SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  79
Télécharger pour lire hors ligne
Ecole de santé abu al walid des infirmiers
polyvalents et des sage-femmes
MEMOIRE DE FIN D’ETUDE
POUR L’OBTENTION DE DIPLOME DES INFIRMIERS
POLYVALENTS
Elaboré par Encadrée par
ARBAOUI Widad Mr. LAHRECH Nabil
BOUKILI Khalil
Année de formation 2022/2023
Promotion 2020/2023
Le rôle infirmier dans le soutien
psychologique devant le cancer
de la prostate
Remerciement
Je tiens à remercier M. LAHRECH Nabil, notre encadrant de
projet de fin d’étude à L’école de Santé Abou al Walid
(ESAW), qui nous a suivi tout au long de cette période et nos
a conseillé sur l’orientation que celui-ci devait prendre. Par
ailleurs je remercie Mme. CHAMI Amal, Directrice de notre
école pour ses efforts dans notre formation théorique et
pratique, ainsi le Staff Administratif, et nos encadrants qui
nous ont suivis durant nos stages, et durant ses trois ans. Je
remercie fortement nos professeurs, qui nous ont suivis et
guidé durant ces trois années et nous ont transmis la passion
du métier. De plus, je voudrais remercier tous le personnel
du centre d’oncologie LALLA SALMA, pour leur patience, leur
nombreux conseil qui nous ont été très utiles. Enfin, je tiens à
remercier tous les professionnels de santé pour leur
patience, leur aide et le bon temps qu’on a partagé
ensemble.
Dédicace
Je dédie ce projet :
A ma chère mère,
A mon cher père,
Qui n’ont jamais cessé, de formuler des prières à mon égard, de me
soutenir et de m’épauler pour que je puisse atteindre mes objectifs.
A mon cher frère,
A ma chère sœur,
Pour ses soutiens moral et leurs conseils précieux tout au long de
mes études.
A mon cher binôme,
Pour son entente et sa sympathie,
Pour leurs indéfectibles soutiens et leur patience infinie.
A mes chères collègues,
Pour leur aide et leur soutien au cours de ces trois années.
A toute ma famille,
A tous ceux que j’aime et ceux qui m’aiment.
Introduction............................................................................................................................................. 4
Chapitre 1 : La phase conceptuelle ......................................................................................................... 6
I. La problématique............................................................................................................................. 7
II. Cadre de recherche....................................................................................................................... 10
III. But de recherche ......................................................................................................................... 11
IV. Question de recherche................................................................................................................ 11
V. La recension des écrits ................................................................................................................. 12
1. Rappel anatomo-physiologique de la prostate ......................................................................... 12
A. Structure et fonction de la prostate ................................................................................ 16
a) Le tissu glandulaire....................................................................................................... 16
b) L'antigène prostatique spécifique................................................................................ 16
c) Le tissu non glandulaire................................................................................................ 17
B. Innervation de la prostate................................................................................................ 18
a) Innervation................................................................................................................... 18
b) L'éjaculation................................................................................................................. 18
2. Le cancer de la prostate ............................................................................................................ 20
A. Les facteurs de risque ...................................................................................................... 20
B. Les symptômes du cancer de la prostate......................................................................... 21
C. Le diagnostic..................................................................................................................... 21
a) Interrogatoire............................................................................................................... 22
b) Examen clinique........................................................................................................... 23
c) Examens complémentaires .......................................................................................... 25
D. Les traitements ................................................................................................................ 26
La chirurgie................................................................................................................... 26
L’hormonothérapie ...................................................................................................... 26
La radiothérapie........................................................................................................... 26
La chimiothérapie......................................................................................................... 27
3. Psychologie de cancer de la prostate........................................................................................ 34
4. L’infirmières et les soins palliatifs ............................................................................................. 37
A. Infirmier ........................................................................................................................... 37
B. Soins palliatif.................................................................................................................... 37
5. Relation soignant / soigné......................................................................................................... 41
A. Relation soignant / soigné ............................................................................................... 41
B. Les caractéristiques de la relation soignant / soigné....................................................... 41
C. Différents types de relations............................................................................................ 42
Chapitre 2 : La phase méthodologique ................................................................................................. 45
I. Lieu de recherche........................................................................................................................... 46
II. Méthode de recherche ................................................................................................................ 47
III. Période de la recherche .............................................................................................................. 47
IV. Echantillonnage........................................................................................................................... 47
V. Population ciblée.......................................................................................................................... 47
VI. Outil d'investigation.................................................................................................................... 47
Chapitre 3 : La phase empirique............................................................................................................ 48
I. Présentation et analyse des données ............................................................................................ 49
II. Synthèse globale........................................................................................................................... 68
III. Suggestions.................................................................................................................................. 69
Conclusion ............................................................................................................................................. 70
2
LISTE DES ABREVIATIONS :
ESAW : Ecole de Santé Abou al Walid.
OMS : Organisation Mondial de Santé.
LNH : Lymphome Non-Hodgkinien.
PEC : Prise En Charge.
IRM : Imagerie par Résonance Magnétique.
SRM : Spectroscopie par Résonance Magnétique.
PSA : Antigène Prostatique Spécifique.
IP : Infirmier polyvalent.
AI : Infirmier auxiliaire.
AS : Aide-soignant.
TV : Traumatisme vésical.
IDE : Infirmier Diplômé d'État.
3
LISTE DES FIGURES :
Figure 01 : La loge prostatique sur coupe sagittale.
Figure 02 : Montrant les rapports intrinsèques de la prostate.
Figure 03 : Montrant la distribution artérielle de la prostate.
Figure 04 : Coupe latérale du petit bassin montrant la vascularisation
de la prostate.
Figure 05 : Coupe transversale montrant la structure de la prostate.
Figure 06 : Montrant comment les nerfs de l'érection sont attachés à
la prostate.
Figure 07 : le toucher rectale de la prostate.
Figure 08 : la biopsie de la prostate par la sonde à Ultrasons et aiguille
à biopsie.
4
Introduction
INTRODUCTION
5
Plus de 22 millions de personnes sont actuellement atteintes d’un cancer
dans le monde et environ 10 millions se voient diagnostiquer un cancer chaque
année.
Plus de 6 millions de personnes décèdent chaque année à cause de cette
maladie. Toutes les communautés sont affectées par le cancer, néanmoins les
effets de la maladie diffèrent en fonction des différentes régions. D’une
manière générale, jusqu’à ces dernières années, on pouvait définir ainsi les
zones géographiques des cancers : les pays industrialisés du nord étaient les
plus atteints, les pays du sud, dits « pays en développement », les moins
atteints.
Aujourd’hui la situation est en train d’évoluer avec l’émergence de pays à
moyen niveau économique. Dans ces pays, comme le Maroc, on parle
aujourd’hui de « transition épidémiologique ».
En effet, on constate dans ces pays, avec l’élévation du niveau de vie, les
changements de l’activité économique et l’augmentation de l’espérance de vie,
l’émergence de pathologies chroniques jusqu’ici très marginales. De ce fait, les
autorités de santé publique se trouvent dans la nécessité de prendre en
considération une maladie comme le cancer jusqu’ici considéré comme une
pathologie de pays riche, non prioritaire et de mesurer l’ampleur de son impact
sur les populations (Drouin SJ. Roubret M. 2009)
Au Maroc, on estime que le cancer représente aujourd’hui un problème
sanitaire majeur nécessitant une politique globale de prise en charge. En effet,
le nombre de cas des cancers dépistés a atteint actuellement le chiffre de 12
000 cas en l’an 2012, et cela augmente environ 28 961 cas dépistés en l’an
2020.
6
Chapitre 1 :
La phase
conceptuelle
LA PHASE CONCEPTUELLE
7
I. La problématique :
Durant la période de mon stage dans divers hôpitaux, j'ai été amené à
aborder le problème du soin sous un nombre considérable d'angles : ses
aspects les plus techniques, ses multiples dimensions et ses finalités. Mais au
centre d'oncologie LALLA SALMA à Meknès, nous avons découvert le cancer le
plus commun et le plus compliqué chez les hommes, le cancer de la prostate et
ses effets psychologiques.
Dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, environ 30 % des cas de
cancer sont imputables à des infections telles que l’hépatite ou l’infection par
le papillomavirus humain.
Selon L’OMS Le cancer naît de la transformation de cellules normales en
cellules tumorales, un processus en plusieurs étapes qui a généralement pour
point de départ une lésion précancéreuse, laquelle devient ensuite une tumeur
maligne. Les cancers les plus courants sont le cancer du sein, le cancer du
poumon, le cancer colorectal et le cancer de la prostate.
En 2020, les cancers les plus courants étaient les suivants :
 le cancer du sein (2,26 millions de cas) ;
 le cancer du poumon (2,21 millions de cas) ;
 le cancer colorectal (1,93 million de cas) ;
 le cancer de la prostate (1,41 million de cas) ;
 le cancer de la peau (non-mélanome) (1,20 million de cas) ;
 le cancer de l’estomac (1,09 million de cas).
En 2020, les cancers à l’origine du plus grand nombre de décès étaient :
 le cancer du poumon (1,80 million de décès) ;
 le cancer colorectal (916 000 décès) ;
 le cancer du foie (830 000 décès) ;
 le cancer de l’estomac (769 000 décès) ;
 le cancer du sein (685 000 décès).
L’analyse des données suggère pour l’année 2020 une baisse globale de la
mortalité liée à tous les types de cancers de 5,4 %, par rapport à l’année 2015.
Plus spécifiquement concernant le cancer de la prostate, une baisse de 7,1 %
des décès est attendue par rapport à l’année 2015. Une telle baisse
représenterait 78 800 décès en moins.
LA PHASE CONCEPTUELLE
8
Le cancer de la prostate est le premier cancer et la deuxième cause de décès
(après le cancer du poumon) chez l’homme. Il est la quatrième cause de décès
par cancer pour l’ensemble de la population.
La prostate est une glande de l’appareil génital masculin. Elle joue un rôle
dans la production du sperme. Le cancer de la prostate progresse souvent
lentement et, dans de nombreux cas, il peut être traité efficacement suivant le
diagnostic. Cependant, certains cancers de la prostate peuvent devenir
agressifs et entraîner la mort, et il peut s’avérer difficile de distinguer les
formes peu évolutives des formes mortelles (Société canadienne du cancer,
2017).
La majorité (75 %) des cancers de la prostate sont localisés (stade I ou
stade II) au moment du diagnostic. En réalité, de nombreux hommes âgés ont
un cancer de la prostate sans même le savoir, et le cancer de la prostate lui-
même n’est pas souvent la cause de mortalité. À titre d’exemple, les résultats
d’études d’autopsie menées dans le monde entier révèlent que la majorité des
hommes âgés présentent des signes d’un cancer de la prostate non
diagnostiqué au décès. (G.P. Haas et Al. ,2009)
En Afrique : Le cancer devient de plus en plus une cause importante de
morbidité et de mortalité, tant aux niveaux mondial qu’africain, avec 13,9
millions de nouveaux cas diagnostiqués en 2020. Ce chiffre est censé atteindre
21,4 millions en 2030. Le Centre International de Recherche sur le Cancer
(CIRC) Globocan Database a estimé, en 2020, que l’Afrique comptait avec une
population totale de 1 340 598 000. Le nombre de nouveaux cas de cancer
diagnostiqués en 2020, était de 475 753. Les cinq cancers les plus fréquents
chez les hommes étaient ceux de la prostate, du foie, le sarcome de Kaposi, le
lymphome non-Hodgkinien (LNH) et des poumons.
Le cancer de la prostate vient en première position en matière d’incidence et
de décès par le cancer parmi les hommes en Afrique. Les incidences du cancer
de la prostate chez les hommes en Afrique 93 173/100000.
Au Maroc : D'après les dernières données épidémiologiques du cancer au
Maroc, dévoilées le 21janvier dernier a l'occasion de la première journée
nationale du registre des cancers, l'incidence globale du cancer est de 116 pour
100.000 habitants. Le risque de développer une pathologie cancéreuse avant
l'âge de 75ans est de 12%.
LA PHASE CONCEPTUELLE
9
Le cancer le plus fréquent chez les hommes est celui du poumon, avec 25,6%
des cas diagnostiqués. Le cancer de la prostate arrive en seconde position, avec
une représentativité de 13,9%.
Ces chiffres ont été présentés par les représentants du ministère de la Santé,
de la Fondation Lalla Salma et de l'Association marocaine des registres des
cancers, en marge de la première Journée nationale du registre des cancers,
tenue le 21 janvier sur le thème "Surveillance du cancer au Maroc : passé,
présent et futur". Cette journée a permis de sensibiliser les décideurs ainsi que
la communauté scientifique sur l'importance de la surveillance du cancer pour
lutter contre ce mal du siècle.
Ce travail de fin d'études est basé sur le thème du rôle infirmier dans le
soutien psychologique devant le cancer de la prostate.
LA PHASE CONCEPTUELLE
10
II. Cadre de recherche :
Rôle infirmier
dans la prise en
charge de cancer
du prostate
Acceuil
Surveillance
Organisation
IEC
Thérapeutique
Preparation du
materiel
Soutien
psychique
Evalution
Encadrement
Formation
Prevention
LA PHASE CONCEPTUELLE
11
III. But de recherche :
Décrire le rôle infirmier dans le soutien psychologique devant le cancer de la
prostate.
IV.Question de recherche :
Quel est le rôle infirmier dans le soutien psychologique devant le cancer de
la prostate ?
LA PHASE CONCEPTUELLE
12
V. La recension des écrits :
1. Rappel anatomo-physiologique de la prostate :
La prostate est une petite glande qui fait partie du système reproducteur de
l’homme. Elle est située devant le rectum, sous la vessie, et entoure l’urètre, le
canal qui permet à l’urine de s’écouler. De la taille d’une châtaigne, la fonction
principale de la prostate est de produire une partie du liquide séminal, fluide
qui compose le sperme.
A l’âge adulte, une prostate normale pèse environ 20 à 25 grammes pour des
dimensions d’environ 4cm de largeur, 3cm de hauteur et 2cm d’épaisseur.
La taille de la prostate reste stable jusqu’à la moitié de sa vie (environ 40
ans). La taille de cet organe peut être caractérisée simplement par des mots
comme « petite », « moyenne » ou encore « grosse ». Cependant les urologues
utilisent le volume plutôt que le poids pour la caractériser. En effet cette
donnée peut être mesurée par échographie. En forme de châtaigne, sa
dimension normale est d’environ 3cm de hauteur et 4 cm de large.
Son volume moyen est de 20 cm3
pour environ 20 grammes. Ces données
sont variables d’un individu à l’autre.
Une prostate dite « petite » a un volume compris entre 30 et 40ml et un
poids compris entre 20 et 70g. Une prostate moyenne se situera entre 40 et
80ml pour un poids entre 20 et 125g. Enfin, une grande aura un volume entre
40 et 100ml et un poids entre 40 et 125g.
LA PHASE CONCEPTUELLE
13
Figure 1: La loge prostatique sur coupe sagittale.
Figure 2: Montrant les rapports intrinseques de la prostate
LA PHASE CONCEPTUELLE
14
Figure 3: Montrant la distribution artérielle de la prostate
Figure 4 : Coupe latérale du petit bassin montrant la vascularisation de la prostate
LA PHASE CONCEPTUELLE
15
Figure 5: Coupe transversale montrant la structure de la prostate
LA PHASE CONCEPTUELLE
16
A. Structure et fonction de la prostate :
a) Le tissu glandulaire :
La prostate est composée d'environ 50 % d'un tissu glandulaire, et 50% d'un
tissu non glandulaire.
Le tissu glandulaire produit un liquide alcalin d'une consistance laiteuse.
Pendant l'orgasme masculin, la prostate et le tissu musculaire qui l'entoure
se contracte et propulse ce liquide prostatique dans le canal urétral où il se
mélange avec les spermatozoïdes issus des testicules et le liquide de sécrétion
des glandes séminales. Le fluide prostatique a un rôle nourricier et protège les
spermatozoïdes pendant la relation sexuelle ainsi que lors de leur migration
dans les voies génitales de la femme.
C'est le liquide prostatique qui constitue la partie la plus volumineuse en
quantité de l'éjaculat.
b) L'antigène prostatique spécifique :
La prostate produit non seulement le liquide prostatique, mais elle secrète
également l'antigène spécifique de la prostate (PSA) qui est une glycoprotéine
composée d'acides aminés produite uniquement par les cellules épithéliales de
la prostate.
Sa production est sous contrôle des androgènes circulants qui agissent sur
les récepteurs androgéniques des cellules épithéliales.
Le PSA est sécrété dans le plasma séminal et il digère le gel qui se forme
après l'éjaculation.
Habituellement, seules des quantités faibles de PSA passent dans la
circulation sanguine, mais, à l'occasion de maladie prostatique le taux de PSA
augmente. De plus, le massage prostatique, l'échographie endorectal, l'examen
endoscopique par fibroscopie urétro vésicale et les biopsies prostatiques
peuvent également être à l'origine de l'élévation importante du taux de PSA
alors que le toucher rectal habituellement ne cause que des variations
modérées. Bien que le PSA soit spécifique du tissu prostatique et non du cancer
de la prostate, la confrontation des taux de PSA dans le sérum, des données du
toucher rectal et éventuellement de celle de l'échographie endorectal de la
prostate peuvent être intéressantes.
LA PHASE CONCEPTUELLE
17
Pour le diagnostic précoce du cancer de la prostate. Les variations du taux de
PSA entre deux déterminations à intervalle fixe, (vélocité du PSA) peuvent
également aider à différencier l'hypertrophie bénigne de la prostate du cancer.
c) Le tissu non glandulaire:
Le tissu non glandulaire de la prostate est un stroma fibromusculaire qui
contient notamment le collagène et surtout les vaisseaux et les nerfs de la
glande.
La glande prostatique contient beaucoup de récepteurs alpha adrénergiques
et alpha cholinergiques et elle est richement innervée, ce qui suggère que le
système nerveux autonome peut jouer un rôle à la fois dans la croissance et
dans la régulation de la sécrétion de la glande prostatique.
Les complexes nerveux rassemblés en bandelettes vasculo-nerveuses
courent le long des bords postéro externes de la glande, entre prostate et
rectum.
Ces bandelettes nerveuses innervent la prostate mais sont également
responsables de la fonction érectile.
La vascularisation artérielle de la prostate se fait à partir des branches de
division de l'artère hypogastrique.
A mesure que l'homme vieillit, l'athérosclérose qui peut toucher toutes les
artères de son organisme peut également altérer la vascularisation de la
prostate. Différentes études ont suggéré que ces altérations vasculaires en
relation avec le vieillissement pouvaient être à l'origine du développement de
l'hypertrophie.
LA PHASE CONCEPTUELLE
18
B. Innervation de la prostate:
a) Innervation :
La prostate est un organe richement innervé.
Il reçoit son innervation du système autonome à la fois parasympathique
(cholinergique) et sympathique (non adrénergique).
Le parasympathique innerve le muscle lisse de la capsule et le stroma
vasculaire. Cette innervation joue un rôle important dans la fonction sécrétoire
de l'épithélium prostatique.
Le système sympathique contrôle le muscle prostatique qui est responsable
de l'occlusion du col vésical au cours de l'orgasme et de l'éjaculation. Cette
innervation se fait à partir du plexus pelvien issu des racines sacrées S2, S3 et
S4.
Les nerfs caverneux sont des branches de division du plexus pelvien et
cheminent dans les bandelettes vasculo-nerveuses.
b) L'éjaculation :
Le système sympathique et parasympathique intervient dans le
déclenchement et la coordination de l'éjaculation Le sperme arrive dans
l'urètre prostatique par les canaux éjaculateurs qui traversent la prostate dans
leur trajet vers l'urètre.
C'est pour cette raison que le développement de l'adénome prostatique
peut compromettre la qualité de l'éjaculation et son volume.
L'expulsion du sperme est autorisée par le relâchement du sphincter externe
urinaire synchronisé avec l'occlusion concomitante du col de la vessie et
associé à des contractions rythmiques du muscle strié, des muscles du plancher
pelvien et du tissu érectile du bulbe.
On peut retenir quatre troubles de l'éjaculation :
 L'éjaculation prématurée;
 L'éjaculation retardée;
 L'éjaculation rétrograde;
 L'anéjaculation et l'anorgasmie.
Le vieillissement et les altérations de l'anatomie de la prostate sont en lien
direct avec les troubles de l'éjaculation.
LA PHASE CONCEPTUELLE
19
Figure 6 : Montrant comment les nerfs de l'érection sont attachés à la prostate.
LA PHASE CONCEPTUELLE
20
2. Le cancer de la prostate:
Le cancer de la prostate est une tumeur maligne qui se développe le plus
souvent dans la partie périphérique de la prostate.
On distingue quatre stades de la maladie :
 cancer limité à la prostate
 cancer localement avancé : la maladie atteint les vésicules séminales
 cancer localement avancé avec atteinte ganglionnaire : la maladie se
répand aux ganglions lymphatiques de la région du bassin
 cancer métastatique : la maladie atteint un autre organe ou une autre
partie du corps ;
A. Les facteurs de risque :
 L’âge
L'âge est le plus grand facteur de risque du cancer de la prostate. En effet,
plus les sujets sont âgés, plus les probabilités d'être diagnostiqué avec un
cancer de la prostate sont élevées: 65% des cancers de la prostate sont
diagnostiqués chez des hommes âgés de plus de 65 ans.
 Facteur Génétique
Regroupe deux formes : La forme héréditaire (5 à 10% des cancers
prostatiques) : au moins trois cas de cancer de la prostate chez des parents du
premier ou du deuxième degré, ou encore deux cas précoces avant 55 ans. La
forme familiale (10 à 20% des cancers prostatiques) : un antécédent familial de
cancer de la prostate au premier degré multiplie par deux le risque de cancer
du patient. S’il existe deux cas de cancer de la prostate dans la famille du
patient, quel que soit l’âge au moment du diagnostic, le risque est alors
multiplié par rapport à la population générale.
 Le Tabac et L’alcool
Le tabac augmente le risque de développer un cancer de la prostate de
l’ordre de 30% et l’agressivité du cancer au nombre d’années de tabagisme.
L’alcool n’a jamais fait preuve d’une influence dans un sens comme dans un
autre.
LA PHASE CONCEPTUELLE
21
 Facteurs Hormonaux
Le cancer de la prostate est hormono-dépendent dans 80% des cas.
Certaines études ont révélé qu’un taux de testostérone élevé expose un risque
supérieur à la normale.
B. Les symptômes du cancer de la prostate :
Au début de son évolution, le cancer de la prostate ne donne pas de
symptômes. S'il s'agit d'un cancer localisé, il n'y a généralement pas de troubles
urinaires.
Les symptômes mécaniques dus à la compression de l'urètre apparaissent
quand la prostate augmente de volume.
Mais l'augmentation de volume de la prostate est présente dans d'autres
maladies beaucoup plus fréquentes :
L'adénome ou hypertrophie bénigne de la prostate (presque tous les
hommes de plus de 70 ans ont un adénome de la prostate) ;
La prostatite ou infection de la prostate (environ 50 % des hommes ont une
prostatite au cours de leur vie).
Cette augmentation de volume n'est donc pas spécifique du cancer de la
prostate.
Cependant, il arrive que certains hommes souffrent à la fois d'un cancer de
la prostate et d'une hypertrophie bénigne.
Les symptômes liés à l'augmentation de volume de la prostate sont les
suivants :
 besoin fréquent d'uriner, surtout la nuit (pollakiurie) ;
 jet d'urine faible ;
 sensation de ne pas avoir vidé complètement sa vessie ;
 fuites urinaires (incontinence urinaire) ;
 infection urinaire : cystite, prostatite ou pyélonéphrite ;
 difficulté ou impossibilité d'uriner ou rétention urinaire ;
 présence de sang dans les urines ou le sperme ;
 difficulté à avoir une érection ;
 douleurs au moment de l'éjaculation.
C. Le diagnostic :
Le cancer de la prostate est un cancer du sujet âgé : il apparaît rarement
avant 50 ans, et l’incidence augmente très rapidement avec l’âge.
LA PHASE CONCEPTUELLE
22
a) Interrogatoire :
Il permet d'évaluer le retentissement de l'obstacle prostatique et la gêne dans
la vie quotidienne.
a.1- Signes irritatifs :
-pollakiurie nocturne : se chiffre en nombre de mictions qu'elle induit. C'est
le symptôme le Plus précoce.
-pollakiurie diurne : passe plus facilement inaperçue et est plus difficile à
quantifier (temps écoulé entre 2 mictions).
-impériosités mictionnelles : fréquentes (50 %), volontiers inaugurales et
peuvent.
S'accompagner de fuites. Elles doivent également faire rechercher un calcul
vésical, une infection, une TV (tumeur vésical).
a.2-Signes obstructifs :
-dysurie: plus tardive et doit faire éliminer un cancer prostatique ou une
sténose de l'urètre.
Elle peut être d'attente ou de poussée.
-qualité du jet : souvent mieux évaluée par le patient que la dysurie.
a.3-L'hématurie:
N'est pas rare. Typiquement initiale, elle est en réalité le plus souvent totale,
témoignant de la rupture de varices du col dans les adénomes obstructifs. Elle
n'est qu'un diagnostic d'élimination et doit impérativement faire rechercher
une tumeur ou un calcul vésical, une infection urinaire
- Parfois, c'est un accident aigué qui révèle l'adénome:
 la rétention vésicale ;
 la prostatite aigue ;
 l'épididymite aigue ;
 l'état de choc septique à point de départ urinaire ;
 l'insuffisance rénale aigue et surtout chronique doivent faire évoquer à
cet âge un obstacle sous vésicale et donc un adénome prostatique.
a.4-l'incontinence:
L'incontinence d'urine doit faire évoquer une rétention d'urine chronique
incomplète dont l'adénome est la principale étiologie à cet âge.
LA PHASE CONCEPTUELLE
23
b) Examen clinique :
b.1- Toucher rectal:
Le médecin palpe la prostate en introduisant son index, protégé par un gant,
dans le rectum. Ce geste médical permet de vérifier le volume, la surface et la
consistance de la prostate. Si la surface de la prostate apparaît irrégulière ou
avec des nodules et si sa consistance est dure, le médecin suspecte la présence
d'un cancer.
