E bulletin (vol1 - no. 25)

274 vues

Publié le

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
274
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

E bulletin (vol1 - no. 25)

  1. 1. E-BULLETIN - Vol1 - No. 25 • Juillet 2013 Le Président Michel Joseph Martelly, et la Première Dame, Mme Sophia Martelly, ont participé, le dimanche 14 Juillet 2013, à la 104ème convention annuelle de l’Association Nationale pour l'Avancement des Gens de Couleur (National Association for the Advancement of Colored People, NAACP). Le Chef de l’Etat, qui a exprimé son impatience d’accueillir chacun des membres de la NAACP en Haïti, a rappelé les liens historiques existant entre la première République noire du monde et cette prestigieuse organisation. Le Président Martelly a profité de son séjour aux Etats-Unis d'Amérique pour rencontrer des élus haïtiano-Américains, les membres du Congrès américain et le Conseil d’Administration de la NAACP ainsi que la Communauté haïtienne à Or lando. Le couple présidentiel a été accueilli chaleureusement, le samedi 13 Juillet 2013, à l'aéroport de Orlando, par l'Ambassadeur d'Haïti à Washington, M. Paul Altidor, le Consul Général d'Haïti à Orlando, M. Laurent Prosper, le District 5 Commissioner, entre autres. Participation du couple présidentiel à la 104e Convention annuelle de la NAACP à Orlando Fructueuse participation du Président de la République à la 34eme réunion ordinaire de la CARICOM Haïti/CARICOM: Quelques moments importants de l’année 2013 En Janvier, Haïti a représenté la CARICOM au Sommet de la CELAC, au Chili. En février, Haïti a été pour la première fois le pays hôte de la 24eme réunion Intersessionelle de la Conférence des Chefs d’état et Gouvernement de la CARICOM. En Mars, a eu lieu la première visite officielle d’un Président haïtien au Secrétariat de la CARICOM en Guyane. En Avril, Haïti a été le pays hôte du Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’AEC. Le 28 Mai 2013, signature entre le Président de la République au nom de la CARICOM et le Vice-Président des Etats-Unis de l'Accord- cadre du Commerce et de l'Investissement. Le 11 Juin 2013, Haïti était le pays hôte du lancement de la stratégie d’aide au Commerce de la CARICOM. Le Président de la République, S.E.M. Michel Joseph Martelly, a participé à la 34eme réunion ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté Caribéenne (CARICOM), à Trinidad and Tobago du 4 au 6 Juillet 2013. Cette réunion ordinaire, qui a coïncidé avec le 40ème anniversaire de la création de cette communauté, le 4 Juillet 1973, a été l’occasion pour les Chefs d’Etat de débattre de différents thèmes dont la situation économique des Etats membres S.E.M. Michel Joseph Martelly, Président de la République: «EnmaqualitédePrésidentdelaRépubliqued’Haïti, je suis honoré de cette possibilité qui m’est offerte de présenter mes félicitations et celles de mon pays à une organisation qui est à l’avant-garde de la lutte pour l’égalité de tous les citoyens. Votre riche histoire de 104 ans, dirigée par les grands leaders du passé, de W.E.B. Dubois à Thurgood Marshall, à la génération qui occupe les sièges ici aujourd’hui et qui récolte les fruits d’un héritage d’activisme, a amélioré d’innombrables vies et changé des millions de cœurs et d’âmes ». Adoption d’un arrêté interdisant les constructions dans les « Mangroves » En Conseil des Ministres en date du 10 Juillet 2013, l’Exécutif a adopté un arrêté interdisant les constructions dans les « Mangroves » ainsi que la coupe, la vente et l’utilisation des espèces arborées formant la « Mangrove », habituellement utilisées comme bois d’étayage communément appelé « bois dur » sous toutes ses formes dans le domaine de la construction. La pêche et la chasse sont également interdites à l’intérieur des « Mangroves ». Haïti au 8ème Sommet sur le Petrocaribe Le Président Michel Joseph Martelly et le Premier Ministre Lamothe ont participé au 8ème au Sommet du programme Petrocaribe au Nicaragua, les 28 et 29 Juin 2013. Ce Sommet, qui a réuni les Chefs d'Etat et de Gouvernement des 21 pays de l'Amérique latine et de la Caraïbe, a été l'occasion de statuer sur la proposition vénézuélienne qui consiste à étendre l’accord énergétique Petrocaribe par la création d’une zone économique facilitant des échanges dans les domaines de l’agro-industrie et de la sécurité alimentaire. Dix Avant-projets de lois et cinq Projets d'arrêtés approuvés en Conseil des Ministres Dix Avant-projets de lois et cinq Projets d'arrêtés ont été approuvés, le mercredi 10 Juillet 2013, par l'Exécutif en Conseil des Ministres. Ces documents, portant, entre autres, sur l'Education, la Santé, le Commerce et l'Environnement, seront soumis au Pouvoir Législatif selon le vœu de la Constitution. L'Exécutif, de son côté, continue de remplir efficacement sa