SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  34
Sûreté Radiologique et Sécurité des
Sources Radioactives
Bases de radioprotection
 Pr Elmazghi 2016
DEFINITION
RADIOPROTECTION
ensemble des règles, des procédures et des
moyens de prévention et de surveillance visant à
empêcher ou à réduire les effets nocifs des
rayonnements ionisants produits sur les personnes
y compris les atteintes portées à l’environnement.
Table des matières
• Concepts de base de la radioprotection:
• la justification, l´optimisation et la limitation de la
dose
• Principes de protection :
• Barrières de protection, distance et le temps
• Surveillance dosimétrique individuelle
Bases de radioprotection
Justification des pratiques utilisant des RI
 toute activité humaine susceptible d’entraîner une exposition aux RI doit être
justifiée par les avantages qu'elle procure pour la société ( bénéfices >
inconvénients ) : Utilisations médicales : sauver des vies, améliorer la qualité de vie
Optimisation de la radioprotection (source)
 l'exposition des individus et des populations doit être maintenue au niveau le plus
bas que l‘on puisse atteindre compte tenu des facteurs économiques et sociaux
Limitation des doses individuelles (cible)
 les limites sont choisies suffisamment basses pour qu’aucun effet déterministe
n'apparaisse, et que la probabilité d’effets stochastiques soit « tolérable ou
acceptable »
Les principes réglementaires de radioprotection
Les dispositions relatives à la protection des
travailleurs
Bases de radioprotection
 Ces trois principes fondamentaux découlent
d’un principe général de précaution: le
principe « ALARA » (pour « As Low As
Reasonably Achievable », aussi bas que
raisonnablement possible) . Les procédures
techniques et organisationnelles mises en
œuvre pour respecter l’ensemble de ces
principes font l’objet de contrôles de la part
des autorités publiques dont l’Autorité de
sûreté nucléaire.
Les limites de dose
Exposition globale
Travailleurs
• 20 mSv/an en moyenne sur 5 ans
• 50 mSv en une seule année
Public 1mSv/an
Exposition partielle
Travailleurs
peau: 500 mSv/an
cristallin: 150 mSv/an
Public
peau: 50 mSv/an
cristallin: 15 mSv/an
Les principes réglementaire de radioprotection
La délimitation des zones contrôlées et surveillées
Classification des travailleurs Classification des lieux de
travail
limite annuelle
3/10 de la
limite annuelle
Catégorie A
Catégorie B
limite annuelle
3/10 de la
limite annuelle
Zone
contrôlée
Zone
surveillée
20 mSv/an
6 mSv/an
Les dispositions relatives à la protection des travailleurs
(Décret n° 2-97-30 du 28 octobre 1997)
Protection des travailleurs effectuant une intervention
“Aucun travailleur effectuant une intervention ne doit être
soumis à une exposition supérieure à la limite de la dose
maximale pour une seule année concernant l´exposition
professionnelle, sauf:
• pour sauver des vies ou éviter des blessures graves;
• S´il mène des actions destinées à éviter une dose
collective élevée;
• S´il mène des actions destinées à empêcher que la
situation ne tourne à la catastrophe.”
Les limites de dose
Les principes réglementaire de radioprotection
Dans le schéma précédent, on voit que la dose maximum au mur de
la salle de commande de 18 mSv en un an, ce qui implique que
pour respecter la limite de dose de 20 mSv par an, aucun
blindage n´est nécessaire avec la charge de patients indiquée,
Néanmoins, cette approche ne considère pas qu´il puisse y avoir
d´éventuelles expositions professionnelles reçues ailleurs et, ne
considère pas, plus particulièrement le principe ALARA.
Si une contrainte prudente de dose de 2 mSv par an était
appliquée, le mur et la fenêtre dans la salle de commande
devraient être blindés avec un matériel transmettant comme
maximum 2/18 ou 11% (au kVp nominal) p.e. ~0.4 mm de plomb.
Dans quelle mesure le risque est-il significatif ? (suite)
Exemple (suite)
Optimisation de la radioprotection
Les différents écrans utilisés dans les blindages:-
plomb
béton
gypse
verre plombé
autres
paraffine
Écran
Supports
Principes de protection
Barrières de protection
Radiothérapie
Zone contrôlée
Zone
publique
Zone
publique
<2 mSv/an
Zone contrôlée (en
dehors de traitement)
Zone contrôlée
Interdite (pendant
l’irradiation)
Energie :
4 < E < 25 MeV
Débit de dose :
2 à 6 Gy/min
Barrières de protection
et systèmes de sécurité (suite)
Principes de protection
Zone contrôlée
Zone
publique
Zone
publique
<2 mSv/an
Zone contrôlée
(en dehors de
traitement)
Zone contrôlée
Interdite (pendant
l’irradiation)
Barrières de protection (suite)
Principes de protection
Haut débit (400GBq - 192Ir) 40 mSv/h à 1 m
Débit d’exposition moyen sans protection
Débit pulsé (20GBq- 192Ir) 200 µSv/h à 1 m
Bas débit (192Ir ) 2 mSv/h à 1 m
Grains de 125I (~ 20MBq/grain) sources à 5 cm de profondeur <5 µSv/h
Curiethérapie : Barrières de protection (suite)
Equipements de protection: Paillasse plombée, écran mobil
plombé, coffre de stockage des fils d’iridium 192, détecteurs,
balise de détection, ..etc
Les chambres d’hospitalisation doivent être dotées des barrières
de protection suffisantes et des systèmes de sécurité.
Principes de protection
• Le débit de dose dû à une
source de rayonnements
varie avec l´inverse du carré
de la distance.
Distance
• Une mesure de protection
approprié est donc
d´augmenter au maximum
la distance entre les
individus et les sources de
rayonnements.
Principes de protection
 Distances source-opérateur
L’intensité d’un rayonnement d’une source décroît rapidement
avec la distance. Cette dernière intervient selon l’inverse carré
de la distance.
H : débit de dose équivalente à la distance d
Ho : débit de dose équivalente à 1 mètre
Ce principe est important en radioprotection car il permet
de se protéger, sans frais, de l’irradiation externe.
2
0
1
.
d
H
H 
 
