter sa recherche ? Ou vulgariser ses résultats ? Parler de savoir construits par
d’autres ?
• Ecrire dans un carnet de thèse permet de raconter sa recherche et de l’ar3culer au fur et à mesure des
billets rédigés et parfois inter-reliés au rythme de la thèse, des ac3vités qui la jalonne : lectures, terrains,
construc3ons méthodologiques, rencontres scien3fiques, écritures, communica3ons formelles,
manuscrit, soutenance, recherche d’emploi, etc.). Les doctorant.e.s racontent et s’expriment par rapport
aux différentes étapes de la construc3on de leur objet, de leur manuscrit et de leur installa3on dans un
champ de recherche.
• // Présenter sa thèse en 180s et conférences ges3culées
Habiter son espace propre, comme un espace de pensée
ó ENJEUX EPISTEMOLOGIQUES
Notamment modèles de communication sous-jacents
Occuper ou habiter l’espace ?
Faire corps avec son sujet ?
ADHERER
Quoi faire du corps ?
Le ton juste?
Mobiliser le corps comme un ou7l de performance : une façon
de surligner, de sur-jouer et non comme source de savoir ou de
parole
Jouer mais ne pas être présent, ni chercher
l’émo5on dans le théâtre :
« Deux jours où on est accompagné sur l’écriture et sur la
prise de parole, où l’on nous demande de sor9r de la
prise de parole tradi9onnelle et de crier plus fort lorsqu’il
s’agit de marquer une émo9on, parfois de s’exprimer
avec un crayon dans la bouche à la ver9cale et à
l’horizontale, donc des exercices de dic9on, pour sor9r
de notre zone de confort de communica9on verbale et
d’aller chercher un aspect un peu plus théâtral »,
Nicolas Houel, Nantes 2019
Le sujet connaissant fait corps avec l’objet de
connaissance dont il incarne la métaphore –
devient un instant son objet
(1) Lectures ;
(2) Terrain,
(3) Méthodologie ;
(4) Posture de chercheur et épistémologie ;
(5) Expérience vécue ;
(6) Emotions et corps ;
(7) Communication scientifique ;
(8) Expertise ;
(9) Conversation ;
(10) Soin du lectorat ;
(11) Réflexivité écritures ;
(12) Réflexivités sur le blogging scientifique ;
(13) Réflexivité rôle social du chercheur.
Types de billets iden-fiés les billets récoltés (analyse exploratoire)
- sélection des carnets de thèse via le catalogue d’OpenEdition ;
- sélection des carnets francophones au sein de cette catégorie (151
carnets en juin 2018) ;
- récupération des billets récents présentés sur le catalogue pour
l’ensemble de ces carnets (nombre variable selon les carnets : de
trois à une dizaine).
Diversité des billets :
« Partager une lecture d’ouvrage », « Partager une bibliographie » ,
« Documenter et raconter le terrain », « Construire un rapport au terrain » ;
« Partager la méthodologie pour les futurs chercheurs », « Partager un retour
d’expérience », « Partager l’expérience des ouMls numériques », « Construire et
partager une posture de chercheur », « Construire et partager un
quesMonnement épistémologique », « Expliciter et partager l’imprévu, la
sérendipité », « Présenter le sujet de la thèse », « Témoigner du parcours de la
thèse », « Se meRre en mouvement réflexif », « Expliciter et partager l’ordinaire
de la recherche », « Raconter la soutenance », « Expliciter et partager les
émoMons de la thèse », « Communiquer sur ses acMvités », « S’intéresser à un
sujet populaire », « MeRre son experMse en jeu », « Partager des
quesMonnements et non des cerMtudes », « Entrer en conversaMon
scienMfique », « Souhaiter la bienvenue », « Appeler à la parMcipaMon », « Ecrire
pour le grand public », « Pourquoi blogguer ? »
La figure des doctorant.es en héros de la recherche,
en « gagnants »
Incarner une science qui se coupe de l’expérience vécue et des émo6ons : les
doctorant.es comme figure de quoi ?
« Nous n’avons pas un corps, nous sommes un corps qui nous
permet d’éprouver le monde. Nous sommes ce corps qui nous
ancre dans le monde et nous y ramène. » P. Hert, 2014
MT180 réactualise les dualismes de la science
corps/esprit, émo6ons/raison, connaissance/savoirs issus de l’expérience vécue
=> Pour incarner la science, il faut mobiliser des figures, « soi » ne suffit pas
=> Les doctorant.es parlent au nom de leur laboratoire, de leur université
Incarner, prêter son corps à quelle science ?
Les athlètes spor6fs, les héros de film, de BD
et de dessin animé, les super-héros ou des
super-pouvoirs, les guerriers, des
enquêteurs et des secrets, télé-réalité (top
chef), magiciens
Les valeurs qui construisent les
métaphores et les discours
Contrôle, succès, révolution, action,
stratégie, gestion, originalité/inédit,
maîtrise, certitudes, sauver le monde
Þ Soumettre la thèse à l’évaluation,
doit convaincre
Þ Présentation doit répondre aux
critères d’une « bonne
communication » et d’une
« bonne recherche »
Figures populaires qui accrochent
sans nécessairement « parler »
Parler à distance du dispositif
« Bon je préfère être honnête avec vous, j’ai un problème.
Mon entourage a eu tellement de bons conseils, que je n’ai pas réussi à trouver
la bonne idée pour vous présenter ma thèse.
Je pense qu’on sera tous d’accord pour dire qu’en général on s’a?end à ce que le
pitch soit drôle. Seulement il est difficile de faire de l’humour lorsque l’on
travaille sur deux calamités : le cancer et les parasites.
(…)
Donc exit l’humour.
Mais je pouvais encore m’en sorJr grâce au stratagème n°2 : raconter une
anecdote.
(…)
A?endez. Il y a des parasites qui protègent contre le cancer et d’autres qui le provoque ?
Et bien en fait c’est ce paradoxe que je cherche à expliquer pendant ma thèse
Et je vais même un peu plus loin.
(…)
Comme il paraît que nous sommes des êtres visuels, je pense qu’une belle métaphore sera la bienvenue pour
vous expliquer comment cancer et parasites peuvent être liés. (…)
Camille Jacquelin, 2017
Peut-il se passer quelque
chose dans la situa3on de
média3on ?
« Ce qui est bon, c’est quand on est traversé par quelque
chose. On ne maîtrise pas. On n’est pas en train de se placer,
au contraire. On est placé. »
Céline SalleBe, actrice
Ce qu’il va se passer au moment où l’on parle.
La présence, être présent à la situation.
Si tout est calibré, rien ne peut arriver.
La parole est verrouillée.
Réflexivités ? Emo;ons ? Liens ?
« Se rendre fragile dans la parole »
Baudouin Jurdant à propos de Pierre Bourdieu
Les proverbes ou Les disparates, Francisco de Goya (1815-1823)
Illustra;on de la thèse d’Etat de B. Jurdant
« Seul le conteur, chaudement vêtu, semble apprécier la situa3on fort
délicate dans laquelle se trouve ce groupe qui, ne sachant où aller, s'est
réfugié sur les branches d'un arbre. Epargnez-nous vos sermons
semblent-ils dire, passifs et désabusés, au beau parleur... Car sur les
branches mortes, la vie reste malgré tout très précaire. »
hBps://www.pop.culture.gouv.fr/no3ce/joconde/05940002716
La voix – quel ton ? Parler en quel nom ?
Conférences ges,culées MT180s
« la vulgarisa+on scien+fique remplace les savoirs qui partent du corps éprouvant par un discours extérieur, celui des
sciences », P. Hert 2014 en suivant B. Jurdant
Þ La conférence ges,culée opère le mouvement inverse, à par,r de l’expérience vécue
Le « savoir ordinaire qui passe par le vécu du corps » P. Hert 2014
« Lepage parle d’une source académique (…) Sa voix pourtant
est différente de celle de n’importe quel.le universitaire. On ne
retrouve pas ce style ampoulé de l’article scientifique, ni la
retenue professionnelle des conférences académiques. Il utilise
ses propres mots.
(…) Faites aCenDon à sa voix, non pas au niveau des mots
qu’elle porte, mais au niveau de son intonaDon. Quand il uDlise
les cartes, qu’il imite un représentant poliDque, l’intonaDon
change. Vous avez déjà peut-être remarqué cela, dans un
colloque ou lorsque des représentant.e.s poliDques font un
discours. La personne qui parle va prendre une voix plus
soignée, plus professionnelle : elle porte une voix qui n’est plus
tout à fait la sienne. »
Léa Gonnet, étudiante
Des figures vocales sont mobilisées
Empreintes vocales familières, personnages de scène
Journaliste et voix off de documentaires, marchand de
marche, hôtesse de l’air, guide touristique one
man/woman show comique, « Fred et Jamy »
Etre présent
Habiter l’espace
Se me3re en « je »
Ecriture et parole situées
Trouver sa propre voix
« Trouver une perspec,ve, une manière de dire le monde, de le rendre intelligible à par,r de sa propre parole située, de
son parcours, de son style, d’une manière d’être au monde et d’habiter le monde en tant que chercheur·e : autant de
formes et de manières qui peuvent s’élaborer et qui s’élaborent parfois dans les carnets de thèse et dans les
conférences ges,culées, quand les doctorant·es et les conférencier·es prennent le risque et saisissent l’opportunité de
parler en leur nom depuis là où elles et ils se trouvent et pensent. »
=> Enjeux épistémologiques, disciplinaires, idéologiques
Parler en son nom en tant que doctorant.e ?
ÞDes savoirs issus de l’expérience vécue de la recherche doctorale
ÞUne parole sans espace
Parler depuis sa place ?
Enjeux épistémologiques et poli,ques
Et non « diffuser », « valoriser »
Les situations de communication des doctorant.es sont les espaces potentiels d’une recherche en
mouvement, en interrogations, sur le terrain, vivante, en évolution, incarnée – en liens
Quand le nous change et se fonde sur du commun issu de l’expérience, de la confiance en
l’expérience et de l’ordinaire – et non plus sur des « figures ».
- Elles permettraient de témoigner de l’expérience de la thèse, à différentes étape du parcours des
doctorant.e.s ;
- Elles permettraient de saisir la présence et le rapport des doctorant.e.s à leur sujet, à leur terrain, à
leurs objets, rencontres, à leurs lectures, etc. ;
- Elles contribueraient à l’émergence de différentes formes de réflexivité, par l’oralité ou par l’écriture
exposée et par l’intégration de la possibilité de l’autre dans le propos. Enjeux épistémologiques.
Narra$on, iden$té et présenta$on de soi dans la recherche
Quels espaces de réflexivité ? Quels communs ?
David Abram, Comment la terre s’est tue – Pour une écologie des sens, Paris, La découverte, 2013.
Giorgio Agamben, Qu'est-ce qu'un dispositif, Rivages poches, 2014, 80 p.
Mélodie Faury et Lionel Maillot, « Repenser les formations doctorales. De la communication efficace à la communication incarnée », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 181 | 2019, mis en ligne
le 01 janvier 2020, consulté le 31 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/ocim/2138 ; DOI : 10.4000/ocim.2138
Mélodie Faury, « Carnets de thèse et écriture de soi dans la recherche », Revue de la BnF, 2019, n°58, pp.73-81.
Elsa Poupardin et Mélodie Faury, « Hypotheses : l’inscription d’une pratique de communication dans l’activité de recherche », Revue française des sciences de l’information et de la
communication [En ligne], 15 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 11 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/4877
Mélodie Faury, « Partager son sujet et son expérience de recherche dans un carnet de thèse : des doctorant.es entre recherche de légitimité et recherche de sens », Revue Belphegor, 2019,
à paraître.
Carol Gilligan, Une voix différente – Pour une éthique du care, Flammarion, 2008 (1982).
Marielle Macé, Styles. Une critique de nos formes de vie, Paris, Gallimard, 2016.
Baudouin Jurdant, « Parler la science ? », Alliage, 59, 2006a. En ligne : http ://www. tribunes.
com/tribune/alliage/59/page6/page6.html (consulté le 5 octobre 2018).
Baudouin Jurdant, « Ecriture, réflexivité, scientificité », Sciences de la société, n°67, 2006b, p. 131-144.
Sandra Harding, “Rethinking Standpoint Epistemology : What is Strong Objectivity ?”, dans Linda Alcoff et Elizabeth Potter (dir.), Feminist Epistemologies, New York & London, Routledge,
1993.
Laugier Sandra, « Le commun comme ordinaire et comme conversation », Multitudes, 2011/2 (n° 45), p. 104-112. DOI : 10.3917/mult.045.0104. URL : https://www.cairn.info/revue-
multitudes-2011-2-page-104.htm
Lionel Maillot, La Vulgarisation scientifique et les doctorants. Mesure de l’engagement – exploration d’effets sur le chercheur. Thèse en Sciences de l’information et de la communication,
Université de Bourgogne - Franche Comté, 2018.
Walter J. Ong, Oralité et écriture, Paris, Les Belles Lettres, 2014.
Parler la science – Réflexivité par l’oralité
En ligne :
h*p://revel.unice.fr/alliage/index.html?id=3517
Jack Goody (1986) cité par Y. Jeanneret (2010).
« l’injonc?on à la réflexivité que portent par elles-mêmes les formes écrites, en soulignant à la fois le
mode de publicité que sollicite le partage de textes visibles et le retour sur soi qu’occasionne pour le sujet
le fait d’être confronté à une forme extériorisée de sa pensée »
« Il est important d’insister sur une propriété majeure de l’écriture à savoir la possibilité qu’elle offre de
communiquer non pas avec d’autres personnes mais avec soi - même. »
Réflexivité par l’écriture
J. Goody (1986), La logique de l’écriture : aux origines des sociétés humaines, Paris, Armand Colin. — (2007), Pouvoirs et savoirs de l’écrit, Paris,
La dispute.
Se déprotéger
Installer un espace à soi et accepter de l’ouvrir en y restant présent,
c’est se montrer vulnérable et fragile aussi dans une recherche en
cours.
C’est partager un geste en train de se déployer.
On se cherche en même temps que l’on cherche.
On accepte de se tromper, de faire des erreurs.
On ne cherche pas l’autorité, la puissance du savoir.
On peut humblement chercher à expliciter le mieux possible ce que
l’on est en train de tenter.
Fragilité et vulnérabilité de la recherche
La vulnérabilité comme force épistémologique
En accès libre
h"ps://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/neutralite/
Se situer entre savoirs et expériences :
trouver sa voix propre et l’inter-relier
Parcours et moments de remise en cause de la neutralité
axiologique de la science
1. Etudes en biologie moléculaire et cellulaire
2. S’inscrire dans le champ des études de sciences
3. Recherche doctorale : que signifie être biologiste ?
4. L’absence de poste et de place pour certaines perspecCves
5. Devenir femme à l’université
Þ Dimension sociale du sujet connaissant
+ dimension poliCque de toute acCvité de connaissance
En recherche par l’absence de poste et de temps de travail légitime pour construire des
connaissances selon la perspective qui est la mienne - reconnaissance et légitimité de
l’activité
Femme à l’Université - Sortir de sa place – se faire remettre à sa place – conscience des
places (Woolf, 1938 ; Gayatri Chakravorty Spivak, 2009 )
Vécu de la violence ordinaire dans un système de pouvoir – conscience de la violence
ordinaire exercée dans une position dominante (Simon Lemoine, 2017)
Objetisation / silenciation / re-sujettisation / re-devenir sujet
Expérience vécue : perdre sa voix
Une voix différente
De l’expérience au savoir issu de l’expérience
ÞBouleversement par l’expérience vécue
ÞBouleversement épistémologique
Devenir chercheuse
Trouver sa voix
Trouver ses mots
Trouver son regard
Trouver son tact
Déconstruire une évidence à par3r des recherches sur la science et de l’expérience vécue (allers-retours) :
la méthode / posi3on / le regard « neutre »
Pas une expérience « de femme » mais une expérience à par4r de la place qui est assignée (historiquement, socialement) aux
femmes
D’où est-ce que je déploie ma perspec<ve ?
Comment je me situe ?
Comment je choisis de regarder le monde / mon objet de connaissance ?
Comment je choisis d’être au contact avec le monde / mon objet de connaissance ?
( Carol Gilligan, 1982)
« La ques(on – celle de l’expression de l’expérience : quand et comment faire confiance à son expérience,
trouver la validité propre du par(culier – dépasse la ques(on du genre, car c’est celle de notre vie ordinaire, à
tous, hommes et femmes. L’histoire du féminisme commence précisément par une expérience d’inexpression,–
dont les théories du care rendent compte concrètement, dans leur ambi(on de meBre en valeur une dimension
ignorée, non exprimée de l’expérience. C’est le problème, au-delà du genre, qu’affronte le care et qu’il permet
d’exposer sans métaphysique. John Stuart Mill s’était préoccupé de ceBe situa(on, où l’on n’a pas de voix pour
se faire entendre, parce qu’on a perdu contact avec sa propre expérience. »
« Il s’agit d’une situation qui n’est pas propre à la femme, et qui résume toute situation de perte de l’expérience
et du concept ensemble (…) – et motive le désir de sortir de cette situation de perte de la voix, de reprendre
possession de son langage et de trouver un monde qui en soit le contexte adéquat. »
Sandra Laugier, hBp://www.raison-publique.fr/ar(cle203.html
Ne pas perdre sa voix : garder le contact avec l’expérience vécue
• « Tenir les deux bouts du mât de l’objec5vité ensemble » (Benedikte Zitouni, 2012)
ce à quoi l’on ,ent « une meilleure science », « une meilleure scien,ficité », une science plus fiable
encore, une réalité élargie
• « Trouble de la personnalité mul5ple » (Benedikte Zitouni, 2012) et nouvelle représenta,on de l’objec,vité /
intersubjec,vité, rôle moteur des savoirs situés et de la réflexivité ;
• Vision méta- des enjeux de pouvoir ins,tu,onnels dans lesquelles nous sommes pris.es, illégi,mité
construites dans un référen,el clos
dilemmes insolubles dans l’isolement => réseaux, renforcement par des collec,fs
Voir, dire, être au contact différemment depuis la posi5on subalterne
Inspirée par une remarque de Joëlle Le Marec : ce que l’on voit « d’en bas » qu’on ne voit pas « d’en haut »
Inspirée par l’éthique du care (Pascale Molinier, Sandra Laugier, Patricia Paperman, 2009)
Comment renverser le stigmate d’un point de vue épistémologique ?
Tenir à la science en tant que
Ce qui importe en science
« La science, à travers ses textes, ses acteurs et ses ins1tu1ons, est la forme de savoir la plus puissante dans le monde
contemporain » h:ps://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/jus1cecogni1ve1/front-ma:er/introduc1on/
Ce à quoi l’on ,ent, ce qui importe
Espaces pour bien traiter les ques1ons qui nous importe, sans avoir à se ba:re pour correspondre à la « bonne figure » des
chercheurs et de la recherche (sujets légi1mes, façons légi1mes de les traiter) => comme espace de liberté intellectuelle