Figure 7: le toucher rectale de la prostate
b.2- Le dosage du PSA par prise de sang :
Le médecin traitant ou l'urologue, en cas d'examen clinique anormal, prescrit
un dosage sanguin de l'Antigène Prostatique Spécifique (PSA), substance
produite par la prostate. Il informe son patient des modalités de l'examen, de
la complexité de l'interprétation des résultats de ce dosage biologique. Il est le
mieux placé pour en expliquer la signification.
La valeur seuil de normalité des PSA la plus souvent retenue est de 4 ng/ml
(elle dépend de la technique du test utilisé).
Un taux supérieur à 4 nanogrammes/ml n'est pas systématiquement
synonyme de cancer. D'autres situations, en dehors du cancer de la prostate,
peuvent expliquer un taux élevé de PSA : une augmentation de taille de la
prostate due à un adénome de la prostate, une éjaculation récente, une
infection urinaire avec prostatite, une intervention chirurgicale récente de la
prostate, une endoscopie urinaire.
LA PHASE CONCEPTUELLE
24
À l'inverse, il peut arriver qu'un taux de PSA reste normal, même en
présence d'un cancer.
b.3- La biopsie de prostate :
Si le médecin a relevé des anomalies en faveur d'un cancer de la prostate, il
prescrit à son patient une biopsie prostatique.
Figure 8 : la biopsie de la prostate par la sonde à
Ultrasons et aiguille à biopsie
b.3.a- Déroulé de la biopsie de prostate :
Il s'agit d'un examen pratiqué sous anesthésie le plus souvent locale.
L'urologue introduit en général par voie transrectale (à travers la paroi du
rectum) une aiguille dans la prostate sous guidage échographique. Il effectue
au minimum 12 prélèvements à différents endroits en vue de leur analyse
anatomopathologique qui confirmera ou non le diagnostic de cancer et en
donnera les caractéristiques.
LA PHASE CONCEPTUELLE
25
b.3.b- Complications possibles après une biopsie de prostate :
Les complications les plus fréquentes de la biopsie de prostate sont
l'hématurie de faible abondance (présence de sang dans les urines),
l'hémospermie (présence de sang dans le sperme) et la rectorragie.
Plus rarement, surviennent :
o une prostatite aiguë (infection de la prostate), l'infection des tissus
sous-cutanés au point de prélèvement, voire une septicémie (infection
généralisée),
o une rétention aiguë d'urine (impossibilité d'uriner pour évacuer l'urine
contenue dans la vessie),
o une hématurie importante (présence de sang dans les urines).
c) Examens complémentaires :
Si les examens révèlent la présence d’un cancer, il convient alors de
procéder à un bilan d’extension pour déterminer l’étendue de la maladie et
détecter la présence éventuelle de métastases dans d’autres organes (CT-scan,
IRM, scintigraphie osseuse...).
c.1 - Imagerie par Résonance Magnétique (IRM)
Une IRM de la prostate se déroule soit comme une IRM classique, soit en
utilisant une sonde endorectale lors de l’examen.
La tête de la sonde endorectale se présente sous la forme d’un ballonnet que
l’on insère dans le rectum via l’anus et qui contient une fine tige métallique. On
gonfle ensuite légèrement le ballonnet pour le maintenir en place dans le
rectum. Les spécialistes partisans de cette technique considèrent que le
recours à la sonde endorectale donne des images de meilleure qualité. D’autres
l’estiment superflue.
c.2- Spectroscopie par Résonance Magnétique (SRM)
L’utilisation de la sonde endorectale lors d’une IRM permet de procéder
simultanément à une Spectroscopie par Résonance Magnétique (SRM). Cet
examen vise à déterminer les taux de citrate et de choline dans les tissus
prostatiques. La choline est un nutriment qui nous est fourni par notre
alimentation, mais qui peut aussi être produit spontanément par le corps.
Les tumeurs de la prostate présentent un taux de choline supérieur et un
taux de citrate inférieur à ceux d’un tissu prostatique sain. La SRM mesure les
taux de choline et de citrate sur l’ensemble de la prostate afin d’identifier les
éventuelles zones cancéreuses.
LA PHASE CONCEPTUELLE
26
L’utilité et les possibilités de la SRM font actuellement l’objet de plusieurs
études. La SRM ne fait donc pas (encore) partie des techniques couramment
utilisées.
D. Les traitements :
La chirurgie pour enlever la prostate, la radiothérapie, les médicaments
d’hormonothérapie, voire plus rarement, la chimiothérapie. Dans certains cas,
la seule mesure qui est prise est une surveillance active.
 La chirurgie:
Est généralement le premier traitement envisagé. Elle consiste le plus
souvent, aujourd'hui, en l'ablation de la tumeur (tumorectomie), associe à
l'examen histologique immédiate (dit extemporané) de celle-ci, l’homme étant
toujours sous anesthésie générale : si l'examen histologique confirme la nature
maligne de la tumeur, l'ablation de la prostate est réalisée, l'accord pour cette
éventuelle extension de l'acte chirurgicale devons avoir été préalablement
obtenu. Pour les tumeurs volumineuses ou multiples, La prostatectomie
radicale (ablation totale de la prostate) est encore pratiquée.
 L’hormonothérapie :
Une hormonothérapie, associée à une radiothérapie externe, est le
traitement de référence des cancers de la prostate localement avancés et un
des traitements possibles des formes localisées à haut risque.
L’hormonothérapie est habituellement débutée avant la radiothérapie puis
poursuivie après la radiothérapie jusqu’à 3 ans.
Dans certains cas de cancers localisés à risque intermédiaire, une
hormonothérapie de courte durée (jusqu’à 6 mois) peut être associée à une
radiothérapie externe.
Une hormonothérapie de longue durée est le traitement de référence
des cancers de la prostate métastatiques. Dans certaines situations cliniques,
l’hormonothérapie peut parfois être prescrite en association avec une
chimiothérapie.
 La radiothérapie:
La radiothérapie est l'utilisation de rayons X, de rayons gamma, d'électrons
et d'autres formes de radiations de haute énergie pour le traite ment de
maladies, le plus souvent cancéreuses. Pour les cas de radiothérapie externe,
on utilise un appareil de traitement placé à courte distance du corps, qui dirige
LA PHASE CONCEPTUELLE
27
des rayons d'une grande intensité sur la tumeur maligne. La plupart des
patients sont traités de cette façon et ne sont pas hospitalisés.
Pour les cas de radiothérapie interne (curiethérapie), on introduit une
substance. radioactive à l'intérieur d'une cavité ou directement dans la tumeur
maligne. Les implants peuvent être permanents ou temporaires.
Mode d'action
La radiothérapie détruit les cellules cancéreuses par différents mécanismes.
Si le traitement est donné juste au moment de la reproduction d'une cellule
(division cellulaire), il empêche cette cellule de se diviser et en cause la
destruction.
Puisque les cellules cancéreuses se multiplient plus rapidement que les
cellules normales, la radiothérapie éliminera plus de cellules tumorales que de
cellules normales. Bien que les cellules normales faisant partie du champ
d'irradiation subis sentent aussi des dommages causés par les rayons, en
général, les cellules cancéreuses sont plus sensibles aux radiations que les
cellules normales.
 La chimiothérapie:
1- Définition et description
La chimiothérapie fait appel à des médicaments qui visent à empêcher les
cellules cancéreuses de se multiplier ou qui détruisent celles déjà présentes
dans l'organisme. Elle tente ainsi d'inhiber la croissance de la maladie et
d'obtenir une régression de la tumeur cancéreuse qui peut se traduire par une
rémission partielle de quelques mois à plusieurs années. Plus du tiers des
personnes atteintes de cancer peuvent maintenant bénéficier d'une rémission
complète et d'une guérison éventuelle de leur maladie.
Plusieurs cancers, comme la maladie de Hodgkin, la leucémie, les
lymphomes, le choriocarcinome, les tumeurs testiculaires et certains sarcomes,
peuvent être guéris grâce à la chimiothérapie. D'autres cancers que l'on croyait
incurables, tel le cancer de la prostate, répondent très bien au traitement par
chimiothérapie, surtout s'il est administré tôt dans le processus de la maladie.
Dans le traitement du cancer, la chimiothérapie peut correspondre à
différents objectifs :
 Dans le cas de la chimiothérapie dite adjuvant, elle est associée à la
chirurgie ou à la radiothérapie pour aider à la guérison de la personne
LA PHASE CONCEPTUELLE
28
malade. Dans ce contexte, on parle d'une thérapie multidisciplinaire,
c'est-à-dire un traitement local combiné à un traitement systémique.
Cette thérapie permet d'améliorer les chances de survie obtenues par la
chirurgie ou par la radiothérapie seule.
 Dans la majorité des cas de cancer local avancé ou de cancer avec des
métastases disséminées dans l'organisme, la chimiothérapie est dite
palliative, car elle freine la progression de la maladie et en atténue les
effets sans toutefois réussir à éliminer complètement la maladie.
 Dans certains cas plus rares, comme le choriocarcinome et les tumeurs
testiculaires, la chimiothérapie est, par contre, le plus souvent à visée
curative et ce, même s'il y a présence de métastases.
Les cancers de la prostate localisés sont traités selon leur sous-stade
d’évolution :
 les cancers localisés à faible risque peuvent être l’objet d’une
surveillance active, d’un traitement par radiothérapie externe ou par
curiethérapie, ou d’une intervention chirurgicale pour enlever
la prostate. Dans certains cas, un traitement par hormonothérapie peut
également être prescrit ;
 les cancers localisés à risque intermédiaire sont traités par chirurgie,
par radiothérapie externe, associées éventuellement à une
hormonothérapie ;
 les cancers localisés à risque élevé font l’objet d’une longue
hormonothérapie (au moins trois ans) et/ou de radiothérapie externe.
Chez les hommes relativement jeunes, la chirurgie peut être envisagée,
éventuellement associée à une radiothérapie et une hormonothérapie.
2- Les effets secondaires de la chimiothérapie:
2-1 : Les cellules de la moelle osseuse :
a) Globules rouges: anémie et fatigue
L'anémie se caractérise par une baisse du nombre des globules rouges
(érythrocytes) dans le sang. Cette baisse signifie une diminution de
l'hémoglobine, un constituant essentiel des globules rouges responsable du
transport de l'oxygène vers les tissus du corps. Cette diminution de
l'hémoglobine dans le sang a donc pour résultat de réduire la quantité
d'oxygène distribué aux tissus.
La fatigue est un sentiment de lassitude et d'épuisement accompagné d'une
sensation de faiblesse physique et d'un manque d'énergie. Les principales
LA PHASE CONCEPTUELLE
29
causes de la fatigue ressentie par les personnes atteintes de cancer
comprennent:
 l'anémie, qui résulte des effets du cancer ou de son traitement,
 un apport insuffisant de protéines et de calories dans le régime
alimentaire;
 un bouleversement dans les habitudes entourant le sommeil et le
repos;
 l'inaction, le découragement, l'anxiété et la peur
b) Globules blancs: infections
Une diminution des globules blancs surviendra 1 à 2 semaines après le
traitement de chimiothérapie. Une baisse du nombre de globules blancs
(leucocytes) dans le sang rend l'organisme plus vulnérable aux infections c'est-
à-dire à l'invasion de microbes (bactéries, virus, etc.) qui ont une aptitude à se
multiplier s'ils rencontrent un milieu favorable.
Ces microbes sont :
Exogènes, s'ils proviennent de l'extérieur. Ils pénètrent dans l'organisme par
l'air, la nourriture, l'eau, la terre, le contact avec un animal ou un insecte
infecté. Ils peuvent aussi être transmis par un contact avec une personne
atteinte d'une infection ou même une personne saine, mais porteuse de
microbes.
Endogènes, s'ils appartiennent à la flore normale de l'organisme humain Ils
ne deviennent pathogènes que si le système immunitaire est affaibli. La gravité
et la durée d'une infection sont déterminées par la virulence et le nombre de
microbes pathogènes ainsi que par le niveau de résistance de l'organisme hôte.
c) Plaquettes: hémorragies et saignements
Une baisse du nombre des plaquettes dans le sang peut causer des
saignements prolongés ou des hémorragies. Les plaquettes jouent un rôle
essentiel dans la coagulation du sang, car elles assurent l'intégrité vasculaire,
amorcent le processus de coagulation par la formation du clou plaquettaire et,
par la suite, garantissent la formation du caillot qui arrête définitivement
l'hémorragie. Les zones du corps touchées en premier lieu, donc celles où
surviennent le plus souvent les saignements, sont:
 les muqueuses (dans la bouche); les voies respiratoires;
 la peau; l'appareil génital et urinaire;
 l'estomac; la région cérébrale ;
 les intestins.
LA PHASE CONCEPTUELLE
30
2-2 : Les cellules de la muqueuse du tube digestif
a) Troubles de l'appétit :
Dans la majorité des cas, les personnes atteintes de cancer recevant de la
chimiothérapie témoignent de troubles de l'appétit : altération du goût,
anorexie, nausées et vomissements.
D'une part, ces problèmes sont les effets du cancer et de ses traitements et,
d'autre part, ils découlent de facteurs émotifs et sociaux liés à la maladie.
Ces troubles de l'appétit compromettent non seulement la qualité de vie,
mais aussi l'état de santé de la personne atteinte de cancer. Un régime
alimentaire équilibré permet:
 aux cellules saines de l'organisme de retrouver rapidement leur
fonction normale après un traitement ;
 de mieux supporter les effets secondaires du traitement ;
 de renforcer le système immunitaire et de diminuer les risques
d'infection ;
 de redonner des forces et de mener une vie plus active.
De plus, un apport alimentaire insuffisant oblige l'organisme à puiser dans
ses réserves énergétiques et nutritives (le fer, le calcium, les protéines, etc.).
b) Altération du goût
En matière de goût, l'odeur, la couleur, l'aspect et la texture des aliments et
des boissons peuvent influencer nos perceptions. Le degré de fraîcheur et le
mode de conservation de la nourriture, ainsi que les expériences passées
associées à certains aliments, peuvent aussi avoir une influence.
L'altération du goût peut se traduire par :
 la diminution de l'acuité des perceptions gustatives;
 l'absence de perception des saveurs;
 des perceptions gustatives inhabituelles et désagréables, par exemple:
un goût métallique ou amer constant dans la bouche, une perception
plus aigué des saveurs amères et salées, une perception affaiblie du
sucré, une aversion pour certains aliments comme la viande rouge, le
porc, le café, le chocolat, les tomates, etc.
c) Anorexie
L'altération du goût peut conduire à l'anorexie ou une perte de l'appétit.
LA PHASE CONCEPTUELLE
31
Les causes de l'anorexie sont indéterminées. Il peut s'agir d'un effet de la
maladie, de son traitement, de la fatigue, de la douleur ou du stress.
Il est essentiel que la personne atteinte de cancer remédie à ce problème,
car l'anorexie constitue la cause principale de carence en calories et en
protéines.
d) Nausées et vomissements
La chimiothérapie peut provoquer des nausées et des vomissements.
Ce problème est temporaire et n'affecte pas toutes les personnes qui
reçoivent de la chimiothérapie. Les suggestions données pour régler les
différents problèmes d'appétit peuvent s'avérer utiles, selon les cas.
Le médecin peut choisir de prescrire un anti-nauséeux médicament qui peut
aider à prévenir ou à réduire la nausée et les vomissements causés par les
traitements de chimiothérapie. Il est très important de prendre les anti-
nauséeux selon les directives de l'équipe médicale. Si la nausée et les
vomissements persistent, il est essentiel d'en aviser immédiatement l'équipe
médicale.
Les anti-nauséeux peuvent parfois causer des effets secondaires tels que la
somnolence, la fatigue générale ou les problèmes de concentration.
Plusieurs patients estiment que ces effets secondaires sont moins
incommodants que la nausée et les vomissements.
e) Stomatite
La stomatite est une inflammation de la bouche qui affecte en premier lieu la
membrane muqueuse buccale, le voile du palais, la partie antérieure de la
langue et le plancher buccal La stomatite est provoquée par certains agents
antinéoplasiques, mais n'affecte pas nécessairement, et dans la même mesure,
toutes les personnes qui sont soignées à l'aide de ces agents. Les premiers
signes apparaissent 5 à 14 jours après l'administration des agents
antinéoplasiques et guérissent 3 ou 4 semaines après la dernière
administration. Les autres causes incluent une carence en protéines, une
hydratation insuffisante et une hygiène buccale inadéquate.
f) Œsophagite
L'œsophagite est une inflammation de la muqueuse qui recouvre
l'œsophage, la partie du tube digestif reliant la bouche à l'estomac. Les tissus
des muqueuses de la bouche et de l'œsophage sont identiques quant à leur
LA PHASE CONCEPTUELLE
32
structure; par conséquent, les causes de l'œsophagite sont semblables à celles
de la stomatite. De plus, l'œsophagite peut résulter d'un traitement par
irradiation administré dans les régions cervicale, thoracique et dorsale
supérieures.
g) Diarrhée
La diarrhée résulte souvent d'une irritation de la membrane protectrice qui
tapisse la paroi intérieure des intestins (intestin grêle et côlon). La diarrhée
occasionnée par la chimiothérapie est un effet secondaire temporaire qui se
manifeste par des selles plus liquides et plus fréquentes
h) Constipation
Certains médicaments utilisés en chimiothérapie exercent un effet toxique sur
les nerfs, pouvant ainsi ralentir l'activité intestinale et, par conséquent,
entraîner la constipation. Dans la plupart des cas, la constipation est liée à
l'absorption d'analgésiques ou de narcotiques.
Par ailleurs, une diète liquide qui dure depuis un certain temps peut
occasionner des problèmes de constipation. Si vous en présentez les effets, il
est conseillé d'en parler avec l'équipe médicale.
2-3 : L'alopécie ou la chute des cheveux
La prise de certains agents antinéoplasiques provoque l'atrophie des
follicules pileux (l'ensemble formé par les glandes et les muscles qui entourent
le poil et le cheveu). Les follicules atrophiés produisent alors des cheveux
minces et fragiles qui cassent à la racine ou tombent d'eux-mêmes.
L'alopécie causée par la chimiothérapie est temporaire et n'entraîne pas
nécessairement la perte totale des cheveux, elle peut se limiter à une perte
partielle, laissant la chevelure clairsemée. La perte des cils et des sourcils de
même que celle des poils des autres parties du corps est plus rare et moins
importante, ces follicules pileux ayant une période de croissance plus courte
que celle des cheveux.
La perte des cheveux est certes une expérience difficile à vivre pour la
personne atteinte de cancer. La chute des cheveux peut être graduelle et à
peine perceptible, mais elle peut aussi se produire de façon subite et nuire
durement à la sensibilité.
LA PHASE CONCEPTUELLE
33
2-4 : Autres :
 Affections de la peau
 Affection de l'appareil urinaire.
 Affection de système endocrinien.
 Affection de système nerveux et musculaire.
LA PHASE CONCEPTUELLE
34
3. Psychologie de cancer de la prostate :
Le cancer est toujours une crise existentielle grave qui touche en premier
lieu le patient, mais aussi sa famille et ses soignants. En cancérologie, il y a un
double enjeu : en priorité tout faire pour obtenir la guérison du patient, mais
aussi, lui permettre de traversé au mieux cette douloureuse expérience de
maladie, avec la meilleur qualité de vie possible. Le recours à des
thérapeutiques de plus en plus lourds, de haute technicité, souvent
éprouvantes pour le malade ne se conçoit pas sans un soutien relationnel de
bonne qualité, dès l'annonce du diagnostic.
Ce soutien relationnel est l'affaire de tous les acteurs de soins en
cancérologie: c'est un élément constitutif de la prise en charge globale du
patient.
La maladie et son traitement ont un impact majeur sur la qualité de vie et
sur le psychisme. Ceux qui en éprouvent le besoin peuvent accéder à un
soutien psychologique. S’il n’est pas proposé d’emblée, le patient ne doit pas
hésiter à s’informer auprès de l’équipe soignante. Il pourra ainsi rencontrer
deux types de professionnels.
Le psychologue : est un professionnel non médecin. Il est présent pour
entendre et parler des souffrances, angoisses ou inquiétudes que peut
engendrer la maladie chez les patients atteints de cancer. Il soutient aussi leurs
proches. En cancérologie, il s’agit souvent de psychologues spécialisés dans les
difficultés liées à la maladie tumorale.
On les appelle psycho-oncologues. Si les difficultés rencontrées relèvent
d’un traitement spécifique (thérapie cognitivo-comportementale, traitement
médicamenteux), le patient peut être orienté vers un psychiatre.
A. Le patient face à sa maladie :
Le cancer fait brutalement irruption dans la vie du sujet par fois dans un
contexte d'irréalité, le patient n'en ayant pas reçue les symptômes jusque-là.
Dans tous les cas, ce diagnostic génère une forte angoisse qui peut s'exprimer
de façon très diverse. Ce choc psychologique peut provoquer une véritable
sidération psychique. Le patient étant comme tétanisée par ce qui lui arrive,
incapable de réagir ou de ce comportée de façon adaptée. Peu à peu des
sentiments plus ou moins confortables peuvent s'installer, augmentant le
niveau anxieux. Ce sont: l'incertitude (intérêt de la planification de futur
LA PHASE CONCEPTUELLE
35
immédiat), la perte de control de soi et de sa vie, la perte des repères, tant au
niveau du corps (trahison de soi envers soi-même), au niveau du temps (perte
de la capacité d'anticipation de l'avenir), qu'au niveau des relations
(redéfinition des rôles).
Face à cette crise, la personne malade est obliger de «< faire avec ». Pour
cela, elle va développer une série de réaction cognitives, émotionnelles et
comportementales certaines réactions semblent plus efficaces que d'autres:
attitude combative ou de déni, recherche active de soutien social.
Les réactions anxieuses ou dépressives sont fréquentes, souvent
conséquences émotionnelles de ce profond de bouleversement psychique et
des efforts continus réalisées pour y faire face.
Même si ces réactions sont «normales », une aide psychologique peut être
nécessaire. Certaines patientes s'interrogent à cette occasion sur leur histoire,
leurs valeurs, leurs repères et essayant souvent de trouver un sens à ce qui leur
arrive. A partir de là, il est certain qui les problèmes psychosociaux et les
troubles psychopathologiques ont une prévalence plus importante en
cancérologie que dans la population standard et qu'il faut pouvoir les prendre
en compte.
B. Diminution de l'estime de soi :
« La perte de l'estime de soi » définit par Virginia Henderson comme étant «
la perception négative que l'individu éprouve face à son apparence physique,
lors de la perte d'un organe ou d'une fonction, ou lors d'une atteinte à
l'intégrité du moi », il est souvent difficile pour les infirmières de répondre à
cette angoisse du patient lorsqu'elle est liée à la perturbation de son image
faute de connaissance dans ce domaine.
La diminution situationnelle de l'estime de soi après une mastectomie peut
se caractériser par des propos d'autodépréciation, de sentiments
d'impuissance, d'incompétence, un comportement indécis, un manque
d'affirmation de soi, elle est liée à la perturbation de l'image corporelle. Si
aucune action n'est réalisée, cette diminution situationnelle de l'estime de soi
peut devenir chronique.
LA PHASE CONCEPTUELLE
36
C. Besoins de soutien psychologique et affectif :
Le besoin de soutien psychologique et affectif des personnes atteintes et de
leurs proches peut se manifester de la période d'investigation et de dépistage
jusqu'aux soins palliatifs et pendant le deuil.
Le doute et l'inquiétude s'emparent des personnes atteintes de cancer et de
leurs proches dès l'apparition des premiers symptômes et tout au long de la
période d'investigation. L'annonce du diagnostic provoque un état de choc
émotionnel et de stress intense qui peuvent jusqu'à faire oublier l'information
fournie par le médecin traitant ou l'infirmière. L'anxiété et la dépression
peuvent influencer le processus de guérison et la qualité de vie. À l'angoisse
provoquée par le diagnostic, peuvent s'ajouter des sentiments de culpabilité,
de honte, de perte d'estime de soi et même de rejet. Il est donc primordial que
les personnes atteintes et leurs proches reçoivent des soins humanisés et
respectueux.
Les proches (conjoints, enfants, parents et amis) éprouvent beaucoup de
souffrance face à la maladie et ont besoin d'un soutien psychologique
approprié au moment opportun. Ils ont besoin de savoir qu'ils peuvent obtenir
du soutien afin de prévenir l'épuisement physique et psychologique.
Les personnes atteintes de cancer et leurs proches ont besoin d'exprimer
leurs émotions, d'être écoutés, compris et rassurés afin d'éviter l'isolement et
ainsi mieux s'adapter à la maladie et à ses conséquences. Les interventions et
les ressources doivent être adaptées à leur réalité individuelle, culturelle,
spirituelle, géographique et collective afin qu'elles disposent des bons outils
pour faire face à la maladie et qu'on reconnaisse leurs forces et leurs
ressources internes.
C'est pourquoi plusieurs d'entre elles ont besoin de participer à des ateliers
créatifs ou à des ateliers de méditation, de musicothérapie, de thérapie par
l'art, etc.
L'ampleur et la récurrence des besoins psychoaffectifs donnent toute son
importance à une étroite collaboration entre les intervenants du réseau de la
santé, les ressources psychosociales et les différents groupes de soutien,
d'entraide et de bénévoles afin que les personnes atteintes puissent avoir accès
au soutien et à l'aide dont elles ont besoin.
LA PHASE CONCEPTUELLE
37
4. L’infirmières et les soins palliatifs :
A. Infirmier :
Etre infirmier ne veut pas dire simplement et uniquement maitriser des
savoirs faire et des pratiques de soins, mais veut dire essentiellement dispenser
aux patients des soins holistiques et prendre en compte toutes les dimensions
de sa vie « physiques, psychologiques, émotionnelles et sociales ».
L’infirmer est également la personne qui se caractérise par sa proximité et sa
permanence auprès des patients, en d’autres termes l’infirmier est le plus
proche du patient parce qu’il est tout le temps à ses côtés. Virginia Henderson
disait que « Dans la plupart des pays, l’on peut dire que l’infirmier est le seul à
offrir un service de 24 heures par jour à ceux qui en ont besoin. Pour cette
seule raison, elle est la mieux placée pour aider le malade à conserver le désir
de vivre, à s’adapter aux inconvénients de son état ou à mourir avec dignité
quand la mort est inévitable ».
B. Soins palliatif :
a. Définition de soin palliatif :
L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a reformulé en 2002 sa propre
définition : << Les soins palliatifs cherchent à améliorer la qualité de vie des
patients et de leur famille, face aux conséquences d'un maladie
potentiellement mortelle par la prévention et le soulagement de la souffrance,
identifiée précocement et évaluée avec précision ainsi que le traitement de la
douleur et des autres problèmes physique, psychologique et spirituels qui sont
liés. >>
En 1990, la Société Française d'Accompagnement et de soins Palliatifs (SFAP)
indique dans le Préambule de son statut que <<Les soins palliatifs sont des
soins actifs dans une approche globale de la personne atteinte d'une maladie
grave, évolutive ou terminale. Son objectif est de soulager les douleurs
physiques ainsi que les autres symptômes et de prendre en compte la
souffrance psychologique, sociale et spirituelle. >>
La loi du 9 juin 1999 visant à garantir le droit à l'accès aux soins palliatifs
donne la définition suivante : << Les soins palliatifs sont des soins actifs et
continus pratiqués par une équipe interdisciplinaire en institutions ou à
domicile. Ils visent à soulager la douleur, à apaiser la souffrance psychique, à
sauvegarder la dignité de la personne malade et à soutenir son entourage. >>
LA PHASE CONCEPTUELLE
38
Selon le Ministère de Santé Marocaine : << Les soins palliatifs (SP) visent
l'amélioration de la qualité de vie des patients et de leurs familles, face aux
conséquences d'une maladie potentiellement mortelle, par la prévention et le
soulagement de la souffrance, identifiée précocement et évaluée avec
précision ainsi que le traitement de la douleur et des autres problèmes
physiques, psychologiques et spirituels qui lui sont liés.>>
b. Pour quelles maladies:
Toutes les personnes atteintes d'une maladie grave ; évolutive ; mettant en
jeu le pronostic vital, en phase avancée ou terminale, prouvent bénéficier de
soin palliatifs et de l'accompagnement: personnes souffrant d'un cancer, du
sida, d'une maladie neurologique dégénérative (sclérose en plaque, maladie de
Parkinson, sclérose latérale amyotrophique, etc.), des suites d'un accident
vasculaire cérébral grave, de la maladie d'Alzheimer (ou autre démence), etc.
Les soins palliatifs concernent aussi les patients hospitalisés dans des
services de réanimation ou de soins intensifs lorsque l'évolution de la maladie
qui a nécessité l'admission dans ces services est défavorable et que l'objectif de
soins n'est plus la guérison. Enfin, ils s'adressent également aux patients âgés
dans des situations complexes de maladies multiples ou aux nouveau-nés avec
