SlideShare une entreprise Scribd logo
ÉCONOMIE
MONÉTAIRE ET
FINANCIÈRE
Pr. H.BADDIH
3è SEMESTRE
2011-2012
FILIERE : SCIENCES
ECONOMIQUE ET
GESTION
 Ce cours ne se concentre ni sur la monnaie,
ni sur les banques, ni sur la finance, il tente
d’englober ces trois sphères pour mieux
cerner leurs interrelations et leurs
connexions à la sphère économique réelle;
Cela oblige à mettre les théories à l’épreuve
des faits : ce cours présente les grandes
lignes droites des théories, sans oublier
d’explorer les faits.
SOMMAIRE:
Dans ce cours, il sera donc question :
 de la monnaie, de ses formes et de ces mesures, de sa
création et de son influence, de la capacité limitée qu’ont
aujourd’hui les banques centrales à la contrôler;
 des banques, de leur raison d’être, de leur fragilité, de leur
transformation et de leur rôle au cœur de la crise
financière;
 de la finance, dans une perspective à la fois
microéconomique –au travers de fonctionnement du
marché, du comportement de leurs acteurs, des taux
d’intérêt qui s’y forment – et macro économiquement, via
l’analyse plus globale des système financiers, de leur
instabilité et de leur nécessaire encadrement.
INTRODUCTION:
 La nature de la monnaie est ambivalente et c’est ce
rend sa définition difficile.
 La monnaie revêt à la fois les caractéristiques d’un
bien privé et d’un bien public, d’un bien rivale et d’un
bien réseau, d’un bien économique et d’un bien
politique et social.
 Plusieurs écoles et courants se sont succédés,
juxtaposés, enrichies jusqu’à aujourd’hui pour
proposer une vision réelle et multidimensionnelle
des phénomènes monétaires.
05/11/16 23:29Pr. BADDIH
 Historiquement, ces tentatives se résument en
deux grandes approches:
Approche dichotomique: Analyser les
phénomènes économiques d'abord sous leurs
aspect réel, en faisant abstraction de leur
aspect monétaire, ensuite la monnaie est
introduite; il s'agit seulement de donner une
apparence monétaire (monétarisation de
l'économie) .
« La monnaie n’est qu’un voile » J.B.Say
05/11/16 23:29
Pr. BADDIH
Approche intégrationniste:
Elle envisage la monnaie comme l'un des élément
essentiels du mécanisme économique général.
« Les produits et la monnaie s’échangent contre des
produits et de la monnaie » Alquier
05/11/16 23:29
Pr. BADDIH
CHAPITRE 1 : LA MONNAIE
« La monnaie ne nous a pas été
donnée par la nature: elle est
une réalisation sociale et
procède du besoin qu’ont eu les
hommes d’échanger les
produits de leur travail.»
05/11/16 23:29
Pr. BADDIH
Alfred
Pose
05/11/16 23:29
Pr. BADDIH
La monnaie telle qu’elle apparaît de nos
jours se présente sous des formes diverses
et sert une multitude de fonctions.
Dès l'origine, la monnaie est une monnaie
de crédit, c'est-à-dire de confiance, de
consensus.
Cette définition conduit à reconnaître trois
caractères à la monnaie: la liquidité, la
fongibilité et l'universalité.
CONCEPTS DE BASE :
la possibilité d’être accepter pour
toute opération d’échange dans un
espace déterminé qui constitue la
communauté de paiement.
05/11/16 23:29Pr. BADDIH
utilisation immédiatement et sans
transformation pour se libérer d’une
dette ou de toutes autre obligation en
échange d’un autre bien ou service;
correspond à la possibilité de
s’acquitter d’une dette ou d’être
échanger contre un bien ou service;
Universalité
Fongibilité
Liquidité
DIFFÉRENTES THÉORIES
SUR LA NATURE DE LA
MONNAIE :
DÉFINITION DE LA
MONNAIE     
A. L’analyse
" instrumentale " de la
monnaie :
Définition fonctionnelle
leur valeur
intrinsèque est
universellement
reconnue.
05/11/1623:29Pr.BADDIH
L'intérêt de la monnaie se résume à ses
fonctions ou qualités ; ainsi les supports
monétaires ont en commun :
Leur
divisibilité
Leur
durabilité
Leur
validité
ils permettent
de mesurer
petites et
grandes
valeurs
leur durée de
vie dans le
temps garantit
la conservation
du pouvoir
d’achat
1. LA MONNAIE EST UNE UNITÉ DE
COMPTE: DIVISIBILITÉ
La monnaie s’est l’étalon de valeur
unique qui rend les marchandises
commensurables, c'est-à-dire
mesurables les uns par rapport aux
autres. Ce qui donne à la monnaie son
caractère d’équivalent général.
2. LA MONNAIE COMME RÉSERVE DE
VALEUR: DURABILITÉ
«L'importance de la monnaie
découle essentiellement du
fait qu'elle constitue un lien
entre le présent et l'avenir.»
Selon J-M
KEYNES
Ainsi la demande de monnaie
est liée à trois motifs:
Le motif de
précaution
Résulte du caractère imprévu de
certaines dépenses et du désir de se
garantir contre les risques de l'avenir
par la recherche de la liquidité.
Le montant des encaisses de précaution est déterminé
plutôt par le revenu que par le taux d’intérêt : il évolue
dans le même sens que le revenu.
Résulte de décalage entre le
rythme des recettes et des
dépenses.
En supposant fixes les habitudes de paiement du
public et le niveau général des prix, l’importance
du volume des encaisses - transactions est fonction
croissante du revenu.
Le motif de
transaction
1
2
05/11/16 23:29Pr. BADDIH
cette demande de monnaie est
sensible à la variation du taux
d'intérêt. Il y a alors arbitrage
entre monnaie et titres.
Plus le taux d’intérêt est élevé, plus les
agents économiques sont enclins à acheter
des titres et moins la quantité de monnaie
détenue dans un but spéculatif est
importante.
Le motif de
spéculation
3
3. LA MONNAIE COMME
MOYEN DE PAIEMENT :
ACCEPTABILITÉ
La monnaie a sur le territoire national un
pouvoir libératoire immédiat du moment
qu'elle libère le débiteur de sa dette née
de l'échange lorsqu'elle est remise au
créancier.
B. L'APPROCHE
"ESSENTIELLE" DE LA
MONNAIE
Depuis l'instauration du cours forcé, la monnaie est
devenu une simple créance (c'est-à-dire le droit
d'être payé) de celui qui la détient (l'agent économique)
sur celui qui l'a émise (l'institution financière). Son
acceptation repose sur la confiance en son émetteur, la
monnaie est une créance à vue, c’est-à-dire
convertible sans délai au guichet de la banque émettrice
en une autre monnaie.
Elle est une créance sur la production nationale.
1- La monnaie comme une
simple créance:
décision de l’Etat
dispensant l’institut
d’émission de rembourser
les billets en or.
Cours légal
Cour forcé
propriété d’une monnaie par
laquelle les particuliers
sont tenus de l’accepter
comme moyen de paiement.
Le problème est de déterminer l'offre de
monnaie optimale: ni excès de moyens de
paiements pour ne pas engendrer
l'inflation, ni insuffisance pour ne pas
entraver l'activité économique.
2- La monnaie instrument de
politique économique:
HTTP://WWW.VERNIMMEN.NET/
Référence utile:
SECTION II- FORMES DE LA
MONNAIE ET INSTRUMENTS
DE PAIEMENT
Pour aborder les questions monétaires et
comprendre l’état actuel des choses, une
démarche judicieuse consistera à remonter
dans le temps et suivre progressivement le
processus des innovations financières.
DU TROC À LA MONNAIE
MARCHANDISE
05/11/16 23:29Pr. BADDIH
le troc devient une opération
laborieuse pour plusieurs raisons:
mais
Dans les sociétés primitives la seule forme d’échange
concevable était le troc. Dans ces sociétés basées sur
l’usage, l’échange n’était pas une nécessité, s’il
existait, il ne concernait que le surplus.
Il faut que les
désirs des uns
et des autres
coïncident
L’indivisibilité
de certains
biens
Le problème de
la détermination
des termes de
l’échange
05/11/1623:29Pr.BADDIH
Seulement cette monnaie
marchandise a fini par révéler ses
limites : elle est périssable et non
homogène.
Tous ces inconvénients ont fait que le bien le
plus divisible et le moins altérable a été
appelé à s’imposer comme intermédiaire
unique de l’échange : c’est la monnaie
marchandise.
Ainsi l’introduction de la monnaie va
permettre le passage d’un système de
prix relatifs à un système de prix
absolus.
DE LA MONNAIE
MÉTALLIQUE À LA
MONNAIE FIDUCIAIRE
05/11/16 23:29Pr. BADDIH
Au début, c’étaient le
bronze et le cuivre,
ensuite l’or et l’argent
L’acheminement vers un
système bimétallique
leurs valeurs relatives s’appréciaient
et se dépréciaient en fonction des
découvertes de ces métaux
Il n’y avait pas de monopole dans
leur fonte et leur frappe.
Ce qui va engendrer une circulation
monétaire hétérogène, composée de
pièces de provenance diverses, de
qualité et de valeur fort inégales
l’intervention des
pouvoirs politiques
dans les affaires
monétaires
mais
Cela
explique
A CELA IL FAUT AJOUTER LES PROBLÈMES
DE PILLAGE LIÉS AU TRANSPORT DE L’OR.
Déposer l’Or et Argent auprès des orfèvres en
recevant en contre partie des reçus nominatifs.
05/11/16 23:29Pr. BADDIH
La circulation des billets (reçus) va se substituer
progressivement à la circulation des métaux.
Ensuite ces reçus sont devenus anonymes, ce qui
a permis un essor prodigieux de la circulation de la
monnaie papier.
C’est l’apparition de la
monnaie fiduciaire.
Solution
LES ORFÈVRES SE SONT MIS À PRÊTER DE LA MONNAIE
SOUS FORME DE BILLET SANS POUR AUTANT QU’IL
DISPOSAIENT DE SON ÉQUIVALENT EN OR.
Ce phénomène a engendré un gonflement de la
quantité de la monnaie en circulation par rapport au
stock de métaux précieux disponible.
05/11/16 23:29Pr. BADDIH
La hausse des prix engendrée par cette situation a fait
perdre à la monnaie papier sa valeur et a entraîné un
mouvement de fuite devant cette monnaie.
Intervention de l’Etat en monopolisant l’émission
de la monnaie fiduciaire.
 Les manipulations ou « mutations » dans la
teneur des pièces en métal ou l’émission
surnuméraire de billets ont, à plusieurs
reprises dans l’histoire de la monnaie
(notamment au XVIIIe siècle en Europe),
fait détruire la confiance du public et
provoqué des crises monétaire et des
paniques bancaires.
DÉBAT THÉORIQUE :
Au XIXe siècle, deux écoles s’opposaient dans
l’Angleterre concernant l’émission des billets. Les
prudents (D. Ricardo) défendaient le currency
principle, selon lequel le montant des billets en
circulation devait exactement correspondre à
l’encaisse métallique de la banque émettrice. Les
libéraux (Tomas Tooke) recommandaient quant à
eux le banking principle, c'est-à-dire une liberté
d’émission monétaire en fonction des besoins de
l’économie.
 « BANKING PRINCIPLE »
(PRINCIPE DE BANQUE)
la monnaie est un moyen de paiement
et donc, avant tout, un instrument de
crédit, suscité par les besoins de
l'économie (monnaie endogène).
La crLa crééation monation monéétaire doit être soupletaire doit être souple
afin de safin de s’’adapter aux dits besoinsadapter aux dits besoins
Le crédit bancaire ne peut jamais être à
l'origine d'une éventuelle inflation (car il y a
eu une stricte proportion entre crédits
bancaires et besoins de l'économie).
" CURRENCY PRINCIPLE "
(PRINCIPE DE CIRCULATION):
toute banque doit maintenir en vertu des
critères de convertibilité, une stricte égalité
entre la quantité de billets mise en
circulation et son fondement véritable : la
quantité d’or.
Le seul objectif de la monnaie estLe seul objectif de la monnaie est
d'assurer au mieux le jeu des md'assurer au mieux le jeu des m éécanismescanismes
ééconomiques en restant neutre et stable.conomiques en restant neutre et stable.
Dans cette perspective, la valeur de
la monnaie lui est conférée par le
recours à un argument externe ;
LA MONNAIE
SCRIPTURALE
Face à une demande d’emprunt de plus en
plus importante de la part des entreprises,
les banques ont trouvé la solution
suivante :
05/11/16 23:29Pr. BADDIH
créer de la monnaie
par un simple jeu
d’écriture
Ainsi, une ou plusieurs transactions peuvent avoir lieu
sans qu’il y ait circulation de la monnaie fiduciaire. La
seule trace de cette monnaie, qu’on appellera monnaie
scripturale, est une simple écriture sur un compte.
Si les pièces et les billets sont à la fois monnaie et
instruments de paiement, la monnaie scripturale
(dépôts gérés par les banques) est distincte des
instruments (chèques, virements, etc…) qui la font
circuler. Les instruments de paiement scripturaux se
sont diversifiés au cours du temps et ont eux-mêmes
suivi un processus de dématérialisation. Les
instruments « papier » ont cédé peu à peu la place aux
instruments électroniques.
MONNAIE ET INSTRUMENT :
Débit compte à vue crédit
monnaie scripturale
Les moyens de règlement scripturaux
Le chèque
Écrit par lequel le titulaire d’un
compte donne l’ordre à son
banquier de payer immédiatement
une somme déterminée à lui-même
ou à une autre personne désignée.
Le virement
Ordre donné par le titulaire d’un
compte à son banquier de transférer
une somme déterminée de son
compte à celui d’un tiers
bénéficiaire.
L’avis de prélèvement
Autorisation donnée par un débiteur à
son créancier d’émette des AP sur son
compte et à son banquier de débiter son
compte des AP émis par ce créancier.
Le titre interbancaire de paiement
Imprimé sur lequel le créancier
mentionne les références du règlement et
que le débiteur peut utiliser, après l’avoir
daté et signé, pour régler sa dette.
La carte de crédit
Carte permettant de régler un commerçant
adhérant à l’organisme émetteur et
d’effectuer des retraits en espèces auprès
des distributeurs automatiques de billets.
LA MONNAIE
ÉLECTRONIQUE
La monnaie électronique est une valeur monétaire
stockée électroniquement lors de la réception de fonds et
servant à payer des transactions.
Cette définition couvre à la fois
1- la monnaie électronique détenue sur des instruments de
paiement en la possession du détenteur (cartes prépayées
ou porte-monnaie électroniques)
2- ou celle stockée à distance sur un serveur (« monnaie de
réseau » ou « cyber-argent »).
1- Elle consiste en un encours stocké dans une carte
prépayée multi prestataire.
Elle présente une différence essentielle avec la
monnaie scripturale puisque le siège de la
monnaie n’est plus un dépôt à vue individualisé,
mais bien la carte elle même dont la simple
détention est la preuve de la créance du porteur
sur l’émetteur.
MONNAIE ÉLECTRONIQUE :
05/11/16 23:29Pr. BADDIH
Cette monnaie se
distingue de la
monnaie fiduciaire à
deux égards :
Il n’est pas
réutilisable en tant
que tel (un billet de
banque peut servir à
plusieurs
transactions).
Il n’a pas
cours légal
Ainsi on peut considérer que les unités
chargées sur une carte prépayée
constituent une nouvelle forme de
monnaie irréductible à l’une ou l’autre
des deux formes traditionnelles.
NOUVELLE MONNAIE VA
DÉPENDRE DE LA
NATURE DE
L’ÉMETTEUR :
S’il est un
établissement
de crédit
l’émission et l’acquisition de
cette carte génère par elle
même un pouvoir d’achat
additionnel, que l’on peut
assimiler à une création
monétaire, certes transitoire,
mais toujours renouvelée.
l’opération s’assimile à
une simple substitution
d’une forme de monnaie,
la carte multiprestatire, à
une autre, les dépôts ou
billets.
S’il est un
agent non
financier
 Pouvant être émis par n’importe quelle entreprise
endossant le statut d’établissement de monnaie
électronique, la monnaie électronique pourrait venir
contester la suprématie des banques dans l’émission de
monnaie et soumettre les banques centrales à des
difficultés dans la conduite de la politique monétaire.
 Tant que la monnaie électronique se limite à des supports
prépayés, utilisables en peu d’endroits et rapidement
reversés sur un compte bancaire, alors elle ne fait que
ralentir la circulation de la monnaie scripturale émise par
les banques, en se distinguant finalement assez peu des
instruments de paiement qui l’ont précédé.
MONNAIE ÉLECTRONIQUE :
2- En revanche, si la monnaie électronique se
modifiait en véritable monnaie de réseau largement
diffusée (par exemple, des unités de valeur prépayées
utilisables pour tous les paiement effectués en ligne sur
internet et conservées par les fournisseurs de services
pour effectuer leurs propres achats), alors il pourrait y
avoir destruction de monnaie scripturale et essor
parallèle d’une masse de monnaie électronique que la
banque centrale ne pourrait absolument pas contrôler en
agissant sur les conditions de refinancement des
banques (puisque celles-ci n’en seraient pas les
émettrices).
MONNAIE ÉLECTRONIQUE :
SECTION III : MESURES ET
CONTREPARTIES DE LA
MASSE MONÉTAIRE
Les autorités monétaires cherchent
toujours à délimiter et à calculer les
encaisses monétaires dont disposent
les agents non financiers (ANF)
LA MONNAIE AINSI CRÉÉE NE
PROCURE PAS À SON TITULAIRE
DE REVENU.
ce qui n’est pas sans incidence sur
l’établissement des agrégats de monnaie.
05/11/1623:29Pr.BADDIH
Substituer à la monnaie des actifs financiers
rémunérateurs qui peuvent être convertible
facilement et rapidement en moyens de
paiement.
Le développement des innovations
financières
ACTIF FINANCIER:
Élément du patrimoine positif
correspondant à des titres de valeurs
mobilières ou à un placement auprès
d’agents économiques dites
institutions financières.
LA MASSE MONÉTAIRE
La MM est l’ensemble des encaisses monétaires dont
disposent les agents non financiers (ANF) et qui
reflètent la masse totale de pouvoir d'achat disponible