Obstacles : main%en de l’ordre et enjeux de pouvoir ; Remise en ques%on comme remise en cause ;
Choix de gouvernance et de financements
Enjeux : entretenir la vitalité, le désir de savoir, la sensibilité, la possibilité de se rendre disponible aux autres
En jeu : notre manière d’habiter le monde et de partager les savoirs dans et pour le monde
« Le sujet du care est un sujet sensible en tant qu’il est affecté, pris dans un contexte de rela1ons, dans une forme de vie –
qu’il est a:en1f, a%en'onné, que certaines choses, situa1ons, moments ou personnes comptent pour lui. Le centre de
gravité de l’éthique est déplacé, du « juste » à l’« important ». »
Sandra Laugier, http://www.raison-publique.fr/article203.html
Sur quoi fonder la puissance ?
(Stengers et Despret, 2011)
Tenir les deux bouts du mât de l’objec4vité ensemble
« une science de relève qui donne une traduc1on plus juste, plus acceptable, plus riche du monde, pour y vivre
correctement et dans une rela1on cri1que et réflexive à nos propres pra1ques de domina1on et à celles des autres ainsi
qu’aux parts inégales de privilège et d’oppression qui cons1tuent toutes les posi1ons. Dans les catégories
philosophiques tradi1onnelles, c’est peut-être plus une ques1on d’éthique et de poli1que que d’épistémologie. »
(Donna Haraway, 2007)
« Nous avons un problème, dit le Manifeste des savoirs situés. Si nous voulons habiter des savoirs et des corps émancipés
et leur donner une chance d’avenir, il nous faudra grimper le mât de l’objec6vité tout en tenant simultanément les deux
extrémités de celui-ci. D’un côté, nous devons con1nue à analyser la con1ngence historique de toute construc1on de
savoirs, la nôtre y comprise, et la soumeJre à une cri1que radicale, voire acerbe. De l’autre côté, nous devrons con1nuer à
nous engager dans la fabrica1on de comptes-rendus fidèles d’un monde « réel » - mis au singulier et entre guillemets – et
miser sur ceJe fidélité afin de nous aider à construire un monde meilleur. » (Benedikte Zitouni, 2012)
Spécula1f et programma1que
=> « Électrochoc épistémologique » / « désir mul6ple et risque d’amputa6on »
« L’appel aux mondes réels »
« Tenir à l’état-de-fait, savoir reconnaître la monstruosité des sciences ; tenir à la détec:on des rapports de
pouvoir, savoir résister aux abus autoritaires ; tenir au faire, au caractère émancipateur des savoirs ; tenir à
l’objec:vité parce qu’elle dit et aide à construire le monde ; tout cela, état-de-fait, résister, faire, faits, ce
sont les éléments intéressants nichés aux deux extrémités du mât. Tout cela porte un nom : « l’appel aux
mondes réels », mis au pluriel ceFe fois-ci, sans guillemets ajoutés. »
(Benedikte Zitouni, 2012)
Þ évite amputa+on d’un des désirs
- désir de cri+que radicale
- désir de « l’être scien+fique »
Or toute remise en question, du point de vue de la pensée et de la pensée critique est rejetée par les
système de pouvoir en tant que remise en cause des pouvoirs et des ordres établis.
On se retrouve donc dans un dilemme, où il s’agit de jouer entre le dedans et le dehors, entre la marge et le
centre, le cadre et le hors-cadre, en essayer de garder la critique tout en ne s’éloignant pas trop du centre
sous peine de perdre tout espoir de modification systémique et institutionnelle. L’insulte de « relativiste »
ou le discrédit jeté sur la parole de celle ou celui qui porte un idéal de dialogue entre les savoirs est facile
dans la mesure où l’on navigue dans un référentiel clos, et que l’on ramène aux critères de légitimité qu’il
s’agit justement de transformer collectivement.
La possibilité ou l’impossibilité de la cri3que
Faire voir l’invisible et l’invisibilisé
Devenir audible (la VOIX) et crédible (la LEGITIMITE)
au sein d’un référenDel autocentré.
Deuil de l’autosuffisance de la science : la chercheuse déprotégée
« conjurer le risque rela/viste, en prônant un pluralisme épistémique des points de vue,
seule manière de me8re en connexion des savoirs rela/fs et de les faire dialoguer. »
Claude Gauthier à par/r de ce que propose Donna Haraway, h:ps://www.youtube.com/watch?v=f0OM2D6s35k&app=desktop
=> Voir aussi les travaux de Léo Coutellec
Ne plus prétendre à l’autosuffisance (individuelle ou collec8ve)
ÞVulnérabilité et interdépendance
ÞSe fro:er aux autres et être transformé.e.s
ÞEntre/en du monde : conserva/on et conversa/on
« le care comme action (taking care, caring for) et comme travail, autant que comme attitude, comme perception et
attention au détail non perçus, ou plutôt présents sous nos yeux, mais non remarqués parce que trop proches, comme fil
conducteur assurant l’entretien (en plusieurs sens, dont celui de la conversation et de la conservation) d’un monde
humain. »
Sandra Laugier, https://www.cairn.info/revue-multitudes-2010-3-page-112.htm
Des savoirs reliés
Ethique du care, de l’ordinaire dans nos pratiques de
recherche, dans nos manières de connaître
dans notre relation avec nos objets de connaissance
Bouleversements épistémologiques et rela3onnels
Se déprotéger
« Ricoeur disait qu’il faut faire appel à la « capacita3on des personnes », même les plus vulnérables, pour les sor3r,
justement, de leur vulnérabilité. Mais il disait également l’inverse : il faut aussi que les plus capables reconnaissent leur
part de vulnérabilité, et que nous reconnaissions ensemble combien nos ins3tu3ons, nos services publics, nos biens
communs, notre planète sont fragiles, et ont besoin de notre aBen3on, de notre soin. »
(Olivier Abel, 2018)
Se laisser toucher, affecter
(Maria Puig de la Bellacasa, 2012 ; Piron, 1998)
Se rendre disponible / à l’autre
La sensibilité et non l’indifférence
La vulnérabilité comme force épistémologique
« se connecter à d’autres points de vue, c’est-à-dire à d’autres façons de voir et de vivre que les siennes »
(Benedikte Zitouni, 2012)
Alliances, connexions par;elles, savoirs reliés (Maria Puig de la Bellacasa)
Les différents niveaux de la réflexivité : l’emboîtement des points
aveugles et l’inven3on de nouvelles méthodes inter-subjec3ves
Ce que propose les épistémologies féministes
À la convergence avec d’autres pensées issues de l’expérience de la subalternisation, de la co-construction des
savoirs ou transformées par l’expérience du terrain
Notamment
La Strong Objectivity, Sandra Harding
Les savoirs situés, Donna Haraway
Þ Nouvelles manières d’entrer en relation avec ses objets de connaissance, avec d’autres
savoirs, avec le monde ;
Þ Nouvelles façons d’écrire, nouveaux mots.
L’objec(vité s’accroît dans le posi(onnement de la chercheuse.
= « réaliser en quoi la situa(on dans laquelle elle est prise crée une
perspec(ve, une façon mais aussi une capacité de voir le monde
différemment »
Þ Fabriquer d’autres récits scien(fiques, une autre objec(vité dans
les sciences
(Benedikte Zitouni, 2012)
Emboîtements réflexifs +++ « à la rela(vité du point de vue d’observa(on du sujet correspond une
extension de l’objet à connaître. »
ð Qui<er l’autosuffisance / autosa(sfac(on d’une seule perspec(ve (y
compris d’un sujet-communauté) !
ð Projet passionnant intellectuellement, poli(quement difficile
- Des sujets connaissants situés ;
- Des connaissances situées et posi1vement rela1ves ;
- Construire les espaces et condi1ons de possibilités de
la mise en rela1on, de la mise en perspec1ve.
1. Le premier niveau est celui du projet de recherche individuel du type thèse, qui peut durer toute la vie
2. Synthèse d’un ensemble de recherche suscitées ou traversées par une probléma?que par?culière.
Le renoncement à une montée en généralité et la radicalisa?on de l’exigence de gagner en précision
3. Construc?on d’un collec?f interdisciplinaire Þ Inter - « points de vues » au sens de la
standpoint épistemology
Þ Mise en dialogue de savoirs situés
Construc1on progressive
(Joëlle Le Marec, 2002)
Point de vue et responsabilité
« Être responsable, c’est donc, sur le plan pra2que et poli2que, assumer la singularité du point de vue de
connaissance qui est le nôtre, en tant qu’il implique des effets toujours singuliers, qui peuvent nous
avantager ou en désavantager bien d’autres. Revendiquer le point de vue de nulle part, ou du truc divin,
c’est délibérément se désengager de toute responsabilité. »
« la ques2on de la neutralité n’est pas seulement celle du sujet, mais enveloppe des EFFETS sur la NATURE de
l’OBJET. »
« c’est la nature même du partage SUJET / OBJET qui se trouve ici remise en cause. »
=> Voir notamment les travaux de Donna Haraway, de Vinciane Despret, de Florence Piron
Claude Gauthier faisant référence aux travaux de Donna Haraway en 2009
https://www.youtube.com/watch?v=f0OM2D6s35k&app=desktop
« Le grand avantage des mises en crises opérées par les épistémologies féministes dites du point de
vue, c’est de contraindre à élargir la discussion cri8que, non pas seulement du côté de l’iden8fica8on de
ce que peut être le sujet connaissant, en tant que sujet communauté-connaissant, mais aussi du côté de
la remise en cause de ce qui EST connu, à proprement parler. La ques8on de la réflexivité ne peut donc
pas être seulement celle du sujet, elle doit aussi envelopper un effort de réflexion sur les effets qui
concernent ceFe fois-ci l’objet de connaissance. QuiFe à remeFre en cause si nécessaire le grand
partage moderne « sujet / objet ». »
Claude Gauthier à propos de Donna Haraway
hFps://www.youtube.com/watch?v=f0OM2D6s35k&app=desktop
Une mise en crise épistémologique :
comment savons mais aussi QUE savons-nous ?
Retrouver, trouver la voix pour dire et (re)construire ce qui importe
La construc+on d’un « nous » par la constella+on des marges
Le collec&f comme nécessité épistémologique
Le collec&f comme nécessité éthique, poli&que, sociale
La collec+on « Réflexivités et expérimenta+ons épistémologiques »
h5ps://www.edi&onscienceetbiencommun.org/?page_id=996
Réflexivité(s), sous la direc&on de Mélodie Faury et Marie-Anne Paveau (à
paraître en mars 2019)
Dschang Paris Garoua, par Léonie Metangmo Tatou (à paraître en mars 2019)
Dire le vrai, sous la direc&on de Caroline Muller et Mélodie Faury
Thèse ouverte, par Mélissa Lieutenant-Gosselin
« Faire des cabanes en tous genres – inventer, jardiner les possibles ; sans craindre d’appeler « cabanes » des huttes de
phrases, de papier, de pensée, d’amitié, de nouvelles façons de se représenter l’espace, le temps, l’action, les liens, des
modalités de la pratique. Faire des cabanes pour occuper autrement le terrain ; c’est-à-dire toujours, aujourd’hui, pour se
mettre à plusieurs.
Pas pour prendre place, se refaire une place là où ça ne gênerait pas trop, mais pour accuser ce monde de places – de places
faites, de places refusées, de places prises ou à prendre. »,
Marielle Macé, 2018
« « Être de ce monde, c’est aussi songer individuellement à ce à quoi l’on contribue, se poser la question de quel monde
édifie-t-on par son action. Mon geste, reproduit-il les conditions de l’iniquité, de la domination, et de la dévastation, ou rend-il
ce monde plus fécond, plus ouvert, et plus vivifiant ? ».
Felwine Sarr, 2017.
« l’habitant est [plutôt] quelqu’un qui, de l’intérieur, participe au monde en train de se faire et qui, en traçant un chemin de
vie, contribue à son tissage et à son maillage »,
Tim Ingold, 2007
La collec(on « Réflexivités et expérimenta(ons épistémologiques »
• Boucles réflexives et pas de côté : situer sa propre perspective (standpoint epistemology) dans le geste
de construction de la connaissance ;
• Donner accès aux matériaux, aux témoignages pour permettre le croisement des perspectives, la
réflexivité collective et la discussion scientifique pour la construction d’une inter-subjectivité ;
• Explorer les formes de l’écriture numérique augmenté au bénéfice de savoirs ouverts et dialogiques ;
• Explorer les formes et les styles d’écritures liées à la recherche – interroger et déconstruire les
« normes classiques » pour retrouver le sens des pratiques normées et/ou développer une créativité
dans les formes de partage et de construction de la connaissance – et la place du « je » du sujet
connaissant dans l’écriture ;
• Explorer des co-écritures pour la co-construction de connaissances, aux croisements de divers savoirs ;
S’inscrire dans l’un des élans épistémologiques suivants (1/2) :
• Mise en dialogue de différents types de savoirs avec les savoirs académiques : savoirs d’expériences,
savoirs de vie, savoirs d’ac;on des professionnels,…
• Donner à entendre la voix de sujets connaissants peu audibles (sans voix, invisibles, indicible, infra-
ordinaire) via les possibilités de l’écriture, et notamment de l’écriture numérique ;
• Transformer le rapport au terrain ou à « l’objet » de connaissance : tact, contact, émo;ons, place du corps,
des émo;ons ;
• Partager – dans un mouvement réflexif – un parcours de recherche, une expérience vécue de la recherche
ou d’un contact avec la recherche ;
• Partager des écritures intermédiaires donnant à voir le chemin d’une pensée ;
• Partager un « journal de bord » de la recherche au quo;dien ;
• Développer de nouvelles formes de cri;ques des sciences.
La collec=on « Réflexivités et expérimenta=ons épistémologiques »
Invita'on à la Villa Réflexive
faury@unistra.fr
• Formes du savoir en santé et dans les « sciences par4cipa4ves »
• La produc4on « scien4fique » du savoir
En 2019, la Villa sera située ou ne sera pas !
En 2019, nous ouvrons la Villa réflexive pour accueillir les savoirs situés.
https://reflexivites.hypotheses.org
Ressources
Laurence Brière, Mélissa Lieutenant-Gosselin et Florence Piron (dirs.), Et si la recherche scien,fique ne pouvait pas être neutre ?, Edi;ons
science et bien commun, 2019
Jade Lindgaard (coord.), Éloge des mauvaises herbes – Ce que nous devons à la ZAD, Les Liens qui Libèrent, Paris, 2018.
Léo Coutellec, De la démocra,e dans les sciences. Epistémologie, éthique et pluralisme. Edi;ons Matériologiques, 2013
Elsa Dorlin et Eva Rodriguez (dirs.), Penser avec Donna Haraway, Paris, Presses Universitaires de France, 2012
Claude Gauthier, « Féminisme, épistémologie du point de vue, expérience et réflexivité », Interven;on dans le laboratoire GenERe,
décembre 2015. https://www.youtube.com/watch?v=f0OM2D6s35k&app=desktop
GenERe, Épistémologies du genre. Croisements des disciplines, intersec,ons des rapports de domina,on, Lyon, ENS Édi;ons, 2018.
Sandra Harding, « Rethinking Standpoint Epistemology : What is Strong Objec;vity ? », dans Linda Alcoff et Elizabeth Pocer (dir.), Feminist
Epistemologies, New York & London, Routledge, 1993. pp. 49-82.
Donna Haraway, « Situated knowledges : the science ques;on in feminism and the privilege of par;al perspec;ve », Feminist Studies, 14 (3),
1988. pp. 575-599.
Donna Haraway : « Savoirs situés : la ques;on de la science dans le féminisme et le privilège de la perspec;ve par;elle » in Manifeste cyborg
et autres essais, Exils, 2007 (p.112-113).
Carol Gilligan, Une voix différente – Pour une éthique du care, Flammarion, 2008 (1982).
Ressources
Mélodie Faury, « Que signifie être chercheuse? Du désir d’objec=vité au désir de réflexivité » dans Laurence Brière, Mélissa Lieutenant-
Gosselin et Florence Piron (dirs.), Et si la recherche scien,fique ne pouvait pas être neutre ?, Edi=ons science et bien commun, 2019, chapitre
18. En ligne : hTps://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/neutralite/chapter/faury/
Baudouin Jurdant, « Parler la science ? », Alliage, 59, 2006. pp. 57-63. En ligne :
hTp://www.tribunes.com/tribune/alliage/59/page6/page6.html
Sandra Laugier, « Le care : enjeux poli=ques d’une éthique féministe », Raison publique, 5 février 2010. hTp://www.raison-
publique.fr/ar=cle203.html
Sandra Laugier, « L'éthique du care en trois subversions », Mul,tudes, 2010/3 (n° 42), p. 112-125. URL : hTps://www.cairn.info/revue-
mul=tudes-2010-3-page-112.htm
Joëlle Le Marec, « Le public, le tact et les savoirs de contact », Communica,on & langages, 2013 (1), n°175, pp. 3-25. En ligne :
hTps://www.cairn.info/revue-communica=on-et-langages1-2013-1-page-3.htm
Joëlle Le Marec, Ce que le « terrain » fait aux concepts : Vers une théorie des composites. Cinéma, communica=on et informa=on. Paris,
Université Paris 7, 2002. Habilita=on à diriger des recherches: 165. Quéré, L. , Des miroirs équivoque : aux origines de la communica,on
modernes, Paris : Aubier Montaigne, 1982.
Simon Lemoine, Micro-violences. Le régime du pouvoir au quo,dien, Paris, CNRS, 2017, 176 p.
Pascale Molinier, Sandra Laugier, Patricia Paperman, Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité, Pe=te bibliothèque
Payot, 2009.
Ressources
Florence Piron, Samuel Regulus, Marie Sophie Djiboune Madiba (dir.), Justice cognitive, libre accès et savoirs locaux. Pour une science ouverte
juste, au service du développement local durable, Québec, Éditions Science et bien commun, 2016, 462 p.,
Florence Piron, « Méditation haïtienne. Répondre à la violence séparatrice de l’épistémologie positiviste par l’épistémologie du lien »,
Sociologie et sociétés, Vol. XLIX, no 1, printemps 2017, p. 33-60.
Florence Piron « Responsabilité pour autrui et refus de l’indifférence dans trois dialogues avec de jeunes québécois et dans l’écriture
scientifique – Essai anthropologique de l’expérience éthique » Thèse de philosophie, Université de Laval, Québec, 1998.
Maria Puig de la Bellacasa, « Technologies touchantes, visions touchantes. La récupération de l’expérience sensorielle et la politique de la
pensée spéculative. » in Penser avec Donna Haraway, Paris, Presses Universitaires de France, 2012.
Maria Puig de la Bellacasa, Politiques féministes et construction des savoirs – Penser nous devons !, Paris, L’Harmattan, 2012.
Felwine Sarr, Habiter le monde. Essai de politique relationnelle, Montréal, Mémoire d’encrier, 2017.
Gayatri Chakravorty Spivak, Les subalternes peuvent-elles parler ?, Editions Amsterdam, Paris, 2009.
Isabelle Stengers et Vinciane Despret (dir.), Les faiseuses d'histoires: que font les femmes à la pensée ?, La découverte, Paris, 2011.
Virginia Woolf, Trois guinées, Les presses du réel, Paris, 2012 (1938).
Benedikte Zitouni, « With whose blood were my eyes crafted ? (D. Haraway) Les savoirs situés comme la proposition d’une autre objectivité»
in Elsa Dorlin et Eva Rodriguez (dirs.), Penser avec Donna Haraway, Paris, Presses Universitaires de France, 2012, pp.46-63.

