SlideShare une entreprise Scribd logo
MARATHON PRO BONO HEC



                     FORMATION PRO BONO
                       S’INITIER AU MICROCREDIT




Pour plus d’informations, visitez www.marathonprobono.fr/campus-hec-2012
Préambule


Ce contenu pédagogique est destiné aux petites associations qui souhaitent
démarrer ou développer une activité de microcrédit.



Il s’adresse aussi à tous les curieux qui ont envie de connaître les fondamentaux et les
grands enjeux du microcrédit.


Nous tenons à remercier Société Générale pour son soutien humain et financier.
SOMMAIRE


 Introduction : qu'est-ce que le microcrédit ?

 Fondements et résultats qualitatifs

 Fonctionnement et chiffres clés

 Enjeux
SOMMAIRE


 Introduction : qu'est-ce que le microcrédit ?

 Fondements et résultats qualitatifs

 Fonctionnement et chiffres clés

 Enjeux
Introduction : Qu’est-ce que le micro-crédit ?

 Le microcrédit, un service financier

    Le microcrédit est un crédit de faible montant, avec intérêt, accordé à des personnes à
    faible revenu qui n’ont pas accès aux services financiers classiques et n’ont pas
    d’activité salariée régulière.
    Le microcrédit permet ainsi aux populations non bancarisées de créer ou développer
    une activité génératrice de revenus, et contribue ainsi à faire sortir ces personnes de la
    pauvreté. Le microcrédit doit être couplé à d’autres dispositifs pour porter ses fruits
    (investissements en infrastructures, éducation, nouvelles dispositions légales).
    Le microcrédit peut être individuel ou solidaire et existe tant les pays en
    développement (PED) que dans les pays industrialisés.
    Le microcrédit s’inscrit dans le cadre plus large de la microfinance. La microfinance est
    l’ensemble des services financiers (épargne, crédit, assurance, etc.), à destination des
    plus pauvres.
SOMMAIRE


 Introduction : qu'est-ce que le microcrédit ?

 Fondements et résultats qualitatifs

 Fonctionnement et chiffres clés

 Enjeux
Fondements et résultats qualitatifs

1) Pourquoi le microcrédit ?

   Les pauvres ont besoin de crédit et le crédit informel ne suffit pas
    • 70% des adultes dans les PED n'ont pas accès au système financier traditionnel ;
    • Les montants des crédits informels sont très limités et taux d’intérêt très élevés
      (taux d’environ 100%);
    • Les systèmes de tontines sont assez rigides (montants et délais fixes) ;
    • Les arrangements informels sont sujets à fraude.


   Les pauvres n’ont pas accès aux services bancaires classiques
    • Ils n’ont pas les moyens de recourir aux services bancaires classiques (garanties,
      dépôt minimum)
    • Ils n’ont pas les documents d’identification nécessaires
    • Ils sont considérés comme non solvables
Fondements et résultats qualitatifs

 Le modèle économique des banques est inadapté à une cible à faible revenu
  • Les banques « classiques » ont été créées pour les personnes ayant des actifs
    financiers
  • Le profit qu’elles réalisent est proportionnel au montant du prêt
  • Elles ont des coûts de transaction élevés
  • Elles ne maîtrisent pas le métier d’accompagnement nécessaire


 Quelques banques font du microcrédit, elles y sont alors spécialisées :
  • Grameen Bank au Bangladesh
  • Bancosol en Bolivie
Fondements et résultats qualitatifs
2) Historique du microcrédit

   Le microcrédit existe sous diverses formes depuis plusieurs siècles.
   Cependant, le microcrédit formel et moderne existe depuis une trentaine d’année.
   Son invention est attribuée au Dr. Muhammed Yunus, qui a commencé dans les années 70
   à prêter aux femmes du village de Jobra au Bangladesh avant de fonder la Grameen Bank
   en1983. Il a été nommé Prix Nobel de la Paix en 2006.


                          • Europe : développement des prêts sur gages
                            sous forme de mutuelles
       16ème siècle


                          • Europe : naissance des caisses d’épargne et des
                            crédits coopératifs pour les plus pauvres.
       19ème siècle       • Afrique : systèmes traditionnels de tontine.