dans une économie au cours d'une période
déterminée et susceptible de se porter sur le marché
des biens et services.
La MM comprend les actifs liquides qui sont
susceptibles d’être convertis immédiatement en
monnaie sans risque sensible en capital et qui
représentent donc les moyens de paiement,
effectif ou potentiels sans effets de plus value
ou de moins value.
LES JUSTIFICATIONS DES
AGRÉGATS MONÉTAIRES:
05/11/1623:29Pr.BADDIH
Théorie
monétariste
M. Friedman
A court
terme
A long
terme
Les fluctuations cycliques
seraient aggravées par les
politiques monétaires
irrégulières.
une augmentation de la MM se
répercute sur le niveau général
des prix et sur le volume de
production car il n'y a pas plein
emploi des facteurs de
production.
une règle monétaire:
la MM doit varier à un taux
constant, égal au taux de
croissance à long terme de la
production nationale.
05/11/1623:29Pr.BADDIH
Solution
 Les agrégats de monnaie sont des indicateurs
statistiques reflétant la capacité de dépense des
agents économiques résidents. Elle se décompose en
divers agrégats regroupant la quasi-totalité des
placements.
 Bien que floue, la limite entre monnaie et épargne est
maintenue : est monnaie ce qui est liquidable
rapidement sans incertitude, est épargne le reste.
 Ces agrégats sont surveillés en permanence par la
Banque centrale.
La définition des agrégats de monnaie:
En règle général, les actifs sont classés selon leur
nature, leur degré de liquidités et non selon les
institutions à l’origine de leur émission.
Tous les actifs pris en compte dans les agrégats
monétaires sont des actifs liquides offrant les
avantages cumulés de la liquidité et du rendement.
Tous les actifs liquides détenus par les ANF
résidents sont compris dans les agrégats
monétaires.
Ces actifs liquides sont généralement (mais pas
uniquement) crées par les établissements de crédit.
Critères de classement des actifs:
LA DÉFINITION DES AGRÉGATS
DE MONNAIE
M1 ou disponibilités monétaires: M1 = MF + MS
Cet agrégat étroit désigne la monnaie au sens strict.
M2 : M2 = M1 + QM
QM = quasi-monnaie = épargne liquide.
L’agrégat M2, qui englobe M1, incorpore en plus deux autres
types de dépôts assimilé à la monnaie :
 Des dépôts effectués auprès des banques, pas immédiatement
disponibles mais remboursables avec un préavis inférieur au
égale à trois mois (par exemple : comptes d’épargne-logement,
livrets d’épargne populaire) ;
 Des dépôts à terme d’une durée initiale inférieure ou égale à
deux ans, dont la conversion en monnaie n’est pas possible
qu’à cette échéance (plan d’épargne logement, etc.) ;
M3 : masse monétaire au sens large: M3 = M2 + EA
EA = épargne affectée = M3-M2.
M3 inclut des instruments négociables de trois types :
 Des accords de pensions (convention par laquelle une valeur
est cédée à un prix donné, tandis que le débiteur obtient
simultanément le droit et l’obligation de la racheter à un prix
déterminé et à un terme fixé à l’avance sur sa demande) ;
 Des titres d’OPCVM monétaires ;
 Des titres de créances d’une durée initiale inférieure ou égale
à deux ans, émis par des institutions financières monétaires.
M4: M4 = M3 + TCN
TCN = M4-M3 = titres de créances négociables qui sont
composés des titres émis par les ANF (l’Etat: Bons du Trésor
négociables et les billets de trésorerie émis par les
entreprises…).
LA DÉFINITION DES AGRÉGATS
DE MONNAIE
OPCVM (ORGANISME DE PLACEMENT
COLLECTIF EN VALEURS MOBILIÈRES):
INTERMÉDIAIRE FINANCIER SUSCEPTIBLE
D’ADOPTER LA FORME SOIT :
D’une
SICAV
D’un
FCP
Fond Commun de
Placement: société
d’investissement qui a pour
mission de constituer et de
gérer un portefeuille de
valeurs mobilières détenues
en copropriété
Société d’investissement à
Capital Variable: est une
société anonyme. Les
ressources réunies par la
SICAV en contre partie de
parts sont remplacées
sous la forme de valeurs
mobilières et d’autres
titres.
AGRÉGATS MONÉTAIRES AU
MAROC
AGREGATS DE MONNAIE Encours en MDH Déc. 2001 Août. 2011
Circulation fiduciaire 66 829 157 981
Billets et monnaies mis en circulation 69 595 166 021
Encaisses des banques (à déduire) 2 766 8 040
Monnaie scripturale 150 238 409 267
Dépôts à vue auprès de BAM 1 566 3 262
Dépôts à vue auprès des banques 127 789 357 686
Dépôts à vue auprès du CCP 2 599 8 102
Dépôts à vue auprès du Trésor 18 283 40 217
M1 217 067 567 248
Placements à vue 39 815 99 751
Comptes d'épargne auprès des banques 33 239 82 808
Comptes sur livrets auprès de la caisse d’épargne nationale 6 577 16 943
M2 256 883 666 999
Autres actifs Monétaires 90 133 260 518
Comptes à terme et bons de caisse auprès des banques 82 607 151 444
Titres OPCVM monétaires 0 47 161
Dépôts en devises (1)
2 781 19 489
Valeurs données en Pension 1 994 6 213
Certificats de dépôt à durée résiduelle inférieure ou égale à 2 ans 1 965 28 913
Dépôts à terme auprès du Trésor ND 3 430
Autres dépôts (2)
787 3 868
M3 347 016 927 517
LES CONTREPARTIES DE M3 :
Les différentes composantes de M3 correspondent à l’ensemble
des actifs «monétaires» que détiennent les ANF auprès des
IFM résidents, capables de détenir et d’émettre de tel actifs.
Ceux-ci figurent au bilan de ces institutions, du côté de leur
passif puisque ce sont des engagements de celles-ci vis-à-vis
des détenteurs de ces actifs. Ces engagements ont leurs
contreparties à l’actif du bilan des IFM. Ces contreparties
constituent les sources de la création monétaire. On en
distingue trois types :
 Les concours au secteur privé ;
 Les concours aux administrations publiques ;
 Les créances nettes sur l’extérieur.
LES CONTREPARTIES DE M3 :
LES CONCOURS AU SECTEUR PRIVÉ
 La forme la plus couramment admise de la création
monétaire réside dans le crédit accordé par les banques
aux agents non bancaires.
 Il en est ainsi également lorsqu'une banque souscrit à un
emprunt obligataire ou rachète un titre de créance (bon du
Trésor, par exemple) émis par un agent non bancaire, l'Etat
y compris.
 La monnaie est détruite par la banque lorsque les prêts
sont remboursés : Au moment du remboursement partiel
ou total, le banquier passe l'écriture inverse dans ses
livres, annulant ainsi partiellement ou totalement l'écriture
d'origine. De même, il passe l'écriture inverse de la
précédente lorsque l'emprunt obligataire vient à échéance
ou quand il cède à un agent non bancaire le titre de
créance précédemment acquis.
LES CONTREPARTIES DE M3 :
LES CONCOURS AUX ADMINISTRATIONS
PUBLIQUES
Constituent la deuxième contrepartie par ordre de poids
relatif. Les créances sur l’État sont limitées voire
interdite. Il s’agit pour les banques mais surtout pour la
banque centrale de prêter à l’État (le trésor public). Pour
financer le déficit budgétaire, La Banque Centrale
pourrait créer de la monnaie au bénéfice du trésor public.
Dans ce cas la création monétaire pose de nombreux
problèmes : l’inflation et le fait qu’il n’y a pas de limite au
déficit. Ce mode de financement est interdit. L’État ne
peut pas créer de la monnaie pour financer le déficit, il ne
peut qu’emprunter.
LES CONTREPARTIES DE M3 :
LES CRÉANCES NETTES SUR L’EXTÉRIEUR
(c'est-à-dire détenues sur les non-résidents) : Il y a
création monétaire chaque fois qu'un agent non
bancaire vend à sa banque des devises étrangères, et
destruction monétaire chaque fois qu'il en achète,
avec toutefois une exception : l’échange de monnaie
fiduciaire nationale contre monnaie fiduciaire en
devises est sans influence directe sur la création
monétaire. Seuls sont visés ici les échanges portant
sur les monnaies dans leur forme scripturale.
LES CONTREPARTIES DE M3 :
LES CRÉANCES NETTES SUR L’EXTÉRIEUR
 Ainsi, par exemple, lorsque l'exportateur cède à sa banque
les devises qu'il reçoit de son client étranger, il est crédité
d'une somme en monnaie nationale résultant de la
conversion d'une monnaie dans l'autre à un cours de
change déterminé. En contrepartie du crédit porté au
compte de l'exportateur, la banque inscrit les devises à
l'actif de son bilan. L'écriture comptable correspondant à
cette opération de change se distingue de la précédente à
l'actif de la banque : il s'agit dans le cas exposé plus haut
d'une créance sur un agent économique X et dans le cas
présent d'une devise étrangère que l'on peut considérer
comme une créance à vue sur un pays Y.
 De même, les achats de devises utilisées pour le règlement
d'importations ou pour les voyages à l'étranger (chèques
voyage) entraînent une destruction monétaire équivalente,
dès lors que ces transactions s'opèrent avec des banques
de dépôts.
 Pour ces banques, les devises étrangères représentent des
disponibilités transformables immédiatement en monnaie
nationale auprès de l'Institut d'Emission. C'est qu'en effet,
la Banque Centrale, en dernier lieu, rachète les excédents
ou bien cède les insuffisances de devises au plan national.
Elle gère ainsi les réserves en devises du pays.
LES CONTREPARTIES DE M3 :
LES CRÉANCES NETTES SUR L’EXTÉRIEUR
Entre le moment de sa création et celui de sa destruction,
c'est-à-dire pendant tout le temps où elle reste la propriété
des agents non bancaires, la monnaie circule au gré des
échanges, allant de compte de banque en compte de
banque.
L'établissement financier doit être pris ici comme un agent
non bancaire, malgré les relations financières étroites qu'il
peut entretenir avec le secteur bancaire. Lui aussi dispose
d'un compte de dépôt à vue (DAV) en banque et les
opérations qu'il traite pour son compte ou celui de tiers
procède de la circulation monétaire entre comptes (DAV)
ouverts dans les banques.
LA CIRCULATION DE LA
MONNAIE :
rechercher si la transaction
monétaire est réalisée par
deux agents non
bancaires, auquel cas il y a
simple transfert de compte
à compte (DAV à DAV), ou
entre un agent non
bancaire et une banque,
auquel cas il y a selon le
sens soit création, soit
destruction.
05/11/16 23:29Pr. BADDIH
garder présent à l'esprit
cette séparation
fondamentale existant
entre la banque qui a le
pouvoir de créer la
monnaie (et de la
détruire) et
l'établissement financier
dont le rôle se borne à la
faire circuler,
LA CIRCULATION DE LA
MONNAIE :
En somme, pour bien analyser la
circulation monétaire, il faut toujours:
On a dit qu'il existe 2 formes de monnaie, fiduciaire et
scripturale, qui empruntent des circuits différents :
la MF circule en dehors du champ bancaire, tandis que la MS ne
le quitte pas. Pour sortir ou entrer dans ce champ, la MF met
en œuvre de la MS. C'est ainsi que chaque fois que nous
allons chercher des espèces aux guichets de banque, notre
compte est débité de la transaction. De même, chaque fois
que nous effectuons un dépôt d'espèces, notre compte est
crédité.
On portera donc notre attention sur les circuits qu'emprunte la
MS depuis sa création jusqu'à sa destruction. On peut les
classer en 2 catégories :
 le circuit des transactions courantes,
 le circuit intra-bancaire.
LA CIRCULATION DE LA
MONNAIE :
Il est sollicité par les échanges que pratiquent entre
eux les agents non bancaires et ne produit aucun
effet sur la masse monétaire des dépôts à vue
(DAV), puisque ces transactions aboutissent à de
simples transferts bilatéraux (débit d'un compte de
dépôt par le crédit d'un autre compte de dépôt). Il
concerne tout autant les transactions de la sphère
réelle que celles de la sphère monétaire et
financière.
LA CIRCULATION DE LA MONNAIE :
LE CIRCUIT DES TRANSACTIONS COURANTES
les transactions mettant en jeu
des comptes de la clientèle des
banques face à ceux de la
clientèle de l'Institut
d'émission, ainsi que les
opérations liées aux transferts
de monnaie fiduciaire et à la
constitution de réserves
obligatoires, soit les relations
existant entre les banques et la
Banque Centrale,
LA CIRCULATION DE LA MONNAIE :
LE CIRCUIT INTRA-BANCAIRE
Il est réservé aux transactions propres aux banques.
On peut le diviser en deux groupes d'opérations:
1 D'une part, celles qui concernent les relations des
banques entre elles, sans effet sur la masse monétaire,
que l'on peut classer en deux sous-groupes:
les transactions de la
clientèle nécessitant un
traitement en Compensation
et le rééquilibrage des
trésoreries des banques en
découlant, soit les relations
existant entre les banques,
hors la Super-banque mais
sous son contrôle,
Et d'autre part, celles concernant l'activité
spécifique des banques, c'est-à-dire celles qui
font jouer leurs actifs ou leurs passifs propres,
consistant en transferts unilatéraux (par
opposition aux transferts bilatéraux du circuit des
transactions courantes) entraînant, soit
l'inscription au crédit de comptes de tiers lorsqu'il
s'agit du règlement de leurs dépenses et
acquisitions, soit l'inscription au débit de
comptes de tiers s'il s'agit de l'encaissement de
leurs recettes ou du produit de leurs cessions,
toutes opérations ayant une incidence nette sur la
masse monétaire.
LA CIRCULATION DE LA MONNAIE :
LE CIRCUIT INTRA-BANCAIRE
2
LA CRÉATION MONÉTAIRE :
La monnaie est créée par le système
bancaire.  
« Les crédits font
les dépôts »
LA CRÉATION MONÉTAIRE
La banque populaire accorde un
crédit de 200000 Dh à l’entreprise
X. 
ACTIF PASSIF
Créance sur
l’entreprise
200000 dh
Compte courant (dépôt)
de l’entreprise X +
200000dh (création
monétaire)
On vérifie bien que l’argent
qui est sur le compte de
l’entreprise ne correspond
pas à un dépôt préalable.
c’est une création ex-
nihilo.
05/11/1623:29Pr.BADDIH
LES LIMITES DE LA CRÉATION
MONÉTAIRE
La création monétaire par les banques est illimitée
lorsque deux conditions sont remplies :
Lorsqu’il
n’y a
qu’une
seule
banque
Lorsqu’il
n’y a que
de la
monnaie
scripturale
1- EXISTENCE DE PLUSIEURS
BANQUES
Actif Passif
créance sur X 10000 dh dépôt ménage X= 10000-
3000 = 7000 (monnaie BP -
ici création monétaire de
10000 - avec cet argent, le
ménage X achète auprès
de Y pour un montant de
3000dh)
dette de BP sur BMCI =
3000 dh fuite
Banque PopulaireBanque Populaire
BMCI
Actif Passif
créance sur BP = 3000 (dh
BMCI)
dépôt entreprise Y= 5000 +
3000 = 8000dh monnaie
BMCI
05/11/1623:29Pr.BADDIH
La fuite consiste en une dette de la banque BPLa fuite consiste en une dette de la banque BP
envers l'autre banque.envers l'autre banque.
La banque débitrice devra utiliser de la baseLa banque débitrice devra utiliser de la base
monétaire pour rembourser sa dette.monétaire pour rembourser sa dette.
La base
monétaire
La monnaie
scripturale
de la
Banque
Centrale
Les
billets +
COMMENT UNE BANQUE PEUT-
ELLE SE PROCURER DE LA BASE
MONÉTAIRE ?
Ce refinancement a
un coût fixé par la
Banque centrale
(taux de
réescompte).
05/11/16 23:29Pr. BADDIH
Le
refinancement 
auprès de la
Banque
Centrale
Le
refinancement
auprès du
marché
monétaire
c’est l’endroit où s’échange
notamment de la base
monétaire. Cela se fait à un
prix qui est le taux de base
bancaire (se fixe aux
conditions du marché).
Opération de mobilisation des effets de
commerce, càd opération par laquelle une
banque verse au porteur d’un effet de
commerce non échu le montant de celui-ci
diminué de l’agio (taux d’escompte additionné
des frais divers).
Le banquier reprend ainsi ses dépôts. En cas
d’insuffisance de ceux-ci il peut recourir au
réescompte de la banque centrale en payant
un taux d’escompte central.
05/11/16 23:29Pr. BADDIH
Titre de créance négociable et cessible par
voie d’endossement, c’est-à-dire par signature
au dos. Un effet de commerce est un moyen de
règlement de crédit et de mobilisation.
Escompt
e
Effet de
commerc
e
2 - L’EXISTENCE DE BILLETS
C’est une limite car les banques ne créent
pas de billets et doivent les acheter
auprès de la Banque centrale. Donc,
lorsqu’une banque accorde un crédit,
elle doit porter attention à la possibilité
de conversion de la monnaie scripturale
en billets.
3- LE RÔLE DE LA BANQUE
CENTRALE.
En contrôlant l’accès à la base monétaire, la
banque centrale contrôle la création
monétaire dans le cadre de la politique
d'Open Market. Elle intervient sur le
marché monétaire pour agir sur la base
monétaire, donc sur le refinancement et
indirectement sur la création monétaire.
Rôle de la
Banque Centrale
Directement Indirectement
Par le biais de
la base
monétaire : la
politique
d'Open Market.
● en créant
des billets, elle
crée de la masse
monétaire
● en accordant
des crédits à
l’État.
Des ressources vers les emplois :
" les dépôts font les crédits "
Exemple : une personne dépose 800 dh en banque et la
banque reprète cette somme à un emprunteur.
Cas simplifié :
prêteur : - 800
banque : + 800
emprunteur : + 800
Somme = - 800 + 800 + 800= + 800
Jeu à somme positive
LA SÉQUENCE NÉOCLASSIQUE :
LA "DUPLICATION MONÉTAIRE"
L’intermédiation bancaire, dans la
théorie NC, est donc un jeu
d’écritures à somme positive, il y a
duplication de la monnaie. Les
enchaînements de causalité sont les
suivants : " les dépôts font les crédits"
et l’épargne préalable permet
l’investissement.
 
