SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  96
Télécharger pour lire hors ligne
Parcours MIP
S4
Faculté des Sciences et Techniques de Tanger
http://www.fstt.ac.ma
2019-2020
1
Chapitre I: Introduction aux systèmes d’informations
Chapitre II: Modèle E/A : Modèle Conceptuel de Données (MCD)
Chapitre III: Modèle logique de données (MLD)
2
Chapitre III: Modèle logique de données (MLD)
Chapitre IV: Modèle physique de données (MPD)
Chapitre V: Langage de requête (SQL), langage de définition
de données (LDD)
Chapitre VI: Langage de requête (SQL), langage de manipulation
de données (LMD)
3
Partie 1 : Introduction aux Système d’informations
1. Définition d’un Système
2. La représentation schématique d’un système
3. Définition d’un Système d’information (SI)
3. Définition d’un Système d’information (SI)
4. Les informations et traitements
5. Les approches par niveaux
4
1. Définition d’un Système
 Un Système : Désigne un ensemble de parties similaires qui participent à une
activité commun. C’est un dispositif formé par la réunion d’éléments analogues.
 La définition de Larousse semble plus explicite : « Combinaison de parties qui
se coordonnent pour donner un résultat, de manière à former un ensemble.
 Tous Système fonctionne en transformant des flux d’entrée en flux de sortie
 Tous Système fonctionne en transformant des flux d’entrée en flux de sortie
selon des processus plus ou moins complexe.
5
Processus
d’Operations
Flux
d’entrée
Flux de
sortie
2. La représentation schématique d’un système
Environnement Flux de données entrantes
Formation à Mémoriser Formation Mémorisée
6
Système de pilotage
Système
d’information
Système opérant
Flux de données sortantes
Formation à Mémoriser
Formation Mémorisée
2. La représentation schématique d’un système
Système de
pilotage
Définit les missions, les objectifs, organise
l’emploi des moyens, contrôle l’exécution des
travaux
 Assigne des objectifs à l’organisation, analyse
l’environnement et le fonctionnement interne à
l’organisation, contrôle le système opérant
Il est relié aux autres systèmes par des flux
d’informations internes.
Système
information
Système
opérant
C’est l’ensemble des ressources humaines, techniques et
financières qui fournissent, utilisent, compilent, traitent
et distribuent l’information de l’organisation
Il alimente l’organisation en informations d’origines
diverses (internes ou externes).
Il est la passerelle obligatoire pour toutes les
informations de l’entreprise.
C’est l’ensemble des moyens humains, matériels,
organisationnels qui exécutent les ordres du système de
pilotage.
Il assure le fonctionnement du système global, son activité
est contrôlée par le système de pilotage.
3. Définition d’un Système d’information (SI)
 C’est une présentation Opérationnelle de la réalité = Partie Statique +
Partie Dynamique
 Partie Statique (Données ): Informations associées aux activités de
l’organisation
 Partie Dynamique (Traitement ) : manipulation des données
 Un Système d’information est un ensemble de taches complexes
regroupées en modules spécialisés qui composent l’applicatif informatique : le
logiciel. ces taches complexes sont généralement un assemblage de taches
plus simples. Ces taches simples sont les briques de base de l’applicatif.
 Le logiciel a besoin d’un plan de conception, cette conception doit suivre
un plan, une conception sans erreur. C’est pourquoi un logiciel doit avoir une
étude préalables, une méthodologie
8
3. Définition d’un Système d’information (SI)
A quoi sert une méthode ?
Une méthode définit une démarche reproductible qui produit des résultats
fiables.
Une méthode d’élaboration de logiciels décrit comment modéliser et
construire des systèmes logiciels de manière fiable et reproductible.
construire des systèmes logiciels de manière fiable et reproductible.
Le système d'information des entreprises actuelles est devenu l'un des
principaux piliers sur lesquels repose l'ensemble de l'activité.
Impossible donc de traiter ce domaine sans faire appel à des méthodes de
conception
La méthode existant dite : Merise (Méthode d’Etude et de Réalisation
Informatique pour les Système d’Entreprise)
9
3. Définition d’un Système d’information (SI)
Informations
(partie
Statique)
10
Traitements
(partie
dynamique)
SI
4. Les informations et traitements
L’information est l’émission ou la réception de signaux oraux ou écrits,
sonores, visuels ou multimédias dont le but est de déclencher les processus
alimentant l’échange, base naturelle et indispensable de l’animation de
l’organisation.
Les informations:
11
l’organisation.
Les informations se recueillent à l’intérieur du domaine à étudier. La liste
d’informations est constituée de plusieurs façons :
• L’interview.
• L’étude des documents internes.
• L’étude des documents externes.
4. Les informations et traitements
• Une des phases du recueil d’information est un entretien avec les différents
acteurs de l’organisation. Cet entretien permet de définir le périmètre de
l’applicatif futur. Les informations orales sont classées et regroupées en
parties distinctes. Ainsi, les informations concernant l’enregistrement des
données de l’organisation seront regroupées
L’interview
• Les documents internes (comme factures, bons de livraison, ordres de
fabrication) recèlent des informations qui sont souvent omises lors des
documents
12
fabrication) recèlent des informations qui sont souvent omises lors des
entretiens. Ces oublis sont dus au caractère automatique et récurrent de ces
informations. Les personnes qui les manipulent au quotidien oublient
souvent de les citer tant elles leur paraissent évidentes.
documents
internes
• L’étude des documents externes (comme factures des fournisseurs, bons de livraison fournisseurs...) tout
comme l’étude des documents internes permet de découvrir des informations oubliées lors des
interviews et de découvrir aussi quelques règles de gestion.
• Pour ce recueil d’informations, il est nécessaire de respecter certaines règles pour éviter des erreurs
futures.
• Avant d’ajouter une information, il est impératif de s’assurer qu’elle n’est pas déjà présente. Par
exemple, un numéro client peut apparaître sur un bon de livraison et sur une facture. Ce n’est pas la
peine de le répertorier deux fois.
• De même, une information peut être synonyme d’une autre. Par exemple sur le bon de livraison il
apparaît « Code client » et sur la facture « Numéro Client ». Il est impératif de ne garder qu’une seule
des deux informations.
documents
externes
4. Les informations et traitements
Les différente types d’informations:
Les informations élémentaires et mémorisables:
Les informations élémentaires sont des informations dont les valeurs ne peuvent
pas être inventées, elles ne sont pas déductibles d’autres informations.
Les informations Calculées:
Les informations calculées sont déductibles des informations élémentaires.
 Par exemple, un nom de client ou sa raison sociale ne peuvent pas être inventés.
Une quantité commandée ne peut pas non plus être inventée. une information doit
être atomique, c’est-à-dire non décomposable.
 Par exemple, le total d’une ligne de commande est le résultat de la
multiplication du prix de vente hors taxe et de la quantité commandée.
4. Les informations et traitements
Les traitements:
Ils sont collectés comme les informations via un processus d’interview et
d’étude des documents. Ils peuvent être de deux sortes :
● automatiques ;
● automatiques ;
● manuels.
Ils sont déclenchés par l’arrivée d’évènements.
La gestion des traitements sert à identifier les fonctionnalités selon une
approche qui va du général au particulier et qui définit leur découpage et leur
enchaînement.
5. Les niveaux d’approches
Le niveau conceptuel(MCD)(MCT)
(Question le quoi faire, avec quelle données)
Le niveau organisationnel(MOD)(MOT)
15
(Qui,? Ou?, Quand?)
Le niveau logique (MLD)(MLT)
(Avec Quoi?)
Le niveau physique(MPD)(MPT)
(Comment?)
5. Les niveaux d’approches
• Le niveau conceptuel consiste à concevoir le SI en faisant
abstraction de toutes les contraintes techniques ou organisationnelles
et cela tant au niveau des données que des traitements. Le niveau
conceptuel répond à la question Quoi ?
Le niveau
conceptuel
• Le niveau organisationnel a comme mission d’intégrer dans
l’analyse les critères liés à l’organisation étudiée. Le niveau
organisationnel fera préciser les notions de temporalité, de
chronologie des opérations, d’unité de lieu, définira les postes de
Le niveau
organisationn
16
chronologie des opérations, d’unité de lieu, définira les postes de
travail, l’accès aux bases de données…
• Les questions posées, au niveau des traitements, sont : ●Qui ? ● Où
? ● Quand ?
organisationn
el
• Le niveau logique est indépendant du matériel informatique, des
langages de programmation ou de gestion des données. C’est la
réponse à la question Avec quoi ?
Le niveau
logique
• Le niveau physique permet de définir l’organisation réelle
(physique) des données. Il apporte les solutions techniques, par
exemple sur les méthodes de stockage et d’accès à l’information.
C’est la réponse au Comment ?
Le niveau
physique
5. Les niveaux d’approches
17
5. Activité
Concevoir un Système
commercial ?
18
Données
Conceptuel
Données
Logique
Données
Physique
 Comment Gérer Cette grande
quantité des données?
 Comment stocker , chercher les
informations
19
Base de données (BD)
Solution de gestion: SGBD
Solution de manipulation: Langage SQL
Partie 1I : Introduction aux BD/SGBD
1. Définition d’une base de données
2. Évolution et Origine des BD
3. Modèles de BD
2.1 Modèle hiérarchique
2.1 Modèle hiérarchique
2.2 Modèle réseau
2.3 Modèle relationnel
4. Système de gestion de base de données (SGBD)
5. Objectifs des SGBD
6. Fonctions des SGBD
21
1. Définition d’une base de données
Qu’est ce qu’une BD?
 Ensemble de données modélisant les objets d’une partie du monde réel et
servant de support à une application informatique.
 Ensemble de données interrogeable par le contenu.
 Ensemble de données interrogeable à partir des relations entre données.
 Définition intuitive d’une BD: un ensemble structuré de données (1)
enregistrées sur des supports accessibles par l’ordinateur (2) pour satisfaire
simultanément plusieurs utilisateurs (3) de manière sélective (4) en un temps
opportun (5).
(1) : Organisation et description de données.
(2) : Stockage sur disque.
(3) : Partage des données.
(4) : Confidentialité.
(5) : Performance.
22
2. Évolution et Origine des BD
40 ans d’histoire:
 Les années 60: organisation classique en fichier reliés par
des pointeurs.
 Fin des années 60: apparition des premiers SGBD
hiérarchiques et réseaux, séparation de la description des
données et la manipulation par les applications.
 Les années 70: deuxième génération de SGBD, le modèle
relationnel.
relationnel.
 Début des années 90: troisième génération de SGBD, le
système orienté objets.
A partir de 2000: Data mining, les SGBD OLAP, le SGBD
XML et les SGBD de contraintes.
1ére génération de BD
(années 60)
2éme génération de BD
(années 70)
3éme génération
de BD (années 90)
•Modèles hiérarchiques et
réseaux
Modèles E/A
Modèle relationnel
Modèle réseau
sémantique
•Modèles
Objets
23
3. Modèles de BD 3.1 Modèle hiérarchique
Une BD hiérarchique est une forme de SGBD qui lie des
enregistrements dans une structure arborescente de façon à ce que
chaque enregistrement n’ait qu’un seul possesseur.
Nœud = Entité
Arcs = associations
entre les entités.
racine
Niveau 0
24
Niveau 0
Niveau 1
Niveau 2
feuilles
3. Modèles de BD 3.1 Modèle hiérarchique
Un schéma conceptuel hiérarchique est un ensemble d’objets possédant
des propriétés par des liens hiérarchiques.
 Les liens pris en charges par le modèle hiérarchique son
 1-1 : un fils à un père.
 1-n : un père à N fils.
Département
Chef-Départ Service
25
 1-n : un père à N fils.
1-N
1-1
3. Modèles de BD 3.1 Modèle hiérarchique
 Modèle hiérarchique : Problèmes
 Redondance: le modèle est incapable de représenter les lien N: M.
 Anomalie de destruction ; la destruction d’un nœud cause
l’élimination de ses successeurs.
 Anomalie d’insertion : impossible d’insérer des données sans
 Anomalie d’insertion : impossible d’insérer des données sans
successeur.
 Anomalie de modification; une modification doit éventuellement
être effectuée à plusieurs endroits.
 Absence d’un langage non procédurale.
26
3. Modèles de BD 3.2 Modèle réseau
Un réseau est un ensemble de nœud et arcs. Pour une représentation de
données, les nœuds représentent les objets et les arcs, les associations
entre ces objets.
Trois types de liens dans le modèle réseau:
1-1: à un objet de A correspond un et un
seul objet de B et vice versa
1-N: à un objet de A peut correspondre un
à plusieurs objets de B mais inversement, à
un objet de B ne peut correspondre qu’un
seul objet de A
M-N: à un objet de A peut correspondre un
à plusieurs objets de B et inversement
27
A
B
A
B
B
A
1-1
1-N
M-N
3. Modèles de BD 3.2 Modèle réseau
 Modèle réseau : Propriétés:
 Avantages:
Pas d’anomalies de stockage, insertion, suppression,
modification
28
modification
Permet de modéliser les lien N:M
 Inconvénients:
Pas de séparation entre schéma logique et schéma interne
Pas de langage non procédural pour les non spécialistes
3. Modèles de BD 3. 3 Modèle relationnel
Une BD relationnelle est une base de données structurée suivant les
principes de l’algèbre relationnelle. Dans cette théorie relationnelle.
Une relation est représentée par l’ensemble des lignes d’une table.
 les relations sont manipulées en utilisant les différents opérateurs
de l’algèbre relationnelle:
Sélection
Projection
Projection
Produit
Jointure
Union
Différence
Intersection
Division
