SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  2
Publi-rédactionnel réalisé en collaboration avec les laboratoires Covidien
COVIDIEN, COVIDIEN plus logo, le logo de Covidien et positive results for life
sont des marques de Covidien AG enregistrées aux États-Unis et au niveau
international. Les autres marques sont des marques déposées
d’une société de Covidien.




     Place des sondes d’intubation Mallinckrodt™
     TaperGuard™ dans la prévention des complications
     pulmonaires post intubation

     Les complications pulmonaires peuvent conduire à de sévères complications
     telles que des détresses respiratoires et des pneumonies acquises sous ven-
     tilation mécanique (PAVM).
     Les pneumonies constituent la seconde infection nosocomiale en termes
     d’incidence et la première infection acquise en réanimation. La majorité de ces
     infections surviennent au cours ou à la suite de la ventilation mécanique qu’elle
     soit initiée au bloc opératoire ou en réanimation. Les (PAVM) engendrent une
     morbidité importante, prolongeant la durée de la ventilation, les soins intensifs
     et le séjour hospitalier ayant ainsi pour conséquence une forte augmentation




                                                                                                 ite
     des dépenses hospitalières. Cette complication concerne 10 à 25  % des
     patients ventilés, sa fréquence augmentant avec la durée de la ventilation
     mécanique. Au décours d’une chirurgie, l’apparition d’une pneumonie posto-




                                                                                          rd
     pératoire précoce (PPOP) peut concerner un grand pourcentage de patients
     (jusqu’à 20 %), en particulier pour les chirurgies les plus à risque (thoracique




                                                                                   te
     et abdominale) ou pour les patients les plus fragiles (patients âgés, chirurgie
     longue). Ces complications pulmonaires post intubation peuvent représenter
     jusqu’à 50 % des prescriptions d’antibiotiques dans un service et une part
     importante de la mortalité hospitalière (1).
                                                                                 in               Sonde d’intubation MallinckrodtTM TaperguardTM
                                                                             n
     Micro-inhalations et complications infectieuses lors d’intubations
                                                                       io

     Même si la physiopathologie de ces complications infectieuses reste complexe et multifactorielle, il est désormais reconnu que
                                                                ct


     leur survenue résulte de la colonisation des voies aériennes par de nombreux pathogènes. Cette colonisation est aggravée
     par l’existence d’un reflux de liquide gastrique, salive, sang ou fluides des voies aériennes supérieures dans la trachée et les
                                                       du



     poumons lors de l’intubation. Ces phénomènes sont amplifiés en cas de manipulations ORL ou de dispositifs invasifs. Ephgrave
     et al, analysant 140 patients opérés de manière programmé, ont ainsi retrouvé la survenue d’une PPOP dans près de 20 % des
     cas. Ces complications engendraient une surmortalité significative (19.2 % vs. 1.7 %) ainsi qu’une prolongation importante de la
                                               ro




     durée de séjour en réanimation (2). Chez ces patients la colonisation de l’appareil respiratoire secondaire à des micro-inhalations
     était retrouvée chez 28 % des patients opérés. La survenue d’une pneumonie nosocomiale ainsi que la mortalité hospitalière qui
                                     ep




     en découle était très significativement augmentée dans ce groupe de patients.


     La sonde d’intubation et son ballonnet : le cœur du problème
                               R




