SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  58
Télécharger pour lire hors ligne
UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR
Faculté des Sciences et Techniques (FST)
Département de Biologie Animale
Année : 2019 N : 165
Promotion : DR DOMINIQUE BORDA
Mémoire de Master en Gestion Durable des Agroécosystèmes Horticoles
(GeDAH)
Caractérisation des problèmes phytosanitaires des citronniers (Citrus
aurantifolia (Christm.) Swingle) dans la commune de Thomonde
(Haïti)
Devant le jury composé de :
M Karamoko DIARRA, Professeur titulaire, FST/UCAD, Président
M. JEAN Roudy, Fondation Haïti Eco-Verte, Co-Encadreur
Dr Mamadou DIATTE FST/UCAD, Encadreur
Dr Etienne TENDENG FST/UCAD, Membre
Présenté et soutenu le 05 Octobre 2021
Par Jhon Wadner Kerson PHANORD
II
HOMMAGE A
DOCTEUR DOMINIQUE BORDAT
Vous avez su éveiller les esprits,
Vous avez su influencer de multiples orientations professionnelles,
Vous avez su persuader des choix de vie,
L’Université Cheikh Anta Diop à travers le master GeDAH vous remercie pour le bon travail accompli.
III
Dédicaces
À Dieu,
pour sa grâce infinie et sa grande Miséricorde
À mon père PHANORD Clernuis et ma mère DONASSIEN Dalida
pour leur soutien et pour toute la tendresse dont ils m'ont toujours comblé
Au doctorant Roudy JEAN
pour son appui moral et surtout l’encouragement, combien nécessaire
À ma copine, Mikerlange DORCE
Pour son appui moral et son support affectif, dont elle m’a toujours comblé
À ma grande sœur, Ing-Agr PHANORD Clerlune
Mon cousin, Bel-Louinex DONATIEN
À tous mes proches, parents et amis
qui m’ont aidé et stimulé à conduire le mémoire à terme
IV
REMERCIEMENTS
Le présent travail a bénéficié le support et l´appui de nombreuses personnes pour sa réalisation.
Ainsi, je veux exprimer ma gratitude envers toutes celles et tous ceux qui ont participé à la
concrétisation de ce travail. De façon spécifique, j´exprime mes sentiments de remerciements :
 Au Grand Dieu de l´univers pour sa grâce et sa protection envers moi durant toute ma vie ;
 À mon maitre de stage Roudy JEAN pour ses conseils, corrections, suggestions et
disponibilités pendant toute la durée de ce travail ;
 À mon Superviseur UCAD le Dr Mamadou DIATTE pour ses corrections, suggestion et
commentaire pendant toute la durée de ce travail ;
 À l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar et le Master en Gestion Durable des
Agroécosystèmes Horticoles ;
 Au Professeur Karamoko DIARRA : coordonnateur du master GeDAH, président du Jury,
pour la qualité de la formation reçue et pour tous les efforts consentis pour la bonne marche
du Master ;
 Au Dr Etienne TENDENG d’avoir accepté d’évaluer ce travail et de faire partie du comité
de jury ;
 À la coordination du master GEDAH et aux professeurs qui ont contribué à notre
formation durant l´année académique ;
 À l´AUF pour le financement d’une partie de cette étude et aussi pour la mise du CNF à
notre disposition ;
 À la Fondation Haïti Eco-verte, ainsi qu’aux producteurs de Citronnier de la commune de
Thomonde ;
 Aux Agronomes Marc-Donal ANGRAND, Lesly FANOR, Ricardo RENE, Frantz Duval
SAINT-LOT, Emmanuel PAUL et Cederne SIMON pour leurs conseils et suggestions ;
 À mes collègues de la promotion du Dr DOMINIQUE BORDA et particulièrement
Yacouba MOSSI TAHIROU et Daouda Abdoulaye COULIBALY ;
 À mes amis, Whutzar PLAISIR, Quetilde BEL, Marie André PAUL, Eveline SAINT-
JUSTE, Milourde ULYSSE, Rose Nancy HENRY, Mikertha NONHOMME, Zira
ALCEUS, Anne Francesca DONATIEN et Betty TOUSSAINT ;
 À tous ceux et toutes celles dont leurs noms ne sont pas mentionnés, mais sachez que votre
contribution ait été importante pour la réalisation de ce travail.
V
Table des Matières
Dédicaces ........................................................................................................................................ III
REMERCIEMENTS.......................................................................................................................IV
Table des Matières ........................................................................................................................... V
Liste des tableaux............................................................................................................................IX
Liste des Figures .............................................................................................................................IX
Liste des annexes ............................................................................................................................IX
Liste des sigles et abréviations......................................................................................................... X
Résumé............................................................................................................................................XI
Abstract..........................................................................................................................................XII
Introduction....................................................................................................................................... 1
Chapitre I : Synthèse bibliographique............................................................................................... 3
1.1. Généralités sur le citronnier ............................................................................................... 3
1.2. La culture des citronniers en Haïti ..................................................................................... 3
1.3. Facteurs limitant la production du citronnier en Haïti ....................................................... 3
1.3.1. Pluviosité..................................................................................................................... 3
1.3.2. Le faible niveau de fertilité des sols ........................................................................... 4
1.3.3. Les maladies................................................................................................................ 4
1.3.3.1. Les maladies cryptogamiques.............................................................................. 4
1.3.3.1.1. La gommose...................................................................................................... 4
1.3.3.1.1.1. Symptômes de la maladie........................................................................... 4
1.3.3.1.1.2. Moyens de lutte contre la Gommose.......................................................... 4
1.3.3.1.2. La cercosporiose africaine des agrumes ........................................................... 5
1.3.3.1.2.1. Symptômes ................................................................................................. 5
1.3.3.1.2.2. Méthode de Lutte........................................................................................ 5
VI
1.3.3.1.3. Anthracnose ...................................................................................................... 5
1.3.3.1.3.1. Symptôme................................................................................................... 5
1.3.3.1.3.2. Méthode de Lutte........................................................................................ 6
1.3.3.2. Les maladies bactériennes ................................................................................... 6
1.3.3.2.1. Le chancre bactérien des agrumes, ................................................................... 6
1.3.3.2.1.1. Les symptômes........................................................................................... 6
1.3.3.2.2. Citrus greening ou Huanglongbing (HLB) ....................................................... 6
1.3.3.2.2.1. Symptômes observés .................................................................................. 7
1.3.3.3. Les ravageurs....................................................................................................... 7
1.3.3.3.1. Les acariens....................................................................................................... 7
1.3.3.3.1.1. Méthode de lutte......................................................................................... 7
1.3.3.3.1.2. Les cochenilles et les aleurodes.................................................................. 8
1.3.3.3.1.2.1. Méthode de lutte .................................................................................. 8
1.3.3.3.1.2.1.1. Lutte biologique............................................................................. 8
1.3.3.3.1.2.1.2. Lutte chimique............................................................................... 8
1.3.3.3.1.2.1.3. Lutte physique ............................................................................... 8
1.3.3.3.1.3. Les aphides (Aphidés), les psylles, et les thrips (thysanoptères) ............... 9
1.3.3.3.1.3.1. Méthode de lutte .................................................................................. 9
1.3.3.3.1.3.1.1. Lutte biologique............................................................................. 9
1.3.3.3.1.3.1.2. Lutte chimique............................................................................... 9
Chapitre II : Matériel et méthodes .................................................................................................. 10
2.1. Présentation de la zone d’étude........................................................................................ 10
2.1.1. Le climat ................................................................................................................... 11
2.1.2. Sols et Relief............................................................................................................. 11
2.1.3. L’économie ............................................................................................................... 12
VII
2.2. Échantillonnage................................................................................................................ 12
2.3. Enquête de terrain............................................................................................................. 13
2.4. Paramètres de mesure....................................................................................................... 13
2.5. Déroulement de l´enquête ................................................................................................ 14
2.6. Analyse des données ........................................................................................................ 14
Chapitre III : Résultats et Discussion.............................................................................................. 15
3.1. Inventaire des bio-agresseurs du Citronnier dans la zone de Thomonde......................... 15
3.2. Evaluation des attaques des bio-agresseurs observés....................................................... 17
3.2.1. Fréquence d’occurrence des bio-agresseurs............................................................. 17
3.2.2. Incidence des bio agresseurs dans les plantations de citronnier ............................... 18
3.3. Caractérisation des pratiques culturales et phytosanitaires du citronnier dans la zone de
Thomonde.................................................................................................................................... 19
3.3.1. Mise en place de la pépinière.................................................................................... 19
3.3.2. Étapes de la préparation de sol à la plantation.......................................................... 19
3.3.3. Entretien des plantations de citronnier...................................................................... 19
3.3.4. Irrigation, fertilisation, tailles et association............................................................ 20
3.3.5. Pratiques phytosanitaires appliquées par les producteurs de citronnier dans la zone
Thomonde................................................................................................................................ 20
3.3.5.1. Lutte mécanique ................................................................................................ 20
3.3.5.2. Lutte biochimique.............................................................................................. 20
3.3.6. Lutte chimique .......................................................................................................... 21
3.4. Effets des pratiques culturales et Phytosanitaires sur l’incidence des bios agresseurs du
citronnier dans la commune de Thomonde ................................................................................. 22
3.4.1. Caractérisation de l’incidence des bios agresseurs du citronnier en fonction du
nombre de sarclage par an ....................................................................................................... 22
VIII
3.4.2. Caractérisation de l’incidence des bios agresseurs du citronnier en fonction du type
de culture ................................................................................................................................. 23
3.4.3. Caractérisation de l’incidence des bios agresseurs en fonction de la présence ou
l’absence de l’irrigation........................................................................................................... 23
3.4.4. Caractérisation de l’incidence des bios agresseurs en fonction de la présence ou
l’absence d’une forme de lutte quelconque ............................................................................. 24
3.5. Discussion ........................................................................................................................ 26
Conclusion ...................................................................................................................................... 30
Perspectives..................................................................................................................................... 31
Chapitre IV: Références bibliographiques...................................................................................... 32
IX
Liste des tableaux
Tableau 1: Inventaire des bio-agresseurs des citronniers ............................................................... 17
Tableau 2: Caractéristiques phytotechniques des plantations de citronnier à Thomonde .............. 20
Tableau 3 : Listes des pesticides et doses d’application contre les voiliers échiquiers .................. 21
Liste des Figures
Figure 1:Carte présentant la délimitation géographique de la commune de Thomonde ................ 10
Figure 2: Répartition de la pluviométrie ainsi que la température moyenne mensuelle de la
commune de Thomonde.................................................................................................................. 11
Figure 3: Fréquence d’occurrence des bios agresseurs du citronnier à Thomonde ....................... 18
Figure 4: Incidence d’attaque des bios agresseurs du citronnier à Thomonde ............................... 18
Figure 5: Variation du pourcentage de plantations en fonction du nombre de sarclage effectué par
les producteurs de citronnier par an................................................................................................ 19
Figure 6: Pourcentage de producteurs pratiquant ou non une forme de lutte quelconque.............. 21
Figure 7: Incidence des bios agresseurs du citronnier par rapport au nombre de sarclage par an.. 22
Figure 8: Incidence des bios agresseurs du citronnier en fonction du type de culture .................. 23
Figure 9: Incidence des bios agresseurs du citronnier en fonction de la présence ou l’absence de
l’irrigation ....................................................................................................................................... 24
Figure 10: Incidence des bios agresseurs du citronnier en fonction de la présence ou l’absence
d’une forme de lutte........................................................................................................................ 25
Liste des annexes
Annexe 1: Fiche d'enquête............................................................................................................. A
Annexe 2: Photos des bios agresseurs et des symptômes observés............................................... H
Annexe 3: Classification des bio agresseurs du citronnier inventorier au niveau de la commune de
Thomonde ...................................................................................................................................... K
X
Liste des sigles et abréviations
ºC Degré Celsius
AUF Agence Universitaire de la Francophonie
Aw Climat de savane avec hiver sec
Cc Centimètre cube
cm Centimètre
CNF Campus numérique francophone
Dr Docteur
FVD Faire valoir directe
FVI Faire valoir indirecte
g Gramme
GEDAH Gestion Durable des Agroécosystèmes Horticoles
ha Hectare
hab Habitant
HLB Huanglongbing
IHSI Institut Haïtienne de statistique et d’informatique
IICA Institut Interaméricain de Coopération pour l’Agriculture
kg Kilogramme
km2
kilomètre carré
m Mètre
m2
Mètre carré
m3
Mètre cube
MARNDR Ministère de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du
Développement rural
mg Milligramme
mm Millimètre
pH Potentiel hydrogène
sp Espèce non identifiée
XI
Résumé
À fin de participer à l’amélioration du système de production des citronniers, cette étude avait
pour but d’inventorier les problèmes phytosanitaires des citronniers (Citrus aurantifolia
(Christm.) Swingle) dans la commune de Thomonde. Elle a été réalisée à l’aide d’une enquête non
probabiliste avec la technique « boule de neige » et des observations de terrain durant la période
allant de décembre 2019 à janvier 2020. Ainsi, 20 producteurs ont été enquêtés dans 4 localités et
les observations et les mesures ont été effectuées sur 200 citronniers. Les résultats ont indiqué que
les citronniers sont mal entretenus : pas de tailles, pas de fertilisation ; 85% des plantations ont
une forte présence d’adventices. La présence des insectes ravageurs comme : les chenilles du
voilier échiquier, les chenilles mineuses des feuilles, le puceron noir des agrumes, les cochenilles
en virgule et les cochenilles blanches ; la présence d’araignée, de maladies cryptogamiques
(cercosporiose, fumagine et anthracnose) et virales (la mosaïque) a été observée. La fréquence
d’occurrence de ces bios agresseurs oscillant entre 45 et 100%, et l’incidence d’attaques entre
0,13 à 0,74. Malgré cela, 50% des parcelles échantillonnées ne faisaient l’objet d’aucune méthode
de lutte. Toutefois, la lutte mécanique (pratiquée par 35% des producteurs) se révèle à la fois
fastidieuse et inefficace. Les résultats de cette étude ont permis de mettre en évidence quelques
problèmes phytotechniques et phytosanitaires qui affectent la production des citronniers. Ils
aideront à prendre des mesures efficaces en vue de faciliter les travaux de régénérations et de
protections des citronniers.
Mots clés : Inventaire, phytosanitaires, bio-agresseurs, citronniers, ravageurs, itinéraires
techniques
XII
Abstract
To participate in the improvement of the production system of lemon trees, this study was aimed
to inventory the phytosanitary problems of lemon trees (Citrus aurantifolia (Christm.) Swingle) in
the commune of Thomonde. It was carried out using a non-probabilistic survey with the
"snowball" technique and field observations during the period from December 2019 to January
2020. Thus, 20 producers were surveyed in 4 localities and observations and measurements were
made on 200 lemon trees. The results indicated that lemon trees are poorly maintained: no
pruning, no fertilization; 85% of the plantations have a high presence of weeds. The presence of
insect pests such as: chess ship caterpillars, leaf miner caterpillars, black citrus aphid, comma and
white scales; the presence of spider mites, cryptogamic diseases (cercosporiose, fumagine and
anthracnose) and viral diseases (mosaic) was observed. The prevalence of these pests ranged from
45 to 100%, and the incidence of attacks from 0.13 to 0.74. Despite this, 50% of the sampled plots
were not subjected to any control method. However, mechanical control (practiced by 35% of the
growers) proved both tedious and ineffective. The results of this study will highlight some
phytotechnical and phytosanitary problems affecting lemon tree production. The results of this
study highlighted some phytotechnical and phytosanitary problems affecting lemon tree
production. They will help to take effective measures to facilitate the regeneration and protection
of lemon trees to facilitate the work of regeneration and protection of lemon trees.
Key words: Inventory, phytosanitary, natural enemies, lemon trees, pests, technical operations
1
Introduction
Le (Citrus aurantifolia (Christm.) Swingle) (le citronnier), l’une des espèces de la famille des
Rutacées cultivée pour son fruit, le citron, est largement cultivé dans les Antilles, au Mexique et
dans la Floride (Rouzier, 2014). C’est une plante à usages multiples. En cuisine, le jus de citron
frais est utilisé en assaisonnements sur le poisson, la viande, et à titre de vinaigre dans les
salades. Additionné d'eau et de sucre, le jus de citron constitue une boisson appréciée par
beaucoup de personnes. Avec un taux élevé en vitamine C (en moyenne 53 mg/100 g) et des
propriétés antiseptiques, il est fort souvent utilisé dans la lutte contre les infections (Soleille,
2017). D’autres personnes l’utilisent également dans les traitements de maux de gorge et des
mucosités. De plus, il contient de puissants flavonoïdes naturels (antioxydants) qui joueraient un
rôle important dans la lutte contre les maladies dégénératives du cerveau, comme la maladie
d'Alzheimer (Soleille, 2017).
En Haïti, depuis son introduction, le citron est souvent utilisé à des fins culinaires, médicinales et
industrielles. La culture de cette espèce se fait généralement dans les jardins de case et dans
quelques vergers disséminés dans les zones de production. Il est à noter qu’en dépit de tous ses
intéressants bienfaits, le rendement agronomique du citron périclite à l’échelle du pays,
notamment durant les huit (8) dernières années. Il passait de 4507,7 kg/ha en 2010 à 4352 kg/ha
en 2018, soit une différence de 155,7 kg/h (FAOSTAT, 2019). Cette diminution a entraîné une
grande rareté de citrons et une hausse excessive de leurs prix sur le marché national ces trois
dernières années. Présentement, un livre de citron dans les rayons des supermarchés se vend à
256 gourdes (Sevrin, 2018).
Les recherches effectuées sur la production de C. aurantifolia C indiquent que les plantations
sont le plus souvent mal entretenues. Elles sont attaquées par différentes maladies comme le
Citrus greening, la gommose, Le pourridié, etc.,, mais aussi des insectes (Psylle, chenille, etc.,)
et d’autres ravageurs (Jamoussi, 1955). La commune de Thomonde n’est pas une exception, les
différentes plantations retrouvées dans cette région connaissent presque les mêmes problèmes.
Étant donné de l’absence d’une politique de régénération et de protection des citronniers, et de
l’inexistence de documentation consacrée à la phytopathologie des citrus dans la région du centre
du pays, nous sommes intéressés dans ce travail, à l'inventaire des principales maladies et
2
ravageurs agressant les citronniers au niveau de la commune de Thomonde. L’objectif général de
cette étude est de caractériser les problèmes phytosanitaires des citronniers (Citrus aurantifolia
(Christm.) Swingle dans la commune de Thomonde.
Les objectifs spécifiques sont ;
 Inventorier les bioagresseurs du citronnier dans la zone de Thomonde
 Evaluer les attaques des bioagresseurs sur les citronniers
 Caractériser les pratiques culturales et phytosanitaires du citronnier dans la zone de
Thomonde
Ce présent rapport de mémoire comprend quatre (4) chapitres :
Le premier chapitre portera sur la synthèse bibliographique et fera le point sur des généralités sur
le citronnier, la culture des citronniers en Haïti, ainsi que les facteurs limitant sa production dans
le pays. Le deuxième chapitre sera consacré aux matériels et méthodes mis en œuvre pour la
réalisation de ce travail durant toute la durée de l’étude pour répondre aux objectifs de départ ; il
présentera aussi la zone d’étude, sa localisation et ses caractéristiques physiques. Dans le
troisième chapitre nous présentons les résultats et les discussions. Et enfin dans le quatrième
nous présentons les références bibliographiques.
3
Chapitre I : Synthèse bibliographique
1.1. Généralités sur le citronnier
Il existe plusieurs espèces qui possèdent cette appellation vernaculaire. Cela pourrait être le
Citrus limonum (L.) Burman qu’on dénomme couramment le citronnier et qui est connu comme
le citronnier proprement dit, le Citrus aurantifolia qui est le citronnier vert ou limettier, le Citrus
limetta qu’on appelle le citronnier doux. Ces espèces ont des usages et certaines caractéristiques
botaniques très proches qui portent les gens à les appeler sous le nom de citronnier (Anonyme,
2014). Toutefois, le citronnier est l’espèce du genre Citrus qui comporte de petits arbres épineux,
avec des feuilles possédant une foliole dont le limbe est articulé sur un pétiole plus ou moins ailé
(Kasraoui, 2006).
1.2. La culture des citronniers en Haïti
En Haïti, il n’y a pas eu, au sens fondamental du terme, de vergers de citrus. Cependant, les
quelques vergers établis pendant l’occupation américaine dans les années 60-70 ont été de très
petites dimensions. Comme pour le café, ils n’ont pas survécu à la baisse du prix du citron des
années 80 (Michel, 2017). Mais, le citronnier se cultive en grande quantité dans les Nippes, le
Sud, le Plateau central et la Gonâve, mais depuis un certain temps le rendement des citronniers a
chuté vertigineusement dans le pays (Sevrin, 2018).
Ainsi, le rendement des citronniers passe de 4545,5 kg/ha en 2007 à 4352 kg/ha en 2017 soit une
différence de 193,5 kg/ha (FAOSTAT, 2019).
1.3. Facteurs limitant la production du citronnier en Haïti
Les principaux facteurs limitant la production du citronnier en Haïti sont :
1.3.1. Pluviosité
Ce facteur est très important dans la conduite du verger, car le programme d’arrosage lui dépend
directement. D’une façon générale, on estime la quantité d’eau nécessaire à un verger d’agrume
oscille entre 900 et 1200 mm bien distribuée (IICA, 1984).
4
1.3.2. Le faible niveau de fertilité des sols
En Haïti, les sols des régions de moyenne altitude (200 à 400 mètres) sont caractérisés par un
faible niveau de fertilité. Cela s’explique par une dégradation rapide des terres due à l’érosion