La manipulation des données se fait à l’aire du langage SQL. Qui
implante l’ensemble des opérateurs de l’algèbre relationnelle.
29
3. Modèles de BD 3. 3 Modèle relationnel
 Modèle relationnel
 Avantages du modèle:
 Traitement du problème de redondance des données.
 Traitement du problème de redondance des données.
 Langage de manipulation de données non procédural (facile
à utiliser).
 Un standard
 Très simple, description très réduite des schémas
 Utilisation interactive ou à partir d’un langage de
manipulation de données
 Grande dynamique de structure
30
4. Système de gestion de base de données (SGBD)
SGBD : Ensemble de logiciels systèmes permettant d’insérer,
modifier et de rechercher des données dans une grande masse
d’information
Programme 1
Fichier 1
BD
SGBD est composé de :
 Gestionnaire de fichier
 SGBD interne
 SGBD externe
SGBD
Programme 3
Programme 2
Fichier 1
Fichier 2
Fichier 3
31
4. Système de gestion de base de données (SGBD)
SGBD externe
SGBD Interne
Gestionnaire de
Fichiers
Mémoire secondaire
adressable: recherche
par le contenu.
Gestion de données
stockées dans les
fichiers, gestion des
liens entre données,
PA
MS
Fichiers
Mise en forme,
présentation des
données aux
programmes
d’applications, et aux
utilisateurs.
liens entre données,
Placement des données
dans les fichiers,
structure d’accès
rapide.
Terminaux PA: Programme d’application
MS: Mémoires secondaires 32
4. Système de gestion de base de données (SGBD)
Il existe de nombreux systèmes de gestion de base de
données.
 En 2008, Oracle corporation détenait près de la
moitié du marché des SGBD grâce à ses produits MySQL
33
moitié du marché des SGBD grâce à ses produits MySQL
et Oracle Database.
 En 2011, la majorité des SGBD du marché manipulent
des bases de données relationnelles.
4. Système de gestion de base de données (SGBD)
 Deux catégories de SGBD: libres et propriétaires
 Quelques SGBD libres:
34
4. Système de gestion de base de données (SGBD)
 Quelques SGBD propriétaires:
35
5. Objectifs des SGBD
 Indépendance physique : modifier le schéma interne sans avoir
à modifier le schéma conceptuel (ajouter un index, regrouper les
fichiers, changer le codage des données, etc.)
 Indépendance logique : possibilité de modifier un schéma
externe sans modifier le schéma conceptuel (ajout/suppression
d’attributs, association, entités etc.)
d’attributs, association, entités etc.)
 Manipulation facile des données: un utilisateur non
informaticien doit pouvoir manipuler simplement les données
(interrogation et mise à jour)
 Administration facile des données : un SGBD doit fournir des
outils pour décrire les données, permettre le suivie de ces structures
et autoriser leur évolution (tache de l’administrateur BD).
36
5. Objectifs des SGBD
 Efficacité des accès aux données : garantie d’un bon débit
(nombre de transaction exécutées par seconde) et d’un bon temps
de réponse (tems d’attente moyen pour une transaction)
 Redondance contrôlée des données ; pas de mise à jour
multiple ni d’incohérence
Cohérence des données : Le SGBD doit veiller à ce que les
applications respectent les contraintes d’intégrités. Ex. L’age
d’une personne doit être un nombre entier positif
Partage des données : utilisation simultanée des données par
différentes applications
Sécurité des données : les données doivent êtres protégées
contre les accès non-autorisés ou en cas panne.
37
5. Fonctions des SGBD
Les Trois fonctions des SGBD
• Définition et description des Données.
• Définition et description des Données.
• Manipulation des données
• Contrôle (Partage, intégrité, confidentialité, sécurité)
38
5. Fonctions des SGBD
Définition des données.
Langage de définition de données (LDD): permet de
nommer les entités, les attributs et associations
constituant la structure de la BD, ainsi que les contraintes
constituant la structure de la BD, ainsi que les contraintes
d’intégrité et de sécurité associées.
Example :
createTABLE ami( RefAmi Integer, NomVarchar(20),
PrenomVarchar(20), Date de Naissance date
CONSTRAINT index PRIMARY KEY(RefAmi)
)
39
5. Fonctions des SGBD
Manipulation des données:
 La manipulation se fait par l’intermédiaire d’un langage de
manipulation des données (LMD)
manipulation des données (LMD)
 Langage de manipulation des données LMD: fournit un ensemble
d’opérations élémentaires de manipulation de données telles que
l’insertion, la modification, la recherche, l’extraction et la
suppression
 Le modèle relationnel dispose d’un ensemble d’opérations
ensembliste appelé algèbre relationnelle à la fois simple d’utilisation
et puissant.
Le plus connu des LMD : SQL
40
5. Fonctions des SGBD
Contrôle des données:
 Partage de données: accès à la même information par plusieurs
utilisateurs en même temps. Le SGBD inclut un mécanisme de
contrôle de la concurrence basé sur des technique de verrouillage des
données (pour éviter par exemple qu’on puisse lire une information
qu’on est en train de mettre à jour)
qu’on est en train de mettre à jour)
 Intégrité des données: grâce à la définition de contraintes sur les
données. Le SGBD veille à ce que toutes les contraintes soient
vérifiées à chaque insertion, suppression, ou modification d’une
donnée.
 Confidentialité: des droits doivent être gérés sur les données,
droits de lecture, mise à jour, création, … qui permettent d’affiner.
 Sécurité: une BD est souvent vitale dans le fonctionnement
d’une organisation, et il n’est pas tolérable qu’une panne puisse
remettre en cause son fonctionnement de manière durable. Les
SGBD fournissent des mécanismes pour assurer cette sécurité.
41
1. Concepts de base du formalisme E/A
1. Concepts de base du formalisme E/A
2. Les différents types d’associations
3. Règles de bonne formation d’un modèle E/A
43
Objectif du MCD :
Ecrire de façon formelle les données d’une base de données. Il s’agit donc
d’une représentation des données. Facilement compréhensible, permettant de
décrire la base de données à l’aide d’entités.
1. Concepts de base du formalisme E/A
44
 Il est à la base de tous SGBD dits relationnels (Access, Oracle, DB2…) qui
sont les plus utilisés actuellement dans les entreprises.
 Il est généralement représenté à l’aide du formalisme « entités-association »
sous la forme de :
ENTITES, ASSOCIATIONS et ATTRIBUTS.
Les étapes du MCD :
 Catalogue des données
 Détermination des entités
1. Concepts de base du formalisme E/A
45
 Détermination et affectation des propriétés
 Identification des associations
 Détermination des cardinalités
Entité :
Concept concret ou abstract (un fait, un moment …) identifié du monde réel
caractérisé par un nom et une liste de propriétés.
 Exemples:
 Une entité concrète possède une existence physique : client, équipement, et
produit.
 Une entité abstract a une existence conceptuelle : une transaction, un tarif,
1. Concepts de base du formalisme E/A
46
 Une entité abstract a une existence conceptuelle : une transaction, un tarif,
l’annulation d’un vol d’avion.
 Le client Jean Dupond est une entité concrète.
 La commande COM0001 est une entité abstraite.
 L’entité Personne(nom, prénom), et l’entité Voiture(nom, puissance fiscale)
ne peuvent pas être groupés en une même entité car ils ne partagent pas leurs
propriétés (prénoms, puissance fiscale).
L’entité se représente par un cadre contenant le nom de l’entité.
Client
Propriété d’une entité ou d’une association caractérisée par un nom et un type
élémentaire.
 Attribut (Entité) :
 Est un élément d’une entité:
 a un nom unique.
 permet de mémoriser une valeur.
1. Concepts de base du formalisme E/A
47
 permet de mémoriser une valeur.
 doit avoir un sens (donc une valeur) pour chacune des occurrences de la
composante.
 Exemple:
Représentation graphique d’une entité comportant trois attributs.
Client
N° client
Nom
Prénom
Entité
Attributs
Règles concernant les attributs
Règle 1:
 Un attribut ne peut en aucun cas être partagé par plusieurs
entités/associations.
Règle 2:
1. Concepts de base du formalisme E/A
48
Règle 2:
 Un attribut est une donnée élémentaire, ce qui exclut des données
calculées ou dérivées.
Règle 3:
 Une entité et ses attributs doivent être cohérente entre eux (i.e. ne
traitent qu’un seul sujet).
Elément particulier d’une entité, identifiable de façon unique (instance)
1. Concepts de base du formalisme E/A
 Deux occurrences de l’entité ne peuvent avoir la même valeur d’identifiant
 Exemple:
L’entité client1 dont le N° est 06464M est une occurrence de l’entité client
Occurrence: entité
49
Client1
064646M
Dupont
Frank
23 BD zola
Client2
012646M
Revaud
Jerome
2 BD alpha
L’entité client1 dont le N° est 06464M est une occurrence de l’entité client
Identifiant : entité
1. Concepts de base du formalisme E/A
Chaque entité possède au moins un identifiant éventuellement formé de
plusieurs attributs
Attribut ou groupe d’attributs permettent d’identifier chaque occurrence d’une
entité.
 Regle4:
50
Client
N° client
Nom
Prénom
Adresse
Identifiant
simple
Exemple:
Identifiant : entité (suite)
 Un identifiant est simple s’il est formé d’un seul attribut
 Un identifiant est composé s’il est formé de plusieurs attributs
 Exemple:
entité avec identifiant composé
1. Concepts de base du formalisme E/A
51
entité avec identifiant composé
Appartement
N° Appt
Identifiant2
Superficie
Identifiant
Composé
Association :
Lien logique entre entités dont le type est défini par un verbe et une liste
éventuelle de propriétés.
 Règle 5:
 On appelle collection de l’association l’ensemble des entités qu’elle relie.
1. Concepts de base du formalisme E/A
52
Un attribut peut être placé dans une association (association porteuse)
uniquement lorsqu’il dépend de toutes les entités liées par l’association.
Client
N° client
Nom
Prénom
Adresse
Commande
N° Commande
Date Commande
Date livraison
Total commande
Nom de l’association
Extrémités de l’association
Collection de l’association
Effectuer
Attribut de lien
Association : identifiant
1. Concepts de base du formalisme E/A
La concaténation des identifiant des entités liés à une association constitue
l’identifiant de cette association (cet identifiant n’est pas mentionné sur le
modèle).
 Règle 6 :
53
Client
N° client
Nom
Prénom
Adresse
Commande
N° Commande
Date Commande
Date livraison
Total commande
Effectuer
Exemple:
 L’identifiant de l’association effectuer est le couple (N° client, N°
commande)
Contrainte inscrite à chaque extrémité d’une association comportant un couple
de valeurs (min-max) qui établit, pour chaque entité de l’association, le nombre
minimum et maximum d’occurrences d’une association auxquelles elle peut
participer.
1. Concepts de base du formalisme E/A
 Association : cardinalités (1)
 Exemple:
 Un client peut effectuer de 0 à n commande, mais une commande ne peut être
54
Client
N° client
Nom
Prénom
Adresse
Commande
N° Commande
Date Commande
Date livraison
Total commande
Effectuer
Source Destination
Sens de lecture
(0,n) (1,1)
 Un client peut effectuer de 0 à n commande, mais une commande ne peut être
effectuer que par un seul client
Règle 7: l’expression de la cardinalité est obligatoire pour chaque partie
d’une association
Règle 8: Une cardinalité minimal est toujours 0 ou 1, est une cardinalité
maximale est toujours 1 ou n
1. Concepts de base du formalisme E/A
 Association : cardinalité (2)
 Une cardinalité maximal de 0 n’a pas de sens.
 Remarques:
55
Cardinalités Signification
0…1 Au plus un
1…1 (ou 1) Un seul
0…n (ou *) Un nombre indéterminé
1…n Au moins un
 Une cardinalité maximal de 0 n’a pas de sens.
 Si une cardinalité maximal est connu et vaut 2,3 ou plus, alors nous considérons qu’elle
est déterminés et vaut n.
 Les cardinalités minimales qui valent plus de 1 sont modélisées par 1.
 Une cardinalité maximal de 1 se justifie par le fait que les entités en questions ont Besoin
de l’association pour exister.
 Les seules cardinalités admises sont:
Une extrémité sans contrainte aura pour cardinalité (0,n)
Association : cardinalités (2)
1. Concepts de base du formalisme E/A
56
Client
N° client
Nom
Prénom
Adresse
Commande
N° Commande
Date Commande
Date livraison
Total commande
Effectuer
(0,n) (0,n)
Client
N° client
Nom
Prénom
Adresse
Commande
N° Commande
Date Commande
Date livraison
Total commande
Effectuer
(0,n) (1,1)
 Association : cardinalités (3)
1. Concepts de base du formalisme E/A
57
Adresse Total commande
 Sur l’extrémité client, le 0 signifie que le client peut ne pas être reliés à la
commande lors de sa création.
 Le 1 en minimum de l’extrémité commande signifie qu’en aucun cas on ne
peut créer une occurrence de l’entité commande sans la relier en même temps à
une occurrence de l’entité client …. Cette dernière doit donc avoir créer avant!
Règles absolues !! (1)
Une association binaire fonctionnelle de cardinalité maximale égale à un ne peut
en aucun cas porter de propriétés !
1. Concepts de base du formalisme E/A
58
Entité 1
N° Entité 1
Nom Entité 1
Prénom Entité 1
Etc
Entité 2
N° Entité 2
Nom Entité 2
Prénom Entité 2
Etc
Association
Attribut
(0,n) (1,1)
Faux
Règles absolues !! (2)
Une association binaire ne peut en aucun cas porter des cardinalité 1,1 des deux
extrémités!
1. Concepts de base du formalisme E/A
59
Entité 1
N° Entité 1
Nom Entité 1
Prénom Entité 1
Etc
Entité 2
N° Entité 2
Nom Entité 2
Prénom Entité 2
Etc
Association
(1,1) (1,1)
Faux
Exercice
1. Concepts de base du formalisme E/A
• Une usine contient des machines qui peuvent fabriquer
au moins un type de pièce.
• Chaque machine peut avoir plusieurs pièces.
60
• Une machine apparient à un type de machine
• Chaque machine est construite par un fournisseur.
• Le fournisseur peut construire un ou plusieurs
machines.
• Etablir le modèle conceptuel de données (MCD)
Correction:
1. Concepts de base du formalisme E/A
Pièce
NumPiece
DesignationPiece
PrixUnitaire
TypePiéce
CodeTypeP
LibelleTypeP
Avoir
Fabriquer
(1,1)
(1,1)
(1,n)
(1,n)
61
Fournisseur
NumFournisseur
NomFournisseur
Adresse
Machine
NumMachine
NomMachine
TypeM
CodeTypeM
LibelléTypeM
Construire
Appartenir
(1,1)
(1,1)
(1,n)
(1,n)
(1,n)
Les associations réflexives
Une association réflexive est une association reliant
des occurrences de la même entité
2. Les différents types d’associations:
Parent
62
Personne
N°
Nom
Prénom
Adresse
Etre parent
Parent
Enfant
(0,n)
(1,n)
2. Les différents types d’associations:
A
idA
Association
 Les associations ternaires:
Une association ternaire est une association qui décrit un lien sémantique entre
trois entités.
B
idB
(0,n) (1,n)
(1,n)
63
C
idC
(1,n)
Créneau
horaire
N° Créneau
Date
Heure de début
Projeter
Film
N° Film
Titre
Durée
Salle
N° Salle
Capacité
(0,n)
(1,n)
(0,n)
 Exemple:
Date Projection
2. Les différents types d’associations:
 Les associations ternaires:
Regardons le problème des quantités élémentaires de ventes. Cette données est
une propriété de la relation « vendre », liant CLIENT et TYPE DE VEHICULE
: la quantité n’est significative
que si on connaît à la foie le client et le type de véhicule:
2. Les différents types d’associations:
 Les association ternaires : décomposition
 On remplace l’association ternaire (ou n-aire) par une entité et on lui
attribut identifiant.
 On crée des association binaire entre la nouvelle entité et toutes les
65
 On crée des association binaire entre la nouvelle entité et toutes les
autres entités de la collection de l’ancienne association.
 La cardinalité de chacune des associations binaires crées est 1,1 du
cote des entités créé et 0,n ou 1,n du cote des entités de la collection
de l’ancienne association.
2. Les différents types d’associations:
 Entités
Règle 1: Toute entité présente dans un MCD doit obligatoirement comporter un
identifiant.
A retenir…
66
Règle 2: Pour chaque occurrence d’une entité, chaque attribut ne peut prendre
qu’une valeur.
Règle 3: Un attribut ne peut en aucun ces être partagé par plusieurs E/A.
Règle 4: Un attribut est une donnée élémentaire, ce qui exclut des données
calculées ou dérivées.
Règle 5: Deux occurrence de l’entité ne pourrait avoir la même valeur pour leur
identifiant.
2. Les différents types d’associations:
Associations :
Règle 5 : un attribut peut être placé dans une association uniquement lorsqu’il dépend de
toutes les entités liées par l’association.
Règle 6 : la concaténation des identifiants des entités liés à une association constitue
A retenir…
67
Règle 6 : la concaténation des identifiants des entités liés à une association constitue
l’identifiant de cette association (cet identifiant n’est pas mentionné sur le modèle (il est
implicite))
Règle 7 : l’expression de la cardinalité est obligatoire pour chaque patte d’une association
Règle 8:une cardinalité minimal est toujours 0 ou 1, et une cardinalité maximale est
toujours 1 ou n
Règle 9 : Une association binaire fonctionnelle de cardinalité maximale égale à 1 ne peut
en aucun cas porter de propriétés.
Règle 10 : Une association binaire ne peut en aucun cas porter des cardinalités 1.1 des
deux extrémités.
3. Règles de bonne formation d’un modèle entités - associations
Un attribut multiple doit être remplacée par une association et une entité
supplémentaires
Adresse
N° adresse
Code postal
Employé
N° Employé
Nom
Habiter
 Règles de normalisation des attributs
1,1
1,n
68
Code postal
ville
Nom
Prénom
Adresse principale
Adresse secondaire
N° tél domicile principale
N° tél domicile secondaire
N° portable
Num tél
N° num tél
N° tél
type
Normaliser
Employé
N° Employé
Nom
Prénom
Posséder
1,n
1,n
1,1
3. Règles de bonne formation d’un modèle entités - associations
 Règles de normalisation des attributs
Un attribut multiple doit être remplacée par une association et une entité
supplémentaires
69
Article
N° Article
Désignation
Prix unitaire
Commande
N° Commande
Date
Montant total
Contenir
Quantité
3. Règles de bonne formation d’un modèle entités - associations
 Règles de Fusion/Suppression entité/association
Ophtalmologue
N°Ophtalmologue
Nom
Prénom
Adresse
Dentiste
N° dentiste
Nom
Prénom
Adresse
Généraliste
N° généraliste
Nom
Prénom
Adresse
Il faut factoriser les entités quand c’est possible
70
Adresse
Adresse
Adresse
Médecin
N° médecin
Nom
Prénom
Adresse
Spécialiste
fusionner
Introduction
d’un attribut
supplémentaire
3. Règles de bonne formation d’un modèle entités - associations
Il faut factoriser les entités quand c’est possible, mais l’introduction d’un
attribut supplémentaire n’est pas toujours nécessaire
Ecrivain
N° Ecrivain
Nom
Prénom
Ecrire
Ecrire
 Règles de Fusion/Suppression entité/association
0,n
0,n
71
Personne
N° Personne
Nom
Prénom
Adresse
Livre
N° Livre
Titre
Editeur
Prénom
Adresse
Abonne
N° Ecrivain
Nom
Prénom
Adresse
Livre
N° Livre
Titre
Editeur
Emprunter
Emprunter
0,n 0,n
0,n
0,n
0,n
0,n
0,n
3. Règles de bonne formation d’un modèle entités - associations
Il faut factoriser les entités quand c’est possible
Joueur deTennis
N° Joueur
Nom
Prénom
Genre
Règles de Fusion/Suppression entité/association
Joueur deTennis
N° Joueur
Nom
Prénom
Genre
Classement
0,n 0,n
72
Genre
Classement
Match deTennis
N° Match
Type
Jouer en
tant que
joueur1
Jouer
Type
Jouer en
tant que
joueur2
Jouer en
tant que
coéquipier1
Jouer en
tant que
coéquipier2
Classement
Match deTennis
N° Match
Type
0,n
0,n
1,1 0,1
0,1
1,1
0,n
1,n
3. Règles de bonne formation d’un modèle entités - associations
 Règles de Fusion/Suppression entité/association
Fournisseur
N° Fournisseur
Il faut aussi se poser la question de l’intérêt de l’association quand les
cardinalités maximale sont toutes de 1
1,1
73
N° Fournisseur
Nom
Prénom
Adresse
Contact
N° contact
Nom contact
N° tél contact
Fournisseur
N° fournisseur
Nom
Prénom
Adresse
Nom contact
N° tél contact
Travailler chez
Fusionner
1,1
1,1
4. Etablir le dictionnaire de données
Un dictionnaire des données est une collection
de métadonnées ou de données de référence nécessaire à
la conception d'une base de données relationnelle.
Un dictionnaire des données doit respecter les contraintes
74
Un dictionnaire des données doit respecter les contraintes
suivantes:
•Tous les noms doivent être non décomposables.
• Il ne doit pas y avoir d'homonymes, ni de synonymes.
• Les données y sont regroupées par entité.
• Les identifiants sont complètement précisés.
• Les commentaires doivent être pertinents.
4. Etablir le dictionnaire de données
Exemple de dictionnaire de données :
75
5. Dépendances fonctionnelles
 Dépendances fonctionnelle entre deux attributs
Un attribut B dépend fonctionnellement de l’attribut A, noté AB si à une
valeur de A correspond une et une seule valeur pour B . On dit que A
détermine B
76
 Plusieurs attributs peuvent apparaitre dans la partie gauche d’une
DF : {A,B,C}  D.
 Plusieurs attributs peuvent apparaitre dans la partie droite d’une DF;
Dans ce cas, il convient de considérer chaque DF en gardant la partie
gauche et en faisant intervenir un seul attribut dans la partie droite.
5. Dépendances fonctionnelles
 Dépendances fonctionnelle élémentaires
Une DF (a,b)  c est élémentaire si ni ac, ni bc ne sont des DF.
Autrement dit :
77
Une dépendance fonctionnelle A → B est élémentaire s’il n’existe pas
une donnée C, sous ensemble de A, décrivant une dépendance
fonctionnelle de type C → B
.
Exemples:
(NumFacteur, RefProduit)QtéFacturé est élémentarité (ni la référence
produit seule, ni le numéro de facteur seul permettent de déterminer la
quantité).
4. Dépendances fonctionnelles
 Dépendances fonctionnelle directes
Une DF ac est direct si elle n’est pas déduite par transitivité C’est-à-
dire s’il n’existe pas de DF ab et bc
a b
(1) directe
78
 Exemple:
Considérons les dépendance fonctionnelles
 N°Facteur  N°Représentation est une DF direct
 N°Représentant  NomReprésentant est une DF directe
 N°Facteur  NomReprésentant n’est pas une DF direct
puisqu'elle obtenue par transitivité
c
(3) directe
(2) directe
5. Dépendances fonctionnelles
 Dépendances fonctionnelle: axiomes d’Armstrong
Réflexivité
Si b est un sous ensemble de a alors ab est une DF
Transitivité
79
Transitivité
Si ab est bc sont des DF, alors ac est une DF
Union
Si ab et ac sont des DF, alors a (b,c) est une DF
Décomposition
Si a(b,c) est une DF, alors ab et ac sont des DF
5. Dépendances fonctionnelles
 Dépendances fonctionnelle entre entités: Exemple 1
RG : Pour un client, il corresponds un et un seul Attaché
commercial , un attaché commercial peut suivre plusieurs clients.
80
5. Dépendances fonctionnelles
 Dépendances fonctionnelle entre entités : Exemple 2
• RG : Un type de véhicule donné ne correspond qu’une seule
marque, et à une marque correspond plusieurs type de véhicule.
81
• Ici, TYPE DE VEHICULE détermine totalement MARQUE.
• Nous appelons cette relation fonctionnelle (DF), et elle se note de
la manière suivante :
•TYPE DE VEHICULE - MARQUE.
•Ex Corolla = Toyota, Megane = Renault
5. Dépendances fonctionnelles
 Dépendances fonctionnelle entre entités : Exemple 3
RG : Une marque est entreposée dans un seul entrepôt, Dans un
entrepôt sont entreposées une ou plusieurs marques.
82
•Ici, la marque détermine totalement le dépôt.
5. Dépendances fonctionnelles
 Dépendances fonctionnelle: Exemple 4
83
5. Dépendances fonctionnelles
 Dépendances fonctionnelle: Exemple 4
84
5. Dépendances fonctionnelles
 Dépendances fonctionnelle: Exemple 4
85
5. Dépendances fonctionnelles
 Dépendances fonctionnelle: Exemple 4
86
6. Applications
 Application1: Gestion de vente de véhicules
• Une compagnie de vente de véhicules vend des véhicules
toutes marques qu’elle stocke dans de grands entrepôts.
• Dans un même entrepôt, on peux trouver plusieurs marques
de véhicules.
87
de véhicules.
• Pour des raisons de logistiques, le gérant de la société a exigé
de ses employés qu’une marque ne puisse se trouver que dans
un seul entrepôt.
• Chaque attaché commercial gère son propre portefeuille de
clients.
6. Applications
 Application1: Gestion de vente de véhicules
Nom de marque
 Nom de dépôt
 Nom du type
Les interviews avec le gérant de cette compagnie ont permis de détecter
les données suivantes :
88
 Nom du type
 Puissance fiscale
 Nom du responsable commercial pour une marque
 Prix unitaire d’un type de véhicule
 Adresse de dépôt
 Nom, adresse du client
 Quantité d’une vente
Nom de l’attaché commercial
 Adresse de l’attaché commercial
6. Applications
 Application1: Gestion de vente de véhicules
Les interviews avec le gérant de cette compagnie ont permis de détecter
les règles de gestion suivantes :
 RG1: Un dépôt peut contenir plusieurs marques,
 RG2: Un type de véhicule concerne une et une seule marque,
 RG3: Une marque ne se trouve que dans un seul entrepôt,
89
 RG3: Une marque ne se trouve que dans un seul entrepôt,
 RG4: Un attaché gère plusieurs clients
 RG5: Un client est géré par un seul attaché
 RG6: La quantité élémentaires de ventes est une propriété de la relation
« vendre », liant CLIENT et TYPE DE VEHICULE
 Etablir le dictionnaire de données
 Etablir le graphe de dépendances fonctionnel
 Etablir le modèle conceptuel de données (MCD)
6. Applications
 Solution de l’application1: Gestion de vente de véhicules
Nom Commentaire Entité Type Identifiant
Nom de marque Le nom de la marque Marque A45 OUI
Nom de dépôt Le nom de de dépôt Dépôt A45 OUI
Dictionnaire de données
90
Nom du type Le nom de type de
Véhicule
Type deVéhicule A45 OUI
Puissance fiscale Puissance fiscale de
Véhicule
Type deVéhicule N NON
Nom du responsable
commercial
Nom du responsable
commercial d’une
marque
Attache
Commercial
A45 OUI
Prix unitaire d’un
type de véhicule
Prix unitaire d’un type de
véhicule
Type deVéhicule N Non
6. Applications
 Solution de l’application1: Gestion de vente de véhicules
Nom Commentaire Entité Type Identifiant
Adresse de dépôt Adresse de dépôt Depot A45 NON
Nom de dépôt Le nom de de dépôt Dépôt A45 OUI
Nom du client Nom du client Client A45 OUI
Dictionnaire de données (Suite)
91
91
Nom du client Nom du client Client A45 OUI
Adresse du client Adresse du client Client A45 NON
Quantité d’une vente Nom du responsable
commercial d’une marque
Attache
Commercial
A45 OUI
Nom de l’attaché
commercial
Nom de l’attaché
commercial
Attache
Commercial
A45 OUI
Adresse de l’attaché
commercial
Adresse de l’attaché
commercial
Attache
Commercial
A45 NON
6. Applications
 Solution de l’application1: Gestion de vente de véhicules
Le modèle conceptuel de données (MCD)
92
6. Applications
 Application2: Gestion des dossiers comptables
Les interviews avec le gérant d’une compagnie de gestion de comptabilité
ont permis de détecter les données suivantes :
 ID comptable
 Nom comptable
93
 Nom comptable
 Date de naissance de comptable
 Num Tel comptable
 Id commune
 Nom commune
 Id agence
 Nom agence
 Directeur agence
 Id exploitation
 Nom Explotation
 Surface exploitation (SAU)
6. Applications
 Application2: Gestion des dossiers comptables
Les interviews avec le gérant de cette compagnie ont permis de détecter
les règles de gestion suivantes :
 RG1: Un comptable peut travailler en une seule agence
 RG2: Une exploitation se situe en une seule commune.
94
 RG2: Une exploitation se situe en une seule commune.
 RG3: Une Agence est localisé en une seule commune.
 RG4: Un comptable peut gérer plusieurs exploitations.
 Etablir le dictionnaire de données
 Etablir le graphe de dépendances fonctionnel
 Etablir le modèle conceptuel de données (MCD)
6. Applications
 Solution d’application2: Gestion des dossiers comptables
Dictionnaire de données
95
6. Applications
 Solution d’application2: Gestion des dossiers comptables
96