LA CRÉATION MONÉTAIRE : LE
MULTIPLICATEUR
 Cet exemple a réduit au maximum les « fuites » de
liquidité qui limitent la création monétaire des banques.
Aux fuites dites institutionnelles (réserves
obligatoires), il faut ajouter celles dites « autonomes »
(retraits de billets et paiement interbancaires).
 Sous l’hypothèse que ses fuites soit simples à prévoir
(la préférences pour les billets représente une fraction
connue et stable des dépôts de même que les réserves
excédentaires pour régler les paiements
interbancaires), on peut exprimer le jeu du
multiplicateur entre la masse monétaire et la monnaie
centrale :
LA CRÉATION MONÉTAIRE :LE
MULTIPLICATEUR
Soit M la masse monétaire égale à la somme des billets B
et des dépôts D.
Soit H la base monétaire égale à la somme des billets B
et des réserves R.
Avec des ratios constants de préférence pour les billets
(b), de réserves obligatoires (r), et de réserves
excédentaires (e), on obtient : H= B+R= bD+ (r+e)D=
(b+r+e) D
M=B+D=bD+D= (b+1)D
D’où M/H= (1+b)/(r+b+e)=K ou encore M=K.H
Ex : cas ultra simplifié
dépôt initial 500 dh, coefficient de billets 10% (lié à diverses
fuites)
Somme des crédits accordés = 500 + 450 + 405 +...
=500*(1 + 0,9 + 0,9²+...+ )
On peut partir d’un dépôt initial de 500 DH et aboutir à une
augmentation de la monnaie bancaire de 5000 DH. Selon la
formule générique :
M = k × H
k = 1/b
M = la masse monétaire
K = coefficient multiplicateur
H = la base monétaire
b = coefficient de billets
LA CRÉATION MONÉTAIRE :LE
MULTIPLICATEUR
QUELLE EST LA QUANTITÉ DE MONNAIE
BANCAIRE CRÉÉE DANS LES CONDITIONS
SUIVANTES?
 dépôt initial 800 dh coefficient de billets de
30%
30% = 30/100= 0.3
k = 1/0.3 = 3.333
M = 3.333*800 = 2666,66 dh
dépôt initial 10.000 dh coefficient de billets
de 20%
k = 1/0.2 = 5
M = 5*10.000 = 50.000 dh
dépôt initial 30.000 dh coefficients de billets
de 5%
k = 1/0.05 = 20
M = 600.000 dh
LA CRÉATION MONÉTAIRE :LE
MULTIPLICATEUR
La masse monétaire (au sens strict) est un multiple de la
base monétaire, d’autant plus grand que les fuites
contraignant les banques à restaurer leur liquidité sont
faibles. Il y a dans cette perspective l’idée qu’en
agissant sur les facteurs institutionnels de la liquidité
et en contrôlant la base monétaire, la banque centrale
peut parfaitement contrôler la masse monétaire dans
son ensemble.
LE MULTIPLICATEUR DE CRÉDIT EST UN
MÉCANISME D’AMPLIFICATION DE LA
CRÉATION MONÉTAIRE.
La banque crée ex nihilo la monnaie qu’elle prête;
dans ce cas, le mouvement se fait non pas des
ressources vers les emplois, mais, des emplois
vers les ressources, selon l’adage " les crédits font
les dépôts ". Il n’y a pas duplication mais
véritablement, création. Selon KEYNES, c’est
l’investissement initial, qui va créer une épargne
qui lui est égale.
La séquence keynésienne :
la " création " monétaire
LA CRÉATION MONÉTAIRE : LE
DIVISEUR
 Le multiplicateur fait de la MM une quantité déterminée par
des réserves préalables détenues par les banques auprès de
la banque centrale, (une quantité que la banque centrale
peut fixer : monnaie exogène).
 Un tel schéma apparaît toutefois peu réaliste. Le
multiplicateur ignore la possibilité qu’ont les banques
d’emprunter la monnaie centrale dont elles ont besoin.
 Ainsi les banques n’ont pas besoin de détenir au préalable
un excédent de monnaie centrale pour prêter. Elles prêtent
puis se refinancent. Dans ce cas, les banques créent la
quantité de monnaie qu’elles souhaitent en répondant à la
demande de crédit de leurs clients, et la base monétaire
s’ajuste en conséquence.
LA CRÉATION MONÉTAIRE : LE
DIVISEUR 
 Après avoir crée une quantité supplémentaire ∆M de
monnaie en accordant des crédits, les banques devront
se procurer une fraction ∆H de monnaie centrale pour
se refinancer.
 La base monétaire devient une division de la quantité
de monnaie mise en circulation par les banques :
∆H = ∆M/ K, ou K désigne le « diviseur de crédit »
 Dans ce schéma, la monnaie est «endogène» car elle
résulte d’une demande propre au système économique
et non pas la volonté d’une institution extérieure.
∆H = ∆M/ K
∆H = b∆M
Ex: une banque a accordé 600.000 DH de crédits, le
coefficient de billet est de 5%.
∆ H = 0.05 * 600.000
∆ H = 600.000/20
∆ H = 30.000 DH en monnaie centrale
Dans un système de monnaie endogène, la capacité de la
banque centrale à contrôler la monnaie et donc à pouvoir
conduire une politique monétaire est remise en question.
Pour autant, la maîtrise qu’elle conserve de la quantité et
des modalités du refinancement lui préserve une
influence, certes indirecte, mais déterminante pour le
fonctionnement du secteur bancaire.
LA CRÉATION MONÉTAIRE : LE
DIVISEUR 