Principes de protection
• L´exposition totale aux
rayonnements d´un individu est
directement proportionnelle au
temps qu´une personne est
exposée à une source.
Principes de protection
Temps
• Une mesure de protection appropriée est donc de réduire
au minimum le temps passé près des sources de
rayonnements.
Les mesures à mettre en œuvre pour réduire le temps d’exposition
sont des mesures de bon sens :
 Préparer soigneusement le travail que l’on doit effectuer :
• réunir tout le matériel dont on aura besoin ;
• utiliser le matériel adapté et performant ;
• au besoin, procéder à des essais à blanc;
• et employer des techniques modernes de simulation,
 Prendre en compte les expériences acquises dans les
manipulations antérieures.
Temps
Principes de protection
IRRADIATION EXTERNE
 Quelque soit le mode d’irradiation, trois données sont
nécessaires pour déterminer sa gravité:
La nature du radioélément : période, émission
et de son activité ou les paramètres d’exposition pour un
accélérateur : type de rayonnements, Energie et débit de dose
La distance entre la source et l’opérateur
Le temps d’exposition
La surveillance dosimétrique individuelle
 Les objectifs de la dosimétrie individuelle
 Les opérations fondamentales de la dosimétrie
individuelle
• Ce qu’en veut mesurer
• Ce que mesure la dosimétrie individuelle
• La distribution des dosimètres
• la gestion des doses
La dosimétrie individuelle :
 Permet d’évaluer l’exposition professionnelle : s’exprime sous
forme de doses individuelles mesurées sur des périodes bien
définies.
 Permet de mettre en œuvre des actions correctives (en cas
de dépassement de seuils fixés) pour revenir aux conditions
normales de fonctionnement.
 Entre dans le cadre de l’optimisation des doses et du respect
des limites de doses réglementaires.
 Permet d’éviter l’apparition d’effets sur la santé et de
maintenir l’exposition au niveau le plus bas qu’on puisse
raisonnablement atteindre, compte tenu des facteurs sociaux
et économiques (principe ALARA : As Low As Reasonably Achievable)
Les objectifs de la dosimétrie individuelle :
où : dE est l'énergie moyenne communiquée par le RI à la
matière dans un élément de volume
dm est la masse de la matière contenue dans cet
élément de volume.
Le terme « dose absorbée » désigne la dose moyenne reçue
par un tissu ou un organe.
L'unité de dose absorbée est le gray (Gy).
Dose absorbée (D) :
énergie absorbée par unité de
masse
dm
dE
D 
GRANDEURS ET UNITES
Débit de Dose absorbée (D) :
L'unité de débit de dose absorbée est le gray par heure (Gy.h-1).
dt
dD
D 

GRANDEURS ET UNITES
Dose équivalente (HT)
= dose absorbée par le tissu ou l'organe T, pondérée suivant le type et
l'énergie du rayonnement R.
où : DT,R est la moyenne pour l'organe ou le tissu T de la dose
absorbée du rayonnement R
wR est le facteur de pondération pour le rayonnement R.
R
T
R
R
T D
w
H ,
, 
GRANDEURS ET UNITES


R
R
T
R
T D
w
H ,
.
Lorsque le champ de rayonnement comprend des rayonnements de types et
d'énergies correspondant à des valeurs différentes de WR la dose
équivalente totale HT est donnée par
la formule :
Qualité du rayonnement :
Elle dépend de la nature du rayonnement et par la même du TEL. Ceci est
mis en évidence par un facteur de qualité (ou facteur de pondération
radiologique): Wr.
Nature du rayonnement et gamme d'énergie
Facteur de pondération radiologique
WR
Photons, toutes énergies 1
électrons et muons , toutes énergies 1
Neutrons d'énergie < 10KeV 5
10 KeV < Neutrons d'énergie < 100KeV 10
100 KeV < Neutrons d'énergie < 2 MeV 20
2 MeV < Neutrons d'énergie < 20 MeV 10
Neutrons d'énergie > 20MeV 5
protons autres que les protons de recul, énergie > 2 MeV 5
alphas, fragments de fission, noyaux lourds 20
GRANDEURS ET UNITES
Dose efficace
L'exposition radiologique des différents organes et tissus du corps
entraîne différentes probabilités de dommage et peut avoir
différents degrés de gravité.
Pour refléter le détriment de l'ensemble des effets stochastiques
sur tous les organes et tissus, la dose équivalente reçue par
chaque organe et tissu est multipliée par un facteur de pondération
des tissus, wT, et les résultats sont sommés pour le corps entier.
GRANDEURS ET UNITES
Elle représente la somme des doses équivalentes pondérées délivrées
par exposition interne et externe aux différents tissus et organes du
corps.
HT est la dose équivalente totale
wT est le facteur de pondération pour le tissu ou l'organe T.
GRANDEURS ET UNITES

