SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  7
Télécharger pour lire hors ligne
Dr. KERFAH S.
Médecin résidente en pneumo-
phtisiologie EHUOran
Plan de la question
I. Introduction:
II. Physiopathologie:
A) Élévation de la pression hydrostatique capillaire :
B) Baisse de la pression hydrostatique interstitielle :
C) Baisse de la pression oncotique capillaire :
D) Altération de la perméabilité alvéolo-capillaire :
E) Insuffisance du drainage lymphatique :
III. Etiologies:
A) Œdème pulmonaire « de haute pression » :
B) Œdème pulmonaire « à haute perméabilité » :
IV. Diagnostic :
A)Interrogatoire :
B) Examen clinique :
C) Examens complémentaires :
1- Radiographie thoracique :
2- Biologie :
a/ GDS : b/ Peptide natriurétique de type B (BNP) :
c/ Troponine : d/ Ionogramme sanguin – créatinine plasmatique :
3- Bilan cardiaque :
a/ Échodoppler cardiaque : b/ Cathétérisme cardiaque droit :
c/ Électrocardiogramme (ECG) : d/ Coronarographie :
e/ Holter rythmique :
V. Traitement :
A)Buts :
B) Traitement de l'OAP cardiogénique sans signes de gravité :
C) Traitement de l'OAP cardiogénique grave :
D) Traitement étiologique :
VI. Pronostic :
A) Œdème cardiogénique :
B) Œdème non cardiogénique :
Les œdèmes pulmonaires
Objectifs pédagogiques :
a) Connaitre la physiopathologie de
l’OAP.
b) Connaitre les étiologies de l’OAP.
c) Connaitre les traitements de l’œdème
pulmonaire.
I. Introduction :
 L'œdème aigu du poumon (OAP) est une affection pulmonaire secondaire à l'inondation ou l'accumulation
brutale de liquides dans les poumons (alvéoles ou des espaces interstitiels pulmonaires). Cet état est
responsable de troubles des échanges gazeux et peut entraîner une insuffisance respiratoire.
 Le plus fréquemment, il est d'origine cardiaque et dû à une insuffisance cardiaque gauche aiguë (on parle
d'œdème cardiogénique). Il peut également être lié à des lésions du parenchyme pulmonaire (on parle
d'œdème lésionnel) ou à une transfusion d'un trop gros volume liquidien, tel du sang ou solution saline.
II. Physiopathologie :
 Normalement, la quantité de liquide dans l'interstitium pulmonaire est liée à l'équilibre entre le passage de
liquide à travers l'endothélium capillaire pulmonaire vers les espaces interstitiels et son élimination par le
système lymphatique. La physiopathologie des œdèmes découle d'un déséquilibre dans l'équation
de Starling.
 Plusieurs modifications des facteurs de l’équation de Starling sont potentiellement génératrices d’OP :
 Augmentation de la PHc ;
 Baisse initiale de la Phi ;
 Baisse de la Poc ;
 Augmentation de la perméabilité capillaire (K et s) ;
 Insuffisance du drainage lymphatique ; cette condition ne dépend pas directement de la loi
Starling mais de l’intégrité du réseau lymphatique.
En pratique, les deux facteurs déterminants de la formation de l’OP sont d’une part l’élévation de la PHc
(oedème « de haute pression ») et d’autre part les troubles de la perméabilité capillaire (œdème « à haute
perméabilité »). Les autres facteurs constituent des éléments favorisant le développement de l’œdème.
A) Élévation de la pression hydrostatique capillaire :
 Les cardiopathies gauches sont majoritairement les affections responsables de l’élévation de la PHc. Les
autres causes sont représentées par les excès de perfusion, l’abus des diurétiques osmotiques ou les rares cas
de gêne non cardiogénique au remplissage de l’atrium gauche.
 Les atteintes cardiaques sont susceptibles d'entraîner une  des pressions de remplissage du cœur gauche
(pression télédiastolique VG), entraînant ainsi une  de la pression capillaire pulmonaire. La pression
hydrostatique augmentant, il y a passage de liquide depuis le compartiment sanguin capillaire pulmonaire
vers le secteur interstitiel et les alvéoles pulmonaires : c'est l'œdème pulmonaire. Cette extravasation de
liquide dans les poumons est à l'origine d'une détresse respiratoire : c'est une urgence thérapeutique.
B) Baisse de la pression hydrostatique interstitielle :
 La baisse de la PHi ne suffit généralement pas à elle seule à générer un OP. Théoriquement, la chute
brutale de la pression intra-pleurale provoquée par l’aspiration trop rapide d’un épanchement liquidien ou
aérique peut entraîner une forte diminution de la PHi et aboutir à un OP. Cette conséquence d’une ponction
mal conduite est cependant inconnue en pratique.
 En revanche, les dyspnées inspiratoires sévères qui résultent d’obstructions des voies respiratoires
supérieures (collapsus trachéal, corps étranger, paralysie laryngée, tumeur pharyngienne) entraînent une
chute spectaculaire de la pression intra-thoracique et, en association avec d’autres mécanismes
(stimulation du système sympathique, hypoxémie) , aboutissent à la formation d’un œdème qui peut
s’installer très rapidement.
C) Baisse de la pression oncotique capillaire :
 L’hypoprotéinémie peut être IIaire
à des pertes protéiques digestives, à une insuffisance hépatique,
à un syndrome néphrotique ... Elle est susceptible d’induire un œdème sous-cutané en région déclive, mais
ne suffit pas à provoquer seule un OP. Mais, à l’occasion d’une  conjointe de la PHc ou lors d’une
altération de la membrane alvéolo-capillaire, elle peut très efficacement contribuer à la formation de l’OP.
D) Altération de la perméabilité alvéolo-capillaire :
 Les lésions de l’endothélium vasculaire et de l’épithélium alvéolaire, quelle que soit leur origine,
permettent le passage des protéines et donc de liquide du compartiment vasculaire au compartiment extra-
vasculaire en modifiant les indices de perméabilité K et d’imperméabilités.
 Les altérations de la paroi vasculaire empêchent les colloïdes de l’interstitium de jouer leur rôle protecteur
osmotique, la PHc devient alors un facteur majeur de l’envahissement interstitiel par le liquide et une faible
élévation de cette pression peut conduire rapidement à une accumulation excessive. La libération de
médiateurs vasoactifs contribue également à l’augmentation de PHc.
E) Insuffisance du drainage lymphatique :
 L’OP dû à l’obstruction ou à la compression des voies lymphatiques est rare et essentiellement secondaire
à un processus néoplasique du système lymphatique (carcinomatose) ou le comprimant. La gêne du retour de
la lymphe dans le courant veineux lors d’hypertension veineuse systémique est un facteur favorisant de l’OP.
III. Etiologies :
A) Œdème pulmonaire « de haute pression » :