Contenu connexe

Tendances

La création monétaire
La création monétaireLa création monétaire
La création monétaire
Paul Angles
 
Decisions d'Investissement et de Financement , S5 ENCGA
Decisions d'Investissement et de Financement , S5 ENCGADecisions d'Investissement et de Financement , S5 ENCGA
Decisions d'Investissement et de Financement , S5 ENCGA
ISMAIEL KUN
 
Cours complet math financière
Cours complet math financièreCours complet math financière
Cours complet math financièreMarouane Chidali
 
Soutenance memoire simon (2017)
Soutenance memoire simon (2017)Soutenance memoire simon (2017)
Soutenance memoire simon (2017)
Carl Nally Régi SIMON
 
économie monétaire et financière 2 s4 Cours de assi driss
économie monétaire et financière 2 s4 Cours de assi driss économie monétaire et financière 2 s4 Cours de assi driss
économie monétaire et financière 2 s4 Cours de assi driss
E- Trade
 
Séance 2 économie monétaire - la création monétaire
Séance 2   économie monétaire - la création monétaireSéance 2   économie monétaire - la création monétaire
Séance 2 économie monétaire - la création monétaire
Esteban Giner
 
GOUVERNANCE BANCAIRE ET RISQUE DE CRÉDIT
GOUVERNANCE BANCAIRE ET RISQUE DE CRÉDITGOUVERNANCE BANCAIRE ET RISQUE DE CRÉDIT
GOUVERNANCE BANCAIRE ET RISQUE DE CRÉDIT
Mohamed Messaoudi
 
Rapport de stage dgi adnane bouzri
Rapport de stage dgi adnane bouzriRapport de stage dgi adnane bouzri
Rapport de stage dgi adnane bouzri
adnane bouzri
 
PFE sur PME au maroc
PFE sur PME au marocPFE sur PME au maroc
PFE sur PME au maroc
NourABBAS5
 
Exercices corrigés
Exercices corrigésExercices corrigés
Exercices corrigéshadhoum
 
Cours finance de marches def
Cours finance de marches defCours finance de marches def
Cours finance de marches defMiccael Koulibali
 
Exercices corriges math fin
Exercices corriges math finExercices corriges math fin
Exercices corriges math fin
YassineHammoucha
 
3 gestion-de_la_tr_sorerie[1]
3  gestion-de_la_tr_sorerie[1]3  gestion-de_la_tr_sorerie[1]
3 gestion-de_la_tr_sorerie[1]OULAAJEB YOUSSEF
 
Marché monetaire marocain et possiblités de financement à CT
Marché monetaire marocain et possiblités de financement à CTMarché monetaire marocain et possiblités de financement à CT
Marché monetaire marocain et possiblités de financement à CTMaha Amer
 
Audit dans le_secteur_public
Audit dans le_secteur_publicAudit dans le_secteur_public
Audit dans le_secteur_public
Mugiwara Kamel
 
Qcm analyse financière
Qcm analyse financièreQcm analyse financière
Qcm analyse financière
happyshasha1
 
Monnaie
MonnaieMonnaie
Comptabilite generale (cours+exercices corriges)
Comptabilite generale (cours+exercices corriges)Comptabilite generale (cours+exercices corriges)
Comptabilite generale (cours+exercices corriges)Taha Can
 
Le risque de change
Le risque de changeLe risque de change
Le risque de changeand-one
 

Tendances (20)

La création monétaire
La création monétaireLa création monétaire
La création monétaire
 
Decisions d'Investissement et de Financement , S5 ENCGA
Decisions d'Investissement et de Financement , S5 ENCGADecisions d'Investissement et de Financement , S5 ENCGA
Decisions d'Investissement et de Financement , S5 ENCGA
 
Cours complet math financière
Cours complet math financièreCours complet math financière
Cours complet math financière
 
Soutenance memoire simon (2017)
Soutenance memoire simon (2017)Soutenance memoire simon (2017)
Soutenance memoire simon (2017)
 
économie monétaire et financière 2 s4 Cours de assi driss
économie monétaire et financière 2 s4 Cours de assi driss économie monétaire et financière 2 s4 Cours de assi driss
économie monétaire et financière 2 s4 Cours de assi driss
 
Séance 2 économie monétaire - la création monétaire
Séance 2   économie monétaire - la création monétaireSéance 2   économie monétaire - la création monétaire
Séance 2 économie monétaire - la création monétaire
 
GOUVERNANCE BANCAIRE ET RISQUE DE CRÉDIT
GOUVERNANCE BANCAIRE ET RISQUE DE CRÉDITGOUVERNANCE BANCAIRE ET RISQUE DE CRÉDIT
GOUVERNANCE BANCAIRE ET RISQUE DE CRÉDIT
 
Rapport de stage dgi adnane bouzri
Rapport de stage dgi adnane bouzriRapport de stage dgi adnane bouzri
Rapport de stage dgi adnane bouzri
 
PFE sur PME au maroc
PFE sur PME au marocPFE sur PME au maroc
PFE sur PME au maroc
 
Exercices corrigés
Exercices corrigésExercices corrigés
Exercices corrigés
 
Marche de change
Marche de changeMarche de change
Marche de change
 
Cours finance de marches def
Cours finance de marches defCours finance de marches def
Cours finance de marches def
 
Exercices corriges math fin
Exercices corriges math finExercices corriges math fin
Exercices corriges math fin
 
3 gestion-de_la_tr_sorerie[1]
3  gestion-de_la_tr_sorerie[1]3  gestion-de_la_tr_sorerie[1]
3 gestion-de_la_tr_sorerie[1]
 
Marché monetaire marocain et possiblités de financement à CT
Marché monetaire marocain et possiblités de financement à CTMarché monetaire marocain et possiblités de financement à CT
Marché monetaire marocain et possiblités de financement à CT
 
Audit dans le_secteur_public
Audit dans le_secteur_publicAudit dans le_secteur_public
Audit dans le_secteur_public
 
Qcm analyse financière
Qcm analyse financièreQcm analyse financière
Qcm analyse financière
 
