SlideShare une entreprise Scribd logo
Stage
Capteurs et mesures
Lycée Pierre Mendès France
5 Avril 2012
Marc HAZART
Plan de la première journée
I Les capteurs
1. Approche générale de l’étude d’un capteur (exemple capteur de niveau)
2. Propriétés des capteurs.
II Les capteurs de température
1. Importance dans les programmes de 1re et T STL-STI2D
2. Différents types de capteurs de température
III Construction d’activités
1. Calibration d’une CTN ou d’une LM 335
2. Bilan thermique d’une enceinte
3. Conduction thermique d’un matériau
4. Justesse et fidelité de thermomètres
Plan de la deuxième journée
I Construction d’activités (suite)
1. Calibration d’une CTN ou d’une LM 335
2. Bilan thermique d’une enceinte
3. Conduction thermique d’un matériau
4. Justesse et fidelité de thermomètres
II Une activité autour de la mesure en chimie
Erreur aléatoire et systématique, incertitudes de type A
III Les capteurs de lumière
1. Étude de panneaux solaires photovoltaïques (Tronc commun)
2. Sensibilité d’une photodiode (MI)
I Construction d’activités
1. Calibration d’une CTN ou d’une LM 335
2. Bilan thermique d’une enceinte
3. Conduction thermique d’un matériau
4. Justesse et fidélité de thermomètres
Le point de vue
« élève »
Approche générale de l’étude d’un capteur.
Approche du
scientifique :
Grandeur entrée / sortie
Mettre en œuvre une série de
mesures
Choix des instruments de mesure
Tracé et exploitation de la
caractéristique
Modélisation
Point de vue des élèves
Quelques conclusions :
• L’étude d’un capteur doit être contextualisée et
répondre à une véritable question.
• Les taches complexes favorisent l’émergence de
conceptions erronées.
• La recherche des grandeurs pertinentes (entrée/sortie)
peut s’avérer délicate dans certains cas.
• La démarche de calibration n’est pas « naturelle » chez
les élèves (la proportionnalité est souvent supposée).
• Le tracé d’une caractéristique n’est pas non plus un
réflexe.
• Cahier des charges
Supports
Calibration d’une CTN
Calibration d’une LM 335
Caractéristique d'une LM 335
y = 9,97E-03x + 2,74E+00
2,5
2,7
2,9
3,1
3,3
3,5
3,7
0 20 40 60 80 100
T(°C)
Tension
(V)
Bilan thermique d’une enceinte
Capteurs de température dans le programme
(tronc commun STL-STI2D)
Notions
contenus
Capacités exigibles
Énergie interne ;
température.
Capacité
thermique
massique.
- Mesurer des températures.
- Citer les deux échelles principales de températures et les unités
correspondantes.
- Associer la température à l’agitation interne des constituants
microscopiques.
- Associer l’échauffement d’un système à l’énergie reçue, stockée sous
forme d’énergie interne.
- Exprimer la variation d'énergie interne d'un solide ou d'un liquide
lors d'une variation de température.
- Définir la capacité thermique massique.
Notions
contenus
Capacités exigibles
Transferts
thermiques :
conduction,
convection,
rayonnement.
Flux thermique,
résistance
thermique.
Caractéristiques
thermiques des
matériaux.
- Prévoir le sens d'un transfert thermique entre deux systèmes dans
des cas concrets ainsi que leur état final.
- Décrire qualitativement les trois modes de transferts thermiques en
citant des exemples.
- Réaliser expérimentalement le bilan thermique d’une enceinte en
régime stationnaire.
- Expliciter la dépendance entre la puissance rayonnée par un corps et
sa température.
- Citer le lien entre la température d'un corps et la longueur d'onde pour
laquelle l'émission de lumière est maximale.
- Mesurer l'énergie échangée par transfert thermique.
Branchement du capteur
Résultat de l’acquisition (1h10)
Corrections
Résultats après traitement
R=(56-27)/ (6²/4) = 3,2 K/W
Avec la constante de temps : RC=324s donc R= 3,2 K/W
Conduction thermique d’un
matériau
Notions
contenus
Capacités exigibles
Énergie interne ;
température.
Capacité
thermique
massique.
- Mesurer des températures.
- Citer les deux échelles principales de températures et les unités
correspondantes.
- Associer la température à l’agitation interne des constituants
microscopiques.
- Associer l’échauffement d’un système à l’énergie reçue, stockée sous
forme d’énergie interne.
- Exprimer la variation d'énergie interne d'un solide ou d'un liquide lors
d'une variation de température.