                         • Subventions accordées par les gouvernements et
                           philanthropes pour aider les petits et moyens
        1950/1980          agriculteurs
Fondements et résultats qualitatifs

              • 1973, Brésil : Début des activités de microcrédit de l’ONG ACCION à travers
                l’organisation UNO à Recife et invention du terme « micro-entreprise »
              • 1978, Bangladesh : M. Yunus rencontre à Jofra 42 femmes qui souhaitent
Années 1970     acheter la paille pour rempailler des chaises. Leurs usuriers leur proposent un
                taux d’intérêt trop élevé, et aucune banque ne veut leur prêter les 26$
                nécessaires. Dr. Yunus leur prête donc lui-même cette somme


Années 1980   • 1983, Bangladesh : Création de la Grameen Bank
              • 1989, France : Création de l’ADIE par Maria Nowak


              • 1997 : 1ère campagne internationale du microcrédit
Années 1990

              • 2000 : Proclamation par l’ONU des Objectifs de Développement du Millénaire
              • 2005 : Année internationale du microcrédit
Années 2000   • 2006 : Prix Nobel de la paix attribué à Muhammed Yunus
Fondements et résultats qualitatifs
3) L’impact du microcrédit sur les bénéficiaires

    La microfinance aide les plus pauvres à se protéger contre les risques .
    Ils n’ont pas besoin de vendre leurs actifs en cas de coup dur (maladie, retard de récolte).

    L’accès à des services financiers permet de développer une activité économique
    Le microcrédit permet de planifier une activité économique et d’investir.

    Le microcrédit donne plus de place aux femmes dans la vie économique :
     • Les femmes sont responsables des prêts ;
     • Elles acquièrent leurs propres actifs grâce aux prêts ;
     • Elles y gagnent en confiance et statut social ;
     • Elles participent aux décisions de leur communauté.
    Au Bangladesh :
     • Les actifs des clients du BRAC ont augmenté de 112%
     • Leurs revenus sont 43% plus élevés que ceux des villages non clients.
SOMMAIRE


 Introduction : qu'est-ce que le microcrédit ?

 Fondements et résultats qualitatifs

 Fonctionnement et chiffres clés

 Enjeux
Fonctionnement et chiffres clés
 Chiffres clés en France :
      •   L’Adie a octroyé 12 000 prêts en 2010 ;
      •   68% des entreprises financées sont toujours en activité 2 ans après
      •   Taux d’impayés de 6% (4% dans les banques traditionnelles)
      • Taux d’intérêt de 9,7%
                                              170 M
                                                                Dont 130 M vivant avec moins de
                                                                1,25$ par jour




                10,000
                                                                Dont 80%
                                                                                ♀
                                                                + 500 M en attente de
     3000                                                       financement
                                     12 M

     1998        2011                1998      2011

      Nombre d’IMF            Nombre de bénéficiaires
        (monde)                     (monde)
Fonctionnement et chiffres clés
  Pouvoirs publics : cadres légaux adaptés, stratégies nationales de développement durable avec un volet microfinance,
                    accompagnement des Banques Centrales, des ministères et collectivités locales.



                                                                 Lobbying
  Bailleurs de                 Organisations      Assistance                   Réseaux
 fonds publics                 spécialisées       technique                     d’IMF