mission en favorisant un climat harmonieux pour établir convenablement l'Etat de Droit et permettre aux citoyens de vivre autrement dans leur pays. Un arrêté interdisant d'utiliser les sacs en polyéthylène L'Exécutif a adopté, en Conseil des Ministres, le Mercredi 10 Juillet 2013, un arrêté interdisant la production, l’importation, la commercialisation et l’utilisation, sous quelque format que ce soit, des sacs en polyéthylène et des intrants et objets en polystyrène expansé (PSE ou PS cristal ou styrofoam) à usage alimentaire unique, tels que plateaux, barquettes, bouteilles, sachets, gobelets et assiettes. Cet arrêté, remplaçant celui du 9 Août 2012, témoigne de la volonté des autorités de promouvoir, entre autres, une culture de recyclage. S.E.M. Michel Joseph Martelly, Président de la République d’Haïti et Président sortant de la CARICOM : « Au nom du peuple haïtien et en mon nom propre, je présente mes félicitations au Gouvernement et au peuple de Trinité et Tobago de la bonne organisation de ce Sommet et de l’accueil chaleureux qu’ils ont réservé à ma délégation. Que le Secrétaire Général soit remercié de la qualité des documents qui sont soumis à notre considération et de sa participation à la préparation de cette Conférence ». et de la région: Un cadre pour la croissance et le développement régional; le transport dans la région; le Processus de réforme de la Communauté : Etat d’avancement ; la Proposition pour une réunion de haut niveau sur les personnes handicapées vivant avec des besoins spéciaux; l’Agenda régional des Technologies de l’Information et de la Communication et celui du développement Post 2015 des Nations Unies : Priorités et perspectives de la CARICOM...
  2. 2. La Première Dame Sophia Martelly: «Nous avons la responsabilité morale de faire en sorte que nos enfants grandissent en bonne santé... » La Première Dame Sophia Martelly, à l'occasion de la 104ème Convention annuelle de la NAACP, a intervenu sur les défis liés à la santé et sur son rêve de voir tous les Haïtiens bénéficier dignement de soins de santé. «Nous avons la responsabilité morale de faire en sorte que nos enfants grandissent en bonne santé et qu’ils réalisent leurs rêves», a affirmé Mme Martelly, le lundi 15 Juillet, à « Orange County Convention Center ». Son agenda de soins de santé inclut le renforcement et l’expansion de la chaîne d’intervention de la plus petite unité communautaire de soins de santé au transfert des malades vers des hôpitaux spécialisés; la rénovation de nos centres de santé existants et la construction de nouvelles installations; l’amélioration de la qualité des fournisseurs de soins de santé. BUREAU DE COMMUNICATION DE LA PRESIDENCE “Yon Ayisyen, Yon pye bwa”, thème retenu pour le Carnaval des Fleurs 2013 C’est autour du thème “Yon Ayisyen, Yon pye bwa” que se déroulera, les 28, 29 et 30 Juillet 2013, le Carnaval des Fleurs à Port-au-Prince. Le choix de ce thème, d’une haute portée civique, vise à fortifier l’entrain patriotique du peuple haïtien vers la campagne de reboisement encouragée, tout au cours de cette année, par le Chef de l’Etat, afin de protéger l’environnement du pays. Pour l’heure, les préparatifs vont bon train. La réforme du secteur portuaire haïtien au centre des discussions entre l’APN, la BID et l’AFD LaproblématiquedelaRéformedusecteurportuaire haïtien, l’état des lieux du secteur et la question de modèles de système portuaire adaptés à Haïti, ont été entre autres thèmes abordés au cours d'une importante rencontre, le vendredi 5 Juillet 2013, à l’Autorité Portuaire Nationale (APN). Ont participé à cette rencontre, MM. Augustin Aguerre et Michel Vallée, respectivement Directeur responsable pour Haïti et Spécialiste Senior en Transport à la BID, M. Yves Malpel, Directeur de l’Agence Française de Développement, et l’Ingénieur Alix Célestin, Directeur Général de l'APN. Réouverture officielle de la Loterie de l'Etat haïtien La Loterie de l'Etat haïtien a ouvert à nouveau ses portes, le mardi 2 Juillet 2013, sous le haut patronage du Président de la République. Logée à Pacot, cette institution étatique remplira à nouveau sa fonction régulatrice de contrôle et d’administration du secteur des jeux de hasard. La Loterie de l’Etat haïtien, en reprenant sa place de régulatrice, interviendra sur l’ensemble du système des jeux de hasard national (BAKARA, CASINO, LOTO, BORLETTE, GAGUERE, etc). Développer les zones franches en tant que moteur de création d'emplois L’économiste Sanite Désir et Me Fils-Aimé Ignace Saint-Fleur, deux cadres du Ministère du Commerce et de l’Industrie, ont fait, le Mercredi 3 Juillet 2013, pour le compte de l’Autorité Portuaire National, une présentation sur la stratégie de développement des Zones franches en tant qu’outil de planification de développement économique et moteur de création