 T
T H
w
E .
Dose efficace (E) :
Tissu ou organe wT
Gonades
Moelle osseuse
Gros intestin (partie distale)
Poumons
Estomac
Vessie
Seins
Foie
Oesophage
Thyroïde
Peau
Surface des os
Autres tissus ou organes
0,20
0,12
0,12
0,12
0,12
0,05
0,05
0,05
0,05
0,05
0,01
0,01
0,05
GRANDEURS ET UNITES
Facteurs de Pondérations :
(Arrêté du Ministre de la Santé du 14 Novembre 2000)
La dose équivalente permet de comparer des doses délivrées par
des rayonnements différents.
La dose
équivalente
20 mSv
20 mSv
Le risque encouru par le sujet B est le même que s’il avait reçu dans
les mêmes conditions 20 mGy par des rayonnements gamma.
Sujet Radioélément Rayonnements Dose
A Cobalt-60 gamma 20 mGy
B Thorium 232 Alpha > 3 MeV 1 mGy
La dose équivalente
les opérations fondamentales de la dosimétrie
individuelle
La dose efficace
La dose efficace
5 mSv
5 mSv
Cela signifie que le sujet D subit le même risque que s’il avait reçu une
dose équivalente à l’organisme entier de 5 mSv.
Remarque : la dose efficace E mesure un niveau de risque mais ne prétend
pas décrire le type de risque ou de lésion susceptible d’apparaître.
Sujet Organes irradiés Dose équivalente
D thyroïde 100 mSv
E Corps entier 5 mSv
Les opérations fondamentales de la dosimétrie
individuelle
EXERCICE
 Le thorax d’un homme est accidentellement exposé au rayonnement
d’une source de cobalt 60. Le champ d’irradiation a intéressé: les
poumons, une partie de la moelle osseuse, la thyroïde. Après mesure,
on évalue les doses absorbées:
poumons: 40.75 mGy surface osseuse:30.0 mGy
moelle osseuse: 24.10 mGy thyroïde: 10.85 mGy
autres organes: négligeables
Calculer la dose efficace E.
 Dose équivalente [ HT ] (1 organe ou tissu)
HT =  (DT  WR ) ( sievert ; Sv )
WR : facteur de pondération radiologique, tient compte de la nature du
rayonnement
DT (Gy) : Dose absorbée par un organe ou tissu T :
les opérations fondamentales de la dosimétrie
individuelle
Ce qu’en veut mesurer :
 Dose efficace [ E ] (plusieurs organes ou corps entier)
E =  ( HT  WT ) (sievert; Sv)
WT : facteur de pondération tissulaire, tient compte de la
radiosensibilité propre de chaque tissu ou organe
Ce que mesure la dosimétrie individuelle :
Pour l’évaluation de la dose
 à la Peau : d = 0.07 mm, Hp(0.07)
 à l’organisme entier : d = 10 mm, Hp (10)
La dose équivalente individuelle : Hp (d)
Hp (10) surestime la dose efficace E
les opérations fondamentales de la dosimétrie
individuelle
Dosimètre thermoluminescent : TLD
Dosimètres
de poitrine
Dosimètres
d’extrémité
Lecteur TLD
Distribution- Port du dosimètre.
La période de port définie dans la réglementation en vigueur est de un mois
civil.
Port du dosimètre
 Pour l’évaluation de la dose :
• à l’organisme entier : Le dosimètre doit être placé à une position sur la
surface du tronc où l’exposition maximale est escomptée.
• aux extrémités : Le dosimètre doit être porté sur les doigts ou sur des
endroits qui risquent éventuellement de recevoir des doses les plus élevées.
Archivage des doses
• La durée d’archivage après la cessation d’activité de la personne est fixée à
20 ans définis dans la réglementation en vigueur.
• La reconstitution du « passé dosimétrique » d’un individu est couramment
demandée lors d’enquête médicale sur des maladies professionnelles.
Toutes les doses prises à tous les postes de travail par une même personne
doivent pouvoir être reconstituées.
Opérations fondamentales
(Arrêté du Ministre de la Santé du 14 Novembre 2000)

Contenu connexe

Similaire à Principes de radioprotection.ppt · version 1.ppt

cours radiotherapie technique 2023FF.pdf
cours radiotherapie technique 2023FF.pdfcours radiotherapie technique 2023FF.pdf
cours radiotherapie technique 2023FF.pdfRIM BENALI
 
La radioprotection en cardiologie interventionnelle
La radioprotection en cardiologie interventionnelleLa radioprotection en cardiologie interventionnelle
La radioprotection en cardiologie interventionnelleHervé Faltot
 
Environnement électromagnétique et santé Yann Toutain Satimo
Environnement électromagnétique et santé Yann Toutain Satimo Environnement électromagnétique et santé Yann Toutain Satimo
Environnement électromagnétique et santé Yann Toutain Satimo AFEIT
 