sans cesse croissante qui provoque une baisse constante de la fertilité de ces sols et une carence
marquée en acide phosphorique, en matière organique et en certain oligo-élément comme le zinc,
le fer, et le cuivre etc (Gachette, 1994).
1.3.3. Les maladies
1.3.3.1. Les maladies cryptogamiques
1.3.3.1.1. La gommose.
Elle est due à un champignon du genre Phytophthora, dont il existe diverses espèces pathogènes
d'Agrumes, notamment : Phytophthora citrophthora Leonian, P. parasitica Dastur, P. syringae
Kleb., P. hibernalis Carne et plus rarement : P. palmivora Butl (Jamoussi, 1995). Toutefois,
parmi ces pathogènes, les Citrus, P. citrophthora préfère le citronnier. P. parasitica semble
s’attaquer de préférence à l’oranger et le citronnier (Jamoussi, 1995).
1.3.3.1.1.1. Symptômes de la maladie.
L’arbre infecté réagit par des sécrétions de gommes d’odeur acide qui obstruent les vaisseaux de
la plante, déterminant un arrêt dans la circulation de la sève. Les parties de l’arbre qui ne sont
plus desservies par la sève perdent leurs feuilles, se dessèchent et meurent (Jamoussi, 1995).
1.3.3.1.1.2. Moyens de lutte contre la Gommose
Si l’attaque intéresse le système radiculaire, à la base du collet, il faut déchausser les parties
atteintes qui seront exposées à l’air et à la lumière pendant quelques jours. I1 faut pratiquer
l’ablation de toutes les parties malades. Ce nettoyage devra empiéter sur les parties saines de 5
ou 6 cm de part et d‘autre de la lésion. On badigeonnait les plaies avec la bouillie bordelaise, (1
kg. SO4
Cu, 2 kg. Chaux, 10 1itre d’eau). Et lorsque la cicatrice est réalisée, on le badigeonne au
goudron. Cependant, il faut agir doucement et s’assurer, à l’aide d’essais, que le goudron ne
brûle pas les tissus néoformés (Jamoussi, 1995).
5
1.3.3.1.2. La cercosporiose africaine des agrumes
La cercosporiose africaine des agrumes a été signalée pour la première fois en Angola et au
Mozambique. L'agent causal initialement appelé Cercospora angolensis est aujourd'hui connu
sous le nom de Phaeoramularia angolensis (Kuate, et al., 1995).
1.3.3.1.2.1. Symptômes
Cette maladie provoque de nombreuses lésions sur les feuilles et les fruits et entraîne des pertes
de rendement allant jusqu’à 100% sur pomelos et il existe quatre stades l'évolution de la maladie
sur feuille (Kuate, et al., 1995).
 Stade 1: apparition d'un point décoloré;
 Stade 2: brunissement de la lésion, apparition d'un halo jaune (4 à 6 jours);
 Stade 3: accroissement de la lésion centrale jusqu'à 3 ou 4 mm (25 à 30 jours);
 Stade 4: dessèchement du centre de la nécrose qui peut disparaître en provoquant une
perforation du limbe.
1.3.3.1.2.2. Méthode de Lutte
Le contrôle chimique par des traitements au bénomyl (2 pulvérisations par mois) produit des
bons résultats.
1.3.3.1.3. Anthracnose
Le terme anthracnose est couramment appliqué à toute lésion sur fruit qui contient des acervules
de Colletotrichum sp (Corda, 1837). Les tissus blesse par les facteurs environnementaux sont
plus susceptible d’être colonisés par le champignon de l’anthracnose (Plantix, 2019).
1.3.3.1.3.1. Symptôme
Les rameaux touchés se dessèchent et meurent sur plusieurs centimètres à partir de leurs
extrémités. Sur les fruits des taches a apparence de chancre, dont les plus graves peuvent
recouvrir plus de la moitié de la surface du fruit et cause des déformations. Ce parasite attaque
plus particulièrement les jeunes pousses, les jeunes feuilles, les jeunes fruits à peine noués, plus
tard ces organes échappent en générale des attaques (FDGDEC et al., 2016).
6
1.3.3.1.3.2. Méthode de Lutte
Les traitements fongicides appliqués en pulvérisation foliaire sont efficace à condition d’être
fréquent et synchronisé avec les pousses de végétation afin de protéger les très jeunes organes
(FDGDEC, et al., 2016).
1.3.3.2. Les maladies bactériennes
1.3.3.2.1. Le chancre bactérien des agrumes,
Le chancre bactérien des agrumes est causé par la bactérie Xanthomonas citri pv. citri qui affecte
l’ensemble des espèces commerciales d’agrumes, certaines comme le citron y étant sensibles
(Duportal et al., 2013).
1.3.3.2.1.1. Les symptômes
Dans les premiers stades d’évolution de la maladie, on observe sur le limbe de petites taches
huileuses légèrement bombées, visibles surtout sur la face inférieure. En vieillissant, ces
symptômes gagnent les deux faces et prennent l’aspect de pustules rugueuses craquelées,
colorées en beige bronzé. Un halo plus clair de couleur jaune se développe autour de la partie
centrale plus foncée. La taille de ces pustules est comprise entre 3 et 5mm. Sur les fruits, les
symptômes sont similaires. Ils sont en relief par rapport à l’épiderme, prennent un aspect
cratériforme sans jamais se développer dans la pulpe du fruit. Chez une espèce sensible comme
le citronnier, il est possible d’observer le développement de chancres sur les rameaux (Duportal
et al., 2013).
1.3.3.2.2. Citrus greening ou Huanglongbing (HLB)
C'est l'une des maladies d'agrumes les plus ravageuses. Le HLB est une maladie bactérienne
(Candidatus Liberobacter) qui se développe dans l'écorce, les feuilles, et les nervures des arbres
infectés. La bactérie est transmise aux agrumes par un insecte, le psylle asiatique (Diaphorina
citri) (C.D.H, 1982). Cette maladie est actuellement la principale contrainte à la production
d’agrumes dans la zone Caraïbe. Les citronniers apparaissent plus tolérants au HLB en Afrique,
alors que les formes asiatique et américaine affectent sévèrement la plupart des espèces
commerciales (Duportal et al., 2013).
7
1.3.3.2.2.1. Symptômes observés
La maladie est reconnaissable au niveau des feuilles qui présentent des tâches jaunes
asymétriques (contrairement aux carences qui provoquent des taches symétriques de part et
d’autre de la nervure) ; les fruits affectés ne prennent pas la couleur orange ou jaune
correctement, mais ils restent verts, d'où le nom « greening », le plus souvent ils sont de petite
taille, asymétriques, décolorés, amers et contiennent des graines avortées (Duportal et al., 2013).
1.3.3.3. Les ravageurs
1.3.3.3.1. Les acariens
Il existe plusieurs espèces d'acariens qui sont connues comme des parasites d'agrumes, le plus
fréquent est l’acarien responsable de la rouille des orangers Phyllocoptruta oleivora qui cause
des dommages minimes aux feuilles mais sérieux sur les fruits. Elle se déplace des feuilles vers
les jeunes fruits et commence à s'alimenter du contenu cellulaire de leur zeste (Manner et al.,
2005). Toutefois, d’'autres espèces sont susceptibles d'être des parasites des agrumes tels que
l’acarien des bourgeons Eriophyes sheldoni, l'araignée rouge Panonychus citri, et l'acarien
commun l’Olyphagotarsonemus latus (Manner et al., 2005)
1.3.3.3.1.1. Méthode de lutte
La lutte contre les pullulations d’acariens ravageurs peut être maitrisée par la lutte chimique en
utilisant des acaricides et aussi par divers agents biologiques, notamment des insectes prédateurs,
des champignons acaro-pathogènes et des acariens prédateurs. Ces derniers sont majoritairement
représentés par la famille des Phytoseiidae (Bellahirech, 2008 ).
8
1.3.3.3.1.2. Les cochenilles et les aleurodes
Ce groupe d'insectes apparentés s'alimente des feuilles, des fruits et des racines des citronniers.
Généralement, ils percent les cellules de plantes avec leurs rostres piqueurs ; beaucoup d'entre
eux sécrètent une substance sucrée appelée miellat (Lecraiit, 1970).
Parmi ces parasites, on peut citer le pou rouge de Californie Aonidiella aurantii, qui s'attaque aux
brindilles, aux feuilles et aux fruits ; la cochenille tortue Saissetia sp, la cochenille farineuse
Planococcus citri; la mouche blanche Dialeurodes citri; la mouche noir Aleurocanthus wogluini
et la mouche blanche laineuse Aleurothyrixus floccosus (Praloran, 1971).
1.3.3.3.1.2.1. Méthode de lutte
1.3.3.3.1.2.1.1. Lutte biologique
La coccinelle Clitostethus arcuatus Rossi se nourrit des œufs et des jeunes larves de D. citri et le
micro-hyménoptère Encarsia lahorensis Haward est un endoparasite. L’hyménoptère Cales
noaki Haward est un endoparasite spécifique Aleurothyrixus floccosus (Quae, 2002).
1.3.3.3.1.2.1.2. Lutte chimique
Sur les stades hivernants et mobiles, un traitement à lance aux huiles blanches est préconisé. Le
traitement doit se faire préférentiellement la nuit (Jacquemond et al., 2013).
1.3.3.3.1.2.1.3. Lutte physique
La taille annuelle et l’ébourgeonnage sont des pratiques importantes en cas des cochenilles et des
aleurodes. Ce qui freine la pullulation et facilite les traitements (Jacquemond et al., 2013).
9
1.3.3.3.1.3. Les aphides (Aphidés), les psylles, et les thrips (thysanoptères)
Ce groupe d'insectes est capable de transmettre des agents pathogènes tels que les bactéries et les
virus. Ils se nourrissent des jeunes feuilles et des tiges tendres, ce qui endommage sérieusement
les récoltes. Beaucoup d'espèces d'aphides affectent les agrumes, la plus répandue, le puceron
noir de l'oranger Toxoptera ciiricida, est le vecteur du virus Tristeza. Le psylle asiatique de
l'oranger Diaphorina citri est le vecteur de la bactérie responsable de Citrus greening, ainsi que
le thrips à ailes blanches, Honialodisca coagulata (Rebour, 1966).
1.3.3.3.1.3.1. Méthode de lutte
1.3.3.3.1.3.1.1. Lutte biologique
L’agent de lutte peut être un parasitoïde, un prédateur, un agent pathogène (champignon,
bactérie, virus ou protozoaire), ou un concurrent du bio-agresseur visé (Aicha et al., 2017).
1.3.3.3.1.3.1.2. Lutte chimique
Les infestations de pucerons sont généralement contrôlées à l’aide d’insecticides de synthèse,
tels que les néonicotinoides et les pyréthérinoides de synthèse (Harmel et al., 2010).
10
Chapitre II : Matériel et méthodes
2.1.Présentation de la zone d’étude
La commune de Thomonde est située au centre d’Haïti. Avec une superficie de 359,91 km2
, elle
a comme coordonnées 19° 01′ Nord 71° 58′ Ouest et une altitude moyenne de 273 m. Sa
population est estimée à 56 274 habitants soit une densité de 156 hab /km2
(IHSI, 2009).
Figure 1:Carte présentant la délimitation géographique de la commune de Thomonde
11
2.1.1. Le climat
Thomonde bénéficie d'un climat tropical. Les précipitations de cette commune sont plus faibles
en hiver qu’en été. Selon la classification de Köppen-Geiger, le climat est de type Aw, avec une
température annuelle moyenne de 25.0 °C et une moyenne des précipitations annuelles est de
1737 mm (Climate, 2018).
Source : http://fr.climate-data.org/location/48261
Figure 2: Répartition de la pluviométrie ainsi que la température moyenne mensuelle de la
commune de Thomonde
2.1.2. Sols et Relief
La commune de Thomonde présente une mosaïque de sols sableux, sablo-limoneux, argileux et
argilo-limoneux. Ces sols, de type alluvionnaire, sont très profonds à certains endroits
particulièrement dans la première section de Savanette Cabral. La roche mère est pour la plupart
constituée de calcaire. Il s’agit d’un plateau de plus de dix mille hectares (10.000 ha) au relief
faiblement vallonné. Les sols y sont lourds mais fertiles. Ils sont souvent hétérogènes et érodés.
La commune de Thomonde présente un relief très varié. L’altitude varie de 250m
(particulièrement dans la section Savanette Cabral et Tierra Muscady) à 800 m dans la troisième
section de Baille Tourible (Anonyme, 2010).
12
2.1.3. L’économie
L'économie locale repose sur la culture des fruits (mangues, avocats, grenades et citrons), du
tabac, des arachides, du café, du maïs, du sorgho des bananiers et de la canne à sucre (IHSI,
2009).
2.2. Échantillonnage
Les statistiques disponibles sur la filière des Citrus en Haïti ne permettent pas d´estimer le
nombre de producteurs qui cultivent le citronnier à travers les différentes zones de production du
pays. La population exacte de producteurs de citronnier n’est pas connue. Dans cette condition
particulière, nous avons opté pour une méthode d´échantillonnage non probabiliste ou
échantillons empiriques. Le choix des sujets à interroger était alors entièrement effectué sur le
terrain avec des règles très précises (Colin, 2016).
Comme technique choisie de la méthode empirique, la technique boule de neige était adoptée.
Nommée aussi échantillon par réseau, la boule de neige permet de constituer l´échantillon en
demandant à quelques informateurs de départ de fournir des noms d´individus pouvant faire
partie de l´échantillon et de faciliter leur contact (Matthieu, 2014). De ce fait, les chefs de file de
l’association de producteurs de citronnier de la commune de Thomonde étaient pour nous les
informateurs clés pour l´identification de nos producteurs et de l´établissement de notre
échantillon.
Etant donné que la Fondation Haïti Eco-Verte avait distribué plus de 15 000 plantules de
citronniers aux différents producteurs de la commune de Thomonde issus de différentes localités.
Nous avons retenu 4 localités (Savanne Baptiste, Centre-ville, Goyable,Basse Thomonde ) parmi
les différentes localités qui étaient couvertes par cette distribution à raison de 5 producteurs par
localité et nous avons observé 10 citronniers dans chacune des parcelles des producteurs retenu.
Toutefois, l´unité statistique pour nos calculs était la parcelle de culture de citronnier des
producteurs. Toutes nos mesures seront faites en tenant compte de la parcelle comme unité de
référence.
13
2.3.Enquête de terrain
L’outil d’enquête utilisé est un questionnaire d´entretien (Annexe 1) qui comprend des questions
ouvertes et fermées. Il aborde les préoccupations ci-après : les aspects socio-économiques des
producteurs de citronnier, les conduites culturales employées par les producteurs et les
problèmes phytosanitaires rencontrés dans les plantations de citronnier. L’enquête a été réalisée
auprès des différents producteurs de citronnier retenus dans l´échantillonnage.
Un entretien ouvert et individuel était fait également avec les distributeurs de produits
phytosanitaires dans la commune de Thomonde.
Les principales informations à collecter sont :
3. Les caractéristiques socio-économiques des producteurs : sexe, âge, superficies emblavées,
mode de tenure ;
4. Les itinéraires techniques dans les exploitations : variétés utilisées, association de culture,
fertilisation, irrigation ;
5. Les caractéristiques phytosanitaires des parcelles : symptômes, dégâts, type et mode
traitement.
Cependant, le questionnaire était testé sur un nombre réduit de producteurs de citronnier pour
juger la pertinence des questions et des difficultés éventuelles dans son administration.
2.4.Paramètres de mesure
L´incidence et la fréquence d’occurrence étaient calculées dans les parcelles de citronnier des
producteurs.
L´incidence désigne la proportion de plantes malades au sein d´une unité expérimentale donnée,
indépendamment de la gravité de l´attaque individuelle de chaque plante (Lepoivre, 2003). Ainsi,
des observations et mesures ont été réalisées sur dix (10) plantes choisies au hasard dans chacune
des parcelles échantillonnées. Cependant, la confirmation de la présence des bio-agresseurs a été
faite par la comparaison de différentes photos prises sur le terrain (annexe 2) avec les photos du
« catalogue illustré des principaux insectes ravageurs et auxiliaires des cultures de Guyane ». On
14
a aussi eu recours à d’autres documents présentant également les photos des bio-agresseurs
qu’on avait préalablement consultés lors de la rédaction de la synthèse bibliographique.
Cependant, dans le cas des maladies, nous avons aussi comparé les symptômes observés avec
ceux décrits dans la littérature scientifique.
Toutefois, il est à noter que, l´incidence se traduit par une notation binaire de type :
Incidence=Nombre de plantes malades/Nombre de plantes observées
Leur fréquence d’occurrence, définie par Dajoz en 1971 et citée dans Dupin (2017) représente le
pourcentage du nombre de parcelles contenant l’espèce de bio -agresseur pris en considération,
divisé par le nombre total de parcelles observées.
Fréquence d’occurrence = (Parcelles attaquées/parcelles observées) *100
2.5. Déroulement de l´enquête
La collecte des données a été réalisée durant la période allant de mi-décembre 2019 à mi-janvier
2020. Les questions étaient administrées par une seule personne. Une phase d´entretien avec le
producteur soit dans sa résidence soit dans une parcelle de citronnier puis une visite des parcelles
du producteur pour réaliser des observations et les mesures de certains paramètres. Les entretiens
ont été réalisés dans la matinée avant midi et dans l´après-midi autour de 15h car les producteurs
prennent généralement une pause entre 11h et 15h.
2.6. Analyse des données
Les données collectées ont été enregistrées dans un tableur Excel et analysées avec le logiciel R.
Excel a permis de faire les calculs des statistiques de base (fréquence, histogramme) et le calcul
des statistiques descriptives (moyenne, minimum, maximum, écart-type etc.).
15
Chapitre III : Résultats et Discussion
3.1. Inventaire des bio-agresseurs du Citronnier dans la zone de Thomonde
Notre échantillonnage des parcelles de citronniers a révélé :
La présence de cinq (5) insectes ravageurs. Ce sont les chenilles du voilier échiquier, les
chenilles mineuses des feuilles, le puceron noir des agrumes, les cochenilles en virgule et les
cochenilles blanches (Tableau 2).
La présence des araignées qui constituent l'un des groupes de prédateurs arthropodes les plus
répandus en champ, bien que leur rôle en tant qu'ennemis naturels des ravageurs ait été sous-
estimé. Certains tissent des toiles qui attrapent les proies, et qui, en même temps, nuisent à
l’activité photosynthétique des plantes (Tableau 2).
La présence de trois (3) maladies cryptogamiques (cercosporiose, fumagine et anthracnose) et de
maladies virales (la mosaïque) (Tableau 2).
17
Tableau 1: Inventaire des bio-agresseurs des citronniers
Nom commun des bios
agresseurs
Ordre Famille Nom de l’espèce
Chenilles du voilier échiquier Lepidoptera Papilionidae Papilio demoleus L
Chenilles mineuses des feuilles Lepidoptera Gracillaridae Phyllocnistis citrella
Puceron noir des agrumes Hemiptera Aphididae Toxoptera citricida
Cochenilles en virgule Hemiptera Diaspididae Lepidosaphes beckii.
Cochenilles blanches Hemiptera Diaspididae Fiorinia sp
Araignées Araneae A déterminer* A déterminer*
Cercosporiose Capnodiales Mycosphaerellaceae Phaeoramularia angolensi
Fumagine Méliolales Méliolacées Meliola citri
L'anthracnose Phyllachorales Phyllachoracées Colletotrichum gloeosporioides
Mosaïque A déterminer* A déterminer* Mosaïque
3.2. Evaluation des attaques des bio-agresseurs observés
Les attaques des bio-agresseurs ont été déterminées par deux paramètres : La fréquence
d’occurrence et l’incidence.
3.2.1. Fréquence d’occurrence des bio-agresseurs
Les bio-agresseurs inventoriés avaient une fréquence d’occurrence qui varie de 45% à 100%
(figure 3). Parmi ces bio-agresseurs, les pucerons noirs ont eu la fréquence d’occurrence la plus
faible soit 45%, et les chenilles mineuses ont eu la fréquence d’occurrence la plus élevée, soit
100% (figure 3).
18
Figure 3: Fréquence d’occurrence des bios agresseurs du citronnier à Thomonde
3.2.2. Incidence des bio agresseurs dans les plantations de citronnier
L’Incidence d’attaque des bio-agresseurs dans les plantations de citronnier variait de 0,13 à 0,74.
Ainsi, elle a été plus faible avec la fumagine (0,13) et plus élevée avec les chenilles mineuses
(0,74) (figure 4).
Figure 4: Incidence d’attaque des bios agresseurs du citronnier à Thomonde
0
20
40
60
80
100
120
fréquence
d’occurrence
Bios agresseurs
0
0.1
0.2
0.3
0.4
0.5
0.6
0.7
0.8
0.9
incidence
Bios agresseurs
19
3.3. Caractérisation des pratiques culturales et phytosanitaires du citronnier dans la zone
de Thomonde
3.3.1. Mise en place de la pépinière
Les producteurs de la commune de Thomonde n’ont pas l’habitude de procéder à la mise en
place de pépinière de citronnier. Ainsi pour leurs plantations, ils acquièrent leurs plants à partir
des dons faits par les organisations de la zone ou par leur achat auprès des pépiniéristes de la
zone. Au cours de cette étude, tous les producteurs enquêtés (100%) acquièrent leurs plants à
partir des dons faits par la Fondation Haïti Eco-Verte.
3.3.2. Étapes de la préparation de sol à la plantation
Après le labourage ou le désherbage, les agriculteurs procèdent au piquetage des emplacements.
Une fois le piquetage est terminé, ils creusent manuellement des trous de plantation afin de
transplanter les plants.
3.3.3. Entretien des plantations de citronnier
On a pu constater lors de notre travail de terrain un mauvais entretien des plantations, avec une
forte présence de mauvaises herbes. Selon les agriculteurs, le contrôle de l'enherbement se fait
manuellement à l’aide d’une houe ou d’une machette, avec un nombre de sarclage variant de 1 à
6 par année. Comme le montre la figure 5, 10% des plantations de citronnier ont reçu un seul
sarclage par année et 5% des plantations ont reçu 6 sarclages par an.
Figure 5: Variation du pourcentage de plantations en fonction du nombre de sarclage effectué par
les producteurs de citronnier par an
0
10
20
30
40
50
1 2 3 4 5 6
Plantations
(%)
Nombre de sarclage par an
20
3.3.4. Irrigation, fertilisation, tailles et association
Les producteurs de citronnier de la commune de Thomonde n’ont ni l’habitude de fertiliser leurs
parcelles ni de faire des tailles de formation et d’entretien sur les arbres jeunes et adultes.
Cependant, 85 % des parcelles de citronnier sont associées à d’autres cultures et 25% des
plantions de citronnier sont irriguées au moins une fois par année (Tableau 2).
Tableau 2: Caractéristiques phytotechniques des plantations de citronnier à Thomonde
Caractéristiques phytotechniques Pourcentage de plantation
Fertilisation 0
Taille 0
Irrigation 25
Association 85
3.3.5. Pratiques phytosanitaires appliquées par les producteurs de citronnier dans la zone
Thomonde
3.3.5.1.Lutte mécanique
Cette méthode de lutte est pratiquée par 35% des producteurs de citronnier dans la commune de
Thomonde pour lutter contre la chenille du voilier échiquier (figure 8). Elle consiste à récolter
manuellement le bio-agresseur et à l’écraser.
3.3.5.2.Lutte biochimique
Les pesticides biochimiques sont des substances naturelles qui contrôlent les ravageurs des
plantes. 10% des producteurs de citronnier de la commune de Thomonde ont eu recours aux
insecticides botaniques pour lutter contre les bio-agresseurs, notamment contre la chenille du
voilier échiquier (figure 6). Selon les producteurs enquêtés, cette méthode de lutte consiste en
une pulvérisation de solution faite de neem, de piment, de savon et d´eau sur les plantes
infestées.
21
Figure 6: Pourcentage de producteurs pratiquant ou non une forme de lutte quelconque
3.3.6. Lutte chimique
Pour lutter contre les bio-agresseurs, environ 5% des producteurs de citronnier recouraient à
l’utilisation de pesticides chimiques, notamment des insecticides pour lutter contre la chenille du
voilier échiquier (figure 6). Cependant, les produits les plus couramment utilisés sont : le Karate,
la Diazenon, l’actara et le Sevin. Les producteurs assurent eux même les traitements de leurs
plantations de citronnier en empruntant parfois une pompe d´aspersion (pulvérisateur) chez un
voisin.
Tableau 3 : Listes des pesticides et doses d’application contre les voiliers échiquiers
Types de pesticides Doses d’application
Sevin (Carbaryl 85 WP) 20-40 g / 20 litres d’eau
Basudin (Diazenon 60EC) 10cc/ gallons
Karate zeon 2.5 EC 10cc / gallon
Actara 25 WP 13g /4 gallons
0
10
20
30
40
50
60
Chimique Biochimique Mécanique Absence de lutte
Pourcentage
de
producteurs
Forme de lutte
22
3.4.Effets des pratiques culturales et phytosanitaires sur l’incidence des bio-agresseurs du
citronnier dans la commune de Thomonde
3.4.1. Caractérisation de l’incidence des bio-agresseurs du citronnier en fonction du
nombre de sarclage effectué annuellement
Le nombre de sarclage effectué annuellement avait un impact sur l’incidence des bio-agresseurs.
Ainsi, avec 6 sarclages effectués annuellement, l’incidence des bio-agresseurs était nulle, sauf
pour la chenille du voilier échiquier et la chenille mineuse qui avaient une incidence d’attaque
qui était égale à 1. Toutefois, hormis les 6 sarclages effectués annuellement, on a pu constater
que l’incidence des insectes ravageurs était plus faible dans les parcelles des producteurs qui ont
effectué 3 sarclages par an, sauf pour la cochenille en virgule dont son incidence d’attaque était
plus faible dans les parcelles des producteurs qui ont effectué 5 sarclage par an. Cependant,
l’incidence d’attaque des araignées et de la cercosporiose était plus faible dans les parcelles des
producteurs qui ont effectué deux sarclages par an. Cependant, l’incidence de la fumagine et la
mosaïque était plus faible dans les parcelles des producteurs qui ont effectué 4 sarclage par an; et
l’anthracnose dans les parcelles des producteurs qui ont effectué 5 sarclage par an (figure7).
Figure 7: Incidence des bios agresseurs du citronnier par rapport au nombre de sarclage effectué
annuellement
0
0.2
0.4
0.6
0.8
1
1.2
Incidence
Bio agresseurs
1 sarclage
2 sarclages
3 sarclages
4 sarclages
5 sarclages
6 sarclages
23
3.4.2. Caractérisation de l’incidence des bios agresseurs du citronnier en fonction du type
de culture
À l’exception du puceron noir des agrumes et de la chenille du voilier échiquier, l’incidence
d’attaque des bio-agresseurs du citronnier était plus élevée dans les parcelles des producteurs qui
ont pratiqué la monoculture de citronnier que dans les parcelles de ceux qui ont pratiqué la
culture de citronnier associée à d’autres plantes (figure 8).
Figure 8: Incidence des bios agresseurs du citronnier en fonction du type de culture
3.4.3. Caractérisation de l’incidence des bio-agresseurs en fonction de la présence ou
l’absence de l’irrigation
La présence ou l’absence d’irrigation n’avait apparemment aucune influence sur l’incidence de
certains bio-agresseurs comme c’est le cas de la cochenille en virgule, de la cochenille blanche,
de l’anthracnose et de la mosaïque. Toutefois, hormis la fumagine, avec la présence d’irrigation,
l’incidence de certains bio-agresseurs était plus élevée pour la chenille du voilier échiquier, la
Chenille mineuse, le puceron noir des agrumes, les araignées et la cercosporiose (figure 9).
0
0.2
0.4
0.6
0.8
1
1.2
Incidence
Bio agresseurs
Association
Monoculture
24
Figure 9: Incidence des bio-agresseurs du citronnier en fonction de la présence ou l’absence de
l’irrigation
3.4.4. Caractérisation de l’incidence des bio-agresseurs en fonction de la présence ou
l’absence d’une forme de lutte quelconque
Hormis pour la chenille mineuse, l’incidence d’attaque des insectes ravageurs du citronnier était