Monnaie
MonnaieMonnaie
Monnaie
 
Comptabilite generale (cours+exercices corriges)
Comptabilite generale (cours+exercices corriges)Comptabilite generale (cours+exercices corriges)
Comptabilite generale (cours+exercices corriges)
 
Le risque de change
Le risque de changeLe risque de change
Le risque de change
 

Similaire à économie monétaire et financière s3

éConomie monétaire afilal
éConomie monétaire afilaléConomie monétaire afilal
éConomie monétaire afilalayoubbbb
 
Chapitre 3 monnaie et credit
Chapitre 3 monnaie et creditChapitre 3 monnaie et credit
Chapitre 3 monnaie et creditPaul Mendy
 
Snick en français
Snick en françaisSnick en français
Snick en françaisAnne Snick
 
Cours histoire des crises financières
Cours histoire des crises financièresCours histoire des crises financières
Cours histoire des crises financières
Rania Jammazi
 
Economie monetaire s3 [learneconomie.blogspot.com]]
Economie monetaire s3 [learneconomie.blogspot.com]]Economie monetaire s3 [learneconomie.blogspot.com]]
Economie monetaire s3 [learneconomie.blogspot.com]]
Jamal Yasser
 
Economie monétaire et financière
Economie monétaire et financièreEconomie monétaire et financière
Economie monétaire et financièreIcam Elasfar
 
Rapport de la BRI sur les cryptomonnaies
Rapport de la BRI sur les cryptomonnaiesRapport de la BRI sur les cryptomonnaies
Rapport de la BRI sur les cryptomonnaies
Société Tripalio
 
Forum financier de wallonie picard 2021 10 04 - v4 fr revu bc
Forum financier de wallonie picard   2021 10 04 - v4  fr revu bcForum financier de wallonie picard   2021 10 04 - v4  fr revu bc
Forum financier de wallonie picard 2021 10 04 - v4 fr revu bc
Forums financiers de Wallonie
 
Livret la monnaie_nous
Livret la monnaie_nousLivret la monnaie_nous
Livret la monnaie_nous
charles Didier
 
Eléments d'économie générale III
Eléments d'économie générale IIIEléments d'économie générale III
Eléments d'économie générale III
Daniel Dufourt
 
Eléments d'économie générale III
Eléments d'économie générale IIIEléments d'économie générale III
Eléments d'économie générale IIIddufourt
 
chapitre 4 monnaie et instrument monétaires.ppt
chapitre 4 monnaie et instrument monétaires.pptchapitre 4 monnaie et instrument monétaires.ppt
chapitre 4 monnaie et instrument monétaires.ppt
YazidMandil2
 
L’economie monetaire pas_a_pas www.cours-economie.com
L’economie monetaire pas_a_pas www.cours-economie.comL’economie monetaire pas_a_pas www.cours-economie.com
L’economie monetaire pas_a_pas www.cours-economie.com
jamal yasser
 
l’offre de monnaie
l’offre de monnaiel’offre de monnaie
l’offre de monnaie
Soufiane Wahbi
 
Chapitre I La monnaie et les agrégats monétaires séance 2
Chapitre I La monnaie et les agrégats monétaires séance 2Chapitre I La monnaie et les agrégats monétaires séance 2
Chapitre I La monnaie et les agrégats monétaires séance 2
bouchrabenyacoub
 
Nouvelles monnaies - les enjeux macro-économiques, financiers et sociétaux
Nouvelles monnaies - les enjeux macro-économiques, financiers et sociétauxNouvelles monnaies - les enjeux macro-économiques, financiers et sociétaux
Nouvelles monnaies - les enjeux macro-économiques, financiers et sociétaux
Groupe SFC, cabinet d'expertise comptable
 
Coursdemonnaiehachimialaouihasaan 130317085302-phpapp01
Coursdemonnaiehachimialaouihasaan 130317085302-phpapp01Coursdemonnaiehachimialaouihasaan 130317085302-phpapp01
Coursdemonnaiehachimialaouihasaan 130317085302-phpapp01
Nasser khadrouf
 

Similaire à économie monétaire et financière s3 (20)

éConomie monétaire afilal
éConomie monétaire afilaléConomie monétaire afilal
éConomie monétaire afilal
 
Chapitre 3 monnaie et credit
Chapitre 3 monnaie et creditChapitre 3 monnaie et credit
Chapitre 3 monnaie et credit
 
Snick en français
Snick en françaisSnick en français
Snick en français
 
Cours histoire des crises financières
Cours histoire des crises financièresCours histoire des crises financières
Cours histoire des crises financières
 
Economie monetaire s3 [learneconomie.blogspot.com]]
Economie monetaire s3 [learneconomie.blogspot.com]]Economie monetaire s3 [learneconomie.blogspot.com]]
Economie monetaire s3 [learneconomie.blogspot.com]]
 
Economie monétaire et financière
Economie monétaire et financièreEconomie monétaire et financière
Economie monétaire et financière
 
Rapport de la BRI sur les cryptomonnaies
Rapport de la BRI sur les cryptomonnaiesRapport de la BRI sur les cryptomonnaies
Rapport de la BRI sur les cryptomonnaies
 
Forum financier de wallonie picard 2021 10 04 - v4 fr revu bc
Forum financier de wallonie picard   2021 10 04 - v4  fr revu bcForum financier de wallonie picard   2021 10 04 - v4  fr revu bc
Forum financier de wallonie picard 2021 10 04 - v4 fr revu bc
 
Eco mon 1
Eco mon 1Eco mon 1
Eco mon 1
 
Eco mon 1
Eco mon 1Eco mon 1
Eco mon 1
 
Livret la monnaie_nous
Livret la monnaie_nousLivret la monnaie_nous
Livret la monnaie_nous
 
Cours economie
Cours economieCours economie
Cours economie
 
Eléments d'économie générale III
Eléments d'économie générale IIIEléments d'économie générale III
Eléments d'économie générale III
 
Eléments d'économie générale III
Eléments d'économie générale IIIEléments d'économie générale III
Eléments d'économie générale III
 
chapitre 4 monnaie et instrument monétaires.ppt
chapitre 4 monnaie et instrument monétaires.pptchapitre 4 monnaie et instrument monétaires.ppt
chapitre 4 monnaie et instrument monétaires.ppt
 
L’economie monetaire pas_a_pas www.cours-economie.com
L’economie monetaire pas_a_pas www.cours-economie.comL’economie monetaire pas_a_pas www.cours-economie.com
L’economie monetaire pas_a_pas www.cours-economie.com
 
l’offre de monnaie
l’offre de monnaiel’offre de monnaie
l’offre de monnaie
 
Chapitre I La monnaie et les agrégats monétaires séance 2
Chapitre I La monnaie et les agrégats monétaires séance 2Chapitre I La monnaie et les agrégats monétaires séance 2
Chapitre I La monnaie et les agrégats monétaires séance 2
 
Nouvelles monnaies - les enjeux macro-économiques, financiers et sociétaux
Nouvelles monnaies - les enjeux macro-économiques, financiers et sociétauxNouvelles monnaies - les enjeux macro-économiques, financiers et sociétaux
Nouvelles monnaies - les enjeux macro-économiques, financiers et sociétaux
 
Coursdemonnaiehachimialaouihasaan 130317085302-phpapp01
Coursdemonnaiehachimialaouihasaan 130317085302-phpapp01Coursdemonnaiehachimialaouihasaan 130317085302-phpapp01
Coursdemonnaiehachimialaouihasaan 130317085302-phpapp01
 