Mardis de l'AIGx - Michel SONCK
Mardis de l'AIGx - Michel SONCKMardis de l'AIGx - Michel SONCK
Mardis de l'AIGx - Michel SONCKDamien Vincke
 
2013session6 6
2013session6 62013session6 6
2013session6 6acvq
 
Radiothérapie Amiens Rapidarc
Radiothérapie Amiens RapidarcRadiothérapie Amiens Rapidarc
Radiothérapie Amiens Rapidarccoutte
 
Cyclotron Nice
Cyclotron NiceCyclotron Nice
Cyclotron NiceHjon06
 
Comment Travailler en Sécurité avec de la Radioactivité
Comment Travailler en Sécurité avec de la RadioactivitéComment Travailler en Sécurité avec de la Radioactivité
Comment Travailler en Sécurité avec de la RadioactivitéHeather Etchevers
 
Radiothérapie Amiens Métastases Cérébrales
Radiothérapie Amiens Métastases CérébralesRadiothérapie Amiens Métastases Cérébrales
Radiothérapie Amiens Métastases Cérébralescoutte
 
Dossier - Objectifs CERF : L’internat de radiologie... ce long fleuve pas for...
Dossier - Objectifs CERF : L’internat de radiologie... ce long fleuve pas for...Dossier - Objectifs CERF : L’internat de radiologie... ce long fleuve pas for...
Dossier - Objectifs CERF : L’internat de radiologie... ce long fleuve pas for...Réseau Pro Santé
 
La cataracte radio induite
La cataracte radio induiteLa cataracte radio induite
La cataracte radio induiteHervé Faltot
 
Etude de l’exposition du public aux ondes radioélectriques
Etude de l’exposition du public aux ondes radioélectriquesEtude de l’exposition du public aux ondes radioélectriques
Etude de l’exposition du public aux ondes radioélectriquesMonimmeuble.com
 
Radiothérapie Amiens
Radiothérapie AmiensRadiothérapie Amiens
Radiothérapie Amienscoutte
 
Chimiotherapie compil pdf
Chimiotherapie  compil pdf Chimiotherapie  compil pdf
Chimiotherapie compil pdf Patou Conrath
 
Radiothérapie dosimétrie et curietherapie.ppt
Radiothérapie dosimétrie et curietherapie.pptRadiothérapie dosimétrie et curietherapie.ppt
Radiothérapie dosimétrie et curietherapie.pptMedHilalisme2
 
Les ondes de choc - retour sur 108 patients traités
Les ondes de choc - retour sur 108 patients traitésLes ondes de choc - retour sur 108 patients traités
Les ondes de choc - retour sur 108 patients traitésIRMSHN276
 
À la une : mise à jour des meilleures pratiques en matière de prévention des ...
À la une : mise à jour des meilleures pratiques en matière de prévention des ...À la une : mise à jour des meilleures pratiques en matière de prévention des ...
À la une : mise à jour des meilleures pratiques en matière de prévention des ...Canadian Patient Safety Institute
 
La-radiographie-du-thorax-normale-ses-variantes-et-ses-pieges-RD-2021 (1).pdf
La-radiographie-du-thorax-normale-ses-variantes-et-ses-pieges-RD-2021 (1).pdfLa-radiographie-du-thorax-normale-ses-variantes-et-ses-pieges-RD-2021 (1).pdf
La-radiographie-du-thorax-normale-ses-variantes-et-ses-pieges-RD-2021 (1).pdfSettiHorri
 

Similaire à Principes de radioprotection.ppt · version 1.ppt (20)

Radioprotection
RadioprotectionRadioprotection
Radioprotection
 
cours radiotherapie technique 2023FF.pdf
cours radiotherapie technique 2023FF.pdfcours radiotherapie technique 2023FF.pdf
cours radiotherapie technique 2023FF.pdf
 
La radioprotection en cardiologie interventionnelle
La radioprotection en cardiologie interventionnelleLa radioprotection en cardiologie interventionnelle
La radioprotection en cardiologie interventionnelle
 
Environnement électromagnétique et santé Yann Toutain Satimo
Environnement électromagnétique et santé Yann Toutain Satimo Environnement électromagnétique et santé Yann Toutain Satimo
Environnement électromagnétique et santé Yann Toutain Satimo
 
Mardis de l'AIGx - Michel SONCK
Mardis de l'AIGx - Michel SONCKMardis de l'AIGx - Michel SONCK
Mardis de l'AIGx - Michel SONCK
 
2013session6 6
2013session6 62013session6 6
2013session6 6
 
Radiothérapie Amiens Rapidarc
Radiothérapie Amiens RapidarcRadiothérapie Amiens Rapidarc
Radiothérapie Amiens Rapidarc
 
Cyclotron Nice
Cyclotron NiceCyclotron Nice
Cyclotron Nice
 
Comment Travailler en Sécurité avec de la Radioactivité
Comment Travailler en Sécurité avec de la RadioactivitéComment Travailler en Sécurité avec de la Radioactivité
Comment Travailler en Sécurité avec de la Radioactivité
 
Radiothérapie Amiens Métastases Cérébrales
Radiothérapie Amiens Métastases CérébralesRadiothérapie Amiens Métastases Cérébrales
Radiothérapie Amiens Métastases Cérébrales
 
Dossier - Objectifs CERF : L’internat de radiologie... ce long fleuve pas for...
Dossier - Objectifs CERF : L’internat de radiologie... ce long fleuve pas for...Dossier - Objectifs CERF : L’internat de radiologie... ce long fleuve pas for...
Dossier - Objectifs CERF : L’internat de radiologie... ce long fleuve pas for...
 
