SlideShare une entreprise Scribd logo
Études françaises
Document généré le 27 août 2017 09:37
Études françaises
Jean Rousset et le Baroque
Robert Vigneault
Volume 6, numéro 1, février 1970
URI : id.erudit.org/iderudit/036431ar
DOI : 10.7202/036431ar
Aller au sommaire du numéro
Éditeur(s)
Les Presses de l’Université de Montréal
ISSN 0014-2085 (imprimé)
1492-1405 (numérique)
Découvrir la revue
Citer cet article
Robert Vigneault "Jean Rousset et le Baroque." Études
françaises 61 (1970): 65–78. DOI : 10.7202/036431ar
Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services
d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous
pouvez consulter en ligne. [https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique-
dutilisation/]
Cet article est diffusé et préservé par Érudit.
Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l’Université
de Montréal, l’Université Laval et l’Université du Québec à Montréal. Il a pour
mission la promotion et la valorisation de la recherche. www.erudit.org
Tous droits réservés © Les Presses de l'Université de
Montréal, 1970
Notes
et documents
JEAN ROUSSET ET LE BAROQUE
Parmi les critiques contemporains, Jean Rousset
se signale par son audace et son ampleur de vue.Il
est déjà difficile de s'attaquer, comme Spitzer, à une
œuvre isolée, et, en ayant identifié la forme, d'en
dégager la signification. Or Rousset a pratiqué ce
type de critique, avec cette élégante maîtrise qui le
caractérise, dans sesessais sur Polyeucte, la Princesse
de Clèves et Madame Bovary, par exemple 1
. Il lui est
arrivé aussi d'étendre le champ de l'opération critique
à l'ensemble d'une œuvre, à l'instar d'un Richard,d'un
Starobinski ou d'un Vachon : on se souvient de ses
essais, assez rapides mais pénétrants, sur la structure
du drame claudélien, la composition rigoureuse du
grand roman de Proust, «la structure du double re-
gistre » dans les romans et le théâtre de Marivaux2
.
Tout en antennes et en regards, il incarne à merveille
ce «lecteur complet » qu'il rêve de trouver chez le
critique ; celui qui, dans le «Nouveau Monde » de
l'œuvre, réussit à capter cette forme unique qui est
solidaire dela vision del'écrivain et peut seule l'actua-
liser et la révéler, —alors quele «dessein intérieur »,
les «intentions », oules «idées » préexistant dansune
sorte de firmament platonicien ne nous apprennent,
1. Forme et signification, Paris, Corti, 1962.
2. Ibid.
66 Études françaises Vl, 1
en réalité, pas grand-chose sur l'œuvre achevée. Cette
forme, il la pressent active dans l'œuvre, grâce aux
« structures » que dessinent telle ligne de force ou tel
réseau de convergences concourant, par leurs multiples
liaisons, à l'unité de cette création.
Pourtant l'appétit critique de Jean Rousset ne
pouvait se rassasier d'une œuvre isolée ou même des
opera omnia d'un écrivain. Le champ doit s'élargir
encore : il lui faut une époque tout entière. Des affi-
nités sélectives le portaient vers « l'âge baroque ».
Après avoir publié des choix de textes de Jean de la
Ceppède, Andreas Gryphius et Angélus Silesius3
, il
embrassait hardiment la Littérature de l'âgebaroque
en France4
, couronnant ensuite l'œuvre descriptive
et historique par une Anthologie de la poésiebaroque
française en deux volumes5
. Le projet était ambitieux,
et peut-être prématuré : tel est, du moins, l'avis de
ce critique aussi honnête que souple qui, dans son
ouvrage le plus récent, VIntérieur et l'extérieur6
, mani-
feste une louable (et assez rare) aptitude à reviser ses
jugements passés. Pour ma part, j'inclinerais à trouver
trop modestes les dernières prises de position de Jean
Rousset; je suis plutôt frappé par le caractère éminem-
ment utile et éclairant de la synthèse qu'il proposait dès
1953; et je vois mal en quoi les sondages contemporains
dans le domaine du Baroque, dont fait état le dernier
ouvrage de Rousset, soient de nature à l'infirmer :
les études de l'Intérieur et l'extérieur, à une réserve
près (que je formulerai à la fin de cette note), m'ap-
paraissent plutôt comme une confirmation des intui-
tions, d'ailleurs solidement étayées, du critique de
1953. La fidélité au propos initial n'en semble nulle-
ment entamée, bien au contraire.
Il reste que l'entreprise, encore une fois, était
3. Jean de la Ceppède,choix de textes, Paris, G. L. M., 1947;
Andreas Gryphius, choix de textes et traduction, Paris, G. L. M.,
1947; Angélus Silesius, choix de textes et traduction, Paris,
G. L. M., 1949.
4. Paris, Corti, 1953.
5. Paris, Armand Colin, « Bibliothèque de Cluny », 1961.
6. Paris, Corti, 1968.
Jean Rousset et le Baroque 67
hardie. Car la démarche de Rousset impliquait une
double transposition qui aurait pu s'avérer aventu-
reuse. Il s'agissait d'abord de la translation d'un art
à un autre, c'est-à-dire des beaux-arts aux arts de
littérature ; puis, de l'extension à la France de critères
fondés sur des réalisations étrangères : italiennes sur-
tout, mais aussi espagnoles, allemandes, anglaises, en
un mot, européennes. Ce que Rousset rêvait d'entre-
prendre, au fond, « c'était une histoire de l'imagina-
tion, un chapitre de l'histoire de l'imagination à la-
quelle concourraient tous les artistes d'une époque, de
la pierre à la scène et de la palette au verbe7
».
L'hypothèse, qui suppose un fond commun dans l'ima-
gination des artistes créant à une même époque, quel
que soit leur langage, m'apparaît solidement fondée si
on admet l'existence d'une logique imaginative aussi
(plus ?) rigoureuse que la logique des idées. Bachelard
n'est-il pas allé beaucoup plus loin en ce sens en explo-
rant les éléments d'une sorte d'imaginaire universel où
s'alimenteraient les poètes de tous temps et de tous
lieux ?
Il est vrai par contre que le Baroque est une
« catégorie » particulièrement fuyante, celle qui se
prête le moins à une définition rigoureuse. Il suffit
de rappeler, pour s'en convaincre, les contributions
récentes d'historiens de l'art comme R. Wittkower
et A. Blunt, Ph. Minguet, J. Thuillier, Pierre Car-
pentrat; et, du point de vue qui nous intéresse sur-
tout, celles des exégètes d'une littérature baroque :
G. Getto, A. Schône, F. Strich, R. Alewyn, A. Cio-
ranescu et Marcel Raymond, un des pionniers du
Baroque littéraire en France. Savants et littérateurs
poursuivent, sur la nature du Baroque, une recherche
qui se mesure à des formes essentiellement mouvantes
et qui échappent sans cesse au moule commode des
définitions. Pour sa part, Jean Rousset était tout
désigné pour s'intéresser à cette question. Car, non
seulement n'a-t-il jamais partagé le mépris de certains
classicisants à l'égard du Baroque, mais a-t-il véri-
7. L'Intérieur et Vextériewr, p. 240.
68 Études françaises Vl, 1
tablement discerné et aimé un ordre et un goût ba-
roques. On le devine séduit par les œuvres qui s'en
inspirent ; et il est significatif qu'au terme d'un bilan
sur l'insaisissable « catégorie », et las de disséquer des
universaux, il se hâte de revenir en toute simplicité au
réel de l'œuvre des Bernin et Borromini8
.
Et poutant, rouvrant la Littérature de Vâge ba-
roque en France, en profane non encombré des re-
cherches erudites, je ne peux m'empêcher de penser
que Rousset s'était déjà admirablement acquitté de
son entreprise critique. Quel luxe d'aperçus nou-
veaux, brillamment illustrés par la littérature et les
beaux-arts ! L'auteur situe l'âge baroque approxima-
tivement de 1580 à 1670, de Montaigne au Bernin. Les
thèmes qui caractérisent ce « siècle » relèvent d'une
imagination vouée à la démesure, à la magie et au
mouvement perpétuel : le changement, l'inconstance,
le déguisement, la métamorphose, le trompe-l'œil, la
parure, le spectacle de la mort, la vie fugitive, le monde
en instabilité. Deux symboles, entre autres, semblent
commander l'imagination de ce temps : Circé et le
Paon, c'est-à-dire la métamorphose et l'ostentation,
le mouvement et le décor. Ce sont les beaux-arts, et
.surtout l'architecture romaine, qui ont fourni à l'auteur
la plus pure expression du Baroque et le point de
départ de sa réflexion : ouvrages du Bernin, façades
de Borromini, décorations de Pierre de Cortone, etc.,
qu'il ira admirer de nouveau, en toute simplicité, après
la fatigue des écritures. Mais les rapprochements se
sont vite et irrésistiblement imposés avec les arts plas-
tiques et littéraires de toute l'Europe de cette époque,
et même avec ceux du prestigieux xvir siècle français,
château fort traditionnel du classicisme le plus iné-
branlable.
En fait, les sondages de Rousset (sans oublier,
bien sûr, Marcel Raymond et autres devanciers) sur
le Baroque et ses répercussions sur la littérature
française de la fin du XVIe
et de la première moitié
du xvir siècle, ne tendent pas moins qu'à une remise