                                               IMF
                                               Coopératives d'épargne et de
    Véhicules
                                               crédit, ONG, banques de
d’investissement
                                               microfinance, programmes mis en
en microfinance
                                               place par des institutions
                          Agences              internationales
                                                                                     Microcrédit
                         de notation                                              Taux moyen : 27%         Bénéficiaires
                                                                                         (monde)
   Banques                                     Filiales spécialisées
 Commerciales                                  en microfinance (downscaling)
Fonctionnement et chiffres clés
Ce taux qui peut paraître élevé s’explique par :
    Le coût de l’argent
     • Le taux auquel les IMF empruntent l’argent est de 10% par an en moyenne
        (supérieur au taux auquel ont droit les banques traditionnelles).
     • Une IMF est financée à 75% par du financement local (emprunt à des banques locales
       ou collecte d'épargne), et à 25% par des lignes de crédit provenant de fonds
       d’investissements privés et de bailleurs internationaux (Agences de développement et
       autres fondations multilatérales).
   Le coût des défauts de prêts: de 3% à 4%
   Le coût de l’inflation: de 5% à 10% dans les PED
   Le coût de transaction (fixe quel que soit le montant du prêt)
    • Coût de déplacement pour collecter l’argent
     • Coût d’accompagnement des clients/bénéficiaires
     • Ce coût est fixe par prêt accordé, quel qu’en soit son montant, et augmente donc le taux
       du prêt d’autant plus fortement que le montant accordé est faible.


Par ailleurs, le taux d’intérêt dépend de la priorité de l’IMF : sociale ou commerciale.
Fonctionnement et chiffres clés
 Un prêt de courte durée
 Les crédits sont accordés sur une durée de quelques mois. Les bénéficiaires raisonnent
 donc en termes de taux par mois, et non à l’année.
 Des mensualités remboursables grâce au développement d’une activité économique
 L’activité économique développée grâce au microcrédit est très généralement rapidement
 profitable, et permet donc de payer les mensualités du prêt.
 Par exemple en Inde, au Kenya et aux Philippines, le taux annuel moyen du rendement de
 l'investissement dans des microentreprises varie de 117 à 847 %.
 Un taux d'intérêt mensuel de 6 % représente de 0,4% à 3,4 % des frais d'exploitation d'un
 microentrepreneur (en République dominicaine, en Colombie et au Chili).
 Un taux lié à l’environnement local
 Le taux d’intérêt d’une IMF donc être comparé au taux moyen pratiqué par les autres
 acteurs financiers de son environnement. Le taux des IMF peut être moins élevé que celui
 des banques.
L’enjeu de l’impact social
 La microfinance a besoin de financements pour atteindre les 500M de personnes en attente
 de crédit d’ici 2020.
 Or les financements répondant à la logique de retour sur investissement financier sont
 dirigés en priorité vers les IMF les plus rentables. La crainte est donc que les bénéficiaires
 les plus pauvres soient laissés de côté par les IMF.
 La concurrence entre impact social et profitabilité est résolue par la définition des objectifs
 de chaque IMF:
  • Certaines IMF ont une vocation commerciale ;
  • Certaines IMF ont une vocation sociale. Pour elles, la profitabilité est un moyen, non une fin.
    Elles utilisent des chartes de bonne conduite et des outils de mesure de la performance sociale
    afin de remplir leur objectif social. Se pose néanmoins le problème de leur accès au
    financement, moindre que celui des autres IMF.
 Par ailleurs, la microfinance ne peut proposer ses services à certaines populations sans
 réaliser de pertes. Cela nécessite des dons, d’où la question suivante : le microcrédit doit-il
 être mis en place :

  • selon le principe que ses clients doivent avoir la capacité de rembourser
    leurs mensualités,
  • ou lorsqu’il est parmi les solutions dont le retour sur investissement social
    est le plus élevé ? (en complément de l’investissement dans les
    infrastructures et l’éducation, des réformes légales, etc.)
L’enjeu du développement rural
 Le microcrédit est surtout développé dans les villes, or il existe un réel besoin chez les
 populations rurales pour ce type de service financier. Pour atteindre ces clients moins
 solvables et plus risqués que les clients urbains, le microcrédit nécessite des adaptations.