     Considéré par le clinicien comme une protection pour les voies aériennes supérieures, la présence de la sonde elle-même et en
     particulier du ballonnet de celle-ci, joue un rôle central dans la survenue des complications pulmonaires post intubation. La présence
     de la sonde facilite l’adhésion bactérienne et inhibe une partie des mécanismes de défense naturels de l’organisme (inhibition de
     la clairance ciliaire) favorisant la pullulation microbienne. L’accumulation de sécrétions dans l’espace sus-glottique (entre les cordes
     vocales et l’extrémité supérieure du ballonnet gonflé) constitue un réservoir important de germes pathogènes. Cette accumulation
     représente en moyenne 15 ml de sécrétions par jour mais peut aller jusqu’à 100-150 ml chez certains patients (3). L’étanchéité des
     sondes actuelles ne permet pas de garantir l’intégrité de l’arbre trachéal. Ces ballonnets cylindriques de « haut volume et basse
     pression » peuvent en effet être gonflés jusqu’à deux fois le diamètre de la trachée. A basse pression, ces ballonnets sont donc
     incomplètement gonflés en raison de leurs dimensions théoriques plus importantes que le diamètre trachéal. Ceci entraine la
     formation de multiples replis au contact de la trachée et ce sur toute la hauteur du ballonnet. Ces replis peuvent être assimilés à
     des « canaux », faisant communiquer le réservoir sus-glottique, ou se trouvent les germes colonisateurs, et le reste de l’appareil
     respiratoire. Les sécrétions trachéales et leurs germes peuvent donc alors contaminer le reste de l’arbre trachéal et engendrer
     une éventuelle infection. Compte tenu de leur gravité et du cout supplémentaire généré, (prescription antibiotique, durée de
     séjour hospitalier ou en réanimation) la prévention de ces complications est un axe de recherche majeur. L’amélioration attendue
     passe par une meilleure prévention de ces micro-inhalations chez les patients intubés au bloc opératoire pour les patients à risque
     ou en réanimation. La solution est donc de repenser complètement les propriétés de la sonde d’intubation afin d’améliorer son
     étanchéité en utilisant deux techniques complémentaires : la modification du ballonnet lui-même ainsi que l’aspiration sus-glottique.
Les solutions : Mallinckrodt™                                Interview du
TaperGuard™ et TaperGuard™ Evac                              Professeur O. Langeron
Si l’on rend asymétrique le ballonnet, en passant d’une      Département Anesthésie-réanimation - Hôpital de la Pitié-Salpêtrière - Paris
forme cylindrique à une forme de cône, la probléma-
tique des rapports entre sonde-trachée change de             Quelle est la fréquence des complications pulmonaires post-
manière importante. En effet, en gonflant un ballonnet        intubation ? Quels peuvent être leurs effets à long terme sur
asymétrique, les replis générés par la différence de         la santé des patients ?
calibre trachée-sonde diminuent de manière très
significative. De plus, le choix d’une forme conique          Les complications pulmonaires post-intubation sont très fréquentes en réa-
aboutit à une diminution progressive de la largeur de        nimation, leur fréquence est de l’ordre de 10 à 25 % et elles dépendent du
la sonde sur toute sa hauteur. Ainsi la partie distale du    terrain du patient (patients plus fragiles avec des antécédents respiratoires
ballonnet est-elle gonflée de manière quasi-idéale en         tels que qu’une BPCO…) et de la nature de la chirurgie. A long terme, les
raison d’une taille de ballonnet proche de celle de la       pneumonies post-opératoires peuvent nécessiter une antibiothérapie et
trachée. Il n’existe donc plus de phénomène de canaux        un prolongement du séjour hospitalier.
entre l’extrémité supérieure et inférieure de la sonde,
la formation de replis ne pouvant être que très limitée      Dans quelles mesures les micro-inhalations causent des
et exclusivement au niveau de l’extrémité supérieure         complications lors des intubations ?
du ballonnet. Ainsi, dans une étude clinique récente,        Lors d’une intubation, une accumulation de liquides (salive, sang, fluides)
Van den Brande et al ont démontré la protection              due à la diminution de la clairance muccociliaire ainsi que celle du réfe-
apportée par une sonde conique (TaperGuard™) en              lexe de la toux, vont favoriser la colonisation par les germes. La sonde




                                                                                              ite
comparaison d’une sonde classique cylindrique. En            endo-trachéale constituera un chemin de migration pour les germes qui
instillant du bleu de méthylène au niveau gastrique          seront à l’origine des infections pulmonaires profondes. On peut parler de
pendant une chirurgie gastrique chez 63 obèses, les          pneumopathie acquise sous ventilation mécanique (PAVM) mais on peut




                                                                                      rd
auteurs ont pu documenter la présence d’un reflux             également parler de pneumonie associée à une sonde endo-trachéale. (1)
de sécrétions gastrique au dessus de la sonde (4). En




                                                                               te
examinant la trachée en dessous de la sonde d’intu-          Pourquoi la micro-inhalation est-elle toujours un problème
bation avant le retrait de celle-ci, on peut déterminer      dans les salles opératoires ?
la qualité de l’occlusion réalisée par le ballonnet
pendant la ventilation mécanique dans ce contexte à
                                                                        in
                                                             Au bloc opératoire les micro-inhalations peuvent survenir dès le début de
                                                             l’intervention chirurgicale. Les conséquences seront d’autant plus impor-
haut risque de micro-inhalations. Chez tous les patients     tantes si le terrain est à risque respiratoire ou si la chirurgie est lourde
                                                                  n
intubés avec une sonde TaperGuard™, ce test était            (thoracique, abdominale) car cela impacte la fonction respiratoire et cause
négatif, démontrant l’absence de micro-inhalations           la survenue de pneumonies post opératoires.
                                                            io

pendant la chirurgie. Pour 13 des 32 patients intubés
de manière conventionnelle, des micro-inhalations            Quels sont les défis auxquels se confrontent les anesthésistes
                                                            ct