pratiquement nulle dans les parcelles des producteurs qui ont effectué la lutte chimique.
Néanmoins, avec cette forme de lutte, l’incidence d’attaque des araignées était plus faible.
Toutefois, l’incidence d’attaque dans le cas des maladies fongique comme l’anthracnose et la
cercosporiose était plus faible dans les parcelles des producteurs qui ont pratiqué la lutte
biochimique. Par contre, l’incidence d’attaque de la fumagine et de la mosaïque était plus faible
dans les parcelles des producteurs qui ont pratiqué la lutte mécanique (figure 10).
0
0.1
0.2
0.3
0.4
0.5
0.6
0.7
0.8
0.9
1
Incidence
Bio agresseurs
Avec irrigation
Sans irrigation
25
Figure 10: Incidence des bios-agresseurs du citronnier en fonction de la présence ou
l’absence d’une forme de lutte
0
0.1
0.2
0.3
0.4
0.5
0.6
0.7
0.8
0.9
1
Incidence
Bio agresseurs
Chimique
Biochimique
Mécanique
Absence de lutte
26
3.5.Discussion
Parmi tous les ravageurs, la chenille du voilier d’échiquier est considérée par les producteurs
comme le plus redoutable pour les plantations. En fait, ces insectes se nourrissent des feuillages
des citronniers, ce qui engendre une grande défoliation. Toutefois dans un pays comme le
Vietnam, la chenille du voilier d’échiquier est considérée comme l’insecte nuisible du citronnier
le plus important (Minh, et al., 2015). Quant aux araignées, bien qu’ils jouent un rôle de
prédateurs d’insectes, ils sont considérés par les producteurs comme un ennemi naturel des
plantations. Certains d’entre eux tissent des toiles sur le feuillage des citronniers, ce qui nuit sans
doute à l’activité photosynthétique des plantes. Selon Gourmel (2014), toutes les araignées sont
prédatrices d’insectes ou d’araignées. Elles sont aussi généralistes et ont tendance à consommer
les proies les plus abondantes dans leur environnement, contribuant ainsi à la régulation des
populations de ravageurs. Certains d’entre eux comme les araignées tisseuses utilisent leur toile
pour piéger les insectes. Par exemple, les colonies d'Anelosimus eximius sont composées de
centaines d'individus qui construisent des toiles de grandes tailles formant une nappe horizontale
surplombée par un réseau construit dans le feuillage des plantes abritant les colonies (Bernard,
2002).
Cette étude ne se limitait pas seulement à détecter la présence de bio-agresseurs. Elle avait aussi
pour objectif d’évaluer le degré de pression parasitaire auquel pourraient confronter les parcelles
échantillonnées. Les résultats ont suggéré une fréquence d’occurrence de ravageurs oscillant
entre 45 et 100% et une incidence d’attaques de 0.13 à 0.74. La pression parasitaire variait d’un
ravageur à un autre. Par exemple, les pucerons noirs des agrumes étaient présents seulement dans
45% des plantations alors que les chenilles mineuses étaient présentes dans toutes les parcelles.
Selon Benoufella-Kitous (2005), le puceron noir des agrumes est un ravageur important des
agrumes du monde entier, il est présent dans la plupart des pays producteurs d’agrumes et il est
le vecteur du virus de la Tristeza. Toutefois, en termes d’incidence d’attaque, les chenilles
mineuses ont eu un taux significativement plus élevé comparativement aux autres ravageurs.
Cela pourrait être expliqué : soit par leur plus grande résistance aux différentes méthodes de
luttes appliquées ou par le fait que les conditions environnementales de la région favorisent
davantage leur pullulation. Cependant, La mineuse des agrumes (Phyllocnistis citrella) est une
véritable plaie pour les arbustes du genre Citrus, en notamment pour les citronniers. Leurs
attaques se manifestent par la formation de marques sinueuses claires qui sont des galeries
27
creusées par les larves entre les deux épidermes qui, en cas de fortes attaques, peuvent détruire
complètement la feuille (Ouedraogo, 2002).
Cependant, les producteurs n’entretiennent pas suffisamment leurs plantations. Ils les désherbent
manuellement et occasionnellement (1-6 fois/année). Or, on sait que les mauvaises herbes
peuvent constituer d’excellents abris pour les ravageurs. Toutefois, dans les conditions de
production agricole traditionnelles, on combat les mauvaises herbes grâce au sarclage manuel,
travail qui demande beaucoup de temps et d’effort (James, et al., 2010). Par ailleurs, pour lutter
contre les ravageurs, seulement la moitié des producteurs enquêtés recourent à différents moyens
de lutte. La méthode de lutte la plus répandue est la lutte mécanique (pratiquée par 35% des
producteurs) consistant à récolter manuellement les ravageurs puis les écraser. Cette méthode est
à la fois fastidieuse et inefficace. Elle est fastidieuse parce qu’elle requiert beaucoup de temps
pour pouvoir récolter tous les ravageurs de chaque plante. Elle est inefficace parce qu’elle
permet d’attraper seulement les insectes qui sont incapables de voler. Cette façon de faire ne
permet pas de supprimer la pression parasitaire. De plus, elle ne permet en rien de lutter contre
les maladies cryptogamiques observées dans les parcelles. Cependant, selon Aubertot et Savary
(2010), parmi les différentes modalités de lutte mécanique, l’utilisation de barrières physiques se
révèle une méthode intéressante pour la maîtrise des insectes, mais elle est plus efficace en
culture sous serre qu’en grandes cultures.
Toutefois, en ce qui concerne l’effet des pratiques culturales et phytosanitaires sur l’incidence
des bio-agresseurs du citronnier, on a pu constater que le nombre de sarclage effectué
annuellement avait eu des impacts sur l’incidence des bio-agresseurs. Ainsi, certains bio-
agresseurs, sont hébergés dans les mauvaises herbes, qui deviennent alors des sources
d’infestation (James, et al., 2010). Ainsi, hormis pour le puceron noir des agrumes et la chenille
du voilier échiquier, l’incidence d’attaque des bio-agresseurs du citronnier était plus élevée dans
les parcelles des producteurs qui ont pratiqué la monoculture de citronnier. De ce fait, James et
al., (2010) ont affirmé que la monoculture attire les bio-agresseurs alors que les plantations de
plusieurs cultures différentes, créent ainsi un obstacle aux bio-agresseurs. Durand (2018)
explique qu’en diversifiant les cultures, les producteurs agricoles doivent faire face à un nombre
moins élevé d’espèces d’insectes pouvant causer des dommages. Cependant dans la grande
majorité des cas, les dommages causés par les insectes ravageurs se limitent à certaine culture.
28
Ainsi, les infestations dans les polycultures sont donc de moindre grande envergure que celle
dans les monocultures.
Cependant, la présence ou l’absence d’irrigation n’avaient apparemment aucune influence sur
l’incidence de certains bio-agresseurs. Toutefois, hormis pour la fumagine, avec la présence
d’irrigation, l’incidence de certains bio-agresseurs comme la chenille du voilier échiquier, la
chenille mineuse, le puceron noir des agrumes, les araignées et la cercosporiose, étaient plus
élevée. Ainsi, James et al., (2010) ont expliqué que les conditions de saison sèche, accompagnées
d’une irrigation insuffisante des parcelles, peuvent favoriser une augmentation rapide de certains
bio-agresseurs.
Néanmoins, l’incidence des insectes ravageurs était plus faible dans les parcelles des producteurs
qui ont pratiqué la lutte chimique par l’utilisation d’insecticides. Toutefois, l’incidence d’attaque
des araignées était aussi plus faible dans les parcelles des producteurs qui ont pratiqué la lutte
chimique vu que les araignées eux-mêmes sont le plus souvent des prédateurs d’insectes et
acariens. La diminution de la population des insectes pourraient engendrer une réduction de la
population d’araignées. Gourmel (2014) explique que les araignées sont prédatrices d’insectes ou
d’autres espèces d’araignées. Elles sont généralistes et ont tendance à consommer les proies les
plus abondantes dans leur environnement, contribuant ainsi à la régulation des populations de
ravageurs. Wilder (2011) affirme que la survie des araignées juvéniles et adultes augmente avec
une alimentation plus riche en proies. Toutefois, Pekár (2012) explique que l’abondance des
proies, la survie et la reproduction des araignées dans les vergers, peuvent être limitées par
l’utilisation d’insecticides et acaricides. Suivant les espèces d’araignées, les insecticides
appliqués et leurs doses d’application, ils peuvent avoir des effets neutre, létal ou sublétal.
Cependant, l’incidence des maladies cryptogamiques était plus faible dans les parcelles des
producteurs qui ont pratiqué la lutte biochimique, sauf pour la fumagine. L’incidence d’attaque
de cette dernière était la plus faible dans les parcelles des producteurs qui ont pratiqué la lutte
mécanique. C’était aussi pareil pour les maladies virales. Tout ceci pourrait être expliqué par le
fait que les extraits des plantes utilisés comme insecticides botaniques pourraient aussi bien avoir
une propriété anti fongique. Cela pourrait contribuer à l’élimination en partie ou totale des
plantes qui ont présenté les symptômes de la fumagine et des maladies virales, ce qui pourrait
29
expliquer la faible incidence observée dans les parcelles des producteurs qui ont pratiqué la lutte
chimique.
Ainsi, les résultats obtenus permettent de valider notre hypothèse selon laquelle il existe une
pression parasitaire élevée dans les plantations de citronniers de la commune de Thomonde. Ces
résultats démontrent aussi que cette pression parasitaire aurait un lien avec le mauvais entretien
des parcelles et l’absence et/ou l’inefficacité des moyens de lutte.
30
Conclusion
Les résultats de cette étude ont démontré que les plantations de citronnier dans la commune de
Thomonde sont en proie à différentes pestes si bien que notre échantillonnage des parcelles de
citronniers ait révélé la présence d’insectes ravageurs comme : les chenilles du voilier échiquier,
les chenilles mineuses des feuilles, le puceron noir des agrumes, les cochenilles en virgule et les
cochenilles blanches, la présence d’araignée, de maladies cryptogamiques (cercosporiose,
fumagine et anthracnose) et virales (la mosaïque). Cependant, l’évaluation du degré de pression
parasitaire nous a permis de constater que la fréquence d’occurrence de ces bios agresseurs
oscille entre 45 à 100% et l’incidence d’attaques entre 0.13 à 0.74.
Par ailleurs, les résultats ont démontré que les plantations de citronnier sont mal entretenues.
85% des plantations ont de forte présence de mauvaises herbes. Les producteurs n’ont recours à
aucune fertilisation et ne pratiquent pas des tailles de formation ou d’entretien sur les jeunes
arbres. 50% des parcelles échantillonnées ne faisaient l’objet d’aucune méthode de lutte contre
les pestes. Toutefois, la méthode de lutte la plus répandue est la lutte mécanique (pratiquée par
35% des producteurs) se révèle à la fois fastidieuse et inefficace. De ce fait, les producteurs sont
fortement suggérés d’entretenir convenablement leurs plantations par un désherbage régulier et
l’adoption de méthodes de lutte efficaces en vue d’une réduction significative de cette pression
parasitaire observée dans les plantations de citronniers de la commune de Thomonde.
31
Perspectives
Pour l’identification de ces ravageurs, on a procédé au cours de la saison sèche selon une base
descriptive, où les photos des ravageurs ont été comparées avec celles trouvées dans le canevas
de référence ou avec des descriptions obtenues dans la littérature scientifique. De ce fait, nous
suggérons fortement que :
 Des études ultérieures soient entreprises au cours de la saison pluvieuse avec une
méthodologie plus rigoureuse afin d’identifier les agents fongiques et viraux sur une base
génomique.
 D’autres études portant essentiellement sur la recherche de méthodes de lutte doivent être
effectuées afin d’aider les producteurs à disposer d’un arsenal technique de lutte plus
élargi.
 Étant donné le caractère écologique de la lutte biochimique à base d’insecticides
botaniques, il est suggéré que des études soient entreprises afin de déterminer l’efficacité
de cette méthode de lutte, ainsi que la dose optimale à appliquer.
 Enfin, il serait aussi utile d’encadrer les producteurs dans la mise en place de pépinières
et dans la production d’insecticides botaniques.
32
Chapitre IV: Références bibliographiques
ANONYME. 2010. Plan de développement de la commune de Thomonde, 131p
ANONYME. 2014. Monographie du citronnier. Port-au-Prince : s.n., 2014.
ARMAND, Colin. 2016. Les techniques d´enquête en sciences sociales : Méthodes et exercices
corrigés. 350p.
AUBERTOT, Jean-Noël et SAVARY, Serge. 2010. Stratégies de protection des cultures.
Expertise scientifique collective "Pesticides, agriculture et environnement" 104 p
BELLAHIRECH, Amani. 2008. Distribution des acariens en vergers d’agrumes selon le mode
de gestion de l’enherbement en Guadeloupe. [Mémoire de stage Master Professionnel
Santé des Plantes] Guadeloupe : Montpellier Sup Agro. 55p
BENOUFELLA-KITOUS, Karima. 2005. Les pucerons des agrumes et leurs ennemis
naturelles. Thèse en vue de l'obtention du diplôme de magister en science agronomiques
de l’institut national d’agronomique d’El Arrach. 222p
BERNARD, Alexandre. 2002. De l'activité individuelle à la coopération auto-organisée
chez les Arthropodes: Exemple de la construction d'une toile chez les Araignées. Thèse
présentée pour l'obtention du titre de Docteur de l'Université Henri Poincaré, Nancy 1 en
Neurosciences. 167p
C.D.H. 1982. Commonwealth Department of Health. Citrus dieback and greening. Plant
Quarantine Leaflet No.26. Australian : Canberra, 1982.
CLIMATE, data. 2018. [En ligne] 2018. [Citation : 10 octobre 2018.] https://fr.climate-
data.org/location/48261.
CORDA, Acj. 1837. Pilze in J. Sturm. Deutschland Flora. 1837, Vol. 3, 41.
DUPIN, Tim. 2017. Observation des ravageurs et de leurs ennemis naturels dans des vergers
d’agrumes menés avec des pratiques agroécologiques en Martinique. Mémoire de Fin
d’Etudes de Master 2 Sciences Technologie Santé, Mention Biologie et Technologie du
Végétal à l’Université de Rennes I. 90p
33
DUPORTAL Martine, JORDA Emilie, SANCHEZ Catherine, IMBERT Eric, LOEILLET
Denis, et VANNIERE Henri ., 2013. FruiTrop FOCUS. France : CIRAD, 2013. p. 142.
DURAND Genevieve, GILBERT Alexandre et PINEAULT Jonathan., 2018. Connaitre les
ennemies naturelles des insectes ravageurs et favoriser leurs activités dans les cultures
maraichères. Ecomestibles, Sherbrooke. Canada 109p.
FAOSTAT. 2019. Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture. [En ligne]
2019. [Citation : 3 septembre 2019.] http://www.fao.org/faostat/fr/#data/QC.
FAO. FAOSTAT_data_1-2-2019we.csv. [En ligne] 2 Janvier 2019. [Citation : 2 Janvier 2019.]
FDGDEC, SPV. 2016. Fiche phytosanitaire d’agrume, réalisé par le service de protection des
végétaux . Guadeloupe : s.n., 2016.
GACHETTE, Madsen., 1994. Comportement de 16 variétés de vigna sous l’influence des
maladies fongiques et virales dans la plaine du cul-de-sac (ferme de Damien). Mémoire
de fin d’études agronomiques. Faculté Agronomie et de Médecine Vétérinaire. Port-au-
Prince : s.n., 1994. 64p.
GOURMEL, Charlotte., 2014. Catalogue illustré des principaux insectes ravageurs et
auxiliaires des cultures de Guyane. Coopérative BIO SAVANE ,2014. 78 p
HARMEL, N., HAUBRUGE, E., FRANCIS., F., 2010. Etude des salives de pucerons : un
préalable au développement de nouveaux bio-insecticides bioéthanol. Argon. Environ.. ().
Belgique : s.n., 2010. Vol. 14(2),369-378 pp.
IHSI. 2009. Population totale, population de 18 ans et plus ménages et densités estimées en
2009. 2009. 131p.
IICA. 1984. Cours National d'Été d'Agronomie Tropicale Fruiticulture. Haïti : s.n., 10
Septembre 1984.
JACQUEMOND, Camille., CURK, Franck., HEUZET Marion., 2013. Les clémentiniers et
autres petits agrumes. [éd.] QUAE. 2013. 368p.
34
JAMES, Braima., ATCHA-AHOWE, Cyprien., GODONOU, Ignace., BAIMEY, Hugues .,
GOERGEN, Georg ., SIKIROU, Rachidatou ., et TOKO, Muaka ., 2010. Gestion
intégrée des nuisibles en production maraîchère : Guide pour les agents de vulgarisation
en Afrique de l’Ouest. Institut international d’agriculture tropicale (IITA), Ibadan,
Nigeria. 120 p.
JAMOUSSI, Béchir., 1955. Les maladies de dépérissement des Agrumes. Mises au point
bibliographiques. Paris : collection référence, 1955, 1-48pp.
KASRAOUI, Med Faouzi., 2006. Le site officiel du Dr. Med Faouzi Kasraoui. Le Citronnier.
[En ligne] 2006. [Citation : 31 Aout 2019.] http://www.kasraoui.com/Secteur-
Agricole/Agrumes-Citronnier.html.
KUATE, Jean., BELLE, Manga., JEAN, Yve Rey., ERIC, Foure., 1995. Symptômes de la
cercosporiose africaines des agrumes. s.l. : CTA, 1995.
LEPOIVRE, Philippe., 2003. Phytophatologie. [éd.] De Boeck. 427 p.
MANNER, I. Harley., BUKER, S. Richard., SMITH, Virginia Easton, WARD, Deborah, et
ELEVITCH, R. Craig., 2005. Citrus species (Citrus), ver, 1.1 In C.R. Elevitch (Ed).
Species Profiles for pacific Island Agroforestry. [Permanent Agriculture Resources
(PAR)] Hawaii : Holualoa, 2005.
MATTHIEU, Wilhelm., 2014. Bases statistiques et généralités, Rapport de méthodes, La série «
Statistique de la Suisse». Suisse : l’Office fédéral de la statistique (OFS), 2014. 60p.
MERZOUG Aicha et HAFFARI Faouzia., 2017. Etudes bioécologique de l’entomofaune de
deux espèces d’agrumes (Oranger et citronnier) dans la région de Mostaganem. [Mémoire
de fin d’études Master en sciences agronomiques] [éd.] Bronx. s.l. : Fordham University,
Université Abdelhamid Ibn Badis-Mostaganem . 138p
MICHEL, William., 2017. Peut-on produire aujourd’hui encore du citron en Haïti? Net
REALITE Agriculture. [En ligne] 2017. [Citation : 2 septembre 2019.]
https://www.michelwilliamnetrealite.com/peut-on-produire-aujourdhui-encore-du-citron-
en-haiti/.
35
MINH Hoang Gia., GIANG Ho Thi Thu., and TRANG Ho Thi Quynh. (2015). Studies on
some aspects of the biology and ecology of Citrus butterfly Papilio demoleus
(Papilionidae: Lepidoptera) on citrus in Vietnam. Journal of Tropical Asian Entomology
04 (1): 20 – 27
OUEDRAOGO Sylvain Nafiba., 2002. Etude diagnostique des problèmes phytosanitaires du
manguier (Mangifera indica L.), de l'oranger (Citrus sinensis (L.) Osbeck) et du
mandarinier (Citrus reticulata Blanco) dans la province du Kénédougou. Mémoire de fin
d'études agronomique de l’Université Polytechnique de Bobo-Dioljlasso. 153p
PEKÁR, Stano. 2012. « Spiders (Araneae) in the pesticide world: an ecotoxicological review ».
Pest Management Science 68 (11): 1438-46. doi:10.1002/ps.3397.
PLANTIX. 2019. Anthracnose des Agrumes. [En ligne] Plantix, 2019. [Citation : 10 Décembre
2019.] https://plantix.net.
QUAE, Alford D., 2002. Ravageurs des végétaux d’ornement. [En ligne] 2002.
www.inra.fr/hyppz.
REBOUR, H., 1966. Les agrumes- Manuel de culture des citrus pour le bassin Méditerranéen.
[éd.] Baillère et Fils. Paris : s.n., 1966. 264p.
ROUZIER, Marilise Neptune., 2014. Rutaceae. Plantes médicinales d'Haïti, description, usages
et propriétés. Port-au-Prince : Editions de l'Université d'Etat d'Haïti, 2014, 321p.
SEVRIN, Arnoux., 2018. Un zeste d’espoir pour le citron haïtien. Le nouvelliste. [En ligne]
Sevrin Production, 10 08 2018. [Citation : 09 01 2019.]
https://lenouvelliste.com/m/public/index.php/article/191336/un-zeste-despoir-pour-le-
citron-haitien. ISBN: 999-12-2345-333.
SOLEILLE, Céline., 2017. Les flavonoïdes du citron contre Alzheimer. La Nutrition.fr. [En
ligne] Adventure production, 02 06 2017. [Citation : 02 01 2018.]
https://www.lanutrition.fr/les-news/les-flavonoides-du-citron-contre-alzheimer-. ISBN:
99932-3-945-1.
36
WILDER, Shawn M. 2011. « Spider Nutrition: An Integrative Perspective ». In Advances in
Insect Physiology, Vol 40: Spider Physiology and Behaviour - Physiology, édité par J.
Casas, 40:87-136. London: Academic Press Ltd-Elsevier Science Ltd.
A
Annexe 1: Fiche d'enquête
Fiche d´enquête
Nom de l´enquêteur : .................................................................................. Date : ...................................
Section I : Caractéristiques socio-économique de l´exploitation
Localisation de
la parcelle
Identité de l´exploitant Organisation de l´exploitation
Département :……… Nom :……………. Niveau de scolarisation :
……………..
Mode d´exploitation :
(FVI ou FVD)
…………………………
Type de récolte (manuel
ou mécanique) :
…………………….
Commune :……….. Prénom : ………… Tel:......................... Types de travail du sol :
(Manuel, mécanique,
traction animale)
……………………..
Type de stockage :
……………………
Section communale :
………………
Sexe :…………….. Activité principale :
…………………
Type de plantation
(manuel ou mécanique) :
………………….
Destination de la
production :
………………………..
Localité :…………… Age : ……………… Savoir-faire
phytotechnique
/phytosanitaire:
…………………..
Type de MO: (Salarié ou
familiale)
…………………
Accès au crédit :
…………………….
B
PARCELLE # :…………… Superficie :………………… Coordonnées GPS : ……………………………………………..
A.- Caractéristiques phytotechniques de la parcelle de citronnier (Itinéraires Techniques)
Caractéristiques variétales Conduite de la plantation
Variét
é
Mode
d´acquisitio
n
Plant
issue
de
grain
e.
(oui
ou
non)
Plant issue de
reproduction
végétative.
(oui ou non)
Préparati
on de
sols :
défricha
ge,
incinérat
ion ou
labour ?
Nombr
e de
plants
/hectare
Nombr
e de
sarclag
e s
Irrigation Fertilisation Associ
ation
(oui ou
non)
Rendemen
t estimé
(oui
ou
non
)
Fréqu
ence
(oui
ou
non)
Fréqu
ence
Mode d´acquisition : Achat, don, échange, autres
C
B. Caractéristiques phytosanitaires
B1.- Inventaire des bio-agresseurs des plantations de citronnier (Classement par le producteur en terme d´importance)
Numéro Nom local du
bio agresseur
Description du bio
agresseur (symptômes
pour les maladies)
Période
d´observation du
bio agresseur
Organes attaqués Types de dégâts
observés
Photo* (numéro
de la photo prise
pour ce bio
agresseur)
D
B2.- Caractériser la pression des bio-agresseurs
Numéro Nom local du bio-agresseur Nombre de plantes
attaquées/ parcelles
observées
(Fréquence
d’occurrence)
Quantité de
symptômes sur un
organe (Sévérité)
Rapport plante
malades / plante
saines par m2
Photo* (numéro de
la photo prise pour
ce bio-agresseur)
B3.- Comment faites-vous pour lutter contre les bio-agresseurs ?
Numéro Pratiques culturales ? Si oui,
expliquez.......
Macération de plantes / Utilisation d´extraits
végétaux ? si oui, expliquez....................
Autres ? préciser
E
B4.- Si vous faites de traitement chimique, veuillez remplir le tableau ci-dessous
Numéro Nom de
produits
utilisés
Dose de
produits
utilisés et prix
du produit
Fréquence du
produit utilisé
Provenance
des produits
(proche ou
éloigne des
E.A)
Matériel
utilisé
Quel impact
sur la culture ?
Photo*
(numéro de la
photo prise
pour ce
bioagresseur)
F
Section II : Questions ouvertes
a) Quel est l´importance de la plantation de citronnier pour vous par rapport aux autres
plantes cultivées dans vos parcelles ?
R-……………………………………………………………………
b) Cette plantation de citronnier a combien d’année?
R-………………….
c) Avez-vous des remarques ou considérations particulières à partager sur la production de
citronnier dans votre zone ? Que souhaitez-vous améliorer dans la production de
citronnier ? Etablir un classement en fonction des réponses données par le producteur.
R-…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………..
1) Maladies 2) Rendement 3) Stockage 4) Transformation 5) Vente 6) Qualité
industrielle
d) Quels sont les principales contraintes en terme d´importance pour vous qui affectent la
production de citronnier ?
R-
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………….
1. Crédit agricole 2. Problème foncier 3. Main d’œuvre 4. Intrants agricoles 5. Encadrement
technique 6. Etat des routes
e) Quelle est l’aide technique fournie par les pouvoirs publics (distribution de matériel,
recherche, service d’extension, identification des maladies, etc.) ?
R-……………………………………………………………..
G
Section III. Entretien avec les vendeurs/distributeurs des produits phytosanitaires
a) Quels sont les types de produits phytosanitaires vendus ? Provenance ? Mode
d´acquisition ? Mode de distribution ?
R-…………………………………………………………………………………….
b) Quelles sont les catégories de clients qui s´approvisionnent chez vous ?
R-……………………………………………………….
c) Quels sont les consignes de préparation, de manipulation et de pulvérisation ?
R-…………………………………………………………….
d) Quels sont les exigences faites par les autorités locales pour la vente des produits
phytosanitaires ?
R-…………………………………………………………..
e) Quels sont les contrôles opérés par l’Etat (normes) ?
R-………………………………………………………….
f) Quelle est la formation requise pour être homologué ? Quelle formation est dispensée par
les écoles et/ou universités
R-…………………………………………………………
H
Annexe 2: Photos des bios agresseurs et des symptômes observés
Photo1 : Chenilles mature du voilier échiquier
(Papilio demoleus L) sur tige d’un citronnier
Photo2 : Chenilles jeunes du voilier échiquier
(Papilio demoleus L) sur une feuille de
citronnier
Photo3 : Dégâts causés par les chenilles
mineuses des feuilles, Phyllocnistis citrella
Photo4 : Colonie de puceron noir des agrumes
Toxoptera citricida sur jeune rameau de
citronnier
Photo 5 : présence de Cochenilles en virgule
(Lepidosaphes beckii) sur feuilles de citronnier
Photo 6 : présence de Cochenilles blanche
Fiorinia sp sur feuilles de citronnier
I
Photo 7 : Présence de toile d’araignées sur
citronnier
Photo 8 : Plantes atteint par la cercosporiose
Photo 9 : Feuilles de citronnier couvert par de
la fumagine
Photo 10 : Fruit de citronnier touché par
l’Anthracnose
Photo 11 : Feuille de citronnier touché par
l’Anthracnose
Photo 12 : Rameau de citronnier touché par
l’Anthracnose
J
Photo13 : Feuilles de citronnier présentant des
gaufrages
Photo 14 : Feuilles de citronnier présentant les
symptômes de mosaïque
K
Annexe 3: Classification des bio agresseurs du citronnier inventorier au niveau de la commune de Thomonde
Nom commun des bios
agresseurs
Ordre Famille Nom de l’espèce Fréquence
d’occurren
ce
Incidence
chenilles du voilier échiquier Lepidoptera Papilionidae Papilio demoleus L 60±23 Ab 0.24±0.08 A
chenilles mineuses des feuilles Lepidoptera Gracillaridae Phyllocnistis citrella 100±00 B 0.745±0.08 B
puceron noir des agrumes Hemiptera Aphididae Toxoptera citricida 45±10 A 0.14±0.03 A
Cochenilles en virgule Hemiptera Diaspididae Lepidosaphes beckii. 70±12 Ab 0.21±0.06 A
Cochenilles blanches Hemiptera Diaspididae Fiorinia sp 75±10 Ab 0.24±0.10 A
Araignées Araneae A déterminer* A déterminer* 65±30 Ab 0.27±0.19 A
Cercosporiose Capnodiales Mycosphaerellaceae Phaeoramularia angolensi 80±16 Ab 0.355±0.09 A
Fumagine Méliolales Méliolacées Meliola citri 65±34 Ab 0.13±0.08 A
l'anthracnose Phyllachorales Phyllachoracées Colletotrichum gloeosporioides 80±23 Ab 0.185±0.09 A
Mosaïque A déterminer* A déterminer* Mosaïque 65±10 Ab 0.21±0.04 A