La cataracte radio induite
La cataracte radio induiteLa cataracte radio induite
La cataracte radio induite
 
Etude de l’exposition du public aux ondes radioélectriques
Etude de l’exposition du public aux ondes radioélectriquesEtude de l’exposition du public aux ondes radioélectriques
Etude de l’exposition du public aux ondes radioélectriques
 
Cosmétique et optique
Cosmétique et optiqueCosmétique et optique
Cosmétique et optique
 
Radiothérapie Amiens
Radiothérapie AmiensRadiothérapie Amiens
Radiothérapie Amiens
 
Chimiotherapie compil pdf
Chimiotherapie  compil pdf Chimiotherapie  compil pdf
Chimiotherapie compil pdf
 
Radiothérapie dosimétrie et curietherapie.ppt
Radiothérapie dosimétrie et curietherapie.pptRadiothérapie dosimétrie et curietherapie.ppt
Radiothérapie dosimétrie et curietherapie.ppt
 
Les ondes de choc - retour sur 108 patients traités
Les ondes de choc - retour sur 108 patients traitésLes ondes de choc - retour sur 108 patients traités
Les ondes de choc - retour sur 108 patients traités
 
À la une : mise à jour des meilleures pratiques en matière de prévention des ...
À la une : mise à jour des meilleures pratiques en matière de prévention des ...À la une : mise à jour des meilleures pratiques en matière de prévention des ...
À la une : mise à jour des meilleures pratiques en matière de prévention des ...
 
La-radiographie-du-thorax-normale-ses-variantes-et-ses-pieges-RD-2021 (1).pdf
La-radiographie-du-thorax-normale-ses-variantes-et-ses-pieges-RD-2021 (1).pdfLa-radiographie-du-thorax-normale-ses-variantes-et-ses-pieges-RD-2021 (1).pdf
La-radiographie-du-thorax-normale-ses-variantes-et-ses-pieges-RD-2021 (1).pdf
 

Dernier

Résultats de la seconde vague du baromètre de la santé connectée 2024
Résultats de la seconde vague du baromètre de la santé connectée 2024Résultats de la seconde vague du baromètre de la santé connectée 2024
Résultats de la seconde vague du baromètre de la santé connectée 2024benj_2
 
《购买维多利亚大学学历本科学位证书》
《购买维多利亚大学学历本科学位证书》《购买维多利亚大学学历本科学位证书》
《购买维多利亚大学学历本科学位证书》rnrncn29
 
Le rôle central de la médecine interne dans l’évolution des systèmes de santé...
Le rôle central de la médecine interne dans l’évolution des systèmes de santé...Le rôle central de la médecine interne dans l’évolution des systèmes de santé...
Le rôle central de la médecine interne dans l’évolution des systèmes de santé...Khadija Moussayer
 
Dr MEHRI TURKI IMEN - Traitement du double menton : Une nouvelle technique tu...
Dr MEHRI TURKI IMEN - Traitement du double menton : Une nouvelle technique tu...Dr MEHRI TURKI IMEN - Traitement du double menton : Une nouvelle technique tu...
Dr MEHRI TURKI IMEN - Traitement du double menton : Une nouvelle technique tu...Aymen Masri
 
CHANGEMENT DE PANSEMENT et quelques types .pptx
CHANGEMENT DE PANSEMENT et quelques types .pptxCHANGEMENT DE PANSEMENT et quelques types .pptx
CHANGEMENT DE PANSEMENT et quelques types .pptxKawTar253413
 
Module 10 Causerie educative en planification familiale.pptx
Module 10 Causerie educative en planification familiale.pptxModule 10 Causerie educative en planification familiale.pptx
Module 10 Causerie educative en planification familiale.pptxOuedraogoSoumaila3
 
Anatomie ou ostéologie de l'appareil musculo-squelettique (tronc) .pdf
Anatomie ou ostéologie de l'appareil musculo-squelettique (tronc) .pdfAnatomie ou ostéologie de l'appareil musculo-squelettique (tronc) .pdf
Anatomie ou ostéologie de l'appareil musculo-squelettique (tronc) .pdfssuser4a70ad1
 

Dernier (7)

Résultats de la seconde vague du baromètre de la santé connectée 2024
Résultats de la seconde vague du baromètre de la santé connectée 2024Résultats de la seconde vague du baromètre de la santé connectée 2024
Résultats de la seconde vague du baromètre de la santé connectée 2024
 
《购买维多利亚大学学历本科学位证书》
《购买维多利亚大学学历本科学位证书》《购买维多利亚大学学历本科学位证书》
《购买维多利亚大学学历本科学位证书》
 
Le rôle central de la médecine interne dans l’évolution des systèmes de santé...
Le rôle central de la médecine interne dans l’évolution des systèmes de santé...Le rôle central de la médecine interne dans l’évolution des systèmes de santé...
Le rôle central de la médecine interne dans l’évolution des systèmes de santé...
 
