Rapport de présentation 
PFE session 2014 – ENSAPLV 
Elise Mathieu (n° 10093) 
Projet urbain et villes européennes 
Eric L...
Introduction 
L’objectif du PFE est de nous mettre, étudiants, en situation de réflexion intensive sur 
un projet urbain e...
Référentiel 
Le vivant se rapproche, à mon égard, du monde scientifique et principalement des sciences 
naturelles. On qua...
Référentiel 
Cette décomposition m’a permis d’élaborer un référentiel 3D : 
Pour se faire, il m’a fallu composer avec diff...
Analyse du site 
5 
Plan de situation de la zone d’étude proposée 
La zone d’étude regroupe le quartier nommé « Paris Rive...
6 
Analyse sensible 
L’analyse de site a démontré qu’il existe différents types de ramification 
Ramification routière : 
...
7 
Intégration du référentiel sur site 
Les coupes permettent de démontrer l’altimétrie du projet/référentiel par rapport ...
A l’échelle du territoire 
8 
Plan de situation de la zone de projet 
Le choix du site s’est fait suite à l’analyse des li...
9 
Politique urbaine et modes de vie 
Les politiques urbaines de Paris et d’Ivry-sur-Seine m’ont alors permis d’élaborer m...
10 
Programmation 
La couverture partielle du réseau ferré est un acte 
qui m’a marqué sur ce secteur et m’a permis de 
me...
A l’échelle de l’édifice 
11 
A l’échelle de l’édifice j’ai souhaité développer la partie centrale de la zone d’étude avec...
12 
Programmation 
D’abord, d’un point de vue de la programmation. 
Cette partie du musée est intéressante, car il 
s’agit...
13 
Pour réaliser cet édifice complexe, le choix de la structure a été 
primordial. Il a été choisi d’imposer une structur...
14 
Le parcours 
A l’image du référentiel, le bâtiment possède différentes ramifications qui vont aboutir à des espaces 
i...
Enveloppe et énergie 
Maillage 
15 
Une volonté durable a été exprimée lors du projet urbain avec l’application de 
modes ...
16 
Enveloppe et énergie
17 
Projet global 
Plans au 1: 1000e
18
19 
Projet global 
Plans au 1: 1000e
20
21 
Projet global 
Plans au 1: 1000e
22 
Projet global 
Plans au 1: 1000e
23 
Projet global 
Coupe longitudinale
24 
Projet global 
Coupe transversale
25 
Perspective générale
26 
Front de Seine
27 
Depuis la Seine
28 
Boulevard Périphérique
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

PFE_rapport_de_presentation

622 vues

Publié le

Rapport de présentation de mon PFE - Juillet 2014

Publié dans : Art & Photos
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
622
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
21
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