8. L'Intérieur et l'extérieur, p. 256.
Jean Rousset et le Baroque 69
en question radicale de notre vision du Classicisme
français. On avait coutume de présenter le Grand Siècle
comme une victoire de Tordre sur le désordre. Boileau
et son École prestigieuse avaient sauvé les lettres fran-
çaises de la fange d'un « préclassicisme » informe où
pullulaient une pléthore de petits auteurs attendant le
coup de balai de YArt poétique.
C'est justement cette période et ces écrivains bien
hâtivement classés parmi les auteurs mineurs, en re-
gard des critères classiques, que Rousset et d'autres se
proposent de réhabiliter. Ont-ils réussi à déraciner
le préjugé aussi tenace que le schéma scolaire inculqué
à des générations d'étudiants ? On peut en douter. Ce
n'est pas tout de substituer le Baroque au Préclassi-
cisme. Il faut l'entendre comme Rousset d'une culture
et d'une littérature autonomes, fruits d'une sensi-
bilité originale.
Là est le nœud de la question et le résultat capital
de l'enquête qu'ont poursuivie Rousset et autres fer-
vents du Baroque : la mise au jour d'une nouvellesensi-
bilité. Celle-ci distingue évidemment le Baroque du
Classicisme ; mais aussi de la Renaissance, dont on en
avait fait un rejeton excessif et décadent; et même du
Romantisme auquel on l'associait à cause de son exu-
bérance. À quoi attribuer l'avènement de cette nouvelle
sensibilité ? L'époque qui va de la fin du XVIe
au milieu
du xvir siècle est déchirée par des conflits armés :
guerres de religion, guerre de Trente ans ; sur le plan
idéologique, la Réforme a ébranlé des certitudes tenues
pour éternelles sans que la Contre-Réforme ait pu les
rétablir dans leur solidité dogmatique ; la loi du monde
semble être devenue l'instabilité et l'illusion. Au niveau
des arts, on se complaît effectivement dans les spec-
tacles de mobilité, de métamorphose, de déguisement,
de magie qu'offrent les ballets de cour et les grandes
pastorales dramatiques comme l'Astrée. De son côté,
le théâtre jouit d'une faveur singulière en cet âge
où la vie même semble aussi mouvante et illusoire que
le théâtre. On se prend même tout à fait au jeu :
l'attitude théâtrale tend à envahir la vaste scène tour-
nante de la vie, avec son insistance sur le décor, la
70 Études françaises Vl, 1
parure et la prédominance du paraître sur Yêtre. Mais
— le contraste est saisissant — voici le glas au milieu
des enchantements de la pastorale ou de la fête : friand
des extrêmes, l'homme baroque nourrit une singulière
obsession de la mort, devenue elle-même décor et pré-
sentée sous ses dehors les plus macabres. La discor-
dance n'est qu'apparente : en un monde où l'être se
dissout sans cesse, la mort n'est qu'un des masques de
la vie; le frisson d'horreur ajoute du piquant à l'émer-
veillement. De nombreux poètes ont exprimé cette ob-
session, tels Agrippa d'Aubigné, Chassignet, Sponde;
mais aussi les Jésuites, ces puissants instruments de la
Contre-Réforme, lui font-ils une place théâtrale dans
leurs prédications inspirées par les Exercices spiri-
tuels. Nous sommes loin de la mort gracieuse des poètes
de la Renaissance qui projetaient sur la mort des
images de vie ; les hommes de ce temps se plaisent, au
contraire, à s'entourer vivants des images de leur
mort. Le spectre macabre, envahissant et spectacu-
laire, introduit partout le doute sur la réalité de la vie.
Circé, Protée et le Paon, splendides Vanités, répè-
tent à l'envi le refrain du Tout change. Façades et pa-
rures ont beau être somptueuses, elles restent décor
et trompe-l'œil voués à une prompte métamorphose.
Le monde entier est éprouvé comme un écoulement.
Mais deux familles d'esprits solliciteront les hommes
de l'âge baroque. Certains prennent leur parti du chan-
gement universel et même s'y complaisent, en font
l'apologie. Tels sont, plus nombreux, à vrai dire, que
leurs frères ennemis, tous ces complices de l'écoule-
ment, ces poètes de la vie fugitive comme les marinistes
italiens dont les images préférées sont de mouvantes
beautés d'un moment : la flamme, la neige, le nuage,
l'arc-en-ciel, la bulle, les eaux vives et jaillissantes.
En bonne place figurent des poètes et dramaturges
jésuites comme Le Moyne et Bussières ; la Compagnie
a des affinités avec le Baroque par son goût tradi-
tionnel du théâtre et de toutes les formes dramatiques,
sa recherche de l'effet, son sens de la variabilité in-
finie de l'être (source de la casuistique) et jusqu'à son
culte des vertus décoratives qui composent l'extérieur
Jean Rousset et le Baroque 71
sur le modèle de la « modestie ». Les maîtres, avoués
ou non, des artistes et écrivains de ce temps sont ces
complices de l'être « ondoyant et divers » : Montaigne,
Le Bernin, Marino. D'autres, pourtant, s'efforcent de
mater l'universelle instabilité et nourrissent un rêve de
permanence (mais toujours, notons-le, sur fond de mo-
bilité) : tels Sponde, D'Aubigné et le janséniste Pascal
fustigeant l'homme baroque, mais reconnaissant que
« l'homme n'est jamais plus semblable à lui-même
que lorsqu'il est en mouvement ». Corneille lui-même,
surmontant son instinct de la mobilité, installe, au prix
de quelle tension, ses héros dans leur « gloire », quitte
à retrouver la tentation baroque sous la forme de l'os-
tentation... Pour les mêmes raisons, on s'adonnera ou
on s'opposera passionnément au théâtre, qui permet à
l'homme-acteur de passer allègrement d'un personnage
à l'autre. Bossuet et Nicole9
se refuseront à ce jeu
pernicieux tandis que les Jésuites s'y complairont.
Heureusement...
On soupçonne peut-être combien le Baroque dif-
fère du Romantisme avec lequel on le confond parfois.
En fait, un Rousseau, par exemple, est l'anti-Baroque
par excellence. Il réprouve le théâtre qui accorde le
primat au paraître sur Yêtre. Les romantiques sont en
quête du moi profond caché sous le masque des appa-
rences tandis qu'à l'âge baroque le moi est une intimité
qui doit se montrer. La rêverie romantique plonge vers
l'intérieur, à la recherche de la sincérité la plus nue;
la rêverie baroque, essentiellement active, se délecte
dans les formes extérieures et les spectacles les plus
brillants, fussent-ils illusions d'un moment. L'instinct
moderne de l'authenticité ne l'habite pas. Rousseau
sera le grand arracheur de masques.
En présentant, après quinze ans, de nouveaux
essais sur la poésie et le théâtre du XVIIe
siècle, dans
l'Intérieur et Vextérieur, Jean Rousset n'a pas désa-
voué son projet initial. Mais, fidèle à l'esprit de l'œuvre
baroque, si dynamique qu'elle laisse pressentir dans sa
forme même un incoercible mouvement vers d'autres
9. L'Intérieur et l'extérieur, p. 162.
72 Études françaises Vl, 1
formes, il joue avec une souplesse accrue de l'instable
« catégorie ». Le Baroque privilégiait « l'extérieur » :
sur la réalité devenue scène de théâtre se succédaient
des personnages multiples exhibant, au milieu du décor
et de la parure, les masques de la fête ou du spectable
funèbre. Parfois, au sein de cette fluidité de l'être et de
la vie, se faisait entendre un sourd appel vers la
fixité et la permanence. Jean Rousset aura voulu
nuancer ses analyses en y intégrant plus explicitement
cette dialectique de l'intérieur et de l'extérieur. Si la
notion de Baroque s'offrait comme une hypothèse de
travail, ou encore « un outil pour questionner la réa-
lité 10
», on peut dire que l'auteur l'a mise au point et
perfectionnée. Bien sûr, il s'agit toujours d'un schéma
interprétatif ou d'une grille construite par un lecteur
du XXe
siècle, mais qu'importe, après tout, si elle favo-
rise la découverte et la réévaluation de toute une litté-
rature du xvir siècle, injustement méconnue.
Ainsi se trouve remise en valeur une riche poésie
de l'introspection, à quoi s'oppose un courant poétique
non moins fécond, marqué au coin d'une vertu typi-
quement baroque : l'ostentation. Chez Jean de La
Ceppède, « admirable artiste du sonnet », on découvre
une poésie religieuse dont la démarche rappelle celle
des Exercices spirituels d'Ignace de Loyola qui ont telle-
ment influencé la pensée de cette époque. À partir d'une
« composition de lieu » ou d'une « application des
sens » où le surnaturel est rendu actuel et visible, le
poète fait retour vers son intimité pécheresse dans un
« colloque » avec le Sauveur. Un Claude Hopil, qui se
rattache à toute une lignée de poètes mystiques : Jean
de Sponde, Agrippa d'Aubigné, Labadie, Malaval,
Mme
Guyon, atteint à un «beau lyrisme métaphysique »,
dans l'expression de la transcendance divine, en recou-
rant à cette jonction paradoxale des contraires fami-
lière à l'Aréopagite et à Jean de la Croix adorant
« cette Ténèbre plus lumineuse que la lumière ». Si
les images et les métaphores sont menacées, surtout