B) Œdème pulmonaire « à haute perméabilité » :
IV. Diagnostic :
A) Interrogatoire :
 L’anamnèse peut conduire à une présomption quant à l’étiologie de l’œdème : antécédents de souffle
cardiaque, de paralysie laryngée, suspicion d’intoxication, traumatisme cérébral, pancréatite…
B) Examen clinique :
Dyspnée : maitre symptôme. Polypnée, survenue plus ou moins brutale surtout nocturne (orthopnée : assis
ou plusieurs oreillers).
Toux : quinteuse, incessante, sèche ou quelques expectorations mousseuses.
Grésillement laryngé.
Cyanose, sueurs, signes de lutte.
Auscultation pulmonaire: crépitants bilatéraux, d'abord aux bases puis s'étendent jusqu'aux sommets ;
formes atypiques : asthme cardiaque (sibilants).
Auscultation cardiaque : normale, tachycardie ou autres anomalies selon l'étiologie (souffle, galop proto-
diastolique en cas d'IVG).
TA (normale, basse ou élevée) oriente vers le mécanisme étiologique, et peut guider le traitement.
Critères de gravité :
Signes d'épuisement : tirage, sueurs, balancement thoraco-abdominal, signes d'hypercapnie,
troubles de la conscience.
État de choc cardiogénique : avec les signes d'hypoperfusion.
C) Examens complémentaires :
1- Radiographie pulmonaire :
 D'abord oedème interstitiel ⇒ lignes de Kerley (A: apex, obliques orientées vers les hiles, B: bases,
perpendiculaires à la paroi, C: péri-hilaires).
 Puis oedème alvéolaire ⇒ opacités floconneuses, mal limitées, confluentes, bilatérales, symétriques,
prédominant aux régions hilaires (en “ailes de papillon”), parfois asymétriques voir unilatérale.
 Les émoussements des culs-de-sac pleuraux sont fréquents, voir des épanchements.
 Cardiomégalie fréquente également dans le contexte d’œdème cardiogénique.
2- Biologie :
a/ Gaz du sang :
 OAP non sévère : hypoxie hypocapnie (effet shunt).
 OAP sévère : hypoxie normocapnie puis hypercapnie et acidose respiratoire.
b/ Peptide natriurétique de type B (BNP) :
 La synthèse en est  en cas de distension des myocytes, comme on le voit typiquement dans une IC.
 Son utilité diagnostique est d’éliminer l’origine cardiaque de l’œdème pulmonaire grâce à son excellente
valeur prédictive négative.
 Le pro-BNP est parfois dosé. Son interprétation est la même mais les seuils sont différents.
 Faux positifs : insuffisance rénale, hypertrophie myocardique, âge et processus infectieux.
c/ Troponine :
 Pas indispensable, mais peut orienter vers une ischémie myocardique
d/ Ionogramme sanguin – créatinine plasmatique : indispensables.
3- Bilan cardiaque :
a/ Échodoppler cardiaque :
 C’est l’examen de choix à la phase aiguë en cas d’OAP mal toléré ou de difficultés diagnostiques, et son
utilité est incontestable dans le bilan de la pathologie cardiaque sous-jacente en examinant la fonction
myocardique et valvulaire.
 Elle évalue la fonction ventriculaire gauche et permet de diagnostiquer une insuffisance cardiaque
systolique (FEVG < 40 %,  du débit aortique et de la fraction de raccourcissement du VG) ou diastolique
(FEVG > 40 % et troubles de la relaxation du VG).
 Le Doppler permet de mettre en évidence une augmentation des pressions de remplissage du ventricule
gauche, dont le retentissement en amont est une augmentation des pressions capillaires pulmonaires.
b/ Cathétérisme cardiaque droit :
 Cet examen invasif ne doit pas être réalisé en première intention en cas d’OAP, ce d’autant plus qu’une
cause cardiogénique est suspectée.
 On note de façon constante une  de la pression capillaire (>18 mmHg) quel que soit le mécanisme
étiologique précis de l’œdème. La pression dans l’OD est le plus souvent élevée.
c/ Électrocardiogramme (ECG) :
 Sa réalisation est indispensable. Il permet d’objectiver des troubles du rythme ou de la conduction, d’une
ischémie …etc, orientant vers la cardiopathie sous-jacente.
d/ Coronarographie :
 À visée diagnostique et thérapeutique en urgence en cas de syndrome coronarien aigu.
 Dans un second temps s’il existe une suspicion de cardiopathie ischémique sous jacente.
e/ Holter rythmique :
 À distance de la phase aiguë, proposé chez tout patient présentant des signes d'arythmie (palpitations,
dyspnées spontanées résolutive, syncopes…).
V. Traitement :
A) Buts :
 Diminuer la pression capillaire pulmonaire.
 Corriger les conséquences de l'œdème sur l'hématose (hypoxie, hypercapnie).
B) Traitement de l'OAP cardiogénique sans signes de gravité :
 Position demi-assise.
 Oxygénothérapie pour SpO2 ≥ 96%.
 Diurétiques : ont la propriété essentielle de diminuer la PHc pulmonaire. Ils luttent efficacement contre
les œdèmes « de haute pression ». Leur utilisation est également indiquée dans les OP à haute perméabilité
car la pression hydrostatique favorise l’exsudation de fluide riche en protéines dans le parenchyme
pulmonaire.
- Le diurétique le plus utilisé car le plus efficace est un « diurétique de l’anse », le furosémide par voie
intraveineuse initialement.
- Ils possèdent également un effet vasodilatateur par voie intraveineuse. Les posologies sont à adapter à la
réponse diurétique et à ses effets sur l’hématose.
- En cas de nécessité de fortes doses, l’administration à la seringue électrique en continu sur 24 h est préférée
aux bolus répétés.
- Le furosémide augmentant la kaliurèse, une surveillance au minimum quotidienne du ionogramme sanguin
est indispensable ainsi qu’une supplémentation potassique.
- La pose systématique d’une sonde urinaire dans le seul but de quantifier la diurèse n’est pas recommandée.
 Vasodilatateurs veineux (dérivés nitrés) : en première ligne, en association avec les diurétiques, dès
que la TA le permet ; 1 à 3 mg/h, arrêt si la PAS < 100 mmHg.
C) Traitement de l'OAP cardiogénique grave :
Prise en charge en soins intensifs.
Ventilation non invasive (CPAP et BiPAP) ou invasive (si trouble de la conscience ou arrêt
cardiorespiratoire)
Inotropes positifs : dobutamine puis adrénaline.
D) Traitement étiologique :
Toujours indiqué.
Doit être instauré le plus rapidement possible.
Arrêt des éventuels traitements inotropes négatifs (bêta-bloquants, inhibiteurs calciques…)
VI. Pronostic :
A) Œdème cardiogénique :
 Toujours grave, surtout dans sa forme alvéolaire. Il dépend essentiellement de la pathologie cardiaque
causale et de la réponse au traitement.
B) Œdème non cardiogénique :
 Son pronostic est généralement sombre et dépend directement de la réversibilité de l’affection qui le
provoque. Malgré les efforts de réanimation, le taux de survie n’excède pas 20 %.