Contenu connexe

Similaire à 190607 nouvelles voix_mf

Les carnets comme lieux - présentation PALOC ID
Les carnets comme lieux - présentation PALOC IDLes carnets comme lieux - présentation PALOC ID
Les carnets comme lieux - présentation PALOC ID
melodiefaury
 
La diction pourquoi faire buttet
La diction pourquoi faire buttetLa diction pourquoi faire buttet
La diction pourquoi faire buttet
ElisaDaz7
 
Communication : bien analyser pour mieux réussir
Communication : bien analyser pour mieux réussirCommunication : bien analyser pour mieux réussir
Communication : bien analyser pour mieux réussir
Stephanie Thibault
 
Classes inversées : regards du "grand témoin" du CLIC2018
Classes inversées : regards du "grand témoin" du CLIC2018Classes inversées : regards du "grand témoin" du CLIC2018
Classes inversées : regards du "grand témoin" du CLIC2018
Marcel Lebrun
 
PNE Valenciennes
PNE ValenciennesPNE Valenciennes
PNE Valenciennes
Bibliothèques de l'Artois
 
0. conf pléiade30nov
0. conf pléiade30nov0. conf pléiade30nov
0. conf pléiade30novmap8slide
 
Kit partiel mmi1_2014
Kit partiel mmi1_2014Kit partiel mmi1_2014
Kit partiel mmi1_2014
Martial Martin
 
Presentation methodo PPT.pdf
Presentation methodo PPT.pdfPresentation methodo PPT.pdf
Presentation methodo PPT.pdf
JoyEssor
 
Intervention dans le cadre de la journée SOUND du 26 avril 2024
Intervention dans le cadre de la journée SOUND du 26 avril 2024Intervention dans le cadre de la journée SOUND du 26 avril 2024
Intervention dans le cadre de la journée SOUND du 26 avril 2024
melodiefaury
 