Dr MEHRI TURKI IMEN - Traitement du double menton : Une nouvelle technique tu...
Dr MEHRI TURKI IMEN - Traitement du double menton : Une nouvelle technique tu...Dr MEHRI TURKI IMEN - Traitement du double menton : Une nouvelle technique tu...
Dr MEHRI TURKI IMEN - Traitement du double menton : Une nouvelle technique tu...
 
CHANGEMENT DE PANSEMENT et quelques types .pptx
CHANGEMENT DE PANSEMENT et quelques types .pptxCHANGEMENT DE PANSEMENT et quelques types .pptx
CHANGEMENT DE PANSEMENT et quelques types .pptx
 
Module 10 Causerie educative en planification familiale.pptx
Module 10 Causerie educative en planification familiale.pptxModule 10 Causerie educative en planification familiale.pptx
Module 10 Causerie educative en planification familiale.pptx
 
Anatomie ou ostéologie de l'appareil musculo-squelettique (tronc) .pdf
Anatomie ou ostéologie de l'appareil musculo-squelettique (tronc) .pdfAnatomie ou ostéologie de l'appareil musculo-squelettique (tronc) .pdf
Anatomie ou ostéologie de l'appareil musculo-squelettique (tronc) .pdf
 

Principes de radioprotection.ppt · version 1.ppt

  • 1. Sûreté Radiologique et Sécurité des Sources Radioactives Bases de radioprotection  Pr Elmazghi 2016
  • 2. DEFINITION RADIOPROTECTION ensemble des règles, des procédures et des moyens de prévention et de surveillance visant à empêcher ou à réduire les effets nocifs des rayonnements ionisants produits sur les personnes y compris les atteintes portées à l’environnement.
  • 3. Table des matières • Concepts de base de la radioprotection: • la justification, l´optimisation et la limitation de la dose • Principes de protection : • Barrières de protection, distance et le temps • Surveillance dosimétrique individuelle Bases de radioprotection
  • 4. Justification des pratiques utilisant des RI  toute activité humaine susceptible d’entraîner une exposition aux RI doit être justifiée par les avantages qu'elle procure pour la société ( bénéfices > inconvénients ) : Utilisations médicales : sauver des vies, améliorer la qualité de vie Optimisation de la radioprotection (source)  l'exposition des individus et des populations doit être maintenue au niveau le plus bas que l‘on puisse atteindre compte tenu des facteurs économiques et sociaux Limitation des doses individuelles (cible)  les limites sont choisies suffisamment basses pour qu’aucun effet déterministe n'apparaisse, et que la probabilité d’effets stochastiques soit « tolérable ou acceptable » Les principes réglementaires de radioprotection Les dispositions relatives à la protection des travailleurs
  • 5. Bases de radioprotection  Ces trois principes fondamentaux découlent d’un principe général de précaution: le principe « ALARA » (pour « As Low As Reasonably Achievable », aussi bas que raisonnablement possible) . Les procédures techniques et organisationnelles mises en œuvre pour respecter l’ensemble de ces principes font l’objet de contrôles de la part des autorités publiques dont l’Autorité de sûreté nucléaire.
  • 6. Les limites de dose Exposition globale Travailleurs • 20 mSv/an en moyenne sur 5 ans • 50 mSv en une seule année Public 1mSv/an Exposition partielle Travailleurs peau: 500 mSv/an cristallin: 150 mSv/an Public peau: 50 mSv/an cristallin: 15 mSv/an Les principes réglementaire de radioprotection
  • 7. La délimitation des zones contrôlées et surveillées Classification des travailleurs Classification des lieux de travail limite annuelle 3/10 de la limite annuelle Catégorie A Catégorie B limite annuelle 3/10 de la limite annuelle Zone contrôlée Zone surveillée 20 mSv/an 6 mSv/an Les dispositions relatives à la protection des travailleurs (Décret n° 2-97-30 du 28 octobre 1997)
  • 8. Protection des travailleurs effectuant une intervention “Aucun travailleur effectuant une intervention ne doit être soumis à une exposition supérieure à la limite de la dose maximale pour une seule année concernant l´exposition professionnelle, sauf: • pour sauver des vies ou éviter des blessures graves; • S´il mène des actions destinées à éviter une dose collective élevée; • S´il mène des actions destinées à empêcher que la situation ne tourne à la catastrophe.” Les limites de dose Les principes réglementaire de radioprotection
  • 9. Dans le schéma précédent, on voit que la dose maximum au mur de la salle de commande de 18 mSv en un an, ce qui implique que pour respecter la limite de dose de 20 mSv par an, aucun blindage n´est nécessaire avec la charge de patients indiquée, Néanmoins, cette approche ne considère pas qu´il puisse y avoir d´éventuelles expositions professionnelles reçues ailleurs et, ne considère pas, plus particulièrement le principe ALARA. Si une contrainte prudente de dose de 2 mSv par an était appliquée, le mur et la fenêtre dans la salle de commande devraient être blindés avec un matériel transmettant comme maximum 2/18 ou 11% (au kVp nominal) p.e. ~0.4 mm de plomb. Dans quelle mesure le risque est-il significatif ? (suite) Exemple (suite) Optimisation de la radioprotection