Contenu connexe

Tendances

Syndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleurale
Syndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleuraleSyndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleurale
Syndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleurale
hind henzazi
 
Pleurotomie à minima (Drainage pleural)
Pleurotomie à minima (Drainage pleural)Pleurotomie à minima (Drainage pleural)
Pleurotomie à minima (Drainage pleural)
Dr. Kerfah Soumia
 
Insuffisance respiratoire chronique
Insuffisance respiratoire chroniqueInsuffisance respiratoire chronique
Insuffisance respiratoire chronique
Dr. Kerfah Soumia
 
Gaz du sang artériel
Gaz du sang artériel Gaz du sang artériel
Gaz du sang artériel
S/Abdessemed
 
CAT devant une hémoptysie dr innocent kashongwe
CAT devant une hémoptysie dr innocent kashongweCAT devant une hémoptysie dr innocent kashongwe
CAT devant une hémoptysie dr innocent kashongwe
Université de kinshasa
 
Auscultation de3 lci bahloul
Auscultation de3 lci bahloulAuscultation de3 lci bahloul
Auscultation de3 lci bahloul
killua zoldyck
 
Rx thoracique les grands syndromes
Rx thoracique les grands syndromesRx thoracique les grands syndromes
Rx thoracique les grands syndromes
Hana Hanouna
 

Tendances (20)

Syndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleurale
Syndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleuraleSyndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleurale
Syndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleurale
 