J3-Techniques-de-Débat-OXFAM-2020- (1).ppt
J3-Techniques-de-Débat-OXFAM-2020- (1).pptJ3-Techniques-de-Débat-OXFAM-2020- (1).ppt
J3-Techniques-de-Débat-OXFAM-2020- (1).ppt
ImedMAATOUK3
 
Forum@tice 2012 Reims
Forum@tice 2012 ReimsForum@tice 2012 Reims
Forum@tice 2012 Reims
Marcel Lebrun
 
Processus de création collective et interdisciplinaire dans la pédagogie musi...
Processus de création collective et interdisciplinaire dans la pédagogie musi...Processus de création collective et interdisciplinaire dans la pédagogie musi...
Processus de création collective et interdisciplinaire dans la pédagogie musi...
GCAF
 
Gouverner psychanalyser eduquer
Gouverner psychanalyser eduquerGouverner psychanalyser eduquer
Gouverner psychanalyser eduquer
Didier Potin
 
Introduction à la recherche
Introduction à la rechercheIntroduction à la recherche
Introduction à la recherche
Clément Dussarps
 
A2. Réinventer son dispositif de recrutement au travers de l'ingénierie conve...
A2. Réinventer son dispositif de recrutement au travers de l'ingénierie conve...A2. Réinventer son dispositif de recrutement au travers de l'ingénierie conve...
A2. Réinventer son dispositif de recrutement au travers de l'ingénierie conve...
Cap'Com
 
AP4 Je communique et j'agis pour être accessible à tous : les enjeux de la li...
AP4 Je communique et j'agis pour être accessible à tous : les enjeux de la li...AP4 Je communique et j'agis pour être accessible à tous : les enjeux de la li...
AP4 Je communique et j'agis pour être accessible à tous : les enjeux de la li...
Cap'Com
 
AP4 Je communique et j'agis pour être accessible à tous : les enjeux de la li...
AP4 Je communique et j'agis pour être accessible à tous : les enjeux de la li...AP4 Je communique et j'agis pour être accessible à tous : les enjeux de la li...
AP4 Je communique et j'agis pour être accessible à tous : les enjeux de la li...
Cap'Com
 
Conférence La Pocatière
Conférence La PocatièreConférence La Pocatière

Similaire à 190607 nouvelles voix_mf (20)

Les carnets comme lieux - présentation PALOC ID
Les carnets comme lieux - présentation PALOC IDLes carnets comme lieux - présentation PALOC ID
Les carnets comme lieux - présentation PALOC ID
 
Presentationaptica2009
Presentationaptica2009Presentationaptica2009
Presentationaptica2009
 
La diction pourquoi faire buttet
La diction pourquoi faire buttetLa diction pourquoi faire buttet
La diction pourquoi faire buttet
 
Communication : bien analyser pour mieux réussir
Communication : bien analyser pour mieux réussirCommunication : bien analyser pour mieux réussir
Communication : bien analyser pour mieux réussir
 
Classes inversées : regards du "grand témoin" du CLIC2018
Classes inversées : regards du "grand témoin" du CLIC2018Classes inversées : regards du "grand témoin" du CLIC2018
Classes inversées : regards du "grand témoin" du CLIC2018
 
PNE Valenciennes
PNE ValenciennesPNE Valenciennes
PNE Valenciennes
 
0. conf pléiade30nov
0. conf pléiade30nov0. conf pléiade30nov
0. conf pléiade30nov
 
Kit partiel mmi1_2014
Kit partiel mmi1_2014Kit partiel mmi1_2014
Kit partiel mmi1_2014
 
Presentation methodo PPT.pdf
Presentation methodo PPT.pdfPresentation methodo PPT.pdf
Presentation methodo PPT.pdf
 
Intervention dans le cadre de la journée SOUND du 26 avril 2024
Intervention dans le cadre de la journée SOUND du 26 avril 2024Intervention dans le cadre de la journée SOUND du 26 avril 2024
Intervention dans le cadre de la journée SOUND du 26 avril 2024
 
J3-Techniques-de-Débat-OXFAM-2020- (1).ppt
J3-Techniques-de-Débat-OXFAM-2020- (1).pptJ3-Techniques-de-Débat-OXFAM-2020- (1).ppt
J3-Techniques-de-Débat-OXFAM-2020- (1).ppt
 
Forum@tice 2012 Reims
Forum@tice 2012 ReimsForum@tice 2012 Reims
Forum@tice 2012 Reims
 
Processus de création collective et interdisciplinaire dans la pédagogie musi...
Processus de création collective et interdisciplinaire dans la pédagogie musi...Processus de création collective et interdisciplinaire dans la pédagogie musi...
Processus de création collective et interdisciplinaire dans la pédagogie musi...
 
Gouverner psychanalyser eduquer
Gouverner psychanalyser eduquerGouverner psychanalyser eduquer
Gouverner psychanalyser eduquer
 
Introduction à la recherche
Introduction à la rechercheIntroduction à la recherche
Introduction à la recherche
 
A2. Réinventer son dispositif de recrutement au travers de l'ingénierie conve...
A2. Réinventer son dispositif de recrutement au travers de l'ingénierie conve...A2. Réinventer son dispositif de recrutement au travers de l'ingénierie conve...
A2. Réinventer son dispositif de recrutement au travers de l'ingénierie conve...
 
Presentation aux directions, 12mai2009
Presentation aux directions, 12mai2009Presentation aux directions, 12mai2009
Presentation aux directions, 12mai2009
 
AP4 Je communique et j'agis pour être accessible à tous : les enjeux de la li...
AP4 Je communique et j'agis pour être accessible à tous : les enjeux de la li...AP4 Je communique et j'agis pour être accessible à tous : les enjeux de la li...
AP4 Je communique et j'agis pour être accessible à tous : les enjeux de la li...
 
AP4 Je communique et j'agis pour être accessible à tous : les enjeux de la li...
AP4 Je communique et j'agis pour être accessible à tous : les enjeux de la li...AP4 Je communique et j'agis pour être accessible à tous : les enjeux de la li...
AP4 Je communique et j'agis pour être accessible à tous : les enjeux de la li...
 
Conférence La Pocatière
Conférence La PocatièreConférence La Pocatière
Conférence La Pocatière
 

Plus de mfaury

221116_Nantes_écrituresAlternatives_MF.pdf
221116_Nantes_écrituresAlternatives_MF.pdf221116_Nantes_écrituresAlternatives_MF.pdf
221116_Nantes_écrituresAlternatives_MF.pdf
mfaury
 
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
mfaury
 
2022_FOCUS BIO TOT.pdf
2022_FOCUS BIO TOT.pdf2022_FOCUS BIO TOT.pdf
2022_FOCUS BIO TOT.pdf
mfaury
 
211021 focus bio_séance1_def
211021 focus bio_séance1_def211021 focus bio_séance1_def
211021 focus bio_séance1_def
mfaury
 
211006 outils collaboratifs_recherche
211006 outils collaboratifs_recherche211006 outils collaboratifs_recherche
211006 outils collaboratifs_recherche
mfaury
 
Prendre position enseignement_v_courte
Prendre position enseignement_v_courtePrendre position enseignement_v_courte
Prendre position enseignement_v_courte
mfaury
 
Digression mf
Digression mfDigression mf
Digression mf
mfaury
 
Ouvrir un blog scientifique / Sciences exactes et expérimentales
Ouvrir un blog scientifique / Sciences exactes et expérimentalesOuvrir un blog scientifique / Sciences exactes et expérimentales
Ouvrir un blog scientifique / Sciences exactes et expérimentales
mfaury
 
Formation OAW - Ouvrir un carnet de recherche Hypothèses - 2 nov. 2020
Formation OAW - Ouvrir un carnet de recherche Hypothèses - 2 nov. 2020Formation OAW - Ouvrir un carnet de recherche Hypothèses - 2 nov. 2020
Formation OAW - Ouvrir un carnet de recherche Hypothèses - 2 nov. 2020
mfaury
 
Formation OAW - sciences ouvertes et participatives - 3 nov. 2020
Formation OAW - sciences ouvertes et participatives - 3 nov. 2020Formation OAW - sciences ouvertes et participatives - 3 nov. 2020
Formation OAW - sciences ouvertes et participatives - 3 nov. 2020
mfaury
 
200206 sentir penser-habiter_letrouble_v2
200206 sentir penser-habiter_letrouble_v2200206 sentir penser-habiter_letrouble_v2
200206 sentir penser-habiter_letrouble_v2
mfaury
 
191202 enjeux de la publication scientifique en open acess
191202 enjeux de la publication scientifique en open acess191202 enjeux de la publication scientifique en open acess
191202 enjeux de la publication scientifique en open acess
mfaury
 
191122 misha gersulp_v3
191122 misha gersulp_v3191122 misha gersulp_v3
191122 misha gersulp_v3
mfaury
 
Se situer entre savoirs et expériences : trouver sa voix propre et l’inter-re...
Se situer entre savoirs et expériences : trouver sa voix propre et l’inter-re...Se situer entre savoirs et expériences : trouver sa voix propre et l’inter-re...
Se situer entre savoirs et expériences : trouver sa voix propre et l’inter-re...
mfaury
 
190205 Ethique professionnelle : soi, la situation professionnelle et le monde
190205 Ethique professionnelle : soi, la situation professionnelle et le monde190205 Ethique professionnelle : soi, la situation professionnelle et le monde
190205 Ethique professionnelle : soi, la situation professionnelle et le mondemfaury
 
Intervention colloque Savanturiers Mélodie Faury
Intervention colloque Savanturiers Mélodie FauryIntervention colloque Savanturiers Mélodie Faury
Intervention colloque Savanturiers Mélodie Faury
mfaury
 
180615 intervention mf
180615 intervention mf180615 intervention mf
180615 intervention mf
mfaury
 
La science comme bien commun : quels enjeux et quelles pratiques de chercheur...
La science comme bien commun : quels enjeux et quelles pratiques de chercheur...La science comme bien commun : quels enjeux et quelles pratiques de chercheur...
La science comme bien commun : quels enjeux et quelles pratiques de chercheur...
mfaury
 
Ouvrir un blog en sciences exactes et expérimentales
Ouvrir un blog en sciences exactes et expérimentalesOuvrir un blog en sciences exactes et expérimentales
Ouvrir un blog en sciences exactes et expérimentales
mfaury
 
180521_Formation Hypothèses
180521_Formation Hypothèses180521_Formation Hypothèses
180521_Formation Hypothèses
mfaury
 

Plus de mfaury (20)

221116_Nantes_écrituresAlternatives_MF.pdf
221116_Nantes_écrituresAlternatives_MF.pdf221116_Nantes_écrituresAlternatives_MF.pdf
221116_Nantes_écrituresAlternatives_MF.pdf
 
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
230509_Recherches_Participatives_Commun_def.pdf
 
2022_FOCUS BIO TOT.pdf
2022_FOCUS BIO TOT.pdf2022_FOCUS BIO TOT.pdf
2022_FOCUS BIO TOT.pdf
 
211021 focus bio_séance1_def
211021 focus bio_séance1_def211021 focus bio_séance1_def
211021 focus bio_séance1_def
 
211006 outils collaboratifs_recherche
211006 outils collaboratifs_recherche211006 outils collaboratifs_recherche
211006 outils collaboratifs_recherche
 
Prendre position enseignement_v_courte
Prendre position enseignement_v_courtePrendre position enseignement_v_courte
Prendre position enseignement_v_courte
 
Digression mf
Digression mfDigression mf
Digression mf
 
Ouvrir un blog scientifique / Sciences exactes et expérimentales
Ouvrir un blog scientifique / Sciences exactes et expérimentalesOuvrir un blog scientifique / Sciences exactes et expérimentales
Ouvrir un blog scientifique / Sciences exactes et expérimentales
 
Formation OAW - Ouvrir un carnet de recherche Hypothèses - 2 nov. 2020
Formation OAW - Ouvrir un carnet de recherche Hypothèses - 2 nov. 2020Formation OAW - Ouvrir un carnet de recherche Hypothèses - 2 nov. 2020
Formation OAW - Ouvrir un carnet de recherche Hypothèses - 2 nov. 2020
 
Formation OAW - sciences ouvertes et participatives - 3 nov. 2020
Formation OAW - sciences ouvertes et participatives - 3 nov. 2020Formation OAW - sciences ouvertes et participatives - 3 nov. 2020
Formation OAW - sciences ouvertes et participatives - 3 nov. 2020
 
200206 sentir penser-habiter_letrouble_v2
200206 sentir penser-habiter_letrouble_v2200206 sentir penser-habiter_letrouble_v2
200206 sentir penser-habiter_letrouble_v2
 
191202 enjeux de la publication scientifique en open acess
191202 enjeux de la publication scientifique en open acess191202 enjeux de la publication scientifique en open acess
191202 enjeux de la publication scientifique en open acess
 
191122 misha gersulp_v3
191122 misha gersulp_v3191122 misha gersulp_v3
191122 misha gersulp_v3
 
Se situer entre savoirs et expériences : trouver sa voix propre et l’inter-re...
Se situer entre savoirs et expériences : trouver sa voix propre et l’inter-re...Se situer entre savoirs et expériences : trouver sa voix propre et l’inter-re...
Se situer entre savoirs et expériences : trouver sa voix propre et l’inter-re...
 