- Définir la capacité thermique massique.
Notions
contenus
Capacités exigibles
Transferts
thermiques :
conduction,
convection,
rayonnement.
Flux thermique,
résistance
thermique.
Caractéristiques
thermiques des
matériaux.
- Prévoir le sens d'un transfert thermique entre deux systèmes
dans des cas concrets ainsi que leur état final.
- Décrire qualitativement les trois modes de transferts thermiques
en citant des exemples.
- Réaliser expérimentalement le bilan thermique d’une enceinte en
régime stationnaire.
- Expliciter la dépendance entre la puissance rayonnée par un corps et
sa température.
- Citer le lien entre la température d'un corps et la longueur d'onde pour
laquelle l'émission de lumière est maximale.
- Mesurer l'énergie échangée par transfert thermique.
Notions
contenus
Capacités exigibles
Transferts thermiques :
conduction, convection,
rayonnement.
Flux thermique.
Conductivité thermique
des matériaux.
Résistance thermique.
- Décrire qualitativement les trois modes de transferts
thermiques en citant des exemples.
- Classer des matériaux selon leurs propriétés isolantes,
leur conductivité thermique étant donnée.
- Définir la résistance thermique.
- Déterminer la résistance thermique globale d‘une paroi
d’un système constitué de différents matériaux.
Bulletin officiel spécial n° 3 du 17 mars 2011
Thème « Vêtements et revêtements » - Propriétés des matériaux
Conduction thermique d’un
matériau
Profils de température
0
20
40
60
80
100
120
0 1 2 3 4 5
Capteurs
Température
0 s
100 s
200 s
300 s
400 s
Justesse et fidélité de
thermomètres
II Activité autour de la mesure en
chimie
II Activité autour de la mesure en
chimie
Mesurer le plus « précisément » possible la
masse de 50mL d’eau distillée.
II Activité autour de la mesure en
chimie
Mesurer le plus précisément possible la
masse de 50mL d’eau distillée.
Contraintes :
• 6 mesures maximum
• N’utiliser le bouton TARE que lorsque le
plateau est vide.
Masse volumique de l’eau à 1 atm
Quelles sont les sources d’erreurs
possibles ?
• Aléatoires
• Systématiques
Ce document s'appuie sur les préconisations de l’AFNOR
(Association française de normalisation)
notamment dans la norme NF ENV 13005 d’août 1999 :
« Guide pour l´expression de l’incertitude de mesure »
Travail réalisé par Isabelle Tarride
L’incertitude de mesure sera notée U (de l’anglais « uncertainty »).
Elle permet de définir un intervalle dans lequel la valeur vraie a de grandes chances de se trouver.
On parle d’intervalle de confiance.
Évaluation d’incertitudes
Pour un même mesurage, l’intervalle
correspondant à un niveau de confiance de
99%, est plus large que celui correspondant
à un niveau de confiance de 95%
m
Résultat d’un mesurage
U(M) incertitude de mesure
Grandeur mesurée
Intervalle de confiance
m
U95%(M)
U99%(M)
Types d’incertitudes
Suivant la méthode utilisée pour effectuer le calcul d’une
incertitude de mesure on peut classer cette incertitude dans l’un
des deux types ci-dessous :
-Une incertitude de type A est évaluée par des méthodes
statistiques : moyenne, écart-type…. Elle est issue de
l’exploitation d’un nombre important de valeurs mesurées.
- Une incertitude de type B est évaluée par d’autres méthodes.
Elle correspond en général à une mesure unique. Sa
détermination n’est pas simple car il faut prendre en compte
toutes les sources d’erreurs ou, au préalable, avoir identifié les
sources d’erreurs les plus importantes.
Évaluation d’incertitudes
Évaluation d’une incertitude de type A
Incertitude-type (notée u)
Lorsqu’un même manipulateur réalise plusieurs fois le mesurage de la même grandeur G, dans les
mêmes conditions expérimentales ou quand des manipulateurs différents réalisent simultanément
le même mesurage avec du matériel similaire, on utilise des notions de statistiques (moyenne et
écart-type) pour analyser les résultats.
L’écart-type expérimental de la série de mesures est :
Cet écart-type permet d’évaluer l’incertitude-type (ou écart-type expérimental de la moyenne) :
Évaluation d’incertitudes
Pour une série de n mesures indépendantes donnant des valeurs mesurées gk, la valeur g retenue
pour la mesure de grandeur G est la moyenne des valeurs obtenues :
n
g
g
n
k
k