PFE_rapport_de_presentation

  1. 1. Rapport de présentation PFE session 2014 – ENSAPLV Elise Mathieu (n° 10093) Projet urbain et villes européennes Eric Locicero, Caroline Lecourtois, Nazilla Hannachi L’AUTO-TOUR
  2. 2. Introduction L’objectif du PFE est de nous mettre, étudiants, en situation de réflexion intensive sur un projet urbain et/ou architectural. L’atelier « Projet urbain et villes européennes » m’a semblé l’atelier le plus intéressant pour effectuer cette dernière année en école d’architecture. Commencé dès octobre 2013, en vue d’une poursuite pour le PFE, le thème prépondérant concernait l’appréhension de la densité architecturale dans un contexte urbain aux enjeux politiques forts. En effet, il était évoqué lors de la présentation de l’atelier, que nous traiterions une zone aux abords de la commune d’Ivry-sur- Seine, secteur en pleine mutation urbaine. Avant même d’aborder le site d’intervention, il nous a été imposé un thème, qui nous permettrait par la suite d’établir un plan organisationnel ainsi qu’un concept vis-à-vis de notre projet. Le thème fut le suivant : le vivant. A partir de ce thème, nous devions rechercher une image dite de référence, à partir de laquelle notre projet allait naître. 2
  3. 3. Référentiel Le vivant se rapproche, à mon égard, du monde scientifique et principalement des sciences naturelles. On qualifie de vivant : Ce qui est en vie; ce qui est doué en vie; qui est vif, plein de vivacité (Source: l’internaute.fr) Employé comme nom, le vivant il désigne l’ensemble des êtres vivants. (Source: Wikipédia) Ces deux définitions m’ont alors fait penser à la notion de mouvement. De plus, quand j’ai entendu parler du « vivant », j’ai tout de suite pensé à la peinture, qui représente sans cesse le vivant. Au fil de mes recherches, je me suis attardée sur une peinture de Piet Mondrian : 3 Pommier en fleur, huile sur toile, 1912, Gemeentenmuseum, Den Haag, Piet MONDRIAN Dans son travail Mondrian a réalisé une déclinaison des arbres pour arriver à cette peinture. Il travaille pour cela la décomposition des formes. Par la suite j’ai décomposé cette peinture, et j’ai ainsi obtenu 5 composants différents.
  4. 4. Référentiel Cette décomposition m’a permis d’élaborer un référentiel 3D : Pour se faire, il m’a fallu composer avec différentes opérations mais celle la plus utilisée reste sans doute l’extrusion. D’autres opérations ont dû être appliquée au système : la superposition et l’imbrication au regard de la méthode plastique réalisée par Piet MONDRIAN. La mise en lumière a été pensée une fois de plus par rapport à l’analyse approfondie de la peinture de référence. Ainsi, durant cette étude, il s’est avéré que les taches jaunes centrales sur la peinture faisant penser à un visage dont les paupières auraient été dorées pour apporter de la lumière à l’oeuvre. J’ai donc pris en compte cet aspect et ai appliqué aux « morceaux » du tableau jaune une texture/qualification de lumière sur la 3D d’où cet aspect ponctuel de luminosité dans la 3D nuit. 4 RAMIFICATION Imbrication Superposition Réseau Découpage
  5. 5. Analyse du site 5 Plan de situation de la zone d’étude proposée La zone d’étude regroupe le quartier nommé « Paris Rive gauche », sur le 13e arrondissement et Ivry-sur- Seine. La zone s’étend de la bibliothèque François Mitterrand au centre d’Ivry-sur-Seine.
  6. 6. 6 Analyse sensible L’analyse de site a démontré qu’il existe différents types de ramification Ramification routière : - Primaire : Boulevard périphérique qui se décompose par ses bretelles et le Boulevard ; Masséna (Maréchaux) ; - Secondaire: Quais de Seine, Avenue de France, Pont Tolbiac ; - Tertiaire: rues de la trame régulière du secteur Autres : - Ferrée: RER C, Métro 14, Tramway ; - Fluviale: Bateaux divers Analyse formelle L’analyse du site a donc démontré une très forte topographie du lieu étudié exprimé par la maquette réalisée. Elle a aussi mis en évidence d’un point de vue plus formel, la présence de nombreux lieux d’enseignements et de culture.
  7. 7. 7 Intégration du référentiel sur site Les coupes permettent de démontrer l’altimétrie du projet/référentiel par rapport à l’existant. On constate que le référentiel impose des hauteurs importantes des bâtiments le constituant ainsi qu’une certaine densification du site. Ceci va à l’encontre d’une densité plane existante. Quant au plan, il a été pensé par application du modèle en plan sous Photoshop, puis sous Autodesk 3ds max :
  8. 8. A l’échelle du territoire 8 Plan de situation de la zone de projet Le choix du site s’est fait suite à l’analyse des lieux. Le projet présenté repose sur les notions de partage, de solidarité et de durabilité. Pris entre des ramifications importantes du secteur, tout fait de ce lieu un non-lieu, un lieu sans vie, oublié, et difficile à aménager à cause des différentes contraintes qu’il respire. Pour établir une politique urbaine cohérente et un projet qui tienne la route, le parti pris est dans un premier temps, de peser le pour et le contre du site, en mettant en évidence les qualités et les défauts de l’entre-deux choisi comme site de projet futur. Dans un second temps, une analyse poussée du secteur et des villes de Paris et d’Ivry-sur-Seine a été nécessaire pour constater des manques et des besoins des habitants, mais aussi de prendre conscience des enjeux politiques, urbains, économiques et sociaux de ces deux communes dans le secteur concerné. Ceci a permis la mise en place d’une programmation totale du site, que l’on a pu appréhender lors de l’étude urbaine et le projet urbain. Le projet urbain proposé, par force de raisonnement et de travail, a vu naitre des formes de bâtiments basés sur mon référentiel (peinture de Piet Mondrian), avec différents partis pris en termes urbain et paysager.