190205 Ethique professionnelle : soi, la situation professionnelle et le monde
190205 Ethique professionnelle : soi, la situation professionnelle et le monde190205 Ethique professionnelle : soi, la situation professionnelle et le monde
190205 Ethique professionnelle : soi, la situation professionnelle et le monde
 
Intervention colloque Savanturiers Mélodie Faury
Intervention colloque Savanturiers Mélodie FauryIntervention colloque Savanturiers Mélodie Faury
Intervention colloque Savanturiers Mélodie Faury
 
180615 intervention mf
180615 intervention mf180615 intervention mf
180615 intervention mf
 
La science comme bien commun : quels enjeux et quelles pratiques de chercheur...
La science comme bien commun : quels enjeux et quelles pratiques de chercheur...La science comme bien commun : quels enjeux et quelles pratiques de chercheur...
La science comme bien commun : quels enjeux et quelles pratiques de chercheur...
 
Ouvrir un blog en sciences exactes et expérimentales
Ouvrir un blog en sciences exactes et expérimentalesOuvrir un blog en sciences exactes et expérimentales
Ouvrir un blog en sciences exactes et expérimentales
 
180521_Formation Hypothèses
180521_Formation Hypothèses180521_Formation Hypothèses
180521_Formation Hypothèses
 

190607 nouvelles voix_mf

  • 1. De nouvelles voix en sciences ? Mélodie Faury Université de Strasbourg LISEC – ATIP 7 juin 2019 faury@unistra.fr Ecrire, décrire, s’inscrire : explora3ons pour se situer et se rendre présente dans l’écriture en tant que chercheuse Chercheuse, chercheur : un métier aux identités multiples Doctoriales 2019 EDSE, UNIL (Lausanne)
  • 2. Espace mental de la recherche Rapport iden2taire et culturel aux sciences Expérience vécue Réflexivités Parole & voix Infra-ordinaire Désir de scien8ficité Savoirs situés et témoignages Cartographie de mes recherches Arborescences Pra+ques de communica+on dans les pra+ques de recherche Entrée par les discours Entre2ens comme espace de témoignage et d’intersubjec2vité • Espaces de réflexivités, acteurs réflexifs ; • Savoirs situés /Standpoint epistemology • Diversité des situa8ons de communica8on dont notamment média8on, vulgarisa8on ; enjeux épistémologiques et idéologiques ; • Rapports science et société ; • Interdisciplinarité et notamment enjeux épistémologiques du dialogue entre différents registres de scien8ficité ; • Recherche sur la recherche, réflexivité et discours cri8que ; • Ethique, responsabilité (approche communica8onnelle) ; • Pra8ques numériques dans les pra8ques de recherche, science ouverte, bien commun ; • Modalité de partage, publica8on, valida8on, évalua8on des connaissances scien8fiques ; • Autorités, légi8mités, pouvoirs ; • Co-construc8on des savoirs, sciences citoyennes, sciences par8cipa8ves Objets Montée en conceptualisa+on
  • 3. D’où je parle ? Quelles pratiques ? • Chercheuse STS-SIC – Université de Strasbourg • Mul$-Carne$ère, notamment pendant la thèse ; formatrice aux carnets de recherche, membre du Conseil Scien$fique d’Hypothèses ; • Futur conférencière ges$culante – en cours de forma$on ; • Public d’une séance de capta$on TEDX et de vidéos en ligne ; • Pré-Jury MT180s à Strasbourg, et vidéos en ligne ; • Formatrice de doctorant.es à la « communica$on scien$fique » à l’Université de Lyon puis à l’Université de Strasbourg Me situer
  • 4. Principales ques.ons pour aujourd’hui • Quelles sont les voix que l’on entend quand les doctorant.es prennent la parole ? • Selon les disposi7fs : les doctorant.es parlent-ils d’eux ? Comment sont-elles et ils présent.es ? Quels rôles joue l’énoncia7on à la première personne ? • De quelle(s) science(s) parle-t-on ? Se situent-elles et ils par rapport à leur expérience vécue ? • Quelles expériences cons7tuent les situa&ons de communica7on elles-mêmes ? Le passage par l’oral en par7culier ?
  • 5. « Ce$e présence ou ce$e absence, nous la rencontrons à chaque instant de notre existence. Iden;fiée ou invisible, elle est là. (…) Qu’est-ce que la communica;on sans présence ? Un simple masque, une technique ou un moyen de faire semblant ? « Il a une mauvaise communica;on… Il communique bien…. Il va falloir communiquer…. » Voilà ce que l’on entend sans arrêt. Mais rarement on parle de sa présence. La présence des êtres humains comme ils sont. » Marc Galy La présence
  • 6. Dire, vouloir dire, pouvoir dire PRENDRE LA PAROLE EN TANT QUE DOCTORANT.ES => Nécessité de trouver les espaces VOIX des individus - NARRATION DE SOI Rapport aux normes et aux valeurs, expériences vécues DéprotecDon, présence, ancrage, déborder le disposiDf Les objecDfs et le contexte de la communicaDon (notamment insDtuDonnels) – Efficacité, Diffusion Résistances culturelles à la narraDon, au « je » Confusion entre réflexivité et narcissisme, « ego » Propriété intellectuelle, reconnaissance, autorité, visibilité : d’un individu, d’une recherche, d’un labo, d’une université Enjeux de montée en compétences de communication VOIX de l’ins7tu7on, VOIX de la « Science » Présenter la recherche, un champ, des concepts Mul$ples obstacles MT180s Le savoir comme pouvoir : pour qui ? Deficit model - sachant / ignorant Concours et évaluaDon Accroche, « teasing » versus empowerment
  • 7. Les objec)fs et le contexte de la communica)on Extrait Présenta-on de la forma-on de l’Université de Strasbourg
  • 8. Dire, vouloir dire, pouvoir dire PRENDRE LA PAROLE EN TANT QUE DOCTORANT.ES => Nécessité de trouver les espaces VOIX des individus - NARRATION DE SOI Rapport aux normes et aux valeurs, expériences vécues Déprotection, présence, ancrage, déborder le dispositif LE CORPS Sujet connaissant et objet de connaissance Dualismes Faire corps et aliénaIons LA FIGURE DU « BON » CHERCHEUR, de l’EXPERT La figure du vulgarisateur, du conférencier, du « communicant » MASQUES VOIX de l’insBtuBon, VOIX de la « Science » Mul$ples obstacles Incarner la science Prendre la parole - PARLER AU NOM DE Le « je » représentant le « nous » - quel nous ? Quel commun ? MT180s Présentateur – Porte-parole FORME, Modèle de communicaBon et ADHESION Les valeurs incorporées
  • 9. Que font les doctorant.e.s dans leur carnet de thèse ou dans MT180s ? Parlent-ils de science, de recherche, d’eux-mêmes ? Que partagent-ils et que construisent-ils dans ces situaCons de médiaCon? De nouvelles formes de vulgarisa1on qui incarnent l’objet de connaissance et/ou situent d’où elles parlent. Sources : « Carnets de thèse et écriture de soi dans la recherche », Mélodie Faury, revue de la BNF, mars 2019 Source : thèse Lionel Maillot, 2018.
  • 10.
  • 11. G. Agamben définit le dispositif comme : « tout ce qui a, d’une manière ou une autre, la capacité de capturer, d’orienter, de déterminer, d’intercepter, de modeler, de contrôler et d’assurer les gestes, les conduites, les opinions et les discours des êtres vivants » (2014) Des situa)ons de communica)on et des disposi)fs Comment peut-on prendre la parole ? Qui parle ? De quel sujet connaissant s’agit-il ? De quoi fait-il la narration ? De quelles sciences parlent-on ? Quelles sciences donnent-on à se représenter ?
  • 12. Les conférences TED (Technology, Entertainment and Design) sont une série de conférences organisées au niveau interna4onal par la fonda4on à but non lucra4f nord-américaine The Sapling founda4on. Elle a pour but, selon son slogan, de diffuser des « idées qui valent la peine d'être diffusées ». Les premières conférences se sont tenues en Californie en 1984 Storytelling LA CONFERENCE COMME PERFORMANCE ET NON COMME PENSEE « C’est la rencontre entre des savoirs chauds (savoirs de vie et populaires u4les à l’ac4on collec4ve) et des savoirs froids ( savoirs théoriques et poli4ques), cela ne donne pas des savoir 6èdes … cela fait de l’orage ! » D'après l'Ardeur « La conférence ges7culée est une prise de parole publique sous la forme d’un spectacle poli7que militant. Conférence ges7culée Les carnets de thèse de la plateforme Hypotheses.org, c’est-à-dire à des blogs individuels tenus par des doctorant·es à par4r de leur contexte professionnel. Il en existe actuellement 175 au catalogue d’OpenEdi6on Ma thèse en 180 secondes est un concours international de vulgarisation scientifique ouvert aux doctorants francophones du monde entier. Les doctorants doivent présenter leur sujet de recherche, en français et en termes simples, à un auditoire profane et diversifié. Chaque étudiant(e) doit faire, en trois minutes, un exposé clair, concis et néanmoins convaincant sur son projet de recherche. Des disposi)fs mis en perspec)ves
  • 13. Des dispositifs mis en perspectives TRAME : le « PITCH » À par4r du 4tre de la thèse LES « FILS DE SCOUBIDOU » Pe4te et grande histoires Les CATEGORIES L’expérience vécue de la thèse L’exper4se de son sujet LA bonne idée L’humour Raconter des anecdotes LES IMAGES /métaphores L’u4lité, les applica4ons Les résultats LE MESSAGE et sa mise en scène MT180s 3 min 18 minutes maxS’arrête souvent avec la fin de la thèse 1 à 2 heures Conférence ges1culée Carnet de thèse TEDX Evaluation par un jury et le public Pas de question Echange possible Atelier possible Commentaires possibles Pas d’échange Efficacité du message : complémentarité sémio4que entre parole, gestualité et support mul4média
  • 14. Styles et manières de parler MT180s Une forme calibrée : le temps, l’espace ; Communica8on efficace ; « Leviers » de vulgarisa8on stéréotypés Valorisa8on de soi par ses recherches et ses résultats (par l’ac8on) : qu’est-ce que l’on « apporte » ? Discours cri8que impossible ; Discours « méta » rare CARNET de thèse Quand elles et ils abordent leur sujet de thèse, elles et ils peuvent accompagner leur propos de leurs ques8onnements, leur vécu et de leurs doutes. C’est dans ce cas une manière de parler la science qui ouvre la possibilité d’un lien avec d’autres. A la fois dans une forme de partage de la condi1on de doctorant, de l’infra-ordinaire de la recherche, mais aussi dans une forme ouverte à la discussion, à l’entraide ou à la disputa1o. Conférences gesticulées Engagement cri8que et poli8que. Ar8cula8on des savoirs issus de l’expérience vécu et des savoirs académiques pour développer un discours cri8que et engagé, analysant les rapports
  • 15. Respirer ? Restituer efficacement et avec originalité plutôt que « parler » Carnets de thèse MT180s - Témoignage Nicolas Houel « - On va dire qu’il y a deux phases. Il y une phase d’écriture, qui demande une véritable synthèse de tout ce que l’on a envie de dire parce que en 3 minutes, on a doit avoir à peu près 470 mots. Le plus compliqué reste (…) de sor;r du jargon scien;fique qui peut être parfois un ou;l de défense pour nous. (…). Et une phase de répé;;on qui trouve sa finalité quand ça coule en 2min 58, 59, 55. En se disant Kens je garde un peu de marge comme ça si je bafouille ou si je n’arrive pas à dégluKr à ce moment là je… - Tu peux prendre le temps de respirer, éventuellement (rires) » => Mais une « respiraKon » par rapport à la recherche ! Où se situe la réflexivité ? Dans les témoignages de carnetier·es que je recueille apparaît l’idée de « respiration » : la lecture et l’écriture des carnets donnent de l’air, donnent à penser, une pause, de l’espace, parfois même du divertissement. Pour certain·es doctorant·es qui les investissent, ces carnets représentent un espace inédit de liberté de parole et de ton, dans lequel l’envie de dire et le désir épistémologique peuvent s’autoriser à être à l’œuvre (Paveau , 2010). Le risque de l’évalua9on
  • 16. Prendre la parole en tant que doctorant.es Incarner la science ? Notable en soi Mobilisent-ils et elles des savoirs ou de connaissances ? Quel rapport entre savoir et pouvoir / valorisa7on/ reconnaissance / autorité ? Carnet et MT180s // Conférences ges4culées « le savoir c’est le pouvoir » « Je considère ici les savoirs comme issu de l’expérience du sujet en rela:on à autrui et au monde, par dis:nc:on avec les connaissances comme corpus établis, explicites, extérieurs à un sujet. » P. Hert, 2014 Les doctorant·es choisissent souvent de partager les connaissances validées qu’illes ont acquises pendant leur parcours. C’est une manière d’ouvrir des savoirs, tout en se positionnant personnellement dans un champ, dans une discipline. Il s’agit alors de se positionner, de se rendre visible et de se présenter : soi vis-à-vis de ses pairs, soi comme « maîtrisant » un certain nombre de connaissances, de références, soi comme « appartenant » à une discipline, à un groupe professionnel.