  Situation                      Obstacles                    Solutions
  Zones reculées                 Coûts de transaction et      Agence mobile, paiement
                                 collecte plus élevés         par téléphone mobile
  Niveau de revenu inférieur     Clients moins solvables
  Niveau d’éducation inférieur   Gestion moindre de           Accompagnement,
                                 l’activité économique        formation
  Dépendance à la météo          Activité économique          Microassurance
                                 risquée
  Production saisonnière         Peu compatible avec le       Remboursement après la
  Production à long terme        remboursement mensuel        récolte ou vente de l’animal
L’enjeu du surendettement

 Dans certains pays ou la microfinance est très développée (Bangladesh, Inde,
 Mexique, Bolivie), certains clients se tournent vers une autre IMF pour
 rembourser leur 1er prêt, ce qui peut les plonger dans le cercle vicieux du
 surendettement.
 Les IMF sont de plus en plus nombreuses à mettre en place des outils de lutte
 contre le surendettement :
  • Partage des fichiers clients entre IMF du même territoire ;
  • Flexibilité du remboursement ;
  • Microassurances ;
  • Formation des agents de crédit pour mieux évaluer la capacité de remboursement
    des clients.
MERCI !

  Nous espérons que ce contenu a pu vous être utile, retrouvez-nous en ligne !




www.societegenerale.fr                              Site : www.probonolab.org
                                                        Blog : www.pro-bono.fr
                                                     contact@probonolab.org


Sources :         www.kiva.org
                  www.planetfinance.org
                  www.babyloan.org

Contenu connexe

Similaire à S'initier au microcrédit

Microfinance
MicrofinanceMicrofinance
Microfinance
tinomar55
 
DID Jefaismapart.Coop 2012 : À propos de DID
DID Jefaismapart.Coop 2012 : À propos de DIDDID Jefaismapart.Coop 2012 : À propos de DID
DID Jefaismapart.Coop 2012 : À propos de DID
DIDDesjardins
 
Baromètre de la microfinance Acted
Baromètre de la microfinance ActedBaromètre de la microfinance Acted
Baromètre de la microfinance ActedOctopus Microfinance
 
Adie
AdieAdie
Onopia - Business model de Kiva.pdf
Onopia - Business model de Kiva.pdfOnopia - Business model de Kiva.pdf
Onopia - Business model de Kiva.pdf
Onopia - Driving Growth Through Disruptive Strategy
 
Micro finance en Tunisie
Micro finance en Tunisie Micro finance en Tunisie
Micro finance en Tunisie
SALLAMI Abdessalem
 
Financement participatif - Juillet 2011
Financement participatif - Juillet 2011Financement participatif - Juillet 2011
Financement participatif - Juillet 2011
Nicolas Guillaume
 
L’atelier pour la création d’une stratégie nationale de développement de la m...
L’atelier pour la création d’une stratégie nationale de développement de la m...L’atelier pour la création d’une stratégie nationale de développement de la m...
L’atelier pour la création d’une stratégie nationale de développement de la m...
Impact Insurance Facility
 
Le financement du projet de creation d'entreprise
Le  financement du projet de creation d'entrepriseLe  financement du projet de creation d'entreprise
Le financement du projet de creation d'entreprise
Franck Hermann Tanoh
 
Le financement non-bancaire pour les PME
Le financement non-bancaire pour les PMELe financement non-bancaire pour les PME
Le financement non-bancaire pour les PME
Finexkap
 
FriendsClear@Echangeur
FriendsClear@EchangeurFriendsClear@Echangeur
FriendsClear@Echangeur
Jean Capelli
 
Master class digitalisation banques algeriennes
Master class digitalisation banques algeriennesMaster class digitalisation banques algeriennes
Master class digitalisation banques algeriennes
SABAHGUETNI
 
Digitalisation banque algerienne
Digitalisation banque algerienneDigitalisation banque algerienne
Digitalisation banque algerienne
SABAHGUETNI
 
Briefing de Bruxelles n. 57 : Marco Dekker " Mécanismes de financement pour s...
Briefing de Bruxelles n. 57 : Marco Dekker " Mécanismes de financement pour s...Briefing de Bruxelles n. 57 : Marco Dekker " Mécanismes de financement pour s...
Briefing de Bruxelles n. 57 : Marco Dekker " Mécanismes de financement pour s...
Brussels Briefings (brusselsbriefings.net)
 
Bulletin bd f synthese colloque international microfinance_etude 185-4
Bulletin bd f synthese colloque international microfinance_etude 185-4Bulletin bd f synthese colloque international microfinance_etude 185-4
Bulletin bd f synthese colloque international microfinance_etude 185-4
Ministère de l'Économie et des Finances
 