d’emplois. La loi du 9 Juillet 2002 sur les Zones franches a fait l’objet d’une analyse technique agrémentée de multiples commentaires à caractère économique, social, juridique. Des résultats positifs enregistrés grâce un plan de sécurité efficace «Lè Prezidan Martelly prete sèman, li te jwen ensekirite blayi tout kote nan peyi a. Dwòg dilè ak kidnapè tap vale teren. Peyi a pat gen yon estrateji sekirite depi plis pase 20 lane. Jodia gras ak jefò Gouvènman an, gen yon bon plan sekirite kap bay bon rezilta nan peyi a…». C’est ce qu’a déclaré, le mercredi 3 Juillet 2013, le Premier Ministre Laurent Lamothe à la cérémonie de graduation de 40 agents de la première promotion d'une unité de police communautaire au sein de la PNH. Construction d’un Pont à étagement sur l’Axe de la Route de Delmas Carrefour Route Aéroport/Martin-Luther-King Les grands travaux réalisés par le Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications sur la Route Nationale #4 E-BULLETIN - Vol1 - No. 25 • Juillet 2013 La maternité de l’Hôpital Saint Antoine de Jérémie fraîchement rénovée a été inaugurée, le vendredi 5 juillet 2013, par la Ministre de la Santé publique et de la Population, le Dr Florence D. Guillaume. Modernisée avec une capacité d’une quarantaine de lits d’hospitalisation sur ses deux niveaux, cette maternité respecte les normes et standards avec des salles spacieuses pouvant permettre aux femmes d’enfanter dans la dignité. Ses chambres privées et semi-privées garantissent l’intimité des mères avec leur bébé naissant. Elle représente une importante œuvre pour le bien-être de la population de Jérémie et même le département de la Grand’Anse. «Nous voulons avoir des femmes enceintes qui sont bien soignées, bien suivies et qui donnent naissance à leurs enfants dans des conditions dignes et que ces derniers puissent aller à l’école et deviennent des citoyens utiles à leur pays», a déclaré Mme Guillaume. L’inauguration de cette maternité a coïncidé avec les 90 ans d’existence de l’Hôpital Saint Antoine de Jérémie, construit en 1923. Inauguration de la maternité de l’Hôpital Saint Antoine de Jérémie fraîchement rénovée Le peuple haïtien renouvèle chaque jour sa confiance en leur Président Michel Joseph Martelly. Un exemple vivant sur la Place d’Armes de Thomassique, le 27 Juin 2013
  3. 3. BUREAU DE COMMUNICATION DE LA PRESIDENCE E-BULLETIN - Vol1 - No. 25 • Juillet 2013 Discours du Président de la République, S.E.M. Michel Joseph Martelly, à l’occasion de la 104ème convention de la NAACP Bonsoir Madame la Présidente. Je vous remercie pour cette aimable présentation. Je voudrais aussi remercier la NAACP de m’avoir invité à être parmi vous ce soir. Mes remerciements s’étendent également à la ville d’Orlando pour cet accueil chaleureux. En ma qualité de Président de la République d’Haïti, je suis honoré de cette possibilité qui m’est offerte de présenter mes félicitations et celles de mon pays à une organisation qui est à l’avant-garde de la lutte pour l’égalité de tous les citoyens. Votre riche histoire de 104 ans, dirigée par les grands leaders du passé, de W.E.B. Dubois à Thurgood Marshall, à la génération qui occupe les sièges ici aujourd’hui et qui récolte les fruits d’un héritage d’activisme, a amélioré d’innombrables vies et changé des millions de cœurs et d’âmes. Votre organisation a élevé la société, façonné les politiques publiques et servi de modèle de plaidoyer pour les droits civiques et les droits de l’homme dans le monde entier. Mais quels que furent les défis, grands ou petits, vous n’avez jamais été ébranlés. Nous tous ici présents ce soir sommes liés par notre philosophie commune de justice et d’égalité. Avec la NAACP, nous autres en Haïti avons lutté pour les droits de l’homme et un traitement équitable pour tous, non seulement aux Etats-Unis, mais au niveau mondial. Notre histoire est reliée et façonnée par l’esclavage ainsi que nos luttes mutuelles pour la liberté et la dignité. L’aboutissement de la révolte des esclaves en Haïti et le mouvement pour les droits civiques aux Etats-Unis sont demeurés jusqu’à date des modèles d’inspiration historiques et des rappels importants de ce qui peut être réalisé lorsque nous rassemblons le pouvoir collectif de nos peuples. Permettez-moi de revenir en arrière avec vous et de souligner certains points essentiels de notre histoire conjointe: • Durant la guerre civile aux États-Unis, Abraham Lincoln fut le premier Président américain à reconnaître officiellement l’indépendance d’Haïti de la France. Imaginez, imaginez un peu, il y a cent cinquante ans, un diplomate haïtien à la peau brune fut envoyé aux États- Unis pour représenter les intérêts d’une nation nouvellement créée par d’anciens esclaves. Ce fut un grand bond en avant non seulement pour les Haïtiens, mais aussi pour les afro- américains