Contenu connexe

Similaire à Caractérisation des problèmes phytosanitaires des citronniers (Citrus aurantifolia (Christm.) Swingle) dans la commune de Thomonde (Haïti)

Master 2 economie de développement
Master 2 economie de développementMaster 2 economie de développement
Master 2 economie de développementAubin amanzou, Phd
 
Benoit Allard etude jatropha
Benoit Allard   etude jatrophaBenoit Allard   etude jatropha
Benoit Allard etude jatrophabeubeu1802
 
edgalilee_th_2017_oualha.pdf
edgalilee_th_2017_oualha.pdfedgalilee_th_2017_oualha.pdf
edgalilee_th_2017_oualha.pdfssuseraf634f
 
Rapport-PFE2013-RahmaGhali-Gestion des Candidatures(Jaas,Primefaces,JFS2,JPA)
Rapport-PFE2013-RahmaGhali-Gestion des Candidatures(Jaas,Primefaces,JFS2,JPA)Rapport-PFE2013-RahmaGhali-Gestion des Candidatures(Jaas,Primefaces,JFS2,JPA)
Rapport-PFE2013-RahmaGhali-Gestion des Candidatures(Jaas,Primefaces,JFS2,JPA)Ghali Rahma
 
Mémoire de Fin d'études de Master ICN grande école. Marie Claudepierre
Mémoire de Fin d'études de Master ICN grande école. Marie ClaudepierreMémoire de Fin d'études de Master ICN grande école. Marie Claudepierre
Mémoire de Fin d'études de Master ICN grande école. Marie ClaudepierreMarie Claudepierre
 
CVB-viande&Pcarné.pdf
CVB-viande&Pcarné.pdfCVB-viande&Pcarné.pdf
CVB-viande&Pcarné.pdfTianaRavoTi
 
Essai de mesure de la performance des etablissements de soins de sante de base
Essai de mesure de la performance des etablissements de soins de sante de baseEssai de mesure de la performance des etablissements de soins de sante de base
Essai de mesure de la performance des etablissements de soins de sante de baseKhabou Mohammed
 
DELF B2 exemple2 candidat
DELF B2 exemple2 candidatDELF B2 exemple2 candidat
DELF B2 exemple2 candidatantorome
 
Analyse et dosage des résidus de carbamates dans la pomme par HPLC
Analyse et dosage des résidus de carbamates dans la pomme par HPLCAnalyse et dosage des résidus de carbamates dans la pomme par HPLC
Analyse et dosage des résidus de carbamates dans la pomme par HPLCImane Hachoumi
 
Projet de fin étude ( LFIG : Conception et Développement d'une application W...
Projet de fin étude  ( LFIG : Conception et Développement d'une application W...Projet de fin étude  ( LFIG : Conception et Développement d'une application W...
Projet de fin étude ( LFIG : Conception et Développement d'une application W...Ramzi Noumairi
 
Thèse coopération mu oi
Thèse coopération mu oiThèse coopération mu oi
Thèse coopération mu oinicolas ribet
 
103711_BESSAAD_2020_archivage_new_documentpdf
103711_BESSAAD_2020_archivage_new_documentpdf103711_BESSAAD_2020_archivage_new_documentpdf
103711_BESSAAD_2020_archivage_new_documentpdfFlorentKoffiKPEDENOU
 
Capitalisation et valorisation des acquis du projet d’appui à la structuratio...
Capitalisation et valorisation des acquis du projet d’appui à la structuratio...Capitalisation et valorisation des acquis du projet d’appui à la structuratio...
Capitalisation et valorisation des acquis du projet d’appui à la structuratio...ferdinandkoffi3
 