en France, par les tenants d'une « esthétique mal-
10. L'Intérieur et l'extérieur, p. 248.
Jean Rousset et le Baroque 73
thusienne » issue de Malherbe et consorts, elles trou-
vent en revanche d'ardents défenseurs comme Mlle
de
Gournay et surtout des praticiens intarissables : les
marinistes italiens et français. Soucieux de contribuer
à la réhabilitation de ces « joyaux » poétiques, Rousset
présente un choix d'oeuvres marinistes qu'il a traduites
avec le soin qu'exigent ces « délicates dentelles » tissées
par le jeu baroque. « Où Bouhours ne voulait recon-
naître que du « creux », sachons pressentir une inti-
mité qui se montre en fuyant derrière le voile agité
de ses concetti u
. » Aux lecteurs conditionnés que nous
sommes par les exigences de la sincérité et de l'authen-
ticité, il faut sans doute un effort de dépouillement et
de dépaysement pour goûter cet art tourné non pas vers
le dedans mais vers le dehors. C'est la seule voie
d'accès à une intimité qui se voulait justement pro-
jetée tout entière au-dehors. Et, en fait, pourquoi la
poésie serait-elle toujours confidence ?
Il était inévitable que, sur la scène baroque,
Rousset en vînt à rencontrer l'homme-Protée, l'héritier
d'Hylas, l'Inconstant par excellence : Don Juan. Le
drame de Tirso de Molina est né du conflit baroque
entre l'inconstance « noire » et l'inconstance « blan-
che » : la première, damnée par la lignée Sponde-
Pascal; la seconde, joyeusement cultivée par la lignée
montaignienne et berninesque. Après avoir reconstitué
le mythe dans sa structure initiale, Rousset en pour-
suit les avatars jusqu'au Romantisme et à l'âge mo-
derne où la signification de ce mythe reçu du Baroque
a été bouleversée. Don Juan n'est plus dénoncé, mais
Hoffman, Byron, Musset et Baudelaire vont se con-
fondre avec lui et l'absoudre comme un frère ou un
complice. L'acteur est devenu un sincère : par quoi
Ton mesure, encore une fois, tout ce qui sépare le
Baroque du Romantisme.
Les métamorphoses de Don Juan invitent à poser
le problème du théâtre et de la réalité. Pour le roman-
tique, on ne représente bien que ce qu'on est déjà, en
vertu d'une sincérité qui absorbe l'art dans la vie;
11. L'Intérieur et Vextérieur, p. 74.
74 Études françaises Vl, 1
c'est la mort du personnage. Tandis que le XVIIe
siècle,
au contraire, ensorcelé par la magie de la scène, allait
jusqu'à conformer l'être au personnage : témoin le
Saint-Genest de Rotrou. Mais l'identification, dans l'un
et l'autre cas, cache un piège qui peut détruire le
théâtre. Car le véritable comédien, suivant Diderot
et Jouvet, est celui qui peut sortir de soi pour devenir
un autre, — mais à condition de pouvoir ensuite se
retrouver. Le maintien de ce difficile équilibre entre
l'intérieur et l'extérieur, ou encore entre la personne
et le personnage, est essentiel à l'existence même du
théâtre. D'autre part, le XVIIe
siècle, en adoptant la
scène à l'italienne, distinguait très nettement entre
l'aire profane du public et l'aire sacrée des acteurs.
Le théâtre obéissait ainsi à une esthétique de l'en-
chantement : subjugué par la scène éblouissante de-
venue « île enchantée » ou «coffret d'illusioniste », le
spectateur du ballet de cour, de l'opéra, mais aussi
des pièces de Rotrou et de Corneille, perdait tout sen-
timent de la distinction entre le jeu et la réalité et
s'abandonnait à une sorte de rêve éveillé. Chose frap-
pante, mais attendue, et qui confère une grandeur
sacrée à des divertissements plus graves qu'on ne croit,
le spectacle grandiose inclut aussi, en guise de con-
clusion nécessaire et peut-être d'apothéose, sa propre
destruction souvent fastueuse quand l'aire enchantée
devient la proie des flammes. C'est que, « sous le
masque éclatant du xvir siècle baroque, se dissimule
une tête de mort, comme dans ces compositions pic-
turales qui sont des «Vanités 12
». Qu'on est loin, avec
cette esthétique de l'hallucination, de la distanciation
de Brecht ou de la communication directe d'un Artaud !
Au nom d'un idéal de participation active, le XXe
siècle
cherche, tout au contraire du XVIIe
, à supprimer la
séparation de la scène et de la salle.
C'est dans tous les secteurs de l'activité artistique
et littéraire que Rousset poursuit les matériaux de son
histoire de l'imagination, sans se soucier de la cohé-
rence externe d'un ouvrage pourtant profondément
unifié par la dialectique de l'intérieur et de l'extérieur.
12. L'Intérieur et l'extérieur, p. 179.
Jean Rousset et le Baroque 75
Quittant le théâtre, il s'intéresse ensuite à un phéno-
mène de perception poétique : la vision réfléchie. Et,
comparant les poètes du xvir siècle à ceux de l'âge
romantique et symboliste, il reconnaît, encore une fois,
la mentalité baroque; ou mieux, pour respecter son
évolution vers une « catégorie » plus souple, il retrouve
à l'œuvre la féconde dialectique déjà signalée. Les
poètes ont de tous temps « réfléchi » au bord des
miroirs et des fontaines, affirme Rousset, en bon
mariniste... Mais, aux yeux de Marino, Saint-Amant,
Le Moyne, Du Bois Hus ou Cyrano de Bergerac, le jeu
des reflets, si enchanteur soit-il, n'est en définitive
qu'un spectacle, et donc une imposture des sens; une
belle façade, bien sûr, mais qui ne renverrait à aucune
intimité. Et on aboutit, au terme de ces déploiements
imaginatifs, à une critique de l'imagination, dupée par
le trompe-l'œil d'une parure éphémère. Tout au con-
traire, chez les romantiques et les symbolistes, la vision
réfléchie introduit au mystère même de l'intimité;
l'eau réfléchissante, ce « miroir mental » des symbo-
listes, sera de plus en plus considérée comme le sym-
bole de l'imagination poétique, créatrice d'images ou-
vrant à une perception de plus en plus profonde de
la réalité. Nous sommes aux antipodes de ce xvir siècle
qui exaltait, mais en la suspectant, la poésie des reflets.
S'ajoutant à la Littérature de Vâge baroque en
France, les essais de l'Intérieur et l'extérieur, qui en
font espérer d'autres, aussi suggestifs, me paraissent
justifier l'hypothèse de travail de Jean Rousset et
démontrer, de façon convaincante, qu'il ne saurait être
question d'un « Adieu au Baroque ». Dans l'ensemble,
l'auteur est resté fidèle à son propos initial : il l'aura
nuancé tout au plus en l'intégrant dans l'ample dia-
lectique de « l'intérieur et l'extérieur ». Pourtant, à
la suite de recherches poursuivies par les historiens
de l'art et les exégètes de la littérature, Rousset au-
rait-il été tenté de douter du bien-fondé de ses premiers
travaux ? C'est ce qui me semble ressortir des derniers
chapitres de l'Intérieur et l'extérieur : « Adieu au Ba-
roque ? »et « Esquisse d'un bilan ». On le voit s'y effor-
cer vers une définition plus rigoureuse du Baroque,
76 Études françaises Vl, 1
trop rigoureuse, à mon avis, puisqu'elle ne respecte
pas toujours les résultats des enquêtes précédentes,
pourtant soigneusement menées par l'auteur, sur l'art
et la littérature baroques. Ainsi Rousset inclinerait
maintenant, si je comprends bien, à discerner dans les
œuvres la coexistence du multiple et de l'Un, de l'in-
constance et de la permanence : dialogue des contraires
nécessaire à l'imagination baroque idéale, croit-il. À
l'appui de cette nouvelle prise de position, il cite Favre,
Brébeuf, Labadie, Drelincourt, Bossuet, Bussières.
Mais ces textes ne me semblent relever que des tenants
de 1'« inconstance noire 13
»; ils ne représenteraient
donc qu'une facette du Baroque, ou même la mentalité
anti-baroque d'un Pascal. En face de ces derniers, et
plus importants encore, figurent tous ces poètes de
1'« insconstance blanche », ces complices de la vie fugi-
tive savourée dans sa fluidité même. De même Rousset
n'aurait-il pas quelque peu infléchi, sous l'influence de
cette nouvelle « définition », sa perception initiale d'un
ouvrage du Bernin : la Fontaine des quatre fleuves ?
À la fin de VIntérietir et l'extérieur, il décrit ces figures
en mouvement autour de l'obélisque « centre immo-
bile », « symbole impassible » de 1'« éternité ». Dans
la Littérature de Vâgebaroque,l'accent était plutôt mis
sur l'instabilité : les figures du Bernin, « pétrifiées
en plein mouvement... esquissent un geste pour retenir
l'obélisque dont elles semblent craindre la chute14
».
Les hésitations de ce chercheur consciencieux, si
discutables soient-elles, n'en témoignent pas moins du
sérieux et de la souplesse d'une démarche critique uni-
quement soucieuse de décrire un univers littéraire dont
la capricieuse mobilité se rit de nos universaux.
ROBERT VIGNEAULT
13. L'Intérieur et l'extérieur, p. 128 sqq.
14. La Littérature de Vâgebaroqueen France, p. 162.
L' ADONE
Page de titre de l'Adonis de Marino (édition de Venize, 1623).
Page de titre de l'Adonis de Marino {édition de Paris, 1623).