Pleurotomie à minima (Drainage pleural)
Pleurotomie à minima (Drainage pleural)Pleurotomie à minima (Drainage pleural)
Pleurotomie à minima (Drainage pleural)
 
Conduite à tenir devant une Splénomégalie
Conduite à tenir devant une SplénomégalieConduite à tenir devant une Splénomégalie
Conduite à tenir devant une Splénomégalie
 
Insuffisance respiratoire chronique
Insuffisance respiratoire chroniqueInsuffisance respiratoire chronique
Insuffisance respiratoire chronique
 
Anatomie des poumons
Anatomie des poumonsAnatomie des poumons
Anatomie des poumons
 
Rx Thorax
Rx ThoraxRx Thorax
Rx Thorax
 
Gaz du sang artériel
Gaz du sang artériel Gaz du sang artériel
Gaz du sang artériel
 
Cours de sémiologie
Cours de sémiologieCours de sémiologie
Cours de sémiologie
 
Bronchopneumopathies aigues bacteriennes
Bronchopneumopathies aigues bacteriennes Bronchopneumopathies aigues bacteriennes
Bronchopneumopathies aigues bacteriennes
 
CAT devant une hémoptysie dr innocent kashongwe
CAT devant une hémoptysie dr innocent kashongweCAT devant une hémoptysie dr innocent kashongwe
CAT devant une hémoptysie dr innocent kashongwe
 
Syndrome alvéolaire Dr REZGUI.pptx
Syndrome alvéolaire Dr REZGUI.pptxSyndrome alvéolaire Dr REZGUI.pptx
Syndrome alvéolaire Dr REZGUI.pptx
 
Syndrome bronchique
Syndrome bronchiqueSyndrome bronchique
Syndrome bronchique
 
2 hernies discales
 2  hernies discales 2  hernies discales
2 hernies discales
 
Detresse respi 193b detresse resp aigue adulte
Detresse respi 193b detresse resp aigue adulteDetresse respi 193b detresse resp aigue adulte
Detresse respi 193b detresse resp aigue adulte
 
Coeur pulmonaire chronique
Coeur pulmonaire chroniqueCoeur pulmonaire chronique
Coeur pulmonaire chronique
 
Syndromes mediastinaux
Syndromes mediastinauxSyndromes mediastinaux
Syndromes mediastinaux
 
Sarcoidose
SarcoidoseSarcoidose
Sarcoidose
 
Auscultation de3 lci bahloul
Auscultation de3 lci bahloulAuscultation de3 lci bahloul
Auscultation de3 lci bahloul
 
Abces du poumon
Abces du poumonAbces du poumon
Abces du poumon
 
Rx thoracique les grands syndromes
Rx thoracique les grands syndromesRx thoracique les grands syndromes
Rx thoracique les grands syndromes
 

Similaire à Les œdèmes pulmonaires

Forme severe d’insuffisance cardiaque aiguë hypertensive
Forme severe d’insuffisance cardiaque aiguë hypertensiveForme severe d’insuffisance cardiaque aiguë hypertensive
Forme severe d’insuffisance cardiaque aiguë hypertensive
Abryda Aity
 
Insuffisance aortique (1)
Insuffisance aortique (1)Insuffisance aortique (1)
Insuffisance aortique (1)
Rose De Sable
 
Cœur pulmonaire chronique dr henin
Cœur pulmonaire chronique dr heninCœur pulmonaire chronique dr henin
Cœur pulmonaire chronique dr henin
Rose De Sable
 
Pr s latreche_ insuffisance aortique
Pr s latreche_ insuffisance aortiquePr s latreche_ insuffisance aortique
Pr s latreche_ insuffisance aortique
killua zoldyck
 
3-états de choc.pptx médecine général cours ifps
3-états de choc.pptx médecine général cours ifps3-états de choc.pptx médecine général cours ifps
3-états de choc.pptx médecine général cours ifps
titimbenzahir
 

Similaire à Les œdèmes pulmonaires (20)

Right Heart In Septic Shock | Ali JENDOUBI, MD | 2017
Right Heart In Septic Shock | Ali JENDOUBI, MD | 2017Right Heart In Septic Shock | Ali JENDOUBI, MD | 2017
Right Heart In Septic Shock | Ali JENDOUBI, MD | 2017
 
CAT devant une Insuffisance Respiratoireaigue.pptx
CAT devant une Insuffisance Respiratoireaigue.pptxCAT devant une Insuffisance Respiratoireaigue.pptx
CAT devant une Insuffisance Respiratoireaigue.pptx
 
Forme severe d’insuffisance cardiaque aiguë hypertensive
Forme severe d’insuffisance cardiaque aiguë hypertensiveForme severe d’insuffisance cardiaque aiguë hypertensive
Forme severe d’insuffisance cardiaque aiguë hypertensive
 
Bronchopneumopathie Chronique Obstructive
Bronchopneumopathie Chronique ObstructiveBronchopneumopathie Chronique Obstructive
Bronchopneumopathie Chronique Obstructive
 
Insuffisance aortique (1)
Insuffisance aortique (1)Insuffisance aortique (1)
Insuffisance aortique (1)
 