Les aidants de personnes âgées dépendantes. Quelle place dans les services de...
Les aidants de personnes âgées dépendantes. Quelle place dans les services de...Les aidants de personnes âgées dépendantes. Quelle place dans les services de...
Les aidants de personnes âgées dépendantes. Quelle place dans les services de...Kévin BISIAUX
 
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes par abou diop
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes par abou diopEvolution des méthodes de lutte contre les insectes par abou diop
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes par abou diopSiddiiki Diop
 
KAIZEN LEAN.pdf kaien amélioration chantier
KAIZEN  LEAN.pdf kaien amélioration chantierKAIZEN  LEAN.pdf kaien amélioration chantier
KAIZEN LEAN.pdf kaien amélioration chantierAbdelkaderMISSAOUI3
 

Similaire à Caractérisation des problèmes phytosanitaires des citronniers (Citrus aurantifolia (Christm.) Swingle) dans la commune de Thomonde (Haïti) (20)

Master 2 economie de développement
Master 2 economie de développementMaster 2 economie de développement
Master 2 economie de développement
 
Benoit Allard etude jatropha
Benoit Allard   etude jatrophaBenoit Allard   etude jatropha
Benoit Allard etude jatropha
 
edgalilee_th_2017_oualha.pdf
edgalilee_th_2017_oualha.pdfedgalilee_th_2017_oualha.pdf
edgalilee_th_2017_oualha.pdf
 
Rapport-PFE2013-RahmaGhali-Gestion des Candidatures(Jaas,Primefaces,JFS2,JPA)
Rapport-PFE2013-RahmaGhali-Gestion des Candidatures(Jaas,Primefaces,JFS2,JPA)Rapport-PFE2013-RahmaGhali-Gestion des Candidatures(Jaas,Primefaces,JFS2,JPA)
Rapport-PFE2013-RahmaGhali-Gestion des Candidatures(Jaas,Primefaces,JFS2,JPA)
 
Master thesis
Master thesisMaster thesis
Master thesis
 
Mémoire de Fin d'études de Master ICN grande école. Marie Claudepierre
Mémoire de Fin d'études de Master ICN grande école. Marie ClaudepierreMémoire de Fin d'études de Master ICN grande école. Marie Claudepierre
Mémoire de Fin d'études de Master ICN grande école. Marie Claudepierre
 
PUPPET AND ICINGA WEB
PUPPET AND ICINGA WEBPUPPET AND ICINGA WEB
PUPPET AND ICINGA WEB
 
CVB-viande&Pcarné.pdf
CVB-viande&Pcarné.pdfCVB-viande&Pcarné.pdf
CVB-viande&Pcarné.pdf
 
Essai de mesure de la performance des etablissements de soins de sante de base
Essai de mesure de la performance des etablissements de soins de sante de baseEssai de mesure de la performance des etablissements de soins de sante de base
Essai de mesure de la performance des etablissements de soins de sante de base
 
DELF B2 exemple2 candidat
DELF B2 exemple2 candidatDELF B2 exemple2 candidat
DELF B2 exemple2 candidat
 
Bp
BpBp
Bp
 
Analyse et dosage des résidus de carbamates dans la pomme par HPLC
Analyse et dosage des résidus de carbamates dans la pomme par HPLCAnalyse et dosage des résidus de carbamates dans la pomme par HPLC
Analyse et dosage des résidus de carbamates dans la pomme par HPLC
 
Projet de fin étude ( LFIG : Conception et Développement d'une application W...
Projet de fin étude  ( LFIG : Conception et Développement d'une application W...Projet de fin étude  ( LFIG : Conception et Développement d'une application W...
Projet de fin étude ( LFIG : Conception et Développement d'une application W...
 
Thèse coopération mu oi
Thèse coopération mu oiThèse coopération mu oi
Thèse coopération mu oi
 
103711_BESSAAD_2020_archivage_new_documentpdf
103711_BESSAAD_2020_archivage_new_documentpdf103711_BESSAAD_2020_archivage_new_documentpdf
103711_BESSAAD_2020_archivage_new_documentpdf
 
Capitalisation et valorisation des acquis du projet d’appui à la structuratio...
Capitalisation et valorisation des acquis du projet d’appui à la structuratio...Capitalisation et valorisation des acquis du projet d’appui à la structuratio...
Capitalisation et valorisation des acquis du projet d’appui à la structuratio...
 
Les aidants de personnes âgées dépendantes. Quelle place dans les services de...
Les aidants de personnes âgées dépendantes. Quelle place dans les services de...Les aidants de personnes âgées dépendantes. Quelle place dans les services de...
Les aidants de personnes âgées dépendantes. Quelle place dans les services de...
 
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes par abou diop
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes par abou diopEvolution des méthodes de lutte contre les insectes par abou diop
Evolution des méthodes de lutte contre les insectes par abou diop
 
KAIZEN LEAN.pdf kaien amélioration chantier
KAIZEN  LEAN.pdf kaien amélioration chantierKAIZEN  LEAN.pdf kaien amélioration chantier
KAIZEN LEAN.pdf kaien amélioration chantier
 
001 arlette
001 arlette001 arlette
001 arlette
 

Caractérisation des problèmes phytosanitaires des citronniers (Citrus aurantifolia (Christm.) Swingle) dans la commune de Thomonde (Haïti)

