SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  16
Télécharger pour lire hors ligne
Compte Rendu du Projet de Propagation d’Incertitudes à
travers d’un modèle numérique
Ekene Alexander Abanobi
M2 SIM
27 mars 2020
Surpervisé par Julien Baroth
Table de matières Page 1
Table des matières
1 Introduction 2
1.1 La méthode de Monte-Carlo et celle de collocation stochastique 2
1.2 La Fonction de densité de probabilité (PDF) . . . . . . . . . . 2
1.3 La Fonction de répartition (CDF) . . . . . . . . . . . . . . . . 2
2 Tube Creux à chaud 3
2.1 Introduction et description du système . . . . . . . . . . . . . 3
2.1.1 Paramètres en Entrée et en Sortie du système . . . . . 3
2.1.2 Modèle Numérique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
2.1.3 Effet de la température du tube sur la flèche du tube . 5
2.1.4 Effet de 5% et 10% de variation de la température du
tube sur la contrainte max (von-Mises) . . . . . . . . . 7
3 Pratt Truss Bridge COMSOL 10
3.1 Introduction et description du système . . . . . . . . . . . . . 10
3.1.1 Effet d’une variation de 5 % et de 10 % du module de
Young sur la première fréquence propre. . . . . . . . . 10
4 Quelques mots sur mon sujet de stage de protection contre
l’érosion 13
5 Conclusion 14
Références 15
Introduction Page 2
1 Introduction
1.1 La méthode de Monte-Carlo et celle de collocation
stochastique
Les techniques de Monte Carlo sont des méthodes de référence lorsque
les résultats d’analyse ne sont pas disponibles[1]. Ces techniques consistent
à simuler des réalisations de la variable d’entrée aléatoire et à calculer les
réalisations correspondantes pour la variable de sortie et à en déduire des
informations. Le piège est toutefois que la méthode de Monte-Carlo néces-
site de nombreux calculs qui, souvent, dans la vie réelle, ne sont pas très
pratiques. Nous introduisons donc la méthode de collocation stochastique.
Le mot "stochastique" vient du fait qu’elle est réalisée de manière aléatoire.
Cette méthode vise à réduire le nombre de calculs nécessaires pour obtenir
des précisions similaires à celles que l’on trouve avec la méthode de Monte-
Carlo. Avec cette méthode de collocation, on estime que seuls quatre calculs
sont nécessaires pour obtenir des résultats satisfaisants.
1.2 La Fonction de densité de probabilité (PDF)
Une fonction de densité de probabilité montre une courbe en dessous de
laquelle il y a une probabilité de trouver une valeur qui se situe entre les
limites choisies. Elle suit une loi gaussienne avec la moyenne de la valeur
aléatoire au milieu de la forme en cloche. Une fonction de densité de proba-
bilité est la véritable dérivée de la fonction de répartition.
1.3 La Fonction de répartition (CDF)
Une fonction de répartition est une courbe qui donne directement la pro-
babilité de trouver une valeur égale ou inférieure à une valeur donnée. Elle
présente un moyen de trouver rapidement la probabilité de dépasser (ou de
ne pas dépasser) un seuil.
Introduction Page 3
2 Tube Creux à chaud
2.1 Introduction et description du système
Ce système est un tube creux dont les dimensions sont les suivantes. Les
diamètres intérieur et extérieur sont respectivement de 0,1 m et 0,08 m. Le
tube est fabriqué en acier standard : densité 7850kg/m3
, limite élastique
0,25GPa, résistance à la traction 0,46 GPa et chaleur spécifique à pression
constante 434 J/(K kg). La figure 2 montre la distribution des contraintes
de von-Mises le long du tube tandis que la figure Le but est de courber ce
tube chargé encastré à haute température et de déterminer les effets d’un
changement de température du tube sur la contrainte et la flèche maximales
obtenues.
Figure 1 – Les conditions aux li-
mites du tube creux. L’encastrement
au côté gauche une pression de 10MPa
applique à l’extrémité droite sous une
température de 1000 ◦
C
Figure 2 – Le tube creux montrant
la déformation du tube sous le charge-
ment dans la condition de température
élevée
2.1.1 Paramètres en Entrée et en Sortie du système
Les tables 1, 2, 3 et 4 montrent les variables importantes en entrée. La
table 1 montre la Géométrie du tube alors que la table 2 montre les para-
mètres du matériau. La table 3 montre les sollicitations du système alors que
la table 4 montre quelques paramètres possibles en sortie.
Introduction Page 4
En Entrée Géométrie
Rayon Intérieure : 0.004m
Rayon Intérieure : 0.005m
Longueur du tube : 1m
Table 1 – La géométrie du système du tube creux à chaud
En Entrée Matériaux
Acier Standard
Module d’Young : 200GPa
masse volumique : 7850 kg/m3
Limite en élastique : 0.25GPa
Limite à la rupture en traction : 0.48GPa
Chaleur spécifique à pression constante : 434J/(kg.K)
Conductivité thermique : 60.5 W/(m.K)
Table 2 – Les paramètres du matériau du tube creux à chaud
En Entrée Sollicitations
Pression à la section en extrême droite : Py : 10MPa
Température du tube : 1000 ◦
C
Table 3 – Les sollicitations du système du tube creux à chaud
Paramètres en sortie La flèche du tube
La Contrainte Maximum
Table 4 – Les paramètres en sortie du système du tube creux à chaud
2.1.2 Modèle Numérique
Le modèle numérique se compose de trois parties : la partie analytique,
la partie éléments finis et la partie éléments discrets. Dans la partie analy-
tique, les équations physiques sont présentées et il est noté qu’il y a un faible
couplage entre la thermique et la statique. Pour la partie thermique, nous
avons la fameuse équation de transfert de chaleur :
Introduction Page 5
∇ · (−K∇T) = Q (1)
avec K la conductivité thermique, T la température, et Q la chaleur par
unité de volume.
Pour la partie statique, on utilise les équations du comportement élastique
linéaire. Le tenseur de contrainte S, est exprimé comme suit :
¯
S̄ = 2µ¯
¯
 + λtr(¯
¯
)¯
¯
I (2)
avec λ et µ les coefficients dites de Lamé, ¯
¯
 le tenseur des déplacements et
¯
¯
I la matrice d’identité.
¯
¯
 =
1
2
[(∇UT
) + ∇U] (3)
avec ¯
¯
 le tenseur des déformations infinitésimales, « T
» c’est une transpose.
¯
¯
el = ¯
¯
 − ¯
¯
inel (4)
¯
¯
el le tenseur des déformation élastiques, ¯
¯
 le tenseur des déformations totales,
¯
¯
inel le tenseur des déformations inélastiques.
C = C(E, ν) (5)