Banque africaine de demain
Banque africaine de demainBanque africaine de demain
Banque africaine de demain
Erwin N'guetta, ITIL®, PRINCE2®
 
Credit.fr le financement des PME autrement
Credit.fr le financement des PME autrementCredit.fr le financement des PME autrement
Credit.fr le financement des PME autrement
Patrick Chardin
 
2012 Cours Social Banking & Prêt participatif
2012 Cours Social Banking & Prêt participatif2012 Cours Social Banking & Prêt participatif
2012 Cours Social Banking & Prêt participatif
Nicolas Guillaume
 

Similaire à S'initier au microcrédit (20)

Microfinance
MicrofinanceMicrofinance
Microfinance
 
DID Jefaismapart.Coop 2012 : À propos de DID
DID Jefaismapart.Coop 2012 : À propos de DIDDID Jefaismapart.Coop 2012 : À propos de DID
DID Jefaismapart.Coop 2012 : À propos de DID
 
Baromètre de la microfinance Acted
Baromètre de la microfinance ActedBaromètre de la microfinance Acted
Baromètre de la microfinance Acted
 
Adie
AdieAdie
Adie
 
Onopia - Business model de Kiva.pdf
Onopia - Business model de Kiva.pdfOnopia - Business model de Kiva.pdf
Onopia - Business model de Kiva.pdf
 
Micro finance en Tunisie
Micro finance en Tunisie Micro finance en Tunisie
Micro finance en Tunisie
 
Financement participatif - Juillet 2011
Financement participatif - Juillet 2011Financement participatif - Juillet 2011
Financement participatif - Juillet 2011
 
L’atelier pour la création d’une stratégie nationale de développement de la m...
L’atelier pour la création d’une stratégie nationale de développement de la m...L’atelier pour la création d’une stratégie nationale de développement de la m...
L’atelier pour la création d’une stratégie nationale de développement de la m...
 
Le financement du projet de creation d'entreprise
Le  financement du projet de creation d'entrepriseLe  financement du projet de creation d'entreprise
Le financement du projet de creation d'entreprise
 
Le financement non-bancaire pour les PME
Le financement non-bancaire pour les PMELe financement non-bancaire pour les PME
Le financement non-bancaire pour les PME
 
FriendsClear@Echangeur
FriendsClear@EchangeurFriendsClear@Echangeur
FriendsClear@Echangeur
 
Master class digitalisation banques algeriennes
Master class digitalisation banques algeriennesMaster class digitalisation banques algeriennes
Master class digitalisation banques algeriennes
 
Digitalisation banque algerienne
Digitalisation banque algerienneDigitalisation banque algerienne
Digitalisation banque algerienne
 
Briefing de Bruxelles n. 57 : Marco Dekker " Mécanismes de financement pour s...
Briefing de Bruxelles n. 57 : Marco Dekker " Mécanismes de financement pour s...Briefing de Bruxelles n. 57 : Marco Dekker " Mécanismes de financement pour s...
Briefing de Bruxelles n. 57 : Marco Dekker " Mécanismes de financement pour s...
 
Bulletin bd f synthese colloque international microfinance_etude 185-4
Bulletin bd f synthese colloque international microfinance_etude 185-4Bulletin bd f synthese colloque international microfinance_etude 185-4
Bulletin bd f synthese colloque international microfinance_etude 185-4
 
Banque africaine de demain
Banque africaine de demainBanque africaine de demain
Banque africaine de demain
 
Credit.fr le financement des PME autrement
Credit.fr le financement des PME autrementCredit.fr le financement des PME autrement
Credit.fr le financement des PME autrement
 
Contribution du reseau pamecas a l’amelioration de l’acces par le monde rural...
Contribution du reseau pamecas a l’amelioration de l’acces par le monde rural...Contribution du reseau pamecas a l’amelioration de l’acces par le monde rural...
Contribution du reseau pamecas a l’amelioration de l’acces par le monde rural...
 