en quête de droits civiques et de justice. • En 1869, le Président Ulysses Grant nomma Ebenezer Bassett Ambassadeur en Haïti. Ce dernier fut le PREMIER diplomate afro- américain. Ceci constitua une étape importante dans le mouvement pour l’obtention des droits civiques. cette fois, à travers des partenariats solides. Comme nous l’avons démontré à travers notre histoire, les Haïtiens tout comme vous, constituent un peuple opiniâtre. Et nous ne nous laisserons pas ébranler ( And we shall not be moved). Nos efforts ont commencé à donner des résultats. Parmi les réalisations majeures du gouvernement nous pouvons citer: • L’accès gratuit à l’école pour plus d’un million d’enfants, grâce à une subvention du gouvernement. En plus de l’accès, nous travaillons sans relâche pour améliorer la qualité de l’éducation. Ce programme est en grande partie financé par les haïtiano- américains qui vivent dans vos communautés ici, aux Etats-Unis. • Les programmes de filet de sauvetage social pour les plus vulnérables. Cependant, notre programme n’est qu’une solution à court terme, alors que nous visons le développement économique à long terme. • L’accent mis sur le pouvoir des femmes et le rôle important qu’elles peuvent jouer dans le développement d’Haïti. Une de nos priorités est de faire en sorte qu’un nombre important de femmes occupent des fonctions essentielles au sein du gouvernement, incluant des postes ministériels clés à travers mon cabinet. Notre gouvernement aide Haïti à abattre les barrières de genre. • Les énormes progrès réalisés dans la relocalisation des victimes du séisme. Des un million cinq cent mille de nos compatriotes qui vivaient dans des abris de fortune, nous avons pu fournir des solutions de logement à plus d’un point deux millions de personnes. Le gouvernement continue de travailler avec ses partenaires sur cette problématique jusqu’à ce qu’il n’y ait plus un seul haïtien vivant sous une tente. • Les multiples efforts en cours en vue de générer une plus forte croissance économique, incluant la construction de nouvelles routes et de nouveaux aéroports, une concentration sur la production énergétique et le relèvement des secteurs du tourisme et de l’agriculture. • Les efforts en vue de créer une force de travail compétitive pour satisfaire les besoins de l’avenir. Malgré les progrès réalisés, je suis le premier à dire qu’Haïti a encore un long chemin à parcourir. Notre parcours est loin d’être à sa fin. Tout comme votre lutte pour obtenir le respect des droits de la personne et l’égalité, nous comprenons que la voie du développement d’Haïti est semée d’écueils. En réalité, les défis auxquels les haïtiens sont confrontés sont similaires à ceux que confrontent bon nombre de vos communautés aux Etats-Unis. Nos enfants, tout comme les vôtres, ont besoin d’avoir accès à une éducation de qualité. Nos fils et nos filles ont besoin d’emplois pour subvenir aux besoins de leurs familles. Une main d’œuvre formée et éduquée augmentera l’autosuffisance et réduira la pauvreté en Haïti. Etant donné nos épreuves communes et le chevauchement de nos histoires, notre réussite n’est pas la nôtre… elle est celle de nous tous. Je suis ici pour vous inviter à vous joindre à nous, au moment où nous nous embarquons dans ce nouveau voyage. Le peuple haïtien apprécie toutes les marques de bonne volonté dont vous avez fait preuve au fil des ans, surtout après le séisme dévastateur d’il y a trois ans. Je pense que le développement à long terme d’Haïti dépend de notre capacité à forger un partenariat efficient et pérenne. Je fais appel à vous tous, délégués ici présents, pour joindre vos forces aux nôtres et au peuple haïtien pour renouveler notre alliance. Le moment est venu de nous embarquer dans ce voyage. Ensemble, nous triompheront. L’Haïti de demain dépendra de la perception qu’on aura d’elle, car malheureusement, elle est souvent décrite comme une destination peu sûre. La presse, la plupart du temps, s’évertue à souligner tout ce que mon pays a de négatif négligeant, souvent par choix, de prendre en compte sa grande richesse culturelle et historique, son art mondialement célèbre, ses kilomètres de plage merveilleuses, sa succulente cuisine créole, et, par-dessus tout, son peuple chaleureux et accueillant. Je sais que beaucoup d’entre vous ici peuvent compatir, car certaines communautés noires portent le label d’endroits à éviter. Les talents et les apports des afro-américains aux Etats-Unis n’ont pas toujours été appréciés. Permettez-moi d’illustrer par un exemple le type de partenariat qu’il faut à la nouvelle Haïti avec des personnes comme vous. Un groupe de jeunes entrepreneurs du centre-ville de Baltimore, Maryland – les frères Taharka - produisent et vendent des glaces fabriquées avec du chocolat, du sel et du café produits en Haïti. A