  9. 9. 9 Politique urbaine et modes de vie Les politiques urbaines de Paris et d’Ivry-sur-Seine m’ont alors permis d’élaborer ma propre politique et des modes de vies applicables au projet. Pour se faire, le projet reprend quelques points cités ici, mais a surtout volonté à s’engager pour les rendre durable : - Faire de cette zone, une zone au service des secteurs et quartiers environnant en utilisant le maximum de l’espace libre pour autrui - Trouver une solution au problème de disponibilité du foncier en utilisant les toitures pour la culture agricole - Générer de l’emploi par la gestion des cultures et s’en servir comme outil pédagogique Politique environnementale - Utiliser l’agriculture urbaine comme lien social entre les travailleurs, les étudiants, les familles, les touristes etc… - Mixer les différents types d’agriculture - Gestion de l’eau par la récupération des eaux pluviales (rigoles végétales en bas des immeubles, système de renouvellement interne de l’eau par l’apport de celle-ci dans les jardins privatifs et espaces partagés - Utiliser l’eau de seine notamment le courant comme énergie - Utilisation des cultures pour les habitants de la zone mais aussi vente du surplus en RDC des immeubles aux habitants des quartiers alentours
  10. 10. 10 Programmation La couverture partielle du réseau ferré est un acte qui m’a marqué sur ce secteur et m’a permis de me rendre compte que le secteur ferroviaire était très présent dans le site mais inexploité. En outre, le secteur du transport en général est fortement présent : voies ferrées, la Seine et son transport fluvial, nombreuses lignes de métro, tram et RER, mais aussi les voies routières comme j’ai pu le démontré lors de l’analyse formelle du site. Ainsi mon programme tourne autour de ce monde du transport : 1) Musée sur l’industrie du transport Le musée présentera des expositions historiques mais aussi des performances en relation avec l’école d’apprentissage et de professionnalisation mise en place près du musée, ainsi que les PME d’ingénierie et les BET situées dans le bâtiment du musée 2) Ecole d’apprentissage et de professionnalisation liée au monde du transport Métiers artisanaux liés au chemin de fer, au fluvial et routier Génie mécanique – culture scientifique et technique Essais sur de vraies machines Ateliers de fabrication et de montage : visitables 3) Logements étudiants 4) Lier la Seine au site : Introduire la Seine dans le parc du musée Enterrer les voies routières afin de désengorger les flux visuellement et traitement du bruit routier 5) Notion environnementale : Gestion de l’eau 6) Limiter l’impact du périphérique Traitement des entrées et des sorties Musée comme point de repère : incruster le périphérique dans le projet Programmation Parcours
  11. 11. A l’échelle de l’édifice 11 A l’échelle de l’édifice j’ai souhaité développer la partie centrale de la zone d’étude avec ses qualités et surtout ses contraintes : - Traiter un espace tampon, et en faire une zone tampon d’activités, de loisirs entre Paris et sa petite couronne notamment par la densité; - Différents enjeux environnementaux : traitement des nuisances principalement le bruit, apporter des espaces verts de manière ludique et durable… - Question de traitement des entrées de ville revendiquée par la politique urbaine d’Ivry-sur-Seine ; - Une mixité des fonctions en lien avec les politiques urbaines de Paris et d’Ivry : 1) Musée (culture) 2) Espaces de réunions 3) Espaces associatifs 4) Bureaux – PME 5) Restauration 6) Espaces d’informations / bibliothèque 7) Espaces de ventes des produits récoltés sur toit et donc espaces de culture - Aspect technique avec le bâtiment-pont au-dessus du périphérique - Traiter le rapport du programme avec l’eau Ainsi cette partie du projet urbain est organisée de telle sorte qu’elle sonne comme une tour-symbole du site, et comme sa porte d’entrée. Accessible directement depuis le périphérique, ses accès sont facilités et permettent de l’intégrer à l’environnement proche. Sa forme architecturale accentue son insertion urbaine. En effet, le bâti s’organise comme une enveloppe au périphérique, par une partie en pont au-dessus de celui-ci. Le but ici est de marquer son emplacement mais surtout d’intégrer le périphérique visuellement au projet architectural (sol en verre teinté). Ses accès piétons, quant à eux, se font directement depuis le parc paysager de l’ensemble urbain. Un autre passage piétonnier se situe directement depuis la future gare du métro 10, par l’intermédiaire d’escaliers mécaniques débouchant dans le hall du bâtiment. Le parti pris pour le développement de cet édifice a été de s’atteler à reprendre le système organisationnel de référence. S’en découle alors, le programme, la circulation externe et interne de l’édifice, ainsi que sa structure. Circulation