  • 17. La réduc)on de la communica)on à « l’accroche » L’effacement du sujet dans les écrits scientifiques est le signe d’un désir de scientificité ou de la volonté de faire science qui conçoit la vérité comme synonyme d’objectivité et comme opposée à toute intervention de la subjectivité : écrire la science revient à construire des énoncés escamotant le sujet (Jurdant, 2006 ; Stengers , 1992). Parle-t-on ou non à la première personne ? Si oui, est-ce pour communiquer sur soi, raconter ce que l’on fait et devenir visible ? Ou est-ce pour construire un savoir articulé à un point de vue explicité, en s’appuyant sur la réflexivité que permet cette forme énonciative (même si ensuite, dans les écritures « normées », le « je » se dissout à nouveau) ? Le carnet devient dans ce cas un espace de réflexivité, un lieu d’élaboration de savoirs situés, voire même un appareil critique accompagnant la construction des connaissances partagées dans d’autres lieux plus formels et légitimés. Installer un espace à soi et accepter de l’ouvrir en y restant présent, c’est se montrer vulnérable et fragile aussi dans une recherche en cours. C’est partager un geste en train de se déployer. On se cherche en même temps que l’on cherche. On accepte de se tromper, de faire des erreurs. On ne cherche pas l’autorité, la puissance du savoir. On peut humblement chercher à expliciter le mieux possible ce que l’on est en train de tenter. Communica)on efficace ou incarnée ? MT180s Le « je » possessif : « ce que je fais dans MA thèse », « MA recherche c’est » Le « je » acteur, qui représente plus large que lui-même Le « je » en maîtrise
  • 18. Se me%re en « je » Considérer la place du « je » dans les carnets de thèse et dans MT180s, c’est ques=onner le « je » en sciences, la ques=on de la voix et de l’oralité, de la prise de parole, nos rapports aux sciences, nos rapports à la scien=ficité, au corps, aux émo=ons et aux expériences, à la place du sujet parlant et pensant dans nos pra=ques orales et écrites, etc. L’effacement du sujet dans les écrits scientifiques est le signe d’un désir de scientificité ou de la volonté de faire science qui conçoit la vérité comme synonyme d’objectivité et comme opposée à toute intervention de la subjectivité : écrire la science revient à construire des énoncés escamotant le sujet (Jurdant, 2006 ; Stengers, 1992).
  • 19. Un carnet de thèse, quand il est habité, c’est-à-dire inves7 comme espace à soi, est habillé, organisé, structuré, décoré mais aussi coloré par le « ton » de l’habitant.e (en-tête, illustra7ons, colonnes latérales, in7tulés de pages, mots choisis pour les é7queAes, les catégories, etc.). Les doctorant.e.s sont chez eux, on vient leur rendre visite, les lire, parfois discuter, et elles et ils nous y accueillent. « (…) c’est un lieu. Et puis c’est un lieu propre. A la De Certeau. C’est chez moi. Tu vois ? Et ce « chez moi » ça connote la liberté aussi. (…) Le blog c’est chez moi, y compris esthétiquement. » Carnetier sociologue Un carnet de recherche à soi A Room of One's Own, Virginia Woolf, 1929 => Lieu de pensée
  • 20. > Raconter sa recherche ? Ou vulgariser ses résultats ? Parler de savoir construits par d’autres ? • Ecrire dans un carnet de thèse permet de raconter sa recherche et de l’ar3culer au fur et à mesure des billets rédigés et parfois inter-reliés au rythme de la thèse, des ac3vités qui la jalonne : lectures, terrains, construc3ons méthodologiques, rencontres scien3fiques, écritures, communica3ons formelles, manuscrit, soutenance, recherche d’emploi, etc.). Les doctorant.e.s racontent et s’expriment par rapport aux différentes étapes de la construc3on de leur objet, de leur manuscrit et de leur installa3on dans un champ de recherche. • // Présenter sa thèse en 180s et conférences ges3culées Habiter son espace propre, comme un espace de pensée ó ENJEUX EPISTEMOLOGIQUES Notamment modèles de communication sous-jacents
  • 21. Occuper ou habiter l’espace ? Faire corps avec son sujet ? ADHERER Quoi faire du corps ? Le ton juste? Mobiliser le corps comme un ou7l de performance : une façon de surligner, de sur-jouer et non comme source de savoir ou de parole Jouer mais ne pas être présent, ni chercher l’émo5on dans le théâtre : « Deux jours où on est accompagné sur l’écriture et sur la prise de parole, où l’on nous demande de sor9r de la prise de parole tradi9onnelle et de crier plus fort lorsqu’il s’agit de marquer une émo9on, parfois de s’exprimer avec un crayon dans la bouche à la ver9cale et à l’horizontale, donc des exercices de dic9on, pour sor9r de notre zone de confort de communica9on verbale et d’aller chercher un aspect un peu plus théâtral », Nicolas Houel, Nantes 2019 Le sujet connaissant fait corps avec l’objet de connaissance dont il incarne la métaphore – devient un instant son objet
  • 22. (1) Lectures ; (2) Terrain, (3) Méthodologie ; (4) Posture de chercheur et épistémologie ; (5) Expérience vécue ; (6) Emotions et corps ; (7) Communication scientifique ; (8) Expertise ; (9) Conversation ; (10) Soin du lectorat ; (11) Réflexivité écritures ; (12) Réflexivités sur le blogging scientifique ; (13) Réflexivité rôle social du chercheur. Types de billets iden-fiés les billets récoltés (analyse exploratoire) - sélection des carnets de thèse via le catalogue d’OpenEdition ; - sélection des carnets francophones au sein de cette catégorie (151 carnets en juin 2018) ; - récupération des billets récents présentés sur le catalogue pour l’ensemble de ces carnets (nombre variable selon les carnets : de trois à une dizaine). Diversité des billets : « Partager une lecture d’ouvrage », « Partager une bibliographie » , « Documenter et raconter le terrain », « Construire un rapport au terrain » ; « Partager la méthodologie pour les futurs chercheurs », « Partager un retour d’expérience », « Partager l’expérience des ouMls numériques », « Construire et partager une posture de chercheur », « Construire et partager un quesMonnement épistémologique », « Expliciter et partager l’imprévu, la sérendipité », « Présenter le sujet de la thèse », « Témoigner du parcours de la thèse », « Se meRre en mouvement réflexif », « Expliciter et partager l’ordinaire de la recherche », « Raconter la soutenance », « Expliciter et partager les émoMons de la thèse », « Communiquer sur ses acMvités », « S’intéresser à un sujet populaire », « MeRre son experMse en jeu », « Partager des quesMonnements et non des cerMtudes », « Entrer en conversaMon scienMfique », « Souhaiter la bienvenue », « Appeler à la parMcipaMon », « Ecrire pour le grand public », « Pourquoi blogguer ? »
  • 23. La figure des doctorant.es en héros de la recherche, en « gagnants » Incarner une science qui se coupe de l’expérience vécue et des émo6ons : les doctorant.es comme figure de quoi ? « Nous n’avons pas un corps, nous sommes un corps qui nous permet d’éprouver le monde. Nous sommes ce corps qui nous ancre dans le monde et nous y ramène. » P. Hert, 2014 MT180 réactualise les dualismes de la science corps/esprit, émo6ons/raison, connaissance/savoirs issus de l’expérience vécue => Pour incarner la science, il faut mobiliser des figures, « soi » ne suffit pas => Les doctorant.es parlent au nom de leur laboratoire, de leur université Incarner, prêter son corps à quelle science ? Les athlètes spor6fs, les héros de film, de BD et de dessin animé, les super-héros ou des super-pouvoirs, les guerriers, des enquêteurs et des secrets, télé-réalité (top chef), magiciens Les valeurs qui construisent les métaphores et les discours Contrôle, succès, révolution, action, stratégie, gestion, originalité/inédit, maîtrise, certitudes, sauver le monde Þ Soumettre la thèse à l’évaluation, doit convaincre Þ Présentation doit répondre aux critères d’une « bonne communication » et d’une « bonne recherche » Figures populaires qui accrochent sans nécessairement « parler »
  • 24. Parler à distance du dispositif « Bon je préfère être honnête avec vous, j’ai un problème. Mon entourage a eu tellement de bons conseils, que je n’ai pas réussi à trouver la bonne idée pour vous présenter ma thèse. Je pense qu’on sera tous d’accord pour dire qu’en général on s’a?end à ce que le pitch soit drôle. Seulement il est difficile de faire de l’humour lorsque l’on travaille sur deux calamités : le cancer et les parasites. (…) Donc exit l’humour. Mais je pouvais encore m’en sorJr grâce au stratagème n°2 : raconter une anecdote. (…) A?endez. Il y a des parasites qui protègent contre le cancer et d’autres qui le provoque ? Et bien en fait c’est ce paradoxe que je cherche à expliquer pendant ma thèse Et je vais même un peu plus loin. (…) Comme il paraît que nous sommes des êtres visuels, je pense qu’une belle métaphore sera la bienvenue pour vous expliquer comment cancer et parasites peuvent être liés. (…) Camille Jacquelin, 2017
  • 25. Peut-il se passer quelque chose dans la situa3on de média3on ? « Ce qui est bon, c’est quand on est traversé par quelque chose. On ne maîtrise pas. On n’est pas en train de se placer, au contraire. On est placé. » Céline SalleBe, actrice Ce qu’il va se passer au moment où l’on parle. La présence, être présent à la situation. Si tout est calibré, rien ne peut arriver. La parole est verrouillée. Réflexivités ? Emo;ons ? Liens ? « Se rendre fragile dans la parole » Baudouin Jurdant à propos de Pierre Bourdieu Les proverbes ou Les disparates, Francisco de Goya (1815-1823) Illustra;on de la thèse d’Etat de B. Jurdant « Seul le conteur, chaudement vêtu, semble apprécier la situa3on fort délicate dans laquelle se trouve ce groupe qui, ne sachant où aller, s'est réfugié sur les branches d'un arbre. Epargnez-nous vos sermons semblent-ils dire, passifs et désabusés, au beau parleur... Car sur les branches mortes, la vie reste malgré tout très précaire. » hBps://www.pop.culture.gouv.fr/no3ce/joconde/05940002716
  • 26. La voix – quel ton ? Parler en quel nom ? Conférences ges,culées MT180s « la vulgarisa+on scien+fique remplace les savoirs qui partent du corps éprouvant par un discours extérieur, celui des sciences », P. Hert 2014 en suivant B. Jurdant Þ La conférence ges,culée opère le mouvement inverse, à par,r de l’expérience vécue Le « savoir ordinaire qui passe par le vécu du corps » P. Hert 2014 « Lepage parle d’une source académique (…) Sa voix pourtant est différente de celle de n’importe quel.le universitaire. On ne retrouve pas ce style ampoulé de l’article scientifique, ni la retenue professionnelle des conférences académiques. Il utilise ses propres mots. (…) Faites aCenDon à sa voix, non pas au niveau des mots qu’elle porte, mais au niveau de son intonaDon. Quand il uDlise les cartes, qu’il imite un représentant poliDque, l’intonaDon change. Vous avez déjà peut-être remarqué cela, dans un colloque ou lorsque des représentant.e.s poliDques font un discours. La personne qui parle va prendre une voix plus soignée, plus professionnelle : elle porte une voix qui n’est plus tout à fait la sienne. » Léa Gonnet, étudiante Des figures vocales sont mobilisées Empreintes vocales familières, personnages de scène Journaliste et voix off de documentaires, marchand de marche, hôtesse de l’air, guide touristique one man/woman show comique, « Fred et Jamy »
  • 27. Etre présent Habiter l’espace Se me3re en « je » Ecriture et parole situées Trouver sa propre voix « Trouver une perspec,ve, une manière de dire le monde, de le rendre intelligible à par,r de sa propre parole située, de son parcours, de son style, d’une manière d’être au monde et d’habiter le monde en tant que chercheur·e : autant de formes et de manières qui peuvent s’élaborer et qui s’élaborent parfois dans les carnets de thèse et dans les conférences ges,culées, quand les doctorant·es et les conférencier·es prennent le risque et saisissent l’opportunité de parler en leur nom depuis là où elles et ils se trouvent et pensent. » => Enjeux épistémologiques, disciplinaires, idéologiques Parler en son nom en tant que doctorant.e ? ÞDes savoirs issus de l’expérience vécue de la recherche doctorale ÞUne parole sans espace Parler depuis sa place ? Enjeux épistémologiques et poli,ques Et non « diffuser », « valoriser »
  • 28. Les situations de communication des doctorant.es sont les espaces potentiels d’une recherche en mouvement, en interrogations, sur le terrain, vivante, en évolution, incarnée – en liens Quand le nous change et se fonde sur du commun issu de l’expérience, de la confiance en l’expérience et de l’ordinaire – et non plus sur des « figures ». - Elles permettraient de témoigner de l’expérience de la thèse, à différentes étape du parcours des doctorant.e.s ; - Elles permettraient de saisir la présence et le rapport des doctorant.e.s à leur sujet, à leur terrain, à leurs objets, rencontres, à leurs lectures, etc. ; - Elles contribueraient à l’émergence de différentes formes de réflexivité, par l’oralité ou par l’écriture exposée et par l’intégration de la possibilité de l’autre dans le propos. Enjeux épistémologiques. Narra$on, iden$té et présenta$on de soi dans la recherche Quels espaces de réflexivité ? Quels communs ?