RESEAU IDH
RESEAU IDHRESEAU IDH
RESEAU IDH
 
2012 Cours Social Banking & Prêt participatif
2012 Cours Social Banking & Prêt participatif2012 Cours Social Banking & Prêt participatif
2012 Cours Social Banking & Prêt participatif
 

S'initier au microcrédit

  • 1. MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S’INITIER AU MICROCREDIT Pour plus d’informations, visitez www.marathonprobono.fr/campus-hec-2012
  • 2. Préambule Ce contenu pédagogique est destiné aux petites associations qui souhaitent démarrer ou développer une activité de microcrédit. Il s’adresse aussi à tous les curieux qui ont envie de connaître les fondamentaux et les grands enjeux du microcrédit. Nous tenons à remercier Société Générale pour son soutien humain et financier.
  • 3. SOMMAIRE Introduction : qu'est-ce que le microcrédit ? Fondements et résultats qualitatifs Fonctionnement et chiffres clés Enjeux
  • 4. SOMMAIRE Introduction : qu'est-ce que le microcrédit ? Fondements et résultats qualitatifs Fonctionnement et chiffres clés Enjeux
  • 5. Introduction : Qu’est-ce que le micro-crédit ? Le microcrédit, un service financier Le microcrédit est un crédit de faible montant, avec intérêt, accordé à des personnes à faible revenu qui n’ont pas accès aux services financiers classiques et n’ont pas d’activité salariée régulière. Le microcrédit permet ainsi aux populations non bancarisées de créer ou développer une activité génératrice de revenus, et contribue ainsi à faire sortir ces personnes de la pauvreté. Le microcrédit doit être couplé à d’autres dispositifs pour porter ses fruits (investissements en infrastructures, éducation, nouvelles dispositions légales). Le microcrédit peut être individuel ou solidaire et existe tant les pays en développement (PED) que dans les pays industrialisés. Le microcrédit s’inscrit dans le cadre plus large de la microfinance. La microfinance est l’ensemble des services financiers (épargne, crédit, assurance, etc.), à destination des plus pauvres.
  • 6. SOMMAIRE Introduction : qu'est-ce que le microcrédit ? Fondements et résultats qualitatifs Fonctionnement et chiffres clés Enjeux
  • 7. Fondements et résultats qualitatifs 1) Pourquoi le microcrédit ? Les pauvres ont besoin de crédit et le crédit informel ne suffit pas • 70% des adultes dans les PED n'ont pas accès au système financier traditionnel ; • Les montants des crédits informels sont très limités et taux d’intérêt très élevés (taux d’environ 100%); • Les systèmes de tontines sont assez rigides (montants et délais fixes) ; • Les arrangements informels sont sujets à fraude. Les pauvres n’ont pas accès aux services bancaires classiques • Ils n’ont pas les moyens de recourir aux services bancaires classiques (garanties, dépôt minimum) • Ils n’ont pas les documents d’identification nécessaires • Ils sont considérés comme non solvables
  • 8. Fondements et résultats qualitatifs Le modèle économique des banques est inadapté à une cible à faible revenu • Les banques « classiques » ont été créées pour les personnes ayant des actifs financiers • Le profit qu’elles réalisent est proportionnel au montant du prêt • Elles ont des coûts de transaction élevés • Elles ne maîtrisent pas le métier d’accompagnement nécessaire Quelques banques font du microcrédit, elles y sont alors spécialisées : • Grameen Bank au Bangladesh • Bancosol en Bolivie
  • 9. Fondements et résultats qualitatifs 2) Historique du microcrédit Le microcrédit existe sous diverses formes depuis plusieurs siècles. Cependant, le microcrédit formel et moderne existe depuis une trentaine d’année. Son invention est attribuée au Dr. Muhammed Yunus, qui a commencé dans les années 70 à prêter aux femmes du village de Jobra au Bangladesh avant de fonder la Grameen Bank en1983. Il a été nommé Prix Nobel de la Paix en 2006. • Europe : développement des prêts sur gages sous forme de mutuelles 16ème siècle • Europe : naissance des caisses d’épargne et des crédits coopératifs pour les plus pauvres. 19ème siècle • Afrique : systèmes traditionnels de tontine. • Subventions accordées par les gouvernements et philanthropes pour aider les petits et moyens 1950/1980 agriculteurs