travers des alliances avec des fermiers haïtiens, ces hommes d’affaires afro-américains ont compris qu’ils pouvaient mieux aider un paysan haïtien, sa famille et sa communauté en lui achetant un sac de chocolat à $200, au lieu de lui faire un don de $2000,00. Ils appellent leur produit la glace impact. Et c’est exactement le genre de relation que je veux promouvoir ici aujourd’hui. En fait, en ce moment même, ces jeunes se trouvent dans le nord d’Haïti pour renforcer leur partenariat avec les paysans et revivre l’histoire de la révolution haïtienne. L’histoire des frères Taharka illustre la manière dont nos communautés peuvent ensemble croître et prospérer. Les afro-américains et les haïtiens sont liés par leur histoire, et ils ont fait le choix d’être des partenaires. Nos communautés sont similaires et nos familles confrontent les mêmes difficultés. Il y a une multitude de moyens par lesquels vous pouvez tous participer à ce voyage que fait Haïti aujourd’hui. J’espère voir des programmes par lesquels des liens de jumelage sont forgés entre vos églises locales et celles d’Haïti. J’espère voir un lien par lequel vous autres délégués ici présents, ferez partie d’une excursion en Haïti pour voir les ruines de l’endroit où les esclaves ont commencé leur combat pour la liberté. J’espère voir un lien entre nos communautés par lequel les universités traditionnellement noires forment des partenariats stratégiques avec les universités haïtiennes afin que nos enfants puissent s’asseoir et apprendre ensemble. C’est le moment par excellence pour que les communautés haïtiennes et afro-américaines renouvellent et renforcent leurs relations. Joignez- vous à nous, ENSEMBLE, avec ce lien, nous ne saurons être ébranlés. Dans cet esprit de compréhension, je vous exhorte à jeter un autre regard sur mon pays, un pays dont l’histoire est unique. Venez nous voir pour revivre l’histoire de la première nation noire libre de la région. Venez visiter l’endroit où vos ancêtres ont établi leur chez eux. Venez voir et participer à la nouvelle et meilleure Haïti que nous construisons; le seul moyen de changer l’image d’Haïti est que nous devenions tous des ambassadeurs pour son progrès. Je vous demande donc de vous joindre à nous et de devenir nos ambassadeurs. Pourquoi ne pas venir en Haïti pour vos prochaines vacances en famille, vos réunions d’anciens élèves ou les congrès de vos églises? Votre présence sera d’un plus grand apport à Haïti et à son économie que n’importe quel don, aussi généreux soit-il. Venez voir de par vous- même, pour vous gâter et profiter de l’hospitalité de vos voisins haïtiens ou plutôt de votre famille haïtienne. Nous ne sommes qu’à peu de distance de vos rives. Je vous promets que l’Haïti que vous découvrirez est loin d’être celle que vous voyez aux nouvelles. Nous avons fait des pas de géant dans l’amélioration de notre sécurité, de nos transports et de nos infrastructures touristiques. Plusieurs magnifiques hôtels avec des installations de première classe ont été construits. Plusieurs autres projets touristiques et de développement sont en cours, ce qui signifie plus d’opportunités d’investissement pour certains d’entre vous et plus de possibilités d’emploi pour nos compatriotes. Mon administration ne saurait être plus engagée à assurer que chacun d’entre vous profite pleinement de son séjour en Haïti de son arrivée jusqu’à son départ. Ainsi, chaque personne ici présente pourra faire passer le message de la beauté et du charme d’Haïti. Certes, il reste encore beaucoup à faire, mais nous sommes sur la bonne voie. Haïti ne se trouve qu’à un vol d’oiseau des côtes de la Floride. Contrairement à n’importe quel autre endroit de cette région ou même du monde, il est un terrain ouvert avec d’infinies possibilités. Il y existe d’innombrables opportunités. Haïti est un terrain vierge et équitable où les investisseurs, grands ou petits, trouveront une place à la dimension de leur rang. Ce genre d’avantage économique est exceptionnel et incomparable. Cependant, pour Haïti et la NAACP, il s’agit de bien plus qu’une bonne opportunité de faire des affaires. Il y a 104 ans, nous avons commencé un voyage ensemble. A cette époque, l’image du but à atteindre n’était pas claire. Aujourd’hui elle est éblouissante et en haute définition. Une Haïti en plein essor, pérenne, avec des marchés émergents et des opportunités en or est un témoignage vivant de tous nos efforts. C’est une preuve solide de la matérialisation de la vision de Dubois et de bien d’autres. Nous avons tous un intérêt dans l’avenir d’Haïti. Vous tous ici présents avez une mise dans le changement de la perception d’Haïti et sa réussite ultime. Nous en avons tous une. Faisons tous le vœu, que comme un seul peuple, nous continuerons à renforcer nos relations, à nous aider les uns les autres