malformations néonatales.
c. À quels moments de la maladie :
Les soins palliatifs ne sont pas réservés aux malades en fin de vie. Ils sont mis
en place au cours de différentes périodes de la maladie.
Les soins palliatifs peuvent être pratiqués tôt dans la maladie, pour aider à
mieux la vivre et pour anticiper les difficultés qui pourraient survenir. Ils sont
alors associés à des traitements dont l'objectif est de guérir ou de ralentir
l'évolution de la maladie (chimiothérapie, radiothérapie, etc.). Dans ces
situations, les patients, qui ne sont pas forcément hospitalisés, peuvent
rencontrer les équipes de soins palliatifs lors de consultations ou en hôpital de
jour, et parfois de façon très ponctuelle, pour soulager certains symptômes
déclenchés par la maladie (douleur, asthénie, etc.).
Lorsque les traitements spécifiques comme la chimiothérapie n'apportent
plus de guérison ou de rémission durable, les soins palliatifs visent alors
prioritairement à améliorer la qualité de vie du patient.
LA PHASE CONCEPTUELLE
39
d. Domaine d'application des soins palliatifs :
Tous les professionnels de santé doivent être en mesure de pratiquer des
soins palliatifs, que ce soit au domicile, à l'hôpital ou en institution (maisons de
retraite, établissements médico-sociaux, foyers de vie, maisons d'accueil
spécialisées, etc.).
Dans certaines situations médicales ou sociales complexes, les
professionnels de santé qui suivent la personne malade peuvent toutefois avoir
besoin de faire appel à des structures ou à des dispositifs spécialisés en soins
palliatifs.
e. Les unités de soins palliatifs (USR) :
Ce sont des unités intégrées au sein d'hôpitaux, accueillant des patients dans
le cadre d'une hospitalisation conventionnelle. Elles offrent une prise en charge
pluridisciplinaire, de la personne malade et de son entourage. Elles assurent la
prise en charge des fins de vie particulièrement difficiles et le contrôle des
symptômes rebelles. Elles forment les professionnels de santé à cette approche
globale du patient en fin de vie et de sa famille, pour qu'ils puissent appliquer
ces connaissances sur leurs lieux d'exercice habituels. Elles développent une
recherche spécifique en soins palliatifs. La formation, l'aménagement des
locaux, l'utilisation de matériels spécifiques font de ces unités des structures
pilotes pour la formation des professionnels et la recherche. Ces unités sont
complémentaires des services qui accueillent des patients susceptibles de
relever de ce type de soins et qui continuent dans la majorité des cas à les
assurer. La création d'unités fixes est privilégiée dans les CHU, qui dans le cadre
de leur triple mission de soins/enseignement/recherche doivent contribuer à la
diffusion des connaissances en soins palliatifs.
f. Objectif et but des soins palliatifs :
L'objectif des soins palliatifs est d'améliorer la qualité de vie des personnes
malades, en soulageant leurs souffrances physique, psychique ou morale
pendant toute la durée de la maladie.
Le soulagement de la douleur et des symptômes gênants Prendre en charge
la douleur est une obligation législative et morale pour l'ensemble des
soignants, médicaux et non-médicaux. De nombreux médicaments à visée anti-
douleurs (antalgique) existent maintenant, en particulier la morphine et ses
dérivés. Utilisés de manière adaptée à chaque situation, ils sont le plus souvent
efficaces et bien tolérés.
LA PHASE CONCEPTUELLE
40
Un traitement antalgique bien conduit prend en charge la douleur ressentie
de manière permanente par le malade, ainsi que les douleurs ponctuelles
pouvant être provoquées par des soins par exemple.
Dans certains cas, pour être plus efficace dans la prise en charge de la
douleur, d'autres catégories de médicaments sont proposées pour soulager le
patient, en particulier des antidépresseurs ou des antiépileptiques.
L'évolution de la maladie ou les effets de certains traitements comme les
anticancéreux peuvent donner lieu à l'apparition de symptômes gênants:
fatigue, nausées, vomissements, troubles respiratoires, etc., qui doivent être
évalués et traités de manière rapide et efficace dans la mesure du possible.
LA PHASE CONCEPTUELLE
41
5. Relation soignant / soigné:
A. Relation soignant / soigné:
a. Relation:
Activité ou une situation dans laquelle plusieurs personnes sont susceptible
d'agir mutuellement les unes sur les autres. Ce sont des modalités pratiques,
concrètes par les quelles 2 ou plusieurs personnes communiquent ou se
fréquentent.
C'est un lien de dépendance ou d'influence réciproque dans quelques
domaines que ce soit.
b. Soignant :
Un soignant est une personne qui donne des soins, ainsi le mot soignant
désigne l'ensemble de (2) l'équipe pluridisciplinaire qui entoure le patient
(médecin. infirmier. Aide-soignant)
c. Le soigné :
Personne qui reçoit des soins.
B. Les caractéristiques de la relation soignant / soigné :
Caractéristiques de la relation soignant/ soigné :
 Attention de ne pas être soignant face à un soigné. On est dans des
relations entre sexes différents socialisés différemment.
 Relation de corps à corps.
 Relation qui s'inscrit dans une temporalité : il y a un début et une fin.
 Relation de dépendance du soigné vis-à-vis du soignant.
 Relation d'inégalité et d'espérance qui a de fortes analogies avec la
relation parent / enfant : on parle de mouvement transférentiel.
 Relation soignant / soigné c'est la rencontre d'une double souffrance.
La question de la souffrance des soignants à longtemps était taboue.
C'est un résultat qui ressort de toutes les études sur l'hôpital mais ce
résultat n'a pas toujours été pris en compte. Depuis 2006 il existe un
observatoire de la souffrance des soignants.
LA PHASE CONCEPTUELLE
42
C. Différents types de relations :
a. Relation de dépendance :
C'est une relation de hiérarchie.
C'est un contrat implicite entre soignant et soigné dans lequel ce dernier
consent régression, soumission et privation en échange de protection, sécurité
et bien être. C'est une relation qui rentre dans le cadre de la chartre du patient
hospitalisé. Il faut distinguer la dépendance psychique de la dépendance
physique, en sachant que l'une peut conduire à l'autre. Certains patients vont
rechercher activement cette dépendance car ils vont y retrouver des
gratifications régressives (voir son corps être la préoccupation de l'autre).
D'autres patients en revanche vont fuir cette dépendance, ils vont vivre les
soins de manière intrusive car ça les dévalorise et dégrade leur image.
Il existe 2 formes de relations de dépendance:
- la forme naturelle : le patient dépend de son soin et le soignant répond à la
demande d'aide
- la forme pathologique : est un type de relation qui sabote l'autonomie de la
Personne et on dit que le glissement de la première forme naturelle à la
deuxième vient d'une réponse excessive du soignant. Cette réponse excessive
peut conduire au maternage.
b. La relation de maternage :
Elle est incarnée par l'infirmière, la femme.
La relation de maternage est un ensemble de soins corporels donnés à une
personne dans un climat protecteur et affectif qui évoque le comportement
d'une mère à l'égard de son enfant. WINNICOT dit que quand on est vieux on
veut revivre une relation de maternage.
Le maternage induit des états régressifs qui risquent d'infantiliser le patient.
c. Relation thérapeutique :
On dit que la demande du patient est d'abord opératoire (diagnostic,
traitement) et que derrière tout besoin exprimé par le soigné il y a une
demande d'amour. Toute demande du patient à notre égard nous investit d'un
pouvoir énorme.
LA PHASE CONCEPTUELLE
43
La relation d'aide permet d'apporter réconfort au patient, elle passe par une
étude attentive de la part du soignant et par une attitude empathique. Elle ne
peut débuter sans la relation de confiance qui permet au patient d'exprimer ses
affects. Cette relation fait partie du rôle propre des infirmiers. L'empathie est
quelque chose qui s'apprend. Selon Carl Rogers l'état empathique consisté
percevoir avec précision le cadre de référence interne de l'autre ainsi que les
composantes émotionnelles et les significations qui lui sont propres comme si
on était cette personne. Sans jamais perdre de vue le «< comme si >>. Si l'on
perd de vue cette condition essentielle du «< comme si >> il y a un risque
d'identification. On n'est pas dans la fusion, dans la contagion émotionnelle ça
doit être une compréhension intellectuelle.
L'attitude empathique est une attitude sans jugement.
La relation d'aide thérapeutique est une technique de soin sur prescription
médicale.
Du soigné n'est envisagé comme objet de soin mais lorsque le soigné est
gêné, c'est-à-dire que son corps est sujet de soin, alors le soignant est gêné
aussi.
d. Relation éducative :
Le soignant a pour rôle de dire ce qu'il faut faire et le soigné de mettre en
œuvre ce qui lui est dit. Cette relation a pour but l'éducation, la formation et le
développement d'une personne, elle est synonyme de relation pédagogique.
Elle est inscrite dans le décret des soins infirmiers.
e. Relation coopérative :
Elle situe les personnes sur un plan d'égalité regroupées et associées autour
d'un but commun, il s'agit d'aider autrui à prendre une décision en la
recherchant avec lui. On dit que c'est une relation d'accompagnement ou
chaque partenaire à un rôle actif mais pas interchangeable.
On doit provoquer une interaction susceptible de favorise facilitation,
satisfaction et indépendance avec ce bémol c'est que l'info que l'on va apporter
au patient on va l'apporter à un patient qui vit des choses différentes de nous,
qui a des affects.
LA PHASE CONCEPTUELLE
44
f. Relation d’autorité :
C'est la capacité d'une personne occupant une position hiérarchique ou
possédante une compétence reconnue d'obtenir de la part de ses
collaborateurs et de ses subordonnés une obéissance aux ordres sans avoir à
utiliser de violence. C'est une relation de pouvoir et d'influence. Résignation,
agressivité, révolte, dépendance et régression.
Conséquences sur le soigné lorsqu'on a des attitudes trop autoritaires:
passivité,
Avoir de l'autorité c'est devenir auteur de soi même dans le sens de
s'autoriser à. Et s'est permettre aux autres de devenir auteur d'eu même c'est-
à-dire d'acquérir la responsabilité de leurs actes, d'être autonome et d'acquérir
progressivement eux-mêmes de l'autorité.
i. La relation de confiance :
Base de toute relation, la confiance est définit par Santin A, comme la : << foi
en quelque chose, en quelqu'un se fier à car il s'agit bien de cela : se fier à un
autre, à l'inconnu, se confier pleinement >>.
45
Chapitre 2 :
Chapitre 2 :
La phase
méthodologique
LA PHASE MÉTHODOLOGIQUE
46
I. Lieu de recherche
Notre étude a été réalisée au niveau de centre d’oncologie Lalla Salma, situé
à l'Hôpital Moulay Ismail à Meknès.
La Fondation Lalla Salma de lutte contre le Cancer a adopté une démarche
participative et multidimensionnelle pour cerner la problématique du cancer.
La Fondation, reconnue d’utilité publique, ne se substitue en effet à aucun
intervenant, public, privé ou associatif. Elle œuvre, aux côtés de tous ses
partenaires, à la mise en place d’un dispositif national de lutte contre le cancer,
s’inspirant pour cela des meilleures pratiques dans le domaine.
En juin 2014, l’altesse Royale la Princesse Lalla Salma, Présidente de la «
Fondation Lalla Salma - Prévention et traitement des cancers », a procédé à
l’inauguration du nouveau centre d’oncologie régional de la ville de Meknès,
situé dans l’enceinte de l’hôpital Moulay Ismail.
Ce centre d’oncologie a pour mission la prise en charge spécialisée des
cancers pour la population de Fès- Meknès. Sa construction et son équipement
s’inscrivent dans le cadre du partenariat développé entre la Fondation Lalla
Salma, le Ministère de la Santé, la Wilaya et les conseils élus de la Région
concernée.
Cette structure regroupe six entités, en plus de l’administration et des
services généraux :
 Une unité de consultation ;
 Une unité de traitement de radiothérapie ;
 Une unité de chimiothérapie hôpital de jour ;
 Une unité de pharmacie ;
 Un service d’hospitalisation de chimiothérapie ;
 Un service d’hospitalisation de radiothérapie.
Les différentes unités de ce centre d’oncologie permettront d’accueillir plus
de 2 000 patients par an. D’une superficie totale de 5 400 m², la construction a
nécessité 18 mois de travaux, et le coût total du projet est de 56 millions de
Dirhams.
La construction de ce centre rentre dans le cadre du plan national de
prévention et de contrôle du cancer ; il vient compléter le schéma de l’offre de
soins en oncologie dans la région Fès-Meknès; ainsi tous les malades atteints
LA PHASE MÉTHODOLOGIQUE
47
de cancers qui étaient auparavant référés pour une prise en charge à Fès ou à
Rabat seront traités dans ce centre régional. (Fondation LALLA SALMA)
II. Méthode de recherche :
Nous avons utilisé la méthode descriptive.
III. Période de la recherche :
Notre recherche est commencée au mois de mars 2023, et a pris fin au mois
d'Avril de la même année.
IV. Echantillonnage:
Vu le nombre réduit du personnelles (20 infirmiers au total), nous avons
décidé de prendre tous les infirmiers de santé publique comme échantillon
ciblé, cette population représente 100% du personnelles.
V. Population ciblée :
Tous les personnels soignants en nombre de 14infirmiers (es) qui exercent
au niveau de centre d'oncologie Lalla Salma à Meknès.
VI. Outil d'investigation:
Pour l'élaboration de notre étude de recherche nous avons choisi comme
outil de recherche le questionnaire, pour le personnel infermièr est composé
de 19 questions; dont on trouve des questions fermées et des autres ouvertes.
48
Chapitre 3 :
La phase
empirique
LA PHASE EMPIRIQUE
49
I. Présentation et analyse des données :
Question 01 : Quel est votre sexe ?
Présentation Tabulaire :
Sexe Effectif Pourcentage
Femme 12 60%
Homme 8 40%
Total 20 100%
Présentation graphique :
Commentaire : D'après le tableau ci-dessus on remarque que :
 60% des infirmiers Féminins
 40% des infirmiers masculins
Femme
Homme
SEXE
Femme
Homme
LA PHASE EMPIRIQUE
50
Question 02 : Quel est votre âge ?
Présentation Tabulaire :
Age Effectif Pourcentage %
20 à 30 ans 4 20%
31 à 40 ans 9 45%
Plus de 41 ans 7 35%
Total 20 100%
Présentation graphique :
Commentaire : D'après le tableau ci-dessus on remarque que:
 20% ont l'âge entre de 20à 30 ans.
 45% ont l'âge entre de 31 à 40 ans.
 35% ont l'âge plus de 41 ans.
20 à 30 ans
31 à 40 ans
Plus de 41 ans
AGE
20 à 30 ans
31 à 40 ans
Plus de 41 ans
LA PHASE EMPIRIQUE
51
Question 03 : Quel est votre filière?
Présentation Tabulaire :
Filières Effectif Pourcentage %
IP 11 55%
IA 6 30%
AS 3 15%
Total 20 100%
Présentation graphique :
Commentaire : D'après le tableau ci-dessus on remarque que les filières des
personnels sont:
 55% des personnelles sont des IP.
 30% des personnelles sont des IA.
 15% des personnelles sont des AS.
IP
IA
AS
FILIÈRES
IP
IA
AS
LA PHASE EMPIRIQUE
52
Question 04 : Votre ancienneté ?
Présentation Tabulaire :
Ancienneté Effectif Pourcentage %
moins de 5 ans 9 45%
6 à 10 ans 7 35%
plus de 11 ans 4 20%
Total 20 100%
Présentation graphique :
Commentaire : D'après le tableau ci-dessus on remarque que l'ancienneté :
 45% des personnels infirmiers ont une expérience de moins de 5 ans.
 20% ont l'âge entre de 6 et 10 ans.
 35% ont l'âge plus de 11 ans.
moins de 5 ans
6 à 10 ans
plus de 11 ans
ANCIENNETÉ
moins de 5 ans
6 à 10 ans
plus de 11 ans
LA PHASE EMPIRIQUE
53
Question 05 : Depuis quand travaillez-vous dans ce service ?
Présentation Tabulaire :
Travaille en service Effectif Pourcentage %
De 5 à 10 ans 11 55%
plus de 11 ans 9 45%
Total 20 100%
Présentation graphique :
Commentaire : D'après le tableau ci‑dessus, le personnel infirmier a de
l'ancienneté dans ce service :
 55% des personnelles ont une expérience dans le domaine paramédicale
entre 5 et 10 ans.
 45% des personnelles ont une expérience au de la de 11 ans.
De 5 à 10 ans
plus de 11 ans
TRAVAILLE EN SERVICE
De 5 à 10 ans
plus de 11 ans
LA PHASE EMPIRIQUE
54
Question 06 : Avez-vous assisté à une formation en soutien psychologique ?
Présentation Tabulaire :
Réponse Effectif Pourcentage %
Oui 9 45%
Non 11 55%
Total 20 100%
Présentation graphique :
Commentaire : D'après le tableau ci-dessus on remarque que l'ancienneté :
 45 % des infirmières ont été formées au soutien psychologique.
 55% des infirmières sont sans formation en soutien psychologique.
Oui
Non
FORMÉE EN SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE
Oui Non
LA PHASE EMPIRIQUE
55
Connaissance sur le soutien psychologique :
Question 07 : Est-ce que le soutien psychologique à un rôle important pour
soulager la douleur ?
Présentation Tabulaire :
Réponse Effectif Pourcentage %
Oui 16 80%
Non 4 20%
Total 20 100%
Présentation graphique :
Commentaire : D'après le tableau ci-dessus on remarque que
 80% des infirmières répondre que le soutien psychologique a un rôle
important dans la diminution de la douleur.
 20% des infirmières répondaient que le soutien psychologique n’est pas
important dans la diminution de la douleur.
Oui
Non
LE ROLE DU SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE
Oui Non
LA PHASE EMPIRIQUE
56
Question 08 : Est-ce que le malade cancéreux a besoin d’un soutien
psychologique ?
Présentation Tabulaire :
Réponse Effectif Pourcentage %
Oui 20 100%
Non 0 0%
Total 20 100%
Présentation graphique :
Commentaire : D'après le tableau ci-dessus on remarque que:
 100% des infirmières répondre que le malade cancéreux a besoin d'un
soutien psychologique.
Oui
Non
LE BESOIN D'UN SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE
Oui Non
LA PHASE EMPIRIQUE
57
Question 09 : En tant qu’infirmière, est-ce que vous participez à la prise en
charge psychologique des patients ?
Présentation Tabulaire :
Réponse Effectif Pourcentage %
Oui 12 60%
Non 8 40%
Total 20 100%
Présentation graphique :
Commentaire : D'après le tableau ci-dessus on remarque que:
 60% des infirmières sont concernés par la prise en charge psychologique
des patients.
 40% des infirmières ne sont pas concernés par la prise en charge
psychologique des patients.
Oui
Non
RELATION DE L'INFIRMIER AVEC LE SOUTIEN
PSYCHOLOGIQUE
Oui Non
LA PHASE EMPIRIQUE
58
Question 10 : La prise en charge psychologique a-t-elle un intérêt sur l'état
général du patient?
Présentation Tabulaire :
Réponse Effectif Pourcentage %
Oui 16 80%
Non 4 20%
Total 20 100%
Présentation graphique :
Commentaire : D'après le tableau ci-dessus on remarque que :
 80% des infirmières on dit que la prise en charge psychologique a un
intérêt pour l'état général du patient.
 20% des infirmières on dit que la prise en charge psychologique n’a pas
d’intérêt pour l'état général du patient.
Oui
Non
L'INTÉRET DE LA PEC PSYCHOLOGIQUE
Oui Non
LA PHASE EMPIRIQUE
59
Question 11 : La psychothérapie est-elle un moyen de soulager la douleur
chez un patient?
Présentation Tabulaire :
Réponse Effectif Pourcentage %
Oui 6 30%
Non 14 70%
Total 20 100%
Présentation graphique :
Commentaire :
30% des personnels on dit que psychothérapie est un moyen de soulager la
douleur chez un patient cancéreux.
70% des personnels on dit que psychothérapie n’est pas un moyen de
soulager la douleur chez un patient cancéreux. Car cette douleur est intense et
elle est insupportable.
Oui
Non
LA PSYCHOTHÉRAPIE ET LA DOULEUR
Oui Non
LA PHASE EMPIRIQUE
60
Question 12 : Savez-vous que l’accueil est la pierre angulaire de la prise en
charge psychologique de patient atteint du cancer de prostate?
Présentation Tabulaire :
Réponse Effectif Pourcentage %
Oui 18 90%
Non 2 10%
Total 20 100%
Présentation graphique :
Commentaire :
La majorité (90%) des personnelles infirmeries ont dit que l'accueil est la
pierre angulaire de la prise en charge psychologique de patient atteint du
cancer.
Un petit Pourcentage (10%) répondu par non.
Oui
Non
L'IMPOTANT DE L'ACCUEIL DANS LA PEC
PSYCHOLOGIQUE
Oui Non
LA PHASE EMPIRIQUE
61
Question 13 : Savez-vous que communiquer avec le patient facilite le prise en
charge de celui-ci ?
Présentation Tabulaire :
Réponse Effectif Pourcentage %
Oui 15 75%
Non 5 25%
Total 20 100%
Présentation graphique :
Commentaire :
La majorité des personnelles infirmières (75%) ont dit oui, la communication
avec le patient facilite la prise en charge de celui-ci.
Et un petit pourcentage (25%) répondu par non. À cause des fausse aider sur
le cancer de la prostate.
Oui
Non
L'IMPORTANT DE LA COMMINICATION
Oui Non
LA PHASE EMPIRIQUE
62
Question 14 : Est-ce que la prise en charge psychologique construit un lien
moral infirmier patient atteint du cancer de prostate ?
Présentation Tabulaire :
Réponse Effectif Pourcentage %
Oui 10 50%
Non 10 50%
Total 20 100%
Présentation graphique :
Commentaire : Selon les chiffres, les réponses sont égales :
 50% répondu par oui.
 50% répondu par non.
Oui
Non
CONSTRUCTION D'UN LIEN MORAL
INFIRMIER PATIENT
Oui Non
LA PHASE EMPIRIQUE
63
Question 15 : Est-ce que la prise en charge psychologique construit en
confiance mutuelle infirmier patient attient du cancer de prostate ?
Présentation Tabulaire :
Réponse Effectif Pourcentage %
Oui 13 65%
Non 7 35%
Total 20 100%
Présentation graphique :
Commentaire :
La majorité (65%) des infirmières ont dit oui, construit la prise en charge
psychologique de confiance mutuelle entre les infirmières et le patient atteint
du cancer de la prostate.
Et (35%) restant d'infirmières a répondu par non.
Oui
Non
LA CONFIANCE MUTUELLE INFIRMIÈRE
PATIENT POUR LA PEC PSYCHOLOGIQUE
Oui Non
LA PHASE EMPIRIQUE
64
Question 16 : Est- ce que la prise en charge psychologique a un temps limité?
Présentation Tabulaire :
Réponse Effectif Pourcentage %
Oui 0 0%
Non 20 100%
Total 20 100%
Présentation graphique :
Commentaire : D'après le tableau ci-dessus on remarque que:
 100% des infirmières répondre que la prise en charge psychologique
n’est pas du temps limité.
Oui
Non
DURÉE DE PEC PSYCHOLOGIQUE
Oui Non
LA PHASE EMPIRIQUE
65
Question 17 : Trouvez-vous des difficultés dans la prise en charge
psychologique du patient atteint cancer de prostate ?
Présentation Tabulaire :
Réponse Effectif Pourcentage %
Oui 11 55%
Non 9 45%
Total 20 100%
Présentation graphique :
Commentaire :
La plupart des infirmières (55%) ont répondus qu'ils sont des difficultés dans
la prise en charge psychologique pour les patients atteint de cancer.
Alors que (45%) d'un infirmier (es) ont répondus non.
Oui
Non
DIFFICULTÉS DANS LA PRISE EN CHARGE
PSYCHOLOGIQUE
Oui Non
LA PHASE EMPIRIQUE
66
Question 18 : Est-ce que le soin palliatif a un rôle pour le traitement ?
Présentation Tabulaire :
Réponse Effectif Pourcentage %
Oui 19 95%
Non 1 5%
Total 20 100%
Présentation graphique :
Commentaire :
La majorité (95%) des infirmières ont dit oui, le soin palliatif à un rôle très
important dans le traitement.
Et il est resté un petit pourcentage d'infirmières ne dépassent pas (5%) ont
répondu non.
Oui
Non
LE SOIN PALLIATIFS ET LE TRAITEMANT
Oui Non
LA PHASE EMPIRIQUE
67
Question 19 : si vos aura l'occasion d’améliorer votre compétence
concernant le soutien psychologique, devez-vous le faire?
Présentation Tabulaire :
Réponse Effectif Pourcentage %
Oui 17 85%
Non 3 15%
Total 20 100%
Présentation graphique :
Commentaire :
La majorité (85%) des infirmières ont dit oui, parce que la science se
développe et la recherche ne s'arrête pas.
Alors que (15%) d'un infirmier (es) ont répondus non.
Oui
Non
AMÉLIORATION DES COMPÉTENCE
Oui Non
LA PHASE EMPIRIQUE
68
II. Synthèse globale:
À partir de notre recherche on a trouvé que L’infirmier spécialisé en
oncologie a pour objectif d’améliorer ou de rétablir la santé des patients
souffrant de maladies cancéreuses.
Il accompagne les patients et leurs familles aux différents stades de la
maladie (phases de prévention, de guérison et de soins palliatifs). Dans ce
cadre, l’infirmier constitue un soutien psychologique et aide le patient à divertir
sa maladie, à se rétablir ou à défaut, l’accompagne face à la mort dans les
meilleures conditions possibles.
L’infirmier en oncologie a également un rôle relationnel très important. Il est
la personne-ressource qui informe le patient et sa famille sur les soins
prodigués, les examens programmés, les traitements mis en place et leurs
effets secondaires. Il est le garant du respect des décisions du patient en ce qui
concerne sa propre santé.
LA PHASE EMPIRIQUE
69
III. Suggestions :
Pour donner une valeur ajoutée à notre travail de fin d'étude, nous
proposons les solutions suivantes :
✓ Mètre en place une zone d'accueil spécialise de cancer.
✓ Formation continue et dynamique (séminaire) de personnel sur la
psychologie.
✓ Formation de l’infirmières spécialisée dans le domaine d'oncologie.
70
Conclusion
CONCLUSION
71
Le patient cancéreux nécessite une prise en charge psychologique d'autant
plus que le cancer est une maladie mettant en jeu (à plus ou moins long terme)
le pronostic vital, qu'il s'accompagne le plus souvent de traitements pénibles et
que dans l'imaginaire collectif, son image est déplorable.
Cette prise en charge doit être assurée pendant toute la durée de la maladie
par la profession médicale et l'équipe soignante.
Ensuite, après l'analyse des résultats globale, nous constatons que la
majorité des infirmiers de centre d'oncologie LALLA SALMA et d'outre
population confirme que les :
La totalité des infirmières confirment que le rôle infirmières est très
important dans le soutien psychologique des patients atteint de cancer de la
prostate.
72
Bibliographique :
Les Dictionnaires :
 Larousse médical, France cedex 06, 2003
 Larousse Médicale
Le site :
 http://www.infirmiers.com/etudiants-en-ifsi/cours/les-soins-palliatifs.
 http://users.skynet.be/catherine.lasseaux/claudine/generalites/accueil
 www.e-cancer.fr> Qualité de vie/Douleur et cancer - Douleur | Instit
 www.cedrin.net/ La psychothérapie: ses méthodes et techniques
 https://www.who.int/fr
 https://www.academie-medecine.fr/le-dictionnaire/index.php?q
Les Mémoires :
 L'intérêt de la prise en charge psychologique pour diminuer la douleur
chez un patient atteint de cancer.
 La prise en charge psychologique dans le processus des soins
anticancéreux des patientes ayant un cancer du sein.
 Rôle de l'ide devant un malade opérer pour adénome de la prostate.
Journal scientifique :
 Dépistage du cancer de la prostate en France (J.-F. Morère, C.
Touboul ELSEVIER 2020.
 Psychologie de la santé et cancers (F. Cousson-Géliea, F. Sordes-Ader)
ELSEVIER 2012.
 Guide pratique des soins infirmiers en oncologie. (Fondation LALLA
SALMA) Edition 2021
 PLAN NATIONAL DU CANCER DE PRÉVENTION ET DE CONTRÔLE 2020
– 2029 (Fondation LALLA SALMA)
 Recommandation en onco-urologie du CCAFU : cancer de la prostate.
(Salomon L et al.) ELSEVIER 2013.
 Société canadienne du cancer, 2017.
 G.P. Haas et Al. ,2009.
73
Annexes :
Questionnaire destine aux personnels infirmiers exerçant au niveau
de centre d’oncologique LALLA Salma à Meknès.
Ce questionnaire s’inscrit dans une problématique de recherche relative
au :
Thème :
Le rôle infirmier dans le soutien psychologique devant le cancer de la
prostate
Nous vous prions de vouloir contribuer a cet effort pour que notre travail
soit le plus authentique possible votre opinion sur les questions est très
importante
Nous Vous informons qu’il s’agit d’un questionnaire anonyme.
Nous vous remercions d’avances pour votre contribution :
Etablissement : Hôpital Molay
Ismail
Service : Centre d’oncologie
LALLA Salma
74
Les questions : Cochez la ou les bonne(s) réponse(s)
1- Sexe : H F
2- Age : de 20 à 30 ans de 31 à 40 ans Plus de 41 ans
3-Filiere : IP IA AS
4-Ancienneté : (-) de 5 ans entre 6 et 10 ans (+) de 11 ans
5- Depuis quand travaillez-vous dans ce service ?
Entre 5 et 10 ans plus 11 ans autres
6- Avez-vous assisté à une formation en soutien psychologique?
Oui Non
7-Est-ce que le soutien psychologique a un rôle pour soulager la douleur ?
Oui Non
8-Est ce que le malade cancéreux a besoin d’un soutien psychologique ?
Oui Non
9- En tant qu'infirmière, est-ce que vous participez à la prise en charge
psychologique des patients?
Oui Non
10- La prise en charge psychologique a-t-elle un intérêt sur l'état général
du patient?
Oui Non
11- La psychothérapie est-elle un moyen de soulager la douleur chez un
patient?
Oui Non
Si non, justifier …………………………………………………………..
12- Savez-vous que l’accueil est la pierre angulaire de la prise en charge
psychologique de patient atteint du cancer de prostate ?
Oui Non
13-Savez-vous que communiquer avec le patient facilite le prise en charge
de celui-ci ?
75
Oui Non
Si non, justifier ……………………………………………………………..
14-Est-ce que la prise en charge psychologique construit un lien moral
infirmier patient atteint du cancer de prostate ?
Oui Non
15-Est-ce que la prise en charge psychologique construit en confiance
mutuelle infirmier patient attient du cancer de prostate ?
Oui Non
16- Est- ce que la prise en charge psychologique a un temps limité ?
Oui Non
17-Trouvez-vous des difficultés dans la prise en charge psychologique du
patient atteint cancer de prostate ?
Oui Non
18-Est-ce que le Soin palliatif a un rôle pour le traitement ?
Oui Non
19- si vos aura l'occasion d’améliorer votre compétence concernant le
soutien psychologique, devez-vous le faire?
Oui Non
Justifier………………………………………………………………….