Contenu connexe

Similaire à CHAPITER 12365 de syKstéme inf et bd.pdf

informatique-de-gestion-par-Wwww_coursdefsjes_com.pdf
informatique-de-gestion-par-Wwww_coursdefsjes_com.pdfinformatique-de-gestion-par-Wwww_coursdefsjes_com.pdf
informatique-de-gestion-par-Wwww_coursdefsjes_com.pdfmounirhim383
 
Chap1 systéme d'information
Chap1 systéme d'informationChap1 systéme d'information
Chap1 systéme d'informationGhita Benabdellah
 
Systèmjknjknjkn,kl,kl,kljkljkojjkonjke d'information 1.pdf
Systèmjknjknjkn,kl,kl,kljkljkojjkonjke d'information 1.pdfSystèmjknjknjkn,kl,kl,kljkljkojjkonjke d'information 1.pdf
Systèmjknjknjkn,kl,kl,kljkljkojjkonjke d'information 1.pdfRabieMachloukh
 
Chapitre 1 SI Définitions & Conceptions.pptx
Chapitre 1 SI Définitions & Conceptions.pptxChapitre 1 SI Définitions & Conceptions.pptx
Chapitre 1 SI Définitions & Conceptions.pptxLilia Hedfi-Khayati
 
Gouvernance du système d'information et parties prenantes
Gouvernance du système d'information et parties prenantesGouvernance du système d'information et parties prenantes
Gouvernance du système d'information et parties prenantesAbdeslam Menacere
 
presentationcoursbd.pdf
presentationcoursbd.pdfpresentationcoursbd.pdf
presentationcoursbd.pdfAabidiHafid
 
Les systèmes d'information et tableau de bord
Les systèmes d'information et tableau de bordLes systèmes d'information et tableau de bord
Les systèmes d'information et tableau de bordTayssirLimem
 
Mission-d-Audit-Des-SI.pdf
Mission-d-Audit-Des-SI.pdfMission-d-Audit-Des-SI.pdf
Mission-d-Audit-Des-SI.pdfsaadbourouis2
 
Actvité professionnelle (version finale )
Actvité professionnelle  (version finale )Actvité professionnelle  (version finale )
Actvité professionnelle (version finale )aziza HAFIDI
 
Aaf archivistes these
Aaf archivistes   theseAaf archivistes   these
Aaf archivistes theseAssociationAF
 
Cours guvernance des systèmes d'information partie 1 prof. Khalifa MANSOURI
Cours guvernance des systèmes d'information partie 1 prof. Khalifa MANSOURICours guvernance des systèmes d'information partie 1 prof. Khalifa MANSOURI
Cours guvernance des systèmes d'information partie 1 prof. Khalifa MANSOURIMansouri Khalifa
 