étaient retrouvées. Ces donnés cliniques confirment les       lorsqu’ils essayent de prévenir les micro-inhalations ?
données animales préalables et démontrent la validité        Comment peuvent-ils y faire face?
                                                 du



du concept d’un ballonnet asymétrique (4-5). Pour plus
de sécurité, cette innovation peut être combinée à           Le principal défi des anesthésistes est de cibler les patients à risques.
l’aspiration des sécrétions sus-glottiques (Sonde            Si le risque est important et qu’une intubation plus longue est nécessaire
                                          ro




TaperGuard™ Evac) par le biais d’un canal dédié.             la prévention des complications pulmonaires est un point primordial. Une
Ces techniques permettant de limiter l’accumulation          position adaptée pour une bonne déglutition, un drainage des sécrétions, des
                                 ep




de sécrétions ont en effet démontré leur efficacité à         soins de bouche et un matériel adapté (sonde d’intubation avec un ballonnet
réduire de près de 50 % la survenue des complications        asymétrique), permettent de diminuer significativement l’importance de la
pulmonaires post intubation (PAVM) en réanimation ces        colonisation par les germes des voies aériennes et des poumons.
                           R




dernières années (3).
L’amélioration des sondes d’intubation est une avan-         La micro-inhalation correspond à un reflux des sécrétions
cée importante dans la lutte contre les complications        au-dessus du ballonnet. Quelle est l’efficacité du drainage
pulmonaires post intubation sévères. L’utilisation           subglotique de ces sécrétions lors d’une intervention
systématique de ballonnets taper-shaped diminuant            chirurgicale?
les micro-inhalations, éventuellement couplés à des
dispositifs d’aspiration sus-glottique, permettant une       Lors d’intubations, les sécrétions
meilleure sécurisation de la ventilation mécanique           subglotiques s’accumulent rapide-
et des chirurgies à risque, permettra peut-être enfin         ment. Il faut donc agir en amont
de réduire la morbidité et le surcout associé à ces          afin de prévenir les complications.
complications pulmonaires post intubation.                   Le drainage subglotique peut
                                                             réduire le risque de micro-inhalation
                                                             et de complications pulmonaires.
Références
                                                             1.   Pneumatikos IA, Dragoumanis CK,
1. ATS Guidelines 2005.                                           Bouros DE : Ventilator-associated
2. Ephgrave KS et al., Surgery 1993; 114: 815–819.                pneumonia or endotracheal tube-
                                                                  associated pneumonia? An approach
3. Van den Brande F et al., Eur J Anaesthesiol 2010;              to the pathogenesis and preventive
   27: 250.                                                       strategies emphasizing the importance
4. Lichtenthal P et al. Poster presentation at ISICEM             of endotracheal tube. Anesthesiology.
   2010, March 9-12, Brussels.                                    2009 Mar;110(3):673-80.

5. Muscedere J et al., Crit Care Med. 2011 Aug;39(8):
   1985-91.

Contenu connexe

Tendances

Thrombose veineuse_kane
 Thrombose veineuse_kane Thrombose veineuse_kane
Thrombose veineuse_kane
sfa_angeiologie
 
Explorations fonctionnelles respiratoires (EFR)
Explorations fonctionnelles respiratoires (EFR)Explorations fonctionnelles respiratoires (EFR)
Explorations fonctionnelles respiratoires (EFR)
Dr. Kerfah Soumia
 
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA) Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
Dr. Kerfah Soumia
 
Embolie pulmonaires
Embolie pulmonairesEmbolie pulmonaires
Embolie pulmonaires
belaibzino
 
Dg et CAT devant une hémoptysie
Dg et CAT devant une hémoptysieDg et CAT devant une hémoptysie
Dg et CAT devant une hémoptysie
Dr. Kerfah Soumia
 
Cour n 23 embolie pulmonaires
Cour n  23 embolie pulmonairesCour n  23 embolie pulmonaires
Cour n 23 embolie pulmonaires
Rose De Sable
 
Cardiopathies congenitales1
Cardiopathies congenitales1Cardiopathies congenitales1
Cardiopathies congenitales1
Rose De Sable
 

Tendances (20)

Hemothorax
HemothoraxHemothorax
Hemothorax
 
Thrombose veineuse_kane
 Thrombose veineuse_kane Thrombose veineuse_kane
Thrombose veineuse_kane
 
Maladies pulmonaires
Maladies pulmonairesMaladies pulmonaires
Maladies pulmonaires
 
Explorations fonctionnelles respiratoires (EFR)
Explorations fonctionnelles respiratoires (EFR)Explorations fonctionnelles respiratoires (EFR)
Explorations fonctionnelles respiratoires (EFR)
 
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA) Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
 
Unité thérapeutique de l’insuffisance cardiaque
Unité thérapeutique de l’insuffisance cardiaqueUnité thérapeutique de l’insuffisance cardiaque
Unité thérapeutique de l’insuffisance cardiaque
 