Cœur pulmonaire chronique dr henin
Cœur pulmonaire chronique dr heninCœur pulmonaire chronique dr henin
Cœur pulmonaire chronique dr henin
 
diagnostic de l'embolie pulmonaire
diagnostic de l'embolie pulmonairediagnostic de l'embolie pulmonaire
diagnostic de l'embolie pulmonaire
 
G3 bm unigom pathologie assignement
G3 bm unigom   pathologie assignementG3 bm unigom   pathologie assignement
G3 bm unigom pathologie assignement
 
Pr s latreche_ insuffisance aortique
Pr s latreche_ insuffisance aortiquePr s latreche_ insuffisance aortique
Pr s latreche_ insuffisance aortique
 
INSUFFISANCES RESPIRATOIRES AIGUES ET CHRONIQUES.pptx
INSUFFISANCES  RESPIRATOIRES AIGUES ET CHRONIQUES.pptxINSUFFISANCES  RESPIRATOIRES AIGUES ET CHRONIQUES.pptx
INSUFFISANCES RESPIRATOIRES AIGUES ET CHRONIQUES.pptx
 
Les etats de choc
Les etats de chocLes etats de choc
Les etats de choc
 
anesth rea 2
anesth rea 2anesth rea 2
anesth rea 2
 
Pleurésies à liquide clair
Pleurésies à liquide clairPleurésies à liquide clair
Pleurésies à liquide clair
 
Syndrome d'embolie graisseuse
Syndrome d'embolie graisseuseSyndrome d'embolie graisseuse
Syndrome d'embolie graisseuse
 
3-états de choc.pptx médecine général cours ifps
3-états de choc.pptx médecine général cours ifps3-états de choc.pptx médecine général cours ifps
3-états de choc.pptx médecine général cours ifps
 
Pcc
PccPcc
Pcc
 
Cardiopathies par obstacle du cœur droit
Cardiopathies par obstacle du cœur droitCardiopathies par obstacle du cœur droit
Cardiopathies par obstacle du cœur droit
 
L'oedème non cardiogénique chez le chien et le chat
L'oedème non cardiogénique chez le chien et le chatL'oedème non cardiogénique chez le chien et le chat
L'oedème non cardiogénique chez le chien et le chat
 
Curs 3 franceza
Curs 3   francezaCurs 3   franceza
Curs 3 franceza
 
les-etats-de-choc.pdf
les-etats-de-choc.pdfles-etats-de-choc.pdf
les-etats-de-choc.pdf
 

Plus de Dr. Kerfah Soumia

PEC de lasthme en situation d'urgence
PEC de lasthme en situation d'urgence PEC de lasthme en situation d'urgence
PEC de lasthme en situation d'urgence
Dr. Kerfah Soumia
 
Epidémiologie et étiopathpgénie de lasthme
Epidémiologie et étiopathpgénie de lasthmeEpidémiologie et étiopathpgénie de lasthme
Epidémiologie et étiopathpgénie de lasthme
Dr. Kerfah Soumia
 
Diagnostic et TRT des exacerbations de la BPCO
Diagnostic et TRT des exacerbations de la BPCODiagnostic et TRT des exacerbations de la BPCO
Diagnostic et TRT des exacerbations de la BPCO
Dr. Kerfah Soumia
 
Diagnostic et TRT de la BPCO en état stable
Diagnostic et TRT de la BPCO en état stableDiagnostic et TRT de la BPCO en état stable
Diagnostic et TRT de la BPCO en état stable
Dr. Kerfah Soumia
 
Pneumonie aigue communautaire (PAC)
Pneumonie aigue communautaire (PAC)Pneumonie aigue communautaire (PAC)
Pneumonie aigue communautaire (PAC)
Dr. Kerfah Soumia
 
Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO
Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO
Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO
Dr. Kerfah Soumia
 
La chirurgie dans le cancer bronchique
La chirurgie dans le cancer bronchiqueLa chirurgie dans le cancer bronchique
La chirurgie dans le cancer bronchique
Dr. Kerfah Soumia
 
Endoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchique
Endoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchiqueEndoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchique
Endoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchique
Dr. Kerfah Soumia
 
Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires
Dr. Kerfah Soumia
 
Transmission du BK chez l'homme et dans la collectivité
Transmission du BK chez l'homme et dans la collectivitéTransmission du BK chez l'homme et dans la collectivité
Transmission du BK chez l'homme et dans la collectivité
Dr. Kerfah Soumia
 
Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune
Dr. Kerfah Soumia
 

Plus de Dr. Kerfah Soumia (20)

Mésothélome pleural malin
Mésothélome pleural malin Mésothélome pleural malin
Mésothélome pleural malin
 
PEC de lasthme en situation d'urgence
PEC de lasthme en situation d'urgence PEC de lasthme en situation d'urgence
PEC de lasthme en situation d'urgence
 
Education de lasthmatique
Education de lasthmatique Education de lasthmatique
Education de lasthmatique
 
Epidémiologie et étiopathpgénie de lasthme
Epidémiologie et étiopathpgénie de lasthmeEpidémiologie et étiopathpgénie de lasthme
Epidémiologie et étiopathpgénie de lasthme
 
Syndrome de Goodpasture
Syndrome de Goodpasture Syndrome de Goodpasture
Syndrome de Goodpasture
 