Contenu connexe

Tendances

PLAN DE SOINS INFIRMIERS EXAMPLES en pratique (3).docx
PLAN DE SOINS INFIRMIERS EXAMPLES  en pratique (3).docxPLAN DE SOINS INFIRMIERS EXAMPLES  en pratique (3).docx
PLAN DE SOINS INFIRMIERS EXAMPLES en pratique (3).docx
RBGroup
 
Les coûts de maintenance
Les coûts de maintenanceLes coûts de maintenance
Les coûts de maintenance
Mouhcine Nahal
 
Demande de stage
Demande de stageDemande de stage
Demande de stage
diadiallo
 
La profession infirmière.
La profession infirmière.La profession infirmière.
La profession infirmière.
Réseau Pro Santé
 
Decret carte sanitaire (2)
Decret carte sanitaire (2)Decret carte sanitaire (2)
Decret carte sanitaire (2)
AZOUZ HASNAOUI
 
Liste des 200 qcm hygiene hospitaliere
Liste des  200 qcm hygiene hospitaliereListe des  200 qcm hygiene hospitaliere
Liste des 200 qcm hygiene hospitaliere
AminaDaoudi4
 

Tendances (20)

PLAN DE SOINS INFIRMIERS EXAMPLES en pratique (3).docx
PLAN DE SOINS INFIRMIERS EXAMPLES  en pratique (3).docxPLAN DE SOINS INFIRMIERS EXAMPLES  en pratique (3).docx
PLAN DE SOINS INFIRMIERS EXAMPLES en pratique (3).docx
 
Recrutement
Recrutement Recrutement
Recrutement
 
Les coûts de maintenance
Les coûts de maintenanceLes coûts de maintenance
Les coûts de maintenance
 
Gestion unite de soins chnitef abdelhaq-hsr-rabat
Gestion unite de soins chnitef abdelhaq-hsr-rabatGestion unite de soins chnitef abdelhaq-hsr-rabat
Gestion unite de soins chnitef abdelhaq-hsr-rabat
 
Role de l'infirmier bloc.ppt
Role de l'infirmier bloc.pptRole de l'infirmier bloc.ppt
Role de l'infirmier bloc.ppt
 
Demande de stage
Demande de stageDemande de stage
Demande de stage
 
remerciement mémoire 6 exemples word télécharger www.bit.ly/3eZWRAC
remerciement mémoire 6 exemples word télécharger www.bit.ly/3eZWRACremerciement mémoire 6 exemples word télécharger www.bit.ly/3eZWRAC
remerciement mémoire 6 exemples word télécharger www.bit.ly/3eZWRAC
 
Gestion hospitaliere
Gestion hospitaliereGestion hospitaliere
Gestion hospitaliere
 
Rapport de mini stage génie industriel
Rapport de mini stage génie industrielRapport de mini stage génie industriel
Rapport de mini stage génie industriel
 
Rapport de stage de chirurgie et obstétrique réalisé à l'HGR MWANGEJI, Premie...
Rapport de stage de chirurgie et obstétrique réalisé à l'HGR MWANGEJI, Premie...Rapport de stage de chirurgie et obstétrique réalisé à l'HGR MWANGEJI, Premie...
Rapport de stage de chirurgie et obstétrique réalisé à l'HGR MWANGEJI, Premie...
 
La profession infirmière.
La profession infirmière.La profession infirmière.
La profession infirmière.
 