Trombose veineuse profonde Dr. KHACHA
Trombose veineuse profonde Dr. KHACHATrombose veineuse profonde Dr. KHACHA
Trombose veineuse profonde Dr. KHACHA
 
Tétralogie de fallot
Tétralogie de fallotTétralogie de fallot
Tétralogie de fallot
 
Embolie pulmonaire
Embolie pulmonaireEmbolie pulmonaire
Embolie pulmonaire
 
Embolie pulmonaires
Embolie pulmonairesEmbolie pulmonaires
Embolie pulmonaires
 
Séance 8
Séance 8Séance 8
Séance 8
 
Dg et CAT devant une hémoptysie
Dg et CAT devant une hémoptysieDg et CAT devant une hémoptysie
Dg et CAT devant une hémoptysie
 
Cour n 23 embolie pulmonaires
Cour n  23 embolie pulmonairesCour n  23 embolie pulmonaires
Cour n 23 embolie pulmonaires
 
Manoeuvres de recrutement alveolairewallon 2016.24
Manoeuvres de recrutement alveolairewallon 2016.24Manoeuvres de recrutement alveolairewallon 2016.24
Manoeuvres de recrutement alveolairewallon 2016.24
 
Cardiopathies cyanogènes
Cardiopathies cyanogènesCardiopathies cyanogènes
Cardiopathies cyanogènes
 
Coeur pulmonaire chronique
Coeur pulmonaire chroniqueCoeur pulmonaire chronique
Coeur pulmonaire chronique
 
Les œdèmes pulmonaires
Les œdèmes pulmonairesLes œdèmes pulmonaires
Les œdèmes pulmonaires
 
La tvp des mi
La tvp des miLa tvp des mi
La tvp des mi
 
Cardiopathies congenitales1
Cardiopathies congenitales1Cardiopathies congenitales1
Cardiopathies congenitales1
 
Embolie pulmonaire
Embolie pulmonaireEmbolie pulmonaire
Embolie pulmonaire
 

En vedette

Newsletter vii
Newsletter viiNewsletter vii
Newsletter vii
Salutaria
 
Fiche rehab 400
Fiche rehab 400Fiche rehab 400
Fiche rehab 400
casimir91
 
Consulta de alto rendimiento santo domingo
Consulta de alto rendimiento santo domingoConsulta de alto rendimiento santo domingo
Consulta de alto rendimiento santo domingo
Dr. Manuel Concepción
 
Catalogo canulas de taqueotomia covidien shiley
Catalogo canulas de taqueotomia covidien shileyCatalogo canulas de taqueotomia covidien shiley
Catalogo canulas de taqueotomia covidien shiley
Andrés Dante Podestá
 

En vedette (20)

Tep pp final
Tep pp final Tep pp final
Tep pp final
 
Newsletter vii
Newsletter viiNewsletter vii
Newsletter vii
 
Snmvflash info n° 2
Snmvflash info n° 2Snmvflash info n° 2
Snmvflash info n° 2
 
Djo djo
Djo djoDjo djo
Djo djo
 
Fiche rehab 400
Fiche rehab 400Fiche rehab 400
Fiche rehab 400
 
Pubmed Expert
Pubmed ExpertPubmed Expert
Pubmed Expert
 
Consulta de alto rendimiento santo domingo
Consulta de alto rendimiento santo domingoConsulta de alto rendimiento santo domingo
Consulta de alto rendimiento santo domingo
 
Die frohe Welt der D-Dimere
Die frohe Welt der D-DimereDie frohe Welt der D-Dimere
Die frohe Welt der D-Dimere
 
Embolismo pulmonar masivo
Embolismo pulmonar masivoEmbolismo pulmonar masivo
Embolismo pulmonar masivo
 
Kadjóng mengsé ppt
Kadjóng mengsé pptKadjóng mengsé ppt
Kadjóng mengsé ppt
 
Enfermedad tromboembolica venosa dr ivan dario hernandez
Enfermedad tromboembolica venosa  dr ivan dario hernandezEnfermedad tromboembolica venosa  dr ivan dario hernandez
Enfermedad tromboembolica venosa dr ivan dario hernandez
 
Catalogo canulas de taqueotomia covidien shiley
Catalogo canulas de taqueotomia covidien shileyCatalogo canulas de taqueotomia covidien shiley
Catalogo canulas de taqueotomia covidien shiley
 
Tromboembolia Pulmonar Aguda.
Tromboembolia Pulmonar Aguda.Tromboembolia Pulmonar Aguda.
Tromboembolia Pulmonar Aguda.
 