  • 10. Les différents écrans utilisés dans les blindages:- plomb béton gypse verre plombé autres paraffine Écran Supports Principes de protection Barrières de protection
  • 11. Radiothérapie Zone contrôlée Zone publique Zone publique <2 mSv/an Zone contrôlée (en dehors de traitement) Zone contrôlée Interdite (pendant l’irradiation) Energie : 4 < E < 25 MeV Débit de dose : 2 à 6 Gy/min Barrières de protection et systèmes de sécurité (suite) Principes de protection
  • 12. Zone contrôlée Zone publique Zone publique <2 mSv/an Zone contrôlée (en dehors de traitement) Zone contrôlée Interdite (pendant l’irradiation) Barrières de protection (suite) Principes de protection Haut débit (400GBq - 192Ir) 40 mSv/h à 1 m
  • 13. Débit d’exposition moyen sans protection Débit pulsé (20GBq- 192Ir) 200 µSv/h à 1 m Bas débit (192Ir ) 2 mSv/h à 1 m Grains de 125I (~ 20MBq/grain) sources à 5 cm de profondeur <5 µSv/h Curiethérapie : Barrières de protection (suite) Equipements de protection: Paillasse plombée, écran mobil plombé, coffre de stockage des fils d’iridium 192, détecteurs, balise de détection, ..etc Les chambres d’hospitalisation doivent être dotées des barrières de protection suffisantes et des systèmes de sécurité. Principes de protection
  • 14. • Le débit de dose dû à une source de rayonnements varie avec l´inverse du carré de la distance. Distance • Une mesure de protection approprié est donc d´augmenter au maximum la distance entre les individus et les sources de rayonnements. Principes de protection
  • 15.  Distances source-opérateur L’intensité d’un rayonnement d’une source décroît rapidement avec la distance. Cette dernière intervient selon l’inverse carré de la distance. H : débit de dose équivalente à la distance d Ho : débit de dose équivalente à 1 mètre Ce principe est important en radioprotection car il permet de se protéger, sans frais, de l’irradiation externe. 2 0 1 . d H H    Principes de protection
  • 16. • L´exposition totale aux rayonnements d´un individu est directement proportionnelle au temps qu´une personne est exposée à une source. Principes de protection Temps • Une mesure de protection appropriée est donc de réduire au minimum le temps passé près des sources de rayonnements.
  • 17. Les mesures à mettre en œuvre pour réduire le temps d’exposition sont des mesures de bon sens :  Préparer soigneusement le travail que l’on doit effectuer : • réunir tout le matériel dont on aura besoin ; • utiliser le matériel adapté et performant ; • au besoin, procéder à des essais à blanc; • et employer des techniques modernes de simulation,  Prendre en compte les expériences acquises dans les manipulations antérieures. Temps Principes de protection
  • 18. IRRADIATION EXTERNE  Quelque soit le mode d’irradiation, trois données sont nécessaires pour déterminer sa gravité: La nature du radioélément : période, émission et de son activité ou les paramètres d’exposition pour un accélérateur : type de rayonnements, Energie et débit de dose La distance entre la source et l’opérateur Le temps d’exposition
  • 19. La surveillance dosimétrique individuelle  Les objectifs de la dosimétrie individuelle  Les opérations fondamentales de la dosimétrie individuelle • Ce qu’en veut mesurer • Ce que mesure la dosimétrie individuelle • La distribution des dosimètres • la gestion des doses
  • 20. La dosimétrie individuelle :  Permet d’évaluer l’exposition professionnelle : s’exprime sous forme de doses individuelles mesurées sur des périodes bien définies.  Permet de mettre en œuvre des actions correctives (en cas de dépassement de seuils fixés) pour revenir aux conditions normales de fonctionnement.  Entre dans le cadre de l’optimisation des doses et du respect des limites de doses réglementaires.  Permet d’éviter l’apparition d’effets sur la santé et de maintenir l’exposition au niveau le plus bas qu’on puisse raisonnablement atteindre, compte tenu des facteurs sociaux et économiques (principe ALARA : As Low As Reasonably Achievable) Les objectifs de la dosimétrie individuelle :
  • 21. où : dE est l'énergie moyenne communiquée par le RI à la matière dans un élément de volume dm est la masse de la matière contenue dans cet élément de volume. Le terme « dose absorbée » désigne la dose moyenne reçue par un tissu ou un organe. L'unité de dose absorbée est le gray (Gy). Dose absorbée (D) : énergie absorbée par unité de masse dm dE D  GRANDEURS ET UNITES
  • 22. Débit de Dose absorbée (D) : L'unité de débit de dose absorbée est le gray par heure (Gy.h-1). dt dD D   GRANDEURS ET UNITES
  • 23. Dose équivalente (HT) = dose absorbée par le tissu ou l'organe T, pondérée suivant le type et l'énergie du rayonnement R. où : DT,R est la moyenne pour l'organe ou le tissu T de la dose absorbée du rayonnement R wR est le facteur de pondération pour le rayonnement R. R T R R T D w H , ,  GRANDEURS ET UNITES   R R T R T D w H , . Lorsque le champ de rayonnement comprend des rayonnements de types et d'énergies correspondant à des valeurs différentes de WR la dose équivalente totale HT est donnée par la formule :