  • 29. David Abram, Comment la terre s’est tue – Pour une écologie des sens, Paris, La découverte, 2013. Giorgio Agamben, Qu'est-ce qu'un dispositif, Rivages poches, 2014, 80 p. Mélodie Faury et Lionel Maillot, « Repenser les formations doctorales. De la communication efficace à la communication incarnée », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 181 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 31 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/ocim/2138 ; DOI : 10.4000/ocim.2138 Mélodie Faury, « Carnets de thèse et écriture de soi dans la recherche », Revue de la BnF, 2019, n°58, pp.73-81. Elsa Poupardin et Mélodie Faury, « Hypotheses : l’inscription d’une pratique de communication dans l’activité de recherche », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 15 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 11 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/4877 Mélodie Faury, « Partager son sujet et son expérience de recherche dans un carnet de thèse : des doctorant.es entre recherche de légitimité et recherche de sens », Revue Belphegor, 2019, à paraître. Carol Gilligan, Une voix différente – Pour une éthique du care, Flammarion, 2008 (1982). Marielle Macé, Styles. Une critique de nos formes de vie, Paris, Gallimard, 2016. Baudouin Jurdant, « Parler la science ? », Alliage, 59, 2006a. En ligne : http ://www. tribunes. com/tribune/alliage/59/page6/page6.html (consulté le 5 octobre 2018). Baudouin Jurdant, « Ecriture, réflexivité, scientificité », Sciences de la société, n°67, 2006b, p. 131-144. Sandra Harding, “Rethinking Standpoint Epistemology : What is Strong Objectivity ?”, dans Linda Alcoff et Elizabeth Potter (dir.), Feminist Epistemologies, New York & London, Routledge, 1993. Laugier Sandra, « Le commun comme ordinaire et comme conversation », Multitudes, 2011/2 (n° 45), p. 104-112. DOI : 10.3917/mult.045.0104. URL : https://www.cairn.info/revue- multitudes-2011-2-page-104.htm Lionel Maillot, La Vulgarisation scientifique et les doctorants. Mesure de l’engagement – exploration d’effets sur le chercheur. Thèse en Sciences de l’information et de la communication, Université de Bourgogne - Franche Comté, 2018. Walter J. Ong, Oralité et écriture, Paris, Les Belles Lettres, 2014.
  • 30. Parler la science – Réflexivité par l’oralité En ligne : h*p://revel.unice.fr/alliage/index.html?id=3517
  • 31. Jack Goody (1986) cité par Y. Jeanneret (2010). « l’injonc?on à la réflexivité que portent par elles-mêmes les formes écrites, en soulignant à la fois le mode de publicité que sollicite le partage de textes visibles et le retour sur soi qu’occasionne pour le sujet le fait d’être confronté à une forme extériorisée de sa pensée » « Il est important d’insister sur une propriété majeure de l’écriture à savoir la possibilité qu’elle offre de communiquer non pas avec d’autres personnes mais avec soi - même. » Réflexivité par l’écriture J. Goody (1986), La logique de l’écriture : aux origines des sociétés humaines, Paris, Armand Colin. — (2007), Pouvoirs et savoirs de l’écrit, Paris, La dispute.
  • 32. Se déprotéger Installer un espace à soi et accepter de l’ouvrir en y restant présent, c’est se montrer vulnérable et fragile aussi dans une recherche en cours. C’est partager un geste en train de se déployer. On se cherche en même temps que l’on cherche. On accepte de se tromper, de faire des erreurs. On ne cherche pas l’autorité, la puissance du savoir. On peut humblement chercher à expliciter le mieux possible ce que l’on est en train de tenter. Fragilité et vulnérabilité de la recherche La vulnérabilité comme force épistémologique
  • 34. Se situer entre savoirs et expériences : trouver sa voix propre et l’inter-relier
  • 35. Parcours et moments de remise en cause de la neutralité axiologique de la science 1. Etudes en biologie moléculaire et cellulaire 2. S’inscrire dans le champ des études de sciences 3. Recherche doctorale : que signifie être biologiste ? 4. L’absence de poste et de place pour certaines perspecCves 5. Devenir femme à l’université Þ Dimension sociale du sujet connaissant + dimension poliCque de toute acCvité de connaissance
  • 36. En recherche par l’absence de poste et de temps de travail légitime pour construire des connaissances selon la perspective qui est la mienne - reconnaissance et légitimité de l’activité Femme à l’Université - Sortir de sa place – se faire remettre à sa place – conscience des places (Woolf, 1938 ; Gayatri Chakravorty Spivak, 2009 ) Vécu de la violence ordinaire dans un système de pouvoir – conscience de la violence ordinaire exercée dans une position dominante (Simon Lemoine, 2017) Objetisation / silenciation / re-sujettisation / re-devenir sujet Expérience vécue : perdre sa voix
  • 37. Une voix différente De l’expérience au savoir issu de l’expérience ÞBouleversement par l’expérience vécue ÞBouleversement épistémologique Devenir chercheuse Trouver sa voix Trouver ses mots Trouver son regard Trouver son tact Déconstruire une évidence à par3r des recherches sur la science et de l’expérience vécue (allers-retours) : la méthode / posi3on / le regard « neutre » Pas une expérience « de femme » mais une expérience à par4r de la place qui est assignée (historiquement, socialement) aux femmes D’où est-ce que je déploie ma perspec<ve ? Comment je me situe ? Comment je choisis de regarder le monde / mon objet de connaissance ? Comment je choisis d’être au contact avec le monde / mon objet de connaissance ? ( Carol Gilligan, 1982)
  • 38. « La ques(on – celle de l’expression de l’expérience : quand et comment faire confiance à son expérience, trouver la validité propre du par(culier – dépasse la ques(on du genre, car c’est celle de notre vie ordinaire, à tous, hommes et femmes. L’histoire du féminisme commence précisément par une expérience d’inexpression,– dont les théories du care rendent compte concrètement, dans leur ambi(on de meBre en valeur une dimension ignorée, non exprimée de l’expérience. C’est le problème, au-delà du genre, qu’affronte le care et qu’il permet d’exposer sans métaphysique. John Stuart Mill s’était préoccupé de ceBe situa(on, où l’on n’a pas de voix pour se faire entendre, parce qu’on a perdu contact avec sa propre expérience. » « Il s’agit d’une situation qui n’est pas propre à la femme, et qui résume toute situation de perte de l’expérience et du concept ensemble (…) – et motive le désir de sortir de cette situation de perte de la voix, de reprendre possession de son langage et de trouver un monde qui en soit le contexte adéquat. » Sandra Laugier, hBp://www.raison-publique.fr/ar(cle203.html Ne pas perdre sa voix : garder le contact avec l’expérience vécue
  • 39. • « Tenir les deux bouts du mât de l’objec5vité ensemble » (Benedikte Zitouni, 2012) ce à quoi l’on ,ent « une meilleure science », « une meilleure scien,ficité », une science plus fiable encore, une réalité élargie • « Trouble de la personnalité mul5ple » (Benedikte Zitouni, 2012) et nouvelle représenta,on de l’objec,vité / intersubjec,vité, rôle moteur des savoirs situés et de la réflexivité ; • Vision méta- des enjeux de pouvoir ins,tu,onnels dans lesquelles nous sommes pris.es, illégi,mité construites dans un référen,el clos dilemmes insolubles dans l’isolement => réseaux, renforcement par des collec,fs Voir, dire, être au contact différemment depuis la posi5on subalterne Inspirée par une remarque de Joëlle Le Marec : ce que l’on voit « d’en bas » qu’on ne voit pas « d’en haut » Inspirée par l’éthique du care (Pascale Molinier, Sandra Laugier, Patricia Paperman, 2009) Comment renverser le stigmate d’un point de vue épistémologique ?
  • 40. Tenir à la science en tant que Ce qui importe en science « La science, à travers ses textes, ses acteurs et ses ins1tu1ons, est la forme de savoir la plus puissante dans le monde contemporain » h:ps://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/jus1cecogni1ve1/front-ma:er/introduc1on/ Ce à quoi l’on ,ent, ce qui importe Espaces pour bien traiter les ques1ons qui nous importe, sans avoir à se ba:re pour correspondre à la « bonne figure » des chercheurs et de la recherche (sujets légi1mes, façons légi1mes de les traiter) => comme espace de liberté intellectuelle Obstacles : main%en de l’ordre et enjeux de pouvoir ; Remise en ques%on comme remise en cause ; Choix de gouvernance et de financements Enjeux : entretenir la vitalité, le désir de savoir, la sensibilité, la possibilité de se rendre disponible aux autres En jeu : notre manière d’habiter le monde et de partager les savoirs dans et pour le monde « Le sujet du care est un sujet sensible en tant qu’il est affecté, pris dans un contexte de rela1ons, dans une forme de vie – qu’il est a:en1f, a%en'onné, que certaines choses, situa1ons, moments ou personnes comptent pour lui. Le centre de gravité de l’éthique est déplacé, du « juste » à l’« important ». » Sandra Laugier, http://www.raison-publique.fr/article203.html Sur quoi fonder la puissance ? (Stengers et Despret, 2011)
  • 41. Tenir les deux bouts du mât de l’objec4vité ensemble « une science de relève qui donne une traduc1on plus juste, plus acceptable, plus riche du monde, pour y vivre correctement et dans une rela1on cri1que et réflexive à nos propres pra1ques de domina1on et à celles des autres ainsi qu’aux parts inégales de privilège et d’oppression qui cons1tuent toutes les posi1ons. Dans les catégories philosophiques tradi1onnelles, c’est peut-être plus une ques1on d’éthique et de poli1que que d’épistémologie. » (Donna Haraway, 2007) « Nous avons un problème, dit le Manifeste des savoirs situés. Si nous voulons habiter des savoirs et des corps émancipés et leur donner une chance d’avenir, il nous faudra grimper le mât de l’objec6vité tout en tenant simultanément les deux extrémités de celui-ci. D’un côté, nous devons con1nue à analyser la con1ngence historique de toute construc1on de savoirs, la nôtre y comprise, et la soumeJre à une cri1que radicale, voire acerbe. De l’autre côté, nous devrons con1nuer à nous engager dans la fabrica1on de comptes-rendus fidèles d’un monde « réel » - mis au singulier et entre guillemets – et miser sur ceJe fidélité afin de nous aider à construire un monde meilleur. » (Benedikte Zitouni, 2012) Spécula1f et programma1que => « Électrochoc épistémologique » / « désir mul6ple et risque d’amputa6on »
  • 42. « L’appel aux mondes réels » « Tenir à l’état-de-fait, savoir reconnaître la monstruosité des sciences ; tenir à la détec:on des rapports de pouvoir, savoir résister aux abus autoritaires ; tenir au faire, au caractère émancipateur des savoirs ; tenir à l’objec:vité parce qu’elle dit et aide à construire le monde ; tout cela, état-de-fait, résister, faire, faits, ce sont les éléments intéressants nichés aux deux extrémités du mât. Tout cela porte un nom : « l’appel aux mondes réels », mis au pluriel ceFe fois-ci, sans guillemets ajoutés. » (Benedikte Zitouni, 2012) Þ évite amputa+on d’un des désirs - désir de cri+que radicale - désir de « l’être scien+fique »
  • 43. Or toute remise en question, du point de vue de la pensée et de la pensée critique est rejetée par les système de pouvoir en tant que remise en cause des pouvoirs et des ordres établis. On se retrouve donc dans un dilemme, où il s’agit de jouer entre le dedans et le dehors, entre la marge et le centre, le cadre et le hors-cadre, en essayer de garder la critique tout en ne s’éloignant pas trop du centre sous peine de perdre tout espoir de modification systémique et institutionnelle. L’insulte de « relativiste » ou le discrédit jeté sur la parole de celle ou celui qui porte un idéal de dialogue entre les savoirs est facile dans la mesure où l’on navigue dans un référentiel clos, et que l’on ramène aux critères de légitimité qu’il s’agit justement de transformer collectivement. La possibilité ou l’impossibilité de la cri3que Faire voir l’invisible et l’invisibilisé Devenir audible (la VOIX) et crédible (la LEGITIMITE) au sein d’un référenDel autocentré.
  • 44. Deuil de l’autosuffisance de la science : la chercheuse déprotégée « conjurer le risque rela/viste, en prônant un pluralisme épistémique des points de vue, seule manière de me8re en connexion des savoirs rela/fs et de les faire dialoguer. » Claude Gauthier à par/r de ce que propose Donna Haraway, h:ps://www.youtube.com/watch?v=f0OM2D6s35k&app=desktop => Voir aussi les travaux de Léo Coutellec Ne plus prétendre à l’autosuffisance (individuelle ou collec8ve) ÞVulnérabilité et interdépendance ÞSe fro:er aux autres et être transformé.e.s ÞEntre/en du monde : conserva/on et conversa/on « le care comme action (taking care, caring for) et comme travail, autant que comme attitude, comme perception et attention au détail non perçus, ou plutôt présents sous nos yeux, mais non remarqués parce que trop proches, comme fil conducteur assurant l’entretien (en plusieurs sens, dont celui de la conversation et de la conservation) d’un monde humain. » Sandra Laugier, https://www.cairn.info/revue-multitudes-2010-3-page-112.htm Des savoirs reliés Ethique du care, de l’ordinaire dans nos pratiques de recherche, dans nos manières de connaître dans notre relation avec nos objets de connaissance