  • 1. UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR Faculté des Sciences et Techniques (FST) Département de Biologie Animale Année : 2019 N : 165 Promotion : DR DOMINIQUE BORDA Mémoire de Master en Gestion Durable des Agroécosystèmes Horticoles (GeDAH) Caractérisation des problèmes phytosanitaires des citronniers (Citrus aurantifolia (Christm.) Swingle) dans la commune de Thomonde (Haïti) Devant le jury composé de : M Karamoko DIARRA, Professeur titulaire, FST/UCAD, Président M. JEAN Roudy, Fondation Haïti Eco-Verte, Co-Encadreur Dr Mamadou DIATTE FST/UCAD, Encadreur Dr Etienne TENDENG FST/UCAD, Membre Présenté et soutenu le 05 Octobre 2021 Par Jhon Wadner Kerson PHANORD
  • 2. II HOMMAGE A DOCTEUR DOMINIQUE BORDAT Vous avez su éveiller les esprits, Vous avez su influencer de multiples orientations professionnelles, Vous avez su persuader des choix de vie, L’Université Cheikh Anta Diop à travers le master GeDAH vous remercie pour le bon travail accompli.
  • 3. III Dédicaces À Dieu, pour sa grâce infinie et sa grande Miséricorde À mon père PHANORD Clernuis et ma mère DONASSIEN Dalida pour leur soutien et pour toute la tendresse dont ils m'ont toujours comblé Au doctorant Roudy JEAN pour son appui moral et surtout l’encouragement, combien nécessaire À ma copine, Mikerlange DORCE Pour son appui moral et son support affectif, dont elle m’a toujours comblé À ma grande sœur, Ing-Agr PHANORD Clerlune Mon cousin, Bel-Louinex DONATIEN À tous mes proches, parents et amis qui m’ont aidé et stimulé à conduire le mémoire à terme
  • 4. IV REMERCIEMENTS Le présent travail a bénéficié le support et l´appui de nombreuses personnes pour sa réalisation. Ainsi, je veux exprimer ma gratitude envers toutes celles et tous ceux qui ont participé à la concrétisation de ce travail. De façon spécifique, j´exprime mes sentiments de remerciements :  Au Grand Dieu de l´univers pour sa grâce et sa protection envers moi durant toute ma vie ;  À mon maitre de stage Roudy JEAN pour ses conseils, corrections, suggestions et disponibilités pendant toute la durée de ce travail ;  À mon Superviseur UCAD le Dr Mamadou DIATTE pour ses corrections, suggestion et commentaire pendant toute la durée de ce travail ;  À l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar et le Master en Gestion Durable des Agroécosystèmes Horticoles ;  Au Professeur Karamoko DIARRA : coordonnateur du master GeDAH, président du Jury, pour la qualité de la formation reçue et pour tous les efforts consentis pour la bonne marche du Master ;  Au Dr Etienne TENDENG d’avoir accepté d’évaluer ce travail et de faire partie du comité de jury ;  À la coordination du master GEDAH et aux professeurs qui ont contribué à notre formation durant l´année académique ;  À l´AUF pour le financement d’une partie de cette étude et aussi pour la mise du CNF à notre disposition ;  À la Fondation Haïti Eco-verte, ainsi qu’aux producteurs de Citronnier de la commune de Thomonde ;  Aux Agronomes Marc-Donal ANGRAND, Lesly FANOR, Ricardo RENE, Frantz Duval SAINT-LOT, Emmanuel PAUL et Cederne SIMON pour leurs conseils et suggestions ;  À mes collègues de la promotion du Dr DOMINIQUE BORDA et particulièrement Yacouba MOSSI TAHIROU et Daouda Abdoulaye COULIBALY ;  À mes amis, Whutzar PLAISIR, Quetilde BEL, Marie André PAUL, Eveline SAINT- JUSTE, Milourde ULYSSE, Rose Nancy HENRY, Mikertha NONHOMME, Zira ALCEUS, Anne Francesca DONATIEN et Betty TOUSSAINT ;  À tous ceux et toutes celles dont leurs noms ne sont pas mentionnés, mais sachez que votre contribution ait été importante pour la réalisation de ce travail.
  • 5. V Table des Matières Dédicaces ........................................................................................................................................ III REMERCIEMENTS.......................................................................................................................IV Table des Matières ........................................................................................................................... V Liste des tableaux............................................................................................................................IX Liste des Figures .............................................................................................................................IX Liste des annexes ............................................................................................................................IX Liste des sigles et abréviations......................................................................................................... X Résumé............................................................................................................................................XI Abstract..........................................................................................................................................XII Introduction....................................................................................................................................... 1 Chapitre I : Synthèse bibliographique............................................................................................... 3 1.1. Généralités sur le citronnier ............................................................................................... 3 1.2. La culture des citronniers en Haïti ..................................................................................... 3 1.3. Facteurs limitant la production du citronnier en Haïti ....................................................... 3 1.3.1. Pluviosité..................................................................................................................... 3 1.3.2. Le faible niveau de fertilité des sols ........................................................................... 4 1.3.3. Les maladies................................................................................................................ 4 1.3.3.1. Les maladies cryptogamiques.............................................................................. 4 1.3.3.1.1. La gommose...................................................................................................... 4 1.3.3.1.1.1. Symptômes de la maladie........................................................................... 4 1.3.3.1.1.2. Moyens de lutte contre la Gommose.......................................................... 4 1.3.3.1.2. La cercosporiose africaine des agrumes ........................................................... 5 1.3.3.1.2.1. Symptômes ................................................................................................. 5 1.3.3.1.2.2. Méthode de Lutte........................................................................................ 5
  • 6. VI 1.3.3.1.3. Anthracnose ...................................................................................................... 5 1.3.3.1.3.1. Symptôme................................................................................................... 5 1.3.3.1.3.2. Méthode de Lutte........................................................................................ 6 1.3.3.2. Les maladies bactériennes ................................................................................... 6 1.3.3.2.1. Le chancre bactérien des agrumes, ................................................................... 6 1.3.3.2.1.1. Les symptômes........................................................................................... 6 1.3.3.2.2. Citrus greening ou Huanglongbing (HLB) ....................................................... 6 1.3.3.2.2.1. Symptômes observés .................................................................................. 7 1.3.3.3. Les ravageurs....................................................................................................... 7 1.3.3.3.1. Les acariens....................................................................................................... 7 1.3.3.3.1.1. Méthode de lutte......................................................................................... 7 1.3.3.3.1.2. Les cochenilles et les aleurodes.................................................................. 8 1.3.3.3.1.2.1. Méthode de lutte .................................................................................. 8 1.3.3.3.1.2.1.1. Lutte biologique............................................................................. 8 1.3.3.3.1.2.1.2. Lutte chimique............................................................................... 8 1.3.3.3.1.2.1.3. Lutte physique ............................................................................... 8 1.3.3.3.1.3. Les aphides (Aphidés), les psylles, et les thrips (thysanoptères) ............... 9 1.3.3.3.1.3.1. Méthode de lutte .................................................................................. 9 1.3.3.3.1.3.1.1. Lutte biologique............................................................................. 9 1.3.3.3.1.3.1.2. Lutte chimique............................................................................... 9 Chapitre II : Matériel et méthodes .................................................................................................. 10 2.1. Présentation de la zone d’étude........................................................................................ 10 2.1.1. Le climat ................................................................................................................... 11 2.1.2. Sols et Relief............................................................................................................. 11 2.1.3. L’économie ............................................................................................................... 12
  • 7. VII 2.2. Échantillonnage................................................................................................................ 12 2.3. Enquête de terrain............................................................................................................. 13 2.4. Paramètres de mesure....................................................................................................... 13 2.5. Déroulement de l´enquête ................................................................................................ 14 2.6. Analyse des données ........................................................................................................ 14 Chapitre III : Résultats et Discussion.............................................................................................. 15 3.1. Inventaire des bio-agresseurs du Citronnier dans la zone de Thomonde......................... 15 3.2. Evaluation des attaques des bio-agresseurs observés....................................................... 17 3.2.1. Fréquence d’occurrence des bio-agresseurs............................................................. 17 3.2.2. Incidence des bio agresseurs dans les plantations de citronnier ............................... 18 3.3. Caractérisation des pratiques culturales et phytosanitaires du citronnier dans la zone de Thomonde.................................................................................................................................... 19 3.3.1. Mise en place de la pépinière.................................................................................... 19 3.3.2. Étapes de la préparation de sol à la plantation.......................................................... 19 3.3.3. Entretien des plantations de citronnier...................................................................... 19 3.3.4. Irrigation, fertilisation, tailles et association............................................................ 20 3.3.5. Pratiques phytosanitaires appliquées par les producteurs de citronnier dans la zone Thomonde................................................................................................................................ 20 3.3.5.1. Lutte mécanique ................................................................................................ 20 3.3.5.2. Lutte biochimique.............................................................................................. 20 3.3.6. Lutte chimique .......................................................................................................... 21 3.4. Effets des pratiques culturales et Phytosanitaires sur l’incidence des bios agresseurs du citronnier dans la commune de Thomonde ................................................................................. 22 3.4.1. Caractérisation de l’incidence des bios agresseurs du citronnier en fonction du nombre de sarclage par an ....................................................................................................... 22
  • 8. VIII 3.4.2. Caractérisation de l’incidence des bios agresseurs du citronnier en fonction du type de culture ................................................................................................................................. 23 3.4.3. Caractérisation de l’incidence des bios agresseurs en fonction de la présence ou l’absence de l’irrigation........................................................................................................... 23 3.4.4. Caractérisation de l’incidence des bios agresseurs en fonction de la présence ou l’absence d’une forme de lutte quelconque ............................................................................. 24 3.5. Discussion ........................................................................................................................ 26 Conclusion ...................................................................................................................................... 30 Perspectives..................................................................................................................................... 31 Chapitre IV: Références bibliographiques...................................................................................... 32
  • 9. IX Liste des tableaux Tableau 1: Inventaire des bio-agresseurs des citronniers ............................................................... 17 Tableau 2: Caractéristiques phytotechniques des plantations de citronnier à Thomonde .............. 20 Tableau 3 : Listes des pesticides et doses d’application contre les voiliers échiquiers .................. 21 Liste des Figures Figure 1:Carte présentant la délimitation géographique de la commune de Thomonde ................ 10 Figure 2: Répartition de la pluviométrie ainsi que la température moyenne mensuelle de la commune de Thomonde.................................................................................................................. 11 Figure 3: Fréquence d’occurrence des bios agresseurs du citronnier à Thomonde ....................... 18 Figure 4: Incidence d’attaque des bios agresseurs du citronnier à Thomonde ............................... 18 Figure 5: Variation du pourcentage de plantations en fonction du nombre de sarclage effectué par les producteurs de citronnier par an................................................................................................ 19 Figure 6: Pourcentage de producteurs pratiquant ou non une forme de lutte quelconque.............. 21 Figure 7: Incidence des bios agresseurs du citronnier par rapport au nombre de sarclage par an.. 22 Figure 8: Incidence des bios agresseurs du citronnier en fonction du type de culture .................. 23 Figure 9: Incidence des bios agresseurs du citronnier en fonction de la présence ou l’absence de l’irrigation ....................................................................................................................................... 24 Figure 10: Incidence des bios agresseurs du citronnier en fonction de la présence ou l’absence d’une forme de lutte........................................................................................................................ 25 Liste des annexes Annexe 1: Fiche d'enquête............................................................................................................. A Annexe 2: Photos des bios agresseurs et des symptômes observés............................................... H Annexe 3: Classification des bio agresseurs du citronnier inventorier au niveau de la commune de Thomonde ...................................................................................................................................... K
  • 10. X Liste des sigles et abréviations ºC Degré Celsius AUF Agence Universitaire de la Francophonie Aw Climat de savane avec hiver sec Cc Centimètre cube cm Centimètre CNF Campus numérique francophone Dr Docteur FVD Faire valoir directe FVI Faire valoir indirecte g Gramme GEDAH Gestion Durable des Agroécosystèmes Horticoles ha Hectare hab Habitant HLB Huanglongbing IHSI Institut Haïtienne de statistique et d’informatique IICA Institut Interaméricain de Coopération pour l’Agriculture kg Kilogramme km2 kilomètre carré m Mètre m2 Mètre carré m3 Mètre cube MARNDR Ministère de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural mg Milligramme mm Millimètre pH Potentiel hydrogène sp Espèce non identifiée
  • 11. XI Résumé À fin de participer à l’amélioration du système de production des citronniers, cette étude avait pour but d’inventorier les problèmes phytosanitaires des citronniers (Citrus aurantifolia (Christm.) Swingle) dans la commune de Thomonde. Elle a été réalisée à l’aide d’une enquête non probabiliste avec la technique « boule de neige » et des observations de terrain durant la période allant de décembre 2019 à janvier 2020. Ainsi, 20 producteurs ont été enquêtés dans 4 localités et les observations et les mesures ont été effectuées sur 200 citronniers. Les résultats ont indiqué que les citronniers sont mal entretenus : pas de tailles, pas de fertilisation ; 85% des plantations ont une forte présence d’adventices. La présence des insectes ravageurs comme : les chenilles du voilier échiquier, les chenilles mineuses des feuilles, le puceron noir des agrumes, les cochenilles en virgule et les cochenilles blanches ; la présence d’araignée, de maladies cryptogamiques (cercosporiose, fumagine et anthracnose) et virales (la mosaïque) a été observée. La fréquence d’occurrence de ces bios agresseurs oscillant entre 45 et 100%, et l’incidence d’attaques entre 0,13 à 0,74. Malgré cela, 50% des parcelles échantillonnées ne faisaient l’objet d’aucune méthode de lutte. Toutefois, la lutte mécanique (pratiquée par 35% des producteurs) se révèle à la fois fastidieuse et inefficace. Les résultats de cette étude ont permis de mettre en évidence quelques problèmes phytotechniques et phytosanitaires qui affectent la production des citronniers. Ils aideront à prendre des mesures efficaces en vue de faciliter les travaux de régénérations et de protections des citronniers. Mots clés : Inventaire, phytosanitaires, bio-agresseurs, citronniers, ravageurs, itinéraires techniques
  • 12. XII Abstract To participate in the improvement of the production system of lemon trees, this study was aimed to inventory the phytosanitary problems of lemon trees (Citrus aurantifolia (Christm.) Swingle) in the commune of Thomonde. It was carried out using a non-probabilistic survey with the "snowball" technique and field observations during the period from December 2019 to January 2020. Thus, 20 producers were surveyed in 4 localities and observations and measurements were made on 200 lemon trees. The results indicated that lemon trees are poorly maintained: no pruning, no fertilization; 85% of the plantations have a high presence of weeds. The presence of insect pests such as: chess ship caterpillars, leaf miner caterpillars, black citrus aphid, comma and white scales; the presence of spider mites, cryptogamic diseases (cercosporiose, fumagine and anthracnose) and viral diseases (mosaic) was observed. The prevalence of these pests ranged from 45 to 100%, and the incidence of attacks from 0.13 to 0.74. Despite this, 50% of the sampled plots were not subjected to any control method. However, mechanical control (practiced by 35% of the growers) proved both tedious and ineffective. The results of this study will highlight some phytotechnical and phytosanitary problems affecting lemon tree production. The results of this study highlighted some phytotechnical and phytosanitary problems affecting lemon tree production. They will help to take effective measures to facilitate the regeneration and protection of lemon trees to facilitate the work of regeneration and protection of lemon trees. Key words: Inventory, phytosanitary, natural enemies, lemon trees, pests, technical operations
  • 13. 1 Introduction Le (Citrus aurantifolia (Christm.) Swingle) (le citronnier), l’une des espèces de la famille des Rutacées cultivée pour son fruit, le citron, est largement cultivé dans les Antilles, au Mexique et dans la Floride (Rouzier, 2014). C’est une plante à usages multiples. En cuisine, le jus de citron frais est utilisé en assaisonnements sur le poisson, la viande, et à titre de vinaigre dans les salades. Additionné d'eau et de sucre, le jus de citron constitue une boisson appréciée par beaucoup de personnes. Avec un taux élevé en vitamine C (en moyenne 53 mg/100 g) et des propriétés antiseptiques, il est fort souvent utilisé dans la lutte contre les infections (Soleille, 2017). D’autres personnes l’utilisent également dans les traitements de maux de gorge et des mucosités. De plus, il contient de puissants flavonoïdes naturels (antioxydants) qui joueraient un rôle important dans la lutte contre les maladies dégénératives du cerveau, comme la maladie d'Alzheimer (Soleille, 2017). En Haïti, depuis son introduction, le citron est souvent utilisé à des fins culinaires, médicinales et industrielles. La culture de cette espèce se fait généralement dans les jardins de case et dans quelques vergers disséminés dans les zones de production. Il est à noter qu’en dépit de tous ses intéressants bienfaits, le rendement agronomique du citron périclite à l’échelle du pays, notamment durant les huit (8) dernières années. Il passait de 4507,7 kg/ha en 2010 à 4352 kg/ha en 2018, soit une différence de 155,7 kg/h (FAOSTAT, 2019). Cette diminution a entraîné une grande rareté de citrons et une hausse excessive de leurs prix sur le marché national ces trois dernières années. Présentement, un livre de citron dans les rayons des supermarchés se vend à 256 gourdes (Sevrin, 2018). Les recherches effectuées sur la production de C. aurantifolia C indiquent que les plantations sont le plus souvent mal entretenues. Elles sont attaquées par différentes maladies comme le Citrus greening, la gommose, Le pourridié, etc.,, mais aussi des insectes (Psylle, chenille, etc.,) et d’autres ravageurs (Jamoussi, 1955). La commune de Thomonde n’est pas une exception, les différentes plantations retrouvées dans cette région connaissent presque les mêmes problèmes. Étant donné de l’absence d’une politique de régénération et de protection des citronniers, et de l’inexistence de documentation consacrée à la phytopathologie des citrus dans la région du centre du pays, nous sommes intéressés dans ce travail, à l'inventaire des principales maladies et
  • 14. 2 ravageurs agressant les citronniers au niveau de la commune de Thomonde. L’objectif général de cette étude est de caractériser les problèmes phytosanitaires des citronniers (Citrus aurantifolia (Christm.) Swingle dans la commune de Thomonde. Les objectifs spécifiques sont ;  Inventorier les bioagresseurs du citronnier dans la zone de Thomonde  Evaluer les attaques des bioagresseurs sur les citronniers  Caractériser les pratiques culturales et phytosanitaires du citronnier dans la zone de Thomonde Ce présent rapport de mémoire comprend quatre (4) chapitres : Le premier chapitre portera sur la synthèse bibliographique et fera le point sur des généralités sur le citronnier, la culture des citronniers en Haïti, ainsi que les facteurs limitant sa production dans le pays. Le deuxième chapitre sera consacré aux matériels et méthodes mis en œuvre pour la réalisation de ce travail durant toute la durée de l’étude pour répondre aux objectifs de départ ; il présentera aussi la zone d’étude, sa localisation et ses caractéristiques physiques. Dans le troisième chapitre nous présentons les résultats et les discussions. Et enfin dans le quatrième nous présentons les références bibliographiques.
  • 15. 3 Chapitre I : Synthèse bibliographique 1.1. Généralités sur le citronnier Il existe plusieurs espèces qui possèdent cette appellation vernaculaire. Cela pourrait être le Citrus limonum (L.) Burman qu’on dénomme couramment le citronnier et qui est connu comme le citronnier proprement dit, le Citrus aurantifolia qui est le citronnier vert ou limettier, le Citrus limetta qu’on appelle le citronnier doux. Ces espèces ont des usages et certaines caractéristiques botaniques très proches qui portent les gens à les appeler sous le nom de citronnier (Anonyme, 2014). Toutefois, le citronnier est l’espèce du genre Citrus qui comporte de petits arbres épineux, avec des feuilles possédant une foliole dont le limbe est articulé sur un pétiole plus ou moins ailé (Kasraoui, 2006). 1.2. La culture des citronniers en Haïti En Haïti, il n’y a pas eu, au sens fondamental du terme, de vergers de citrus. Cependant, les quelques vergers établis pendant l’occupation américaine dans les années 60-70 ont été de très petites dimensions. Comme pour le café, ils n’ont pas survécu à la baisse du prix du citron des années 80 (Michel, 2017). Mais, le citronnier se cultive en grande quantité dans les Nippes, le Sud, le Plateau central et la Gonâve, mais depuis un certain temps le rendement des citronniers a chuté vertigineusement dans le pays (Sevrin, 2018). Ainsi, le rendement des citronniers passe de 4545,5 kg/ha en 2007 à 4352 kg/ha en 2017 soit une différence de 193,5 kg/ha (FAOSTAT, 2019). 1.3. Facteurs limitant la production du citronnier en Haïti Les principaux facteurs limitant la production du citronnier en Haïti sont : 1.3.1. Pluviosité Ce facteur est très important dans la conduite du verger, car le programme d’arrosage lui dépend directement. D’une façon générale, on estime la quantité d’eau nécessaire à un verger d’agrume oscille entre 900 et 1200 mm bien distribuée (IICA, 1984).