Exemple de rapport ecrit
Exemple de rapport ecritExemple de rapport ecrit
Exemple de rapport ecrit
 
Rapport de microbiologie
Rapport de microbiologieRapport de microbiologie
Rapport de microbiologie
 
Decret carte sanitaire (2)
Decret carte sanitaire (2)Decret carte sanitaire (2)
Decret carte sanitaire (2)
 
Les systèmes de sante dans le monde [mode de compatibilité]
Les systèmes de sante dans le monde [mode de compatibilité]Les systèmes de sante dans le monde [mode de compatibilité]
Les systèmes de sante dans le monde [mode de compatibilité]
 
Echo (ext)
Echo (ext)Echo (ext)
Echo (ext)
 
Embryologie 01
Embryologie 01Embryologie 01
Embryologie 01
 
Liste des 200 qcm hygiene hospitaliere
Liste des  200 qcm hygiene hospitaliereListe des  200 qcm hygiene hospitaliere
Liste des 200 qcm hygiene hospitaliere
 
Le Tutorat en formation paramédicale
 Le Tutorat en formation paramédicale Le Tutorat en formation paramédicale
Le Tutorat en formation paramédicale
 
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalentsExam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
 

Similaire à PFE final-3.pdf

l’évaluation des connaissances, infirmières sur hypertrophie bénigne de la pr...
l’évaluation des connaissances, infirmières sur hypertrophie bénigne de la pr...l’évaluation des connaissances, infirmières sur hypertrophie bénigne de la pr...
l’évaluation des connaissances, infirmières sur hypertrophie bénigne de la pr...
RBGroup
 
Thèse coopération mu oi
Thèse coopération mu oiThèse coopération mu oi
Thèse coopération mu oi
nicolas ribet
 
Thèse pierre schoch
Thèse pierre schochThèse pierre schoch
Thèse pierre schoch
Dental Life
 
Kcbronchique no napetitescellules
Kcbronchique no napetitescellulesKcbronchique no napetitescellules
Kcbronchique no napetitescellules
Patou Conrath
 
Evaluation posturale et morpho fonctionnelle du pied chez des patients lombal...
Evaluation posturale et morpho fonctionnelle du pied chez des patients lombal...Evaluation posturale et morpho fonctionnelle du pied chez des patients lombal...
Evaluation posturale et morpho fonctionnelle du pied chez des patients lombal...
Franco Ovidi
 
Travail de fin d'études: "Mise au point d'un test de croissance cellulaire pe...
Travail de fin d'études: "Mise au point d'un test de croissance cellulaire pe...Travail de fin d'études: "Mise au point d'un test de croissance cellulaire pe...
Travail de fin d'études: "Mise au point d'un test de croissance cellulaire pe...
Martin Lemaire
 
Apport des-minivis-dans-le-traitement-des-dysmorphoses-de-classe-ii
Apport des-minivis-dans-le-traitement-des-dysmorphoses-de-classe-iiApport des-minivis-dans-le-traitement-des-dysmorphoses-de-classe-ii
Apport des-minivis-dans-le-traitement-des-dysmorphoses-de-classe-ii
imenecher
 
Programme jifa 2014 11122013
Programme jifa 2014 11122013Programme jifa 2014 11122013
Programme jifa 2014 11122013
sfa_angeiologie
 
LES GOUTTIERES OCCLUSALES : INTERETS EN PPA
LES GOUTTIERES OCCLUSALES : INTERETS EN PPALES GOUTTIERES OCCLUSALES : INTERETS EN PPA
LES GOUTTIERES OCCLUSALES : INTERETS EN PPA
Wassim Bangagi
 
Hypertension artérielle
Hypertension artérielle Hypertension artérielle
Hypertension artérielle
Egn Njeba
 
Programme jifa 2014 05 12-2013 xp8
Programme jifa 2014 05 12-2013 xp8Programme jifa 2014 05 12-2013 xp8
Programme jifa 2014 05 12-2013 xp8
sfa_angeiologie
 

Similaire à PFE final-3.pdf (20)

163-2015.pdf
163-2015.pdf163-2015.pdf
163-2015.pdf
 
l’évaluation des connaissances, infirmières sur hypertrophie bénigne de la pr...
l’évaluation des connaissances, infirmières sur hypertrophie bénigne de la pr...l’évaluation des connaissances, infirmières sur hypertrophie bénigne de la pr...
l’évaluation des connaissances, infirmières sur hypertrophie bénigne de la pr...
 
Thèse coopération mu oi
Thèse coopération mu oiThèse coopération mu oi
Thèse coopération mu oi
 
Thèse pierre schoch
Thèse pierre schochThèse pierre schoch
Thèse pierre schoch
 
Kcbronchique no napetitescellules
Kcbronchique no napetitescellulesKcbronchique no napetitescellules
Kcbronchique no napetitescellules
 
Evaluation posturale et morpho fonctionnelle du pied chez des patients lombal...
Evaluation posturale et morpho fonctionnelle du pied chez des patients lombal...Evaluation posturale et morpho fonctionnelle du pied chez des patients lombal...
Evaluation posturale et morpho fonctionnelle du pied chez des patients lombal...
 
Etude pansement versus absence de pansement dr a baby oct 2011
Etude pansement versus absence de pansement dr a baby oct 2011Etude pansement versus absence de pansement dr a baby oct 2011
Etude pansement versus absence de pansement dr a baby oct 2011
 
Comparaison des Profils des Alvéolites Lymphocytaires en Immunocytochimie et ...
Comparaison des Profils des Alvéolites Lymphocytaires en Immunocytochimie et ...Comparaison des Profils des Alvéolites Lymphocytaires en Immunocytochimie et ...
Comparaison des Profils des Alvéolites Lymphocytaires en Immunocytochimie et ...
 
Prescriptions en odontologie pediatrique
Prescriptions en odontologie pediatriquePrescriptions en odontologie pediatrique
Prescriptions en odontologie pediatrique
 
Travail de fin d'études: "Mise au point d'un test de croissance cellulaire pe...
Travail de fin d'études: "Mise au point d'un test de croissance cellulaire pe...Travail de fin d'études: "Mise au point d'un test de croissance cellulaire pe...
Travail de fin d'études: "Mise au point d'un test de croissance cellulaire pe...
 
La médecine traditionnelle algérienne contre la COVID 19
La médecine traditionnelle algérienne contre la COVID 19La médecine traditionnelle algérienne contre la COVID 19
La médecine traditionnelle algérienne contre la COVID 19
 
rapport final
rapport finalrapport final
rapport final
 
Apport des-minivis-dans-le-traitement-des-dysmorphoses-de-classe-ii
Apport des-minivis-dans-le-traitement-des-dysmorphoses-de-classe-iiApport des-minivis-dans-le-traitement-des-dysmorphoses-de-classe-ii
Apport des-minivis-dans-le-traitement-des-dysmorphoses-de-classe-ii
 
Programme jifa 2014 11122013
Programme jifa 2014 11122013Programme jifa 2014 11122013
Programme jifa 2014 11122013
 
LES GOUTTIERES OCCLUSALES : INTERETS EN PPA
LES GOUTTIERES OCCLUSALES : INTERETS EN PPALES GOUTTIERES OCCLUSALES : INTERETS EN PPA
LES GOUTTIERES OCCLUSALES : INTERETS EN PPA
 
Hypertension artérielle
Hypertension artérielle Hypertension artérielle
Hypertension artérielle
 
PROGRAMME DU CONGRES AGOPR AVRIL 2024.pdf
PROGRAMME DU CONGRES AGOPR AVRIL 2024.pdfPROGRAMME DU CONGRES AGOPR AVRIL 2024.pdf
PROGRAMME DU CONGRES AGOPR AVRIL 2024.pdf
 
Poly urologie
Poly urologiePoly urologie
Poly urologie
 
Programme jifa 2014 05 12-2013 xp8
Programme jifa 2014 05 12-2013 xp8Programme jifa 2014 05 12-2013 xp8
Programme jifa 2014 05 12-2013 xp8
 