Contenu connexe

Tendances

Scriptie MA Kristof 2011 UBA
Scriptie MA Kristof 2011 UBAScriptie MA Kristof 2011 UBA
Scriptie MA Kristof 2011 UBA
Luuck Droste
 
La pensée française au xvii ie siècle
La pensée française au xvii ie siècleLa pensée française au xvii ie siècle
La pensée française au xvii ie siècle
cyrilshane
 
Pres intro poésie 16
Pres intro poésie 16Pres intro poésie 16
Pres intro poésie 16
Philippe Campet
 
Le folies Tristan e altri casi di schizofrenia testuale
Le folies Tristan e altri casi di schizofrenia testualeLe folies Tristan e altri casi di schizofrenia testuale
Le folies Tristan e altri casi di schizofrenia testuale
Anatole Pierre Fuksas
 
Erea 155-5-2-a-contre-temps-retour-sur-quelques-evidences-de-la-critique-en-f...
Erea 155-5-2-a-contre-temps-retour-sur-quelques-evidences-de-la-critique-en-f...Erea 155-5-2-a-contre-temps-retour-sur-quelques-evidences-de-la-critique-en-f...
Erea 155-5-2-a-contre-temps-retour-sur-quelques-evidences-de-la-critique-en-f...
Krista McCandless
 
Generi Letterari e Tradizione “Degenerativa”
Generi Letterari e Tradizione “Degenerativa”Generi Letterari e Tradizione “Degenerativa”
Generi Letterari e Tradizione “Degenerativa”
Anatole Pierre Fuksas
 
PoéSie Davant Garde
PoéSie Davant GardePoéSie Davant Garde
PoéSie Davant Garde
rimbaudflamme
 
Le regard est un Art !
Le regard est un Art !Le regard est un Art !
Le regard est un Art !
Eric LEGER
 
Descriptif Reys - Ribeaupierre 2010
Descriptif Reys - Ribeaupierre 2010Descriptif Reys - Ribeaupierre 2010
Descriptif Reys - Ribeaupierre 2010
Caroline REYS, Lycée virtuel
 
Prose poétique
Prose poétiqueProse poétique
Prose poétique
René ANDREESCU
 
Zola et lecriture_de_lhistoire_ecritures
Zola et lecriture_de_lhistoire_ecrituresZola et lecriture_de_lhistoire_ecritures
Zola et lecriture_de_lhistoire_ecritures
Manolache Marioara
 
René char, biographie
René char, biographieRené char, biographie
René char, biographie
noctambule
 
Article colan 0336-1500_1985_num_63_1_1662
Article colan 0336-1500_1985_num_63_1_1662Article colan 0336-1500_1985_num_63_1_1662
Article colan 0336-1500_1985_num_63_1_1662
Geoffrey Dorne
 
Transfuge - Vies pøtentielles
Transfuge - Vies pøtentiellesTransfuge - Vies pøtentielles
Transfuge - Vies pøtentielles
toledoarchives
 
CARTULAIRES DE MONTPELLIER - tome 3 (980-1789)
CARTULAIRES DE MONTPELLIER - tome 3 (980-1789)CARTULAIRES DE MONTPELLIER - tome 3 (980-1789)
CARTULAIRES DE MONTPELLIER - tome 3 (980-1789)
Mairie de Montpellier
 
Le Matricule des anges - Celui qui reste
Le Matricule des anges - Celui qui resteLe Matricule des anges - Celui qui reste
Le Matricule des anges - Celui qui reste
toledoarchives
 
Le surréalisme par giuseppina martoriello
Le surréalisme par giuseppina martorielloLe surréalisme par giuseppina martoriello
Le surréalisme par giuseppina martoriello
giuseppina martoriello
 

Tendances (20)

Scriptie MA Kristof 2011 UBA
Scriptie MA Kristof 2011 UBAScriptie MA Kristof 2011 UBA
Scriptie MA Kristof 2011 UBA
 
La pensée française au xvii ie siècle
La pensée française au xvii ie siècleLa pensée française au xvii ie siècle
La pensée française au xvii ie siècle
 
Pres intro poésie 16
Pres intro poésie 16Pres intro poésie 16
Pres intro poésie 16
 
Bac biographie
Bac biographieBac biographie
Bac biographie
 
Le folies Tristan e altri casi di schizofrenia testuale
Le folies Tristan e altri casi di schizofrenia testualeLe folies Tristan e altri casi di schizofrenia testuale
Le folies Tristan e altri casi di schizofrenia testuale
 
Erea 155-5-2-a-contre-temps-retour-sur-quelques-evidences-de-la-critique-en-f...
Erea 155-5-2-a-contre-temps-retour-sur-quelques-evidences-de-la-critique-en-f...Erea 155-5-2-a-contre-temps-retour-sur-quelques-evidences-de-la-critique-en-f...
Erea 155-5-2-a-contre-temps-retour-sur-quelques-evidences-de-la-critique-en-f...
 
Generi Letterari e Tradizione “Degenerativa”
Generi Letterari e Tradizione “Degenerativa”Generi Letterari e Tradizione “Degenerativa”
Generi Letterari e Tradizione “Degenerativa”
 
PoéSie Davant Garde
PoéSie Davant GardePoéSie Davant Garde
PoéSie Davant Garde
 
Le regard est un Art !
Le regard est un Art !Le regard est un Art !
Le regard est un Art !
 
Descriptif Reys - Ribeaupierre 2010
Descriptif Reys - Ribeaupierre 2010Descriptif Reys - Ribeaupierre 2010
Descriptif Reys - Ribeaupierre 2010
 
Prose poétique
Prose poétiqueProse poétique
Prose poétique
 
Zola et lecriture_de_lhistoire_ecritures
Zola et lecriture_de_lhistoire_ecrituresZola et lecriture_de_lhistoire_ecritures
Zola et lecriture_de_lhistoire_ecritures
 
René char, biographie
René char, biographieRené char, biographie
René char, biographie
 
Article colan 0336-1500_1985_num_63_1_1662
Article colan 0336-1500_1985_num_63_1_1662Article colan 0336-1500_1985_num_63_1_1662
Article colan 0336-1500_1985_num_63_1_1662
 
Désastres
DésastresDésastres
Désastres
 
Séance atlas mnemosyne
Séance atlas mnemosyneSéance atlas mnemosyne
Séance atlas mnemosyne
 
Transfuge - Vies pøtentielles
Transfuge - Vies pøtentiellesTransfuge - Vies pøtentielles
Transfuge - Vies pøtentielles
 
CARTULAIRES DE MONTPELLIER - tome 3 (980-1789)
CARTULAIRES DE MONTPELLIER - tome 3 (980-1789)CARTULAIRES DE MONTPELLIER - tome 3 (980-1789)
CARTULAIRES DE MONTPELLIER - tome 3 (980-1789)
 
Le Matricule des anges - Celui qui reste
Le Matricule des anges - Celui qui resteLe Matricule des anges - Celui qui reste
Le Matricule des anges - Celui qui reste
 
Le surréalisme par giuseppina martoriello
Le surréalisme par giuseppina martorielloLe surréalisme par giuseppina martoriello
Le surréalisme par giuseppina martoriello
 

Similaire à Jean rousset et le baroque

La littérature espagnole en France au XVIIe siècle - Réception et prévention ...
La littérature espagnole en France au XVIIe siècle - Réception et prévention ...La littérature espagnole en France au XVIIe siècle - Réception et prévention ...
La littérature espagnole en France au XVIIe siècle - Réception et prévention ...
Universidad Complutense de Madrid
 