 1
1
)
(
1
2
1






n
g
g
n
k
k
n

n
G
u n 1
)
( 


n 2 3 4 5 6 7 8 9 10 12 14 16 18 20
k 95% 12,7 4,30 3,18 2,78 2,57 2,45 2,37 2,31 2,26 2,20 2,16 2,13 2,11 2,09
k 99% 63,7 9,93 5,84 4,60 4,03 3,71 3,50 3,36 3,25 3,11 3,01 2,95 2,90 2,86
Incertitude élargie (notée U)
Dans l'hypothèse où toute erreur systématique a été écartée et où les diverses valeurs mesurées
sont réparties selon une loi gaussienne, le coefficient d’élargissement k, associé à un niveau de
confiance donné et au nombre n de mesures, est donné par la loi de Student.
Le tableau ci-dessous donne les valeurs de k pour des niveaux de confiance de 95% et 99% et
pour des nombres n de mesurages courants.
Évaluation d’incertitudes
)
(
)
( %
95
%
95 G
u
k
G
U 

Mesure 4 9, 9 4 2
Intervalle 0 0, 0 2 8
Écriture 4 9, 9 4 +-0,03
• III Les capteurs de lumière
1. Étude de panneaux solaires photovoltaïques (Tronc
commun)
2. Sensibilité d’une photodiode (MI)
1. Étude de panneaux solaires
photovoltaïques (Tronc commun)
Notions
contenus
Capacités exigibles
Énergie et
puissance
électriques :
tension, intensité.
Propriétés
électriques des
matériaux
Dipôles passifs et
dipôles actifs.
Effet joule.
Énergie stockée
dans un
condensateur,
dans une bobine.
- Réaliser un circuit électrique d’après un schéma donné.
- Effectuer expérimentalement un bilan énergétique dans un
circuit électrique simple.
- Analyser les échanges d’énergie dans un circuit électrique.
- Mesurer une tension électrique, une intensité électrique dans un
circuit en régime continu ainsi que dans un circuit en régime
sinusoïdal.
- Visualiser une représentation temporelle de ces grandeurs et en
analyser les caractéristiques.
- Utiliser les conventions d’orientation permettant d’algébriser tensions
et intensités.
- Mesurer et calculer la puissance et l’énergie électriques reçues
par un récepteur.
- Utiliser la loi des noeuds et la loi des mailles.
Hypothèses
• L’éclairement est homogène
sur toute la surface des deux
cellules.
•Les rayons lumineux sont
considérés comme verticaux.
•Les multimètres sont idéaux.
Exploitations possibles
• Étude de la caractéristique
d’une cellule avec un angle
d’inclinaison nul.
Étude de la caractéristique d’une cellule
avec un angle d’inclinaison nul.
Caractéristique d'une cellule photovoltaique
(Cellule 1) pour alpha = 0°
y = -4,3689x + 498,56
0
100
200
300
400
500
600
0 20 40 60 80 100
Intensité (mA)
Tension
(mV)
Exploitations possibles
• Étude de la caractéristique
d’une cellule avec un angle
d’inclinaison nul.
• Étude de la puissance
électrique délivrée dans une
charge variable.
Étude de la puissance électrique
délivrée dans une charge variable.
Puissance d'une cellule photovoltaique en
fonction de l'intensité délivrée
0
2
4
6
8
10
12
14
16
0 20 40 60 80 100
I(mA)
Puissance
(mW)
Exploitations possibles
• Étude de la caractéristique
d’une cellule avec un angle
d’inclinaison nul.
• Étude de la puissance
électrique délivrée dans une
charge variable.
• Étude du comportement
électrique d’une cellule en
fonction de l’angle
d’inclinaison.
Étude du comportement électrique d’une
cellule en fonction de l’angle d’inclinaison.
Intensité de court-circuit en fonction de l'angle d'exposition
0
20
40
60
80
100
120
140
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
Angle (°)
Intensité
(mA)
I=f(cos (angle))
y = 106,61x + 22,039
0
20
40
60
80
100
120
140
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1 1,2
cos(angle)
Icc(mA)
Exploitations possibles
• Étude de la caractéristique
d’une cellule avec un angle
d’inclinaison nul.
• Étude de la puissance
électrique délivrée dans une
charge variable.
• Étude du comportement
électrique d’une cellule en
fonction de l’angle
d’inclinaison.
• Étude du couplage série et
dérivation de deux cellules.
Étude du couplage série et dérivation
de deux cellules.
2. Sensibilité d’une photodiode (MI)
Caractéristique d'une photodiode
y = 1,147E-04x
0
0,5
1
1,5
2
2,5
3
3,5
4
4,5
5
0 5000 10000 15000 20000 25000 30000 35000 40000 45000
Eclairement (lux)
I(mA)
Compléments de photométrie
Compléments de photométrie
Compléments de photométrie
Compléments de photométrie