Avec C le tenseur de rigidité de quatrième ordre, E la module d’Young, ν le
coefficient de Poisson (aussi appelé coefficient principal de Poisson).
2.1.3 Effet de la température du tube sur la flèche du tube
Dans ce cas, nous voulons examiner la réponse au pliage d’un tube creux
chaud. Nous examinerons les effets de la température du tube sur la contrainte
et la flèche maximales. Le calcul a été effectué sur ANSYS Workbench.
La table 5 montre les résultats du calcul thermo-statique pour 5% de
variation de la température du tube.
5% variation de Temp. du tube (◦
C) Flèche (mm)
883 16.959
1116 17.099
963 17.007
1037 17.051
Table 5 – Tableau montrant les résultats du calcul pour 5% de variation de
la température du tube comme la grandeur en entrée
Introduction Page 6
Sur la figure 3 la fonction de densité de probabilité pour la réponse de
5% de variation de température sur la flèche nous voyons que nous obtenons
une courbe qui suit la loi normale avec une moyenne de 17.029mm de flèche.
Le calcul de collocation donne une variation de 2,98% de la flèche pour une
variation de 5% de la température du tube encastré. Nous voyons ici que la
variation de la température du tube ferme la variabilité de la flèche maximale.
Nous voyons également sur la figure 4 qui montre la fonction de distribution
que nous avons une probabilité de 0,2 de trouver une flèche entre 16,9mm et
17mm.
Figure 3 – Fonction de densité (PDF)
de la flèche du tube pour 5% de varia-
tion de la température du tube
Figure 4 – Fonction de répartition
(CDF) de la flèche du tube pour 5% de
variation de la température du tube
Pour vérifier si la température a une relation dite linéaire avec la flèche,
il faudra traiter un autre cas. Nous avons donc traité le cas d’une variation
de 10% de la température sur la flèche. Les résultats de ce calcul sont affichés
dans le tableau 6.
10% variation de Temp. du tube (◦
C) Flèche (mm)
767 16.89
1233 17.17
926 16.99
1074 17.07
Table 6 – Tableau montrant les résultats du calcul pour 10% de variation
de la température du tube comme la grandeur en entrée
Nous voyons une moyenne de 17,03 mm et le calcul de collocation donne
une variation de 5,99% pour une variation de 10% de la température du tube.
On peut donc dire qu’il existe une relation linéaire entre la température du
Introduction Page 7
tube à l’entrée et la déviation maximale à la sortie. Dans la figure 3 on
remarque que la probabilité de trouver une flèche sur la sortie entre 16,9 mm
et 17 mm passe à 0,4 au lieu de 0,2 dans le cas d’une variation de 5%.
Figure 5 – Fonction de densité (PDF)
de la flèche du tube pour 10% de va-
riation de la température du tube
Figure 6 – Fonction de répartition
(CDF) de la flèche du tube pour 10%
de variation de la température du tube
2.1.4 Effet de 5% et 10% de variation de la température du tube
sur la contrainte max (von-Mises)
Dans ce cas, nous voulons étudier l’effet de la variation de la température
du tube sur la contrainte maximale. La contrainte maximale est, comme
d’habitude pour ce genre de problèmes, dirigée vers le point d’encastrement.
Les tableaux ?? et ?? montrent les résultats du calcul pour une variation de
5% et 10% de la température du tube.
5% de variation de Temp. du tube (◦
C) Contrainte Max (GPa) à 5%
883 4.416
1116 5.598
963 4.822
1037 5.1971
Table 7 – Tableau montrant les résultats du calcul pour 5% de variation de
la température du tube comme la grandeur en entrée
Dans la figure 7 nous voyons la fonction de densité de probabilité pour
une variation de température de 5% qui ressemble presque à un gaussienne
avec quelques points déformés mais qui suit généralement la loi normale.
La contrainte moyenne est de 5,01 GPa. Le calcul de collocation donne un
pourcentage de sortie de 25,29%. Pour une variation de température de 5%
Introduction Page 8
indique immédiatement que la contrainte maximale a une forte relation avec
la température du tube et la température ouvre la variabilité de la contrainte
maximale. La figure 8 montre la fonction de distribution qui indique par
exemple que la probabilité d’avoir une contrainte de sortie maximale entre 4
et 5GPa est de 0,6.
Figure 7 – Fonction de densité (PDF)
de la contrainte maximum du tube
pour 5% de variation de la tempéra-
ture du tube
Figure 8 – Fonction de répartition
(CDF) de la contrainte maximum du
tube pour 5% de variation de la tem-
pérature du tube
Pour avoir encore plus d’informations sur la relation entre la température
du tube et la contrainte maximale, un autre test a été effectué cette fois-ci
avec une variation de 10% de la température du tube. La contrainte moyenne
a toujours été de 5,01 GPa.
10% de variation de Temp. du tube (◦
C) Contrainte Max (GPa)
767 3.83
1233 6.19
926 4.63
1074 5.38
Table 8 – Tableau montrant les résultats du calcul pour 10% de variation
de la température du tube comme la grandeur en entrée
Mais cette fois, le calcul de collocation donne une variabilité de la contrainte
de sortie de 50,58%, ce qui est le double de la variabilité de la contrainte pour
une variation de 5% et qui dit aussi qu’il y a une relation linéaire entre la
température du tube et la contrainte maximale.
Introduction Page 9
Figure 9 – Fonction de densité (PDF)
de la contrainte maximum du tube
pour 10% de variation de la tempéra-
ture du tube
Figure 10 – Fonction de répartition
(CDF) de la contrainte maximum du
tube pour 10% de variation de la tem-
pérature du tube
Comme dans le cas d’un changement de 5%, la figure 10 montre la fonction
de distribution pour un changement de 10% de la température du tube. Ce
qui est important ici, c’est que la probabilité d’avoir une contrainte de sortie
maximale entre 4 et 5GPa aurait un peu diminué et elle est maintenant de
0,52 au lieu de 0,6 comme dans le cas précédent.
Introduction Page 10
3 Pratt Truss Bridge COMSOL
3.1 Introduction et description du système
Dans cette section, nous avons un système assez intéressant et quelque peu
compliqué qui se trouve sur la bibliothèque COMSOL[2]. C’est un problème
de résolution des efforts, des contraintes, des fréquences, des moments et
de tous les autres paramètres importants liés au pont. Mais pour faire ce