La réception du grotesque hugolien dans le théâtre espagnol du XIXe siècle.pdf
La réception du grotesque hugolien dans le théâtre espagnol du XIXe siècle.pdfLa réception du grotesque hugolien dans le théâtre espagnol du XIXe siècle.pdf
La réception du grotesque hugolien dans le théâtre espagnol du XIXe siècle.pdf
Universidad Complutense de Madrid
 
Confronto naturalismo verismo
Confronto naturalismo verismoConfronto naturalismo verismo
Confronto naturalismo verismo
giuseppina martoriello
 
Le Tristan de Wagner - Un 'relais' musical.pdf
Le Tristan de Wagner - Un 'relais' musical.pdfLe Tristan de Wagner - Un 'relais' musical.pdf
Le Tristan de Wagner - Un 'relais' musical.pdf
Universidad Complutense de Madrid
 
Littérature française du
Littérature française duLittérature française du
Littérature française du
Piyush Kamal
 
Le réalisme
Le réalismeLe réalisme
Le réalisme
adilcharif
 
Molière et la comedia espagnole. Le Linceul de Pénélope. L'exemple de Dom Jua...
Molière et la comedia espagnole. Le Linceul de Pénélope. L'exemple de Dom Jua...Molière et la comedia espagnole. Le Linceul de Pénélope. L'exemple de Dom Jua...
Molière et la comedia espagnole. Le Linceul de Pénélope. L'exemple de Dom Jua...
Universidad Complutense de Madrid
 
Figures III (Discours du récit Essai de méthode) by Gérard Genette (z-lib.org...
Figures III (Discours du récit Essai de méthode) by Gérard Genette (z-lib.org...Figures III (Discours du récit Essai de méthode) by Gérard Genette (z-lib.org...
Figures III (Discours du récit Essai de méthode) by Gérard Genette (z-lib.org...
MihaelaStanica1
 
Maures et chrétiens dans la littérature du XVIIe siècle. Questions sur l’imag...
Maures et chrétiens dans la littérature du XVIIe siècle. Questions sur l’imag...Maures et chrétiens dans la littérature du XVIIe siècle. Questions sur l’imag...
Maures et chrétiens dans la littérature du XVIIe siècle. Questions sur l’imag...
Universidad Complutense de Madrid
 
Colloque André Dhôtel
Colloque André DhôtelColloque André Dhôtel
Colloque André Dhôtel
Alain Grosrey
 
147865537 al7fr10tepa0111-sequence-02
147865537 al7fr10tepa0111-sequence-02147865537 al7fr10tepa0111-sequence-02
147865537 al7fr10tepa0111-sequence-02
Ettaoufik Elayedi
 
Pontormo and Rosso Fiorentino. Portraits
Pontormo and Rosso Fiorentino. PortraitsPontormo and Rosso Fiorentino. Portraits
Pontormo and Rosso Fiorentino. Portraits
guimera
 
Sef printemps 2015
Sef printemps 2015 Sef printemps 2015
Sef printemps 2015
Bâle Région Mag
 
Fortunes et infortunes du précepte horatien 'utile dulci' dans la littérature...
Fortunes et infortunes du précepte horatien 'utile dulci' dans la littérature...Fortunes et infortunes du précepte horatien 'utile dulci' dans la littérature...
Fortunes et infortunes du précepte horatien 'utile dulci' dans la littérature...
Universidad Complutense de Madrid
 
Modernisme - questions de théorie.pdf
Modernisme - questions de théorie.pdfModernisme - questions de théorie.pdf
Modernisme - questions de théorie.pdf
Universidad Complutense de Madrid
 
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaireChapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire
Azzam Madkour
 
8 pages du livre de Luc Ferry "L'Invention de la Vie de Bohème"
8 pages du livre de Luc Ferry "L'Invention de la Vie de Bohème"8 pages du livre de Luc Ferry "L'Invention de la Vie de Bohème"
8 pages du livre de Luc Ferry "L'Invention de la Vie de Bohème"
EDITIONS CERCLE D'ART
 
Art et Environnement- Conclusion
Art et Environnement- ConclusionArt et Environnement- Conclusion
Art et Environnement- Conclusion
Azzam Madkour
 
Art immédiat le poignard subtil
Art immédiat   le poignard subtilArt immédiat   le poignard subtil
Art immédiat le poignard subtil
Davjo Dav
 

Similaire à Jean rousset et le baroque (20)

La littérature espagnole en France au XVIIe siècle - Réception et prévention ...
La littérature espagnole en France au XVIIe siècle - Réception et prévention ...La littérature espagnole en France au XVIIe siècle - Réception et prévention ...
La littérature espagnole en France au XVIIe siècle - Réception et prévention ...
 
La réception du grotesque hugolien dans le théâtre espagnol du XIXe siècle.pdf
La réception du grotesque hugolien dans le théâtre espagnol du XIXe siècle.pdfLa réception du grotesque hugolien dans le théâtre espagnol du XIXe siècle.pdf
La réception du grotesque hugolien dans le théâtre espagnol du XIXe siècle.pdf
 
Confronto naturalismo verismo
Confronto naturalismo verismoConfronto naturalismo verismo
Confronto naturalismo verismo
 
Le Tristan de Wagner - Un 'relais' musical.pdf
Le Tristan de Wagner - Un 'relais' musical.pdfLe Tristan de Wagner - Un 'relais' musical.pdf
Le Tristan de Wagner - Un 'relais' musical.pdf
 
Littérature française du
Littérature française duLittérature française du
Littérature française du
 
Le réalisme
Le réalismeLe réalisme
Le réalisme
 
Molière et la comedia espagnole. Le Linceul de Pénélope. L'exemple de Dom Jua...
Molière et la comedia espagnole. Le Linceul de Pénélope. L'exemple de Dom Jua...Molière et la comedia espagnole. Le Linceul de Pénélope. L'exemple de Dom Jua...
Molière et la comedia espagnole. Le Linceul de Pénélope. L'exemple de Dom Jua...
 
Figures III (Discours du récit Essai de méthode) by Gérard Genette (z-lib.org...
Figures III (Discours du récit Essai de méthode) by Gérard Genette (z-lib.org...Figures III (Discours du récit Essai de méthode) by Gérard Genette (z-lib.org...
Figures III (Discours du récit Essai de méthode) by Gérard Genette (z-lib.org...
 
Maures et chrétiens dans la littérature du XVIIe siècle. Questions sur l’imag...
Maures et chrétiens dans la littérature du XVIIe siècle. Questions sur l’imag...Maures et chrétiens dans la littérature du XVIIe siècle. Questions sur l’imag...
Maures et chrétiens dans la littérature du XVIIe siècle. Questions sur l’imag...
 
Colloque André Dhôtel
Colloque André DhôtelColloque André Dhôtel
Colloque André Dhôtel
 
147865537 al7fr10tepa0111-sequence-02
147865537 al7fr10tepa0111-sequence-02147865537 al7fr10tepa0111-sequence-02
147865537 al7fr10tepa0111-sequence-02
 
Certeau le rire de mf
Certeau   le rire de mfCerteau   le rire de mf
Certeau le rire de mf
 
Pontormo and Rosso Fiorentino. Portraits
Pontormo and Rosso Fiorentino. PortraitsPontormo and Rosso Fiorentino. Portraits
Pontormo and Rosso Fiorentino. Portraits
 
Sef printemps 2015
Sef printemps 2015 Sef printemps 2015
Sef printemps 2015
 
Fortunes et infortunes du précepte horatien 'utile dulci' dans la littérature...
Fortunes et infortunes du précepte horatien 'utile dulci' dans la littérature...Fortunes et infortunes du précepte horatien 'utile dulci' dans la littérature...
Fortunes et infortunes du précepte horatien 'utile dulci' dans la littérature...
 