Contenu connexe

Similaire à Capteur-lm335.ptt cours général sur les lm335

métrologie internationnal et national.ppt
métrologie internationnal  et national.pptmétrologie internationnal  et national.ppt
métrologie internationnal et national.ppt
haykel aloui
 
993 169-p50-bassdef infrarouge
993 169-p50-bassdef infrarouge993 169-p50-bassdef infrarouge
993 169-p50-bassdef infrarougeBen Fethi
 
Exercices d application_transfert_thermique-2
Exercices d application_transfert_thermique-2Exercices d application_transfert_thermique-2
Exercices d application_transfert_thermique-2
mohamedbenafghoul
 
MS2 presentation : pratiques de la démarche scientifiques
MS2 presentation : pratiques de la démarche scientifiquesMS2 presentation : pratiques de la démarche scientifiques
MS2 presentation : pratiques de la démarche scientifiques
Julien Physagreg
 
6151 capteur-et-chaine-dacquisition-ens
6151 capteur-et-chaine-dacquisition-ens6151 capteur-et-chaine-dacquisition-ens
6151 capteur-et-chaine-dacquisition-ens
Outazkrit Mbarek
 
Capteurs-cours-01(www.alloacademy.com).pdf
Capteurs-cours-01(www.alloacademy.com).pdfCapteurs-cours-01(www.alloacademy.com).pdf
Capteurs-cours-01(www.alloacademy.com).pdf
korukobasket
 
Methods
MethodsMethods
Methodskcmei
 
Tp thermo
Tp thermoTp thermo
Tp thermoprimou
 
La conduction
La conductionLa conduction
La conduction
Sahnoune Khaled
 
Mercator Ocean newsletter 12
Mercator Ocean newsletter 12Mercator Ocean newsletter 12
Mercator Ocean newsletter 12
Mercator Ocean International
 
2_systemes_mesure.pdf
2_systemes_mesure.pdf2_systemes_mesure.pdf
2_systemes_mesure.pdf
CadelKante
 
Propagation of Uncertainty across a Numerical Model
Propagation of Uncertainty across a Numerical ModelPropagation of Uncertainty across a Numerical Model
Propagation of Uncertainty across a Numerical Model
AlexanderABANOBI
 
Cours méthodes thermiques
Cours méthodes thermiques Cours méthodes thermiques
Cours méthodes thermiques
mariem dariss
 
La chaleur et la temperature
La chaleur et la temperatureLa chaleur et la temperature
La chaleur et la temperature
Torbi Vecina Romero
 
pheno_transport.pdf
pheno_transport.pdfpheno_transport.pdf
pheno_transport.pdf
salahmilan
 
5 notion de_gnie_lectrique
5 notion de_gnie_lectrique5 notion de_gnie_lectrique
5 notion de_gnie_lectrique
Ayoub Bernabio
 
Amélioration continue - 6 sigma - ibtissam el hassani-chapitre 2015-2016
Amélioration continue - 6 sigma - ibtissam el hassani-chapitre 2015-2016Amélioration continue - 6 sigma - ibtissam el hassani-chapitre 2015-2016
Amélioration continue - 6 sigma - ibtissam el hassani-chapitre 2015-2016
ibtissam el hassani
 
Capteurs1-slide4.pdf
Capteurs1-slide4.pdfCapteurs1-slide4.pdf
Capteurs1-slide4.pdf
MoudiMalti
 
Cours statistiques
Cours statistiquesCours statistiques
Cours statistiques
vauzelle
 
diagnosis
diagnosisdiagnosis
diagnosis
ismailkziadi
 

Similaire à Capteur-lm335.ptt cours général sur les lm335 (20)

métrologie internationnal et national.ppt
métrologie internationnal  et national.pptmétrologie internationnal  et national.ppt
métrologie internationnal et national.ppt
 
993 169-p50-bassdef infrarouge
993 169-p50-bassdef infrarouge993 169-p50-bassdef infrarouge
993 169-p50-bassdef infrarouge
 
Exercices d application_transfert_thermique-2
Exercices d application_transfert_thermique-2Exercices d application_transfert_thermique-2
Exercices d application_transfert_thermique-2
 
MS2 presentation : pratiques de la démarche scientifiques
MS2 presentation : pratiques de la démarche scientifiquesMS2 presentation : pratiques de la démarche scientifiques
MS2 presentation : pratiques de la démarche scientifiques
 
6151 capteur-et-chaine-dacquisition-ens
6151 capteur-et-chaine-dacquisition-ens6151 capteur-et-chaine-dacquisition-ens
6151 capteur-et-chaine-dacquisition-ens
 