calcul de collocation dans la fiche de ce rapport, nous allons nous concentrer
uniquement sur l’effet du module d’Young de la structure du pont en acier sur
la première fréquence propre de l’ensemble du pont. Les paramètres d’entrée
possibles du système sont : le module d’Young de l’acier, les dimensions des
barres, les dimensions totales du pont, le module d’Young et la compressibilité
du béton. En sortie, nous aurons : la flèche du pont, les fréquences et les
modes propres, le champ de déplacement, le champ de contrainte, et pour
un problème de couplage thermique, nous aurons également le champ de
température. Les conditions limites sont des conditions d’encastrement sûres
aux deux extrémités du pont : l’extrême gauche et l’extrême droite.
3.1.1 Effet d’une variation de 5 % et de 10 % du module de Young
sur la première fréquence propre.
Sur la figure ??, nous voyons la forme modale correspondant à la fréquence
naturelle de 3,55Hz. Le tableau ?? montre les résultats du calcul numérique
pour une variation de 5% du module d’Young. La figure ?? montre le champ
de contrainte du pont avec une espèce des paramètres de calcul.
Figure 11 – Le pont montrant le
champ de déplacement correspondant
à la première fréquence propre
Figure 12 – Le pont montrant la
répartition des contraintes pour une
configuration donnée
La moyenne de la première fréquence propre est de 2,633 Hz, comme le
montre également la figure 13 qui indique la densité de probabilité pour la
Introduction Page 11
variable de sortie qui est la première fréquence propre. Après le calcul de
collocation, nous trouvons une variation de la première fréquence propre de
6,6% pour une variation de 5% pour le module de Young. Cela signifie que
le module de Young ouvre la variabilité de la première fréquence propre.
5% de variation de la Première Fréquence
Module d’Young (GPa) Propre (Hz)
176.7 2.4773
223.3 2.7852
192.6 2.5865
207.4 2.6842
Table 9 – Tableau montrant les résultats du calcul pour 5% de variation
de la module d’Young du partie structurelle en acier standard comme la
grandeur en entrée
Dans la figure 14, nous voyons la fonction de distribution qui montre que
nous avons une probabilité de 0,8 que la première fréquence propre se situe
entre 2,38Hz et 2,68Hz.
Figure 13 – Fonction de densité
(PDF) de la première fréquence propre
du pont pour 5% de variation de la mo-
dule d’Young du cadre en acier
Figure 14 – Fonction de répartition
(CDF) de la première fréquence propre
du pont pour 5% de variation de la
module d’Young du cadre en acier
Nous allons refaire un test, cette fois-ci avec une variation de 10% du
module de Young. Le tableau 7 montre le résultat du calcul numérique. Dans
la figure, la fréquence moyenne est de 2,626Hz. Le calcul de collocation donne
une variabilité de la fréquence naturelle de 13,22% pour une variation de 10%
du module de Young.
Introduction Page 12
10% de variation de la Première Fréquence
Module d’Young (GPa) Propre (Hz)
153.3 2.308
246.7 2.9269
185.2 2.5362
214.8 2.7317
Table 10 – Tableau montrant les résultats du calcul pour une variation
de 10% du module de Young de la pièce standard en acier de construction
comme taille d’entrée.
On peut donc dire aussi, dans le cas de ce pont, que le module d’Young a
une relation linéaire avec la première fréquence naturelle puisque les pour-
centages ont été multipliés par un 2 constant. La figure 16 montre que nous
avons une diminution de la probabilité de trouver une première fréquence
naturelle entre 2,38Hz et 2,68Hz qui est maintenant à 0,72.
Figure 15 – Fonction de densité
(PDF) de la première fréquence propre
du pont pour 10% de variation de la
module d’Young du cadre en acier
Figure 16 – Fonction de répartition
(CDF) de la première fréquence propre
du pont pour 10% de variation de la
module d’Young du cadre en acier
Introduction Page 13
4 Quelques mots sur mon sujet de stage de pro-
tection contre l’érosion
Il s’agit d’un problème de protection côtière par les plantes des fonds
marins. Les paramètres et les configurations possibles d’un genre de plante
marine appelé Posidonia Oceanica sont étudiés sur la hauteur des vagues qui
atteignent la plage. Ce problème a été résolu grâce à un groupe de logiciels de
calcul des vagues appelé TOMAWAC/TELEMAC 2D. Avec l’application du
calcul de collocation, on aurait vu le pourcentage de variation de la hauteur
de la plante, par exemple, comme une entrée sur la variation de la hauteur des
vagues atteignant la plage. Le manque d’accès au logiciel est l’un des princi-
paux facteurs de l’impossibilité d’effectuer le calcul. La figure 17 montre la
zone maritime sur laquelle le calcul a été basé. Les conditions aux limites sont
celles d’une hauteur constante sur les côtés gauche et droit, d’un débit d’eau
constant sur la partie supérieure et d’un mur solide sur la partie inférieure.
Figure 17 – Image Numérique de l’espace du travail
Introduction Page 14
5 Conclusion
En résumé, nous avons vu quelques cas d’application de la méthode de
collocation stochastique et comment cette méthode peut réellement nous sim-
plifier la vie en nous évitant de devoir faire seulement quatre calculs au lieu
de cinq mille. Nous avons également vu qu’il existe des variables d’entrée qui
ouvrent la variabilité de la variable de sortie et d’autres qui ferment cette
variabilité. Nous avons également vu que nous pouvons déduire une relation
entre la variable de sortie et la variable d’entrée, qui, pour tous les cas trai-
tés dans ce rapport, a toujours été linéaire. Nous avons également vu que la
probabilité de trouver un seuil à la sortie diminue lorsque nous augmentons
la variabilité à l’entrée, ce qui s’explique par le fait que l’augmentation des
limites de la variabilité à l’entrée implique des valeurs qui n’existaient pas
auparavant, ce qui ouvre la plage de valeurs à l’entrée et également à la sortie,
ce qui entraîne une diminution de la probabilité.
Références Page 15
Références
[1] BAROTH Julien. Propagation d’incertitudes à travers un modèle numé-
rique. Laboratoire 3SR, Université Grenoble Alpes, 2018.
[2] COMSOL Multiphysics. Pratt truss bridge. COMSOL Multiphysics Tu-
torials.