Tromboembolia pulmonar
Tromboembolia pulmonarTromboembolia pulmonar
Tromboembolia pulmonar
 
PAP Therapy Compliance
PAP Therapy CompliancePAP Therapy Compliance
PAP Therapy Compliance
 
Pulmonary embolism in Emergency Department v2.0
Pulmonary embolism in Emergency Department v2.0Pulmonary embolism in Emergency Department v2.0
Pulmonary embolism in Emergency Department v2.0
 
Management of pulmonary embolism in emergency department
Management of pulmonary embolism in emergency departmentManagement of pulmonary embolism in emergency department
Management of pulmonary embolism in emergency department
 
Pulmonary embolism
Pulmonary embolismPulmonary embolism
Pulmonary embolism
 
Obstetric embolism
Obstetric embolismObstetric embolism
Obstetric embolism
 
Electrosurgery Saftey
Electrosurgery SafteyElectrosurgery Saftey
Electrosurgery Saftey
 

Similaire à PR CAMPAIGN 2011 [FRANCE]

Pneumothorax spontane
Pneumothorax spontane Pneumothorax spontane
Pneumothorax spontane
Mehdy Wayzani
 
Anesthésie en chirurgie thoracique finale (3)
Anesthésie en chirurgie thoracique finale (3)Anesthésie en chirurgie thoracique finale (3)
Anesthésie en chirurgie thoracique finale (3)
Hilou Hamid
 
Ponction et biopsie pulmonaires chez les bovins
Ponction et biopsie pulmonaires chez les bovinsPonction et biopsie pulmonaires chez les bovins
Ponction et biopsie pulmonaires chez les bovins
Guillaume Michigan
 
Résumé/summary Filtres Caves JIFA 2012
Résumé/summary Filtres Caves JIFA 2012Résumé/summary Filtres Caves JIFA 2012
Résumé/summary Filtres Caves JIFA 2012
Pelouze Guy-André
 
Affections respiratoires et grossesse (dr kemfang)
Affections respiratoires et grossesse (dr kemfang)Affections respiratoires et grossesse (dr kemfang)
Affections respiratoires et grossesse (dr kemfang)
Idrissou Fmsb
 
Les pneumonies-nosocomiales
Les pneumonies-nosocomialesLes pneumonies-nosocomiales
Les pneumonies-nosocomiales
belaibzino
 
Pleuresie purulente
Pleuresie purulentePleuresie purulente
Pleuresie purulente
belaibzino
 
Amis med.com syndrome epanchement
Amis med.com syndrome epanchementAmis med.com syndrome epanchement
Amis med.com syndrome epanchement
amis-med
 

Similaire à PR CAMPAIGN 2011 [FRANCE] (20)

Pneumothorax spontane
Pneumothorax spontane Pneumothorax spontane
Pneumothorax spontane
 
Anesthésie en chirurgie thoracique finale (3)
Anesthésie en chirurgie thoracique finale (3)Anesthésie en chirurgie thoracique finale (3)
Anesthésie en chirurgie thoracique finale (3)
 
Pneumothorax
PneumothoraxPneumothorax
Pneumothorax
 
Pneumothorax spontané
Pneumothorax spontanéPneumothorax spontané
Pneumothorax spontané
 
Pneumothorax spontané
Pneumothorax spontané Pneumothorax spontané
Pneumothorax spontané
 
20171111 - Perottino - Esperienza della scuola francese
20171111 - Perottino - Esperienza della scuola francese20171111 - Perottino - Esperienza della scuola francese
20171111 - Perottino - Esperienza della scuola francese
 
Ponction et biopsie pulmonaires chez les bovins
Ponction et biopsie pulmonaires chez les bovinsPonction et biopsie pulmonaires chez les bovins
Ponction et biopsie pulmonaires chez les bovins
 
Tomodensitométrie interventionnelle techniques, indication
Tomodensitométrie interventionnelle   techniques, indicationTomodensitométrie interventionnelle   techniques, indication
Tomodensitométrie interventionnelle techniques, indication
 
Drainage Thoracique PowerPoint Mr Glapiack.pdf
Drainage Thoracique PowerPoint Mr Glapiack.pdfDrainage Thoracique PowerPoint Mr Glapiack.pdf
Drainage Thoracique PowerPoint Mr Glapiack.pdf
 
Syndrome d'épanchement gazeux
Syndrome d'épanchement gazeuxSyndrome d'épanchement gazeux
Syndrome d'épanchement gazeux
 
Bronchectasies (DDB)
Bronchectasies (DDB) Bronchectasies (DDB)
Bronchectasies (DDB)
 
IN-Dr-sadaoui.pptx
IN-Dr-sadaoui.pptxIN-Dr-sadaoui.pptx
IN-Dr-sadaoui.pptx
 
Résumé/summary Filtres Caves JIFA 2012
Résumé/summary Filtres Caves JIFA 2012Résumé/summary Filtres Caves JIFA 2012
Résumé/summary Filtres Caves JIFA 2012
 
Syndrome de detresse Respiratoire Aigue DR Brugite KALALA et MS KOKO MUNJUZA ...
Syndrome de detresse Respiratoire Aigue DR Brugite KALALA et MS KOKO MUNJUZA ...Syndrome de detresse Respiratoire Aigue DR Brugite KALALA et MS KOKO MUNJUZA ...
Syndrome de detresse Respiratoire Aigue DR Brugite KALALA et MS KOKO MUNJUZA ...
 