  • 24. Qualité du rayonnement : Elle dépend de la nature du rayonnement et par la même du TEL. Ceci est mis en évidence par un facteur de qualité (ou facteur de pondération radiologique): Wr. Nature du rayonnement et gamme d'énergie Facteur de pondération radiologique WR Photons, toutes énergies 1 électrons et muons , toutes énergies 1 Neutrons d'énergie < 10KeV 5 10 KeV < Neutrons d'énergie < 100KeV 10 100 KeV < Neutrons d'énergie < 2 MeV 20 2 MeV < Neutrons d'énergie < 20 MeV 10 Neutrons d'énergie > 20MeV 5 protons autres que les protons de recul, énergie > 2 MeV 5 alphas, fragments de fission, noyaux lourds 20 GRANDEURS ET UNITES
  • 25. Dose efficace L'exposition radiologique des différents organes et tissus du corps entraîne différentes probabilités de dommage et peut avoir différents degrés de gravité. Pour refléter le détriment de l'ensemble des effets stochastiques sur tous les organes et tissus, la dose équivalente reçue par chaque organe et tissu est multipliée par un facteur de pondération des tissus, wT, et les résultats sont sommés pour le corps entier. GRANDEURS ET UNITES
  • 26. Elle représente la somme des doses équivalentes pondérées délivrées par exposition interne et externe aux différents tissus et organes du corps. HT est la dose équivalente totale wT est le facteur de pondération pour le tissu ou l'organe T. GRANDEURS ET UNITES   T T H w E . Dose efficace (E) :
  • 27. Tissu ou organe wT Gonades Moelle osseuse Gros intestin (partie distale) Poumons Estomac Vessie Seins Foie Oesophage Thyroïde Peau Surface des os Autres tissus ou organes 0,20 0,12 0,12 0,12 0,12 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,01 0,01 0,05 GRANDEURS ET UNITES Facteurs de Pondérations : (Arrêté du Ministre de la Santé du 14 Novembre 2000)
  • 28. La dose équivalente permet de comparer des doses délivrées par des rayonnements différents. La dose équivalente 20 mSv 20 mSv Le risque encouru par le sujet B est le même que s’il avait reçu dans les mêmes conditions 20 mGy par des rayonnements gamma. Sujet Radioélément Rayonnements Dose A Cobalt-60 gamma 20 mGy B Thorium 232 Alpha > 3 MeV 1 mGy La dose équivalente les opérations fondamentales de la dosimétrie individuelle
  • 29. La dose efficace La dose efficace 5 mSv 5 mSv Cela signifie que le sujet D subit le même risque que s’il avait reçu une dose équivalente à l’organisme entier de 5 mSv. Remarque : la dose efficace E mesure un niveau de risque mais ne prétend pas décrire le type de risque ou de lésion susceptible d’apparaître. Sujet Organes irradiés Dose équivalente D thyroïde 100 mSv E Corps entier 5 mSv Les opérations fondamentales de la dosimétrie individuelle
  • 30. EXERCICE  Le thorax d’un homme est accidentellement exposé au rayonnement d’une source de cobalt 60. Le champ d’irradiation a intéressé: les poumons, une partie de la moelle osseuse, la thyroïde. Après mesure, on évalue les doses absorbées: poumons: 40.75 mGy surface osseuse:30.0 mGy moelle osseuse: 24.10 mGy thyroïde: 10.85 mGy autres organes: négligeables Calculer la dose efficace E.
  • 31.  Dose équivalente [ HT ] (1 organe ou tissu) HT =  (DT  WR ) ( sievert ; Sv ) WR : facteur de pondération radiologique, tient compte de la nature du rayonnement DT (Gy) : Dose absorbée par un organe ou tissu T : les opérations fondamentales de la dosimétrie individuelle Ce qu’en veut mesurer :  Dose efficace [ E ] (plusieurs organes ou corps entier) E =  ( HT  WT ) (sievert; Sv) WT : facteur de pondération tissulaire, tient compte de la radiosensibilité propre de chaque tissu ou organe
  • 32. Ce que mesure la dosimétrie individuelle : Pour l’évaluation de la dose  à la Peau : d = 0.07 mm, Hp(0.07)  à l’organisme entier : d = 10 mm, Hp (10) La dose équivalente individuelle : Hp (d) Hp (10) surestime la dose efficace E les opérations fondamentales de la dosimétrie individuelle
  • 33. Dosimètre thermoluminescent : TLD Dosimètres de poitrine Dosimètres d’extrémité Lecteur TLD
  • 34. Distribution- Port du dosimètre. La période de port définie dans la réglementation en vigueur est de un mois civil. Port du dosimètre  Pour l’évaluation de la dose : • à l’organisme entier : Le dosimètre doit être placé à une position sur la surface du tronc où l’exposition maximale est escomptée. • aux extrémités : Le dosimètre doit être porté sur les doigts ou sur des endroits qui risquent éventuellement de recevoir des doses les plus élevées. Archivage des doses • La durée d’archivage après la cessation d’activité de la personne est fixée à 20 ans définis dans la réglementation en vigueur. • La reconstitution du « passé dosimétrique » d’un individu est couramment demandée lors d’enquête médicale sur des maladies professionnelles. Toutes les doses prises à tous les postes de travail par une même personne doivent pouvoir être reconstituées. Opérations fondamentales (Arrêté du Ministre de la Santé du 14 Novembre 2000)