Contenu connexe

Tendances

Modelisation systemes 1ddl
Modelisation systemes 1ddlModelisation systemes 1ddl
Modelisation systemes 1ddlMED MED
 
Dynamique des structures cours
Dynamique des structures coursDynamique des structures cours
Dynamique des structures coursMohamed Abid
 
T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations - chapitre1-1ddl chapi...
T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations - chapitre1-1ddl chapi...T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations - chapitre1-1ddl chapi...
T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations - chapitre1-1ddl chapi...tawfik-masrour
 
T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations -chapitre2-n ddl (1)
T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations -chapitre2-n ddl (1)T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations -chapitre2-n ddl (1)
T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations -chapitre2-n ddl (1)tawfik-masrour
 
T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations -chapitre1-1ddl
T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations -chapitre1-1ddlT. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations -chapitre1-1ddl
T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations -chapitre1-1ddltawfik-masrour
 
Masrour cours dynamique des systèmes - vibrations -chapitre4-vibrations-masrour
Masrour  cours dynamique des systèmes - vibrations -chapitre4-vibrations-masrourMasrour  cours dynamique des systèmes - vibrations -chapitre4-vibrations-masrour
Masrour cours dynamique des systèmes - vibrations -chapitre4-vibrations-masrourtawfik-masrour
 
Td dimensionnenemt d'arbre
Td dimensionnenemt d'arbreTd dimensionnenemt d'arbre
Td dimensionnenemt d'arbreYoussef Trimech
 
T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations - analyse modale
T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations - analyse modaleT. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations - analyse modale
T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations - analyse modaletawfik-masrour
 
Etude du dimensionnement du divergent RL10-B2
Etude du dimensionnement du divergent RL10-B2Etude du dimensionnement du divergent RL10-B2
Etude du dimensionnement du divergent RL10-B2Daniel de Santiago Casado
 
T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations - chapitre1-td-1ddl a...
T. Masrour -  cours dynamique des systèmes - vibrations - chapitre1-td-1ddl a...T. Masrour -  cours dynamique des systèmes - vibrations - chapitre1-td-1ddl a...
T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations - chapitre1-td-1ddl a...tawfik-masrour
 
Exercices coprrigés sur les torseurs
Exercices coprrigés sur les torseursExercices coprrigés sur les torseurs
Exercices coprrigés sur les torseursm.a bensaaoud
 
Introduction aux vibrations_mecaniques_belakroum_rassim_05_05_2016
Introduction aux vibrations_mecaniques_belakroum_rassim_05_05_2016Introduction aux vibrations_mecaniques_belakroum_rassim_05_05_2016
Introduction aux vibrations_mecaniques_belakroum_rassim_05_05_2016OumaimaBenSaid
 
Synthes eflexion 4t
Synthes eflexion 4tSynthes eflexion 4t
Synthes eflexion 4tabdourazg
 
L'entropie existe et est utile !
L'entropie existe et est utile !L'entropie existe et est utile !
L'entropie existe et est utile !Maurice Maeck
 
Masrour cours dynamique des systèmes - vibrations -td en cours
Masrour  cours dynamique des systèmes - vibrations -td en coursMasrour  cours dynamique des systèmes - vibrations -td en cours
Masrour cours dynamique des systèmes - vibrations -td en courstawfik-masrour
 

Tendances (19)

Modelisation systemes 1ddl
Modelisation systemes 1ddlModelisation systemes 1ddl
Modelisation systemes 1ddl
 
Cours vom djelouah
Cours vom djelouahCours vom djelouah
Cours vom djelouah
 
Vibration Mécanique
Vibration MécaniqueVibration Mécanique
Vibration Mécanique
 
Dynamique des structures cours
Dynamique des structures coursDynamique des structures cours
Dynamique des structures cours
 
T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations - chapitre1-1ddl chapi...
T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations - chapitre1-1ddl chapi...T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations - chapitre1-1ddl chapi...
T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations - chapitre1-1ddl chapi...
 
T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations -chapitre2-n ddl (1)
T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations -chapitre2-n ddl (1)T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations -chapitre2-n ddl (1)
T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations -chapitre2-n ddl (1)
 
T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations -chapitre1-1ddl
T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations -chapitre1-1ddlT. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations -chapitre1-1ddl
T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations -chapitre1-1ddl
 
Masrour cours dynamique des systèmes - vibrations -chapitre4-vibrations-masrour
Masrour  cours dynamique des systèmes - vibrations -chapitre4-vibrations-masrourMasrour  cours dynamique des systèmes - vibrations -chapitre4-vibrations-masrour
Masrour cours dynamique des systèmes - vibrations -chapitre4-vibrations-masrour
 
Td dimensionnenemt d'arbre
Td dimensionnenemt d'arbreTd dimensionnenemt d'arbre
Td dimensionnenemt d'arbre
 
T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations - analyse modale
T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations - analyse modaleT. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations - analyse modale
T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations - analyse modale
 
Etude du dimensionnement du divergent RL10-B2
Etude du dimensionnement du divergent RL10-B2Etude du dimensionnement du divergent RL10-B2
Etude du dimensionnement du divergent RL10-B2
 
Resistancemateriaux ecole de fribourg
Resistancemateriaux ecole de fribourgResistancemateriaux ecole de fribourg
Resistancemateriaux ecole de fribourg
 
T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations - chapitre1-td-1ddl a...
T. Masrour -  cours dynamique des systèmes - vibrations - chapitre1-td-1ddl a...T. Masrour -  cours dynamique des systèmes - vibrations - chapitre1-td-1ddl a...
T. Masrour - cours dynamique des systèmes - vibrations - chapitre1-td-1ddl a...
 
Exercices coprrigés sur les torseurs
Exercices coprrigés sur les torseursExercices coprrigés sur les torseurs
Exercices coprrigés sur les torseurs
 
Introduction aux vibrations_mecaniques_belakroum_rassim_05_05_2016
Introduction aux vibrations_mecaniques_belakroum_rassim_05_05_2016Introduction aux vibrations_mecaniques_belakroum_rassim_05_05_2016
Introduction aux vibrations_mecaniques_belakroum_rassim_05_05_2016
 
Synthes eflexion 4t
Synthes eflexion 4tSynthes eflexion 4t
Synthes eflexion 4t
 
L'entropie existe et est utile !
L'entropie existe et est utile !L'entropie existe et est utile !
L'entropie existe et est utile !
 