Mission d'audit des Systéme d'information
Mission d'audit des Systéme d'informationMission d'audit des Systéme d'information
Mission d'audit des Systéme d'informationAymen Foudhaili
 
cours-complet-dinformatique-de-gestion-pdf.pdf
cours-complet-dinformatique-de-gestion-pdf.pdfcours-complet-dinformatique-de-gestion-pdf.pdf
cours-complet-dinformatique-de-gestion-pdf.pdfssuserbd075f
 
Systèmes d'Information dans les organisations
Systèmes d'Information dans les organisationsSystèmes d'Information dans les organisations
Systèmes d'Information dans les organisationsMansouri Khalifa
 
De la business intelligence au Big Data
De la business intelligence au Big DataDe la business intelligence au Big Data
De la business intelligence au Big DataTechnofutur TIC
 
Si km rse
Si km   rseSi km   rse
Si km rsejmbnzc
 

Similaire à CHAPITER 12365 de syKstéme inf et bd.pdf (20)

informatique-de-gestion-par-Wwww_coursdefsjes_com.pdf
informatique-de-gestion-par-Wwww_coursdefsjes_com.pdfinformatique-de-gestion-par-Wwww_coursdefsjes_com.pdf
informatique-de-gestion-par-Wwww_coursdefsjes_com.pdf
 
Chap1 systéme d'information
Chap1 systéme d'informationChap1 systéme d'information
Chap1 systéme d'information
 
Systèmjknjknjkn,kl,kl,kljkljkojjkonjke d'information 1.pdf
Systèmjknjknjkn,kl,kl,kljkljkojjkonjke d'information 1.pdfSystèmjknjknjkn,kl,kl,kljkljkojjkonjke d'information 1.pdf
Systèmjknjknjkn,kl,kl,kljkljkojjkonjke d'information 1.pdf
 
Chapitre 1 SI Définitions & Conceptions.pptx
Chapitre 1 SI Définitions & Conceptions.pptxChapitre 1 SI Définitions & Conceptions.pptx
Chapitre 1 SI Définitions & Conceptions.pptx
 
Gouvernance du système d'information et parties prenantes
Gouvernance du système d'information et parties prenantesGouvernance du système d'information et parties prenantes
Gouvernance du système d'information et parties prenantes
 
Informatique de gestion
Informatique de gestionInformatique de gestion
Informatique de gestion
 
Diapo - SI.ppt
Diapo - SI.pptDiapo - SI.ppt
Diapo - SI.ppt
 
presentationcoursbd.pdf
presentationcoursbd.pdfpresentationcoursbd.pdf
presentationcoursbd.pdf
 
Les systèmes d'information et tableau de bord
Les systèmes d'information et tableau de bordLes systèmes d'information et tableau de bord
Les systèmes d'information et tableau de bord
 
Mission-d-Audit-Des-SI.pdf
Mission-d-Audit-Des-SI.pdfMission-d-Audit-Des-SI.pdf
Mission-d-Audit-Des-SI.pdf
 
Actvité professionnelle (version finale )
Actvité professionnelle  (version finale )Actvité professionnelle  (version finale )
Actvité professionnelle (version finale )
 
Aaf archivistes these
Aaf archivistes   theseAaf archivistes   these
Aaf archivistes these
 
Cours guvernance des systèmes d'information partie 1 prof. Khalifa MANSOURI
Cours guvernance des systèmes d'information partie 1 prof. Khalifa MANSOURICours guvernance des systèmes d'information partie 1 prof. Khalifa MANSOURI
Cours guvernance des systèmes d'information partie 1 prof. Khalifa MANSOURI
 
Mission d'audit des Systéme d'information
Mission d'audit des Systéme d'informationMission d'audit des Systéme d'information
Mission d'audit des Systéme d'information
 
cours-complet-dinformatique-de-gestion-pdf.pdf
cours-complet-dinformatique-de-gestion-pdf.pdfcours-complet-dinformatique-de-gestion-pdf.pdf
cours-complet-dinformatique-de-gestion-pdf.pdf
 
D318 ch3
D318 ch3D318 ch3
D318 ch3
 
Systèmes d'Information dans les organisations
Systèmes d'Information dans les organisationsSystèmes d'Information dans les organisations
Systèmes d'Information dans les organisations
 
Cours datamining
Cours dataminingCours datamining
Cours datamining
 
De la business intelligence au Big Data
De la business intelligence au Big DataDe la business intelligence au Big Data
De la business intelligence au Big Data
 