Modernisme - questions de théorie.pdf
Modernisme - questions de théorie.pdfModernisme - questions de théorie.pdf
Modernisme - questions de théorie.pdf
 
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaireChapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire
Chapitre IV: Un art en délire-3-Vers un art élémentaire
 
8 pages du livre de Luc Ferry "L'Invention de la Vie de Bohème"
8 pages du livre de Luc Ferry "L'Invention de la Vie de Bohème"8 pages du livre de Luc Ferry "L'Invention de la Vie de Bohème"
8 pages du livre de Luc Ferry "L'Invention de la Vie de Bohème"
 
Art et Environnement- Conclusion
Art et Environnement- ConclusionArt et Environnement- Conclusion
Art et Environnement- Conclusion
 
Art immédiat le poignard subtil
Art immédiat   le poignard subtilArt immédiat   le poignard subtil
Art immédiat le poignard subtil
 

Jean rousset et le baroque

  • 1. Études françaises Document généré le 27 août 2017 09:37 Études françaises Jean Rousset et le Baroque Robert Vigneault Volume 6, numéro 1, février 1970 URI : id.erudit.org/iderudit/036431ar DOI : 10.7202/036431ar Aller au sommaire du numéro Éditeur(s) Les Presses de l’Université de Montréal ISSN 0014-2085 (imprimé) 1492-1405 (numérique) Découvrir la revue Citer cet article Robert Vigneault "Jean Rousset et le Baroque." Études françaises 61 (1970): 65–78. DOI : 10.7202/036431ar Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter en ligne. [https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique- dutilisation/] Cet article est diffusé et préservé par Érudit. Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l’Université de Montréal, l’Université Laval et l’Université du Québec à Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. www.erudit.org Tous droits réservés © Les Presses de l'Université de Montréal, 1970
  • 2. Notes et documents JEAN ROUSSET ET LE BAROQUE Parmi les critiques contemporains, Jean Rousset se signale par son audace et son ampleur de vue.Il est déjà difficile de s'attaquer, comme Spitzer, à une œuvre isolée, et, en ayant identifié la forme, d'en dégager la signification. Or Rousset a pratiqué ce type de critique, avec cette élégante maîtrise qui le caractérise, dans sesessais sur Polyeucte, la Princesse de Clèves et Madame Bovary, par exemple 1 . Il lui est arrivé aussi d'étendre le champ de l'opération critique à l'ensemble d'une œuvre, à l'instar d'un Richard,d'un Starobinski ou d'un Vachon : on se souvient de ses essais, assez rapides mais pénétrants, sur la structure du drame claudélien, la composition rigoureuse du grand roman de Proust, «la structure du double re- gistre » dans les romans et le théâtre de Marivaux2 . Tout en antennes et en regards, il incarne à merveille ce «lecteur complet » qu'il rêve de trouver chez le critique ; celui qui, dans le «Nouveau Monde » de l'œuvre, réussit à capter cette forme unique qui est solidaire dela vision del'écrivain et peut seule l'actua- liser et la révéler, —alors quele «dessein intérieur », les «intentions », oules «idées » préexistant dansune sorte de firmament platonicien ne nous apprennent, 1. Forme et signification, Paris, Corti, 1962. 2. Ibid.
  • 3. 66 Études françaises Vl, 1 en réalité, pas grand-chose sur l'œuvre achevée. Cette forme, il la pressent active dans l'œuvre, grâce aux « structures » que dessinent telle ligne de force ou tel réseau de convergences concourant, par leurs multiples liaisons, à l'unité de cette création. Pourtant l'appétit critique de Jean Rousset ne pouvait se rassasier d'une œuvre isolée ou même des opera omnia d'un écrivain. Le champ doit s'élargir encore : il lui faut une époque tout entière. Des affi- nités sélectives le portaient vers « l'âge baroque ». Après avoir publié des choix de textes de Jean de la Ceppède, Andreas Gryphius et Angélus Silesius3 , il embrassait hardiment la Littérature de l'âgebaroque en France4 , couronnant ensuite l'œuvre descriptive et historique par une Anthologie de la poésiebaroque française en deux volumes5 . Le projet était ambitieux, et peut-être prématuré : tel est, du moins, l'avis de ce critique aussi honnête que souple qui, dans son ouvrage le plus récent, VIntérieur et l'extérieur6 , mani- feste une louable (et assez rare) aptitude à reviser ses jugements passés. Pour ma part, j'inclinerais à trouver trop modestes les dernières prises de position de Jean Rousset; je suis plutôt frappé par le caractère éminem- ment utile et éclairant de la synthèse qu'il proposait dès 1953; et je vois mal en quoi les sondages contemporains dans le domaine du Baroque, dont fait état le dernier ouvrage de Rousset, soient de nature à l'infirmer : les études de l'Intérieur et l'extérieur, à une réserve près (que je formulerai à la fin de cette note), m'ap- paraissent plutôt comme une confirmation des intui- tions, d'ailleurs solidement étayées, du critique de 1953. La fidélité au propos initial n'en semble nulle- ment entamée, bien au contraire. Il reste que l'entreprise, encore une fois, était 3. Jean de la Ceppède,choix de textes, Paris, G. L. M., 1947; Andreas Gryphius, choix de textes et traduction, Paris, G. L. M., 1947; Angélus Silesius, choix de textes et traduction, Paris, G. L. M., 1949. 4. Paris, Corti, 1953. 5. Paris, Armand Colin, « Bibliothèque de Cluny », 1961. 6. Paris, Corti, 1968.
  • 4. Jean Rousset et le Baroque 67 hardie. Car la démarche de Rousset impliquait une double transposition qui aurait pu s'avérer aventu- reuse. Il s'agissait d'abord de la translation d'un art à un autre, c'est-à-dire des beaux-arts aux arts de littérature ; puis, de l'extension à la France de critères fondés sur des réalisations étrangères : italiennes sur- tout, mais aussi espagnoles, allemandes, anglaises, en un mot, européennes. Ce que Rousset rêvait d'entre- prendre, au fond, « c'était une histoire de l'imagina- tion, un chapitre de l'histoire de l'imagination à la- quelle concourraient tous les artistes d'une époque, de la pierre à la scène et de la palette au verbe7 ». L'hypothèse, qui suppose un fond commun dans l'ima- gination des artistes créant à une même époque, quel que soit leur langage, m'apparaît solidement fondée si on admet l'existence d'une logique imaginative aussi (plus ?) rigoureuse que la logique des idées. Bachelard n'est-il pas allé beaucoup plus loin en ce sens en explo- rant les éléments d'une sorte d'imaginaire universel où s'alimenteraient les poètes de tous temps et de tous lieux ? Il est vrai par contre que le Baroque est une « catégorie » particulièrement fuyante, celle qui se prête le moins à une définition rigoureuse. Il suffit de rappeler, pour s'en convaincre, les contributions récentes d'historiens de l'art comme R. Wittkower et A. Blunt, Ph. Minguet, J. Thuillier, Pierre Car- pentrat; et, du point de vue qui nous intéresse sur- tout, celles des exégètes d'une littérature baroque : G. Getto, A. Schône, F. Strich, R. Alewyn, A. Cio- ranescu et Marcel Raymond, un des pionniers du Baroque littéraire en France. Savants et littérateurs poursuivent, sur la nature du Baroque, une recherche qui se mesure à des formes essentiellement mouvantes et qui échappent sans cesse au moule commode des définitions. Pour sa part, Jean Rousset était tout désigné pour s'intéresser à cette question. Car, non seulement n'a-t-il jamais partagé le mépris de certains classicisants à l'égard du Baroque, mais a-t-il véri- 7. L'Intérieur et Vextériewr, p. 240.
  • 5. 68 Études françaises Vl, 1 tablement discerné et aimé un ordre et un goût ba- roques. On le devine séduit par les œuvres qui s'en inspirent ; et il est significatif qu'au terme d'un bilan sur l'insaisissable « catégorie », et las de disséquer des universaux, il se hâte de revenir en toute simplicité au réel de l'œuvre des Bernin et Borromini8 . Et poutant, rouvrant la Littérature de Vâge ba- roque en France, en profane non encombré des re- cherches erudites, je ne peux m'empêcher de penser que Rousset s'était déjà admirablement acquitté de son entreprise critique. Quel luxe d'aperçus nou- veaux, brillamment illustrés par la littérature et les beaux-arts ! L'auteur situe l'âge baroque approxima- tivement de 1580 à 1670, de Montaigne au Bernin. Les thèmes qui caractérisent ce « siècle » relèvent d'une imagination vouée à la démesure, à la magie et au mouvement perpétuel : le changement, l'inconstance, le déguisement, la métamorphose, le trompe-l'œil, la parure, le spectacle de la mort, la vie fugitive, le monde en instabilité. Deux symboles, entre autres, semblent commander l'imagination de ce temps : Circé et le Paon, c'est-à-dire la métamorphose et l'ostentation, le mouvement et le décor. Ce sont les beaux-arts, et .surtout l'architecture romaine, qui ont fourni à l'auteur la plus pure expression du Baroque et le point de départ de sa réflexion : ouvrages du Bernin, façades de Borromini, décorations de Pierre de Cortone, etc., qu'il ira admirer de nouveau, en toute simplicité, après la fatigue des écritures. Mais les rapprochements se sont vite et irrésistiblement imposés avec les arts plas- tiques et littéraires de toute l'Europe de cette époque, et même avec ceux du prestigieux xvir siècle français, château fort traditionnel du classicisme le plus iné- branlable. En fait, les sondages de Rousset (sans oublier, bien sûr, Marcel Raymond et autres devanciers) sur le Baroque et ses répercussions sur la littérature française de la fin du XVIe et de la première moitié du xvir siècle, ne tendent pas moins qu'à une remise 8. L'Intérieur et l'extérieur, p. 256.