Masrour cours dynamique des systèmes - vibrations -td en cours
Masrour  cours dynamique des systèmes - vibrations -td en coursMasrour  cours dynamique des systèmes - vibrations -td en cours
Masrour cours dynamique des systèmes - vibrations -td en cours
 
Etude d'une dalle
Etude d'une dalleEtude d'une dalle
Etude d'une dalle
 

Similaire à Propagation of Uncertainty across a Numerical Model

Moulage par injection 4 pdf
Moulage par injection  4 pdfMoulage par injection  4 pdf
Moulage par injection 4 pdfKhaoula Jellouli
 
cours_EF_B_ZOUARI.pdf
cours_EF_B_ZOUARI.pdfcours_EF_B_ZOUARI.pdf
cours_EF_B_ZOUARI.pdfKhul12
 
Transfer de chaleur exercice corriger
Transfer de chaleur exercice corriger Transfer de chaleur exercice corriger
Transfer de chaleur exercice corriger ChennoufHalim
 
Corrigé de l’examen de passage à la 2 ème année 2007 TS ESA Théorique
Corrigé de l’examen de passage à la 2 ème année 2007 TS ESA ThéoriqueCorrigé de l’examen de passage à la 2 ème année 2007 TS ESA Théorique
Corrigé de l’examen de passage à la 2 ème année 2007 TS ESA ThéoriqueRAMZI EL IDRISSI
 
Article 18.pptx
Article 18.pptxArticle 18.pptx
Article 18.pptxAmineKli
 
[Soutenance du PFE] Étude du flambement des poteaux selon l'EC2
[Soutenance du PFE] Étude du flambement des poteaux selon l'EC2[Soutenance du PFE] Étude du flambement des poteaux selon l'EC2
[Soutenance du PFE] Étude du flambement des poteaux selon l'EC2PHAM Van Thuan
 
17281795 commande-d-une-machine-a-courant-continu-a-vitesse-variable
17281795 commande-d-une-machine-a-courant-continu-a-vitesse-variable17281795 commande-d-une-machine-a-courant-continu-a-vitesse-variable
17281795 commande-d-une-machine-a-courant-continu-a-vitesse-variableMayssa Rjaibia
 
24167 turbine a-gaz_avec_regeneration_sujet
24167 turbine a-gaz_avec_regeneration_sujet24167 turbine a-gaz_avec_regeneration_sujet
24167 turbine a-gaz_avec_regeneration_sujetaminenouraoui
 
systemesasservis.pdf
systemesasservis.pdfsystemesasservis.pdf
systemesasservis.pdfMohsin565763
 
G1SSCIN03203-sujet1.pdf
G1SSCIN03203-sujet1.pdfG1SSCIN03203-sujet1.pdf
G1SSCIN03203-sujet1.pdfOlivierFLOHR1
 
Catalogue mt nexans
Catalogue mt nexansCatalogue mt nexans
Catalogue mt nexansBen Hichem
 
Régulateur électropneumatique haute pression ITVX - Série ITVX2000 de SMC
Régulateur électropneumatique haute pression ITVX - Série ITVX2000 de SMCRégulateur électropneumatique haute pression ITVX - Série ITVX2000 de SMC
Régulateur électropneumatique haute pression ITVX - Série ITVX2000 de SMCSMC Pneumatique
 

Similaire à Propagation of Uncertainty across a Numerical Model (20)

Moulage par injection 4 pdf
Moulage par injection  4 pdfMoulage par injection  4 pdf
Moulage par injection 4 pdf
 
cours_EF_B_ZOUARI.pdf
cours_EF_B_ZOUARI.pdfcours_EF_B_ZOUARI.pdf
cours_EF_B_ZOUARI.pdf
 
Art14 2 12
Art14 2 12Art14 2 12
Art14 2 12
 
Transfer de chaleur exercice corriger
Transfer de chaleur exercice corriger Transfer de chaleur exercice corriger
Transfer de chaleur exercice corriger
 
Corrigé de l’examen de passage à la 2 ème année 2007 TS ESA Théorique
Corrigé de l’examen de passage à la 2 ème année 2007 TS ESA ThéoriqueCorrigé de l’examen de passage à la 2 ème année 2007 TS ESA Théorique
Corrigé de l’examen de passage à la 2 ème année 2007 TS ESA Théorique
 
Conception et optimisation du cycle d’injection d’un carter
Conception et optimisation  du cycle d’injection d’un  carterConception et optimisation  du cycle d’injection d’un  carter
Conception et optimisation du cycle d’injection d’un carter
 
PPTSoutenance
PPTSoutenancePPTSoutenance
PPTSoutenance
 
Article 18.pptx
Article 18.pptxArticle 18.pptx
Article 18.pptx
 
[Soutenance du PFE] Étude du flambement des poteaux selon l'EC2
[Soutenance du PFE] Étude du flambement des poteaux selon l'EC2[Soutenance du PFE] Étude du flambement des poteaux selon l'EC2
[Soutenance du PFE] Étude du flambement des poteaux selon l'EC2
 
Spectro
SpectroSpectro
Spectro
 
17281795 commande-d-une-machine-a-courant-continu-a-vitesse-variable
17281795 commande-d-une-machine-a-courant-continu-a-vitesse-variable17281795 commande-d-une-machine-a-courant-continu-a-vitesse-variable
17281795 commande-d-une-machine-a-courant-continu-a-vitesse-variable
 
24167 turbine a-gaz_avec_regeneration_sujet
24167 turbine a-gaz_avec_regeneration_sujet24167 turbine a-gaz_avec_regeneration_sujet
24167 turbine a-gaz_avec_regeneration_sujet
 
systemesasservis.pdf
systemesasservis.pdfsystemesasservis.pdf
systemesasservis.pdf
 
Diapositive 1
Diapositive 1Diapositive 1
Diapositive 1
 
hermes_final
hermes_finalhermes_final
hermes_final
 
G1SSCIN03203-sujet1.pdf
G1SSCIN03203-sujet1.pdfG1SSCIN03203-sujet1.pdf
G1SSCIN03203-sujet1.pdf
 