angibaudPH14
angibaudPH14angibaudPH14
angibaudPH14
 

PFE final-3.pdf

  • 1. Ecole de santé abu al walid des infirmiers polyvalents et des sage-femmes MEMOIRE DE FIN D’ETUDE POUR L’OBTENTION DE DIPLOME DES INFIRMIERS POLYVALENTS Elaboré par Encadrée par ARBAOUI Widad Mr. LAHRECH Nabil BOUKILI Khalil Année de formation 2022/2023 Promotion 2020/2023 Le rôle infirmier dans le soutien psychologique devant le cancer de la prostate
  • 2. Remerciement Je tiens à remercier M. LAHRECH Nabil, notre encadrant de projet de fin d’étude à L’école de Santé Abou al Walid (ESAW), qui nous a suivi tout au long de cette période et nos a conseillé sur l’orientation que celui-ci devait prendre. Par ailleurs je remercie Mme. CHAMI Amal, Directrice de notre école pour ses efforts dans notre formation théorique et pratique, ainsi le Staff Administratif, et nos encadrants qui nous ont suivis durant nos stages, et durant ses trois ans. Je remercie fortement nos professeurs, qui nous ont suivis et guidé durant ces trois années et nous ont transmis la passion du métier. De plus, je voudrais remercier tous le personnel du centre d’oncologie LALLA SALMA, pour leur patience, leur nombreux conseil qui nous ont été très utiles. Enfin, je tiens à remercier tous les professionnels de santé pour leur patience, leur aide et le bon temps qu’on a partagé ensemble.
  • 3. Dédicace Je dédie ce projet : A ma chère mère, A mon cher père, Qui n’ont jamais cessé, de formuler des prières à mon égard, de me soutenir et de m’épauler pour que je puisse atteindre mes objectifs. A mon cher frère, A ma chère sœur, Pour ses soutiens moral et leurs conseils précieux tout au long de mes études. A mon cher binôme, Pour son entente et sa sympathie, Pour leurs indéfectibles soutiens et leur patience infinie. A mes chères collègues, Pour leur aide et leur soutien au cours de ces trois années. A toute ma famille, A tous ceux que j’aime et ceux qui m’aiment.
  • 4. Introduction............................................................................................................................................. 4 Chapitre 1 : La phase conceptuelle ......................................................................................................... 6 I. La problématique............................................................................................................................. 7 II. Cadre de recherche....................................................................................................................... 10 III. But de recherche ......................................................................................................................... 11 IV. Question de recherche................................................................................................................ 11 V. La recension des écrits ................................................................................................................. 12 1. Rappel anatomo-physiologique de la prostate ......................................................................... 12 A. Structure et fonction de la prostate ................................................................................ 16 a) Le tissu glandulaire....................................................................................................... 16 b) L'antigène prostatique spécifique................................................................................ 16 c) Le tissu non glandulaire................................................................................................ 17 B. Innervation de la prostate................................................................................................ 18 a) Innervation................................................................................................................... 18 b) L'éjaculation................................................................................................................. 18 2. Le cancer de la prostate ............................................................................................................ 20 A. Les facteurs de risque ...................................................................................................... 20 B. Les symptômes du cancer de la prostate......................................................................... 21 C. Le diagnostic..................................................................................................................... 21 a) Interrogatoire............................................................................................................... 22 b) Examen clinique........................................................................................................... 23 c) Examens complémentaires .......................................................................................... 25 D. Les traitements ................................................................................................................ 26 La chirurgie................................................................................................................... 26 L’hormonothérapie ...................................................................................................... 26 La radiothérapie........................................................................................................... 26 La chimiothérapie......................................................................................................... 27 3. Psychologie de cancer de la prostate........................................................................................ 34 4. L’infirmières et les soins palliatifs ............................................................................................. 37 A. Infirmier ........................................................................................................................... 37 B. Soins palliatif.................................................................................................................... 37 5. Relation soignant / soigné......................................................................................................... 41 A. Relation soignant / soigné ............................................................................................... 41 B. Les caractéristiques de la relation soignant / soigné....................................................... 41 C. Différents types de relations............................................................................................ 42
  • 5. Chapitre 2 : La phase méthodologique ................................................................................................. 45 I. Lieu de recherche........................................................................................................................... 46 II. Méthode de recherche ................................................................................................................ 47 III. Période de la recherche .............................................................................................................. 47 IV. Echantillonnage........................................................................................................................... 47 V. Population ciblée.......................................................................................................................... 47 VI. Outil d'investigation.................................................................................................................... 47 Chapitre 3 : La phase empirique............................................................................................................ 48 I. Présentation et analyse des données ............................................................................................ 49 II. Synthèse globale........................................................................................................................... 68 III. Suggestions.................................................................................................................................. 69 Conclusion ............................................................................................................................................. 70
  • 6. 2 LISTE DES ABREVIATIONS : ESAW : Ecole de Santé Abou al Walid. OMS : Organisation Mondial de Santé. LNH : Lymphome Non-Hodgkinien. PEC : Prise En Charge. IRM : Imagerie par Résonance Magnétique. SRM : Spectroscopie par Résonance Magnétique. PSA : Antigène Prostatique Spécifique. IP : Infirmier polyvalent. AI : Infirmier auxiliaire. AS : Aide-soignant. TV : Traumatisme vésical. IDE : Infirmier Diplômé d'État.
  • 7. 3 LISTE DES FIGURES : Figure 01 : La loge prostatique sur coupe sagittale. Figure 02 : Montrant les rapports intrinsèques de la prostate. Figure 03 : Montrant la distribution artérielle de la prostate. Figure 04 : Coupe latérale du petit bassin montrant la vascularisation de la prostate. Figure 05 : Coupe transversale montrant la structure de la prostate. Figure 06 : Montrant comment les nerfs de l'érection sont attachés à la prostate. Figure 07 : le toucher rectale de la prostate. Figure 08 : la biopsie de la prostate par la sonde à Ultrasons et aiguille à biopsie.
  • 9. INTRODUCTION 5 Plus de 22 millions de personnes sont actuellement atteintes d’un cancer dans le monde et environ 10 millions se voient diagnostiquer un cancer chaque année. Plus de 6 millions de personnes décèdent chaque année à cause de cette maladie. Toutes les communautés sont affectées par le cancer, néanmoins les effets de la maladie diffèrent en fonction des différentes régions. D’une manière générale, jusqu’à ces dernières années, on pouvait définir ainsi les zones géographiques des cancers : les pays industrialisés du nord étaient les plus atteints, les pays du sud, dits « pays en développement », les moins atteints. Aujourd’hui la situation est en train d’évoluer avec l’émergence de pays à moyen niveau économique. Dans ces pays, comme le Maroc, on parle aujourd’hui de « transition épidémiologique ». En effet, on constate dans ces pays, avec l’élévation du niveau de vie, les changements de l’activité économique et l’augmentation de l’espérance de vie, l’émergence de pathologies chroniques jusqu’ici très marginales. De ce fait, les autorités de santé publique se trouvent dans la nécessité de prendre en considération une maladie comme le cancer jusqu’ici considéré comme une pathologie de pays riche, non prioritaire et de mesurer l’ampleur de son impact sur les populations (Drouin SJ. Roubret M. 2009) Au Maroc, on estime que le cancer représente aujourd’hui un problème sanitaire majeur nécessitant une politique globale de prise en charge. En effet, le nombre de cas des cancers dépistés a atteint actuellement le chiffre de 12 000 cas en l’an 2012, et cela augmente environ 28 961 cas dépistés en l’an 2020.
  • 10. 6 Chapitre 1 : La phase conceptuelle
  • 11. LA PHASE CONCEPTUELLE 7 I. La problématique : Durant la période de mon stage dans divers hôpitaux, j'ai été amené à aborder le problème du soin sous un nombre considérable d'angles : ses aspects les plus techniques, ses multiples dimensions et ses finalités. Mais au centre d'oncologie LALLA SALMA à Meknès, nous avons découvert le cancer le plus commun et le plus compliqué chez les hommes, le cancer de la prostate et ses effets psychologiques. Dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, environ 30 % des cas de cancer sont imputables à des infections telles que l’hépatite ou l’infection par le papillomavirus humain. Selon L’OMS Le cancer naît de la transformation de cellules normales en cellules tumorales, un processus en plusieurs étapes qui a généralement pour point de départ une lésion précancéreuse, laquelle devient ensuite une tumeur maligne. Les cancers les plus courants sont le cancer du sein, le cancer du poumon, le cancer colorectal et le cancer de la prostate. En 2020, les cancers les plus courants étaient les suivants :  le cancer du sein (2,26 millions de cas) ;  le cancer du poumon (2,21 millions de cas) ;  le cancer colorectal (1,93 million de cas) ;  le cancer de la prostate (1,41 million de cas) ;  le cancer de la peau (non-mélanome) (1,20 million de cas) ;  le cancer de l’estomac (1,09 million de cas). En 2020, les cancers à l’origine du plus grand nombre de décès étaient :  le cancer du poumon (1,80 million de décès) ;  le cancer colorectal (916 000 décès) ;  le cancer du foie (830 000 décès) ;  le cancer de l’estomac (769 000 décès) ;  le cancer du sein (685 000 décès). L’analyse des données suggère pour l’année 2020 une baisse globale de la mortalité liée à tous les types de cancers de 5,4 %, par rapport à l’année 2015. Plus spécifiquement concernant le cancer de la prostate, une baisse de 7,1 % des décès est attendue par rapport à l’année 2015. Une telle baisse représenterait 78 800 décès en moins.
  • 12. LA PHASE CONCEPTUELLE 8 Le cancer de la prostate est le premier cancer et la deuxième cause de décès (après le cancer du poumon) chez l’homme. Il est la quatrième cause de décès par cancer pour l’ensemble de la population. La prostate est une glande de l’appareil génital masculin. Elle joue un rôle dans la production du sperme. Le cancer de la prostate progresse souvent lentement et, dans de nombreux cas, il peut être traité efficacement suivant le diagnostic. Cependant, certains cancers de la prostate peuvent devenir agressifs et entraîner la mort, et il peut s’avérer difficile de distinguer les formes peu évolutives des formes mortelles (Société canadienne du cancer, 2017). La majorité (75 %) des cancers de la prostate sont localisés (stade I ou stade II) au moment du diagnostic. En réalité, de nombreux hommes âgés ont un cancer de la prostate sans même le savoir, et le cancer de la prostate lui- même n’est pas souvent la cause de mortalité. À titre d’exemple, les résultats d’études d’autopsie menées dans le monde entier révèlent que la majorité des hommes âgés présentent des signes d’un cancer de la prostate non diagnostiqué au décès. (G.P. Haas et Al. ,2009) En Afrique : Le cancer devient de plus en plus une cause importante de morbidité et de mortalité, tant aux niveaux mondial qu’africain, avec 13,9 millions de nouveaux cas diagnostiqués en 2020. Ce chiffre est censé atteindre 21,4 millions en 2030. Le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) Globocan Database a estimé, en 2020, que l’Afrique comptait avec une population totale de 1 340 598 000. Le nombre de nouveaux cas de cancer diagnostiqués en 2020, était de 475 753. Les cinq cancers les plus fréquents chez les hommes étaient ceux de la prostate, du foie, le sarcome de Kaposi, le lymphome non-Hodgkinien (LNH) et des poumons. Le cancer de la prostate vient en première position en matière d’incidence et de décès par le cancer parmi les hommes en Afrique. Les incidences du cancer de la prostate chez les hommes en Afrique 93 173/100000. Au Maroc : D'après les dernières données épidémiologiques du cancer au Maroc, dévoilées le 21janvier dernier a l'occasion de la première journée nationale du registre des cancers, l'incidence globale du cancer est de 116 pour 100.000 habitants. Le risque de développer une pathologie cancéreuse avant l'âge de 75ans est de 12%.
  • 13. LA PHASE CONCEPTUELLE 9 Le cancer le plus fréquent chez les hommes est celui du poumon, avec 25,6% des cas diagnostiqués. Le cancer de la prostate arrive en seconde position, avec une représentativité de 13,9%. Ces chiffres ont été présentés par les représentants du ministère de la Santé, de la Fondation Lalla Salma et de l'Association marocaine des registres des cancers, en marge de la première Journée nationale du registre des cancers, tenue le 21 janvier sur le thème "Surveillance du cancer au Maroc : passé, présent et futur". Cette journée a permis de sensibiliser les décideurs ainsi que la communauté scientifique sur l'importance de la surveillance du cancer pour lutter contre ce mal du siècle. Ce travail de fin d'études est basé sur le thème du rôle infirmier dans le soutien psychologique devant le cancer de la prostate.
  • 14. LA PHASE CONCEPTUELLE 10 II. Cadre de recherche : Rôle infirmier dans la prise en charge de cancer du prostate Acceuil Surveillance Organisation IEC Thérapeutique Preparation du materiel Soutien psychique Evalution Encadrement Formation Prevention
  • 15. LA PHASE CONCEPTUELLE 11 III. But de recherche : Décrire le rôle infirmier dans le soutien psychologique devant le cancer de la prostate. IV.Question de recherche : Quel est le rôle infirmier dans le soutien psychologique devant le cancer de la prostate ?
  • 16. LA PHASE CONCEPTUELLE 12 V. La recension des écrits : 1. Rappel anatomo-physiologique de la prostate : La prostate est une petite glande qui fait partie du système reproducteur de l’homme. Elle est située devant le rectum, sous la vessie, et entoure l’urètre, le canal qui permet à l’urine de s’écouler. De la taille d’une châtaigne, la fonction principale de la prostate est de produire une partie du liquide séminal, fluide qui compose le sperme. A l’âge adulte, une prostate normale pèse environ 20 à 25 grammes pour des dimensions d’environ 4cm de largeur, 3cm de hauteur et 2cm d’épaisseur. La taille de la prostate reste stable jusqu’à la moitié de sa vie (environ 40 ans). La taille de cet organe peut être caractérisée simplement par des mots comme « petite », « moyenne » ou encore « grosse ». Cependant les urologues utilisent le volume plutôt que le poids pour la caractériser. En effet cette donnée peut être mesurée par échographie. En forme de châtaigne, sa dimension normale est d’environ 3cm de hauteur et 4 cm de large. Son volume moyen est de 20 cm3 pour environ 20 grammes. Ces données sont variables d’un individu à l’autre. Une prostate dite « petite » a un volume compris entre 30 et 40ml et un poids compris entre 20 et 70g. Une prostate moyenne se situera entre 40 et 80ml pour un poids entre 20 et 125g. Enfin, une grande aura un volume entre 40 et 100ml et un poids entre 40 et 125g.
  • 17. LA PHASE CONCEPTUELLE 13 Figure 1: La loge prostatique sur coupe sagittale. Figure 2: Montrant les rapports intrinseques de la prostate
  • 18. LA PHASE CONCEPTUELLE 14 Figure 3: Montrant la distribution artérielle de la prostate Figure 4 : Coupe latérale du petit bassin montrant la vascularisation de la prostate
  • 19. LA PHASE CONCEPTUELLE 15 Figure 5: Coupe transversale montrant la structure de la prostate
  • 20. LA PHASE CONCEPTUELLE 16 A. Structure et fonction de la prostate : a) Le tissu glandulaire : La prostate est composée d'environ 50 % d'un tissu glandulaire, et 50% d'un tissu non glandulaire. Le tissu glandulaire produit un liquide alcalin d'une consistance laiteuse. Pendant l'orgasme masculin, la prostate et le tissu musculaire qui l'entoure se contracte et propulse ce liquide prostatique dans le canal urétral où il se mélange avec les spermatozoïdes issus des testicules et le liquide de sécrétion des glandes séminales. Le fluide prostatique a un rôle nourricier et protège les spermatozoïdes pendant la relation sexuelle ainsi que lors de leur migration dans les voies génitales de la femme. C'est le liquide prostatique qui constitue la partie la plus volumineuse en quantité de l'éjaculat. b) L'antigène prostatique spécifique : La prostate produit non seulement le liquide prostatique, mais elle secrète également l'antigène spécifique de la prostate (PSA) qui est une glycoprotéine composée d'acides aminés produite uniquement par les cellules épithéliales de la prostate. Sa production est sous contrôle des androgènes circulants qui agissent sur les récepteurs androgéniques des cellules épithéliales. Le PSA est sécrété dans le plasma séminal et il digère le gel qui se forme après l'éjaculation. Habituellement, seules des quantités faibles de PSA passent dans la circulation sanguine, mais, à l'occasion de maladie prostatique le taux de PSA augmente. De plus, le massage prostatique, l'échographie endorectal, l'examen endoscopique par fibroscopie urétro vésicale et les biopsies prostatiques peuvent également être à l'origine de l'élévation importante du taux de PSA alors que le toucher rectal habituellement ne cause que des variations modérées. Bien que le PSA soit spécifique du tissu prostatique et non du cancer de la prostate, la confrontation des taux de PSA dans le sérum, des données du toucher rectal et éventuellement de celle de l'échographie endorectal de la prostate peuvent être intéressantes.
  • 21. LA PHASE CONCEPTUELLE 17 Pour le diagnostic précoce du cancer de la prostate. Les variations du taux de PSA entre deux déterminations à intervalle fixe, (vélocité du PSA) peuvent également aider à différencier l'hypertrophie bénigne de la prostate du cancer. c) Le tissu non glandulaire: Le tissu non glandulaire de la prostate est un stroma fibromusculaire qui contient notamment le collagène et surtout les vaisseaux et les nerfs de la glande. La glande prostatique contient beaucoup de récepteurs alpha adrénergiques et alpha cholinergiques et elle est richement innervée, ce qui suggère que le système nerveux autonome peut jouer un rôle à la fois dans la croissance et dans la régulation de la sécrétion de la glande prostatique. Les complexes nerveux rassemblés en bandelettes vasculo-nerveuses courent le long des bords postéro externes de la glande, entre prostate et rectum. Ces bandelettes nerveuses innervent la prostate mais sont également responsables de la fonction érectile. La vascularisation artérielle de la prostate se fait à partir des branches de division de l'artère hypogastrique. A mesure que l'homme vieillit, l'athérosclérose qui peut toucher toutes les artères de son organisme peut également altérer la vascularisation de la prostate. Différentes études ont suggéré que ces altérations vasculaires en relation avec le vieillissement pouvaient être à l'origine du développement de l'hypertrophie.
  • 22. LA PHASE CONCEPTUELLE 18 B. Innervation de la prostate: a) Innervation : La prostate est un organe richement innervé. Il reçoit son innervation du système autonome à la fois parasympathique (cholinergique) et sympathique (non adrénergique). Le parasympathique innerve le muscle lisse de la capsule et le stroma vasculaire. Cette innervation joue un rôle important dans la fonction sécrétoire de l'épithélium prostatique. Le système sympathique contrôle le muscle prostatique qui est responsable de l'occlusion du col vésical au cours de l'orgasme et de l'éjaculation. Cette innervation se fait à partir du plexus pelvien issu des racines sacrées S2, S3 et S4. Les nerfs caverneux sont des branches de division du plexus pelvien et cheminent dans les bandelettes vasculo-nerveuses. b) L'éjaculation : Le système sympathique et parasympathique intervient dans le déclenchement et la coordination de l'éjaculation Le sperme arrive dans l'urètre prostatique par les canaux éjaculateurs qui traversent la prostate dans leur trajet vers l'urètre. C'est pour cette raison que le développement de l'adénome prostatique peut compromettre la qualité de l'éjaculation et son volume. L'expulsion du sperme est autorisée par le relâchement du sphincter externe urinaire synchronisé avec l'occlusion concomitante du col de la vessie et associé à des contractions rythmiques du muscle strié, des muscles du plancher pelvien et du tissu érectile du bulbe. On peut retenir quatre troubles de l'éjaculation :  L'éjaculation prématurée;  L'éjaculation retardée;  L'éjaculation rétrograde;  L'anéjaculation et l'anorgasmie. Le vieillissement et les altérations de l'anatomie de la prostate sont en lien direct avec les troubles de l'éjaculation.
  • 23. LA PHASE CONCEPTUELLE 19 Figure 6 : Montrant comment les nerfs de l'érection sont attachés à la prostate.
  • 24. LA PHASE CONCEPTUELLE 20 2. Le cancer de la prostate: Le cancer de la prostate est une tumeur maligne qui se développe le plus souvent dans la partie périphérique de la prostate. On distingue quatre stades de la maladie :  cancer limité à la prostate  cancer localement avancé : la maladie atteint les vésicules séminales  cancer localement avancé avec atteinte ganglionnaire : la maladie se répand aux ganglions lymphatiques de la région du bassin  cancer métastatique : la maladie atteint un autre organe ou une autre partie du corps ; A. Les facteurs de risque :  L’âge L'âge est le plus grand facteur de risque du cancer de la prostate. En effet, plus les sujets sont âgés, plus les probabilités d'être diagnostiqué avec un cancer de la prostate sont élevées: 65% des cancers de la prostate sont diagnostiqués chez des hommes âgés de plus de 65 ans.  Facteur Génétique Regroupe deux formes : La forme héréditaire (5 à 10% des cancers prostatiques) : au moins trois cas de cancer de la prostate chez des parents du premier ou du deuxième degré, ou encore deux cas précoces avant 55 ans. La forme familiale (10 à 20% des cancers prostatiques) : un antécédent familial de cancer de la prostate au premier degré multiplie par deux le risque de cancer du patient. S’il existe deux cas de cancer de la prostate dans la famille du patient, quel que soit l’âge au moment du diagnostic, le risque est alors multiplié par rapport à la population générale.  Le Tabac et L’alcool Le tabac augmente le risque de développer un cancer de la prostate de l’ordre de 30% et l’agressivité du cancer au nombre d’années de tabagisme. L’alcool n’a jamais fait preuve d’une influence dans un sens comme dans un autre.
  • 25. LA PHASE CONCEPTUELLE 21  Facteurs Hormonaux Le cancer de la prostate est hormono-dépendent dans 80% des cas. Certaines études ont révélé qu’un taux de testostérone élevé expose un risque supérieur à la normale. B. Les symptômes du cancer de la prostate : Au début de son évolution, le cancer de la prostate ne donne pas de symptômes. S'il s'agit d'un cancer localisé, il n'y a généralement pas de troubles urinaires. Les symptômes mécaniques dus à la compression de l'urètre apparaissent quand la prostate augmente de volume. Mais l'augmentation de volume de la prostate est présente dans d'autres maladies beaucoup plus fréquentes : L'adénome ou hypertrophie bénigne de la prostate (presque tous les hommes de plus de 70 ans ont un adénome de la prostate) ; La prostatite ou infection de la prostate (environ 50 % des hommes ont une prostatite au cours de leur vie). Cette augmentation de volume n'est donc pas spécifique du cancer de la prostate. Cependant, il arrive que certains hommes souffrent à la fois d'un cancer de la prostate et d'une hypertrophie bénigne. Les symptômes liés à l'augmentation de volume de la prostate sont les suivants :  besoin fréquent d'uriner, surtout la nuit (pollakiurie) ;  jet d'urine faible ;  sensation de ne pas avoir vidé complètement sa vessie ;  fuites urinaires (incontinence urinaire) ;  infection urinaire : cystite, prostatite ou pyélonéphrite ;  difficulté ou impossibilité d'uriner ou rétention urinaire ;  présence de sang dans les urines ou le sperme ;  difficulté à avoir une érection ;  douleurs au moment de l'éjaculation. C. Le diagnostic : Le cancer de la prostate est un cancer du sujet âgé : il apparaît rarement avant 50 ans, et l’incidence augmente très rapidement avec l’âge.
  • 26. LA PHASE CONCEPTUELLE 22 a) Interrogatoire : Il permet d'évaluer le retentissement de l'obstacle prostatique et la gêne dans la vie quotidienne. a.1- Signes irritatifs : -pollakiurie nocturne : se chiffre en nombre de mictions qu'elle induit. C'est le symptôme le Plus précoce. -pollakiurie diurne : passe plus facilement inaperçue et est plus difficile à quantifier (temps écoulé entre 2 mictions). -impériosités mictionnelles : fréquentes (50 %), volontiers inaugurales et peuvent. S'accompagner de fuites. Elles doivent également faire rechercher un calcul vésical, une infection, une TV (tumeur vésical). a.2-Signes obstructifs : -dysurie: plus tardive et doit faire éliminer un cancer prostatique ou une sténose de l'urètre. Elle peut être d'attente ou de poussée. -qualité du jet : souvent mieux évaluée par le patient que la dysurie. a.3-L'hématurie: N'est pas rare. Typiquement initiale, elle est en réalité le plus souvent totale, témoignant de la rupture de varices du col dans les adénomes obstructifs. Elle n'est qu'un diagnostic d'élimination et doit impérativement faire rechercher une tumeur ou un calcul vésical, une infection urinaire - Parfois, c'est un accident aigué qui révèle l'adénome:  la rétention vésicale ;  la prostatite aigue ;  l'épididymite aigue ;  l'état de choc septique à point de départ urinaire ;  l'insuffisance rénale aigue et surtout chronique doivent faire évoquer à cet âge un obstacle sous vésicale et donc un adénome prostatique. a.4-l'incontinence: L'incontinence d'urine doit faire évoquer une rétention d'urine chronique incomplète dont l'adénome est la principale étiologie à cet âge.