Diagnostic et TRT des exacerbations de la BPCO
Diagnostic et TRT des exacerbations de la BPCODiagnostic et TRT des exacerbations de la BPCO
Diagnostic et TRT des exacerbations de la BPCO
 
Diagnostic et TRT de la BPCO en état stable
Diagnostic et TRT de la BPCO en état stableDiagnostic et TRT de la BPCO en état stable
Diagnostic et TRT de la BPCO en état stable
 
Pneumonie aigue communautaire (PAC)
Pneumonie aigue communautaire (PAC)Pneumonie aigue communautaire (PAC)
Pneumonie aigue communautaire (PAC)
 
Pneumothorax spontané
Pneumothorax spontané Pneumothorax spontané
Pneumothorax spontané
 
Tuberculose et VIH
Tuberculose et VIHTuberculose et VIH
Tuberculose et VIH
 
Maladie de Behçet
Maladie de BehçetMaladie de Behçet
Maladie de Behçet
 
Tuberculose extra-pulmonaire
Tuberculose extra-pulmonaireTuberculose extra-pulmonaire
Tuberculose extra-pulmonaire
 
Rhinite allergique
Rhinite allergiqueRhinite allergique
Rhinite allergique
 
Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO
Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO
Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO
 
La chirurgie dans le cancer bronchique
La chirurgie dans le cancer bronchiqueLa chirurgie dans le cancer bronchique
La chirurgie dans le cancer bronchique
 
Endoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchique
Endoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchiqueEndoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchique
Endoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchique
 
Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires
 
Transmission du BK chez l'homme et dans la collectivité
Transmission du BK chez l'homme et dans la collectivitéTransmission du BK chez l'homme et dans la collectivité
Transmission du BK chez l'homme et dans la collectivité
 
Tuberculose des séreuses
Tuberculose des séreusesTuberculose des séreuses
Tuberculose des séreuses
 
Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune
 

Les œdèmes pulmonaires

  • 1. Dr. KERFAH S. Médecin résidente en pneumo- phtisiologie EHUOran Plan de la question I. Introduction: II. Physiopathologie: A) Élévation de la pression hydrostatique capillaire : B) Baisse de la pression hydrostatique interstitielle : C) Baisse de la pression oncotique capillaire : D) Altération de la perméabilité alvéolo-capillaire : E) Insuffisance du drainage lymphatique : III. Etiologies: A) Œdème pulmonaire « de haute pression » : B) Œdème pulmonaire « à haute perméabilité » : IV. Diagnostic : A)Interrogatoire : B) Examen clinique : C) Examens complémentaires : 1- Radiographie thoracique : 2- Biologie : a/ GDS : b/ Peptide natriurétique de type B (BNP) : c/ Troponine : d/ Ionogramme sanguin – créatinine plasmatique : 3- Bilan cardiaque : a/ Échodoppler cardiaque : b/ Cathétérisme cardiaque droit : c/ Électrocardiogramme (ECG) : d/ Coronarographie : e/ Holter rythmique : V. Traitement : A)Buts : B) Traitement de l'OAP cardiogénique sans signes de gravité : C) Traitement de l'OAP cardiogénique grave : D) Traitement étiologique : VI. Pronostic : A) Œdème cardiogénique : B) Œdème non cardiogénique : Les œdèmes pulmonaires Objectifs pédagogiques : a) Connaitre la physiopathologie de l’OAP. b) Connaitre les étiologies de l’OAP. c) Connaitre les traitements de l’œdème pulmonaire.
  • 2. I. Introduction :  L'œdème aigu du poumon (OAP) est une affection pulmonaire secondaire à l'inondation ou l'accumulation brutale de liquides dans les poumons (alvéoles ou des espaces interstitiels pulmonaires). Cet état est responsable de troubles des échanges gazeux et peut entraîner une insuffisance respiratoire.  Le plus fréquemment, il est d'origine cardiaque et dû à une insuffisance cardiaque gauche aiguë (on parle d'œdème cardiogénique). Il peut également être lié à des lésions du parenchyme pulmonaire (on parle d'œdème lésionnel) ou à une transfusion d'un trop gros volume liquidien, tel du sang ou solution saline. II. Physiopathologie :  Normalement, la quantité de liquide dans l'interstitium pulmonaire est liée à l'équilibre entre le passage de liquide à travers l'endothélium capillaire pulmonaire vers les espaces interstitiels et son élimination par le système lymphatique. La physiopathologie des œdèmes découle d'un déséquilibre dans l'équation de Starling.  Plusieurs modifications des facteurs de l’équation de Starling sont potentiellement génératrices d’OP :  Augmentation de la PHc ;  Baisse initiale de la Phi ;  Baisse de la Poc ;  Augmentation de la perméabilité capillaire (K et s) ;  Insuffisance du drainage lymphatique ; cette condition ne dépend pas directement de la loi Starling mais de l’intégrité du réseau lymphatique. En pratique, les deux facteurs déterminants de la formation de l’OP sont d’une part l’élévation de la PHc (oedème « de haute pression ») et d’autre part les troubles de la perméabilité capillaire (œdème « à haute perméabilité »). Les autres facteurs constituent des éléments favorisant le développement de l’œdème. A) Élévation de la pression hydrostatique capillaire :  Les cardiopathies gauches sont majoritairement les affections responsables de l’élévation de la PHc. Les autres causes sont représentées par les excès de perfusion, l’abus des diurétiques osmotiques ou les rares cas de gêne non cardiogénique au remplissage de l’atrium gauche.  Les atteintes cardiaques sont susceptibles d'entraîner une  des pressions de remplissage du cœur gauche (pression télédiastolique VG), entraînant ainsi une  de la pression capillaire pulmonaire. La pression hydrostatique augmentant, il y a passage de liquide depuis le compartiment sanguin capillaire pulmonaire vers le secteur interstitiel et les alvéoles pulmonaires : c'est l'œdème pulmonaire. Cette extravasation de liquide dans les poumons est à l'origine d'une détresse respiratoire : c'est une urgence thérapeutique.
  • 3. B) Baisse de la pression hydrostatique interstitielle :  La baisse de la PHi ne suffit généralement pas à elle seule à générer un OP. Théoriquement, la chute brutale de la pression intra-pleurale provoquée par l’aspiration trop rapide d’un épanchement liquidien ou aérique peut entraîner une forte diminution de la PHi et aboutir à un OP. Cette conséquence d’une ponction mal conduite est cependant inconnue en pratique.  En revanche, les dyspnées inspiratoires sévères qui résultent d’obstructions des voies respiratoires supérieures (collapsus trachéal, corps étranger, paralysie laryngée, tumeur pharyngienne) entraînent une chute spectaculaire de la pression intra-thoracique et, en association avec d’autres mécanismes (stimulation du système sympathique, hypoxémie) , aboutissent à la formation d’un œdème qui peut s’installer très rapidement. C) Baisse de la pression oncotique capillaire :  L’hypoprotéinémie peut être IIaire à des pertes protéiques digestives, à une insuffisance hépatique, à un syndrome néphrotique ... Elle est susceptible d’induire un œdème sous-cutané en région déclive, mais ne suffit pas à provoquer seule un OP. Mais, à l’occasion d’une  conjointe de la PHc ou lors d’une altération de la membrane alvéolo-capillaire, elle peut très efficacement contribuer à la formation de l’OP. D) Altération de la perméabilité alvéolo-capillaire :  Les lésions de l’endothélium vasculaire et de l’épithélium alvéolaire, quelle que soit leur origine, permettent le passage des protéines et donc de liquide du compartiment vasculaire au compartiment extra- vasculaire en modifiant les indices de perméabilité K et d’imperméabilités.  Les altérations de la paroi vasculaire empêchent les colloïdes de l’interstitium de jouer leur rôle protecteur osmotique, la PHc devient alors un facteur majeur de l’envahissement interstitiel par le liquide et une faible élévation de cette pression peut conduire rapidement à une accumulation excessive. La libération de médiateurs vasoactifs contribue également à l’augmentation de PHc. E) Insuffisance du drainage lymphatique :  L’OP dû à l’obstruction ou à la compression des voies lymphatiques est rare et essentiellement secondaire à un processus néoplasique du système lymphatique (carcinomatose) ou le comprimant. La gêne du retour de la lymphe dans le courant veineux lors d’hypertension veineuse systémique est un facteur favorisant de l’OP. III. Etiologies : A) Œdème pulmonaire « de haute pression » :