Catalogue mt nexans
Catalogue mt nexansCatalogue mt nexans
Catalogue mt nexans
 
Série 5.pptx
Série 5.pptxSérie 5.pptx
Série 5.pptx
 
Enrobes note
Enrobes note Enrobes note
Enrobes note
 
Régulateur électropneumatique haute pression ITVX - Série ITVX2000 de SMC
Régulateur électropneumatique haute pression ITVX - Série ITVX2000 de SMCRégulateur électropneumatique haute pression ITVX - Série ITVX2000 de SMC
Régulateur électropneumatique haute pression ITVX - Série ITVX2000 de SMC
 

Propagation of Uncertainty across a Numerical Model

  • 1. Compte Rendu du Projet de Propagation d’Incertitudes à travers d’un modèle numérique Ekene Alexander Abanobi M2 SIM 27 mars 2020 Surpervisé par Julien Baroth
  • 2. Table de matières Page 1 Table des matières 1 Introduction 2 1.1 La méthode de Monte-Carlo et celle de collocation stochastique 2 1.2 La Fonction de densité de probabilité (PDF) . . . . . . . . . . 2 1.3 La Fonction de répartition (CDF) . . . . . . . . . . . . . . . . 2 2 Tube Creux à chaud 3 2.1 Introduction et description du système . . . . . . . . . . . . . 3 2.1.1 Paramètres en Entrée et en Sortie du système . . . . . 3 2.1.2 Modèle Numérique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 2.1.3 Effet de la température du tube sur la flèche du tube . 5 2.1.4 Effet de 5% et 10% de variation de la température du tube sur la contrainte max (von-Mises) . . . . . . . . . 7 3 Pratt Truss Bridge COMSOL 10 3.1 Introduction et description du système . . . . . . . . . . . . . 10 3.1.1 Effet d’une variation de 5 % et de 10 % du module de Young sur la première fréquence propre. . . . . . . . . 10 4 Quelques mots sur mon sujet de stage de protection contre l’érosion 13 5 Conclusion 14 Références 15
  • 3. Introduction Page 2 1 Introduction 1.1 La méthode de Monte-Carlo et celle de collocation stochastique Les techniques de Monte Carlo sont des méthodes de référence lorsque les résultats d’analyse ne sont pas disponibles[1]. Ces techniques consistent à simuler des réalisations de la variable d’entrée aléatoire et à calculer les réalisations correspondantes pour la variable de sortie et à en déduire des informations. Le piège est toutefois que la méthode de Monte-Carlo néces- site de nombreux calculs qui, souvent, dans la vie réelle, ne sont pas très pratiques. Nous introduisons donc la méthode de collocation stochastique. Le mot "stochastique" vient du fait qu’elle est réalisée de manière aléatoire. Cette méthode vise à réduire le nombre de calculs nécessaires pour obtenir des précisions similaires à celles que l’on trouve avec la méthode de Monte- Carlo. Avec cette méthode de collocation, on estime que seuls quatre calculs sont nécessaires pour obtenir des résultats satisfaisants. 1.2 La Fonction de densité de probabilité (PDF) Une fonction de densité de probabilité montre une courbe en dessous de laquelle il y a une probabilité de trouver une valeur qui se situe entre les limites choisies. Elle suit une loi gaussienne avec la moyenne de la valeur aléatoire au milieu de la forme en cloche. Une fonction de densité de proba- bilité est la véritable dérivée de la fonction de répartition. 1.3 La Fonction de répartition (CDF) Une fonction de répartition est une courbe qui donne directement la pro- babilité de trouver une valeur égale ou inférieure à une valeur donnée. Elle présente un moyen de trouver rapidement la probabilité de dépasser (ou de ne pas dépasser) un seuil.
  • 4. Introduction Page 3 2 Tube Creux à chaud 2.1 Introduction et description du système Ce système est un tube creux dont les dimensions sont les suivantes. Les diamètres intérieur et extérieur sont respectivement de 0,1 m et 0,08 m. Le tube est fabriqué en acier standard : densité 7850kg/m3 , limite élastique 0,25GPa, résistance à la traction 0,46 GPa et chaleur spécifique à pression constante 434 J/(K kg). La figure 2 montre la distribution des contraintes de von-Mises le long du tube tandis que la figure Le but est de courber ce tube chargé encastré à haute température et de déterminer les effets d’un changement de température du tube sur la contrainte et la flèche maximales obtenues. Figure 1 – Les conditions aux li- mites du tube creux. L’encastrement au côté gauche une pression de 10MPa applique à l’extrémité droite sous une température de 1000 ◦ C Figure 2 – Le tube creux montrant la déformation du tube sous le charge- ment dans la condition de température élevée 2.1.1 Paramètres en Entrée et en Sortie du système Les tables 1, 2, 3 et 4 montrent les variables importantes en entrée. La table 1 montre la Géométrie du tube alors que la table 2 montre les para- mètres du matériau. La table 3 montre les sollicitations du système alors que la table 4 montre quelques paramètres possibles en sortie.
  • 5. Introduction Page 4 En Entrée Géométrie Rayon Intérieure : 0.004m Rayon Intérieure : 0.005m Longueur du tube : 1m Table 1 – La géométrie du système du tube creux à chaud En Entrée Matériaux Acier Standard Module d’Young : 200GPa masse volumique : 7850 kg/m3 Limite en élastique : 0.25GPa Limite à la rupture en traction : 0.48GPa Chaleur spécifique à pression constante : 434J/(kg.K) Conductivité thermique : 60.5 W/(m.K) Table 2 – Les paramètres du matériau du tube creux à chaud En Entrée Sollicitations Pression à la section en extrême droite : Py : 10MPa Température du tube : 1000 ◦ C Table 3 – Les sollicitations du système du tube creux à chaud Paramètres en sortie La flèche du tube La Contrainte Maximum Table 4 – Les paramètres en sortie du système du tube creux à chaud 2.1.2 Modèle Numérique Le modèle numérique se compose de trois parties : la partie analytique, la partie éléments finis et la partie éléments discrets. Dans la partie analy- tique, les équations physiques sont présentées et il est noté qu’il y a un faible couplage entre la thermique et la statique. Pour la partie thermique, nous avons la fameuse équation de transfert de chaleur :