  • 16. 4 1.3.2. Le faible niveau de fertilité des sols En Haïti, les sols des régions de moyenne altitude (200 à 400 mètres) sont caractérisés par un faible niveau de fertilité. Cela s’explique par une dégradation rapide des terres due à l’érosion sans cesse croissante qui provoque une baisse constante de la fertilité de ces sols et une carence marquée en acide phosphorique, en matière organique et en certain oligo-élément comme le zinc, le fer, et le cuivre etc (Gachette, 1994). 1.3.3. Les maladies 1.3.3.1. Les maladies cryptogamiques 1.3.3.1.1. La gommose. Elle est due à un champignon du genre Phytophthora, dont il existe diverses espèces pathogènes d'Agrumes, notamment : Phytophthora citrophthora Leonian, P. parasitica Dastur, P. syringae Kleb., P. hibernalis Carne et plus rarement : P. palmivora Butl (Jamoussi, 1995). Toutefois, parmi ces pathogènes, les Citrus, P. citrophthora préfère le citronnier. P. parasitica semble s’attaquer de préférence à l’oranger et le citronnier (Jamoussi, 1995). 1.3.3.1.1.1. Symptômes de la maladie. L’arbre infecté réagit par des sécrétions de gommes d’odeur acide qui obstruent les vaisseaux de la plante, déterminant un arrêt dans la circulation de la sève. Les parties de l’arbre qui ne sont plus desservies par la sève perdent leurs feuilles, se dessèchent et meurent (Jamoussi, 1995). 1.3.3.1.1.2. Moyens de lutte contre la Gommose Si l’attaque intéresse le système radiculaire, à la base du collet, il faut déchausser les parties atteintes qui seront exposées à l’air et à la lumière pendant quelques jours. I1 faut pratiquer l’ablation de toutes les parties malades. Ce nettoyage devra empiéter sur les parties saines de 5 ou 6 cm de part et d‘autre de la lésion. On badigeonnait les plaies avec la bouillie bordelaise, (1 kg. SO4 Cu, 2 kg. Chaux, 10 1itre d’eau). Et lorsque la cicatrice est réalisée, on le badigeonne au goudron. Cependant, il faut agir doucement et s’assurer, à l’aide d’essais, que le goudron ne brûle pas les tissus néoformés (Jamoussi, 1995).
  • 17. 5 1.3.3.1.2. La cercosporiose africaine des agrumes La cercosporiose africaine des agrumes a été signalée pour la première fois en Angola et au Mozambique. L'agent causal initialement appelé Cercospora angolensis est aujourd'hui connu sous le nom de Phaeoramularia angolensis (Kuate, et al., 1995). 1.3.3.1.2.1. Symptômes Cette maladie provoque de nombreuses lésions sur les feuilles et les fruits et entraîne des pertes de rendement allant jusqu’à 100% sur pomelos et il existe quatre stades l'évolution de la maladie sur feuille (Kuate, et al., 1995).  Stade 1: apparition d'un point décoloré;  Stade 2: brunissement de la lésion, apparition d'un halo jaune (4 à 6 jours);  Stade 3: accroissement de la lésion centrale jusqu'à 3 ou 4 mm (25 à 30 jours);  Stade 4: dessèchement du centre de la nécrose qui peut disparaître en provoquant une perforation du limbe. 1.3.3.1.2.2. Méthode de Lutte Le contrôle chimique par des traitements au bénomyl (2 pulvérisations par mois) produit des bons résultats. 1.3.3.1.3. Anthracnose Le terme anthracnose est couramment appliqué à toute lésion sur fruit qui contient des acervules de Colletotrichum sp (Corda, 1837). Les tissus blesse par les facteurs environnementaux sont plus susceptible d’être colonisés par le champignon de l’anthracnose (Plantix, 2019). 1.3.3.1.3.1. Symptôme Les rameaux touchés se dessèchent et meurent sur plusieurs centimètres à partir de leurs extrémités. Sur les fruits des taches a apparence de chancre, dont les plus graves peuvent recouvrir plus de la moitié de la surface du fruit et cause des déformations. Ce parasite attaque plus particulièrement les jeunes pousses, les jeunes feuilles, les jeunes fruits à peine noués, plus tard ces organes échappent en générale des attaques (FDGDEC et al., 2016).
  • 18. 6 1.3.3.1.3.2. Méthode de Lutte Les traitements fongicides appliqués en pulvérisation foliaire sont efficace à condition d’être fréquent et synchronisé avec les pousses de végétation afin de protéger les très jeunes organes (FDGDEC, et al., 2016). 1.3.3.2. Les maladies bactériennes 1.3.3.2.1. Le chancre bactérien des agrumes, Le chancre bactérien des agrumes est causé par la bactérie Xanthomonas citri pv. citri qui affecte l’ensemble des espèces commerciales d’agrumes, certaines comme le citron y étant sensibles (Duportal et al., 2013). 1.3.3.2.1.1. Les symptômes Dans les premiers stades d’évolution de la maladie, on observe sur le limbe de petites taches huileuses légèrement bombées, visibles surtout sur la face inférieure. En vieillissant, ces symptômes gagnent les deux faces et prennent l’aspect de pustules rugueuses craquelées, colorées en beige bronzé. Un halo plus clair de couleur jaune se développe autour de la partie centrale plus foncée. La taille de ces pustules est comprise entre 3 et 5mm. Sur les fruits, les symptômes sont similaires. Ils sont en relief par rapport à l’épiderme, prennent un aspect cratériforme sans jamais se développer dans la pulpe du fruit. Chez une espèce sensible comme le citronnier, il est possible d’observer le développement de chancres sur les rameaux (Duportal et al., 2013). 1.3.3.2.2. Citrus greening ou Huanglongbing (HLB) C'est l'une des maladies d'agrumes les plus ravageuses. Le HLB est une maladie bactérienne (Candidatus Liberobacter) qui se développe dans l'écorce, les feuilles, et les nervures des arbres infectés. La bactérie est transmise aux agrumes par un insecte, le psylle asiatique (Diaphorina citri) (C.D.H, 1982). Cette maladie est actuellement la principale contrainte à la production d’agrumes dans la zone Caraïbe. Les citronniers apparaissent plus tolérants au HLB en Afrique, alors que les formes asiatique et américaine affectent sévèrement la plupart des espèces commerciales (Duportal et al., 2013).
  • 19. 7 1.3.3.2.2.1. Symptômes observés La maladie est reconnaissable au niveau des feuilles qui présentent des tâches jaunes asymétriques (contrairement aux carences qui provoquent des taches symétriques de part et d’autre de la nervure) ; les fruits affectés ne prennent pas la couleur orange ou jaune correctement, mais ils restent verts, d'où le nom « greening », le plus souvent ils sont de petite taille, asymétriques, décolorés, amers et contiennent des graines avortées (Duportal et al., 2013). 1.3.3.3. Les ravageurs 1.3.3.3.1. Les acariens Il existe plusieurs espèces d'acariens qui sont connues comme des parasites d'agrumes, le plus fréquent est l’acarien responsable de la rouille des orangers Phyllocoptruta oleivora qui cause des dommages minimes aux feuilles mais sérieux sur les fruits. Elle se déplace des feuilles vers les jeunes fruits et commence à s'alimenter du contenu cellulaire de leur zeste (Manner et al., 2005). Toutefois, d’'autres espèces sont susceptibles d'être des parasites des agrumes tels que l’acarien des bourgeons Eriophyes sheldoni, l'araignée rouge Panonychus citri, et l'acarien commun l’Olyphagotarsonemus latus (Manner et al., 2005) 1.3.3.3.1.1. Méthode de lutte La lutte contre les pullulations d’acariens ravageurs peut être maitrisée par la lutte chimique en utilisant des acaricides et aussi par divers agents biologiques, notamment des insectes prédateurs, des champignons acaro-pathogènes et des acariens prédateurs. Ces derniers sont majoritairement représentés par la famille des Phytoseiidae (Bellahirech, 2008 ).
  • 20. 8 1.3.3.3.1.2. Les cochenilles et les aleurodes Ce groupe d'insectes apparentés s'alimente des feuilles, des fruits et des racines des citronniers. Généralement, ils percent les cellules de plantes avec leurs rostres piqueurs ; beaucoup d'entre eux sécrètent une substance sucrée appelée miellat (Lecraiit, 1970). Parmi ces parasites, on peut citer le pou rouge de Californie Aonidiella aurantii, qui s'attaque aux brindilles, aux feuilles et aux fruits ; la cochenille tortue Saissetia sp, la cochenille farineuse Planococcus citri; la mouche blanche Dialeurodes citri; la mouche noir Aleurocanthus wogluini et la mouche blanche laineuse Aleurothyrixus floccosus (Praloran, 1971). 1.3.3.3.1.2.1. Méthode de lutte 1.3.3.3.1.2.1.1. Lutte biologique La coccinelle Clitostethus arcuatus Rossi se nourrit des œufs et des jeunes larves de D. citri et le micro-hyménoptère Encarsia lahorensis Haward est un endoparasite. L’hyménoptère Cales noaki Haward est un endoparasite spécifique Aleurothyrixus floccosus (Quae, 2002). 1.3.3.3.1.2.1.2. Lutte chimique Sur les stades hivernants et mobiles, un traitement à lance aux huiles blanches est préconisé. Le traitement doit se faire préférentiellement la nuit (Jacquemond et al., 2013). 1.3.3.3.1.2.1.3. Lutte physique La taille annuelle et l’ébourgeonnage sont des pratiques importantes en cas des cochenilles et des aleurodes. Ce qui freine la pullulation et facilite les traitements (Jacquemond et al., 2013).
  • 21. 9 1.3.3.3.1.3. Les aphides (Aphidés), les psylles, et les thrips (thysanoptères) Ce groupe d'insectes est capable de transmettre des agents pathogènes tels que les bactéries et les virus. Ils se nourrissent des jeunes feuilles et des tiges tendres, ce qui endommage sérieusement les récoltes. Beaucoup d'espèces d'aphides affectent les agrumes, la plus répandue, le puceron noir de l'oranger Toxoptera ciiricida, est le vecteur du virus Tristeza. Le psylle asiatique de l'oranger Diaphorina citri est le vecteur de la bactérie responsable de Citrus greening, ainsi que le thrips à ailes blanches, Honialodisca coagulata (Rebour, 1966). 1.3.3.3.1.3.1. Méthode de lutte 1.3.3.3.1.3.1.1. Lutte biologique L’agent de lutte peut être un parasitoïde, un prédateur, un agent pathogène (champignon, bactérie, virus ou protozoaire), ou un concurrent du bio-agresseur visé (Aicha et al., 2017). 1.3.3.3.1.3.1.2. Lutte chimique Les infestations de pucerons sont généralement contrôlées à l’aide d’insecticides de synthèse, tels que les néonicotinoides et les pyréthérinoides de synthèse (Harmel et al., 2010).
  • 22. 10 Chapitre II : Matériel et méthodes 2.1.Présentation de la zone d’étude La commune de Thomonde est située au centre d’Haïti. Avec une superficie de 359,91 km2 , elle a comme coordonnées 19° 01′ Nord 71° 58′ Ouest et une altitude moyenne de 273 m. Sa population est estimée à 56 274 habitants soit une densité de 156 hab /km2 (IHSI, 2009). Figure 1:Carte présentant la délimitation géographique de la commune de Thomonde
  • 23. 11 2.1.1. Le climat Thomonde bénéficie d'un climat tropical. Les précipitations de cette commune sont plus faibles en hiver qu’en été. Selon la classification de Köppen-Geiger, le climat est de type Aw, avec une température annuelle moyenne de 25.0 °C et une moyenne des précipitations annuelles est de 1737 mm (Climate, 2018). Source : http://fr.climate-data.org/location/48261 Figure 2: Répartition de la pluviométrie ainsi que la température moyenne mensuelle de la commune de Thomonde 2.1.2. Sols et Relief La commune de Thomonde présente une mosaïque de sols sableux, sablo-limoneux, argileux et argilo-limoneux. Ces sols, de type alluvionnaire, sont très profonds à certains endroits particulièrement dans la première section de Savanette Cabral. La roche mère est pour la plupart constituée de calcaire. Il s’agit d’un plateau de plus de dix mille hectares (10.000 ha) au relief faiblement vallonné. Les sols y sont lourds mais fertiles. Ils sont souvent hétérogènes et érodés. La commune de Thomonde présente un relief très varié. L’altitude varie de 250m (particulièrement dans la section Savanette Cabral et Tierra Muscady) à 800 m dans la troisième section de Baille Tourible (Anonyme, 2010).
  • 24. 12 2.1.3. L’économie L'économie locale repose sur la culture des fruits (mangues, avocats, grenades et citrons), du tabac, des arachides, du café, du maïs, du sorgho des bananiers et de la canne à sucre (IHSI, 2009). 2.2. Échantillonnage Les statistiques disponibles sur la filière des Citrus en Haïti ne permettent pas d´estimer le nombre de producteurs qui cultivent le citronnier à travers les différentes zones de production du pays. La population exacte de producteurs de citronnier n’est pas connue. Dans cette condition particulière, nous avons opté pour une méthode d´échantillonnage non probabiliste ou échantillons empiriques. Le choix des sujets à interroger était alors entièrement effectué sur le terrain avec des règles très précises (Colin, 2016). Comme technique choisie de la méthode empirique, la technique boule de neige était adoptée. Nommée aussi échantillon par réseau, la boule de neige permet de constituer l´échantillon en demandant à quelques informateurs de départ de fournir des noms d´individus pouvant faire partie de l´échantillon et de faciliter leur contact (Matthieu, 2014). De ce fait, les chefs de file de l’association de producteurs de citronnier de la commune de Thomonde étaient pour nous les informateurs clés pour l´identification de nos producteurs et de l´établissement de notre échantillon. Etant donné que la Fondation Haïti Eco-Verte avait distribué plus de 15 000 plantules de citronniers aux différents producteurs de la commune de Thomonde issus de différentes localités. Nous avons retenu 4 localités (Savanne Baptiste, Centre-ville, Goyable,Basse Thomonde ) parmi les différentes localités qui étaient couvertes par cette distribution à raison de 5 producteurs par localité et nous avons observé 10 citronniers dans chacune des parcelles des producteurs retenu. Toutefois, l´unité statistique pour nos calculs était la parcelle de culture de citronnier des producteurs. Toutes nos mesures seront faites en tenant compte de la parcelle comme unité de référence.
  • 25. 13 2.3.Enquête de terrain L’outil d’enquête utilisé est un questionnaire d´entretien (Annexe 1) qui comprend des questions ouvertes et fermées. Il aborde les préoccupations ci-après : les aspects socio-économiques des producteurs de citronnier, les conduites culturales employées par les producteurs et les problèmes phytosanitaires rencontrés dans les plantations de citronnier. L’enquête a été réalisée auprès des différents producteurs de citronnier retenus dans l´échantillonnage. Un entretien ouvert et individuel était fait également avec les distributeurs de produits phytosanitaires dans la commune de Thomonde. Les principales informations à collecter sont : 3. Les caractéristiques socio-économiques des producteurs : sexe, âge, superficies emblavées, mode de tenure ; 4. Les itinéraires techniques dans les exploitations : variétés utilisées, association de culture, fertilisation, irrigation ; 5. Les caractéristiques phytosanitaires des parcelles : symptômes, dégâts, type et mode traitement. Cependant, le questionnaire était testé sur un nombre réduit de producteurs de citronnier pour juger la pertinence des questions et des difficultés éventuelles dans son administration. 2.4.Paramètres de mesure L´incidence et la fréquence d’occurrence étaient calculées dans les parcelles de citronnier des producteurs. L´incidence désigne la proportion de plantes malades au sein d´une unité expérimentale donnée, indépendamment de la gravité de l´attaque individuelle de chaque plante (Lepoivre, 2003). Ainsi, des observations et mesures ont été réalisées sur dix (10) plantes choisies au hasard dans chacune des parcelles échantillonnées. Cependant, la confirmation de la présence des bio-agresseurs a été faite par la comparaison de différentes photos prises sur le terrain (annexe 2) avec les photos du « catalogue illustré des principaux insectes ravageurs et auxiliaires des cultures de Guyane ». On
  • 26. 14 a aussi eu recours à d’autres documents présentant également les photos des bio-agresseurs qu’on avait préalablement consultés lors de la rédaction de la synthèse bibliographique. Cependant, dans le cas des maladies, nous avons aussi comparé les symptômes observés avec ceux décrits dans la littérature scientifique. Toutefois, il est à noter que, l´incidence se traduit par une notation binaire de type : Incidence=Nombre de plantes malades/Nombre de plantes observées Leur fréquence d’occurrence, définie par Dajoz en 1971 et citée dans Dupin (2017) représente le pourcentage du nombre de parcelles contenant l’espèce de bio -agresseur pris en considération, divisé par le nombre total de parcelles observées. Fréquence d’occurrence = (Parcelles attaquées/parcelles observées) *100 2.5. Déroulement de l´enquête La collecte des données a été réalisée durant la période allant de mi-décembre 2019 à mi-janvier 2020. Les questions étaient administrées par une seule personne. Une phase d´entretien avec le producteur soit dans sa résidence soit dans une parcelle de citronnier puis une visite des parcelles du producteur pour réaliser des observations et les mesures de certains paramètres. Les entretiens ont été réalisés dans la matinée avant midi et dans l´après-midi autour de 15h car les producteurs prennent généralement une pause entre 11h et 15h. 2.6. Analyse des données Les données collectées ont été enregistrées dans un tableur Excel et analysées avec le logiciel R. Excel a permis de faire les calculs des statistiques de base (fréquence, histogramme) et le calcul des statistiques descriptives (moyenne, minimum, maximum, écart-type etc.).
  • 27. 15 Chapitre III : Résultats et Discussion 3.1. Inventaire des bio-agresseurs du Citronnier dans la zone de Thomonde Notre échantillonnage des parcelles de citronniers a révélé : La présence de cinq (5) insectes ravageurs. Ce sont les chenilles du voilier échiquier, les chenilles mineuses des feuilles, le puceron noir des agrumes, les cochenilles en virgule et les cochenilles blanches (Tableau 2). La présence des araignées qui constituent l'un des groupes de prédateurs arthropodes les plus répandus en champ, bien que leur rôle en tant qu'ennemis naturels des ravageurs ait été sous- estimé. Certains tissent des toiles qui attrapent les proies, et qui, en même temps, nuisent à l’activité photosynthétique des plantes (Tableau 2). La présence de trois (3) maladies cryptogamiques (cercosporiose, fumagine et anthracnose) et de maladies virales (la mosaïque) (Tableau 2).
  • 28. 17 Tableau 1: Inventaire des bio-agresseurs des citronniers Nom commun des bios agresseurs Ordre Famille Nom de l’espèce Chenilles du voilier échiquier Lepidoptera Papilionidae Papilio demoleus L Chenilles mineuses des feuilles Lepidoptera Gracillaridae Phyllocnistis citrella Puceron noir des agrumes Hemiptera Aphididae Toxoptera citricida Cochenilles en virgule Hemiptera Diaspididae Lepidosaphes beckii. Cochenilles blanches Hemiptera Diaspididae Fiorinia sp Araignées Araneae A déterminer* A déterminer* Cercosporiose Capnodiales Mycosphaerellaceae Phaeoramularia angolensi Fumagine Méliolales Méliolacées Meliola citri L'anthracnose Phyllachorales Phyllachoracées Colletotrichum gloeosporioides Mosaïque A déterminer* A déterminer* Mosaïque 3.2. Evaluation des attaques des bio-agresseurs observés Les attaques des bio-agresseurs ont été déterminées par deux paramètres : La fréquence d’occurrence et l’incidence. 3.2.1. Fréquence d’occurrence des bio-agresseurs Les bio-agresseurs inventoriés avaient une fréquence d’occurrence qui varie de 45% à 100% (figure 3). Parmi ces bio-agresseurs, les pucerons noirs ont eu la fréquence d’occurrence la plus faible soit 45%, et les chenilles mineuses ont eu la fréquence d’occurrence la plus élevée, soit 100% (figure 3).
  • 29. 18 Figure 3: Fréquence d’occurrence des bios agresseurs du citronnier à Thomonde 3.2.2. Incidence des bio agresseurs dans les plantations de citronnier L’Incidence d’attaque des bio-agresseurs dans les plantations de citronnier variait de 0,13 à 0,74. Ainsi, elle a été plus faible avec la fumagine (0,13) et plus élevée avec les chenilles mineuses (0,74) (figure 4). Figure 4: Incidence d’attaque des bios agresseurs du citronnier à Thomonde 0 20 40 60 80 100 120 fréquence d’occurrence Bios agresseurs 0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 0.6 0.7 0.8 0.9 incidence Bios agresseurs
  • 30. 19 3.3. Caractérisation des pratiques culturales et phytosanitaires du citronnier dans la zone de Thomonde 3.3.1. Mise en place de la pépinière Les producteurs de la commune de Thomonde n’ont pas l’habitude de procéder à la mise en place de pépinière de citronnier. Ainsi pour leurs plantations, ils acquièrent leurs plants à partir des dons faits par les organisations de la zone ou par leur achat auprès des pépiniéristes de la zone. Au cours de cette étude, tous les producteurs enquêtés (100%) acquièrent leurs plants à partir des dons faits par la Fondation Haïti Eco-Verte. 3.3.2. Étapes de la préparation de sol à la plantation Après le labourage ou le désherbage, les agriculteurs procèdent au piquetage des emplacements. Une fois le piquetage est terminé, ils creusent manuellement des trous de plantation afin de transplanter les plants. 3.3.3. Entretien des plantations de citronnier On a pu constater lors de notre travail de terrain un mauvais entretien des plantations, avec une forte présence de mauvaises herbes. Selon les agriculteurs, le contrôle de l'enherbement se fait manuellement à l’aide d’une houe ou d’une machette, avec un nombre de sarclage variant de 1 à 6 par année. Comme le montre la figure 5, 10% des plantations de citronnier ont reçu un seul sarclage par année et 5% des plantations ont reçu 6 sarclages par an. Figure 5: Variation du pourcentage de plantations en fonction du nombre de sarclage effectué par les producteurs de citronnier par an 0 10 20 30 40 50 1 2 3 4 5 6 Plantations (%) Nombre de sarclage par an
  • 31. 20 3.3.4. Irrigation, fertilisation, tailles et association Les producteurs de citronnier de la commune de Thomonde n’ont ni l’habitude de fertiliser leurs parcelles ni de faire des tailles de formation et d’entretien sur les arbres jeunes et adultes. Cependant, 85 % des parcelles de citronnier sont associées à d’autres cultures et 25% des plantions de citronnier sont irriguées au moins une fois par année (Tableau 2). Tableau 2: Caractéristiques phytotechniques des plantations de citronnier à Thomonde Caractéristiques phytotechniques Pourcentage de plantation Fertilisation 0 Taille 0 Irrigation 25 Association 85 3.3.5. Pratiques phytosanitaires appliquées par les producteurs de citronnier dans la zone Thomonde 3.3.5.1.Lutte mécanique Cette méthode de lutte est pratiquée par 35% des producteurs de citronnier dans la commune de Thomonde pour lutter contre la chenille du voilier échiquier (figure 8). Elle consiste à récolter manuellement le bio-agresseur et à l’écraser. 3.3.5.2.Lutte biochimique Les pesticides biochimiques sont des substances naturelles qui contrôlent les ravageurs des plantes. 10% des producteurs de citronnier de la commune de Thomonde ont eu recours aux insecticides botaniques pour lutter contre les bio-agresseurs, notamment contre la chenille du voilier échiquier (figure 6). Selon les producteurs enquêtés, cette méthode de lutte consiste en une pulvérisation de solution faite de neem, de piment, de savon et d´eau sur les plantes infestées.
  • 32. 21 Figure 6: Pourcentage de producteurs pratiquant ou non une forme de lutte quelconque 3.3.6. Lutte chimique Pour lutter contre les bio-agresseurs, environ 5% des producteurs de citronnier recouraient à l’utilisation de pesticides chimiques, notamment des insecticides pour lutter contre la chenille du voilier échiquier (figure 6). Cependant, les produits les plus couramment utilisés sont : le Karate, la Diazenon, l’actara et le Sevin. Les producteurs assurent eux même les traitements de leurs plantations de citronnier en empruntant parfois une pompe d´aspersion (pulvérisateur) chez un voisin. Tableau 3 : Listes des pesticides et doses d’application contre les voiliers échiquiers Types de pesticides Doses d’application Sevin (Carbaryl 85 WP) 20-40 g / 20 litres d’eau Basudin (Diazenon 60EC) 10cc/ gallons Karate zeon 2.5 EC 10cc / gallon Actara 25 WP 13g /4 gallons 0 10 20 30 40 50 60 Chimique Biochimique Mécanique Absence de lutte Pourcentage de producteurs Forme de lutte
  • 33. 22 3.4.Effets des pratiques culturales et phytosanitaires sur l’incidence des bio-agresseurs du citronnier dans la commune de Thomonde 3.4.1. Caractérisation de l’incidence des bio-agresseurs du citronnier en fonction du nombre de sarclage effectué annuellement Le nombre de sarclage effectué annuellement avait un impact sur l’incidence des bio-agresseurs. Ainsi, avec 6 sarclages effectués annuellement, l’incidence des bio-agresseurs était nulle, sauf pour la chenille du voilier échiquier et la chenille mineuse qui avaient une incidence d’attaque qui était égale à 1. Toutefois, hormis les 6 sarclages effectués annuellement, on a pu constater que l’incidence des insectes ravageurs était plus faible dans les parcelles des producteurs qui ont effectué 3 sarclages par an, sauf pour la cochenille en virgule dont son incidence d’attaque était plus faible dans les parcelles des producteurs qui ont effectué 5 sarclage par an. Cependant, l’incidence d’attaque des araignées et de la cercosporiose était plus faible dans les parcelles des producteurs qui ont effectué deux sarclages par an. Cependant, l’incidence de la fumagine et la mosaïque était plus faible dans les parcelles des producteurs qui ont effectué 4 sarclage par an; et l’anthracnose dans les parcelles des producteurs qui ont effectué 5 sarclage par an (figure7). Figure 7: Incidence des bios agresseurs du citronnier par rapport au nombre de sarclage effectué annuellement 0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 Incidence Bio agresseurs 1 sarclage 2 sarclages 3 sarclages 4 sarclages 5 sarclages 6 sarclages
  • 34. 23 3.4.2. Caractérisation de l’incidence des bios agresseurs du citronnier en fonction du type de culture À l’exception du puceron noir des agrumes et de la chenille du voilier échiquier, l’incidence d’attaque des bio-agresseurs du citronnier était plus élevée dans les parcelles des producteurs qui ont pratiqué la monoculture de citronnier que dans les parcelles de ceux qui ont pratiqué la culture de citronnier associée à d’autres plantes (figure 8). Figure 8: Incidence des bios agresseurs du citronnier en fonction du type de culture 3.4.3. Caractérisation de l’incidence des bio-agresseurs en fonction de la présence ou l’absence de l’irrigation La présence ou l’absence d’irrigation n’avait apparemment aucune influence sur l’incidence de certains bio-agresseurs comme c’est le cas de la cochenille en virgule, de la cochenille blanche, de l’anthracnose et de la mosaïque. Toutefois, hormis la fumagine, avec la présence d’irrigation, l’incidence de certains bio-agresseurs était plus élevée pour la chenille du voilier échiquier, la Chenille mineuse, le puceron noir des agrumes, les araignées et la cercosporiose (figure 9). 0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 Incidence Bio agresseurs Association Monoculture