dans cette lutte commune pour élever nos peuples et ouvrir les portes de l’opportunité. Faisons le vœu de ne jamais nous laisser ébranler. Ce soir, je vous demande de nous permettre de vous accueillir, vous, vos familles, vos congrégations, vos amis et vos entreprises. Laissez-nous vous montrer ce que notre pays a à offrir. L’intention de mon administration est de faire le développement convenablement et de changer l’image d’Haïti. Et nous-y travaillons d’arrache-pied. Mais je ne vous invite pas seulement à nous visiter. Je vous demande de m’aider à mettre les dernières touches au tableau que les fondateurs de cette organisation ont commencé à esquisser il y a déjà si longtemps. Le plaidoyer entrepris par la NAACP en partenariat avec Haïti au fil des ans n’est pas terminé, et chacun de vous a son rôle à jouer dans la continuité du progrès de ce pays. Notre ascendance commune et nos objectifs partagés nous uniront à tout jamais dans cette démarche. Encore une fois, merci de l’honneur que vous me faites en m’invitant à être des vôtres aujourd’hui. Je suis impatient d’accueillir chacun d’entre vous chez nous en Haïti. • Au début des années 1900, les Etats-Unis occupèrent Haïti pendant plus de vingt ans. A cette époque, la NAACP prit la défense d’Haïti contre les violations des droits civiques similaires à ceux qui se produisaient aux Etats- Unis. • Dans les années 90, la NAACP épaula à nouveau le peuple haïtien, en protestant contre la politique américaine de refouler les haïtiens qui cherchaient l’asile aux Etats- Unis. La NAACP s’est engagée avec passion, s’organisant et coordonnant avec les membres du Congrès pour faire voter des lois octroyant à ces haïtiens le droit de rester aux Etats-Unis. On ne pourra jamais tout dire des points communs qui lient les haïtiens aux afro-américains. Les bateaux chargés d’esclaves qui partaient du continent Africain faisaient escale à travers la Caraïbe pour décharger leurs cargaisons, avant d’arriver à l’endroit qui est aujourd’hui les Etats- Unis. Nos ancêtres étaient des frères et sœurs séparés lors de la traversée. C’est ce passé commun qui a été la source de nos interactions depuis plus de cent ans et qui fait qu’aujourd’hui nous ne formons qu’une seule et même FAMILLE. W.E.B. Dubois personnifie le lien entre nos communautés. Le père de Dubois est né en Haïti et a ensuite émigré aux Etats-Unis. Donc, lorsque je dis que nous formons une famille, je veux dire que nos liens sont robustes et fermement enracinés. Alors que je me tiens devant vous aujourd’hui, en tant que Président de la première République noire, permettez que je vous décrive la situation qui prévaut en Haïti. Comme vous le savez tous, cela fait trois ans qu’un puissant séisme a frappé mon pays, faisant plus de deux cent mille morts et laissant un million et demie de personnes sans abri, dans l’espace de quelques secondes. Près de 60% des édifices publics ont été détruits. Un quart des membres de l’administration publique de la capitale a disparu. En outre, plusieurs de nos partenaires internationaux n’ont pas su utiliser avec efficience les ressources collectées pour venir en aide à Haïti. Encequiatraitàlagestiondel’aideinternationale,un grand nombre de projets sont en cours en Haïti. Ces projets prennent plusieurs formes et sont souvent financés et gérés par des entités internationales. Dans la plupart des cas, le gouvernement haïtien est tenu à l’écart par les grandes organisations d’aide. Cependant, lorsqu’il s’agit de mauvaise gestion, de gabegie et de fraudes, l’échec qui en résulte affaiblit les institutions gouvernementales et des milliards de dollars sont sous-utilisés. Je me suis porté candidat, bien imbu des défis que confrontait le pays et suis déterminé à le développer,
  4. 4. BUREAU DE COMMUNICATION DE LA PRESIDENCE E-BULLETIN - Vol1 - No. 25 • Juillet 2013 Discours du Président de la République, S.E.M. Michel Joseph Martelly 8ème Réunion Ordinaire de la CARICOM, Trinidad and Tobago Mesdames, Messieurs les Chefs d’État et de Gouvernement, Mesdames, Messieurs les Chefs délégation, Monsieur le Secrétaire General, Mesdames, Messieurs, Je suis très heureux de pouvoir prendre la parole, en ma qualité de Président sortant de la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement, à cette session historique qui ramène le 40e anniversaire de la création de notre Institution. Je suis aussi heureux d’être de retour sur la terre du Dr. Eric Williams, homme politique transcendant, historien de grande envergure mais surtout un caribéen intégral et visionnaire. Je voudrais rendre un vibrant hommage aux pères fondateurs pour la vision, le courage et le leadership dont ils ont fait montre en jetant les bases de la création de notre communauté. Je souhaiterais présenter également mes félicitations aux nouvelles générations