  • 6. Jean Rousset et le Baroque 69 en question radicale de notre vision du Classicisme français. On avait coutume de présenter le Grand Siècle comme une victoire de Tordre sur le désordre. Boileau et son École prestigieuse avaient sauvé les lettres fran- çaises de la fange d'un « préclassicisme » informe où pullulaient une pléthore de petits auteurs attendant le coup de balai de YArt poétique. C'est justement cette période et ces écrivains bien hâtivement classés parmi les auteurs mineurs, en re- gard des critères classiques, que Rousset et d'autres se proposent de réhabiliter. Ont-ils réussi à déraciner le préjugé aussi tenace que le schéma scolaire inculqué à des générations d'étudiants ? On peut en douter. Ce n'est pas tout de substituer le Baroque au Préclassi- cisme. Il faut l'entendre comme Rousset d'une culture et d'une littérature autonomes, fruits d'une sensi- bilité originale. Là est le nœud de la question et le résultat capital de l'enquête qu'ont poursuivie Rousset et autres fer- vents du Baroque : la mise au jour d'une nouvellesensi- bilité. Celle-ci distingue évidemment le Baroque du Classicisme ; mais aussi de la Renaissance, dont on en avait fait un rejeton excessif et décadent; et même du Romantisme auquel on l'associait à cause de son exu- bérance. À quoi attribuer l'avènement de cette nouvelle sensibilité ? L'époque qui va de la fin du XVIe au milieu du xvir siècle est déchirée par des conflits armés : guerres de religion, guerre de Trente ans ; sur le plan idéologique, la Réforme a ébranlé des certitudes tenues pour éternelles sans que la Contre-Réforme ait pu les rétablir dans leur solidité dogmatique ; la loi du monde semble être devenue l'instabilité et l'illusion. Au niveau des arts, on se complaît effectivement dans les spec- tacles de mobilité, de métamorphose, de déguisement, de magie qu'offrent les ballets de cour et les grandes pastorales dramatiques comme l'Astrée. De son côté, le théâtre jouit d'une faveur singulière en cet âge où la vie même semble aussi mouvante et illusoire que le théâtre. On se prend même tout à fait au jeu : l'attitude théâtrale tend à envahir la vaste scène tour- nante de la vie, avec son insistance sur le décor, la
  • 7. 70 Études françaises Vl, 1 parure et la prédominance du paraître sur Yêtre. Mais — le contraste est saisissant — voici le glas au milieu des enchantements de la pastorale ou de la fête : friand des extrêmes, l'homme baroque nourrit une singulière obsession de la mort, devenue elle-même décor et pré- sentée sous ses dehors les plus macabres. La discor- dance n'est qu'apparente : en un monde où l'être se dissout sans cesse, la mort n'est qu'un des masques de la vie; le frisson d'horreur ajoute du piquant à l'émer- veillement. De nombreux poètes ont exprimé cette ob- session, tels Agrippa d'Aubigné, Chassignet, Sponde; mais aussi les Jésuites, ces puissants instruments de la Contre-Réforme, lui font-ils une place théâtrale dans leurs prédications inspirées par les Exercices spiri- tuels. Nous sommes loin de la mort gracieuse des poètes de la Renaissance qui projetaient sur la mort des images de vie ; les hommes de ce temps se plaisent, au contraire, à s'entourer vivants des images de leur mort. Le spectre macabre, envahissant et spectacu- laire, introduit partout le doute sur la réalité de la vie. Circé, Protée et le Paon, splendides Vanités, répè- tent à l'envi le refrain du Tout change. Façades et pa- rures ont beau être somptueuses, elles restent décor et trompe-l'œil voués à une prompte métamorphose. Le monde entier est éprouvé comme un écoulement. Mais deux familles d'esprits solliciteront les hommes de l'âge baroque. Certains prennent leur parti du chan- gement universel et même s'y complaisent, en font l'apologie. Tels sont, plus nombreux, à vrai dire, que leurs frères ennemis, tous ces complices de l'écoule- ment, ces poètes de la vie fugitive comme les marinistes italiens dont les images préférées sont de mouvantes beautés d'un moment : la flamme, la neige, le nuage, l'arc-en-ciel, la bulle, les eaux vives et jaillissantes. En bonne place figurent des poètes et dramaturges jésuites comme Le Moyne et Bussières ; la Compagnie a des affinités avec le Baroque par son goût tradi- tionnel du théâtre et de toutes les formes dramatiques, sa recherche de l'effet, son sens de la variabilité in- finie de l'être (source de la casuistique) et jusqu'à son culte des vertus décoratives qui composent l'extérieur
  • 8. Jean Rousset et le Baroque 71 sur le modèle de la « modestie ». Les maîtres, avoués ou non, des artistes et écrivains de ce temps sont ces complices de l'être « ondoyant et divers » : Montaigne, Le Bernin, Marino. D'autres, pourtant, s'efforcent de mater l'universelle instabilité et nourrissent un rêve de permanence (mais toujours, notons-le, sur fond de mo- bilité) : tels Sponde, D'Aubigné et le janséniste Pascal fustigeant l'homme baroque, mais reconnaissant que « l'homme n'est jamais plus semblable à lui-même que lorsqu'il est en mouvement ». Corneille lui-même, surmontant son instinct de la mobilité, installe, au prix de quelle tension, ses héros dans leur « gloire », quitte à retrouver la tentation baroque sous la forme de l'os- tentation... Pour les mêmes raisons, on s'adonnera ou on s'opposera passionnément au théâtre, qui permet à l'homme-acteur de passer allègrement d'un personnage à l'autre. Bossuet et Nicole9 se refuseront à ce jeu pernicieux tandis que les Jésuites s'y complairont. Heureusement... On soupçonne peut-être combien le Baroque dif- fère du Romantisme avec lequel on le confond parfois. En fait, un Rousseau, par exemple, est l'anti-Baroque par excellence. Il réprouve le théâtre qui accorde le primat au paraître sur Yêtre. Les romantiques sont en quête du moi profond caché sous le masque des appa- rences tandis qu'à l'âge baroque le moi est une intimité qui doit se montrer. La rêverie romantique plonge vers l'intérieur, à la recherche de la sincérité la plus nue; la rêverie baroque, essentiellement active, se délecte dans les formes extérieures et les spectacles les plus brillants, fussent-ils illusions d'un moment. L'instinct moderne de l'authenticité ne l'habite pas. Rousseau sera le grand arracheur de masques. En présentant, après quinze ans, de nouveaux essais sur la poésie et le théâtre du XVIIe siècle, dans l'Intérieur et Vextérieur, Jean Rousset n'a pas désa- voué son projet initial. Mais, fidèle à l'esprit de l'œuvre baroque, si dynamique qu'elle laisse pressentir dans sa forme même un incoercible mouvement vers d'autres 9. L'Intérieur et l'extérieur, p. 162.
  • 9. 72 Études françaises Vl, 1 formes, il joue avec une souplesse accrue de l'instable « catégorie ». Le Baroque privilégiait « l'extérieur » : sur la réalité devenue scène de théâtre se succédaient des personnages multiples exhibant, au milieu du décor et de la parure, les masques de la fête ou du spectable funèbre. Parfois, au sein de cette fluidité de l'être et de la vie, se faisait entendre un sourd appel vers la fixité et la permanence. Jean Rousset aura voulu nuancer ses analyses en y intégrant plus explicitement cette dialectique de l'intérieur et de l'extérieur. Si la notion de Baroque s'offrait comme une hypothèse de travail, ou encore « un outil pour questionner la réa- lité 10 », on peut dire que l'auteur l'a mise au point et perfectionnée. Bien sûr, il s'agit toujours d'un schéma interprétatif ou d'une grille construite par un lecteur du XXe siècle, mais qu'importe, après tout, si elle favo- rise la découverte et la réévaluation de toute une litté- rature du xvir siècle, injustement méconnue. Ainsi se trouve remise en valeur une riche poésie de l'introspection, à quoi s'oppose un courant poétique non moins fécond, marqué au coin d'une vertu typi- quement baroque : l'ostentation. Chez Jean de La Ceppède, « admirable artiste du sonnet », on découvre une poésie religieuse dont la démarche rappelle celle des Exercices spirituels d'Ignace de Loyola qui ont telle- ment influencé la pensée de cette époque. À partir d'une « composition de lieu » ou d'une « application des sens » où le surnaturel est rendu actuel et visible, le poète fait retour vers son intimité pécheresse dans un « colloque » avec le Sauveur. Un Claude Hopil, qui se rattache à toute une lignée de poètes mystiques : Jean de Sponde, Agrippa d'Aubigné, Labadie, Malaval, Mme Guyon, atteint à un «beau lyrisme métaphysique », dans l'expression de la transcendance divine, en recou- rant à cette jonction paradoxale des contraires fami- lière à l'Aréopagite et à Jean de la Croix adorant « cette Ténèbre plus lumineuse que la lumière ». Si les images et les métaphores sont menacées, surtout en France, par les tenants d'une « esthétique mal- 10. L'Intérieur et l'extérieur, p. 248.