Affections respiratoires et grossesse (dr kemfang)
Affections respiratoires et grossesse (dr kemfang)Affections respiratoires et grossesse (dr kemfang)
Affections respiratoires et grossesse (dr kemfang)
 
Dilatations des bronches
Dilatations des bronchesDilatations des bronches
Dilatations des bronches
 
Les pneumonies-nosocomiales
Les pneumonies-nosocomialesLes pneumonies-nosocomiales
Les pneumonies-nosocomiales
 
Oesophagite caustique
Oesophagite caustiqueOesophagite caustique
Oesophagite caustique
 
Pleuresie purulente
Pleuresie purulentePleuresie purulente
Pleuresie purulente
 
Amis med.com syndrome epanchement
Amis med.com syndrome epanchementAmis med.com syndrome epanchement
Amis med.com syndrome epanchement
 

Dernier

Dernier (7)

Guide bonne pratique fabrication domaine pharmaceutique.pdf
Guide bonne pratique fabrication domaine pharmaceutique.pdfGuide bonne pratique fabrication domaine pharmaceutique.pdf
Guide bonne pratique fabrication domaine pharmaceutique.pdf
 
ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...
ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...
ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...
 
Artificial intelligence and medicine by SILINI.pptx
Artificial intelligence and medicine by SILINI.pptxArtificial intelligence and medicine by SILINI.pptx
Artificial intelligence and medicine by SILINI.pptx
 
La radiothérapie.pptx les différents principes et techniques en radiothérapie
La radiothérapie.pptx les différents principes et techniques en radiothérapieLa radiothérapie.pptx les différents principes et techniques en radiothérapie
La radiothérapie.pptx les différents principes et techniques en radiothérapie
 
Biochimie metabolique METUOR DABIRE_pdf.pdf
Biochimie metabolique METUOR DABIRE_pdf.pdfBiochimie metabolique METUOR DABIRE_pdf.pdf
Biochimie metabolique METUOR DABIRE_pdf.pdf
 
Cours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdf
Cours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdfCours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdf
Cours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdf
 
LES TECHNIQUES ET METHODES EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdf
LES TECHNIQUES ET METHODES  EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdfLES TECHNIQUES ET METHODES  EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdf
LES TECHNIQUES ET METHODES EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdf
 

PR CAMPAIGN 2011 [FRANCE]