économie monétaire et financière s3

  • 1. ÉCONOMIE MONÉTAIRE ET FINANCIÈRE Pr. H.BADDIH 3è SEMESTRE 2011-2012 FILIERE : SCIENCES ECONOMIQUE ET GESTION
  • 2.  Ce cours ne se concentre ni sur la monnaie, ni sur les banques, ni sur la finance, il tente d’englober ces trois sphères pour mieux cerner leurs interrelations et leurs connexions à la sphère économique réelle; Cela oblige à mettre les théories à l’épreuve des faits : ce cours présente les grandes lignes droites des théories, sans oublier d’explorer les faits.
  • 3. SOMMAIRE: Dans ce cours, il sera donc question :  de la monnaie, de ses formes et de ces mesures, de sa création et de son influence, de la capacité limitée qu’ont aujourd’hui les banques centrales à la contrôler;  des banques, de leur raison d’être, de leur fragilité, de leur transformation et de leur rôle au cœur de la crise financière;  de la finance, dans une perspective à la fois microéconomique –au travers de fonctionnement du marché, du comportement de leurs acteurs, des taux d’intérêt qui s’y forment – et macro économiquement, via l’analyse plus globale des système financiers, de leur instabilité et de leur nécessaire encadrement.
  • 4. INTRODUCTION:  La nature de la monnaie est ambivalente et c’est ce rend sa définition difficile.  La monnaie revêt à la fois les caractéristiques d’un bien privé et d’un bien public, d’un bien rivale et d’un bien réseau, d’un bien économique et d’un bien politique et social.  Plusieurs écoles et courants se sont succédés, juxtaposés, enrichies jusqu’à aujourd’hui pour proposer une vision réelle et multidimensionnelle des phénomènes monétaires. 05/11/16 23:29Pr. BADDIH
  • 5.  Historiquement, ces tentatives se résument en deux grandes approches: Approche dichotomique: Analyser les phénomènes économiques d'abord sous leurs aspect réel, en faisant abstraction de leur aspect monétaire, ensuite la monnaie est introduite; il s'agit seulement de donner une apparence monétaire (monétarisation de l'économie) . « La monnaie n’est qu’un voile » J.B.Say 05/11/16 23:29 Pr. BADDIH
  • 6. Approche intégrationniste: Elle envisage la monnaie comme l'un des élément essentiels du mécanisme économique général. « Les produits et la monnaie s’échangent contre des produits et de la monnaie » Alquier 05/11/16 23:29 Pr. BADDIH
  • 7. CHAPITRE 1 : LA MONNAIE « La monnaie ne nous a pas été donnée par la nature: elle est une réalisation sociale et procède du besoin qu’ont eu les hommes d’échanger les produits de leur travail.» 05/11/16 23:29 Pr. BADDIH Alfred Pose
  • 8. 05/11/16 23:29 Pr. BADDIH La monnaie telle qu’elle apparaît de nos jours se présente sous des formes diverses et sert une multitude de fonctions. Dès l'origine, la monnaie est une monnaie de crédit, c'est-à-dire de confiance, de consensus. Cette définition conduit à reconnaître trois caractères à la monnaie: la liquidité, la fongibilité et l'universalité.
  • 9. CONCEPTS DE BASE : la possibilité d’être accepter pour toute opération d’échange dans un espace déterminé qui constitue la communauté de paiement. 05/11/16 23:29Pr. BADDIH utilisation immédiatement et sans transformation pour se libérer d’une dette ou de toutes autre obligation en échange d’un autre bien ou service; correspond à la possibilité de s’acquitter d’une dette ou d’être échanger contre un bien ou service; Universalité Fongibilité Liquidité
  • 10. DIFFÉRENTES THÉORIES SUR LA NATURE DE LA MONNAIE : DÉFINITION DE LA MONNAIE      A. L’analyse " instrumentale " de la monnaie : Définition fonctionnelle
  • 11. leur valeur intrinsèque est universellement reconnue. 05/11/1623:29Pr.BADDIH L'intérêt de la monnaie se résume à ses fonctions ou qualités ; ainsi les supports monétaires ont en commun : Leur divisibilité Leur durabilité Leur validité ils permettent de mesurer petites et grandes valeurs leur durée de vie dans le temps garantit la conservation du pouvoir d’achat
  • 12. 1. LA MONNAIE EST UNE UNITÉ DE COMPTE: DIVISIBILITÉ La monnaie s’est l’étalon de valeur unique qui rend les marchandises commensurables, c'est-à-dire mesurables les uns par rapport aux autres. Ce qui donne à la monnaie son caractère d’équivalent général.
  • 13. 2. LA MONNAIE COMME RÉSERVE DE VALEUR: DURABILITÉ «L'importance de la monnaie découle essentiellement du fait qu'elle constitue un lien entre le présent et l'avenir.» Selon J-M KEYNES Ainsi la demande de monnaie est liée à trois motifs:
  • 14. Le motif de précaution Résulte du caractère imprévu de certaines dépenses et du désir de se garantir contre les risques de l'avenir par la recherche de la liquidité. Le montant des encaisses de précaution est déterminé plutôt par le revenu que par le taux d’intérêt : il évolue dans le même sens que le revenu. Résulte de décalage entre le rythme des recettes et des dépenses. En supposant fixes les habitudes de paiement du public et le niveau général des prix, l’importance du volume des encaisses - transactions est fonction croissante du revenu. Le motif de transaction 1 2
  • 15. 05/11/16 23:29Pr. BADDIH cette demande de monnaie est sensible à la variation du taux d'intérêt. Il y a alors arbitrage entre monnaie et titres. Plus le taux d’intérêt est élevé, plus les agents économiques sont enclins à acheter des titres et moins la quantité de monnaie détenue dans un but spéculatif est importante. Le motif de spéculation 3
  • 16. 3. LA MONNAIE COMME MOYEN DE PAIEMENT : ACCEPTABILITÉ La monnaie a sur le territoire national un pouvoir libératoire immédiat du moment qu'elle libère le débiteur de sa dette née de l'échange lorsqu'elle est remise au créancier.
  • 17. B. L'APPROCHE "ESSENTIELLE" DE LA MONNAIE Depuis l'instauration du cours forcé, la monnaie est devenu une simple créance (c'est-à-dire le droit d'être payé) de celui qui la détient (l'agent économique) sur celui qui l'a émise (l'institution financière). Son acceptation repose sur la confiance en son émetteur, la monnaie est une créance à vue, c’est-à-dire convertible sans délai au guichet de la banque émettrice en une autre monnaie. Elle est une créance sur la production nationale. 1- La monnaie comme une simple créance:
  • 18. décision de l’Etat dispensant l’institut d’émission de rembourser les billets en or. Cours légal Cour forcé propriété d’une monnaie par laquelle les particuliers sont tenus de l’accepter comme moyen de paiement.
  • 19. Le problème est de déterminer l'offre de monnaie optimale: ni excès de moyens de paiements pour ne pas engendrer l'inflation, ni insuffisance pour ne pas entraver l'activité économique. 2- La monnaie instrument de politique économique:
  • 21. SECTION II- FORMES DE LA MONNAIE ET INSTRUMENTS DE PAIEMENT Pour aborder les questions monétaires et comprendre l’état actuel des choses, une démarche judicieuse consistera à remonter dans le temps et suivre progressivement le processus des innovations financières.
  • 22. DU TROC À LA MONNAIE MARCHANDISE 05/11/16 23:29Pr. BADDIH le troc devient une opération laborieuse pour plusieurs raisons: mais Dans les sociétés primitives la seule forme d’échange concevable était le troc. Dans ces sociétés basées sur l’usage, l’échange n’était pas une nécessité, s’il existait, il ne concernait que le surplus. Il faut que les désirs des uns et des autres coïncident L’indivisibilité de certains biens Le problème de la détermination des termes de l’échange
  • 23. 05/11/1623:29Pr.BADDIH Seulement cette monnaie marchandise a fini par révéler ses limites : elle est périssable et non homogène. Tous ces inconvénients ont fait que le bien le plus divisible et le moins altérable a été appelé à s’imposer comme intermédiaire unique de l’échange : c’est la monnaie marchandise. Ainsi l’introduction de la monnaie va permettre le passage d’un système de prix relatifs à un système de prix absolus.
  • 24. DE LA MONNAIE MÉTALLIQUE À LA MONNAIE FIDUCIAIRE 05/11/16 23:29Pr. BADDIH Au début, c’étaient le bronze et le cuivre, ensuite l’or et l’argent L’acheminement vers un système bimétallique leurs valeurs relatives s’appréciaient et se dépréciaient en fonction des découvertes de ces métaux Il n’y avait pas de monopole dans leur fonte et leur frappe. Ce qui va engendrer une circulation monétaire hétérogène, composée de pièces de provenance diverses, de qualité et de valeur fort inégales l’intervention des pouvoirs politiques dans les affaires monétaires mais Cela explique
  • 25. A CELA IL FAUT AJOUTER LES PROBLÈMES DE PILLAGE LIÉS AU TRANSPORT DE L’OR. Déposer l’Or et Argent auprès des orfèvres en recevant en contre partie des reçus nominatifs. 05/11/16 23:29Pr. BADDIH La circulation des billets (reçus) va se substituer progressivement à la circulation des métaux. Ensuite ces reçus sont devenus anonymes, ce qui a permis un essor prodigieux de la circulation de la monnaie papier. C’est l’apparition de la monnaie fiduciaire. Solution
  • 26. LES ORFÈVRES SE SONT MIS À PRÊTER DE LA MONNAIE SOUS FORME DE BILLET SANS POUR AUTANT QU’IL DISPOSAIENT DE SON ÉQUIVALENT EN OR. Ce phénomène a engendré un gonflement de la quantité de la monnaie en circulation par rapport au stock de métaux précieux disponible. 05/11/16 23:29Pr. BADDIH La hausse des prix engendrée par cette situation a fait perdre à la monnaie papier sa valeur et a entraîné un mouvement de fuite devant cette monnaie. Intervention de l’Etat en monopolisant l’émission de la monnaie fiduciaire.
  • 27.  Les manipulations ou « mutations » dans la teneur des pièces en métal ou l’émission surnuméraire de billets ont, à plusieurs reprises dans l’histoire de la monnaie (notamment au XVIIIe siècle en Europe), fait détruire la confiance du public et provoqué des crises monétaire et des paniques bancaires.
  • 28. DÉBAT THÉORIQUE : Au XIXe siècle, deux écoles s’opposaient dans l’Angleterre concernant l’émission des billets. Les prudents (D. Ricardo) défendaient le currency principle, selon lequel le montant des billets en circulation devait exactement correspondre à l’encaisse métallique de la banque émettrice. Les libéraux (Tomas Tooke) recommandaient quant à eux le banking principle, c'est-à-dire une liberté d’émission monétaire en fonction des besoins de l’économie.
  • 29.  « BANKING PRINCIPLE » (PRINCIPE DE BANQUE) la monnaie est un moyen de paiement et donc, avant tout, un instrument de crédit, suscité par les besoins de l'économie (monnaie endogène). La crLa crééation monation monéétaire doit être soupletaire doit être souple afin de safin de s’’adapter aux dits besoinsadapter aux dits besoins Le crédit bancaire ne peut jamais être à l'origine d'une éventuelle inflation (car il y a eu une stricte proportion entre crédits bancaires et besoins de l'économie).
  • 30. " CURRENCY PRINCIPLE " (PRINCIPE DE CIRCULATION): toute banque doit maintenir en vertu des critères de convertibilité, une stricte égalité entre la quantité de billets mise en circulation et son fondement véritable : la quantité d’or. Le seul objectif de la monnaie estLe seul objectif de la monnaie est d'assurer au mieux le jeu des md'assurer au mieux le jeu des m éécanismescanismes ééconomiques en restant neutre et stable.conomiques en restant neutre et stable. Dans cette perspective, la valeur de la monnaie lui est conférée par le recours à un argument externe ;
  • 31. LA MONNAIE SCRIPTURALE Face à une demande d’emprunt de plus en plus importante de la part des entreprises, les banques ont trouvé la solution suivante : 05/11/16 23:29Pr. BADDIH créer de la monnaie par un simple jeu d’écriture
  • 32. Ainsi, une ou plusieurs transactions peuvent avoir lieu sans qu’il y ait circulation de la monnaie fiduciaire. La seule trace de cette monnaie, qu’on appellera monnaie scripturale, est une simple écriture sur un compte. Si les pièces et les billets sont à la fois monnaie et instruments de paiement, la monnaie scripturale (dépôts gérés par les banques) est distincte des instruments (chèques, virements, etc…) qui la font circuler. Les instruments de paiement scripturaux se sont diversifiés au cours du temps et ont eux-mêmes suivi un processus de dématérialisation. Les instruments « papier » ont cédé peu à peu la place aux instruments électroniques. MONNAIE ET INSTRUMENT :
  • 33. Débit compte à vue crédit monnaie scripturale Les moyens de règlement scripturaux Le chèque Écrit par lequel le titulaire d’un compte donne l’ordre à son banquier de payer immédiatement une somme déterminée à lui-même ou à une autre personne désignée. Le virement Ordre donné par le titulaire d’un compte à son banquier de transférer une somme déterminée de son compte à celui d’un tiers bénéficiaire. L’avis de prélèvement Autorisation donnée par un débiteur à son créancier d’émette des AP sur son compte et à son banquier de débiter son compte des AP émis par ce créancier. Le titre interbancaire de paiement Imprimé sur lequel le créancier mentionne les références du règlement et que le débiteur peut utiliser, après l’avoir daté et signé, pour régler sa dette. La carte de crédit Carte permettant de régler un commerçant adhérant à l’organisme émetteur et d’effectuer des retraits en espèces auprès des distributeurs automatiques de billets.