  12. 12. 12 Programmation D’abord, d’un point de vue de la programmation. Cette partie du musée est intéressante, car il s’agit d’exposer par l’expérimentation de l’espace. Ainsi, le visiteur entre dans un univers différent que les expositions dites permanentes ou temporaires. Ici, il parcourt les espaces à la recherche des oeuvres, oeuvres exposées dans des univers différents dont le thème reste celui de référence : le vivant et principalement l’arbre. A chaque sous-thème, son exposition. L’édifice se compose de différents espaces : des espaces d’exposition et d’expérimentation – et ses locaux-, les espaces de loisirs, et les espaces de travail (partie haute du bâtiment). D’abord, les espaces d’expositions par l’expérimentation. Chaque niveau est symbolisé par un thème particulier. 1) La forêt : Grand espace accessible par une rampe sur plusieurs niveaux. On y expose de grandes machines ou portions de machines telles que des moteurs de voitures ou de trains, des carcasses etc… 2) L’arbre dans la ville : Situé dans le bâtiment-pont , il offre une ambiance de nuit, où des boites lumineuses viennent illuminées la pièce comme des immeubles en pleine nuit. Parcours en deux temps : dans un premier temps, entre ces boites, telle une promenade urbaine la nuit ; puis dans les boîtes. Projections et ateliers. 3) Le labyrinthe urbain: caverne de petits outils et portions de prototypes/pièces techniques, que le visiteur peut ou non enclencher pour en comprendre son fonctionnement. Partitionné par des cloisons hautes, cet espace se présente comme un parcours libre mais perturbé par l’organisation des cloisons les unes par rapport aux autres. Une partie en mezzanine offre une vue plongeante sur cet espace d’exposition, comme un gardien sur son territoire. 4) la prairie : espaces sont laissés libres de tout cloisonnement. On y expose de grandes pièces mécaniques et techniques permettant au visiteur de l’observer sous tous ses angles. Ensuite, les autres parties du bâtiment sont des espaces de loisirs (R+9 : cafétéria commune aux bureaux et aux visiteurs), et des espaces de travail.
  13. 13. 13 Pour réaliser cet édifice complexe, le choix de la structure a été primordial. Il a été choisi d’imposer une structure poteau-poutre métallique, afin de dégager le maximum d’espace. Ainsi, une portée de 16m vient offrir des espaces généreux par des poutres alvéolaires visibles sur site. Le choix de ce type de poutre est justifié par la volonté d’économie de matière et de place (ainsi les gaines techniques seraient « glissées » entre les ouvertures des âmes). Un plancher en bac acier vient agrémenter le tout. Une colonne distributive accentue cette volonté de libérer les espaces au maximum. Structure
  14. 14. 14 Le parcours A l’image du référentiel, le bâtiment possède différentes ramifications qui vont aboutir à des espaces intéressants. La première ramification se fait verticalement, et permet d’accéder au bâtiment, comme nous pouvons le constater avec l’axonométrie de circulation. Ainsi depuis le parc, une montée en rampe ou escaliers est nécessaire pour atteindre un premier niveau de sol qui offre une vue haute sur le site. S’en suite une rampe extérieure permettant de s’immiscer petit à petit dans l’édifice. Enfin, le parcours du musée commence depuis le grand hall d’accueil pour former une boucle, générée par différents modes de circulation : rampe, escalators, ascenseurs… Un accès aux expositions temporaires peut se faire au niveau R+4 depuis le thème « l’arbre dans la ville ».
  15. 15. Enveloppe et énergie Maillage 15 Une volonté durable a été exprimée lors du projet urbain avec l’application de modes de vies tels que l’utilisation de l’agriculture pour générer une notion de partage, mais aussi des enjeux environnementaux. Ainsi, ces enjeux vont être appliqués à ce projet architectural, faisant de cet édifice un édifice quasi-autonome usant de toutes les énergies qu’il pourra percevoir : soleil, vent, récupération de l’eau etc. L’enveloppe va jouer le rôle principal dans cette volonté. Ainsi, le bâtiment se constitue d’une façade double peau permettant de capter différentes énergies. Elle servira aussi à générer les ambiances souhaitées dans les différents espaces de l’exposition. Principalement, elle se compose d’une maille métallique dont le dessin a été réalisé à partir du référentiel. Cette maille métallique en tube creux, peut être assimilée à un exosquelette hydronique puisant l’eau depuis la Seine et récupérant les eaux pluviales. On a donc un fonctionnement en cercle fermé. Puis, cette double-peau offre une lame d’air ventilée qui permet de réguler les flux thermiques dans le bâtiment. En outre, un grand jardin d’hiver, plein-sud offre une zone d’amortissement en été et une serre en hiver. Il permet de plus un ensoleillement permanent dans les salles d’expositions. Cette double-peau est traitée différemment selon les espaces auxquelles elle est associée. Elle peut être composée de l’exosquelette associé à des panneaux photovoltaïques pivotants servant de brise-soleil ; associé à des portions de mur végétalisé créant une atmosphère particulière dans les espaces d’expositions, mais générant aussi une luminosité contrôlée partiellement, et peut-être enfin associé à du vitrage. Coupe de principe du système énergétique
  16. 16. 16 Enveloppe et énergie
  17. 17. 17 Projet global Plans au 1: 1000e
  18. 18. 18
  19. 19. 19 Projet global Plans au 1: 1000e
  20. 20. 20
  21. 21. 21 Projet global Plans au 1: 1000e
  22. 22. 22 Projet global Plans au 1: 1000e
  23. 23. 23 Projet global Coupe longitudinale
  24. 24. 24 Projet global Coupe transversale
  25. 25. 25 Perspective générale
  26. 26. 26 Front de Seine
  27. 27. 27 Depuis la Seine
  28. 28. 28 Boulevard Périphérique

×