Capteurs-cours-01(www.alloacademy.com).pdf
Capteurs-cours-01(www.alloacademy.com).pdfCapteurs-cours-01(www.alloacademy.com).pdf
Capteurs-cours-01(www.alloacademy.com).pdf
 
Methods
MethodsMethods
Methods
 
Tp thermo
Tp thermoTp thermo
Tp thermo
 
La conduction
La conductionLa conduction
La conduction
 
Mercator Ocean newsletter 12
Mercator Ocean newsletter 12Mercator Ocean newsletter 12
Mercator Ocean newsletter 12
 
2_systemes_mesure.pdf
2_systemes_mesure.pdf2_systemes_mesure.pdf
2_systemes_mesure.pdf
 
Propagation of Uncertainty across a Numerical Model
Propagation of Uncertainty across a Numerical ModelPropagation of Uncertainty across a Numerical Model
Propagation of Uncertainty across a Numerical Model
 
Cours méthodes thermiques
Cours méthodes thermiques Cours méthodes thermiques
Cours méthodes thermiques
 
La chaleur et la temperature
La chaleur et la temperatureLa chaleur et la temperature
La chaleur et la temperature
 
pheno_transport.pdf
pheno_transport.pdfpheno_transport.pdf
pheno_transport.pdf
 
5 notion de_gnie_lectrique
5 notion de_gnie_lectrique5 notion de_gnie_lectrique
5 notion de_gnie_lectrique
 
Amélioration continue - 6 sigma - ibtissam el hassani-chapitre 2015-2016
Amélioration continue - 6 sigma - ibtissam el hassani-chapitre 2015-2016Amélioration continue - 6 sigma - ibtissam el hassani-chapitre 2015-2016
Amélioration continue - 6 sigma - ibtissam el hassani-chapitre 2015-2016
 
Capteurs1-slide4.pdf
Capteurs1-slide4.pdfCapteurs1-slide4.pdf
Capteurs1-slide4.pdf
 
Cours statistiques
Cours statistiquesCours statistiques
Cours statistiques
 
diagnosis
diagnosisdiagnosis
diagnosis
 

Dernier

Proyecto Erasmus Jardineros y jardineras de paz
Proyecto Erasmus Jardineros y jardineras de pazProyecto Erasmus Jardineros y jardineras de paz
Proyecto Erasmus Jardineros y jardineras de paz
Morzadec Cécile
 
Iris van Herpen. pptx
Iris         van        Herpen.      pptxIris         van        Herpen.      pptx
Iris van Herpen. pptx
Txaruka
 
Veille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdf
Veille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdfVeille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdf
Veille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdf
frizzole
 
BATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en France
BATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en FranceBATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en France
BATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en France
Txaruka
 
Textes de famille concernant les guerres V2.pdf
Textes de famille concernant les guerres V2.pdfTextes de famille concernant les guerres V2.pdf
Textes de famille concernant les guerres V2.pdf
Michel Bruley
 
cours-LasergrammetrieLe « LiDAR», de l’anglais « Light.pptx
cours-LasergrammetrieLe « LiDAR», de l’anglais « Light.pptxcours-LasergrammetrieLe « LiDAR», de l’anglais « Light.pptx
cours-LasergrammetrieLe « LiDAR», de l’anglais « Light.pptx
AbdessamadAmimi1
 
Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023
Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023
Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023
Bibliothèque de L'Union
 

Dernier (7)

Proyecto Erasmus Jardineros y jardineras de paz
Proyecto Erasmus Jardineros y jardineras de pazProyecto Erasmus Jardineros y jardineras de paz
Proyecto Erasmus Jardineros y jardineras de paz
 
Iris van Herpen. pptx
Iris         van        Herpen.      pptxIris         van        Herpen.      pptx
Iris van Herpen. pptx
 
Veille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdf
Veille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdfVeille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdf
Veille Audocdi 90 - mois de juin 2024.pdf
 
BATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en France
BATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en FranceBATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en France
BATIMENT 5.pptx. Fil français tourné en France
 
Textes de famille concernant les guerres V2.pdf
Textes de famille concernant les guerres V2.pdfTextes de famille concernant les guerres V2.pdf
Textes de famille concernant les guerres V2.pdf
 
cours-LasergrammetrieLe « LiDAR», de l’anglais « Light.pptx
cours-LasergrammetrieLe « LiDAR», de l’anglais « Light.pptxcours-LasergrammetrieLe « LiDAR», de l’anglais « Light.pptx
cours-LasergrammetrieLe « LiDAR», de l’anglais « Light.pptx
 
Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023
Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023
Bibliothèque de L'Union - Bilan de l'année 2023
 

Capteur-lm335.ptt cours général sur les lm335

  • 1. Stage Capteurs et mesures Lycée Pierre Mendès France 5 Avril 2012 Marc HAZART
  • 2. Plan de la première journée I Les capteurs 1. Approche générale de l’étude d’un capteur (exemple capteur de niveau) 2. Propriétés des capteurs. II Les capteurs de température 1. Importance dans les programmes de 1re et T STL-STI2D 2. Différents types de capteurs de température III Construction d’activités 1. Calibration d’une CTN ou d’une LM 335 2. Bilan thermique d’une enceinte 3. Conduction thermique d’un matériau 4. Justesse et fidelité de thermomètres
  • 3. Plan de la deuxième journée I Construction d’activités (suite) 1. Calibration d’une CTN ou d’une LM 335 2. Bilan thermique d’une enceinte 3. Conduction thermique d’un matériau 4. Justesse et fidelité de thermomètres II Une activité autour de la mesure en chimie Erreur aléatoire et systématique, incertitudes de type A III Les capteurs de lumière 1. Étude de panneaux solaires photovoltaïques (Tronc commun) 2. Sensibilité d’une photodiode (MI)
  • 4. I Construction d’activités 1. Calibration d’une CTN ou d’une LM 335 2. Bilan thermique d’une enceinte 3. Conduction thermique d’un matériau 4. Justesse et fidélité de thermomètres
  • 5. Le point de vue « élève »
  • 6. Approche générale de l’étude d’un capteur. Approche du scientifique : Grandeur entrée / sortie Mettre en œuvre une série de mesures Choix des instruments de mesure Tracé et exploitation de la caractéristique Modélisation
  • 7. Point de vue des élèves
  • 8. Quelques conclusions : • L’étude d’un capteur doit être contextualisée et répondre à une véritable question. • Les taches complexes favorisent l’émergence de conceptions erronées. • La recherche des grandeurs pertinentes (entrée/sortie) peut s’avérer délicate dans certains cas. • La démarche de calibration n’est pas « naturelle » chez les élèves (la proportionnalité est souvent supposée). • Le tracé d’une caractéristique n’est pas non plus un réflexe.
  • 9. • Cahier des charges
  • 12.
  • 14. Caractéristique d'une LM 335 y = 9,97E-03x + 2,74E+00 2,5 2,7 2,9 3,1 3,3 3,5 3,7 0 20 40 60 80 100 T(°C) Tension (V)
  • 15.
  • 17. Capteurs de température dans le programme (tronc commun STL-STI2D) Notions contenus Capacités exigibles Énergie interne ; température. Capacité thermique massique. - Mesurer des températures. - Citer les deux échelles principales de températures et les unités correspondantes. - Associer la température à l’agitation interne des constituants microscopiques. - Associer l’échauffement d’un système à l’énergie reçue, stockée sous forme d’énergie interne. - Exprimer la variation d'énergie interne d'un solide ou d'un liquide lors d'une variation de température. - Définir la capacité thermique massique.
  • 18. Notions contenus Capacités exigibles Transferts thermiques : conduction, convection, rayonnement. Flux thermique, résistance thermique. Caractéristiques thermiques des matériaux. - Prévoir le sens d'un transfert thermique entre deux systèmes dans des cas concrets ainsi que leur état final. - Décrire qualitativement les trois modes de transferts thermiques en citant des exemples. - Réaliser expérimentalement le bilan thermique d’une enceinte en régime stationnaire. - Expliciter la dépendance entre la puissance rayonnée par un corps et sa température. - Citer le lien entre la température d'un corps et la longueur d'onde pour laquelle l'émission de lumière est maximale. - Mesurer l'énergie échangée par transfert thermique.
  • 19.
  • 24. R=(56-27)/ (6²/4) = 3,2 K/W Avec la constante de temps : RC=324s donc R= 3,2 K/W
  • 25.
  • 27. Notions contenus Capacités exigibles Énergie interne ; température. Capacité thermique massique. - Mesurer des températures. - Citer les deux échelles principales de températures et les unités correspondantes. - Associer la température à l’agitation interne des constituants microscopiques. - Associer l’échauffement d’un système à l’énergie reçue, stockée sous forme d’énergie interne. - Exprimer la variation d'énergie interne d'un solide ou d'un liquide lors d'une variation de température. - Définir la capacité thermique massique.