Si km rse
Si km   rseSi km   rse
Si km rse
 

CHAPITER 12365 de syKstéme inf et bd.pdf

  • 1. Parcours MIP S4 Faculté des Sciences et Techniques de Tanger http://www.fstt.ac.ma 2019-2020 1
  • 2. Chapitre I: Introduction aux systèmes d’informations Chapitre II: Modèle E/A : Modèle Conceptuel de Données (MCD) Chapitre III: Modèle logique de données (MLD) 2 Chapitre III: Modèle logique de données (MLD) Chapitre IV: Modèle physique de données (MPD) Chapitre V: Langage de requête (SQL), langage de définition de données (LDD) Chapitre VI: Langage de requête (SQL), langage de manipulation de données (LMD)
  • 3. 3 Partie 1 : Introduction aux Système d’informations
  • 4. 1. Définition d’un Système 2. La représentation schématique d’un système 3. Définition d’un Système d’information (SI) 3. Définition d’un Système d’information (SI) 4. Les informations et traitements 5. Les approches par niveaux 4
  • 5. 1. Définition d’un Système Un Système : Désigne un ensemble de parties similaires qui participent à une activité commun. C’est un dispositif formé par la réunion d’éléments analogues. La définition de Larousse semble plus explicite : « Combinaison de parties qui se coordonnent pour donner un résultat, de manière à former un ensemble. Tous Système fonctionne en transformant des flux d’entrée en flux de sortie Tous Système fonctionne en transformant des flux d’entrée en flux de sortie selon des processus plus ou moins complexe. 5 Processus d’Operations Flux d’entrée Flux de sortie
  • 6. 2. La représentation schématique d’un système Environnement Flux de données entrantes Formation à Mémoriser Formation Mémorisée 6 Système de pilotage Système d’information Système opérant Flux de données sortantes Formation à Mémoriser Formation Mémorisée
  • 7. 2. La représentation schématique d’un système Système de pilotage Définit les missions, les objectifs, organise l’emploi des moyens, contrôle l’exécution des travaux Assigne des objectifs à l’organisation, analyse l’environnement et le fonctionnement interne à l’organisation, contrôle le système opérant Il est relié aux autres systèmes par des flux d’informations internes. Système information Système opérant C’est l’ensemble des ressources humaines, techniques et financières qui fournissent, utilisent, compilent, traitent et distribuent l’information de l’organisation Il alimente l’organisation en informations d’origines diverses (internes ou externes). Il est la passerelle obligatoire pour toutes les informations de l’entreprise. C’est l’ensemble des moyens humains, matériels, organisationnels qui exécutent les ordres du système de pilotage. Il assure le fonctionnement du système global, son activité est contrôlée par le système de pilotage.
  • 8. 3. Définition d’un Système d’information (SI) C’est une présentation Opérationnelle de la réalité = Partie Statique + Partie Dynamique Partie Statique (Données ): Informations associées aux activités de l’organisation Partie Dynamique (Traitement ) : manipulation des données Un Système d’information est un ensemble de taches complexes regroupées en modules spécialisés qui composent l’applicatif informatique : le logiciel. ces taches complexes sont généralement un assemblage de taches plus simples. Ces taches simples sont les briques de base de l’applicatif. Le logiciel a besoin d’un plan de conception, cette conception doit suivre un plan, une conception sans erreur. C’est pourquoi un logiciel doit avoir une étude préalables, une méthodologie 8
  • 9. 3. Définition d’un Système d’information (SI) A quoi sert une méthode ? Une méthode définit une démarche reproductible qui produit des résultats fiables. Une méthode d’élaboration de logiciels décrit comment modéliser et construire des systèmes logiciels de manière fiable et reproductible. construire des systèmes logiciels de manière fiable et reproductible. Le système d'information des entreprises actuelles est devenu l'un des principaux piliers sur lesquels repose l'ensemble de l'activité. Impossible donc de traiter ce domaine sans faire appel à des méthodes de conception La méthode existant dite : Merise (Méthode d’Etude et de Réalisation Informatique pour les Système d’Entreprise) 9
  • 10. 3. Définition d’un Système d’information (SI) Informations (partie Statique) 10 Traitements (partie dynamique) SI
  • 11. 4. Les informations et traitements L’information est l’émission ou la réception de signaux oraux ou écrits, sonores, visuels ou multimédias dont le but est de déclencher les processus alimentant l’échange, base naturelle et indispensable de l’animation de l’organisation. Les informations: 11 l’organisation. Les informations se recueillent à l’intérieur du domaine à étudier. La liste d’informations est constituée de plusieurs façons : • L’interview. • L’étude des documents internes. • L’étude des documents externes.
  • 12. 4. Les informations et traitements • Une des phases du recueil d’information est un entretien avec les différents acteurs de l’organisation. Cet entretien permet de définir le périmètre de l’applicatif futur. Les informations orales sont classées et regroupées en parties distinctes. Ainsi, les informations concernant l’enregistrement des données de l’organisation seront regroupées L’interview • Les documents internes (comme factures, bons de livraison, ordres de fabrication) recèlent des informations qui sont souvent omises lors des documents 12 fabrication) recèlent des informations qui sont souvent omises lors des entretiens. Ces oublis sont dus au caractère automatique et récurrent de ces informations. Les personnes qui les manipulent au quotidien oublient souvent de les citer tant elles leur paraissent évidentes. documents internes • L’étude des documents externes (comme factures des fournisseurs, bons de livraison fournisseurs...) tout comme l’étude des documents internes permet de découvrir des informations oubliées lors des interviews et de découvrir aussi quelques règles de gestion. • Pour ce recueil d’informations, il est nécessaire de respecter certaines règles pour éviter des erreurs futures. • Avant d’ajouter une information, il est impératif de s’assurer qu’elle n’est pas déjà présente. Par exemple, un numéro client peut apparaître sur un bon de livraison et sur une facture. Ce n’est pas la peine de le répertorier deux fois. • De même, une information peut être synonyme d’une autre. Par exemple sur le bon de livraison il apparaît « Code client » et sur la facture « Numéro Client ». Il est impératif de ne garder qu’une seule des deux informations. documents externes
  • 13. 4. Les informations et traitements Les différente types d’informations: Les informations élémentaires et mémorisables: Les informations élémentaires sont des informations dont les valeurs ne peuvent pas être inventées, elles ne sont pas déductibles d’autres informations. Les informations Calculées: Les informations calculées sont déductibles des informations élémentaires. Par exemple, un nom de client ou sa raison sociale ne peuvent pas être inventés. Une quantité commandée ne peut pas non plus être inventée. une information doit être atomique, c’est-à-dire non décomposable. Par exemple, le total d’une ligne de commande est le résultat de la multiplication du prix de vente hors taxe et de la quantité commandée.
  • 14. 4. Les informations et traitements Les traitements: Ils sont collectés comme les informations via un processus d’interview et d’étude des documents. Ils peuvent être de deux sortes : ● automatiques ; ● automatiques ; ● manuels. Ils sont déclenchés par l’arrivée d’évènements. La gestion des traitements sert à identifier les fonctionnalités selon une approche qui va du général au particulier et qui définit leur découpage et leur enchaînement.
  • 15. 5. Les niveaux d’approches Le niveau conceptuel(MCD)(MCT) (Question le quoi faire, avec quelle données) Le niveau organisationnel(MOD)(MOT) 15 (Qui,? Ou?, Quand?) Le niveau logique (MLD)(MLT) (Avec Quoi?) Le niveau physique(MPD)(MPT) (Comment?)
  • 16. 5. Les niveaux d’approches • Le niveau conceptuel consiste à concevoir le SI en faisant abstraction de toutes les contraintes techniques ou organisationnelles et cela tant au niveau des données que des traitements. Le niveau conceptuel répond à la question Quoi ? Le niveau conceptuel • Le niveau organisationnel a comme mission d’intégrer dans l’analyse les critères liés à l’organisation étudiée. Le niveau organisationnel fera préciser les notions de temporalité, de chronologie des opérations, d’unité de lieu, définira les postes de Le niveau organisationn 16 chronologie des opérations, d’unité de lieu, définira les postes de travail, l’accès aux bases de données… • Les questions posées, au niveau des traitements, sont : ●Qui ? ● Où ? ● Quand ? organisationn el • Le niveau logique est indépendant du matériel informatique, des langages de programmation ou de gestion des données. C’est la réponse à la question Avec quoi ? Le niveau logique • Le niveau physique permet de définir l’organisation réelle (physique) des données. Il apporte les solutions techniques, par exemple sur les méthodes de stockage et d’accès à l’information. C’est la réponse au Comment ? Le niveau physique
  • 17. 5. Les niveaux d’approches 17
  • 18. 5. Activité Concevoir un Système commercial ? 18
  • 19. Données Conceptuel Données Logique Données Physique Comment Gérer Cette grande quantité des données? Comment stocker , chercher les informations 19 Base de données (BD) Solution de gestion: SGBD Solution de manipulation: Langage SQL
  • 20. Partie 1I : Introduction aux BD/SGBD
  • 21. 1. Définition d’une base de données 2. Évolution et Origine des BD 3. Modèles de BD 2.1 Modèle hiérarchique 2.1 Modèle hiérarchique 2.2 Modèle réseau 2.3 Modèle relationnel 4. Système de gestion de base de données (SGBD) 5. Objectifs des SGBD 6. Fonctions des SGBD 21
  • 22. 1. Définition d’une base de données Qu’est ce qu’une BD? Ensemble de données modélisant les objets d’une partie du monde réel et servant de support à une application informatique. Ensemble de données interrogeable par le contenu. Ensemble de données interrogeable à partir des relations entre données. Définition intuitive d’une BD: un ensemble structuré de données (1) enregistrées sur des supports accessibles par l’ordinateur (2) pour satisfaire simultanément plusieurs utilisateurs (3) de manière sélective (4) en un temps opportun (5). (1) : Organisation et description de données. (2) : Stockage sur disque. (3) : Partage des données. (4) : Confidentialité. (5) : Performance. 22
  • 23. 2. Évolution et Origine des BD 40 ans d’histoire: Les années 60: organisation classique en fichier reliés par des pointeurs. Fin des années 60: apparition des premiers SGBD hiérarchiques et réseaux, séparation de la description des données et la manipulation par les applications. Les années 70: deuxième génération de SGBD, le modèle relationnel. relationnel. Début des années 90: troisième génération de SGBD, le système orienté objets. A partir de 2000: Data mining, les SGBD OLAP, le SGBD XML et les SGBD de contraintes. 1ére génération de BD (années 60) 2éme génération de BD (années 70) 3éme génération de BD (années 90) •Modèles hiérarchiques et réseaux Modèles E/A Modèle relationnel Modèle réseau sémantique •Modèles Objets 23
  • 24. 3. Modèles de BD 3.1 Modèle hiérarchique Une BD hiérarchique est une forme de SGBD qui lie des enregistrements dans une structure arborescente de façon à ce que chaque enregistrement n’ait qu’un seul possesseur. Nœud = Entité Arcs = associations entre les entités. racine Niveau 0 24 Niveau 0 Niveau 1 Niveau 2 feuilles
  • 25. 3. Modèles de BD 3.1 Modèle hiérarchique Un schéma conceptuel hiérarchique est un ensemble d’objets possédant des propriétés par des liens hiérarchiques. Les liens pris en charges par le modèle hiérarchique son 1-1 : un fils à un père. 1-n : un père à N fils. Département Chef-Départ Service 25 1-n : un père à N fils. 1-N 1-1
  • 26. 3. Modèles de BD 3.1 Modèle hiérarchique Modèle hiérarchique : Problèmes Redondance: le modèle est incapable de représenter les lien N: M. Anomalie de destruction ; la destruction d’un nœud cause l’élimination de ses successeurs. Anomalie d’insertion : impossible d’insérer des données sans Anomalie d’insertion : impossible d’insérer des données sans successeur. Anomalie de modification; une modification doit éventuellement être effectuée à plusieurs endroits. Absence d’un langage non procédurale. 26
  • 27. 3. Modèles de BD 3.2 Modèle réseau Un réseau est un ensemble de nœud et arcs. Pour une représentation de données, les nœuds représentent les objets et les arcs, les associations entre ces objets. Trois types de liens dans le modèle réseau: 1-1: à un objet de A correspond un et un seul objet de B et vice versa 1-N: à un objet de A peut correspondre un à plusieurs objets de B mais inversement, à un objet de B ne peut correspondre qu’un seul objet de A M-N: à un objet de A peut correspondre un à plusieurs objets de B et inversement 27 A B A B B A 1-1 1-N M-N
  • 28. 3. Modèles de BD 3.2 Modèle réseau Modèle réseau : Propriétés: Avantages: Pas d’anomalies de stockage, insertion, suppression, modification 28 modification Permet de modéliser les lien N:M Inconvénients: Pas de séparation entre schéma logique et schéma interne Pas de langage non procédural pour les non spécialistes
  • 29. 3. Modèles de BD 3. 3 Modèle relationnel Une BD relationnelle est une base de données structurée suivant les principes de l’algèbre relationnelle. Dans cette théorie relationnelle. Une relation est représentée par l’ensemble des lignes d’une table. les relations sont manipulées en utilisant les différents opérateurs de l’algèbre relationnelle: Sélection Projection Projection Produit Jointure Union Différence Intersection Division La manipulation des données se fait à l’aire du langage SQL. Qui implante l’ensemble des opérateurs de l’algèbre relationnelle. 29