  • 6. Introduction Page 5 ∇ · (−K∇T) = Q (1) avec K la conductivité thermique, T la température, et Q la chaleur par unité de volume. Pour la partie statique, on utilise les équations du comportement élastique linéaire. Le tenseur de contrainte S, est exprimé comme suit : ¯ S̄ = 2µ¯ ¯ + λtr(¯ ¯ )¯ ¯ I (2) avec λ et µ les coefficients dites de Lamé, ¯ ¯ le tenseur des déplacements et ¯ ¯ I la matrice d’identité. ¯ ¯ = 1 2 [(∇UT ) + ∇U] (3) avec ¯ ¯ le tenseur des déformations infinitésimales, « T » c’est une transpose. ¯ ¯ el = ¯ ¯ − ¯ ¯ inel (4) ¯ ¯ el le tenseur des déformation élastiques, ¯ ¯ le tenseur des déformations totales, ¯ ¯ inel le tenseur des déformations inélastiques. C = C(E, ν) (5) Avec C le tenseur de rigidité de quatrième ordre, E la module d’Young, ν le coefficient de Poisson (aussi appelé coefficient principal de Poisson). 2.1.3 Effet de la température du tube sur la flèche du tube Dans ce cas, nous voulons examiner la réponse au pliage d’un tube creux chaud. Nous examinerons les effets de la température du tube sur la contrainte et la flèche maximales. Le calcul a été effectué sur ANSYS Workbench. La table 5 montre les résultats du calcul thermo-statique pour 5% de variation de la température du tube. 5% variation de Temp. du tube (◦ C) Flèche (mm) 883 16.959 1116 17.099 963 17.007 1037 17.051 Table 5 – Tableau montrant les résultats du calcul pour 5% de variation de la température du tube comme la grandeur en entrée
  • 7. Introduction Page 6 Sur la figure 3 la fonction de densité de probabilité pour la réponse de 5% de variation de température sur la flèche nous voyons que nous obtenons une courbe qui suit la loi normale avec une moyenne de 17.029mm de flèche. Le calcul de collocation donne une variation de 2,98% de la flèche pour une variation de 5% de la température du tube encastré. Nous voyons ici que la variation de la température du tube ferme la variabilité de la flèche maximale. Nous voyons également sur la figure 4 qui montre la fonction de distribution que nous avons une probabilité de 0,2 de trouver une flèche entre 16,9mm et 17mm. Figure 3 – Fonction de densité (PDF) de la flèche du tube pour 5% de varia- tion de la température du tube Figure 4 – Fonction de répartition (CDF) de la flèche du tube pour 5% de variation de la température du tube Pour vérifier si la température a une relation dite linéaire avec la flèche, il faudra traiter un autre cas. Nous avons donc traité le cas d’une variation de 10% de la température sur la flèche. Les résultats de ce calcul sont affichés dans le tableau 6. 10% variation de Temp. du tube (◦ C) Flèche (mm) 767 16.89 1233 17.17 926 16.99 1074 17.07 Table 6 – Tableau montrant les résultats du calcul pour 10% de variation de la température du tube comme la grandeur en entrée Nous voyons une moyenne de 17,03 mm et le calcul de collocation donne une variation de 5,99% pour une variation de 10% de la température du tube. On peut donc dire qu’il existe une relation linéaire entre la température du
  • 8. Introduction Page 7 tube à l’entrée et la déviation maximale à la sortie. Dans la figure 3 on remarque que la probabilité de trouver une flèche sur la sortie entre 16,9 mm et 17 mm passe à 0,4 au lieu de 0,2 dans le cas d’une variation de 5%. Figure 5 – Fonction de densité (PDF) de la flèche du tube pour 10% de va- riation de la température du tube Figure 6 – Fonction de répartition (CDF) de la flèche du tube pour 10% de variation de la température du tube 2.1.4 Effet de 5% et 10% de variation de la température du tube sur la contrainte max (von-Mises) Dans ce cas, nous voulons étudier l’effet de la variation de la température du tube sur la contrainte maximale. La contrainte maximale est, comme d’habitude pour ce genre de problèmes, dirigée vers le point d’encastrement. Les tableaux ?? et ?? montrent les résultats du calcul pour une variation de 5% et 10% de la température du tube. 5% de variation de Temp. du tube (◦ C) Contrainte Max (GPa) à 5% 883 4.416 1116 5.598 963 4.822 1037 5.1971 Table 7 – Tableau montrant les résultats du calcul pour 5% de variation de la température du tube comme la grandeur en entrée Dans la figure 7 nous voyons la fonction de densité de probabilité pour une variation de température de 5% qui ressemble presque à un gaussienne avec quelques points déformés mais qui suit généralement la loi normale. La contrainte moyenne est de 5,01 GPa. Le calcul de collocation donne un pourcentage de sortie de 25,29%. Pour une variation de température de 5%
  • 9. Introduction Page 8 indique immédiatement que la contrainte maximale a une forte relation avec la température du tube et la température ouvre la variabilité de la contrainte maximale. La figure 8 montre la fonction de distribution qui indique par exemple que la probabilité d’avoir une contrainte de sortie maximale entre 4 et 5GPa est de 0,6. Figure 7 – Fonction de densité (PDF) de la contrainte maximum du tube pour 5% de variation de la tempéra- ture du tube Figure 8 – Fonction de répartition (CDF) de la contrainte maximum du tube pour 5% de variation de la tem- pérature du tube Pour avoir encore plus d’informations sur la relation entre la température du tube et la contrainte maximale, un autre test a été effectué cette fois-ci avec une variation de 10% de la température du tube. La contrainte moyenne a toujours été de 5,01 GPa. 10% de variation de Temp. du tube (◦ C) Contrainte Max (GPa) 767 3.83 1233 6.19 926 4.63 1074 5.38 Table 8 – Tableau montrant les résultats du calcul pour 10% de variation de la température du tube comme la grandeur en entrée Mais cette fois, le calcul de collocation donne une variabilité de la contrainte de sortie de 50,58%, ce qui est le double de la variabilité de la contrainte pour une variation de 5% et qui dit aussi qu’il y a une relation linéaire entre la température du tube et la contrainte maximale.
  • 10. Introduction Page 9 Figure 9 – Fonction de densité (PDF) de la contrainte maximum du tube pour 10% de variation de la tempéra- ture du tube Figure 10 – Fonction de répartition (CDF) de la contrainte maximum du tube pour 10% de variation de la tem- pérature du tube Comme dans le cas d’un changement de 5%, la figure 10 montre la fonction de distribution pour un changement de 10% de la température du tube. Ce qui est important ici, c’est que la probabilité d’avoir une contrainte de sortie maximale entre 4 et 5GPa aurait un peu diminué et elle est maintenant de 0,52 au lieu de 0,6 comme dans le cas précédent.