  • 34. LA MONNAIE ÉLECTRONIQUE La monnaie électronique est une valeur monétaire stockée électroniquement lors de la réception de fonds et servant à payer des transactions. Cette définition couvre à la fois 1- la monnaie électronique détenue sur des instruments de paiement en la possession du détenteur (cartes prépayées ou porte-monnaie électroniques) 2- ou celle stockée à distance sur un serveur (« monnaie de réseau » ou « cyber-argent »).
  • 35. 1- Elle consiste en un encours stocké dans une carte prépayée multi prestataire. Elle présente une différence essentielle avec la monnaie scripturale puisque le siège de la monnaie n’est plus un dépôt à vue individualisé, mais bien la carte elle même dont la simple détention est la preuve de la créance du porteur sur l’émetteur. MONNAIE ÉLECTRONIQUE :
  • 36. 05/11/16 23:29Pr. BADDIH Cette monnaie se distingue de la monnaie fiduciaire à deux égards : Il n’est pas réutilisable en tant que tel (un billet de banque peut servir à plusieurs transactions). Il n’a pas cours légal Ainsi on peut considérer que les unités chargées sur une carte prépayée constituent une nouvelle forme de monnaie irréductible à l’une ou l’autre des deux formes traditionnelles.
  • 37. NOUVELLE MONNAIE VA DÉPENDRE DE LA NATURE DE L’ÉMETTEUR : S’il est un établissement de crédit l’émission et l’acquisition de cette carte génère par elle même un pouvoir d’achat additionnel, que l’on peut assimiler à une création monétaire, certes transitoire, mais toujours renouvelée. l’opération s’assimile à une simple substitution d’une forme de monnaie, la carte multiprestatire, à une autre, les dépôts ou billets. S’il est un agent non financier
  • 38.  Pouvant être émis par n’importe quelle entreprise endossant le statut d’établissement de monnaie électronique, la monnaie électronique pourrait venir contester la suprématie des banques dans l’émission de monnaie et soumettre les banques centrales à des difficultés dans la conduite de la politique monétaire.  Tant que la monnaie électronique se limite à des supports prépayés, utilisables en peu d’endroits et rapidement reversés sur un compte bancaire, alors elle ne fait que ralentir la circulation de la monnaie scripturale émise par les banques, en se distinguant finalement assez peu des instruments de paiement qui l’ont précédé. MONNAIE ÉLECTRONIQUE :
  • 39. 2- En revanche, si la monnaie électronique se modifiait en véritable monnaie de réseau largement diffusée (par exemple, des unités de valeur prépayées utilisables pour tous les paiement effectués en ligne sur internet et conservées par les fournisseurs de services pour effectuer leurs propres achats), alors il pourrait y avoir destruction de monnaie scripturale et essor parallèle d’une masse de monnaie électronique que la banque centrale ne pourrait absolument pas contrôler en agissant sur les conditions de refinancement des banques (puisque celles-ci n’en seraient pas les émettrices). MONNAIE ÉLECTRONIQUE :
  • 40. SECTION III : MESURES ET CONTREPARTIES DE LA MASSE MONÉTAIRE Les autorités monétaires cherchent toujours à délimiter et à calculer les encaisses monétaires dont disposent les agents non financiers (ANF)
  • 41. LA MONNAIE AINSI CRÉÉE NE PROCURE PAS À SON TITULAIRE DE REVENU. ce qui n’est pas sans incidence sur l’établissement des agrégats de monnaie. 05/11/1623:29Pr.BADDIH Substituer à la monnaie des actifs financiers rémunérateurs qui peuvent être convertible facilement et rapidement en moyens de paiement. Le développement des innovations financières
  • 42. ACTIF FINANCIER: Élément du patrimoine positif correspondant à des titres de valeurs mobilières ou à un placement auprès d’agents économiques dites institutions financières.
  • 43. LA MASSE MONÉTAIRE La MM est l’ensemble des encaisses monétaires dont disposent les agents non financiers (ANF) et qui reflètent la masse totale de pouvoir d'achat disponible dans une économie au cours d'une période déterminée et susceptible de se porter sur le marché des biens et services. La MM comprend les actifs liquides qui sont susceptibles d’être convertis immédiatement en monnaie sans risque sensible en capital et qui représentent donc les moyens de paiement, effectif ou potentiels sans effets de plus value ou de moins value.
  • 44. LES JUSTIFICATIONS DES AGRÉGATS MONÉTAIRES: 05/11/1623:29Pr.BADDIH Théorie monétariste M. Friedman A court terme A long terme Les fluctuations cycliques seraient aggravées par les politiques monétaires irrégulières. une augmentation de la MM se répercute sur le niveau général des prix et sur le volume de production car il n'y a pas plein emploi des facteurs de production.
  • 45. une règle monétaire: la MM doit varier à un taux constant, égal au taux de croissance à long terme de la production nationale. 05/11/1623:29Pr.BADDIH Solution
  • 46.  Les agrégats de monnaie sont des indicateurs statistiques reflétant la capacité de dépense des agents économiques résidents. Elle se décompose en divers agrégats regroupant la quasi-totalité des placements.  Bien que floue, la limite entre monnaie et épargne est maintenue : est monnaie ce qui est liquidable rapidement sans incertitude, est épargne le reste.  Ces agrégats sont surveillés en permanence par la Banque centrale. La définition des agrégats de monnaie:
  • 47. En règle général, les actifs sont classés selon leur nature, leur degré de liquidités et non selon les institutions à l’origine de leur émission. Tous les actifs pris en compte dans les agrégats monétaires sont des actifs liquides offrant les avantages cumulés de la liquidité et du rendement. Tous les actifs liquides détenus par les ANF résidents sont compris dans les agrégats monétaires. Ces actifs liquides sont généralement (mais pas uniquement) crées par les établissements de crédit. Critères de classement des actifs:
  • 48. LA DÉFINITION DES AGRÉGATS DE MONNAIE M1 ou disponibilités monétaires: M1 = MF + MS Cet agrégat étroit désigne la monnaie au sens strict. M2 : M2 = M1 + QM QM = quasi-monnaie = épargne liquide. L’agrégat M2, qui englobe M1, incorpore en plus deux autres types de dépôts assimilé à la monnaie :  Des dépôts effectués auprès des banques, pas immédiatement disponibles mais remboursables avec un préavis inférieur au égale à trois mois (par exemple : comptes d’épargne-logement, livrets d’épargne populaire) ;  Des dépôts à terme d’une durée initiale inférieure ou égale à deux ans, dont la conversion en monnaie n’est pas possible qu’à cette échéance (plan d’épargne logement, etc.) ;
  • 49. M3 : masse monétaire au sens large: M3 = M2 + EA EA = épargne affectée = M3-M2. M3 inclut des instruments négociables de trois types :  Des accords de pensions (convention par laquelle une valeur est cédée à un prix donné, tandis que le débiteur obtient simultanément le droit et l’obligation de la racheter à un prix déterminé et à un terme fixé à l’avance sur sa demande) ;  Des titres d’OPCVM monétaires ;  Des titres de créances d’une durée initiale inférieure ou égale à deux ans, émis par des institutions financières monétaires. M4: M4 = M3 + TCN TCN = M4-M3 = titres de créances négociables qui sont composés des titres émis par les ANF (l’Etat: Bons du Trésor négociables et les billets de trésorerie émis par les entreprises…). LA DÉFINITION DES AGRÉGATS DE MONNAIE
  • 50. OPCVM (ORGANISME DE PLACEMENT COLLECTIF EN VALEURS MOBILIÈRES): INTERMÉDIAIRE FINANCIER SUSCEPTIBLE D’ADOPTER LA FORME SOIT : D’une SICAV D’un FCP Fond Commun de Placement: société d’investissement qui a pour mission de constituer et de gérer un portefeuille de valeurs mobilières détenues en copropriété Société d’investissement à Capital Variable: est une société anonyme. Les ressources réunies par la SICAV en contre partie de parts sont remplacées sous la forme de valeurs mobilières et d’autres titres.
  • 51. AGRÉGATS MONÉTAIRES AU MAROC AGREGATS DE MONNAIE Encours en MDH Déc. 2001 Août. 2011 Circulation fiduciaire 66 829 157 981 Billets et monnaies mis en circulation 69 595 166 021 Encaisses des banques (à déduire) 2 766 8 040 Monnaie scripturale 150 238 409 267 Dépôts à vue auprès de BAM 1 566 3 262 Dépôts à vue auprès des banques 127 789 357 686 Dépôts à vue auprès du CCP 2 599 8 102 Dépôts à vue auprès du Trésor 18 283 40 217 M1 217 067 567 248 Placements à vue 39 815 99 751 Comptes d'épargne auprès des banques 33 239 82 808 Comptes sur livrets auprès de la caisse d’épargne nationale 6 577 16 943 M2 256 883 666 999 Autres actifs Monétaires 90 133 260 518 Comptes à terme et bons de caisse auprès des banques 82 607 151 444 Titres OPCVM monétaires 0 47 161 Dépôts en devises (1) 2 781 19 489 Valeurs données en Pension 1 994 6 213 Certificats de dépôt à durée résiduelle inférieure ou égale à 2 ans 1 965 28 913 Dépôts à terme auprès du Trésor ND 3 430 Autres dépôts (2) 787 3 868 M3 347 016 927 517
  • 52. LES CONTREPARTIES DE M3 : Les différentes composantes de M3 correspondent à l’ensemble des actifs «monétaires» que détiennent les ANF auprès des IFM résidents, capables de détenir et d’émettre de tel actifs. Ceux-ci figurent au bilan de ces institutions, du côté de leur passif puisque ce sont des engagements de celles-ci vis-à-vis des détenteurs de ces actifs. Ces engagements ont leurs contreparties à l’actif du bilan des IFM. Ces contreparties constituent les sources de la création monétaire. On en distingue trois types :  Les concours au secteur privé ;  Les concours aux administrations publiques ;  Les créances nettes sur l’extérieur.
  • 53. LES CONTREPARTIES DE M3 : LES CONCOURS AU SECTEUR PRIVÉ  La forme la plus couramment admise de la création monétaire réside dans le crédit accordé par les banques aux agents non bancaires.  Il en est ainsi également lorsqu'une banque souscrit à un emprunt obligataire ou rachète un titre de créance (bon du Trésor, par exemple) émis par un agent non bancaire, l'Etat y compris.  La monnaie est détruite par la banque lorsque les prêts sont remboursés : Au moment du remboursement partiel ou total, le banquier passe l'écriture inverse dans ses livres, annulant ainsi partiellement ou totalement l'écriture d'origine. De même, il passe l'écriture inverse de la précédente lorsque l'emprunt obligataire vient à échéance ou quand il cède à un agent non bancaire le titre de créance précédemment acquis.
  • 54. LES CONTREPARTIES DE M3 : LES CONCOURS AUX ADMINISTRATIONS PUBLIQUES Constituent la deuxième contrepartie par ordre de poids relatif. Les créances sur l’État sont limitées voire interdite. Il s’agit pour les banques mais surtout pour la banque centrale de prêter à l’État (le trésor public). Pour financer le déficit budgétaire, La Banque Centrale pourrait créer de la monnaie au bénéfice du trésor public. Dans ce cas la création monétaire pose de nombreux problèmes : l’inflation et le fait qu’il n’y a pas de limite au déficit. Ce mode de financement est interdit. L’État ne peut pas créer de la monnaie pour financer le déficit, il ne peut qu’emprunter.
  • 55. LES CONTREPARTIES DE M3 : LES CRÉANCES NETTES SUR L’EXTÉRIEUR (c'est-à-dire détenues sur les non-résidents) : Il y a création monétaire chaque fois qu'un agent non bancaire vend à sa banque des devises étrangères, et destruction monétaire chaque fois qu'il en achète, avec toutefois une exception : l’échange de monnaie fiduciaire nationale contre monnaie fiduciaire en devises est sans influence directe sur la création monétaire. Seuls sont visés ici les échanges portant sur les monnaies dans leur forme scripturale.
  • 56. LES CONTREPARTIES DE M3 : LES CRÉANCES NETTES SUR L’EXTÉRIEUR  Ainsi, par exemple, lorsque l'exportateur cède à sa banque les devises qu'il reçoit de son client étranger, il est crédité d'une somme en monnaie nationale résultant de la conversion d'une monnaie dans l'autre à un cours de change déterminé. En contrepartie du crédit porté au compte de l'exportateur, la banque inscrit les devises à l'actif de son bilan. L'écriture comptable correspondant à cette opération de change se distingue de la précédente à l'actif de la banque : il s'agit dans le cas exposé plus haut d'une créance sur un agent économique X et dans le cas présent d'une devise étrangère que l'on peut considérer comme une créance à vue sur un pays Y.
  • 57.  De même, les achats de devises utilisées pour le règlement d'importations ou pour les voyages à l'étranger (chèques voyage) entraînent une destruction monétaire équivalente, dès lors que ces transactions s'opèrent avec des banques de dépôts.  Pour ces banques, les devises étrangères représentent des disponibilités transformables immédiatement en monnaie nationale auprès de l'Institut d'Emission. C'est qu'en effet, la Banque Centrale, en dernier lieu, rachète les excédents ou bien cède les insuffisances de devises au plan national. Elle gère ainsi les réserves en devises du pays. LES CONTREPARTIES DE M3 : LES CRÉANCES NETTES SUR L’EXTÉRIEUR