  • 30. 3. Modèles de BD 3. 3 Modèle relationnel Modèle relationnel Avantages du modèle: Traitement du problème de redondance des données. Traitement du problème de redondance des données. Langage de manipulation de données non procédural (facile à utiliser). Un standard Très simple, description très réduite des schémas Utilisation interactive ou à partir d’un langage de manipulation de données Grande dynamique de structure 30
  • 31. 4. Système de gestion de base de données (SGBD) SGBD : Ensemble de logiciels systèmes permettant d’insérer, modifier et de rechercher des données dans une grande masse d’information Programme 1 Fichier 1 BD SGBD est composé de : Gestionnaire de fichier SGBD interne SGBD externe SGBD Programme 3 Programme 2 Fichier 1 Fichier 2 Fichier 3 31
  • 32. 4. Système de gestion de base de données (SGBD) SGBD externe SGBD Interne Gestionnaire de Fichiers Mémoire secondaire adressable: recherche par le contenu. Gestion de données stockées dans les fichiers, gestion des liens entre données, PA MS Fichiers Mise en forme, présentation des données aux programmes d’applications, et aux utilisateurs. liens entre données, Placement des données dans les fichiers, structure d’accès rapide. Terminaux PA: Programme d’application MS: Mémoires secondaires 32
  • 33. 4. Système de gestion de base de données (SGBD) Il existe de nombreux systèmes de gestion de base de données.  En 2008, Oracle corporation détenait près de la moitié du marché des SGBD grâce à ses produits MySQL 33 moitié du marché des SGBD grâce à ses produits MySQL et Oracle Database.  En 2011, la majorité des SGBD du marché manipulent des bases de données relationnelles.
  • 34. 4. Système de gestion de base de données (SGBD) Deux catégories de SGBD: libres et propriétaires Quelques SGBD libres: 34
  • 35. 4. Système de gestion de base de données (SGBD) Quelques SGBD propriétaires: 35
  • 36. 5. Objectifs des SGBD Indépendance physique : modifier le schéma interne sans avoir à modifier le schéma conceptuel (ajouter un index, regrouper les fichiers, changer le codage des données, etc.) Indépendance logique : possibilité de modifier un schéma externe sans modifier le schéma conceptuel (ajout/suppression d’attributs, association, entités etc.) d’attributs, association, entités etc.) Manipulation facile des données: un utilisateur non informaticien doit pouvoir manipuler simplement les données (interrogation et mise à jour) Administration facile des données : un SGBD doit fournir des outils pour décrire les données, permettre le suivie de ces structures et autoriser leur évolution (tache de l’administrateur BD). 36
  • 37. 5. Objectifs des SGBD Efficacité des accès aux données : garantie d’un bon débit (nombre de transaction exécutées par seconde) et d’un bon temps de réponse (tems d’attente moyen pour une transaction) Redondance contrôlée des données ; pas de mise à jour multiple ni d’incohérence Cohérence des données : Le SGBD doit veiller à ce que les applications respectent les contraintes d’intégrités. Ex. L’age d’une personne doit être un nombre entier positif Partage des données : utilisation simultanée des données par différentes applications Sécurité des données : les données doivent êtres protégées contre les accès non-autorisés ou en cas panne. 37
  • 38. 5. Fonctions des SGBD Les Trois fonctions des SGBD • Définition et description des Données. • Définition et description des Données. • Manipulation des données • Contrôle (Partage, intégrité, confidentialité, sécurité) 38
  • 39. 5. Fonctions des SGBD Définition des données. Langage de définition de données (LDD): permet de nommer les entités, les attributs et associations constituant la structure de la BD, ainsi que les contraintes constituant la structure de la BD, ainsi que les contraintes d’intégrité et de sécurité associées. Example : createTABLE ami( RefAmi Integer, NomVarchar(20), PrenomVarchar(20), Date de Naissance date CONSTRAINT index PRIMARY KEY(RefAmi) ) 39
  • 40. 5. Fonctions des SGBD Manipulation des données: La manipulation se fait par l’intermédiaire d’un langage de manipulation des données (LMD) manipulation des données (LMD) Langage de manipulation des données LMD: fournit un ensemble d’opérations élémentaires de manipulation de données telles que l’insertion, la modification, la recherche, l’extraction et la suppression Le modèle relationnel dispose d’un ensemble d’opérations ensembliste appelé algèbre relationnelle à la fois simple d’utilisation et puissant. Le plus connu des LMD : SQL 40
  • 41. 5. Fonctions des SGBD Contrôle des données: Partage de données: accès à la même information par plusieurs utilisateurs en même temps. Le SGBD inclut un mécanisme de contrôle de la concurrence basé sur des technique de verrouillage des données (pour éviter par exemple qu’on puisse lire une information qu’on est en train de mettre à jour) qu’on est en train de mettre à jour) Intégrité des données: grâce à la définition de contraintes sur les données. Le SGBD veille à ce que toutes les contraintes soient vérifiées à chaque insertion, suppression, ou modification d’une donnée. Confidentialité: des droits doivent être gérés sur les données, droits de lecture, mise à jour, création, … qui permettent d’affiner. Sécurité: une BD est souvent vitale dans le fonctionnement d’une organisation, et il n’est pas tolérable qu’une panne puisse remettre en cause son fonctionnement de manière durable. Les SGBD fournissent des mécanismes pour assurer cette sécurité. 41
  • 42.
  • 43. 1. Concepts de base du formalisme E/A 1. Concepts de base du formalisme E/A 2. Les différents types d’associations 3. Règles de bonne formation d’un modèle E/A 43
  • 44. Objectif du MCD : Ecrire de façon formelle les données d’une base de données. Il s’agit donc d’une représentation des données. Facilement compréhensible, permettant de décrire la base de données à l’aide d’entités. 1. Concepts de base du formalisme E/A 44 Il est à la base de tous SGBD dits relationnels (Access, Oracle, DB2…) qui sont les plus utilisés actuellement dans les entreprises. Il est généralement représenté à l’aide du formalisme « entités-association » sous la forme de : ENTITES, ASSOCIATIONS et ATTRIBUTS.
  • 45. Les étapes du MCD : Catalogue des données Détermination des entités 1. Concepts de base du formalisme E/A 45 Détermination et affectation des propriétés Identification des associations Détermination des cardinalités
  • 46. Entité : Concept concret ou abstract (un fait, un moment …) identifié du monde réel caractérisé par un nom et une liste de propriétés. Exemples: Une entité concrète possède une existence physique : client, équipement, et produit. Une entité abstract a une existence conceptuelle : une transaction, un tarif, 1. Concepts de base du formalisme E/A 46 Une entité abstract a une existence conceptuelle : une transaction, un tarif, l’annulation d’un vol d’avion. Le client Jean Dupond est une entité concrète. La commande COM0001 est une entité abstraite. L’entité Personne(nom, prénom), et l’entité Voiture(nom, puissance fiscale) ne peuvent pas être groupés en une même entité car ils ne partagent pas leurs propriétés (prénoms, puissance fiscale). L’entité se représente par un cadre contenant le nom de l’entité. Client
  • 47. Propriété d’une entité ou d’une association caractérisée par un nom et un type élémentaire. Attribut (Entité) : Est un élément d’une entité: a un nom unique. permet de mémoriser une valeur. 1. Concepts de base du formalisme E/A 47 permet de mémoriser une valeur. doit avoir un sens (donc une valeur) pour chacune des occurrences de la composante. Exemple: Représentation graphique d’une entité comportant trois attributs. Client N° client Nom Prénom Entité Attributs
  • 48. Règles concernant les attributs Règle 1: Un attribut ne peut en aucun cas être partagé par plusieurs entités/associations. Règle 2: 1. Concepts de base du formalisme E/A 48 Règle 2: Un attribut est une donnée élémentaire, ce qui exclut des données calculées ou dérivées. Règle 3: Une entité et ses attributs doivent être cohérente entre eux (i.e. ne traitent qu’un seul sujet).
  • 49. Elément particulier d’une entité, identifiable de façon unique (instance) 1. Concepts de base du formalisme E/A Deux occurrences de l’entité ne peuvent avoir la même valeur d’identifiant Exemple: L’entité client1 dont le N° est 06464M est une occurrence de l’entité client Occurrence: entité 49 Client1 064646M Dupont Frank 23 BD zola Client2 012646M Revaud Jerome 2 BD alpha L’entité client1 dont le N° est 06464M est une occurrence de l’entité client
  • 50. Identifiant : entité 1. Concepts de base du formalisme E/A Chaque entité possède au moins un identifiant éventuellement formé de plusieurs attributs Attribut ou groupe d’attributs permettent d’identifier chaque occurrence d’une entité. Regle4: 50 Client N° client Nom Prénom Adresse Identifiant simple Exemple:
  • 51. Identifiant : entité (suite) Un identifiant est simple s’il est formé d’un seul attribut Un identifiant est composé s’il est formé de plusieurs attributs Exemple: entité avec identifiant composé 1. Concepts de base du formalisme E/A 51 entité avec identifiant composé Appartement N° Appt Identifiant2 Superficie Identifiant Composé
  • 52. Association : Lien logique entre entités dont le type est défini par un verbe et une liste éventuelle de propriétés. Règle 5: On appelle collection de l’association l’ensemble des entités qu’elle relie. 1. Concepts de base du formalisme E/A 52 Un attribut peut être placé dans une association (association porteuse) uniquement lorsqu’il dépend de toutes les entités liées par l’association. Client N° client Nom Prénom Adresse Commande N° Commande Date Commande Date livraison Total commande Nom de l’association Extrémités de l’association Collection de l’association Effectuer Attribut de lien
  • 53. Association : identifiant 1. Concepts de base du formalisme E/A La concaténation des identifiant des entités liés à une association constitue l’identifiant de cette association (cet identifiant n’est pas mentionné sur le modèle). Règle 6 : 53 Client N° client Nom Prénom Adresse Commande N° Commande Date Commande Date livraison Total commande Effectuer Exemple: L’identifiant de l’association effectuer est le couple (N° client, N° commande)
  • 54. Contrainte inscrite à chaque extrémité d’une association comportant un couple de valeurs (min-max) qui établit, pour chaque entité de l’association, le nombre minimum et maximum d’occurrences d’une association auxquelles elle peut participer. 1. Concepts de base du formalisme E/A Association : cardinalités (1) Exemple: Un client peut effectuer de 0 à n commande, mais une commande ne peut être 54 Client N° client Nom Prénom Adresse Commande N° Commande Date Commande Date livraison Total commande Effectuer Source Destination Sens de lecture (0,n) (1,1) Un client peut effectuer de 0 à n commande, mais une commande ne peut être effectuer que par un seul client
  • 55. Règle 7: l’expression de la cardinalité est obligatoire pour chaque partie d’une association Règle 8: Une cardinalité minimal est toujours 0 ou 1, est une cardinalité maximale est toujours 1 ou n 1. Concepts de base du formalisme E/A Association : cardinalité (2) Une cardinalité maximal de 0 n’a pas de sens. Remarques: 55 Cardinalités Signification 0…1 Au plus un 1…1 (ou 1) Un seul 0…n (ou *) Un nombre indéterminé 1…n Au moins un Une cardinalité maximal de 0 n’a pas de sens. Si une cardinalité maximal est connu et vaut 2,3 ou plus, alors nous considérons qu’elle est déterminés et vaut n. Les cardinalités minimales qui valent plus de 1 sont modélisées par 1. Une cardinalité maximal de 1 se justifie par le fait que les entités en questions ont Besoin de l’association pour exister. Les seules cardinalités admises sont:
  • 56. Une extrémité sans contrainte aura pour cardinalité (0,n) Association : cardinalités (2) 1. Concepts de base du formalisme E/A 56 Client N° client Nom Prénom Adresse Commande N° Commande Date Commande Date livraison Total commande Effectuer (0,n) (0,n)
  • 57. Client N° client Nom Prénom Adresse Commande N° Commande Date Commande Date livraison Total commande Effectuer (0,n) (1,1) Association : cardinalités (3) 1. Concepts de base du formalisme E/A 57 Adresse Total commande Sur l’extrémité client, le 0 signifie que le client peut ne pas être reliés à la commande lors de sa création. Le 1 en minimum de l’extrémité commande signifie qu’en aucun cas on ne peut créer une occurrence de l’entité commande sans la relier en même temps à une occurrence de l’entité client …. Cette dernière doit donc avoir créer avant!
  • 58. Règles absolues !! (1) Une association binaire fonctionnelle de cardinalité maximale égale à un ne peut en aucun cas porter de propriétés ! 1. Concepts de base du formalisme E/A 58 Entité 1 N° Entité 1 Nom Entité 1 Prénom Entité 1 Etc Entité 2 N° Entité 2 Nom Entité 2 Prénom Entité 2 Etc Association Attribut (0,n) (1,1) Faux
  • 59. Règles absolues !! (2) Une association binaire ne peut en aucun cas porter des cardinalité 1,1 des deux extrémités! 1. Concepts de base du formalisme E/A 59 Entité 1 N° Entité 1 Nom Entité 1 Prénom Entité 1 Etc Entité 2 N° Entité 2 Nom Entité 2 Prénom Entité 2 Etc Association (1,1) (1,1) Faux
  • 60. Exercice 1. Concepts de base du formalisme E/A • Une usine contient des machines qui peuvent fabriquer au moins un type de pièce. • Chaque machine peut avoir plusieurs pièces. 60 • Une machine apparient à un type de machine • Chaque machine est construite par un fournisseur. • Le fournisseur peut construire un ou plusieurs machines. • Etablir le modèle conceptuel de données (MCD)