  • 35. 24 Figure 9: Incidence des bio-agresseurs du citronnier en fonction de la présence ou l’absence de l’irrigation 3.4.4. Caractérisation de l’incidence des bio-agresseurs en fonction de la présence ou l’absence d’une forme de lutte quelconque Hormis pour la chenille mineuse, l’incidence d’attaque des insectes ravageurs du citronnier était pratiquement nulle dans les parcelles des producteurs qui ont effectué la lutte chimique. Néanmoins, avec cette forme de lutte, l’incidence d’attaque des araignées était plus faible. Toutefois, l’incidence d’attaque dans le cas des maladies fongique comme l’anthracnose et la cercosporiose était plus faible dans les parcelles des producteurs qui ont pratiqué la lutte biochimique. Par contre, l’incidence d’attaque de la fumagine et de la mosaïque était plus faible dans les parcelles des producteurs qui ont pratiqué la lutte mécanique (figure 10). 0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 0.6 0.7 0.8 0.9 1 Incidence Bio agresseurs Avec irrigation Sans irrigation
  • 36. 25 Figure 10: Incidence des bios-agresseurs du citronnier en fonction de la présence ou l’absence d’une forme de lutte 0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 0.6 0.7 0.8 0.9 1 Incidence Bio agresseurs Chimique Biochimique Mécanique Absence de lutte
  • 37. 26 3.5.Discussion Parmi tous les ravageurs, la chenille du voilier d’échiquier est considérée par les producteurs comme le plus redoutable pour les plantations. En fait, ces insectes se nourrissent des feuillages des citronniers, ce qui engendre une grande défoliation. Toutefois dans un pays comme le Vietnam, la chenille du voilier d’échiquier est considérée comme l’insecte nuisible du citronnier le plus important (Minh, et al., 2015). Quant aux araignées, bien qu’ils jouent un rôle de prédateurs d’insectes, ils sont considérés par les producteurs comme un ennemi naturel des plantations. Certains d’entre eux tissent des toiles sur le feuillage des citronniers, ce qui nuit sans doute à l’activité photosynthétique des plantes. Selon Gourmel (2014), toutes les araignées sont prédatrices d’insectes ou d’araignées. Elles sont aussi généralistes et ont tendance à consommer les proies les plus abondantes dans leur environnement, contribuant ainsi à la régulation des populations de ravageurs. Certains d’entre eux comme les araignées tisseuses utilisent leur toile pour piéger les insectes. Par exemple, les colonies d'Anelosimus eximius sont composées de centaines d'individus qui construisent des toiles de grandes tailles formant une nappe horizontale surplombée par un réseau construit dans le feuillage des plantes abritant les colonies (Bernard, 2002). Cette étude ne se limitait pas seulement à détecter la présence de bio-agresseurs. Elle avait aussi pour objectif d’évaluer le degré de pression parasitaire auquel pourraient confronter les parcelles échantillonnées. Les résultats ont suggéré une fréquence d’occurrence de ravageurs oscillant entre 45 et 100% et une incidence d’attaques de 0.13 à 0.74. La pression parasitaire variait d’un ravageur à un autre. Par exemple, les pucerons noirs des agrumes étaient présents seulement dans 45% des plantations alors que les chenilles mineuses étaient présentes dans toutes les parcelles. Selon Benoufella-Kitous (2005), le puceron noir des agrumes est un ravageur important des agrumes du monde entier, il est présent dans la plupart des pays producteurs d’agrumes et il est le vecteur du virus de la Tristeza. Toutefois, en termes d’incidence d’attaque, les chenilles mineuses ont eu un taux significativement plus élevé comparativement aux autres ravageurs. Cela pourrait être expliqué : soit par leur plus grande résistance aux différentes méthodes de luttes appliquées ou par le fait que les conditions environnementales de la région favorisent davantage leur pullulation. Cependant, La mineuse des agrumes (Phyllocnistis citrella) est une véritable plaie pour les arbustes du genre Citrus, en notamment pour les citronniers. Leurs attaques se manifestent par la formation de marques sinueuses claires qui sont des galeries
  • 38. 27 creusées par les larves entre les deux épidermes qui, en cas de fortes attaques, peuvent détruire complètement la feuille (Ouedraogo, 2002). Cependant, les producteurs n’entretiennent pas suffisamment leurs plantations. Ils les désherbent manuellement et occasionnellement (1-6 fois/année). Or, on sait que les mauvaises herbes peuvent constituer d’excellents abris pour les ravageurs. Toutefois, dans les conditions de production agricole traditionnelles, on combat les mauvaises herbes grâce au sarclage manuel, travail qui demande beaucoup de temps et d’effort (James, et al., 2010). Par ailleurs, pour lutter contre les ravageurs, seulement la moitié des producteurs enquêtés recourent à différents moyens de lutte. La méthode de lutte la plus répandue est la lutte mécanique (pratiquée par 35% des producteurs) consistant à récolter manuellement les ravageurs puis les écraser. Cette méthode est à la fois fastidieuse et inefficace. Elle est fastidieuse parce qu’elle requiert beaucoup de temps pour pouvoir récolter tous les ravageurs de chaque plante. Elle est inefficace parce qu’elle permet d’attraper seulement les insectes qui sont incapables de voler. Cette façon de faire ne permet pas de supprimer la pression parasitaire. De plus, elle ne permet en rien de lutter contre les maladies cryptogamiques observées dans les parcelles. Cependant, selon Aubertot et Savary (2010), parmi les différentes modalités de lutte mécanique, l’utilisation de barrières physiques se révèle une méthode intéressante pour la maîtrise des insectes, mais elle est plus efficace en culture sous serre qu’en grandes cultures. Toutefois, en ce qui concerne l’effet des pratiques culturales et phytosanitaires sur l’incidence des bio-agresseurs du citronnier, on a pu constater que le nombre de sarclage effectué annuellement avait eu des impacts sur l’incidence des bio-agresseurs. Ainsi, certains bio- agresseurs, sont hébergés dans les mauvaises herbes, qui deviennent alors des sources d’infestation (James, et al., 2010). Ainsi, hormis pour le puceron noir des agrumes et la chenille du voilier échiquier, l’incidence d’attaque des bio-agresseurs du citronnier était plus élevée dans les parcelles des producteurs qui ont pratiqué la monoculture de citronnier. De ce fait, James et al., (2010) ont affirmé que la monoculture attire les bio-agresseurs alors que les plantations de plusieurs cultures différentes, créent ainsi un obstacle aux bio-agresseurs. Durand (2018) explique qu’en diversifiant les cultures, les producteurs agricoles doivent faire face à un nombre moins élevé d’espèces d’insectes pouvant causer des dommages. Cependant dans la grande majorité des cas, les dommages causés par les insectes ravageurs se limitent à certaine culture.
  • 39. 28 Ainsi, les infestations dans les polycultures sont donc de moindre grande envergure que celle dans les monocultures. Cependant, la présence ou l’absence d’irrigation n’avaient apparemment aucune influence sur l’incidence de certains bio-agresseurs. Toutefois, hormis pour la fumagine, avec la présence d’irrigation, l’incidence de certains bio-agresseurs comme la chenille du voilier échiquier, la chenille mineuse, le puceron noir des agrumes, les araignées et la cercosporiose, étaient plus élevée. Ainsi, James et al., (2010) ont expliqué que les conditions de saison sèche, accompagnées d’une irrigation insuffisante des parcelles, peuvent favoriser une augmentation rapide de certains bio-agresseurs. Néanmoins, l’incidence des insectes ravageurs était plus faible dans les parcelles des producteurs qui ont pratiqué la lutte chimique par l’utilisation d’insecticides. Toutefois, l’incidence d’attaque des araignées était aussi plus faible dans les parcelles des producteurs qui ont pratiqué la lutte chimique vu que les araignées eux-mêmes sont le plus souvent des prédateurs d’insectes et acariens. La diminution de la population des insectes pourraient engendrer une réduction de la population d’araignées. Gourmel (2014) explique que les araignées sont prédatrices d’insectes ou d’autres espèces d’araignées. Elles sont généralistes et ont tendance à consommer les proies les plus abondantes dans leur environnement, contribuant ainsi à la régulation des populations de ravageurs. Wilder (2011) affirme que la survie des araignées juvéniles et adultes augmente avec une alimentation plus riche en proies. Toutefois, Pekár (2012) explique que l’abondance des proies, la survie et la reproduction des araignées dans les vergers, peuvent être limitées par l’utilisation d’insecticides et acaricides. Suivant les espèces d’araignées, les insecticides appliqués et leurs doses d’application, ils peuvent avoir des effets neutre, létal ou sublétal. Cependant, l’incidence des maladies cryptogamiques était plus faible dans les parcelles des producteurs qui ont pratiqué la lutte biochimique, sauf pour la fumagine. L’incidence d’attaque de cette dernière était la plus faible dans les parcelles des producteurs qui ont pratiqué la lutte mécanique. C’était aussi pareil pour les maladies virales. Tout ceci pourrait être expliqué par le fait que les extraits des plantes utilisés comme insecticides botaniques pourraient aussi bien avoir une propriété anti fongique. Cela pourrait contribuer à l’élimination en partie ou totale des plantes qui ont présenté les symptômes de la fumagine et des maladies virales, ce qui pourrait
  • 40. 29 expliquer la faible incidence observée dans les parcelles des producteurs qui ont pratiqué la lutte chimique. Ainsi, les résultats obtenus permettent de valider notre hypothèse selon laquelle il existe une pression parasitaire élevée dans les plantations de citronniers de la commune de Thomonde. Ces résultats démontrent aussi que cette pression parasitaire aurait un lien avec le mauvais entretien des parcelles et l’absence et/ou l’inefficacité des moyens de lutte.
  • 41. 30 Conclusion Les résultats de cette étude ont démontré que les plantations de citronnier dans la commune de Thomonde sont en proie à différentes pestes si bien que notre échantillonnage des parcelles de citronniers ait révélé la présence d’insectes ravageurs comme : les chenilles du voilier échiquier, les chenilles mineuses des feuilles, le puceron noir des agrumes, les cochenilles en virgule et les cochenilles blanches, la présence d’araignée, de maladies cryptogamiques (cercosporiose, fumagine et anthracnose) et virales (la mosaïque). Cependant, l’évaluation du degré de pression parasitaire nous a permis de constater que la fréquence d’occurrence de ces bios agresseurs oscille entre 45 à 100% et l’incidence d’attaques entre 0.13 à 0.74. Par ailleurs, les résultats ont démontré que les plantations de citronnier sont mal entretenues. 85% des plantations ont de forte présence de mauvaises herbes. Les producteurs n’ont recours à aucune fertilisation et ne pratiquent pas des tailles de formation ou d’entretien sur les jeunes arbres. 50% des parcelles échantillonnées ne faisaient l’objet d’aucune méthode de lutte contre les pestes. Toutefois, la méthode de lutte la plus répandue est la lutte mécanique (pratiquée par 35% des producteurs) se révèle à la fois fastidieuse et inefficace. De ce fait, les producteurs sont fortement suggérés d’entretenir convenablement leurs plantations par un désherbage régulier et l’adoption de méthodes de lutte efficaces en vue d’une réduction significative de cette pression parasitaire observée dans les plantations de citronniers de la commune de Thomonde.
  • 42. 31 Perspectives Pour l’identification de ces ravageurs, on a procédé au cours de la saison sèche selon une base descriptive, où les photos des ravageurs ont été comparées avec celles trouvées dans le canevas de référence ou avec des descriptions obtenues dans la littérature scientifique. De ce fait, nous suggérons fortement que :  Des études ultérieures soient entreprises au cours de la saison pluvieuse avec une méthodologie plus rigoureuse afin d’identifier les agents fongiques et viraux sur une base génomique.  D’autres études portant essentiellement sur la recherche de méthodes de lutte doivent être effectuées afin d’aider les producteurs à disposer d’un arsenal technique de lutte plus élargi.  Étant donné le caractère écologique de la lutte biochimique à base d’insecticides botaniques, il est suggéré que des études soient entreprises afin de déterminer l’efficacité de cette méthode de lutte, ainsi que la dose optimale à appliquer.  Enfin, il serait aussi utile d’encadrer les producteurs dans la mise en place de pépinières et dans la production d’insecticides botaniques.
  • 43. 32 Chapitre IV: Références bibliographiques ANONYME. 2010. Plan de développement de la commune de Thomonde, 131p ANONYME. 2014. Monographie du citronnier. Port-au-Prince : s.n., 2014. ARMAND, Colin. 2016. Les techniques d´enquête en sciences sociales : Méthodes et exercices corrigés. 350p. AUBERTOT, Jean-Noël et SAVARY, Serge. 2010. Stratégies de protection des cultures. Expertise scientifique collective "Pesticides, agriculture et environnement" 104 p BELLAHIRECH, Amani. 2008. Distribution des acariens en vergers d’agrumes selon le mode de gestion de l’enherbement en Guadeloupe. [Mémoire de stage Master Professionnel Santé des Plantes] Guadeloupe : Montpellier Sup Agro. 55p BENOUFELLA-KITOUS, Karima. 2005. Les pucerons des agrumes et leurs ennemis naturelles. Thèse en vue de l'obtention du diplôme de magister en science agronomiques de l’institut national d’agronomique d’El Arrach. 222p BERNARD, Alexandre. 2002. De l'activité individuelle à la coopération auto-organisée chez les Arthropodes: Exemple de la construction d'une toile chez les Araignées. Thèse présentée pour l'obtention du titre de Docteur de l'Université Henri Poincaré, Nancy 1 en Neurosciences. 167p C.D.H. 1982. Commonwealth Department of Health. Citrus dieback and greening. Plant Quarantine Leaflet No.26. Australian : Canberra, 1982. CLIMATE, data. 2018. [En ligne] 2018. [Citation : 10 octobre 2018.] https://fr.climate- data.org/location/48261. CORDA, Acj. 1837. Pilze in J. Sturm. Deutschland Flora. 1837, Vol. 3, 41. DUPIN, Tim. 2017. Observation des ravageurs et de leurs ennemis naturels dans des vergers d’agrumes menés avec des pratiques agroécologiques en Martinique. Mémoire de Fin d’Etudes de Master 2 Sciences Technologie Santé, Mention Biologie et Technologie du Végétal à l’Université de Rennes I. 90p
  • 44. 33 DUPORTAL Martine, JORDA Emilie, SANCHEZ Catherine, IMBERT Eric, LOEILLET Denis, et VANNIERE Henri ., 2013. FruiTrop FOCUS. France : CIRAD, 2013. p. 142. DURAND Genevieve, GILBERT Alexandre et PINEAULT Jonathan., 2018. Connaitre les ennemies naturelles des insectes ravageurs et favoriser leurs activités dans les cultures maraichères. Ecomestibles, Sherbrooke. Canada 109p. FAOSTAT. 2019. Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture. [En ligne] 2019. [Citation : 3 septembre 2019.] http://www.fao.org/faostat/fr/#data/QC. FAO. FAOSTAT_data_1-2-2019we.csv. [En ligne] 2 Janvier 2019. [Citation : 2 Janvier 2019.] FDGDEC, SPV. 2016. Fiche phytosanitaire d’agrume, réalisé par le service de protection des végétaux . Guadeloupe : s.n., 2016. GACHETTE, Madsen., 1994. Comportement de 16 variétés de vigna sous l’influence des maladies fongiques et virales dans la plaine du cul-de-sac (ferme de Damien). Mémoire de fin d’études agronomiques. Faculté Agronomie et de Médecine Vétérinaire. Port-au- Prince : s.n., 1994. 64p. GOURMEL, Charlotte., 2014. Catalogue illustré des principaux insectes ravageurs et auxiliaires des cultures de Guyane. Coopérative BIO SAVANE ,2014. 78 p HARMEL, N., HAUBRUGE, E., FRANCIS., F., 2010. Etude des salives de pucerons : un préalable au développement de nouveaux bio-insecticides bioéthanol. Argon. Environ.. (). Belgique : s.n., 2010. Vol. 14(2),369-378 pp. IHSI. 2009. Population totale, population de 18 ans et plus ménages et densités estimées en 2009. 2009. 131p. IICA. 1984. Cours National d'Été d'Agronomie Tropicale Fruiticulture. Haïti : s.n., 10 Septembre 1984. JACQUEMOND, Camille., CURK, Franck., HEUZET Marion., 2013. Les clémentiniers et autres petits agrumes. [éd.] QUAE. 2013. 368p.
  • 45. 34 JAMES, Braima., ATCHA-AHOWE, Cyprien., GODONOU, Ignace., BAIMEY, Hugues ., GOERGEN, Georg ., SIKIROU, Rachidatou ., et TOKO, Muaka ., 2010. Gestion intégrée des nuisibles en production maraîchère : Guide pour les agents de vulgarisation en Afrique de l’Ouest. Institut international d’agriculture tropicale (IITA), Ibadan, Nigeria. 120 p. JAMOUSSI, Béchir., 1955. Les maladies de dépérissement des Agrumes. Mises au point bibliographiques. Paris : collection référence, 1955, 1-48pp. KASRAOUI, Med Faouzi., 2006. Le site officiel du Dr. Med Faouzi Kasraoui. Le Citronnier. [En ligne] 2006. [Citation : 31 Aout 2019.] http://www.kasraoui.com/Secteur- Agricole/Agrumes-Citronnier.html. KUATE, Jean., BELLE, Manga., JEAN, Yve Rey., ERIC, Foure., 1995. Symptômes de la cercosporiose africaines des agrumes. s.l. : CTA, 1995. LEPOIVRE, Philippe., 2003. Phytophatologie. [éd.] De Boeck. 427 p. MANNER, I. Harley., BUKER, S. Richard., SMITH, Virginia Easton, WARD, Deborah, et ELEVITCH, R. Craig., 2005. Citrus species (Citrus), ver, 1.1 In C.R. Elevitch (Ed). Species Profiles for pacific Island Agroforestry. [Permanent Agriculture Resources (PAR)] Hawaii : Holualoa, 2005. MATTHIEU, Wilhelm., 2014. Bases statistiques et généralités, Rapport de méthodes, La série « Statistique de la Suisse». Suisse : l’Office fédéral de la statistique (OFS), 2014. 60p. MERZOUG Aicha et HAFFARI Faouzia., 2017. Etudes bioécologique de l’entomofaune de deux espèces d’agrumes (Oranger et citronnier) dans la région de Mostaganem. [Mémoire de fin d’études Master en sciences agronomiques] [éd.] Bronx. s.l. : Fordham University, Université Abdelhamid Ibn Badis-Mostaganem . 138p MICHEL, William., 2017. Peut-on produire aujourd’hui encore du citron en Haïti? Net REALITE Agriculture. [En ligne] 2017. [Citation : 2 septembre 2019.] https://www.michelwilliamnetrealite.com/peut-on-produire-aujourdhui-encore-du-citron- en-haiti/.
  • 46. 35 MINH Hoang Gia., GIANG Ho Thi Thu., and TRANG Ho Thi Quynh. (2015). Studies on some aspects of the biology and ecology of Citrus butterfly Papilio demoleus (Papilionidae: Lepidoptera) on citrus in Vietnam. Journal of Tropical Asian Entomology 04 (1): 20 – 27 OUEDRAOGO Sylvain Nafiba., 2002. Etude diagnostique des problèmes phytosanitaires du manguier (Mangifera indica L.), de l'oranger (Citrus sinensis (L.) Osbeck) et du mandarinier (Citrus reticulata Blanco) dans la province du Kénédougou. Mémoire de fin d'études agronomique de l’Université Polytechnique de Bobo-Dioljlasso. 153p PEKÁR, Stano. 2012. « Spiders (Araneae) in the pesticide world: an ecotoxicological review ». Pest Management Science 68 (11): 1438-46. doi:10.1002/ps.3397. PLANTIX. 2019. Anthracnose des Agrumes. [En ligne] Plantix, 2019. [Citation : 10 Décembre 2019.] https://plantix.net. QUAE, Alford D., 2002. Ravageurs des végétaux d’ornement. [En ligne] 2002. www.inra.fr/hyppz. REBOUR, H., 1966. Les agrumes- Manuel de culture des citrus pour le bassin Méditerranéen. [éd.] Baillère et Fils. Paris : s.n., 1966. 264p. ROUZIER, Marilise Neptune., 2014. Rutaceae. Plantes médicinales d'Haïti, description, usages et propriétés. Port-au-Prince : Editions de l'Université d'Etat d'Haïti, 2014, 321p. SEVRIN, Arnoux., 2018. Un zeste d’espoir pour le citron haïtien. Le nouvelliste. [En ligne] Sevrin Production, 10 08 2018. [Citation : 09 01 2019.] https://lenouvelliste.com/m/public/index.php/article/191336/un-zeste-despoir-pour-le- citron-haitien. ISBN: 999-12-2345-333. SOLEILLE, Céline., 2017. Les flavonoïdes du citron contre Alzheimer. La Nutrition.fr. [En ligne] Adventure production, 02 06 2017. [Citation : 02 01 2018.] https://www.lanutrition.fr/les-news/les-flavonoides-du-citron-contre-alzheimer-. ISBN: 99932-3-945-1.
  • 47. 36 WILDER, Shawn M. 2011. « Spider Nutrition: An Integrative Perspective ». In Advances in Insect Physiology, Vol 40: Spider Physiology and Behaviour - Physiology, édité par J. Casas, 40:87-136. London: Academic Press Ltd-Elsevier Science Ltd.
  • 48. A Annexe 1: Fiche d'enquête Fiche d´enquête Nom de l´enquêteur : .................................................................................. Date : ................................... Section I : Caractéristiques socio-économique de l´exploitation Localisation de la parcelle Identité de l´exploitant Organisation de l´exploitation Département :……… Nom :……………. Niveau de scolarisation : …………….. Mode d´exploitation : (FVI ou FVD) ………………………… Type de récolte (manuel ou mécanique) : ……………………. Commune :……….. Prénom : ………… Tel:......................... Types de travail du sol : (Manuel, mécanique, traction animale) …………………….. Type de stockage : …………………… Section communale : ……………… Sexe :…………….. Activité principale : ………………… Type de plantation (manuel ou mécanique) : …………………. Destination de la production : ……………………….. Localité :…………… Age : ……………… Savoir-faire phytotechnique /phytosanitaire: ………………….. Type de MO: (Salarié ou familiale) ………………… Accès au crédit : …………………….
  • 49. B PARCELLE # :…………… Superficie :………………… Coordonnées GPS : …………………………………………….. A.- Caractéristiques phytotechniques de la parcelle de citronnier (Itinéraires Techniques) Caractéristiques variétales Conduite de la plantation Variét é Mode d´acquisitio n Plant issue de grain e. (oui ou non) Plant issue de reproduction végétative. (oui ou non) Préparati on de sols : défricha ge, incinérat ion ou labour ? Nombr e de plants /hectare Nombr e de sarclag e s Irrigation Fertilisation Associ ation (oui ou non) Rendemen t estimé (oui ou non ) Fréqu ence (oui ou non) Fréqu ence Mode d´acquisition : Achat, don, échange, autres
  • 50. C B. Caractéristiques phytosanitaires B1.- Inventaire des bio-agresseurs des plantations de citronnier (Classement par le producteur en terme d´importance) Numéro Nom local du bio agresseur Description du bio agresseur (symptômes pour les maladies) Période d´observation du bio agresseur Organes attaqués Types de dégâts observés Photo* (numéro de la photo prise pour ce bio agresseur)
  • 51. D B2.- Caractériser la pression des bio-agresseurs Numéro Nom local du bio-agresseur Nombre de plantes attaquées/ parcelles observées (Fréquence d’occurrence) Quantité de symptômes sur un organe (Sévérité) Rapport plante malades / plante saines par m2 Photo* (numéro de la photo prise pour ce bio-agresseur) B3.- Comment faites-vous pour lutter contre les bio-agresseurs ? Numéro Pratiques culturales ? Si oui, expliquez....... Macération de plantes / Utilisation d´extraits végétaux ? si oui, expliquez.................... Autres ? préciser
  • 52. E B4.- Si vous faites de traitement chimique, veuillez remplir le tableau ci-dessous Numéro Nom de produits utilisés Dose de produits utilisés et prix du produit Fréquence du produit utilisé Provenance des produits (proche ou éloigne des E.A) Matériel utilisé Quel impact sur la culture ? Photo* (numéro de la photo prise pour ce bioagresseur)
  • 53. F Section II : Questions ouvertes a) Quel est l´importance de la plantation de citronnier pour vous par rapport aux autres plantes cultivées dans vos parcelles ? R-…………………………………………………………………… b) Cette plantation de citronnier a combien d’année? R-…………………. c) Avez-vous des remarques ou considérations particulières à partager sur la production de citronnier dans votre zone ? Que souhaitez-vous améliorer dans la production de citronnier ? Etablir un classement en fonction des réponses données par le producteur. R-………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………….. 1) Maladies 2) Rendement 3) Stockage 4) Transformation 5) Vente 6) Qualité industrielle d) Quels sont les principales contraintes en terme d´importance pour vous qui affectent la production de citronnier ? R- ………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………………. 1. Crédit agricole 2. Problème foncier 3. Main d’œuvre 4. Intrants agricoles 5. Encadrement technique 6. Etat des routes e) Quelle est l’aide technique fournie par les pouvoirs publics (distribution de matériel, recherche, service d’extension, identification des maladies, etc.) ? R-……………………………………………………………..
  • 54. G Section III. Entretien avec les vendeurs/distributeurs des produits phytosanitaires a) Quels sont les types de produits phytosanitaires vendus ? Provenance ? Mode d´acquisition ? Mode de distribution ? R-……………………………………………………………………………………. b) Quelles sont les catégories de clients qui s´approvisionnent chez vous ? R-………………………………………………………. c) Quels sont les consignes de préparation, de manipulation et de pulvérisation ? R-……………………………………………………………. d) Quels sont les exigences faites par les autorités locales pour la vente des produits phytosanitaires ? R-………………………………………………………….. e) Quels sont les contrôles opérés par l’Etat (normes) ? R-…………………………………………………………. f) Quelle est la formation requise pour être homologué ? Quelle formation est dispensée par les écoles et/ou universités R-…………………………………………………………
  • 55. H Annexe 2: Photos des bios agresseurs et des symptômes observés Photo1 : Chenilles mature du voilier échiquier (Papilio demoleus L) sur tige d’un citronnier Photo2 : Chenilles jeunes du voilier échiquier (Papilio demoleus L) sur une feuille de citronnier Photo3 : Dégâts causés par les chenilles mineuses des feuilles, Phyllocnistis citrella Photo4 : Colonie de puceron noir des agrumes Toxoptera citricida sur jeune rameau de citronnier Photo 5 : présence de Cochenilles en virgule (Lepidosaphes beckii) sur feuilles de citronnier Photo 6 : présence de Cochenilles blanche Fiorinia sp sur feuilles de citronnier
  • 56. I Photo 7 : Présence de toile d’araignées sur citronnier Photo 8 : Plantes atteint par la cercosporiose Photo 9 : Feuilles de citronnier couvert par de la fumagine Photo 10 : Fruit de citronnier touché par l’Anthracnose Photo 11 : Feuille de citronnier touché par l’Anthracnose Photo 12 : Rameau de citronnier touché par l’Anthracnose
  • 57. J Photo13 : Feuilles de citronnier présentant des gaufrages Photo 14 : Feuilles de citronnier présentant les symptômes de mosaïque
  • 58. K Annexe 3: Classification des bio agresseurs du citronnier inventorier au niveau de la commune de Thomonde Nom commun des bios agresseurs Ordre Famille Nom de l’espèce Fréquence d’occurren ce Incidence chenilles du voilier échiquier Lepidoptera Papilionidae Papilio demoleus L 60±23 Ab 0.24±0.08 A chenilles mineuses des feuilles Lepidoptera Gracillaridae Phyllocnistis citrella 100±00 B 0.745±0.08 B puceron noir des agrumes Hemiptera Aphididae Toxoptera citricida 45±10 A 0.14±0.03 A Cochenilles en virgule Hemiptera Diaspididae Lepidosaphes beckii. 70±12 Ab 0.21±0.06 A Cochenilles blanches Hemiptera Diaspididae Fiorinia sp 75±10 Ab 0.24±0.10 A Araignées Araneae A déterminer* A déterminer* 65±30 Ab 0.27±0.19 A Cercosporiose Capnodiales Mycosphaerellaceae Phaeoramularia angolensi 80±16 Ab 0.355±0.09 A Fumagine Méliolales Méliolacées Meliola citri 65±34 Ab 0.13±0.08 A l'anthracnose Phyllachorales Phyllachoracées Colletotrichum gloeosporioides 80±23 Ab 0.185±0.09 A Mosaïque A déterminer* A déterminer* Mosaïque 65±10 Ab 0.21±0.04 A