  • 27. LA PHASE CONCEPTUELLE 23 b) Examen clinique : b.1- Toucher rectal: Le médecin palpe la prostate en introduisant son index, protégé par un gant, dans le rectum. Ce geste médical permet de vérifier le volume, la surface et la consistance de la prostate. Si la surface de la prostate apparaît irrégulière ou avec des nodules et si sa consistance est dure, le médecin suspecte la présence d'un cancer. Figure 7: le toucher rectale de la prostate b.2- Le dosage du PSA par prise de sang : Le médecin traitant ou l'urologue, en cas d'examen clinique anormal, prescrit un dosage sanguin de l'Antigène Prostatique Spécifique (PSA), substance produite par la prostate. Il informe son patient des modalités de l'examen, de la complexité de l'interprétation des résultats de ce dosage biologique. Il est le mieux placé pour en expliquer la signification. La valeur seuil de normalité des PSA la plus souvent retenue est de 4 ng/ml (elle dépend de la technique du test utilisé). Un taux supérieur à 4 nanogrammes/ml n'est pas systématiquement synonyme de cancer. D'autres situations, en dehors du cancer de la prostate, peuvent expliquer un taux élevé de PSA : une augmentation de taille de la prostate due à un adénome de la prostate, une éjaculation récente, une infection urinaire avec prostatite, une intervention chirurgicale récente de la prostate, une endoscopie urinaire.
  • 28. LA PHASE CONCEPTUELLE 24 À l'inverse, il peut arriver qu'un taux de PSA reste normal, même en présence d'un cancer. b.3- La biopsie de prostate : Si le médecin a relevé des anomalies en faveur d'un cancer de la prostate, il prescrit à son patient une biopsie prostatique. Figure 8 : la biopsie de la prostate par la sonde à Ultrasons et aiguille à biopsie b.3.a- Déroulé de la biopsie de prostate : Il s'agit d'un examen pratiqué sous anesthésie le plus souvent locale. L'urologue introduit en général par voie transrectale (à travers la paroi du rectum) une aiguille dans la prostate sous guidage échographique. Il effectue au minimum 12 prélèvements à différents endroits en vue de leur analyse anatomopathologique qui confirmera ou non le diagnostic de cancer et en donnera les caractéristiques.
  • 29. LA PHASE CONCEPTUELLE 25 b.3.b- Complications possibles après une biopsie de prostate : Les complications les plus fréquentes de la biopsie de prostate sont l'hématurie de faible abondance (présence de sang dans les urines), l'hémospermie (présence de sang dans le sperme) et la rectorragie. Plus rarement, surviennent : o une prostatite aiguë (infection de la prostate), l'infection des tissus sous-cutanés au point de prélèvement, voire une septicémie (infection généralisée), o une rétention aiguë d'urine (impossibilité d'uriner pour évacuer l'urine contenue dans la vessie), o une hématurie importante (présence de sang dans les urines). c) Examens complémentaires : Si les examens révèlent la présence d’un cancer, il convient alors de procéder à un bilan d’extension pour déterminer l’étendue de la maladie et détecter la présence éventuelle de métastases dans d’autres organes (CT-scan, IRM, scintigraphie osseuse...). c.1 - Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) Une IRM de la prostate se déroule soit comme une IRM classique, soit en utilisant une sonde endorectale lors de l’examen. La tête de la sonde endorectale se présente sous la forme d’un ballonnet que l’on insère dans le rectum via l’anus et qui contient une fine tige métallique. On gonfle ensuite légèrement le ballonnet pour le maintenir en place dans le rectum. Les spécialistes partisans de cette technique considèrent que le recours à la sonde endorectale donne des images de meilleure qualité. D’autres l’estiment superflue. c.2- Spectroscopie par Résonance Magnétique (SRM) L’utilisation de la sonde endorectale lors d’une IRM permet de procéder simultanément à une Spectroscopie par Résonance Magnétique (SRM). Cet examen vise à déterminer les taux de citrate et de choline dans les tissus prostatiques. La choline est un nutriment qui nous est fourni par notre alimentation, mais qui peut aussi être produit spontanément par le corps. Les tumeurs de la prostate présentent un taux de choline supérieur et un taux de citrate inférieur à ceux d’un tissu prostatique sain. La SRM mesure les taux de choline et de citrate sur l’ensemble de la prostate afin d’identifier les éventuelles zones cancéreuses.
  • 30. LA PHASE CONCEPTUELLE 26 L’utilité et les possibilités de la SRM font actuellement l’objet de plusieurs études. La SRM ne fait donc pas (encore) partie des techniques couramment utilisées. D. Les traitements : La chirurgie pour enlever la prostate, la radiothérapie, les médicaments d’hormonothérapie, voire plus rarement, la chimiothérapie. Dans certains cas, la seule mesure qui est prise est une surveillance active.  La chirurgie: Est généralement le premier traitement envisagé. Elle consiste le plus souvent, aujourd'hui, en l'ablation de la tumeur (tumorectomie), associe à l'examen histologique immédiate (dit extemporané) de celle-ci, l’homme étant toujours sous anesthésie générale : si l'examen histologique confirme la nature maligne de la tumeur, l'ablation de la prostate est réalisée, l'accord pour cette éventuelle extension de l'acte chirurgicale devons avoir été préalablement obtenu. Pour les tumeurs volumineuses ou multiples, La prostatectomie radicale (ablation totale de la prostate) est encore pratiquée.  L’hormonothérapie : Une hormonothérapie, associée à une radiothérapie externe, est le traitement de référence des cancers de la prostate localement avancés et un des traitements possibles des formes localisées à haut risque. L’hormonothérapie est habituellement débutée avant la radiothérapie puis poursuivie après la radiothérapie jusqu’à 3 ans. Dans certains cas de cancers localisés à risque intermédiaire, une hormonothérapie de courte durée (jusqu’à 6 mois) peut être associée à une radiothérapie externe. Une hormonothérapie de longue durée est le traitement de référence des cancers de la prostate métastatiques. Dans certaines situations cliniques, l’hormonothérapie peut parfois être prescrite en association avec une chimiothérapie.  La radiothérapie: La radiothérapie est l'utilisation de rayons X, de rayons gamma, d'électrons et d'autres formes de radiations de haute énergie pour le traite ment de maladies, le plus souvent cancéreuses. Pour les cas de radiothérapie externe, on utilise un appareil de traitement placé à courte distance du corps, qui dirige
  • 31. LA PHASE CONCEPTUELLE 27 des rayons d'une grande intensité sur la tumeur maligne. La plupart des patients sont traités de cette façon et ne sont pas hospitalisés. Pour les cas de radiothérapie interne (curiethérapie), on introduit une substance. radioactive à l'intérieur d'une cavité ou directement dans la tumeur maligne. Les implants peuvent être permanents ou temporaires. Mode d'action La radiothérapie détruit les cellules cancéreuses par différents mécanismes. Si le traitement est donné juste au moment de la reproduction d'une cellule (division cellulaire), il empêche cette cellule de se diviser et en cause la destruction. Puisque les cellules cancéreuses se multiplient plus rapidement que les cellules normales, la radiothérapie éliminera plus de cellules tumorales que de cellules normales. Bien que les cellules normales faisant partie du champ d'irradiation subis sentent aussi des dommages causés par les rayons, en général, les cellules cancéreuses sont plus sensibles aux radiations que les cellules normales.  La chimiothérapie: 1- Définition et description La chimiothérapie fait appel à des médicaments qui visent à empêcher les cellules cancéreuses de se multiplier ou qui détruisent celles déjà présentes dans l'organisme. Elle tente ainsi d'inhiber la croissance de la maladie et d'obtenir une régression de la tumeur cancéreuse qui peut se traduire par une rémission partielle de quelques mois à plusieurs années. Plus du tiers des personnes atteintes de cancer peuvent maintenant bénéficier d'une rémission complète et d'une guérison éventuelle de leur maladie. Plusieurs cancers, comme la maladie de Hodgkin, la leucémie, les lymphomes, le choriocarcinome, les tumeurs testiculaires et certains sarcomes, peuvent être guéris grâce à la chimiothérapie. D'autres cancers que l'on croyait incurables, tel le cancer de la prostate, répondent très bien au traitement par chimiothérapie, surtout s'il est administré tôt dans le processus de la maladie. Dans le traitement du cancer, la chimiothérapie peut correspondre à différents objectifs :  Dans le cas de la chimiothérapie dite adjuvant, elle est associée à la chirurgie ou à la radiothérapie pour aider à la guérison de la personne
  • 32. LA PHASE CONCEPTUELLE 28 malade. Dans ce contexte, on parle d'une thérapie multidisciplinaire, c'est-à-dire un traitement local combiné à un traitement systémique. Cette thérapie permet d'améliorer les chances de survie obtenues par la chirurgie ou par la radiothérapie seule.  Dans la majorité des cas de cancer local avancé ou de cancer avec des métastases disséminées dans l'organisme, la chimiothérapie est dite palliative, car elle freine la progression de la maladie et en atténue les effets sans toutefois réussir à éliminer complètement la maladie.  Dans certains cas plus rares, comme le choriocarcinome et les tumeurs testiculaires, la chimiothérapie est, par contre, le plus souvent à visée curative et ce, même s'il y a présence de métastases. Les cancers de la prostate localisés sont traités selon leur sous-stade d’évolution :  les cancers localisés à faible risque peuvent être l’objet d’une surveillance active, d’un traitement par radiothérapie externe ou par curiethérapie, ou d’une intervention chirurgicale pour enlever la prostate. Dans certains cas, un traitement par hormonothérapie peut également être prescrit ;  les cancers localisés à risque intermédiaire sont traités par chirurgie, par radiothérapie externe, associées éventuellement à une hormonothérapie ;  les cancers localisés à risque élevé font l’objet d’une longue hormonothérapie (au moins trois ans) et/ou de radiothérapie externe. Chez les hommes relativement jeunes, la chirurgie peut être envisagée, éventuellement associée à une radiothérapie et une hormonothérapie. 2- Les effets secondaires de la chimiothérapie: 2-1 : Les cellules de la moelle osseuse : a) Globules rouges: anémie et fatigue L'anémie se caractérise par une baisse du nombre des globules rouges (érythrocytes) dans le sang. Cette baisse signifie une diminution de l'hémoglobine, un constituant essentiel des globules rouges responsable du transport de l'oxygène vers les tissus du corps. Cette diminution de l'hémoglobine dans le sang a donc pour résultat de réduire la quantité d'oxygène distribué aux tissus. La fatigue est un sentiment de lassitude et d'épuisement accompagné d'une sensation de faiblesse physique et d'un manque d'énergie. Les principales
  • 33. LA PHASE CONCEPTUELLE 29 causes de la fatigue ressentie par les personnes atteintes de cancer comprennent:  l'anémie, qui résulte des effets du cancer ou de son traitement,  un apport insuffisant de protéines et de calories dans le régime alimentaire;  un bouleversement dans les habitudes entourant le sommeil et le repos;  l'inaction, le découragement, l'anxiété et la peur b) Globules blancs: infections Une diminution des globules blancs surviendra 1 à 2 semaines après le traitement de chimiothérapie. Une baisse du nombre de globules blancs (leucocytes) dans le sang rend l'organisme plus vulnérable aux infections c'est- à-dire à l'invasion de microbes (bactéries, virus, etc.) qui ont une aptitude à se multiplier s'ils rencontrent un milieu favorable. Ces microbes sont : Exogènes, s'ils proviennent de l'extérieur. Ils pénètrent dans l'organisme par l'air, la nourriture, l'eau, la terre, le contact avec un animal ou un insecte infecté. Ils peuvent aussi être transmis par un contact avec une personne atteinte d'une infection ou même une personne saine, mais porteuse de microbes. Endogènes, s'ils appartiennent à la flore normale de l'organisme humain Ils ne deviennent pathogènes que si le système immunitaire est affaibli. La gravité et la durée d'une infection sont déterminées par la virulence et le nombre de microbes pathogènes ainsi que par le niveau de résistance de l'organisme hôte. c) Plaquettes: hémorragies et saignements Une baisse du nombre des plaquettes dans le sang peut causer des saignements prolongés ou des hémorragies. Les plaquettes jouent un rôle essentiel dans la coagulation du sang, car elles assurent l'intégrité vasculaire, amorcent le processus de coagulation par la formation du clou plaquettaire et, par la suite, garantissent la formation du caillot qui arrête définitivement l'hémorragie. Les zones du corps touchées en premier lieu, donc celles où surviennent le plus souvent les saignements, sont:  les muqueuses (dans la bouche); les voies respiratoires;  la peau; l'appareil génital et urinaire;  l'estomac; la région cérébrale ;  les intestins.
  • 34. LA PHASE CONCEPTUELLE 30 2-2 : Les cellules de la muqueuse du tube digestif a) Troubles de l'appétit : Dans la majorité des cas, les personnes atteintes de cancer recevant de la chimiothérapie témoignent de troubles de l'appétit : altération du goût, anorexie, nausées et vomissements. D'une part, ces problèmes sont les effets du cancer et de ses traitements et, d'autre part, ils découlent de facteurs émotifs et sociaux liés à la maladie. Ces troubles de l'appétit compromettent non seulement la qualité de vie, mais aussi l'état de santé de la personne atteinte de cancer. Un régime alimentaire équilibré permet:  aux cellules saines de l'organisme de retrouver rapidement leur fonction normale après un traitement ;  de mieux supporter les effets secondaires du traitement ;  de renforcer le système immunitaire et de diminuer les risques d'infection ;  de redonner des forces et de mener une vie plus active. De plus, un apport alimentaire insuffisant oblige l'organisme à puiser dans ses réserves énergétiques et nutritives (le fer, le calcium, les protéines, etc.). b) Altération du goût En matière de goût, l'odeur, la couleur, l'aspect et la texture des aliments et des boissons peuvent influencer nos perceptions. Le degré de fraîcheur et le mode de conservation de la nourriture, ainsi que les expériences passées associées à certains aliments, peuvent aussi avoir une influence. L'altération du goût peut se traduire par :  la diminution de l'acuité des perceptions gustatives;  l'absence de perception des saveurs;  des perceptions gustatives inhabituelles et désagréables, par exemple: un goût métallique ou amer constant dans la bouche, une perception plus aigué des saveurs amères et salées, une perception affaiblie du sucré, une aversion pour certains aliments comme la viande rouge, le porc, le café, le chocolat, les tomates, etc. c) Anorexie L'altération du goût peut conduire à l'anorexie ou une perte de l'appétit.
  • 35. LA PHASE CONCEPTUELLE 31 Les causes de l'anorexie sont indéterminées. Il peut s'agir d'un effet de la maladie, de son traitement, de la fatigue, de la douleur ou du stress. Il est essentiel que la personne atteinte de cancer remédie à ce problème, car l'anorexie constitue la cause principale de carence en calories et en protéines. d) Nausées et vomissements La chimiothérapie peut provoquer des nausées et des vomissements. Ce problème est temporaire et n'affecte pas toutes les personnes qui reçoivent de la chimiothérapie. Les suggestions données pour régler les différents problèmes d'appétit peuvent s'avérer utiles, selon les cas. Le médecin peut choisir de prescrire un anti-nauséeux médicament qui peut aider à prévenir ou à réduire la nausée et les vomissements causés par les traitements de chimiothérapie. Il est très important de prendre les anti- nauséeux selon les directives de l'équipe médicale. Si la nausée et les vomissements persistent, il est essentiel d'en aviser immédiatement l'équipe médicale. Les anti-nauséeux peuvent parfois causer des effets secondaires tels que la somnolence, la fatigue générale ou les problèmes de concentration. Plusieurs patients estiment que ces effets secondaires sont moins incommodants que la nausée et les vomissements. e) Stomatite La stomatite est une inflammation de la bouche qui affecte en premier lieu la membrane muqueuse buccale, le voile du palais, la partie antérieure de la langue et le plancher buccal La stomatite est provoquée par certains agents antinéoplasiques, mais n'affecte pas nécessairement, et dans la même mesure, toutes les personnes qui sont soignées à l'aide de ces agents. Les premiers signes apparaissent 5 à 14 jours après l'administration des agents antinéoplasiques et guérissent 3 ou 4 semaines après la dernière administration. Les autres causes incluent une carence en protéines, une hydratation insuffisante et une hygiène buccale inadéquate. f) Œsophagite L'œsophagite est une inflammation de la muqueuse qui recouvre l'œsophage, la partie du tube digestif reliant la bouche à l'estomac. Les tissus des muqueuses de la bouche et de l'œsophage sont identiques quant à leur
  • 36. LA PHASE CONCEPTUELLE 32 structure; par conséquent, les causes de l'œsophagite sont semblables à celles de la stomatite. De plus, l'œsophagite peut résulter d'un traitement par irradiation administré dans les régions cervicale, thoracique et dorsale supérieures. g) Diarrhée La diarrhée résulte souvent d'une irritation de la membrane protectrice qui tapisse la paroi intérieure des intestins (intestin grêle et côlon). La diarrhée occasionnée par la chimiothérapie est un effet secondaire temporaire qui se manifeste par des selles plus liquides et plus fréquentes h) Constipation Certains médicaments utilisés en chimiothérapie exercent un effet toxique sur les nerfs, pouvant ainsi ralentir l'activité intestinale et, par conséquent, entraîner la constipation. Dans la plupart des cas, la constipation est liée à l'absorption d'analgésiques ou de narcotiques. Par ailleurs, une diète liquide qui dure depuis un certain temps peut occasionner des problèmes de constipation. Si vous en présentez les effets, il est conseillé d'en parler avec l'équipe médicale. 2-3 : L'alopécie ou la chute des cheveux La prise de certains agents antinéoplasiques provoque l'atrophie des follicules pileux (l'ensemble formé par les glandes et les muscles qui entourent le poil et le cheveu). Les follicules atrophiés produisent alors des cheveux minces et fragiles qui cassent à la racine ou tombent d'eux-mêmes. L'alopécie causée par la chimiothérapie est temporaire et n'entraîne pas nécessairement la perte totale des cheveux, elle peut se limiter à une perte partielle, laissant la chevelure clairsemée. La perte des cils et des sourcils de même que celle des poils des autres parties du corps est plus rare et moins importante, ces follicules pileux ayant une période de croissance plus courte que celle des cheveux. La perte des cheveux est certes une expérience difficile à vivre pour la personne atteinte de cancer. La chute des cheveux peut être graduelle et à peine perceptible, mais elle peut aussi se produire de façon subite et nuire durement à la sensibilité.
  • 37. LA PHASE CONCEPTUELLE 33 2-4 : Autres :  Affections de la peau  Affection de l'appareil urinaire.  Affection de système endocrinien.  Affection de système nerveux et musculaire.
  • 38. LA PHASE CONCEPTUELLE 34 3. Psychologie de cancer de la prostate : Le cancer est toujours une crise existentielle grave qui touche en premier lieu le patient, mais aussi sa famille et ses soignants. En cancérologie, il y a un double enjeu : en priorité tout faire pour obtenir la guérison du patient, mais aussi, lui permettre de traversé au mieux cette douloureuse expérience de maladie, avec la meilleur qualité de vie possible. Le recours à des thérapeutiques de plus en plus lourds, de haute technicité, souvent éprouvantes pour le malade ne se conçoit pas sans un soutien relationnel de bonne qualité, dès l'annonce du diagnostic. Ce soutien relationnel est l'affaire de tous les acteurs de soins en cancérologie: c'est un élément constitutif de la prise en charge globale du patient. La maladie et son traitement ont un impact majeur sur la qualité de vie et sur le psychisme. Ceux qui en éprouvent le besoin peuvent accéder à un soutien psychologique. S’il n’est pas proposé d’emblée, le patient ne doit pas hésiter à s’informer auprès de l’équipe soignante. Il pourra ainsi rencontrer deux types de professionnels. Le psychologue : est un professionnel non médecin. Il est présent pour entendre et parler des souffrances, angoisses ou inquiétudes que peut engendrer la maladie chez les patients atteints de cancer. Il soutient aussi leurs proches. En cancérologie, il s’agit souvent de psychologues spécialisés dans les difficultés liées à la maladie tumorale. On les appelle psycho-oncologues. Si les difficultés rencontrées relèvent d’un traitement spécifique (thérapie cognitivo-comportementale, traitement médicamenteux), le patient peut être orienté vers un psychiatre. A. Le patient face à sa maladie : Le cancer fait brutalement irruption dans la vie du sujet par fois dans un contexte d'irréalité, le patient n'en ayant pas reçue les symptômes jusque-là. Dans tous les cas, ce diagnostic génère une forte angoisse qui peut s'exprimer de façon très diverse. Ce choc psychologique peut provoquer une véritable sidération psychique. Le patient étant comme tétanisée par ce qui lui arrive, incapable de réagir ou de ce comportée de façon adaptée. Peu à peu des sentiments plus ou moins confortables peuvent s'installer, augmentant le niveau anxieux. Ce sont: l'incertitude (intérêt de la planification de futur
  • 39. LA PHASE CONCEPTUELLE 35 immédiat), la perte de control de soi et de sa vie, la perte des repères, tant au niveau du corps (trahison de soi envers soi-même), au niveau du temps (perte de la capacité d'anticipation de l'avenir), qu'au niveau des relations (redéfinition des rôles). Face à cette crise, la personne malade est obliger de «< faire avec ». Pour cela, elle va développer une série de réaction cognitives, émotionnelles et comportementales certaines réactions semblent plus efficaces que d'autres: attitude combative ou de déni, recherche active de soutien social. Les réactions anxieuses ou dépressives sont fréquentes, souvent conséquences émotionnelles de ce profond de bouleversement psychique et des efforts continus réalisées pour y faire face. Même si ces réactions sont «normales », une aide psychologique peut être nécessaire. Certaines patientes s'interrogent à cette occasion sur leur histoire, leurs valeurs, leurs repères et essayant souvent de trouver un sens à ce qui leur arrive. A partir de là, il est certain qui les problèmes psychosociaux et les troubles psychopathologiques ont une prévalence plus importante en cancérologie que dans la population standard et qu'il faut pouvoir les prendre en compte. B. Diminution de l'estime de soi : « La perte de l'estime de soi » définit par Virginia Henderson comme étant « la perception négative que l'individu éprouve face à son apparence physique, lors de la perte d'un organe ou d'une fonction, ou lors d'une atteinte à l'intégrité du moi », il est souvent difficile pour les infirmières de répondre à cette angoisse du patient lorsqu'elle est liée à la perturbation de son image faute de connaissance dans ce domaine. La diminution situationnelle de l'estime de soi après une mastectomie peut se caractériser par des propos d'autodépréciation, de sentiments d'impuissance, d'incompétence, un comportement indécis, un manque d'affirmation de soi, elle est liée à la perturbation de l'image corporelle. Si aucune action n'est réalisée, cette diminution situationnelle de l'estime de soi peut devenir chronique.
  • 40. LA PHASE CONCEPTUELLE 36 C. Besoins de soutien psychologique et affectif : Le besoin de soutien psychologique et affectif des personnes atteintes et de leurs proches peut se manifester de la période d'investigation et de dépistage jusqu'aux soins palliatifs et pendant le deuil. Le doute et l'inquiétude s'emparent des personnes atteintes de cancer et de leurs proches dès l'apparition des premiers symptômes et tout au long de la période d'investigation. L'annonce du diagnostic provoque un état de choc émotionnel et de stress intense qui peuvent jusqu'à faire oublier l'information fournie par le médecin traitant ou l'infirmière. L'anxiété et la dépression peuvent influencer le processus de guérison et la qualité de vie. À l'angoisse provoquée par le diagnostic, peuvent s'ajouter des sentiments de culpabilité, de honte, de perte d'estime de soi et même de rejet. Il est donc primordial que les personnes atteintes et leurs proches reçoivent des soins humanisés et respectueux. Les proches (conjoints, enfants, parents et amis) éprouvent beaucoup de souffrance face à la maladie et ont besoin d'un soutien psychologique approprié au moment opportun. Ils ont besoin de savoir qu'ils peuvent obtenir du soutien afin de prévenir l'épuisement physique et psychologique. Les personnes atteintes de cancer et leurs proches ont besoin d'exprimer leurs émotions, d'être écoutés, compris et rassurés afin d'éviter l'isolement et ainsi mieux s'adapter à la maladie et à ses conséquences. Les interventions et les ressources doivent être adaptées à leur réalité individuelle, culturelle, spirituelle, géographique et collective afin qu'elles disposent des bons outils pour faire face à la maladie et qu'on reconnaisse leurs forces et leurs ressources internes. C'est pourquoi plusieurs d'entre elles ont besoin de participer à des ateliers créatifs ou à des ateliers de méditation, de musicothérapie, de thérapie par l'art, etc. L'ampleur et la récurrence des besoins psychoaffectifs donnent toute son importance à une étroite collaboration entre les intervenants du réseau de la santé, les ressources psychosociales et les différents groupes de soutien, d'entraide et de bénévoles afin que les personnes atteintes puissent avoir accès au soutien et à l'aide dont elles ont besoin.
  • 41. LA PHASE CONCEPTUELLE 37 4. L’infirmières et les soins palliatifs : A. Infirmier : Etre infirmier ne veut pas dire simplement et uniquement maitriser des savoirs faire et des pratiques de soins, mais veut dire essentiellement dispenser aux patients des soins holistiques et prendre en compte toutes les dimensions de sa vie « physiques, psychologiques, émotionnelles et sociales ». L’infirmer est également la personne qui se caractérise par sa proximité et sa permanence auprès des patients, en d’autres termes l’infirmier est le plus proche du patient parce qu’il est tout le temps à ses côtés. Virginia Henderson disait que « Dans la plupart des pays, l’on peut dire que l’infirmier est le seul à offrir un service de 24 heures par jour à ceux qui en ont besoin. Pour cette seule raison, elle est la mieux placée pour aider le malade à conserver le désir de vivre, à s’adapter aux inconvénients de son état ou à mourir avec dignité quand la mort est inévitable ». B. Soins palliatif : a. Définition de soin palliatif : L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a reformulé en 2002 sa propre définition : << Les soins palliatifs cherchent à améliorer la qualité de vie des patients et de leur famille, face aux conséquences d'un maladie potentiellement mortelle par la prévention et le soulagement de la souffrance, identifiée précocement et évaluée avec précision ainsi que le traitement de la douleur et des autres problèmes physique, psychologique et spirituels qui sont liés. >> En 1990, la Société Française d'Accompagnement et de soins Palliatifs (SFAP) indique dans le Préambule de son statut que <<Les soins palliatifs sont des soins actifs dans une approche globale de la personne atteinte d'une maladie grave, évolutive ou terminale. Son objectif est de soulager les douleurs physiques ainsi que les autres symptômes et de prendre en compte la souffrance psychologique, sociale et spirituelle. >> La loi du 9 juin 1999 visant à garantir le droit à l'accès aux soins palliatifs donne la définition suivante : << Les soins palliatifs sont des soins actifs et continus pratiqués par une équipe interdisciplinaire en institutions ou à domicile. Ils visent à soulager la douleur, à apaiser la souffrance psychique, à sauvegarder la dignité de la personne malade et à soutenir son entourage. >>
  • 42. LA PHASE CONCEPTUELLE 38 Selon le Ministère de Santé Marocaine : << Les soins palliatifs (SP) visent l'amélioration de la qualité de vie des patients et de leurs familles, face aux conséquences d'une maladie potentiellement mortelle, par la prévention et le soulagement de la souffrance, identifiée précocement et évaluée avec précision ainsi que le traitement de la douleur et des autres problèmes physiques, psychologiques et spirituels qui lui sont liés.>> b. Pour quelles maladies: Toutes les personnes atteintes d'une maladie grave ; évolutive ; mettant en jeu le pronostic vital, en phase avancée ou terminale, prouvent bénéficier de soin palliatifs et de l'accompagnement: personnes souffrant d'un cancer, du sida, d'une maladie neurologique dégénérative (sclérose en plaque, maladie de Parkinson, sclérose latérale amyotrophique, etc.), des suites d'un accident vasculaire cérébral grave, de la maladie d'Alzheimer (ou autre démence), etc. Les soins palliatifs concernent aussi les patients hospitalisés dans des services de réanimation ou de soins intensifs lorsque l'évolution de la maladie qui a nécessité l'admission dans ces services est défavorable et que l'objectif de soins n'est plus la guérison. Enfin, ils s'adressent également aux patients âgés dans des situations complexes de maladies multiples ou aux nouveau-nés avec malformations néonatales. c. À quels moments de la maladie : Les soins palliatifs ne sont pas réservés aux malades en fin de vie. Ils sont mis en place au cours de différentes périodes de la maladie. Les soins palliatifs peuvent être pratiqués tôt dans la maladie, pour aider à mieux la vivre et pour anticiper les difficultés qui pourraient survenir. Ils sont alors associés à des traitements dont l'objectif est de guérir ou de ralentir l'évolution de la maladie (chimiothérapie, radiothérapie, etc.). Dans ces situations, les patients, qui ne sont pas forcément hospitalisés, peuvent rencontrer les équipes de soins palliatifs lors de consultations ou en hôpital de jour, et parfois de façon très ponctuelle, pour soulager certains symptômes déclenchés par la maladie (douleur, asthénie, etc.). Lorsque les traitements spécifiques comme la chimiothérapie n'apportent plus de guérison ou de rémission durable, les soins palliatifs visent alors prioritairement à améliorer la qualité de vie du patient.