pour la gestion efficace qu’elles ont faite de ce précieux héritage. Au nom du peuple haitien et en mon nom propre, je présente mes félicitations au Gouvernement et au peuple de Trinité et Tobago de la bonne organisation de ce Sommet et de l’accueil chaleureux qu’ils ont réservé à ma délégation. Que le Secrétaire Général soit remercié de la qualité des documents qui sont soumis à notre considération et de sa participation à la préparation de cette Conférence. Honorables Collègues Chefs d’Etat et de Gouvernement Mesdames, Messieurs les Chefs de délégation, Nous nous retrouvons près de six mois après le Sommet de Port-au-Prince au cours duquel nous avons examiné des questions d’une grande importance pour la bonne marche de nos pays et de notre Communauté. Il m’est agréable, au moment de vous rendre compte de ma période de présidence, de souligner à votre attention que, exceptionnellement, la conjoncture internationale a été favorable au développement et à la promotion de certains de nos thèmes clés. Si je considère, par exemple, la questiondelasécurité,l’évolutionaété plutôt positive. En effet, depuis deux ans, compte tenu de ses incidences et ramifications dans la sous-région, nous avons estimé qu’il était urgent que la communauté internationale adopte un instrument juridique sur se sont multipliées en vue de déjouer les plans des trafiquants dans leur offensive pour utiliser le territoire national pour leurs activités criminelles Madame la Présidente, D’un autre côté, la nouvelle approche que nous avons adoptée pour favoriser l’accroissement du commerce intra- régional, régional et mondial est en train de prendre corps. Nous avons été heureux de pouvoir procéder au lancement de la stratégie d’aide au commerce de la Communauté, en compagnie de Monsieur Pascal LAMY, Directeur général de l’Organisation du Commerce et de Monsieur Irwin LAROCQUE, Secrétaire général de CARICOM. Nous sommes convaincus que la mise en œuvre de cette stratégie nous permettra de renforcer notre intégration au commerce mondial. L’augmentation des exportations et la diversification des produits exportés par la région aura des incidences positives sur la balance commerciale et notre capacité à assurer le développement durable dans nos pays. Le renforcement de la compétitivité des pays de la région passe par l’amélioration des infrastructures et des moyens de transport, la mise à jour du cadre légal et réglementaire relatif à la promotion du commerce, une plus grande maîtrise des technologies de l’information et de la communication et un plus grand dynamisme du secteur privé, notamment. L’engagement de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) et l’appui d’autres Institutions Internationales devraient nous permettre d’atteindre nos objectifs. Cette période a été aussi propice au renforcement de l’intégration d’Haïti à laCARICOM.Aucoursdelavisitequej’ai effectuée à Guyana pour faire le suivi avec le Secrétariat des décisions prises à Port-au-Prince, les liens d’amitié et de coopération ont été resserrés avec des pays membres. C’est ainsi que j’ai pu avoir des rencontres empreintes de cordialité et de franchise avec mes Homologues de Guyana et de Surinam au cours desquelles nous avons discuté de questions d’une grande importance pour nos pays respectifs et pour la Communauté en général. Nous avons exploré les possibilités de coopération dans les domaines du transport et de la traçabilité des produits agricoles qui ont fait l’objet de deux projets présentés par le Gouvernement haïtien au cours de la Conférence de Port-au- Prince. Ces rencontres ont déjà porté des fruits. Son Excellence Monsieur Désiré Delano BOUTERSE, Président de la République du Surinam, a effectué une visite officielle en Haïti au cours de laquelle ont été signés un Accord- cadre de coopération économique, scientifique, technique et culturel et un Accord sur le transport aérien. Ces deux Accords vont permettre aux deux Etats de mettre en œuvre des projets de développement dans les domaines essentiels au développement durable et de favoriser la communication et les relations économiques. L’ouverture de Consulats dans les deux Capitales devra jouer un rôle important dans la mise en œuvre de ces décisions. C’est sur cette voie que je souhaite continuer dans le cadre du développement des relations avec les autres pays membres de la Communauté. Le renforcement de nos relations permettra de créer beaucoup plus de richesses, d’accroitre le commerce et le mouvement des personnes dans la région en vue de l’augmentation du bien-être de nos populations. Mesdames, Messieurs les Chefs de délégation, Au cours des six derniers mois, la République d’Haïti a représenté la CARICOM au sein de la Troïka élargie de laCommunautédesÉtatsdel’Amérique Latine et de la Caraïbe (CELAC). Je peux affirmer qu’après