  • 58. Entre le moment de sa création et celui de sa destruction, c'est-à-dire pendant tout le temps où elle reste la propriété des agents non bancaires, la monnaie circule au gré des échanges, allant de compte de banque en compte de banque. L'établissement financier doit être pris ici comme un agent non bancaire, malgré les relations financières étroites qu'il peut entretenir avec le secteur bancaire. Lui aussi dispose d'un compte de dépôt à vue (DAV) en banque et les opérations qu'il traite pour son compte ou celui de tiers procède de la circulation monétaire entre comptes (DAV) ouverts dans les banques. LA CIRCULATION DE LA MONNAIE :
  • 59. rechercher si la transaction monétaire est réalisée par deux agents non bancaires, auquel cas il y a simple transfert de compte à compte (DAV à DAV), ou entre un agent non bancaire et une banque, auquel cas il y a selon le sens soit création, soit destruction. 05/11/16 23:29Pr. BADDIH garder présent à l'esprit cette séparation fondamentale existant entre la banque qui a le pouvoir de créer la monnaie (et de la détruire) et l'établissement financier dont le rôle se borne à la faire circuler, LA CIRCULATION DE LA MONNAIE : En somme, pour bien analyser la circulation monétaire, il faut toujours:
  • 60. On a dit qu'il existe 2 formes de monnaie, fiduciaire et scripturale, qui empruntent des circuits différents : la MF circule en dehors du champ bancaire, tandis que la MS ne le quitte pas. Pour sortir ou entrer dans ce champ, la MF met en œuvre de la MS. C'est ainsi que chaque fois que nous allons chercher des espèces aux guichets de banque, notre compte est débité de la transaction. De même, chaque fois que nous effectuons un dépôt d'espèces, notre compte est crédité. On portera donc notre attention sur les circuits qu'emprunte la MS depuis sa création jusqu'à sa destruction. On peut les classer en 2 catégories :  le circuit des transactions courantes,  le circuit intra-bancaire. LA CIRCULATION DE LA MONNAIE :
  • 61. Il est sollicité par les échanges que pratiquent entre eux les agents non bancaires et ne produit aucun effet sur la masse monétaire des dépôts à vue (DAV), puisque ces transactions aboutissent à de simples transferts bilatéraux (débit d'un compte de dépôt par le crédit d'un autre compte de dépôt). Il concerne tout autant les transactions de la sphère réelle que celles de la sphère monétaire et financière. LA CIRCULATION DE LA MONNAIE : LE CIRCUIT DES TRANSACTIONS COURANTES
  • 62. les transactions mettant en jeu des comptes de la clientèle des banques face à ceux de la clientèle de l'Institut d'émission, ainsi que les opérations liées aux transferts de monnaie fiduciaire et à la constitution de réserves obligatoires, soit les relations existant entre les banques et la Banque Centrale, LA CIRCULATION DE LA MONNAIE : LE CIRCUIT INTRA-BANCAIRE Il est réservé aux transactions propres aux banques. On peut le diviser en deux groupes d'opérations: 1 D'une part, celles qui concernent les relations des banques entre elles, sans effet sur la masse monétaire, que l'on peut classer en deux sous-groupes: les transactions de la clientèle nécessitant un traitement en Compensation et le rééquilibrage des trésoreries des banques en découlant, soit les relations existant entre les banques, hors la Super-banque mais sous son contrôle,
  • 63. Et d'autre part, celles concernant l'activité spécifique des banques, c'est-à-dire celles qui font jouer leurs actifs ou leurs passifs propres, consistant en transferts unilatéraux (par opposition aux transferts bilatéraux du circuit des transactions courantes) entraînant, soit l'inscription au crédit de comptes de tiers lorsqu'il s'agit du règlement de leurs dépenses et acquisitions, soit l'inscription au débit de comptes de tiers s'il s'agit de l'encaissement de leurs recettes ou du produit de leurs cessions, toutes opérations ayant une incidence nette sur la masse monétaire. LA CIRCULATION DE LA MONNAIE : LE CIRCUIT INTRA-BANCAIRE 2
  • 64. LA CRÉATION MONÉTAIRE : La monnaie est créée par le système bancaire.   « Les crédits font les dépôts »
  • 65. LA CRÉATION MONÉTAIRE La banque populaire accorde un crédit de 200000 Dh à l’entreprise X.  ACTIF PASSIF Créance sur l’entreprise 200000 dh Compte courant (dépôt) de l’entreprise X + 200000dh (création monétaire)
  • 66. On vérifie bien que l’argent qui est sur le compte de l’entreprise ne correspond pas à un dépôt préalable. c’est une création ex- nihilo. 05/11/1623:29Pr.BADDIH
  • 67. LES LIMITES DE LA CRÉATION MONÉTAIRE La création monétaire par les banques est illimitée lorsque deux conditions sont remplies : Lorsqu’il n’y a qu’une seule banque Lorsqu’il n’y a que de la monnaie scripturale
  • 68. 1- EXISTENCE DE PLUSIEURS BANQUES Actif Passif créance sur X 10000 dh dépôt ménage X= 10000- 3000 = 7000 (monnaie BP - ici création monétaire de 10000 - avec cet argent, le ménage X achète auprès de Y pour un montant de 3000dh) dette de BP sur BMCI = 3000 dh fuite Banque PopulaireBanque Populaire
  • 69. BMCI Actif Passif créance sur BP = 3000 (dh BMCI) dépôt entreprise Y= 5000 + 3000 = 8000dh monnaie BMCI 05/11/1623:29Pr.BADDIH La fuite consiste en une dette de la banque BPLa fuite consiste en une dette de la banque BP envers l'autre banque.envers l'autre banque. La banque débitrice devra utiliser de la baseLa banque débitrice devra utiliser de la base monétaire pour rembourser sa dette.monétaire pour rembourser sa dette.
  • 70. La base monétaire La monnaie scripturale de la Banque Centrale Les billets +
  • 71. COMMENT UNE BANQUE PEUT- ELLE SE PROCURER DE LA BASE MONÉTAIRE ? Ce refinancement a un coût fixé par la Banque centrale (taux de réescompte). 05/11/16 23:29Pr. BADDIH Le refinancement  auprès de la Banque Centrale Le refinancement auprès du marché monétaire c’est l’endroit où s’échange notamment de la base monétaire. Cela se fait à un prix qui est le taux de base bancaire (se fixe aux conditions du marché).
  • 72. Opération de mobilisation des effets de commerce, càd opération par laquelle une banque verse au porteur d’un effet de commerce non échu le montant de celui-ci diminué de l’agio (taux d’escompte additionné des frais divers). Le banquier reprend ainsi ses dépôts. En cas d’insuffisance de ceux-ci il peut recourir au réescompte de la banque centrale en payant un taux d’escompte central. 05/11/16 23:29Pr. BADDIH Titre de créance négociable et cessible par voie d’endossement, c’est-à-dire par signature au dos. Un effet de commerce est un moyen de règlement de crédit et de mobilisation. Escompt e Effet de commerc e
  • 73. 2 - L’EXISTENCE DE BILLETS C’est une limite car les banques ne créent pas de billets et doivent les acheter auprès de la Banque centrale. Donc, lorsqu’une banque accorde un crédit, elle doit porter attention à la possibilité de conversion de la monnaie scripturale en billets.
  • 74. 3- LE RÔLE DE LA BANQUE CENTRALE. En contrôlant l’accès à la base monétaire, la banque centrale contrôle la création monétaire dans le cadre de la politique d'Open Market. Elle intervient sur le marché monétaire pour agir sur la base monétaire, donc sur le refinancement et indirectement sur la création monétaire.
  • 75. Rôle de la Banque Centrale Directement Indirectement Par le biais de la base monétaire : la politique d'Open Market. ● en créant des billets, elle crée de la masse monétaire ● en accordant des crédits à l’État.
  • 76. Des ressources vers les emplois : " les dépôts font les crédits " Exemple : une personne dépose 800 dh en banque et la banque reprète cette somme à un emprunteur. Cas simplifié : prêteur : - 800 banque : + 800 emprunteur : + 800 Somme = - 800 + 800 + 800= + 800 Jeu à somme positive LA SÉQUENCE NÉOCLASSIQUE : LA "DUPLICATION MONÉTAIRE"
  • 77. L’intermédiation bancaire, dans la théorie NC, est donc un jeu d’écritures à somme positive, il y a duplication de la monnaie. Les enchaînements de causalité sont les suivants : " les dépôts font les crédits" et l’épargne préalable permet l’investissement.  
  • 78. LA CRÉATION MONÉTAIRE : LE MULTIPLICATEUR  Cet exemple a réduit au maximum les « fuites » de liquidité qui limitent la création monétaire des banques. Aux fuites dites institutionnelles (réserves obligatoires), il faut ajouter celles dites « autonomes » (retraits de billets et paiement interbancaires).  Sous l’hypothèse que ses fuites soit simples à prévoir (la préférences pour les billets représente une fraction connue et stable des dépôts de même que les réserves excédentaires pour régler les paiements interbancaires), on peut exprimer le jeu du multiplicateur entre la masse monétaire et la monnaie centrale :
  • 79. LA CRÉATION MONÉTAIRE :LE MULTIPLICATEUR Soit M la masse monétaire égale à la somme des billets B et des dépôts D. Soit H la base monétaire égale à la somme des billets B et des réserves R. Avec des ratios constants de préférence pour les billets (b), de réserves obligatoires (r), et de réserves excédentaires (e), on obtient : H= B+R= bD+ (r+e)D= (b+r+e) D M=B+D=bD+D= (b+1)D D’où M/H= (1+b)/(r+b+e)=K ou encore M=K.H
  • 80. Ex : cas ultra simplifié dépôt initial 500 dh, coefficient de billets 10% (lié à diverses fuites) Somme des crédits accordés = 500 + 450 + 405 +... =500*(1 + 0,9 + 0,9²+...+ ) On peut partir d’un dépôt initial de 500 DH et aboutir à une augmentation de la monnaie bancaire de 5000 DH. Selon la formule générique : M = k × H k = 1/b M = la masse monétaire K = coefficient multiplicateur H = la base monétaire b = coefficient de billets LA CRÉATION MONÉTAIRE :LE MULTIPLICATEUR
  • 81. QUELLE EST LA QUANTITÉ DE MONNAIE BANCAIRE CRÉÉE DANS LES CONDITIONS SUIVANTES?  dépôt initial 800 dh coefficient de billets de 30% 30% = 30/100= 0.3 k = 1/0.3 = 3.333 M = 3.333*800 = 2666,66 dh dépôt initial 10.000 dh coefficient de billets de 20% k = 1/0.2 = 5 M = 5*10.000 = 50.000 dh dépôt initial 30.000 dh coefficients de billets de 5% k = 1/0.05 = 20 M = 600.000 dh
  • 82. LA CRÉATION MONÉTAIRE :LE MULTIPLICATEUR La masse monétaire (au sens strict) est un multiple de la base monétaire, d’autant plus grand que les fuites contraignant les banques à restaurer leur liquidité sont faibles. Il y a dans cette perspective l’idée qu’en agissant sur les facteurs institutionnels de la liquidité et en contrôlant la base monétaire, la banque centrale peut parfaitement contrôler la masse monétaire dans son ensemble. LE MULTIPLICATEUR DE CRÉDIT EST UN MÉCANISME D’AMPLIFICATION DE LA CRÉATION MONÉTAIRE.
  • 83. La banque crée ex nihilo la monnaie qu’elle prête; dans ce cas, le mouvement se fait non pas des ressources vers les emplois, mais, des emplois vers les ressources, selon l’adage " les crédits font les dépôts ". Il n’y a pas duplication mais véritablement, création. Selon KEYNES, c’est l’investissement initial, qui va créer une épargne qui lui est égale. La séquence keynésienne : la " création " monétaire
  • 84. LA CRÉATION MONÉTAIRE : LE DIVISEUR  Le multiplicateur fait de la MM une quantité déterminée par des réserves préalables détenues par les banques auprès de la banque centrale, (une quantité que la banque centrale peut fixer : monnaie exogène).  Un tel schéma apparaît toutefois peu réaliste. Le multiplicateur ignore la possibilité qu’ont les banques d’emprunter la monnaie centrale dont elles ont besoin.  Ainsi les banques n’ont pas besoin de détenir au préalable un excédent de monnaie centrale pour prêter. Elles prêtent puis se refinancent. Dans ce cas, les banques créent la quantité de monnaie qu’elles souhaitent en répondant à la demande de crédit de leurs clients, et la base monétaire s’ajuste en conséquence.
  • 85. LA CRÉATION MONÉTAIRE : LE DIVISEUR   Après avoir crée une quantité supplémentaire ∆M de monnaie en accordant des crédits, les banques devront se procurer une fraction ∆H de monnaie centrale pour se refinancer.  La base monétaire devient une division de la quantité de monnaie mise en circulation par les banques : ∆H = ∆M/ K, ou K désigne le « diviseur de crédit »  Dans ce schéma, la monnaie est «endogène» car elle résulte d’une demande propre au système économique et non pas la volonté d’une institution extérieure.
  • 86. ∆H = ∆M/ K ∆H = b∆M Ex: une banque a accordé 600.000 DH de crédits, le coefficient de billet est de 5%. ∆ H = 0.05 * 600.000 ∆ H = 600.000/20 ∆ H = 30.000 DH en monnaie centrale Dans un système de monnaie endogène, la capacité de la banque centrale à contrôler la monnaie et donc à pouvoir conduire une politique monétaire est remise en question. Pour autant, la maîtrise qu’elle conserve de la quantité et des modalités du refinancement lui préserve une influence, certes indirecte, mais déterminante pour le fonctionnement du secteur bancaire. LA CRÉATION MONÉTAIRE : LE DIVISEUR