  • 43. LA PHASE CONCEPTUELLE 39 d. Domaine d'application des soins palliatifs : Tous les professionnels de santé doivent être en mesure de pratiquer des soins palliatifs, que ce soit au domicile, à l'hôpital ou en institution (maisons de retraite, établissements médico-sociaux, foyers de vie, maisons d'accueil spécialisées, etc.). Dans certaines situations médicales ou sociales complexes, les professionnels de santé qui suivent la personne malade peuvent toutefois avoir besoin de faire appel à des structures ou à des dispositifs spécialisés en soins palliatifs. e. Les unités de soins palliatifs (USR) : Ce sont des unités intégrées au sein d'hôpitaux, accueillant des patients dans le cadre d'une hospitalisation conventionnelle. Elles offrent une prise en charge pluridisciplinaire, de la personne malade et de son entourage. Elles assurent la prise en charge des fins de vie particulièrement difficiles et le contrôle des symptômes rebelles. Elles forment les professionnels de santé à cette approche globale du patient en fin de vie et de sa famille, pour qu'ils puissent appliquer ces connaissances sur leurs lieux d'exercice habituels. Elles développent une recherche spécifique en soins palliatifs. La formation, l'aménagement des locaux, l'utilisation de matériels spécifiques font de ces unités des structures pilotes pour la formation des professionnels et la recherche. Ces unités sont complémentaires des services qui accueillent des patients susceptibles de relever de ce type de soins et qui continuent dans la majorité des cas à les assurer. La création d'unités fixes est privilégiée dans les CHU, qui dans le cadre de leur triple mission de soins/enseignement/recherche doivent contribuer à la diffusion des connaissances en soins palliatifs. f. Objectif et but des soins palliatifs : L'objectif des soins palliatifs est d'améliorer la qualité de vie des personnes malades, en soulageant leurs souffrances physique, psychique ou morale pendant toute la durée de la maladie. Le soulagement de la douleur et des symptômes gênants Prendre en charge la douleur est une obligation législative et morale pour l'ensemble des soignants, médicaux et non-médicaux. De nombreux médicaments à visée anti- douleurs (antalgique) existent maintenant, en particulier la morphine et ses dérivés. Utilisés de manière adaptée à chaque situation, ils sont le plus souvent efficaces et bien tolérés.
  • 44. LA PHASE CONCEPTUELLE 40 Un traitement antalgique bien conduit prend en charge la douleur ressentie de manière permanente par le malade, ainsi que les douleurs ponctuelles pouvant être provoquées par des soins par exemple. Dans certains cas, pour être plus efficace dans la prise en charge de la douleur, d'autres catégories de médicaments sont proposées pour soulager le patient, en particulier des antidépresseurs ou des antiépileptiques. L'évolution de la maladie ou les effets de certains traitements comme les anticancéreux peuvent donner lieu à l'apparition de symptômes gênants: fatigue, nausées, vomissements, troubles respiratoires, etc., qui doivent être évalués et traités de manière rapide et efficace dans la mesure du possible.
  • 45. LA PHASE CONCEPTUELLE 41 5. Relation soignant / soigné: A. Relation soignant / soigné: a. Relation: Activité ou une situation dans laquelle plusieurs personnes sont susceptible d'agir mutuellement les unes sur les autres. Ce sont des modalités pratiques, concrètes par les quelles 2 ou plusieurs personnes communiquent ou se fréquentent. C'est un lien de dépendance ou d'influence réciproque dans quelques domaines que ce soit. b. Soignant : Un soignant est une personne qui donne des soins, ainsi le mot soignant désigne l'ensemble de (2) l'équipe pluridisciplinaire qui entoure le patient (médecin. infirmier. Aide-soignant) c. Le soigné : Personne qui reçoit des soins. B. Les caractéristiques de la relation soignant / soigné : Caractéristiques de la relation soignant/ soigné :  Attention de ne pas être soignant face à un soigné. On est dans des relations entre sexes différents socialisés différemment.  Relation de corps à corps.  Relation qui s'inscrit dans une temporalité : il y a un début et une fin.  Relation de dépendance du soigné vis-à-vis du soignant.  Relation d'inégalité et d'espérance qui a de fortes analogies avec la relation parent / enfant : on parle de mouvement transférentiel.  Relation soignant / soigné c'est la rencontre d'une double souffrance. La question de la souffrance des soignants à longtemps était taboue. C'est un résultat qui ressort de toutes les études sur l'hôpital mais ce résultat n'a pas toujours été pris en compte. Depuis 2006 il existe un observatoire de la souffrance des soignants.
  • 46. LA PHASE CONCEPTUELLE 42 C. Différents types de relations : a. Relation de dépendance : C'est une relation de hiérarchie. C'est un contrat implicite entre soignant et soigné dans lequel ce dernier consent régression, soumission et privation en échange de protection, sécurité et bien être. C'est une relation qui rentre dans le cadre de la chartre du patient hospitalisé. Il faut distinguer la dépendance psychique de la dépendance physique, en sachant que l'une peut conduire à l'autre. Certains patients vont rechercher activement cette dépendance car ils vont y retrouver des gratifications régressives (voir son corps être la préoccupation de l'autre). D'autres patients en revanche vont fuir cette dépendance, ils vont vivre les soins de manière intrusive car ça les dévalorise et dégrade leur image. Il existe 2 formes de relations de dépendance: - la forme naturelle : le patient dépend de son soin et le soignant répond à la demande d'aide - la forme pathologique : est un type de relation qui sabote l'autonomie de la Personne et on dit que le glissement de la première forme naturelle à la deuxième vient d'une réponse excessive du soignant. Cette réponse excessive peut conduire au maternage. b. La relation de maternage : Elle est incarnée par l'infirmière, la femme. La relation de maternage est un ensemble de soins corporels donnés à une personne dans un climat protecteur et affectif qui évoque le comportement d'une mère à l'égard de son enfant. WINNICOT dit que quand on est vieux on veut revivre une relation de maternage. Le maternage induit des états régressifs qui risquent d'infantiliser le patient. c. Relation thérapeutique : On dit que la demande du patient est d'abord opératoire (diagnostic, traitement) et que derrière tout besoin exprimé par le soigné il y a une demande d'amour. Toute demande du patient à notre égard nous investit d'un pouvoir énorme.
  • 47. LA PHASE CONCEPTUELLE 43 La relation d'aide permet d'apporter réconfort au patient, elle passe par une étude attentive de la part du soignant et par une attitude empathique. Elle ne peut débuter sans la relation de confiance qui permet au patient d'exprimer ses affects. Cette relation fait partie du rôle propre des infirmiers. L'empathie est quelque chose qui s'apprend. Selon Carl Rogers l'état empathique consisté percevoir avec précision le cadre de référence interne de l'autre ainsi que les composantes émotionnelles et les significations qui lui sont propres comme si on était cette personne. Sans jamais perdre de vue le «< comme si >>. Si l'on perd de vue cette condition essentielle du «< comme si >> il y a un risque d'identification. On n'est pas dans la fusion, dans la contagion émotionnelle ça doit être une compréhension intellectuelle. L'attitude empathique est une attitude sans jugement. La relation d'aide thérapeutique est une technique de soin sur prescription médicale. Du soigné n'est envisagé comme objet de soin mais lorsque le soigné est gêné, c'est-à-dire que son corps est sujet de soin, alors le soignant est gêné aussi. d. Relation éducative : Le soignant a pour rôle de dire ce qu'il faut faire et le soigné de mettre en œuvre ce qui lui est dit. Cette relation a pour but l'éducation, la formation et le développement d'une personne, elle est synonyme de relation pédagogique. Elle est inscrite dans le décret des soins infirmiers. e. Relation coopérative : Elle situe les personnes sur un plan d'égalité regroupées et associées autour d'un but commun, il s'agit d'aider autrui à prendre une décision en la recherchant avec lui. On dit que c'est une relation d'accompagnement ou chaque partenaire à un rôle actif mais pas interchangeable. On doit provoquer une interaction susceptible de favorise facilitation, satisfaction et indépendance avec ce bémol c'est que l'info que l'on va apporter au patient on va l'apporter à un patient qui vit des choses différentes de nous, qui a des affects.
  • 48. LA PHASE CONCEPTUELLE 44 f. Relation d’autorité : C'est la capacité d'une personne occupant une position hiérarchique ou possédante une compétence reconnue d'obtenir de la part de ses collaborateurs et de ses subordonnés une obéissance aux ordres sans avoir à utiliser de violence. C'est une relation de pouvoir et d'influence. Résignation, agressivité, révolte, dépendance et régression. Conséquences sur le soigné lorsqu'on a des attitudes trop autoritaires: passivité, Avoir de l'autorité c'est devenir auteur de soi même dans le sens de s'autoriser à. Et s'est permettre aux autres de devenir auteur d'eu même c'est- à-dire d'acquérir la responsabilité de leurs actes, d'être autonome et d'acquérir progressivement eux-mêmes de l'autorité. i. La relation de confiance : Base de toute relation, la confiance est définit par Santin A, comme la : << foi en quelque chose, en quelqu'un se fier à car il s'agit bien de cela : se fier à un autre, à l'inconnu, se confier pleinement >>.
  • 49. 45 Chapitre 2 : Chapitre 2 : La phase méthodologique
  • 50. LA PHASE MÉTHODOLOGIQUE 46 I. Lieu de recherche Notre étude a été réalisée au niveau de centre d’oncologie Lalla Salma, situé à l'Hôpital Moulay Ismail à Meknès. La Fondation Lalla Salma de lutte contre le Cancer a adopté une démarche participative et multidimensionnelle pour cerner la problématique du cancer. La Fondation, reconnue d’utilité publique, ne se substitue en effet à aucun intervenant, public, privé ou associatif. Elle œuvre, aux côtés de tous ses partenaires, à la mise en place d’un dispositif national de lutte contre le cancer, s’inspirant pour cela des meilleures pratiques dans le domaine. En juin 2014, l’altesse Royale la Princesse Lalla Salma, Présidente de la « Fondation Lalla Salma - Prévention et traitement des cancers », a procédé à l’inauguration du nouveau centre d’oncologie régional de la ville de Meknès, situé dans l’enceinte de l’hôpital Moulay Ismail. Ce centre d’oncologie a pour mission la prise en charge spécialisée des cancers pour la population de Fès- Meknès. Sa construction et son équipement s’inscrivent dans le cadre du partenariat développé entre la Fondation Lalla Salma, le Ministère de la Santé, la Wilaya et les conseils élus de la Région concernée. Cette structure regroupe six entités, en plus de l’administration et des services généraux :  Une unité de consultation ;  Une unité de traitement de radiothérapie ;  Une unité de chimiothérapie hôpital de jour ;  Une unité de pharmacie ;  Un service d’hospitalisation de chimiothérapie ;  Un service d’hospitalisation de radiothérapie. Les différentes unités de ce centre d’oncologie permettront d’accueillir plus de 2 000 patients par an. D’une superficie totale de 5 400 m², la construction a nécessité 18 mois de travaux, et le coût total du projet est de 56 millions de Dirhams. La construction de ce centre rentre dans le cadre du plan national de prévention et de contrôle du cancer ; il vient compléter le schéma de l’offre de soins en oncologie dans la région Fès-Meknès; ainsi tous les malades atteints
  • 51. LA PHASE MÉTHODOLOGIQUE 47 de cancers qui étaient auparavant référés pour une prise en charge à Fès ou à Rabat seront traités dans ce centre régional. (Fondation LALLA SALMA) II. Méthode de recherche : Nous avons utilisé la méthode descriptive. III. Période de la recherche : Notre recherche est commencée au mois de mars 2023, et a pris fin au mois d'Avril de la même année. IV. Echantillonnage: Vu le nombre réduit du personnelles (20 infirmiers au total), nous avons décidé de prendre tous les infirmiers de santé publique comme échantillon ciblé, cette population représente 100% du personnelles. V. Population ciblée : Tous les personnels soignants en nombre de 14infirmiers (es) qui exercent au niveau de centre d'oncologie Lalla Salma à Meknès. VI. Outil d'investigation: Pour l'élaboration de notre étude de recherche nous avons choisi comme outil de recherche le questionnaire, pour le personnel infermièr est composé de 19 questions; dont on trouve des questions fermées et des autres ouvertes.
  • 52. 48 Chapitre 3 : La phase empirique
  • 53. LA PHASE EMPIRIQUE 49 I. Présentation et analyse des données : Question 01 : Quel est votre sexe ? Présentation Tabulaire : Sexe Effectif Pourcentage Femme 12 60% Homme 8 40% Total 20 100% Présentation graphique : Commentaire : D'après le tableau ci-dessus on remarque que :  60% des infirmiers Féminins  40% des infirmiers masculins Femme Homme SEXE Femme Homme
  • 54. LA PHASE EMPIRIQUE 50 Question 02 : Quel est votre âge ? Présentation Tabulaire : Age Effectif Pourcentage % 20 à 30 ans 4 20% 31 à 40 ans 9 45% Plus de 41 ans 7 35% Total 20 100% Présentation graphique : Commentaire : D'après le tableau ci-dessus on remarque que:  20% ont l'âge entre de 20à 30 ans.  45% ont l'âge entre de 31 à 40 ans.  35% ont l'âge plus de 41 ans. 20 à 30 ans 31 à 40 ans Plus de 41 ans AGE 20 à 30 ans 31 à 40 ans Plus de 41 ans
  • 55. LA PHASE EMPIRIQUE 51 Question 03 : Quel est votre filière? Présentation Tabulaire : Filières Effectif Pourcentage % IP 11 55% IA 6 30% AS 3 15% Total 20 100% Présentation graphique : Commentaire : D'après le tableau ci-dessus on remarque que les filières des personnels sont:  55% des personnelles sont des IP.  30% des personnelles sont des IA.  15% des personnelles sont des AS. IP IA AS FILIÈRES IP IA AS
  • 56. LA PHASE EMPIRIQUE 52 Question 04 : Votre ancienneté ? Présentation Tabulaire : Ancienneté Effectif Pourcentage % moins de 5 ans 9 45% 6 à 10 ans 7 35% plus de 11 ans 4 20% Total 20 100% Présentation graphique : Commentaire : D'après le tableau ci-dessus on remarque que l'ancienneté :  45% des personnels infirmiers ont une expérience de moins de 5 ans.  20% ont l'âge entre de 6 et 10 ans.  35% ont l'âge plus de 11 ans. moins de 5 ans 6 à 10 ans plus de 11 ans ANCIENNETÉ moins de 5 ans 6 à 10 ans plus de 11 ans
  • 57. LA PHASE EMPIRIQUE 53 Question 05 : Depuis quand travaillez-vous dans ce service ? Présentation Tabulaire : Travaille en service Effectif Pourcentage % De 5 à 10 ans 11 55% plus de 11 ans 9 45% Total 20 100% Présentation graphique : Commentaire : D'après le tableau ci‑dessus, le personnel infirmier a de l'ancienneté dans ce service :  55% des personnelles ont une expérience dans le domaine paramédicale entre 5 et 10 ans.  45% des personnelles ont une expérience au de la de 11 ans. De 5 à 10 ans plus de 11 ans TRAVAILLE EN SERVICE De 5 à 10 ans plus de 11 ans
  • 58. LA PHASE EMPIRIQUE 54 Question 06 : Avez-vous assisté à une formation en soutien psychologique ? Présentation Tabulaire : Réponse Effectif Pourcentage % Oui 9 45% Non 11 55% Total 20 100% Présentation graphique : Commentaire : D'après le tableau ci-dessus on remarque que l'ancienneté :  45 % des infirmières ont été formées au soutien psychologique.  55% des infirmières sont sans formation en soutien psychologique. Oui Non FORMÉE EN SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE Oui Non
  • 59. LA PHASE EMPIRIQUE 55 Connaissance sur le soutien psychologique : Question 07 : Est-ce que le soutien psychologique à un rôle important pour soulager la douleur ? Présentation Tabulaire : Réponse Effectif Pourcentage % Oui 16 80% Non 4 20% Total 20 100% Présentation graphique : Commentaire : D'après le tableau ci-dessus on remarque que  80% des infirmières répondre que le soutien psychologique a un rôle important dans la diminution de la douleur.  20% des infirmières répondaient que le soutien psychologique n’est pas important dans la diminution de la douleur. Oui Non LE ROLE DU SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE Oui Non
  • 60. LA PHASE EMPIRIQUE 56 Question 08 : Est-ce que le malade cancéreux a besoin d’un soutien psychologique ? Présentation Tabulaire : Réponse Effectif Pourcentage % Oui 20 100% Non 0 0% Total 20 100% Présentation graphique : Commentaire : D'après le tableau ci-dessus on remarque que:  100% des infirmières répondre que le malade cancéreux a besoin d'un soutien psychologique. Oui Non LE BESOIN D'UN SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE Oui Non
  • 61. LA PHASE EMPIRIQUE 57 Question 09 : En tant qu’infirmière, est-ce que vous participez à la prise en charge psychologique des patients ? Présentation Tabulaire : Réponse Effectif Pourcentage % Oui 12 60% Non 8 40% Total 20 100% Présentation graphique : Commentaire : D'après le tableau ci-dessus on remarque que:  60% des infirmières sont concernés par la prise en charge psychologique des patients.  40% des infirmières ne sont pas concernés par la prise en charge psychologique des patients. Oui Non RELATION DE L'INFIRMIER AVEC LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE Oui Non
  • 62. LA PHASE EMPIRIQUE 58 Question 10 : La prise en charge psychologique a-t-elle un intérêt sur l'état général du patient? Présentation Tabulaire : Réponse Effectif Pourcentage % Oui 16 80% Non 4 20% Total 20 100% Présentation graphique : Commentaire : D'après le tableau ci-dessus on remarque que :  80% des infirmières on dit que la prise en charge psychologique a un intérêt pour l'état général du patient.  20% des infirmières on dit que la prise en charge psychologique n’a pas d’intérêt pour l'état général du patient. Oui Non L'INTÉRET DE LA PEC PSYCHOLOGIQUE Oui Non
  • 63. LA PHASE EMPIRIQUE 59 Question 11 : La psychothérapie est-elle un moyen de soulager la douleur chez un patient? Présentation Tabulaire : Réponse Effectif Pourcentage % Oui 6 30% Non 14 70% Total 20 100% Présentation graphique : Commentaire : 30% des personnels on dit que psychothérapie est un moyen de soulager la douleur chez un patient cancéreux. 70% des personnels on dit que psychothérapie n’est pas un moyen de soulager la douleur chez un patient cancéreux. Car cette douleur est intense et elle est insupportable. Oui Non LA PSYCHOTHÉRAPIE ET LA DOULEUR Oui Non
  • 64. LA PHASE EMPIRIQUE 60 Question 12 : Savez-vous que l’accueil est la pierre angulaire de la prise en charge psychologique de patient atteint du cancer de prostate? Présentation Tabulaire : Réponse Effectif Pourcentage % Oui 18 90% Non 2 10% Total 20 100% Présentation graphique : Commentaire : La majorité (90%) des personnelles infirmeries ont dit que l'accueil est la pierre angulaire de la prise en charge psychologique de patient atteint du cancer. Un petit Pourcentage (10%) répondu par non. Oui Non L'IMPOTANT DE L'ACCUEIL DANS LA PEC PSYCHOLOGIQUE Oui Non
  • 65. LA PHASE EMPIRIQUE 61 Question 13 : Savez-vous que communiquer avec le patient facilite le prise en charge de celui-ci ? Présentation Tabulaire : Réponse Effectif Pourcentage % Oui 15 75% Non 5 25% Total 20 100% Présentation graphique : Commentaire : La majorité des personnelles infirmières (75%) ont dit oui, la communication avec le patient facilite la prise en charge de celui-ci. Et un petit pourcentage (25%) répondu par non. À cause des fausse aider sur le cancer de la prostate. Oui Non L'IMPORTANT DE LA COMMINICATION Oui Non
  • 66. LA PHASE EMPIRIQUE 62 Question 14 : Est-ce que la prise en charge psychologique construit un lien moral infirmier patient atteint du cancer de prostate ? Présentation Tabulaire : Réponse Effectif Pourcentage % Oui 10 50% Non 10 50% Total 20 100% Présentation graphique : Commentaire : Selon les chiffres, les réponses sont égales :  50% répondu par oui.  50% répondu par non. Oui Non CONSTRUCTION D'UN LIEN MORAL INFIRMIER PATIENT Oui Non
  • 67. LA PHASE EMPIRIQUE 63 Question 15 : Est-ce que la prise en charge psychologique construit en confiance mutuelle infirmier patient attient du cancer de prostate ? Présentation Tabulaire : Réponse Effectif Pourcentage % Oui 13 65% Non 7 35% Total 20 100% Présentation graphique : Commentaire : La majorité (65%) des infirmières ont dit oui, construit la prise en charge psychologique de confiance mutuelle entre les infirmières et le patient atteint du cancer de la prostate. Et (35%) restant d'infirmières a répondu par non. Oui Non LA CONFIANCE MUTUELLE INFIRMIÈRE PATIENT POUR LA PEC PSYCHOLOGIQUE Oui Non
  • 68. LA PHASE EMPIRIQUE 64 Question 16 : Est- ce que la prise en charge psychologique a un temps limité? Présentation Tabulaire : Réponse Effectif Pourcentage % Oui 0 0% Non 20 100% Total 20 100% Présentation graphique : Commentaire : D'après le tableau ci-dessus on remarque que:  100% des infirmières répondre que la prise en charge psychologique n’est pas du temps limité. Oui Non DURÉE DE PEC PSYCHOLOGIQUE Oui Non
  • 69. LA PHASE EMPIRIQUE 65 Question 17 : Trouvez-vous des difficultés dans la prise en charge psychologique du patient atteint cancer de prostate ? Présentation Tabulaire : Réponse Effectif Pourcentage % Oui 11 55% Non 9 45% Total 20 100% Présentation graphique : Commentaire : La plupart des infirmières (55%) ont répondus qu'ils sont des difficultés dans la prise en charge psychologique pour les patients atteint de cancer. Alors que (45%) d'un infirmier (es) ont répondus non. Oui Non DIFFICULTÉS DANS LA PRISE EN CHARGE PSYCHOLOGIQUE Oui Non
  • 70. LA PHASE EMPIRIQUE 66 Question 18 : Est-ce que le soin palliatif a un rôle pour le traitement ? Présentation Tabulaire : Réponse Effectif Pourcentage % Oui 19 95% Non 1 5% Total 20 100% Présentation graphique : Commentaire : La majorité (95%) des infirmières ont dit oui, le soin palliatif à un rôle très important dans le traitement. Et il est resté un petit pourcentage d'infirmières ne dépassent pas (5%) ont répondu non. Oui Non LE SOIN PALLIATIFS ET LE TRAITEMANT Oui Non
  • 71. LA PHASE EMPIRIQUE 67 Question 19 : si vos aura l'occasion d’améliorer votre compétence concernant le soutien psychologique, devez-vous le faire? Présentation Tabulaire : Réponse Effectif Pourcentage % Oui 17 85% Non 3 15% Total 20 100% Présentation graphique : Commentaire : La majorité (85%) des infirmières ont dit oui, parce que la science se développe et la recherche ne s'arrête pas. Alors que (15%) d'un infirmier (es) ont répondus non. Oui Non AMÉLIORATION DES COMPÉTENCE Oui Non
  • 72. LA PHASE EMPIRIQUE 68 II. Synthèse globale: À partir de notre recherche on a trouvé que L’infirmier spécialisé en oncologie a pour objectif d’améliorer ou de rétablir la santé des patients souffrant de maladies cancéreuses. Il accompagne les patients et leurs familles aux différents stades de la maladie (phases de prévention, de guérison et de soins palliatifs). Dans ce cadre, l’infirmier constitue un soutien psychologique et aide le patient à divertir sa maladie, à se rétablir ou à défaut, l’accompagne face à la mort dans les meilleures conditions possibles. L’infirmier en oncologie a également un rôle relationnel très important. Il est la personne-ressource qui informe le patient et sa famille sur les soins prodigués, les examens programmés, les traitements mis en place et leurs effets secondaires. Il est le garant du respect des décisions du patient en ce qui concerne sa propre santé.
  • 73. LA PHASE EMPIRIQUE 69 III. Suggestions : Pour donner une valeur ajoutée à notre travail de fin d'étude, nous proposons les solutions suivantes : ✓ Mètre en place une zone d'accueil spécialise de cancer. ✓ Formation continue et dynamique (séminaire) de personnel sur la psychologie. ✓ Formation de l’infirmières spécialisée dans le domaine d'oncologie.
  • 75. CONCLUSION 71 Le patient cancéreux nécessite une prise en charge psychologique d'autant plus que le cancer est une maladie mettant en jeu (à plus ou moins long terme) le pronostic vital, qu'il s'accompagne le plus souvent de traitements pénibles et que dans l'imaginaire collectif, son image est déplorable. Cette prise en charge doit être assurée pendant toute la durée de la maladie par la profession médicale et l'équipe soignante. Ensuite, après l'analyse des résultats globale, nous constatons que la majorité des infirmiers de centre d'oncologie LALLA SALMA et d'outre population confirme que les : La totalité des infirmières confirment que le rôle infirmières est très important dans le soutien psychologique des patients atteint de cancer de la prostate.
  • 76. 72 Bibliographique : Les Dictionnaires :  Larousse médical, France cedex 06, 2003  Larousse Médicale Le site :  http://www.infirmiers.com/etudiants-en-ifsi/cours/les-soins-palliatifs.  http://users.skynet.be/catherine.lasseaux/claudine/generalites/accueil  www.e-cancer.fr> Qualité de vie/Douleur et cancer - Douleur | Instit  www.cedrin.net/ La psychothérapie: ses méthodes et techniques  https://www.who.int/fr  https://www.academie-medecine.fr/le-dictionnaire/index.php?q Les Mémoires :  L'intérêt de la prise en charge psychologique pour diminuer la douleur chez un patient atteint de cancer.  La prise en charge psychologique dans le processus des soins anticancéreux des patientes ayant un cancer du sein.  Rôle de l'ide devant un malade opérer pour adénome de la prostate. Journal scientifique :  Dépistage du cancer de la prostate en France (J.-F. Morère, C. Touboul ELSEVIER 2020.  Psychologie de la santé et cancers (F. Cousson-Géliea, F. Sordes-Ader) ELSEVIER 2012.  Guide pratique des soins infirmiers en oncologie. (Fondation LALLA SALMA) Edition 2021  PLAN NATIONAL DU CANCER DE PRÉVENTION ET DE CONTRÔLE 2020 – 2029 (Fondation LALLA SALMA)  Recommandation en onco-urologie du CCAFU : cancer de la prostate. (Salomon L et al.) ELSEVIER 2013.  Société canadienne du cancer, 2017.  G.P. Haas et Al. ,2009.
  • 77. 73 Annexes : Questionnaire destine aux personnels infirmiers exerçant au niveau de centre d’oncologique LALLA Salma à Meknès. Ce questionnaire s’inscrit dans une problématique de recherche relative au : Thème : Le rôle infirmier dans le soutien psychologique devant le cancer de la prostate Nous vous prions de vouloir contribuer a cet effort pour que notre travail soit le plus authentique possible votre opinion sur les questions est très importante Nous Vous informons qu’il s’agit d’un questionnaire anonyme. Nous vous remercions d’avances pour votre contribution : Etablissement : Hôpital Molay Ismail Service : Centre d’oncologie LALLA Salma
  • 78. 74 Les questions : Cochez la ou les bonne(s) réponse(s) 1- Sexe : H F 2- Age : de 20 à 30 ans de 31 à 40 ans Plus de 41 ans 3-Filiere : IP IA AS 4-Ancienneté : (-) de 5 ans entre 6 et 10 ans (+) de 11 ans 5- Depuis quand travaillez-vous dans ce service ? Entre 5 et 10 ans plus 11 ans autres 6- Avez-vous assisté à une formation en soutien psychologique? Oui Non 7-Est-ce que le soutien psychologique a un rôle pour soulager la douleur ? Oui Non 8-Est ce que le malade cancéreux a besoin d’un soutien psychologique ? Oui Non 9- En tant qu'infirmière, est-ce que vous participez à la prise en charge psychologique des patients? Oui Non 10- La prise en charge psychologique a-t-elle un intérêt sur l'état général du patient? Oui Non 11- La psychothérapie est-elle un moyen de soulager la douleur chez un patient? Oui Non Si non, justifier ………………………………………………………….. 12- Savez-vous que l’accueil est la pierre angulaire de la prise en charge psychologique de patient atteint du cancer de prostate ? Oui Non 13-Savez-vous que communiquer avec le patient facilite le prise en charge de celui-ci ?
  • 79. 75 Oui Non Si non, justifier …………………………………………………………….. 14-Est-ce que la prise en charge psychologique construit un lien moral infirmier patient atteint du cancer de prostate ? Oui Non 15-Est-ce que la prise en charge psychologique construit en confiance mutuelle infirmier patient attient du cancer de prostate ? Oui Non 16- Est- ce que la prise en charge psychologique a un temps limité ? Oui Non 17-Trouvez-vous des difficultés dans la prise en charge psychologique du patient atteint cancer de prostate ? Oui Non 18-Est-ce que le Soin palliatif a un rôle pour le traitement ? Oui Non 19- si vos aura l'occasion d’améliorer votre compétence concernant le soutien psychologique, devez-vous le faire? Oui Non Justifier………………………………………………………………….