deux ans d’existence, la CELAC se déroule bien sous la Présidence de la République de Cuba. La Troïka élargie a déjà tenu une première réunion au niveau des Ministres des Affaires Étrangères à la Havane, Cuba, le 5 avril 2013 au cours de laquelle d’importantes décisions ont été prises relativement au Plan d’action pour l’année 2013. Quant à la Rencontre entre le Ministre desAffairesEtrangères delaFédération de Russie et les Ministres de la Troïka élargie, tenue à Moscou, Russie, le 29 mai 2013, elle nous a permis de rapprocher notre région avec le plus vaste Etat du monde et de consolider nos relations qui sont fondées sur des principes et des valeurs comme le respect du droit international et la Charte des Nations Unies, la consolidation de la démocratie et la promotion des droits de l’homme, la lutte contre le terrorisme. Les deux Parties se sont mises d’accord sur la nécessité d’établir un mécanisme de dialogue politique permanent devant aboutir à l’organisation de Sommets Russie-CELAC. Je suis convaincu que le Gouvernement de Trinidad et Tobago va continuer d’assurer la bonne participation de la CARICOM au sein de cette instance de gouvernance de la CELAC au cours des mois à venir, particulièrement au cours des réunions de ses Ministres des Affaires Etrangères avec ceux des Etats BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) de l’Union Africaine et de l’ASEAN, en marge de la 68ème session ordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre prochain. Ces rencontres devront permettre d’approfondir le dialogue devant conduire au développement d’une coopération très large dans l’intérêt des deux parties et de la communauté internationale. Excellences, Nous allons examiner des questions de grande importance pour notre Communauté et nos Etats au cours de ce Sommet. J’ai à l’esprit la question de la formulation d’une stratégie régionale en vue de la croissance et du développement dans le contexte de la crise financière et économique internationale, la proposition que j’ai faite en vue de la tenue d’une réunion de haut niveau sur la situation des personnes handicapées et celles ayant des besoins spécifiques ou le processus de réforme au sein de la CARICOM. Jesuissûrquedenoséchangessortiront desagesdécisionsdenatureàrenforcer l’efficacité de la Communauté dans la recherche de solution aux problèmes auxquels sont confrontés nos pays et nos populations. Je vous remercie de votre attention. la question relative au commerce des armes. Notre forte mobilisation, à coté de beaucoup d’autres, nous a permis d’obtenir les résultats escomptés. Le Traité sur le commerce des armes a été adopté par l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations-Unies au mois de mars dernier, ouvrant la voie à de réelles perspectives de réguler et de contrôler une activité qui représentait un véritable danger pour nos pays. Maintenant, il nous revient de prendre les dispositions nécessaires pour apporter notre contribution à l’entrée en vigueur et la mise en application de cet instrument, dans le meilleur délai. Faisons en sorte que les pays de la Communauté soient parmi les premiers à déposer leurs instruments de ratification, après la période de signature ouverte le 3 juin dernier. S’il le faut, préparons-nous à entreprendre ou à participer à une campagne de mobilisation en faveur de la ratification du Traité par le plus grand nombre d’Étatspossible,oudumoinsàrecueillir le nombre de ratifications minimum, nécessaire à son entrée en vigueur. Dans le même registre, nous sommes aussi satisfaits de l’allure que prend la lutte contre le fléau de la drogue à l’échelle du Continent, depuis le Sommet de Port-au-Prince. L’Organisation des États Américains vient de tenir sa quarante-troisième session ordinaire au début du mois de juin autour du thème central de la lutte contre le trafic illicite des stupéfiants. Elle a apporté de l’eau au moulin de nos actions pour une réduction significative des flux de stupéfiants qui transitent illégalement sur nos territoires voire l’arrêt complèt de ce trafic. Dans ce cadre, mon Gouvernement poursuit avec vigueur la mise en œuvre de la stratégie nationale de lutte contre la drogue, élaborée pour la période 2010-2015 dans le but d’affronter de manière coordonnée les principaux aspects de ce problème comme l’offre, la demande, le trafic illicite et d’autres crimes connexes. Cette volonté est aussi manifestée à travers la ratification au mois d’avril dernier de la Convention des Nations Unies contre le trafic illicite de stupéfiants et de substances psychotropes, adoptée en 1988. Le renforcement de l’Unité dénommée Bureau de lutte contre le trafic des stupéfiants (BLTS) au sein de la Police Nationale a permis d’intensifier les opérations visant à combattre le trafic de la drogue. Les saisies et arrestations

×