  • 61. Correction: 1. Concepts de base du formalisme E/A Pièce NumPiece DesignationPiece PrixUnitaire TypePiéce CodeTypeP LibelleTypeP Avoir Fabriquer (1,1) (1,1) (1,n) (1,n) 61 Fournisseur NumFournisseur NomFournisseur Adresse Machine NumMachine NomMachine TypeM CodeTypeM LibelléTypeM Construire Appartenir (1,1) (1,1) (1,n) (1,n) (1,n)
  • 62. Les associations réflexives Une association réflexive est une association reliant des occurrences de la même entité 2. Les différents types d’associations: Parent 62 Personne N° Nom Prénom Adresse Etre parent Parent Enfant (0,n) (1,n)
  • 63. 2. Les différents types d’associations: A idA Association Les associations ternaires: Une association ternaire est une association qui décrit un lien sémantique entre trois entités. B idB (0,n) (1,n) (1,n) 63 C idC (1,n) Créneau horaire N° Créneau Date Heure de début Projeter Film N° Film Titre Durée Salle N° Salle Capacité (0,n) (1,n) (0,n) Exemple: Date Projection
  • 64. 2. Les différents types d’associations: Les associations ternaires: Regardons le problème des quantités élémentaires de ventes. Cette données est une propriété de la relation « vendre », liant CLIENT et TYPE DE VEHICULE : la quantité n’est significative que si on connaît à la foie le client et le type de véhicule:
  • 65. 2. Les différents types d’associations: Les association ternaires : décomposition On remplace l’association ternaire (ou n-aire) par une entité et on lui attribut identifiant. On crée des association binaire entre la nouvelle entité et toutes les 65 On crée des association binaire entre la nouvelle entité et toutes les autres entités de la collection de l’ancienne association. La cardinalité de chacune des associations binaires crées est 1,1 du cote des entités créé et 0,n ou 1,n du cote des entités de la collection de l’ancienne association.
  • 66. 2. Les différents types d’associations: Entités Règle 1: Toute entité présente dans un MCD doit obligatoirement comporter un identifiant. A retenir… 66 Règle 2: Pour chaque occurrence d’une entité, chaque attribut ne peut prendre qu’une valeur. Règle 3: Un attribut ne peut en aucun ces être partagé par plusieurs E/A. Règle 4: Un attribut est une donnée élémentaire, ce qui exclut des données calculées ou dérivées. Règle 5: Deux occurrence de l’entité ne pourrait avoir la même valeur pour leur identifiant.
  • 67. 2. Les différents types d’associations: Associations : Règle 5 : un attribut peut être placé dans une association uniquement lorsqu’il dépend de toutes les entités liées par l’association. Règle 6 : la concaténation des identifiants des entités liés à une association constitue A retenir… 67 Règle 6 : la concaténation des identifiants des entités liés à une association constitue l’identifiant de cette association (cet identifiant n’est pas mentionné sur le modèle (il est implicite)) Règle 7 : l’expression de la cardinalité est obligatoire pour chaque patte d’une association Règle 8:une cardinalité minimal est toujours 0 ou 1, et une cardinalité maximale est toujours 1 ou n Règle 9 : Une association binaire fonctionnelle de cardinalité maximale égale à 1 ne peut en aucun cas porter de propriétés. Règle 10 : Une association binaire ne peut en aucun cas porter des cardinalités 1.1 des deux extrémités.
  • 68. 3. Règles de bonne formation d’un modèle entités - associations Un attribut multiple doit être remplacée par une association et une entité supplémentaires Adresse N° adresse Code postal Employé N° Employé Nom Habiter Règles de normalisation des attributs 1,1 1,n 68 Code postal ville Nom Prénom Adresse principale Adresse secondaire N° tél domicile principale N° tél domicile secondaire N° portable Num tél N° num tél N° tél type Normaliser Employé N° Employé Nom Prénom Posséder 1,n 1,n 1,1
  • 69. 3. Règles de bonne formation d’un modèle entités - associations Règles de normalisation des attributs Un attribut multiple doit être remplacée par une association et une entité supplémentaires 69 Article N° Article Désignation Prix unitaire Commande N° Commande Date Montant total Contenir Quantité
  • 70. 3. Règles de bonne formation d’un modèle entités - associations Règles de Fusion/Suppression entité/association Ophtalmologue N°Ophtalmologue Nom Prénom Adresse Dentiste N° dentiste Nom Prénom Adresse Généraliste N° généraliste Nom Prénom Adresse Il faut factoriser les entités quand c’est possible 70 Adresse Adresse Adresse Médecin N° médecin Nom Prénom Adresse Spécialiste fusionner Introduction d’un attribut supplémentaire
  • 71. 3. Règles de bonne formation d’un modèle entités - associations Il faut factoriser les entités quand c’est possible, mais l’introduction d’un attribut supplémentaire n’est pas toujours nécessaire Ecrivain N° Ecrivain Nom Prénom Ecrire Ecrire Règles de Fusion/Suppression entité/association 0,n 0,n 71 Personne N° Personne Nom Prénom Adresse Livre N° Livre Titre Editeur Prénom Adresse Abonne N° Ecrivain Nom Prénom Adresse Livre N° Livre Titre Editeur Emprunter Emprunter 0,n 0,n 0,n 0,n 0,n 0,n 0,n
  • 72. 3. Règles de bonne formation d’un modèle entités - associations Il faut factoriser les entités quand c’est possible Joueur deTennis N° Joueur Nom Prénom Genre Règles de Fusion/Suppression entité/association Joueur deTennis N° Joueur Nom Prénom Genre Classement 0,n 0,n 72 Genre Classement Match deTennis N° Match Type Jouer en tant que joueur1 Jouer Type Jouer en tant que joueur2 Jouer en tant que coéquipier1 Jouer en tant que coéquipier2 Classement Match deTennis N° Match Type 0,n 0,n 1,1 0,1 0,1 1,1 0,n 1,n
  • 73. 3. Règles de bonne formation d’un modèle entités - associations Règles de Fusion/Suppression entité/association Fournisseur N° Fournisseur Il faut aussi se poser la question de l’intérêt de l’association quand les cardinalités maximale sont toutes de 1 1,1 73 N° Fournisseur Nom Prénom Adresse Contact N° contact Nom contact N° tél contact Fournisseur N° fournisseur Nom Prénom Adresse Nom contact N° tél contact Travailler chez Fusionner 1,1 1,1
  • 74. 4. Etablir le dictionnaire de données Un dictionnaire des données est une collection de métadonnées ou de données de référence nécessaire à la conception d'une base de données relationnelle. Un dictionnaire des données doit respecter les contraintes 74 Un dictionnaire des données doit respecter les contraintes suivantes: •Tous les noms doivent être non décomposables. • Il ne doit pas y avoir d'homonymes, ni de synonymes. • Les données y sont regroupées par entité. • Les identifiants sont complètement précisés. • Les commentaires doivent être pertinents.
  • 75. 4. Etablir le dictionnaire de données Exemple de dictionnaire de données : 75
  • 76. 5. Dépendances fonctionnelles Dépendances fonctionnelle entre deux attributs Un attribut B dépend fonctionnellement de l’attribut A, noté AB si à une valeur de A correspond une et une seule valeur pour B . On dit que A détermine B 76 Plusieurs attributs peuvent apparaitre dans la partie gauche d’une DF : {A,B,C} D. Plusieurs attributs peuvent apparaitre dans la partie droite d’une DF; Dans ce cas, il convient de considérer chaque DF en gardant la partie gauche et en faisant intervenir un seul attribut dans la partie droite.
  • 77. 5. Dépendances fonctionnelles Dépendances fonctionnelle élémentaires Une DF (a,b) c est élémentaire si ni ac, ni bc ne sont des DF. Autrement dit : 77 Une dépendance fonctionnelle A → B est élémentaire s’il n’existe pas une donnée C, sous ensemble de A, décrivant une dépendance fonctionnelle de type C → B . Exemples: (NumFacteur, RefProduit)QtéFacturé est élémentarité (ni la référence produit seule, ni le numéro de facteur seul permettent de déterminer la quantité).
  • 78. 4. Dépendances fonctionnelles Dépendances fonctionnelle directes Une DF ac est direct si elle n’est pas déduite par transitivité C’est-à- dire s’il n’existe pas de DF ab et bc a b (1) directe 78 Exemple: Considérons les dépendance fonctionnelles N°Facteur N°Représentation est une DF direct N°Représentant NomReprésentant est une DF directe N°Facteur NomReprésentant n’est pas une DF direct puisqu'elle obtenue par transitivité c (3) directe (2) directe
  • 79. 5. Dépendances fonctionnelles Dépendances fonctionnelle: axiomes d’Armstrong Réflexivité Si b est un sous ensemble de a alors ab est une DF Transitivité 79 Transitivité Si ab est bc sont des DF, alors ac est une DF Union Si ab et ac sont des DF, alors a (b,c) est une DF Décomposition Si a(b,c) est une DF, alors ab et ac sont des DF
  • 80. 5. Dépendances fonctionnelles Dépendances fonctionnelle entre entités: Exemple 1 RG : Pour un client, il corresponds un et un seul Attaché commercial , un attaché commercial peut suivre plusieurs clients. 80
  • 81. 5. Dépendances fonctionnelles Dépendances fonctionnelle entre entités : Exemple 2 • RG : Un type de véhicule donné ne correspond qu’une seule marque, et à une marque correspond plusieurs type de véhicule. 81 • Ici, TYPE DE VEHICULE détermine totalement MARQUE. • Nous appelons cette relation fonctionnelle (DF), et elle se note de la manière suivante : •TYPE DE VEHICULE - MARQUE. •Ex Corolla = Toyota, Megane = Renault
  • 82. 5. Dépendances fonctionnelles Dépendances fonctionnelle entre entités : Exemple 3 RG : Une marque est entreposée dans un seul entrepôt, Dans un entrepôt sont entreposées une ou plusieurs marques. 82 •Ici, la marque détermine totalement le dépôt.
  • 83. 5. Dépendances fonctionnelles Dépendances fonctionnelle: Exemple 4 83
  • 84. 5. Dépendances fonctionnelles Dépendances fonctionnelle: Exemple 4 84
  • 85. 5. Dépendances fonctionnelles Dépendances fonctionnelle: Exemple 4 85
  • 86. 5. Dépendances fonctionnelles Dépendances fonctionnelle: Exemple 4 86
  • 87. 6. Applications Application1: Gestion de vente de véhicules • Une compagnie de vente de véhicules vend des véhicules toutes marques qu’elle stocke dans de grands entrepôts. • Dans un même entrepôt, on peux trouver plusieurs marques de véhicules. 87 de véhicules. • Pour des raisons de logistiques, le gérant de la société a exigé de ses employés qu’une marque ne puisse se trouver que dans un seul entrepôt. • Chaque attaché commercial gère son propre portefeuille de clients.
  • 88. 6. Applications Application1: Gestion de vente de véhicules Nom de marque Nom de dépôt Nom du type Les interviews avec le gérant de cette compagnie ont permis de détecter les données suivantes : 88 Nom du type Puissance fiscale Nom du responsable commercial pour une marque Prix unitaire d’un type de véhicule Adresse de dépôt Nom, adresse du client Quantité d’une vente Nom de l’attaché commercial Adresse de l’attaché commercial
  • 89. 6. Applications Application1: Gestion de vente de véhicules Les interviews avec le gérant de cette compagnie ont permis de détecter les règles de gestion suivantes : RG1: Un dépôt peut contenir plusieurs marques, RG2: Un type de véhicule concerne une et une seule marque, RG3: Une marque ne se trouve que dans un seul entrepôt, 89 RG3: Une marque ne se trouve que dans un seul entrepôt, RG4: Un attaché gère plusieurs clients RG5: Un client est géré par un seul attaché RG6: La quantité élémentaires de ventes est une propriété de la relation « vendre », liant CLIENT et TYPE DE VEHICULE Etablir le dictionnaire de données Etablir le graphe de dépendances fonctionnel Etablir le modèle conceptuel de données (MCD)
  • 90. 6. Applications Solution de l’application1: Gestion de vente de véhicules Nom Commentaire Entité Type Identifiant Nom de marque Le nom de la marque Marque A45 OUI Nom de dépôt Le nom de de dépôt Dépôt A45 OUI Dictionnaire de données 90 Nom du type Le nom de type de Véhicule Type deVéhicule A45 OUI Puissance fiscale Puissance fiscale de Véhicule Type deVéhicule N NON Nom du responsable commercial Nom du responsable commercial d’une marque Attache Commercial A45 OUI Prix unitaire d’un type de véhicule Prix unitaire d’un type de véhicule Type deVéhicule N Non
  • 91. 6. Applications Solution de l’application1: Gestion de vente de véhicules Nom Commentaire Entité Type Identifiant Adresse de dépôt Adresse de dépôt Depot A45 NON Nom de dépôt Le nom de de dépôt Dépôt A45 OUI Nom du client Nom du client Client A45 OUI Dictionnaire de données (Suite) 91 91 Nom du client Nom du client Client A45 OUI Adresse du client Adresse du client Client A45 NON Quantité d’une vente Nom du responsable commercial d’une marque Attache Commercial A45 OUI Nom de l’attaché commercial Nom de l’attaché commercial Attache Commercial A45 OUI Adresse de l’attaché commercial Adresse de l’attaché commercial Attache Commercial A45 NON
  • 92. 6. Applications Solution de l’application1: Gestion de vente de véhicules Le modèle conceptuel de données (MCD) 92
  • 93. 6. Applications Application2: Gestion des dossiers comptables Les interviews avec le gérant d’une compagnie de gestion de comptabilité ont permis de détecter les données suivantes : ID comptable Nom comptable 93 Nom comptable Date de naissance de comptable Num Tel comptable Id commune Nom commune Id agence Nom agence Directeur agence Id exploitation Nom Explotation Surface exploitation (SAU)
  • 94. 6. Applications Application2: Gestion des dossiers comptables Les interviews avec le gérant de cette compagnie ont permis de détecter les règles de gestion suivantes : RG1: Un comptable peut travailler en une seule agence RG2: Une exploitation se situe en une seule commune. 94 RG2: Une exploitation se situe en une seule commune. RG3: Une Agence est localisé en une seule commune. RG4: Un comptable peut gérer plusieurs exploitations. Etablir le dictionnaire de données Etablir le graphe de dépendances fonctionnel Etablir le modèle conceptuel de données (MCD)
  • 95. 6. Applications Solution d’application2: Gestion des dossiers comptables Dictionnaire de données 95
  • 96. 6. Applications Solution d’application2: Gestion des dossiers comptables 96