  • 10. Jean Rousset et le Baroque 73 thusienne » issue de Malherbe et consorts, elles trou- vent en revanche d'ardents défenseurs comme Mlle de Gournay et surtout des praticiens intarissables : les marinistes italiens et français. Soucieux de contribuer à la réhabilitation de ces « joyaux » poétiques, Rousset présente un choix d'oeuvres marinistes qu'il a traduites avec le soin qu'exigent ces « délicates dentelles » tissées par le jeu baroque. « Où Bouhours ne voulait recon- naître que du « creux », sachons pressentir une inti- mité qui se montre en fuyant derrière le voile agité de ses concetti u . » Aux lecteurs conditionnés que nous sommes par les exigences de la sincérité et de l'authen- ticité, il faut sans doute un effort de dépouillement et de dépaysement pour goûter cet art tourné non pas vers le dedans mais vers le dehors. C'est la seule voie d'accès à une intimité qui se voulait justement pro- jetée tout entière au-dehors. Et, en fait, pourquoi la poésie serait-elle toujours confidence ? Il était inévitable que, sur la scène baroque, Rousset en vînt à rencontrer l'homme-Protée, l'héritier d'Hylas, l'Inconstant par excellence : Don Juan. Le drame de Tirso de Molina est né du conflit baroque entre l'inconstance « noire » et l'inconstance « blan- che » : la première, damnée par la lignée Sponde- Pascal; la seconde, joyeusement cultivée par la lignée montaignienne et berninesque. Après avoir reconstitué le mythe dans sa structure initiale, Rousset en pour- suit les avatars jusqu'au Romantisme et à l'âge mo- derne où la signification de ce mythe reçu du Baroque a été bouleversée. Don Juan n'est plus dénoncé, mais Hoffman, Byron, Musset et Baudelaire vont se con- fondre avec lui et l'absoudre comme un frère ou un complice. L'acteur est devenu un sincère : par quoi Ton mesure, encore une fois, tout ce qui sépare le Baroque du Romantisme. Les métamorphoses de Don Juan invitent à poser le problème du théâtre et de la réalité. Pour le roman- tique, on ne représente bien que ce qu'on est déjà, en vertu d'une sincérité qui absorbe l'art dans la vie; 11. L'Intérieur et Vextérieur, p. 74.
  • 11. 74 Études françaises Vl, 1 c'est la mort du personnage. Tandis que le XVIIe siècle, au contraire, ensorcelé par la magie de la scène, allait jusqu'à conformer l'être au personnage : témoin le Saint-Genest de Rotrou. Mais l'identification, dans l'un et l'autre cas, cache un piège qui peut détruire le théâtre. Car le véritable comédien, suivant Diderot et Jouvet, est celui qui peut sortir de soi pour devenir un autre, — mais à condition de pouvoir ensuite se retrouver. Le maintien de ce difficile équilibre entre l'intérieur et l'extérieur, ou encore entre la personne et le personnage, est essentiel à l'existence même du théâtre. D'autre part, le XVIIe siècle, en adoptant la scène à l'italienne, distinguait très nettement entre l'aire profane du public et l'aire sacrée des acteurs. Le théâtre obéissait ainsi à une esthétique de l'en- chantement : subjugué par la scène éblouissante de- venue « île enchantée » ou «coffret d'illusioniste », le spectateur du ballet de cour, de l'opéra, mais aussi des pièces de Rotrou et de Corneille, perdait tout sen- timent de la distinction entre le jeu et la réalité et s'abandonnait à une sorte de rêve éveillé. Chose frap- pante, mais attendue, et qui confère une grandeur sacrée à des divertissements plus graves qu'on ne croit, le spectacle grandiose inclut aussi, en guise de con- clusion nécessaire et peut-être d'apothéose, sa propre destruction souvent fastueuse quand l'aire enchantée devient la proie des flammes. C'est que, « sous le masque éclatant du xvir siècle baroque, se dissimule une tête de mort, comme dans ces compositions pic- turales qui sont des «Vanités 12 ». Qu'on est loin, avec cette esthétique de l'hallucination, de la distanciation de Brecht ou de la communication directe d'un Artaud ! Au nom d'un idéal de participation active, le XXe siècle cherche, tout au contraire du XVIIe , à supprimer la séparation de la scène et de la salle. C'est dans tous les secteurs de l'activité artistique et littéraire que Rousset poursuit les matériaux de son histoire de l'imagination, sans se soucier de la cohé- rence externe d'un ouvrage pourtant profondément unifié par la dialectique de l'intérieur et de l'extérieur. 12. L'Intérieur et l'extérieur, p. 179.
  • 12. Jean Rousset et le Baroque 75 Quittant le théâtre, il s'intéresse ensuite à un phéno- mène de perception poétique : la vision réfléchie. Et, comparant les poètes du xvir siècle à ceux de l'âge romantique et symboliste, il reconnaît, encore une fois, la mentalité baroque; ou mieux, pour respecter son évolution vers une « catégorie » plus souple, il retrouve à l'œuvre la féconde dialectique déjà signalée. Les poètes ont de tous temps « réfléchi » au bord des miroirs et des fontaines, affirme Rousset, en bon mariniste... Mais, aux yeux de Marino, Saint-Amant, Le Moyne, Du Bois Hus ou Cyrano de Bergerac, le jeu des reflets, si enchanteur soit-il, n'est en définitive qu'un spectacle, et donc une imposture des sens; une belle façade, bien sûr, mais qui ne renverrait à aucune intimité. Et on aboutit, au terme de ces déploiements imaginatifs, à une critique de l'imagination, dupée par le trompe-l'œil d'une parure éphémère. Tout au con- traire, chez les romantiques et les symbolistes, la vision réfléchie introduit au mystère même de l'intimité; l'eau réfléchissante, ce « miroir mental » des symbo- listes, sera de plus en plus considérée comme le sym- bole de l'imagination poétique, créatrice d'images ou- vrant à une perception de plus en plus profonde de la réalité. Nous sommes aux antipodes de ce xvir siècle qui exaltait, mais en la suspectant, la poésie des reflets. S'ajoutant à la Littérature de Vâge baroque en France, les essais de l'Intérieur et l'extérieur, qui en font espérer d'autres, aussi suggestifs, me paraissent justifier l'hypothèse de travail de Jean Rousset et démontrer, de façon convaincante, qu'il ne saurait être question d'un « Adieu au Baroque ». Dans l'ensemble, l'auteur est resté fidèle à son propos initial : il l'aura nuancé tout au plus en l'intégrant dans l'ample dia- lectique de « l'intérieur et l'extérieur ». Pourtant, à la suite de recherches poursuivies par les historiens de l'art et les exégètes de la littérature, Rousset au- rait-il été tenté de douter du bien-fondé de ses premiers travaux ? C'est ce qui me semble ressortir des derniers chapitres de l'Intérieur et l'extérieur : « Adieu au Ba- roque ? »et « Esquisse d'un bilan ». On le voit s'y effor- cer vers une définition plus rigoureuse du Baroque,
  • 13. 76 Études françaises Vl, 1 trop rigoureuse, à mon avis, puisqu'elle ne respecte pas toujours les résultats des enquêtes précédentes, pourtant soigneusement menées par l'auteur, sur l'art et la littérature baroques. Ainsi Rousset inclinerait maintenant, si je comprends bien, à discerner dans les œuvres la coexistence du multiple et de l'Un, de l'in- constance et de la permanence : dialogue des contraires nécessaire à l'imagination baroque idéale, croit-il. À l'appui de cette nouvelle prise de position, il cite Favre, Brébeuf, Labadie, Drelincourt, Bossuet, Bussières. Mais ces textes ne me semblent relever que des tenants de 1'« inconstance noire 13 »; ils ne représenteraient donc qu'une facette du Baroque, ou même la mentalité anti-baroque d'un Pascal. En face de ces derniers, et plus importants encore, figurent tous ces poètes de 1'« insconstance blanche », ces complices de la vie fugi- tive savourée dans sa fluidité même. De même Rousset n'aurait-il pas quelque peu infléchi, sous l'influence de cette nouvelle « définition », sa perception initiale d'un ouvrage du Bernin : la Fontaine des quatre fleuves ? À la fin de VIntérietir et l'extérieur, il décrit ces figures en mouvement autour de l'obélisque « centre immo- bile », « symbole impassible » de 1'« éternité ». Dans la Littérature de Vâgebaroque,l'accent était plutôt mis sur l'instabilité : les figures du Bernin, « pétrifiées en plein mouvement... esquissent un geste pour retenir l'obélisque dont elles semblent craindre la chute14 ». Les hésitations de ce chercheur consciencieux, si discutables soient-elles, n'en témoignent pas moins du sérieux et de la souplesse d'une démarche critique uni- quement soucieuse de décrire un univers littéraire dont la capricieuse mobilité se rit de nos universaux. ROBERT VIGNEAULT 13. L'Intérieur et l'extérieur, p. 128 sqq. 14. La Littérature de Vâgebaroqueen France, p. 162.
  • 14. L' ADONE Page de titre de l'Adonis de Marino (édition de Venize, 1623).
  • 15. Page de titre de l'Adonis de Marino {édition de Paris, 1623).