  • 28. Notions contenus Capacités exigibles Transferts thermiques : conduction, convection, rayonnement. Flux thermique, résistance thermique. Caractéristiques thermiques des matériaux. - Prévoir le sens d'un transfert thermique entre deux systèmes dans des cas concrets ainsi que leur état final. - Décrire qualitativement les trois modes de transferts thermiques en citant des exemples. - Réaliser expérimentalement le bilan thermique d’une enceinte en régime stationnaire. - Expliciter la dépendance entre la puissance rayonnée par un corps et sa température. - Citer le lien entre la température d'un corps et la longueur d'onde pour laquelle l'émission de lumière est maximale. - Mesurer l'énergie échangée par transfert thermique.
  • 29. Notions contenus Capacités exigibles Transferts thermiques : conduction, convection, rayonnement. Flux thermique. Conductivité thermique des matériaux. Résistance thermique. - Décrire qualitativement les trois modes de transferts thermiques en citant des exemples. - Classer des matériaux selon leurs propriétés isolantes, leur conductivité thermique étant donnée. - Définir la résistance thermique. - Déterminer la résistance thermique globale d‘une paroi d’un système constitué de différents matériaux. Bulletin officiel spécial n° 3 du 17 mars 2011 Thème « Vêtements et revêtements » - Propriétés des matériaux
  • 31.
  • 32.
  • 33. Profils de température 0 20 40 60 80 100 120 0 1 2 3 4 5 Capteurs Température 0 s 100 s 200 s 300 s 400 s
  • 34.
  • 35. Justesse et fidélité de thermomètres
  • 36.
  • 37. II Activité autour de la mesure en chimie
  • 38. II Activité autour de la mesure en chimie Mesurer le plus « précisément » possible la masse de 50mL d’eau distillée.
  • 39.
  • 40. II Activité autour de la mesure en chimie Mesurer le plus précisément possible la masse de 50mL d’eau distillée. Contraintes : • 6 mesures maximum • N’utiliser le bouton TARE que lorsque le plateau est vide.
  • 41. Masse volumique de l’eau à 1 atm
  • 42. Quelles sont les sources d’erreurs possibles ? • Aléatoires • Systématiques
  • 43.
  • 44.
  • 45.
  • 46. Ce document s'appuie sur les préconisations de l’AFNOR (Association française de normalisation) notamment dans la norme NF ENV 13005 d’août 1999 : « Guide pour l´expression de l’incertitude de mesure » Travail réalisé par Isabelle Tarride
  • 47. L’incertitude de mesure sera notée U (de l’anglais « uncertainty »). Elle permet de définir un intervalle dans lequel la valeur vraie a de grandes chances de se trouver. On parle d’intervalle de confiance. Évaluation d’incertitudes Pour un même mesurage, l’intervalle correspondant à un niveau de confiance de 99%, est plus large que celui correspondant à un niveau de confiance de 95% m Résultat d’un mesurage U(M) incertitude de mesure Grandeur mesurée Intervalle de confiance m U95%(M) U99%(M)
  • 48. Types d’incertitudes Suivant la méthode utilisée pour effectuer le calcul d’une incertitude de mesure on peut classer cette incertitude dans l’un des deux types ci-dessous : -Une incertitude de type A est évaluée par des méthodes statistiques : moyenne, écart-type…. Elle est issue de l’exploitation d’un nombre important de valeurs mesurées. - Une incertitude de type B est évaluée par d’autres méthodes. Elle correspond en général à une mesure unique. Sa détermination n’est pas simple car il faut prendre en compte toutes les sources d’erreurs ou, au préalable, avoir identifié les sources d’erreurs les plus importantes. Évaluation d’incertitudes
  • 49. Évaluation d’une incertitude de type A Incertitude-type (notée u) Lorsqu’un même manipulateur réalise plusieurs fois le mesurage de la même grandeur G, dans les mêmes conditions expérimentales ou quand des manipulateurs différents réalisent simultanément le même mesurage avec du matériel similaire, on utilise des notions de statistiques (moyenne et écart-type) pour analyser les résultats. L’écart-type expérimental de la série de mesures est : Cet écart-type permet d’évaluer l’incertitude-type (ou écart-type expérimental de la moyenne) : Évaluation d’incertitudes Pour une série de n mesures indépendantes donnant des valeurs mesurées gk, la valeur g retenue pour la mesure de grandeur G est la moyenne des valeurs obtenues : n g g n k k    1 1 ) ( 1 2 1       n g g n k k n  n G u n 1 ) (   