  • 1. Publi-rédactionnel réalisé en collaboration avec les laboratoires Covidien COVIDIEN, COVIDIEN plus logo, le logo de Covidien et positive results for life sont des marques de Covidien AG enregistrées aux États-Unis et au niveau international. Les autres marques sont des marques déposées d’une société de Covidien. Place des sondes d’intubation Mallinckrodt™ TaperGuard™ dans la prévention des complications pulmonaires post intubation Les complications pulmonaires peuvent conduire à de sévères complications telles que des détresses respiratoires et des pneumonies acquises sous ven- tilation mécanique (PAVM). Les pneumonies constituent la seconde infection nosocomiale en termes d’incidence et la première infection acquise en réanimation. La majorité de ces infections surviennent au cours ou à la suite de la ventilation mécanique qu’elle soit initiée au bloc opératoire ou en réanimation. Les (PAVM) engendrent une morbidité importante, prolongeant la durée de la ventilation, les soins intensifs et le séjour hospitalier ayant ainsi pour conséquence une forte augmentation ite des dépenses hospitalières. Cette complication concerne 10 à 25  % des patients ventilés, sa fréquence augmentant avec la durée de la ventilation mécanique. Au décours d’une chirurgie, l’apparition d’une pneumonie posto- rd pératoire précoce (PPOP) peut concerner un grand pourcentage de patients (jusqu’à 20 %), en particulier pour les chirurgies les plus à risque (thoracique te et abdominale) ou pour les patients les plus fragiles (patients âgés, chirurgie longue). Ces complications pulmonaires post intubation peuvent représenter jusqu’à 50 % des prescriptions d’antibiotiques dans un service et une part importante de la mortalité hospitalière (1). in Sonde d’intubation MallinckrodtTM TaperguardTM n Micro-inhalations et complications infectieuses lors d’intubations io Même si la physiopathologie de ces complications infectieuses reste complexe et multifactorielle, il est désormais reconnu que ct leur survenue résulte de la colonisation des voies aériennes par de nombreux pathogènes. Cette colonisation est aggravée par l’existence d’un reflux de liquide gastrique, salive, sang ou fluides des voies aériennes supérieures dans la trachée et les du poumons lors de l’intubation. Ces phénomènes sont amplifiés en cas de manipulations ORL ou de dispositifs invasifs. Ephgrave et al, analysant 140 patients opérés de manière programmé, ont ainsi retrouvé la survenue d’une PPOP dans près de 20 % des cas. Ces complications engendraient une surmortalité significative (19.2 % vs. 1.7 %) ainsi qu’une prolongation importante de la ro durée de séjour en réanimation (2). Chez ces patients la colonisation de l’appareil respiratoire secondaire à des micro-inhalations était retrouvée chez 28 % des patients opérés. La survenue d’une pneumonie nosocomiale ainsi que la mortalité hospitalière qui ep en découle était très significativement augmentée dans ce groupe de patients. La sonde d’intubation et son ballonnet : le cœur du problème R Considéré par le clinicien comme une protection pour les voies aériennes supérieures, la présence de la sonde elle-même et en particulier du ballonnet de celle-ci, joue un rôle central dans la survenue des complications pulmonaires post intubation. La présence de la sonde facilite l’adhésion bactérienne et inhibe une partie des mécanismes de défense naturels de l’organisme (inhibition de la clairance ciliaire) favorisant la pullulation microbienne. L’accumulation de sécrétions dans l’espace sus-glottique (entre les cordes vocales et l’extrémité supérieure du ballonnet gonflé) constitue un réservoir important de germes pathogènes. Cette accumulation représente en moyenne 15 ml de sécrétions par jour mais peut aller jusqu’à 100-150 ml chez certains patients (3). L’étanchéité des sondes actuelles ne permet pas de garantir l’intégrité de l’arbre trachéal. Ces ballonnets cylindriques de « haut volume et basse pression » peuvent en effet être gonflés jusqu’à deux fois le diamètre de la trachée. A basse pression, ces ballonnets sont donc incomplètement gonflés en raison de leurs dimensions théoriques plus importantes que le diamètre trachéal. Ceci entraine la formation de multiples replis au contact de la trachée et ce sur toute la hauteur du ballonnet. Ces replis peuvent être assimilés à des « canaux », faisant communiquer le réservoir sus-glottique, ou se trouvent les germes colonisateurs, et le reste de l’appareil respiratoire. Les sécrétions trachéales et leurs germes peuvent donc alors contaminer le reste de l’arbre trachéal et engendrer une éventuelle infection. Compte tenu de leur gravité et du cout supplémentaire généré, (prescription antibiotique, durée de séjour hospitalier ou en réanimation) la prévention de ces complications est un axe de recherche majeur. L’amélioration attendue passe par une meilleure prévention de ces micro-inhalations chez les patients intubés au bloc opératoire pour les patients à risque ou en réanimation. La solution est donc de repenser complètement les propriétés de la sonde d’intubation afin d’améliorer son étanchéité en utilisant deux techniques complémentaires : la modification du ballonnet lui-même ainsi que l’aspiration sus-glottique.