  • 4. B) Œdème pulmonaire « à haute perméabilité » : IV. Diagnostic : A) Interrogatoire :  L’anamnèse peut conduire à une présomption quant à l’étiologie de l’œdème : antécédents de souffle cardiaque, de paralysie laryngée, suspicion d’intoxication, traumatisme cérébral, pancréatite… B) Examen clinique : Dyspnée : maitre symptôme. Polypnée, survenue plus ou moins brutale surtout nocturne (orthopnée : assis ou plusieurs oreillers). Toux : quinteuse, incessante, sèche ou quelques expectorations mousseuses. Grésillement laryngé. Cyanose, sueurs, signes de lutte. Auscultation pulmonaire: crépitants bilatéraux, d'abord aux bases puis s'étendent jusqu'aux sommets ; formes atypiques : asthme cardiaque (sibilants). Auscultation cardiaque : normale, tachycardie ou autres anomalies selon l'étiologie (souffle, galop proto- diastolique en cas d'IVG). TA (normale, basse ou élevée) oriente vers le mécanisme étiologique, et peut guider le traitement. Critères de gravité : Signes d'épuisement : tirage, sueurs, balancement thoraco-abdominal, signes d'hypercapnie, troubles de la conscience. État de choc cardiogénique : avec les signes d'hypoperfusion.
  • 5. C) Examens complémentaires : 1- Radiographie pulmonaire :  D'abord oedème interstitiel ⇒ lignes de Kerley (A: apex, obliques orientées vers les hiles, B: bases, perpendiculaires à la paroi, C: péri-hilaires).  Puis oedème alvéolaire ⇒ opacités floconneuses, mal limitées, confluentes, bilatérales, symétriques, prédominant aux régions hilaires (en “ailes de papillon”), parfois asymétriques voir unilatérale.  Les émoussements des culs-de-sac pleuraux sont fréquents, voir des épanchements.  Cardiomégalie fréquente également dans le contexte d’œdème cardiogénique. 2- Biologie : a/ Gaz du sang :  OAP non sévère : hypoxie hypocapnie (effet shunt).  OAP sévère : hypoxie normocapnie puis hypercapnie et acidose respiratoire. b/ Peptide natriurétique de type B (BNP) :  La synthèse en est  en cas de distension des myocytes, comme on le voit typiquement dans une IC.  Son utilité diagnostique est d’éliminer l’origine cardiaque de l’œdème pulmonaire grâce à son excellente valeur prédictive négative.  Le pro-BNP est parfois dosé. Son interprétation est la même mais les seuils sont différents.  Faux positifs : insuffisance rénale, hypertrophie myocardique, âge et processus infectieux. c/ Troponine :  Pas indispensable, mais peut orienter vers une ischémie myocardique d/ Ionogramme sanguin – créatinine plasmatique : indispensables. 3- Bilan cardiaque : a/ Échodoppler cardiaque :  C’est l’examen de choix à la phase aiguë en cas d’OAP mal toléré ou de difficultés diagnostiques, et son utilité est incontestable dans le bilan de la pathologie cardiaque sous-jacente en examinant la fonction myocardique et valvulaire.  Elle évalue la fonction ventriculaire gauche et permet de diagnostiquer une insuffisance cardiaque systolique (FEVG < 40 %,  du débit aortique et de la fraction de raccourcissement du VG) ou diastolique (FEVG > 40 % et troubles de la relaxation du VG).  Le Doppler permet de mettre en évidence une augmentation des pressions de remplissage du ventricule gauche, dont le retentissement en amont est une augmentation des pressions capillaires pulmonaires.
  • 6. b/ Cathétérisme cardiaque droit :  Cet examen invasif ne doit pas être réalisé en première intention en cas d’OAP, ce d’autant plus qu’une cause cardiogénique est suspectée.  On note de façon constante une  de la pression capillaire (>18 mmHg) quel que soit le mécanisme étiologique précis de l’œdème. La pression dans l’OD est le plus souvent élevée. c/ Électrocardiogramme (ECG) :  Sa réalisation est indispensable. Il permet d’objectiver des troubles du rythme ou de la conduction, d’une ischémie …etc, orientant vers la cardiopathie sous-jacente. d/ Coronarographie :  À visée diagnostique et thérapeutique en urgence en cas de syndrome coronarien aigu.  Dans un second temps s’il existe une suspicion de cardiopathie ischémique sous jacente. e/ Holter rythmique :  À distance de la phase aiguë, proposé chez tout patient présentant des signes d'arythmie (palpitations, dyspnées spontanées résolutive, syncopes…).
  • 7. V. Traitement : A) Buts :  Diminuer la pression capillaire pulmonaire.  Corriger les conséquences de l'œdème sur l'hématose (hypoxie, hypercapnie). B) Traitement de l'OAP cardiogénique sans signes de gravité :  Position demi-assise.  Oxygénothérapie pour SpO2 ≥ 96%.  Diurétiques : ont la propriété essentielle de diminuer la PHc pulmonaire. Ils luttent efficacement contre les œdèmes « de haute pression ». Leur utilisation est également indiquée dans les OP à haute perméabilité car la pression hydrostatique favorise l’exsudation de fluide riche en protéines dans le parenchyme pulmonaire. - Le diurétique le plus utilisé car le plus efficace est un « diurétique de l’anse », le furosémide par voie intraveineuse initialement. - Ils possèdent également un effet vasodilatateur par voie intraveineuse. Les posologies sont à adapter à la réponse diurétique et à ses effets sur l’hématose. - En cas de nécessité de fortes doses, l’administration à la seringue électrique en continu sur 24 h est préférée aux bolus répétés. - Le furosémide augmentant la kaliurèse, une surveillance au minimum quotidienne du ionogramme sanguin est indispensable ainsi qu’une supplémentation potassique. - La pose systématique d’une sonde urinaire dans le seul but de quantifier la diurèse n’est pas recommandée.  Vasodilatateurs veineux (dérivés nitrés) : en première ligne, en association avec les diurétiques, dès que la TA le permet ; 1 à 3 mg/h, arrêt si la PAS < 100 mmHg. C) Traitement de l'OAP cardiogénique grave : Prise en charge en soins intensifs. Ventilation non invasive (CPAP et BiPAP) ou invasive (si trouble de la conscience ou arrêt cardiorespiratoire) Inotropes positifs : dobutamine puis adrénaline. D) Traitement étiologique : Toujours indiqué. Doit être instauré le plus rapidement possible. Arrêt des éventuels traitements inotropes négatifs (bêta-bloquants, inhibiteurs calciques…) VI. Pronostic : A) Œdème cardiogénique :  Toujours grave, surtout dans sa forme alvéolaire. Il dépend essentiellement de la pathologie cardiaque causale et de la réponse au traitement. B) Œdème non cardiogénique :  Son pronostic est généralement sombre et dépend directement de la réversibilité de l’affection qui le provoque. Malgré les efforts de réanimation, le taux de survie n’excède pas 20 %.