  • 50. n 2 3 4 5 6 7 8 9 10 12 14 16 18 20 k 95% 12,7 4,30 3,18 2,78 2,57 2,45 2,37 2,31 2,26 2,20 2,16 2,13 2,11 2,09 k 99% 63,7 9,93 5,84 4,60 4,03 3,71 3,50 3,36 3,25 3,11 3,01 2,95 2,90 2,86 Incertitude élargie (notée U) Dans l'hypothèse où toute erreur systématique a été écartée et où les diverses valeurs mesurées sont réparties selon une loi gaussienne, le coefficient d’élargissement k, associé à un niveau de confiance donné et au nombre n de mesures, est donné par la loi de Student. Le tableau ci-dessous donne les valeurs de k pour des niveaux de confiance de 95% et 99% et pour des nombres n de mesurages courants. Évaluation d’incertitudes ) ( ) ( % 95 % 95 G u k G U  
  • 51.
  • 52. Mesure 4 9, 9 4 2 Intervalle 0 0, 0 2 8 Écriture 4 9, 9 4 +-0,03
  • 53. • III Les capteurs de lumière 1. Étude de panneaux solaires photovoltaïques (Tronc commun) 2. Sensibilité d’une photodiode (MI)
  • 54. 1. Étude de panneaux solaires photovoltaïques (Tronc commun)
  • 55.
  • 56. Notions contenus Capacités exigibles Énergie et puissance électriques : tension, intensité. Propriétés électriques des matériaux Dipôles passifs et dipôles actifs. Effet joule. Énergie stockée dans un condensateur, dans une bobine. - Réaliser un circuit électrique d’après un schéma donné. - Effectuer expérimentalement un bilan énergétique dans un circuit électrique simple. - Analyser les échanges d’énergie dans un circuit électrique. - Mesurer une tension électrique, une intensité électrique dans un circuit en régime continu ainsi que dans un circuit en régime sinusoïdal. - Visualiser une représentation temporelle de ces grandeurs et en analyser les caractéristiques. - Utiliser les conventions d’orientation permettant d’algébriser tensions et intensités. - Mesurer et calculer la puissance et l’énergie électriques reçues par un récepteur. - Utiliser la loi des noeuds et la loi des mailles.
  • 57.
  • 58.
  • 59.
  • 60.
  • 61. Hypothèses • L’éclairement est homogène sur toute la surface des deux cellules. •Les rayons lumineux sont considérés comme verticaux. •Les multimètres sont idéaux.
  • 62. Exploitations possibles • Étude de la caractéristique d’une cellule avec un angle d’inclinaison nul.
  • 63.
  • 64. Étude de la caractéristique d’une cellule avec un angle d’inclinaison nul. Caractéristique d'une cellule photovoltaique (Cellule 1) pour alpha = 0° y = -4,3689x + 498,56 0 100 200 300 400 500 600 0 20 40 60 80 100 Intensité (mA) Tension (mV)
  • 65. Exploitations possibles • Étude de la caractéristique d’une cellule avec un angle d’inclinaison nul. • Étude de la puissance électrique délivrée dans une charge variable.
  • 66. Étude de la puissance électrique délivrée dans une charge variable. Puissance d'une cellule photovoltaique en fonction de l'intensité délivrée 0 2 4 6 8 10 12 14 16 0 20 40 60 80 100 I(mA) Puissance (mW)
  • 67. Exploitations possibles • Étude de la caractéristique d’une cellule avec un angle d’inclinaison nul. • Étude de la puissance électrique délivrée dans une charge variable. • Étude du comportement électrique d’une cellule en fonction de l’angle d’inclinaison.
  • 68.
  • 69. Étude du comportement électrique d’une cellule en fonction de l’angle d’inclinaison. Intensité de court-circuit en fonction de l'angle d'exposition 0 20 40 60 80 100 120 140 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 Angle (°) Intensité (mA)
  • 70. I=f(cos (angle)) y = 106,61x + 22,039 0 20 40 60 80 100 120 140 0 0,2 0,4 0,6 0,8 1 1,2 cos(angle) Icc(mA)
  • 71. Exploitations possibles • Étude de la caractéristique d’une cellule avec un angle d’inclinaison nul. • Étude de la puissance électrique délivrée dans une charge variable. • Étude du comportement électrique d’une cellule en fonction de l’angle d’inclinaison. • Étude du couplage série et dérivation de deux cellules.
  • 72. Étude du couplage série et dérivation de deux cellules.
  • 73.
  • 74. 2. Sensibilité d’une photodiode (MI)
  • 75.
  • 76.
  • 77. Caractéristique d'une photodiode y = 1,147E-04x 0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5 4 4,5 5 0 5000 10000 15000 20000 25000 30000 35000 40000 45000 Eclairement (lux) I(mA)

Notes de l'éditeur

  1. 47
  2. 49