  • 2. Les solutions : Mallinckrodt™ Interview du TaperGuard™ et TaperGuard™ Evac Professeur O. Langeron Si l’on rend asymétrique le ballonnet, en passant d’une Département Anesthésie-réanimation - Hôpital de la Pitié-Salpêtrière - Paris forme cylindrique à une forme de cône, la probléma- tique des rapports entre sonde-trachée change de Quelle est la fréquence des complications pulmonaires post- manière importante. En effet, en gonflant un ballonnet intubation ? Quels peuvent être leurs effets à long terme sur asymétrique, les replis générés par la différence de la santé des patients ? calibre trachée-sonde diminuent de manière très significative. De plus, le choix d’une forme conique Les complications pulmonaires post-intubation sont très fréquentes en réa- aboutit à une diminution progressive de la largeur de nimation, leur fréquence est de l’ordre de 10 à 25 % et elles dépendent du la sonde sur toute sa hauteur. Ainsi la partie distale du terrain du patient (patients plus fragiles avec des antécédents respiratoires ballonnet est-elle gonflée de manière quasi-idéale en tels que qu’une BPCO…) et de la nature de la chirurgie. A long terme, les raison d’une taille de ballonnet proche de celle de la pneumonies post-opératoires peuvent nécessiter une antibiothérapie et trachée. Il n’existe donc plus de phénomène de canaux un prolongement du séjour hospitalier. entre l’extrémité supérieure et inférieure de la sonde, la formation de replis ne pouvant être que très limitée Dans quelles mesures les micro-inhalations causent des et exclusivement au niveau de l’extrémité supérieure complications lors des intubations ? du ballonnet. Ainsi, dans une étude clinique récente, Lors d’une intubation, une accumulation de liquides (salive, sang, fluides) Van den Brande et al ont démontré la protection due à la diminution de la clairance muccociliaire ainsi que celle du réfe- apportée par une sonde conique (TaperGuard™) en lexe de la toux, vont favoriser la colonisation par les germes. La sonde ite comparaison d’une sonde classique cylindrique. En endo-trachéale constituera un chemin de migration pour les germes qui instillant du bleu de méthylène au niveau gastrique seront à l’origine des infections pulmonaires profondes. On peut parler de pendant une chirurgie gastrique chez 63 obèses, les pneumopathie acquise sous ventilation mécanique (PAVM) mais on peut rd auteurs ont pu documenter la présence d’un reflux également parler de pneumonie associée à une sonde endo-trachéale. (1) de sécrétions gastrique au dessus de la sonde (4). En te examinant la trachée en dessous de la sonde d’intu- Pourquoi la micro-inhalation est-elle toujours un problème bation avant le retrait de celle-ci, on peut déterminer dans les salles opératoires ? la qualité de l’occlusion réalisée par le ballonnet pendant la ventilation mécanique dans ce contexte à in Au bloc opératoire les micro-inhalations peuvent survenir dès le début de l’intervention chirurgicale. Les conséquences seront d’autant plus impor- haut risque de micro-inhalations. Chez tous les patients tantes si le terrain est à risque respiratoire ou si la chirurgie est lourde n intubés avec une sonde TaperGuard™, ce test était (thoracique, abdominale) car cela impacte la fonction respiratoire et cause négatif, démontrant l’absence de micro-inhalations la survenue de pneumonies post opératoires. io pendant la chirurgie. Pour 13 des 32 patients intubés de manière conventionnelle, des micro-inhalations Quels sont les défis auxquels se confrontent les anesthésistes ct étaient retrouvées. Ces donnés cliniques confirment les lorsqu’ils essayent de prévenir les micro-inhalations ? données animales préalables et démontrent la validité Comment peuvent-ils y faire face? du du concept d’un ballonnet asymétrique (4-5). Pour plus de sécurité, cette innovation peut être combinée à Le principal défi des anesthésistes est de cibler les patients à risques. l’aspiration des sécrétions sus-glottiques (Sonde Si le risque est important et qu’une intubation plus longue est nécessaire ro TaperGuard™ Evac) par le biais d’un canal dédié. la prévention des complications pulmonaires est un point primordial. Une Ces techniques permettant de limiter l’accumulation position adaptée pour une bonne déglutition, un drainage des sécrétions, des ep de sécrétions ont en effet démontré leur efficacité à soins de bouche et un matériel adapté (sonde d’intubation avec un ballonnet réduire de près de 50 % la survenue des complications asymétrique), permettent de diminuer significativement l’importance de la pulmonaires post intubation (PAVM) en réanimation ces colonisation par les germes des voies aériennes et des poumons. R dernières années (3). L’amélioration des sondes d’intubation est une avan- La micro-inhalation correspond à un reflux des sécrétions cée importante dans la lutte contre les complications au-dessus du ballonnet. Quelle est l’efficacité du drainage pulmonaires post intubation sévères. L’utilisation subglotique de ces sécrétions lors d’une intervention systématique de ballonnets taper-shaped diminuant chirurgicale? les micro-inhalations, éventuellement couplés à des dispositifs d’aspiration sus-glottique, permettant une Lors d’intubations, les sécrétions meilleure sécurisation de la ventilation mécanique subglotiques s’accumulent rapide- et des chirurgies à risque, permettra peut-être enfin ment. Il faut donc agir en amont de réduire la morbidité et le surcout associé à ces afin de prévenir les complications. complications pulmonaires post intubation. Le drainage subglotique peut réduire le risque de micro-inhalation et de complications pulmonaires. Références 1. Pneumatikos IA, Dragoumanis CK, 1. ATS Guidelines 2005. Bouros DE : Ventilator-associated 2. Ephgrave KS et al., Surgery 1993; 114: 815–819. pneumonia or endotracheal tube- associated pneumonia? An approach 3. Van den Brande F et al., Eur J Anaesthesiol 2010; to the pathogenesis and preventive 27: 250. strategies emphasizing the importance 4. Lichtenthal P et al. Poster presentation at ISICEM of endotracheal tube. Anesthesiology. 2010, March 9-12, Brussels. 2009 Mar;110(3):673-80. 5. Muscedere J et al., Crit Care Med. 2011 Aug;39(8): 1985-91.