  • 11. Introduction Page 10 3 Pratt Truss Bridge COMSOL 3.1 Introduction et description du système Dans cette section, nous avons un système assez intéressant et quelque peu compliqué qui se trouve sur la bibliothèque COMSOL[2]. C’est un problème de résolution des efforts, des contraintes, des fréquences, des moments et de tous les autres paramètres importants liés au pont. Mais pour faire ce calcul de collocation dans la fiche de ce rapport, nous allons nous concentrer uniquement sur l’effet du module d’Young de la structure du pont en acier sur la première fréquence propre de l’ensemble du pont. Les paramètres d’entrée possibles du système sont : le module d’Young de l’acier, les dimensions des barres, les dimensions totales du pont, le module d’Young et la compressibilité du béton. En sortie, nous aurons : la flèche du pont, les fréquences et les modes propres, le champ de déplacement, le champ de contrainte, et pour un problème de couplage thermique, nous aurons également le champ de température. Les conditions limites sont des conditions d’encastrement sûres aux deux extrémités du pont : l’extrême gauche et l’extrême droite. 3.1.1 Effet d’une variation de 5 % et de 10 % du module de Young sur la première fréquence propre. Sur la figure ??, nous voyons la forme modale correspondant à la fréquence naturelle de 3,55Hz. Le tableau ?? montre les résultats du calcul numérique pour une variation de 5% du module d’Young. La figure ?? montre le champ de contrainte du pont avec une espèce des paramètres de calcul. Figure 11 – Le pont montrant le champ de déplacement correspondant à la première fréquence propre Figure 12 – Le pont montrant la répartition des contraintes pour une configuration donnée La moyenne de la première fréquence propre est de 2,633 Hz, comme le montre également la figure 13 qui indique la densité de probabilité pour la
  • 12. Introduction Page 11 variable de sortie qui est la première fréquence propre. Après le calcul de collocation, nous trouvons une variation de la première fréquence propre de 6,6% pour une variation de 5% pour le module de Young. Cela signifie que le module de Young ouvre la variabilité de la première fréquence propre. 5% de variation de la Première Fréquence Module d’Young (GPa) Propre (Hz) 176.7 2.4773 223.3 2.7852 192.6 2.5865 207.4 2.6842 Table 9 – Tableau montrant les résultats du calcul pour 5% de variation de la module d’Young du partie structurelle en acier standard comme la grandeur en entrée Dans la figure 14, nous voyons la fonction de distribution qui montre que nous avons une probabilité de 0,8 que la première fréquence propre se situe entre 2,38Hz et 2,68Hz. Figure 13 – Fonction de densité (PDF) de la première fréquence propre du pont pour 5% de variation de la mo- dule d’Young du cadre en acier Figure 14 – Fonction de répartition (CDF) de la première fréquence propre du pont pour 5% de variation de la module d’Young du cadre en acier Nous allons refaire un test, cette fois-ci avec une variation de 10% du module de Young. Le tableau 7 montre le résultat du calcul numérique. Dans la figure, la fréquence moyenne est de 2,626Hz. Le calcul de collocation donne une variabilité de la fréquence naturelle de 13,22% pour une variation de 10% du module de Young.
  • 13. Introduction Page 12 10% de variation de la Première Fréquence Module d’Young (GPa) Propre (Hz) 153.3 2.308 246.7 2.9269 185.2 2.5362 214.8 2.7317 Table 10 – Tableau montrant les résultats du calcul pour une variation de 10% du module de Young de la pièce standard en acier de construction comme taille d’entrée. On peut donc dire aussi, dans le cas de ce pont, que le module d’Young a une relation linéaire avec la première fréquence naturelle puisque les pour- centages ont été multipliés par un 2 constant. La figure 16 montre que nous avons une diminution de la probabilité de trouver une première fréquence naturelle entre 2,38Hz et 2,68Hz qui est maintenant à 0,72. Figure 15 – Fonction de densité (PDF) de la première fréquence propre du pont pour 10% de variation de la module d’Young du cadre en acier Figure 16 – Fonction de répartition (CDF) de la première fréquence propre du pont pour 10% de variation de la module d’Young du cadre en acier
  • 14. Introduction Page 13 4 Quelques mots sur mon sujet de stage de pro- tection contre l’érosion Il s’agit d’un problème de protection côtière par les plantes des fonds marins. Les paramètres et les configurations possibles d’un genre de plante marine appelé Posidonia Oceanica sont étudiés sur la hauteur des vagues qui atteignent la plage. Ce problème a été résolu grâce à un groupe de logiciels de calcul des vagues appelé TOMAWAC/TELEMAC 2D. Avec l’application du calcul de collocation, on aurait vu le pourcentage de variation de la hauteur de la plante, par exemple, comme une entrée sur la variation de la hauteur des vagues atteignant la plage. Le manque d’accès au logiciel est l’un des princi- paux facteurs de l’impossibilité d’effectuer le calcul. La figure 17 montre la zone maritime sur laquelle le calcul a été basé. Les conditions aux limites sont celles d’une hauteur constante sur les côtés gauche et droit, d’un débit d’eau constant sur la partie supérieure et d’un mur solide sur la partie inférieure. Figure 17 – Image Numérique de l’espace du travail
  • 15. Introduction Page 14 5 Conclusion En résumé, nous avons vu quelques cas d’application de la méthode de collocation stochastique et comment cette méthode peut réellement nous sim- plifier la vie en nous évitant de devoir faire seulement quatre calculs au lieu de cinq mille. Nous avons également vu qu’il existe des variables d’entrée qui ouvrent la variabilité de la variable de sortie et d’autres qui ferment cette variabilité. Nous avons également vu que nous pouvons déduire une relation entre la variable de sortie et la variable d’entrée, qui, pour tous les cas trai- tés dans ce rapport, a toujours été linéaire. Nous avons également vu que la probabilité de trouver un seuil à la sortie diminue lorsque nous augmentons la variabilité à l’entrée, ce qui s’explique par le fait que l’augmentation des limites de la variabilité à l’entrée implique des valeurs qui n’existaient pas auparavant, ce qui ouvre la plage de valeurs à l’entrée et également à la sortie, ce qui entraîne une diminution de la probabilité.
  • 16. Références Page 15 Références [1] BAROTH Julien. Propagation d’incertitudes à travers un modèle numé- rique. Laboratoire 3SR, Université Grenoble Alpes, 2018. [2] COMSOL Multiphysics. Pratt truss bridge. COMSOL Multiphysics Tu- torials.