  • 10. Fondements et résultats qualitatifs • 1973, Brésil : Début des activités de microcrédit de l’ONG ACCION à travers l’organisation UNO à Recife et invention du terme « micro-entreprise » • 1978, Bangladesh : M. Yunus rencontre à Jofra 42 femmes qui souhaitent Années 1970 acheter la paille pour rempailler des chaises. Leurs usuriers leur proposent un taux d’intérêt trop élevé, et aucune banque ne veut leur prêter les 26$ nécessaires. Dr. Yunus leur prête donc lui-même cette somme Années 1980 • 1983, Bangladesh : Création de la Grameen Bank • 1989, France : Création de l’ADIE par Maria Nowak • 1997 : 1ère campagne internationale du microcrédit Années 1990 • 2000 : Proclamation par l’ONU des Objectifs de Développement du Millénaire • 2005 : Année internationale du microcrédit Années 2000 • 2006 : Prix Nobel de la paix attribué à Muhammed Yunus
  • 11. Fondements et résultats qualitatifs 3) L’impact du microcrédit sur les bénéficiaires La microfinance aide les plus pauvres à se protéger contre les risques . Ils n’ont pas besoin de vendre leurs actifs en cas de coup dur (maladie, retard de récolte). L’accès à des services financiers permet de développer une activité économique Le microcrédit permet de planifier une activité économique et d’investir. Le microcrédit donne plus de place aux femmes dans la vie économique : • Les femmes sont responsables des prêts ; • Elles acquièrent leurs propres actifs grâce aux prêts ; • Elles y gagnent en confiance et statut social ; • Elles participent aux décisions de leur communauté. Au Bangladesh : • Les actifs des clients du BRAC ont augmenté de 112% • Leurs revenus sont 43% plus élevés que ceux des villages non clients.
  • 12. SOMMAIRE Introduction : qu'est-ce que le microcrédit ? Fondements et résultats qualitatifs Fonctionnement et chiffres clés Enjeux
  • 13. Fonctionnement et chiffres clés Chiffres clés en France : • L’Adie a octroyé 12 000 prêts en 2010 ; • 68% des entreprises financées sont toujours en activité 2 ans après • Taux d’impayés de 6% (4% dans les banques traditionnelles) • Taux d’intérêt de 9,7% 170 M Dont 130 M vivant avec moins de 1,25$ par jour 10,000 Dont 80% ♀ + 500 M en attente de 3000 financement 12 M 1998 2011 1998 2011 Nombre d’IMF Nombre de bénéficiaires (monde) (monde)
  • 14. Fonctionnement et chiffres clés Pouvoirs publics : cadres légaux adaptés, stratégies nationales de développement durable avec un volet microfinance, accompagnement des Banques Centrales, des ministères et collectivités locales. Lobbying Bailleurs de Organisations Assistance Réseaux fonds publics spécialisées technique d’IMF IMF Coopératives d'épargne et de Véhicules crédit, ONG, banques de d’investissement microfinance, programmes mis en en microfinance place par des institutions Agences internationales Microcrédit de notation Taux moyen : 27% Bénéficiaires (monde) Banques Filiales spécialisées Commerciales en microfinance (downscaling)
  • 15. Fonctionnement et chiffres clés Ce taux qui peut paraître élevé s’explique par : Le coût de l’argent • Le taux auquel les IMF empruntent l’argent est de 10% par an en moyenne (supérieur au taux auquel ont droit les banques traditionnelles). • Une IMF est financée à 75% par du financement local (emprunt à des banques locales ou collecte d'épargne), et à 25% par des lignes de crédit provenant de fonds d’investissements privés et de bailleurs internationaux (Agences de développement et autres fondations multilatérales). Le coût des défauts de prêts: de 3% à 4% Le coût de l’inflation: de 5% à 10% dans les PED Le coût de transaction (fixe quel que soit le montant du prêt) • Coût de déplacement pour collecter l’argent • Coût d’accompagnement des clients/bénéficiaires • Ce coût est fixe par prêt accordé, quel qu’en soit son montant, et augmente donc le taux du prêt d’autant plus fortement que le montant accordé est faible. Par ailleurs, le taux d’intérêt dépend de la priorité de l’IMF : sociale ou commerciale.