  • 45. Bouleversements épistémologiques et rela3onnels Se déprotéger « Ricoeur disait qu’il faut faire appel à la « capacita3on des personnes », même les plus vulnérables, pour les sor3r, justement, de leur vulnérabilité. Mais il disait également l’inverse : il faut aussi que les plus capables reconnaissent leur part de vulnérabilité, et que nous reconnaissions ensemble combien nos ins3tu3ons, nos services publics, nos biens communs, notre planète sont fragiles, et ont besoin de notre aBen3on, de notre soin. » (Olivier Abel, 2018) Se laisser toucher, affecter (Maria Puig de la Bellacasa, 2012 ; Piron, 1998) Se rendre disponible / à l’autre La sensibilité et non l’indifférence La vulnérabilité comme force épistémologique « se connecter à d’autres points de vue, c’est-à-dire à d’autres façons de voir et de vivre que les siennes » (Benedikte Zitouni, 2012) Alliances, connexions par;elles, savoirs reliés (Maria Puig de la Bellacasa)
  • 46. Les différents niveaux de la réflexivité : l’emboîtement des points aveugles et l’inven3on de nouvelles méthodes inter-subjec3ves Ce que propose les épistémologies féministes À la convergence avec d’autres pensées issues de l’expérience de la subalternisation, de la co-construction des savoirs ou transformées par l’expérience du terrain Notamment La Strong Objectivity, Sandra Harding Les savoirs situés, Donna Haraway Þ Nouvelles manières d’entrer en relation avec ses objets de connaissance, avec d’autres savoirs, avec le monde ; Þ Nouvelles façons d’écrire, nouveaux mots. L’objec(vité s’accroît dans le posi(onnement de la chercheuse. = « réaliser en quoi la situa(on dans laquelle elle est prise crée une perspec(ve, une façon mais aussi une capacité de voir le monde différemment » Þ Fabriquer d’autres récits scien(fiques, une autre objec(vité dans les sciences (Benedikte Zitouni, 2012)
  • 47. Emboîtements réflexifs +++ « à la rela(vité du point de vue d’observa(on du sujet correspond une extension de l’objet à connaître. » ð Qui<er l’autosuffisance / autosa(sfac(on d’une seule perspec(ve (y compris d’un sujet-communauté) ! ð Projet passionnant intellectuellement, poli(quement difficile - Des sujets connaissants situés ; - Des connaissances situées et posi1vement rela1ves ; - Construire les espaces et condi1ons de possibilités de la mise en rela1on, de la mise en perspec1ve. 1. Le premier niveau est celui du projet de recherche individuel du type thèse, qui peut durer toute la vie 2. Synthèse d’un ensemble de recherche suscitées ou traversées par une probléma?que par?culière. Le renoncement à une montée en généralité et la radicalisa?on de l’exigence de gagner en précision 3. Construc?on d’un collec?f interdisciplinaire Þ Inter - « points de vues » au sens de la standpoint épistemology Þ Mise en dialogue de savoirs situés Construc1on progressive (Joëlle Le Marec, 2002)
  • 48. Point de vue et responsabilité « Être responsable, c’est donc, sur le plan pra2que et poli2que, assumer la singularité du point de vue de connaissance qui est le nôtre, en tant qu’il implique des effets toujours singuliers, qui peuvent nous avantager ou en désavantager bien d’autres. Revendiquer le point de vue de nulle part, ou du truc divin, c’est délibérément se désengager de toute responsabilité. » « la ques2on de la neutralité n’est pas seulement celle du sujet, mais enveloppe des EFFETS sur la NATURE de l’OBJET. » « c’est la nature même du partage SUJET / OBJET qui se trouve ici remise en cause. » => Voir notamment les travaux de Donna Haraway, de Vinciane Despret, de Florence Piron Claude Gauthier faisant référence aux travaux de Donna Haraway en 2009 https://www.youtube.com/watch?v=f0OM2D6s35k&app=desktop
  • 49. « Le grand avantage des mises en crises opérées par les épistémologies féministes dites du point de vue, c’est de contraindre à élargir la discussion cri8que, non pas seulement du côté de l’iden8fica8on de ce que peut être le sujet connaissant, en tant que sujet communauté-connaissant, mais aussi du côté de la remise en cause de ce qui EST connu, à proprement parler. La ques8on de la réflexivité ne peut donc pas être seulement celle du sujet, elle doit aussi envelopper un effort de réflexion sur les effets qui concernent ceFe fois-ci l’objet de connaissance. QuiFe à remeFre en cause si nécessaire le grand partage moderne « sujet / objet ». » Claude Gauthier à propos de Donna Haraway hFps://www.youtube.com/watch?v=f0OM2D6s35k&app=desktop Une mise en crise épistémologique : comment savons mais aussi QUE savons-nous ?
  • 50. Retrouver, trouver la voix pour dire et (re)construire ce qui importe La construc+on d’un « nous » par la constella+on des marges Le collec&f comme nécessité épistémologique Le collec&f comme nécessité éthique, poli&que, sociale La collec+on « Réflexivités et expérimenta+ons épistémologiques » h5ps://www.edi&onscienceetbiencommun.org/?page_id=996 Réflexivité(s), sous la direc&on de Mélodie Faury et Marie-Anne Paveau (à paraître en mars 2019) Dschang Paris Garoua, par Léonie Metangmo Tatou (à paraître en mars 2019) Dire le vrai, sous la direc&on de Caroline Muller et Mélodie Faury Thèse ouverte, par Mélissa Lieutenant-Gosselin
  • 51. « Faire des cabanes en tous genres – inventer, jardiner les possibles ; sans craindre d’appeler « cabanes » des huttes de phrases, de papier, de pensée, d’amitié, de nouvelles façons de se représenter l’espace, le temps, l’action, les liens, des modalités de la pratique. Faire des cabanes pour occuper autrement le terrain ; c’est-à-dire toujours, aujourd’hui, pour se mettre à plusieurs. Pas pour prendre place, se refaire une place là où ça ne gênerait pas trop, mais pour accuser ce monde de places – de places faites, de places refusées, de places prises ou à prendre. », Marielle Macé, 2018 « « Être de ce monde, c’est aussi songer individuellement à ce à quoi l’on contribue, se poser la question de quel monde édifie-t-on par son action. Mon geste, reproduit-il les conditions de l’iniquité, de la domination, et de la dévastation, ou rend-il ce monde plus fécond, plus ouvert, et plus vivifiant ? ». Felwine Sarr, 2017. « l’habitant est [plutôt] quelqu’un qui, de l’intérieur, participe au monde en train de se faire et qui, en traçant un chemin de vie, contribue à son tissage et à son maillage », Tim Ingold, 2007
  • 52. La collec(on « Réflexivités et expérimenta(ons épistémologiques » • Boucles réflexives et pas de côté : situer sa propre perspective (standpoint epistemology) dans le geste de construction de la connaissance ; • Donner accès aux matériaux, aux témoignages pour permettre le croisement des perspectives, la réflexivité collective et la discussion scientifique pour la construction d’une inter-subjectivité ; • Explorer les formes de l’écriture numérique augmenté au bénéfice de savoirs ouverts et dialogiques ; • Explorer les formes et les styles d’écritures liées à la recherche – interroger et déconstruire les « normes classiques » pour retrouver le sens des pratiques normées et/ou développer une créativité dans les formes de partage et de construction de la connaissance – et la place du « je » du sujet connaissant dans l’écriture ; • Explorer des co-écritures pour la co-construction de connaissances, aux croisements de divers savoirs ;
  • 53. S’inscrire dans l’un des élans épistémologiques suivants (1/2) : • Mise en dialogue de différents types de savoirs avec les savoirs académiques : savoirs d’expériences, savoirs de vie, savoirs d’ac;on des professionnels,… • Donner à entendre la voix de sujets connaissants peu audibles (sans voix, invisibles, indicible, infra- ordinaire) via les possibilités de l’écriture, et notamment de l’écriture numérique ; • Transformer le rapport au terrain ou à « l’objet » de connaissance : tact, contact, émo;ons, place du corps, des émo;ons ; • Partager – dans un mouvement réflexif – un parcours de recherche, une expérience vécue de la recherche ou d’un contact avec la recherche ; • Partager des écritures intermédiaires donnant à voir le chemin d’une pensée ; • Partager un « journal de bord » de la recherche au quo;dien ; • Développer de nouvelles formes de cri;ques des sciences. La collec=on « Réflexivités et expérimenta=ons épistémologiques »
  • 54. Invita'on à la Villa Réflexive faury@unistra.fr • Formes du savoir en santé et dans les « sciences par4cipa4ves » • La produc4on « scien4fique » du savoir En 2019, la Villa sera située ou ne sera pas ! En 2019, nous ouvrons la Villa réflexive pour accueillir les savoirs situés. https://reflexivites.hypotheses.org
  • 55. Ressources Laurence Brière, Mélissa Lieutenant-Gosselin et Florence Piron (dirs.), Et si la recherche scien,fique ne pouvait pas être neutre ?, Edi;ons science et bien commun, 2019 Jade Lindgaard (coord.), Éloge des mauvaises herbes – Ce que nous devons à la ZAD, Les Liens qui Libèrent, Paris, 2018. Léo Coutellec, De la démocra,e dans les sciences. Epistémologie, éthique et pluralisme. Edi;ons Matériologiques, 2013 Elsa Dorlin et Eva Rodriguez (dirs.), Penser avec Donna Haraway, Paris, Presses Universitaires de France, 2012 Claude Gauthier, « Féminisme, épistémologie du point de vue, expérience et réflexivité », Interven;on dans le laboratoire GenERe, décembre 2015. https://www.youtube.com/watch?v=f0OM2D6s35k&app=desktop GenERe, Épistémologies du genre. Croisements des disciplines, intersec,ons des rapports de domina,on, Lyon, ENS Édi;ons, 2018. Sandra Harding, « Rethinking Standpoint Epistemology : What is Strong Objec;vity ? », dans Linda Alcoff et Elizabeth Pocer (dir.), Feminist Epistemologies, New York & London, Routledge, 1993. pp. 49-82. Donna Haraway, « Situated knowledges : the science ques;on in feminism and the privilege of par;al perspec;ve », Feminist Studies, 14 (3), 1988. pp. 575-599. Donna Haraway : « Savoirs situés : la ques;on de la science dans le féminisme et le privilège de la perspec;ve par;elle » in Manifeste cyborg et autres essais, Exils, 2007 (p.112-113). Carol Gilligan, Une voix différente – Pour une éthique du care, Flammarion, 2008 (1982).
  • 56. Ressources Mélodie Faury, « Que signifie être chercheuse? Du désir d’objec=vité au désir de réflexivité » dans Laurence Brière, Mélissa Lieutenant- Gosselin et Florence Piron (dirs.), Et si la recherche scien,fique ne pouvait pas être neutre ?, Edi=ons science et bien commun, 2019, chapitre 18. En ligne : hTps://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/neutralite/chapter/faury/ Baudouin Jurdant, « Parler la science ? », Alliage, 59, 2006. pp. 57-63. En ligne : hTp://www.tribunes.com/tribune/alliage/59/page6/page6.html Sandra Laugier, « Le care : enjeux poli=ques d’une éthique féministe », Raison publique, 5 février 2010. hTp://www.raison- publique.fr/ar=cle203.html Sandra Laugier, « L'éthique du care en trois subversions », Mul,tudes, 2010/3 (n° 42), p. 112-125. URL : hTps://www.cairn.info/revue- mul=tudes-2010-3-page-112.htm Joëlle Le Marec, « Le public, le tact et les savoirs de contact », Communica,on & langages, 2013 (1), n°175, pp. 3-25. En ligne : hTps://www.cairn.info/revue-communica=on-et-langages1-2013-1-page-3.htm Joëlle Le Marec, Ce que le « terrain » fait aux concepts : Vers une théorie des composites. Cinéma, communica=on et informa=on. Paris, Université Paris 7, 2002. Habilita=on à diriger des recherches: 165. Quéré, L. , Des miroirs équivoque : aux origines de la communica,on modernes, Paris : Aubier Montaigne, 1982. Simon Lemoine, Micro-violences. Le régime du pouvoir au quo,dien, Paris, CNRS, 2017, 176 p. Pascale Molinier, Sandra Laugier, Patricia Paperman, Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité, Pe=te bibliothèque Payot, 2009.
  • 57. Ressources Florence Piron, Samuel Regulus, Marie Sophie Djiboune Madiba (dir.), Justice cognitive, libre accès et savoirs locaux. Pour une science ouverte juste, au service du développement local durable, Québec, Éditions Science et bien commun, 2016, 462 p., Florence Piron, « Méditation haïtienne. Répondre à la violence séparatrice de l’épistémologie positiviste par l’épistémologie du lien », Sociologie et sociétés, Vol. XLIX, no 1, printemps 2017, p. 33-60. Florence Piron « Responsabilité pour autrui et refus de l’indifférence dans trois dialogues avec de jeunes québécois et dans l’écriture scientifique – Essai anthropologique de l’expérience éthique » Thèse de philosophie, Université de Laval, Québec, 1998. Maria Puig de la Bellacasa, « Technologies touchantes, visions touchantes. La récupération de l’expérience sensorielle et la politique de la pensée spéculative. » in Penser avec Donna Haraway, Paris, Presses Universitaires de France, 2012. Maria Puig de la Bellacasa, Politiques féministes et construction des savoirs – Penser nous devons !, Paris, L’Harmattan, 2012. Felwine Sarr, Habiter le monde. Essai de politique relationnelle, Montréal, Mémoire d’encrier, 2017. Gayatri Chakravorty Spivak, Les subalternes peuvent-elles parler ?, Editions Amsterdam, Paris, 2009. Isabelle Stengers et Vinciane Despret (dir.), Les faiseuses d'histoires: que font les femmes à la pensée ?, La découverte, Paris, 2011. Virginia Woolf, Trois guinées, Les presses du réel, Paris, 2012 (1938). Benedikte Zitouni, « With whose blood were my eyes crafted ? (D. Haraway) Les savoirs situés comme la proposition d’une autre objectivité» in Elsa Dorlin et Eva Rodriguez (dirs.), Penser avec Donna Haraway, Paris, Presses Universitaires de France, 2012, pp.46-63.