  • 16. Fonctionnement et chiffres clés Un prêt de courte durée Les crédits sont accordés sur une durée de quelques mois. Les bénéficiaires raisonnent donc en termes de taux par mois, et non à l’année. Des mensualités remboursables grâce au développement d’une activité économique L’activité économique développée grâce au microcrédit est très généralement rapidement profitable, et permet donc de payer les mensualités du prêt. Par exemple en Inde, au Kenya et aux Philippines, le taux annuel moyen du rendement de l'investissement dans des microentreprises varie de 117 à 847 %. Un taux d'intérêt mensuel de 6 % représente de 0,4% à 3,4 % des frais d'exploitation d'un microentrepreneur (en République dominicaine, en Colombie et au Chili). Un taux lié à l’environnement local Le taux d’intérêt d’une IMF donc être comparé au taux moyen pratiqué par les autres acteurs financiers de son environnement. Le taux des IMF peut être moins élevé que celui des banques.
  • 17. L’enjeu de l’impact social La microfinance a besoin de financements pour atteindre les 500M de personnes en attente de crédit d’ici 2020. Or les financements répondant à la logique de retour sur investissement financier sont dirigés en priorité vers les IMF les plus rentables. La crainte est donc que les bénéficiaires les plus pauvres soient laissés de côté par les IMF. La concurrence entre impact social et profitabilité est résolue par la définition des objectifs de chaque IMF: • Certaines IMF ont une vocation commerciale ; • Certaines IMF ont une vocation sociale. Pour elles, la profitabilité est un moyen, non une fin. Elles utilisent des chartes de bonne conduite et des outils de mesure de la performance sociale afin de remplir leur objectif social. Se pose néanmoins le problème de leur accès au financement, moindre que celui des autres IMF. Par ailleurs, la microfinance ne peut proposer ses services à certaines populations sans réaliser de pertes. Cela nécessite des dons, d’où la question suivante : le microcrédit doit-il être mis en place : • selon le principe que ses clients doivent avoir la capacité de rembourser leurs mensualités, • ou lorsqu’il est parmi les solutions dont le retour sur investissement social est le plus élevé ? (en complément de l’investissement dans les infrastructures et l’éducation, des réformes légales, etc.)
  • 18. L’enjeu du développement rural Le microcrédit est surtout développé dans les villes, or il existe un réel besoin chez les populations rurales pour ce type de service financier. Pour atteindre ces clients moins solvables et plus risqués que les clients urbains, le microcrédit nécessite des adaptations. Situation Obstacles Solutions Zones reculées Coûts de transaction et Agence mobile, paiement collecte plus élevés par téléphone mobile Niveau de revenu inférieur Clients moins solvables Niveau d’éducation inférieur Gestion moindre de Accompagnement, l’activité économique formation Dépendance à la météo Activité économique Microassurance risquée Production saisonnière Peu compatible avec le Remboursement après la Production à long terme remboursement mensuel récolte ou vente de l’animal
  • 19. L’enjeu du surendettement Dans certains pays ou la microfinance est très développée (Bangladesh, Inde, Mexique, Bolivie), certains clients se tournent vers une autre IMF pour rembourser leur 1er prêt, ce qui peut les plonger dans le cercle vicieux du surendettement. Les IMF sont de plus en plus nombreuses à mettre en place des outils de lutte contre le surendettement : • Partage des fichiers clients entre IMF du même territoire ; • Flexibilité du remboursement ; • Microassurances ; • Formation des agents de crédit pour mieux évaluer la capacité de remboursement des clients.
  • 20. MERCI ! Nous espérons que ce contenu a pu vous être utile, retrouvez-nous en ligne ! www.societegenerale.fr Site : www.probonolab.org Blog : www.pro-bono.fr contact@probonolab.org Sources : www.kiva.org www.planetfinance.org www.babyloan.org